Vous êtes sur la page 1sur 141

Institut national des sciences appliquées

https://www.facebook.com/Les.livres.de.Genie.civil

Géologie
appliquée
Au
Génie Civil
Med Zoù 2014
PO Ingénierie de la construction
Géologie appliquée
Géologie de l’ingénieur

Introduction
La Géologie Appliquée au Génie Civil
PO IC - Géologie de l'ingénieur

Martin Cyr Plan


génie civil
05.61.55.99.25 0.1 Rôle de la géologie (exemples)
cyr@insa-toulouse.fr 0.2 Plan du cours

0.1 Rôle de la géologie (exemples)

D La science des matériaux

D Les risques naturels


PO IC - Géologie de l'ingénieur

D Les ouvrages souterrains

Introduction 1
La science des matériaux
Prospection de matériaux pour le Génie Civil
L’industrie des granulats en Europe
L’industrie des granulats compte environ 25 000 sites d’extraction en Europe.
La production annuelle moyenne de granulats s’élève à 2757,3 millions de tonnes,
soit une consommation
de 7 tonnes par habitant
et par an.
PO IC - Géologie de l'ingénieur

http://www.unicem.org/

La science des matériaux


Prospection de matériaux pour le Génie Civil
PO IC - Géologie de l'ingénieur

2 Introduction
La science des matériaux
Évolution des matériaux en cours de durée de service
Certains types de granulats contenant des minéraux sensibles en milieu alcalin,
sont susceptibles de relarguer de la silice, qui en réagissant avec les éléments de
la solution interstitielle, provoque la formation de gels.
Ces derniers aux propriétés expansives conduisent à des désordres structurels
sous la forme de faïençage, fissures, etc...
La réaction alcali-granulats ne se produit que si les conditions nécessaires à son
développement sont réunies à savoir :
PO IC - Géologie de l'ingénieur

La science des matériaux


Évolution des matériaux en cours de durée de service
Problème de la pyrite
On parle du «problème de la pyrite» pour désigner un phénomène de gonflement de
certains remblais utilisés en construction résidentielle. La pyrite (et d'autres minéraux
ferreux de la même famille) se retrouve dans plusieurs formations rocheuses. C'est le cas
notamment des schistes argileux (shale) qui ont pu être utilisés comme remblais sous les
dalles de fondation des sous-sols et des garages.
Sous certaines conditions chimiques spécifiques, l'humidité et l'oxygène provoquent
l'oxidation des sulfures de fer de la pyrite. Cette réaction entraîne un gonflement
susceptible de faire lever la dalle de béton.
PO IC - Géologie de l'ingénieur

Introduction 3
La science des matériaux
Évolution des matériaux en cours de durée de service
Problème de la pyrite
PO IC - Géologie de l'ingénieur

http://irc.nrc-cnrc.gc.ca/cbd/cbd152f.html
http://www.consommateur.qc.ca/acqc/PyriHouse.pdf

Les risques naturels


Total : 78 728
Séisme Action des
Autres
1% vagues
5%
< 1%
Avalanche
< 1%
Mouvement
de terrain
17%
PO IC - Géologie de l'ingénieur

Nombre de
communes déclarées
en catastrophe
Inondation
naturelle 77%
1982-2003

http://www.ifen.fr/dee2003/risquesnaturels/risquesnaturels1.htm

4 Introduction
Les risques naturels
Glissements de terrains
PO IC - Géologie de l'ingénieur

Les risques naturels


Glissements de terrains
PO IC - Géologie de l'ingénieur

Introduction 5
Les risques naturels
Séismes
PO IC - Géologie de l'ingénieur

Les risques naturels


Séismes
PO IC - Géologie de l'ingénieur

6 Introduction
Les risques naturels
Séismes
PO IC - Géologie de l'ingénieur

Les risques naturels


Séismes
PO IC - Géologie de l'ingénieur

Introduction 7
Les risques naturels
Séismes et tsunamis
Sumatra, 26 décembre 2004
PO IC - Géologie de l'ingénieur

Les risques naturels


Séismes et tsunamis
Sumatra, 26 décembre 2004
PO IC - Géologie de l'ingénieur

8 Introduction
Les risques naturels
Séismes et tsunamis
Sumatra, 26 décembre 2004
PO IC - Géologie de l'ingénieur

Géologie de la France, 2002, n° 2, 39-52


http://geolfrance.brgm.fr/

Les ouvrages souterrains


Tunnel de l'A86 à l'Ouest de Paris
2e périphérique

2007
4,5 km
PO IC - Géologie de l'ingénieur

Maître d'ouvrage

2009
5,5 km
Maître d'œuvre

Source : L'A86 à l'Ouest


CD-Rom édité par Cofiroute

Introduction 9
Tunnel est
Présentation de l'ouvrage 2007
4,5 km
• 2 x 2 voies + bande d'arrêt
• Véhicules légers

2009
5,5 km
PO IC - Géologie de l'ingénieur

Tunnel est
Tracé et géologie
PO IC - Géologie de l'ingénieur

Passage dans des couches très variées


• choix de creusage par tunnelier
• plusieurs modes de fonctionnement

10 Introduction
Particularités de conception
Sécurité
PO IC - Géologie de l'ingénieur

…dans le tunnel

…intervention extérieure

Tunnelier
PO IC - Géologie de l'ingénieur

Introduction 11
Bilan
Importance de la géologie
Les propriétés et exemples évoqués
→ résultante des propriétés des constituants et de leur arrangement

Minéral → Roche → Condition d’emploi


° ± Architecture des terrains
²
Exemple
Argile → Roches calcaires → Couches inclinées
° argileuses ± ²
PO IC - Géologie de l'ingénieur

Glissement de terrains
Å km

0.2 Organisation du cours

Plan du cours Chapitre 5 - Mesures géophysiques


5.1 Introduction
1h00
5.2 Sismique réfraction
Géologie appliquée 5.3 Prospection électrique
Temps 5.4 Autres techniques

Introduction 0h30 Chapitre 6 - Procédés de 0h30


reconnaissance mécaniques
Chapitre 1 - Structure du globe terrestre 1h00 6.1 Tranchées, puits
1.1 Caractéristiques globales 6.2 Galeries de reconnaissance
1.2 Modèle sismologique 6.3 Sondages
1.3 Modèle minéralogique 6.4 Autres techniques
1.4 Modèle dynamique : théorie des plaques
Chapitre 7 - Cartographie 0h30
Chapitre 2 - Pétrographie 1h45 7.1 Cartographie topographique
2.1 Rappels sur les minéraux 7.2 Cartographie géologique
2.2 Mode de formation des roches 7.3 Cartographie géotechnique
2.3 Propriétés géotechniques des roches 7.4 Coupes géologiques
PO IC - Géologie de l'ingénieur

2.4 Terrains de couverture


Chapitre 8 - Génie parasismique 1h00
Chapitre 3 - Stratigraphie 1h15 8.1 Aléa sismique
3.1 Architecture des roches sédimentaires 8.2 Conception parasismique des ouvrages
3.2 Principes de la stratigraphie
3.3 Datation des terrains Chapitre 9 - Travaux souterrains 1h30
3.4 Echelle stratigraphique et tunnels
9.1 Principes généraux de construction
Chapitre 4 - Tectonique 1h45 9.2 Principaux problèmes rencontrés
4.1 Généralités dans les tunnels
4.2 Plissements 9.3 Importance de la géologie
4.3 Failles 9.4 Etudes de cas
4.4 Glissements de terrains
4.5 Ecroulements et chutes de blocs Chapitre 10 - Carrières et gravières 0h30
4.6 Effondrements et affaissements 10.1 Les deux sources de granulats
4.7 Séismes 10.2 Les carrières

12 Introduction
Chapitre 1
Structure
du globe terrestre
PO IC - Géologie de l'ingénieur

Plan
1.1 Caractéristiques globales
1.2 Modèle sismologique
1.3 Modèle minéralogique
1.4 Modèle dynamique : théorie des plaques

Introduction

Connaissance du globe terrestre


D Caractéristiques géométriques, physiques
Plusieurs caractéristiques (masse, diamètre…)
→ - pas directement mesurables
- calculs basés sur des hypothèses

D Structure interne
PO IC - Géologie de l'ingénieur

Modélisations

Structure du globe terrestre 13


Structure du globe terrestre
Anciennes conceptions

17e siècle
Les eaux et les canaux souterrains font
communiquer les mers entre elles.
PO IC - Géologie de l'ingénieur

1665
Le feu central et les canaux
permettant la circulation de
l'air qui lui est nécessaire

1.1 Caractéristiques globales

Le globe Rp
- pratiquement sphérique
Re
- géoïde
- dimensions
rayon polaire (Rp ) = 6356,77 km
rayon équatorial (Re ) = 6378.16 km
rayon moyen (sphère de volume égal)
= 6371 km
PO IC - Géologie de l'ingénieur

Surface S ≈ 510 x 106 km2


Volume V ≈ 1,083 x 1012 km3
Terre animée Masse M ≈ 5,975 x 1021 T
Masse volumique moyenne de 5,52 T/m3

14 Structure du globe terrestre


D Géoïde
PO IC - Géologie de l'ingénieur

http://zoumine.free.fr/tt/navigation/ellipsoides.html

1.2 Modèle sismologique

D Établi par interprétation des données fournies par


les sismographes lors des enregistrements de
séismes
D En simplifiant...
Vitesse de propagation des ondes sismiques
→ module d’élasticité et densité du milieu traversé

Terre
PO IC - Géologie de l'ingénieur

TI C204

Structure du globe terrestre 15


1.2 Modèle sismologique

Mesures Interprétation
Densité Pression Vitesse de propa gation des ondes sismiques
1 3 5 7 9 11 1000 2000 4000 2 4 6 8 10 12 14

Km.s -1
Kbar Croûte

1000 1000 1000

(Mg Fe)SiO 4
(Mg Fe)SiO 3 Manteau
P supérieur
2000 2000 2000 S (Mg Fe)O

Manteau
inférieur
3000 3000 3000
PO IC - Géologie de l'ingénieur

Fe (86%)
4000 4000 4000 S (12%)
P Ni (2%)
Noyau
externe
5000 5000 5000

S? Fe (80%)
Ni (20%)
6000 6000 6000 Noyau
interne
Prof. (k m) Prof. (km) Prof. (k m)

* Modèle sismologique le plus récent


PREM (Preliminary Reference Earth Model)

densités
épaisseur océans → 6km
continents → 30 km ρ < 3,3

profondeur → 670 km ρ : 3,3 → 4,0


PO IC - Géologie de l'ingénieur

profondeur → 2900 km ρ : 4,0 → 5,6

profondeur → 5150 km ρ : 9,9 → 12,8

ρ : 12,8 → 13,1

16 Structure du globe terrestre


* Modèle sismologique le plus récent
PREM (Preliminary Reference Earth Model)

- Croûte :
discontinuité : Mohorovicic ("Moho")
- Manteau supérieur :
PO IC - Géologie de l'ingénieur

- Manteau inférieur : ρ : 4,0


discontinuité majeure : Gutenberg
épaisseur ≈ 200 km
- Noyau : liquide ρ : 9,9

- Graine : solide
PO IC - Géologie de l'ingénieur

Structure du globe terrestre 17


1.3 Modèle minéralogique

D Variation des minéraux avec la profondeur


(à cause de l'accroissement de température et de pression)
D Expériences de condensation de mélanges gazeux et calculs
thermodynamiques
PO IC - Géologie de l'ingénieur

1.3 Modèle minéralogique


PO IC - Géologie de l'ingénieur

Epaisseur Volume Densité moyenne Masse Masse


27 3 24
(km) (x10 cm ) (g/cc) (10 kg) (%)

Atmosphère 0.000005 0.00009


Hydrosphère 3.8 0.00137 1.03 0.00141 0.024
Croûte 17 0.008 2.8 0.024 0.4
Manteau 2883 0.899 4.5 4.016 67.2 99.6%
Noyau 3471 0.175 11.0 1.936 32.4
Terre totale 6371 1.083 5.52 5.976 100

18 Structure du globe terrestre


1.3 Modèle minéralogique

Comment connaît-on les minéraux profonds ?


