Vous êtes sur la page 1sur 101

GELE5222 Chapitre 1 :

Propagation d’ondes

Gabriel Cormier, Ph.D., ing.

Université de Moncton

Hiver 2012

Gabriel Cormier (UdeM) GELE5222 Chapitre 1 Hiver 2012 1 / 81


Introduction

Contenu

Contenu
Révision des concepts de base : ligne de transmission
Coefficient de réflexion
Abaque de Smith
Désadaptation à la source

Gabriel Cormier (UdeM) GELE5222 Chapitre 1 Hiver 2012 2 / 81


Lignes de transmission

Ligne de transmission

Structure pour guider des ondes électromagnétiques


Exemples :
Câble coaxial
Fil de cuivre
Ligne microruban
Une onde ÉM préfère se propager sur des centaines de km plutôt que
traverser quelques mm d’isolant.

Gabriel Cormier (UdeM) GELE5222 Chapitre 1 Hiver 2012 3 / 81


Lignes de transmission Câble coaxial

Câble coaxial

Le type le plus commun.

conducteur

diélectrique

Gabriel Cormier (UdeM) GELE5222 Chapitre 1 Hiver 2012 4 / 81


Lignes de transmission Deux fils

Deux fils

De moins en moins utilisé.

conducteurs

Gabriel Cormier (UdeM) GELE5222 Chapitre 1 Hiver 2012 5 / 81


Lignes de transmission Plaques parallèles

Plaques parallèles

Peu utilisé, mais utile dans certains cas.

conducteurs

Gabriel Cormier (UdeM) GELE5222 Chapitre 1 Hiver 2012 6 / 81


Lignes de transmission Microruban

Microruban

Le type le plus commun pour les circuits intégrés.

Gabriel Cormier (UdeM) GELE5222 Chapitre 1 Hiver 2012 7 / 81


Lignes de transmission Coplanaire

Coplanaire

Le deuxième type le plus commun pour les circuits intégrés.

Gabriel Cormier (UdeM) GELE5222 Chapitre 1 Hiver 2012 8 / 81


Lignes de transmission Modélisation

Modélisation d’une ligne de transmission

i(z, t)
On analyse une petite section
+
v(z, t) ∆z de la ligne.

∆z z

On utilise des R∆z L∆z


éléments idéaux + +
pour modéliser la
v(z, t) G∆z C∆z v(z + ∆z, t)
ligne.
− −
∆z

Gabriel Cormier (UdeM) GELE5222 Chapitre 1 Hiver 2012 9 / 81


Lignes de transmission Modélisation

Modélisation

Dans le modèle précédent,


R = résistance en série [Ω/m]. Représente les pertes du conducteur.
L = inductance en série [H/m].
G = conductance parallèle [S/m]. Représente les pertes du
diélectrique.
C = capacitance parallèle [F/m].
Dans une ligne sans pertes, R = G = 0.

Gabriel Cormier (UdeM) GELE5222 Chapitre 1 Hiver 2012 10 / 81


Lignes de transmission Modélisation

Modélisation

On relie la tension et le courant à z et z + ∆z, et dans la limite où


∆z → 0, on obtient :
dV (z)
= −(R + jωL)I(z)
dz
dI(z)
= −(G + jωC)V (z)
dz

Gabriel Cormier (UdeM) GELE5222 Chapitre 1 Hiver 2012 11 / 81


Lignes de transmission Modélisation

Modélisation

On solutionne :

d2 V (z)
− γ 2 V (z) = 0
dz 2 V (z) = V0+ e−γz + V0− eγz

d2 I(z)
+ −γz
 I(z) = I0 e + I0− eγz
− γ 2 I(z) = 0

dz 2

où p
γ = α + jβ = (R + jωL)(G + jωC)
V0+ : onde qui se propage vers la charge
V0− : onde qui se propage vers la source

Gabriel Cormier (UdeM) GELE5222 Chapitre 1 Hiver 2012 12 / 81


Lignes de transmission Modélisation

Impédance caractéristique

Lien entre la tension et le courant :


s
V+ R + jωL R + jωL
Z0 = 0+ = =
I0 γ G + jωC

L’impédance caractéristique Z0 représente le rapport entre la tension et le


courant sur la ligne.

Gabriel Cormier (UdeM) GELE5222 Chapitre 1 Hiver 2012 13 / 81


Lignes de transmission Modélisation

Longueur d’onde

Représente la distance parcourue par une sinusoı̈de pendant 1 période.



λ=
β
La longueur d’onde est réduite dans un diélectrique.
λ0
λg = √
r

où
c
λ0 =
f

Gabriel Cormier (UdeM) GELE5222 Chapitre 1 Hiver 2012 14 / 81


Lignes de transmission Modélisation

Vitesse de phase

Représente la vitesse à laquelle se déplace un point de phase


constante.
ω
vp = = λ g f
β
La vitesse de phase est réduite dans un diélectrique.
c
vp = √
r

