Vous êtes sur la page 1sur 100

MATIÈRE NOIRE LES 3 THÉORIES

N° 540 - OCTOBRE 2018

M 01108 - 540 - F: 6,40 E - RD

3’:HIKLLA=]U[YU]:?a@p@e@k@a"; OCTOBRE 2018 DOM 7,40 € - BEL 7,40 € - LUX 7,40 € - ALL 8,20 € - ESP 7,40 € - GR 7,40 € - ITA 7,40 € - PORT.CONT 7,40 € -
CAN 10,5 $ CAN - CH 12,40 FS - MAR 65 DH - TUN 6,80 TND - MAYOTTEA 8,80 € - TOM SURFACE 970 XPF - TOM AVION 1620 XPF
L’édito par Dominique Leglu
Directrice de la rédaction

Épopée cosmologique

C
hasse au trésor. Devant le déploiement Guilbaud (p. 38). Les théoriciens se sont ensuite mis au
mondial de détecteurs ultra-sophisti- travail. Ce qui aboutit à la situation actuelle, à savoir
qués – tel Xenon 1T, sous le massif italien trois théories. Ou, si l’on pinaillait… deux et demie ! D’un
du Gran Sasso (p. 43) – censés capturer un côté, il y a les adeptes de particules inconnues qui consti-
quasi-insaisissable flux de matière noire, certains scien- tueraient la matière noire. Tels des enquêteurs, ils ont
tifiques n’hésitent plus à filer la métaphore. Comme ils dressé leur portrait-robot : des fantômes assez massifs,
ne cessent, à l’instar de Julien Masbou (CNRS, univer- qui manifestent très peu d’affinités avec la matière ordi-
sité de Nantes), de traquer le moindre indice depuis des naire – la nôtre. D’où les incroyables installations des
lustres, ils préfèrent y voir un jeu à la dimension de l’Uni- expérimentateurs en sous-sol afin d’éliminer les intruses
vers plus qu’un casse-tête à remballer tous ses photo- et ne dévoiler que les élues. Pour l’instant, chou blanc. Ou
multiplicateurs, voire ses équations. L’interrogation, pour presque (lire l’encadré p. 44).
les lectrices et lecteurs qui auraient perdu le fil de cette
véritable épopée cosmologique, peut se résumer ainsi : POUR L’AUTRE CAMP, virage à 180 °. Il ne fera pas de
mais pourquoi ne voit-on pas 25 % de la matière qui com- recherche de matière, c’est peine perdue. La bonne cible
pose l’Univers ? Et d’ailleurs, cette mystérieuse matière, se trouve au cœur des équations. Audacieux, le mondia-
ne serait-elle pas qu’une illusion ? lement célèbre Mordehai Milgrom (Institut Weizmann,
Tel-Aviv) s’est ainsi attaqué au saint des saints : la loi de la
LE DOSSIER de ce mois-ci, qui fait un point exhaustif gravitation de Newton (p. 50). Enfin, selon une troisième
sur la question, donne à retrouver un florilège de ce qui voie, sorte d’intermédiaire (p. 49), la clé est encore ail-
peut s’échafauder de mieux en science. Le trésor caché leurs, dans la « superfluidité ». Par ce comportement sin-
est aussi intellectuel ! D’abord, il y eut des observations gulier, les particules de matière noire, effectivement,
étonnantes au télescope, par des grands de l’astronomie modifieraient la gravité. Alors, qui aura raison ? On sou-
comme Fritz Zwicky et plus tard Vera Rubin, comme l’ex- haite beaucoup de courage à toutes les matières grises
plique de façon très pédagogique Françoise Combes, qui ont encore de quoi creuser, fouiller, bêcher.
professeur au Collège de France, interrogée par Sylvain La Fontaine y aurait trouvé matière à fable cosmique.

SOPHIA PUBLICATIONS : 8, rue d’Aboukir 75 002 Paris. Tél. : 01 70 98 19 19 l e-mail rédaction : courrier@larecherche.fr l Pour joindre directement par téléphone un membre de la rédaction, composez le 01 70 98, suivi des
quatre chiffres placés après son nom. Par mail, libellez l’adresse sur le modèle : initiale du prénom suivi du nom@sophiapublications.fr (sans accents).

Pour toute question concernant votre abonnement : 01 55 56 70 56 l Adresse : La Recherche, 4 rue de Mouchy 60438 Noailles Cedex. Tél. : 01 55 56 71 15. l ABONNEMENTS : Tarif France : 1 an 10 nos + 1 n°
double 67 euros. 1 an 10 nos + 1 n° double + 4 hors-séries 89 euros. Tarif international : nous contacter. E-mail : abo.recherche@groupe-gli.com l Suisse : Edigroup. Tél. : (0041) 22 860 84 01 1 Belgique :
Edigroup. Tél. : (0032) 70 233 304 l Achat de revues et d’écrins La Recherche – BP 65 – 24, chemin latéral 45390 Puiseaux. Tél. : 02 38 33 42 89

La Recherche est publiée par Sophia Publications l Président-directeur général et directeur de la publication : Claude Perdriel l Directeur général : Philippe Menat l Directeur éditorial : Maurice Szafran
l Directeur éditorial adjoint : Guillaume Malaurie l Directeur délégué : Jean-Claude Rossignol l Directrice de la rédaction : Dominique Leglu l Rédacteur en chef : Philippe Pajot l Rédacteur en chef adjoint :
Vincent Glavieux l Conception graphique : Dominique Pasquet l Assistante : Gabrielle Monrose (19 06) l Chefs de rubrique : Hervé Cabibbo (19 30), Mathias Germain (19 33) l Rédacteurs : Gautier Cariou
(19 31), Sylvain Guilbaud (19 38), Bérénice Robert (19 34) l Directrice artistique : Maryvonne Marconville (19 28) l Service photo : Claire Balladur (19 41) l Première secrétaire de rédaction : Anaëlle Bruyand
(19 35) l Ont collaboré à ce numéro : Antoine Cappelle, Marie-Agnès Joanny, William Rowe-Pirra, Muriel Seisser l Fabrication : Christophe Perrusson (19 10), Thibault Quéré (19 21) l Activités numériques :
Bertrand Clare (19 08) l Communication : Marianne Boulat (06 30 37 35 64) l Directeur des ventes et promotion : Valéry-Sébastien Sourieau (19 11) l Vente messageries VIP-diffusion : Frédéric Vinot
l Numéro vert 0800 51 49 74 l Responsable gestion abonnements : Isabelle Parez (19 12) l Responsable du marketing direct : Linda Pain (19 14) l Responsable administratif et financier : Nathalie Tréhin
(19 16) l Comptabilité : Teddy Merle (19 15) l Diffusion librairies : Pollen DIF’POP’. Tél. : 01 43 62 08 07 Fax : 01 72718451 l Régie publicitaire : MediaObs 44, rue Notre-Dame-des-Victoires 75002 Paris.
Tél. : 01 44 88 97 70. Fax : 01 44 88 97 79 l e-mail : pnom@mediaobs.com l Pour joindre directement une personne, composez
le 01 44 88, suivi des quatre chiffres placés après son nom. l Directeur général : Corinne Rougé (93 70) l Directeur commercial :
Jean-Benoît Robert (97 78) l Directeur du pôle Sciences : Sylvain Mortreuil (97 75) l Partenariats : KarineGrossman(89 08)
Certifié PEFC
l Studio/Maquette/Techniques : Cédric Aubry (89 05) l Imprimerie : G. Canale & C., Via Liguria 24, 10071 Borgaro (TO), Italie. Dépôt
BERNARD MARTINEZ

Ce produit est issu


légal à parution. Les titres, les intertitres, les textes de présentation et les légendes sont établis par la rédaction du mensuel. La loi de forêts gérées
du 11 mars 1957 interdit les copies ou reproductions destinées à une utilisation collective. Toute représentation ou reproduction durablement et
de sources contrôlées
intégrale ou partielle faite sans le consentement de l’auteur, ou de ses ayants droit ou ayants cause, est illicite (article L.122-4 du www.pefc.org
Code de propriété intellectuelle). Toute copie doit avoir l’accord du Centre français du droit de copie (CFC, 20, rue des Grands- PEFC/18-31-330

Augustins, 75 006 Paris. Tél. : 01 44 07 47 70.Fax : 01 46 34 67 19). L’éditeur s’autorise à refuser toute insertion qui semblerait contraire
aux intérêts moraux ou matériels de la publication. Commission paritaire : 0919 K 85863. ISSN 0029-5671. Origine du papier : Italie - Taux de fbres recyclées : 0 % - Eutrophisation. PTot = 0,009 kg/tonne de papier.
CRÉDIT COUVERTURE : VOLKER SPRINGEL/MAX PLANCK INSTITUTE FOR ASTROPHYSICS/SCIENCE PH/COSMOS Ce magazine est imprimé chez G. Canale & C. (Italie), certifé PEFC.

N°540 • Octobre 2018 | La Recherche • 3


entretien avec

Élise Huchard
Pour Élise Huchard, chargée de recherche au CNRS, l’étude du comportement
animal, notamment des primates, peut aujourd’hui aborder des questions com-
plexes, comme celles des émotions qu’ils ressentent ou de leur personnalité
propre. À condition de rester dans une optique évolutive.

L’étude de la personnalité
des animaux est un domaine
de recherche en plein essor ”

L’
évolution des systèmes sociaux et de La Recherche Un tribunal argentin a ordonné
reproduction des mammifères : tels sont en 2016 le transfert dans une réserve naturelle
les sujets d’étude d’Élise Huchard, étho- d’une femelle chimpanzé d’un zoo au motif
logue spécialiste du comportement des qu’elle était déprimée. Qu’est-ce que signifie
primates. Pour cela, elle partage son temps entre les « être déprimé » pour un animal ?
observations sur le terrain (Namibie, Madagascar, Élise Huchard On peut parler de dépression quand
Gabon ou Afrique du Sud) et son laboratoire à l’uni- un animal montre des comportements stéréoty-
versité de Montpellier. Dans une vision progressiste, pés et répétitifs, en réponse à des conditions très
elle cherche à mieux appréhender les émotions ou le stressantes. Ce sont des comportements que l’on
bien-être animal, au cœur de l’évolution de la prima- n’observe jamais en milieu naturel. Chez les grands
tologie de ces dernières décennies. La vogue de ces fauves en cage, c’est, par exemple, le fait de marcher
questions que l’on retrouve dans le domaine poli- en cercle à longueur de journée. Chez les chevaux,
tique, juridique ou sociétal – avec le développement cela peut se traduire par le grignotage répétitif du
de l’alimentation végétarienne, voire végane – s’ex- bois du box. Chez le chimpanzé, qui est un animal
ALAIN TENDERO / DIVERGENCE-IMAGES

plique, selon elle, en partie par les avancées récentes très social, la dépression peut naître de l’isolement,
de l’éthologie qui, abandonnant la crainte de l’an- ce qui était le cas de l’animal que vous évoquez. Je
thropomorphisme, décrit aujourd’hui les compor- note aussi que le tribunal argentin a invoqué l’ha-
tements animaux avec des concepts traditionnel- beas corpus [le principe selon lequel il est impos-
Éthologue, Élise lement considérés comme humains, tels que la sible d’emprisonner quelqu’un de manière arbi-
Huchard est spécialiste réconciliation, la générosité, l’altruisme, etc. Dès traire, NDLR] pour ordonner sa libération, ce que je
du comportement des lors, les animaux nous sont de moins en moins dis- trouve une avancée juridique qui marque la recon-
primates au CNRS. tants, d’où la préoccupation croissante pour leur sort. naissance du droit des animaux sauvages à une

N°540 • Octobre 2018 | La Recherche • 5


Entretien avec Élise Huchard

vie en adéquation avec leurs besoins physiolo- cela nécessite un suivi important. C’est ce qui est
giques et psychiques élémentaires. fait dans certains sanctuaires d’éléphants. Des petits
N’est-ce pas une forme d’anthropomorphisme qui ont grandi en captivité (souvent parce qu’ils ont
que de parler de « dépression » animale ? été recueillis très jeunes par le sanctuaire) sont relâ-
On peut choisir de ne pas employer un terme appli- chés, mais après des mois passés avec un personnel
qué aux humains pour décrire un comportement formé et compétent, qui les promène chaque jour
animal, même quand il semble très proche d’un dans la savane pour leur apprendre, par exemple, à
comportement humain, par souci de rigueur. Mais reconnaître les plantes comestibles.
le refus systématique de l’anthropomorphisme peut Vous évoquiez la transmission culturelle du
aussi représenter un biais scientifique. Par exemple, comportement chez les chimpanzés.
s’il consiste à refuser d’accepter l’existence de Qu’entendez-vous par culture ?
similarités comportementales ou cognitives entre Chez les humains, il y a beaucoup de définitions
hommes et animaux, comme le dénonce le prima- de la culture. Et c’est la même chose chez les ani-
tologue néerlandais Frans de Waal. Les discussions maux. La plupart des définitions de la culture animale
sur l’anthropomorphisme ne portent jamais sur retiennent deux composantes. D’une part, la trans-
des traits morphologiques ou anatomiques, mais mission sociale d’un comportement donné, d’un
toujours sur des traits cognitifs – alors qu’il n’y a individu à l’autre. D’autre part, l’existence de diffé-
pas de justification scientifique à raisonner diffé- rences comportementales entre différents groupes
remment pour des traits anatomiques plutôt que L’équipe d’Élise d’une même espèce (de la même manière que l’on
cognitifs… Il me semble plus important de réfléchir Huchard a étudié un trait parle de cultures nationales ou régionales chez les
à la manière dont nos représentations de l’animal de personnalité du humains). Il y a par exemple des dialectes locaux dans
peuvent influencer notre travail scientifique plutôt microcèbe gris, un petit les vocalisations des cétacés. Ce second critère est
que de penser que les seules précautions terminolo- lémurien de Madagascar, plus discuté, car il peut être considéré comme une
en testant sa propension
giques suffiront à éviter les biais scientifiques. conséquence du premier : dès lors qu’une espèce a
à prendre des risques.
Cette femelle chimpanzé a été relâchée dans la capacité de transmettre socialement un certain
une réserve brésilienne, où vivent en semi- nombre de comportements, on s’attend à observer
liberté une cinquantaine de ses congénères. des différences comportementales entre groupes.
Un animal né en captivité ne peut donc plus Comment se manifestent ces cultures
vivre à l’état sauvage ? animales ?
Cela dépend des espèces. C’est particulièrement dif- Il y a deux exemples classiques. Le premier est le
ficile pour les espèces très sociales, comme les chim- lavage de la patate douce chez des macaques vivant
panzés. Ils ont absolument besoin d’apprendre leur dans une réserve en bord de mer au Japon, où ils
répertoire comportemental en grandissant dans étaient nourris. Un jour, une jeune femelle subor-
leur communauté d’origine, car on pense de plus donnée lave les patates douces pour en enlever le
en plus que ce répertoire est en grande partie cultu- sable avant de les manger. Cette innovation se trans-
rel – et pas nécessairement instinctif ou génétique- met ensuite au sein du groupe. Puis le comportement
ment déterminé de façon simple. Et puis, ils doivent se transmet de génération en génération. Observé
appartenir à un groupe social qui les accepte et les pour la première fois en 1954, il est toujours présent
reconnaît ; il est souvent impossible pour des adultes dans l’ensemble de cette population. Cette femelle
de se faire accepter quand ils essaient d’immigrer était une innovatrice, puisqu’elle a inventé ensuite
dans un nouveau groupe. Remettre dans la nature un autre comportement : laver sa patate dans l’eau
un animal né en captivité est parfois possible, mais de mer, plutôt que dans l’eau douce, pour la saler
et sans doute lui donner meilleur goût. Le second
exemple est l’ouverture, par des mésanges, de bou-
SES DATES
ELISE HUCHARD/CNRS PHOTOTHEQUE

2009-2014 2014 Recrutée en tant teilles de lait livrées le matin devant des maisons, un
2004 Diplômée de Postdoctorat au German que chargée de phénomène observé en Angleterre dans les années
l’École nationale Primate Center de recherche au Centre 1950. Cela a été très bien suivi, avec une cartogra-
vétérinaire de Toulouse. Göttingen (jusqu’en d’écologie fonctionnelle phie de la diffusion de ce comportement à l’échelle
2005-2008 Doctorat en 2012) puis au et évolutive du CNRS à du pays à partir de deux ou trois foyers d’innovation.
biologie de l’évolution à département de Montpellier. Vous parlez d’individus animaux plus
l’université de zoologie de l’université 2017 Médaille de bronze innovants que d’autres. Peut-on étudier la
Montpellier. de Cambridge. du CNRS. personnalité de chaque animal ?

6 • La Recherche | Octobre 2018 • N°540


Oui, et c’est un domaine de recherche en plein essor L’innovation, par une femelle
depuis une dizaine d’années. L’un des aspects de la
personnalité les plus étudiés est la réaction de l’ani- macaque, de laver les patates
mal à un nouvel objet. C’est ce qu’une de mes collè-
gues de l’Institut des sciences de l’évolution à Mont-
douces à l’eau de mer s’est transmise
pellier, Alecia Carter, a fait avec des babouins vivant de génération en génération ”
en milieu naturel en Namibie, en leur proposant une
nouvelle nourriture, en l’occurrence des abricots
secs. Certains sont curieux. D’autres méfiants ou
encore indifférents. Toujours avec les babouins de
Namibie, Alecia a étudié la réaction à un danger en
plaçant sur un de leurs itinéraires une vipère empail-
lée. En filmant les babouins, on constate que la plu-
part l’observent, puis font un petit détour. D’autres
se montrent effrayés, voire paralysés, et changent
complètement de chemin. D’autres encore donnent
l’alarme à leurs congénères (1) . Ce genre de tests doit
être répété sur un même individu pour savoir s’il se
comportera de façon stable dans une situation don-
née : c’est la définition d’un trait de personnalité. Un
autre aspect de la personnalité souvent étudié est la
propension à prendre des risques. Chez les micro-
cèbes, des petits lémuriens nocturnes de Madagascar
qui ont de nombreux prédateurs terrestres dont ils se
protègent en vivant dans les arbres, on a testé cette
prise de risque. Le test comportemental consistait à
proposer une plate-forme avec différents niveaux. La
nourriture était placée plus ou moins proche du sol.
Aller la chercher était donc plus ou moins dangereux
pour les microcèbes, ce qui permettait de quantifier
la prise de risque de chaque individu (2) .
Y a-t-il des animaux à la personnalité plus
violente que d’autres ?
Cette question ne peut pas être abordée de manière certains mâles étaient plus violents que d’autres – Il faut de longs mois
expérimentale, car il ne serait éthiquement pas mais les mâles avec une personnalité violente ne d’habituation avant que
acceptable d’encourager la violence. En revanche, s’accouplaient pas plus que les autres. les babouins de Namibie
elle peut être étudiée par l’observation en milieu Cette violence peut-elle aller jusqu’au meurtre ? se montrent indifférents
naturel. Toujours chez les babouins, nous avons Tout dépend des espèces. Des cas de violence meur- à la présence des
humains. Ce jeune mâle
observé que les mâles les plus violents sont aussi trière ont été bien décrits chez les chimpanzés, une
curieux n’hésite pas à
ceux qui s’accouplaient le plus. Il y avait deux hypo- espèce où la défense du territoire joue un rôle très
s’approcher de son
thèses pour l’expliquer. Soit une forme de coercition important. Les mâles organisent des patrouilles aux observatrice.
sexuelle. Soit une préférence des femelles pour les frontières du territoire du groupe. S’ils y rencontrent
mâles les plus violents, qui seraient peut-être mieux un chimpanzé d’un autre groupe, il peut y avoir des
à même de les protéger. Pour trancher, il fallait batailles très violentes, allant jusqu’au meurtre.
savoir si les mâles qui s’accouplaient le plus étaient Cela signifie-t-il que les chimpanzés ont une
violents de façon ciblée envers les femelles fertiles forme de conscience de la mort ?
(ce qu’on attendait de l’hypothèse de coercition) ou Je ne m’aventurerai pas à l’affirmer. Tout ce que l’on
de façon indifférenciée envers tous leurs congénères observe est que les chimpanzés rouent de coups un
CHRISTINE WEBB

(mâles, femelles, ou juvéniles – ce qu’on attendait si rival d’un autre groupe jusqu’à le laisser inanimé.
les femelles préféraient les mâles avec une person- En revanche, la question de la conscience de la
nalité violente). Nos données favorisent l’hypothèse mort a été très étudiée chez les femelles perdant
de la coercition sexuelle (3) , tout en montrant que un petit. Chez plusieurs espèces de primates,

N°540 • Octobre 2018 | La Recherche • 7


Entretien avec Élise Huchard

on a décrit des femelles gardant pendant plu- L’éthologie a fait tomber


sieurs jours le cadavre, avec une manière de le por-
ter très originale, par exemple par la bouche, ou en de nombreux préjugés quant
le traînant par une patte. Ces comportements spé-
cifiques peuvent être interprétés comme une forme
à nos croyances sur la nature des
de conscience que le petit est mort, car les femelles frontières entre hommes et animaux ”
ne se comportent jamais ainsi avec un petit vivant.
Toujours chez les babouins sauvages, on a pu mon-
trer que le taux de cortisol, une hormone du stress, présent chez de nombreux mammifères (5) . Il arrive
restait très élevé durant les trois à six mois suivant souvent que les mâles nouvellement dominants
la mort d’un proche. Ce taux redescend plus vite tuent les petits des femelles du groupe. Dans une
chez les animaux qui sont très intégrés socialement. perspective évolutionniste, cela se comprend bien :
Cela laisse à penser qu’ils éprouvent une émotion les femelles allaitantes qui ont perdu leur petit vont
durable à la suite de la mort d’un proche (4) . Il est redevenir fertiles (du fait de la fin de la période d’in-
cependant important de rappeler que ces observa- fertilité caractérisant la lactation), ce qui permettra au
tions ne nous permettent pas d’accéder aux repré- mâle dominant de s’accoupler avec elles et de diffuser
sentations mentales que les animaux peuvent avoir ses propres gènes. Comme les mâles dominants ne
de la mort – on sait simplement qu’ils y réagissent (*) Cercopithecus est un le restent pas longtemps, ils n’ont pas le temps d’at-
de façon distincte, et à travers des comportements genre de primates africains de tendre que les femelles aient fini d’allaiter les enfants
qui marquent un état émotionnel fort, évoquant le la famille des cercopithécidés. des rivaux… Ce qui est amusant, c’est que, lorsque
Il comprend la plupart des
stress lié à la perte d’un attachement affectif. singes appelés cercopithèques je fais des conférences grand public, personne ne
Cette violence, pouvant aller jusqu’à la mort, en français. Les cercopithèques s’étonne que les mâles se battent pour accéder à une
est-elle préjudiciable à la survie de l’espèce ? possèdent différentes couleurs femelle, et ce jusqu’à s’entre-tuer, alors que l’on est
Selon la théorie de l’évolution, c’est l’individu qui est vives au niveau de la tête, souvent très choqué par les infanticides !
l’unité de base sur laquelle s’exerce la sélection natu- ce qui facilite la distinction Est-ce que le comportement des primates
entre différentes espèces
relle, et non l’espèce. Donc chaque individu doit se de cercopithèques partageant change, selon qu’ils sont observés en milieu
battre pour diffuser ses gènes. La sélection va favori- un même territoire. sauvage ou dans des colonies où ils vivent en
ser des comportements avantageux pour l’individu semi-liberté ?
mais souvent préjudiciables à l’espèce : c’est le cas de Oui, sans aucun doute. Pour ne citer qu’un exemple,
tous les comportements de compétition, par exemple les comportements de dispersion, importants en
chez les chimpanzés, qui défendent leur territoire et milieu naturel, sont quasi impossibles en colonies.
donc les ressources nutritives qui vont avec. C’est Les animaux ne peuvent donc pas quitter leur groupe
aussi ainsi que l’on peut comprendre ce comporte- natal, ce qui est une étape de la vie chez beaucoup
ment de prime abord déroutant qu’est l’infanticide, de primates. Ce comportement est parfois même
encouragé ou forcé par le groupe. C’est le cas chez
plusieurs lémuriens, comme les lémurs catta, où les
femelles dominantes attaquent les jeunes femelles
(sauf leurs propres filles) jusqu’à ce qu’elles s’en
aillent. De manière plus générale, les animaux
sociaux élevés en captivité sont exposés à un stress
social plus important que dans leur milieu naturel,
parce que la possibilité d’éviction et de fuite, qui est
un régulateur important de la violence, n’existe plus.
ELISE HUCHARD/CEFE/CNRS PHOTOTHÈQUE

Comment interagissent les primates d’espèces


différentes vivant sur un même territoire ?
Sur le terrain, quand nous sommes parmi les
babouins, c’est une forme d’interaction entre pri-
mates ! On essaye autant que possible d’être obser-
vateur, et de se faire oublier. Il faut de longs mois
d’habituation avant que les babouins se montrent
Des babouins mâles se battent dans le parc naturel de Tsaobis en Namibie. Les indifférents à notre présence. C’est du reste pour
observations sur le terrain montrent qu’ils peuvent commettre des infanticides. cela qu’il est plus facile d’étudier les babouins, qui

8 • La Recherche | Octobre 2018 • N°540


DES FEMELLES BABOUINS AGRESSIVES ENTRE ELLES
Avec son étudiante en thèse Agnès a ainsi autour de lui une sorte de harem
Baniel, Élise Huchard a montré que, dans constitué de quelques femelles et de
les groupes de babouins, les femelles leurs petits. En observant deux groupes
entrent en compétition pour l’accès aux de babouins durant plusieurs mois, les
soins paternels des mâles (1) . Dans leur éthologues ont montré que les femelles
milieu naturel en Namibie, les babouins enceintes ou allaitantes associées à un
sont regroupés en troupes comportant mâle agressent souvent les femelles fertiles Les petits sont protégés des attaques
quelques mâles adultes et de nombreuses qui s’approchent de « leur » mâle pour des prédateurs par un mâle adulte.
femelles. Au sein d’une troupe, les femelles s’accoupler avec lui. Leur agressivité aug-
qui ont conçu ou qui sont allaitantes sont mente d’autant plus que l’activité sexuelle apparemment jalouses essaient d’éviter
associées de façon étroite à un mâle donné entre une femelle fertile et « leur » mâle que le père de leur petit fasse un petit
– en général le père de leur petit – qui les est intense. Résultat : la probabilité de frère avec une autre qu’elles.
protège des attaques des prédateurs et concevoir diminue pour la femelle fertile (1) A. Baniel et al., Proc. R. Soc. B, doi:10.1098/
des congénères. Chaque mâle dominant en question. Dit autrement, ces femelles rspb.2018.1332, 2018.

vivent dans la savane, que les espèces forestières pour que la discipline soit reconnue comme une
tels les chimpanzés, qui sont très difficiles à suivre science dans une société profondément anthro-
en forêt pendant la période d’habituation, quand ils pocentriste. Mais nos difficultés à reconnaître des
fuient nos tentatives d’approche. Mais, même après similarités cognitives entre hommes et animaux
l’habituation à notre présence, l’indifférence n’est ont probablement représenté un frein pour aborder
pas systématique et il n’est pas rare que les juvéniles certaines questions, notamment liées aux émotions
essaient d’interagir avec nous, en nous approchant et aux capacités cognitives des animaux, avec l’ob-
ou en nous adressant des mimiques sociales. jectivité requise par la démarche scientifique. Toute
Et qu’en est-il des interactions entre primates science reflète les préjugés et les questionnements de
non humains ? la société dans laquelle elle se fait. On a aujourd’hui
C’est une question qui a été bien étudiée dans la une vision plus progressiste des animaux, et il est
forêt Taï, en Côte d’Ivoire, où vivent de nombreuses devenu impossible de nier leur sensibilité. L’étho-
espèces de primates, dont des chimpanzés et plu- logie, malgré ces limitations, a fini par faire tomber
sieurs espèces de cercopithèques (*) . Depuis les de nombreux préjugés quant à nos croyances sur POUR EN
années 1980, on sait que certains singes, notamment la nature des frontières entre hommes et animaux. SAVOIR PLUS
les vervets et des cercopithèques, ont plusieurs types On sait désormais que de nombreuses espèces ani- n tinyurl.com/frontiere-homme-animal
de cris d’alarme qui varient en fonction du type de males utilisent des outils, ont des cultures, des émo- Une conférence d’Élise Huchard
prédateur rencontré et entraînent une réaction bien tions et des intentions, des relations sociales riches et où elle questionne la nature
spécifique, adaptée au danger. Quand il s’agit d’un complexes, la capacité de se projeter dans le futur ou de la frontière homme-animal,
léopard, tout le groupe grimpe dans les branches ter- d’éprouver de l’empathie, de prêter des intentions, au travers des découvertes
minales d’un arbre, où le léopard ne peut pas aller ; s’il des émotions, et même des croyances à leurs par- récentes en biologie évolutive,
s’agit d’un rapace, les singes se cachent dans un buis- tenaires sociaux, d’innover, etc. Je crois que l’étude en éthologie, etc.
son épais. Et une étude a montré que, dans la forêt du comportement a maintenant la crédibilité et la n elisehuchard.strikingly.com
Taï, chaque espèce de cercopithèque a son propre maturité nécessaires pour ne plus avoir besoin de Le site personnel d’Élise Huchard,
répertoire de cris d’alarme, et les individus d’une poser l’anthropomorphisme comme un interdit, et qui regroupe ses projets de
espèce comprennent les cris d’alarme des autres que la levée de ce verrou facilitera d’autres décou- recherche, ses publications…
espèces voisines. Comme s’ils étaient polyglottes ! vertes majeures dans le futur. n n Frans de Waal, Sommes-nous
Frans de Waal disait que le problème en Propos recueillis par Nicolas Chevassus-au-Louis trop bêtes pour comprendre
éthologie n’est pas tant l’anthropomorphisme (1) A. J. Carter et al., Anim. Behav., 84, 603, 2012. l’intelligence des animaux ?,
que « l’anthropodéni ». Qu’en pensez-vous ? (2) M. Dammhahn et L. Almeling, Anim. Behav., 84, 1131, 2012. Actes Sud, 2018.
C’est une réflexion qui s’inscrit en réaction contre (3) A. Baniel et al., Curr. Biol., 27, 2163, 2017. n S. Hirata et al., in T. Matsuzawa
HANNAH PECK

le grand épouvantail de l’anthropomorphisme qui (4) P. J. Fashing et al., Am. J. Primat., 73, 405, 2011 ; A. L. Engh et al., (dir.), Primate Origins of
a structuré l’histoire de l’étude du comportement Proc. R. Soc. Lond. B., 273, 707, 2006. Human Cognition and Behavior,
animal. Il a sans doute été nécessaire, dans le passé, (5) D. Lukas et E. Huchard, Science, 346, 841, 2014. Springer, 2001.

N°540 • Octobre 2018 | La Recherche • 9


sommaire/octobre 2018 - n°540

ACTUALITÉS DOSSIER

3 ÉDITO 26 Neurosciences Le code neural du temps


4 ENTRETIEN AVEC ÉLISE HUCHARD 27 Biologie Un parasite parasité
« L’étude de la personnalité des animaux 28 Informatique Quand l’algorithme classique
est un domaine de recherche en plein essor »
rattrape le quantique
Propos recueillis par Nicolas Chevassus-au-Louis
29 LA CHRONIQUE NUMÉRIQUE
12 COURRIER
Réinventons la ville connectée
Serge Abiteboul

14 actualités 30 START-UP Pierre Vandeginste

MAX PLANCK INSTITUTE FOR EVOLUTIONARY ANTHROPOLOGY - CHANDRA X-RAY OBSERVATORY CENTER/NASA
32 COULISSES News Tank

14 Paléoanthropologie Denny, l’enfant métis 34 LA CHRONIQUE TRANSITION ÉNERGÉTIQUE


de la grotte de Denisova Une lutte inévitable contre les inégalités sociales
Marie Dégremont
18 Astronomie Ondes radio : des lunes de Jupiter
aux exoplanètes
19 Santé Consommer peu d’alcool n’est pas
sans danger 36 dossier
20 Écologie Le débat sur la politique climatique
relancé ?
MATIÈRE NOIRE
22 Environnement Les microplastiques
envahissent nos sols LA GRANDE INCONNUE
23 Zoologie La ménopause concerne aussi DE L’UNIVERS
les bélugas et les narvals
38 Entretien avec Françoise Combes :
24 Datavisualisation Comment se passer « Avec le problème de la matière noire,
du glyphosate l’astronomie vit une crise »
Denis Delbecq et Studio.v2
Propos recueillis par Sylvain Guilbaud

43 À la poursuite de la particule
Retrouvez La Recherche sur RFI fantôme Julien Masbou
dans l’émission « Autour de 50 Et s’il fallait modifier les lois de la gravité ?
la question », le 3 octobre à 16 h Denis Delbecq

10 • La Recherche | Octobre 2018 • N°540


FONDAMENTAUX LIVRES

72 PHYSIQUE
54 fondamentaux Le mystère des écoulements ramifiés
Jeanne Bernard et Louison Thorens

54 BIODIVERSITÉ Le changement climatique 76 HISTOIRE DES SCIENCES


facilite les invasions Céline Bellard L’alchimie arabe du Moyen Âge, une avancée
pour la science Adrien Foucquier
60 NEUROSCIENCES Expériences de mort
imminente : la quête d’une explication rationnelle

80 livres
Philippe Lambert
65 LA CHRONIQUE NEUROSCIENCES
Une histoire de goût Adrien Peyrache
66 INTELLIGENCE ARTIFICIELLE
Lire dans le regard des robots
A-T-ON PERDU NOTRE LIEN
Gérard Bailly et Frédéric Elisei À LA NATURE ?
71 LA CHRONIQUE MATHÉMATIQUES 80 Entretien avec Valérie Chansigaud : « L’échec des
Un héritage encore si fécond mouvements de défense de l’environnement »
CYRIL FRESILLON / GIPSA-LAB / CNRS PHOTOTHEQUE - KEYSTONE-FRANCE

Roger Mansuy Propos recueillis par Vincent Glavieux

83 Extraits du livre dirigé par Philippe Descola,


Les Natures en question
www.larecherche.fr
88 LA SÉLECTION DU MOIS
RECHERCHER S’INFORMER ACHETER
nLes archives nL’actualité nAbonnement
du magazine de la recherche et vente d’anciens
Les sujets qui
vous intéressent
Retrouvez les
chroniques et
numéros
nLivres
92 agenda - jeux
sélectionnés par
dans une base l’agenda des
La Recherche
de plus de manifestations. Les outils du 92 AGENDA Les manifestations scientifiques
20 000 articles. chercheur.
96 JEUX La rentrée en énigmes mathématiques
 a Recherche sur Twitter… Rejoignez-nous sur Twitter
L
pour un éclairage original sur la science et les technologies.
Tangente
twitter.com/maglarecherche 98 LA CHRONIQUE ÉTHIQUE
Ce numéro comporte un encart abonnement La Recherche sur les exemplaires kiosque France
Comités d’éthique ou d’intégrité scientifiques :
et un encart abonnement Edigroup sur les exemplaires kiosque Suisse et Belgique. quelles différences ? Jean-Gabriel Ganascia

N°540 • Octobre 2018 | La Recherche • 11


courrier

Adresse électronique : courrier@larecherche.fr

quelques exemples. Une autre


MATHÉMATIQUES
illustration est une étude d’in-
MODÉLISER vestisseurs finlandais, recourant

L’ÉCONOMIE à une méthode de catégorisa-


tion créée par des physiciens,
L’article « La physique à la qui utilise à son tour la théo-
rescousse de l’économie » rie des réseaux ainsi qu’une
(La Recherche n° 537-538, p. 64) méthode inventée par des bio-
évoque un projet visant à pré- logistes, elle-même basée sur
venir les crises économiques. la théorie de l’information (1) .
En existe-t-il d’autres ayant (1) M. Tumminello et al., New J. Phys.,
pour but, au contraire, de pro- 14, 013041, 2012.
voquer et d’organiser des crises,
qui sont des occasions de réa-
liser des gains exceptionnels ?
L’ÉVOLUTION DES PALÉOGÉNÉTIQUE
Damien Challet explique que la
RÉCIFS CORALLIENS LE PREMIER
modélisation des systèmes éco-
nomiques est plus difficile que
NÉANDERTALIEN
celle des systèmes physiques. Y Au sujet de l’acclimatation des coraux, Serge Planes semble Svante Pääbo dit que le pre-
a-t-il malgré tout des avancées ignorer complètement les phénomènes d’épigénétique mier spécimen de Néander-
notables dans ce domaine ? (La Recherche n° 537-538, p. 4). Est-ce parce qu’il ne les talien a été trouvé dans la val-
n Michel Pieret connaît pas ou parce que cela n’existe pas chez les coraux ? lée de Neander, en Allemagne,
Réponse de Damien Challet, pro- n Gilles Merlin en 1856 (La Recherche n° 535,
fesseur de mathématiques appli- Réponse de Serge Planes, biologiste Appuyer la question p. 4). Il me semblait pourtant
quées À ma connaissance, il de l’acclimatation des coraux au changement climatique que d’autres fossiles avaient
n’existe pas de projet visant déli- sur les processus épigénétiques est intéressant, mais ce été découverts avant cette date.
bérément à produire des crises n’est pas directement en relation avec ce que je présente n Gaston Wilquet
économiques. Mais nul besoin dans l’entretien. En effet, je n’y évoque pas à proprement Réponse de Svante Pääbo, géné-
d’en provoquer une de grande parler l’acclimatation des coraux, mais l’adaptation des ticien Un premier crâne partiel
ampleur pour réaliser des gains récifs coralliens. Ces derniers sont composés d’espèces d’enfant, dit Engis 2, identifié
exceptionnels par des moyens multiples ; je parle donc toujours des interactions entre depuis comme appartenant à
douteux. Par exemple, le prix les espèces et du fait que l’équilibre entre elles va changer l’espèce Homo neanderthalen-
des bitcoins, une monnaie vir- – les espèces dominantes aujourd’hui ne le seront proba- sis, a bien été trouvé en 1829
tuelle, a été manipulé à de nom- blement plus demain – et l’on assistera en conséquence à dans des grottes près d’Engis, en
breuses reprises. Ensuite, la plus un changement de structure des récifs coralliens. Ainsi, on Belgique ; un deuxième crâne,
grande complexité de modé- constate déjà que les espèces branchues sont globalement dit Gibraltar 1, a été trouvé en
lisation des phénomènes éco- moins résistantes que les espèces massives. Cela aura un 1848. Mais le spécimen décou-
nomiques explique pourquoi impact sur les espèces associées : poissons, mollusques, vert dans la vallée de Neander
il a fallu attendre des ordina- crustacés… Bien sûr, lorsqu’il s’agit d’étudier l’acclimata- était le premier Néandertalien à
teurs puissants, et de nouvelles tion de telle ou telle espèce de corail, on peut intégrer les être reconnu comme représen-
méthodes mathématiques processus épigénétiques – qui permettront une évolution tant d’une autre espèce du genre
et computationnelles, pour rapide des coraux face aux changements environnemen- Homo, aujourd’hui éteinte.
qu’émerge une façon plus réa- taux, car ils ne font pas intervenir de mutation de l’ADN.
liste d’aborder ces problèmes. Agissant à l’échelle de chaque espèce, et de façon localisée Sauf mention contraire de leur auteur, toute lettre
parvenue à la rédaction de La Recherche est
Les progrès proviennent de dans l’espace à l’échelle de l’océan Indo-Pacifique, ces pro- susceptible d’être éditée et publiée, en tout ou en
partie, dans le journal. Les lettres concernant un
la mise en commun de petits cessus joueront aussi sur les équilibres entre les espèces et auteur extérieur à la rédaction de La Recherche lui
sont envoyées. Sans réaction de l’auteur dans un
délai raisonnable, nous les considérons comme
pas des multiples disciplines donc sur la composition de l’ensemble du récif corallien. publiables en tout ou en partie, sans attendre une
éventuelle réponse de sa part. Dans la mesure du
en jeu – mon article en donne possible, évitez les fax et les lettres manuscrites.

12 • La Recherche | Octobre 2018 • N°540


actualités
Paléoanthropologie

Denny, l’enfant
métis de la grotte
de Denisova
En analysant l’ADN extrait d’un fragment d’os datant de 90 000 ans, des paléoanthropologues ont
découvert le premier individu directement issu d’un métissage entre Néandertaliens et Dénisoviens.

e métissage fait par- pologie évolutive, à Leipzig, dans les monts de l’Altaï, en par la mère. Ils ont remarqué
L tie intégrante d’une
société humaine
présente le premier génome
d’un enfant issu d’un père
Sibérie. En séquençant les
chromosomes sexuels extraits
qu’il présentait des similitudes
génétiques avec l’homme de
moderne et de plus en plus dénisovien et d’une mère à partir de l’os et en analysant Neandertal. Pour aller plus
cosmopolite. Mais qu’en néandertalienne (1) . l’épaisseur de ce dernier, ils ont loin, ils se sont penchés sur
était-il dans le lointain passé « Denisova 11 », ou Denny, déterminé qu’il aurait appar- l’ADN nucléaire – transmis
de l’humanité ? Sa pratique à la c’est le nom donné à cet indi- tenu à une jeune fille âgée d’au par les deux parents – contenu
préhistoire aurait été bien plus vidu ancestral, duquel les moins 13 ans au moment de sa dans le fragment osseux. L’ana-
fréquente qu’on pourrait le chercheurs ont découvert un mort, il y a environ 90 000 ans. lyse a révélé une part égale

MAX PLANCK INSTITUTE FOR EVOLUTIONARY ANTHROPOLOGY - THOMAS HIGHAM, UNIVERSITY OF OXFORD
croire. Dans une étude récente, fragment d’os long, mesurant Les paléoanthropologues ont d’ADN dénisovien et d’ADN
une équipe de chercheurs environ 2,5 centimètres, parmi étudié l’ADN mitochondrial néandertalien. Pour écarter
menée par Svante Pääbo, de plus de 2 000 fragments osseux du spécimen, qui contient des toute erreur, l’opération a été
l’Institut Max-Planck d’anthro- de la grotte de Denisova, située gènes directement transmis répétée six fois, jusqu’à ce qu’il
ne reste plus aucun doute sur
la conclusion à tirer : Denny a
une ascendance double, déni-
LE MYSTÈRE DES DÉNISOVIENS sovienne et néandertalienne.
Une dent et un os de phalange ont suf pour parfois Homo denisovensis, les Dénisoviens ne
découvrir, en 2010, l’existence d’une nouvelle sont pas encore vraiment considérés comme Métissage ponctuel
espèce humaine disparue : l’homme de Deni- une espèce à part entière, une détermination Néandertaliens et Dénisoviens
sova (1) . L’analyse génétique de l’ADN extrait complexe tant la barrière entre les espèces, ont divergé voilà 390 000 ans,
de cette molaire ainsi que de l’ADN mitochon- en particulier dans le genre Homo, peut être avant de disparaître il y a
drial issu du fragment de phalange a montré foue. À ce jour, seul le génome d’un spécimen, entre 40 000 et 30 000 ans. Les
que ces ossements appartenaient à un individu Denisova 3, a été complètement séquencé (2) . premiers habitaient principa-
issu d’un groupe d’humains proches, mais Par ailleurs, les paléoanthropologues ne savent lement l’Eurasie occidentale,
diférents génétiquement, des hommes de que peu de choses sur les caractéristiques tandis qu’on suppose que les
Neandertal et des hommes modernes. Ces morphologiques des Dénisoviens en raison derniers vivaient plutôt en
restes, découverts dans la grotte de Deni- du peu de vestiges découverts. Asie orientale. On connaît peu
sova, dans les montagnes de l’Altaï, en Sibérie, (1) D. Reich et al., Nature, 468, 1053, 2010. de chose sur les Dénisoviens,
ont longuement fait débat. Si on les appelle (2) M. Meyer et al., Science, 338, 222, 2012. dont les seules traces décou-
vertes sont issues de la grotte

14 • La Recherche | Octobre 2018 • N°540


Ci-dessus, le biochimiste Matthias Meyer au travail
à l’Institut Max-Planck d’anthropologie évolutive de sont innovantes et per-
Leipzig. Ci-contre, les fragments d’os de Denisova 11, mettent de détermi-
alias Denny. L’analyse d’ADN a révélé que Denny était ner qu’il s’agit bien d’un
la fille d’un Dénisovien et d’une Néandertalienne. enfant issu d’un métissage
1 cm ponctuel. La méthodologie
est solide et les conclusions sont
de Denisova et, à ce jour, seul le ponctuées de métissage. L’ana- fidèles aux résultats obtenus ».
génome d’un individu de cette lyse des échantillons d’ADN l’idée que ces deux groupes En étudiant les variations de
espèce a été séquencé (lire l’en- récoltés sur Denisova 11 révèle d’humains se reproduisaient son génome, les auteurs de
cadré p. 14). Malgré leurs habi- aussi des informations sur entre eux lorsqu’ils se rencon- l’étude se sont rendu compte
tats éloignés, ces deux groupes ses ascendants. traient. Mais cet enfant est-il que la mère de Denisova 11
ont coexisté en quelques Ainsi, les auteurs ont remarqué réellement issu d’un métissage est plus proche des hommes
endroits, comme dans la que le génome du père déniso- ponctuel ou appartient-il à une de Neandertal de l’Ouest que
grotte de Denisova – véritable vien de cette jeune fille compor- population elle-même métisse ? de ceux de l’Est. Ce spécimen
« coffre-fort à ADN » pour les tait les traces d’une ascendance Pour Céline Bon, chercheuse est donc génétiquement plus
paléogénéticiens – qui a aussi néandertalienne, laquelle pour- en anthropologie évolutive du proche des populations ayant
abrité des hommes de Nean- rait remonter à entre 300 et Muséum national d’histoire vécu à des milliers de kilo-
dertal (2) . Leurs rencontres se 600 générations avant l’intéres- naturelle, « les analyses sta- mètres – en Europe de l’Ouest –
sont donc vraisemblablement sée. Ce constat renforce donc tistiques menées par l’équipe que de celles qui ont vécu

N°540 • Octobre 2018 | La Recherche • 15


actualités

actuelle, on ne peut rien dire sur


la nature de ces contacts, précise
Céline Bon. Denisova 11 peut
aussi bien être issue de l’union
d’un Roméo et d’une Juliette du
Pléistocène supérieur que d’une
histoire sordide de violence. »
L’archéologie devra vraisem-
blablement se tourner vers les
traces de potentiels échanges
de pratiques et d’objets, pour
avoir un éclairage sur la nature
des relations culturelles que
ces deux populations pou-
vaient entretenir.
Fait notable, les métis dont une
partie de l’ascendance pro-
Une équipe de chercheurs dans la grotte de Denisova, vient d’Homo neanderthalen-
dans la même grotte. Cela située dans les montagnes de l’Altaï en Sibérie, où ont été sis ne sont jamais retrouvés
peut s’expliquer par une popu- retrouvés les fragments d’os de Denny. dans des populations néan-
lation de Néandertaliens occi- dertaliennes. « On retrouve
dentaux qui aurait migré vers de l’ADN néandertalien chez
les montagnes de l’Altaï avant génome des populations méla- alors se demander si cela relève les hommes modernes et les
la naissance de l’hybride ou, nésiennes modernes. L’ascen- de la chance ou d’un biais statis- Dénisoviens, explique Céline
à l’inverse, par une migration dance néandertalienne du père tique, mais il est encore trop tôt Bon, mais pas d’ADN d’Homo
d’un groupe de ces montagnes dénisovien de l’individu décou- pour le savoir… » sapiens ou de Dénisoviens chez
vers l’ouest après cette nais- vert par les auteurs est donc L’existence de cet hybride les Néandertaliens. » C’est le
sance. Ces hypothèses corro- une preuve supplémentaire de signifie indéniablement que cas par exemple d’Oase 1 (lire
boreraient une précédente la fréquence des unions au sein les hommes de Neandertal l’encadré ci-dessous), un spé-
étude centrée sur le génome de ces populations d’espèces et de Denisova entraient en cimen issu d’un métissage
des populations de Néander- humaines disparues. « Il est tou- contact et qu’ils étaient inter- entre Homo sapiens et Homo
taliens tardifs et qui suggérait tefois surprenant que, sur un si féconds. Cependant, l’im- neanderthalensis, et dont on a
que ces dernières ont entrepris petit nombre d’individus géné- plication culturelle de cette retrouvé une mandibule dotée
des mouvements migratoires tiquement séquencés, autant découverte reste difficile à de 5 molaires. L’individu a été
de masse durant le Pléistocène soient le résultat d’un métissage, déterminer, si tant est que mis au jour en 2002 dans un
supérieur (il y a entre 126 000 et remarque Céline Bon. On peut cela soit possible. « À l’heure contexte archéologique relatif
11 700 ans) (3) .