PO IC - Géologie de l'ingénieur

KTB - Allemagne Péninsule Kola, Russie Hole 504B - Ride Costa Rica
8 Km 12 Km 2.1 Km

CROUTE CONTINENTALE CROUTE OCEANIQUE

Manteau loin d'être atteint (MOHO pas atteint)

1.3 Modèle minéralogique


Moho des Alpes
PO IC - Géologie de l'ingénieur

Structure du globe terrestre 19


1.3 Modèle minéralogique

Bilan
PO IC - Géologie de l'ingénieur

1.3 Modèle minéralogique


Pétrographie/
chimie/minéralogie

Bilan R.sédim., granites,


basaltes,…
olivine
enveloppes Péridotites pyroxène
pérovskite
Lithosphère = croûte + magnétowüstite
manteau sup.
Asthénosphère
Si,Al, Mg, Fe

Manteau inférieur

froide
rigide Fe,
Ni,
PO IC - Géologie de l'ingénieur

S
Noyau externe

Fe,
Noyau Ni
Interne
solide déformable
plastique liquide solide
Lehmann
Discontinuités

Moho

Gutenberg
sismiques

20 Structure du globe terrestre


1.4 Modèle dynamique : théorie des plaques
1968

D Surface du globe formée de plaques


- déplacement les unes par rapport aux autres
- vitesse de l'ordre du cm/an
PO IC - Géologie de l'ingénieur

1.4 Modèle dynamique : théorie des plaques

D Frontières entre les plaques → zones sismiques


PO IC - Géologie de l'ingénieur

Structure du globe terrestre 21


D Trois types de frontières et
mouvements entre plaques

- Frontières divergentes
• plaques océaniques

• augmentation de la surface des plaques par accrétion
- Frontières convergentes
• des plaques
PO IC - Géologie de l'ingénieur

(a) téléscopage de plaques continentales et orogénèse


(b) subduction d'une plaque océanique qui s'engloutit dans le manteau
- Frontières coulissantes (failles transformantes)
• des plaques les unes par rapport aux autres

productrices d'un fort pourcentage de séismes


Plaques lithosphériques

A quel rythme se font ces mouvements de divergence


et de convergence?
PO IC - Géologie de l'ingénieur

22 Structure du globe terrestre


En résumé ...
PO IC - Géologie de l'ingénieur

D Pourquoi les plaques se déplacent-elles ?


- Pas encore d'explication unanimement admise
- Explication probable →
PO IC - Géologie de l'ingénieur

http://pubs.usgs.gov/publications/text/unanswered.html#anchor19928310

Structure du globe terrestre 23


24
PO IC - Géologie de l'ingénieur PO IC - Géologie de l'ingénieur

D Déplacement des plaques

Structure du globe terrestre


Chapitre 2
Pétrographie
PO IC - Géologie de l'ingénieur

Plan
2.1 Rappels sur les minéraux
2.2 Modes de formation des roches
2.3 Propriétés géotechniques
2.4 Terrains de couverture

2.1 Rappel sur les minéraux

D Qu'est-ce qu'un minéral ?


• corps inorganique, solide à To ordinaire Particularités
• composition chimique
• composé de différents éléments chimiques • structure atomique
• constituant des roches de l'écorce terrestre

proportion des éléments chimiques


dans la croûte terrestre
PO IC - Géologie de l'ingénieur

Pétrographie 25
D Les principaux types
de minéraux
PO IC - Géologie de l'ingénieur

proportion des éléments


chimiques dans la croûte terrestre

D Les silicates
• du volume de la croûte terrestre
• structure de base composée des ions Si4+ et O2-
PO IC - Géologie de l'ingénieur

26 Pétrographie
Liaisons de
par des ions métalliques
D Les silicates

Liaison de
par des ions métalliques
PO IC - Géologie de l'ingénieur

Liaison de
par des ions métalliques

Liaison de couches de tétraèdres par


des ions métalliques

D Les silicates
PO IC - Géologie de l'ingénieur

Réseau tridimensionnel, sans ion métallique

Pétrographie 27
D Les silicates
• Structure complexe

• Réseau tridimensionnel, où les coins


des tétraèdres sont liés par les
oxygènes, avec des ions positifs Na, K,
Ca se situant dans les interstices du
réseau chargé négativement
PO IC - Géologie de l'ingénieur

2.2 Modes de formation des roches

D Cycle pétrographique

Action/État Matériau
PO IC - Géologie de l'ingénieur

Fusion Magma

Cristallisation Roches ignées

Érosion
- altération, désagrégation Sédiments
- transport

Diagénèse Roches sédimentaires

Métamorphisme
- température élevée Roches métamorphiques
- forte pression

28 Pétrographie
2.2 Modes de formation des roches

D Classification des roches en trois catégories


selon leur mode de formation
Catégorie 1
Les roches
• consolidation d'un liquide contenant des % variables de cristaux : le magma
• refroidissement - brutal (trempe) → verre
- lent → cristaux
PO IC - Géologie de l'ingénieur

• 2 types de roches
-
(laves, projections)
-
(refroidies en-dessous
de la surface du sol)
• généralement
solidification ± lente d'un liquide dont les gaz
dissous ont pu s'échapper

• Roches volcaniques
- liées à l'activité volcanique
→ remontée de magma vers la surface (fissures et cheminées)
chargé de gaz dissous

pression élevée → fracture terrain → cheminement vers la surface

- après refroidissement : roches sous forme de dépôts tabulaires


→ exemple :
PO IC - Géologie de l'ingénieur

- Qu'est-ce qui fait monter les magmas vers la surface ?


fraction liquide des zones supérieures


fraction partiellement fondue du manteau supérieur

Pétrographie 29
Volcanisme
éruption du Mont St-Helens
PO IC - Géologie de l'ingénieur

• Roches plutoniques
- les filons → remplissage de fractures ouvertes par du magma
- les massifs (faible allongement par rapport aux filons)
• les plus grands : batholites jusqu'à plusieurs km d'épaisseur
• mise en place : intrusion en force, différences de densité…
(pas de réponse claire, irréfutable)
PO IC - Géologie de l'ingénieur

30 Pétrographie
• Classification des roches magmatiques
- composition chimique
tenir compte à la fois - structure

Position
schématique des
PO IC - Géologie de l'ingénieur

principales roches
magmatiques en
fonction de leur
composition
minéralogique

• Classification des roches magmatiques granulats

- roches magmatiques à structure grenue


• granites 50% feldspaths
30-40% quartz
3-10% micas
• diorites feldspaths + minéraux ferromagnésiens
• semblables aux diorites mais moins de feldspaths

- roches magmatiques à structure microgrenue


• microgranites et microdiorites
• porphyres
PO IC - Géologie de l'ingénieur

• excellent granulats

Pétrographie 31
• Exemples de roches magmatiques
PO IC - Géologie de l'ingénieur

La côte de granite rose - Ploumanac'h (22) (Bretagne - Côtes-d'Armor)

Détail du granite rose.


De gros cristaux jointifs de quartz, de feldspaths et de mica (structure grenue).
Des lichens (de couleur verte) se développent sur le granite.

Catégorie 2
Les roches
• résultent des transformations subies par
les roches en surface action des agents météoriques
• résultat : roches néoformées sous des conditions de température et de pression
normales (ou presque)
...donc très différentes des conditions magmatiques
PO IC - Géologie de l'ingénieur

• Trois phases
1-
2-
3-

32 Pétrographie
1- destruction de la roche mère
→ désagrégation des roches selon 2 processus
(a) processus physique :
vent, eau, gel/dégel, chocs thermiques, écroulements
→ tendance à fracturer les roches cohérentes en développant
le réseau de discontinuités existantes (depuis la formation)
PO IC - Géologie de l'ingénieur

(b) processus chimique :


effet de l'eau → dissolution et hydrolyse
- chlorures, sulfates, carbonates : très solubles
- silice : légèrement solubilisable
- feldspaths : hydrolisables plus facilement lorsque riches en Ca

2- transport puis dépôt


→ concerne des quantités de matière très importantes
Exemples : • avec une minéralisation de 0,1 g/l (moyenne des eaux douces), une petite
rivière au débit de 1 m3/s transporte plus de 3000 tonnes/an
• les cours d'eau entraînent 13 km3 par an de sédiments dans les océans
→ on peut couvrir avec 2m de sédiments une superficie équivalente
à 650 000 terrains de football

• éléments essentiels de transport - eau


- vent
• modifications des sédiments détritiques durant leur transport
PO IC - Géologie de l'ingénieur

- diminution des dimensions Quelques granularités de sédiments typiques


- adoucissement des arrêtes 100

→ particules sphériques ou ellipsoïdales moraine


passant (%)

loess
- disparition des minéraux les
plus tendres et/ou les plus solubles 50 sable galets
→ changement de de dune plages
composition pétrographique rivière

0,01 0,1 1 10 100 φ (mm)

Pétrographie 33
• dépôt des matières

pour les solutions : dépend des conditions de milieu chimique


2
exemple : CaCO3 + H2O + CO2 (HCO3)2Ca
1
dépôt lorsque l'équilibre est déplacé dans le sens 2
pour les sédiments détritiques : lorsque la vitesse du courant chute progressivement
- classement des dépôts
- grains grossiers puis grains de plus en plus fins
PO IC - Géologie de l'ingénieur
PO IC - Géologie de l'ingénieur

34 Pétrographie
3- diagénèse

- Ensemble des modifications de structure et de composition des sédiments


- Modifications réalisées dans les conditions de stabilité des minéraux formés en surface

différent du métamorphisme
Principe
• tassement des sédiments sous l'effet du poids des couches supérieures
→ expulsion de l'eau et réduction de la porosité
exemple : une boue ayant 80% de porosité
- moins 50% de porosité sous 10 MPa (1kg/cm2) de pression
- moins 90% de porosité sous 50 MPa (5kg/cm2) de pression
• achèvement de la consolidation des sédiments par des phénomènes de cimentation
PO IC - Géologie de l'ingénieur

→ précipitation puis cristallisation de minéraux cimentaires à partir de solutions


interstitielles contemporaines du dépôt ou l'ayant traversé ultérieurement
→ réduction de la porosité (vers 0 dans certains cas)

