Vous êtes sur la page 1sur 37

Université Mohammed 1er- Oujda

Ecole Supérieure de Technologie - Oujda

Département : Génie appliqué

Filière : Génie électriques et énergies renouvelables

RAPPORT DE STAGE DE FIN DES ÉTUDES


Réalisé au sein de SUCRAFOR –COSUMAR

Sujet :

Etude et dimensionnement de
L’appareillage électrique du poste
de transformation 22/5,5 kV

Membres de jury: Encadré par :


Mr : S. ZOUGGAR Mr .Tikent

Mr : B. BOSSOUFI

Mr : M. OUARIACHI

Soutenu le 20/06/2016 par:

 LBAKKOUCHE Mostafa Promotion 2016


Rapport de stage de fin d’étude

RAPPORT DE STAGE DE FIN DES ÉTUDES

Sous thème :

Etude et dimensionnement de
L’appareillage électrique du poste
de transformation 22/5,5 kV

Page 2
Rapport de stage de fin d’étude

Dédicaces

Je dédie ce travail à :

À mes chers parents, en témoignage de ma


gratitude, si grande qu’elle puisse être, pour tous les
sacrifices qu’ils ont consentis pour mon bien être et le
soutien qu’ils m’ont prodigué tout le long de mon
éducation ;

À mes frères, pour leur encouragement et leur bonté


qu’ils m’ont accordé, j’exprime ma profonde
reconnaissance et mon grand respect ;

Que dieu, le tout puissant, les préserve et les procure


santé et longue vie ;

À tous mes amis, qu’ils trouvent en ce travail,


l’hommage de ma gratitude, qu’aucun mot ne saurait
l’exprimer, pour leur attachement durant ces
longues années ;

À toute ma famille, mes amis et tous ceux que j’aime,


Je dédie ce travail, expression de mon grand amour
avec tous mes vœux de bonheur et de prospérité ;

À tous le corps professoral de l'ENSEM ;

LBAKKOUCHE Mostafa

Page 3
Rapport de stage de fin d’étude

Remerciements

A l’issue de ma modeste travail, je tiens à exprimer ma sincères et


chaleureux remerciements envers toute personne ayant contribué de près ou de
loin à la réussite de notre stage.

J’adresse ma pure reconnaissance à la direction générale au nom du


directeur général Mr S.NAHID pour nous avoir accueillis au sein de SUCRAFOR
Maroc.

Ma sincères remerciements sont également exprimés à Mr. TIKENT mon


encadrant pour son soutien et ses propositions pertinentes.

Je remercie également le corps professoral de l'ESTO pour leur inestimable


contribution à notre formation.

Je souhaite également remercier Mr. BENSLIMANE pour son aide pour la


réalisation de l’étude de mon thème de stage.

Sans oublier mes parents, ma famille qui ma fait des sacrifices énormes
pour que je puisse arriver là où je me suis.

A tous….. Merci

Page 4
Rapport de stage de fin d’étude

Résumé :

Le présent rapport décrit le travail réalisé en guise de stage de fin des


études de deux mois que j’ai effectué au sein de l’entreprise SUCRAFOR Maroc
dans le cadre de la formation de technicien de l’École Supérieure de Technologie
(ESTO).

Mon stage consiste à effectuer l’étude des équipements du poste 22/5,5 kV


L’accent a été mis sur la réalisation des tâches demandées par le maître d’ouvrage
du projet Office National d’Électricité et de l’Eau Potable-Branche Électricité, à
savoir le dimensionnement des ouvrages électriques de la moyenne tension :
Réseau de terre, Réducteurs de mesure, le dimensionnement des jeux de barres,
dimensionnement des câbles, des protections …

Page 5
Rapport de stage de fin d’étude

Abstract :

This report describes the work done during the two months of graduation
traineeshipin SUCRAFOR Morocco. As part of the technician training the Higher
School of Technologie (HST).

My traineeshipin involves the study of equipment of the substation of


SUCRAFOR .