D’autres cas connus OASE 1, DESCENDANT D’UNE LIGNÉE HYBRIDE


D’autres cas de métissage dans
la longue histoire de l’évolu- Oase 1 est un spécimen identifé à partir d’un à Denisova 11, Oase 1 n’est pas le descendant
tion humaine sont connus. os de mâchoire découvert dans la Peştera cu direct d’un métissage, c’est-à-dire qu’il n’est
Les hommes de Neandertal se Oase (« La grotte aux ossements » en rou- pas le produit direct d’une union interspéci-
sont reproduits avec des Homo main), située au sud-ouest de la Roumanie. fque. Il serait né au sein d’une lignée hybride
sapiens hors d’Afrique, léguant L’analyse de cet os (1) , une mandibule adulte plusieurs générations après un accouplement
aux Européens et aux Asia- dotée de 5 molaires et âgée de 34 000 à entre un Néandertalien et un Homo sapiens.
IAET SB RAS, SERGEI ZELENSKY

tiques modernes environ 2 ou 36 000 ans, a révélé qu’il appartenait à un Les caractéristiques physiques archaïques
3 % d’ADN néandertalien. De la Homo sapiens archaïque dont le génome était de sa mandibule, comme sa robustesse et
même manière, en se reprodui- composé de 5 à 11 % d’ADN néandertalien, les proportions des molaires, pourraient être
sant avec les ancêtres des Océa- soit plus de deux fois plus que chez n’importe un héritage de son ancêtre néandertalien.
niens, les Dénisoviens ont laissé quel homme moderne actuel. Contrairement (1) E. Trinkaus et al., PNAS, 100, 11231, 2003.
4 à 6 % de leur ADN dans le

16 • La Recherche | Octobre 2018 • N°540


à Homo sapiens. Pour Céline des événements rares. La grotte génétiques. De plus, les enfants cette question de l’hybrida-
Bon, « cela laisse croire que les de Denisova n’était qu’une zone issus de métissages ont pu être tion entre espèces humaines. »
Néandertaliens étaient beau- de contact frontalière entre stériles ou biologiquement Denisova 11 s’inscrit donc
coup moins ouverts aux métis- les territoires des hommes de et culturellement inadaptés dans l’histoire comme la pre-
sages que les autres popula- Neandertal et des Dénisoviens. à se reproduire ou à coexister mière découverte d’un spéci-
tions humaines ». Le contexte Un lieu qu’ils ont successive- avec les autres membres de men de première génération
archéologique n’a toutefois pas ment occupé au fil des âges et leur groupe. issu d’un métissage entre deux
été précisé dans l’étude portant où ils ne se rencontraient que « Cette étude contribue à faire espèces humaines anciennes
sur Denisova 11. progresser nos connaissances et aujourd’hui disparues.
Ces travaux suggèrent que le sur l’évolution du genre Homo Quatre-vingt-dix mille ans
métissage entre groupes d’ho-
CES UNIONS à un niveau de précision de avant l’œuvre de Shakespeare,
minines différents, certains IMPROBABLES plus en plus fin, estime Florent cet enfant né d’un Roméo
modernes et d’autres plus SONT PEUT-ÊTRE Détroit, paléoanthropologue et d’une Juliette préhisto-
archaïques, a pu être plus fré- PLUS FRÉQUENTES au Muséum national d’histoire riques apporte ainsi la preuve
quent qu’on ne l’estimait. naturelle. Elle a permis d’iden- que ces unions improbables
Mais, dans ce cas, pourquoi
QU’ON LE PENSAIT tifier très précisément un événe- étaient finalement bel et bien
des groupes comme les Néan- ment de reproduction qui s’est possibles et peut-être plus fré-
dertaliens et les Dénisoviens brièvement. Ils ne se croisaient déroulé il y a plusieurs dizaines quentes qu’on le pensait.
n’ont-ils pas fini par se fondre jamais sur le reste de leurs ter- de milliers d’années entre un William Rowe-Pirra
pour ne former qu’une seule ritoires respectifs, l’Eurasie père et une mère appartenant (1) V. Slon et al., Nature, doi:10.1038/
espèce ? Svante Pääbo, généti- de l’Ouest pour Neandertal et à deux espèces différentes. s41586-018-0455-x, 2018.
cien de l’évolution et l’un des l’Asie du Sud-Est pour Deni- C’est assez vertigineux. Il y a (2) K. Prüfer et al., Nature, 505, 43, 2014.
auteurs de cette étude, estime sova, et conservaient donc leur quelques années à peine, on (3) M. Hajdinjak et al., Nature, 555,
que ces contacts constituaient originalité et leurs différences ne se serait même jamais posé 652, 2018.

N°540 • Octobre 2018 | La Recherche • 17


actualités

à l’origine d’intenses émissions


Astronomie radio. Les chercheurs les ont

Ondes radio : des lunes de Jupiter caractérisées avant de retrouver


l’influence de Ganymède dans
aux exoplanètes les données emmagasinées par
le réseau décamétrique de la
En analysant les données des ondes radio émises par Jupiter et ses satellites, station de Nançay.
les astronomes sont en mesure de déterminer quelles planètes extrasolaires
seraient capables d’émettre un signal détectable de la Terre. Énergie magnétique
Puis, en comparant les puis-
sances moyennes des émis-
a Terre, Jupiter, sions de Ganymède, d’Io et des

L Saturne, Uranus,
Neptune : cinq pla-
cinq planètes, ils ont remarqué
qu’elles étaient toutes stricte-
nètes du Système solaire sont ment proportionnelles au flux
des sources de rayonnement d’énergie magnétique reçu par
radio. Il en est de même de deux ces objets célestes. Pour une
lunes joviennes : Io et, comme planète, ce dernier dépend à la
vient de le confirmer une fois de la taille de la magnétos-
é q u i p e i n t e r n a t i o n a l e, phère, de l’intensité du champ
Ganymède. Philippe Zarka, magnétique stellaire et de la
directeur de recherche CNRS à vitesse du vent stellaire.
l’Observatoire de Paris, et ses Les astrophysiciens ont pu
collègues ont passé en revue ainsi calculer que des géantes
vingt-six ans d’observations du Aurores polaires dans la magnétosphère de Jupiter. gazeuses orbitant près de
radiotélescope de Nançay (1) . leurs étoiles, tels les « Jupiter
Ils ont repéré la trace de naturellement dans le domaine d’un champ magnétique ou la chauds », pourraient produire
Ganymède dans les signaux des ondes radio. Produits par quantité d’énergie échangée des émissions radio suffisam-
provenant de Jupiter et mesuré l’accélération d’électrons dans avec l’étoile… c’est-à-dire à ment fortes pour être détec-
la puissance rayonnée. Ils en la magnétosphère, ces signaux des données inaccessibles par tées par des instruments de
ont tiré une loi qui, appliquée électromagnétiques, spora- les autres méthodes d’observa- la génération actuelle. Par le

NASA/ESA/J.NICHOLS (UNIVERSITY OF LEICESTER) - JAXA, UNIVERSITY OF TOKYO AND COLLABORATORS


aux exoplanètes, détermine diques, variables et occupant tion », explique Philippe Zarka. radiotélescope européen Lofar
dans quelles circonstances une large bande de fréquences, Mais la détection des signaux ou le futur réseau NenuFAR
leurs émissions radio seraient sont porteurs d’informations radio provenant d’exopla- de Nançay, notamment. Une
détectables de la Terre. sur leurs sources. « Dans le cas nètes est-elle possible ? Les démonstration étonnante des
Dans le Système solaire, toutes d’une exoplanète, ils donne- lunes joviennes détiennent la relations entre les émissions
les planètes dotées d’un champ raient la possibilité de remon- réponse. On sait, depuis 1964, radio dans le Système solaire
magnétique (exceptée Mercure, ter à des caractéristiques telles que la présence du satellite et celle des exoplanètes.
pour laquelle on manque que la période de rotation, l’in- Io dans la magnétosphère de Vahé Ter Minassian
de mesures) rayonnent clinaison de l’orbite, la présence Jupiter crée des perturbations (1) P. Zarka et al., A&A, 616, A182, 2018.

Cosmochimie L’ASTÉROÏDE RYUGU EN VUE ! Après un voyage


UNE MOLÉCULE RADIOACTIVE DANS L’ESPACE de 300 millions de km, la sonde Hayabusa 2,
Des astronomes ont, pour la première fois, détecté directement lancée en 2014, est arrivée près de l’astéroïde
une molécule radioactive en dehors de la Terre : un isotope du Ryugu. Elle doit larguer trois petits rovers et un
monofluorure d’aluminium, 26AlF, repéré avec les radiotélescopes atterrisseur en octobre. Elle tentera de toucher le
Noema et Alma. Elle aurait été produite à la suite de la collision de sol, à trois endroits différents, pour récolter des
deux étoiles dont la lumière a été observée sur Terre au XVIIe siècle. échantillons. Retour sur Terre prévu fin 2020.
T. Kamiński et al., Nat. Astron., doi:10.1038/s41550-018-0541-x, 2018. www.hayabusa2.jaxa.jp

18 • La Recherche | Octobre 2018 • N°540


actualités

Santé

Consommer peu d’alcool


n’est pas sans danger
Boire un verre d’alcool par jour pendant un an en association avec
augmente de 0,5 % le risque de développer l’un
des 23 problèmes de santé liés à cet usage.
Les Rencontres
Scientifiques Colas
a consommation lourd chez les 15-49 ans : l’al- Conférence-débat
L d’alcool est asso-
ciée à 2,8 millions
cool se retrouve à l’origine de
10 % de la mortalité de cette
le lejeudi 18 23
mardi octobre 2018
mai 2017
de morts en 2016 dans le tranche d’âge. Grâce à ces ana- de 18h00 à 19h30
monde. Tel est le résultat de lyses, l’équipe montre que l’al-
animée
animée par
par Sylvain Guilbaud
Paul de Brem
l’analyse de près de 700 études cool n’a pas « d’effet protecteur » animateur d’événements scientifiques
journaliste à La Recherche
prospectives et rétrospectives sur la santé. « Les bénéfices car-
provenant de 195 pays sur la diovasculaires, démontrés sous “Terres de
“De la théorie rares :
la relativité
fréquence de l’usage d’alcool certaines conditions chez les
entre 1990 et 2016. Ce travail femmes, sont en effet annihilés le nouvel
générale or noir”
à la géolocalisation”
collaboratif du réseau interna- par l’importance des risques de
tional sur la charge mondiale cancers, qui augmentent méca-
avec
des maladies, Global Burden of niquement avec la consomma- Alexandre LE TIEC
Michel Latroche
Disease, fournit un panorama tion, mais aussi avec les risques Astrophysicien à l’Observatoire de Paris
de la consommation mondiale de blessures et de maladies Chimisteetdu
chargé
solidede
au recherche au CNRS
CNRS, directeur de l’ICMPE
(Institut de Chimie et des Matériaux Paris Est)
et de son impact sur la santé (1) . transmissibles », souligne Max et
Il en ressort qu’une personne Griswold, de l’université de et
sur trois dans le monde Washington, l’un des auteurs Antoine de
LATOUR
Ingénieur à l’European GNSS agency,
consomme de l’alcool, soit principaux de ce travail. Ainsi, Vincent
impliquée Huc Galileo
dans le projet européen
2,4 milliards d’individus. boire un verre d’alcool par jour Co-fondateur de positionnement
de la start-up Ajelispar satellites
spécialisée dans
Le Danemark est le pays où la pendant un an augmente de la récupération des métaux rares. Chercheur à
proportion de consommateurs 0,5 % le risque de développer Il yl’Institut de chimie
a un siècle, Albert moléculaire et des
Einstein formulait matériaux
la théorie de la
est la plus élevée : 95,3 % des l’un des 23 problèmes de santé relativité générale,d’Orsay
qui a donné (ICMMO)naissance à une toute
nouvelle vision de l’Univers. Cette description a été
femmes et 97,1 % des hommes. liés à l’alcool, par rapport aux
confirmée par de nombreuses observations, comme la
La France se classe au sixième non-buveurs. détection des ondes gravitationnelles annoncée en 2016.
rang pour les hommes (avec un Devant ce constat, les cher- Les besoins
Comment en terres
la relativité rares devraient
générale exploser
décrit-elle le cosmos à?
taux de 93,1 %) et au huitième cheurs appellent à un renou- l’avenir.
Parmi les On retrouve ces
applications diversthéorie
de cette métauxdans dans
la lesvie
voitures électriques,
courante, les smartphones
la géolocalisation est souvent oumiseencore les
en avant.
pour les femmes (86,9 %). veau des politiques publiques,
ampoules fonctionne
Comment basse consommation. Chaque
le positionnement parpays tente?
satellites
afin que des recommanda-
Que va apporter
de sécuriser sonleapprovisionnement
système Galileo qui futur.
est misMais
en place
que
Aucun effet protecteur tions en faveur de l’abstinence au
se niveau européen
passera-t-il ? ressource vient à manquer ?
si cette
L’alcool représente, en 2016, le soient édictées, que les règles Quelles options pour la France ?
septième facteur de risque de de fixation des prix soient révi- Inscription obligatoire avant le 12 mai 2017 :
décès prématuré et d’invalidité. sées – taxes proportionnelles http://www.rscolas.com
Inscription obligatoire avant le 12 octobre 2018 :
Il est notamment responsable au contenu en grammes d’al- Lieu : Campushttp://www.rscolas.com
Scientifique et Technique Colas
de 2,2 % des décès féminins et cool, par exemple – et que la 4, rue Jean Mermoz
Lieu : Campus
78114Scientifique et Technique Colas
Magny-les-Hameaux
de 6,8 % des décès masculins, publicité soit mieux régulée. 4, rue Jean Mermoz
tous âges confondus, de 1,6 %  Mathias Germain Une navette
78114sera à votre disposition à 16h45
Magny-les-Hameaux
au départ du Siège de Colas
de l’invalidité chez les femmes (1) GBD 2016 Alcohol Collaborators, 7, place René Clair - 92100 Boulogne-Billancourt
Une navette sera à votre disposition à 16h30 précises
et de 6 % chez les hommes. Le The Lancet, doi:10.1016/S0140- M° Porte
au départ dude St-Cloud
Siège de Colas
fardeau est particulièrement 6736(18)31310-2, 2018. (Navette
1, rue dustationnée avenue
Colonel Pierre AviaFélix d’Hérelle)
- 75015 Paris

N°540 • Octobre 2018 | La Recherche • 19


actualités

Écologie

Le débat sur la politique climatique relancé ?


L’augmentation de 3,2 % des émissions de CO2 en France en 2017 et le premier bilan dressé dans le cadre
de la loi Transition énergétique pour la croissance verte montrent toutes les contradictions en la matière.

a démission de climatique de la France spécialisation des territoires et l’objectif fixé par la loi TECV.

L Nicolas Hulot de
son poste de
– lui permettant de donner
l’exemple, après avoir joué un
échanges commerciaux sub-
séquents… – sont-ils ou non
Autant dire que la division par
quatre des émissions pour
ministre de la Transition éco- rôle important pour la signa- climato-compatibles ? Les der- 2050, voire la « neutralité car-
logique et solidaire va-t-elle ture de l’Accord de Paris, lors niers chiffres des émissions de bone » à cette échéance, qui
relancer le débat public sur la de la COP 21, fin 2015. Mais gaz à effet de serre et le premier suppose un effort continu de
politique climatique du pays ? Nicolas Hulot semble esti- bilan de la politique climatique baisse, chaque année, est vrai-
L’ex-ministre a en effet justifié mer que sa participation n’a dressé dans le cadre de la loi ment mal partie. D’autant plus
son geste en mettant en avant fait que masquer un manque Transition énergétique pour que les deux secteurs où les
la nécessité de changer de d’ambition dans ce domaine. la croissance verte (TECV ), émissions ont le plus augmenté
braquet sur ce sujet. « Je me votée en 2015, éclairent d’une – le bâtiment et les transports –
surprends tous les jours à me Des résultats médiocres lumière crue le débat lancé par ne montrent aucun signe de la
résigner, tous les jours à m’ac- Selon l’ex-ministre, « la pres- le démissionnaire, comme ses « révolution » nécessaire pour
commoder des petits pas, alors sion du court terme » expli- propres contradictions. atteindre les objectifs fixés.
que la situation universelle, au querait une politique qui En 2017, les émissions de Ces résultats médiocres sont
moment où la planète devient « préempte les enjeux de moyen CO2 ont en effet augmenté en à rapprocher du bilan de la
une étuve, mérite [...] qu’on ou de long terme ». Une manière France de 3,2 % par rapport « Stratégie nationale bas car-
change de paradigme », a-t-il polie d’exprimer une question à l’année précédente, selon bone » (3) qui détaille, année
lancé sur France Inter en politique essentielle : les res- Eurostat (2) . Et, en 2016, les après année et secteur par sec-
annonçant sa décision (1) . sorts de l’économie capitaliste émissions totales de gaz à effet teur, les objectifs de diminution
Son entrée au gouvernement – recherche du profit maxi- de serre avaient atteint 463 mil- des émissions jusqu’à parvenir
aurait pu être le signal d’une mal et rapide des capitaux lions de tonnes (équivalent à - 75 % en 2050, par rapport à
accélération de la politique investis, inégalités sociales, CO2), soit 3,6 % au-dessus de 1990. Or ce document officiel

LE RÉCHAUFFEMENT MENACE
LA SÉCURITÉ ALIMENTAIRE
Les dernières informations sur l’évolution De récentes études alertent quant aux
du climat et les menaces qu’elle fait peser conséquences sur la sécurité alimentaire
sur les conditions de vie future incitent mondiale de ce réchaufement, qui pour-
à prendre au sérieux les raisons invo- rait diminuer les teneurs en nutriments et
quées par Nicolas Hulot pour expliquer vitamines de certaines cultures (blé, riz),
sa démission. Selon Météo France, l’été et augmenter l’appétit des ravageurs dans
2018 a été le deuxième plus chaud jamais les zones tempérées. Les rendements des
enregistré sur l’Hexagone. Le rebond des principales céréales seraient menacés,
émissions mondiales de CO2 en 2017, avec des pertes de 10 à 25 % des récoltes
DR NEIL OVERY/SPL /AGEFOTOSTOCK

avec + 2 % par rapport à 2016 pour le pour des pays comme la France, la Chine
G20, signife qu’un scénario Business as ou les États-Unis (1) .
usual porterait l’élévation de la tempéra- (1) M. R. Smith et S. S. Myers, Nat. Clim. Change,
Les récoltes de maïs risquent de ture planétaire au-delà des 3 °C de plus, doi:10.1038/s41558-018-0253-3, 2018 ; C. A. Deutsch et
diminuer en raison de la sécheresse. relativement à la période 1880-1920. al., Science, 361, 916, 2018.

20 • La Recherche | Octobre 2018 • N°540


Environnement
PROTÉGER LA
BIODIVERSITÉ
Pour sauver la
biodiversité, faut-il de
nouveaux programmes
de recherche ? Non, il
manque essentiellement
des décisions politiques.
C’est le constat établi par
deux chercheurs du
CNRS, qui ont analysé
près de 13 000 articles des
principales revues
scientifiques du secteur.
L. Godet et V. Devictor, Trends
Ecol. Evol., doi:10.1016/
j.tree.2018.07.004, 2018.

En démissionnant, Nicolas Hulot a semblé déplorer le manque d’ambition de la politique climatique.


En 2017, l’État a surtout mobilisé des fonds pour la promotion de l’éolien et du solaire photovoltaïque. 21,2 °C
montre que les fonds que le résidentiel – sont beaucoup et usages liés au carbone fos-
l’État est censé mobiliser pour trop réduites. Difficile de voir sile, dont celui des transports
cet objectif sont pour l’essen- dans la promotion des bus pour individuels et collectifs, soute- TELLE A ÉTÉ LA
tiel consacrés à la promotion le transport de ville à ville – qui nue par un système électrique TEMPÉRATURE
des Énergies renouvelables a déjà fait perdre 250 millions décarboné. Le premier terme MOYENNE sur la France
intermittentes (EnRi, c’est-à- d’euros à la SNCF – une poli- est politiquement insoute- pendant l’été 2018. Elle
dire l’éolien et le solaire photo- tique de réduction des émis- nable. Le second ne peut faire a été supérieure à la
voltaïque). Ainsi, 5,6 milliards sions de gaz à effet de serre. l’impasse sur l’électronucléaire. normale de 2 °C. Cette
d’euros, sur un total de 9 mil- Cruel dilemme que François de saison se classe ainsi au
liards en 2017, vont à ces deux Un choix cornélien Rugy, qui a succédé à Nicolas 2e rang des étés les plus
technologies productrices Au-delà de sa dimension poli- Hulot, n’est pas près de tran- chauds, derrière 2003.
d’une électricité certes décar- tique, la démission de Nicolas cher, ainsi que semblent le www.meteofrance.fr
bonée, mais pas plus (voire Hulot souligne donc les contra- montrer ses dernières déclara-
moins pour le solaire) que le dictions insolubles de la poli- tions sur le nucléaire.
PHILIPPE HUGUEN / AFP PHOTO - JEAN-FRANCOIS MONIER/AFP PHOTO

socle nucléaire et hydraulique tique climatique française. Sylvestre Huet Énergie


du système français. Le résul- Puisque les économies d’éner- (1) www.franceinter.fr/politique/ LA CALIFORNIE
tat en est donc nul ou presque gie et les gains en efficacité pourquoi-nicolas-hulot-quitte-le- EN POINTE
en termes d’émissions de gaz sont certes indispensables gouvernement Solaire, éolien,
à effet de serre. mais très insuffisants, le choix (2) tinyurl.com/Emissions-Eurostat géothermie… La
(3) tinyurl.com/Bilan-BasCarbone
En revanche, les dépenses effi- à opérer est cornélien. Soit Californie, cinquième
caces d’un point de vue clima- diminuer drastiquement l’ac- puissance économique
tique – pour l’isolation des bâti- tivité économique fondée sur À LIRE DANS CE NUMÉRO mondiale, qui compte
ments, le solaire thermique, les le carbone fossile, et provo- n L’infographie sur le glyphosate, p. 24 40 millions d’habitants,
transports en commun élec- quer ainsi une récession et un n La chronique transition énergétique, p. 34 s’est officiellement
trifiés ou la diminution du chômage encore plus élevé. n L’article sur le rôle du réchaufement engagée, par la loi, à
recours au gaz et au pétrole Soit basculer vers une électri- climatique sur les invasions biologiques, p. 54 utiliser d’ici à 2045 une
dans l’industrie, le tertiaire et fication générale des activités n La rubrique Livres, p. 80 électricité propre à 100 %.

N°540 • Octobre 2018 | La Recherche • 21


actualités

Zoologie
UN REQUIN Environnement
OMNIVORE
Le requin-marteau tiburo
Les microplastiques
est carnivore, mais il
digère aussi très bien
envahissent nos sols
les herbiers marins. Des La concentration en fibres plastiques pourrait être de 4 à 20 fois plus importante
biologistes de l’université dans les sols que dans l’eau. Une contamination jusqu’ici largement ignorée.
de Californie ont
démontré que cette
espèce disposait des epuis des années, la pollution aux expérimentale, de fragments de quatre types de
enzymes nécessaires
à leur digestion.
D plastiques des eaux et de la vie marine
est connue et reconnue. Des cam-
plastiques parmi les plus couramment utilisés,
dans des concentrations similaires à celles que
S. C. Leigh et al., Proc. R. pagnes d’information en ont massivement relayé l’on peut trouver dans l’environnement : fibres
Soc. B, doi:10.1098/ certaines conséquences spectaculaires : 9 oiseaux de polyester et de polyacrylique employées par
rspb.2018.1583, 2018. marins sur 10 ont ingéré ces déchets, qui s’accu- l’industrie textile, morceaux de polyéthylène
mulent dans les océans au point de former un employé comme emballage et billes de polya-
septième continent flottant. Même l’eau du robi- mide (industrie automobile, nylon…). Leur pro-
net n’est pas épargnée. Mais l’impact de ces tocole évalue les effets de ces contaminants sur

3 615 microparticules artificielles sur les sols est large-


ment ignoré, alors que leur concentration pour-
la capacité de rétention d’eau du sol, sa den-
sité et sa porosité. Il montre qu’ils ont un effet
rait y être de 4 à 20 fois plus importante que dans significatif, bien que ténu, sur la structuration du
l’eau. La raison de cette méconnaissance ? La dif- sol. Il teste aussi leur impact sur l’activité micro-
ficulté à déterminer la quantité de matériaux très bienne globale des échantillons de sol étudiés,
ESPÈCES D’ARBRES divers et à base carbonée dans un milieu solide, qui décroît en présence de fibres plastiques.
ont été identifiées dans complexe et composé d’un mélange de matières
les forêts humides organiques et minérales. Impact sur les espèces bactériennes
amazoniennes, soit Une équipe allemande a publié, cet été, la toute Pour Isabelle Cousin, directrice de l’unité de
trois fois plus que les première étude expérimentale s’intéressant aux recherche de science du sol à l’Inra d’Orléans,
précédentes estimations, impacts biophysiques des microplastiques sur ces expériences, bien que très préliminaires,
selon une nouvelle le sol (1) . Les chercheurs y explorent les consé- ont déjà produit un résultat majeur : les modifi-
analyse des données quences de l’ajout, dans le sol de leur station cations physiques induites par la pollution aux
issues d’inventaires microplastiques ne seraient pas drastiques.
forestiers et de Lionel Ranjard, de l’unité d’agroécologie de
collections botaniques. Dijon, estime cependant nécessaire de s’inté-
B. G. Luize et al., PLOS One, doi: resser aux perturbations induites dans les com-
10.1371/journal.pone.0198130, 2018. munautés bactériennes du sol. Une approche
microbiologique plus fine permettrait d’identi-
Biologie fier si ces corps étrangers vont impacter inéga-
DES RÉSISTANTS lement différentes espèces bactériennes. Et s’ils
À CRISPR-CAS9 peuvent affecter le fragile équilibre de cet éco-
Une nouvelle famille système, principal responsable de la fertilité du
de protéines (AcrIIA6) sol, mais qui rend aussi d’autres services, comme
produites par des le stockage de carbone. Des questions d’autant
bactériophages, capables plus brûlantes que les 300 millions de tonnes
de contrer l’activité de de plastique produites chaque année dans le
SYRED ANDREW/S.P.L./COSMOS

CRISPR-Cas9, a été monde s’acheminent inéluctablement vers une


identifiée par une équipe fragmentation en microparticules.
internationale.  Aline Aurias
A. P. Hynes et al., Nat. Comm., La présence de fibres plastiques a un effet (1) A. A. de Souza Machado et al., Environ. Sci. Technol.,
9, 2919, 2018. sur la capacité de rétention d’eau du sol. 52, 9656, 2018.

22 • La Recherche | Octobre 2018 • N°540


actualités

à l’âge adulte », raconte Samuel


Zoologie Ellis. Or, lorsqu’une femme

La ménopause concerne aussi rejoint un nouveau groupe,


elle n’a aucun intérêt à par-
les bélugas et les narvals tager ses ressources avec les
autres. « La meilleure stratégie
La courte liste des espèces où l’on observe la ménopause passe de trois pour cette femme est de par-
à cinq. Ce phénomène n’avait été mis en évidence jusqu’à présent que tager ses ressources seulement
chez l’orque, le globicéphale tropical et l’homme. avec ses enfants. Mais, au fur et
à mesure du temps, les membres
qui ne lui sont pas liés meurent
usqu’à peu, les et sont remplacés par ses enfants

J femelles de trois
espèces seulement
et petits-enfants », précise-t-il.
Et si les filles partent, les fils
étaient connues pour cesser restent et se reproduisent à
leur activité ovarienne passé un leur tour. La vieille femme a
certain âge : l’homme, l’orque et tout intérêt à aider sa descen-
le globicéphale tropical. Une dance à survivre.
équipe britannique vient
d’ajouter le béluga et le narval Stratégie des anciennes
à cette courte liste. « Nous avons Parallèlement, de nouvelles
utilisé des examens anato- femmes arrivent dans le groupe
miques des ovaires de baleine et refusent de partager leurs res-
pour déterminer leur modèle de sources avec les plus anciennes.
déclin reproductif, en compa- Les bélugas, comme les humains, sont des êtres très sociaux. La stratégie la plus efficace pour
rant la valeur de l’activité ova- les anciennes est donc alors
rienne avec l’âge dans une pourtant pas faute de cher- Alors pourquoi ces espèces ont- d’arrêter de se reproduire pour
population de baleines », cher ! », raconte-t-il. L’arrêt de elles développé cette particu- ne pas entrer en compétition
explique Samuel Ellis, de l’uni- la reproduction au cours de la larité ? « Les odontocètes, tout avec les plus jeunes et obtenir
versité d’Exeter, coauteur de ce vie est en effet une curiosité comme les êtres humains, sont leur aide. « Chez les orques, où
travail. Pour cela, l’équipe a étu- évolutive. Comme le souligne des êtres extrêmement sociaux », cette fois ni les femelles ni les
dié des données issues de tra- Vincent Ridoux, de l’observa- indique Samuel Ellis. mâles ne quittent le groupe, le
vaux déjà publiés sur 16 espèces toire Pelagis, « les performances Dans les sociétés ancestrales, même effet est observé, conclut
de cétacés à dents (1) . d’une population sont généra- « nous pensons que les humains Samuel Ellis. Et nous prédi-
La découverte a beaucoup sur- lement estimées par leur capa- quittaient leur groupe fami- sons qu’en étudiant les narvals
pris Samuel Ellis et ses collè- cité à produire la génération lial lorsqu’ils atteignaient leur et les bélugas, nous trouverons
gues. « La ménopause n’avait suivante ». Ainsi, « le maintien maturité sexuelle. En langage une structure sociale similaire
jusqu’alors été observée que en vie des individus qui ne sont moderne, les femmes partaient pour expliquer ce phénomène. »
chez trois espèces (précédem- plus reproducteurs peut sembler probablement se marier à un Bérénice Robert
ment citées), mais ce n’était contre-évolutif », ajoute-t-il. individu d’un groupe différent (1) S. Ellis et al., Sci. Rep., 8, 12833, 2018.

YVES VILLE, LAURENT “ L’AMNIOCENTÈSE N’ACCROÎT Éthologie


SALOMON ET VALÉRIE UN POISSON PASSE LE TEST DU MIROIR
PAS LE RISQUE DE FAUSSE
MALAN, médecins à Le labre nettoyeur commun, un poisson des mers
l’hôpital Necker, à Paris, COUCHE ET PERMET [...] tropicales qui a l’habitude de manger les parasites des
IMAGEBROKER/ HEMIS.FR

défendent l’amniocentèse DE DÉPISTER D’AUTRES autres poissons, a rejoint le club des animaux qui ont
plutôt que le dépistage ANOMALIES réussi le test du miroir. Cette expérience classique est
sanguin prénatal, dans utilisée pour déterminer la conscience de soi.
QUE LA TRISOMIE 21 ”
Le Monde du 5 septembre. M. Kohda et al., bioRxiv, doi:10.1101/397067, 2018.

N°540 • Octobre 2018 | La Recherche • 23


actualités
WWW.
RENDEZ-VOUS
SUR LARECHERCHE.FR
POUR DÉCOUVRIR
Environnement LA VERSION INTERACTIVE

Comment se passer du glyphosate


Le glyphosate, dont le potentiel cancérigène divise les agences sanitaires, est de loin l’herbicide le plus
efficace et le plus utilisé, en France comme dans le reste du monde. Après la démission fin août de Nicolas
Hulot, ministre de la Transition écologique et solidaire, le gouvernement a réaffirmé son intention
de l’interdire d’ici à trois ans. En novembre 2017, l’Institut national de la recherche agronomique lui a remis
un rapport qui détaille les usages en France de ce produit controversé et les alternatives possibles.

402 350 652 486

193 485 718 600


2005
2010
67 078 2000
2
27%
5

012
199

825 804 des mesures dans les cours d’eau français


56 296 détectent du glyphosate,
2014
1994

Évolution de la dont 13 % à plus de 100 nanogrammes


consommation mondiale (en tonnes) par litre (seuil de potabilité).
Source : C. Benbrook, Environmental Science Europe, 2016. Source : ministère de la Transition écologique et solidaire, SOeS 2017.

10 070 tonnes 125 384 tonnes


ont été utilisées en France en 2014, dont 18,5 % ont été employées aux États-Unis en 2014,
pour des usages non agricoles (collectivités locales, dont 9,6 % pour les usages non agricoles.
particuliers…). L’évolution est stable. Source : Inra 2017. Une utilisation en hausse. Source : Circ 2015.

Les usages sans substitut évident


En 2017, l’agriculture française occupait 18 millions d’hectares de terres arables et 1 million d’hectares de cultures permanentes (vignes, vergers,
pépinières, etc.). Pour 10 à 20 % des usages, il sera difcile de se passer du glyphosate, sauf à le remplacer par un autre herbicide.

Agriculture Cultures de légumes Terrains


Cultures de semences Cultures de niche
de conservation en plein champ agricoles difciles
Elle recourt au glyphosate Le glyphosate évite la contamination Pour les cultures de légumes frais Par exemple, le lin fbre : une fois Le désherbage non chimique est
pour éviter de travailler les sols, des semences par des mauvaises ou destinés à la conserve, l’herbicide coupé, il macère plusieurs semaines très difcile à mettre en œuvre sur
pour lutter contre l’érosion et herbes. évite la contamination avec des à même le sol (rouissage). La pousse des terrains en pente ou avec des
l’assèchement des sols, et réduire les 381 596 hectares en 2017 plantes allergènes ou toxiques. de mauvaises herbes empêcherait le cailloux, sur des cultures en terrasses
quantités d’engrais et de carburant. Source : Groupement national 203 560 hectares en 2014 ramassage des tiges. ou des zones à forte érosion, etc.
630 000 hectares en 2006 interprofessionnel des semences et plants. Source : Inra 2017. 88 000 hectares de lin fbre en 2016 Surfaces non chifrées
Source : E. Scopel et al., Agronomy for Source : Inra 2017. Source : Inra 2017.
Sustainable Development, septembre 2012.

24 • La Recherche | Octobre 2018 • N°540


Autres
choux
Tomate 23
33 Poireau
34
Pomme Chou-
fleur
Banane 2
685 936
Carotte
88
Melon Salade
Cerise 102 63
642 Fraise
18
Prune
L ÉG UMES
483

Tournesol
Pêche 250 Canne
à sucre
105
Abricot Pêche
Maïs grain
113
1004
943
A R BO R I CU LTUR E Triticale
Pois 132
protéagineux
200
Betterave
sucrière Blé
Quantité utilisée chaque année 80 tendre
(en grammes par hectare) Pomme
115
Maïs
Source : Inra 2017. de terre fourrage
50 Orge 102
128
Blé dur
Raisin 99 Colza
511 131

G RANDES C ULTU RES


VI TI C ULTURE

Les solutions de remplacement


Il existe des alternatives envisageables Data : Denis Delbecq
pour 80 à 90 % des cas d’utilisation. Infographie : Studio.v2

Semis sous Action du gel et sélection des


couvert vivant Désherbage mécanique Labour Autres herbicides
plantes de couvert végétal
On sème sous un couvert des Il s’agit de casser, avec un rouleau, Le labour enfouit la végétation Dans le centre et le quart nord-est D’autres substances sont disponibles.
plantes choisies pour concurrencer les tiges d’un couvert de plantes de surface et retarde la germination de la France, un couvert de plantes Mais elles peuvent avoir des profls
les mauvaises herbes sans gêner choisies pour leur fragilité. On évite des mauvaises herbes. Inconvénient : sensibles au gel concurrence les toxicologiques et écotoxicologiques
les cultures. ainsi la compétition entre la culture il contribue à la dégradation mauvaises herbes… jusqu’aux plus défavorables que ceux
et le couvert végétal. et à l’érosion des sols. premières gelées. du glyphosate.

Source : Inra 2017, bit.ly/2NWCPb

N°540 • Octobre 2018 | La Recherche • 25


actualités

Neurologie
NOUVEAU TYPE Neurosciences
DE NEURONES
Des Américains et des
Le code neural du temps
Hongrois ont identifié Le cerveau ne décompte pas le temps comme un métronome bat la mesure.
dans le cerveau humain Selon une nouvelle étude, le temps écoulé est au contraire encodé relativement
un nouveau type de aux événements que nous vivons.
neurones. Ces
interneurones inhibiteurs,
qui utilisent le Gaba où vient notre perception du temps ? des neurones dans cette région fluctue avec le
comme transmetteur, ont
été nommés « églantiers »
D’ Une équipe de neuroscientifiques de
l’université norvégienne de sciences
temps qui passe. « Le temps n’est pas encodé de
manière explicite par ces neurones, comme une
à cause de leur forme et de technologie, dirigée par May-Britt et Edvard horloge qui décompterait les secondes, mais plu-
évoquant une rose qui Moser, lauréats du prix Nobel 2014 de physiologie tôt de manière indirecte, à travers le flot d’événe-
aurait perdu ses pétales. ou médecine, a identifié le circuit cérébral qui ments que l’on vit en permanence et qui change
E. Boldog et al., Nat. Neurosci., nous permet d’associer une temporalité aux évé- perpétuellement », précise Albert Tsao, principal
21, 1185, 2018. nements et de les ordonner chronologique- auteur de cette découverte. Ainsi, le LEC enco-
ment (1) . Ce circuit est logé dans le cortex ento- derait les informations relatives aux événements
rhinal latéral (lateral entorhinal cortex, LEC), une vécus, à leur ordre chronologique, donnant une
structure cérébrale profonde et l’une des portes information implicite sur le temps écoulé.

73 000 d’entrée de l’information neuronale vers l’hippo-


campe, siège de la formation des souvenirs. Tâches répétitives
ANS Jusqu’à présent, le rôle fonctionnel de cette struc- Ce « temps épisodique », défini comme la quan-
ture restait un mystère. En enregistrant l’activité tité d’éléments qui diffère d’une expérience
électrique de neurones du LEC chez des rats à l’autre, conditionnerait directement notre

KOLBJØRN SKARPNES & RITA ELMKVIST NILSEN / NTNU COMMUNICATION DIVISION & KAVLI INSTITUTE FOR SYSTEMS NEUROSCIENCE
libres d’explorer leur environnement, les neu- perception du temps. C’est ce qu’ont montré
CE SERAIT L’ÂGE roscientifiques ont remarqué une grande varia- les chercheurs dans une seconde expérience,
du plus ancien dessin bilité dans les réponses neuronales. Grâce à des consistant à enregistrer l’activité neuronale de
réalisé à l’ocre sur un techniques d’intelligence artificielle, ils ont pu rats contraints de répéter la même trajectoire à
fragment de roche. trouver des régularités dans ces données élec- l’intérieur d’un labyrinthe en forme de 8. Résul-
Il a été découvert dans trophysiologiques. Résultat : le taux de décharge tat : l’encodage des informations temporelles s’en
la grotte de Blombos, trouvait réduit. « Cela se comprend dans la mesure
en Afrique du Sud. où, dans une tâche répétitive comme celle-ci, la
C. S. Henshilwood et al., Nature, nature des événements vécus est très similaire d’un
doi:10.1038/s41586-018-0514-3, 2018. essai à l’autre par rapport à une situation d’explo-
ration libre. Le temps épisodique écoulé est donc
raccourci, explique Albert Tsao. C’est pourquoi le
Génétique temps peut paraître d’autant moins long qu’une
LE PANNIER DE journée est monotone. » Et inversement !
LA COCCINELLE Par ailleurs, le LEC est voisin du cortex entorhinal
ARLEQUIN médian, où May-Britt et Edvard Moser ont
Selon une étude de l’Inra découvert les « cellules de grilles » permettant
et le CNRS, les variations aux rongeurs de se repérer dans l’espace, leur
génétiques responsables valant l’attribution du prix Nobel. Les auteurs
de près de 200 motifs de pensent que ces deux structures transmettent
pigmentation sur les ailes des informations relatives au temps et à la posi-
des coccinelles arlequin tion vers l’hippocampe, où elles seraient inté-
dépendent du seul gène grées sous la forme d’une « représentation unifiée
pannier. du quoi, où et quand ». C’est-à-dire un souvenir !
M. Gautier et al., Curr. Biol., Illustration évoquant comment un skieur perçoit  Gautier Cariou
doi:10.1016/j.cub.2018.08.023, 2018. le temps en fonction des événements vécus. (1) A. Tsao et al., Nature, 561, 57, 2018.

26 • La Recherche | Octobre 2018 • N°540


actualités

Biologie

Un parasite parasité
C’est l’histoire de l’arroseur arrosé. Une espèce de guêpe, plante grimpante, Cassytha filiformis (filament marron foncé). Elle
BRANDON MARTIN/RICE UNIVERSITY

Belonocnema treatae, a pour habitude de parasiter des arbres. vient y pomper des nutriments à l’aide de suçoirs intracellulaires.
En y pondant ses œufs, elle force la plante, comme ici sur Le cocon se transforme alors en tombeau, la larve finissant par
cette feuille de chêne, à produire une excroissance sphérique mourir momifiée à l’intérieur de la galle. Les biologistes cherchent
riche en nutriments, la galle. Celle-ci sert de cocon pour une larve. maintenant à savoir si ce type d’interaction existe entre d’autres
Mais une équipe de l’université Rice, à Houston, au Texas, plantes parasites et d’autres insectes. Mathias Germain
a observé que la galle pouvait être à son tour parasitée par une S. P. Egan et al., Curr. Biol., 28, 863, 2018.