Gabriel Cormier (UdeM) GELE5222 Chapitre 1 Hiver 2012 15 / 81


Lignes de transmission Modélisation

Ligne sans pertes

Sans pertes : R = G = 0
Les équation se simplifient :
r
L
Z0 = (Z0 est réel)
C

γ = jβ = jω LC

On obtient aussi :
√ 2π 1
β = ω LC λ= √ vp = √
ω LC LC

Gabriel Cormier (UdeM) GELE5222 Chapitre 1 Hiver 2012 16 / 81


Lignes de transmission Modélisation

Paramètres des lignes de transmission

Ligne coaxiale
! 2 fils ! Plaques parallèles Unité
µ b µ D µd
L ln cosh−1 H/m
2π a π 2a w
2π0 π 0 0 w
C F/m
ln(b/a) ! cosh−1 (D/2a) d
Rs 1 1 Rs 2Rs
R + Ω/m
2π a b πa w
2πω00 πω00 ω00 w
G S/m
ln(b/a) cosh−1 (D/2a) d

Gabriel Cormier (UdeM) GELE5222 Chapitre 1 Hiver 2012 17 / 81


Lignes de transmission Modélisation

Paramètres des lignes de transmission

La constante diélectrique d’un milieu peut être complexe :

 = 0 − j00 = 0 (1 − j tan δ)

où
tan δ est le facteur de pertes diélectriques,
0 = r 0
00 = 0 tan δ

Gabriel Cormier (UdeM) GELE5222 Chapitre 1 Hiver 2012 18 / 81


Lignes de transmission Modélisation

Résistance de surface

Rs est la résistance du conducteur en supposant que tout le courant


circule à une profondeur égale à la profondeur de pénétration δs .
r
1 ωµ
Rs = =
σδs 2σ

Gabriel Cormier (UdeM) GELE5222 Chapitre 1 Hiver 2012 19 / 81


Lignes de transmission Modélisation

Effet de peau

Plus la fréquence augmente, plus le courant circule près de la surface


d’un conducteur.
La densité de courant diminue en se rapprochant du centre du
conducteur.
La profondeur à laquelle la densité atteint 37% (1/e) de sa valeur à la
surface est :
1 1
δs = = √
α πf µσ

Gabriel Cormier (UdeM) GELE5222 Chapitre 1 Hiver 2012 20 / 81


Lignes de transmission Modélisation

Transport de puissance

Ligne sans pertes :


puissance transportée par les champs électriques et magnétiques
aucune puissance transportée dans les conducteurs.
Ligne avec pertes :
une partie de la puissance entre dans le conducteur
dissipation sous forme de chaleur.

Gabriel Cormier (UdeM) GELE5222 Chapitre 1 Hiver 2012 21 / 81


Théorie des lignes de transmission

Théorie des lignes de transmission

Comment intégrer une ligne de transmission dans un circuit ?


Quel est l’impact sur les composantes ?
L’effet principal est la réflexion d’onde.

Gabriel Cormier (UdeM) GELE5222 Chapitre 1 Hiver 2012 22 / 81


Théorie des lignes de transmission

Ligne sans pertes terminée par une charge

On applique une onde V0+ e−jβz à la ligne, à z < 0.

V (z), I(z) IL
+
Z0 , β VL ZL

z

l 0

La charge peut être n’importe quoi : transistor, antenne, etc.

Gabriel Cormier (UdeM) GELE5222 Chapitre 1 Hiver 2012 23 / 81


Théorie des lignes de transmission

Ligne sans pertes terminée par une charge

On applique une onde V0+ e−jβz à la ligne, à z < 0.

V (z), I(z) IL
V0+ e−jβz
+
Z0 , β VL ZL

z

l 0

La charge peut être n’importe quoi : transistor, antenne, etc.

Gabriel Cormier (UdeM) GELE5222 Chapitre 1 Hiver 2012 23 / 81


Théorie des lignes de transmission

Ligne sans pertes terminée par une charge

Le rapport tension-courant sur la ligne est égal à Z0 .


À la charge, si ZL =6 Z0 , il faut que le rapport tension-courant soit
égal à ZL . Que se passe-t’il ?
Une partie de l’onde est réfléchie sur la ligne pour que le rapport
tension-courant à la charge soit ZL .

Gabriel Cormier (UdeM) GELE5222 Chapitre 1 Hiver 2012 24 / 81


Théorie des lignes de transmission

Tension sur la ligne

L’onde réfléchie est : V0− ejβz


L’onde totale sur la ligne :

V (z) = V0+ e−jβz + V0− ejβz

V0+ se propage vers la charge (onde incidente),


V0− se propage vers la source (onde réfléchie)

Gabriel Cormier (UdeM) GELE5222 Chapitre 1 Hiver 2012 25 / 81


Théorie des lignes de transmission Coefficient de réflexion

Coefficient de réflexion

Le coefficient de réflexion est le rapport entre l’onde réfléchie et l’onde


incidente :
V− ZL − Z0
Γ = 0+ =
V0 ZL + Z0
et donc : −1 ≤ Γ ≤ 1.
Coefficient de réflexion
ZL − Z0
Γ=
ZL + Z0

Gabriel Cormier (UdeM) GELE5222 Chapitre 1 Hiver 2012 26 / 81


Théorie des lignes de transmission Coefficient de réflexion

Coefficient de réflexion

La tension sur la ligne est :


 
V (z) = V0+ e−jβz + Γejβz

Tension max sur la ligne : Vmax = |V0+ |(1 + |Γ|)


Tension min sur la ligne : Vmin = |V0+ |(1 − |Γ|)

Gabriel Cormier (UdeM) GELE5222 Chapitre 1 Hiver 2012 27 / 81


Théorie des lignes de transmission Coefficient de réflexion

Rapport d’onde stationnaire

C’est le rapport entre Vmax et Vmin .

