Vous êtes sur la page 1sur 37

4.2.3 Application

4.2.3.1 Systèmes d’isolation internes

Réseaux souterrains

Les réseaux souterrains moyenne tension et haute tension sont composés de câbles blindés et d’accessoires. Les accessoires sont les jonctions et les terminaisons. La figure 4.1 illustre deux câbles de distribution pour des applications à haute (figure 4.1a) et à moyenne tension (figure 4.1b). Pour séparer le conducteur central du neutre concentrique, on rencontre trois types de système d’isolation dans différentes applications : les systèmes d’isolation papier-huile, les systèmes d’isolations extrudés et les systèmes d’isolation gazeux. Les systèmes d’isolation papier-huile ne sont pratiquement plus utilisés de nos jours pour les câbles souterrains de moyenne tension. Au Québec, la très grande majorité des câbles de distribution sont des câbles extrudés. La figure 4.16 illustre des câbles extrudés isolés au polyéthylène pour différents niveaux de tension de 5 à 46 kV. Les systèmes d’isolation papier-huile ayant été traités ailleurs dans le contexte des transformateurs, nous discuterons ici surtout des câbles extrudés.

ormateurs, nous discuterons ic i surtout des câbles extrudés. Figure 4.16 Câbles extrudés de distribution [16].

Figure 4.16 Câbles extrudés de distribution [16].

a) c) b) d) Figure 4.17 : a) Portées de câbles de distribution dans des

a)

a) c) b) d) Figure 4.17 : a) Portées de câbles de distribution dans des b

c)

a) c) b) d) Figure 4.17 : a) Portées de câbles de distribution dans des b

b)

a) c) b) d) Figure 4.17 : a) Portées de câbles de distribution dans des b

d)

Figure 4.17 : a) Portées de câbles de distribution dans des bac d’eau; b) Touret d’un câble de distribution; c) jonction séparable; d) terminaisons de câbles (toutes ces photos proviennent du centre de recherche d’Hydro-Québec (IREQ)).

La figure 4.17 illustre les éléments composants un réseau de distribution 25 kV. Les matériaux isolants utilisés pour les câbles extrudés sont le polyéthylène basse densité (LDPE) ou le caoutchouc éthylène-propylène (EPR). Pour améliorer les propriétés thermo-mécanique du PE, ce dernier est réticulé lors de la fabrication du câble. Habituellement cette réticulation est activée par un agent chimique (le péroxyde dicumylique) de telle sorte que l’on parle de polyéthylène réticulé chimiquement (PRC) ou XLPE en anglais. La figure 4.18 ci-dessous illustre la structure chimique du polyéthylène et de l’EPR. Les propriétés mécaniques de l’EPR comportent certains avantages sur le XLPE. En effet, ce matériau est plus souple et son ramollissement à haute température est moindre que celui du XLPE. Par contre, les pertes diélectriques du caoutchouc sont au moins 5 fois plus élevées que celles du XLPE. La puissance dissipée dans le diélectrique qui est donnée par

P =

ω

V

2

C

tan δ

(4.55)

est donc plus 5 fois plus élevée. C’est pourquoi on ne rencontre pas les câbles au caoutchouc pour les niveaux de tension de transport. Un nouveau type de matériau utilisé de nos jours dans la fabrication des câbles de distribution est le polyéthylène avec retardeur d’arborescence (TRXLPE). Dans la conception de ce matériau des additifs polaires sont ajoutés au polyéthylène de base. Différents essais de vieillissement en

laboratoire ont montré que généralement ces polyéthylènes améliorés présentent une densité moindre d’arbres d’eau par rapport au XLPE standard. Conséquemment depuis plusieurs années, Hydro-Québec utilise ce type de matériau pour ses câbles de distribution. La figure 4.17a montre deux câbles 28 kV de colorations différentes. Le câble jaunâtre est un câble isolé au TRXLPE. Évidemment, l’ajout d’additifs polaires augmente les pertes diélectriques du TRXLPE par rapport au XLPE mais ces pertes restent toutefois plus basses que pour le caoutchouc.

restent toutefois plus basses que pour le caoutchouc. a) b) Figure 4.18 Structures chimiques a) du

a)

restent toutefois plus basses que pour le caoutchouc. a) b) Figure 4.18 Structures chimiques a) du

b)

Figure 4.18 Structures chimiques a) du PE et b) du caoutchouc EPR [16].

L’épaisseur nécessaire du mur isolant dépend de l’intensité du champ électrique. Le champ électrique en géométrie coaxiale est donnée par

E

=

U

( b ) r ln a
(
b
)
r ln
a

(4.56)

où a et b sont les rayons internes et externes du mur isolant et U est la tension sur l’âme centrale. Le champ maximum survient donc au semi-conducteur interne et est donné par

E

max

=

U

( b ) a ln a
(
b
)
a ln
a

(4.57)

La tenue diélectrique des isolants extrudés est de plusieurs centaines de kV/mm. Pour des raisons de fiabilité à long terme, un câble sera évidemment conçu pour que le champ auquel il est exposé en service corresponde à une fraction de sa tenue diélectrique. Les valeurs maximales du champ permises dépendent du niveau de tension. Par exemple pour un câble XLPE 69 kV, la norme AEIC CS7-93 [18] stipule un champ maximum de 6 kV/mm alors que pour un câble 500 kV un champ maximum de 15 kV/mm est généralement accepté. Pour les câbles 28 kV, la normes AEIC CS5-94 [25] précise un niveau d’isolation minimal de 7,11 mm. C’est cette valeur qui est utilisée par Hydro- Québec pour ses câbles 25 kV. Les dimensions du câble de la figure de l’exemple 4.1 correspondent environ aux dimensions d’un câble XLPE 750 kcm - 28 kV tel qu’utilisé par Hydro-Québec pour son réseau souterrain 25 kV. En utilisant l’équation (4.57), le champ électrique près de l’âme centrale est alors donné par

E

max

=

14,4 kV

( 19 12 ln mm 12 )
( 19
12 ln
mm
12 )

=

2.61

kV

/

mm

(4.58)

Pour les câbles coaxiaux 5 à 46 kV, les niveaux minimum d’isolation sont aussi donnée dans la norme ICEA S-97-682-2004 [17]. Le 7 mm d’isolation de l’exemple ci-dessus correspond aussi aux recommandations de cette norme.

Dans la fabrication des câbles et des jonctions des polymères contenant du noir de carbone sont utilisés comme électrodes. Le rôle des ces semi-conducteurs interne (appelé écran interne) et externe (appelé écran externe) est d’assurer une géométrie parfaitement cylindrique, c’est-à-dire d’éviter que la forme des torons du conducteur central ne cause une concentration locale du champ électrique. Pour fabriquer ces écrans semi- conducteurs, on utilise des co-polymères thermoplastiques contenant des groupements polaires de telle sorte que ces matériaux peuvent contenir une quantité importante de noir de carbone. Pour les jonctions, on utilise des caoutchoucs contenant du noir de carbone tenant également le rôle de matériaux semi-conducteurs. La figure 4.19a ci-dessous illustre la création d’un chemin conducteur dans ce type de matériau par contact grain-à- grain. Ce type de conductivité s’appelle conduction par percolation. Évidemment lorsque la concentration des particules conductrices n’est pas suffisante, la conduction ne se fait pas. Par contre, lorsqu’une certaine concentration seuil, le seuil de percolation, est excédée, le matériau devient conducteur. Ce comportement est illustré à la figure 4.19b pour différents composites renforcés par du noir de carbone.

différents composites renf orcés par du noir de carbone. a) b) Figure 4.19 : Propriétés des

a)

b)

Figure 4.19 : Propriétés des composites renforcés par du noir de carbone : a) représentation schématique de la percolation [10]; b) variation de la conductivité en fonction de la concentration de noir de carbone [11].