Emphasis was placed on the tasks requested by the master developer of the
National Office of Electricity and Drinking Water - Branch Electricity, namely the
design of electrical works of medium voltage: Earth network, reducer’s measure,
sizing of bus bars accompanied by verification and the development of the
protection plan.

Page 6
Rapport de stage de fin d’étude

SOMMAIRE :

SOMMAIRE 7
LISTE DES ABREVIATIONS 9
INTRODUCTION GENERALE 10
PARTIE I : PRESENTATION D’ORGANISME D’ACCUEIL 11
1 .Présentation d’organisme d’accueil 12
1.1.Historique de SUCRAFOR-COSUMAR 12
1.2. Situation géographique 13
2. Description de la société 13
2.1. La direction commerciale 13
2.2. La direction agronomique 13
2.3. La direction technique 13
2.4. La division financière 14
2.5. La division étude 14
2.6. La division contrôle informatique 14
3. Description de service électrique 14
4. Chaine de production du sucre 14
4.1. Réception 14
4.2. Stockage 15
4.3. Lavage 15
4.4. Découpage (coupe racine) 16
4.5. Diffusion 16
4.6. Epuration 17
4.7. Evaporation 18
4.8. Cristallisation 19
4.9. Stockage 19
5. Description du réseau électrique 19
5.1. Introduction 19
5.2. Organisation générale du réseau 20
5. 3. Postes de transformation 20
5. 4. Centrale électrique 21
5.5. Centrale Thermique 21
5.6. Circuit de vapeur 22

Page 7
Rapport de stage de fin d’étude

PARTIE II : ETUDE DU POSTE 22KV/5,5KV 23


1. Introduction 24
2. Cahier de charge pour le nouveau poste 24
3. Dimensionnement de TSA 29
4. Dimensionnement des canalisations 29

4.1. Calcul de la section minimale 30


4.2. Détermination de la section du neutre 34
5. Vérification de la chute de tension 35
6. Exemple de calcul 36

Page 8
Rapport de stage de fin d’étude

Liste des abréviations

ONEE Office National de l’Electricité et de l’eau potable ;

BT Basse Tension ;

HT Haute Tension ;

MT Moyenne Tension ;

THT Très Haute Tension ;

TSA Transformateur Services Auxiliaires ;

SA Services Auxiliaires ;

TT Transformateur de Tension ;

TC Transformateur de Courant ;

MALT Mise à la terre ;

NF Norme Française ;

CEI (IEC) Commission électrotechnique internationale (International Electrotechnical


Commission);
Ks Facteur d’utilisation ;

Ku Facteur de simultanéité ;

KVA kilovoltampère

IACM Interrupteur aérien a commande mécanique

CM Comptage et mésure

IM Interrupteur mécanique

Ke Coefficient d’extinction.

Page 9
Rapport de stage de fin d’étude

Introduction générale

Dans le cadre des actions menées par l’Ecole Supérieure de Technologie


d’Oujda, dans le domaine de la formation des étudiants, le département de génie
appliqué affecte l’ensemble de ses étudiants dans différentes organismes ayant
une relation directe avec la dite formation afin de les initier aux travaux de la vie
professionnelle.
C’est dans ce cadre que s’inscrit mon stage de fin des études dans
SUCRAFOR, qui consiste entre autre à élaborer une étude de dimensionnement
de tous l’appareillages électriques MT, et les services auxiliaires du poste de
transformation 22/5,5 KV.

Ce projet a pour objectif la satisfaction des exigences du cahier des charges


imposé par l’ONEE Branche Electricité tout en cherchant des optimisations pour
réaliser un gain à SUCRAFOR.

Ce rapport présente l’intégralité des démarches poursuivies pour la réalisation de


cette étude, en commençant par la compréhension des besoins du cahier des
charges et des normes nécessaires au dimensionnement des différents
équipements et installations, et en terminant par l’application de ces normes pour
que ce projet soit à la hauteur des attentes du contractant.