Vmax 1 + |Γ|
SW R = =
Vmin 1 − |Γ|

1 ≤ SW R ≤ ∞
SWR = Standing Wave Ratio

Gabriel Cormier (UdeM) GELE5222 Chapitre 1 Hiver 2012 28 / 81


Théorie des lignes de transmission Coefficient de réflexion

Puissance

Puissance moyenne sur la ligne :

1 |V0+ |2
1 − |Γ|2

Pavg =
2 Z0

La puissance moyenne est constante et indépendante de z.


Si ZL 6= Z0 , la puissance de la source ne se rend pas toute à la
charge. Ce sont les pertes par réflexion :

RL = |Γ|2 = −20 log |Γ| [dB]

RL = Return Loss

Gabriel Cormier (UdeM) GELE5222 Chapitre 1 Hiver 2012 29 / 81


Théorie des lignes de transmission Coefficient de réflexion

Pertes de désadaptation

Représente combien de gain de plus on aurait si la charge était adaptée


(ZL = Z0 ) :
M L = −10 log 1 − |Γ|2 [dB]


ML = Mismatch Loss

Gabriel Cormier (UdeM) GELE5222 Chapitre 1 Hiver 2012 30 / 81


Théorie des lignes de transmission Exemple

Exemple

Soit une charge avec un SWR = 1.5. Calculer le RL et ML.

Gabriel Cormier (UdeM) GELE5222 Chapitre 1 Hiver 2012 31 / 81


Théorie des lignes de transmission Exemple

Exemple

Soit une charge avec un SWR = 1.5. Calculer le RL et ML.

SW R − 1
|Γ| = = 0.2
SW R + 1

Gabriel Cormier (UdeM) GELE5222 Chapitre 1 Hiver 2012 31 / 81


Théorie des lignes de transmission Exemple

Exemple

Soit une charge avec un SWR = 1.5. Calculer le RL et ML.

SW R − 1
|Γ| = = 0.2
SW R + 1
RL = |Γ|2 = −20 log |Γ| = 0.04 = 14 dB

Gabriel Cormier (UdeM) GELE5222 Chapitre 1 Hiver 2012 31 / 81


Théorie des lignes de transmission Exemple

Exemple

Soit une charge avec un SWR = 1.5. Calculer le RL et ML.

SW R − 1
|Γ| = = 0.2
SW R + 1
RL = |Γ|2 = −20 log |Γ| = 0.04 = 14 dB
M L = 1 − |Γ|2 = −10 log 1 − |Γ|2 = 0.96 = 0.18 dB


Gabriel Cormier (UdeM) GELE5222 Chapitre 1 Hiver 2012 31 / 81


Théorie des lignes de transmission Exemple

Exemple

Soit une charge avec un SWR = 1.5. Calculer le RL et ML.

SW R − 1
|Γ| = = 0.2
SW R + 1
RL = |Γ|2 = −20 log |Γ| = 0.04 = 14 dB
M L = 1 − |Γ|2 = −10 log 1 − |Γ|2 = 0.96 = 0.18 dB


Selon les chiffres, 4% de la puissance est réfléchie et 96% est absorbée par
la charge. Si la charge était adaptée, on aurait 0.18dB de puissance de
plus à la charge.

Gabriel Cormier (UdeM) GELE5222 Chapitre 1 Hiver 2012 31 / 81


Théorie des lignes de transmission Impédance d’une ligne

Impédance d’une ligne de transmission

L’impédance vue à l’entrée de la ligne de transmission :


Impédance de la ligne
ZL + jZ0 tan(βl)
Zin = Z(−l) = Z0
Z0 + jZL tan(βl)

Z0 , β ZL

Zin l

Gabriel Cormier (UdeM) GELE5222 Chapitre 1 Hiver 2012 32 / 81


Théorie des lignes de transmission Impédance d’une ligne

Impédance d’une ligne de transmission

ZL + jZ0 tan(βl)
Zin = Z0
Z0 + jZL tan(βl)

Équation très importante : la ligne transforme l’impédance de la


charge.
Plusieurs cas spéciaux :
Charge : circuit ouvert, court-circuit
Longueur : λ/4, λ/2, infinie

Gabriel Cormier (UdeM) GELE5222 Chapitre 1 Hiver 2012 33 / 81


Théorie des lignes de transmission Impédance d’une ligne

Exemple

Soit une ligne de transmission de 50Ω, de longueur 0.3λ. On branche une


charge de 75Ω sur la ligne. Quelle est l’impédance d’entrée ?

Gabriel Cormier (UdeM) GELE5222 Chapitre 1 Hiver 2012 34 / 81


Théorie des lignes de transmission Impédance d’une ligne

Exemple

Soit une ligne de transmission de 50Ω, de longueur 0.3λ. On branche une


charge de 75Ω sur la ligne. Quelle est l’impédance d’entrée ?
 

βl = (0.3λ) = 0.6π
λ

ZL + jZ0 tan(βl)
Zin = Z0
Z0 + jZL tan(βl)
Z0 , β ZL 75 + j50 tan(0.6π)
= 50
50 + j75 tan(0.6π)
0.3λ = 35.2 + j8.6 Ω
Zin
L’impédance de la ligne est réelle, l’impédance de la charge est réelle, mais
l’impédance d’entrée est complexe.

