Vous êtes sur la page 1sur 12

1.

Vous croyez qu'il faut attendre le moment


'idéal' pour partir...
La plupart des gens attendent
d'avoir le moment idéal pour tout
quitter et partir en voyage. Ils
attendent d'avoir mis plus d'argent
de côté, d'avoir plus de temps,
d'être libéré d'un engagement
auprès d'un proche, etc.

La vérité, c'est que le moment


idéal n'existe pas. Vous pourrez
toujours vous trouver une raison
de ne pas partir. Peut-être que vous allez vous dire "ah non je ne pars pas,
car je veux être là pour l'anniversaire de ma soeur". Ou "pour voir le marché
de Noël". Ou ceci, ou cela.
Il n'y a pas de moment optimal. Si vous voulez partir en voyage, vous devrez
forcément passer à côté d'événements de votre vie d'ici. Et plus vous allez
attendre, repousser votre départ, plus l'action de sauter le pas sera difficile.

En vérité, le VRAI bon moment de partir, c'est quand vous avez des fourmis
dans les jambes et une envie folle de découvrir le monde. Quoi, c'est
maintenant ? ;)
2. Vous croyez que trouver du travail à
l'étranger, c'est difficile (ou impossible)...
C'est une pensée qu'on a tous en
tête : à l'étranger c'est plus
compliqué de trouver du boulot
que chez nous. C'est faux : en fait,
si quelqu'un est prêt à vous
rémunérer pour vos compétences
ici en France, alors elles sont très
probablement recherchées
également ailleurs.

Ce que je vous conseille : faites


une liste de ce que vous êtes capable de faire. Je ne parle pas juste de vos
diplômes, mais de l'ensemble des compétences que vous possédez. Par
exemple, vous êtes probablement capable d'enseigner le français. Ou de
garder des enfants. Ou de servir des bières. Ou d'enseigner quelques pas de
salsa. Ou même de faire des créations sur Photoshop.

Bref, si vous listez vos compétences, vous allez vite voir que votre champs
d'action ne se limite pas qu'à la France. Il y a des gens qui veulent
apprendre le français dans chaque pays de cette planète. Des gens qui
veulent qu'on leur serve un verre également. Etc.

Dans certains cas, le fait même d'être étranger va vous permettre de trouver
PLUS FACILEMENT du boulot que les locaux (notamment dans les jobs liés
au tourisme).

Bref, si ce qui vous empêche de partir c'est la peur de ne pas réussir à


trouver du boulot : oubliez et foncez :)
3. Vous croyez qu'il faut ABSOLUMENT
maîtriser la langue locale pour y trouver un
job...
Si vous ne parlez pas un mot de la
langue du pays où vous vous
rendez, cela va limiter votre
champs de recherche, mais ça ne
vous empêchera en aucun cas d'y
trouver du travail.

C'est sûr que vous ne pourrez pas


bosser comme journaliste en
Thaïlande si vous ne parlez pas un
mot de Thaï, on est d'accord.
Mais ça ne vous empêchera en aucun cas de trouver un job en lien avec le
tourisme (les hôtels, les restaurants, les bars, les lieux touristiques, etc), ou
dans les langues (notamment l'enseignement). Vous pourrez aussi postuler
dans des entreprises françaises expatriées, et travailler là-bas dans votre
langue natale.

C'est certain que maîtriser la langue locale sera un plus et vous ouvrira un
éventail plus large de boulots. Mais ne vous en faites pas, ce n'est pas parce
que vous ne parlez pas cambodgien que vous ne pourrez pas trouver un job
là-bas :)
4. Vous croyez que vous allez trimer pour
gagner des clopinettes...
Voila le raccourci le plus fréquent.
"Travail à l'étranger
= petits boulots
= boulots sous-payés
= galère pour financer son voyage".

Encore une fois, c'est faux.

Certains jobs paient EXCESSIVEMENT


bien.

Je pense à tous les jobs de cueillette


de fruits en Australie, par exemple. Alors certes, ce n'est pas de tout repos,
mais financièrement, si vous bossez 3 mois dans ce genre de job, vous
pouvez mettre une belle somme de côté et être peinard pour au moins 5/6
mois ensuite (voire plus, en fonction de votre train de vie).

L'autre option, c'est de trouver un job qui offre, en bonus, le logement et la


nourriture. Du coup, vous recevez un salaire basique, mais comme vous ne
dépensez RIEN ou presque, vous mettez un max de côté. Les explications
sur ces boulots (il y en a une dizaine) se trouvent derrière ce lien :
http://www.roadcalls.fr/offrez-vous-une-vie-de-voyages/
5. Vous croyez qu'un long voyage va bloquer
votre carrière...
Un nombre important de gens pense
que tout plaquer pour partir en
voyage est un frein dans une carrière.

Certes, une infime partie des


employeurs vont trouver que c'est un
"trou" dans votre CV. Mais pour
l'immense majorité, vous allez pouvoir
tourner ça en AVANTAGE.

Un long voyage apprend la


débrouillardise, l'organisation, la gestion du stress, l'autonomie, la prise
d'initiative, et pas mal d'autres choses. Et puis, vous allez apprendre des
langues, acquérir des nouvelles compétences valorisables, et même dans
certains cas faire grossir votre réseau professionnel, dont vous allez ensuite
pouvoir faire bénéficier votre futur employeur en France, à votre retour.

Partir à l'étranger est TOUJOURS valorisable sur un CV. Ce n'est pas pour
rien qu'on envoie nos étudiants faire des stages à l'étranger, ou partir une
année en Erasmus (les employeurs ne sont pas idiots, ils savent bien
qu'Erasmus n'est pas vraiment synonyme de travail acharné, mais ils savent
aussi que les étudiants qui sont partis étudier à l'étranger sont plus
autonomes, et susceptibles de prendre davantage d'initiatives que les
étudiants qui restent chez papa-maman). Valorisez votre voyage de la
même manière que eux valorisent une année Erasmus, et au lieu de bloquer
votre carrière, vous allez même lui donner des ailes !
Si vous voulez en savoir plus sur le travail en voyage, je vous conseille de
lire ça : http://www.roadcalls.fr/offrez-vous-une-vie-de-voyages/

Bonne lecture ! Et à bientôt sur le blog :)

Jérémy.