Vous êtes sur la page 1sur 29

Table des matières

1. Aspect contractuel de l’arbitrage .......................................................................................................................................................................................................... 3


2. Définition d’une convention d’arbitrage ............................................................................................................................................................................................ 3
Principe : Validité de la clause compromissoire dite parfaite ................................................................................................................................................... 4
Principe : Compétence-Compétence .................................................................................................................................................................................................... 5
Principe : Attribution compétence juridictionnelle aux arbitres ............................................................................................................................................. 6
Principe ........................................................................................................................................................................................................................................................... 6
Principe : Pour qu’il y ait arbitrage, il faut une convention d’arbitrage ................................................................................................................................. 7
3. Formalisme d’une convention d’arbitrage ........................................................................................................................................................................................ 8
Principe : Exigence de l’écrit ................................................................................................................................................................................................................... 8
Principe : Effet positif de la convention d’arbitrage ................................................................................................................................................................... 10
4. Arbitrabilité des litiges........................................................................................................................................................................................................................... 11
Principe : Arbitrabilité des litiges versus ordre public.............................................................................................................................................................. 11
5. Garanties fondamentales de justice .................................................................................................................................................................................................. 14
Principe : Impartialité de l’arbitrage – surveillance et contrôle des tribunaux étatiques – égalité des parties.................................................. 14
6. Autonomie de la convention d’arbitrage ......................................................................................................................................................................................... 17
Principe : Autonomie de la convention d’arbitrage et séparabilité de la clause compromissoire ........................................................................... 18
Principe : compétence des arbitres pour nullité du contrat – competence-competence............................................................................................. 19
7. Nomination des arbitres ........................................................................................................................................................................................................................ 20
Principe : Nomination et désignation des arbitres ..................................................................................................................................................................... 20

1
Principe : Pouvoir d’intervention des tribunaux étatiques dans la désignation des arbitres .................................................................................... 21
Principe : Récusation des arbitres ..................................................................................................................................................................................................... 21
Principe : Intervention du tribunal dans la récusation ou la révocation d’un arbitre.................................................................................................... 23
Principe : Sentence arbitrale................................................................................................................................................................................................................ 23
8. Loi applicable ............................................................................................................................................................................................................................................. 24
Principe : Loi régissant l’état et la capacité des personnes morales .................................................................................................................................... 24
Principe : Loi applicable / Élément d’extranéité.......................................................................................................................................................................... 24
Constituent des éléments d’extranéité pertinents les circonstances suivantes : ....................................................................................................................... 25
Principe : Absence de désignation de la loi applicable .............................................................................................................................................................. 25
Principe : Application d’une norme d’application nécessaire québécoise ......................................................................................................................... 26
Principe : Application des lois d'application immédiate étrangères .................................................................................................................................... 27
Principe : Lois contraires à l’ordre public québécois ................................................................................................................................................................. 28
Principe : Reconnaissance de la compétence d’une autorité étrangère.............................................................................................................................. 28

2
1. Aspect contractuel de l’arbitrage
L’article 2643 du C.c.Q fait le lien entre les dispositions du C.c.Q et du C.P.C concernant l’arbitrage interne. C’est un processus encadré par le
C.P.C. L’objectif de cet article n’est pas de restreindre la liberté des parties, mais de faciliter le déroulement de la sentence. L’interprétation de
l’article nous permet de dégager les trois possibilités d’arbitrage soit l’arbitrage ad hoc (la création des propres règles et l’organisation de l’arbitrage
selon les besoins particuliers des parties) ; l’arbitrage assisté (la procédure est réglée par les parties toutefois elles se réfèrent à des institutions
permanentes d’arbitrage ou un règlement établi par une organisation internationale) et l’arbitrage institutionnel (l’institution se charge de la
désignation des arbitres, le déroulement de la procédure en appliquant son propre règlement).

Les dispositions du Code de procédure civile sont supplétives, toutefois, quelle que soit la solution choisie par les parties, elles ne peuvent empêcher
l’application des dispositions d’ordre public notamment le principe contradictoire ou le maintien d’une certaine compétence judiciaire étatique
dans l’encadrement de l’arbitrage (recours en hommage ou annulation).

2. Définition d’une convention d’arbitrage


Articles liés : article 620 du Code de procédure civile, article 7 de la Loi type de la CNUDCI sur l’arbitrage commercial international, article 2.1
Mission de la Cour de l’arbitrage OHADA

L’article 2638 C.c.Q stipule qu’une convention d’arbitrage est un contrat nommé c’est-à-dire qui est désigné par un nom dans la loi et réglementé
de façon spécifique. L’essence de la convention est d’écarter l’intervention des tribunaux dans le règlement des différends, nés ou éventuels sans
égard à sa forme en droit québécois.

L’article II de la convention de New York apporte des précisions sur le sujet, en effet il aborde l’aspect contractuel de la convention d’arbitrage.
Celle-ci est définie comme une convention écrite qui doit être reconnue par les États. On retrouve la notion d’échange entre les parties (Article II
2) qui ancre le cadre contractuel de la convention d’arbitrage qui doit être un échange de consentement entre les parties quant à la soumission de
leur litige à des tribunaux arbitraux.

L’article 7 de la loi type de la CNUDCI prévoit deux définitions sur la convention d’arbitrage, dont la deuxième ne prévoit aucune exigence de
forme. La Commission ne penche ni pour l’une ni pour l’autre, car quelque ce soit l’option adoptée les deux définitions visent à préserver la force
obligatoire des Conventions d’arbitrage tel que prévu dans la Convention de New York.

3
Droit fondamental Zodiak c. La République populaire de Pologne [1983]
Laurentienne-vie (La), compagnie d'assurance Inc. c. Empire (L'), compagnie d'assurance-vie (2000)

Le recours à l’arbitrage est un droit fondamental et une forme d’expression de la liberté contractuelle des
justiciables. Ce recours est conforme à l’intention du législateur qui dans le cadre nouveau du droit à l’arbitrage
ne peut être impossible que dans les limites particulières prévues à l’article 2639 du C.c.Q.

Principe : Validité de la clause compromissoire dite parfaite

Articles 620 et 622 CPC : Au-delà de la nécessité d'un différend bien identifié qui fera l'objet de l'arbitrage, les parties doivent s'être obligées à
soumettre ce différend à un tiers dont il apparaît crucial d'identifier la fonction précise que les parties ont entendu lui confier au regard des termes
de leur entente et des circonstances de chaque espèce. Intention des parties de se soumettre à un arbitrage.

La possibilité pour les parties d'être entendues, de plaider, de présenter une preuve, testimoniale ou documentaire, la présence d'avocats lors de
l'enquête, le fait que le tiers rende une sentence arbitrale motivée participent beaucoup plus du contradictoire que de l'expertise et tendent à
démontrer la volonté des parties de se soumettre à un arbitrage. À noter que l’article ajoute que l’arbitre peut tenter de concilier les parties si elles
le lui demandent et que les circonstances s’y prêtent.