Dans un réseau souterrain, inévitablement on doit connecter des câbles entre eux et raccorder les extrémités des câbles de chaque côté à des transformateurs ou à des câble de raccordement dans des postes Conséquemment en plus des câbles, le réseau souterrain comprend des accessoires de raccordements, les jonctions, et des terminaisons. Dans les deux cas, on doit dans une première étape dégainer le câble sur une certaine longueur de

sa gaine de mise à la terre. On obtient conséquemment une géométrie dite à électrode tronquée. Cette situation est illustrée à la figure 4.20 ci-dessous

Cette situation est illu strée à la figure 4.20 ci-dessous Figure 4.20 : Terminaison d’un câble

Figure 4.20 : Terminaison d’un câble coaxiale avec la gaine extérieure dégainée [16].

Pour les applications en haute tension, l’extrémité dégainée d’un système blindé ne peut pas être laissée avec l’isolation à nu telle qu’illustrée à la figure 4.20. En effet, dans cette situation, le potentiel au point B est pratiquement le même que celui au point C, c’est-à- dire le potentiel de l’âme centrale. Puisque le point A est mis à la terre, il se développe donc un fort champ électrique tangentielle le long de la surface de l’isolation. On utilisera donc un dispositif spécial, appelé terminaison dans le cas des câbles, ou traversée dans le cas des transformateur ou revêtement anti-effluves dans le cas des machines tournantes afin d’éviter que des décharges de surface apparaissent à la surface de l’isolation lorsque le semi-conducteur externe est interrompu. Cette situation sera aussi très importante dans le cas des machines tournantes. Pour comprendre la pertinence de l’utilisation de terminaisons ou de revêtements anti-effluves, il faut se référer à la forme des lignes équipotentielles le long de la surface dans la situation d’une électrode tronquée. Cette situation est illustrée à la figure 4.21a ci-dessous.

a) b) c) 6

a)

a) b) c) 6

b)

a) b) c) 6

c)

Potentiel (V)

Graphique Distribution du Potentiel

8000 7000 6000 5000 4000 3000 2000 1000 avec gradient sans gradient 0 0 0.005
8000
7000
6000
5000
4000
3000
2000
1000
avec gradient
sans gradient
0
0
0.005
0.01
0.015

Distance (mm)

d)

Champ Électrique (kV/mm)

Graphique Distribution du champ électrique

25 avec gradient sans gradient 20 15 10 5 0 0 0.005 0.01 0.015
25
avec gradient
sans gradient
20
15
10
5
0
0
0.005
0.01
0.015

Distance (mm)

e)

Figure 4.21 : Système à électrode tronquée : a) schéma approximatif des lignes équipotentielles et des profils de potentiel et de champ tangentiel le long de la surface diélectrique [13]; b) lignes équipotentielles sans revêtement anti-effluves obtenues par éléments finis [12]; c) lignes équipotentielles avec revêtement à haute permittivité obtenues par éléments finis [12]; d) profil du potentiel [12]; e) profil du champ électrique tangentiel [12].

On peut modéliser le comportement d’un système avec une électrode tronquée plus simplement que par des simulations par élément finies (moins précis toutefois), en utilisant un circuit équivalent tel qu’illustré à la figure 4.22 ci-dessous.

tel qu ’illustré à la figure 4.22 ci-dessous. Figure 4.22 : Circuit modélisant un systèm e

Figure 4.22 : Circuit modélisant un système à électrode tronquée [14].

Le circuit de la figure 4.22 ci-dessous correspond aux équations des lignes de transmission données par :

U

=−

x

I

=−

c

U

rI

x

t

(4.59)

où U est le potentiel à la surface du diélectrique, r et c, les résistance et capacité par unité de longueur et I le courant de surface. En considérant un potentiel sinusoïdal, c’est-à-dire

U

*

=

U

o

e

j

ω t

on obtient à partir des équations (4.59)

2

U

*

(

x

)

x

2

j

= ω

rcU

*

 

(4.60)

(

x

)

(4.61)

Pour les équations des lignes de transmissions, les conditions frontières sont U(0) = U o et U(L) = 0. Même si cette situation n’est pas celle de la figure 4.22 pour laquelle le point x=0 correspond à la mise à la terre (U(0) = 0), le développement mathématique reste valable avec un simple changement de variable (U’ = U o - U). Le champ électrique en grandeur est le même. En utilisant les conditions frontières U(0) = U o et U(L) = 0 on obtient comme solution pour l’équation (4.61) :

avec α =

U

*

(

x

)

=

U

o

sinh

[(

α

L

x

)]

sinh(

L

α

)

α = U * ( x ) = U o sinh [ ( α L −

jωrc . Le champ électrique tangentiel est évidemment donné par

E

*

(

x

) =

dU

*

(

x

)

dx

= −

U

α

o

cosh

[(

α

L

x

)]

sinh(

L

α

)

(4.62)

(4.63)

Puisque α est complexe, le champ électrique E * (x) est aussi complexe. Connaissant les valeurs de r, c, U o et L, on peut évidemment calculer la grandeur du champ en fonction de la distance par rapport à l’électrode tronquée. La figure 4.23 ci-dessous illustre la grandeur de E en fonction de la position x pour r = 1 x 10 12 Ω/m, c = 2 x 10 -9 nF/m, L = 10 cm et U o = 8 kV. Le champ électrique est donné en kV/mm. Lorsque que ce dernier excède 1 kV/mm, l’air s’ionise et des décharges partielles apparaissent. On constate à la figure 4.23 que le champ est maximum en x = 0 et excède largement le seuil d’allumage des décharges. Cette situation donnera lieu à de l’effet couronne. L’effet couronne émet un rayonnement électromagnétique dans le domaine des ultra-violets. On peut visualiser cet effet à l’aide d’une caméra spécial qui converti les rayons UV en lumière visible (caméra UV). La figure 4.24 illustre une photo d’un effet couronne prise à l’aide d’une caméra UV.

Uo = 8000, L = 10 cm, c = 2 nF/m, r = 1 TOhm/m, f = 60 Hz

7 6 5 4 3 2 1 0 0 0.002 0.004 0.006 0.008 0.01 0.012
7
6
5
4
3
2
1
0
0
0.002
0.004
0.006
0.008
0.01
0.012
0.014
0.016
0.018
0.02
Champ électrique (kV/mm)

x (m)

Figure 4.23 : Champ électrique à la sortie d’une électrode tronquée (équation 4.60).

à la sortie d’une électrode tronquée (équation 4.60). Figure 4.24 : a) Caméra UV permettant de
à la sortie d’une électrode tronquée (équation 4.60). Figure 4.24 : a) Caméra UV permettant de

Figure 4.24 : a) Caméra UV permettant de visualiser l’effet couronne; b) effet couronne à la sortie de l’électrode semi-conductrice [19]

Cet effet couronne n’est pas désirable puisqu’il a comme conséquence l’érosion du diélectrique et peut éventuellement conduire à un défaut. On peut éliminer l’effet couronne aux terminaisons des systèmes coaxiaux de différentes façons. Une façon simple est d’augmenter la quantité d’isolant au niveau de la terminaison. Cette situation est réalisée par l’utilisation de cône de force (ou stress cone). Ces dispositifs sont habituellement fabriqués en caoutchouc. Lors de l’installation, le caoutchouc est en extension de telle sorte qu’il maintient une pression interfaciale sur l’isolation du câble. La figure 4.17d) illustre deux cônes d’effort installés sur une petite longueur de câble 28 kV. Les lignes de force (lignes équipotentielles) pour une terminaison de ce type, dite géométrique, sont illustrées à la figure 4.25 ci-dessous.