Gabriel Cormier (UdeM) GELE5222 Chapitre 1 Hiver 2012 34 / 81


Théorie des lignes de transmission Impédance d’une ligne

Exemple : Implications

Selon l’exemple précédent, on peut faire l’équivalence suivante :

Zs Zs

Vg Z0 = 50Ω 75Ω Vg Zin 35.2+j8.6Ω

source source

Du point de vue de la source, rien n’a changé. L’équivalence est seulement


valide à la fréquence calculée.

Gabriel Cormier (UdeM) GELE5222 Chapitre 1 Hiver 2012 35 / 81


Théorie des lignes de transmission Impédance d’une ligne

Exemple : à faible fréquence

On reprend l’exemple, mais à faible fréquence : f = 1kHz, et l = 5cm


(longueur commune sur planchette).

c 3 × 108
λ= = = 3 × 105
Zs f 1 × 103
2π 5 × 10−2
Vg Z0 = 50Ω 75Ω βl = l = 2π = 1.05 × 10−6
λ 3 × 105
source
75 + j50 tan(1.05 × 10−6 )
5cm Zin = 50
50 + j75 tan(1.05 × 10−6 )
= 75 − j0.0006 Ω
La longueur de la ligne n’a pas d’importance : Zin = ZL .

Gabriel Cormier (UdeM) GELE5222 Chapitre 1 Hiver 2012 36 / 81


Théorie des lignes de transmission Cas spéciaux

ZL = 0

Avec un court-circuit (ZL = 0),


Γ = −1
SWR = ∞
L’équation de la ligne est :

Zin = jZ0 tan(βl)

Si 0 ≤ l ≤ λ/4, l’impédance est inductive


Si λ/4 ≤ l ≤ λ/2, l’impédance est capacitive

Gabriel Cormier (UdeM) GELE5222 Chapitre 1 Hiver 2012 37 / 81


Théorie des lignes de transmission Cas spéciaux

ZL = 0

Variation de l’impédance pour une ligne court-circuitée

Xin
0
Z0

−5
− 45 λ −λ − 34 λ − λ2 − λ4 0
z

Gabriel Cormier (UdeM) GELE5222 Chapitre 1 Hiver 2012 38 / 81


Théorie des lignes de transmission Cas spéciaux

ZL = ∞

Avec un circuit ouvert(ZL = ∞),


Γ=1
SWR = ∞
L’équation de la ligne est :

Zin = −jZ0 cot(βl)

Si 0 ≤ l ≤ λ/4, l’impédance est capacitive


Si λ/4 ≤ l ≤ λ/2, l’impédance est inductive

Gabriel Cormier (UdeM) GELE5222 Chapitre 1 Hiver 2012 39 / 81


Théorie des lignes de transmission Cas spéciaux

ZL = ∞

Variation de l’impédance pour une ligne avec circuit ouvert

Xin
0
Z0

−5
− 45 λ −λ − 34 λ − λ2 − λ4 0
z

Gabriel Cormier (UdeM) GELE5222 Chapitre 1 Hiver 2012 40 / 81


Théorie des lignes de transmission Cas spéciaux

l = λ/2

Si la ligne est de longueur λ/2,


L’équation de la ligne est :

Zin = ZL

Il n’y a pas de transformation d’impédance

Gabriel Cormier (UdeM) GELE5222 Chapitre 1 Hiver 2012 41 / 81


Théorie des lignes de transmission Cas spéciaux

l = λ/4

Si la ligne est de longueur λ/4 + nλ/2,


L’équation de la ligne est :

Z02
Zin =
ZL
C’est un transformation de quart de longueur d’onde (quarter-wave
transformer).
C’est un cas très important.

Gabriel Cormier (UdeM) GELE5222 Chapitre 1 Hiver 2012 42 / 81


Théorie des lignes de transmission Cas spéciaux

Transformateur λ/4

Z02
Zin =
ZL

Si ZL = 0,
Zin = ∞
Si ZL = ∞,
Zin = 0
L’impédance de la ligne n’est pas importante.

Gabriel Cormier (UdeM) GELE5222 Chapitre 1 Hiver 2012 43 / 81


Théorie des lignes de transmission Cas spéciaux

Ligne branchée à une autre ligne

Ligne infinie (ou


Z0 Z1
terminée par Z1 )

z
0

Gabriel Cormier (UdeM) GELE5222 Chapitre 1 Hiver 2012 44 / 81


Théorie des lignes de transmission Cas spéciaux

Ligne branchée à une autre ligne

Ligne infinie (ou


Z0 Z1
terminée par Z1 )

z
0

Gabriel Cormier (UdeM) GELE5222 Chapitre 1 Hiver 2012 44 / 81


Théorie des lignes de transmission Cas spéciaux

Ligne branchée à une autre ligne

Γ T

Ligne infinie (ou


Z0 Z1
terminée par Z1 )

z
0

Gabriel Cormier (UdeM) GELE5222 Chapitre 1 Hiver 2012 44 / 81


Théorie des lignes de transmission Cas spéciaux

Ligne branchée à une autre ligne

Γ T

Ligne infinie (ou


Z0 Z1
terminée par Z1 )

z
0

Réflexion : Transmission :
Z1 − Z0 2Z1
Γ= T =1+Γ=
Z1 + Z0 Z1 + Z0
Pertes d’insertion :

IL = −20 log |T |
Gabriel Cormier (UdeM) GELE5222 Chapitre 1 Hiver 2012 44 / 81
Abaque de Smith

Abaque de Smith

Outil graphique très utile


Permet de visualiser le comportement des lignes de transmission et
des circuits micro-ondes.
Développé en 1939 par P. Smith
C’est un graphe polaire de Γ