Notion de différend Sport Maska Inc c Zittrer (1988)


Selon le juge l’Heureux-Dubé, le législateur a voulu fondre en un seul concept, deux conventions distinctes :
le compromis (différend né) et la clause compromissoire (différend éventuel). Le terme de « différend » est plus
opportun que le terme « litige » dans le contexte de l’arbitrage.
Reconnaissance validité
d’une clause
compromissoire parfaite Zodiak c. La République populaire de Pologne [1983] 1 R.C.S 529
La clause compromissoire dite « parfaite » oblige à l’avance les parties à soumettre tout litige pouvant naitre
du contrat à l’arbitrage et exclut le recours aux tribunaux de droit commun. Une clause compromissoire vise
les litiges nés et futurs, alors que le simple compromis ne vise que les litiges nés, tel que prévoyait l’article
1431 du Code de procédure civile

4
Guns N’ Roses Missouri Storm Inc., c. Productions musicales Donald K Donald Inc. (1994)
La clause compromissoire parfaite est même préconisée dans certaines circonstances.
Grecon Dinter (2005)
Selon le juge Lebel, le respect et opposabilité de la clause compromissoire favorisent les transactions
commerciales internationales. Cette reconnaissance va de pair avec le mouvement de reconnaissance de la
légitimité et présence de la justice privée.
Clause compromissoire
en droit du travail Robitaille c. Centre Rail-Control inc., C.S. Montréal, 500-05-064578-014, 17 mai 2001
Par contre, le fait qu'en vertu du contrat de travail le recours à l'arbitrage soit à la discrétion de l'employé
n'empêche pas que la clause compromissoire soit parfaite, puisque l'employeur n'a pas à consentir au dit
arbitrage et qu'il est lié une fois ce droit exercé

Principe : Compétence-Compétence - In fine, cela signifie que les tribunaux doivent décliner compétence lorsqu’une convention d’arbitrage
s’applique au différend.

Articles 620 et 622 CPC : Seul l’arbitre peut statuer sur sa compétence en ce qui concerne la question du litige, cependant sa compétence se
voit limitée par les questions d’ordre public. Lorsqu’il s’agit de résoudre un litige qui est déjà encadré par une clause compromissoire valide, le
juge étatique est tenu de renvoyer la question en arbitrage, à la demande d’une des parties dans les 45 jours suivants à la demande introductive.
Seul l’arbitre peut statuer sur sa compétence en ce qui concerne la question du litige et le droit applicable au litige, cependant sa compétence se
voit limitée par les questions d’ordre public. Dans le cadre de sa mission, l’arbitre peut déterminer les dommages-intérêt s’il y a lieu. L’arbitre
peut aussi tenter de trouver un compromis avec l’accord exprès des parties. Si cette démarche échoue, l’arbitrage pourra continuer son cours.

Ce principe est aussi contenu dans le premier paragraphe de l’article 16 de la loi type de la CNUCDI. De cette disposition se dégage le principe
de la compétence - compétence. Étant donné que la clause d’arbitrage est considérée comme un contrat séparé des autres clauses, celle-ci n’est
pas affecté par les réclamations d’invalidité du contrat principal. Ceci dit, l’arbitre est habilité pour connaître du différend. D’après le principe de
compétence - compétence, le tribunal arbitral peut statuer en toute indépendance sur sa propre compétence, y compris sur toute exception relative
à l’existence ou à la validité de la convention d’arbitrage.

Interprétation large de la Desputeaux c. Éditions Chouette (1987) inc.


convention d’arbitrage

5
« En plus de ce qui est expressément énoncé à la convention d’arbitrage, le mandat de l’arbitre s’étend à tout
ce qui entretient des rapports étroits avec la convention. (…) une interprétation libérale de la convention
d’arbitrage, fondée sur la recherche de ses objectifs, permet de conclure que la question des coauteures était
intrinsèquement liée à la détermination des autres questions soulevées par la convention d’arbitrage ».
Laurentienne-vie (La), compagnie d'assurance Inc. c. Empire (L'), compagnie d'assurance-vie (2000)
Il faut adopter une interprétation large de la convention en ce sens on concilie la volonté du législateur et
l’intention des parties
Nearctic Nickel Mines Inc c Canadian Royalties Inc. (2012)

Principe : Attribution compétence juridictionnelle aux arbitres - L’arbitrage conventionnel attribue une compétence juridictionnelle aux
arbitres, cette exclusion n’est pas contraire à l’ordre public sauf en certaines matières dont il est fait état à l'article 2639 du C.c.Q.

Légitimité de l’arbitrage Dell Computer Corp. c. Union des consommateurs, [2007] 2 RCS 801, 2007 CSC 34
L’arbitrage est une institution juridique sans for et sans assise
Condominium Mont-Sauveur (1990)
Le tribunal arbitral est une juridiction privée détachée de l’ordre judiciaire étatique
Sport Maska Inc c Zittrer (1988)
L’arbitrage est à différencier d’une simple expertise. Il ne peut y avoir de compromis sans différend. Sans
différend, il ne peut y avoir arbitrage car il serait sans objet

Principe : De manière exhaustive, les règles générales de droit des obligations contenues dans le C.c.Q s’appliquent à cette convention.
Notamment, concernant la capacité de contracter et l’échange de consentement (article 1385, 1386, 1398 et 1399 du C.c.Q). Cela a pour objectif
d’empêcher une partie de causée intentionnellement une erreur et tirer frauduleusement profit du recours à l’arbitrage et notamment lors de la
désignation d’un arbitre.

Effet de la convention
d’arbitrage Lefebvre c. Habitations d'Angoulème inc., C.A. Montréal, 5 février 2001
Seulement être les parties
(article 1440 et 2642 C.c.Q) Appel en garantie de tiers non liés par la convention d'arbitrage = déclaration d'incompétence de l'arbitre
Gestion Minexco inc. c. Ressources minières Atrium ltée, C.S. Québec, 28 février 2001

6
Convention d'arbitrage intervenue entre la saisie et les tierces-saisies ne liant pas le saisissant
Construction Stam inc. c. J.L. Bourgeois ltée, C.S. Richelieu, 765-05-000607-975, 28 avril 1998
Relativisation de l’effet
qu’entre les parties + (tiers) Gilbert Conseil Sélect inc. c. 9034-8111 Québec inc., C.S. Québec, 200-05-009258-984, 28 mai 1998
Opposabilité au sous-locataire d'une clause compromissoire prévue au bail principal - convention de sous-
location se référant au bail sans restriction
World LLC c. Parenteau & Parenteau Int'l inc., C.S. Montréal, 500-17-002447-970, 9 mars 1998
Requérants qui ne sont pas parties à la convention de l'arbitrage demandant, avec une partie à cette
convention, le renvoi à l'arbitrage - acceptation par eux de la compétence de l'arbitre
Décarel inc. c. Concordia Project Management Ltd., C.A. Montréal, 500-09-000596-957, 30 juillet 1996
Actions en dommages-intérêts contre des sociétés et leurs actionnaires - actionnaires non parties à la
convention d'arbitrage liés par celle-ci
Banque Nationale du Canada c. Premdev inc., C.S. Montréal, 500-09-000481-911 (500-05-014142-903),
La convention d’arbitrage 10 mars 1997
Lie les ayants causes (article
1441 et 1442 C.c.Q) Gratton-Paquette c. Paquette, C.S. Terrebonne, 700-05-007456-993, 21 avril 1999
Clause d'arbitrage prévue dans une convention entre actionnaires liant la succession des actionnaires

Principe : Pour qu’il y ait arbitrage, il faut une convention d’arbitrage.

Pouvoir des arbitres Automobiles Duclos inc. c. Ford du Canada ltée, C.S. Richelieu, 9 novembre 2000
Groulx c. Bouchard, C.S. Laval, 21 mars 1999
Pouvoir de statuer sur leurs World LLC c. Parenteau & Parenteau Int'l inc., C.S. Montréal, 9 mars 1998
compétences grâce à
l’existence d’une convention Université McGill c. Tolloczko, C.S. Québec, 14 octobre 1993, 1993 CarswellQue 402
d’arbitrage Le tribunal peut être appelé à juger si la déclaration de compétence ou d'incompétence des arbitres est
conforme ou non à la volonté des parties exprimée dans la convention d'arbitrage

7
3. Formalisme d’une convention d’arbitrage

Principe : Exigence de l’écrit

Selon l’article 2640 C.c.Q, l’exigence de l’écrit permet la preuve de l’existence de la volonté des deux parties de recourir à l’arbitrage. L’écrit
permet une protection des parties et l’opposabilité aux tiers conformément à l’effet relatif des contrats aux dispositions à l’article 1440 du C.c.Q.
Toutefois, l’absence d’un écrit n’entraîne pas de facto une nullité de la convention. L’écrit permet une présomption de la volonté des parties. En
l’absence d’écrit, le recours à l’arbitrage dépendra expressément de la volonté des parties et de l’appréciation de cette volonté par le tribunal
arbitral. Il faut noter également l’absence d’une signature requise.