Figure 4.25 : Les lignes équipotentielles d’une terminai son de câble avec cône déflecteur [12].

Figure 4.25 : Les lignes équipotentielles d’une terminaison de câble avec cône déflecteur

[12].

Une autre possibilité est d’utiliser un revêtement de matériaux à haute permittivité. Cette situation est illustrée à la figure 4.21c. On constate que les lignes équipotentielles sont plus distancées et conséquemment le champ électrique à la sortie de l’électrode tronquée est plus faible. Les jonctions et terminaisons modernes pour les réseaux de distribution utilisent une combinaison de contrôle géométrique et de matériaux à haute permittivité tel qu’illustré à la figure 4.26 ci-dessous. Ces accessoires utilisent la technologie rétractable à froid. En effet un support mécanique maintient le caoutchouc en extension lorsque l’accessoire est positionné sur le câble. Lors du retrait de ce support, le matériau se contracte et conséquemment applique une pression sur l’isolation. La figure 4.17d illustre aussi ce type de terminaisons installées sur une petite longueur de câble.

inst allées sur une petite longueur de câble. Figure 4.26 : Schéma d’une terminaison extéri eure

Figure 4.26 : Schéma d’une terminaison extérieure rétractable à froid [16].

On peut aussi utiliser des matériaux non linéaires pour les revêtements anti-effluves. Cette non linéaire signifie que les propriétés électriques du matériau changent avec le champ électrique. Si on imagine qu’un revêtement spécial dont la résistance diminue avec l’intensité du champ est utilisé, on peut comprendre à partir du circuit équivalent que le champ électrique à la sortie de l’électrode tronquée sera plus faible. En effet, là où le courant de surface est le plus élevé, c’est-à-dire à la sortie de l’électrode tronquée, une

résistance plus faible donnera une chute de potentiel plus faible. Ce type de revêtement est couramment utilisé pour l’isolation statorique des machines tournantes (voir section suivante).

Le point faible des lignes souterraines, c’est-à-dire là où les défaillances surviennent le plus fréquemment, n’est pas les portées de câble mais plutôt les accessoires, particulièrement les jonctions. Une jonction sert à faire le raccordement entre deux câbles. Les jonctions sont situées dans les puis d’accès. La figure 4.27 ci-dessous illustre différents types de jonction utilisés par Hydro-Québec pour les réseaux 25 kV.

utilisés pa r Hydro-Québec pour les réseaux 25 kV. a) b) c) Figure 4.27 : Différents

a)

utilisés pa r Hydro-Québec pour les réseaux 25 kV. a) b) c) Figure 4.27 : Différents

b)

utilisés pa r Hydro-Québec pour les réseaux 25 kV. a) b) c) Figure 4.27 : Différents

c)

Figure 4.27 : Différents modèles de jonction : a) jonction pré-moulée; b) et c) jonctions séparables [9]

Une jonction est semblable à une double terminaison. Les deux conducteurs sont reliés ensemble par un manchon métallique. Ensuite une pièce de caoutchouc assure la séparation entre le manchon et la mise à la terre de l’écran isolant. La figure 4.28 ci- dessous illustre un schéma simplifié d’une jonction moulée.

dessous illustre un schéma si mplifié d’une jonction moulée. Figure 4.28 Schéma d’une jonction moulée [16].

Figure 4.28 Schéma d’une jonction moulée [16].

Machines tournantes

Les machines tournantes utilisées pour la production d’électricité sont habituellement des machines synchrones. Le rotor est alimenté en tension continue par quelques centaines de volts alors que le stator développe la puissance électrique à une tension triphasée de plusieurs milliers de volts. Un niveau de tension assez commun en Amérique du Nord est 13,8 kV comme tension de sortie de phase. La figure 4.29 ci-dessous rappelle les principales caractéristiques des alternateurs synchrones. Les machines à pôles lisses, ou turbo-alternateurs, sont montées sur un axe horizontal et utilisées essentiellement dans les centrales thermiques (comme à la centrale Tracy (150 MVA) ou Gentilly (680 MVA)).

Le cuivre des phases statoriques doit donc être isolé de la carcasse magnétique (mise à la terre) de la machine puisque la tension de phase à la sortie de phase est d’environ 8 kV pour une machine 13,8 kV. Ce système d’isolation doit pouvoir résister à long terme à un ensemble de contraintes thermique, mécanique, électrique et environnementale. Dans la partie droite, les isolations modernes consistent en un ruban de fibre de verre et de mica imprégné dans une résine thermodurcissable, habituellement de l’époxy. Dans les parties hors fer, un revêtement spécial est utilisé pour prévenir les décharges de surface (effet couronne). Ce revêtement est soit un ruban, une peinture ou les deux. La figure 4.2c) illustre les différents composants de l’isolation d’une barre. La figure 4.30 montre les différentes caractéristiques d’une barre d’un hydro-générateur (cette barre a été fabriquée à l’usine de GE Hydro à Lachine).

a été fabriquée à l’usine de GE Hydro à Lachine). Figure 4.29. Caractéristiques d’une machine synchrone

Figure 4.29. Caractéristiques d’une machine synchrone [15].

Mur isolant + revêtement sc Ruban + peinture anti-effluves Isolant à nu Cuivre
Mur isolant + revêtement sc
Ruban + peinture
anti-effluves
Isolant à nu
Cuivre

Figure 4.30 : Caractéristiques d’une barre d’un hydro-générateur

Transformateurs de puissance

Le système d’isolation d’un transformateur papier – huile est composé d’une barrière de papier entourant le bobinage de cuivre des enroulements et d’une huile minérale d’imprégnation. Cette huile sert à la fois pour le refroidissement et comme élément du système d’isolation. Il est à noter que les câbles haute et moyenne tension conçus avant l’avènement des câbles extrudés étaient conçus suivant la technologie papier-huile. Ces câbles étaient d’une grande fiabilité de telle sorte qu’encore beaucoup de ces câbles sont en service dans les réseaux souterrains à travers le monde. Par exemple, le câble à tension continue 500 kV de la traversée sous-fluviale à Grondine est un câble papier- huile. La figure 4.31 illustre le schéma d’un câble papier-huile pour lequel l’huile est injectée à l’intérieur du conducteur creux

est injectée à l’intérieur du conducteur creux Figure 4.31 : Schéma d’un câble papier-huile avec

Figure 4.31 : Schéma d’un câble papier-huile avec l’huile contenue à l’intérieur [16].