Gabriel Cormier (UdeM) GELE5222 Chapitre 1 Hiver 2012 45 / 81


Abaque de Smith

Abaque de Smith

Gabriel Cormier (UdeM) GELE5222 Chapitre 1 Hiver 2012 46 / 81


Abaque de Smith

Abaque de Smith

Développement de l’abaque de Smith : On commence avec l’équation de

Γ:
ZL − Z0
Γ=
ZL + Z0
On normalise zL = ZL /Z0 :
zL − 1
Γ=
zL + 1

Gabriel Cormier (UdeM) GELE5222 Chapitre 1 Hiver 2012 47 / 81


Abaque de Smith

Abaque de Smith

On isole pour zL :
1 + |Γ|ejθ
zL =
1 − |Γ|ejθ
puis on sépare en parties réelles et imaginaires (Γ = Γr + jΓi ).

(1 + Γr ) + jΓi
zL = rL + jxL =
(1 + Γr ) − jΓi

Gabriel Cormier (UdeM) GELE5222 Chapitre 1 Hiver 2012 48 / 81


Abaque de Smith

Abaque de Smith

On sépare les composantes réelles et imaginaire en deux équations :


 2  2
rL 2 1
Γr − + Γi =
1 + rL 1 + rL
 2  2
1 1
(Γr − 1)2 + Γi − =
xL xL

Ce sont deux équations de cercles. Rappel :

(x − x0 )2 + (y − y0 )2 = r2

Gabriel Cormier (UdeM) GELE5222 Chapitre 1 Hiver 2012 49 / 81


Abaque de Smith

Abaque de Smith : cercles de résistance

1
-1 0

-1

Gabriel Cormier (UdeM) GELE5222 Chapitre 1 Hiver 2012 50 / 81


Abaque de Smith

Abaque de Smith : cercles de résistance

Si rL = 0 : Γ2r + Γ2i = 1
1 → Centre : (0,0), rayon = 1

r=0 1
-1 0

-1

Gabriel Cormier (UdeM) GELE5222 Chapitre 1 Hiver 2012 50 / 81


Abaque de Smith

Abaque de Smith : cercles de résistance

Si rL = 0 : Γ2r + Γ2i = 1
1 → Centre : (0,0), rayon = 1

Si rL = 0.33 :
(Γr − 0.25)2 + Γ2i = (0.75)2
→ Centre : (0.25,0), rayon = 0.75

r = 0 r = 0.33 1
-1 0

-1

Gabriel Cormier (UdeM) GELE5222 Chapitre 1 Hiver 2012 50 / 81


Abaque de Smith

Abaque de Smith : cercles de résistance

Si rL = 0 : Γ2r + Γ2i = 1
1 → Centre : (0,0), rayon = 1

Si rL = 0.33 :
(Γr − 0.25)2 + Γ2i = (0.75)2
→ Centre : (0.25,0), rayon = 0.75

r = 0 r = 0.33 r = 1 1 Si rL = 1 :
-1 0 (Γr − 0.5)2 + Γ2i = (0.5)2
→ Centre : (0.5,0), rayon = 0.5

-1

Gabriel Cormier (UdeM) GELE5222 Chapitre 1 Hiver 2012 50 / 81


Abaque de Smith

Abaque de Smith : cercles de résistance

Si rL = 0 : Γ2r + Γ2i = 1
1 → Centre : (0,0), rayon = 1

Si rL = 0.33 :
(Γr − 0.25)2 + Γ2i = (0.75)2
→ Centre : (0.25,0), rayon = 0.75

r = 0 r = 0.33 r = 1 r=3 1 Si rL = 1 :
-1 0 (Γr − 0.5)2 + Γ2i = (0.5)2
→ Centre : (0.5,0), rayon = 0.5

Si rL = 3 :
(Γr − 0.75)2 + Γ2i = (0.25)2
→ Centre : (0.75,0), rayon = 0.25
-1

Gabriel Cormier (UdeM) GELE5222 Chapitre 1 Hiver 2012 50 / 81


Abaque de Smith

Abaque de Smith : cercles de réactance

1
-1 0

-1

Gabriel Cormier (UdeM) GELE5222 Chapitre 1 Hiver 2012 51 / 81


Abaque de Smith

Abaque de Smith : cercles de réactance

Si xL = 0.33 :
1 (Γr − 1)2 + (Γi − 3)2 = (3)2
→ Centre : (1,3), rayon = 3

j0.33

1
-1 0

−j0.33

-1

Gabriel Cormier (UdeM) GELE5222 Chapitre 1 Hiver 2012 51 / 81


Abaque de Smith

Abaque de Smith : cercles de réactance

Si xL = 0.33 :
j1 1 (Γr − 1)2 + (Γi − 3)2 = (3)2
→ Centre : (1,3), rayon = 3

j0.33 Si xL = 1 :
(Γr − 1)2 + (Γi − 1)2 = (1)2
→ Centre : (1,1), rayon = 1
1
-1 0

−j0.33

−j1 -1

Gabriel Cormier (UdeM) GELE5222 Chapitre 1 Hiver 2012 51 / 81


Abaque de Smith

Abaque de Smith : cercles de réactance

Si xL = 0.33 :
j1 1 (Γr − 1)2 + (Γi − 3)2 = (3)2
→ Centre : (1,3), rayon = 3

j0.33 j3 Si xL = 1 :
(Γr − 1)2 + (Γi − 1)2 = (1)2
→ Centre : (1,1), rayon = 1
1
-1 0 Si xL = 3 :
(Γr − 1)2 + (Γi − 0.33)2 = (0.33)2
→ Centre : (1,0.33), rayon = 0.33
−j0.33 −j3

−j1 -1

Gabriel Cormier (UdeM) GELE5222 Chapitre 1 Hiver 2012 51 / 81


Abaque de Smith

Abaque de Smith : cercles combinés

On combine les cercles de résistance


et d’admittance.