• Classification des roches sédimentaires


- nombreux systèmes proposés
- difficultés de compréhension entre Géologues et Ingénieurs Civil
Paramètres de classification les plus communs - composition chimique
- mode de formation
- structure
D'une manière générale, on admet que
SiO2
• 70% (80%) Pas de frontière
• 20% ...des roches (5-10%) stricte entre les
• 8% sédimentaires sont... (5-10%) catégories
• 2% (1%)
PO IC - Géologie de l'ingénieur

Al2O3 + Fe2O3 CaO+ MgO

Pétrographie 35
Conglomérat
de type poudingue

Craie
Silex (granulats médiocres)

Grès rouge des Vosges


(granulats de qualité moyenne,
PO IC - Géologie de l'ingénieur

utilisables s'ils sont denses et poreux)

Meulières
(roches silicocalcaires en cours de décomposition)

Catégorie 3
Les roches
Métamorphisme
Ensemble des changements produits à l'état solide dans la composition
minéralogique d'une roche lorsqu'elle est soumise à des conditions différentes de
celles où elle s'est formée → disparition et/ou apparition de nouveaux minéraux
Frontières floues avec :
- les transformations de surface (altération, diagénèse) → roches sédimentaires
- la fusion partielle → roches magmatiques
PO IC - Géologie de l'ingénieur

36 Pétrographie
• Le métamorphisme
- au voisinage d'une intrusion qui a réchauffé
- auréole métamorphique de dimension assez
réduite
- formation de roches massives dures à grains
très fins (roches cornéennes)

• Le métamorphisme
- affecte de grandes étendues
PO IC - Géologie de l'ingénieur

- thermodynamométamorphisme
augmentations importantes de pression
et de température

- métamorphisme des racines


de chaînes de montagnes
- roches à structure orientées
(roches cristallophyliennes)
PO IC - Géologie de l'ingénieur

durs et denses : bons granulats


tendres et poreux : peu utilisables
comparables aux gratines

très durs et résistants aux acides


granulats de parement

Pétrographie 37
Gneiss

Micaschiste

Schiste ardoisier
PO IC - Géologie de l'ingénieur

Micaschiste

Bilan
Cycle pétrographique
PO IC - Géologie de l'ingénieur

38 Pétrographie
2.3 Propriétés géotechniques des roches

Propriétés d'usage des roches


favorisent ou interdisent leur emploi en géotechnique
Applications possibles
PO IC - Géologie de l'ingénieur

C352
PO IC - Géologie de l'ingénieur

Pétrographie 39
Essai Los Angeles
Cet essai a pour but d’évaluer la résistance à la fragmentation par chocs. Les gravillons
testés sont en général de granularité 6-10, 10-14 ou 25-50 mm. Un broyeur cylindrique à
boulets fragmente les gravillons, pendant 500 ou 1 000 révolutions suivant la
granularité, puis on tamise à 1,6 mm. Le coefficient Los Angeles est défini par :
m
LA = 100 m (g) : masse du passant au tamis de 1,6 mm
M M (g) : masse initiale de granulats
PO IC - Géologie de l'ingénieur

71 cm

Essai Deval et micro-Deval


La production de fines par frottement des granulats entre eux ou au contact d’outils
métalliques est liée aux propriétés d’usure ou d’attrition de la roche. On distingue en
général l’essai à sec et l’essai en présence d’eau, ce qui permet de mettre en évidence les
roches sensibles à l’eau.
L’essai Deval porte sur 7 kg de granulats 25-50 mm. Il est aujourd’hui souvent remplacé
par l’essai micro-Deval.
Le principe est analogue à celui de l’essai Los Angeles, avec une charge plus
légère (billes) et une durée de rotation plus longue : il n’y a pas de fragmentation,
mais seulement une usure. Le coefficient MDE (essai micro-Deval effectué en
PO IC - Géologie de l'ingénieur

présence d’eau) est défini par :


m
M DE = 100 m (g) : masse du passant au tamis de 1,6 mm
M M (g) : masse initiale de granulats

40 Pétrographie
PO IC - Géologie de l'ingénieur

Commentaires sur les roches les plus courantes


(propriétés les plus remarquables ou risques particuliers)

• Granites
- qualité souvent excellente mais pas systématique

• Calcaires
- résistance mécanique et au gel très variable en fonction de la porosité (ouverte)
- minerai pour chaux, ciments (calcaires impurs, marneux)
- dureté trop faible (LA et MDE) pour un emploi en revêtement de chaussée
- utilisations : pierre à bâtir, granulats à béton
• Grès
- idem pour le rôle de la porosité
PO IC - Géologie de l'ingénieur

• Silex - pierre à bâtir (jadis)


- granulats à béton : problèmes de maniabilité, risques d'alcali-réaction

• Meulières
- roche sédimentaire à structure caverneuse
- légère, non gélive, bonne isolation
- mais faible résistance à l'écrasement
- utilisation : pierre de construction (ex : Paris), pas en granulats

Pétrographie 41
Commentaires (suite)

• Gypse et anhydrite
- matière première fabrication du plâtre
- cause de dégradation chimique des fondations en béton

• Alluvions - granulats à béton

• Schistes et micaschistes
se débitent en plaquettes
PO IC - Géologie de l'ingénieur

- inaptitude à faire des granulats


- aptitude à faire des éléments de toiture
massifs instables : attention aux pentes fortes,
aux travaux souterrains

• Gneiss
- commentaires semblables aux granites
- structure litée

2.4 Terrains de couverture


PO IC - Géologie de l'ingénieur

42 Pétrographie
PO IC - Géologie de l'ingénieur PO IC - Géologie de l'ingénieur

Pétrographie
43
Chapitre 3
Stratigraphie
PO IC - Géologie de l'ingénieur

Plan
3.1 Architecture des roches sédimentaires
3.2 Principes de la stratigraphie
3.3 Datation des terrains
3.4 Echelle stratigraphique

3.1 Architecture des roches sédimentaires

La stratigraphie

D Quelques définitions
• structure : arrangement des grains, au niveau microcopique (microstructure)
• texture : arrangement des grains, au niveau macroscopique (observation visuelle)
• débit : tendance d'une roche à se débiter suivant des plans préférentiels
(cf clivage des minéraux)
PO IC - Géologie de l'ingénieur

• stratification : agencement en couches, ou strates, de dépôts successifs


et horizontaux de sédiments
• strate : - couche de terrain possédant une individualité nette
- séparées par des joints
de stratification horizontaux

Stratigraphie 45
strates

diaclases

débit en bancs joints de


stratification

lentille de sable
schistosité

roche massive
PO IC - Géologie de l'ingénieur

• strate (suite) : - diaclases - perpendiculaires aux strates


- surtout dans les roches dures
- cassures provoquées par des rotations localisées des strates

• irrégularités de stratification :
(a) lentilles : tailles variables (dm à hm)
(b) stratification littorales : alternances de lentilles superposées ou imbriquées

• schistosité : débit d'une roche en feuillets


PO IC - Géologie de l'ingénieur

(a) formation de la roche : schistes et micaschistes


(b) apparition plus tardive : roche soumise à de fortes contraintes
Exemple : schistosité oblique à la stratification

46 Stratigraphie
Sédimentation océanique
(stratification littorale)
galets
graviers
sables
limons
vases et
argiles

stratification
régulière
quelques centaines de km
PO IC - Géologie de l'ingénieur

3.2 Principes de la stratigraphie

D Principe de l'horizontalité primaire des couches sédimentaires


et principe de superposition
PO IC - Géologie de l'ingénieur

D Principe de continuité
•Dans une région non disloquée, un sédiment n'évolue pas latéralement de façon brutale.
•Il reste caractérisé par son faciès (ensemble de caractères minéralogiques, structuraux et
paléontologiques (fossiles) représentatifs de conditions de sédimentation déterminées).
•Par contre, il peut y avoir une évolution progressive.

Stratigraphie 47
D Règle des recoupements
un corps rocheux qui en recoupe un autre est nécessairement plus jeune
que celui qu'il recoupe

4
2 2
2 2
3 3 3
1 1 1 1

temps t0 temps t1 temps t2 époque actuelle


l'érosion a décapé la roche intrusive
Conclusion
PO IC - Géologie de l'ingénieur

4 le plus jeune
3
2
1 le plus ancien

D Difficulté d'application de ces principes


Deux exemples :
(a) la stratification est irrégulière : discordances
(b) les observations sur le terrain n'ont pas permis de mettre en évidence les
accidents tectoniques subis.

• Discordances
Discordance d'érosion : suppression de dépôt
PO IC - Géologie de l'ingénieur

48 Stratigraphie
• Discordances
Discordance angulaire :
plissement et érosion
PO IC - Géologie de l'ingénieur

• Interprétation faussée par des accidents tectoniques non détectés

La couverture végétale interdit des observations de surface

1 ? 2

Nature du sol sous la couverture végétale ?

Deux possibilités
PO IC - Géologie de l'ingénieur

2
1 2 1 2

Passage progressif de faciès 1

Faille non vue

Stratigraphie 49
• Exemple d'un problème d'interprétation

1
temps t0
2

1 temps t1
2 soulèvement et plissement
PO IC - Géologie de l'ingénieur

sondage

1
époque actuelle
après érosion et végétation
2

2 au-dessus de 1 sans être la couche la plus jeune...

• Exemple de stratigraphie
PO IC - Géologie de l'ingénieur

Calcaires et molasses Calcaire à rudistes

Calcaires et grès Faille

Dépôts fluvio-lacustres Surface d'érosion

Distinguer l'ordre des quatre événements

50 Stratigraphie
1er événement

Couche de calcaire et grès


Les couches de calcaires et grès se trouvent au-dessus de la surface d'érosion.
D'après le principe de superposition on peut donc affirmer que le dépôt de calcaire a eu
lieu après la surface d'érosion

Faille
La faille affecte la surface d'érosion ainsi que tous les terrains plissés.
Le principe de recoupement nous permet donc d'affirmer que la mise en place de la
faille est postérieure à la formation de la surface d'érosion
PO IC - Géologie de l'ingénieur

Phase de plissement
On observe que la surface d'érosion et la couche de calcaire et grès sont plissés.
Les terrains sédimentaires se sont donc déposés dans un premier temps horizontalement,

puis ils se sont plissés :

1er événement

Surface d'érosion
• La surface d'érosion est située sous la couche de calcaires et grès.
En appliquant le principe de superposition on peut donc affirmer que la formation
de la surface d'érosion est antérieure au dépôt de la couche de calcaire et grès.
• La surface d'érosion est traversée par la faille.
En appliquant le principe de recoupement on peut donc dire que la formation de la
surface d'érosion est antérieure à l'apparition de la faille.
• La surface d'érosion est plissée.
PO IC - Géologie de l'ingénieur

En appliquant le même principe on peut dire que la formation de la surface


d'érosion est antérieure à la phase de plissement.

CONCLUSION :

Stratigraphie 51
2e événement

Faille
Si la faille était le second événement, elle aurait eu lieu avant le dépôt de calcaire et grès
et la phase de plissement.
Or la faille traverse des terrains plissés. Le principe de recoupement permet de dire que
la formation de la faille est postérieure à la phase de plissement.
Phase de plissement
La surface d'érosion et les calcaires et grès sont plissés

Couche de calcaire et grès


PO IC - Géologie de l'ingénieur

Située au dessus de la surface d'érosion, elle est donc plus récente que cette dernière.
Cette couche est plissée. Sa formation est donc antérieure à la phase de plissement.