N°540 • Octobre 2018 | La Recherche • 27


actualités

tous les utilisateurs et tous les


Informatique produits, comme le faisaient

Quand l’algorithme classique les algorithmes habituels, l’al-


gorithme quantique catégorise
rattrape le quantique les clients en un nombre limité
de types (par exemple, les ama-
Le problème de recommandation de produit était un exemple pratique teurs de films d’aventures ou de
où l’on pensait les algorithmes quantiques plus performants que leurs équivalents comédies musicales).
classiques. Cette croyance vole en éclat.
Un gain exponentiel
Puis, en utilisant un échantil-
quoi pourrait servir lon de produits préférés dans

À un ordinateur quan-
tique ? Les proto-
les données disponibles, l’al-
gorithme quantique génère une
types dépassent difficilement la recommandation pertinente
dizaine de bits quantiques. pour un utilisateur. C’est cette
Parmi les tâches exécutables étape d’échantillonnage qui
par ces petits calculateurs, l’al- était quantique.
gorithme de recommandation Ewin Tang a trouvé une façon
quantique de Iordanis Kerenidis classique de la réaliser. Son
et d’Anupam Prakash était le algorithme n’est pas tout à fait
candidat de premier plan (1) . aussi rapide que l’algorithme
Mais un algorithme classique de Kerenidis et Prakash, mais
serait aussi efficace pour Ewin Tang, 18 ans, a trouvé cet algorithme classique très efficace. le gain est quand même expo-
résoudre ce problème (2) . nentiel par rapport aux précé-
Le problème de recommanda- qui quantifient la préférence de l’Institut de recherche en infor- dents algorithmes classiques.
tion est bien connu des services tel client pour tel produit. La matique fondamentale, à Paris. Pour Iordanis Kerenidis, « c’est
de vente en ligne ou de vision- complexité de ce problème, qui Il est donc exponentiellement une bonne nouvelle, cela montre
nage de vidéos à la demande : conditionne le temps de calcul plus rapide. » que les algorithmes quantiques
connaissant l’historique de pour le résoudre, dépend de la Ewin Tang, un étudiant de peuvent servir de source d’ins-
commande d’un client, quel dimension de la matrice, qui 18 ans à l’université du Texas piration. Et, même s’il n’y a
produit serait susceptible de est le nombre de produits mul- à Austin, cherchait à démon- pas d’accélération quantique
l’intéresser ensuite ? Les pré- tiplié par le nombre de clients. trer qu’un algorithme clas- dans ce cas, d’autres candidats
férences des utilisateurs sont La complexité grimpe en flèche sique aussi rapide ne pouvait existent, comme des algorithmes
résumées sous la forme d’une quand ces nombres dépassent pas exister. Faute d’y arriver, quantiques de classification
matrice, c’est-à-dire d’un le million. « Notre algorithme il s’est inspiré de l’algorithme d’images ».
tableau de données, où chaque quantique, en revanche, ne quantique pour développer  Sylvain Guilbaud
colonne correspond à un pro- dépend que du logarithme de une alternative classique effi- (1) I. Kerenidis et A. Prakash,
duit et chaque ligne à un client. la dimension de cette matrice, cace ! Au lieu de compléter la arxiv.org/abs/1603.08675, 2016.
Les données sont des nombres explique Iordanis Kerenidis, de matrice des préférences, pour (2) E. Tang, arxiv.org/abs/1807.04271, 2018.
THE COLLEGE OF NATURAL SCIENCES AT UT AUSTIN

NATHALIE GONTARD,
“ EN EUROPE, ENVIRON 40 % DE Sismologie
directrice de CES DÉCHETS SONT DISPERSÉS PRÉDIRE LES RÉPLIQUES
recherche à l’Inra, DE MANIÈRE INCONTRÔLÉE Une équipe américaine a conçu un algorithme
interrogée par DANS NOTRE ENVIRONNEMENT, d’apprentissage automatique capable de prédire
l’hebdomadaire Le 1, l’emplacement des répliques après un
a rappelé le devenir
30 % SONT ENFOUIS, 15 % SONT tremblement de terre majeur. La précision de
des plastiques INCINÉRÉS ET 15 % SONT localisation est deux fois meilleure qu’auparavant.
que nous utilisons. COLLECTÉS ” P.  M. R. DeVries et al., Nature, 560, 632, 2018.

28 • La Recherche | Octobre 2018 • N°540


LA CHRONIQUE Numérique
de Serge Abiteboul

Réinventons la ville
connectée
a gestion d’une ville est d’abord ces derniers. Les arguments avancés pour pouvons ainsi devenir passifs. Pourquoi
L une question d’échange d’in-
formation. Pour qu’un jardi-
le justifier sont multiples : des collectivités
territoriales aux ressources insuffisantes,
trier nos déchets si le service municipal
est si efficace ? Pourquoi nous intéresser
nier opère sur un parterre de fleurs devant l’idéologie selon laquelle une gestion pri- même à ce sujet ? En général, pourquoi ne
la médiathèque, il faut planifier son tra- vée serait nécessairement moins coûteuse, pas laisser les services numériques déci-
vail : quelles fleurs y a-t-on plantées, ou encore le manque de compétences de der pour nous ?
quand a eu lieu la dernière intervention, certains responsables municipaux. Pour-
que prévoit la météo, etc. Toutes ces infor- tant, la numérisation de la ville ne doit pas POURTANT, LA PARTICIPATION de
mations sont disponibles aujourd’hui être l’occasion d’une perte du contrôle des chacun est indispensable pour maîtriser
numériquement. Le cœur du réacteur de politiques. La ville est, et doit rester, d’abord toute la complexité d’une ville moderne
la smart city, c’est donc la collecte, au service de ses citoyens. et gérer sa croissance, de possibles flux
l’échange et l’analyse de données pro- Car les conséquences peuvent être lourdes. migratoires, la pollution… Dans certaines
duites par la ville, le big data à son service. Les citoyens les plus démunis sont typi- communes par exemple, les citoyens
Certaines villes récentes sont d’ailleurs quement peu « rentables » financièrement signalent sur un site web les revêtements
conçues pour être connectées, telle et souvent ignorés de la smart city. Par de chaussée détériorés, afin qu’ils soient
Songdo, en Corée du Sud. exemple, ils peuvent avoir des difficultés réparés. En Inde, pour lutter contre la cor-
Prenons le transport urbain. Une ville ruption, le projet I Paid A Bribe, de l’organi-
reçoit des données des sociétés de trans- sation Janaagraha, encourage les citoyens
port public, des entreprises de voitures de à dénoncer sur Internet les pots-de-vin
transport avec chauffeur (VTC), des ges- qu’ils ont payés (1) .
tionnaires de parking… À partir de ces Les citoyens La ville utilise trop peu les possibilités
données, elle peut participer à la mise en les plus fragiles qui, au temps des algorithmes, lui sont
place d’une application pour smartphone offertes. Cette inadaptation des institu-
afin de faciliter le déplacement multimo-
sont souvent tions à l’avancée des techniques parti-
dal (transports publics, vélo et autopar- ignorés de cipe à leur obsolescence et, au-delà, à la
tage…) des citoyens, décourageant l’usage la smart city ” défiance grandissante des citoyens à leur
de la voiture individuelle au profit de égard. La cité doit mieux informer ses
moyens de locomotion moins polluants. à faire des demandes en ligne de presta- citoyens, notamment par l’ouverture de ses
Nous pourrions multiplier les exemples tions ou de services sociaux ; ils doivent données. Ces derniers doivent également
dans de nombreux domaines, comme la être accompagnés et formés au numé- mieux participer à la conception de la ville,
planification urbaine, les travaux publics, rique. Cependant, certaines initiatives aux prises de décisions. À nous de réinven-
la sécurité avec la police ou les pompiers, mettent l’agilité de la ville au service des ter la ville agile et connectée de demain
les services sociaux, culturels, ou l’énergie. plus fragiles – le site Faciligo par exemple pour en faire un lieu plus humain, plus
met en relation des personnes à mobilité inclusif, plus durable : une véritable cité. n
SI ELLE PEUT être plus efficiente, éco- réduite et d’autres voyageurs pour que ces (1) www.ipaidabribe.com
nome financièrement, la ville connectée derniers les accompagnent, moyennant
INRIA / PHOTO C. LEBEDINSKY

questionne d’un point de vue politique. une modeste rémunération.


Serge Abiteboul est chercheur en informatique
Les entreprises privées positionnées sur Un autre risque de la smart city est de nous à l’Inria et à l’ENS Paris, blogueur à binaire.blog.lemonde.fr
ce marché tendent à vouloir se substituer transformer en consommateurs amor- et membre de l’Académie des sciences.
aux acteurs publics dans des fonctions phes de services municipaux numériques ➔Cette chronique est proposée en alternance avec celle
qui étaient historiquement du ressort de de plus en plus performants. Nous de Gérard Berry, du Collège de France.

N°540 • Octobre 2018 | La Recherche • 29


start-up

Oncologie permet de connaître l’impor-

CARCIDIAG BIOTECH développe des kits tance – nombre et densité de


répartition – des cellules souches
de diagnostic précoce du cancer cancéreuses dans la biopsie du
patient. Cette information est
Des travaux menés à l’université de Limoges sont à l’origine d’une technique un indicateur pronostique per-
de détection des cellules souches tumorales dans les biopsies. mettant d’adapter la surveil-
lance et le traitement », précise
La jeune pousse Carcidiag Marie-Odile Jauberteau.
n Créée en janvier 2017 Biotech a mis au point La société Carcidiag Biotech a
n Effectif : 4 un test pronostique pour été créée en janvier 2017
n Levée de fonds : le cancer du côlon (ici, pour concrétiser cet
1,5 M€ en juillet 2018 visualisé par scanner). objectif. Un accord
de transfert de tech-
Guéret, petite ville de par leur prolifération nologie a été signé
13 500 habitants, pourra sans anarchique, décrit avec l’université de
doute se vanter d’avoir été le Fabrice Lalloué, éga- Limoges. Vincent
théâtre d’une avancée impor- lement chercheur au Carré, chercheur titu-
tante dans la lutte contre le HCP. Celle-ci est peut- laire d’une thèse sur
cancer. Car c’est dans la préfec- être liée à une activation la glycosylation obte-
ture de la Creuse qu’est instal- anormale de récepteurs nue dans la même univer-
lée Carcidiag Biotech, start-up spécifiques à la surface des cel- sité, dirige la société, dont
s’appuyant sur des recherches lules, qui contrôlent la multipli- cellules souches cancéreuses, le comité scientifique com-
menées à l’université de cation cellulaire. Or l’activation également dénommées cellules prend notamment Marie-Odile
Limoges pour mettre au point des récepteurs par les facteurs initiatrices de tumeurs, sont Jauberteau et Fabrice Lalloué.
un test pronostique qui est un de croissance dépend également des cellules quiescentes dont Un an et demi plus tard, les
indicateur précoce de l’agressi- de leur état de glycosylation. » la réactivation est à l’origine choses ont bien avancé, assure
vité du cancer du côlon. « Dans le cancer colorectal, des récidives et des résistances Vincent Carré. Aux deux bre-
Point de départ de ces travaux, ajoute Marie-Odile Jauberteau, thérapeutiques. » vets initiaux issus des tra-
un phénomène concernant nous avons montré que cer- Détecter ces cellules souches vaux du HCP, dont Carcidiag
certaines protéines présentes taines cellules tumorales, les cancéreuses par la modifica- Biotech a la licence exclusive,
à la surface de nos cellules : cellules souches cancéreuses, tion de leur profil de glycosyla- se sont ajoutés quatre autres
la glycosylation. « Il s’agit de présentent des modifications tion est donc un moyen de dia- déposés par l’entreprise. Un
l’agrégation de glucides sur des profils de glycolisation gnostiquer et de caractériser un kit de diagnostic du cancer
une protéine, explique Marie- qui leur sont spécifiques. Ces cancer très tôt. « Notre approche colorectal est déjà au point.
Odile Jauberteau, qui dirige le
laboratoire d’homéostasie cel-
lulaire et pathologies (HCP), DÉTECTER DES « MOTIFS GLUCIDIQUES »
à l’université de Limoges. Ces
sucres interviennent dans des nToutes nos cellules comportent à leur surface du côlon reposant sur la reconnaissance
mécanismes de reconnais- des glycoprotéines spécifiques, c’est-à-dire des de leur motif de glycosylation. Pour cela,
sance et d’interaction cellu- protéines auxquelles est attaché un polymère elle a sélectionné un cocktail de molécules
laires. Une modification de la (une chaîne ramifiée ou non) de sucres simples complexes ad hoc composé de lectines, grâce
glycosylation est observée dans (des oses, comme le glucose, le galactose…). auquel on reconnaît des motifs glucidiques
certains types de cellules can- Or la cancérisation peut modifier la disposition, particuliers. Les lectines « biotinylées » du
JAMES CAVALLINI/ BSIP

céreuses et participe au proces- le « motif », de ces oses. Carcidiag Biotech cocktail déclenchent, en présence de ces
sus de dissémination des cel- a mis au point une technique de coloration motifs, une réaction enzymatique qui produit
lules tumorales. » « Les cellules spécifique des cellules souches du cancer une coloration marron visible au microscope.
cancéreuses sont caractérisées

30 • La Recherche | Octobre 2018 • N°540


Des lots pilotes sont en cours Imagerie térahertz
de production pour les labora-
toires de recherche et les essais TIHIVE TECH conçoit une caméra pour
cliniques. L’obtention du mar-
quage CE, passage obligé pour
un contrôle qualité très rapide des produits
la distribution dans l’Union Une équipe grenobloise prépare un outil capable de radiographier les objets
européenne, est prévue cou- réalisés en matières plastiques, composites et textiles techniques.
rant octobre. Des essais cli-
niques devraient démarrer à emballage, et d’y détecter défauts et contami-
l’automne, à Gustave-Roussy, nants. Ces ondes électromagnétiques dont la
à Villejuif, à l’hôpital Georges- fréquence se situe entre 0,3 et 30 THz sont un
Pompidou, à Paris, et à l’Insti- défi à la fois pour l’électronique et l’optique. Il
tut Paoli-Calmettes, à Marseille. faut user de subterfuges pour les maîtriser.
La commercialisation du kit est « Leur fréquence est si élevée qu’on ne peut pas
envisagée fin 2019. les produire directement sur une puce réalisée
en CMOS, la filière électronique dominante, qui
Lauréate du i-Lab 2017 autorise une forte intégration tout en restant éco-
Carcidiag Biotech travaille Utilisant les ondes térahertz, le dispositif nomique, explique Hani Sherry. On part donc
déjà sur d’autres cancers. La de TiHive Tech repose sur des puces CMOS. d’un signal de fréquence inférieure, dont on filtre
mise en production de kits de et combine les harmoniques… »
diagnostic pour les tumeurs itulaire d’une thèse sur les ondes L’équipe développe des dispositifs très com-
localisées dans le sein et le
poumon est prévue pour la
T térahertz (THz), Hani Sherry a tra-
vaillé sept ans sur ce sujet chez
pacts, reposant sur des puces CMOS, compo-
sés de caméras dotées d’un capteur matriciel,
fin du premier semestre 2019. STMicroelectronics. Pour prolonger la R&D et d’illuminateurs pour « éclairer » l’objet à ins-
Ensuite ? « Notre technique est effectuée chez ce fabricant de puces, il a fondé, pecter. La capture des images est assez rapide
applicable à tout type de can- avec deux collègues, TiHive Tech, qui vise à pour faire du contrôle qualité à la volée sur une
cer “solide”, se développant dans appliquer ces ondes au contrôle non destructif. chaîne de production. Fondée en août 2017,
des tissus, assure Vincent Carré. Ces dernières permettent de radiographier les lauréate du concours i-Lab 2018, TiHive Tech
Nous travaillons sur des cancers matières plastiques, les composites et les tex- emploie sept personnes à Meylan, près de
gynécologiques (endomètre, col tiles techniques, de plus en plus utilisés dans Grenoble. « Notre but est d’avoir un produit
de l’utérus, ovaire…) et de la l’aéronautique et l’automobile. Elles traversent industrialisé fin 2019, affirme son président. Et
sphère ORL. » aussi le papier, le carton, le bois… ce qui permet de le fabriquer en série un an plus tard. » P. V.
Ces travaux ont très vite attiré d’inspecter toutes sortes de produits dans leur nwww.tihive.com
l’attention. Carcidiag Biotech
a été lauréate du concours
i-Lab 2017 du ministère de
En bref
l’Enseignement supérieur, de De l’hydrogène liquide… que la liquéfaction et la fondé ABCDx pour le
la Recherche et de l’Innova- non inflammable. C’est sous compression. Dans l’hypothèse commercialiser en 2019. Ils ont
tion. Elle est en contact avec forme d’hydrure de silicium, d’une percée de la voiture à découvert quatre protéines
le groupe pharmaceutique liquide stable à température hydrogène, il résoudrait le dont le taux augmente après
AstraZeneca et aurait été appro- ordinaire, que HySiLabs problème de la distribution un choc traumatique
chée par un géant chinois de la propose de stocker et de sécurisée du carburant et qui constituent donc des
pharmacie. « Nous sommes à la transporter de l’hydrogène des sites de production vers biomarqueurs d’un trauma.
recherche de partenariats, pré- sans danger. Issu d’une les stations-service. Le dispositif ne nécessite
cise Vincent Carré, car nous découverte fortuite dans un nwww.hysilabs.com qu’une goutte de sang et rend
n’envisageons pas de fabriquer laboratoire de l’université Un test sanguin du trauma son verdict en 10 minutes.
ni de commercialiser les kits. » Aix-Marseille, le procédé cérébral léger a été mis au Il devrait permettre d’éviter
Pierre Vandeginste catalytique est très efficace sur point par des chercheurs de des examens d’imagerie.
TIHIVE TECH

ncarcidiag.com le plan énergétique, bien plus l’université de Genève, qui ont nwww.abcdx.ch

N°540 • Octobre 2018 | La Recherche • 31


coulisses

- 38 % 3 questions à
Laurent Chambaud, directeur
de l’École des hautes études en santé publique (EHESP)

DE FONDS PUBLICS ont


été dédiés à la recherche,
« Des pôles forts
au développement et à de santé publique
l’innovation en Espagne,
entre 2009 (début de la crise
en France »
économique dans le pays) En quoi votre modèle est-il à part ?
et 2016, selon le rapport Située à Rennes, l’EHESP a un positionne-
annuel de la fondation Cotec ment quasiment unique. Nous sommes
pour l’innovation. issus de l’École nationale de la santé
publique, fondée en 1945 avec pour mis-
Legende 2017
sion de former les cadres du système de
santé publique. Ce qui fait que nous avons contexte particulier. Car, si la France pos-

1,5 un ancrage professionnel très fort. La loi de


santé publique de 2004 créant l’EHESP a
sède de nombreuses équipes de recherche
dans diverses disciplines de la santé
MD€ ajouté les dimensions de formation acadé- publique, il existe très peu de structures ou
mique et de recherche, en faisant de nous de pôles qui les portent, si ce n’est l’EHESP
un grand établissement sous double tutelle ou l’Institut de santé publique, d’épidé-
du ministère des Solidarités et de la Santé, miologie et de développement de l’uni-
SERA ENGAGÉ par la et du ministère de l’Enseignement supé- versité de Bordeaux. Le reste des équipes
Commission européenne rieur, de la Recherche et de l’Innovation. est très éclaté.
de 2021 à 2027 pour faire Vous avez débuté un second mandat Comment faire mieux ?
émerger une vingtaine en juin. Quelles sont vos ambitions ? Fin 2018, nous présenterons un projet stra-
de réseaux d’universités Nous sommes à la croisée des chemins. tégique à nos deux ministères de tutelle.
européennes. Deux appels Mon premier mandat a consisté à conso- Une dynamique nationale doit émerger en
à projets sont déjà prévus : lider la structure de l’école, qui n’avait matière de santé publique. À terme, il faut
un pilote de 30 M€ à que cinq ans d’existence. Maintenant, six ou sept pôles forts en France, qui tra-
l’automne 2018 et un second nous devons construire une ambition à la vaillent ensemble et qui soient soutenus
du même montant en 2019. fois nationale et internationale, dans un par une vision politique nationale.

Nominations
ministère de l’Enseignement de Brest, important centre
+33 000 Bernard Larrouturou,
ingénieur général des ponts, supérieur, de la Recherche français de recherche marine.
des eaux et des forêts, a été et de l’Innovation. Ce Pauline Capus est
nommé directeur général de la mathématicien a été PDG la nouvelle directrice générale
recherche et de l’innovation au d’Inria et directeur général de l’Association française des
ÉTUDIANTS se sont inscrits du CNRS. Il succède à Alain pôles de compétitivité. Elle
en 2017-2018 dans Beretz, qui se voit confier devra accompagner ces pôles,
l’enseignement supérieur, une mission sur la mise en qui rassemblent des
privé et public. Cela place des futures universités entreprises, des laboratoires
représente une hausse européennes. et des établissements de
de 1,3 % par rapport à l’année Frédéric Jean prend formation, dans une nouvelle
précédente et un total la tête de l’Institut universitaire étape, plus axée sur un
de 2 680 400 étudiants. Bernard Larrouturou européen de la mer, près développement européen.
DR

32 • La Recherche | Octobre 2018 • N°540


Stratégie Lauréat(e)s
AMÉLIORER LES PARTENARIATS
Recherche publique et industriels veulent mieux collaborer La Hongroise Eva
Kondorosi, directrice
Bien, mais peut mieux faire. veut mettre en place des in- de recherche émérite au
Recherche publique et in- terlocuteurs uniques pour ses CNRS et spécialiste de la
dustriels partagent le même partenaires industriels. Mais symbiose, reçoit le prix
constat : des eforts doivent les acteurs publics se veulent Balzan 2018 en écologie
encore être faits pour mieux aussi ofensifs. « Il est impor- chimique. En dynamique
collaborer. Les procédures tant que les industriels aient la des fluides, c’est
pour nouer un partenariat même considération pour un l’Allemand Detlef Lohse
ou signer une thèse Cifre sont chercheur français que pour un qui est récompensé
jugées trop lourdes. Autre Américain ou autre », estime Les procédures sont lourdes pour ses travaux
point sensible : la capacité Pascale Augé, présidente du pour signer une thèse Cifre. sur la turbulence et
des laboratoires publics à ne directoire d’Inserm Transfert. la nanofluidique.
pas laisser fuiter des aspects Car, certes, il faut savoir aller La vigilance est également Jean-Pierre
confdentiels. vite, mais pas question pour de mise pour ne pas se faire Changeux, professeur
Côté universités et organismes, autant de brader le savoir-faire concurrence entre organismes émérite à l’Institut Pasteur
on reconnaît devoir progres- des labos publics dans une et universités, et éviter une et au Collège de France,
ser, à l’image du CNRS qui forme de « low cost français ». forme de dumping. reçoit le prix Albert-
Einstein en reconnaissance
de ses contributions
exceptionnelles
Initiatives en neurosciences.
Lars-Erik Cederman,
LES ARTS ET MÉTIERS TOURNENT 1998. Des élèves seront formés à la gestion spécialiste des conflits à
LA PAGE DU BIZUTAGE des risques et l’école validera chaque acti- l’École polytechnique
« Les traditions d’intégration qui pouvaient vité. « Le folklore est conservé : les chants, les fédérale de Zurich, reçoit
sembler violentes n’ont plus lieu d’être. Nous blouses, le baptême… », promet le directeur. le prix Marcel-Benoist
n’utilisons que des méthodes employées en HEC À ABIDJAN POUR FORMER 2018. Selon ses travaux,
entreprise », assure Laurent Champaney, DES LEADERS AFRICAINS l’autonomie régionale
directeur général d’Arts et Métiers « Contribuer à la formation et à l’accompa- dont bénéficient des
ParisTech. La « période d’intégration », éla- gnement de la nouvelle génération de leaders minorités ethniques,
borée par l’école, les élèves et l’association africains » : c’est la mission d’Alexis John leur implication dans
des anciens, entend permettre aux élèves de Ahyee, directeur général du bureau d’HEC les décisions politiques,
« comprendre la culture d’une entreprise », Paris pour l’Afrique de l’Ouest et centrale, mais aussi le partage
de « construire un collectif ». C’est donc la installé à Abidjan depuis cet été. L’école des richesses et l’accès
fin de la contestée « période de transmission française veut concevoir une offre élabo- aux services de base
des valeurs », marquée par des accidents et rée « par et pour les Africains ». Et accroître sont fondamentaux
des actes de bizutage, pourtant interdits dès la notoriété de la marque HEC. pour une paix durable.

Dans notre pays, on ne s’est pas donné avec


les moyens d’attirer et de garder les stars
DARRAULT / ANDIA.FR

[de la recherche] ”
Antoine Petit, PDG du CNRS, le 27 août dernier à Bordeaux. Il veut s’attaquer à deux education.newstank.fr
tabous : payer différemment les gens selon les disciplines et selon leur niveau d’excellence. « Le média des acteurs de
l’enseignement supérieur
et de la recherche »

N°540 • Octobre 2018 | La Recherche • 33


LA CHRONIQUE Transition énergétique
de Marie Dégremont

Une lutte inévitable contre


les inégalités sociales
a prochaine session de négocia- donc des leviers sur les plus gros postes de lesquelles seront plus fréquentes à l’avenir.
L tions internationales sur le cli-
mat, qui aura lieu dans
réduction des émissions de gaz à effet de
serre. Elles disposent aussi généralement
Comment alors susciter l’engagement des
décideurs, alors qu’ils ne seront pas les
quelques semaines, fera le point sur les d’importants appuis décisionnels, sur le plus affectés par le réchauffement clima-
engagements pris par les États pour lutter plan économique ou politique. tique ? Qu’ils pourront s’adapter plus faci-
contre le réchauffement climatique. Toutefois, ces populations aisées ne sont lement – la propriété de Donald Trump en
Reconnaissant le niveau très insuffisant de pas les plus vulnérables aux effets du Floride, Mar-a-Lago, a beau être menacée
leurs contributions au regard de leurs réchauffement climatique. Les pays les par la montée des océans, nul doute qu’il
ambitions, les États ont prévu, dans l’ac- moins développés, tel le Tchad, où l’agri- aura les moyens d’en construire une ail-
cord de Paris de 2015, un « dialogue facili- culture représente plus de la moitié du leurs ? Qu’ils n’ont pas forcément intérêt à
tateur » en 2018, visant à accroître les PIB (3) , ou le Bangladesh, où 28 % de la prendre des mesures impliquant des sacri-
efforts de chacun. Il serait logique que les population réside à proximité des côtes (4) , fices pour leur électorat ?
pays industrialisés, dont les émissions his- proches ou en dessous du niveau de la
toriques de gaz à effet de serre sont les plus mer, figurent parmi les plus exposés à ses ÉVOQUER ce non-dit dérangeant et
élevées, y prennent les engagements les impacts physiques. D’une part, parce que inquiétant est un (petit) premier pas pour
plus importants – comme le texte de la la plupart des projections montrent que résoudre ce défi. Cela doit aussi nous inci-
Convention climat les y invite. À titre ter à rechercher des solutions, alors que le
d’exemple, les États-Unis et l’Union euro- temps est compté. Il conviendrait d’abord
péenne ont émis, entre 1850 et 2011, 52 % d’insérer ces dimensions climatiques dans
des émissions mondiales de dioxyde de les indicateurs économiques de référence.
carbone (1) . Aujourd’hui, notre responsa- Il faudrait insérer La menace qui paraît encore lointaine et
bilité reste forte car, si la Chine est devenue les dimensions diffuse prendrait ainsi une matérialité. Il
le premier pollueur direct, elle produit une faudrait aussi renforcer l’appropriation des
partie des biens à forte empreinte carbone
climatiques dans savoirs sur ces thématiques, en particulier
que nous consommons. En tenant compte les indicateurs auprès des plus concernés par les effets du
des importations, l’empreinte carbone de économiques ” réchauffement, afin de susciter une mobi-
la France est ainsi supérieure de 54 % à l’en- lisation forte, assumée et éclairée. Cette
semble des émissions produites sur notre les extrêmes climatiques, dont ils souffrent mobilisation est un moteur essentiel de
territoire. Et les émissions moyennes d’un déjà, seront accentués avec le réchauffe- la transformation profonde des modes de
Nord-Américain sont huit fois plus impor- ment. D’autre part, parce qu’ils sont moins vie, qu’il n’est que trop temps d’engager. Q
tantes que celles d’un Indien (2) . résilients à ses effets : les systèmes alimen- (1) tinyurl.com/emission-CO2
taires locaux ou les infrastructures (digues, (2) Commissariat général au développement durable,
CES DONNÉES, établies à l’échelle des ponts, bâtiments, réseaux de transport…) « Chiffres clés du climat », édition 2018.
États, ne reflètent toutefois pas les dif- y sont plus fragiles ; l’accès aux services de (3) OCDE/FAO, « Perspectives agricoles de l’OCDE et de
férences de niveau de vie à l’intérieur de santé et aux soins adaptés y est plus diffi- la FAO 2016-2025 », Éditions OCDE, 2016.
ceux-ci. Les populations les plus aisées des cile. Dans les pays industrialisés, les per- (4) R. Islam, in FAO, « Proceedings of the Workshop on
pays en développement, dont le niveau de sonnes les plus pauvres sont également Coastal Area Planning and Management in Asian
Tsunami-Affected Countries », 2007.
vie s’approche de celui observé dans les celles qui pâtiront le plus de telles condi-
pays industrialisés, ont un bilan carbone tions. Mieux vaut habiter ou travailler dans Marie Dégremont est chercheuse associée au
au moins similaire à celui des catégories les un bâtiment luxueux et climatisé qu’être Centre de sociologie des organisations à l’Institut
plus favorisées du Nord. Elles détiennent SDF durant les périodes de canicule… d’études politiques de Paris.
DR

34 • La Recherche | Octobre 2018 • N°540


dossier
Entretien avec À la poursuite Et s’il fallait
1 Françoise Combes, 2 de la particule 3 modifier les lois
astrophysicienne fantôme de la gravité ?
P. 38 P. 43 P. 50

MATIÈRE NOIRE
La grande inconnue
de l’Univers
De la vitesse de rotation des étoiles à la formation des struc-
tures qui charpentent le cosmos, un faisceau d’indices laisse
supposer la présence d’un ingrédient caché dans la recette
de l’Univers. Par déduction, on remonte à sa proportion
– 25 % – et à ses caractéristiques : une substance massive
non lumineuse. Cette matière noire pourrait être compo-
sée de particules inconnues. Mais ces dernières, après plu-
CHANDRA X-RAY OBSERVATORY CENTER/NASA

Selon les observations,


sieurs décennies de recherches à l’aide de télescopes, dans cet amas de galaxies
– Abell 2744 – devrait
les laboratoires souterrains ou les accélérateurs de particules, contenir une grande
quantité de matière
demeurent introuvables. Cette absence devient encom- noire (colorisée en bleu,
le gaz émettant dans le
brante, au point que certains pensent que la matière noire domaine des rayons X
étant en rouge). Problème :
n’existe pas et qu’il faudrait réviser les lois de la gravitation. on ne la détecte pas.

36 • La Recherche | Octobre 2018 • N°540


dossier Matière noire

« Avec le problème
de la matière noire,
l’astronomie vit une crise »
Françoise Combes, Collège de France

La matière visible dans le ciel ne suffit pas pour expliquer tous les mouvements
des astres. Quelle est la nature de cette matière manquante, cruciale
pour comprendre notre Univers ? Ce problème hante les astronomes
depuis plus de quatre-vingts ans. On suppose l’existence de particules exotiques
inconnues, mais peut-être faut-il changer les lois de la gravitation.

La Recherche Que veut dire confrontés à des problèmes de de découvrir Neptune en 1846.
l’expression « matière noire » ? matière noire, mais les astronomes Neptune était en quelque sorte de
Françoise Combes Elle désigne n’en parlaient pas de la sorte – même la matière noire qu’on ne voyait pas
une matière que nous ne percevons si l’expression « matière obscure » jusqu’alors. L’autre exemple, ce sont
pas directement, mais dont nous apparaît déjà sous la plume d’Henri les anomalies observées du mouve-
détectons les effets qu’elle pro- Poincaré (1) . Historiquement, ces ment de la planète Mercure. Cette
voque sur le mouvement des astres problèmes ont été résolus de deux fois, aucune nouvelle planète ne les
visibles ou sur celui de la lumière. façons. Par exemple, au XIXe siècle, explique : il faudra changer les lois
Ce que l’on appelle le « problème de les astronomes observent des de la gravité (par la relativité géné-
la matière noire », c’est le fait que la perturbations dans la trajectoire rale d’Albert Einstein en 1915) pour
masse visible, celle des étoiles, des d’Uranus – la planète la plus éloi- les comprendre. Voilà donc les deux
planètes, etc., ne suffit pas pour gnée alors connue – par rapport à façons de résoudre le problème :
expliquer la dynamique des objets la trajectoire calculée grâce à la loi trouver de la matière noire, ou la
célestes : il doit y avoir de la masse de gravitation de Newton. Urbain solution « législative », changer les
cachée qui exerce une influence Le Verrier propose que cet écart soit lois de la gravitation.
gravitationnelle supplémentaire. dû à la masse d’une planète encore Qu’en est-il du problème de
De la matière noire, qu’on appelle inconnue. Ses calculs permettent matière noire qui préoccupe
parfois matière sombre. Ces qualifi- les chercheurs aujourd’hui ?
catifs ne reflètent aucune propriété On peut le faire remonter aux
physique de cette matière, simple-
Contexte Pour l'instant, les scientifiques années 1930. L’astronome suisse
ment le fait qu’elle nous échappe, expliquent une grande partie de la formation et de Fritz Zwicky observait alors les amas
qu’elle est mystérieuse. l’évolution de l’Univers par le modèle standard de la de galaxies, l’amas de Coma en par-
Quand les astronomes se cosmologie, fondé notamment sur la théorie de la ticulier. Il a mesuré la vitesse de cer-
sont-ils rendu compte qu’il y relativité générale. Ingrédient clé de ce modèle, la taines de ces galaxies par effet Dop-
avait un problème de matière matière noire constituerait 25 % de l’Univers. Mais elle pler (*) : environ 1 000 km/s. Comme
noire dans l’Univers ? est toujours introuvable. l’amas est en équilibre, son énergie
Par le passé, nous avons déjà été cinétique doit être à peu près égale à

38 • La Recherche | Octobre 2018 • N°540


FRANÇOISE COMBES
ASTRONOME, professeur au Collège de France, s’agissait d’astres éteints, de matière parle de matière noire dans aucun
elle consacre ses recherches à la formation et à ordinaire mais invisible. La commu- de ses articles. En effet, les mesures
l’évolution des galaxies, avec des observations nauté dans son ensemble ne parlait étaient difficiles, les marges d’erreurs
astronomiques et des simulations numériques. pas encore de « matière noire ». et les incertitudes encore grandes :
Elle s’intéresse aux modèles de matière noire, mais D’où est venu le déclic ? par exemple, pour la même lumi-
aussi aux hypothèses de gravité modifiée. Cela a commencé à partir des nosité, les étoiles peuvent avoir des
années 1970 avec l’étude des masses différentes. Par ailleurs, dans
son énergie potentielle. Cela permet courbes de rotation des galaxies, les grandes galaxies comme Andro-
de déduire la masse dynamique de c’est-à-dire de la vitesse à laquelle les mède, pointées par Vera Rubin au
l’amas, autrement dit la masse qui étoiles tournent autour du centre de télescope, les courbes de rotation
permet à la gravité de retenir toutes leur galaxie en fonction de leur dis- ne s’écartent vraiment des prédic-
(*) L’effet Doppler est
ces galaxies. Or la masse visible, le décalage de la longueur tance. Dans les galaxies, l’essen- tions de Newton qu’assez loin du
déterminée à partir de la lumino- d’onde du rayonnement tiel de la masse visible est concen- centre galactique. Dans la Voie lac-
sité des étoiles, semblait être 100 fois d’une source (par exemple tré vers le centre. D’après les lois de tée par exemple, jusqu’au Soleil
inférieure (2) . C’est beaucoup. Mais une galaxie) en mouvement Newton, plus les étoiles sont éloi- (c’est-à-dire jusqu’aux deux tiers
Zwicky était très fantasque, il ne par rapport à un observateur gnées, plus leur vitesse de rotation de la galaxie visible par rapport à
(comme un télescope sur
croyait pas au Big Bang, à l’expan- Terre). La mesure de ce doit être faible. Si ce n’était pas le cas, son centre), il n’y a quasiment pas
sion de l’Univers. Peu de gens l’ont décalage permet de elles seraient expulsées de la galaxie. besoin de matière noire pour expli-
JULIEN FAURE/LEEMAGE

suivi. Le Néerlandais Jan Oort parle déterminer la vitesse de la Or des observations, comme celles quer les vitesses de rotation. En
aussi de matière noire à cette époque source. de l’astronome américaine Vera revanche, ce n’est pas vrai dans les
pour expliquer la vitesse des étoiles Rubin, ont montré que les étoiles galaxies naines, où l’écart se mani-
perpendiculaires au plan de la Voie éloignées du centre tournaient plus feste près du centre. Mais, à l’époque,
lactée. Cependant, on pensait qu’il vite que prévu (Fig. 1) . Mais elle ne Vera Rubin ne pouvait pas les

N°540 • Octobre 2018 | La Recherche • 39


dossier Matière noire

Cette simulation numérique montre comment la matière noire (représentée ici en bleu) forme les grandes structures de l'Univers.

observer. L’apport technique l’une de l’autre. La carte de ce fond (hydrogène, hélium, deutérium,
déterminant fut la détection de l’hy- diffus, raffinée récemment par le lithium) dans le premier quart
drogène atomique, le gaz qui consti- satellite Planck, montre un Uni- d’heure de l’Univers. On est capable
tue l’Univers en majorité. vers très homogène – les galaxies de mesurer aujourd’hui la propor-
Comment détecte-t-on ce gaz ? n’existent pas encore – à quelques tion relative de ces éléments. Or
Par le rayonnement qu’il émet à petites fluctuations de densité près. celle-ci dépend de la quantité totale
une longueur d’onde de 21 cm, On pense que ces fluctuations sont de baryons dans l’Univers. Le résul-
dans la gamme radio, invisible à les amorces des galaxies, à partir des- tat ne concorde que si la fraction de
l’œil nu, alors que Vera Rubin obser- quelles la matière s’accumule. Mais matière baryonique ne constitue
vait la lumière visible (entre 380 si l’on fixe le point de départ de la for- pas plus de 5 % du total. S’il y avait
et 780 nanomètres de longueur mation des galaxies à cette date, alors plus de baryons, on observerait de
d’onde). Comme le gaz s’étale bien on constate qu’il ne s’est pas écoulé plus grandes quantités d’éléments
plus loin que les étoiles dans les assez de temps jusqu’à aujourd’hui légers. Quel est le rapport avec la
galaxies – jusqu’à cinq fois plus pour que les galaxies atteignent la matière noire ? En faisant un relevé
loin – et qu’il est lui-même très léger, taille qu’on observe. Ce problème complet de la masse présente dans
sa vitesse est un très bon marqueur est résolu si l’on suppose qu’il existe l’Univers, on constate que la matière
de la masse gravitationnelle au bord de la matière noire capable de s’ac- représente environ 30 % de la com-
des galaxies. Les courbes de rotation cumuler avant l’émission du fond position de l’Univers. Le reste (70 %)
du gaz obtenues avec les ondes radio diffus cosmologique pour former est de l’énergie noire (lire p. 42). Cela
dans les années 1980 (3) , notamment des sortes de galaxies noires, autour est indispensable pour expliquer
par l’astronome néerlandais Albert desquelles la matière ordinaire s’ef- pourquoi l’Univers est plat à grande
Bosma, ont confirmé celles des fondre ensuite. La matière noire L’astronome échelle, un résultat majeur de la
étoiles. Il n’y avait donc plus de doute ne doit donc pas interagir avec la américaine Vera Rubin cosmologie confirmé par Planck.
qu’il existait un halo de matière noire lumière : on devrait plutôt l’appeler (1928-2016) a observé Ainsi, sur les 30 % de matière de
autour de chaque galaxie. matière transparente ! C’est à cette que, dans les galaxies, l’Univers, la majeure partie serait
Les vitesses dans les amas époque que l’on a compris que cela la vitesse de constituée de matière non baryo-
rotation des étoiles
de galaxies et les galaxies ne pouvait pas être de la matière nique, de matière noire (25 % du
éloignées était plus
sont-elles les seuls indices de ordinaire, c’est-à-dire de la matière contenu total de l’Univers), le reste
élevée que prévu.
l’existence de la matière noire ? baryonique (constituée de baryons, étant de la matière ordinaire, celle
Non, il y a aussi des indices à essentiellement les protons et les dont nous sommes constitués (5 %
CENTER FOR COSMOLOGICAL PHYSICS

l’échelle cosmologique, celle de neutrons, qui forment les noyaux du contenu de l’Univers). La matière
l’Univers dans son ensemble. Dès des atomes que nous connaissons). noire est donc un ingrédient clé du
les années 1980, on a commencé à Il existe donc des indices en modèle standard de la cosmologie, la
détecter les fluctuations de densité faveur de l’existence d’une théorie qui décrit le mieux, du moins
du fond diffus cosmologique. Ce matière noire « exotique » ? pour l’instant, l’Univers tel que nous
rayonnement a été émis 380 000 ans Oui, un autre indice est la nucléo- le connaissons.
après le Big Bang, au moment où la synthèse primordiale – la forma- La matière noire est donc
matière et la lumière se libèrent tion des noyaux atomiques légers forcément de nature exotique ?

40 • La Recherche | Octobre 2018 • N°540


Les astres éteints et les aujourd’hui, et des observations, (lire notre article p. 43). Mais il nous
neutrinos ne sont plus des comme les microlentilles gravita- échappe depuis plus de trente ans.
candidats envisageables ? tionnelles, ont mis des contraintes D’autres méthodes de recherche
Je le pense en effet. Pour ce qui est des très fortes : seulement moins de existent. Ainsi, la détection indi-
astres morts, c’est-à-dire des objets 0,001 % de matière noire pourrait recte cherche à capter des rayon-
constitués de matière normale mais être fait de trous noirs primordiaux. nements en provenance du cosmos
qui n’émettraient pas de lumière Quels sont les candidats qui seraient la signature de l’anni-
(une naine brune par exemple), des possibles pour les particules hilation de particules de matière
expériences de lentilles gravitation- de matière noire ? noire. On essaie aussi de produire
nelles (*) menées dans les années (*) L’effet
de lentille
Il en existe beaucoup. Depuis 1985, ces particules dans des accélérateurs
gravitationnelle est
1990 les ont exclus (4) . On a regardé on a compris que les particules de la déviation, par un objet comme le LHC (grand collisionneur
le nuage de Magellan, galaxie satel- matière noire ne faisaient pas partie massif, des rayons lumineux de hadrons). Toutes ces méthodes
lite de la Voie lactée. Les courbes de du modèle standard de la physique émis par une étoile ou une n’ont rien donné non plus jusqu’à
rotation indiquent qu’il y a plein de des particules (qui décrit les consti- galaxie située derrière. La présent. Le problème, c’est qu’on
matière noire entre nous et lui. S’il y tuants élémentaires de la matière détection de ces déviations pensait que ce Wimp devait avoir
permet de connaître
avait dans cet intervalle de la matière et les interactions fondamentales). la masse de l’objet. C’est une masse autour de 100 GeV (*) .
noire concentrée sous forme d’astres Donc on a extrapolé un modèle, la ainsi que la matière noire Celle-ci aurait permis de très bien
morts, cela aurait dévié les rayons supersymétrie, où chaque particule est cartographiée dans comprendre pourquoi la matière
lumineux des étoiles d’arrière-plan du modèle standard serait associée à l’Univers. noire forme 25 % de l’Univers et pas
par lentille gravitationnelle. Rien de une autre particule dite supersymé- (*) UnGeV, ou une autre valeur. Sauf que le LHC fait
tel n’a été observé. Les neutrinos sont trique. La particule supersymétrique gigaélectronvolt, est se collisionner des particules à des
des particules de matière connues et la plus stable se nomme neutralino. une unité d’énergie aussi énergies plus de 10 fois cette valeur
qui ne sont pas des baryons. Mais ils C’est un Wimp, qui signifie Weakly utilisée pour quantifier de 100 GeV, sans avoir réussi à faire
la masse d’une particule,
ne peuvent pas constituer la matière Interacting Massive Particle (parti- selon la relation E = mc2, où apparaître ceWimp. Tout espoir n’est
noire car ils sont « chauds », c’est-à- cule interagissant faiblement), car E est l’énergie, m la masse pas perdu et il existe d’autres candi-
dire qu’ils se déplacent à des vitesses il n’interagirait que très peu avec la et c la vitesse de la lumière. dats hypothétiques, comme l’axion,
de l’ordre de celle de la lumière, envi- matière, uniquement par la gravita- voire une matière noire superfluide
ron 300 000 km/s. Or, à ces vitesses, tion. Ce serait la particule idéale pour (lire p. 49), mais il semble que notre
la matière ne peut pas s’effondrer à la matière noire. Le Wimp est recher- favori ait disparu…
petite échelle sous l’effet de la gra- ché dans de grandes expériences Cette absence de détection
vité, ce qui est pourtant essentiel souterraines où l’on essaie de détec- remet-elle en question
pour comprendre l’Univers que nous ter le recul qu’il provoque lorsqu’il l’existence de la matière noire ?
observons, où les petites structures percute des noyaux atomiques tests Pas forcément. Mais cela renforce le
se forment d’abord avant de grandir camp de ceux qui plaident pour une
par fusions successives. La matière modification des lois de la gravité
noire doit donc être « froide ». Fig. 1 Les étoiles et le gaz afin de résoudre le problème. C’est
Quid des trous noirs ? tournent plus vite que prévu la solution « législative » que je men-
Parmi les trous noirs, il faut déjà tionnais au début. Cette idée avait
exclure ceux qui sont formés par été évoquée depuis longtemps,
effondrement des étoiles massives, notamment par le physicien italien
Vitesse de rotation

car ce processus rejette des éléments Arrigo Finzi en 1963, mais c’est sur-
Observation
lourds dans l’espace et, vu le nombre tout l’Israélien Mordehai Milgrom
de trous noirs qui seraient néces- qui, au début des années 1980, pro-
saires pour composer la matière pose une modification de la loi de
noire, la proportion des éléments Prédiction théorique la gravitation pour expliquer les
lourds serait considérablement plus courbes de rotation des galaxies.
INFOGRAPHIE : MMARCONVILLE

élevée que celle qu’on observe. Ne Distance au centre de la galaxie On l’appelle Mond pour Modi-
restent que les trous noirs primor- Il y a un écart entre les vitesses de rotation des étoiles fied Newtonian dynamics. Selon
diaux, qui seraient apparus durant la et du gaz mesurées dans les galaxies et celles prédites la théorie de Newton (laquelle est
première seconde de l’Univers. Leur par la loi de Newton. Ce désaccord entre théorie et une très bonne approximation de
existence demeure très spécula- observation au niveau des courbes de rotation est à la théorie de la relativité générale
l’origine du problème de la matière noire.
tive. Beaucoup se seraient évaporés pour décrire le mouvement

N°540 • Octobre 2018 | La Recherche • 41


dossier Matière noire

L’ÉNERGIE NOIRE, COMPOSANTE MAJORITAIRE DE L’UNIVERS


Selon le modèle standard de la cosmologie, la composante suspectés, l’hydrogène moléculaire (H2) est invisible directe-
majoritaire de l’Univers serait l’énergie noire (70 %). La matière ment et les mesures récentes possèdent encore des marges
noire, quant à elle, représenterait 25 %. Énergie noire et matière d’erreurs importantes (1) .
noire sont deux choses distinctes : la première explique pourquoi (1) F. Nicastro et al., Nature, 558, 406, 2018.
l’expansion de l’Univers accélère – elle a un efet répulsif – tan- Filaments Étoiles et
cosmiques galaxies
dis que la seconde a un efet gravitationnel attractif. L’adjectif Matière noire 18 % 6%
« noire » commun signife simplement que leur nature à toutes 25 %
les deux est encore inconnue. Au fnal, seuls 5 % de l’Univers
sont de la matière « normale ». Et les étoiles et les galaxies ne Baryons
Énergie noire manquants
constituent que 6 % de ces 5 % : tout ce à quoi nous pensons 63 %
70 %
naïvement en imaginant l’Univers ne forme que 0,3 % du total !
Une grande partie de la matière ordinaire se trouve en fait
sous forme de gaz. Mais l’emplacement exact de la majorité
de ce gaz n’a pas encore été débusqué : ce sont les baryons
Milieu Gaz dans les
manquants. Même si le milieu intergalactique et les flaments Matière ordinaire intergalactique amas de galaxies
cosmiques reliant les amas de galaxies entre eux sont fortement 5% tiède 3%
10 %

des étoiles), l’accélération due satellites à la Voie lactée, quand on localiser (lire ci-dessus), mais c’est

0,3 %
à l’attraction gravitationnelle entre n’en voit que quelques dizaines. peu probable. Un autre problème
deux astres diminue comme le carré Enfin, on observe une forte corréla- rencontré par Mond est que ce
de leur distance. Avec la formule de tion entre la vitesse de rotation des modèle n’explique pas les observa-
Mond, ceci n’est plus vrai en des- étoiles et du gaz et la masse visible, tions du fond diffus cosmologique,
sous d’un certain seuil d’accéléra- qu’on explique mal si l’on attribue ni la formation des grandes struc-
tion : l’accélération due à l’attrac- la vitesse de rotation à de la matière DU COSMOS tures de l’Univers, contrairement au
tion gravitationnelle diminue alors noire qui n’interagit que très peu est constitué d'étoiles modèle standard de la cosmologie.
comme la distance qui sépare les avec la masse visible. et de galaxies, ce qui Malgré ses limites, la majorité des
deux corps, c’est-à-dire moins vite Pourquoi cette modification ne représente que physiciens ne sont donc pas prêts
que dans la loi de Newton. Ce seuil des lois de la gravité n’est-elle 6 % de la matière à abandonner le modèle standard
est très faible, 1011 fois inférieur à la pas majoritairement acceptée ordinaire de l'Univers. de la cosmologie. En résumé, d’un
gravité terrestre. Mais les étoiles en par la communauté ? côté, la matière noire froide expli-
périphérie des galaxies subissent Parce qu’elle ne fonctionne plus à querait très bien les données cos-
des accélérations de cet ordre. Selon l’échelle des amas de galaxies : l’accé- mologiques, mais moins bien les
Mond, ces étoiles connaîtraient donc lération gravitationnelle y est pour- données galactiques, et surtout, elle
une attraction gravitationnelle supé- tant faible, mais, même en prenant reste introuvable. De l’autre, la modi-
rieure à celle qui est prévue par les fication de la gravité expliquerait très
lois de Newton, ce qui expliquerait bien les observations galactiques,
leur vitesse de rotation plus grande « La matière noire mais pas celles cosmologiques. Avec
sans avoir besoin de matière noire.
Mond fonctionne en effet très bien
explique les observations le problème de matière noire, l’astro-
nomie vit une crise. Et nul ne peut
au niveau des galaxies, où cette for- cosmologiques, mais pas dire d’où viendra la solution. n
mule reproduit toutes nos observa- Propos recueillis
les données galactiques » 
INFOGRAPHIE : BRUNO BOURGEOIS

tions, ce qui n’est pas tout à fait le cas par Sylvain Guilbaud
avec la matière noire froide. En effet, (1) Henri Poincaré, Science et méthode,
les simulations avec la matière froide en compte Mond, il faut rajouter de Flammarion, 1908.
prédisent un pic de matière noire la masse pour expliquer les obser- (2) F. Zwicky, Astrophys. J., 86, 217, 1937.
au centre des galaxies qui n’existe vations. Certains pensent que cela (3) V. Rubin et al., Astrophys. J., 238,
pas en réalité. Elles prédisent aussi pourrait être des baryons man- 471, 1980.
l’existence de milliers de galaxies quants, qu’on a encore du mal à (4) P. Tisserand et al., A & A, 469, 387, 2007.