Concernant la forme, la convention de New York dans son article II 2., rejoint les autres dispositions dorénavant légales qui exigent qu’une
convention d’arbitrage doit être écrite. C’est la seule exigence formelle qui s’explique par la preuve de l’existence d’une volonté bilatérale des
parties de soumettre leur litige à l’arbitrage. En revanche cette exigence d’écrit n’est plus une condition nécessaire, la volonté des parties prime
sur l’exigence formelle cela assoit la liberté contractuelle liée à l’arbitrage et élargit la possibilité de soumettre un litige à l’arbitrage en réduisant
la nécessité de quelconque forme.

La jurisprudence des différents pays contractant diffère sur la question du moment où l’échange est considéré comme accompli. Est-il nécessaire
d’avoir une signature ou un simple échange de document suffit-il ? Certains estiment qu’il est accompli lorsque le document doit être retourné
par la partie à qui il a été envoyé à la partie qu’il l’a créé. D’autres estiment que la preuve d’une référence à ce document dans une lettre, par
exemple, émanant de la partie à qui la convention a été envoyé suffit. C’est cette dernière solution que l’on retrouve le plus souvent et qui traduit
de la permissivité de la jurisprudence sur la question des formalités arbitrales. La limite étant qu’un accord tacite n’est pas accepté.

Selon le paragraphe 2 de l’article 7 de la loi type de la CNUDCI, pour que la convention soit valide elle doit se présenter sous forme écrite.
Cependant, suite à la modification de l’article 7 de la loi type en 2006, elle peut être « consigné sous une forme quelconque ». Le caractère
innovateur de cette règle repose sur le fait qu’elle n’exige plus ni signature ni échange des messages de la part des parties. Ainsi, elle applicable
aux conventions d’arbitrage conclues par r é f é r e n c e e t celles lies a l’échange de conclusions en demande et réponse. Finalement, il faut
souligner que le paragraphe 1 de l’article VII de la loi type de la CNUDIC fait référence aussi « au principe de la loi plus favorable ». Ce principe
permet à une partie qui veut homologuer une sentence de profiter de la loi qui lui octroie la protection la plus élargie dans la juridiction prévue
pour tel effet, soit l’application de la Convention ou le droit domestique

8
Exigence d’un écrit Zodiak c People's Republic of Poland (1983)
La convention d’arbitrage doit être constatée par écrit et mentionner expressément le caractère final, sans
appel et lie les parties
Investissement Charlevoix inc. C. Gestion Pierre Gingras inc. (Cour d’appel du Québec, 2010)
Si le caractère final et obligatoire est absent, la clause peut être quand même dite « parfaite »
Éditions Chouette (1987) inc. c. Desputeaux, C.S.C., no 28660, 21 mars 2003
Le cadre et mission arbitrale établis par un jugement et par un échange de lettres entre les parties et l'arbitre
Convention de New York Al-Haddad Bros Entreprise Inc vs M/S Agapi, (1987)
Si l’écrit nécessaire ne peut pas être fourni. Dans le cas où une cours d’un même état s’est déjà référé à la
convention d’arbitrage et que les parties n’ont jamais remis en question l’existence de cette même convention,
US District court a décidé que la soumission du jugement précédent à l’arbitrage est suffisant même si les
parties n’ont pas été capable de produire un écrit
William Company v. Chu Kong Agency Co. Ltd. and Guangzhou Ocean Shipping Company, High
Loi type CNUDCI Court—Court of First Instance, Hong Kong, (1993).
L’exigence qu’un contrat d’arbitrage doit être écrit cherche à “assurer que les parties ne s’en remettent pas à
l’arbitrage à moins que ce soit clair au-delà de tout doute qu’elles aient accepté de s’y soumettre ”.
Jiangxi Provincial Metal and Minerals Import and Export Corporation v. Sulanser Co. Ltd., High Court—
Court of First Instance, Hong Kong, (1995).
Il n’est pas requis par l’article 7 (2) que les contrats d’arbitrage soient signés par toutes les parties.
William Company v. Chu Kong Agency Co. Ltd. and Guangzhou Ocean Shipping Company, High
Court— Court of First Instance, Hong Kong, (1993).
Les accords oraux d’arbitration ensuite attestés par écrit émanant des parties respectent l’exigence écrite de
l’article 7 (2).
Oonc Lines Limited v. Sino-American Trade Advancement Co. Ltd., High Court—Court of First
Instance, Hong Kong, (1994).
Un accord est aussi considéré écrit s’il est compose “d’un échange de lettres, télégrammes ou autre moyens
de télécommunication qui fournit un rapport de l’accord que cette échange n’a pas besoin d’être entre les
parties.
Absence de formalisme Achilles (USA) c. Plastics Dura Plastics (1997) Ltée/Ltd. (Cour d’appel du Québec, 2006)

9
« En vertu du droit québécois, aucun formalisme particulier n’est requis pour établir l’existence d’un
consentement à une clause compromissoire par opposition à un autre type de contrat. »
Poinsot c. Abaziou, J.E.91-491 (C.A.), [1991] R.D.J. 145(C.A.)
La lettre envoyée (proposition unilatérale) ne constituait pas une convention d’arbitrage, il n’y avait pas de
« clause de renonciation mutuelle au droit de poursuite
Société Immobilière C. Harvey C.A
Échanges de correspondance entre les procureurs respectifs démontrent un accord de volonté d’une
convention d’arbitrage. Le principe général découlant de cette décision est la grande liberté contractuelle
laissée aux parties par le législateur dans l’aménagement des rapports juridiques. Toutefois cette liberté est
confrontée aux valeurs fondamentales de recourir aux tribunaux. Si la formulation est imprécise, une
interprétation favorable à la substance du recours est préconisée.

Articles liés : article 5 Demande d’arbitrage et réponse à la demande article 6 dans l’arbitrage OHADA

Principe : Effet positif de la convention d’arbitrage

Ecrit constatant le
consentement des parties à
l’arbitrage Construction Stam inc. c. J.L. Bourgeois ltée, C.S. Richelieu, 765-05-000607-975, 28 avril 1998
Le tribunal conclut à l'absence d'un écrit constatant la convention d'arbitrage entre le sous-traitant et
l'entrepreneur général. Dans cette affaire, une clause d'arbitrage était stipulée dans un contrat d'entreprise
intervenu entre le donneur d'ouvrage et l'entrepreneur général. Le contrat de sous-traitance se référait aux
conditions du contrat d'entreprise. Le tribunal considère qu'il faut plus que l'envoi au sous-traitant des
documents contractuels et l'acceptation par ce dernier d'exécuter une partie des travaux pour conclure à sa
renonciation de s'adresser aux tribunaux judiciaires.
Ecrit ne constatant pas une
convention d’arbitrage 2860-8826 Québec inc. c. 160059 Canada ltée, C.S. Québec, 200-05-004120-965, 29 juillet 1996
Le cas où la correspondance échangée entre les avocats des parties ne permet pas de conclure à une
entente entre les parties de soumettre leur litige à l'arbitrage
Sansfaçon (Succession de), C.S. Québec, 200-17-002923-027, 10 avril 2003

10
La référence dans une lettre de l'avocat d'une partie à une clause d'arbitrage contenue dans un testament ne
pouvant rendre valable cette clause

4. Arbitrabilité des litiges


Principe : Arbitrabilité des litiges versus ordre public

L’article 2639 C.c.Q réserve aux tribunaux étatiques le pouvoir de trancher les différends portant sur l'état et la capacité des personnes et sur les
autres questions qui intéressent l'ordre public. Mais l’article n'empêche pas les arbitres d'appliquer une disposition qui peut être d'ordre public
pour trancher le différend et rendre leur sentence, mais si celle-ci est contraire à l'ordre public, son homologation pourra être refusée ou elle
pourra être annulée (articles 946.5 et 947.2 C.P.C.).