3e événement
Phase de plissement Bilan (animation)
Le fait que la faille recoupe les terrains plissés permet
d'affirmer que le plissement a eu lieu avant la faille. Exemple 2
Montagne Noire

3.3 Datation des terrains


dépôt d'une couche
Pour repérer un événement passé montée d'un magma
projection volcanique
on peut
- le situer par rapport à un autre → chronologie
- essayer d'en connaître la date → chronologie
D Chronologie relative
• Age des couches ou des corps géologiques les uns par rapport aux autres
• Deux types de méthodes
Méthodes physiques : stratigraphie
PO IC - Géologie de l'ingénieur

(superposition, recoupements, discordances)

Méthodes paléontologiques :
identification des fossiles
renfermés dans les roches sédimentaires

52 Stratigraphie
D Chronologie absolue
• basée sur diverses méthodes
• la plus répandue est la radiochronologie

fondée sur la propriété pour chaque élément radioactif de se


transformer spontanément (transmutation) en un autre élément
uranium → plomb
thorium → plomb
PO IC - Géologie de l'ingénieur

rubidium → strontium
potassium → argon
carbone 14 → azote 14 (mesure du rapport 14C/12C)
• Mesure de la proportion des deux éléments
• Calcul du temps qu'a mis l'élément radioactif à se
désintégrer à la proportion mesurée
→ depuis combien de temps a commencé la désintégration

D Radiochronologie (principe)
• Si un minéral au moment de sa cristallisation renferme un élément R
radioactif (masse R(0)), celui-ci se désintègre au cours du temps en
un élément R' en suivant une loi exponentielle du type :
dR(t ) R(0) = R(t ) + R' (t )
= −λ R(t )
conservation de la masse
avec
dt λ = constante de désintégration

• Exemple : datation d'un granite


PO IC - Géologie de l'ingénieur

par la désintégration de l'uranium contenue dans le zircon


% d'élément radioactif

élément élément
demi-vie
radioactif final

Stratigraphie 53
D Méthodes de datation absolue (échelle de temps)
• Certaines méthodes sont spécifiques des époques anciennes (au-delà de
dix millions d’années).
• D’autres, comme le carbone 14, la thermoluminescence et la résonance
de spin électronique permettent de dater des formations ou des objets
plus récents.

mesure de la quantité d’électrons piégés


dans les structures minérales
PO IC - Géologie de l'ingénieur

radiochronologie

Plages d’utilisation de quelques méthodes de datation absolue

D Radiochronologie - complément d'information


La radioactivité est due à l'instabilité du noyau qui se désintègre par émission d'énergie, principalement
sous deux formes:
• particule α = 2 protons (+) + 2 neutrons (±) : perte de 4 dans la masse atomique et perte de 2 dans le
numéro atomique
• particule β = 1 électron (-) : sans perte de masse mais gain d'1 numéro atomique (neutron → proton)

Exemple : la désintégration de l'uranium 238 (238U) en plomb 206 (206Pb)


L'émission de 8 α entraîne la perte de 8 x (2 protons + 2 neutrons), ce qui signifie une perte de 32 à la
masse atomique, ainsi que la perte de 8 x 2 protons qui signifie une perte de 16 au numéro atomique.
PO IC - Géologie de l'ingénieur

L'émission de 6 β entraîne la perte de 6 électrons, donc pas de changement à la masse atomique, mais
un gain de 6 au numéro atomique.
Le bilan des gains et pertes s'établit donc ainsi:
masse atomique: 238 - 32 = 206
numéro atomique: 92 - 16 + 6 = 82 (numéro atomique du Pb)

54 Stratigraphie
Exemple (suite) : la désintégration de l'uranium 238 (238U) en plomb 206 (206Pb)

Désintégration par étapes successives


PO IC - Géologie de l'ingénieur

D Exemple de stratigraphie : le Grand Canyon


Histoire géologique de la succession du Grand Canyon du Colorado, du
Protérozoïque inférieur à nos jours (2,5 milliards d'années)
PO IC - Géologie de l'ingénieur

Stratigraphie 55
3.4 Echelle stratigraphique
Géologie Française

10%
• comblement des bassins de Paris et d’Aquitaine
• formation des Alpes, du Jura, des Pyrénées
(orogenèse alpine, poursuivie au Quaternaire)

• bassins de Paris et d’Aquitaine, du Jura et des


Alpes.

90% • plusieurs affleurements de terrains primaires


dans les Alpes, les Pyrénées, le Massif central,
PO IC - Géologie de l'ingénieur

le Massif armoricain, les Vosges et les


Ardennes

• représenté dans le Massif central et le Massif


armoricain sous forme de terrains
métamorphiques

D Le temps géologique depuis la formation de la Terre (4,55 Ga)


sur une horloge
PO IC - Géologie de l'ingénieur

56 Stratigraphie
Chapitre 4
Tectonique
Plan
4.1 Généralités
4.2 Echelle des temps géologiques
4.2.1 Plissements
PO IC - Géologie de l'ingénieur

4.2.2 Failles

4.3 Echelle de durée de service des ouvrages


4.3.1 Glissements de terrains
4.3.2 Ecroulements et chutes de blocs
4.3.3 Effondrements et affaissements
4.3.4 Séismes

4.1 Généralités
La tectonique
D Echelles d'études
• spatiales : - tectonique analytique, au niveau microstructural
- mégatectonique, au niveau d'un massif
- géotectonique ou tectonique globale, au niveau des plaques
• temporelles : - déformations à l'échelle des temps géologiques plissements, failles...
- déformations à l'échelle de la durée de vie d'un ouvrage
glissements, affaissement, séisme...

D Distinction selon le type de déformation et d'endommagement


• tectonique cassante :
PO IC - Géologie de l'ingénieur

• tectonique souple :
effet du temps (fluage)
effet des T et P

Tectonique 57
4.2 Echelle des temps géologiques
4.2.1 Plissements
Plis ou plissements
déformations de couches provoquées par la flexion ou la torsion des roches

géométrie des couches géologiques : déterminée par la direction et le pendage

direction d'une couche

pendage d'une couche


PO IC - Géologie de l'ingénieur

sur les cartes géologiques


ou pendage nul : couche horizontale

ou pendage 90o : couche verticale


ou pendage et valeur indiquée
pendage sans indication numérique

D Différentes formes de plis

Termes désignant les


différentes parties d'un pli
PO IC - Géologie de l'ingénieur

Formes variables
selon l'intensité des
poussées subies

58 Tectonique
D Formation des plis
PO IC - Géologie de l'ingénieur

association d'un synclinal et


D Exemple :
d'un anticlinal
PO IC - Géologie de l'ingénieur

Sur une carte géologique


- anticlinal : terrain ancien (b) entouré par des terrains de + en + jeunes (c,d)
- synclinal : réciproque (d) entouré de (c) et (b)
Le terrain (a) encore plus ancien est invisible →

Tectonique 59
D Des plis initiaux au relief actuel
influencé par l'effet de l'érosion
constitué de monts anticlinaux et de vallons synclinaux

Érosion différente sur les reliefs °

± anticlinal →
PO IC - Géologie de l'ingénieur

calcaires durs
érosion dans le cas ° marnes tendres

érosion dans le cas °+ ±


PO IC - Géologie de l'ingénieur

Age d'un plissement


- plus récent que
- plus ancien que

60 Tectonique
4.2 Echelle des temps géologiques
4.2.2 Failles
Failles
- cassure qui se produit entre deux blocs de terrains
- dimensions : quelques mètres à quelques centaines de kilomètres

D Trois mouvements possibles


distension α
création de fossés d'effondrement
ou graben (vallée du Rhin (Alsace))
coulissement horizontal β
coulissement vertical γ
PO IC - Géologie de l'ingénieur

mouvements β et γ :
pas de vides entre les
compartiments déplacés

β β
α γ α
γ

D Vocabulaire lié aux failles à jeu vertical


PO IC - Géologie de l'ingénieur

Tectonique 61
D Failles listriques

Fossé d ’effondrement de la vallée du Rhin


entre Vosge et Forêt-Noire
PO IC - Géologie de l'ingénieur

D Groupement de failles

faille de San Andreas


PO IC - Géologie de l'ingénieur

62 Tectonique
D Groupement de failles

Comment les modes de groupement de failles peuvent modifier l'exploitation


d'une couche dans une carrière ou une mine ?
PO IC - Géologie de l'ingénieur

D Age des failles


- plus récente que le plus jeune des terrains recoupés
- plus ancienne que plus vieux des terrains non recoupés
PO IC - Géologie de l'ingénieur

- F2 plus jeune que et


plus ancienne que
- F1 plus que F2

Tectonique 63
D Observation des failles
- souvent cachées par l'érosion
- définie par une direction et un pendage
- sur une carte géologique trait fort - rectiligne : faille verticale
- sinueux : faille inclinée

D Caractérisation d'une faille


PO IC - Géologie de l'ingénieur

- orientation : direction et pendage


- dimension : plus grande longueur observable
- densité de fracturation : longueur cumulée de fissures / surface de l'affleurement analysé
- ouverture : ouverte ou fermée
- état de surface : lisse, rugueux
- remplissage : nature, épaisseur, caractéristiques des produits de remplissage

D Importance des failles en génie civil




exemple : faille du tunnel de Toulon, qui a entraîné un


éboulement lors du percement du tunnel
PO IC - Géologie de l'ingénieur

64 Tectonique
PO IC - Géologie de l'ingénieur

4.3 Echelle de durée de service des ouvrages


4.3.1 Glissements de terrains
D Echelle humaine
- lents :
phénomènes
- brutaux :
D Glissements de terrains (caractéristiques générales)
• mouvements lents (qques cm/an à 200 m/h)
• matériaux meubles
• grands volumes
• déplacement continu
• pas de surface de rupture
PO IC - Géologie de l'ingénieur

D Exemples de glissements de terrains


† Fluage - solifluxion
couche de terrains plastiques (marnes, argiles)

Tectonique 65
4.3.1 Glissements de terrains

† Fluage - solifluxion
cas particulier de la solifluxion

- saturé d'eau en surface


sol gelé dégel - encore gelé en profondeur

impossibilité de drainage
PO IC - Géologie de l'ingénieur

création de loupes de sol

faible pente (2 à 3o)

déplacement vers le bas relief

† Coulées

• mouvements de translation
de matériaux meubles

• coulées - de boues
- d'éboulis
PO IC - Géologie de l'ingénieur

- de neige

• déplacements
± importants (jusqu'à quelques km)
plus rapides que le fluage ( )
- alerte
mais assez lents - évacuation

66 Tectonique
† Glissements

• apparition de surfaces de rupture - planes


- courbes
• sols, roches, terrains consolidés
• causes variées
- nature du terrain
- disposition des couches
- action des agents atmosphériques

- action de l'eau interstitielle


PO IC - Géologie de l'ingénieur

• glissements rotationnels
- remblais et talus
- basculement de la masse glissée suivant une
surface plus ou moins circulaire