42 • La Recherche | Octobre 2018 • N°540


2

À la poursuite de
la particule fantôme
Julien Masbou, université de Nantes, CNRS

La collaboration internationale Xenon dispose de l’expérience la plus sensible


au monde dédiée à la recherche des Wimp. Enterrée sous le massif italien
de Gran Sasso, Xenon1T vient de terminer une campagne de mesures
de 278 jours. Si celle-ci n’a toujours pas permis de détection, elle affine peu à peu
les contours de cette particule massive encore inconnue.

a m a t i è re n o i re la distribution des vitesses de cer- l’existence de cette matière noire,

L
semble résister aux taines de ses galaxies (lire p. 38). Sa notamment grâce à l’étude du fond
physiciennes et aux conclusion est implacable : la majo- diffus cosmologique, le rayonne-
physiciens. Des pro- rité de la masse de l’amas de Coma ment émis 380 000 ans après le Big
fondeurs des mon- n’est pas lumineuse. C’est pourquoi Bang. Ce rayonnement montre
tagnes italiennes au il l’appelle matière sombre. un Univers lisse et homogène, à
désert namibien, en passant par Même si, aujourd’hui, les méthodes de petites fluctuations près. Mais,
ASTROPHYSICIEN
le Cern, en Suisse, sa traque mobi- de mesure ont changé, les résultats aujourd’hui, 13 milliards d’années
DES PARTICULES
lise aujourd’hui une grande partie de Zwicky sont toujours valables. Il plus tard, l’Univers est devenu extrê-
Julien Masbou
de la communauté de la recherche est d’ailleurs saisissant de consta- est maître de
mement hétérogène, peuplé d’étoiles
en physique des particules, telle ter à quel point les méthodes de conférences. et de galaxies séparées par de grands
une gigantesque chasse au trésor. mesure de la masse des objets sont Chercheur au vides. Comment l’expliquer ?
Mais la découverte se fait attendre diverses – mesure cinématique, laboratoire Subatech
depuis trente ans. Pourquoi nous grâce à la rotation des galaxies, ou (CNRS, université de Une nouvelle physique
entêtons-nous à essayer d’observer mesure par effet de lentille gravita- Nantes et Institut La présence dans ce que l’on appelle
cette matière, par définition invi- tionnelle – et que les conclusions Mines-Télécom la « soupe primordiale », au moment
sible ? Tout simplement parce que les restent pourtant identiques : il y Atlantique), il traque du Big Bang, d’une particule incon-
arguments pour justifier sa présence aurait cinq fois plus de matière noire les particules de nue très massive, interagissant fai-
matière noire au sein
ne manquent pas ! L’idée a germé que de matière baryonique (c’est-à- blement avec la matière ordinaire,
de la collaboration
dans les années 1930 dans l’esprit de dire la matière normale). Outre ces permet de rendre compte simple-
Xenon.
l’astronome Fritz Zwicky, qui étudie mesures de masse, les observations ment de ces observations. Cette
alors l’amas de Coma en analysant cosmologiques appuient également particule doit avoir une masse éle-
vée pour attirer la matière et former
les premières graines des futures
Contexte Traquée sans relâche depuis plus de trente ans, galaxies. Elle doit aussi interagir fai-
la matière noire reste une énigme. Le principal candidat en ligne blement avec la matière ordinaire,
de mire est une particule de masse élevée, interagissant très fai- pour ne pas perturber l’équilibre
blement avec la matière : le Wimp. Partout dans le monde, des chimique qui s’établit dans l’Uni-
recherches sont en cours pour essayer de la découvrir. vers, en particulier la proportion
DR

d’éléments légers formés au

N°540 • Octobre 2018 | La Recherche • 43


dossier Matière noire

moment du Big Bang, que nous


mesurons avec beaucoup de préci- AURAIT-ON DÉJÀ DÉTECTÉ LA MATIÈRE NOIRE ?
sion. C’est pourquoi le modèle stan-
dard de la cosmologie, fondé sur la En mars dernier, les chercheurs de la colla- attendue. De plus, Dama ne diférencie pas les
relativité générale, inclut aujourd’hui boration Dama/Libra, au laboratoire national reculs électroniques et les reculs nucléaires.
la matière noire comme l’un de ses du Gran Sasso, en Italie, ont annoncé avoir L’origine de la fuctuation n’est donc pas iden-
principaux ingrédients. observé une oscillation saisonnière dans le tifée. En efet, nous baignons dans un envi-
À l’opposé de cet infiniment grand, le nombre de recul de noyaux mesurés dans leurs ronnement qui change de façon saisonnière :
modèle standard de la physique des cristaux d’iodure de sodium dopés au thallium. et si l’un de ces changements n’avait pas été
particules décrit l’infiniment petit. Il Ils attribuent cette variation à celle du fux de pris en compte dans la mesure ?
a permis, ces dernières années, d’ex- Wimp qui traverseraient la Terre (1) . De plus, aucun autre instrument n’est capable
pliquer les interactions entre parti- Ce n’est pas la première annonce de cette col- de reproduire ces observations, alors que leur
cules, mais également d’en prédire laboration. Cumulés, les vingt ans de résultats sensibilité est censée être bien meilleure… Afn
de nouvelles, découvertes ensuite de cette expérience sont plutôt convaincants. de lever le doute, il faut reproduire l’expérience
avec succès. En 2012, la mise en évi- Cependant, rien n’indique qu’il s’agisse de ma- de façon indépendante avec les mêmes cristaux.
dence du boson de Higgs fut ainsi tière noire. Même si la période de l’oscillation Cosine-100, en Corée du Sud, a déjà commen-
une réussite dans notre compré- (365 jours) et son maximum (début juin) sont cé à prendre des données et la collaboration
hension de l’Univers. en accord avec ce que produirait la matière Sabre développe deux expériences, l’une au
Cependant, son succès ne permet noire, la répartition des reculs des noyaux en Gran Sasso et l’autre en Australie.
pas de répondre à plusieurs ques- fonction de l’énergie n’est pas celle qui est (1) R. Bernabei et al., arxiv 1805.10486, 2018.
tions théoriques fondamentales.
Par exemple, la masse de l’électron
est de 511 keV/c2, alors que celle interactions principales – force élec- cherchent donc, depuis le début des
du quark top est de 170 GeV/c2. tromagnétique, force nucléaire forte années 1980, des signes de son exis-
Pourquoi la nature a-t-elle besoin et force nucléaire faible. Leur exis- tence sous forme de Wimp.
de particules aux masses si diffé- tence réglerait de nombreux pro- Deux approches très différentes
rentes ? Ou bien, pourquoi la force blèmes d’un coup : ces trois forces sont employées : la détection directe
de gravitation est 1032 fois moins seraient unifiées en une seule – une entend mesurer le passage de l’une
intense que la force faible, respon- grande unification dont rêve la phy- de ces particules inconnues au sein
sique moderne – et, en plus, la plus d’un instrument en laboratoire, alors
légère de ces nouvelles particules que la détection indirecte essaie de
Chaque seconde, 1 milliard pourrait être le constituant de la récolter des traces « de seconde
de Wimp traverseraient matière noire, car elle est supposée main », qui signaleraient l’exis-
être neutre, stable et interagir faible- tence de la matière noire sans pour
une surface de 1 m2 sur Terre ment avec les particules du modèle autant attraper la particule en ques-
standard. Ce type de candidates est tion dans ses filets. De telles traces
sable de la radioactivité unique- plus généralement dénomméWimp, seraient produites, par exemple,
ment ressentie à courte distance ? pour Weakly Interacting Massive Par- lors de la collision et l’annihilation
Pour expliquer ces observations, ticle (particule massive interagis- de particules de matière noire entre
nous aurions besoin d’ajuster arbi- sant faiblement). elles. Ces événements cosmiques
trairement certains paramètres créeraient des particules de matière
du modèle standard. Une alter- Approche indirecte normale – des électrons, des pro-
native plus convaincante est de Tout semble donc indiquer la pré- tons… –, mais aussi des antipar-
se tourner vers les extensions du sence de particules de matière noire ticules – leurs jumelles avec une
modèle standard, construites pour dans l’Univers. D’autres solutions charge électrique de signe opposé.
répondre à ces problématiques : on sont toutefois étudiées, comme De telles particules nous arrivent
parle alors de nouvelle physique. une modification de la théorie de la en permanence de l’espace ; elles
En particulier, des modèles dits gravitation mais, à elle seule, celle-ci peuvent aussi résulter de proces-
supersymétriques imaginent des aurait du mal à tout expliquer aussi sus connus, comme l’interaction
superparticules qui interagiraient simplement (lire p. 50). Pour détec- des rayons cosmiques (*) avec leur
de la même façon que les particules ter la matière noire, la majorité des environnement. Les scientifiques
du modèle standard, à partir des trois physiciennes et des physiciens cherchent donc à détecter un

44 • La Recherche | Octobre 2018 • N°540


excès de ces particules dans le bruit dès lors plus grand que ce que l’on sa détection : un univers contrôlé où
de fond causé par ces processus imaginait, de sorte que les annonces les phénomènes observés sont plus
connus. De ce point de vue, les phé- de plusieurs excès détectés ont été facilement identifiés.
nomènes astrophysiques à l’origine invalidées. Toutefois, l’excès récem- La détection directe est la seule qui
de l’antimatière constituent des ment observé par le télescope amé- présente l’avantage d’étudier en
candidats de choix. Et pour cause : ricano-mexicain Hawc, sensible au (*) Les
rayons laboratoire la particule de matière
cosmiques sont
ils sont peu nombreux. Si un excès rayonnement gamma, ne semble des particules chargées noire qui remplirait réellement l’Uni-
notable d’antimatière est détecté, pas explicable par les seuls pul- (noyaux d’atomes, protons, vers. D’après la vitesse de rotation
la matière noire pourrait donc plus sars (1) . S’agirait-il du premier signe antiparticules…) produites des gaz et des étoiles, notre Galaxie,
facilement être suspectée. L’expé- indirect de la matière noire ? Le débat dans l’espace, qui circulent laVoie lactée, baignerait en effet dans
rience AMS-02, installée dans la Sta- parmi les astronomes est âpre. dans le milieu interstellaire un halo de matière noire. Le Système
et parviennent
tion spatiale internationale en 2011, Par rapport à l’approche indi- jusqu’à la Terre. solaire le traverserait à une vitesse de
traque ces excès d’antimatière, tan- recte, l’avantage de l’approche 220 km/s, notre vitesse autour du
(*) Les
rayons
dis que le satellite Fermi ou le réseau directe réside dans le fait que nous centre de la Galaxie. Par définition,
gamma sont
de télescopes au sol Hess, dans le contrôlons mieux, en laboratoire, constitués de photons un Wimp est une particule difficile
désert namibien, guettent d’autres toute la chaîne de détection. Le très énergétiques. à saisir, mais nous estimons que,
excès dans les rayons gamma (*) . principe consiste à tenter d’obser- chaque seconde, environ 1 milliard
Les travaux de ces dernières années ver la collision entre un Wimp et de Wimp traverseraient une surface
ont montré que la contribution des le noyau d’un atome. Ce signal est de 1 m2 sur Terre ! À cela s’ajoute la
pulsars était supérieure aux estima- très ténu. Par conséquent, c’est à la vitesse de rotation de 30 km/s de la
tions précédemment effectuées. Le physique nucléaire qu’il revient de Terre autour du Soleil, engendrant
fond astrophysique qui en résulte est créer un environnement propice à une variation annuelle du flux
XENON

Le cœur du détecteur de Wimp nommé Xenon 1T, ici assemblé en salle blanche, contient 2 tonnes de xénon ultrapur à - 100 °C.

N°540 • Octobre 2018 | La Recherche • 45


dossier Matière noire

de l’ordre de 10 %. C’est préci- différents. Cette expérience, qui se énergétiques qui peuvent elles
sément une telle variation annuelle déroule depuis bientôt vingt ans aussi entrer en collision avec les
que la collaboration Dama/Libra, au au sein du laboratoire national atomes de xénon. Imaginons un
laboratoire national de Gran Sasso, du Gran Sasso, en Italie, utilise du adulte de 70 kg en bonne santé,
en Italie, prétend avoir détectée. L’in- xénon liquide. Après deux généra- mangeant régulièrement des fruits
terprétation de son résultat reste tions d’instruments, l’expérience et des légumes. Ceux-ci contiennent
cependant controversée (lire p. 44). actuelle, Xenon 1T, utilise 2 tonnes Gran naturellement des éléments radioac-
Sasso
De nombreuses équipes tentent de xénon. Il est le premier détec- tifs, tel le potassium 40. Cette per-
depuis plus de trente ans de débus- teur double phase (liquide-gaz) 1 400 m sonne émet alors 8 000 particules par
quer les Wimp. Parmi les expé- au xénon au monde dépassant la seconde. Un tel flux serait bien trop
riences actuelles se trouvent LUX tonne. Le xénon est un noyau lourd Laboratoire important dans le détecteur, créant
(États-Unis), PandaX (Chine) ou qui a l’avantage d’être peu radioactif des collisions parasites, alors que
Deap (Canada), pour n’en citer que à l’état naturel. Plus un élément est Le laboratoire nous nous attendons aujourd’hui
quelques-unes. Le détecteur de lourd, plus il offre des cibles poten- national du Gran Sasso à ce que la matière noire produise
recherche directe de matière noire tielles pour entrer en collision avec est protégé des environ une interaction – seu-
le plus sensible au monde à la colli- la matière noire : un noyau de xénon rayons cosmiques par lement ! – par an et par tonne de
sion entre un nucléon (*) et unWimp possède en moyenne 131 nucléons. 1 400 m de roche, matière exposée. Ainsi, dans ce type
sous le massif italien
est mis en œuvre aujourd’hui par la La radioactivité représente un pro- d’expérience, il est primordial de se
du même nom.
collaboration internationale Xenon. blème majeur dans toutes ces protéger du « bruit de fond », c’est-à-
Elle regroupe 165 scientifiques, expériences, car la désintégration dire de tous les événements ne résul-
venant de 27 institutions de 11 pays radioactive émet des particules tant pas de notre sujet d’étude.

Fig. 1 Xenon 1T, chercheur de Wimp


Xenon 1T Scénario d’une détection
Photomultiplicateurs

Xénon gazeux
Champs
électriques

GRAN SASSO NATIONAL LABORATORY - INFN - INFOGRAPHIES : BRUNO BOURGEOIS


Xénon liquide

e- e-
Particule -
e- e

Lorsqu’une particule traverse le détecteur, elle peut


rentrer en collision avec un atome de xénon, produisant
À 1 400 m de profondeur, une cuve de 10 m de haut un signal lumineux. Des champs électriques entraînent
et remplie de 700 t d’eau protège le détecteur de Wimp les électrons à proximité vers le xénon gazeux, où
Xenon 1T de la radioactivité extérieure. Le détecteur, ils créent un second signal lumineux. Ces deux signaux
au centre, est formé d’un double cryostat contenant captés par les photomultiplicateurs permettent
2 t de xénon ultrapur maintenu à - 100 °C. d’identifer la particule, ainsi que son lieu de collision.

46 • La Recherche | Octobre 2018 • N°540


Ce bruit de fond peut provenir
de trois sources. D’abord, il y a la
radioactivité ambiante, dont nous
nous protégeons à l’aide d’un
blindage, en plomb par exemple. Au
vu de sa taille, la collaboration Xenon
a préféré insérer son détecteur au
centre d’un grand réservoir d’eau
ultra-pure (10 m de haut pour 10 m
de diamètre), qui arrête une grande
partie de la radioactivité. Ensuite,
le détecteur lui-même est fait de
matière qui peut être radioactive. Les
matériaux sont donc précieusement
sélectionnés pour limiter et quanti-
fier cette radioactivité additionnelle.

S’affranchir du bruit
Enfin, les rayons cosmiques, fruits de
l’activité très énergétique du Soleil,
des supernovae ou des noyaux En Namibie, dans le désert, le réseau de cinq télescopes Hess guette des excès de rayons gamma,
actifs de galaxies, par exemple, ce qui pourrait faire suspecter la présence de matière noire.
accélèrent par eux-mêmes des par-
ticules qui bombardent régulière- nous permet de calculer la sensibi- des particules radioactives, qui ont
ment la Terre (20 particules/m2/s). lité attendue du détecteur lors des du mal à parcourir plus de quelques
Afin de s’en prémunir, la collabo- mesures. Malgré cela, la particule (*) Un nucléon est centimètres dans la matière et se
ration Xenon s’est installée sous le de matière noire, elle, ne devrait le constituant d’un noyau concentrent autour des parois du
massif du Gran Sasso, protégé par avoir aucun problème pour traver- atomique, c’est-à-dire détecteur. Pour relever le défi de la
un proton ou un neutron.
1 400 m de roche, réduisant le flux ser la montagne jusqu’au détecteur, Constitué de trois quarks, détection des particules de matière
de particules perturbatrices d’un puisqu’elle est supposée n’interagir il fait donc partie de noire, nous disposons donc d’une
facteur 1 million. Cet ensemble de que faiblement avec la matière. La la famille des baryons. expérience avec une cible de noyaux
couches est comme un millefeuille collision peut donc se produire par- massifs – le xénon –, de grande taille
de protections, dont la conception tout dans l’instrument, au contraire – pour augmenter la possibilité de
collision –, et suffisamment stable
– pour recueillir des données durant
ET SI ON PASSAIT À L’AXION une année entière. De surcroît, notre
dispositif expérimental permet de
L’axion est la principale particule concurrente mesurer la position de l’interaction
des Wimp pour constituer la matière noire. Ima- dans les trois dimensions de l’espace.
giné à la fn des années 1970 pour résoudre Et, point crucial, nous pouvons dis-
un problème lié à l’interaction forte (l’une des tinguer si l’interaction se fait avec le
CHRISTIAN FOEHR - 2013 UNIVERSITY OF WASHINGTON

quatre forces fondamentales), l’axion pourrait noyau de l’atome xénon (comme le


être un million de fois plus léger que le Wimp. Il ferait un Wimp) ou avec les électrons
devrait alors être présent en plus grande quan- de cet atome (comme le ferait un
tité dans l’Univers. Bien que les plages de va- photon parasite). Tout est en place
leurs possibles pour sa masse et sa probabilité pour réussir à capter l’excès de signal
d’interaction avec la matière soient grandes, provoqué par un Wimp par rapport
des expériences espèrent le détecter, comme au bruit de fond (Fig. 1) .
ADMX à l’université de Washington, qui vient Comment se déroule une détec-
d’atteindre une sensibilité sufsante pour tester L’expérience ADMX, à l’université de tion dans le cœur de l’expérience ?
les modèles les plus vraisemblables d’axions. Washington, teste des modèles d’axions. Lorsqu’une particule interagit
dans le détecteur, le choc

N°540 • Octobre 2018 | La Recherche • 47


dossier Matière noire

l’analyse, avec le bruit de fond le plus


faible jamais atteint pour une expé-
Fig. 2 Des expériences de plus en plus sensibles
rience de matière noire, ne montre
pas d’excès de particules. Les don-
10-39
nées observées sont donc compa-
10-40 tibles avec le bruit de fond radioac-
Dama Zone exclue
Intensité de l’interaction Wimp-nucléon (cm²)

tif attendu (2) . Nous n’avons toujours


pour les Wimp
10-41 pas découvert de matière noire.
Malgré cela, ce résultat est majeur
10-42 (2008)
Xenon 10 pour les physiciennes et les physi-
10-43
ciens des particules puisqu’il permet
de mettre des limites sur la masse du
)
0 (2016
10-44 Xenon 10 Wimp et sur sa section efficace, c’est-
à-dire la probabilité de son interac-
10-45 tion avec la matière ordinaire (Fig. 2) .
(2018)
10-46 Xenon 1T Ces paramètres, combinés à d’autres
Modèles
tentatives de détection directe, indi-
10-47 supersymétriques recte ou de production de matière
Zone possible noire au LHC, ont mis à mal une par-
utrinos
pour les Wimp
xée par les ne
10-48 Limite fi tie de la plus simple de ces théories,
le modèle supersymétrique mini-
10-49
mal. Mais d’autres modèles restent
10 100 1 000 tout à fait possibles.
Masse possible pour un Wimp (GeV/c²)
La voie est ainsi ouverte et les futures
L’absence de détection directe de matière restreint les combinaisons possibles expériences sont déjà sur les rails.
pour la masse des Wimp et l’intensité de leur interaction avec la matière ordinaire. Le xénon liquide y reste l’ingré-
Quelques modèles supersymétriques sont exclus, mais une majorité est encore possible. dient principal pour la recherche du
À terme, le « bruit » des neutrinos solaires, difcile à éliminer, rendra ce type d’expériences
plus ardues. Le signal positif de l’expérience Dama (zones en violet) reste inexpliqué. Wimp. Afin d’être encore plus sen-
sible, Xenon 1T va s’agrandir pour
former Xenon nT, avec 7 tonnes de
produit un recul d’un noyau par la forme de l’empreinte lumi- xénon ; sa version américaine, LZ,
de xénon (ou des électrons). Deux neuse que laisse ce second signal est également en construction avec
signaux distincts sont alors créés. sur les photomultiplicateurs. L’écart 10 tonnes annoncées. La Chine pré-
Un premier signal de scintillation de temps entre l’émission des deux pare aussi PandaX-xT, avec 6 tonnes
est émis quelques nanosecondes signaux et la vitesse de propagation de xénon. L’évolution de la technolo-
après l’interaction. Ces photons des électrons permet de retrouver la gie est telle que l’on gagne un ordre
émis dans l’ultraviolet sont détec- position le long de l’axe vertical. Les de grandeur en sensibilité tous les
tés par des photomultiplicateurs résolutions atteintes dans les trois trois ans. Le futur Darwin (com-
qui tapissent le sommet et le fond dimensions sont meilleures que posé de 40 tonnes) est ainsi déjà en
de la chambre. Au même moment, 1 cm. De plus, le rapport entre les discussion et les premiers tests sont
des électrons, perturbés par la col- intensités du second et du premier en cours d’étude.
lision, se déplacent à partir du signal de scintillation sera plus grand La traque du Wimp n’est pas près
point d’interaction le long d’un fort pour les reculs électroniques que de prendre fin ! Sa découverte per-
champ électrique vertical (80 V/cm) pour les reculs nucléaires, ce qui per- mettrait de dresser un panorama
appliqué dans tout l’instrument. En met de mieux cerner la nature de la complet et cohérent du fonction-
INFOGRAPHIE : BRUNO BOURGEOIS

arrivant au sommet, les électrons particule qui a traversé le détecteur. nement de l’Univers. Toutefois, s’il
English
passent dans le xénon gazeux à l’aide version restait introuvable, un nouveau défi
d’un champ électrique plus intense La traque continue s’offrirait alors aux chercheurs pour
(10 kV/cm). Ils sont alors réaccélérés La dernière campagne de mesure de Cet article est repenser et théoriser à nouveau
et créent un second signal de scintil- Xenon 1T a duré 278 jours, répartis disponible notre compréhension de l’Univers. n
lation. On déduit la position de l’inte- sur 16 mois entre novembre 2016 en anglais sur (1) A. U. Abeysekara et al., Science, 358, 911, 2017.
raction dans le plan perpendiculaire et février 2018. Les résultats de researchinfrance.com (2) E. Aprile et al., arXiv:1805.12562, 2018.

48 • La Recherche | Octobre 2018 • N°540


« Notre approche intermédiaire : la matière
noire se comporterait comme un superfluide »
Face au problème de la matière Au premier abord, que la superfuidité – un phé-
noire, deux points de vue s’op- nomène essentiellement de laboratoire – puisse
posent. L’un considère que la exister à grande échelle dans l’Univers surprend.
matière noire est constituée de Deux conditions sont nécessaires pour qu’elle
particules comme les Wimp (Weakly Interacting apparaisse : des températures assez basses et une
Massive Particles) qui n’interagissent quasiment forte densité de particules. Dans notre modèle, ces
pas avec la matière ordinaire. L’autre afrme que conditions sont respectées à l’échelle de chaque
ces nouvelles particules sont inutiles et qu’il faut galaxie : la matière noire se condenserait en un
modifer la loi de gravitation. Les partisans de superfuide. Au contraire, dans les amas de galaxies,
cette deuxième approche ont découvert qu’une la température des particules est plus élevée, car
formule empirique de gravité, modifée par rap- elles se déplacent plus vite sous l’efet de la gravité
port à celle de Newton, décrit mieux les courbes plus importante : la condensation n’est pas pos-
JUSTIN KHOURY, physicien, de rotation du gaz et des étoiles observées dans sible. Dans ce cas, les forces supplémentaires ne
est professeur à l’université les galaxies que l’approche qui suppose l’exis- peuvent pas apparaître. Cela expliquerait pourquoi
de Pennsylvanie, aux tence de matière noire. Mais cette formule ne la formule de gravité modifée fonctionne pour
États-Unis. Le sujet de fonctionne plus à l’échelle des amas de galaxies. les galaxies, mais pas pour les amas. De même,
ses recherches se trouve Avec mes collègues, nous avons donc développé la superfuidité peut être détruite localement, par
à l’interface entre une approche intermédiaire : les particules de ma- exemple dans le Système solaire à cause de la
la physique des particules tière noire créeraient elles-mêmes une force qui présence du Soleil, ce qui est en adéquation avec
et la cosmologie. s’ajouterait à la force de gravité de Newton dans nos observations qui valident la loi habituelle de
les galaxies, le résultat de cette somme étant la la gravité dans le Système solaire.
formule de gravité modifée. Quelles sont donc ces particules de matière noire
Due aux particules de matière noire, cette force qui pourrait former un condensat superfuide ? Nous
ne serait pas une interaction fondamentale de n’avons pour l’heure pas de candidates précises.
l’Univers, à l’instar de la gravité. Il s’agirait d’une Leur masse serait des milliards de fois inférieure
force émergente causée par une propriété spéciale : à la masse d’un proton. Ce ne serait donc pas un
la matière noire pourrait se comporter comme un Wimp, lequel est 100 fois plus lourd qu’un proton,
superfuide (1) . La superfuidité est un phénomène mais il pourrait s’agir d’un axion. En laboratoire,
que nous connaissons déjà en laboratoire, avec les physiciens savent réaliser des condensats de
l’hélium liquide par exemple. À très basse tempé- Bose-Einstein avec des atomes refroidis. L’idéal
rature (3 degrés au-dessus du zéro absolu), il ne se serait de pouvoir étudier un système qui aurait
solidife pas, au contraire de liquides normaux. Il exactement les mêmes propriétés que la matière
subit un changement d’état particulier et devient noire superfuide dont nous supposons l’existence.
superfuide : il s’écoule sans frottement (viscosité). Le type de superfuide qui a les propriétés les
Ce changement d’état est de nature quantique. plus proches de celles qui nous intéressent est
Ce qui signife qu’on ne peut pas décrire le com- baptisé « gaz de Fermi unitaire ».
portement d’un superfuide comme la somme Il faudrait aussi pouvoir trancher entre notre mo-
du comportement de toutes les molécules qui dèle et un autre, par exemple à base de Wimp. Un
le composent. Celles-ci se conduisent de façon indice indirect pourrait être obtenu en analysant
cohérente, comme si elles ne constituaient qu’un la fréquence des fusions de galaxies dans l’Uni-
seul et même système, appelé « condensat de vers. Si la matière noire est superfuide, la fusion
Bose-Einstein ». est plus difcile, et on devrait statistiquement en
Dans ces condensats superfuides peuvent se dé- observer moins que si la matière noire existe sous
velopper des excitations, à la manière d’ondes forme de Wimp. Nous élaborons des simulations
acoustiques, capables d’exercer une force à dis- numériques pour quantifer cet efet. L’idéal, encore
tance. Dans notre modèle, ces forces sont celles inaccessible, serait de trouver le bon candidat en
qu’il faut ajouter à la gravité au niveau des ga- laboratoire et de mener des expériences de fusions
laxies pour reproduire des courbes de rotation de galaxies avec des atomes froids. »
observées dans les galaxies. (1) L. Berezhiani et al., arxiv.org/abs/1711.05748, 2017.
DR

N°540 • Octobre 2018 | La Recherche • 49


dossier Matière noire

Et s’il fallait modifier


les lois de la gravité ?
La théorie Mond tente de décrire les galaxies sans recours
à l’hypothèse de la matière noire. Capable de donner des prédictions
exactes, comme pour les galaxies peu lumineuses, elle possède aussi
des points faibles. Le plus gros ? Son incapacité à expliquer les observations
de la plus ancienne lumière de l’Univers, le fond diffus cosmologique.

istoriquement, contiennent de la matière invisible, Depuis les années 1980, le théori-

H
l’hypothèse de la matière noire, souligne Benoit cien israélien Mordehai Milgrom, de
la matière noire Famaey, de l’Observatoire astrono- l’InstitutWeizmann, près de Tel-Aviv,
repose sur l’ob- mique de Strasbourg. C’est pour cela, propose d’explorer l’autre manière
servation de la en plus de certains arguments cosmo- d’expliquer la vitesse asympto-
vitesse de rota- logiques, que celle-ci a rapidement tique des gaz galactiques : redéfinir
tion du gaz interstellaire quand on fait consensus chez les scientifiques. ce qu’est l’attraction gravitation-
s’éloigne du centre d’une galaxie. Mais des exemples passés ont montré nelle, ou plus exactement la dyna-
À très grande distance, on constate que la solution la plus simple n’est pas (*) L’énergie noire mique de cette attraction, c’est-à-
un palier, une vitesse asymptotique. toujours la meilleure. » Ainsi, après est une forme d’énergie dire la manière dont elle est reliée à
C’est ce qu’avait montré, dans sa avoir prévu avec succès, en 1846, hypothétique qui remplirait l’accélération des corps. Une théo-
tout l’Univers et qui se
thèse en 1978, l’astronome néer- l’existence de Neptune à partir des comporterait comme une rie baptisée Mond (de l’acronyme
landais Albert Bosma, aujourd’hui irrégularités de l’orbite d’Uranus, force gravitationnelle anglais Modified Newtonian Dyna-
au laboratoire d’astrophysique de Urbain Le Verrier avait prédit la pré- répulsive. Cette hypothèse mics) tente de décrire les galaxies
Marseille. Cette observation contre- sence d’une planète – Vulcain –, permet d’expliquer sans recours à l’hypothèse de la
dit la dynamique de Newton, selon située entre le Soleil et Mercure, pour l’accélération de l’expansion matière noire (1) . « Quand l’accélé-
de l’Univers qui est
laquelle la vitesse de rotation doit expliquer les perturbations d’orbite constatée dans les ration gravitationnelle est grande,
atteindre un pic, puis diminuer de cette dernière. Un choix de sim- observations cosmologiques. par exemple à l’échelle d’un système
quand on s’éloigne du centre galac- plicité erroné : Albert Einstein mon- planétaire ou du centre d’une galaxie,
tique, où l’essentiel de la matière est trera, cinquante ans plus tard avec la la gravité newtonienne fonctionne
concentré (lire l’entretien p. 38). relativité générale, que ces perturba- bien, détaille Mordehai Milgrom.
« Comme ce qu’on observe est un tions sont un effet du fort champ gra- Mais quand l’accélération est infé-
phénomène qui dépend à la fois vitationnel du Soleil. rieure à une certaine constante a0,
d’une masse et de l’attraction gravi- notamment à la périphérie des
tationnelle, explique Albert Bosma, galaxies, Mond décrit mieux les
cette différence avec la dynamique
Contexte En dépit de décennies d’efforts, observations. (Fig. 1) »
newtonienne peut s’expliquer de aucune expérience n’a démontré l’existence de la ma- Cette idée connaît un regain d’in-
deux manières : soit parce que la gra- tière noire. Quelques scientifiques, dont le physicien térêt, car toutes les tentatives de
vitation est mal décrite, soit parce israélien Mordehai Milgrom ou l’astronome américain découvrir la preuve de l’existence
qu’on a omis une grande quantité Stacy McGaugh, préconisent donc d’abandonner cette de la matière noire – une particule
de matière. » « À l’époque, il a sem- hypothèse, et de redéfinir la dynamique de la gravitation. massive (Wimp) ou légère (axion),
blé plus simple de modifier la masse Un changement radical baptisé Mond. qui toutes deux sortent du cadre
des galaxies, en postulant qu’elles du modèle standard de la physique

50 • La Recherche | Octobre 2018 • N°540


des particules – ont échoué (lire constante cosmologique, le terme
p. 43). « Quand Mordehai Milgrom de l’équation de la relativité géné-
a introduit Mond, il n’y avait que des rale qui est à l’origine de l’énergie
indications sur les corrélations entre noire (*) et de l’accélération de l’ex-
la vitesse asymptotique des gaz et pansion de l’Univers. Mais cette res-
la luminosité des galaxies, ce qu’on semblance numérique reste for-
appelle la relation de Tully-Fisher », tuite, faute d’explication.
explique Benoit Famaey. Les obser-
vations, amorcées par les astro- Galaxies « légères »
nomes Brent Tully et Richard Fisher, La première prédiction exacte de
montrent une corrélation entre la Mond porte sur les galaxies peu
masse visible d’une galaxie et la lumineuses. Selon l’hypothèse de
vitesse asymptotique (2) . Ce fait matière noire, dans les galaxies à
est troublant : connaître la masse faible brillance de surface, qui pos-
visible donne une excellente idée de sèdent une faible densité surfacique
la vitesse asymptotique et vice versa. de matière – la masse divisée par le
Or, dans l’hypothèse de matière carré du rayon – et qui connaissent
noire, la vitesse asymptotique est donc une accélération gravitation-
déterminée par la matière noire, qui nelle très faible partout, alors la
ne devrait avoir que très peu de liens matière noire serait le mécanisme
avec la masse visible. dominant jusqu’au centre de ces
galaxies. « Stacy McGaugh, à l’uni-
versité du Maryland, a montré au
Mond permet milieu des années 1990 que de telles
de distinguer galaxies existent, mais a constaté que
leur dynamique correspond parfaite-
deux échelles, ment aux prédictions de Mond (3) »,
souligne Benoit Famaey. Dans ces
dont la nôtre galaxies « légères », la relation de
Tully-Fisher reste valable, si on consi-
« Mordehai Milgrom estimait que la dère la corrélation entre la masse
COURTESY OF THE THINGS SURVEY TEAM - NASA/ESA - ESO - COURTESY OF THE THINGS SURVEY TEAM

relation de Tully-Fisher était la consé- visible, baryonique, et la vitesse


quence d’un mécanisme plus fonda- asymptotique du gaz galactique.
mental lié à la masse des galaxies, « Au départ, j’adhérais, comme
reprend Benoit Famaey. C’est en beaucoup de gens, à l’idée de matière
cherchant à l’établir que la constante noire en raison du grand nombre
a0 est apparue. » Mond est donc une d’indices de son existence, raconte
manière de distinguer deux échelles Stacy McGaugh. J’ai commencé à
– dont la nôtre, par exemple, puisque étudier des galaxies de même masse
nous subissons une attraction gravi- et de rayons différents, en me disant
tationnelle d’environ 10 mètres par que les galaxies les moins denses ne
seconde carrée, environ 1011 fois pourraient pas vérifier la relation
plus grande que celle qui agit sur de Tully-Fisher dans le cadre de l’hy-
les gaz éloignés d’une galaxie ! « On pothèse de matière noire. Et, pour-
peut faire le parallèle avec la phy- tant, cette corrélation reste valable :
sique quantique, dont les effets sont seule la masse importe, pas le rayon.
visibles ou pas suivant que les objets J’ai passé de longs mois à essayer de
considérés sont plus grands ou plus comprendre pourquoi, sans y parve-
petits qu’une taille limite », indique nir, jusqu’à ce que j’assiste à un sémi-
Mordehai Milgrom. Fait intrigant, La corrélation entre la luminosité d’une galaxie et la vitesse naire de Mordehai Milgrom. Et j’ai
la valeur de la constante a0 est très asymptotique du gaz galactique est observable dans toutes les constaté que ses prédictions étaient
proche de la racine carrée de la galaxies, quel que soit leur type. confirmées par mes données. »

N°540 • Octobre 2018 | La Recherche • 51


dossier Matière noire

Depuis, Stacy McGaugh est l’un


des soutiens les plus prolifiques de
Fig. 1 La loi de Newton modifiée
la modification de la dynamique
newtonienne, qui a multiplié les pré- La théorie Mond distingue deux régimes de gravitation : la relation entre la force
dictions réussies. « Considérer l’hy- de gravité F subie par un corps de masse m et son accélération a change selon que
pothèse de la matière noire comme l’accélération est plus grande ou plus petite qu’une constante a0 = 1,2  10-10 m/s2
acquise, c’est accepter de faire de la
physique sans cadre ni contraintes ; F=ma
n Accélération forte
reconnaître aussi qu’on peut changer
n Identique à la loi de Newton
les paramètres à notre guise, pour les n Région centrale des galaxies
adapter à nos besoins. Cela ne corres-
pond pas à l’idée philosophique que
je me fais d’une théorie scientifique.
Pour être validée, celle-ci doit subir
toute une série de tests critiques, faire a2
F=ma
des prédictions qui sont vérifiées. Or 0
l’hypothèse de la matière noire n’a n Accélération faible
n Loi modifiée
jamais prédit quoi que ce soit ! » n Région extérieure des galaxies

Des points faibles


Si Mond décrit si précisément ce qui montre l’Univers tel qu’il était pas prendre ce résultat pour une évi-
qui se passe dans les galaxies, com- 380 000 ans après le Big Bang. On y dence tant qu’on n’aura pas pesé la
ment expliquer que la théorie ne décèle un rayonnement uniforme même quantité de matière noire avec
soit admise que par une poignée de parsemé de multiples fluctuations, une autre méthode. »
scientifiques ? D’abord parce qu’elle des granulations qui sont la source Pourtant, l’hypothèse de la matière
ne parvient pas à expliquer les obser- des structures (galaxies, amas de noire laisse de nombreuses ques-
vations faites à une échelle plus galaxies…) qui se sont formées par tions sans réponse, comme le sou-
grande, celle des amas galactiques, la suite. « Ce qu’on observe ne peut ligne Albert Bosma. « Je suis obser-
où il n’y a pas assez de matière visible pas s’expliquer, aujourd’hui, par un vateur, je n’ai donc pas d’a priori sur
dans le cadre de Mond. « Ce n’est pas modèle d’Univers qui ne comporterait la théorie. Le modèle standard de
forcément rédhibitoire, admet Benoit que de la matière visible (baryons) la cosmologie, associant la matière
Famaey, car on peut imaginer qu’une et des photons, comme le suggère noire et l’énergie noire, fonctionne
partie de la matière visible nous bien sur les simulations cosmolo-
échappe encore, par exemple sous
forme de nuages d’hydrogène molé-
Le débat ne sera pas giques à grande échelle et offre un
excellent accord avec les observa-
culaire froid, très difficiles à détecter. tranché sans une véritable tions du fond diffus cosmologique.
Il n’est pas déraisonnable de penser Mais il est vrai que la matière noire
que l’on pourrait un jour en trouver rupture théorique pose des problèmes qui tracassent
au moins une partie. En revanche, les théoriciens. Par exemple, elle
Mond en tant que tel ne peut rien dire Mond, souligne Benoit Famaey. En conduit à prédire que les grandes
à l’échelle cosmologique, n’étant pas revanche, le fond diffus cosmologique galaxies ont beaucoup de galaxies
relativiste à la base, et, à cette échelle, correspond bien à un modèle asso- satellites, parfois des milliers. Pour-
les extensions relativistes de Mond ciant d’un côté de la matière baryo- tant, nous n’en avons trouvé qu’une
semblent toutes nécessiter… de la nique et des photons, et de l’autre de la cinquantaine pour laVoie lactée. Cela
manière non ordinaire. » matière noire découplée de la matière doit s’expliquer au travers de la théo-
Le gros point faible du paradigme visible et des photons. » Une expli- rie sur la formation des galaxies, ce
INFOGRAPHIE : MURIEL SEISSER

proposé par Mordehai Milgrom cation qui ne convainc pas Stacy qui n’est pas encore clair. » De plus, le
est en effet son incapacité à expli- McGaugh : « Le modèle de la matière comportement de la matière noire
quer les observations du fond dif- noire fonctionne bien à l’échelle reste très énigmatique : découplée
fus cosmologique, dont on possède cosmologique, parce qu’on a adapté de la matière visible dans l’Univers
depuis 2009 une carte très détaillée la quantité de matière noire pour que primordial que nous montre le fond
grâce au satellite Planck. Une image cela se passe ainsi. Mais on ne pourra diffus cosmologique, la matière noire

52 • La Recherche | Octobre 2018 • N°540


semble interagir d’une manière ou la seconde série de données, qui propose que la modification des lois
d’une autre dans certaines galaxies, porte sur 22 mois d’observations, a newtoniennes de Milgrom soit issue
notamment celles à faible bril- été livrée cette année, la prochaine, de sa description thermodynamique
lance de surface. « On peut utiliser prévue en 2020, portera sur 34 mois de l’origine de la gravitation (4) . Il ne
la métaphore de la conspiration, et la dernière, deux ans plus tard, sur résout encore aucun des problèmes
sourit Benoit Famaey. Tout se passe les cinq années de la mission. soulevés par Mond aux échelles cos-
comme si les deux formes de matière Pour Benoit Famaey, le débat ne mologiques, mais c’est une piste qui
se parlaient dans notre dos pour s’or- sera pas tranché sans une véritable mérite d’être approfondie. » Pour Erik
ganiser d’une manière qui colle avec rupture théorique, à moins bien sûr Verlinde, la gravitation est la consé-
nos observations ! » C’est bien ce qui
tracasse Mordehai Milgrom et le
qu’une particule de matière noire ne
soit découverte ! « Il y a par exemple
2020 quence d’une augmentation de l’en-
tropie, c’est-à-dire du désordre de la
conduit à persévérer dans sa voie : des idées intéressantes chez le théo- matière. « Quand on applique son
« Les galaxies qu’on observe ont une ricien néerlandais Erik Verlinde. Il modèle à la surface de l’Univers tout
histoire très complexe, aléatoire et À CETTE DATE, entier, à l’horizon cosmologique, il fait
diverse, faite de collisions, de fusions, la troisième livraison apparaître un paramètre égal à la
de cannibalisme, d’éjection de de données du racine carrée de la constante cosmo-
matière par les explosions de super- satellite européen logique », constate Benoit Famaey.
novae… Par quel hasard la matière Gaia permettra Autrement dit, à peu de chose près,
noire se répartirait-elle toujours de la aux astronomes à la constante née dans les travaux
bonne manière, pour qu’on observe d’en apprendre de Mordehai Milgrom ! Reste qu’au-
toujours la même relation entre les beaucoup sur la Voie jourd’hui, Erik Verlinde a pu déduire
vitesses [asymptotiques des gaz] et lactée. Et peut-être la gravitation newtonienne de ses
la quantité de matière visible ? » d’éclairer le débat calculs, mais pas la relativité géné-
Pour Albert Bosma, « les futures sur la matière noire. rale qui, pourtant, a passé avec suc-
livraisons de données du satellite cès tous les tests critiques qui lui ont
européen Gaia, qui mesure le mou- été infligés. n Denis Delbecq
vement des étoiles avec précision,
(1) M. Milgrom, Astrophys. J., 270, 365, 1983.
devraient nous en apprendre beau- (2) F. Lelli et al., Astrophys. J. Lett.,
coup plus sur la dynamique de la 816, L14, 2016.
Voie lactée » et peut-être éclairer le (3) S. S. McGaugh et al., Astrophys. J.,
débat entre les tenants de Mond et L’Israélien Mordehai Milgrom 499, 41, 1998.
ceux de la matière noire. Alors que a proposé la théorie Mond. (4) E. Verlinde, SciPost Phys., 2, 016, 2017.