L’article II 3. De la convention de New York impose aux tribunaux étatiques de renvoyer l’affaire devant les organes arbitraux dans tous les cas
où les parties en ont exprimé la volonté. La seule possibilité que la sentence ne soit pas renvoyée devant l’arbitre serait la caducité de la convention
ou son impossible application. Ainsi les limites à l’arbitrage sont restreintes et les juges étatiques doivent se plier à la volonté des parties qui
mettent de côté leur compétence au profit de celle des organes d’arbitrage.

Par ailleurs l’article III de la même convention impose à tous les États signataires de reconnaitre la sentence arbitrale au même titre que les
décisions des tribunaux étatiques afin qu’elles soient placées sur un pied d’égalité et que l’une n’ait pas plus de force que l’autre.

Le paragraphe 1 de l’article 16 de la loi type prévoit le pouvoir de l’arbitre de statuer sur sa propre compétence et par conséquent sur la
détermination de l’arbitrabilité du litige. À cet égard, un contrôle du juge étatique est possible lors de la procédure d’annulation stipulée par
l’article 34 paragraphe 2 (cette disposition établie que à pétition du juge étatique celui peut envisager l’inarbitrabilité de l’objet de litige et la
contrariété à l’ordre public) ou lors de la procédure de reconnaissance d’exécution de la sentence tel que prévu par l’article 36 paragraphe 1.
Même si les motifs d’annulation relevant de ces dispositions sont quasiment identiques, il faut souligner une différence pratique :

« Une demande d’annulation fondée sur le paragraphe 2 de l’article 34 ne peut être présentée que devant une juridiction de l’État où la sentence a été
rendue, tandis qu’une demande d’exequatur peut l’être devant une juridiction de n’importe quel État ». Aussi les motifs relatifs à l’ordre public et
l’inarbitrabilité peuvent-ils varier quant au fond en fonction de la loi appliquée par le juge étatique (dans l’État d’annulation ou l’État d’exécution) »1.

11
Articles liés : article 21 – exception d’incompétence dans l’arbitrage OHADA

Arbitrabilité des litiges


Droit d’auteur Desputeaux c. Éditions Chouette (1987) inc.
Il en ressort de cette décision que les limites à l’arbitrabilité des litiges sont peu nombreuses, de ce fait, si aucune
disposition législative n’interdit expressément l’inarbitrabilité du litige, celui-ci peut être arbitral. Une interprétation
large et libérale de la convention d’arbitrage et à l’inverse une interprétation restrictive des matières touchant à
l’ordre public.
Droit de la consommation Dell computer Corporation c. Union des consommateurs
Litige en droit de la consommation sont arbitrables – mais la clause compromissoire doit être expressément
portée à l’attention d’un internaute

Droit de la consommation Le Guillou c. Filiatrault


L'article. 11.1 de la Loi sur la protection du consommateur n'est pas applicable à une situation juridique
entièrement survenue avant son entrée en vigueur.

Convention d’actionnaires Acier Leroux c. Tremblay (Cour d'appel du Québec, 2004)

Un recours en cas d’abus fondé sur l’article 241 de la loi Canadienne des sociétés par actions est arbitrable

Droit de la faillite Affaire Faillite de la faillite de : Experts en traitement de l’information (E.T.I)


L'Art. 183(1.1) de la Loi sur la faillite et l'insolvabilité et le principe s'opposant à l'éparpillement du contentieux se
rapportant à la faillite n'affectent pas l'efficacité d'une clause compromissoire contenue dans un contrat conclu
par le syndic de la faillite.

Valeurs mobilières Carboni c. Financière Banque nationale (Cour supérieure du Québec, 2004)

Les litiges relatifs à la Loi sur les valeurs mobilières sont arbitrables.
Bail commercial –
honoraires et déboursés
des avocats Mousseau c. Société de Gestion Paquin ltée, C.S. Montréal, , 8 juillet 1994

12
Clause achat-vente –
convention entre
actionnaires Gestion Céline Courtois inc. c. Martineau, C.S. Arthabaska, 29 novembre 2000
Convention d’hypothèse et
de dépôt Rousseau c. Rousseau, C.S. Chicoutimi, 12 avril 2002
Nullité d’une clause de
non-concurrence Québec inc. c. Perform Environnement inc., C.S. Montréal, 18 août 2004
Lorsque l'on demande de déclarer la nullité d'une clause de non-concurrence stipulée dans une convention
d'arbitrage au motif que celle-ci est contraire à l'ordre public
Contrat de ventes et
actions Groulx c. Bouchard, C.S. Laval, 540-05-004388-991, 31 mars 1999
Lorsque, dans le cadre d'un différend portant sur un contrat de vente d'actions et le paiement du prix de vente,
l'on se réfère à des règles déontologique pour mettre une convention d'arbitrage de côté alors qu'on ne demande
pas à l'arbitre de se prononcer sur la conduite du membre d'un ordre professionnel

Inarbitrabilité des litiges

Inscription de faux H.A Gétry Inc. (Cour d’appel du Québec, 2009)


L'annulation d'un acte notarié par la procédure d'inscription de faux est une question qui "intéresse l'ordre public"
au sens de l'art. 2639 du Code civil du Québec et qui est donc inarbitrable.
Exclusivité des tribunaux
étatiques par la Loi sur la
liquidation des
compagnies Investissement Charlevoix inc. C. Gestion Pierre Gingras inc. (Cour d’appel du Québec, 2010)
Un recours en liquidation judiciaire d'une compagnie est inarbitrable, non pas parce qu'il touche à des questions
qui intéressent l'ordre public au sens de l'art. 2639 du Code civil du Québec, mais plutôt parce que la compétence
octroyée à la Cour supérieure par la Loi sur la liquidation des compagnies est exclusive.
Relatif à un bail de
logement Larochelle c. Svekolkine, R.L. St-Jérôme, 28-950302-001G, 19-05-1995, [1995] J.L. 285

Interdiction de se soustraire à la juridiction de la Régie du logement

13
Relatifs à la formulation
d'une entente en matière
de plafonnement des
honoraires des Association des radiologistes du Québec c. Rochon, ès qualités « Ministre de la Santé et des Services
radiologistes sociaux », C.S. Montréal, 500-05-011523-956, 19 mars 1997
Demande d’inarbitrabilité
sous le fondement de
l’article 2639 Learned Enterprises International Canada Inc. c. Lyons, C.S. Montréal, 500-05-043209-988, 27 juillet 1999
La demande en annulation doit toutefois être présentée dans les trois mois de la réception de la sentence arbitrale
sous l’ancien art. 947.4 C.p.c.

Convention de New York Parsons & Whittemore v. RAKTA (US no. 7, reported in Yearbook Vol. I p. 205)
Cet arrêt a défini l’ordre public comme toute matière qui pourrait violer les notions générales reconnues par le
Ordre Public droit interne de l’Etat en question, à savoir les notions de morale et de justice au sens basique reconnu.

5. Garanties fondamentales de justice

Principe : Impartialité de l’arbitrage – surveillance et contrôle des tribunaux étatiques – égalité des parties

Article 2641 C.c.Q : Empêcher que la désignation de l’arbitrage procure un avantage à l’une des parties. L’arbitre doit répondre aux exigences
d’indépendance et d’ordre public. Une partie ne peut tirer frauduleusement profit de l’arbitrage (dol) ni même influencer dans la désignation d’un
arbitre qui ne serait pas indépendant (erreur) qui renvoie à l’article 1399 du C.c.Q sur les vices de consentements.