• glissements translationnels

- Anchorage (Alaska), 1964


• un séisme a liquéfié la couche argileuse (1)
• cette couche supporte des argiles sèches (2) et des graviers (3)
• les couches (2) et (3) se sont alors déplacées vers la côte
marine en créant des failles et des effondrements (4)
→ maisons déplacées, canalisations rompues
PO IC - Géologie de l'ingénieur

Tectonique 67
• glissements translationnels (suite)
† Glissements
- Barrage du Vaïont
(Longarone, Italie),
1963
PO IC - Géologie de l'ingénieur

4.3 Echelle de durée de service des ouvrages


4.3.2 Ecroulement et chute de blocs
D Caractéristiques
• chutes de masses rocheuses le long de versants raides et de falaises
• inclus les glissements rocheux "bancs sur bancs"

• mouvements rapides quasi instantanés


PO IC - Géologie de l'ingénieur

68 Tectonique
• écroulement d'une colonne rocheuse
- basculement selon la position de la force résultante agissante (poids
- rupture au pied propre) par rapport au centre de gravité e la section d'appui
PO IC - Géologie de l'ingénieur

glissements, coulées

D Exemple d’activité dans 1950


une région sensible
(Alpes)

1978
quelques 100 000 m3
PO IC - Géologie de l'ingénieur

1994
Bilan en 1994

Tectonique 69
D Exemple : Roque-Gageac (1957)
chute de 5000 m3 de roche
PO IC - Géologie de l'ingénieur

4.3 Echelle de durée de service des ouvrages


4.3.3 Effondrements, affaissements
D Caractéristiques
• effondrements : mouvements lents plus ou moins continus
• affaissements : mouvements rapides et discontinus

D Causes possibles
• mouvements liés à des exploitations souterraines actuelles ou passées :
- mines
- carrières
- salines
PO IC - Géologie de l'ingénieur

70 Tectonique
• mouvements liés à des circulations d'eau dans des roches solubles :
- roches carbonatées : calcaire, dolomie
- roches sulfatées : gypse, anhydrite
- roches salines : sel, potasse

évolution des phénomènes

plus rapide si solubilité plus grande


PO IC - Géologie de l'ingénieur

D En conclusion
• passage progressif d'une catégorie de phénomènes à une autre :

• dans certaines régions sensibles, plusieurs mécanismes peuvent être associés :

4.3 Echelle de durée de service des ouvrages


4.3.4 Séismes
D Définition
• ébranlement brutal du sol provoqué par un mouvement relatif soudain de deux
plaques tectoniques (écorce terrestre)

• à la fin du séisme, nouvelle accumulation d'énergie élastique jusqu'à une


nouvelle libération brutale
• après déclenchement d'un séisme →
PO IC - Géologie de l'ingénieur

• foyer : le lieu dans le plan de faille où


se produit réellement le séisme
(zone où l'énergie se libère)

• épicentre : le point à la surface terrestre à


la verticale du foyer
(maximum d'activité sismique)
ligne isoséiste

Tectonique 71
D Définition (suite)

• suivant la profondeur du foyer


- séismes superficiels < 60 km → % des cas
- séismes intermédiaires 60-300 km → % des cas
- séismes profonds > 300 km et jusqu'à 700 km → % des cas
PO IC - Géologie de l'ingénieur

D Propagation des séismes


• trois familles d'ondes
Ondes de volume
Onde P : onde compressive (5 km/s surface)
Onde S : onde cisaillante (3 km/s surface)
PO IC - Géologie de l'ingénieur

72 Tectonique
D Propagation des séismes
• trois familles d'ondes
Ondes de surface
Onde LQ (Love) : onde cisaillante (2.9 km/s surface)
Onde LR (Rayleigh) : onde complexe (2.7 km/s surface)
PO IC - Géologie de l'ingénieur

D Propagation des séismes


• propagation des ondes : trajectoire
PO IC - Géologie de l'ingénieur

Tectonique 73
D Propagation des séismes
• propagation des ondes : trajectoire

P : onde P manteau
S : onde S manteau
K : onde P noyau
I : onde P graine
J : onde S graine
PO IC - Géologie de l'ingénieur

c : onde réfléchie noyau


i : onde réfléchie graine
m : ordre des réflexions

Exemple de propagation
Seismic Waves

D Détection des séismes


• à l'aide de sismographes (pendules à ressort)
des déplacements
enregistrement des vitesses de déplacement du sol
des accélérations
PO IC - Géologie de l'ingénieur

74 Tectonique
PO IC - Géologie de l'ingénieur

signaux enregistrés

A chaque station, 3 sismographes pour mesurer


les 3 composantes des mouvements du sol
PO IC - Géologie de l'ingénieur

Tectonique 75
PO IC - Géologie de l'ingénieur Réseau mondial sismologique

D Détection
des séismes
• stations réparties
PO IC - Géologie de l'ingénieur

76 Tectonique
D Durée des séismes
• secousse principale suivie de répliques
- moins fortes
- habituellement même foyer
dangereuses car agissent
! sur ouvrages endommagés

• diagramme de Husiol
temps requis pour passer de 5% à 95% de l'énergie
PO IC - Géologie de l'ingénieur

100

Seconds
10

1
5.5 6 6.5 7 7.5 8
Magnitude

D Intensité des séismes


• échelle Mercalli (1902) et MSK (1964)
- intensité sur une échelle de I à XII
- basée sur les dégâts causés
et la perception qu'a eu la population du séisme

• échelle de Richter (1935)


- magnitude d'un séisme, calculée à partir de la quantité d'énergie dégagée au foyer
- échelle logarithmique ouverte
PO IC - Géologie de l'ingénieur

Magnitude locale

amplitude maximale de la réponse


d'un sismographe étalon supposé
placé à 100 km de l'épicentre

Tectonique 77
78
PO IC - Géologie de l'ingénieur PO IC - Géologie de l'ingénieur

9,5

Tectonique
D Risque sismique
• variable d'une région à l'autre
• moyenne sur la terre 0,28 séisme destructeur / siècle / 100 000 km2
autres zones à risques :
Italie :
! Japon, Indonésie, façade
Grèce :
ouest des Amériques
PO IC - Géologie de l'ingénieur
PO IC - Géologie de l'ingénieur

Tectonique 79
D Risque sismique
• carte mondiale
PO IC - Géologie de l'ingénieur

D Risque sismique
• en France
PO IC - Géologie de l'ingénieur

80 Tectonique
D Risque sismique
• sismicité française
PO IC - Géologie de l'ingénieur
PO IC - Géologie de l'ingénieur

2<M<3 3<M<4 4 < M < 5,5

Tectonique 81
D Prévision des séismes
• on ne sait pas prévoir à coup sûr la date, le lieu et l'intensité d'un séisme
• on peut dire qu'une zone réputée sismique est d'autant plus dangereuse qu'elle
n'a pas subi d'événement sismique depuis longtemps
- la faille de San Andreas coulisse au sud de San Francisco de quelques mm par an de
manière continue
- au nord, au contraire, son mouvement est bloqué depuis 1906 (énergie emmagasiné)

• signes prémonitoires
PO IC - Géologie de l'ingénieur

- diminution de la résistivité des roches


- variation du champ magnétique local
- augmentation de la circulation des eaux souterraines, variation du niveau d'eau des
puits et du débit des sources
- activité sismique plus importante que le bruit de fond habituel
- légères déformations de la surface du sol détectables par des inclinomètres
- inquiétude des animaux peu de temps avant la secousse

• méthode VAN - basée sur la mesure des impulsions électriques qui se propagent dans le sol
- réseau de stations réceptrices réparti sur toute la Grèce

D Prévention contre les séismes


- éviter de construire en zone de faille
• éducation de la population - en zone sismique, éviter de construire sur des terrains en
pente, sur des terrains meubles, alluvions en particulier, qui
• respect des normes de entrent en résonance
construction - le béton est un bon matériau parasismique mais la structure
elle-même doit être parasismique : chaînages raidisseurs,
éviter les corniches et balcons, etc.
PO IC - Géologie de l'ingénieur

82 Tectonique
Chapitre 5
Mesures géophysiques
PO IC - Géologie de l'ingénieur

Plan
5.1 Introduction
5.2 Sismique réfraction
5.3 Prospection électrique
5.4 Radar géologique

5.1 Introduction

• Pour tous les projets de construction


connaissance préalable du sol (nature et propriétés)
• Ouvrages souterrains
connaissance d'autant plus importante puisque pas d'accès direct

D Etude géotechnique
Trois types de démarches

°
PO IC - Géologie de l'ingénieur

Exemple : carte géologique


→ réalisation de coupes géologiques

Géophysique 83
5.1 Introduction

±
- dérivées des méthodes utilisées en prospection minière ou pétrolière
- informations globales sur la nature et la disposition des terrains
PO IC - Géologie de l'ingénieur

²
- études ponctuelles
- prise d'échantillons de terrains, remaniés ou non
- mesures - in situ durant la reconnaissance sur le terrain
- en laboratoire sur les échantillons prélevés
- procédés courants : puits et tranchées, galeries de reconnaissance, sondages...

5.1 Introduction

! Remarque : °,± et ² doivent souvent être utilisées conjointement

• Première phase de reconnaissance → avant-projet


Prospection géophysique
• reconnaissance générale du site

• sondages mécaniques
- les placer au mieux
- en réduire le nombre
PO IC - Géologie de l'ingénieur

• Seconde phase de reconnaissance → études spécifiques


Prospection géophysique
• résultats quantitatifs pour la mise en forme du projet d'exécution

84 Géophysique
Moyens de reconnaissance à employer en fonction
D Stratégie des reconnaissances
PO IC - Géologie de l'ingénieur des renseignements recherchés

D Stratégie des reconnaissances

• Principe des méthodes géophysiques utilisées : méthodes de surface non destructives


PO IC - Géologie de l'ingénieur

Géophysique 85
D Stratégie des reconnaissances

• Effets perturbateurs affectant les différentes méthodes.