Pour en savoir plus


La Recherche a publié « Quelles particules pour la n Françoise Combes, de nombreuses expériences n tinyurl.com/superfluide
n D. Delbecq, « Une galaxie matière noire ? », La Recherche La Matière noire, clé de de détection directe. Un article de vulgarisation
épaissit le mystère de la matière n° 444, septembre 2010, p. 46. l’Univers ?, Vuibert, 2015. n www.xenon1t.org du site Quantamagazine
noire », La Recherche n° 535, n G. Bélanger, « Le LHC fera n Gianfranco Bertone, Le site de la collaboration (en anglais) sur l’hypothèse
mai 2018, p. 22. le tri parmi les théories », Le Mystère de la matière noire, Xenon, qui recherche les Wimp. de matière noire superfuide.
n B. Famaey et L. Blanchet, n tinyurl.com/cours-Combes
La Recherche n° 444, Dunod, 2014. n tinyurl.com/experience-
« Les composantes obscures Les cours, en accès libre,
septembre 2010, p. 48. Sur le Web axions
de l’Univers », de Françoise Combes, de la
À lire n lamatierenoire.fr L’expérience ADMX, qui tente de
La Recherche hors-série chaire Galaxies et cosmologie
n Alice Gasparini, Cosmologie Un documentaire interactif découvrir les particules exotiques
n° 16, décembre 2015- au Collège de France.
janvier 2016, p. 70. et relativité générale, Presses en ligne pour explorer les n tinyurl.com/
nommées axions.
n G. Bertone, « Efervescence
polytechniques et universitaires diférents aspects du problème ConferenceElbaz n tritonstation.wordpress.com

autour des détecteurs », romandes, 2018. de la matière noire. La vidéo de la conférence « À la Le blog de l’astronome
La Recherche n° 444, n Vincent Bontems et Roland n www.lngs.infn.it/en recherche de l’Univers invisible », Stacy McGaugh, partisan
septembre 2010, p. 40. Lehoucq, Les Idées noires de la Le site du laboratoire donnée par l’astrophysicien d’une modifcation des lois
n H. Le Meur et G. Servant, physique, Les Belles Lettres, 2016. de Gran Sasso, où se déroulent David Elbaz. de la gravité.
DR

N°540 • Octobre 2018 | La Recherche • 53


Arbuste originaire d’Amérique
centrale et du Sud, Miconia
calvescens, surnommé le « cancer
vert », a envahi plusieurs îles
du Pacifique (ici, Hawaï).
fondamentaux

Biodiversité

Le changement climatique
facilite les invasions
Céline Bellard, Muséum national d’histoire naturelle, Paris

Véritable menace pour la biodiversité mondiale, l’aire de répartition


de 100 espèces parmi les plus envahissantes augmenterait de 2 à 6 % en
moyenne avec le changement climatique. Ces chiffres proviennent de
modélisations réalisées par une équipe internationale, qui a constitué
pour la première fois une base de données à l’échelle de la planète.

e climat est l’un des permettant le déplacement de efficacement à de nouveaux envi-

L
principaux facteurs nombreuses espèces hors de leur ronnements et à y faire des ravages.
influençant la répar- aire d’origine. C’est par exemple Elles ne se soucient guère des fron-
tition mondiale des le cas du frelon asiatique (Vespa tières : dans la mesure où le climat et
espèces. Ainsi, une velutina), introduit accidentelle- les conditions environnementales
plante originaire du ment en 2004 en France, proba- leur sont favorables, elles peuvent
Panama, adaptée au climat tro- blement avec des conteneurs de coloniser des territoires à une
pical, sera le plus souvent inca- poteries chinoises, et qui a depuis vitesse stupéfiante. Par exemple,
ÉCOLOGUE
pable de s’établir dans des régions colonisé tout le territoire national. le très venimeux poisson-lion, ori-
Céline Bellard est
au climat plus froid, comme l’Eu- Comment la situation va-t-elle évo- ginaire de la région Indo-Pacifique
chercheuse post-
rope. Le climat forme une bar- luer dans les décennies à venir ? Le (en passant par l’ouest de l’Austra- doctorante au sein
rière, aussi infranchissable qu’une changement climatique accentue- lie et la Polynésie française), a ainsi de l’unité mixte de
montagne, au déplacement de la ra-t-il ce phénomène ? envahi, en 2013, l’ensemble des recherche Borea.
plupart des espèces. Mais, depuis Répondre à ces questions est essen- côtes sud-est de l’île de Chypre en Ses travaux portent
quelques siècles, l’être humain a tiel, car les espèces envahissantes moins d’un an. sur les conséquences
créé des brèches dans ces barrières, ont en commun de s’adapter très Le nombre de ces invasions s’est pour la biodiversité
accéléré ces dernières décennies. des invasions
Petr Pyšek, de l’Institut botanique de biologiques,
Contexte Comment le changement climatique infue-t-il l’Académie des sciences de la Répu- en interaction avec
les effets des
sur la répartition des espèces envahissantes ? Jusqu’à peu, cette blique tchèque, et ses collègues, ont
PHOTO12/ALAMY - DR

changements
question restait sans réponse précise, en raison d’un manque de estimé que 4 % des plantes réperto-
climatiques.
données sufsantes. Or y répondre est essentiel, car ces espèces riées aujourd’hui sur la planète ont
sont redoutables pour s’adapter à de nouveaux environnements. réussi à s’implanter en dehors de
leur aire d’origine grâce aux

N°540 • Octobre 2018 | La Recherche • 55


fondamentaux

Biodiversité

déplacements humains et donc dangereuses pour l’homme, anticiper ces changements, des
à s’adapter à de nouvelles conditions comme le chikungunya, transmis outils modélisant la répartition
environnementales (1) . Or ces colo- par les moustiques du genre Aedes. géographique des espèces enva-
nisations ne sont pas sans risque hissantes ont été mis au point ces
pour la biodiversité terrestre. En Navigation dans l’Arctique dernières décennies. Il est désor-
effet, l’arrivée de certaines espèces Avec le changement climatique, la mais largement admis dans la com-
introduites a des conséquences température et le régime de pré- munauté scientifique que le climat
particulièrement néfastes pour leur cipitation de multiples régions va modifier les processus des inva-
environnement, mais aussi pour seront modifiés. On peut ima- sions. Près d’une centaine d’études
l’homme. Elles entrent en compé- giner que cela aura des consé- ont ainsi modélisé les conséquences
tition avec les espèces autochtones quences importantes sur la répar- de l’augmentation de température
pour s’approprier les ressources, tition géographique des espèces et du changement dans le régime
deviennent des prédateurs redou- envahissantes. L’augmentation des des précipitations sur la répartition
tables ou modifient complètement événements climatiques extrêmes Le moustique tigre géographique de ces espèces (4) .
les propriétés des écosystèmes et l’ouverture de voies de naviga- (Aedes albopictus) est Cependant, les travaux d’écolo-
qu’elles envahissent. tion dans l’Arctique faciliteraient vecteur de maladies, gie des invasions sont par essence
On peut citer Miconia calvescens aussi largement la dissémination comme la dengue concentrés sur des espèces pour
(M. calvescens), surnommé le de ces espèces. ou le chikungunya. lesquelles les données sont abon-
« cancer vert » (2) . Cet arbre natif de Ainsi, les ouragans Harvey et dantes, majoritairement des
l’Amérique centrale et du Sud est Irma, qui ont sévi aux États-Unis plantes et quelques vertébrés. En
notamment devenu envahissant à en 2017, ont probablement favo- outre, ces études sont souvent fon-
Tahiti, où il a colonisé les deux tiers risé la dissémination de près de dées sur différentes techniques de
de l’île. Il forme des fourrés denses, 200 espèces aquatiques intro- modélisation, non comparables
empêchant les autres plantes d’ac- duites (3) . De plus, les événements entre elles, ce qui limite les tenta-
céder à la lumière, et menace ainsi climatiques extrêmes fragilisent les tives de généralisation des résul-
près de 70 espèces endémiques. Il populations des espèces natives et tats à d’autres groupes taxono-
est aussi responsable de la modifi- favorisent celles qui sont intro- miques ou dans des régions du
cation physique du sol, entraînant duites, qui s’adaptent facilement monde où les données sont moins
une érosion importante. D’autres et donc naturellement plus aptes abondantes, en Amérique du Sud et
espèces envahissantes sont des à faire face à ces perturbations. Afrique du Nord par exemple. Pour
vecteurs de nombreuses maladies Pour aider à comprendre et à éviter ce biais, nous avons mené

Fig. 1 De fortes disparités spatiales

JAMES GATHANY, CDC — PHIL - CÉLINE BELLARD ET SES COLLÈGUES

20
10
0
-10
-20

Nombre
d’espèces
envahissantes

Voici les variations du nombre d’espèces envahissantes entre 2000 et 2100, sur un échantillon de 100 espèces : en vert, les
zones qui vont en perdre ; en rouge, celles qui vont en gagner. Dans des zones à risques, on pourrait compter plus de 60 espèces.

56 • La Recherche | Octobre 2018 • N°540


Fig. 2 Modification des aires
de répartition des espèces en 2100
Amphibiens Oiseaux Mammifères Invertébrés Plantes terrestres
une analyse à l’échelle mondiale sur terrestres
100 espèces envahissantes classées 200

par l’Union internationale pour la

Pourcentage de changement d’aire de distribution


conservation de la nature (UICN)
parmi les plus nuisibles au monde.
On retrouve à la fois des vertébrés
(le rat noir ou encore la mangouste 100
de Java), des plantes (M. calvescens),
des invertébrés (la fourmi d’Ar-
gentine) et des micro-organismes
(Plasmodium relictum, responsable PROJECTIONS
du paludisme chez les oiseaux). DEUX SCÉNARIOS 0
Pour la première fois, nous avons PLUS OU MOINS
constitué une base de données OPTIMISTES
qui répertorie la présence de l’en- n Le scénario RCP 2.6
semble de ces espèces à l’échelle du Groupe d’experts
mondiale, à partir des collections intergouvernemental -100
de musées nationaux, de relevés sur l’évolution du
de géolocalisations lors de cam- climat (Giec) est le Ici sont représentés les changements projetés dans l’aire
pagnes de terrains ou encore de plus optimiste, de répartition des espèces au sein de cinq groupes taxonomiques
en 2100 dans le cas du scénario A1B, proche du scénario RCP 6.0
bases de données compilées mises puisqu’il prévoit que
du Giec (chaque point représente une espèce, et la ligne colorée
à la disposition de la communauté les gaz à effet de est un bilan pour chaque groupe taxonomique). Par exemple,
scientifique (5) . La collecte de ces serre atteindront si on a 20 % d’augmentation, cela signifie que, en moyenne, pour
données a duré près de six mois 490 ppm (partie par le groupe concerné, chaque espèce pourrait voir son aire
et a permis d’obtenir 381 231 jeux million) en CO2 de répartition augmenter de 20 %.
de coordonnées à l’échelle mon- d’ici à 2100 (contre
diale de l’habitat actuel, vérifié, environ 400 ppm hiver, un habitat pas assez urbanisé. préférences climatiques et d’habi-
des espèces ciblées. actuellement). Ainsi, une plante de type M. calves- tats en 2050 et 2080 que ce qu’elles
n Le scénario RCP 6.0 cens se développera préférentielle- ont actuellement, nous avons ainsi
Les ouragans Harvey du Giec, plus ment dans des régions où les pré- modélisé la présence potentielle de
et Irma ont favorisé pessimiste, prévoit cipitations sont en moyenne de chacune d’elles dans le futur.
850 ppm en CO2. 125 mm par mois.
la dissémination de Latitudes plus élevées
Une fois cette étape franchie, nous
près de 200 espèces avons utilisé différents scénarios Nous avons constaté un effet
aquatiques en 2017 climatiques et d’usage des sols important du climat et, dans une
pour modéliser les changements moindre mesure, de l’habitat, sur la
Pour chacune des espèces, nous climatiques et d’habitats qui pour- distribution future de ces espèces.
avons développé des modèles sta- raient s’opérer d’ici à 2050 et 2080. Pour les deux scénarios climatiques
tistiques afin d’analyser les courbes En particulier, nous nous sommes pris en compte, l’aire de répartition
(*) Les RCP
de précipitation et de température, concentrés sur deux scénarios des de l’ensemble des espèces étudiées
(Representative
et les caractéristiques des habi- Concentration Pathways) émissions de gaz à effet de serre augmenterait en moyenne de 2 à
tats (naturels, cultivés, urbains…) sont établis par le Giec, futures, afin de tenir compte de 6 %. Ces résultats cachent des dis-
où l’espèce est présente à l’échelle avec quatre profils différents l’incertitude liée à ce type de pro- parités spatiales et taxonomiques.
mondiale. Près de 60 modèles ont d’évolution de la jections. L’un était un scénario En particulier, nous avons mis en
concentration de
ainsi été conçus, afin de détermi- optimiste, B2A, proche du scéna- évidence des « points chauds »
l’atmosphère en gaz
ner au mieux les préférences envi- à effet de serre. rio RCP 2.6 (*) du Groupe d’experts (zones à risques) où l’on pourrait
ronnementales de chacune d’elles. intergouvernemental sur l’évolu- compter plus de 60 espèces enva-
Nous avons aussi mis en évidence tion du climat (Giec) ; l’autre était hissantes. Ces zones correspondent
les facteurs qui limitent le déve- un scénario pessimiste, A1B, qui à l’Europe, à l’est des États-Unis, au
CÉLINE BELLARD

loppement de certaines espèces est l’équivalent du scénario RCP 6.0 sud de l’Australie, à la Nouvelle-Zé-
envahissantes – une température du Giec. En faisant l’hypothèse lande et à l’Indonésie (Fig. 1) . En
trop élevée en été ou trop faible en que les espèces auront les mêmes outre, les projections montrent

N°540 • Octobre 2018 | La Recherche • 57


fondamentaux

Biodiversité

que le climat serait responsable


du déplacement de nombreuses L’HERBE À AIL DÉPÉRIT, PAS L’ÉPINE-VINETTE
espèces envahissantes vers des
latitudes plus élevées : de l’Europe Cory Merow, de l’université américaine Yale, thunbergii) provient du Japon et est arrivée
du Sud vers l’Europe du Nord, de et ses collègues ont étudié les performances, aux États-Unis en 1875, à la suite de l’envoi
l’Amérique centrale vers l’Amé- dans des climats plus chauds, de deux plantes de graines du jardin botanique de Saint-Pé-
rique du Nord et du Sud, ou encore aujourd’hui envahissantes aux États-Unis (1) . tersbourg. Ces plantes, prélevées dans leur
de l’Afrique centrale vers l’Afrique La première, l’herbe à ail (Alliaria petiolata), milieu naturel, ont été replantées dans 21 sites
du Sud. Ces résultats sont préoccu- originaire d’Inde, du nord de l’Afrique et de mimant les conditions climatiques futures,
pants car, bien qu’il soit déjà admis l’Europe et du Sri Lanka, a été introduite en reproduisant les températures et les ni-
que le changement climatique va aux États-Unis à des fins alimentaires. La se- veaux de précipitations, dans cinq régions
conduire à des déplacements d’es- conde, l’épine-vinette de Thunberg (Berberis de la Nouvelle-Angleterre.
pèces, c’est la première fois que l’on À partir des informations collectées pendant
a mis en évidence cette tendance à deux ans, les auteurs ont élaboré un modèle
grande échelle pour de multiples de population qui prédit la survie, le taux de
espèces envahissantes. germination et la taille de population dans des
Notre analyse révèle que certains nouvelles conditions climatiques. Alors que
écosystèmes vont être particuliè- la capacité de survie de l’herbe à ail diminue
rement touchés par l’arrivée de ces dans des climats plus chauds, l’épine-vinette a
envahisseurs. En effet, le nombre largement profité des conditions climatiques
d’espèces envahissantes trouvant plus chaudes, avec un taux de croissance et
des conditions climatiques favo- La capacité de survie de l’herbe à ail diminue de germination bien plus élevé.
rables dans les forêts tempérées lorsque le climat se réchauffe. (1) C. Merow et al., PNAS, 114, E276, 2017.
décidues (composées d’arbres
dont les feuilles tombent selon un
rythme saisonnier), de conifères d’envahir de nouveaux continents biologiques. Tout d’abord, mal-
et mixtes pourrait augmenter de et, à l’inverse, celles qui verraient gré les précautions prises, les
4,5 %. Au contraire – et c’est une leur aire de répartition géogra- résultats peuvent être biaisés au
bonne nouvelle pour les forêts phique se réduire sous l’effet du profit de régions où les données
changement climatique. Nous sont abondantes – Europe, États-
L’Union européenne avons ainsi montré que les inverté- Unis, Australie –, au détriment de
brés terrestres et aquatiques pour- l’Afrique et de l’Amérique du Sud,
a interdit
l’importation et la
vente de 37 espèces
raient profiter d’une augmentation
importante de leur aire de réparti-
tion favorable, respectivement de
4,5 % qui souffrent d’un manque cruel de
données. De plus, l’utilisation de
modèles à grande échelle néces-
envahissantes 18 % et 59 %. Au contraire, cette site de simplifier de nombreux
aire de distribution favorable mécanismes en jeu. Par exemple,
tropicales qui subissent déjà de pourrait se réduire de 24 % pour les C’EST LE nous faisons généralement l’hy-
fortes pressions anthropiques –, oiseaux et de 65 % pour les amphi- POURCENTAGE pothèse que, si le climat est favo-
les changements climatiques (et biens (Fig. 2) . en plus d’espèces rable, l’espèce sera présente. Pour
notamment la modification de Ces résultats mettent en exergue envahissantes qui être plus précis, il faudrait aussi
régime de précipitations) qui vont les régions qui nécessiteront pourraient coloniser tenir compte des relations de pré-
s’opérer dans ces régions empê- une attention particulière face à les forêts tempérées dation ou de compétition avec
cheront certaines de ces espèces la menace des invasions biolo- dans le futur. d’autres espèces, qui pourraient
de survivre : leur présence dimi- giques. Ils permettent d’identifier limiter le succès de ces nouvelles
nuera de 4 %. Mais rien ne garantit de réelles opportunités de ges- introductions. Or les outils actuels
MICHEL GUNTHER / BIOSPHOTO

que de nouvelles espèces ne pour- tion – par le contrôle et l’éradica- de modélisation ne permettent pas
ront pas arriver. tion – des espèces envahissantes. d’inclure ce raffinement.
Nous avons affiné l’analyse à cha- Pourtant, ils sont loin d’être suffi- Afin d’intégrer les mécanismes
cune des espèces envahissantes sants pour résoudre la question des de réponse au changement cli-
étudiées. L’objectif était d’iden- interactions entre les changements matique, les modélisations
tifier celles qui sont susceptibles climatiques et les invasions s’orientent désormais vers une

58 • La Recherche | Octobre 2018 • N°540


approche pluridisciplinaire inté- l’UICN à la Conférence climat la Stratégie nationale relative aux
grant les travaux d’expérimenta- de l’ONU, qui s’est déroulée à espèces exotiques envahissantes
tion. En effet, en manipulant les Bonn, en Allemagne, du 6 au est parue en mars 2017. Une liste
facteurs liés aux changements cli- 17 novembre 2017, met en avant d’espèces dont l’introduction est
matiques – variation de la tempé- l’urgence de tenir compte à la fois interdite dans le milieu naturel a
rature, de l’humidité, taux de CO2 des changements climatiques et ainsi été formalisée par des arrêtés
et d’autres gaz importants dans le des invasions biologiques dans les interministériels (en cours de fina-
POUR EN
développement des espèces –, il mesures d’atténuations des effets SAVOIR PLUS lisation) concernant la métropole
est possible de mesurer la réponse du changement climatique (6) . n www.gbif.org
et six régions ultrapériphériques,
des organismes dans des condi- En Europe et en France, l’actua- Le site du Global Biodiversity dont la Guadeloupe, la Guyane et
tions parfaitement contrôlées (lire lité réglementaire sur les espèces Information Facility, projet la Martinique.
l’encadré p. 58). envahissantes est assez promet- scientifque international Le Plan biodiversité présenté en
Cette approche, nécessitant teuse. Depuis 2014, la Commission fondé par l’OCDE en 2001. juillet 2018 par Nicolas Hulot,
beaucoup d’efforts et de temps, européenne a publié une première n www.cabi.org/isc
alors ministre de la Transition
se limite à quelques espèces. À liste de 37 espèces envahissantes Le Centre for Agricultural écologique et solidaire, prévoit
l’heure actuelle, la communauté pour lesquelles elle interdit aux Bioscience International a été ainsi l’interdiction d’ici à 2020 de
scientifique se tourne de plus en États membres l’importation, la créé en 1910 au Royaume-Uni. l’utilisation de plantes reconnues
plus vers un travail d’équilibre, reproduction, la vente ou encore n tinyurl.com/
comme envahissantes dans tout
en cherchant à être le plus précis l’abandon en milieu naturel. LoiReconqueteBiodiv aménagement public. On peut
possible sur la réponse des espèces Détail de la loi pour la néanmoins regretter la restriction
aux changements climatiques Stratégie nationale aux seuls aménagements publics
reconquête de la biodiversité,
grâce à l’expérimentation, tout En lien avec ses engagements de la nature et des paysages. et aux plantes, mais aussi l’ab-
en gardant un niveau d’informa- internationaux et européens, la n tinyurl.com/
sence de réflexion autour des liens
tion suffisamment large grâce à la France a mis en place des dispo- StrategieEspecesEnv entre changements climatiques et
modélisation pour pouvoir géné- sitifs de lutte contre les espèces Le texte de la Stratégie espèces envahissantes. n
raliser les résultats. exotiques envahissantes, à la fois nationale relative aux espèces (1) P. Pyšek et al., Preslia, 89, 203, 2017.
Au vu des projections actuelles, en outre-mer et en métropole, envahissantes. (2) Global Invasive Species Database, Species
il est impératif que le monde, et en particulier au travers de la loi Profile : Miconia calvescens, 2018. iucngisd.org
en particulier l’Europe, assure pour la reconquête de la biodiver- (3) nas.er.usgs.gov/viewer/Flooding
avec détermination et efficacité sité, de la nature et des paysages, (4) C. Bellard et al., Ecol. Evol., 8, 5688, 2018.
sa protection face à la menace qui comprend une section rela- (5) C. Bellard et al., Glob. Change Biol.,
des espèces envahissantes. Le tive au contrôle et à la gestion de
FABIEN MICHENET / BIOSPHOTO - FLPA - FRANK LANE PICTURE AGENCY / NEIL BOWMAN / BIOSPHOTO

19, 3740, 2013.


dernier rapport présenté par ces espèces. Plus spécifiquement, (6) tinyurl.com/RapportUICN-Bonn.

Parmi les espèces envahissantes, on trouve le très venimeux poisson-lion (ou rascasse volante, Pterois volitans) qui colonise des territoires
à une vitesse stupéfiante, et la mangouste de Java (Herpestes javanicus) qui pullule dans les îles où elle a été introduite.

N°540 • Octobre 2018 | La Recherche • 59


fondamentaux

Neurosciences

Expériences de mort
imminente : la quête
d’une explication rationnelle
À l’université de Liège, une équipe du Coma Science Group mène
un programme de recherche centré sur les versants neuroanatomique
et psychologique des expériences de mort imminente (EMI).
Elle a notamment constitué une base de données de plus de 1 600 récits
de personnes ayant vécu une telle expérience.

« près avoir vu

A
ferraillent la pensée rationnelle et il arrive de surcroît que des per-
toute ma vie la pensée « magique » incarnée par sonnes rapportent une EMI à la
défiler sous la croyance en une origine surna- suite d’une syncope, d’une séance
mes yeux, j’ai turelle du phénomène. de méditation ou d’un stress très
intégré un
tunnel qui
semblait sans fin. Finalement, j’ai
Environ 10 % des personnes ayant
survécu à un arrêt cardiaque disent
avoir été confrontées à une expé-
35 % important, comme lorsqu’on
échappe de peu à la noyade. L’ex-
pression « mort imminente » est
aperçu une lumière brillante, très rience de mort imminente. Et alors galvaudée et les spécialistes
intense, au bout de ce tunnel. J’ai selon Steven Laureys, responsable lui préfèrent celle de NDE-like.
alors pris conscience que j’avais du Coma Science Group à l’univer- DES RÉCITS
quitté mon enveloppe corporelle. sité de Liège, ce chiffre est proba- d’expérience Échelles d’évaluation
J’ai rencontré des membres de ma blement sous-évalué. « Ainsi, dit-il, de mort imminente Les composantes des récits décri-
famille décédés et je suis ensuite certains patients pourraient avoir analysés par les vant le phénomène sont diverses
passé à travers cette lumière qui oublié ce vécu subjectif, un peu neuroscientifiques et très spectaculaires. Pour être
provoquait chez moi une attirance comme on peut oublier un rêve. » de l’université qualifié d’« expérienceur » (per-
inexorable. Je ressentais une paix Les expériences de mort immi- de Liège débutent sonne ayant vécu une telle expé-
intérieure et un bien-être intenses. nentes – EMI ou NDE par référence par une sensation rience), il n’est pas nécessaire
De l’autre côté de la lumière, j’ai à la terminologie anglo-saxonne de sortie du corps. d’avoir relaté l’ensemble des
vu des choses absolument magni- de Near-Death Experiences – sont caractéristiques connues. Il existe
fiques, à tel point que je ne dispose donc relativement fréquentes. Et des échelles auxquelles se réfèrent
pas de suffisamment de mots pour les neuroscientifiques et les psy-
les décrire. C’était très agréable. chologues pour évaluer de façon
Toutefois, je ne devais pas être prêt
Contexte Comment donner du sens aux récits, aussi objective que possible si
à cela, j’ai repensé à ma vie, à ma relativement fréquents, de personnes qui, à la suite d’un un sujet a vécu ou non une EMI.
famille, et c’est à ce moment-là que arrêt cardiaque ou d’un traumatisme crânien, disent La plus utilisée est l’échelle de
j’ai fait demi-tour pour rentrer. » avoir quitté leur corps, vu une lumière brillante ou sont Greyson, du nom du psychiatre
De telles expériences, dites de mort persuadées d’avoir été en relation avec des défunts ou américain Bruce Greyson qui l’a
imminente, suscitent des débats un être mystique ? La science se penche sur la question. proposée en 1983. Explorant plu-
passionnés au cours desquels sieurs dimensions de l’expérience

60 • La Recherche | Octobre 2018 • N°540


La sensation d’être dans un tunnel ou la vision d’une lumière brillante reviennent fréquemment dans les témoignages sur le phénomène.

(cognitive, affective, transcendan- internationale pour l’étude des une région obscure, vision d’une
tale et paranormale), elle se fonde états proches de la mort (Interna- lumière brillante et entrée à travers
sur 16 questions pouvant donner tional Association for Near-Death la lumière dans une autre dimen-
lieu chacune à un score de 0, 1 ou Studies, IANDS). Elle s’est assi- sion de l’existence (1) .
2 en fonction de la présence (ou gnée pour objectif de réexplorer Dans une étude publiée en 2017
non) et de l’intensité d’un phéno- différentes questions relatives aux et dont le premier auteur était
mène caractéristique d’une EMI. expériences de mort imminente. Charlotte Martial, neuropsycho-
On considère qu’il y a eu expé- logue et postdoctorante, les cher-
rience de mort imminente lorsque cheurs du Coma Science Group
le score total obtenu par un indi- Presque aucun récit n’est ont procédé, au moyen d’une
vidu ayant répondu aux 16 ques- semblable à un autre sur le plan méthode rigoureuse d’analyse
tions est de 7 ou plus (sur 32). de la chronologie des événements ” de texte et de statistiques, à une
La plupart des données relatives approche qualitative de 154 récits
Charlotte Martial, neuropsychologue
aux EMI méritent d’être revisi- de mort imminente, de toutes
tées car, souvent, elles émanent origines (arrêts cardiaques, trau-
d’ouvrages de vulgarisation scien- Notamment la séquence chrono- matismes crâniens, etc.) (2) . Ils
tifique, reposent sur l’analyse logique des étapes successives des ont tenté d’établir la chronologie
JULIEN COQUENTIN / HANS LUCAS

d’échantillons de récits ou font EMI, présentée en 1980 par Ken- d’apparition des événements rap-
appel à une méthodologie par- neth Ring, aujourd’hui professeur portés par les expérienceurs, et ce
fois nébuleuse. L’équipe du Coma émérite de psychologie de l’uni- sans a priori issus de classifica-
Science Group a constitué une base versité du Connecticut : sensa- tions antérieures.
de données de plus de 1 600 récits tion de paix et de bonheur, déta- Les conclusions des neuroscienti-
d’EMI, les uns recueillis directe- chement par rapport au corps fiques belges n’épousent pas celles
ment, d’autres via l’Association physique, entrée transitoire dans de Kenneth Ring. « D’après nos

N°540 • Octobre 2018 | La Recherche • 61


fondamentaux

Neurosciences

données, presque aucun récit analyse qualitative thématique prémonitions, sensation d’entrer
n’était semblable à un autre sur de 34 récits de personnes ayant dans l’expérience de mort immi-
le plan de la chronologie des évé- survécu à un arrêt cardiaque, les nente, retour de l’expérience de
nements, indique Charlotte Mar- caractéristiques des EMI décrites mort imminente, perception alté-
tial. Seule une séquence de 4 com- dans différentes échelles, dont rée du temps. Cette dernière com-
posantes était commune à 6 récits celle de Greyson (3) . Ces travaux posante est transversale dans la
sur 154. En outre, elle différait conduits par Helena Cassol, neu- mesure où elle ne se manifeste
du canevas proposé par Kenneth ropsychologue et doctorante en pas ponctuellement, mais dure
Ring, puisqu’on peut la résu- sciences biomédicales, mettent en tout au long de l’épisode. Huit de
mer ainsi : décorporation, sensa- évidence 11 composantes : vision ces 11 caractéristiques avaient
tion d’être dans un tunnel, vision d’une lumière, rencontre avec des déjà été décrites auparavant. En
d’une lumière brillante, sensa- défunts ou avec un être mystique, revanche, 3 composantes n’appa-
tion de bien-être. » hyperlucidité, narration de scènes, raissaient pas telles quelles dans
sensation d’être dans l’obscu- les travaux antérieurs : la descrip-
Sensation de paix rité, expérience de décorporation tion de scènes, l’entrée dans l’EMI
Il ressort de cette étude que la sen- (Out-of-Body Experience, ou OBE), et le retour dans le monde réel.
sation de bien-être et de paix est la impression d’être mort, souvenir La grande majorité des expérien-
composante la plus fréquente des d’événements de vie passés ou de ceurs sont emplis d’émotions posi-
EMI (80 %), devant celle de perce- tives lorsqu’ils évoquent leur EMI.
voir une lumière brillante (69 %), Ils font allusion à un moment de
le sentiment d’avoir rencontré des félicité. Ils déclarent souvent
défunts ou des êtres mystiques ensuite être devenus moins maté-
(64 %) et celui de s’être décorporé rialistes, plus altruistes et davan-
(53 %). Par ailleurs, selon cette tage tournés vers la spiritualité à
étude, 35 % des EMI débutent par la suite de cette expérience. Tou-
cette sensation de sortie du corps, tefois, ce vécu résolument positif
faisant de cette composante celle ne transparaît pas comme étant
qui apparaît le plus fréquemment une composante cardinale des
en premier. EMI dans l’étude du Coma Science
Les chercheurs belges ont ensuite Group. Des travaux récents entre-
rétréci le champ de leurs investiga- pris par les chercheurs belges
tions aux seules EMI consécutives (article prochainement soumis
à un arrêt cardiaque. Leur objec- Environ 10 % des personnes ayant survécu à un arrêt pour publication) ont montré, sur
tif était de revisiter, à partir d’une cardiaque disent avoir été confrontées à une EMI. la base de l’analyse de 140 récits

LA SYNCOPE ET LES DROGUES : UN TERRAIN D’ÉTUDE


Étudiant les efets physiologiques et com- les bases neurales des composantes des EMI. 13 volontaires sains. Résultat : les scores
portementaux de la syncope, des chercheurs Les résultats sont actuellement en phase obtenus à l’échelle de Greyson par les par-
allemands s’étaient rendu compte, en 1994, d’analyse. « Huit sujets sur 20 ont relaté ticipants sous DMT, 6 femmes et 7 hommes,
que certains participants à leurs expériences des souvenirs conformes à une expérience étaient comparables à ceux de patients
faisaient état de souvenirs similaires à ceux de mort imminente selon l’échelle de Grey- ayant vécu une « vraie » EMI (2) . Quelques
d’une expérience de mort imminente (EMI) son », précise Vanessa Charland-Verville. diférences toutefois : par exemple, l’im-
– vision d’une lumière, décorporation… (1) Une autre étude tout juste publiée, réali- pression de rentrer dans une étrange réalité
À l’université de Liège, les neuroscienti- sée par l’Imperial College London en col- était plus intense sous DMT ; en revanche,
fques du Coma Science Group ont répli- laboration avec le Coma Science Group, le sentiment d’atteindre une frontière ou
qué la méthodologie de leurs collègues s’est intéressée à la diméthyltryptamine un point de non-retour était plus fort dans
d’Outre-Rhin pour occasionner de brèves (DMT), puissant hallucinogène bien connu le cas des EMI classiques.
syncopes chez des volontaires sains, afn de pour induire certaines caractéristiques (1) T. Lempert et al., The Lancet, 344, 829, 1994.
OPDT/BSIP

rechercher, via l’électroencéphalographie, des EMI. Cette substance a été injectée à (2) C. Timmermann et al., Front. Psychol., 9, 1, 2018.

62 • La Recherche | Octobre 2018 • N°540


d’expérienceurs, que 18 % des responsables du vécu peu com-
expériences de mort imminente mun dont ils font état. L’intérêt de
étaient au contraire vécues néga- cette approche est d’autant plus
tivement. « En 1992, Bruce Greyson vif que des données relatives aux
et Nancy Evans Bush, présidente décorporations semblent établir
de l’association IANDS, ont pos- un lien clair entre ces dernières et
tulé l’existence de trois types d’EMI la stimulation d’une région céré-
négatives. Nous avons pu confirmer brale déterminée. Ainsi, en 2002,
cette classification en recourant l’équipe d’Olaf Blanke, professeur
à une méthodologie rigoureuse », au laboratoire de neurosciences
indique Helena Cassol. cognitives de l’École polytechnique
Parmi les 140 récits analysés, 25 fédérale de Lausanne et neurologue
avaient clairement trait à des à l’hôpital universitaire de Genève,
EMI négatives. Qualifiées de EMI a déclenché involontairement des
« inversées », les premières (56 %) illusions de sortie de corps chez
présentaient les mêmes compo- une patiente épileptique en stimu-
santes que les EMI vécues posi- lant le gyrus angulaire de la jonc-
tivement (lumière, décorpora- tion temporo-pariétale droite de
tion…), mais le ressenti des sujets son cerveau avec l’objectif de loca-
traduisait un important malaise. liser son foyer épileptique. Un phé-
Nommées Void (« Vide »), les deu- nomène similaire a été obtenu
xièmes (32 %) étaient caractérisées expérimentalement à Anvers et à
par un sentiment de vide inter- Genève par stimulation de la même
sidéral, de néant et de solitude région cérébrale (4) .
absolue. Elles présentaient peu
de composantes communes avec Microlésions cérébrales
les EMI positives ou inversées. Au « L’idéal serait de pouvoir recueil-
DIRK DE RIDDER AND AL. / DEPARTMENT OF NEUROSURGERY AND EAR, NOSE, AND THROAT, UNIVERSITY HOSPITAL ANTWERP

cours des troisièmes (12 %), bap- lir les souvenirs d’EMI de patients
tisées Hellish (« atroces »), l’expé- hospitalisés pour un arrêt car-
rienceur relatait des rencontres La sensation de sortie de corps peut être provoquée diaque et de les soumettre à une
avec des monstres, le Diable, etc. par la stimulation d’une région cérébrale déterminée IRM cérébrale afin de détecter les
« À l’instar des Void, ces expériences (ici représentée en orange), située dans le cortex pariétal. microlésions laissées par cet évé-
terrifiantes comportaient peu de nement, commente Vanessa
dimensions des EMI positives ou étant donné qu’un score de 7 sur Charland-Verville, neuropsycho-
inversées », précise Helena Cassol, 32 est suffisant pour « mériter » le logue du Coma Science Group.
laquelle préconise de développer titre d’expérienceur. Ensuite, il s’agirait de comparer
de nouveaux outils permettant de Sur le plan neuroanatomique, celles-ci avec les microlésions obser-
l’équipe de Steven Laureys doit vées chez des patients victimes d’un
recourir à des méthodes indi- arrêt cardiaque sans EMI rappor-
Avec nos travaux, nous avons rectes pour mieux cerner les EMI. tées. Malheureusement, l’instabilité
pu confirmer l’existence de trois En effet, en raison des conditions de l’état de tels patients rend cette
chaotiques dans lesquelles appa- initiative éthiquement discutable. »
types d’EMI vécues négativement ” raissent les expériences de mort Toutefois, il reste possible de
Helena Cassol, neuropsychologue imminente associées à un arrêt rechercher, même des années
cardiaque, il est quasiment impos- après un épisode d’EMI, de minus-
mieux caractériser et identifier les sible de les étudier en temps réel. cules cicatrices, une infime activité
EMI. En effet, sur les 16 items de Aussi les chercheurs voudraient-ils épileptique, de petits œdèmes ou
l’échelle de Greyson, 3 ont un lien mettre en relation les caractéris- de légers dépôts de sang témoi-
fort avec des émotions positives, tiques des EMI rapportées par des gnant de microlésions dans des
et aucun avec des émotions néga- expérienceurs avec d’éventuelles régions déterminées du cer-
tives. Ce qui est de nature à freiner lésions résiduelles dans les régions veau. C’est ce qu’ambitionne de
la détection des EMI négatives, cérébrales susceptibles d’être faire l’équipe liégeoise. Mais

N°540 • Octobre 2018 | La Recherche • 63


fondamentaux

Neurosciences

cette voie semble malaisée à Pour certains, elles constituent conscience est probablement disso-
explorer, elle aussi, en raison des la preuve de l’existence d’une ciable du corps. Mais, pour l’heure,
restructurations inhérentes à la vie après la mort. D’où le titre aucun patient n’a rapporté avoir vu
plasticité cérébrale et de la diffi- du best-seller du psychologue ces images, comme le relate l’étude
culté d’établir un lien de causa- et médecin américain Raymond Aware (Awareness during Resusci-
lité entre un arrêt cardiaque déjà Moody, précurseur des travaux sur tation), dirigée par Sam Parnia, de
ancien et des microlésions céré- les EMI : La vie après la vie (1975). l’université de Southampton (6) .
brales dont on pourrait soupçon- Ce raisonnement ne repose sur Alors, dira-t-on, comment expli-
ner qu’elles aient sous-tendu des rien de sérieux. Par définition, quer les témoignages selon les-
composantes d’EMI. aucun de ceux qui ont rapporté quels des expérienceurs auraient
un vécu d’expériences de mort décrit ce qui se passait dans la
Débats passionnés imminente n’a connu la mort. pièce voisine du bloc opératoire
L’existence de NDE-like pousse BRUCE GREYSON « Tout vient d’une confusion entre où ils étaient réanimés ou dans
le groupe de Steven Laureys à CE PSYCHIATRE les concepts de mort cérébrale, un autre lieu ? À cela, Vanessa
émettre avec d’autres, comme AMÉRICAIN où le cerveau est devenu totale- Charland-Verville et Charlotte
l’équipe de Christopher French, a proposé une ment inactif, et de mort clinique, Martial répondent que ce qui est
du Goldsmiths College (univer- échelle portant son laquelle se limite à la cessation de rapporté l’est toujours a posteriori
sité de Londres), l’hypothèse que nom, qui évalue de la respiration et de la circulation et qu’il est difficile d’objectiver ce
les EMI proprement dites ou les façon aussi objective sanguine, laissant ainsi encore une qui se déroulait exactement dans le
expériences de nature analogue que possible si un lieu évoqué. Bref, la rigueur scien-
se produisent dans des états de sujet a vécu ou non Les EMI ne tifique n’est pas au rendez-vous.
conscience modifiés – sous hyp- une expérience « Il faut néanmoins rester à la fois
nose ou lors d’une anoxie ( * ) de mort imminente.
permettent pas de ouvert et sceptique, et continuer de
cérébrale, d’une syncope, d’un tirer la moindre tester des hypothèses », commente
choc émotionnel important, conclusion au sujet Vanessa Charland-Verville.
sous l’influence d’une drogue d’un au-delà La relation de cas isolés pèse de
ou d’une anesthésie (lire l’enca- peu de poids en science, car il faut
dré p. 62). Une étude publiée en chance de récupération », explique faire la part du hasard statistique.
2014 dans Frontiers in Human Charlotte Martial. Ainsi, les EMI ne En outre, selon la chercheuse du
Neuroscience semble corroborer nous permettent-elles pas de tirer Coma Science Group, on ne peut
(*) L’anoxie est une
cette hypothèse (5) . diminution de l’apport la moindre conclusion scientifique exclure que des patients aient eu
On ne peut passer sous silence les d’oxygène aux tissus. au sujet d’un au-delà. des flashs de conscience durant
débats passionnés suscités par les Pour étayer leur croyance en une lesquels ils ont vu, entendu ou
expériences de mort imminente. âme extérieure au corps, d’aucuns ressenti des choses. Cette hypo-
se fondent notamment sur le fait thèse est compatible avec une
que 80 % des personnes ayant rap- des conclusions de l’étude Aware,
Les 11 composantes des porté une décorporation déclarent portant sur 2 060 patients, selon
avoir assisté, d’une position suré- laquelle le cer veau humain
récits de mort imminente levée, à la scène de leur réanima- conserve une activité consciente
n Vision d’une lumière tion. Dans le cadre d’une recherche après un arrêt cardiaque durant
n Rencontre avec des défunts ou un être mystique multicentrique regroupant 15 hôpi- plusieurs dizaines de secondes. n
n Hyperlucidité taux britanniques, américains et Philippe Lambert
n Narration de scènes autrichiens entre juillet 2008 et (1) Kenneth Ring, Life at Death, Coward,
n Sensation d’être dans l’obscurité décembre 2012, des chercheurs McCann & Geoghegan, 1980.
n Expérience de décorporation ont eu l’idée de dissimuler, à proxi- (2) C. Martial et al., Front. Hum. Neurosci.,
n Impression d’être mort mité du plafond de blocs opéra- 11, 311, 2017.
(3) H. Cassol et al., PLoS One, 13, e0193001, 2018.
n Souvenir d’événements de vie passés toires, des images invisibles à un
(4) O. Blanke et al., Nature, 419, 269, 2002 ;
ou de prémonitions patient couché sur la table d’opé-
D. De Ridder et al., N. Engl. J. Med.,
n Sensation d’entrer dans l’expérience de mort ration. Que des expérienceurs 357, 1829, 2007.
imminente soient parvenus à faire état de la (5) V. Charland-Verville et al., Front. Hum.
n Retour de l’expérience de mort imminente présence de ces images cachées en Neurosci., 8, 203, 2014.
n Perception altérée du temps hauteur tendrait à prouver que la (6) S. Parnia et al., Resuscitation, 85, 1799, 2014.
DR