4.2.3.2 Vieillissement et dégradation des systèmes d’isolation

Arborescences

Un phénomène indésirable affectant les isolations solides est le phénomène de dégradation par arborescence. Les arbres s’initient habituellement à partir d’un point où il existe une concentration du champ électrique. On rencontre deux types d’arbres, les arbres électriques et les arbres d’eau. Un arbre électrique s’initiant à partir d’un point de grande concentration de champ se propage à l’intérieur du diélectrique sous forme de canaux carbonisés. À l’intérieur de ces canaux une intense activité de décharges partielles a lieu et contribue à dégrader davantage le matériau. La figure 4.15 illustre un arbre électrique poussant dans du polyéthylène à partir d’une pointe métallique. Pour une pointe métallique, évidemment le champ électrique est beaucoup plus élevé au sommet de la pointe que près du plan de neutre. La figure 4.32a ci-dessous illustre les lignes de champ et les lignes équipotentielles pour une géométrie pointe-plan. La figure 4.32b illustre des défauts dans un câble extrudé donnant aussi lieu à une amplification du champ électrique. On peut approximativement calculer le champ électrique en utilisant l’équation (4.64) qui présume une pointe de forme hyperboloïde

E

max

=

2 U

r ln ⎜ ⎛ 1 +

4

d

r

(4.64)

Si on prend une pointe de 10 μm de rayon avec d = 5 mm et U = 20 kV, on obtient un champ de 526 kV/mm alors que le champ moyenne est de 2 kV/mm. On constate que le facteur d’amplification du champ par la pointe est énorme. À un champ aussi élevé un arbre électrique s’initiera au bout de quelques minutes au sommet de la pointe [20]. Éventuellement une branche court-circuitera les deux électrodes et menera à un défaut. La figure 4.32 illustre cette situation pour un câble de distribution (4.33a) ainsi que pour un échantillon pointe-plan (4.33b).

a) b) Figure 4.32 : a) Lignes équipotentielles dans une gé ométrie pointe [12]; b)

a)

a) b) Figure 4.32 : a) Lignes équipotentielles dans une gé ométrie pointe [12]; b) défauts

b)

Figure 4.32 : a) Lignes équipotentielles dans une géométrie pointe [12]; b) défauts dans un câble entraînant une concentration de champ [22].

un câble entraînant une con centration de champ [22]. Figure 4.33 : Arbres électriques a) dans
un câble entraînant une con centration de champ [22]. Figure 4.33 : Arbres électriques a) dans

Figure 4.33 : Arbres électriques a) dans un câble extrudé (tiré de [23]); b) dans un échantillon pointe-plan [20].

La figure 4.34 illustre un arbre électrique à l’intérieur d’un câble extrudé poussant à partir d’une pointe métallique insérée. Évidemment un défaut aussi majeur est non seulement très improbable mais de plus peut être détecté à l’installation par des essais électriques.

Figure 4.34 Arborescence dans un câble extrudé à partir d’une pointe [16]. Un autre phénomène

Figure 4.34 Arborescence dans un câble extrudé à partir d’une pointe [16].

Un autre phénomène affectant l’isolation extrudée est le phénomène des arbres d’eau. Ce type de défaut est beaucoup plus fréquent que celui des arbres électriques mais heureusement, il est aussi beaucoup moins grave. En fait, des câbles extrudés peuvent se maintenir en service durant des dizaines d’années avec une grande quantité de petits arbres d’eau dans leur isolation. Un arbre d’eau peut néanmoins mener à un défaut d’isolation, particulièrement lorsqu’il permet la génération d’un arbre électrique à l’une de ses branches. La figure 4.35 ci-dessous illustre des arbres d’eau poussant à partir des semi-conducteurs interne dans des câbles de distribution.

semi-conducteurs interne dans des câbles de distribution. Figure 4.35 : Arbres d’eau poussant à partir des
semi-conducteurs interne dans des câbles de distribution. Figure 4.35 : Arbres d’eau poussant à partir des

Figure 4.35 : Arbres d’eau poussant à partir des semi-conducteurs internes : a) [26]; b)

[27].

Un autre type de structure que l’on rencontre pour les arbres d’eau est la structure dite nœud papillon. Ce type de défaut se rencontre à l’intérieur du volume de l’isolation et généralement s’initie à partir d’une cavité ou d’une impureté dans le câble. Ce type de défaut est très commun pour les câbles extrudés immergés et ne possédant pas de gaine métallique d’imperméabilité. Heureusement, ces arbres ne poussent que très lentement et

semblent même s’immobiliser après un certain temps de telle sorte que des câbles peuvent se maintenir en service durant de très longues périodes malgré une quantité importante d’arbres nœud papillon.

malgré une quantité importante d’arbres nœud papillon. Figure 4.36 : Arbre nœud papillon dans un câble

Figure 4.36 : Arbre nœud papillon dans un câble extrudé (photo provenant de l’IREQ).

Érosion due aux décharges partielles

Les décharges partielles surviennent lorsque le champ électrique dans un gaz dépasse la valeur minimale de rupture. Cette situation peut survenir dans une cavité gazeuse ou à la surface d’un isolant. Le champ de rupture dépend de plusieurs facteurs, dont la pression, la dimension de la cavité, la nature chimique du gaz (présence ou non de vapeur d’eau) et la température. Il existe des équations permettant de calculer la tension de rupture des gaz, dont l’air, en fonction de ces paramètres. Ces relations dépassent le cadre de ce travail mais sont disponibles dans la plupart des livres sur l’ingénierie de haute tension. Les points importants à retenir sont que d’une part la tenue diélectrique d’un gaz est toujours inférieure à celle du matériau solide de telle sorte qu’une cavité gazeuse dans un solide sera un point vulnérable du matériau susceptible d’être le site d’une activité de décharges partielles. D’autre part, le champ de rupture dans une cavité dépend de la dimension de la cavité elle-même de telle sorte qu’une très petite cavité, disons inférieure à 5 μm n’est pas susceptible d’être le site d’activités de décharges partielles. La situation d’une cavité sphérique dans diélectrique est illustrée à la figure 4.37 ci-dessous.

Figure 4.37 : a) Cavité dans un diélectrique [ 12], b) lignes équipo tentielles pour

Figure 4.37 : a) Cavité dans un diélectrique [12], b) lignes équipotentielles pour une cavité d’air dans un diélectrique solide (ε > 2) [12].

Le champ électrique dans la cavité est amplifié par la différence des permittivités entre le gaz et le solide qui l’entoure. À partir de la solution de l’équation de Laplace en coordonnées sphériques, on obtient en effet que

E

cav

=

E

ext

3

ε

2

ε

+ 1

(4.65)

Comme la permittivité est toujours supérieure à 2 pour les isolants solides, il est facile de constater que le champ électrique dans la cavité est supérieur à celui à l’extérieur de la cavité. La figure 4.37b ci-dessous illustre les lignes équipotentielles pour cette situation. Lorsque le champ à l’intérieur de la cavité atteint les conditions de rupture diélectrique, une décharge se produira. Considérons la situation illustrée à la figure 4.38b ci-dessous. La cavité gazeuse est représentée par un condensateur C v . Considérons que la cavité a une tension de claquage égale à V b dans les deux polarités. Lorsque cette tension est atteinte, une décharge se produit dans la cavité et la tension chute immédiatement à une tension résiduelle V r . Des charges sont alors déposée sur les parois diélectriques de la cavités créant un champ interne correspondant à une tension égale à V b - V r. Si V r est égale au tiers de V b , comme illustré dans la figure 4.38c, alors le champ interne correspond au deux tiers de la tension de claquage de telle sorte qu’à la polarité suivante, la décharge de signe opposée surviendra beaucoup plus tôt dans la phase. Par la suite une séquence régulière de 4 décharges par phase se répètera.

beaucoup plus tôt dans la phase. Par la suite une séquence régulière de 4 décharge s
c) Figure 4.38 : a) schéma d’un diélectrique avec une cavité; b) circuit équivalent; c)

c)

Figure 4.38 : a) schéma d’un diélectrique avec une cavité; b) circuit équivalent; c) schéma des décharges en fonction de la position dans la phase (tiré de [16]).