Les cercles de résistance et de


réactance sont orthogonaux.

Gabriel Cormier (UdeM) GELE5222 Chapitre 1 Hiver 2012 52 / 81


Abaque de Smith

Abaque de Smith : cercles combinés

On combine les cercles de résistance


j1 1 et d’admittance.

Les cercles de résistance et de


j0.33 j3 réactance sont orthogonaux.

r=0 r = 0.33 r=1 r=3 1


r=∞
-1 0

−j0.33 −j3

−j1 -1

Gabriel Cormier (UdeM) GELE5222 Chapitre 1 Hiver 2012 52 / 81


Abaque de Smith Ligne de transmission

Effet d’une ligne de transmission

Équation d’une ligne en fonction de


j1 1 Γ:
1 + Γe−j2βl
Zin = Z0
1 − Γe−j2βl
j0.33 j3
qu’on normalise :

1
Zin 1 + |Γ|ej(θ−2βl)
r=0 r = 0.33 r=1 r=3 =
-1 0 r=∞ Z0 1 − |Γ|ej(θ−2βl)

La différence est le facteur e−j2βl .


−j0.33 −j3

−j1 -1

Gabriel Cormier (UdeM) GELE5222 Chapitre 1 Hiver 2012 53 / 81


Abaque de Smith Ligne de transmission

Effet d’une ligne de transmission

Le facteur e−j2βl représente une


j1 1 rotation de 2βl dans le sens horaire
autour du centre de l’abaque.
j0.33 j3

r=0 r = 0.33 r=1 r=3 1


r=∞
-1 0

−j0.33 −j3

−j1 -1

Gabriel Cormier (UdeM) GELE5222 Chapitre 1 Hiver 2012 54 / 81


Abaque de Smith Ligne de transmission

Exemple

Soit une ligne de 50Ω, de longueur 0.3λ. On branche une charge de 75Ω
sur la ligne. Quelle est l’impédance d’entrée ?
j1 1

j0.33 j3

r=0 r = 0.33 r=1 r=3 1


r=∞
-1 0

−j0.33 −j3

−j1 -1

Gabriel Cormier (UdeM) GELE5222 Chapitre 1 Hiver 2012 55 / 81


Abaque de Smith Ligne de transmission

Exemple

Soit une ligne de 50Ω, de longueur 0.3λ. On branche une charge de 75Ω
sur la ligne. Quelle est l’impédance d’entrée ?
j1 1 On normalise :
ZL 75
zL = = = 1.5 + j0
j0.33 j3 Z0 50

r=0 r = 0.33 r=1 r=3 1


r=∞
-1 0

−j0.33 −j3

−j1 -1

Gabriel Cormier (UdeM) GELE5222 Chapitre 1 Hiver 2012 55 / 81


Abaque de Smith Ligne de transmission

Exemple

Soit une ligne de 50Ω, de longueur 0.3λ. On branche une charge de 75Ω
sur la ligne. Quelle est l’impédance d’entrée ?
j1 1 On normalise :
ZL 75
zL = = = 1.5 + j0
j0.33 j3 Z0 50
La rotation est :
r=0 r = 0.33 r=1 r=3 1 0.3
r=∞ θ= · 180˚= 216˚
-1 0 0.25

−j0.33 −j3

−j1 -1

Gabriel Cormier (UdeM) GELE5222 Chapitre 1 Hiver 2012 55 / 81


Abaque de Smith Ligne de transmission

Exemple

Soit une ligne de 50Ω, de longueur 0.3λ. On branche une charge de 75Ω
sur la ligne. Quelle est l’impédance d’entrée ?
j1 1 On normalise :
ZL 75
zL = = = 1.5 + j0
j0.33 j3 Z0 50
La rotation est :
r=0 r = 0.33 r=1 r=3 1 0.3
r=∞ θ= · 180˚= 216˚
-1 0 0.25
Le nouveau point est
−j0.33 −j3 ≈ 0.7 + j0.18, ou 35 + j9 Ω

−j1 -1

Gabriel Cormier (UdeM) GELE5222 Chapitre 1 Hiver 2012 55 / 81


Abaque de Smith Admittances

Cercles d’admittance

j1 1 Pour des admittance y = g + jb, on


peut aussi tracer des cercles.

j3 j0.33

g=∞ g=3 g=1 g = 0.33 1


-1 0 g=0

−j3 −j0.33

−j1 -1

Gabriel Cormier (UdeM) GELE5222 Chapitre 1 Hiver 2012 56 / 81


Désadaptation à la source

Désadaptation à la source

Qu’arrive-t-il si la source n’est pas adaptée à la ligne (Z0 6= Zg ) ?

Zg Γ ΓL IL
+ +
+
Vg Vin Z0 V L ZL

− −
z
Zin
l 0

Il y a réflexion à l’entrée de la ligne.