64 • La Recherche | Octobre 2018 • N°540


LA CHRONIQUE Neurosciences
d’Adrien Peyrache

Une histoire
de goût
i l’odorat nous permet de dis- – le sucré indique la composition énergé- circuit neuronal associé au goût sucré pro-
S cerner la palette des arômes
émanant de nos aliments, le
tique des aliments et l’amertume est carac-
téristique des produits avariés. Quant à
voque une augmentation de la consomma-
tion d’eau traitée à la quinine, substance
goût reste essentiel pour évaluer leurs l’umami, ses récepteurs sont sensibles au très amère et répulsive en temps normal.
qualités comestibles et nutritionnelles. glutamate, brique de base des protéines, Inversement, l’activation des entrées neu-
Mais oubliez cette illustration de vos essentielles à notre alimentation. Ainsi, ronales associées à l’amertume entraîne
manuels de biologie du collège, où la selon les besoins de notre organisme, une baisse considérable de la consom-
langue était représentée divisée en chaque goût guiderait de manière spéci- mation d’eau sucrée, habituellement très
quatre parties, chacune répondant à un fique nos comportements alimentaires. attractive. Les animaux étaient toujours
goût particulier : le salé, le sucré, l’amer et Le problème quitte alors le champ de la bio- capables de distinguer chaque goût, seule
l’aigre. Elle est fausse ! Les récepteurs situés logie moléculaire – la nature des récepteurs la réponse comportementale changeait.
dans les papilles sont en fait répartis au en jeu – et devient une question de neuro- En intervenant dans les circuits reliant les
hasard, sur la langue mais aussi ailleurs sciences. En juin dernier, Charles Zuker et neurones du cortex gustatif à l’amygdale, le
dans la bouche. Par ailleurs, depuis plus comportement attendu a pu être court-cir-
d’un siècle, circule l’idée qu’il existe un cin- cuité. Le goût détermine donc bien un
quième goût : l’umami. comportement spécifique. Gageons que de
tels circuits seront bientôt identifiés pour
AU DÉBUT du XXe siècle, Kikunae Ikeda, Les circuits les trois goûts restants.
alors chimiste à l’université impériale de neuronaux qui
Tokyo, a une intuition : les quatre goûts, CETTE ÉTUDE est une superbe illus-
jusqu’alors considérés comme exhaus-
répondent au tration de ce que sont les neurosciences
tifs, n’expliquent pas selon lui la sensation sucré et à l’amer des systèmes, discipline en plein essor
que lui procurent certains bouillons d’al- ont été identifiés ” dont l’objectif est de comprendre com-
gues de la cuisine japonaise. Il parvient à ment l’activité neuronale et les circuits
en extraire une substance dont il ôte tous son équipe, à l’université Columbia, aux reliant les neurones du cerveau traitent les
les composés susceptibles d’être perçus États-Unis, ont montré que, dans le cortex informations sensorielles et déterminent
comme salés, sucrés, amers ou aigres. Le gustatif, qui traite les informations relatives le comportement. Ainsi, l’étude de sys-
composé restant lui laisse alors une sensa- au goût, les neurones qui répondent pré- tèmes simples associés à des réponses
tion « délicieuse », ou umai en japonais, ce férentiellement au sucré et à l’amertume reproductibles – comme le goût – avec
qui le conduit à baptiser ce cinquième goût « projettent » leurs axones vers l’amygdale, des techniques de pointe est la meilleure
« umami ». Il partage cette découverte avec région du cerveau jouant un rôle clé dans manière de comprendre les principes fon-
ses pairs et publie en 1909 une étude qui ne les émotions. Les neurones qui répondent damentaux du fonctionnement cérébral
fait pas l’unanimité : nombreux sont ceux au sucré projettent vers une sous-région dans sa globalité. n
qui doutent du résultat. Elle n’est d’ail- de l’amygdale associée aux sentiments (1) K. Ikeda, Chem. Senses, 27, 847, 2002.
leurs traduite en anglais qu’en 2002 (1) , de plaisir ; ceux de l’amertume vers une (2) N. Chaudhari et al., Nat. Neurosci., 3, 113, 2000.
après que le développement de la biologie sous-région associée à l’aversion (3) . (3) L. Wang et al., Nature, 558, 127, 2018.
moléculaire a permis d’identifier, en 2000, Mieux, ces circuits neuronaux déterminent
les récepteurs de l’umami (2) . Ikeda avait le comportement ! Grâce à l’optogénétique, Adrien Peyrache est neuroscientifique à l’université
donc vu juste ! Mais pourquoi seulement technique permettant d’activer des neu- McGill, au Canada, où il dirige un laboratoire de recherche.
cinq goûts ? Chacun d’eux renseignerait rones avec de la lumière, les chercheurs ont ➔Cette chronique est proposée en alternance avec celle
sur un contenu essentiel de la nourriture montré que, chez l’animal, l’activation du de Mariana Alonso, de l’Institut Pasteur.
DR

N°540 • Octobre 2018 | La Recherche • 65


fondamentaux

Intelligence artificielle

Lire dans le regard


des robots
Gérard Bailly et Frédéric Elisei, Gipsa-lab, CNRS,
université Grenoble Alpes et Grenoble INP

Les robots sont de plus en plus performants. Mais ils sont encore loin de
maîtriser toutes les subtilités d’une interaction humaine. Au Gipsa-lab,
à Grenoble, des roboticiens leur enseignent comment donner à voir
leurs intentions en leur apprenant à ajuster leurs comportements
– gestes, parole, regard – en fonction du contexte et de leur interlocuteur.

ans son guide a évolué de manière à maximiser la geminoïdes conçus par le robo-

D
interactif Mind précision du décodage de la direc- ticien japonais Hiroshi Ishiguro,
Reading, publié tion du regard par autrui (lire l’en- sont construits avec un grand réa-
1 2 en 2004, le psy- cadré p. 68). Cet œil « coopératif » lisme physique. Leur visage est fait
ROBOTICIENS
chologue bri- facilite ainsi le développement de peau synthétique et leurs yeux
Gérard Bailly (1) tannique Simon d’une théorie de l’esprit (*) évoluée sont dotés de cristallins oculaires
est directeur de Baron-Cohen distingue plus de chez les êtres sociaux que nous imitant les nôtres.
recherche CNRS au 400 émotions pouvant être véhi- sommes devenus. Paradoxalement, cette ressem-
Gipsa-lab, où il dirige culées par la voix et les expressions blance peut être une source de
l’équipe Cognitive faciales : irritation, déception, indi- Sentiment d’étrangeté déception pour l’interlocuteur, qui
robotics, interactive gnation, soulagement, euphorie, Quid des machines ? Nombre de s’attend à une interaction d’autant
systems & speech etc. Si tout le corps, par les postures robots humanoïdes n’ont pas plus humaine que le robot est réa-
processing (Crissp). et les gestes, participe à exprimer de visage visible (Asimo, Jibo), liste. Or il est techniquement diffi-
Frédéric Elisei (2)
nos états mentaux, le visage est par- d’autres en possèdent un, mais il cile de reproduire sur une machine
est ingénieur de
ticulièrement informatif. Les yeux est fixe (Nao, Pepper) ou a été rem- les 38 muscles de la face et leurs
recherche CNRS au
sein de cette équipe.
et la bouche font partie des zones placé par un écran plat (Baxter). entrelacements complexes. Résul-
les plus « lues » par nos interlocu- En revanche, certains d’entre eux, tat : quand le squelette sous-cutané
teurs. Des études montrent même comme Sophia, mis au point par des robots humanoïdes du type de
que la morphologie de l’œil humain la société Hanson Robotics, ou les Sophia n’a pas suffisamment de
degrés de liberté pour reproduire
des mouvements humains, en par-
Contexte En psychologie, la théorie de l’esprit définit notre ticulier au niveau du visage, ils nous
capacité à lire les états mentaux d’autrui. Cela passe par des signaux procurent un sentiment d’étran-
non verbaux, comme les expressions faciales. En enseignant aux geté (lire l’encadré p. 69). Quant
robots sociaux la maîtrise de ces signaux, nous pourrions interagir aux autres robots humanoïdes,
plus naturellement avec eux. Cette recherche pionnière vise des dont la plastique est moins réa-
applications dans le champ médical et en robotique collaborative. liste, la plupart n’ont pas d’œil coo-
DR

pératif fonctionnel : leurs caméras

66 • La Recherche | Octobre 2018 • N°540


sont souvent fixes, incrustées au avec nous, et ceci sans avoir à C’est ce que nous avons voulu tes-
milieu du front ou sur le torse. réapprendre de nouveaux codes ter sur notre robot humanoïde,
Leurs concepteurs les munissent de communication. Nina, mis au point en partenariat
par ailleurs de capteurs – camé- La recherche dans ce domaine n’en (*) Lathéorie de avec l’Institut italien de technolo-
l’esprit est la capacité
ras 2D et 3D, télémètres et radars, est qu’à ses balbutiements. Même à se représenter les états gie, à Gênes. Nina est une version
microphones… – qui mesurent si les robots agissent sur ce qui les mentaux d’autrui. augmentée du robot iCub, conçu
et analysent nos moindres faits et entoure, peu d’études se sont atta- en 2006 pour étudier la cognition
gestes, mais ils oublient souvent chées à vérifier que leurs actions robotique. Elle est ainsi dotée d’un
qu’ils devraient, symétriquement, – notamment communicatives – nouveau mécanisme d’articula-
« donner à voir » les intentions de sont correctement perçues et tion des paupières, d’oreilles avec
leurs créatures. acceptées par leurs interlo- microphones intégrés et d’une
C’est là que le bât blesse ! Doit-on cuteurs humains. bouche recouverte d’un tissu
maintenir l’asymétrie entre humains élastique, articulée par
et robots en limitant ou en négli- cinq moteurs, der-
geant la capacité de ces derniers à rière laquelle se
exprimer leurs intentions ? Le débat trouve
est ouvert entre les défenseurs
d’une humanité ou d’une intelli-
gence sociale supérieure réser-
vée aux seuls humains, et les
promoteurs d’un transhuma-
nisme débridé par les per-
formances surhumaines
de l’intelligence artificielle
dans des habiletés motrices
– locomotion, saisie d’ob-
jets au vol, etc. – mais
aussi cognitives – calcul,
mémoire, etc. Notre posi-
tionnement, plus nuancé,
est de donner aux robots
la capacité de remplir des
fonctions identiques à celles
des hommes sans nécessai-
rement en faire des copies
conformes. Ces fonctions
peuvent concerner la loco-
motion et la manipulation
d’objets ou, dans notre cas,
la communication verbale
et l’interaction sociale. Dans
CYRIL FRESILLON / GIPSA-LAB / CNRS PHOTOTHEQUE

notre laboratoire, le Gipsa-lab,


à Grenoble, nous défendons l’idée
que, si les robots sont de plus en
plus performants pour percevoir
et comprendre leur environne-
ment, il faut leur donner la capa-
cité de partager leur expérience

Grâce à ses yeux articulés, Nina,


le robot du Gipsa-lab, peut mieux
se faire comprendre des humains.

N°540 • Octobre 2018 | La Recherche • 67


fondamentaux

Intelligence artificielle

un haut-parleur qui lui donne manière plus précise par ses interlo- proche pour saisir tel objet ? etc.)
de la voix. Les mouvements de sa cuteurs humains lorsque les tailles et de réagir aux ordres, aux ques-
bouche sont commandés par un relatives de la sclère (*) blanche et tions, aux affirmations, aux doutes
synthétiseur de parole développé des iris colorés étaient judicieuse- d’autrui, de manière à planifier ses
par notre laboratoire. Ce système, ment choisies et que l’abaissement propres actions. Cette approche
entraîné au préalable grâce à des des paupières supérieures accom- commence à être complétée, voire
vidéos de discussions humaines, pagnait celui du regard (3) . Quand supplantée, par des techniques
est capable de calculer et d’exécu- Nina observe un objet qui l’inté- d’apprentissage statistique et d’in-
ter des mouvements réalistes de la resse, son interlocuteur peut donc telligence artificielle permettant
bouche et du visage tout en diffu- le savoir. Or cette capacité à diriger de faire correspondre le flux des
sant les paroles correspondantes son regard de façon à ce que l’inter- signaux perçus par le robot (parole,
de façon synchrone (1) . Grâce à des locuteur en saisisse la cible est l’une gestes…) avec des actions à exécu-
tests réalisés dans un environne- des bases de l’attention partagée et ter (observer telle zone, désigner tel
ment bruyant, en l’occurrence le de la construction d’une théorie de (*) La sclère est objet, prononcer tel mot…). En bref,
fond sonore d’une soirée cocktail, l’esprit. Grâce à ce partage d’infor- la membrane blanche ces techniques permettent de cap-
nous avons montré que les mouve- mations implicites, les interlocu- et opaque qui forme turer les régularités des comporte-
ments de la mâchoire et des lèvres teurs de Nina vont pouvoir élabo- le blanc de l’œil. Selon ments interactifs.
les espèces, elle est plus
calculés par notre système amélio- rer des hypothèses fiables sur ses Parmi les diverses techniques d’ap-
ou moins pigmentée.
raient bien la perception audiovi- (ré)actions, et le robot pourra ainsi prentissage statistique qui peuvent
suelle d’interlocuteurs humains (2) . construire des comportements inte- s’appliquer, la première est l’ap-
Nous avons ensuite travaillé sur ractifs coordonnés et fluides. prentissage dit « développemen-
les yeux et les paupières du robot, Mais comment enseigner à un robot tal » : le robot apprend tout seul
en nous posant cette question : de tels comportements pertinents par essais-erreurs, ce qui demande
quels paramètres influencent une et sensibles au contexte ? Il existe un nombre prohibitif d’essais. En
meilleure interaction sociale ? En de nombreuses techniques pour outre, l’algorithme utilisé dans ce
testant différentes capsules plas- le programmer. Une possibilité cas nécessite de définir explicite-
tiques autour des caméras embar- est de le doter d’un modèle cogni- ment ce qu’est un bon (ou un mau-
quées dans les yeux articulés de tif lui permettant de raisonner sur vais) comportement social interac-
Nina, nous avons démontré que la son environnement (que veulent tif. Or il n’existe pas de définition
direction du regard était estimée de les interlocuteurs ? Qui est assez universelle pour en juger. Une

UN ŒIL SOCIAL
L’hypothèse de « l’œil coopératif » a été pro- rotation de la tête : 61 % des explorations
posée en 2001 par une équipe japonaise (1) , visuelles se font juste en bougeant les yeux
puis reprise par des anthropologues de chez les humains, contre 20 % à 35 % chez
l’Institut Max-Planck, en Allemagne (2) . Elle les chimpanzés. Par ailleurs, 85 des 92 es-
avance que la morphologie et l’apparence pèces observées présentent une sclère de
de l’œil humain – sclère blanche en fort couleur marron, et seuls les humains en ont
contraste avec l’iris et la peau du visage – une blanche. Mieux : nous sommes les seuls
ont évolué de manière à faciliter la lecture dont la sclère est plus claire que la peau
de la direction de notre regard par autrui et l’iris. Selon les auteurs, la pigmentation
et ainsi favoriser les activités coopératives. Parmi 92 espèces étudiées, les humains de l’œil présenterait un avantage sélectif :
Pour le montrer, les chercheurs ont comparé sont les seuls à posséder une sclère blanche. camoufer le regard, et donc les intentions.
la forme et l’apparence de l’œil (le rapport Chez l’homme, il est probable que ce trait
ADAM FRAISE/SHUTTERSTOCK -

hauteur/largeur et la surface exposée de la Résultat : l’œil humain est celui dont la sclère ait disparu en faveur d’un regard facilitant
sclère) de 874 animaux adultes de 88 es- est la plus exposée et dont l’élongation ho- la communication des intentions.
pèces, le contraste colorimétrique entre la rizontale est la plus importante parmi tous (1) H. Kobayashi et S. Kohshima, J. Hum. Evol.,
sclère, l’iris et la peau de 92 espèces, et les primates. Cette morphologie favorise 40, 419, 2001.
les mouvements oculaires de 26 espèces. des mouvements oculaires plutôt qu’une (2) M. Tomasello et al., J. Hum. Evol., 52, 314, 2007.

68 • La Recherche | Octobre 2018 • N°540


autre option est l’apprentissage
par observation ou par imitation. LA VALLÉE DE L’ÉTRANGE
Pour un robot, cela consiste à exa-
miner un tuteur humain pendant Sympathie
qu’il exécute une tâche avant de la
reproduire. Problème : le robot n’est
pas aussi agile qu’un humain – les
mouvements de notre visage sont
bien plus riches et divers que ce que Niveau de sympathie
peut produire un robot. Il doit donc Vallée de l’étrange
transposer les réactions humaines
en les adaptant à ses capacités sen-
sorimotrices (et cognitives) limi-
tées. Ensuite, il faut supposer que
ses futurs interlocuteurs réagi-
ront de la même manière face à lui
que face à un tuteur humain. Rien
n’est moins sûr : même si nous ne
pouvons pas nous empêcher de
projeter des facultés cognitives
humaines sur un dispositif doté Répulsion

Notre ambition est La vallée de l’étrange est une théorie scientifique imaginée en 1970 par le roboticien japonais
Masahiro Mori (1) , selon laquelle plus un robot androïde nous ressemble, plus ses imperfec-
d’apprendre à Nina tions nous paraissent monstrueuses. Ce n’est qu’au-delà d’un certain degré de réalisme dans
à conduire un test l’imitation que les robots humanoïdes seraient les mieux acceptés. Cette vallée fait référence
de dépistage de la au concept freudien de unheimlich, un événement qui a lieu dans une situation familière
maladie d’Alzheimer mais qui suscite une angoisse, voire de l’épouvante. Plus récemment, des chercheurs de
l’université d’Osaka, au Japon (2) ont proposé une cartographie plus complexe, prenant en
d’initiative, le robot reste un objet compte nos attentes liées à l’apparence statique du robot et nos impressions résultant de sa
technologique. Or notre théorie mise en mouvement. Selon les auteurs, il existerait une « colline » optimale où l’apparence
DR - HITOSHI YAMADA/NURPHOTO/AFP - NIU BO / IMAGINECHINA / AFP - AFP PHOTO / YOSHIKAZU TSUNO

de l’esprit apprend à séparer les statique et le comportement dynamique seraient en adéquation et ne mettraient pas mal à
agents (qui agissent sur le monde l’aise l’interlocuteur.
et ont des intentions) des objets (1) M. Mori, Energy, 7, 33, 1970.
(qui subissent passivement les (2) T. Minato et al., in IEA-AIE 2004, Innovations in Applied Artificial Intelligence, Springer, p. 424, 2004.
actions des agents et des forces de
la nature) ; nous attribuons à cha-
cune de ces catégories des systèmes manière d’un marionnettiste. Pour de réalité virtuelle équipé de dis-
de valeurs distincts qui, dans le cas cela, le robot est réglé sur un mode positifs de capture de mouve-
des robots, entrent en conflit. Il passif ou « docile », dans lequel il ments, dont un oculomètre bino-
est donc difficile de transposer les suit les gestes du pilote humain culaire, le tuteur, devenu « pilote »,
comportements observés entre et se limite à compenser l’impact agit et perçoit via le corps robo-
humains à ceux qui sont attendus du poids de son propre corps sur tique de Nina et ses capteurs. Nina
d’un robot social. ses mouvements. suit alors passivement les compor-
Une dernière approche, l’appren- Pour inculquer à Nina des com- tements du pilote. Elle stocke dans
tissage par démonstration, per- portements socio-communicatifs, sa mémoire l’ensemble des signaux
met de prendre en compte les nous avons choisi cette dernière sensori-moteurs vécus lors d’expé-
contraintes sensorimotrices de option. Nous avons couplé le robot riences d’interactions entre le pilote
la machine en laissant la possibi- à une plateforme de « téléopéra- et des interlocuteurs en situation
lité au tuteur d’agir directement tion immersive », où la démons- face au robot. Une fois que cette
sur les actionneurs (les moteurs tration est faite de l’« intérieur ». mémoire comportementale dis-
et les articulations) du robot à la Concrètement, grâce à un casque pose d’un ensemble suffisant

N°540 • Octobre 2018 | La Recherche • 69


fondamentaux

Intelligence artificielle

il ne connaît rien ou presque. À


l’heure où les avancées rapides
de l’intelligence artificielle et de la
robotique suscitent enthousiasme,
crainte et fantasme, le roboticien
peut apporter des outils technolo-
(*) La
mémoire giques complémentaires au débat.
épisodique concerne
les souvenirs En particulier, il peut inculquer au
autobiographiques. robot la connaissance des limites
de ses propres compétences. À
l’instar de l’agent conversation-
nel Tay mis en ligne sur Twitter
par Microsoft en 2016, tout sys-
tème interactif est par définition
Nina conduit des entretiens neuropsychologiques avec des humains. influencé par ce qu’il perçoit… ce
qui peut le conduire à déraper hors
d’exemples d’interactions, des cependant pas sous-estimer une de son domaine de compétences,
techniques d’analyse de données et difficulté : s’adapter aux milliers de s’il est sollicité par un usager malin-
des modèles statistiques sont utili- profils psychologiques des candi- tentionné ou s’il surestime sa capa-
sés afin de doter Nina de comporte- dats au dépistage, en maintenant cité à recadrer l’interaction. En
ments interactifs autonomes. une attention constante, une bien- 24 heures, Tay était ainsi devenu
veillance courtoise et une empathie raciste et misogyne, obligeant
Courtes interactions infaillible. Tâche laborieuse mais ô Microsoft à le déconnecter.
Dans le cadre du projet Sombrero, combien utile quand il s’agit d’offrir Au robot donc de savoir identifier
financé par l’Agence nationale de la un dispositif fiable et discret – une s’il est capable – ou non – de trai-
recherche, notre ambition est d’ap- consultation robotique pouvant ter une entrée perceptive et d’es-
prendre à Nina comment conduire être perçue comme moins « impli- timer s’il est toujours dans son
des entretiens neuropsycholo- quante » que celle d’un médecin. domaine de compétence socio-
giques de manière autonome (4) . Un tel dépistage précoce béné- communicative. D’où l’importance
Ces derniers consistent à éva- ficierait au nombre croissant de d’équiper notre robot social d’un
luer la mémoire épisodique (*) de personnes malades, dont plus de POUR EN « bouton rouge », logiciel dont nous,
patients pour lesquels il existe une la moitié n’est actuellement pas SAVOIR PLUS roboticiens et autres spécialistes de
suspicion de maladie d’Alzheimer, diagnostiquée. n Simon Baron-Cohen, l’interaction sociale ou cognitive,
ou d’autres types de démence, en Contrairement aux robots com- Mind Reading, Jessica Kingsley avons la responsabilité. Ce der-
leur faisant passer un test stan- pagnons pour lesquels la difficulté Publishers, 2004. nier doit permettre au robot d’esti-
dard de seize items. En temps nor- (éthique et technique) consiste n www.gipsa-lab.fr/projet/ mer automatiquement si le modèle
mal, ces entretiens individuels à construire une relation à long SOMBRERO/videos.html d’interaction dont il est doté est
sont menés par des médecins. Ce terme avec un seul humain, notre La présentation du projet capable de gérer un échange avec
type d’échange court – un examen robot social doit avoir des interac- Sombrero, coordonné par un humain et de savoir répondre
prend environ vingt minutes – tions courtes avec une multitude Gérard Bailly. « je ne sais pas » ou de revenir à un
est bien adapté à ce que l’on peut de patients. Il existe de nombreux état de repos lorsque ce modèle
confier à un robot social. C’est en scénarios d’interactions courtes : est trop éloigné de la tâche pour
effet une tâche répétitive, avec un du robot intervieweur au robot col- laquelle il a été entraîné. n
protocole standardisé, donnant laboratif industriel, en passant par (1) G. Bailly et al., Eurasip JASMP,
lieu à une interaction finalisée où l’animateur de jeux ou d’accueil en doi:10.1155/2009/769494, 2009.
AFP PHOTO / JEAN-PIERRE CLATOT

les rôles sont bien déterminés. Il magasin. L’enjeu est donc de faire (2) A. Parmiggiani et al., Int. J. Human.
English
ne s’agit pas de se substituer au en sorte que le robot soit capable Robot., 3, 1550026, 2015.
version
praticien pour faire un diagnos- de paramétrer rapidement des (3) F. Foerster et al., IEEE-RAS,
15th International Conference on Humanoid
tic, mais de filtrer les patients qui modèles pré-appris pour les adap- Cet article est Robots, 2015.
passent le test robotisé avec suc- ter aux réactions motrices, per- disponible (4) D.-C. Nguyen et al., Pattern Recognit.
cès pour dépister ceux qui doivent ceptives et cognitives des humains en anglais sur Lett., 100, 29, 2017 ; D.-C. Nguyen et al.,
consulter un spécialiste. Il ne faut auxquels il s’adresse, et desquels researchinfrance.com IEEE CogInfoCom, 337, 2016.

70 • La Recherche | Octobre 2018 • N°540


LA CHRONIQUE Mathématiques
de Roger Mansuy

Un héritage
encore si fécond
etite devinette : quel est, d’après au mieux l’espace. On fait remonter ce la liste des commémorations nationales
P le site de référence arXiv, le
point commun de près de
problème à Johannes Kepler, au début du
XVIIe siècle, et il a été résolu, pour notre
2018 pour célébrer les 250 ans de sa nais-
sance. Si l’on suit les textes officiels, il s’agit
3 000 prépublications scientifiques depuis espace tridimensionnel, par limitation avant tout d’honorer un grand homme
le début de l’année 2017 ? En guise d’indi- à un nombre fini de cas, puis à l’aide de (même s’il ne repose pas au Panthéon) :
cation, peut-être piégeuse, je peux dire que, vérifications informatiques au début du une carrière qui l’amène à enseigner dans
dans cette sélection d’articles, on évoque XXIe siècle (1) . Maryna Viazovska s’est, la (jeune) École polytechnique, à faire par-
tout autant des appareillages à rayons X quant à elle, intéressée au problème en tie de l’expédition en Égypte de Napoléon
que des groupes de Lie, que l’on y trouve dimension supérieure et a prouvé, en 2016, Bonaparte, à être préfet à Grenoble (sous
des trous noirs, de la spectroscopie de pré- le premier Empire et durant la Restau-
cision, des réseaux de neurones pour le ration)… mais surtout à développer de
calcul quantique ou des équations aux beaux résultats mathématiques, comme
dérivées partielles… et que cette liste est l’analyse harmonique, devenue désor-
loin d’être exhaustive. Qu’est-ce qui a pu Le mathématicien mais l’analyse de Fourier. Il y a donc un
être si important et prolifique au point d’ap- apparaît dans double enjeu dans la commémoration :
paraître dans des domaines de recherche d’une part, honorer le souvenir historique
la liste des
aussi lointains et a priori disjoints ? d’un serviteur dévoué de la science et de la
La réponse est l’analyse de Fourier, commémorations France en rappelant sa destinée atypique ;
domaine des mathématiques qui permet nationales 2018 ” d’autre part, valoriser un héritage scienti-
l’étude et le traitement d’un signal via sa fique toujours fécond aujourd’hui, aussi
décomposition en une superposition de qu’un certain empilement était optimal en bien pour les mathématiques que pour la
signaux « purs », aussi appelés ondes ou dimension 8 – et a pour cela obtenu plu- physique et les « nouvelles » technologies.
ondelettes. Ce principe, que l’on connaît sieurs prix en mathématiques (2) . Si l’on Profitons de cette célébration pour retrou-
en musique sous le nom de décomposi- oublie les détails techniques (et il y en a ver Fourier en dehors des publications
tion en harmoniques, s’applique en fait à beaucoup tant la preuve requiert de minu- scientifiques : des séminaires grand public
de nombreux « signaux » ou, pour le dire tie), l’une des étapes clés consistait « sim- jusqu’à l’exposition sur les murs de sa ville
plus mathématiquement, à de nombreuses plement » à trouver une fonction particu- natale, Auxerre, il y a forcément une mani-
fonctions. Même si, dans beaucoup de lière qui jouissait de certaines propriétés et festation pour vous ! Q
situations, on perd une partie de l’inter- dont la transformée de Fourier possédait (1) code.google.com/archive/p/flyspeck
prétation physique, on conserve l’efficacité simultanément d’autres propriétés. (2) L’article original : M. S. Viazovska, arxiv.org/
de cette analyse en fréquence, en introdui- pdf/1603.04246.pdf, 2017 ; la version « vulgarisée » :
sant la série de Fourier ou la transformée de IL Y A FORT à parier que Joseph Fourier www.ams.org/publications/journals/notices/201702/
Fourier associée à une fonction abstraite. (1768-1830) lui-même ne reconnaîtrait rnoti-p102.pdf
pas sa théorie dans cet article et qu’il
PRENONS UN EXEMPLE récent. La serait surpris de son omniprésence dans Roger Mansuy est professeur au lycée Saint-Louis,
mathématicienne ukrainienne Maryna les recherches actuelles. Élaborée au début à Paris, et membre de la Commission française
Viazovska s’est attaquée à un problème du XIXe siècle, elle lui permettait d’expli- pour l’enseignement des mathématiques (CFEM).
célèbre : quel est le meilleur – le plus com- quer analytiquement la propagation de la Retrouvez tous les événements de
pact – empilement de sphères de même chaleur dans un matériau. L’importance l’année 2018 concernant Joseph Fourier
taille ? Il s’agit de trouver comment dispo- de cette théorie lui vaut un honneur rare sur perso.ens-lyon.fr/patrick.flandrin/
ser les sphères de sorte qu’elles remplissent pour un mathématicien : il apparaît dans Fourier250/evenements.html
DR

N°540 • Octobre 2018 | La Recherche • 71


fondamentaux

Physique

Le mystère des
écoulements ramifiés
Jeanne Bernard et Louison Thorens, École normale supérieure de Lyon

L’écoulement de liquides, comme le miel ou le lait caillé, sur un verre


produit des motifs de ramifications. Des étudiants en physique ont tenté
de modéliser le phénomène. La répartition des particules dans
le fluide n’étant pas homogène, il se crée sur le support des « chemins »
préférentiels, à l’origine de ces figures fascinantes.

ue faire lors- possible. C’est ainsi que de nom- est alors de les modéliser par le sys-

Q
qu’on vous breux mystères de la physique ont tème le plus simple possible, dont
soumet une été résolus : que ce soient les cou- nous contrôlons parfaitement les
photogra- leurs changeantes du ciel au cours paramètres et à partir duquel nous
1 2
phie mystère de la journée ou bien l’effet photoé- pourrons construire une théorie.
montrant des lectrique, par exemple, c’est à par- PHYSICIENS
structures analogues à des ramifi- tir de l’observation que des modèles Agrégée de Caractère fractal
physique, Jeanne
cations d’arbres ? L’objectif de ce ont pu être établis. Les instabilités hydrodynamiques
Bernard (1) suit
problème posé dans le cadre du Dans notre cas, le déclic s’est fait sont très étudiées en physique.
le M2 de physique
Tournoi international des physi- après avoir remarqué que des quantique à l’ENS Ce champ d’étude foisonnant
ciens était d’essayer de modéliser traces de miel sur son pot ressem- de Paris. Louison aurait-il déjà produit un méca-
les instabilités hydrodynamiques blaient étrangement à celles lais- Thorens (2) entame nisme susceptible d’expliquer
créant ces structures. Comme ce sées par du lait caillé ou du yaourt une thèse sur ces structures ramifiées ? Cer-
problème était ouvert – c’est le prin- à boire sur un verre, et également à la sédimentation tains phénomènes classiques en
cipe du tournoi (lire p. 74) –, nous celles de notre photographie mys- de particules hydrodynamique, comme l’effet
ne pouvions pas nous référer à des tère. Coïncidence ? Il semblerait ferromagnétiques, Marangoni – transport de matière
modèles existants : nous devions que non ! Si ces trois phénomènes en cotutelle entre sous l’effet d’un gradient de ten-
expérimenter. Mais encore fallait-il aboutissent à des structures sem- l’ENS de Lyon sion superficielle (*) – ou l’effet
et l’université d’Oslo.
savoir ce que nous voyions sur cette blables, c’est qu’il est possible de Saffman-Taylor – instabilité à l’in-
photographie ! les décrire par les mêmes proces- terface entre deux fluides de visco-
Aucun scientifique n’y échappe : sus et les mêmes équations. L’enjeu sités différentes –, produisent des
toute démarche d’investigation structures qui peuvent paraître
d’un phénomène encore inexpliqué semblables à notre photogra-
commence par la traduction des
Contexte Le Tournoi international des physi- phie de départ. D’ailleurs, l’effet
observations en une modélisation. ciens, né en 2009, demande de combiner observation Saffman-Taylor, également bap-
ÉTIENNE MOUTOT - DR

Celle-ci est affinée au cours des tra- et modélisation. Des étudiants ont mené une enquête tisé « digitation visqueuse », a été
vaux de recherche, jusqu’à être en scientifque et se sont attaqués cette année à un pro- le point de départ de plusieurs
mesure d’expliquer le phénomène blème ouvert : l’instabilité des écoulements liquides. équipes du tournoi qui voulaient
en question le plus précisément étudier le phénomène.

72 • La Recherche | Octobre 2018 • N°540


Comme du miel s’écoulant sur un pot, la formation d’un delta (ici, celui de la Léna, fleuve de Sibérie) présente des motifs de ramifications.

En fait, les figures laissées par du complètement le phénomène motifs d’écoulement ne changent
miel sur son pot ou par du lait – aucune équipe n’y est parvenue –, pas d’aspect quand on les regarde à
caillé sur un verre ressemblent mais nous avons pu montrer expé- différentes échelles : c’est une frac-
plus à la formation d’un delta par rimentalement que ces figures mys- tale. Quel fluide devions-nous utili-
l’érosion. L’étude de ces figures térieuses ont un caractère fractal ser ? Le point commun entre le miel
aussi fascinantes que complexes remarquable. Nous avons égale- et le lait caillé est la composition du
nécessite la mise en place d’une ment mis en évidence les proprié- système : dans les deux cas, il s’agit
démarche scientifique à partir de tés géométriques liées à la nature de particules microscopiques – du
rien (ou presque). Essais, conjec- (*) La
tension du fluide s’écoulant. sucre ou des graisses essentielle-
tures, modélisations, expériences, superficielle est une ment – dans un fluide mouillant.
analyses et – espérons-le ! – décou- force qui résulte de Viscosité du fluide C’est la raison pour laquelle nous
vertes, voilà le cheminement qui l’augmentation d’énergie à La clé du problème se trouve dans avons choisi de commencer notre
l’interface entre deux
attend tout physicien curieux et fluides. Elle explique la la composition de la substance uti- étude en analysant les figures lais-
touche-à-tout qui souhaite s’atta- forme des gouttes ou des lisée : il suffit que cette dernière sées sur une paroi inclinée par
quer à une question non résolue. mousses. soit constituée de particules sédi- l’écoulement d’un mélange d’eau
C’est bien ainsi qu’avec notre mentant dans un fluide mouillant distillée et de poudre abrasive.
équipe de l’École normale supé- la paroi pour qu’elle laisse derrière Ce choix n’est pas aussi exotique
rieure de Lyon (1) , nous avons levé elle de tels motifs de ramifications. qu’il y paraît. D’une part, l’eau dis-
le voile sur la forme et les dimen- L’analyse de ces figures d’érosion a tillée est un liquide pur se trou-
sions caractéristiques de ces mys- permis de comprendre le rôle de vant dans tout laboratoire. D’autre
NASA GODDARD

térieuses structures. Après plu- la viscosité du fluide, ainsi que de part, la poudre abrasive (du type
sieurs mois de travail, nous ne la concentration en particules, sur utilisé pour le polissage du verre)
sommes pas parvenus à modéliser la taille des canaux. Par ailleurs, les – bon marché et rapidement

N°540 • Octobre 2018 | La Recherche • 73


fondamentaux

Physique

LAIT CAILLÉ
disponible – permet de frayer un chemin à travers une
modéliser les particules micros- foule : le plus rapide est de passer
copiques. Ce genre de poudre par les zones avec le moins de per-
(oxyde de cérium) est inerte chimi- sonnes. Une partie des particules
quement, qualité indispensable adhère à la paroi, grâce à des forces
pour la modélisation recherchée. d’origine électrostatique (du type
Notre problème est donc gran- 1 cm
forces de van der Waals). L’écou-
dement simplifié : partant de sys- lement charrie les particules res-
tèmes complexes, nous le rame- EAU ET POUDRE tantes, celles qui n’adhèrent pas
nons à l’étude d’un fluide composé à la surface et qui sont situées
d’un mélange d’eau distillée et de dans des zones de faible densité
poudre microscopique. de grains, incapables de bloquer
ou de dévier le flux. C’est ainsi que
Forces électrostatiques se forment les figures observées,
Avec ce mélange, nous avons obtenu dont la régularité est particulière-
des motifs remarquablement sem- ment fascinante.
blables à ceux qui sont observés avec 1 cm
Le mécanisme de base étant iden-
du lait caillé (ce que représentait tifié, il s’agit de déterminer les fac-
finalement la photo mystère). Obte- Les motifs d’écoulement du lait caillé sur une surface teurs qui ont une influence sur le
nir ces figures est simple : l’eau distil- sont remarquablement similaires à ceux obtenus phénomène étudié. Nature et taille
lée et la poudre solide sont d’abord avec de l’eau distillée mélangée à de la poudre solide. des grains, concentration de poudre
mélangées mécaniquement, avant dans le mélange, nature du fluide
que le fluide tamisé ainsi obtenu soit ces figures (2) . Après analyse des (viscosité, tension de surface…),
versé sur une paroi. Celle-ci est incli- séquences, une tendance appa- nature et inclinaison de la paroi,
née pour permettre l’écoulement. raît. Lorsque le fluide s’écoule sur la température… Lesquels sont plus
Après quelques minutes, le fluide paroi, il rencontre des zones qui pré- POUR EN importants ? Lesquels sont négli-
a laissé sur la paroi des motifs régu- sentent moins de résistance au flux SAVOIR PLUS geables ? Nous avons d’abord joué
liers de ramifications. descendant, car la répartition ini- n iptnet.info sur la taille des grains. Celle-ci est
Une fois une expérience type mise tiale des particules dans le mélange Le site de l’International primordiale, car s’ils sont trop petits
en place, nous l’avons exploi- n’est pas rigoureusement homo- Physicists’ Tournament. – de rayon inférieur à 1 micromètre,
tée pour comprendre le déroule- gène. Ces zones forment des « che- n france.iptnet.info comme dans les colloïdes –, la sédi-
ment du phénomène et l’appari- mins » préférentiels. Le site du tournoi français. mentation est absente et il ne peut
tion de telles figures. Pour ce faire, Ce mécanisme est similaire à celui se former de figures ramifiées. Pour
nous avons filmé la formation de d’une personne essayant de se notre étude, la taille des grains

UN TOURNOI DE SCIENCE EXPÉRIMENTALE


Et si l’on enseignait la physique non pas de 15 pays diférents qui se sont afrontées. clôturent cette longue préparation, les
par des cours, mais en expérimentant ? L’équipe de l’École normale supérieure équipes présentent leurs résultats, qui sont
C’est l’idée qui a poussé à créer l’Interna- de Lyon, dont faisaient partie Jeanne alors critiqués par l’équipe adverse en vue
tional Physicists’ Tournament (IPT), selon Bernard et Louison Thorens, vainqueur d’améliorer la réponse au problème posé.
sa dénomination ofcielle. Il s’agit d’une de la sélection française en février 2017, Le succès de cette nouvelle façon d’abor-
compétition d’étudiants en physique (de a représenté la France et a terminé qua- der la science expérimentale ne se dément
JEANNE BERNARD ET LOUISON THORENS

niveaux L3 et M1 – bachelor et master), trième du tournoi. pas. En 2018, le tournoi a eu lieu à Moscou,
qui regroupe des équipes de six étudiants Les étudiants se défent autour de 17 pro- avec 16 pays, et a vu la victoire de la Suisse
venus du monde entier. Lors de la première blèmes touchant à tous les domaines de représentée par une équipe de l’École po-
édition, qui s’est tenue en 2009 à Kiev, la physique. Chaque équipe a huit mois lytechnique fédérale de Lausanne. L’insti-
en Ukraine, le tournoi ne rassemblait que pour préparer une réponse expérimen- tution gagnante, comme c’est la coutume,
deux pays : l’Ukraine et la Russie. En 2017, tale, appuyée par un modèle pour chaque accueille le tournoi suivant, qui aura donc
à Göteborg, en Suède, ce sont 18 équipes problème. Lors des joutes oratoires qui lieu à Lausanne en avril 2019.