En réalité les signaux de décharges partielles sont toujours plus compliqués que ce qui est illustrés à la figure 4.38b. La figure 4.39 présente un signal de décharge partielle illustrant des décharges internes dans une cavité. On constate que l’activité de décharge survient essentiellement dans les premier 90 o d’une alternance.

dans les premier 90 o d’une alternance. Figure 4.39 : Décharge partielles dans des bulle s
dans les premier 90 o d’une alternance. Figure 4.39 : Décharge partielles dans des bulle s

Figure 4.39 : Décharge partielles dans des bulles entourées d’huile isolante [21]

Les enroulements statoriques des machines tournantes 13,8 kV sont souvent assujettis aux attaques des décharges partielles en service. Le système d’isolation à base de mica est conçu pour résister à ces attaques. Toutefois, la présence de décharges entraîne à long terme la dégradation des différentes composantes du système d’isolation. Principalement trois types de décharges peuvent affecter l’isolation statorique des grandes machines.

1) Décharges couronnes. Les décharges couronnes sont des décharges survenant à l’extérieur du fer. Ces décharges surviennent lorsque les revêtements anti- effluves ne réussissent pas à diminuer suffisamment le champ électrique à la sortie du fer. À long terme ces décharges détruisent la jonction entre les peintures semi-conductrice et anti-effluves laissant une poudre blanche caractéristique de l’attaque des peintures par effet couronne. Ce type de défaut se détecte donc facilement par inspection visuelle. La figure 4.40a illustre les barres de sortie de phase d’un hydro-alternateur attaqué par des décharges couronne.

2) Décharges d’encoche. Pour les grandes machines tournantes, les bobines ou les barres sont fabriquées en usines et insérées dans les encoches sur place. Conséquemment, la barre doit nécessairement être légèrement moins large que l’encoche pour pouvoir être insérée. Pour éviter que le jeu permette à la barre de vibrer dans l’encoche on utilise du matériel de bourrage. Malgré cela, il arrive que les barres vibrent dans les encoches. Cette vibration à la longue peut résulter en l’érosion de la peinture semi-conductrice et une surface isolante peut alors faire face à un mur métallique mis à la terre n’étant séparée de la masse que par un mince filet d’air. Il se crée alors un circuit formé de deux condensateurs en série dont l’un est rempli d’air. Généralement le champ électrique dans le jeu d’air est beaucoup trop élevé pour être supporté et des décharges vont s’initier. Ce type de décharges est appelé décharges d’encoche. La figure 4.40b montre une barre ayant été affectée par des décharges d’encoche. On constate que la peinture semi- conductrice est disparue à certain endroit. Contrairement au décharges couronnes les décharges d’encoche se détectent que difficilement par inspection visuelle. Par contre, il est possible de mesurer ces décharges par une mesure de décharges partielles en service ou à l’arrêt. 3) Décharges internes. Les décharges internes sont des décharges se produisant dans les vacuoles dans le mur isolant. Leur présence ne cause pas d’inquiétude majeure puisque le matériau isolant est conçu pour résister efficacement à leurs attaques. La situation serait tout autre dans le cas de l’isolation thermoplastique des câbles extrudés. En effet, l’isolation extrudé n’est pas conçu pour résister aux décharges et leur présence pour dans ce cas entraînerait probablement l’initiation d’un arbre électrique (ou est symptomatique d’un tel défaut). C’est pourquoi les critères de qualification pour les câbles [17] stipulent des seuils d’activité de décharges très bas.

les critères de qualification pour les câbles [17] stipulent des seuils d’activité de décharges très bas.

a)

.

. b) Figure 4.40 a) Barres affectées par des décharges couronnes [24]; b) barre affectée par

b)

Figure 4.40 a) Barres affectées par des décharges couronnes [24]; b) barre affectée par des décharges d’encoches.

Contraintes environnementales

Différentes contraintes environnementales peuvent affecter les systèmes d’isolation. Les deux plus importantes sont l’humidité et l’encrassement. On a déjà vu précédemment que la présence d’eau entraînait des arborescences dans le cas des câbles extrudés. Pour les systèmes d’isolation papier-huile, l’humidité a aussi des effets fortement indésirables En effet, le papier étant hygroscopique, il absorbe facilement l’eau. Non seulement, sa conductivité augmente alors considérablement mais aussi l’eau est un agent qui favorise la décomposition de papier. Dans le cas des machines tournantes, l’absorption d’humidité en surface ou en volume augmente considérablement la conductivité du système d’isolation. Cette situation peut se produire lorsqu’une machine tournante est laissée à l’arrêt durant une période prolongée. La figure 4.41a illustre les courants de charge et de décharge (mesure de résistance) sur une phase d’une machine tournante 6.6 kV à l’arrêt depuis plusieurs semaines. La figure 4.41b illustre la même mesure après séchage. La résistance et l’indice de polarisation (voir section 4.2.3.3) sont fortement affectés par la présence d’humidité comme on peut le constater sur ces figures.

1.0E-02 0.01 0.1 1 10 100 1000 10000 1 kV - Charge 1.0E-03 1 kV
1.0E-02
0.01
0.1
1
10
100
1000
10000
1 kV - Charge
1.0E-03
1 kV - Décharge
1.0E-04
1.0E-05
1.0E-06
1.0E-07
Courant (A)

Temps (s)

a)

1.0E-02 0.1 1 10 100 1000 1.0E-03 1 kV - Charge 1 kV - Décharge
1.0E-02
0.1
1
10
100
1000
1.0E-03
1 kV - Charge
1 kV - Décharge
1.0E-04
1.0E-05
1.0E-06
Courant (A)

Temps (s)

b)

Figure 4.41 : Courants de charge et de décharge mesurés à 1 kV sur les enroulements statoriques d’une machines 6,6 kV : a) avant séchage; b) après séchage.

Modèles de vieillissement

Des essais de vieillissement accélérés ou essais d’endurance sont effectués sur pratiquement tous les systèmes d’isolation afin de déterminer l’espérance de vie des systèmes d’isolation dans des conditions de service. Idéalement, les tests devraient être effectués dans les même conditions (température, champ électriques, contraintes mécaniques, présence d’eau, …) que les conditions de service afin de reproduire le mieux possible le vieillissement en service. Malheureusement, la durée des tests serait alors si longue que ces tests deviennent impraticables (l’ingénieur en charge des essais aurait le

temps de prendre sa retraite avant la fin des tests!). Afin d’obtenir des résultats concrets dans un délai acceptable, on procède généralement à des essais de vieillissement accéléré dans des conditions, habituellement de température et/ou de tension appliquée, plus sévères que les conditions de service. Pour utiliser ces résultats, il faut ensuite avoir à sa disposition un modèle mathématique permettant d’extrapoler les temps de vie pour les contraintes de service. La construction de ces modèles dits de vieillissement a été l’objet d’effort considérable depuis plusieurs décades. Un des modèles les plus simples est le modèle dit de loi de puissance inversée qui peut être utilisé lorsque la tension est utilisée comme facteur accélérant. Ce modèle prévoit que la durée de vie L est relié au champ par l’équation :

L

=

kV

n

(4.66)

où V est la tension électrique auquelle est soumis l’échantillon et k une constante. Une autre relation possible pour exprimer la durée de vie en fonction du champ est la loi exponentielle donnée par

L = ke

A V
A
V

(4.67)

où k et A sont des constantes. D’autres relations plus complexes ont été suggérées dans la littérature explicitant l’influence de la température en plus de la contrainte électrique. Une des difficultés dans la vérification expérimentale des relations (4.66) et (4.67) est la dispersion statistique des résultats. En effet, si deux échantillons nominalement identiques sont soumis aux mêmes contraintes, leur durée de vie peut être fort différente. Le modèle statistique le plus utilisé pour tenir compte de cette dispersion est sans contredit la distribution de Weibull [28]. Selon cette distribution, la probabilité d’un échantillon de tomber en défaut pour un temps plus faible ou égal à t est donné par

F (t)

= 1

exp

t ⎤ ⎥ ⎦

⎣ ⎢

α

β

(4.68)

α et β sont les paramètres d’échelle et de forme de la distribution respectivement. La figure 4.42 illustre la durée de vie d’échantillon d’époxy pour trois tensions appliquées différentes. Pour chaque tension, un grand nombre d’échantillon on été utilisés donnant lieu aux données expérimentales illustrées à la figure 4.42a. Ces données permettent de calculer les paramètres α et β de l’équation (4.68). Le paramètre α représente approximativement la durée de vie moyenne et c’est ce paramètre qui est ensuite tracé en fonction de la tension pour vérifier les équations (4.67) et (4.68). C’est ce qui est illustré à la figure 4.42b. En apparence, la loi de puissance inversée semble bien correspondre aux données expérimentales. Par contre, on pourrait utiliser la relation (4.67) à la place et obtenir une correspondance aussi bonne, tel qu’illustré à la figure 4.43.