PO IC - Géologie de l'ingénieur

5.1 Introduction

D Les principales méthodes géophysiques


Géophysique appliquée
• Discipline qui consiste à étudier (observer, mesurer) un champ physique à
la surface du sol ou dans des cavités creusées dans le sol.
• Ce champ physique (origine naturelle ou provoquée), dépend d’un ou
plusieurs paramètres caractéristiques des matériaux dont on cherche à
déterminer la répartition dans le terrain.
PO IC - Géologie de l'ingénieur

86 Géophysique
5.1 Introduction

Familles de
Méthodes géophysiques
méthodes

• gravimétrie • sismique réfraction


• microgravimétrie • sismique réflexion
• diagraphie différée • tomographie sismique
• cross-hole
• diagraphie sonique et microsismique
• prospection électrique
• méthodes électromagnétiques en basses fréquences
PO IC - Géologie de l'ingénieur

• magnétostratigraphie

• radar géologique
• tomographie électromagnétique

• diagraphies de radioactivité naturelle (RAN ou γ-ray)


• diagraphie neutron - γ
• diagraphie neutron - neutron

5.2 Sismique réfraction

D Les méthodes sismiques


• Fondées sur l’étude de la propagation des ondes mécaniques dans le sol
• Vitesse de propagation des ondes → dépend des propriétés élastiques des
matériaux
• Types d'ondes • ondes P (de compression ou longitudinales) plus rapides
• ondes S (de cisaillement ou transversales)
• ondes de surface (ondes de Rayleigh ou ondes de Love)

Ces ondes obéissent aux lois de l’optique et sont en


particulier sujettes à des réflexions et à des réfractions
PO IC - Géologie de l'ingénieur

• Vitesses des ondes P et S

dans les solides et les liquides


ρ est la masse spécifique
μ et λ sont les coefficients de Lamé
dans les solides seulement

Géophysique 87
Lorsqu’une onde plane tombe sur la surface de séparation de deux
milieux, il se produit une réflexion et une réfraction

Exploitation des ondes réfléchies


Sismique réflexion
• prospection pétrolière
• tunnels en profondeur

Exploitation des ondes réfractées


PO IC - Géologie de l'ingénieur

Sismique réfraction
• géométrie des premières couches du sous-sol
• valeur de la vitesse des ondes P dans ces couches
quelques dizaines de
mètres de profondeur au maximum

indications sur les propriétés géotechniques des matériaux :


degré d’altération, aptitude au terrassement…

5.2 Sismique réfraction

D Mise en œuvre de la sismique réfraction

• émetteur d'ondes
- faible charge de dynamite
- chute de poids
- coup de marteau
PO IC - Géologie de l'ingénieur

• récepteurs d'ondes (géophones)

88 Géophysique
5.2 Sismique réfraction

D Sismique réfraction : propagation des ondes


x
° ondes directes temps de propagation (t) t=
V1
x 2 + 4h12
± ondes réfléchies t=
V1
2h1 cos θ c x
² ondes réfractées t= +
V1 V2 0.3 V 1 = 1000 m/s (sable)
V 2 = 4000 m/s (roche calcaire)
0.25 h 1 = 50m

0.2 réfléchie directe


x

Temps (s)
PO IC - Géologie de l'ingénieur

0.15
émetteur récepteur réfractée
0.1
E ° R
0.05

0
V1 ic
± ² h1 0 50 100 150 200 250
Distance x (m)

V2 > V1 V1
réfraction sur l'interface (θ2 = 90o) → sin θ c =
V2

D Sismique réfraction : renseignements fournis


Type de sol Vitesse des ondes (m/s)

• vitesses caractéristiques des familles Terre végétale 200 à 500

de roches meuble - compact Roches meubles sèches


sec - saturé sable et gravier 200 à 1000
cailloutis 500 à 1500

Roches meubles saturées d'eau


• limites de rippabilité sable et gravier 1000 à 2000
cailloutis 1500 à 2500
Pour les travaux de terrassement, les coûts 1000 à 2000
limon
dépendent des procédés utilisés argile 1800 à 2500
marne 2500 à 3000
- à la lame en sol meuble
Roches dures, tenaces
terrassement - après défonçage (ripper)
calcaire 3000 à 4000
- après abattage à l'explosif
PO IC - Géologie de l'ingénieur

craie 2000 à 3500


grès 2000 à 4000
Domaines de rippabilité définis à partir de la schistes et micaschistes 1500 à 3000
gneiss et quartzite 3000 à 5000
valeur de la vitesse pour un sol donné granite 5000 à 6000
Exemple : 1ere tables Caterpillar en 1958 indiquant que basalte 4000 à 5000
le granite défonçable par tracteur de 390 cv, si vitesse diabase 5500 à 6500

comprise entre 800 et 1700 m/s

TABLEAU

Géophysique 89
Domaines de rippabilité
PO IC - Géologie de l'ingénieur

D Sismique réfraction : renseignements fournis

• épaisseur de couche
- jusqu'à 4 ou 5 couches
- exemple : recherche d'un substratum rocheux sous
une couche d'alluvions ou sous une couche altérée

Barrage de Magnat l'Etrange (Creuse)


Reconnaissance de l'épaisseur de granite altéré situé sous le revêtement meuble et
sur le massif rocheux de granite sain
PO IC - Géologie de l'ingénieur

Rive gauche Rive droite


720m
° ± ²
La Rozeille

680m

Sol 1 : couche de sol meuble V = 500 m/s Mesures


Sol 2 : granite altéré V = 2000 m/s • 7m en rive gauche
Sol 3 : granite sain V = 4350 m/s • 15m en rive droite
• 5m sous la rivière

90 Géophysique
D Sismique réfraction : facteurs compliquant l'interprétation des mesures
• irrégularités des interfaces (inclinaisons)
• présence d'hétérogénéités (gros blocs, canalisations)
• couche superficielle de terre végétale (amortissement du signal)

D Exemple de propagation des ondes : logiciel sisrefr


PO IC - Géologie de l'ingénieur

5.3 Prospection électrique

Matériaux du sous-sol → conducteurs de l’électricité


• Conductivité (σ en siemens par mètre (S/m))
• Résistivité (ρ) : inverse de la conductivité (en ohms-mètres (Ω..m))
Plus ρ est faible, plus le matériau est conducteur

Méthodes de prospection électriques → mesure de la résistivité


• Injection dans le sol d'un courant continu
• Mesure de l'intensité I entre A et B (mA) 2 séries de 2 électrodes
• Mesure de la différence de potentiel entre M et N (mV) plantées dans le sol
PO IC - Géologie de l'ingénieur

Dispositif ABMN
ρa : résistivité apparente (Ω..m)
k : facteur géométrique (m)

Géophysique 91
5.3 Prospection électrique

D Dispositif ABMN : trois mises en œuvre


• Sondage électrique
- variation de ρ en fonction de la profondeur épaisseur des couches
- longueurs croissantes du dispositif ABMN
- structure tabulaire seulement pas de variations de la résistivité
dans les directions horizontales

• Traîné de résistivité
- carte des résistivités électriques superficielles
- déplacement du dispositif ABMN (dimensions constantes)
PO IC - Géologie de l'ingénieur

Panneaux électriques :

• Diagraphie
- dispositif ABMN placé sur une sonde descendue dans un forage
- variation de la résistivité des terrains traversés par le forage, en fonction de la profondeur

D Sondage électrique

Principaux dispositifs
Géométrie du quadripôle ABMN
symétriques (quatre électrodes alignées)
- le dispositif Wenner :
AM = MN = NB = a k = 2π a

- le dispositif Schlumberger : π AB 2
MN << AM k=
4 MN
PO IC - Géologie de l'ingénieur

92 Géophysique
D Sondage électrique

• Applications
- position des interfaces
- profondeur de discontinuités
- étudier la fracturation
- épaisseur d’altération
- épaisseur d’un matériau de recouvrement ou du matériau stérile avant exploitation d’une
carrière
- épaisseur d’une couche de gravier ou de sable entre une couche altérée de surface et un
substratum rocheux
PO IC - Géologie de l'ingénieur

• Conditions nécessaires
- contraste de résistivité
- faibles variations latérales de résistivité
- étalonnage des mesures (à partir de sondage mécanique)
- conditions de mesure : mesure de potentiel aussi peu perturbée que possible par les
courants circulant dans le sol au voisinage des installations urbaines et industrielles

D Exemple : interprétation d'un bicouche


• Des abaques permettent de déterminer la profondeur h séparant deux
terrains à partir de la variation de la résistivité et de la distance AB.
• Les valeurs de résistivité dépendent pour une grande part de la quantité et
de la qualité de l’eau qu’ils renferment.

Résistivité Nature de la roche


(Ω .m)

plusieurs milliers Roches cristallines


500 - 10000 Grès
PO IC - Géologie de l'ingénieur

30 - 10000 Sables
100 - 5000 Calcaires
100 - 300 Craie
40 - 250 Schistes
4 - 30 Argiles - Marnes

Géophysique 93
D Traîné de résistivité, panneaux électriques
combinaison des techniques
de traîné et de sondage

• Variations de l'épaisseur et des propriétés du terrain de recouvrement


• Zone d’altération
• Gisements de matériaux cartographie géologique, en précisant la position
des contacts lithologiques ou tectoniques
Lorsque A et B sont proches, le courant circule dans la partie superficielle du sol de
résistivité ρ1.
Plus on agrandit la distance AB, plus le courant électrique va profondément et est
susceptible de traverser un deuxième terrain de résistivité différente (ρ2).
On obtient alors un graphe de la résistivité en fonction de AB.
PO IC - Géologie de l'ingénieur

Exemples
1- Canal de fuite
2- Zone tourbeuse
3- Glissement Alpes
PO IC - Géologie de l'ingénieur

94 Géophysique
PO IC - Géologie de l'ingénieur PO IC - Géologie de l'ingénieur

Géophysique
Utilisation de 2 techniques en parallèle

95
D Principe 5.4 Radar géologique

• Une antenne envoie à cadence élevée des ondes


électromagnétiques dans le terrain sous la forme d'une
impulsion de très courte durée. Les ondes sont captées
après propagation dans le matériau ausculté et réflexion
sur les cibles constituées par les discontinuités entre les
différents milieux physiques. Ces cibles peuvent être
par exemple : des cavités, des interfaces entre deux
milieux différents, des armatures métalliques…
• L'antenne émettrice-réceptrice est déplacée à vitesse
lente et régulière le long de la surface à ausculter (sol,
paroi,...). La coupe temps ainsi obtenue est transformée
en coupe profondeur après détermination de la vitesse
PO IC - Géologie de l'ingénieur

de propagation caractéristique du milieu. Celle-ci est


une fraction de la vitesse de la lumière dans le vide et
dépend de la constante diélectrique relative du
matériau.
• Le choix de la fréquence de travail détermine en partie
la résolution et la profondeur d'investigation. En effet,
la résolution en profondeur la plus fine (distance
minimale entre deux anomalies susceptibles d'être
décelées) est obtenue pour les plus hautes fréquences.

5.4 Radar géologique

D Matériel
L'équipement complet comprend :
• une unité centrale de commande comportant un écran de visualisation couleur,
• une imprimante thermique,
• une antenne (40, 70, 400, 900 MHz, 1,5 GHz ou autres)
• un logiciel pour le traitement des données et l’édition des résultats.
PO IC - Géologie de l'ingénieur

96 Géophysique
5.4 Radar géologique

D Résultats fournis

Fréquence Profondeur Applications


(MHz) (m)

40 15-20 Géologie
70 10-15 Géologie, géotechnique
400 0-5 Génie Civil, réseaux enterrés,
Archéologie
900 0-1 Chaussée, structures en béton
PO IC - Géologie de l'ingénieur

1500 0-0,3 Chaussée, structures en béton

D Applications du radar basse fréquence

• Présence de vides
Vide dans une craie entre 6 et 14 m de Le même signal filtré par traitement
profondeur numérique ; la silhouette de la paroi verticale
(ancienne carrière souterraine de grande délimitant la cavité apparaît clairement
hauteur)
PO IC - Géologie de l'ingénieur

signal brut - zone décomprimée sous un garage signal filtré

Géophysique 97
D Applications du radar basse fréquence

• Localisation d’une faille sur paroi verticale


Faille d’une épaisseur voisine
de 1 mètre entre 8 et 12 mètres
de profondeur

• Longueur de fondations profondes et position de leur encastrement


PO IC - Géologie de l'ingénieur

D Applications du radar moyenne fréquence

• Recherche et localisation de réseaux enterrés


Conduite de 600 mm en acier 0m
à 1 m de profondeur, et
nappe à 3 m de profondeur

-3,5m
PO IC - Géologie de l'ingénieur

• Mise en évidence d’un mur enterré


0m
Recherche de murs anciens
près du Grand Palais
(Ville de Paris)
Présence d’un mur de
séparation
(sommet à 1,60 m et
fond à 4 m de profondeur)
-3,9m