Gabriel Cormier (UdeM) GELE5222 Chapitre 1 Hiver 2012 57 / 81


Désadaptation à la source

Désadaptation à la source

Zg Γ ΓL IL Zin
Vin = Vg
+ + Zin + Zg
+
Vg Vin Z0 VL ZL

− −
z
Zin
l 0
La puissance à la charge est :

Zin 2
   
1 ∗ 1 1 1 1
P = Re{Vin Iin } = |Vin |2 Re 2
= |Vg | Re
2 2 Zin 2 Zin + Zg Zin

Gabriel Cormier (UdeM) GELE5222 Chapitre 1 Hiver 2012 58 / 81


Désadaptation à la source

Désadaptation à la source

On substitue Zin = Rin + jXin et Zg = RG + jXg ,

1 Rin
P = |Vg |2
2 (Rin + Rg )2 + (Xin + Xg )2

On analyse deux cas. Cependant, Zg est fixe.


1 Charge adaptée (ZL = Z0 )
2 Source adaptée (Zin = Zg )

Gabriel Cormier (UdeM) GELE5222 Chapitre 1 Hiver 2012 59 / 81


Désadaptation à la source

Cas 1 : charge adaptée

ZL = Z0 ⇒ ΓL = 0
Zin = Z0 ,
1 Z0
P = |Vg |2
2 (Z0 + Rg )2 + Xg2
Pour P max, il faut que Zg soit faible.

Gabriel Cormier (UdeM) GELE5222 Chapitre 1 Hiver 2012 60 / 81


Désadaptation à la source

Cas 2 : source adaptée

Zin = Zg ⇒ Γ = 0

1 Rg
P = |Vg |2
2 4(Rg + Xg2 )
2

Même si Γ = 0, il peut quand même y avoir des ondes stationnaires


sur la ligne.
La puissance à la charge n’est pas nécessairement plus grande que le
cas 1.

Gabriel Cormier (UdeM) GELE5222 Chapitre 1 Hiver 2012 61 / 81


Désadaptation à la source

Cas 2 : source adaptée

Pour maximiser la puissance :


∂P ∂P
= 0 et =0
∂Rin ∂Xin
Ce qui donne, pour un transfert maximum de puissance,

Zin = Zg∗

La puissance est alors :


1 1
P = |Vg |2
2 4Rg

Γ et ΓL ne sont pas nécessairement 0.

Gabriel Cormier (UdeM) GELE5222 Chapitre 1 Hiver 2012 62 / 81


Ligne avec pertes

Ligne avec pertes

Dans le cas d’une ligne avec des faibles pertes, α 6= 0, et donc


l’équation de la ligne est :

ZL + Z0 tanh(γl)
Zin = Z0
Z0 + ZL tanh(γl)

où
γ = α + jβ

Gabriel Cormier (UdeM) GELE5222 Chapitre 1 Hiver 2012 63 / 81


Ligne avec pertes

Ligne avec pertes

Le coefficient de réflexion est :

Γ(l) = ΓL e−2γl

La puissance à l’entrée de la ligne (z = −l) est :

|V0+ |
1 − |Γ(l)|2 e2αl

Pin =
2Z0
La puissance fournie à la charge est :

|V0+ |
1 − |ΓL |2

Pin =
2Z0

Gabriel Cormier (UdeM) GELE5222 Chapitre 1 Hiver 2012 64 / 81


Paramètres S

Paramètres S

À des fréquences élevées (> 100MHz environ), il est difficile d’obtenir


des bons circuits ouverts ou court-circuits pour mesurer les
caractéristiques d’un circuit.
Il est aussi difficile de mesurer des tensions et courants à des
fréquences élevées.
Par contre, il est relativement facile de mesurer des ondes à l’aide de
coupleurs directionnels.
Pour ces raisons, on utilise une matrice de dispersion (scattering
matrix) pour caractériser les circuits hyperfréquences.
On applique une onde au circuit, et on mesure l’onde réfléchie.

Gabriel Cormier (UdeM) GELE5222 Chapitre 1 Hiver 2012 65 / 81


Paramètres S Définition

Paramètres S

Permet de relier les ondes appliquées aux ondes réfléchies.

a1 a2
Réseau
2 ports
b1 b2
Plan de référence
    
b1 S S12 a1
= 11
b2 S21 S22 a2
Note : les paramètres S sont aussi définis pour plus de 2 ports.

Gabriel Cormier (UdeM) GELE5222 Chapitre 1 Hiver 2012 66 / 81


Paramètres S Définition

Paramètres S

Pour obtenir les paramètres :


V− V1−

S11 = ab11 = V1+ S12 = b1
=

V2+ =0 a2 a =0 V2+ V + =0

a2 =0 1 1 1

V2− V2−

b2 b2
S21 = a1 a =0 = V1+ V + =0
S22 = a2 a =0 = V2+ V + =0

2 2 1 1

Gabriel Cormier (UdeM) GELE5222 Chapitre 1 Hiver 2012 67 / 81


Paramètres S Définition

Paramètres S

Définition des paramètres :


Onde réfléchie au port 1
S11 = = Γ1
Onde incidente au port 1
Onde transmise au port 1
S12 = = Gain de 2 à 1
Onde incidente au port 2
Onde transmise au port 2
S21 = = Gain de 1 à 2
Onde incidente au port 1
Onde réfléchie au port 2
S22 = = Γ2
Onde incidente au port 2