Figure 4.42 : Mesure de temps de vie pour trois te nsions pour des échantillons

Figure 4.42 : Mesure de temps de vie pour trois tensions pour des échantillons d’époxy

[23].

Figure 4.43 : Application des modèles (4.66) et (4 .67) pour les échantillons d’époxy de

Figure 4.43 : Application des modèles (4.66) et (4.67) pour les échantillons d’époxy de la figure 4.42 [23].

4.2.3.3 Essais et mesures électriques

Dans les essais effectués sur le système d’isolation de l’appareillage haute tension, il faut distinguer deux types d’essais. Les essais de qualification et les essais de maintenance périodique et de mise en route. Les essais de qualification sont des essais généralement effectués par le manufacturier de l’équipement sur un échantillon qui ne sera pas nécessairement mis en service. Ces essais peuvent être destructifs. Un exemple de ce type d’essai est l’essai de tenue en tension qui va jusqu’à la rupture diélectrique [17]. Un autre exemple est les essais d’endurance pour lequel des échantillons sont soumis à des

tensions et des températures élevés pour des durées spécifiées dans les normes. Ces essais peuvent aussi être poursuivi jusqu’au bris. On mesure alors la durée de vie telle que définie par les équations (4.66) et (4.67).

Les essais de maintenance et avant la mise en route sont des essais qui sont fait lors de l’installation d’un équipement ou à intervalle régulier afin de s’assurer du bon état du système d’isolation d’un équipement et d’éventuellement prévoir un remplacement ou un entretien particulier. Passons rapidement en revue les principaux types de tests électriques utilisés dans l’industrie

Mesures de résistance

Un des essais les plus fondamental que l’on puisse faire sur un système d’isolation est de mesurer sa résistance. Ce type de tests est habituellement fait en tension continue à des niveaux de tension inférieurs ou égaux à la tension nominale. L’utilité de ce test est de déterminer la présence d’un défaut, d’une absorption importante d’humidité par le diélectrique ou d’encrassement des terminaisons donnant lieu à un courant de contournement. Lorsque ce test est effectué, une source de tension continue applique un échelon de tension entre les électrodes du système d’isolation et le courant est mesuré. La figure 4.41 illustre les résultats de ce type de test pour une phase d’un enroulement statorique d’une machine 6.6 kV. Comme le courant décroît de façon continue après l’application de la tension, un temps de mesure arbitraire doit être choisi. Ce temps de mesure est précisé par la norme IEEE Std-43 et est de 1 minute [30]. La figure 4.44 illustre l’évolution du courant en fonction du temps pour un essai de résistance d’isolation. Cette figure est tiré de la norme IEEE [30] et tient compte des trois courants indiqués à l’équation (4.42).

des trois courants indiqués à l’équation (4.42). Figure 4.44 : Courant mesuré après l’applicat ion

Figure 4.44 : Courant mesuré après l’application d’une tension continue [30]

Les valeurs de résistance mesurées pour un équipement donné dépendent de la température. Afin de comparer les valeurs de résistance d’un appareil à l’autre ou d’une mesure à l’autre, il est important de tenir compte de la température de l’essai. Une formule de correction thermique est disponible dans la norme IEEE-Std-43. Cette formule est la suivante :

R

c

=

R

T

e

[0,069( 40)]

T

(4.66)

où R c est la résistance corrigée à 40 o C, R T la résistance mesurée à une température T et T la température de l’essai en Celsius. Cette formule est basée sur une diminution de la résistance par un facteur 2 à chaque augmentation de 10 o C de température. Les valeurs acceptables ou l’interprétation des résultats d’une mesure de résistance de test ne sont pas toujours précisées dans les normes. De plus, il n’est pas facile de tirer des conclusions précises à partir uniquement d’une mesure de résistance puisque cette mesure n’est pas sensible à plusieurs types de défaut (les cavités internes par exemple). La norme IEEE std-43 stipule que la valeur minimum acceptable pour une isolation de machine moderne est de 100 MΩ corrigée à 40 o C. La norme IEEE Std-62 [31] s’appliquant aux transformateurs de puissance ne donne aucune valeur minimum spécifique. La résistance de l’isolation d’un câble est reliée à sa résistivité par l’équation suivante (voir exemple 4.1) :

On peut aussi écrire :

ρ ( b ) R = ln a 2π L ( b ) R =
ρ
(
b
)
R
=
ln
a
L
(
b
)
R
=
K
log
10
a

(4.67)

(4.68)

où K évidemment dépens de la longueur. L’équation (4.68), ci-dessus est l’équation utilisée par la norme IEEE St-400 [32]. La norme ICEA-S-97-682-2004 mentionne comme valeur minimale du coefficient K 20000 MΩ pour une longueur de 305 m (1000 pieds) mesuré à 15.6 o C.

Un paramètre important présent dans les normes IEEE Std-43 et IEEE Std-62 est l’indice de polarisation. L’indice de polarisation est défini par

IP =

R

10

R

1

(4.69)

où R 10 est la résistance mesurée à 10 minutes et R 1 est la résistance mesurée à 1 minute. Ce paramètre a l’avantage d’être moins dépendant de la géométrie et de la température que la résistance. Comme le courant décroît dans le temps, évidemment la résistance augmente avec le temps. Conséquemment l’indice de polarisation devrait être supérieur à 1. Par contre si la courant de fuite est important, le courant ne variera pratiquement pas

entre 1 minute et 10 minutes et l’IP sera égal à 1. Cette situation est illustrée à la figure 4.40a). La norme IEEE-Std-43 recommande les valeurs minimales suivantes

Classe thermique

Valeur minimale de l’ IP

A

1.5

B

2.0

F

2.0

H

2.0

La norme IEEE-Std-62 mentionne que si une valeur inférieure à 1 est mesurée, des mesures correctives doivent être entreprises.

Pour l’essai de la figure 4.41, les paramètres suivant sont mesurés

1) Avant séchage :

2) Après séchage :

IP = 1.02

R

@ 40

o

C

IP = 3.27

R

@ 40

o

C

=

3.7

= 81

M Ω

M Ω

Pour les isolations de machine mise en route avant 1970, la valeur minimale en MΩ recommandée est la tension nominale de la machine en kV + 1, donc ici 7.6 MΩ. On voit qu’après le séchage les valeurs minimales de la norme sont respectées et la machine peut être remise en route.