98 Géophysique
Chapitre 6
Procédés de
reconnaissance mécanique
PO IC - Géologie de l'ingénieur

Plan
6.1 Tranchées et puits
6.2 Galeries
6.3 Sondages
6.4 Autres techniques

6.1 Tranchées et puits

• Reconnaissances à faible profondeur :


- tranchées :

- puits :

• Engins de travaux publics : pelles mécaniques par exemple

• Emplacements : pas de quadrillage systématique mais zones ciblées


- lignes structurales
PO IC - Géologie de l'ingénieur

- zones sensibles

• Relevé géologique des parois découvertes


- méthodique, précis et complet : plan à grande échelle 1/50 ou 1/100
- compléter par des photos

Reconnaissance mécanique 99
6.1 Tranchées et puits

D Objectifs des reconnaissances


• Recherche du substratum, sous couverture peu épaisse
• Épaisseur d'altération de ce substratum
• Prélèvement d'échantillons pour essais mécaniques
• Réalisation d'essais in situ de mécanique des sols

D Limitation de cette technique de reconnaissance


• Terrains à faible cohésion : soutènements indispensables
• Terrains durs (rocheux) : coût d'excavation important
• Présence d'une nappe phréatique
PO IC - Géologie de l'ingénieur

D Principaux domaines d'application


•É
•R
•É

6.2 Galeries

• Techniques beaucoup plus coûteuses → ouvrages à gros budget

• Distances et profondeurs importantes

• Permet une étude plus complète du massif et de ses couches


- nature, fracturation, altération
- essais in situ : vérins, sismique...

• Dans certains cas, la galerie de reconnaissance a une utilité une fois


PO IC - Géologie de l'ingénieur

l'ouvrage réalisé
-
-
-

100 Reconnaissance mécanique


D Exemple du tunnel autoroutier de la Chamoise
• Localisation
- Ain
- Mise en service : fin 1986
PO IC - Géologie de l'ingénieur

Galerie + rameau d ’essai


PO IC - Géologie de l'ingénieur

Coût de cette reconnaissance

Φ 3m
L 30m

Reconnaissance mécanique 101


6.3 Sondages

• En génie civil, profondeurs en général inférieures à 100m


→ beaucoup plus faible qu'en prospection pétrolière

• Techniques variées, dépendant


- de la profondeur
- de la nature des terrains rencontrés
- des renseignements recherchés

• Types de sondages
- peu coûteux, échantillons de terrains désorganisés
PO IC - Géologie de l'ingénieur

- coûteux, prélèvement de carottes non remaniées

• Objectifs des sondages


- faire une coupe géologique du sous-sol
- collecter des échantillons qui seront testés en laboratoire
- faire des mesures, en cours de forage, de certaines caractéristiques
des terrains en place

Méthodes de sondage

D Terrains meubles Quelles que soient les précautions prises


→ échantillon toujours partiellement remanié
par le sondage
• Tarière à main
- au-dessus de la NP, jusqu'à 5m de profondeur
• Tarière à moteur
- φ < 1,2m, jusqu'à 30m de profondeur
• Sondeuse par battage
- tube métallique enfoncé par battage
- carotte récupérée par un outil spécifique (soupape, benne preneuse…)
• Carottier à paroi mince
PO IC - Géologie de l'ingénieur

- enfoncés par pression, percussion, rotation


- prélèvement d'échantillons peu remaniés

D Terrains rocheux
• Forages destructifs, au moyen de :
- tricônes
- Outil de forage, généralement pétrolier,
- marteaux pneumatiques composé de lourdes roues dentées qui
broient le sol dans lequel elles s'enfoncent,
- appareils à rotopercussion quelle que soit sa consistance.

102 Reconnaissance mécanique


D Terrains rocheux (suite)

• Forages non-destructifs, à l'aide de carottiers :


- carottiers à prismes pour terrains tendres (pastilles au carbure de W)
- carottiers pour terrains durs
PO IC - Géologie de l'ingénieur
PO IC - Géologie de l'ingénieur

Reconnaissance mécanique 103


6.4 Autres techniques

6.4.1 Diagraphies et géophysique de forage


PO IC - Géologie de l'ingénieur

• Diagraphie de radioactivité naturelle (RAN)


• Diagraphie de résistivité
• Diagraphie microsismique
• Diagraphies gamma-gamma et neutron-neutron
• Géophysique de forage
• Tomographie sismique
• Tomographie électromagnétique
• Radar de forage en mode réflexion

6.4 Autres techniques


PO IC - Géologie de l'ingénieur

104 Reconnaissance mécanique


PO IC - Géologie de l'ingénieur 6.4 Autres techniques

Reconnaissance mécanique 105


Chapitre 7
Cartographie

Plan
PO IC - Géologie de l'ingénieur

7.1 Introduction
7.2 Carte topographique
7.3 Carte géologique
7.4 Coupe géologique
7.5 Cartographie géotechnique

7.1 Introduction

• Carte géologique
carte topographique comportant des indications géologiques
des terrains

tracé des contours géologiques → intersection des limites géologiques


avec la surface topographique
PO IC - Géologie de l'ingénieur

terrain
carte
• Exploitation des cartes géologiques
exécution de coupes géologiques
à partir d'indications superficielles → - esquisse de la structure souterraine
- sur plusieurs dizaines ou centaines de mètres

Cartographie 107
7.1 Introduction

de la coupe topographique... ... à la coupe géologique


PO IC - Géologie de l'ingénieur

• Importance des cartes géologiques


connaissance du sous-sol avant le démarrage des travaux
Des exemples
- -
-
-
-

7.2 Carte topographique

• Définition
- représentation plane à une échelle déterminée d'une partie de la surface terrestre
- éléments du relief situés en latitude et en longitude par rapport à un ellipsoïde
de référence
- projection sur une surface plane

• Echelle d'une carte (E)


- rapport de la longueur mesurée sur la carte (Lc) à la distance horizontale
PO IC - Géologie de l'ingénieur

correspondante sur le terrain (Lt) : E = Lc/Lt


- exemples :
(a) 2 points distants de 1 km sur le terrain et de 1 cm sur la carte
E = 1 cm/1 km = → carte à l'échelle
(b) 2 points distants de 15 km sur le terrain
séparés par cm sur une carte à 1/20 000 (carte à grande échelle)
séparés par cm sur une carte à 1/150 000 (carte à petite échelle)

108 Cartographie
7.2 Carte topographique

• Présentation du relief →
- intersection de plans horizontaux équidistants
avec la surface topographique
- courbes d'égale altitude (isohypses ou courbes
hypsométriques)
Le choix de l'équidistance dépend
- du type de relief à représenter
- de l'échelle de la carte
Versant
PO IC - Géologie de l'ingénieur

Collines et dépressions fermées

7.2 Carte topographique

• Profil topographique
- visualisation du relief
- support de la coupe géologique
PO IC - Géologie de l'ingénieur

Cartographie 109
7.3 Carte géologique

D La carte géologique comprend deux documents :


• la carte proprement dite, assortie d’une légende géologique et
d’une légende technique (matériaux exploités, carrières, sources, etc.)
• la notice explicative signification des différentes
- aperçu géographique et géologique couleurs et signes employés
- description détaillée des différents terrains
(échelle stratigraphique)
- résumé de l’histoire tectonique régionale
- indications sur les ressources du sous-sol
(hydrogéologie, mines, carrières)
PO IC - Géologie de l'ingénieur

7.3 Carte géologique

D Information trouvées sur les cartes géologiques


• âge des terrains - couleur
- notation conventionnelle

• lithologie - nature des terrains


• contours des terrains - traits fins → frontières entre 2 terrains d'âges différents
• indications tectoniques - pendages des couches, failles, etc.

géométrie des couches géologiques : déterminée par la direction et le pendage


PO IC - Géologie de l'ingénieur

direction d'une couche

pendage d'une couche

110 Cartographie
D principaux symboles utilisés en cartographie géologique
PO IC - Géologie de l'ingénieur

D légende géologique
1/3 : stratigraphie
PO IC - Géologie de l'ingénieur

Cartographie 111
D légende géologique
2/3 : informations
complémentaires
PO IC - Géologie de l'ingénieur

D légende géologique 3/3 : éléments


structuraux
PO IC - Géologie de l'ingénieur

112 Cartographie
D Différents types de structures vues sur une carte géologique

• structure tabulaire → couches horizontales


Relief plat : dans le cas d'un plateau
par exemple, seule la couche la plus
jeune affleure et est donc représentée
sur une carte géologique

Vallées : par le jeu de l'érosion, les couches inférieures affleurent dans les
versants de la vallée. Les couches étant horizontales, leurs limites et leurs
contours sur carte, sont parallèles aux courbes de niveau
PO IC - Géologie de l'ingénieur

Sur carte, les différentes couches forment des


bandes parallèles aux isohypses; leur largeur
d'affleurement est directement proportionnelle
à l’épaisseur (Ei) de la couche et inversement
proportionnelle à la pente topographique (Pi)

L'épaisseur d'une couche horizontale peut se calculer sur carte: elle est en effet égale à la différence
d'altitude entre la limite (contour) supérieure et la limite (contour) inférieure.

• structure monoclinale → pendage des formations


géologiques dans le même sens

En relief plat
contours géologiques des structures monoclinales
• rectilignes et parallèles les uns aux autres
• direction des couches dont le sens du pendage est indiqué par la
stratigraphie : c'est le sens allant des couches anciennes vers les
couches plus jeunes

Relief accidenté
largeur horizontale d'affleurement
d'une couche
- de son épaisseur
PO IC - Géologie de l'ingénieur

• fonction - de son pendage


- de la pente topographique

• directement proportionnelle à
l'épaisseur stratigraphique de la couche
• inversement proportionnelle au
pendage et à la pente topographique

• couche verticale, largeur d’affleurement


égale à son épaisseur stratigraphique

Cartographie 113
• structure plissée → déformation des roches sous l'action
des contraintes tectoniques

synclinaux (plis concaves vers le haut)


anticlinaux (plis convexes vers le haut)

Sur carte, les contours des couches plissées dépendent du relief topographique et du pendage des
flancs ainsi que de l'allure de la charnière.

charnière horizontales
les contours forment des lignes
plus ou moins sinueuses
(influence du relief), délimitant
des bandes parallèles répétées
de part et d'autre d'une bande
PO IC - Géologie de l'ingénieur

centrale, formée soit par la


couche la plus jeune
(synclinal) soit par la couche
la plus ancienne (anticlinal)

charnière penchée et plissée


bandes concentriques autour de
la couche la plus jeune ou de la exemple : Ardennes
couche la plus ancienne

• structure faillée

Failles → assimilées à des plans


Leur tracé sur carte répond aux mêmes règles que
celui des plans de stratification : influence de la
direction et du pendage de la faille ainsi que du relief.