Selon les articles 620 et 624 du CPC, l’arbitre est considérée une autorité non québécoise qui possède les mêmes qualités qu’un juge étatique,
notamment en matière d’autonomie. L’arbitre doit être écarté de toute source d’influence, en fait et en apparence, afin de pouvoir s’acquitter de
ses fonctions.

En ce qui concerne l’égalité des parties, l’article 624 du C.p.c prévoit qu’en cas d’arbitrage institutionnel, les dispositions spécifiques du règlement
d’arbitrage devront être respectées. Les principes supérieurs de la contradiction et de l’égalité entre les parties doivent être scrupuleusement

14
observés : ainsi toute pièce émanant d’une partie doit être communiquée à la partie adverse ainsi qu’à chaque membre du tribunal. De plus,
concernant l’impartialité des arbitres, l’arbitrage qui, par définition, substitue une justice privée à la justice étatique doit « garantir aux justiciables
la même mesure de justice que celle distribuée par les tribunaux, d’où l’élaboration des règles de procédure destinées à assurer l’impartialité de
l’arbitre et le respect des règles de justice fondamentale.

Articles liés : article 4 et 5 Code de procédure civile (obligation de confidentialité) ; article 4 Indépendance, récusation et remplacement des
arbitres dans l’arbitrage OHADA

Impartialité des arbitres Sport Maska Inc c Zittrer (1988)


Deux critères peuvent remettre en cause la partialité des arbitres : des liens particuliers avec l’une des
parties ; que les arbitres soient rémunérés par l’une d’entre elles.
Lu-Den Casual (1986)
Les relations d’affaires dans le passé et des décisions favorables ne sont pas suffisantes pour
contrevenir à l’impartialité de l’arbitre.
Desbois c. Industries (1990) C.A
Dans l’affaire, le contrat prévoyait la désignation d’une des parties ou ses représentants comme arbitres.
La Cour a considéré que cela ne répondait pas aux exigences d’indépendance et impartialité des arbitres,
principes qui relèvent de l’ordre public. - Dans cette affaire, la convention d'arbitrage avait été conclue
avant l'entrée en vigueur des nouvelles dispositions sur l'arbitrage en 1986. Tout en mentionnant qu'il
n'apparaissait pas que la nouvelle loi québécoise soit rétroactive, le tribunal conclut toutefois que la clause
« contredit de façon fondamentale la notion même d'arbitrage. Cette institution suppose le renvoi, par deux
parties, d'un différend à un tiers, qui se trouve étranger à leur conflit » [par.10]
Société des services dentaires (A.C.D.Q.) c. Desmeules, C.S. Montréal, 500-05-074810-027, 7 juin
2004
La convention d’arbitrage prévoyant que les arbitres (le « comité des pairs » au sens de la convention)
sont entièrement désignés, choisis, rémunérés, etc., par une partie, alors que l'autre partie n'a rien à y voir
Beauchemin c. Association de bienfaisance et de retraite des policiers de la Communauté urbaine
de Montréal, C.A. Montréal, 500-09-005174-974 (540-05-000507-958), 28 mai 1997
La convention d’arbitrage prévue dans le Règlement du comité médical de l'Association de bienfaisance
et de retraite des policiers de la Communauté urbaine de Montréal qui permet à une partie de choisir

15
unilatéralement et de façon définitive l'arbitre, en cas de désaccord à ce sujet entre les parties. Le tribunal
a déclaré nuls les articles de ce Règlement traitant de la nomination des arbitres. Soulignons qu'un arbitre
peut être récusé pour les mêmes motifs que ceux pour lesquels un juge peut l'être [ art. 234, 235 et 942 et
s. C.p.c. ].
Location d'équipement Jalon-Simplex ltée c. Animation Proludik inc., C.Q. Montréal, 1er avril 1997
Celle d'un contrat d'adhésion prévoyant que l'Institut d'arbitrage du Québec nommera l'arbitre, alors
qu'une partie est liée de manière contractuelle par la demande d'arbitrage avec l'Institut
Pétrolière Impériale c. Lessard, C.S. Trois-Rivières, 400-05-000185-950, 1er février 1996
Celles prévues dans un plan d'arbitrage prévoyant d'avance et décrivant les personnes qui agiront comme
arbitre, alors que les locataires (soit les détaillants Esso) n'ont aucunement été consultés sur ces choix et
que le plan leur a été imposé par le locateur (soit la Pétrolière)
Dubé c. Secrétariat de l'Action catholique de Joliette C.A. Montréal, 1er novembre 2001
La Cour d'appel a également soulevé que la stipulation d'un document établissant les conditions de travail
du personnel laïc du diocèse qui prévoit qu'à défaut d'entente entre les arbitres désignés par les parties
sur le choix du troisième, ce dernier doit être nommé par l'évêque de Joliette pourrait être considérée
comme contrevenant à l'article 2641 C.c.Q.
Relativisation C.S. Montréal, 500-17-015083-036, 11 juin 2004
Le tribunal a rejeté l'argument du demandeur qui soutenait que le fait qu'il devait choisir l'arbitre parmi ceux
figurant sur une liste fournie par le Centre d'arbitrage commercial national et international du Québec
(CACNIQ) conférait une situation privilégiée au défendeur quant à la désignation de l'arbitre. Selon le
défendeur, il en était ainsi au motif que cet organisme était né d'une entente entre le Centre et les membres
de l'Association canadienne des courtiers en valeurs mobilières (ACCOVAM) ou la Bourse de Montréal et
que le défendeur était lui-même membre de l'Association ou de la Bourse. Le tribunal note que ces
organismes sont indépendants et distincts l'un de l'autre.
Nullité de la clause si Entreprises modernes Daveluyville inc. c. Industries Leclerc inc., C.S. Arthabaska, 28 novembre
impartialité non respectée 1995, J.E. 1996-416
Délais relatifs à la nomination des arbitres ne devant pas être interprétés avec trop de rigueur afin de
respecter le principe d'égalité des parties dans le choix des arbitres
Séparabilité de la clause
même si nullité de la Dubé c. Secrétariat de l'Action catholique de Joliette C.A. Montréal, 1er novembre 2001

16
convention sous
fondement article 2641
Corrélation Charte des droits et libertés de la personne, L.R.Q., c. C-12, art. 23 , al. 1 et 56 (1)
Compte tenu du rôle des arbitres, il est toutefois primordial d'assurer leur indépendance et leur
impartialité dans le processus arbitral1, comme cela est la règle en matière de droits judiciaires
Egalité des parties Cie Nationale Air France c. M'Baye, ès qualités « Juge », C.S. Montréal, 15 février 2000
Le pouvoir de surveillance
et de contrôle des
tribunaux étatiques Québec c. Du Mesnil (1997)
Les sautes d’humeur et certains propos déplacés de l’arbitre ne sont pas suffisants en l’espèce pour
remettre en doute l’impartialité de l’arbitre.
Possibilité de renoncer à
son droit au principe
d’impartialité des arbitres Parent et associés comptables agréés de la Cour suprême
Possibilité de renoncer à ce droit et déroger à l’article seulement en arbitrage civil et commercial. Il faut
toutefois, informer à l’avance les parties et que certains critères soient remplis.
Petroliere Imperiale c.Lessard
Si une convention d'arbitrage prévoit qu’une partie décide unilatéralement la composition d’un conseil
arbitral elle est frappée de nullité.
Bentley Leathers inc c Remo Imports Ltd 2005 CS
La nomination d’un arbitre ne doit jamais mettre une partie dans une situation privilégiée.

6. Autonomie de la convention d’arbitrage

17
L’article 2642 du C.c.Q énonce que la convention d’arbitrage est une convention distincte du contrat. L’article consacre la séparabilité de la
clause qui n’est pas nulle de plein droit même si le contrat où elle se retrouve est frappé de nullité. Toutefois, cet article n’exclut pas la possibilité
pour une partie de demander au tribunal, la nullité de la convention d’arbitrage et non celle de l’ensemble du contrat.