Page
10
Rapport de stage de fin d’étude

PARTIE I
PRESENTATION
D’ORGANISME D’ACCUEIL

Page
11
Rapport de stage de fin d’étude

1 .Présentation d’organisme d’accueil :

1.1.Historique de SUCRAFOR-COSUMAR :

Dans le cadre de la politique du gouvernemant de créer une industrie sucrière national, il


a été décidé d’implanter la 8éme sucrerie nationale dont la construction a eu lieu en
1971 /1972 , en collaboration avec des contructeurs étranger (Italie, Belgique) .

La sucrerie raffinerie de l’orientale (SUCRAFOR) est une société anonyme au capitale


de 66.200.300 Dh réparti comme suite :

Actionnaire Nationalités Pourcentages(%)


COSUMAR Marocaine 91,62
B.N.D.E Marocaine 1,55
BEGHINE-SAY(France) Italienne 4,14
TIRLEMONTOISE(Belgique) Française 1,67
SURERIE ST LOUIS Française 0,07

Page
12
Rapport de stage de fin d’étude

DIVERS Marocaine 0,95


Tableau 1 : Répartition du capitale du SUCRAFOR

1.2. Situation géographique :


La sucrerie est située au centre du périmètre irrigué de la basse Moulouya ZAIO,
Province de NADOR limitée :

 Au nord : par la méditerranée.


 Au sud : par la chine de Beni-Snassen.
 Au l’est : par Oued Kiss .
 A l’ouest : par le massif pré-Rif.

2. Description de la société :
La SUCRAFOR a été crée dans le but de participer à la réalisation de la politique
d’autosuffisance en sucre et pour promouvoir l’emploi dans la région de construction
l’oriental.
Elle produit de sucre blanc à partir de betterave cultivée (8000 ha) dans les régions de
Nador et Berkane au mois du Mai.
La betterave sera donc la matière première essentielle, il ne peut durer longtemps vu à
ça nature périssable, Ceci oblige l’usine de travailler continuellement durant toute la période
de la compagne qui dure de 3 mois.
Actuellement, la société est dirigée par Monsieur SALAH NAHID, et emploie 190
personnes permanentes, et environ 200 saisonniers par compagne.
La capacité de production journalière pour un traitement de 5000 tonnes de betterave
et de 700 tonnes de sucre blanc, 650 tonnes de mélasse et 380 de pellettes.

La SUCRAFOR se décompose en trois directions et en trois divisions attachées


directement à la direction générale :

2.1. La direction commerciale :


Elle est divisée en trois services :
a. Le service des achats.
b. Le service de vente.
c. Le service personnel et des affaires sociales.
2.2. La direction agronomique :
Crée depuis 1987 dans le cadre de la prise en charge direct des cultures sucrières, elle
fonctionne sous l’organigramme suivant :
a. La division agricole.
b. La division planification.
2.3. La direction technique :
Elle est chargée d’assurer la marche de l’activité de production au niveau de la fabrication
et de l’entretien des machines.

Page
13
Rapport de stage de fin d’étude

Cette direction est divisée en trois services :


a. Service électrique.
b. Service mécanique.
c. Service de régulation des systèmes.
d. Service de fabrication.
2.4. La division financière :
Elle est divisée en deux services :
a. Le service comptable.
b. Le service gestion des stocks.
2.5. La division étude :
Son rôle est l’exécution des objectifs fixés par la direction générale. Des études portent
généralement sur les projets et les travaux d’amélioration concernant le processus de
fabrication, la gestion des projets.
Cette division contient trois services :
a. Le service d’études.
b. Le service laboratoire de contrôle.
c. Le service méthode et planning.
2.6. La division contrôle informatique :
Cette division contient deux services :
a. Le service contrôle de gestion.
b. Le service informatique.
3. Description de service électrique :
Le stage a eu lieu à la direction technique, au service électrique.

L’atelier électrique présente un organe très important au sein de la sucrerie, i est chargé de la
maintenance corrective et conditionnelle, et il est réalise l’installation et la mise en œuvre de
la fourniture de appareillages électriques et des moteurs, variateurs, réducteur et la conception
d’armoires électriques, ainsi que l’assistance aux travaux de réalisation des projets.