Gabriel Cormier (UdeM) GELE5222 Chapitre 1 Hiver 2012 68 / 81


Paramètres S Définition

Paramètres S

Les paramètres S peuvent donner de l’information quant au réseau :


Si [S] = [S]T : le réseau est réciproque. Un réseau réciproque est le
même dans les deux sens. Utile surtout pour les antennes.
Sans pertes si :

|S11 |2 + |S21 |2 = 1
|S12 |2 + |S22 |2 = 1

Gabriel Cormier (UdeM) GELE5222 Chapitre 1 Hiver 2012 69 / 81


Paramètres S Plan de référence

Paramètres S : plan de référence

Les paramètres S dépendent du plan de référence : la distance à


laquelle ils sont mesurés.
Cependant, si on veut déplacer le plan de référence, il suffit de
modifier la phase du paramètre S :
0
Sij = Sij e−j(θi +θj )

Gabriel Cormier (UdeM) GELE5222 Chapitre 1 Hiver 2012 70 / 81


Paramètres S Plan de référence

Paramètres S : plan de référence

Exemple : À cause des équipements, on ne peut pas mesurer directement


le circuit. Il a fallu rajouter des longueurs.

Nouveau
10 plan 20
1 2

Gabriel Cormier (UdeM) GELE5222 Chapitre 1 Hiver 2012 71 / 81


Paramètres S Plan de référence

Paramètres S : plan de référence

Exemple : Si les paramètres S mesurés sont donnés ci-bas, quelle est la


nouvelle valeur si on déplace le plan de référence de 10˚ à l’entrée et 15˚ à
la sortie ?  
0.1∠(6˚) 0.9∠(67˚)
[S] =
0.9∠(45˚) 0.12∠(6˚)

0
S11 = 0.1∠[6 − (10 + 10)] = 0.1∠(−14˚)
0
S12 = 0.9∠[67 − (10 + 15)] = 0.9∠(42˚)
0
S21 = 0.9∠[45 − (15 + 10)] = 0.9∠(20˚)
0
S22 = 0.12∠[6 − (15 + 15)] = 0.12∠(−24˚)

Gabriel Cormier (UdeM) GELE5222 Chapitre 1 Hiver 2012 72 / 81


Paramètres S Plan de référence

Paramètres S : plan de référence

De la même façon qu’on déplace le plan de référence, on peut utiliser


cette technique pour éliminer l’effet des câbles lors des mesures.
On appelle ceci du deembedding.

Gabriel Cormier (UdeM) GELE5222 Chapitre 1 Hiver 2012 73 / 81


Paramètres S Mesure

Paramètres S : mesure

Z0
Vg Z0 DUT Z0 Z0

Source
Plan de référence
Câbles de mesure

DUT : Device Under Test

Gabriel Cormier (UdeM) GELE5222 Chapitre 1 Hiver 2012 74 / 81


Paramètres S Mesure

Paramètres S : mesure

Pour le cas général, si on connaı̂t les paramètres S et la charge,

ZS [S] ZL

ΓS Γ1 Γ2 ΓL

S12 S21 ΓL S12 S21 ΓS


Γ1 = S11 + Γ2 = S22 +
1 − S22 ΓL 1 − S11 ΓS

Gabriel Cormier (UdeM) GELE5222 Chapitre 1 Hiver 2012 75 / 81


Paramètres S Mesure

Paramètres S : mesure
Analyseur de réseau : Agilent E8361C, 10MHz à 67GHz, 147,000$

Gabriel Cormier (UdeM) GELE5222 Chapitre 1 Hiver 2012 76 / 81


Paramètres S Utilité

Paramètres S : information

Les paramètres S permettent de rapidement déduire le comportement


d’un circuit en fonction de la fréquence.
Avec S11 , on peut voir si le circuit est bien adapté.
S21 permet de voir le gain (ou perte) à chaque fréquence.
S22 permet de voir l’adaptation à la sortie.

Gabriel Cormier (UdeM) GELE5222 Chapitre 1 Hiver 2012 77 / 81


Paramètres S Utilité

Paramètres S : exemple
Soit le circuit suivant. C’est un circuit qui alimente deux transistors avec
du DC (à partir du port 3). Un signal devrait passer du port 1 au port 2
sans s’échapper par le port 3 (à 40GHz).

➀ ➁

Gabriel Cormier (UdeM) GELE5222 Chapitre 1 Hiver 2012 78 / 81


Paramètres S Utilité

Paramètres S : exemple
Certains paramètres S du circuit précédent :

−10
S11
S21
Amplitude (dB)

−20
S31

−30

−40

−50
0 10 20 30 40 50
Frequency (GHz)

Gabriel Cormier (UdeM) GELE5222 Chapitre 1 Hiver 2012 79 / 81


Conclusion

Conclusion

Ce chapitre forme la base du cours. Il est essentiel de bien comprendre


tous les éléments, en particulier :
Ligne de transmission : coefficient de réflexion, puissance.
Abaque de Smith : utilisation.
Cas spéciaux de ligne de transmission.
Paramètres S

Gabriel Cormier (UdeM) GELE5222 Chapitre 1 Hiver 2012 80 / 81


Problèmes suggérés

Problèmes suggérés

Dans le manuel de Pozar :


2.2, 2.6 à 2.15, 2.17 à 2.25, 2.30
Et aussi les exemples du PDF.

Gabriel Cormier (UdeM) GELE5222 Chapitre 1 Hiver 2012 81 / 81