74 • La Recherche | Octobre 2018 • N°540


utilisés est donc de quelques micro- appelle la fonction d’autocorré-
mètres au moins. La détermination lation des images. À l’aide d’un
d’une taille maximale de grains est traitement numérique, il est alors
plus délicate : elle dépend non seu- possible de déduire les tailles carac-
lement de l’épaisseur de la couche téristiques des canaux à l’intérieur
de fluide sur la paroi (de l’ordre de de nos figures.
50 micromètres, la largeur approxi- Deuxième outil d’analyse utilisé : le
mative d’un cheveu), mais aussi des box counting, qui consiste à sépa-
interactions entre les particules et la rer l’image en petits carrés. En
paroi, qui sont difficiles à décrire et variant la taille des carrés et en fai-
à quantifier précisément. sant le ratio entre le nombre de car-
Nous nous sommes aussi intéres- rés occupés et le nombre de carrés
sés au rôle des propriétés du fluide, vides, on quantifie la nature fractale
dont dépendent les interactions des figures observées et à quel point
électrostatiques. Ainsi, nous ces dernières remplissent le plan :
avons étudié expérimentalement c’est la dimension fractale.
l’influence du pH ou de la salinité Une fois nos outils numériques
de la solution sur les figures obte- conçus, nous avons finalement pu
nues. En ajoutant d’une part de traiter les différentes images obte-
l’acide chlorhydrique et d’autre nues lors des expériences. Notre
part du sel de table, les particules résultat principal est le suivant :
la taille des canaux augmente
Le mécanisme est linéairement avec la concentra-
similaire à celui tion du liquide en poudre abra-
sive. En outre, nous avons mon-
d’une personne tré non seulement que les objets
se frayant un chemin étudiés étaient effectivement des
à travers une foule fractales, mais également que leur
dimension fractale ne variait pas
s’agrègent différemment et la lorsque l’on changeait les proprié-
nature des figures formées est alors tés physico-chimiques du fluide. Ce
complètement modifiée. dernier résultat intrigant reste tou-
Enfin, une fois ces propriétés tefois encore un mystère.
chimiques étudiées, nous avons Nos expériences ont permis de
observé les changements induits mettre en évidence les paramètres
par les propriétés physiques du du problème, mais la modélisa-
liquide : viscosité et tension de tion précise fait encore défaut, car
surface. À nouveau, les motifs de beaucoup de paramètres entrent
ramifications évoluent lorsque en jeu. Lors de la présentation de
l’on ajoute du glycérol ou du sur- nos travaux pendant le tournoi,
factant (l’un des constituants du seule une autre équipe – celle de
liquide vaisselle). Russie – était parvenue à expli-
Afin de poursuivre notre démarche quer le phénomène de ramifica-
scientifique, nous avions besoin tion, mais à l’aide d’une simula-
d’outils quantitatifs pour analyser tion numérique. Encore du travail
les résultats, c’est-à-dire décrire pour les modélisateurs ! Q
quantitativement les figures de (1) L’équipe de l’ENS de Lyon était représentée
ramification obtenues. Notre pre- par les encadrants Nicolas Taberlet, Nicolas
mière idée a été de comparer Plihon et Jérémy Ferrand ; et les étudiants
Léa Lachaud, Élise Camus, Tristan Guyomar,
l’image d’une expérience don- Ariane Gayout, Quentin Marsal, Flavien
née avec une copie d’elle-même, Museur, Louison Thorens et Jeanne Bernard.
autrement dit étudier ce que l’on (2) tinyurl.com/flat-trees
fondamentaux

Histoire des sciences

L’alchimie arabe du Moyen Âge,


une avancée pour la science
La quête de la transmutation de la matière a longtemps été considérée
comme une discipline exclusivement fondée sur des principes occultes et
mystiques. Mais des travaux réalisés sur les métaux dans le monde
arabo-médiéval laissent transparaître des éléments caractéristiques
d’une science chimique qui n’émergera que des siècles plus tard.

es premières traces rend, entre autres, possible la puri- Les écrits de

L
d’une véritable pra- fication de l’alcool à partir du vin. l’alchimiste du
tique alchimique ont Mais le caractère innovant de Ja-bir VIIIe siècle Ja-bir
été trouvées, notam- Ibn Hayya-n réside avant tout dans Ibn Hayya-n (Geber)
ment sous forme de sa capacité d’observation et d’argu- décrivent des procédés
complexes, tels que
papyrus, dans l’an- mentations pratiques. L’école qu’il
la cristallisation ou la
cienne Égypte gréco-romaine, à fonde à la fin du VIIIe siècle prône
distillation (couverture
Alexandrie, et datent d’une période une alchimie expérimentale ayant d’une traduction
estimée entre le début de notre ère des répercussions sur la vie quoti- du XVIe siècle d’un
et le IIIe siècle. L’alchimie arabe dienne, par la fabrication de tissus de ses traités).
est quant à elle apparue à la fin du imperméables, d’antimoustiques,
VIIe siècle, avec les traductions des de parfums ou par l’élaboration
textes grecs et coptes. Mais l’ap- de nouvelles techniques de déco-
port des savants moyen-orientaux ration. Les travaux consacrés
ne peut être réduit à un simple aux métaux prennent alors une
relais des connaissances antiques place prépondérante.
– loin de là.
Les premières grandes avancées Pierre philosophale possible de transformer la matière
peuvent être attribuées à Ja-bir Ibn Depuis l’Antiquité, la tradition- – le plomb en or par exemple –,
Hayya-n (connu en Occident sous nelle quête d’un procédé de trans- reste l’un des principaux objectifs
le nom latinisé Geber, 721-815). mutation, par lequel il deviendrait de l’alchimie. Mais l’idée de trans-
Ses écrits reflètent une utilisation mutation des métaux, notamment
de procédés complexes, tels que en Occident, est souvent associée
la cristallisation ou la distillation,
Contexte La plupart des savants du Moyen- à une approche occulte, dénuée de
pratiques connues à partir de l’An- Âge sont en accord avec le dogme aristotélicien en bon sens. L’image de la pierre philo-
tiquité et améliorées par les prati- vigueur depuis l’Antiquité. Il avance que la compo- sophale ou celle de Nicolas Flamel,
ciens arabes médiévaux. L’alambic, sition de la matière s’explique au moyen des quatre personnage sans cesse romancé,
ustensile utilisé pour la distillation, éléments fondamentaux (terre, eau, air et feu) et de viennent en effet porter cette per-
ne cesse par exemple d’être per- quatre qualités (chaud, froid, humide et sec), aux- ception couramment répandue.
SELVA/LEEMAGE

fectionné, notamment en opti- quelles les alchimistes arabes ont ajouté deux principes Pourtant, la transmutation semble
misant sa forme. Le système de (mercure et soufre). bien susciter, dès le IXe siècle, des
refroidissement évolue lui aussi et réflexions d’ordre scientifique – ou

76 • La Recherche | Octobre 2018 • N°540


du moins pratique – quant à la fai-
sabilité matérielle du processus.
Ne nous méprenons pas, la dimen-
sion métaphysique n’est pas pour
autant évincée. Ja-bir Ibn Hayya-n
y attache même une importance
capitale : l’étude des relations entre
corps, âme et esprit est essentielle ;
la transformation de la matière va
de pair avec une transformation de
l’âme de celui qui la pratique. Mais
cette vision spirituelle n’est pas
unanime. Le savant d’origine perse
Abu - Bakr Muhammad Ibn Zakariya-
al-Raz , plus connu sous le nom de
Rhazès (865-925), admet l’idée de

La matière qui
s’évapore lorsqu’elle
est chauffée fait
partie de la classe
des « esprits »
transmutation des métaux, mais se
base sur un raisonnement dénué
de toute explication métaphysique.
Comme le souligne l’historienne
des sciences Mehrnaz Katouzian-
Safadi, de l’université Paris-Dide-
rot, il s’agit pour lui d’un « événe-
ment scientifiquement concevable et
matériellement possible ». D’autres,
comme Al-Kind (801-873), consi-
déré comme l’un des plus grands
philosophes de son époque, n’ac-
cepte tout simplement pas la possi-
bilité d’un tel processus.
Malgré des divergences d’opi-
nions philosophiques, les alchi-
mistes s’accordent sur l’ensemble
UNIVERSAL HISTORY ARCHIVE/UIG/BRIDGEMAN IMAGES

des entités – minéral, végétal et Ja-bir Ibn Hayya-n est représenté sur ce codex d’alchimie italien. Ses travaux ont contribué
animal – susceptibles d’être étu- aux prémices de la chimie : il a identifié sept métaux, dénommés alors « corps fusibles ».
diées et manipulées. Et les « corps
fusibles », ou ce que nous défi- Il se fonde sur l’effet de la chaleur quant à eux, stables à haute tem-
nirions aujourd’hui comme des sur la matière. Celle qui s’évapore pérature. La volatilité fait office de
métaux, se trouvent souvent au lorsqu’elle est chauffée fait partie critère de démarcation. Le nombre
centre des attentions. Une pre- de la classe des « esprits » (arwa-h). de corps fusibles et leur nature
mière constatation de l’importance On y trouve le mercure, le soufre peuvent varier en fonction des diffé-
de l’observation dans les travaux de ou l’arsenic. Les « corps fusibles » rentes écoles. Pour Ja-bir Ibn Hayya-n,
Ja-bir Ibn Hayya-n vient de sa classi- (ajsa-m) – l’or, l’argent, le fer, le notamment, il y en a sept. D’autres,
fication des différentes substances. cuivre, l’étain et le plomb – restent, comme Ibn S na-, plus connu

N°540 • Octobre 2018 | La Recherche • 77


fondamentaux

Histoire des sciences

sous le nom d’Avicenne (980- matériaux. La capacité des diffé-


1037), en compte six. Ils y incluent rents corps fusibles à se liquéfier à
tous l’or, l’argent, le cuivre et le fer, des températures variées se trouve
substances dont l’identification est aussi au centre des expérimenta-
relativement acquise depuis l’An- tions et nous rapporte à la notion
tiquité. Bien que les avis divergent moderne de point de fusion.
quant à l’appartenance des deux
ou trois substances restantes à la Mesures de densités
famille des corps fusibles, les écrits Des données chiffrées nous sont
arabo-médiévaux, contrairement également parvenues. Leur corres-
aux manuscrits antiques qui nous pondance avec la littérature scien-
sont parvenus, semblent bien révé- tifique contemporaine n’en est
ler une relative maîtrise de leur iden- que plus significative. Des écrits
tification. Il existe des composés révèlent en effet des mesures de
nommés usrub, rasa-s, qala’ , rasa-s densités, plus précisément la den-
usrub, rasa-s qala’ , a-nuk ou abba-r sité d’un corps par rapport à celle de
qui sont assimilables aux métaux l’or. Par exemple, Al-B ru - n montre
que l’on connaît aujourd’hui sous que, pour obtenir un même volume
le nom de plomb, d’étain ou d’an- d’or et d’usrub, il faut 60 et 1/8
timoine : la dénomination d’un masses d’usrub pour 100 masses
même corps n’est pas forcément d’or ; soit, en termes modernes,
identique en fonction du savant. une densité de l’usrub par rapport à
Par exemple, on trouve le plomb celle l’or de 0,61. Sachant que cette
sous l’appellation de usrub chez valeur est actuellement admise à
certains ; alors que d’autres le nom- 0,59 pour le plomb, la corrélation
ment a-nuk ou abba-r. C’est grâce La conception de balances fiables suscite un grand intérêt entre usrub et plomb prend ici
aux travaux de chercheurs contem- chez les savants du Moyen-Orient médiéval et certains d’entre tout son sens.
porains, tel Bassam El-Eswed, pro- eux font progresser la qualité des pesées. La qualité d’expérimentation des
fesseur de chimie analytique à l’uni- praticiens n’est pas le seul facteur
versité jordanienne d’Al-Balqa’, que (973-1050), érudit perse aux multi- d’une telle précision. Tant pour les
nous pouvons actuellement attri- ples activités, constate que l’usrub alchimistes que pour les méde-
buer à chaque dénomination arabe est plus doux au toucher que n’im- cins et pharmaciens, la justesse des
POUR EN
de l’époque un élément du tableau porte quel autre corps fusible. mesures constitue un enjeu fon-
SAVOIR PLUS
périodique. Ils comparent les don- Sachant que, en termes contem- damental dans le Moyen-Orient
n M. Katouzian-Safadi,
nées obtenues par les alchimistes porains de dureté, le plomb est médiéval. La conception de balances
« L’alchimie arabe », in Les
l’un des métaux les plus doux, un fiables et efficaces vient ainsi susci-
Sciences arabes, Actes Sud, 2005.
On constate que premier rapprochement entre l’us-
n R. Halleux, « La réception de
ter un intérêt considérable. Fort de
rub et le plomb peut être déduit. Les leurs compétences artisanales et
l’usrub (le plomb) est l’alchimie arabe en Occident »,
sons émis par frottements servent portés par des connaissances sur
plus doux au toucher également d’éléments de différen-
in Roshdi Rashed (dir.),
les volumes et densités, certains
Histoire des sciences arabes,
que n’importe ciation. Des membres des Frères savants, comme Al-Raz , s’inves-
Seuil, 1997.
quel autre métal de la pureté (Ikhwa- n al-Safa- ’), tissent dans la construction de dis-
groupe de savants anonymes prô- positifs innovants et font progresser
avec les propriétés physiques et nant, au Xe siècle, la tolérance par la qualité des pesées.
chimiques contemporaines, et il la connaissance, remarquent une Toujours dans l’optique d’amélio-
GIANNI DAGLI ORTI / AURIMAGES

apparaît souvent une correspon- émission de bruits stridents lors rer leurs connaissances, les alchi-
dance manifeste. du frottement du qala’ . Il s’agit là mistes se consacrent à la pré-
Les différences de couleurs, généra- d’une propriété caractéristique de paration d’alliages (dans le sens
lement porteuses de significations l’étain qui s’explique actuellement d’un simple mélange entre deux
spirituelles, captent en premier lieu par un phénomène de « maclage », métaux). L’intérêt de ces travaux est
l’attention des alchimistes. Le sens déformation causée par la structure également pratique. Des ustensiles
du toucher est sollicité : Al-B ru-n cristalline particulière de certains à usages variés, principalement

78 • La Recherche | Octobre 2018 • N°540


de cuisine, sont conçus. Certains de ces dénominations arabes est la matière. Chez la plupart d’entre
alliages, tel le bronze, sont connus par ailleurs loin d’être anodine. eux, la pratique alchimique est
et utilisés depuis l’Antiquité. Mais Elles correspondent à l’effet de indissociable de la quête spirituelle
les préparations et observations facteurs extérieurs sur les corps ; qu’elle implique.
des alchimistes arabes médiévaux notamment un changement de
semblent, là encore, renfermer cer- couleur dû à l’interaction de la Discipline décrédibilisée
tains fondements rudimentaires de chaleur. Il est intéressant de voir Bien qu’il ne soit pas systématique,
la chimie moderne. Les Frères de la que cette méthode de nomencla- l’ésotérisme y est souvent de mise.
pureté et Al-B ru-n montrent, par ture est comparable à celle qui fut Et on ne peut nier l’existence de
exemple, que le mélange entre le introduite par le chimiste Antoine pseudo-praticiens, principal motif
cuivre et le rasas (identifié comme Lavoisier vers la fin du XVIIIe siècle. de décrédibilisation de la discipline,
étant de l’étain) produit une subs- ayant connaissance des propriétés
tance nommée isf druyeh (le de certaines substances et profitant
bronze actuel). En mélangeant du de la crédulité du peuple pour s’en-
cuivre et de l’usrub (plomb), ils richir. On trouve, par exemple, dans
obtiennent du bitrawi (on parle- une œuvre anonyme parue vers le
rait aujourd’hui de cuproplomb). XIIIe siècle, l’histoire d’un homme
En comparant ces deux proces- qui prétend réaliser une prouesse
sus, ils notent que, contrairement en parvenant à introduire un œuf
au plomb, l’étain fond en même cru dans une bouteille – alors qu’il
temps que le cuivre pour aboutir à l’avait préalablement immergé
un mélange homogène. Ce constat dans du vinaigre pour assouplir
leur permet de classer ces deux sa coquille.
mélanges dans différentes caté- Il est néanmoins indéniable que
gories. L’isf druyeh fait partie des l’alchimie renferme, comme la
mélanges dit interactifs (imtiza-j). Le science arabo-médiévale dans son
bitraw est un mélange simple. Ils ensemble, un aspect innovant qui
montrent ainsi que l’« interaction » rappelle bien souvent la méthode
entre le cuivre et l’étain est plus scientifique expérimentale intro-
forte qu’entre le cuivre et le plomb. duite en Occident à la Renaissance.
Nous savons aujourd’hui que, à L’influence des travaux originaux
même température, la solubilité de des alchimistes arabes sur les
l’étain dans l’alliage cuivre-étain est chimistes modernes n’aurait d’ail-
bien plus élevée que celle du plomb leurs rien de chimérique. Comme
dans l’alliage cuivre-plomb. l’évoque Robert Halleux, historien
Ce qui est défini par Al- B ru- n Les alchimistes arabes médiévaux n’ont cessé de des sciences et techniques belge,
comme « interaction », au croise- perfectionner les ustensiles utilisés pour la distillation « c’est seulement à la Renaissance
ment des Xe et XIe siècles, semble et la sublimation, comme ici cet alambic en verre. que les Arabes se verront réduits au
bien assimilable à la notion rôle d’interprètes des Grecs ». Pour
contemporaine de solubilité entre Un oxyde de métal, par exemple, Julius Ruska, orientaliste allemand
solides. Et de tels critères de classi- correspond à un métal auquel de et auteur d’études approfondies
fication ne sont pas sans rappeler l’oxygène a été ajouté par com- sur la littérature alchimique, « on
ceux couramment utilisés dans la bustion, quand le terme de mur- ne pourra jamais le dire avec assez
science moderne. darsanj se réfère à un corps fusible d’insistance, l’alchimie de l’Occi-
Les alliages ne sont pas les seules qui est devenu blanc après avoir dent latin ne doit à peu près rien
préparations à faire intervenir des été brûlé. aux Grecs ; aux Arabes, elle doit à
corps fusibles. Les termes d’isrinj, Bien évidemment, il existe un déca- peu près tout. […] Ce ne sont pas les
de murdarsanj ou d’isf da-j, qui lage considérable du point de vue alchimistes grecs, mais les traduc-
apparaissent dans certains écrits, des connaissances théoriques. tions d’ouvrages originaux arabes
SSPL/LEEMAGE

ont pu être corrélés aux notions Les alchimistes arabes du Moyen- qui ont frayé la voie au développe-
modernes de sulfates, d’oxydes Âge sont loin d’imaginer la réalité ment occidental ». Q
et de carbonates. La signification des principes fondamentaux de Adrien Foucquier

N°540 • Octobre 2018 | La Recherche • 79


livres
A-t-on perdu notre lien
à la nature ?
La démission de Nicolas Hulot a semble-t-il réveillé la mobilisation populaire en faveur
de la protection de la nature, dans un contexte où les menaces qui pèsent sur cette
dernière vont croissant. Mais de quelle nature parle-t-on au juste ? En effet, comme
le montre le livre dirigé par Philippe Descola, Les Natures en question (Odile Jacob),
si les « lois de la nature » sont universelles, l’idée de nature ne l’est guère.
Quant aux finalités qui motivent sa protection, elles peuvent être très diverses, voire
antagonistes, et les résultats peu probants, ainsi que le souligne Valérie Chansigaud
dans Les Combats pour la nature (Buchet-Chastel). Q

Entretien avec Valérie Chansigaud

L’échec des mouvements de


défense de l’environnement ”
Dans son dernier livre Les Combats pour la nature, l’historienne formalisation de l’étude systématique des
des sciences Valérie Chansigaud met en évidence les liens étroits interrogations sur ce qui forme l’environ-
entre la sauvegarde de l’environnement et le progrès social. nement et un sujet quelconque – plante,
Elle dresse aussi un bilan peu reluisant des combats politiques actuels animal, être humain ou société humaine.
en faveur de la nature. Un des premiers penseurs de ces
combats est l’économiste britannique
Thomas Malthus (1766-1834). Selon
La Recherche À quand remonte importantes se produisent à peu près en vous, il est souvent mal cité. Pourquoi ?
l’émergence des combats politiques même temps : l’émergence de la société Pas mal de militants de l’environnement
pour la nature ? industrielle et celle d’une pensée scien- croient que Malthus a pensé l’équilibre
Valérie Chansigaud À l’époque des tifique environnementale. Sur ce dernier entre les ressources naturelles (à travers l’ali-
Lumières, au XVIIIe siècle. Se mettent point, il ne faut pas se tromper : penser l’in- mentation) et la démocratie. Sauf qu’il ne
en place à ce moment-là une pensée et teraction de l’être humain, d’un animal ou s’intéresse à ces questions-là que secondai-
un système politique – la démocratie –, d’une plante avec son environnement est rement. Ce qui le motive dans l’utilisation
censés améliorer les sociétés humaines. une banalité en histoire naturelle. On fait d’un raisonnement pro-environnemental,
Cette conjonction entraîne une transfor- cela depuis toujours. Mais, entre la fin du c’est son instrumentalisation, afin de com-
mation radicale. Deux autres bascules XVIIIe et le début du XIXe siècle, il y a une battre l’idée de progrès – c’est clair dès le

80 • La Recherche | Octobre 2018 • N°540


titre de son premier livre, L’Essai, où il s’op-
pose aux penseurs égalitaires de la Révo-
lution française – et de justifier les inéga-
lités sociales. En effet, pour lui, le progrès, VALÉRIE CHANSIGAUD
en permettant aux pauvres de se reproduire HISTORIENNE DES SCIENCES
– parce que sa cible, ce sont bien les pauvres, ET DE L’ENVIRONNEMENT,
dont il veut limiter le nombre – et en sous- elle est chercheuse associée
trayant l’humanité aux lois de la nature, au laboratoire Sphère (université
va dégrader la qualité de la société, pro- Paris Diderot – CNRS).
voquer des désordres sociaux. En d’autres Ses thématiques de recherche
termes, la raison pour laquelle Malthus comprennent l’histoire
défend l’idée que la nature est bonne, c’est environnementale, celle
parce qu’elle est une force régulatrice de la des relations entre l’homme
société, à laquelle il ne faut pas s’opposer, et la nature sauvage,
sous peine de catastrophe. et les interactions entre santé
Quelles sont les limites de et environnement.
son raisonnement ?
Elles tiennent à sa vision extrêmement plate façon de penser l’humanité sans y inclure Ou, pour reprendre une formule que j’aime
de l’humanité : chez lui, elle est réduite à les combats sociaux qui la traversent, on la beaucoup, et qui vient d’un penseur améri-
un nombre, qui ne prend pas en compte retrouve chez certains militants et penseurs cain, Murray Bookchin : « Un gamin de Har-
les différences sociales entre les gens. D’ail- de l’environnement. Et ça, quelle que soit lem n’a pas la même responsabilité environ-
leurs, cette vision perdure. Vous vous sou- l’époque. Je pense par exemple à l’écolo- nementale que le PDG d’Exxon ».
venez peut-être de l’appel sur la dégra- giste américain Aldo Leopold : nulle part, La protection de l’environnement a
dation de la planète lancé dans la revue dans son Almanach d’un comté des sables, conduit les penseurs à opposer nature
BioScience, en novembre 2017, par plus de qui est par ailleurs une œuvre magnifique et progrès. Pourquoi ?
15 000 scientifiques (1) . Il comportait 9 gra- du milieu du XXe siècle, on ne trouve la Certains penseurs, et Jean-Jacques
phiques. Une seule de ces courbes concer- moindre référence à la ségrégation raciale Rousseau en est un autre exemple, sont
nait l’humanité et elle ne portait pas sur la qui sévit à l’époque. Or il me semble impor- en effet persuadés, dès le XVIIIe siècle, que
croissance du capital, les échanges com- tant de prendre en compte les différences le progrès produit les vices du monde,
merciaux, les inégalités, mais sur la démo- entre les gens, de faire la distinction entre qu’« avant », il y avait un âge de félicité où les
graphie. On retrouvait donc cette vision ceux qui profitent de la destruction de êtres humains vivaient de façon libre, dans
où tout était ramené au même plan. Cette l’environnement et ceux qui la subissent. un monde sain. Je cite aussi, dans le livre,
l’exemple de Bénédict Morel, un des grands
cliniciens psychiatriques du XIXe siècle. Il va
étudier les aliénés, les malades mentaux et
Les Combats pour la nature il sera l’un des grands promoteurs de l’idée
Les enjeux environnementaux antagonistes : on trouve des de dégénérescence. Selon lui, celle-ci serait
sont éminemment politiques. mouvements progressistes, causée par le progrès qui, en éloignant
Ils sont également conservateurs, anarchistes, l’homme de la nature, produirait ce type de
indissociables des questions fascistes, etc. Tous, d’une pathologie. L’idée que le progrès est néfaste
sociales, économiques et manière ou d’une autre, ont est donc un lieu commun, qui va se répé-
culturelles. appelé au respect de la nature. ter inlassablement, y compris aujourd’hui.
La conjonction de ces Une variété que cet ouvrage C’est l’élément central chez l’écologiste et
différentes dimensions se fait à la conclusion engagée – il se essayiste Pierre Rabhi par exemple.
Valérie Chansigaud, à l’époque des Lumières, termine sur un appel à À l’inverse, dites-vous, le géographe
Buchet-Chastel, au XVIIIe siècle. Depuis, les « redonner une place centrale Élisée Reclus et l’économiste Henry
septembre 2018, combats pour la nature ont pris au progrès social dans la George ont contribué à réconcilier
256 p., 20 €. des formes diverses, défense de la nature » – recense ces deux notions. En quoi ?
hétérogènes, voire avec beaucoup de soin. Effectivement, Reclus et George vont valo-
DR

riser le progrès de façon critique. Pour

N°540 • Octobre 2018 | La Recherche • 81


livres A-t-on perdu notre lien à la nature ?

eux, la question n’est pas de soutenir


ou de s’opposer au progrès, elle est de s’in-
terroger sur le type de progrès à l’œuvre…
Reclus a d’ailleurs une jolie formule, qu’il
n’invente pas mais dont il fait usage : il parle
de « régrès », qui désigne en fait un progrès
négatif. Un exemple : les villes. Pour lui, elles
sont des espaces où la liberté se construit,
ce qui est vrai – le droit des femmes, par
exemple, s’est acquis dans les villes et pas
dans les campagnes ; mais c’est également
là que se tissent les relations d’inégalités.
Autre exemple : la science. Pour lui, comme
pour George, la science n’est ni bonne ni
mauvaise en tant que telle, cela dépend
de ce à quoi elle contribue. La science qui
sert l’armement, les délires guerriers de
dictateurs, c’est une mauvaise chose ; en
revanche, lorsqu’elle permet la culture, la À Tokyo, en 1973, des poissonniers manifestent contre la pollution provoquée par les rejets
liberté, la santé, elle est souhaitable. Pour de mercure d’une usine chimique dans la baie de Minamata.
résumer, Élisée Reclus et Henry George
croient donc fondamentalement à la néces- de fortune ; cela signifie, dans leur esprit, En quoi la catastrophe de la baie de
sité du progrès technique, mais aussi au fait qu’il n’est pas nécessaire de travailler beau- Minamata et l’affaire du cargo Khian
qu’il doit être tributaire du progrès social. coup, car cela ne fait que nourrir les inéga- Sea sont-elles emblématiques des
Parlez-nous du mouvement lités sociales – une approche assez radicale ! combats actuels pour la nature ?
technocratique… Certains plaident aussi pour l’élimination Tout d’abord, un rappel : Minamata est une
C’est un mouvement proprement améri- de la monnaie, et pour son remplacement petite ville côtière japonaise qui, à partir des
cain, qui n’a pas d’équivalent ailleurs dans par une nouvelle unité de mesure : le ren- années 1930, fut victime d’une pollution au
le monde. Il naît dans les années 1920, dement énergétique. mercure de la chaîne alimentaire des habi-
en période de crise économique, à un Pourquoi dites-vous que ce tants ; cette pollution provoqua une mala-
moment où l’opinion publique se méfie mouvement présente un intérêt pour die neurologique, qu’on désigne depuis
considérablement des responsables poli- penser les luttes environnementales sous le nom de maladie de Minamata, et la
tiques et économiques. Il va connaître actuelles ? mort d’environ 2 000 personnes. Quant au
une audience assez considérable, avec, Car il pose une question toujours pas Khian Sea, il s’agit d’un cargo transportant
au moment de son apogée, environ résolue : celle de la limite entre la liberté plus de 14 000 tonnes de déchets toxiques
100 000 membres. Il défend l’idée d’une individuelle et l’efficacité de l’organisa- en provenance de Philadelphie ; pendant
gestion scientifique de la société, mission tion collective. En quoi, par exemple, la seize mois, au milieu des années 1980, ce
gestion d’une question d’environnement navire chercha dans tout l’océan Atlantique
impose-t-elle forcément des formes de un pays acceptant d’accueillir son charge-
Il faut élaborer un régulation ? Comment concilier régula- ment, avant de finalement en déverser
discours politique tion et libertés individuelles ? Comment
ne pas tomber dans une tyrannie ou, au
une partie (4 000 t) en Haïti – en prétextant
qu’il s’agissait d’engrais – et de se débar-
cohérent et détaillé contraire, dans une sorte de laisser-faire rasser du reste, de manière illégale, en mer.
général, qui conduit à la destruction de Ces deux catastrophes sont embléma-
que l’on pourrait confier aux ingénieurs. Il la société par destruction de l’environne- tiques en raison de la dimension sociale
réfléchit également à son organisation. Ses ment ? Cette tension, à ma connaissance, qui les accompagne. Dans le premier cas,
KEYSTONE-FRANCE

membres estiment, par exemple, qu’on dis- nous ne l’avons pas franchement résolue. les pêcheurs japonais ont alerté les autori-
pose des moyens de production suffisants Plus exactement, c’est un chantier qui n’est tés locales sur la pollution, mais ont eu du
pour assurer le bien-être de tous sur Terre, jamais terminé dans le cadre d’un système mal à se faire entendre, parce que c’était
à condition qu’il n’y ait pas d’accumulation politique comme le nôtre, la démocratie. des pêcheurs pauvres. Dans le second cas,

82 • La Recherche | Octobre 2018 • N°540


une population d’un pays riche – les États-
Unis –, a une pollution qu’elle juge insup-
Extraits du livre
portable, et essaye de s’en débarrasser par dirigé par Philippe Descola
tous les moyens auprès de pays pauvres.
Ces exemples ne sont pas des points de
rupture, ce ne sont pas des événements
historiques à nul autre pareil, ce sont des
Les Natures
éléments didactiques passionnants, emblé-
matiques parce qu’ils rendent visibles des
crises qui, jusqu’alors, restaient invisibles.
en question
Quel bilan peut-on tirer des
mouvements de lutte pour la nature ?
Le bilan n’est franchement pas très bon. Quel rapport les scientifiques entretiennent-ils
On est face à un échec des mouvements de avec la nature ? L’ouvrage collectif Les Natures
défense de l’environnement. Parce qu’on en question, dirigé par Philippe Descola et publié
est dans une situation profondément chez Odile Jacob, montre quelques-unes des
ahurissante. Rendez-vous compte : on tensions qui peuvent exister. Si, bien souvent,
n’a jamais autant protégé d’espaces natu- la nature sert d’inspiration, de modèle, elle peut
rels, on n’a jamais eu autant de connais- aussi être perçue comme une menace.
sances scientifiques, on n’a jamais eu
autant de scientifiques qui travaillent sur
ces questions-là, on n’a jamais eu autant
de personnes informées, sensibilisées à
ces enjeux, et pourtant l’environnement [Si] les « lois de la Notre compréhension
n’a jamais été dans une situation aussi nature » sont univer- de la révolution
catastrophique ! Comment expliquer ce selles, l’idée de nature scientifique a profondément
résultat incroyable ? Ce qui ressort le plus, ne l’est guère […]. changé en mettant de plus en plus en
c’est le manque de culture et d’ambition Longtemps les anthropologues et les évidence une tension constitutive entre
politiques. La défense de l’environnement, historiens ont eu tendance à envisa- deux régimes de savoir scientifique : l’un
hélas, c’est grosso modo ne pas changer ger la manière dont les sociétés les plus fondé sur l’idée de lois de la nature, de
grand-chose, seulement donner une valeur diverses organisaient leurs rapports à la mesure, de la quantité, de l’objecti-
symbolique à la nature. Par exemple, on va l’environnement à partir des catégo- vité, de l’enfermement dans des lieux
dire qu’une rivière peut porter plainte et ries descriptives propres à l’Occident spécifiques (laboratoire, observatoire),
prétendre que, grâce à cela, les choses vont moderne : nature et culture, sauvage et l’autre fondé au contraire sur la pour-
être radicalement transformées. J’ai beau- domestique, écoumène et érème, monde suite d’un idéal empirique de l’observa-
coup de doutes par rapport à cela. D’après physique et monde surnaturel. La norme tion, de la description, d’un paradigme
moi, cela relève d’une pensée magique. en la matière était le regard particu- de l’accumulation, de la collection et
Il faut élaborer un discours politique cohé- lier que les civilisations européennes d’une valorisation du terrain. Cette ten-
rent et détaillé, où l’environnement est portent sur les non-humains depuis la sion s’exprime dans de fameuses contro-
conçu comme une moelle épinière du pro- révolution scientifique du XVIIe siècle, verses et donne lieu à l’expression d’un
gramme. Il faut que les gens fassent réelle- sinon depuis les Grecs. Or des études de côté d’un panmathématisme qui réduit
ment de l’environnement leur objectif, ce plus en plus nombreuses dont on trou- la matière à l’étendue et de l’autre d’un
qui suppose des changements drastiques : vera dans ce volume un écho ont jeté pannaturalisme qui désigne « le système
vivre en ville, faire peu de voyages, dimi- un doute sur la généralité de ces catégo- qui considère la nature comme principe
nuer sa consommation de viande, ne pas ries, et sur leur pertinence pour rendre fondamental, pour lequel rien n’existe en
avoir de voiture, etc. Et investir la politique compte de la multiplicité des systèmes dehors de la nature » pour reprendre la
pour éviter que la démocratie ne meure. cosmologiques et des modes de struc- formulation de Denis Diderot en 1746,
C’est un vaste chantier. n turation de l’espace dont l’ethnographie voisine de celle du matérialisme. La
Propos recueillis par Vincent Glavieux et l’histoire attestent l’existence. […] » n définition de la nature donnée par l’En-
(1) W. J. Ripple et al., BioScience, 67, 1026, 2017. Philippe Descola cyclopédie signale à la fois la part de

N°540 • Octobre 2018 | La Recherche • 83


livres A-t-on perdu notre lien à la nature ?

l’héritage et celle de l’innovation, mais des probabilités, les fonctions ouvrent de Buffon, qui reproche à Linné son langage
surtout insiste sur la pluralité des défini- nouvelles perspectives. […] [Ce] projet abstrait pour nommer les plantes, sa
tions et des références. […] d’unification de la nature par la mathéma- méthode insuffisamment fondée sur l’ob-
La pluralité des définitions est cependant tisation ne va pas sans résistance dans le servation des « échantillons de la nature »,
contrebalancée par une conception plus monde savant. D’abord, dans l’univers des son réductionnisme, sa vision fixiste des
unitaire de « système du monde, de machine mathématiciens, les controverses internes formes vivantes (reprise d’Aristote) alors
de l’univers » ou encore d’« assemblage autour de la paternité du calcul différen- que Buffon fait un pas vers une concep-
de toutes les choses créées » dans un sens tiel, du calcul infinitésimal vont au-delà tion évolutive de la nature, pour ne pas dire
mécanique. La nature y désigne « l’ordre des querelles d’attribution pour signaler transformiste. […] » Q
et le cours naturel des choses, la suite des un doute sur l’efficacité de telle ou telle Stéphane Van Damme
causes secondes ou les lois du mouvement méthode mathématique. Ensuite, la mul-
que Dieu a établies ». Les autres articles tiplication des controverses externes entre Parmi les questions
sur la « Nature » de L’Encyclopédie, comme mathématiciens, « physiciens » (philo- nouvelles concernant la
celui écrit par D’Alembert, et fortement sophes de la nature d’un côté et natura- nature dans les sociétés
influencé par Newton, viennent ainsi listes et chimistes de l’autre), indique des contemporaines, il y a celle que soulève
amender ou déplacer cet héritage ancien réticences dans la production de la seconde l’énoncé suivant : « La nature est la plus
en le plaçant sous le régime des lois de la nature sur des bases purement mathéma- grande menace bioterroriste. » Cet énoncé
nature (principalement des lois sur le mou- tiques. Denis Diderot défendra ainsi contre a circulé dans les années 2000 au sein de la
vement), qui vient rappeler que la philoso- D’Alembert l’idée d’une nature plus riche, communauté des experts en santé globale
phie de la nature est largement prise dans plus diversifiée et largement rétive à la mise pour critiquer l’investissement massif des
le débat sur la contingence et la nécessité. en équation, voire à l’esprit de système autorités américaines dans la recherche
Tout un ensemble de philosophes se récla- pour Buffon. Le chimiste Gabriel François sur les pathogènes qui pourraient être
mant de Newton et de Locke s’interroge en Venel, dans l’article « Chimie » de l’Ency- utilisés comme armes biologiques. Selon
effet sur le rôle et l’importance du « statut clopédie, défendra par exemple les phy- ces experts, la plus grande menace pour
modal des lois de la nature ». Cet enjeu est siciens non géomètres. Cette dénoncia- la santé globale n’était pas l’utilisation de
d’autant plus fort qu’il autorise ou inter- tion de l’arbitraire des lois de la nature, des l’anthrax ou de la variole par des terroristes
dit le concept leibnizien de « monde pos- limites aussi du mécanisme appliqué au en Afghanistan ou en Irak, mais l’émer-
sible » pour mettre l’accent sur les lois, la domaine du vivant n’échappe pas cepen- gence d’un nouveau virus en Afrique cen-
régularité, la quantité, une causalité forte dant aux domaines de l’histoire naturelle. trale ou dans le sud de la Chine. Au cours
que l’on veut à l’aune des vérités mathé- On la retrouve particulièrement forte chez des trente dernières années, en effet,
matiques et donc, comme chez Mauper-
tuis, ouvre la perspective d’une nouvelle
cosmologie. L’offensive des mathémati-
ciens depuis Galilée, Descartes et Newton
consiste à jouer les phénomènes contre les
lois, l’empirisme contre le causalisme pour
reprendre l’analyse d’André Charrak (1) .
La nature ne serait donc pas caractérisée
par la pluralité de ses objets, mais par l’unité
des sciences qu’elle postule. De Descartes
à D’Alembert, un même principe architec-
tonique préside à l’enquête sur la nature.
NIBSC/SCIENCE PHOTO LIBRARY/COSMOS

Le domaine des mathématiques est en


pleine expansion grâce à la rencontre
entre physique et mathématiques initiée
au XVIIe siècle. Qu’il s’agisse de l’astro-
nomie, de la mécanique, de l’optique, de
l’acoustique (études des cordes vibrantes),
et même de la chimie ou de la médecine, le « La nature est la plus grande menace terroriste », estiment des experts en santé globale,
calcul infinitésimal, la géométrie, le calcul qui craignent l’émergence de nouveaux virus comme celui de la grippe aviaire H5N1 en 1997.

84 • La Recherche | Octobre 2018 • N°540


« La conception bio-inspirée
de matériaux est une stratégie globale
de pensée et de créativité »
Clément Sanchez, titulaire de la chaire de Chimie des matériaux hybrides du Collège de France,
raconte ici comment la nature inspire de plus en plus la conception des matériaux.

En ce début de millé- Un exemple [de matériau irrémédiablement vers l’esto- Slips (Slippery Liquid-infused
naire, de nouvelles bio-inspiré] très attrayant mac de ces beautés fatales. Porous Surfaces) compo-
tendances émergent, faisant concerne les surfaces textu- La plante capture ainsi les sées de matériaux poreux en
évoluer la façon dont les rées multifonctionnelles ins- insectes dont elle se nourrit. polymères fluorés et remplies
objets sont conçus et réalisés pirées du mode de fonction- […] d’un liquide fluoré peu vola-
par l’homme. Il existe un fort nement de certaines plantes L’exaltation des propriétés de til. Les surfaces ainsi générées
courant de pensée et d’action carnivores telles que la sar- non-adhésion est due à la pré- sont très glissantes, omni-
dont la quête est l’harmonisa- racénie pourpre (Nepenthes sence d’une structure poreuse phobes (l’eau, l’huile, le sang,
tion des relations entre la pitcher). [Les] fleurs de ces multi-échelle remplie par un le pétrole ne les mouillent
nature et les productions plantes ont des propriétés très liquide présentant une forte pas), s’autoréparent dans un
humaines. Pour cela, les maté- originales. Dans une atmos- affinité chimique pour cette temps de l’ordre de la seconde,
riaux et les systèmes conçus phère relativement sèche, les dernière et dont le remplis- sont stables sous pression
par l’homme doivent être de insectes visiteurs (fourmis par sage doit être ajusté de telle (600 atmosphères) et résistent
plus en plus intelligents, exemple) se déplacent sans manière à permettre la for- à l’adhésion de la glace. Ces
miniaturisés, recyclables, res- aucune difficulté sur les lèvres mation d’un film très mince surfaces bio-inspirées ultra-
pectueux de l’environnement, de la plante et peuvent donc de ce liquide sur la surface. glissantes devraient permettre
économes en énergie, très s’y accoutumer. Mais lorsque La texture et les composantes de développer des matériaux
fiables (durabilité) et peu coû- l’humidité ambiante aug- sont sélectionnées de manière et systèmes originaux pour la
teux. L’approche biomimé- mente la surface hydrophile à ajuster les énergies des inter- manutention et le transport
tique de la science des maté- nano et microstructurée des faces d’un système à quatre des fluides dans le domaine
riaux ou la conception lèvres de la plante, celle-ci se phases (air, substrat tex- médical, les capteurs et les
bio-inspirée de matériaux est gorge d’eau et devient extrê- turé, liquide de remplissage, revêtements autonettoyants,
une stratégie globale de pen- mement glissante, empêchant liquide ou solide à éliminer). antigraffitis, antisalissures
sée et de créativité plutôt les fourmis (dont les extrémi- Ces concepts ont été répli- pouvant être utilisés dans des
qu’une simple technique pour tés des pattes sont grasses) d’y qués pour générer des sur- conditions difficiles de tempé-
copier la nature. […] adhérer. Ces dernières glissent faces bio-inspirées nommées rature et de pression. »

l’annonce de l’éradication de la variole d’une attaque terroriste vers la peur d’une yeux un effet accidentel qui reste à expli-
par l’Organisation mondiale de la santé épidémie, ces deux événements pouvant quer. La métaphore du bioterrorisme tra-
a été suivie par l’émergence de nouveaux se produire à n’importe quel moment duit ainsi le passage entre deux concep-
virus comme Ebola en 1976, le VIH/sida par des voies invisibles […]. Mais, alors tions de la nature : une nature régie par des
en 1981, le virus de la grippe aviaire H5N1 que les épidémies résultent de mutations mécanismes connus par des lois de proba-
en 1997 ou le Sras (Syndrome respiratoire aléatoires des microbes, les attentats ter- bilités et une nature conçue comme une
aigu sévère) en 2003. Ces nouveaux virus, roristes sont intentionnellement orientés totalité capable d’agir sur un de ses élé-
à la différence de la variole ou de l’anthrax, par des idéologies. Les virologistes jouent ments. L’émergence d’une maladie infec-
étaient complètement inconnus […]. sur la métaphore du terrorisme pour tieuse nouvelle est à la fois un événement
Cet énoncé, à travers les formes variables décrire la façon dont les virus détournent probable, selon les règles des mutations
qu’il a prises dans le contexte sécuritaire les mécanismes de réplication de la cel- microbiologiques, et un événement catas-
de la chute de l’Union soviétique et des lule pour se multiplier en faisant exploser trophique, lorsqu’il frappe une population
attaques du 11 septembre 2001, est para- leur hôte. Mais ils précisent que les virus non immunisée – comme les Amérindiens,
doxal, car il semble attribuer des intentions n’ont pas d’autre visée que de se repro- qui furent décimés par la variole apportée
à la nature. Il détourne en effet la peur duire, la mort de leur hôte étant à leurs par les Européens. C’est ce passage du

N°540 • Octobre 2018 | La Recherche • 85


risque à la catastrophe que marque la

SUR LE MÊME THÈME métaphore du bioterrorisme appliquée


aux maladies infectieuses émergentes. […]
Ce basculement […] avait déjà été effectué
Le Contrat naturel regrette Virginie Maris, qui préconise plutôt de dans les années 1960 à travers un courant
Il y a (presque) trente « relâcher notre influence » sur le sauvage : « Il de pensée médicale connu sous le nom
ans, Michel Serres faut accepter de se limiter, de restreindre d’« écologie des maladies infectieuses ». Il
proposait, dans un livre notre territoire », dit-elle. Ce livre se pose ainsi s’agissait alors de rompre avec les disposi-
concis et rigoureux, de en plaidoyer vibrant « contre l’habitation tifs de lutte hérités de Pasteur et Koch fai-
faire de l’eau, de l’air, du totale » par l’homme, une invitation à « habiter sant du microbe un ennemi de l’humanité
feu, de la terre et du mieux la Terre, plus sobrement » et à protéger pour suivre les microbes dans leur environ-
vivant, tous des objets les espaces encore libres des interférences nement et tracer leurs interactions positives
inanimés, des sujets de anthropiques, afin de préserver la diversité et et négatives avec les humains. Dans ce nou-
droit. Cette idée de conférer aux choses du le potentiel d’évolution du vivant. veau paradigme, la maladie infectieuse s’ex-
monde une dignité juridique égale à celle des Virginie Maris, Seuil, septembre 2018, 272 p., 19 €. plique par une rupture de l’équilibre entre
humains avait alors suscité le « scandale des les microbes et leurs hôtes dans un écosys-
spécialistes », comme il le rappelle dans la Devant la beauté tème. […] Frank Macfarlane Burnet, fonda-
préface ouvrant cette nouvelle édition. Depuis, de la nature teur de l’école australienne d’immunologie,
la proposition a fait son chemin, certains pays Pourquoi restons-nous s’inquiète des déplacements de population
ont adopté des législations protégeant des muets d’admiration et des espèces invasives. Il écrit dans His-
fleuves, des forêts, des parcs régionaux, etc. devant un coucher de toire naturelle des maladies infectieuses :
Alors, pourquoi republier Le Contrat naturel ? soleil sur l’île de Santorin ? « La nature a toujours semblé travailler
Parce que l’urgence s’est aggravée : « Je suis Comment expliquer les pour un état d’équilibre, un écosystème
certain que nous allons désormais à une satisfactions esthétiques
catastrophe dont notre histoire ne nous donne que nous éprouvons
aucun exemple, si nous ne changeons au plus devant la beauté de la nature, même si celle-ci
« Rappelons-nous,
vite nos coutumes, notre économie et nos n’est plus sauvage ? La philosophie s’est la nature travaille
politiques », s’alarme ainsi le philosophe. Et longtemps interdit de traiter de la beauté de la
parce que l’essai, croit-il, offre des réponses nature, par la faute de Georg Wilhelm contre nous »
valides à ce changement indispensable. Friedrich Hegel, selon Alexandre Lacroix. Dans
Michel Serres, Le Pommier, septembre 2018, cet essai érudit, l’auteur, philosophe et écrivain provisoirement stable, atteint par des forces
240 p., 19 €. (il dirige aussi Philosophie Magazine), naturelles, et lorsque nous cherchons à
convoque John Dewey, Martin Heidegger ou remodeler un tel écosystème, nous devons
La Part sauvage du monde encore Ralph Waldo Emerson pour réparer nous rappeler que la nature travaille contre
La nature est en crise. cela. Il expose comment nos sens, confrontés nous. » Du point de vue des microbes, l’hu-
Mais, comme s’attache à à la modernité, ont perdu de leur acuité pour manité n’est pas une fin de l’évolution, mais
le démontrer ce livre, elle percevoir et apprécier les paysages qui les un goulet d’étranglement, voire un cul-de-
n’est pas morte : elle entourent. Il déplore aussi la tendance à la sac où les relations entre hôtes et microbes
demeure, notamment « magnification aristocratique de la nature », deviennent imprévisibles […].
sous sa forme qui se manifeste au travers de photographies Si ces énoncés nous semblent paradoxaux,
sauvage, « indocile » et de récits qui « nous écrasent en nous c’est que nous ne pouvons pas penser
– comme la qualifie l’auteure, philosophe au présentant une réalité que nous n’aurons que la nature soit à la fois un ensemble de
CNRS et membre du Comité national de la jamais les moyens d’aborder, un monde dans mutations probables et une série d’événe-
biodiversité –, et ce malgré les fléaux lequel nous ne vivons pas et que nous savons ments catastrophiques. […] » Q
croissants (surexploitation des ressources, hors d’atteinte ». Il montre ainsi comment la Frédéric Keck
pollutions en tous genres, etc.). Pour la crise écologique est aussi liée à une crise Philippe Descola (dir.), Odile Jacob (collection
protéger, on a imaginé, sur le modèle de ce esthétique. Subtil. du Collège de France), à paraître le 24 octobre 2018,
qui est fait pour le climat, des solutions Alexandre Lacroix, Allary Éditions, 336 p., 24,50 € (prix prévisionnel).
essentiellement technologiques. Ce que septembre 2018, 460 p., 22,90 €. (1) André Charrak, Contingence et nécessité des lois
de la nature au XVIIIe siècle, Vrin, 2006.

86 • La Recherche | Octobre 2018 • N°540


Complétez votre collection
LE MENSUEL
6,40€ le numéro

Année 2016  N°517 novembre 2016


 N°507 janvier 2016 Dossier : Vie extra-terrestre. LES HORS-SÉRIE
Dossier : Les 10 découvertes  N°518 décembre 2016 6,90€ le numéro
de l’année. Dossier : Embryon.
 N°508 février 2016 Année 2015
Dossier : Fusion nucléaire, SP14 : La lumière
mythe ou révolution ? Année 2017
SP15 : La conscience
 N°509 mars 2016  N°519 janvier 2017 SP16 : Einstein
Dossier : Pesticides et santé, Dossier : Dossier : Les 10 découvertes
un dossier accablant. majeures Année 2016
 N°510 avril 2016  N°520 février 2017 SP17 : L’Odyssée de l’homme
Dossier : Comment le cerveau résiste. Dossier : Physique quantique, SP18 : L’intelligence en 20 questions
 N°511 mai 2016 4 interprétations du réel. SP19 : Vaincre les épidémies
Dossier : Champ magnétique,  N°521 mars 2017 SP20 : Le temps
la Terre perd-elle le nord ? Dossier : Neandertal redécouvert.
Année 2017
 N°512 juin 2016  N°522 avril 2017 SP21 : Hérédité
Dossier : Mémoire et sommeil, la mécanique Dossier : L’antimatière défie les lois
des souvenirs enfin décryptée. SP22 : La mémoire
de la physique.
 N°513-514 juillet-août 2016  N°523 mai 2017
Dossier : Maths, l’étrangeté Dossier : La révolution des machines
des grandes dimensions. Et pour conserver
moléculaires. votre collection
 N°515 septembre 2016
Dossier : Résistance aux antibiotiques.
 N°524 juin 2017 précieusement
Dossier : Au cœur des atomes.
 N°516 octobre 2016  l’écrin 12 numéros
Dossier : La résilience des abeilles. 18E seulement
(hors frais de port)

Retrouvez l’intégralité des numéros disponibles sur le site www.larecherche.fr



Bon de commande À retourner sous enveloppe affranchie à LA RECHERCHE
BP 65 - 24 chemin Latéral - 45390 Puiseaux -  33 (0) 2 38 33 42 89 - nchevallier.s@orange.fr
VPC540
Nom : Prénom :

Adresse :

Code postal : Ville : Pays :

Portable :
Pour une meilleure gestion de votre commande, merci de nous indiquer votre e-mail : @
f J’accepte de recevoir par mail, des informations des partenaires de La Recherche.