4. Chaine de production du sucre :

La betterave est une matière de fabrication de sucre, c’est une plante formée
essentiellement de deux parties : une partie aérienne comprenant le collet et les feuilles, et une
partie souterraine qui riche en saccharose.
Et pour avoir du sucre, les betteraves doivent passer par les étapes suivantes :
4.1. Réception :
Les betteraves arrivent à la sucrerie par des camions afin d’assurer un fonctionnement en
continu de l’usine, un camion par silo.
Les betteraves qui sont livrées à la sucrerie sont dirigées en premier lieu au centre de la
réception qui a pour rôle d’effectuer des analyses sur des échantillons afin déterminer :
 La richesse saccharine.
 Le taux d’impureté.

Page
14
Rapport de stage de fin d’étude

Ces deux opérations figurent dans l’opération de paiement de l’agriculteur.

4.2. Stockage :
Les betteraves pesées et analysées au niveau du centre de réception sont ensuite stockées
ou directement envoyées dans les installations de lavage.
Les manutentions au déchargement et au stockage constituent la première phase de
traitement de betteraves. En verra que dès de stade il importe de travailler avec soin pour
limiter les pertes causées les manutentions.
Après la détermination du cout de betteraves reçu, il est stocké dans un silo d’une
capacité de 5000 tonnes, le but de silotage c’est pour garder la matière première pour
Alimenté l’usine pendant la nuit.

Figure 1: stockage de betteraves


4.3. Lavage :
Les betteraves sont dirigées soit : hydrauliquement soit par manutention à sec vers la
laverie dans le but d’extraire le maximum d’impuretés et toutes les matières étrangères telle
que : terre, feuilles, pierres etc…

Le lavage de betteraves est important car il influence directement sur tout le stade de la
fabrication, notamment le travail en diffusion (injection), l’extraction de jus, en autre les
conditions de lavage ont une influence sur les charges polluantes des eaux de transports et de
lavage.

Page
15
Rapport de stage de fin d’étude

Figure 2 : Lavage de betteraves

4.4. Découpage (coupe racine) :


C’est un appareil qui sert à couper les racines en petits morceaux appelés cossettes pour
augmenter la surface d’échange au niveau de la diffusion.
Ce découpage a but de :
 Faciliter l’opération de diffusion de sucre l’eau.
 Augmenter la surface d’échange lors diffusion.

La trémie tampon contenant les betteraves alimente les coupe-racines.


Les machines sont composées de couteaux de forme très particulière afin découper la
betterave en cossettes.

Figure 3 : Lames pour coup racines Figure 4 : Cossettes de betteraves


4.5. Diffusion :
C’est le milieu où se fait l’extraction du jus, le diffuseur reçoit à l’une de ses
extrémités les cossettes et l’autre l’eau chaude nécessaire à l’extraction du sucre.
Le diffuseur tourne à une vitesse régulière. A l’intérieure, de multiples compartiments
facilitent l’entrainement des cossettes et du liquide.
Les cossettes circulent à contre-courant avec de l’eau chaude à 70-80°C
Les cossettes se déplacent d’un compartiment à l’autre(36 compartiments) et rencontrent
l’eau chaude, ce dernier devient riche en sucre , les cossettes s’affaiblissent et deviennent
à la sortie des pulpes qui de dérivant vers des presses à hélice pour extraire le pourcentage
restant du sucre par pressage , et l’eau chaude
devient à la sortie un jus sucré.

L’extraction du sucre par diffusion permet d’obtenir un jus contient :


 13 à 14% de sucre.
 1 à 2% d’impuretés (non
sucres).
 Le reste est de l’eau.