Facteur de dissipation

La mesure du facteur de dissipation à 0,1 (VLF ou Very Low Frequency), 50, 60 Hz ou à plusieurs fréquences est couverte par plusieurs normes et standard pour différents équipement. Le facteur de dissipation correspond à l’équation (4.37). La norme IEEE Std-62 mentionne que pour un transformateur avec de l’huile neuve le facteur de puissance ne devrait pas dépasser 0,5 % à 20 o C et que des facteurs de puissance supérieurs à 1,0% devraient être investigués. Pour des angles de pertes faibles, le facteur de puissance est approximativement égale au facteur de dissipation, c’est-à-dire,

FP = cosθ tanδ

pour δ << 1

(4.70)

Les angles θ et δ sont illustrés à la figure 4.8. Pour les câbles souterrains, la norme IEEE Std 400.2-2004 [33] fait état d’une corrélation existant entre le facteur de dissipation à basse fréquence (0,1 Hz) et la tension en tension d’un câble. Les niveaux de tension de mesure suggérés sont U o et 2U o . Une autre possibilité mentionnée par la norme IEEE est d’utiliser une source à fréquence variable et de mesurer le facteur de dissipation sur une

plage de fréquence dans la région des basses fréquences (de 0,001 à 1 Hz). Une manière plus rapide de générer ces basse fréquences est d’utiliser un essai à tension continue et de convertir les courants dans le domaine de fréquence [34]. La figure 4.44 illustre les résultats obtenus par une telle technique :

0.1 0.01 Severely aged 0.001 TDS - 0.43 Uo Slightly Aged TDS - 0.68 Uo
0.1
0.01
Severely aged
0.001
TDS - 0.43 Uo
Slightly Aged
TDS - 0.68 Uo
TDS - 0.93 Uo
0.0001
FDS - 1 kV
Unaged
FDS - 3 kV
FDS - 5 kV
0.00001
0.0001
0.001
0.01
0.1
1
10
100
Tan δ

Frequency (Hz)

Figure 4.45 : Mesures de facteur de dissipation sur une plage de fréquence pour des câble avec différent degré de dégradation [34]

Essai HiPot

Les essais de tenue en tension sont les essais diélectriques très communs. Ils sont généralement utilisés comme essais de qualification (avant d’installer un équipement) et donc effectués par le manufacturier. Le standard ICEA donne une procédure d’essai détaillé pour la qualification de câbles blindés 5 à 46 kV. Cette procédure d’essai implique des essais de tenue en tension sous tension AC et sous impulsion ainsi que des vieillissement de câbles de câble dans des réservoirs d’eau [17]. Pour les essais sur des échantillons de câble sous tension alternative la procédure suggérée est la suivante. Une tension initiale correspondant à un champ électrique de 3,9 kV/mm (voir équation (4.56)) est appliquée pour une période de 5 minutes. La tension est ensuite augmentée d’une valeur correspondant à un champ de 1,6 kV/mm et maintenue pendant 5 minutes. Cette procédure est répétée jusqu’au claquage. La figure 4.46 illustre ce type de programme. La figure 4.17b illustre une source AC permettant ce genre de test (en arrière plan).

Figure 4.46 : Programme de tension pour un essai de tenue en tension en escalier

Figure 4.46 : Programme de tension pour un essai de tenue en tension en escalier [35].

Un autre type de test très utilisé est le test de tenue en tension sous impulsion (Basic Impulse Level, BIL). La forme de l’impulsion utilisée pour ce test est conçue pour représenter la forme des transitoire survenant sur des équipements électriques lorsqu’ils

Les normes IEEE stipulent une forme d’onde de 1,4/40 μs

alors que la Commission Électrotechnique Internationale (CEI) précise une forme d’one de 1,2/50 μs. Le premier chiffre est le temps de montée alors que le deuxième chiffre est le temps de descente à demie valeur. Ces valeurs sont obtenues en utilisant un circuit approprié alimenté par la décharge d’un condensateur déclenchée par un éclateur.

sont frappés par la foudre.

Si on revient au essai de tenue en tension AC, ces essais sont aussi appliqués sur le terrain. Considérons par exemple 700 m d’un câble 115-kV. Ce câble a une capacité de 300 pF/m. Avant de le mettre en service on veut le tester à 130 kV. La puissance réactive nécessaire est donnée par

Q = ωCU

2

= 1,3 MVA

Il va s’en dire que le prix et la dimension physique d’une telle source seraient très élevés. Deux solutions peuvent être envisager pour solutionner ce problème : l’utilisation d’une source AC résonnante ou l’utilisation de source CC ou VLF Une source résonnante utilise une inductance variable permettant d’annuler la puissance réactive du condensateur (voir [16] pour des schémas). Une source VLF (Very Low Frequency) utilise une fréquence de 0,1 Hz ce qui évidemment a comme conséquence de diminuer la puissance réactive nécessaire d’un facteur 600, tout en maintenant une tension alternative. Les sources à courant continu sont aussi utilisées depuis de nombreuses années pour des essais haute tension. Les essais Hipot en courant continu comportent en effet plusieurs avantages. D’une part, les puissances nécessaires sont très faibles par rapport à l’équivalent AC et conséquemment les appareils disponibles sont peu dispendieux et facilement transportables. D’autre part, la tension continue ne génère pas une quantité importante de décharges partielles contrairement à la tension AC donc est moins susceptible d’endommager l’équipement. C’est pourquoi les niveaux de tension recommandés pour les essais Hipot DC sont toujours plus élevés que l’équivalent AC. Par exemple la norme IEEE-Std-95 [35] utilise une facteur d’équivalence multiplicatif de1,7 entre la AC et le DC. Toutefois, l’essai Hipot à courant continu comporte certains désavantages. D’une part, la répartition du champ électrique est différentes de celle à AC et ne reproduit pas bien les conditions de services. D’autre part, l’application d’une haute

tension continue suscite certaine crainte, justifiées ou pas, quant à l’injection possible de charges d’espace. La figure 4.47 illustre le schéma d’un essai Hipot DC sur une machine tournante.

Pour les essais en sur tension sur le terrain, le niveau de tension AC recommandé par la norme IEEE Std-95 pour les enroulements de machines tournantes est 2U o + 1 où U o est la tension nominale ligne-ligne. Conséquemment le niveau en tension continue recommandé correspond à cette valeur multipliée par 1,7

recommandé correspond à cette valeur multipliée par 1,7 a) Figure 4.47 : a) Schéma utilisé pour

a)

Figure 4.47 : a) Schéma utilisé pour les essais Hipot DC (tiré de [35]).

Mesure de décharges partielles

Une mesure très répandue et très importante pour la maintenance des équipements haute tension est la mesure de l’activité de décharges partielles. Contrairement aux essais mentionnés précédemment, cette mesure a le très grand avantage de pouvoir être effectuée en service. Une littérature abondante est disponible sur ce sujet. Par exemple, trois volumineux documents de normalisation traitent de ce sujet [36-38]. Considérons le circuit de la figure 4.38b. Lorsqu’une décharge se produit dans la cavité, elle provoque un effondrement de la tension aux bornes de cette cavité. Cette effondrement de la tension correspond à une variation de charge donnée par

(

ΔQ = C V V

s

b

r

)

Cette variation de la charge correspond à une chute de tension sur l’ensemble des deux condensateur en parallèle donnée par

Δ =

V

Δ

Q

C

eq

=

(

V

b

V

r

)

C

s

C

s

+

C

p

Si on connecte l’échantillon à un condensateur de couplage, cette chute de tension rapide va provoquer la circulation d’une impulsion de courant. Une impédance de mesure placée en série ave le condensateur de couplage permet de lire cette impulsion avec un oscilloscope ou un appareil de mesure plus spécialisé (compteur d’impulsion, analyseur

Le schéma de base d’une mesure de décharge avec un condensateur de

couplage est illustré à la figure 4.48 ci-dessous. Le condensateur de couplage a une très haute impédance pour le signal à 60 Hz mais très faible pour les impulsions. Conséquemment la lecture de la tension aux bornes de l’impédance de mesure permet de mesurer le signal de décharge partielle. Cette impédance de mesure peut être une simple résistance, ou une bobine, ou un circuit plus complexe. La forme des pulses mesurées dépende évidemment du type de circuit de mesure utilisé comme l’impédance.

d’amplitudes,

).

de mesure utilisé comme l’impédance. d’amplitudes, ). Figure 4.48 : Montage type pour la mesure des

Figure 4.48 : Montage type pour la mesure des décharges partielles à l’aide d’un coupleur capacitif [38].