L’article II 2. De la convention de New York prévoit que cette convention écrite prend la forme soit d’une clause compromissoire soit d’un
compromis. Ainsi, comme le prévoient les dispositions légales et la loi type, cette convention est séparable du contrat initial ainsi elle n’est pas
touchée par les formes de nullité qui peuvent toucher le contrat initial. C’est le principe d’autonomie de la convention d’arbitrage par rapport au
contrat de base entre les deux parties. Cela permet d’assurer sa validité dans la majorité des cas où le contrat principal poserait problème et ainsi
assurer le règlement du litige.

Principe : Autonomie de la convention d’arbitrage et séparabilité de la clause compromissoire

Autonomie de la
convention d’arbitrage Lincora Metal Inc. c. H. D'Amours et associés Inc., J.E. 90-278, C.S
Possibilité pour une partie de demander la nullité de la convention d’arbitrage sans annuler l’ensemble du
Validité de la convention contrat, le tribunal doit constater l’invalidité de la clause de façon séparée tel que le prévoit le C.c.p
Caractère distinct de la
convention d'arbitrage St-Arnaud c. Dallaire C.S. Abitibi, 605-05-000527-999, 1er septembre 1999
contenue dans un contrat
Le tribunal a conclu qu'une disposition générale du contrat stipulant que les délais qui y sont prévus sont de
rigueur ne pouvait être appliquée à la convention d'arbitrage, compte tenu de l'article 2642 C.c.Q.
9095-5378 Québec inc. c. Perform Environnement inc. C.S. Montréal, 18 août 2004
Le tribunal est d'avis que, puisque la convention d'arbitrage contenue dans une convention entre actionnaires
est un contrat autonome distinct, elle peut s'appliquer même après la fin de la convention entre actionnaires.
Dans cette affaire, le tribunal a donc confirmé la déclaration de compétence de l'arbitre de statuer sur un
différend relatif à l'application d'une clause de non-concurrence prévue dans la convention entre actionnaires
(article 943.1 C.p.c.).
Wold LLC c. Parenteau & Parenteau Int'l inc., C.S. Montréal, 9 mars 1998
compétence de l'arbitre pour déterminer si le mot « différends » vise les seules difficultés d'interprétation et
d'application du contrat ou comprend également tout litige quant à la formation du contrat et à sa légalité

18
Ouellette c. Société de récupération, d'exploitation et de développement forestiers (Rexfor), C.A.
Québec, 18 août 1997
La Cour ordonne le renvoi des parties à l'arbitrage. Dans cette affaire, l'argument de l'appelant que l'arbitre a
la compétence, en vertu de l'article 2642 C.c.Q., pour statuer sur un différend relatif à la validité du contrat
d'emploi et de la clause d'arbitrage n'a pas été contesté par l'intimée. Cette dernière invoquait plutôt que la
compétence de l'arbitre était exclue selon l'article 2639 C.c.Q.
Loi type Comandate Marine Corp. v. Pan Australia Shipping Pty. Ltd., Federal Court, Australia, (2006).
Dans un cas australien, la cour a noté que l’article 16 (1) est, dans un sens strict, non applicable lorsque
l’accord d’arbitrage est fourni pour un lieu d’arbitration à l’étranger, mais cependant a appliqué le principe de
séparabilité à la question juridictionnelle en jeu.
Campbell et al. v. Murphy, Ontario Court of Justice—General Division, Canada, (1993).
Le champ d’application du principe de séparabilité provient de la phrase introductive de la seconde phrase de
l’article 16 (1) (« for that purpose »). Comme la phrase précédente se réfère au pouvoir du tribunal d’arbitrage
de statuer dans sa propre juridiction, la deuxième phrase pourrait être lue comme limitant l’effectivité du
principe de séparabilité aux situations où une objection juridictionnelle est examinée par le tribunal d’arbitrage,
en opposition à une cour. Cependant, les cas confirment clairement que le langage utilisé dans la deuxième
phrase ne prévient pas l’application du principe de séparabilité quand une question juridictionnelle est
soulevée devant une cour.

Principe : compétence des arbitres pour nullité du contrat – competence-competence

Compétence des arbitres de


statuer sur la validité du
contrat et effet de la
constatation de la nullité du
contrat sur la clause
d'arbitrage Nicolas c. Radio Taxi Union ltée, C.S. Montréal, 500-05-019951-910, 14 juillet 1994
L'arbitre à qui un différend
est soumis pourrait avoir
d'abord lui-même constaté Robitaille c. Centre Rail-Control inc., C.S. Montréal, 500-05-064578-014, 17 mai 2001

19
l'inexistence de la
convention d'arbitrage
« Même si les arbitres ont compétence pour se prononcer sur l'étendue de leur juridiction et la validité du
contrat existant entre les parties, qu'il soit de services, d'entreprise, d'emploi ou autre, la détermination de
l'existence d'une convention valide d'arbitrage, un contrat séparé (art. 2642 C.c.Q.), demeure en dernière
analyse l'apanage de cette cour puisque attributif de juridiction (…).
Article 1926.5 Bélanger c. 2846-7405 Québec inc., C.S. Kamouraska, 250-05-000006-916, 17 mai 1991
« La nullité que doit constater le Tribunal en vertu de l'article 940.1 du C.p.c. vise la convention d'arbitrage
et non l'ensemble du contrat. L'article 1926.5 du Code civil correspondant à l'art. 2642 C.c.Q. stipule qu'une
convention d'arbitrage contenue dans un contrat est distincte des autres clauses de ce contrat. Ce même
article investit maintenant les arbitres du pouvoir de constater eux-mêmes la nullité du contrat, sans que cela
n'entraîne de plein droit la nullité de la convention d'arbitrage »

7. Nomination des arbitres


Principe : Nomination et désignation des arbitres

Article 624 du C.p.c : En règle générale, la question de la constitution du tribunal précède celle de l’instance arbitrale. Au Québec trois arbitres
pour trancher le différend (un de chaque et les deux nomment le troisième)

De plus, l’article 621 du C.p.c prévoit que l’arbitre est immune contre toute poursuite judiciaire relevant de l’exercice de sa mission à moins qu’il
n’ait agi de mauvaise foi ou n’ait commis une faute lourde ou intentionnelle.

L’article 10 de la loi type de la CNUCDIC prévoit la composition du tribunal arbitral. De même, le chapitre III de cette convention contient un
certain nombre de dispositions détaillées se rapportant à la nomination, à la récusation, à la fin du mandat et au remplacement des arbitres. En
arbitrage commercial habituellement sont désignés un à trois arbitres. En arbitrage international le plus commun est d’avoir recours à trois arbitres.
Il faut prendre en compte quelques considérations au moment de choisir un ou trois arbitres. L’avantage d’un arbitre unique est économique, un
gain de temps et plus pragmatique pour établir le calendrier. Alors qu’en présence d’affaires complexes, trois arbitres semblent préconisés. En
autres termes, avoir trois arbitres sécurise les parties d’avoir plusieurs opinions d’experts et l’idiosyncrasie culturelle quand nous choisissons un
arbitre de notre même origine.

20
Principe : Pouvoir d’intervention des tribunaux étatiques dans la désignation des arbitres

L’article 625 du C.p.c. encadre l’intervention du tribunal dans le cas de difficulté dans la nomination des arbitres. Cette intervention se fera à la
demande d’une partie et le tribunal pourra donc prendre toute mesure nécessaire pour assurer cette nomination. Pour cela, le tribunal peut intervenir
si une partie requise par l’autre n’aboutit pas à une nomination dans les 30 jours qui suivent. Dans le cas de la nomination du troisième arbitre, le
tribunal interviendra si les deux arbitres nommés ne s’accordent pas sur le choix d’une troisième, 30 jours après la nomination de deux premiers.
L’intervention du tribunal dans la désignation des arbitres est importante pour assurer le déroulement rapide de l’arbitrage, mais aussi pour veiller
à la nomination des arbitres impartiaux, qualifiés et autonomes

Pouvoirs du tribunal
Ouellet c Compagnie mutuelle d'assurance Wawanesa 2005
Si une partie refuse de nommer un arbitre, le tribunal peut la contraindre à le faire (30
jours).
Nearctic Nickel Mines Inc c Canadian Royalties inc

Compétence exclusive du tribunal de rendre une injonction.