Figure 5 : diffusion du betteraves

Page
16
Rapport de stage de fin d’étude

4.6. Epuration :

Le jus issu de la diffusion contient trois éléments : l’eau, le sucre et le non-sucre. Le rôle
de l’épuration est d’extraire de ce jus le maximum de non-sucre, d’enlever les particules en
suspension et de neutraliser le jus. Cette opération s’effectue normalement par l’action de la
chaux et du gaz carbonique sur le jus. L’épuration par la chaux va nous permettre d’éliminer
33% à 40% du non-sucre présent dans le jus. Les principaux facteurs qui déterminent la
qualité de l’épuration sont :

La quantité de la chaux (lait de chaux) utilisée et l’endroit où elle est introduite.


- Le choix du point de carbonatation.
- La limpidité du jus filtré.
- La température de l’opération .La régularisation du fonctionnement.

L’épuration s’effectue en plusieurs étapes :


 Pré chaulage :
Le jus de diffusion, appelé jus vert, est réchauffé à 70 °C, 72 °C et soumis à un pré chaulage
progressif, c’est-à-dire en ajoutant progressivement le lait de chaux jusqu’à une alcalinité
finale de 0.25 g de Cao / 100 ml, de façon à coaguler les colloïdes et à précipiter les acides
donnant des sels de chaux insolubles de PH entre 7 et 11.2 bar.

 Chaulage :
Pour fournir au jus les éléments de formation de carbonate de chaux et pour assurer la
dégradation complète des sucres réducteurs on suit le pré chaulage d’une addition massive de
chaux ensuite on le fait circuler dans des réchauffeurs à85 °C.

 Maturation du jus :

C’est dans le bac de maturation où le jus se repose pendant 20 min afin que les réactions
chimiques se complètent.

 1ère carbonatation:
Le but de la 1ère carbonatation est d’éliminer la chaux en excès et de parfaire l’épuration, la
1ère carbonatation permet la précipitation des impuretés et la libération du saccharose en

Page
17
Rapport de stage de fin d’étude

dopant le jus avec du CO2 issu du four à chaux, le jus résultant de la 1ére carbonatation est
nommé : jus trouble1.

 1ère filtration :
Cette opération consiste à séparer le jus clair 1et la boue, et d’éliminer les précipités formés
au niveau du chaulage et du pré chaulage.

Il existe 4 filtres et 4 décanteurs dans la station ayant chacun une capacité de 50 m3 . La boue
issue de la première filtration est envoyée par la PKF.

 PKF : le boue envoyée vers la PKF passe une des filtres, le 1èr jus résultant est nommé :
Grand jus, il a les mêmes caractéristique du jus clair 1 .Après le cycle de filtration , la
boue se mélange avec l’eau de lavage des filtres, c’est à cette étape qu’on extrait le petit jus
étant beaucoup plus pauvre que le grand .Ce dernier est envoyé vers le four à chaux pour
faciliter et accélérer le temps de la préparation du lait de chaux .Une fois le grand jus et le
petit jus sont extraits , il ne reste que la boues sèche de laquelle on se débarrasse .
 Réchauffeur avant deuxième carbonatation : Le jus résultant de la 1ère filtration
nommée jus clair 1, passe par des réchauffeurs à une température de 98 °C

 2ème carbonatation :
Le rôle de la 2éme carbonatation est de diminuer les impuretés dans le jus et dans la boue et
d’éliminer la chaux résiduelle. Le jus résultant de la 2ème carbonatation est nommée : jus
trouble 2.

 Deuxième filtration (choquenet2) :


Le jus sortant de la 2éme carbonatation avec un certain pourcentage des impuretés doit subir
une filtration à pression pour éliminer le maximum d’impuretés .Le premier jus extrait de ces
filtres est le jus clair 2 .Ce dernier passe directement à l’évaporation, quant à la boue humide
résultante de cette opération, elle sera envoyée cette fois-ci vers le bac du jus chaulé pour
reprendre le même cycle .

4.7. Evaporation :

Le but de l’évaporation est de concentrer le sucre dans le jus venu de l’épuration, à la sortie de
l’évaporateur (corps de l’évaporation) on obtient un sirop visqueux qui contient un faible
pourcentage d’eau grâce à l’effet de la chaleur.