L’activité des décharges partielles peut être mesurée simplement par un oscilloscope. Une première analyse simple qui peut être fait est le compte des décharges dont l’amplitude dépasse un certain seuil. La figure 4.49 ci-dessous illustre le nombre d’impulsion mesuré en fonction du temps lorsque de la progression d’un arbre électrique.

Figure 4.49 : Détection de décharges partielles lors de la progression d’un arbre électrique [20].

Figure 4.49 : Détection de décharges partielles lors de la progression d’un arbre électrique [20].

Une façon plus sophistique d’analyser le signe est de faire une analyse d’amplitude, c'est- à-dire de compter le nombre de décharge en fonction de l’amplitude. Deux compagnies canadiennes (Adwel et IRIS Engineering) fabriquent de l’équipement utilisant cette technique. Finalement, en plus de l’amplitude et du nombre de décharge, certains appareils sophistiqués d’analyse de l’activité de décharge mesure aussi la position dans la phase des décharges en fonction d’un signal de référence. L’information peut alors être visualisée dans des diagrammes tridimensionnels ou encore dans un diagramme bidimensionnel utilisant un code de couleur. Des résultats de ce type sont illustrés à la figure 4.50 ci-dessous.

utilisant un code de couleur. Des résultats de ce type sont illustrés à la figure 4.50

a)

b) c) Figure 4.50 : Mesures de décharges partielles réso lues dans la phase :

b)

c)

Figure 4.50 : Mesures de décharges partielles résolues dans la phase : a) diagramme tridimensionnel [39]; b) et c) diagramme avec un code de couleur [40].

[9]

Références

N. Amyot, E. David, D. Fournier, D. Jean, D. Lalancette, « Dielectric Response of

Cable

Accessories an dits Influence on Cable Diagnostics », CEIDP, pp. 434-437,

2002.

[10] K.M. Jäger, L. Lindbom, « The continuing Evolution of Semiconductive Materials for Power Cable Applications », IEEE Electrical Ins. Mag., Vol 21, no 2, pp. 20-34, 2005.

[11]

K.M. Jäger, « Conducting and Reinforcing Carbon Black Networks in Semiconductive Materials », ICSD, 2004.

[12]

M. Lévesque, communication privée.

[13]

A. Roberts, “Stress Grading for High Voltage Motor and Generator Coils”, IEEE Electrical Ins. Mag., Vol. 11, no 4, pp. 26-31, 1995.

[14]

V. Kogan, F. Dawson, G. Gao, B. Nindra, “Surface Corona Suppression in High Voltage Stator Windings End Turns”, EIC, pp. 411-415.

[15]

P.C. Sen, Principles of Electric Machines and Power Electronic, J. Wiley & Sons,

1997.

[16]

R. Bartnikas, Éd., Power and Communication Cables, J. Wiley & Sons, 2000.

[17]

ICEA S-97-682-2004, Standard for Utility Shielded Power Cables Rated 5 through 46 kV

[18]

AEIC Specification CS7-93, Specification for crosslinked polyethylene insulation shielded cables rated 69 through 138 kV.

[19]

R. H. Strobl, W. Malin, G. Fitzgerald, F., "Evolution of Stress control systems in medium voltage cable accessories", IEEE Trans. Electrical Insulation, pp. 843- 848, 2001.

[20]

E. David, thèse de doctorat, École Polytechnique de Montréal, 1996.

[21] H. Shiota, H. Muto, H. Fujii, N. Hosokawa, “Diagnosis for Oil-Immersed

Insulation Using Partial Discharge Due to Bubbles in Oil”, ICPADM, pp. 1120-

[22]

1123, 2003

E. Peschke, R. von Olshausen, Cable Systems for High and Extra-High Voltage,

MCD Verlag, 1999.

[23]

L.A. Dissado, J.C. Fothergill, Electrical Degradation and Breakdown in Polymers, Peter Peregrinus Ltd., 1992.

[24]

G.C Stone, E.A. Boulter, I. Culbert, H. Dhirani, Electrical Insulation for Rotating Machines, John Wiley and Sons, 2004.

[25]

AEIC Specification CS5-94, Specification for crosslinked polyethylene insulation shielded cables rated 5 through 46 kV.

[26]

S. Hvidsten, B. Holmgren, L. Adeen, J. Wetterstrom, “Condition Assessment of 12- and 24-kV XLPE Cables Installed During the 80s. Results from a Joint Norwegian/Swedish Research Project”, IEEE Electr. Ins. Mag., Vol 21, No. 6, pp. 17-23, 2005.

[27]

M.S. Mashikian, A. Szatkowski, “Medium Voltage Cable Defects Revealed by Off-Line Partial Discharge Testing at Power Frequency”, IEEE Electr. Ins. Mag., Vol. 22, No. 4, pp. 24-32, 2006.

[28]

IEEE Std 930, “Guide for the Statistical Analysis of Electrical Endurance Data”

[29]

IEEE Std 1043, “IEEE Recommanded Pratice for Voltage Endurance Testing of Form Wound Bars and Coils”

[30]

IEEE Std 43, “IEEE Recommended Pratice for Testing Insulation Resistance of Rotating Machinery”

[31]

IEEE Std 62, “IEEE Guide for Diagnostic Field Testing of Electric Power Apparatus – Part 1: Oil Filled Power Transformers, Regulators, and Reactors”

[32]

IEEE Std 400, “IEEE Guide for Testing and Evaluation of the Insulation of Shielded Power Cable Systems”

[33]

IEEE Std 400.2, “IEEE Guide for Field Testing of Shielded Power Cable Systems Using Very Low Frequency (VLF)”

[34]

E. David, N. Amyot, J.-F. Drapeau, “Diagnostic of Field Aged Cables Accessories by Time-Domain Dielectric Spectroscopy”, 2003 Annual Report of the Conference on Electrical Insulation and Dielectric Phenomena (CEIDP), pp. 165-170, 2003.

[35]

IEEE Std 95, “IEEE Recommended Practice for Insulation Testing of AC Electric Machinery (2300 V and Above) With High Direct Voltage”

[36]

IEEE Std 1434, “IEEE Trial-Use Guide to the Measurement of Partial Discharges in Rotating Machinery”.

[37]

ASTM D1868-93, Standard Test Method for Detection and Measurement of Partial Discharge (Corona) Pulses in Evaluation of Insulation Systems

[38]

IEC 60270 (1996-01) Partial Discharge Measurements.

[39]

G.C. Stone, “The Use of Partial Discharge Measurements to Assess the Condition of Rotating Machine Insulation”, IEEE Electr. Ins. Mag., Vol. 12, No.4, pp. 23- 27, 1996.

[40] B. Fruth, R. Haslimeier, R. Goffaux, “Monitoring of Generator and Motor

Insulation Systems”, Conf. on Ins. Condition Monitoring of Electr. Plant, pp. 1-6,

2000