Nikiforos c Petropoulos 2007 QCCS

Intervention du tribunal doit être proportionnelle et favoriser l’accès à la justice.

Principe : Récusation des arbitres

Article 626 C.p.c : Demande motivée par l'une des parties. La partie ne peut demander la récusation de l'arbitre qu'elle a nommé que pour une
cause survenue ou découverte après cette nomination. La procédure arbitrale peut se poursuivre et rendre sentence tant que le tribunal n'a pas
statué. L’arbitre est tenu de signaler tout fait le concernant qui pourrait mettre en cause son impartialité et justifier une récusation.

De plus, selon l’article 627 du C.p.c, une partie peut demander la récusation d’un arbitre. La demande doit être motivée dans un document qui
sera par la suite partagé avec l’autre partie et l’arbitre concerné dans les 15 jours suivants de la connaissance soit de la ou de leur nomination, soit
de la cause de récusation. L’article 627 permet aux parties de faire valoir ses droits et de se protéger de tout traitement défavorable qui remettrait

21
en question l’indépendance et l’impartialité des arbitres et même la légitimité de la procédure arbitrale.

Récusation et
devoir de l'arbitre Eacom Timber Corporation c. Domtar 2014 CACQ
Le fait que la personne agisse comme arbitre soit un comptable d'un cabinet qui entretient des liens annuels
avec les deux parties ne permet pas de douter qu'il possède l'indépendance requise, et ce même si la relation
avec une des parties est plus ancienne.
Motifs de
récusation Sport Maska c. Zittrer (1988)
Deux critères peuvent remettre en cause la partialité des arbitres et justifier la récusation: des liens particuliers
avec l’une des parties ; que les arbitres soient rémunérés par l’une d’entre elles.
La nature du lien sera considérée dans le cas échéant.

Demande de
récusation Groupe de Charles Lacroix c Syndicat des travailleurs horaires de l'amiante 2003
SNC-Lavalin inc c Guardian du Canada 2006
Une partie peut renoncer à invoquer un motif de récusation et une requête en récusation peut être rejetée en raison de
son caractère tardif, puisqu'elle relève de l'ordre public de protection et non de direction.
EMS Technologies Canada Ltd v Advantech Satellite Networks Inc 2013
Une requête de récusation faite après le délai stipulé dans l’article 627 CPC sera considérée une demande tardive et
sera donc rejetée en tant que demande mal fondée.

Article 628 C.p.c: Révocation de l'arbitre quand il ne remplit pas sa mission ne s'acquitte pas de ses fonctions dans un délai raisonnable.
L’appréciation du délai raisonnable sera en fonction des parties. Si ce délai cause un préjudice grave à une des parties, sera qualifié hors du
raisonnable.

Révocation de
l'arbitre Capkun v boily Qc CS 2010

22
Le tribunal peut révoquer un arbitre qui ne s'acquitte pas de ses fonctions dans un délai raisonnable quand ce
délai cause un préjudice grave à l'une des parties.

Principe : Intervention du tribunal dans la récusation ou la révocation d’un arbitre


L’article 629 du C.p.c énonce qu’en cas de difficultés concernant la récusation ou la révocation d'un arbitre, le tribunal peut en décider.
Intervention nécessaire pour assurer le déroulement de la procédure arbitrale.

Principe : Sentence arbitrale

Selon l’article 630 du C.p.c, la sentence arbitrale est finale et ne peut pas être portée en appel.

Sentence
arbitrale Québec Régie des installations olympiques c Barbes 1990 QCCA

Dagenais c Société radio Canada 1994 RCS

Desputeaux c. Éditions Chouette (1987) Inc. RCS

Le contrôle judiciaire du fond de la sentence arbitrale est interdit selon la Cour suprême du Canada.

Gingras c. Entreprises FGC Inc. (Cour d’appel du Québec, 2006)


Une erreur manifestement déraisonnable dans l’application du droit ou de la jurisprudence ne constitue pas
un motif d’annulation de la sentence arbitrale.

23
8. Loi applicable

Principe : Loi régissant l’état et la capacité des personnes morales

L’article 3083, al. 2 C.c.Q. indique que l’état et la capacité d’une personne morale sont régis par la loi en vertu de laquelle elle a été constituée.
Cette règle est toutefois nuancée. Les activités de la personne morale sont soumises à la loi du lieu où elles s’exercent. Ainsi, ces dispositions
établissent une distinction entre les questions concernant l’état et la capacité des personnes morales, d’une part, et celles relatives à leurs activités,
d’autre part. Les premières relèvent de la loi personnelle de la personne morale. Les secondes doivent se conformer à la loi territoriale du lieu où
la personne morale exerce ses activités. Celles-ci peuvent être soumises à des lois différentes, dans le cas où la personne morale exerce ses
activités dans plusieurs États.

Les questions concernant l’état et la capacité des personnes morales sont relatives à son existence juridique, à son organisation, à son
fonctionnement, aux compétences de ses organes et de ses représentants, à sa capacité d’accomplir certains actes juridiques, aux conditions de
sa fusion avec une autre personne morale, aux conditions de sa dissolution, etc. Notons que l’article 3083, al. 2 C.c.Q. fait régir ces questions par
la loi constitutive de la personne morale plutôt que par la loi du lieu où se trouve son siège social.

Dans bien des cas, ces lois coïncident, mais il pourrait en être autrement dans certains autres. Dans ceux-ci, la loi compétente ne sera pas la loi
du domicile de la personne morale tel que celui-ci est compris par le droit québécois.

Principe : Loi applicable / Élément d’extranéité

Selon l’article 3111 du C.c.Q, la loi applicable au fond d’un acte juridique, qu’il présente, ou non, un élément d’extranéité, est celle qui est «
désignée expressément dans l’acte ou dont la désignation résulte d’une façon certaine des dispositions de cet acte » (al. 1) . C’est dire qu’un
contrat conclu au Québec par deux Québécois pourrait être soumis à une loi étrangère, désignée expressément ou implicitement dans ce contrat.
Cependant, s’il ne présente aucun (autre) élément d’extranéité, l’acte juridique demeure soumis aux lois impératives appartenant au système
juridique compétent, en l’absence de la désignation d’une loi étrangère (al. 2).

24
De plus, conformément à son troisième paragraphe, les parties à un contrat peuvent soumettre leur convention d’arbitrage à un régime différent
de celui applicable au contrat principal. Mais, dans la pratique, il est relativement rare qu'un contrat contienne plus d'une loi élue expressément
choisie, car sauf si la loi applicable au contrat principal n'est pas favorable à la validité de la clause d'arbitrage, le dépeçage est inutile et peut
augmenter la complexité du contrat et ainsi réduire la prévisibilité.
Constituent des éléments d’extranéité pertinents les circonstances suivantes :

- Des parties ayant leur établissement dans des États différents au moment de la conclusion de la convention d’arbitrage
- Le lieu d’arbitrage est dans un État différent de celui de leur établissement respectif
- Un contrat portant sur un bien ou service acheté ou vendu hors Québec, ou relatif à une opération exécutée hors Québec même si les
parties y sont résidentes
- La mention à la convention d’arbitrage que son objet a des liens avec plus d’un État

Principe : Absence de désignation de la loi applicable

L’article 3121 du C.c.Q énonce la loi applicable à la convention d'arbitrage, en l'absence de désignation par les parties. En tel cas, la convention
serait régie par la loi applicable au contrat principal (loi retenue pour le fond).