Page
18
Rapport de stage de fin d’étude

Il existe 5 corps à la station d’épuration, chacun est soumis à une température de vapeur
différente, et moins importante que l’autre.

4.8. Cristallisation :

La cristallisation a pour buts :


De former la masse cuite à partir du sirop.
De finaliser l’épuration du sucre en séparant les impuretés du saccharose.
La cristallisation s’effectue en 2 jets à Roye. Chaque jet comprend 3 étapes : cuisson,
malaxage et essorage.
 Cuisson :
On chauffe le sirop dans des appareils à cuire nommés <<cuites>>. Une partie de l’eau que le
sirop contient encore va s’évaporer. On va atteindre la saturation, puis en continuant
d’évaporer, on obtient la sursaturation. On ajoute de fins cristaux appelés <<semence>> pour
permettre la cristallisation. On en sort de la masse cuite.
 Malaxage :
La masse cuite continu à cristalliser dans le malaxeur, grâce au refroidissement par le vide et à
l’agitation de celui-ci. L’agitation permet d’éviter la décantation des cristaux et la prise en
masse.
 Essorage et clairçage :
L’opération consiste à séparer rapidement par centrifugation, les Cristaux de l’eau mère qui
constitue l’égout pauvre. Des jets d’eau (liquide) assurent ensuite l’élimination de l’impureté
adhérente aux cristaux, le liquide récupéré s’appelle l’égout riche (en sucre), qui retourne dans
les malaxeurs sous vide. Le sucre obtenu s’appelle sucre de 1er jet, il est blanc et pur à 99,9%.
L’égout pauvre est dirigé en 2éme jet, après cuisson, malaxage et essorage, on récupère une eau
mère appelée mélasse, et du sucre roux (car il a entrainé des impuretés que l’on n’arrive pas à
éliminer). Ce sucre est refondu, et intégré au sirop en entrée de 1er jet.

4.9. Stockage :

Avant stockage il faut ajuster l’humidité du sucre blanc à celle de l’air pour préserver la
qualité du sucre. Il est donc séché et refroidi, puis dans les silos on insuffle de l’air,
d’humidité calibrée, pour assurer l’équilibre air /sucre, les sucre passe par la chambre
d’emballage et qui va être emballé en deux façons :
Par des machines automatiques qui consistent a plié des paquets de 2kg dans une moyenne de
80 paquets /min.
Par une greffeuse a fil qui permet de fermer des sacs de 50kg. 10 paquets de 2 kg sont
rassemblés dans un papier et le tout est stocké dans le magasin de stockage.

5. Description du réseau électrique :

5.1. Introduction :

Page
19
Rapport de stage de fin d’étude

Pendant la campagne betterave, l’usine n’utilise pas l’énergie provenant de l’O.N.E., mais il
fournit de l’énergie électrique lui-même.

La SUCRAFOR est équipée par quatre chaudières ou se passe l’évaporation de l’eau,


cette vapeur d’une part va entrainer le turboalternateur pour produire de l’électricité, d’autre
part elle sera utilisée dans les autres services (séchage de sucre, évaporation…)

Si la SUCRAFOR consomme l’énergie de l’O.N.E, elle sera obligée la vapeur d’une autre
façon qui va en général coute très cher.

5.2. Organisation générale du réseau :


Lors de la compagne, les deux turboalternateurs sont couplés en parallèle et ils alimentent des
jeux de barre de moyenne tension (5500 V, 50 HZ).

Ces jeux de barre alimentent onze postes de transformation 5500V/400V, une puissance
apparente de 1 000 KVA chacun, trois autre ont une puissance apparente de 630 KVA chacun,
le dernier poste assure l’éclairage de l’usine avec une puissance de 200 KVA.

Chaque transformateur alimente un jeu de barre tension (400 V ,50 HZ), ce dernier
alimente six départes arrivant sur les armoires de distribution de la force motrice.

Lors de l’inter compagne, l’alimentation est assurée par l’O.N.E par un transformateur
abaisseur (22 KV / 400V) d’une puissance de 630KVA.