Oui, je souhaite recevoir dans les 10 jours la commande ci-dessous Je règle aujourd’hui par :
Indiquez ci-dessous les numéros souhaités Quantité Prix unitaire TOTAL
 chèque à l’ordre de SOPHIA PUBLICATIONS  carte bancaire
 LA RECHERCHE

6,40 € € Je note aussi les 3 derniers chiffres du numéro inscrit au dos
de ma carte bancaire,
 LES DOSSIERS DE LA RECHERCHE au niveau de la signature : Expire fin :
6,90€

Signature obligatoire :
 L’écrin LA RECHERCHE 12 numéros 18,00 € € Votre commande sera
FRAIS DE PORT : France métropolitaine (Étranger, nous contacter) expédiée à réception
1,50€ le numéro / + 0,50€ le numéro supplémentaire € de votre règlement.
6,85€ l’écrin / 8,35€ de 2 à 3 / 9,10€ de 4 à 5
Au-delà de 5 écrins, nous contacter. €
Loi informatique et libertés : vous disposez d’un droit d’accès et de rectifcation
Total de ma commande (Frais de port inclus) € des données vous concernant. Elles pourront être cédées à des organismes extérieurs
sauf si vous cochez la case ci-contre 
livres Sélection du mois

La Drôle de Science des humains


en guerre Mary Roach
a fermeture Éclair est l’ennemie du sniper. La protective system), casque antibruit branché à la radio, fait donc

L
terre et le gravier sur lesquels le soldat est allongé figure de trouvaille majeure. Les bruits reçus y sont analysés : les
pendant des heures grippent le dispositif… dont plus faibles sont amplifiés, alors que les plus forts sont assour-
la seule présence finit d’ailleurs par être gênante dis. Et, branché sur le bon canal, il permet même de suivre les
physiquement. Mais pas question de la rempla- conversations depuis Washington… comme avec le président
cer par un bruyant Velcro. Un système plus furtif des États-Unis lors de l’assaut final contre Oussama Ben Laden.
figure donc au programme de recherche de l’armée américaine. En visitant les archives nationales, l’auteure découvre enfin les
À l’instar de cet exemple vestimentaire, il existe des dizaines de improbables recherches menées par l’OSS, ancêtre de la CIA,
recherches menées dans les laboratoires militaires américains pendant la Seconde Guerre mondiale. Ainsi, le « Qui, moi ? »,
qui visent à améliorer la vie (et par là même l’espérance de vie) arme olfactive non létale dont l’odeur s’inspire des latrines à
des soldats, comme leur efficacité sur le terrain. ciel ouvert, est imaginée pour humilier les troupes japonaises.
La journaliste scientifique Mary Roach en a tiré cet ouvrage à la Un produit qui doit avoir un « rayon d’action d’au moins 3 m »,
fois grave et drôle. L’auteure nous invite dans les services d’en- « sans risque de retour de flamme », et pouvant être mis en œuvre
tomologie et d’urologie reconstructive, dans de manière silencieuse. Au point qu’en 1945,
les laboratoires qui planchent sur les effets Une arme olfactive 500 tubes de ce redoutable parfum sont pro-
de la chaleur ou sur l’exosquelette portable duits. Leur livraison sur le terrain sera dou-
hydraulique capable de soulager le soldat non létale dont blée par… l’arme atomique.
de ses 40 kg d’équipement, ou encore dans Aujourd’hui, les militaires recherchent la
ceux qui réalisent des « essais cliniques sur
l’odeur s’inspire formule pour rester éveillé, alerte et efficace
la diarrhée ». Il existe même des audiolo- des latrines pendant des jours sans subir de dommage
gistes militaires qui veillent aux oreilles des mental ou physique. Ou celle du sommeil
soldats, mises à mal au combat. Le bruit d’un tir de lance-ro- unihémisphérique, état de veille permanent propre aux canards
quettes antichar, porté à l’épaule, est en effet de 187 décibels ou aux dauphins. Les « sciences militaires » ont assurément de
pendant une seconde. Une exposition ultrabrève qui produit l’avenir, et un budget confortable. Un ouvrage instructif dont
une baisse définitive de l’ouïe. Quant au fusil d’assaut M16, la lecture peut se révéler parfois éprouvante. Mais l’humour de
son claquement, qui, lui, dure bien plus qu’une seconde, est l’auteure fait passer la pilule. Hervé Cabibbo
de 160 décibels. Le TCAPS (pour tactical communication and Belin, 320 p., 23 €.

88 • La Recherche | Octobre 2018 • N°540


EXPLORATION SPATIALE Neurosciences
Ils ont marché sur la Lune
« C’est un petit pas pour l’homme, un grand pas
Le Fleuve de
pour l’humanité. » Tout le monde connaît la
célèbre phrase que Neil Armstrong a prononcée
la conscience
en posant le pied sur la Lune, le 21 juillet 1969. Lire, trois ans après sa mort, un
Mais on sait moins ce qu’il a fait après. Et les ouvrage du célèbre neurologue et
onze hommes qui, à sa suite, ont foulé le sol écrivain britannique Oliver Sacks,
lunaire, quelles régions ont-ils explorées ? Quelles expériences y ont-ils c’est un peu comme profter de la
menées ? Au-delà du mythe du programme spatial américain Apollo, lumière d’une étoile disparue. Sa
c’est cette réalité de terrain que raconte Philippe Henarejos, rédacteur passion pour la vie, sa curiosité insa-
en chef de la revue Ciel et Espace. Presque minute par minute – les tiable, son sens du détail et son style
astronautes étaient en liaison radio constante avec Houston –, il décrit littéraire procurent toujours autant
leurs tribulations sur le satellite de la Terre. Les reproductions de d’informations, de réfexions et de
clichés, pris par les astronautes ou extraits des images des caméras plaisir. Le Fleuve de la conscience
sur place, prolongent l’immersion. On suit pas à pas les activités de est un recueil d’essais contenant des
ces explorateurs, randonnant sur la Lune où l’orientation est difficile, réfexions sur l’évolution de la vie
collectant des échantillons de roche, déployant des instruments et des idées, le fonctionnement de la mémoire, le processus de
scientifiques – réflecteurs lasers, sismomètres, collecteurs de vent conscience, et la nature de la créativité. Oliver Sacks fait appel
solaire… C’est l’occasion de constater l’apport de ces missions sur notre à ses héros scientifques et créatifs, comme Charles Darwin, le
connaissance de la Lune et de l’ensemble du Système solaire. S. G. théoricien de l’évolution, Sigmund Freud, le père de la psycha-
Philippe Henarejos, Belin, 512 p., 26 €. nalyse, et William James, pionnier de la psychologie. Certains
de ses détracteurs lui reprochaient d’être « l’homme qui prenait
ses patients pour une carrière littéraire ». Ici, cette critique ne
BEAU LIVRE fonctionne pas : il utilise beaucoup d’expériences personnelles
pour nourrir sa réfexion – ce qui rend la lecture encore plus
Évolution émouvante. Avec un grand sens de la dérision, il évoque aussi
Les quelque 580 pages de ce joli ouvrage, à bien sa maladie, un cancer du foie, que ses méprises auditives
l’iconographie abondante et variée (photos, dessins, consignées pendant des années dans un petit calepin rouge.
gravures, peintures…), donnent l’occasion de revivre « J’ai beau entendre beaucoup de mots de travers, il est rare que
l’aventure de l’évolution, des premiers j’entende mal la musique : les notes, les mélodies, les harmonies,
développements de la vie jusqu’à notre époque. Dans les phrasés me semblent aussi limpides et riches aujourd’hui
chaque chapitre (un pour les végétaux, un autre pour qu’autrefois […]. Il y a manifestement quelque chose dans le
les invertébrés, un troisième pour les mammifères…), le livre présente traitement cérébral de la musique qui la rend robuste, y compris
les groupes clés, précédés d’un texte résumant les étapes de leur lorsque l’audition est imparfaite. »
diversification et leurs caractères spécifiques – avec un zoom sur trois Le processus de mémorisation est l’un de ses sujets de prédi-
parties de leur anatomie –, et accompagnés d’une table chronologique lection. Oliver Sacks s’intéresse au plagiat et examine comment
afin de mieux situer les événements importants qui les concernent. Sont quelqu’un peut copier une œuvre à travers des répétitions de
aussi exposées des espèces, éteintes ou actuelles, qui illustrent une étape mémoire inconscientes. « Nous autres, êtres humains, sommes
particulière du processus évolutif. Chacune d’elles est accompagnée de dotés de mémoires faillibles, fragiles et imparfaites, mais aussi
ses informations principales : nom scientifique, groupe, taille, localisation extrêmement fexibles et créatives, et c’est pourquoi la confusion
et, pour celles qui existent encore aujourd’hui, statut de conservation des sources ou l’indiférence à la provenance peut paradoxalement
selon l’Union internationale pour la conservation de la nature. Il s’agit être une force. » Pour lui, c’est ce qui permet de s’imprégner de
donc d’un ouvrage très pédagogique, fourmillant d’informations. On l’art, de la science d’une culture entière, et parfois d’y ajouter
regrettera que six pages seulement soient accordées à l’enjeu actuel une contribution. « Tout en venant de l’expérience, la mémoire
majeur : le rôle des activités humaines sur l’évolution des espèces procède aussi du rapport de nombreux esprits. » Proftons encore
– extinctions, introduction d’espèces invasives, etc. V. G. de l’esprit d’Oliver Sacks ! Mathias Germain
Steve Parker (dir.), Delachaux et Niestlé, 576 p., 39,90 €. Oliver Sacks, Seuil, 272 p., 21 €.

N°540 • Octobre 2018 | La Recherche • 89


livres Sélection du mois

Biologie SCIENCES COGNITIVES

Aux sources de la vie Apprendre !


Notre ADN contient 3 milliards de paires de bases,
Comment la vie a-t-elle pu se diversifer à partir de sa forme soit 750 Mo d’information… Comment cette
primitive simple ? Que se passe-t-il au sein des cellules pour « modeste somme d’information » génétique, tenant
qu’elles se divisent et s’assemblent afn de former des organismes sur un CD, explique-t-elle la complexité de notre
complexes ? Telles sont, en substance, les questions auxquelles se cerveau ? Dans cet essai limpide, Stanislas Dehaene,
propose de répondre, dans cet ouvrage, le biologiste marin Éric professeur au Collège de France, apporte une
Karsenti, à la lumière des dernières découvertes sur le sujet. Cette réponse à ce paradoxe : tout est affaire
thématique le passionne depuis le début de sa carrière. Après d’apprentissage ! Si notre code génétique contient l’architecture générale
une thèse soutenue à l’Institut Pasteur, il décide de se spécialiser du cerveau, nos apprentissages façonnent dans le détail nos réseaux
dans les cycles cellulaires et part en 1981 à San Francisco dans neuronaux, qui se réajustent grâce à la plasticité cérébrale. L’auteur
le laboratoire du biologiste Marc Kirschner. Plus tard, il rejoint le défend l’hypothèse d’un cerveau statisticien, qui calcule en permanence
laboratoire européen de biologie moléculaire, à Heidelberg, en des probabilités. Ainsi, les bébés, ces « scientifiques en herbe », mettent
Allemagne, où il encourage les travaux interdisciplinaires mêlant à jour leurs connaissances en sélectionnant les hypothèses les plus
physique statistique, imagerie et biologie cellulaire. Car, pour probables, puis en les confrontant à l’expérience. « Notre espèce a fait
lui, les progrès de l’observation microscopique sont essentiels de l’apprentissage sa spécialité », à tel point que nos bébés surclassent
à la compréhension des processus qui sous-tendent le fonction- tout algorithme ! Encore faut-il profiter de la « période sensible »,
nement et la division cellulaires à l’origine de la diversité de la où la plasticité cérébrale est présente. Et respecter les « quatre piliers de
vie sur Terre. Une diversité qu’il a pu lui-même mesurer quand, l’apprentissage », développés dans la dernière partie du livre. Un ouvrage
inspiré par Le Voyage du Beagle – récit par Charles Darwin du à mettre entre toutes les mains ! G. C.
tour du monde qu’il ft entre 1831 et 1836 –, il a voulu réitérer Stanislas Dehaene, Odile Jacob, 384 p., 22,90 €.
l’expérience avec les connaissances d’aujourd’hui. C’est ainsi
qu’est née l’aventure Tara. À bord de la goélette, il sillonne
les mers et les océans, révélant l’incroyable diversité des orga- PSYCHIATRIE
nismes planctoniques.
Cet ouvrage constitue donc un périple autour du monde, sur Le Corps n’oublie rien
les traces de Darwin et de Tara, mais surtout à travers le temps. Un matin de septembre 1999, Ute Lawrence et
L’histoire commence il y a plus de 3,5 milliards d’années, lorsque Stan Fisher sortent indemnes du pire carambolage
la vie apparaît dans des conditions encore nimbées de mystère. de l’histoire du Canada. Confronté au souvenir de
De ce « chaos » initial de molécules ont émergé ce que le biolo- l’accident, le couple réagit très différemment : Stan
giste appelle des « composants cellulaires », qui ont pour cela souffre de flash-back qui provoquent des réactions
trouvé la source d’énergie nécessaire à leur auto-organisation. physiques vives (transpiration, palpitations du cœur,
À partir de là, ces organismes se sont complexifés, par le jeu de tension artérielle qui monte en flèche) ; Ute, elle, reste paralysée (son
mécanismes de diversifcation génétique et d’interactions. Le lec- rythme cardiaque et sa pression artérielle ne varient pas, presque toutes
teur découvre alors la surprenante les zones de son cerveau marquent une nette baisse d’activité). Selon le
mécanique mise en œuvre lors de psychiatre Bessel van der Kolk, cet exemple illustre bien l’ancrage du
la division des cellules, puis, plus traumatisme dans le corps. Cette conviction, forgée au cours de sa
tard, lors de leur diférenciation carrière auprès des vétérans de guerre, des victimes de viol, des
pour former et faire fonctionner survivants d’attentats…, a fait évoluer sa pratique. Le livre, où alternent les
les organes. Enfn, c’est l’occasion cas concrets et les passages théoriques (au style parfois obscur), est ainsi
de se plonger dans tout le che- un plaidoyer en faveur de traitements alternatifs aux médicaments ou à la
minement intellectuel qui a mené thérapie par la parole, dont il reconnaît toutefois les effets bénéfiques.
les scientifques à ces découvertes L’auteur recommande des méthodes non conventionnelles, comme
au cours des siècles. Fascinant ! l’EMDR (désensibilisation au traumatisme par mouvements oculaires) ou
Bérénice Robert le yoga, qui, faute d’études scientifiques totalement convaincantes, sont
Éric Karsenti, Flammarion, 304 p., considérées avec scepticisme par une partie des spécialistes. V. G.
21,90 €, à paraître le 10 octobre. Bessel van der Kolk, Albin Michel, 592 p., 27 €.

90 • La Recherche | Octobre 2018 • N°540


Lu d’ailleurs

Fellow Creatures
Christine M. Korsgaard

T
out le monde est d’accord pour ne pas faire soufrir Christine Korsgaard montre qu’il est incohérent de ne pas traiter les
les animaux inutilement. Mais que signife précisément animaux sensibles eux aussi comme des fns. Ce qui ne signife pas
cette position ? Pour Christine Korsgaard, professeur que les animaux soient nos semblables – la philosophe maintient la
de philosophie à l’université Harvard, distinction kantienne selon laquelle seuls les humains
il est clair que nous ne devrions pas les manger, sont des êtres rationnels et autonomes. Mais, selon
puisque les élever dans cette optique les fait soufrir elle, faire des animaux des moyens pour nos propres
sans que cette consommation soit nécessaire pour fns ne fait pas honneur à notre capacité à évaluer
notre santé. Au-delà de cette évidence, on distingue rationnellement leurs intérêts, notamment ceux à
traditionnellement deux grandes approches sur la ne pas soufrir et à continuer à vivre. De la même
question de nos obligations envers les animaux. D’un manière, cette spécifcité humaine ne signife pas
côté, les « animalistes » veulent que les animaux que nous sommes plus importants que les autres
sensibles se voient reconnaître des droits fondamen- animaux puisqu’être important, c’est uniquement
taux, comme ne pas être emprisonnés, maltraités et l’être pour quelqu’un – soi-même ou autrui.
tués sans raison impérieuse. C’est cette approche Enfn, l’auteure montre également que ce n’est pas
qui inspire le mouvement végan, en vogue de nos parce que seuls les humains établissent et recon-
jours. De l’autre côté, les « humanistes » récusent naissent des lois morales que ces dernières n’ont
cette notion de droit des animaux et estiment que pas à être prises en compte dans nos rapports aux
ces derniers peuvent être utilisés dans la mesure où on ne les fait animaux. Même s’ils n’en sont pas les législateurs, ils appartiennent
pas soufrir plus que nécessaire. bien à notre communauté morale. Bref, si Christine Korsgaard a
Cette approche s’appuie en particulier sur la philosophie d’Emmanuel raison, il semble que les « humanistes » devraient rejoindre le
Kant, qui avançait que seuls les humains doivent être traités comme camp des « animalistes ».
des fns et jamais simplement comme des moyens. Mais, en repre- Thomas Lepeltier, chercheur indépendant, Oxford
nant les analyses de Kant, dont elle est une spécialiste reconnue, Oxford University Press, 2018, 272 p., £19.99.

PHILOSOPHIE ÉPISTÉMOLOGIE

Comprendre sans prévoir, Qu’est-ce que la science…


prévoir sans comprendre pour vous ? Tome 2
À l’heure des mégadonnées, un courant de pensée Historiens, philosophes… Cinquante et un
porté par le journaliste américain Chris Anderson scientifiques s’interrogent sur leur relation à la
prophétise la mort des sciences face aux algorithmes, science. L’ensemble des réponses contient toutefois
qui établissent des prédictions efficaces dans divers une vision commune de la science, définie comme
domaines – comme le diagnostic de cancers –, ce qui une démarche rationnelle, une entreprise collective,
dispenserait de comprendre les phénomènes sous- impliquant validation par les pairs et
jacents. Dans cet essai, le physicien Hubert Krivine prend le contre-pied reproductibilité. Dans des textes intimes, certains la considèrent comme
de cette affirmation. Abordant chaos déterministe, corrélation ou « une source d’émerveillement » et de beauté. Des voix plus engagées
causalité, il prévient le lecteur qu’il pourrait bien le « laisser sur sa faim » s’inquiètent de la montée en puissance de la bureaucratisation, qui
et l’emporte dans des questions passionnantes. Stimulant. M. Gallais abaisse les scientifiques au rang d’« experts en storytelling ». G. C.
Hubert Krivine, Cassini, 144 p., 12 €. Marc Silberstein (dir.), Éditions Matériologiques, 336 p., 18 €.

N°540 • Octobre 2018 | La Recherche • 91


agenda

que nous occupons.


PARISCIENCE Des jeux de rôle, des CONFÉRENCES
maquettes interactives,
Pour sa 14e année, la science fait son cinéma au des cartes et des puzzles Mois d’octobre
festival Pariscience. Une sélection de 70 flms, permettront aux visiteurs Hommage à
courts-métrages et documentaires scientifques de comprendre tous les Joseph Fourier
seront projetés gratuitement. L’événement ex- aspects de ce domaine de Les conférences se
plorera en particulier les rapports entre science recherche. succèdent dans le cadre
et pouvoir, étroits et souvent tendus, du début Montbéliard (Doubs), de l’hommage au
du XXe siècle à aujourd’hui, à travers notam- Pavillon des sciences mathématicien Joseph
ment les projections de Bill Nye: Science Guy, tinyurl.com/geographes-expo Fourier (1768-1830), qui
réalisé par David Alvarado et Jason Sussberg, fait partie de la liste des
ou encore Science in Exile, de Nicole Leghissa. Du 10 octobre commémorations
Ces flms interrogent sur le phénomène de 2018 au nationales en 2018. Le
complotisme, les fake news et l’oppression de la science par le pouvoir. 30 août 2019 4 octobre au centre
Autre grande thématique abordée : la préservation de l’environnement. Poison Alexandre-Koyré, à Paris,
Le documentaire Les Super-Juniors : ils s’engagent pour la planète, d’Ève l’historien des sciences
Minault, abordera l’implication des jeunes de moins de 20 ans dans la Jean Dhombres racontera
protection de la Terre à travers la présentation de dix projets. L’événe- son parcours, de son
ment grand public se tiendra pour la première fois durant les vacances voyage en Égypte avec
de la Toussaint, pour favoriser les étudiants et les familles, qui pourront Napoléon Bonaparte
échanger avec plus de 150 intervenants, issus des équipes des flms ou jusqu’à la mise au point
du milieu de la recherche. de sa théorie analytique
Programmation scolaire du 15 au 19 octobre ; programmation grand public de la chaleur, qui en fait
du 26 au 31 octobre, Paris, Muséum national d’histoire naturelle aujourd’hui l’un des
pariscience.fr/programme-2018 savants français les plus
cités. Le 6 octobre,
Venin, poison, toxines… Alain Cattagni donnera
préhistoriques, qui les Jusqu’au Sont présentées plus une conférence intitulée
EXPOSITIONS chassaient pour leur 3 mars 2019 d’une trentaine d’espèces « Fourier l’Égyptien »
viande, leur fourrure Géographes d’animaux dotés de cet à la Société des sciences
Jusqu’au et leurs os. Cette Aujourd’hui, le métier de arsenal de substances historiques et naturelles
12 novembre exposition montre géographe consiste à dangereuses sur de l’Yonne, à Auxerre,
Mémoire de l’histoire et les différentes étudier les paysages à lesquelles se penche la sa ville natale.
mammouth espèces de ces animaux l’aide de cartes et d’outils recherche pour créer de Divers lieux en France
disparus, à travers de localisation (GPS, nouveaux médicaments. perso.ens-lyon.fr/patrick.
des objets qui se lasers, etc.) afin de Le public pourra parcourir flandrin/Fourier250
rapportent à eux : comprendre et plusieurs terrariums tinyurl.com/annee-Fourier
des ossements, des d’organiser les terrains afin de découvrir des
éléments anatomiques, spécimens vivants Le 10 octobre
des sculptures en ivoire d’animaux vénéneux à 18 h 30
ou encore les et venimeux aux couleurs Le bouquetin
représentations qu’en vives et dissuasives revient dans
ont fait nos ancêtres comme des dendrobates, les Pyrénées
dans l’art pariétal. des salamandres, des L’aube du XXIe siècle avait
Les Eyzies-de-Tayac lézards, des serpents vu disparaître des
Mammifères géants du (Dordogne), Musée et des araignées. Pyrénées le bouquetin
passé, les mammouths national de préhistoire Paris, Palais de la ibérique. Heureusement,
ont longtemps cohabité musee-prehistoire-eyzies.fr/ découverte depuis 2016, l’animal
avec les hommes memoire-de-mammouth tinyurl.com/poison-expo arpente à nouveau les

92 • La Recherche | Octobre 2018 • N°540


flancs de cette chaîne
de montagnes. Alexandre
Garnier, chargé de mission
SPÉCIAL ÉTUDIANTS
au Parc national des
Pyrénées, et Georges
Gonzalez, chercheur
OLYMPIADES
à l’Inra, évoqueront
les enjeux de la
NATIONALES DE CHIMIE
réintroduction de Les Olympiades nationales de chimie s’adressent aux passionnés
ces 200 bouquetins de cette science fondamentale qui aspirent à y faire carrière. Deux
dans cet environnement. concours distincts sont organisés. Le premier est purement scienti-
Toulouse (Haute- fique et invite les participants à évaluer leurs connaissances et leurs
Garonne), Muséum artificielle aux qualités de chercheur potentiel, sur le travail collaboratif ou la mani-
tinyurl.com/bouquetin-conf technologies de plus pulation en laboratoire. Il s’adresse aux terminales scientifiques (S et
en plus innovantes, en STL). Le second, Parlons Chimie, est un concours de communication
Le 30 octobre passant par les durant lequel des groupes d’élèves présentent leurs projets d’action
à 20 h 30 révolutions de la de communication et de médiation de cette science. Il est ouvert aux
Le cerveau réparé médecine et de la élèves de première et terminale de toutes les séries. Ces Olympiades,
Ces dernières années ont physique. Une trentaine dont le thème actuel est « la chimie dans la ville », visent à rapprocher
été réalisés de fulgurants d’intervenants animeront les milieux éducatifs et professionnels, tout en présentant la réalité
progrès en neurosciences, des conférences et des du monde de la recherche aux chimistes en herbe.
discipline devenue débats, et les visiteurs Octobre 2018 : ouverture des inscriptions ;
interventionnelle dans le pourront parcourir des 3 et 4 avril 2019 : épreuves du concours scientifique ;
champ de la médecine. expositions sur le thème 4 avril 2019 : soutenance pour le concours Parlons Chimie ;
Marc Vérin, neurologue de la transformation 5 avril 2019 : cérémonie de remise des prix.
spécialiste de la maladie du monde par la science. tinyurl.com/Olympiades-nationales-chimie
de Parkinson à l’Institut Royan (Charente-
des neurosciences Maritime), Palais des
TESTEZ VOTRE CRÉATIVITÉ
cliniques de Rennes, congrès
présentera les nouvellesexplorations.com Jusqu’au 31 octobre Jusqu’au 30 novembre
technologies permettant (clôture des inscriptions) (clôture des inscriptions)
de soigner le cerveau de Du 18 au Concours Learning Concours Pocket Film
manière de plus en plus 21 octobre Zone 2018 Adressé aux professeurs et élèves de
précise et efficace. Scientilivre Ce concours invite les élèves de 10 l’enseignement agricole, ce concours
Rennes (Ille-et-Vilaine), La science se livre à 18 ans à s’essayer au recyclage de propose de réaliser un court-métrage
Les Champs Libres durant ce festival manière créative, à travers le thème : (documentaire, fiction, sketch…) sur
tinyurl.com/cerveau-repare consacré à la culture et à « Débarbouille ton espace ! ». Les le thème : « le développement
la médiation scientifiques. participants doivent construire des durable dans votre établissement ».
Pour cette 18e édition, modèles, par exemple de satellites, Le film doit être réalisé et monté à
FESTIVALS l’événement explorera le en lien avec l’organisation Eumetsat, l’aide d’une tablette ou d’un
monde animal à travers à l’aide de détritus (plastique, carton, smartphone, c’est-à-dire sans caméra
Du 3 au des animations pour bois…). L’ensemble du processus ni ordinateur. Un exercice qui vise à
7 octobre petits et grands, des devra être documenté par une courte faire réfléchir sur le développement
Festival des conférences, des vidéo explicative. Les critères durable et à développer la créativité
nouvelles expositions interactives d’évaluation seront l’inventivité, la avec des outils du quotidien.
explorations et des rencontres avec praticité et le design de l’objet conçu. Du 8 mars au 22 mars 2019 :
Ce festival invite les des auteurs de livres Annonce des gagnants envoi des films en ligne ; le
curieux à s’intéresser aux de vulgarisation – afin le 15 novembre 15 mai 2019 : remise des prix
explorations modernes de de percer les secrets tinyurl.com/concours-Learning-Zone tinyurl.com/concours-Pocket-Film
la science, de l’intelligence de l’évolution, du

N°540 • Octobre 2018 | La Recherche • 93


agenda

biomimétisme, des
chimères ou des relations
d’ornithologie déploie les
grands moyens. En plus FÊTE DE LA SCIENCE
entre hommes et animaux. des quarante films
Labège (Haute-Garonne), documentaires présentés, La Fête de la science revient pour une 27e édition, avec
Centre des congrès ce festival s’intéresse quelque 150 villages des sciences qui ouvriront leurs portes
Diagora aussi au monde animal au partout en France, réunissant des espaces d’animations, de
tinyurl.com/Scientilivre sens large. Entre autres, démonstrations et de rencontres. Cette année,
les expositions 6 000 événements gratuits seront organisés à l’initiative des
Du 30 octobre « Chouettes et hiboux universités, des laboratoires et des institutions, sur plus de
au 4 novembre d’Europe » ou « Serpents, 2 500 lieux d’animations, comme des musées ou des centres
Festival du mythe à la réalité » de culture scientifique et technique. L’événement
international sensibiliseront le public s’intéressera à des thématiques d’actualité, comme les fake
du film quant à la place des news, les idées reçues ou encore l’esprit critique – des sujets qui prennent une place
ornithologique animaux dans un de plus en plus importante dans le milieu de l’information et de la science.
Pour sa 34e édition, ce environnement menacé. L’occasion pour petits et grands de (re)découvrir les nombreux domaines de la
rendez-vous Ménigoute (Deux-Sèvres), science et du monde de la recherche.
incontournable des divers lieux Du 6 au 14 octobre, partout en France
curieux et passionnés tinyurl.com/Menigoute-festival www.fetedelascience.fr/pid34623/accueil.html

SOLUTIONS DES JEUX DU NUMÉRO 539

Les cinq pièces du numismate Question fondamentale !


En trois pesées, on ordonne deux couples, puis la plus La solution consiste à calculer combien de jours se sont écoulés du 1/1/1
lourde pièce de l’un par rapport à la plus lourde de au dimanche 9/12/1582, système julien – cela modulo 7, car seul le jour nous
l’autre : A > B, C > D et A > C. intéresse. En 1582 : 2  0  3  2  3  2  3  3  2  3  2  9 = 6 mod 7
Ensuite, si E > C, on compare E à A. Du 1/1/1 au 31/12/1581 compris : (1 581 3 365)  395
Si A > E, si B > C, on compare B et E, sinon B et D. où 395 est la partie entière de 1 581 / 4, nombre d’années bissextiles.
Si E > A, B est comparé à C ou à D si nécessaire. Soit 6 3 1  3 = 2 mod 7.
Le cas E > A est symétrique. Comme 6  2 = 1 mod 7, notre ère a commencé un samedi.
L’ordre est obtenu en sept pesées maximum,
mais il n’est pas exclu qu’on puisse faire mieux… Un cercle et des cordes
On atteint le maximum de zones lorsque chaque nouvelle corde coupe toutes
De Cocteau à Cocteau les précédentes et qu’il ne passe pas plus d’une corde par un point.
L a lune est le soleil des statues. La nouvelle corde n est donc coupée en n segments par les n – 1 cordes
précédentes et chacun de ces segments coupe une zone précédente en 2,
Un droit très obtus ? créant ainsi une zone nouvelle. En partant de la première corde, on a pour n :
La représentation est fausse et le raisonnement 1  1  2  …  n zones, soit
trompeur : en réalité, EO ne coupe pas le rectangle 2
1  n (n  1) / 2 = 1/2 (n  n  2).
et passe au-delà de A, et C B
l’angle EAO ne contient E
Une route Qui suis-je ? Six lignes et
pas l’angle DAO.
très entière La quatrième lettre, des triangles
A Le nombre de distances différence entre deux Huit triangles : six d’une
D
différentes entre les sept consécutives, est A. La taille, deux d’une autre.
lieux est de : première lettre, 3 fois
7 3 6 / 2 = 21 plus, est C, et donc la
La plus petite répartition deuxième est E.
de distances connue les Il reste 46 – 9 = 37 pour les
place sur 25 kilomètres, deux consécutives
les sept villes étant aux manquantes, qui ne
kilomètres 0, 1, 4, 10, 18, peuvent être que R et S.
23 et 25. D’où : CESAR.

94 • La Recherche | Octobre 2018 • N°540 O


ABONNEZ-VOUS À
Et et
recevez
recevez EN CADEAU
EN CADEAU cesces
deux2hors-série
hors-série
L’histoire de l’homme a C’est une révolution
Ce numéro spécial vous fait Comment se construit
constamment
découvrir les étécontroverses
remodelée, laconceptuelle qu’Einstein
mémoire ? Comment
au gré des découvertes.
qui ont marqué, ou marquent fonctionne-t-elle ? Dans
propose en 1915. Pourquoi
Un encore,
exemplel’histoire
: la misedes
au jour
sciences. la théorie de
oublie-t-on la relativité
? Notre mémoire
en 2015 d’outils vieux
Certaines d’entre ellesde 3,3
ont générale,
n’est l’espace-temps,
pas unique. Les
millions
opposéd’années, alors qu’on
des scientifques considéré auparavant
neuropsychologues ont
à des institutions
attribuait
groupes
de l’outil à Homo habilis,
ont pris la forme
ou à des
jusque là l’invention
sociaux. D’autres
de
les plus vieux représentants
dont
duels
+
+ identifé
comme diférents
qui
peutla se
composent
systèmes
rigide et immuable,
déformer dont
! :
la mémoire de travail, qui
intellectuels entre hommes La Recherche
joue explore
un rôle pivot dans
n’ont que 2,4 millions d’années. cette révolution
de sciences : Newton et Leibniz l’encodage et la récupé-
Dans ce numéro, La Recherche conceptuelle dans son
sur la paternité du calcul ration des informations,
faitdiférentiel
le point sur; ce que l’on
Pasteur sait
et Pouchet Hors-Série sur Einstein.
la mémoire sémantique,
de nos ancêtres.
sur la génération spontanée ; qui recense nos connais-
Kelvin et Darwin sur l’âge sances sur nous-mêmes et
de la Terre. sur le monde et la mémoire
1 AN D’ABONNEMENT
5€ /mois (1)
épisodique, qui nous fait
revivre avec émotion les
(soit 10 nos + 1 no double) ou 60� auscènes
lieu de denotre passé.�(2)
71,90

1 AN D’ABONNEMENT
60€
*
au lieu de 71,90€
(soit 10 nos + 1 no double)
_
BULLETIN D’ABONNEMENT

PLRC540/G01+F81
À retourner sous enveloppe affranchie à La Recherche - Service Abonnements - 4, rue de Mouchy - 60438 Noailles cedex

OUI, je m’abonne à La Recherche et je reçois EN CADEAU les 2 hors-série : Les plus grandes controverses scientifques + La mémoire
f OFFRE CLASSIQUE 1 AN - 10 n° + 1 n° double pour 60€ au lieu de 71,90€*, soit plus de 10€ d’économie.
f OFFRE COUPLÉE 1 AN - 10 n° + 1 n° double + 4 hors-série pour 84€ au lieu de 99,50€*, soit plus de 15€ d’économie.
MES COORDONNÉES MON MODE DE RÉGLEMENT

f M. f Mme f Melle
f chèque bancaire à l’ordre de La Recherche f carte bancaire
Nom : N°
Prénom : Expire fn
Adresse :
Signature obligatoire

Code postal : Tél. :

Ville : SOPHIA PUBLICATIONS - SA au capital de 9 115 568 € - 562 029 223 RCS Paris
Service abonnements : France : 01 55 56 71 15 - & Étranger ; 00 33 155 56 71 15
Pour une meilleure gestion de votre abonnement, merci d’indiquer votre e-mail : E-mail : abo.recherche@groupe-gli.com

E-mail : @
f J’accepte de recevoir par mail des informations de La Recherche et de ses partenaires.
* Vous pouvez acquérir séparément chacun des numéros normaux au prix de 6€40, le numéro double au prix de 7€90 et les hors-série au prix de 6€90. Offre exclusivement réservée aux nouveaux abonnés
résidant en France métropolitaine et valable jusqu’au 31/12/19 et dans la limite des stocks disponibles. Vous recevrez vos cadeaux sous 4 semaines maximum après l’enregistrement de votre abonnement.
Conformément à la loi « Informatique et Libertés » du 06/01/78 (art 27) vous disposez d’un droit d’accès, de rectification et de suppression des informations vous concernant. Elles sont destinées exclusive-
ment à SOPHIA PUBLICATIONS et à ses partenaires sauf opposition de votre part en cochant la case ci-après f
jeux

LA RENTRÉE EN ÉNIGMES
MATHÉMATIQUES
Nous vous souhaitons d’agréables moments de recherche avec ces défis ludiques
et mathématiques sur le thème de la rentrée scolaire.

Comité des fêtes La calculatrice bizarre


C’est la rentrée. Dans le lycée que fréquente Le professeur de mathématiques vient de
Mathias, des élèves s’inscrivent au comité des distribuer aux élèves une calculatrice bizarre.
fêtes, divisé en un certain nombre de groupes : Celle-ci possède deux touches smileys : et .
représentations théâtrales, concerts, animations, double le nombre affiché et lui ajoute 1.
voyages… On sait que chaque élève du comité double le nombre affiché et lui retranche 1.
doit appartenir à au moins un groupe. L’écran affiche 0 au départ. Mathias appuie
Petit « hic » : chacun peut en détester jusqu’à successivement sur , , et
deux autres. Attention, si Alice déteste Bob, et l’écran affiche 13.
Bob ne déteste pas forcément Alice.
➜ Quel est le plus petit nombre de groupes à ➜ À partir de 13, quels appuis successifs de Mathias
constituer pour être sûr de pouvoir faire en sorte feront que l’écran affiche 421 à la fin ?
que, dans chacun, personne ne déteste personne ?

L’œuf ou la poule ?
Le « 13 » porte bonheur Travaux pratiques de sciences de la vie et de la Terre. Quinze élèves
Mathias vient de recevoir son nouveau cartable débattent autour d’une table ronde – ils ne changent jamais de place.
pour la rentrée. Fan de rugby à XIII, il a inscrit Au début, chacun d’eux a l’une des deux convictions :
le numéro de son joueur préféré sur le revers ➥ (A), la poule est apparue après l’œuf ;
du sac et, féru d’arithmétique, il veut décorer ➥ (B), l’œuf est apparu après la poule.
ce « 8 » en y plaçant les nombres de 1 à 13 Toutes les minutes, le professeur les fait
de façon à respecter les sommes horizontales voter pour l’une des deux hypothèses :
et verticales indiquées ci-dessous. les élèves votent à main levée, tous en même
temps. Le premier vote a lieu au bout de
la première minute.
2 Entre deux votes successifs, chaque élève
3
1
change d’opinion dans un cas et un seul :
12 lorsqu’il se trouve entre deux élèves qui
5
viennent d’afficher tous les deux l’opinion
différente de la sienne.
À partir d’un certain nombre de votes,
pour la première fois, plus rien ne change.
➜ Cinq nombres sont déjà en place.
Pouvez-vous l’aider à placer les autres ? ➜ Quel est, au maximum, ce nombre ?

96 • La Recherche | Octobre 2018 • N°540


Empilement Billes en tête
Les cartables d’Arnaud, de Boris, de Carla, La rentrée était, il y a un certain temps, l’occasion de jouer aux billes avec
de Damien et d’Élisa, que nous voyons empilés les copains. Mais ce n’est plus trop la mode aujourd’hui, et c’est à un jeu
ci-dessous, contiennent chacun un nombre solitaire que se livre Mathias. Il fait trois tas contenant 41, 30 et 25 billes.
différent de cahiers (entre un et cinq). À chaque tour, Mathias a le droit de doubler l’un des tas en prenant toutes
On sait : les billes nécessaires dans un autre tas.
– qu’il y a sept cahiers au-dessus du cartable
de Carla ; ➜ Lui est-il possible de faire en sorte que tous les tas aient le même
– que le cartable de la jeune fille qui a trois cahiers nombre de billes ? Si oui, en combien de tours au minimum ?
se trouve juste sous celui d’Arnaud et juste ➜ Aurait-il pu y arriver quelles que soient les tailles des trois tas (non vides)
au-dessus du cartable d’un garçon qui possède du début, dès lors que leur total est 96 ? Même question avec le total 72.
un nombre pair de cahiers ;
– que le cartable de Bruno, le plus haut dans la pile,
contient un cahier de plus que celui de Damien. 33 millions de minois et moi et moi et moi
Nous ne garantissons pas notre source, mais en additionnant le nombre
d’élèves du secondaire qui viennent d’effectuer leur rentrée dans les 28 États
de l’Union européenne, on trouve un résultat de l’ordre de 33 millions.
Contentons-nous d’une addition de trois nombres.
Dans cette addition mystère (ou cryptarithme), chaque chiffre est toujours
remplacé par la même lettre et deux lettres différentes désignent deux chiffres
différents. L’écriture d’aucun nombre ne commence par 0.

TRENTE
+ TRO I S
+ M I L L I ON S
––––––––––––––––––
➜ Rendez à chacun son cartable et le nombre = 33000000
de cahiers qu’il contient. ➜ Reconstituez l’opération.

Les trois paires Cubisme à l’école


Lors du championnat international de jeux La maîtresse distribue dix-huit cubes colorés identiques (dont les faces
mathématiques par paires, le professeur constitue sont constituées de six couleurs différentes) à six de ses élèves (trois par élève)
des équipes de trois paires. Les six joueurs de en leur demandant de réaliser une œuvre artistique. Il s’agit de former la pile
l’équipe d’Alice portent des numéros de dossards de trois cubes qui leur paraîtra la plus jolie. Voici le résultat :
consécutifs et, chose étonnante, chaque paire
obtient comme score au championnat un nombre
de points qui est le produit des deux numéros
de dossards de ses membres.
Encore plus extraordinaire, la somme des
scores de deux des paires est égale au score de
la troisième. Pourtant, le dossard le plus élevé
n’appartient pas à la meilleure paire. ➜ Il se trouve que deux de ces piles, même si on les voit à partir d’angles
différents, sont identiques. Lesquelles ?
➜ Quel est le score de cette meilleure paire ?
Même question :
– si le dossard le plus élevé appartient Énigmes créées par Raymond Bloch,
à la meilleure paire, mais pas le suivant ; Solutions Élisabeth Busser, Gilles Cohen, Michel Criton,
dans
– si les deux dossards les plus élevés le prochain Jean-Louis Legrand et Bernard Myers
appartiennent à la meilleure paire. numéro www.tangente-mag.com

N°540 • Octobre 2018 | La Recherche • 97


LA CHRONIQUE Éthique
de Jean-Gabriel Ganascia

Comités d’éthique ou d’intégrité


scientifiques : quelles différences ?
az moutarde dans les tran- des scientifiques ; de même, l’évaluation Les comités de réflexion doivent disposer
G chées, explosions atomiques
sur Hiroshima et Nagasaki,
de la conduite des chercheurs demande
d’avoir eu une pratique de la science. À
d’indépendance pour garantir la liberté des
débats. Leurs avis sont publics. Ils ne sont
expérimentations humaines du docteur ces fins existent, depuis une quarantaine pas nécessairement consensuels, car l’ob-
Josef Mengele dans le camp d’extermina- d’années, tant dans notre pays qu’à l’étran- jectif n’est pas d’agir dans l’instant, mais
tion d’Auschwitz-Birkenau, étude de ger, une multitude de comités destinés à de faire des recommandations génériques.
Tuskegee sur la syphilis… L’histoire du alerter sur les risques, à définir des règles Enfin, la plupart du temps, ils ne couvrent
XXe siècle fourmille d’applications et de de comportement, à prévenir les infrac- qu’un aspect particulier de l’éthique :
pratiques scientifiques effroyables. Les tions à ces règles et à sanctionner ces éven- un champ disciplinaire, par exemple le
récentes greffes de trachées artificielles, tuelles infractions. numérique pour la Cerna, la commission
faites au très prestigieux Institut Pour aider à se repérer dans cette multi- qui réunit les acteurs publics français de la
Karolinska, en Suède, par le docteur Paolo tude d’institutions, il convient d’en dres- recherche dans le numérique – CEA, CNRS,
Macchiarini, qui utilisait ses patients ser un inventaire raisonné. On distingue Inria… –, ou des questions spécifiques, par
comme cobayes, montrent que nous ne ainsi les comités de réflexion, comme le exemple l’intégrité scientifique pour le CIS.
sommes pas prémunis contre ces atroci- Comité consultatif national d’éthique pour
tés. À ces actes de barbarie s’ajoutent les sciences de la vie et de la santé (CCNE), LES COMITÉS opérationnels préven-
toutes sortes de tricheries et d’impostures, créé en 1983 à la suite de l’émotion suscitée tifs, eux, accréditent des protocoles de
comme celle du physicien Jan Hendrik par la naissance d’Amandine, le premier recherche en assurant leur conformité
Schön, qui falsifia les résultats de ses expé- avec la législation. Cela vaut en particu-
riences pendant des années. lier pour les projets qui impliquent des
expérimentations animales ou des essais
COMMENT les scientifiques doivent-ils avec des sujets humains, ou encore le trai-
se conduire pour lutter contre de telles L’évaluation tement des données personnelles. Ces
déviances ? Tout en faisant écho à l’inter- de la conduite comités ne sont pas indépendants, car
rogation socratique « Comment conduire ils engagent leur organisme de tutelle.
sa vie ? », cette question lui imprime un tour
des chercheurs Enfin, les instances qui traitent d’infrac-
spécifique, car on se préoccupe là d’une vie doit se faire tions à l’intégrité scientifique doivent à la
particulière : celle des scientifiques, tant par leurs pairs ” fois répondre aux allégations de fraude ou
dans leur laboratoire, au cours de leur acti- de méconduites, proposer des moyens de
vité de chercheur, qu’à l’extérieur, dans le enfant conçu in vitro, le Comité d’éthique prévention et mettre en place des procé-
monde, en qualité de dépositaires du savoir du CNRS (Comets), dont j’assure la prési- dures. Ajoutons, en guise de conclusion,
scientifique, ce qui signifie un devoir d’in- dence, ou le Conseil de l’intégrité scienti- que ces comités doivent aussi s’accompa-
formation du public et d’alerte. Le pre- fique (CIS), des comités qui traitent de cas gner d’une formation précoce des cher-
mier point – la vie dans le laboratoire – particuliers et qui ont un caractère opéra- cheurs à l’éthique et l’intégrité scienti-
relève de ce que l’on range désormais tionnel. Parmi ces derniers, on doit dis- fiques, car la sensibilité à ces questions
sous le vocable d’intégrité scientifique, tan- cerner ceux qui agissent préventivement demeure la meilleure des préventions
dis que le second – le rôle du scientifique afin de donner un avis sur des projets de contre toutes les dérives. Q
dans le monde – correspond à l’éthique de recherche, comme le Coerle d’Inria, des
PIERRE KITMACHER

la recherche. Comme la science exige des comités qui sanctionnent des infractions Jean-Gabriel Ganascia est professeur d’informatique
compétences particulières, on conçoit que à l’intégrité, tels que la Délégation à l’inté- à Sorbonne Université. Il préside le Comité d’éthique du
la réflexion sur ces questions se fasse par grité scientifique (DIS) de l’Inserm. CNRS (Comets).

98 • La Recherche | Octobre 2018 • N°540


MAIS S’ EN GAG E R TO U T E L’AN N É E

TOUS À L’HEU R E PO U R L A
J OURNÉ E M ON DI ALE ALZ H EI MER
L E 2 1 SE PT EMBR E 2018
Vous aider à toujours
profiter de la vie

w w w.fra nce alz he ime r.org