Certains auteurs avancent même que la loi désignée devrait être écartée si elle a pour effet d’invalider la convention d’arbitrage. La loi compétente
serait, encore une fois, la loi régissant le contrat principal. Si cette loi a aussi pour effet d’invalider la convention d’arbitrage, on va se référer à la
loi de l’État ou l’arbitrage se déroule.

Cette solution présente l’avantage de préserver la validité de la convention d’arbitrage et de simplifier la recherche de l'intention implicite, en
adoptant une règle expresse qui sélectionne alternativement deux rattachements significatifs, favorisant ainsi la validité de la convention
d'arbitrage.

Allant au-delà de ce que prévoit l’article 3121 C.c.Q., selon l’article 3112 du C.c.Q si les parties n’ont pas désigné la loi régissant la convention
d’arbitrage et que la loi régissant le contrat principal et celle de l’État où se déroule l’arbitrage annule cette convention, les tribunaux appliquent
la loi de l’État qui présente les liens les plus étroits avec la convention.

25
Indicateurs des liens les plus étroits Oppenheim Forfait GmbH c. Lexus Maritime inc., (1998)
On tient compte de la nature de l'acte, par exemple, mandat ou
donation, et des circonstances qui entourent cet acte, par exemple,
le lieu de conclusion, le lieu d'exécution principal, la situation de
l'objet de l'acte, le domicile, la résidence, la nationalité, le centre
d'affaires des parties, la forme de la rédaction de l'acte, la monnaie
de paiement, la langue employée, la teneur des lois en conflit, les
clauses d'arbitrage ou attributives de juridiction et enfin l'attitude des
parties. L'importance relative de ces indices, et leurs classements
sont laissés à l'appréciation des tribunaux et des conseillers des
parties.

Principe : Application d’une norme d’application nécessaire québécoise

Selon l’article 3076 du C.c.Q, la loi étrangère applicable au contrat pourrait être écartée par l’application d’une norme d’application nécessaire
québécoise.

Il s’agit de dispositions du droit interne qui, en considération du but particulier qu’elles poursuivent, s’appliquent sans égard à la règle de conflit,
de manière directe et impérative, malgré les éléments d’extranéité que la situation juridique peut comporter. Ces dispositions doivent être non
seulement impératives, mais poursuivre un but essentiel à l’organisation de l’État.

Contrairement aux règles matérielles, ces règles ne visent pas en soi une situation internationale, ce sont plutôt des règles substantielles de droit
interne, qui, en raison de l’objectif visé par le législateur, doivent être appliquées en dépit de l’existence d’éléments d’extranéité. En d’autres
termes, ces règles s’imposent au juge, que celui-ci soit face à une situation purement interne ou à une situation internationale.

Les lois mettant en jeu des intérêts véritablement vitaux et essentiels de l’État en ce qui a trait à son organisation politique, sociale ou économique
(dites « lois de police ») sont généralement d’application immédiate.

26
Portée de la notion d’application nécessaire B.(G.) c. C.(C.) (2001)

La notion de lois d'application nécessaire est de portée très restreinte.


La Cour d'appel la limitée aux règles qui mettent en cause l'intérêt vital
de l'État ou mettent en péril l'existence même de la société.

Règles de droit et non de lois Ferme Avicole Héva Inc. c. Boréal assurances agricoles Inc. (2003)

« Notons que l'article 3076 parle des règles de droit et non de


lois. Cette rédaction permet de tenir compte du fait que parfois ce ne
sont que certaines dispositions d'une loi qui sont d'application
nécessaire. En outre, ces règles ne sont pas toujours d'origine
législative. Elles peuvent être jurisprudentielles, voire même
réglementaires. »

Exemples : Loi sur les aspects civils de l’enlèvement international et interprovincial d’enfants
Loi sur l’immunité des états

Principe : Application des lois d'application immédiate étrangères

L’article 3079 C.c.Q permet, dans des limites suffisamment strictes, à des lois d'application immédiate étrangères qui ne seraient pas désignées
par nos règles de conflits de recevoir application. Cet article ne rend toutefois pas l'application de la loi étrangère obligatoire même si les conditions
de l'article sont remplies puisqu'on doit encore se demander si les conséquences qui découleraient de l'application de la loi étrangère justifient un
tel recours.

Conditions d’application Banque Paribas (suisse) S.A. c. Wightman (1997)


1. Disposition impérative de la loi d'un autre État

2. État avec lequel la situation présente un lien étroit

3. Le but de la disposition

27
4.Conséquences qui découleraient de l'application de la loi étrangère
sur les intérêts de la justice tels que nous les percevons au Canada

5. Intérêts légitimes et manifestement prépondérants militant en faveur


de l’application de la loi étrangère

6. La courtoisie internationale La « courtoisie » au sens juridique n'est ni une question d'obligation


absolue d'une part ni de simple politesse et de bonne volonté de
l'autre. Mais c'est la reconnaissance qu'une nation accorde sur son
territoire aux actes législatifs, exécutifs ou judiciaires d'une autre nation,
compte tenu à la fois des obligations et des convenances internationales
et des droits de ses propres citoyens ou des autres personnes qui sont
sous la protection de ses lois.

Principe : Lois contraires à l’ordre public québécois

Selon l’article 3081 du C.c.Q, les dispositions de la loi d’un État étranger sont exclues d’application s’ils sont contraires avec l’ordre public
québécois, cela même s’ils dont désigné par les parties.
Droit applicable à la forme de la convention d’arbitrage

L’article 3109 du C.c.Q prévoit que la forme de l’entente est régie par la loi du lieu où elle est passée, par la loi applicable au fond de cet acte,
par la loi du lieu où sont situés les biens qui en font l’objet, par la loi du domicile de l’une des parties, ou finalement, par la loi du domicile ou de
la nationalité du testateur.

Principe : Reconnaissance de la compétence d’une autorité étrangère

L’article 3148 du C.c.Q établit le cadre général qui définit la compétence des autorités québécoises en matière contractuelle, pour les litiges
fondés sur des actions personnelles à caractère patrimonial. Conformément à son deuxième alinéa, cette disposition reconnaît aussi la primauté de
l’autonomie de la volonté des parties.

28
Le législateur à laisser aux parties la faculté de choisir d’écarter la compétence des tribunaux québécois lorsqu’elles désirent confier leurs litiges
à une autorité étrangère ou à un arbitre.

Par ailleurs, il faut souligner que le respect de l’autonomie de la volonté des parties permet de mettre en œuvre le principe plus général de la
recherche de la sécurité juridique dans les transactions internationales.

En effet, la volonté des parties de soustraire un litige à la compétence des autorités d’une juridiction s’exerce généralement sous la forme de clauses
compromissoires ou de clauses d’élection de for. Or, ces clauses favorisent la sécurité et la prévisibilité dans les relations commerciales
internationales, puisqu’elles permettent aux parties de prévoir à l’avance le for auquel elles soumettront leur litige.

Primauté de l’autonomie de la volonté GreCon Dimter inc. c. J.R. Normand inc


« Davantage qu’un simple alinéa à portée limitée, l’art. 3148, al. 2
C.c.Q. constitue, en matière de conflits de juridiction, la pierre
angulaire d’une politique législative de respect de l’autonomie de la
volonté des parties. Dans la mesure où la volonté des parties de
soumettre leurs litiges éventuels à une autorité étrangère s’affirme de
façon claire et exclusive, les tribunaux devraient respecter les clauses
d’élection de for »
Suprématie du principe de l’autonomie de la volonté
La présence de ce principe fondamental (autonomie de la volonté), qui
sous-tend l’art. 3148, al. 2 C.c.Q., accentue la nécessité d’adopter une
interprétation large de cette disposition, même s’il en résulte une
limitation des domaines des autres articles à caractère moins
importants.

29