Sur une carte


• anomalies ° dans les contours des couches recoupées (failles transversales et décrochements)

• suppression ±
d'une partie des couches affectées (failles longitudinales)
PO IC - Géologie de l'ingénieur

• répétition ²
4-5-6 4-5-6

114 Cartographie
D La France géologique
PO IC - Géologie de l'ingénieur

D La France géologique
• cartes à l’échelle
publiées par le BRGM
(Bureau de recherches géologiques et minières)
PO IC - Géologie de l'ingénieur

Cartographie 115
7.4 Coupe géologique

• Essai de restitution de la disposition des terrains tels qu'ils apparaîtraient sur les
parois d'une tranchée verticale creusée suivant la ligne de coupe choisie
• Carte géologique : travail d'interprétation et d'interpolation du géologue à
partir des affleurements

PO IC - Géologie de l'ingénieur

D Exemples de coupe géologique

• Tunnel sous la Manche


PO IC - Géologie de l'ingénieur

116 Cartographie
D Exemples de coupe géologique
PO IC - Géologie de l'ingénieur

D Exemples de coupe géologique


PO IC - Géologie de l'ingénieur

Cartographie 117
7.5 Cartographie géotechnique

• Documents souvent directement exploitables par l'ingénieur civil


-
Des exemples -
-

• Type d'information retrouvée


- relief : % des pentes, évolution des versants (érosion, glissements…)
- eau : niveau de la nappe, drainabilité, ...
- lithologie du sol et du sous-sol : nature des terrains, caractéristiques physiques des
PO IC - Géologie de l'ingénieur

roches et des sols (dureté, granulométrie, limites d'Atterberg,…)


- zonages pour la construction

7.5 Cartographie géotechnique

image synthétique moderne de la géodynamique


D Exemple : actuelle du bassin de la Méditerranée
Tectonique et Cinématique
La carte montre :
- plusieurs types d'accidents tectoniques (failles, chevauchements, etc.) de la région
- les vecteurs de vitesse du déplacement des plaques
- les 237 centres éruptifs ayant eu une activité volcanique au cours des derniers 150 000 ans
PO IC - Géologie de l'ingénieur

118 Cartographie
7.5 Cartographie géotechnique

D Exemple : aptitude des terrains à l'urbanisation (Clermont Ferrand est)


PO IC - Géologie de l'ingénieur

aptitude des terrains à l'urbanisation (Clermont Ferrand est)


PO IC - Géologie de l'ingénieur

Cartographie 119
D Exemple : Plan de prévention des risques naturels prévisibles
Mouvements différentiels de terrain liés au
phénomène de retrait-gonflement des argiles

Carte géologique
départementale synthétique des
formations argileuses et
marneuses de la Haute-Garonne
PO IC - Géologie de l'ingénieur

RP-52524-FR.pdf

Carte départementale d'aléa


retrait-gonflement des argiles
de la Haute-Garonne

Classement des formations


géologiques par niveau d'aléa
PO IC - Géologie de l'ingénieur

• Aléa moyen : 43%


• Aléa faible : 41%
• 16 % du département en zone non argileuse

120 Cartographie
Chapitre 8
Génie parasismique
PO IC - Géologie de l'ingénieur

Plan
8.1 Généralités
8.2 Aléa sismique
8.3 Conception parasismique des ouvrages

Introduction

• Séismes dangereux pour la vie humaine


à cause de la destruction des ouvrages
• Principe de protection contre les effets des séismes
réaliser des ouvrages "parasismiques", i.e. résistants aux séismes
les bâtiments, même endommagés, ne s'effondrent pas

• Deux notions à ne pas confondre


- Aléa sismique • probabilité d'apparition d'un séisme en un site donné
• pendant une période de référence donnée
PO IC - Géologie de l'ingénieur

- Risque sismique • probabilité d'un dommage causé par un séisme


• Le risque sismique est donc fonction :
- de l'aléa sismique
- des dispositions constructives prises pour diminuer le risque

Risque sismique = Aléa sismique x Vulnérabilité

Génie parasismique 121


Introduction
Risque sismique = Aléa sismique x Vulnérabilité

• peut être évalué pour une construction, une ville, une région spécifique
• probabilité de perte en biens, en activités productives et en vies humaines
dans un laps de temps donné
• augmente avec : - la densité de population
- le potentiel économique du pays
• nul en l'absence de constructions et de personnes
développement des sociétés

PO IC - Géologie de l'ingénieur

accroissement de leur propre vulnérabilité face aux tremblements de terre

coût des dommages attendus pour un séisme d'une intensité donnée


Vulnérabilité =
coût de la construction
(%)
0% : séismes d'intensité MSK < VI pas de dommages aux bâtiments
100% : séismes d'intensité MSK XI et XII constructions non parasismiques

Modèle élémentaire de faille 1. Généralités


PO IC - Géologie de l'ingénieur

122 Génie parasismique


La

Richter
PO IC - Géologie de l'ingénieur

Mesure de la violence des séismes 1. Généralités

D Puissances des séismes : magnitude


PO IC - Géologie de l'ingénieur

Génie parasismique 123


D Effets des séismes : échelle macrosismique d'intensité
PO IC - Géologie de l'ingénieur
PO IC - Géologie de l'ingénieur

124 Génie parasismique


Relation Intensité-Magnitude
PO IC - Géologie de l'ingénieur

8.2 L'aléa sismique

Pour un niveau de risque acceptable fixé... ...et considérant que le niveau de


protection peut être assuré par de
bonnes dispositions constructives
la connaissance de l'aléa sismique est nécessaire

Quelle est la probabilité annuelle d'excéder


un niveau de mouvement du sol sur un site donné ?
La réponse passe par la détermination du mouvement sismique de calcul
mouvement du sol pris en compte pour le calcul de la construction parasismique
PO IC - Géologie de l'ingénieur

Calcul probabiliste
• modèle de sismicité
- distribution géographique des sources sismiques actives
- récurrence des séismes pour une source donnée, en fonction de la magnitude

• modèle d'atténuation
- description, pour un site donné, de l'effet d'un séisme en fonction de la
magnitude et de l'éloignement du foyer

Génie parasismique 125


D Modèle de sismicité
Sismicité historique
PO IC - Géologie de l'ingénieur

D Modèle de sismicité

• Le long d'une faille de l'écorce terrestre,


les séismes se produisent avec irrégularité
• En étudiant la sismicité historique, on peut rendre compte, approximativement,
de la succession des séismes par la relation de Gutenberg et Richter (1944) :

log N = a − b ⋅ M
M : magnitude du séisme
PO IC - Géologie de l'ingénieur

N : nombre de séismes de magnitude ≥ M, par unité de temps et de surface


a, b : constantes sismiques de la région

• Traçage de cartes de zonage sismique


• Calcul de la probabilité de dépasser une magnitude M

126 Génie parasismique


PO IC - Géologie de l'ingénieur PO IC - Géologie de l'ingénieur

Génie parasismique
exemple de calcul

127
D Modèle d'atténuation

• Au cours de leur propagation, les ondes sismiques s'atténuent


• Relation rendant compte de l'atténuation d'un paramètre caractéristique
donné y, sur un site donné :

log y = A + f ( M ) + g ( R ) + h(G )
A : constante
PO IC - Géologie de l'ingénieur

M : magnitude (ou caractéristique du mouvement au foyer)


R : distance au foyer
G : conditions locales du site
PO IC - Géologie de l'ingénieur

128 Génie parasismique


PO IC - Géologie de l'ingénieur Modèle d'atténuation

Atténuation → paramètres influants

(a) paramètres généraux dépendant

• des caractéristiques au foyer magnitude, profondeur

• des caractéristiques de propagation propriétés physiques et mécaniques


des terrains parcourus

- du modèle de sismicité
La prise en compte
- du modèle d'atténuation (sans considérer les conditions locales)
PO IC - Géologie de l'ingénieur

Traçage des cartes de zonage sismique pour


un facteur particulier (vitesse, accélération…)

Exemple : probabilité de dépassement de 10% sur une période de retour de 475 ans

Génie parasismique 129


PO IC - Géologie de l'ingénieur
Zonage sismique en France

Atténuation → paramètres influants

(b) paramètres liés aux conditions locales (du site)


Pour préciser l'approche arrêtée en (a), on doit tenir compte de l'effet de site

Les mouvements sismiques sont modifiés par les particularités

- topographiques
du site
- stratigraphiques

Exemples
PO IC - Géologie de l'ingénieur

• séismes de Mexico (19/9/85) et de Californie (17/10/89)


mouvements en surface 3 fois plus grands dans les couches d'alluvions
que dans les affleurements rocheux voisins

• les reliefs importants sont souvent plus perturbés que les


zones voisines à relief peu marqué

130 Génie parasismique


PO IC - Géologie de l'ingénieur PO IC - Géologie de l'ingénieur

Génie parasismique
131
exemple d'accélérogramme de Mexico
PO IC - Géologie de l'ingénieur

D Mouvement sismique de calcul


PO IC - Géologie de l'ingénieur

132 Génie parasismique


PO IC - Géologie de l'ingénieur PO IC - Géologie de l'ingénieur

Génie parasismique
133
134
PO IC - Géologie de l'ingénieur PO IC - Géologie de l'ingénieur

Génie parasismique
Donc les structures
oscillent et sous l'effet
d'accélérations
PO IC - Géologie de l'ingénieur
PO IC - Géologie de l'ingénieur

Génie parasismique 135


Spectres pour différents sols
PO IC - Géologie de l'ingénieur

Spectres réglementaires
PO IC - Géologie de l'ingénieur

136 Génie parasismique


PO IC - Géologie de l'ingénieur PO IC - Géologie de l'ingénieur

Génie parasismique
137
PO IC - Géologie de l'ingénieur

8.3 Conception parasismique des ouvrages


Quelques principes
D Implantation des ouvrages
• Voisinage des failles
Éviter les constructions
d'ouvrages dans le voisinage
de failles reconnues actives
→ voir les plans d'exposition
aux risques (P.E.R.)
lorsqu'ils existent
PO IC - Géologie de l'ingénieur

Exemple de Kobe,
construite très près d'un
réseau de failles

138 Génie parasismique


8.3 Conception parasismique des ouvrages
Quelques principes
D Implantation des ouvrages
• Topographie
- Amplification des mouvements sismiques
Exemple : Mexico
- Sites en pente, zones d'éboulis, rebords de falaise
PO IC - Géologie de l'ingénieur
PO IC - Géologie de l'ingénieur

Génie parasismique 139


8.3 Conception parasismique des ouvrages
Quelques principes
D Implantation des ouvrages
• Zones suspectes de liquéfaction
PO IC - Géologie de l'ingénieur
PO IC - Géologie de l'ingénieur

140 Génie parasismique


8.3 Conception parasismique des ouvrages
Quelques principes
D Sols et fondations
• Fondations homogènes
- Pas de construction à cheval sur deux formations géologiques de propriétés
mécaniques différentes sinon, scinder l'ouvrage en 2 unités indépendantes
- Éviter d'associer pour un même ouvrage deux types de fondations
différents exemple : pieux et semelles isolées

• Choix de l'assise
- Rechercher les couches profondes stables et résistantes
PO IC - Géologie de l'ingénieur

- Éviter les sols déformables (meubles) déplacements différentiels plus importants


PO IC - Géologie de l'ingénieur

Génie parasismique 141


142
PO IC - Géologie de l'ingénieur PO IC - Géologie de l'ingénieur

Génie parasismique