Ce réseaux alimente le jeu de barre moyenne tension a travers un poste fonctionnant


comme élévateur (400V, 5.5KVA).

5. 3. Postes de transformation :

Poste de Poste de
Postes Postes
livraison l’éclairage
O.N.E C1, C3, C5, C6, C2, C4 ET C7 C11
Nombre
C8,C9,ET C10
d’unités 1 7 3 1
SN (KVA) 630 1000 630 200
Un (A) 22000/400 5500/400 5% 5500/400 5% 5500/400 5%
In (A) 16.53/909 105/1442 66.1/910 21/290
F (Hz) 50 50 50 50
UCC % 4.25 498 à 5.19 3.17 4
Couplage DYN DYN DYN DYN
Diélectrique Huile Huile Huile Huile
Tableau 2 : Postes de transformation et ces caractéristiques

Chaque poste alimente principalement une ou plusieurs unités. Il est placé généralement à
proximité du bâtiment technologique qu’il alimente.

Page
20
Rapport de stage de fin d’étude

5. 4. Centrale électrique :
Le central électrique à deux turboalternateurs chacun d’eux est composé de quatre parties :

 Turbine : type à action horizontale avec 5étages de détente, elle tourne en régime
normale à 8000 tours/min, cette dernière actionnée par la vapeur provenant des
chaudières avec une pression de 33 bars entraine l’arbre de l’alternateur.
 Réducteur : la turbine est reliée avec l’alternateur à l’aide d’un réducteur qui limite la
vitesse de rotation à 8000 tours/min, ce qu’il faut à l’alternateur pour fournir l’énergie
demandée.
 L’Alternateur : l’alternateur se compose d’un inducteur mobile et d’un induit fixe
ayant trois enroulements déphasée d’un angle de 120° entre eux et elles sont couplés
en étoile.

LA SUCRAFOR dispose de deux turboalternateurs, l’un fonctionne et l’autre reste en réserve


en cas de besoin. Les deux alternateurs sont branchés en parallèle.

* Quelques spécifications des turboalternateurs :


. Puissance apparente : 5340 KVA

.Tension normale : 5500 V

.Courant normale : 561

. Facteur de puissance : 0.75

Fréquence : 50 HZ

 l’Excitatrice :

C’est une machine à courant continu dont l’inducteur et l’induit ont branché en parallèle
(shunt) est collée sur l’alternateur fournit un courant pour alimenter l’inducteur de
l’alternateur.

5.5.Centrale Thermique :
Une chaudière est une grande chambre ou on produit de la vapeur à partir de
réchauffage de l’eau par le fuel.

La centrale thermique ce compose de quatre chaudières :

. Une chaudière mixte (fuel- bagasse) ayant une capacité de 38.5 tonnes de vapeur par
heure sous une pression de 32 bars et à une température de 380° C.

. Deux chaudières de type FML à fuel ayant chacune une capacité de 25 T/h à 25 bars et
une température de 380°C.

Page
21
Rapport de stage de fin d’étude

. Une chaudière de type SN8000 pour le démarrage des autres chaudières ayant une
capacité de 8 T/H à 12 bars.

5.6. Circuit de vapeur :


La vapeur produit par les chaudières est utilisée de trois façons différentes :

 Une partie est dans le turboalternateur.


 Une deuxième partie est prise dans la machine à vapeur
 Le reste est pris dans les vannes détentes

Figure 6 : Réseau électrique du SUCRAFOR

Page
22
Rapport de stage de fin d’étude

PARTIE II
ETUDE DU POSTE
22KV/5,5KV

Page
23
Rapport de stage de fin d’étude

1. Introduction :
Dans le cadre d’une stratégie énergétique et écologique durable, la SUCRAFOR à
décider l’acquisition d’une nouvelle chaudière à biomasse plus puissant énergétiquement,
et par conséquent la charge électrique au démarrage de la compagne de Betteraves de
SUCRAFOR sera plus grande de l’état actuel.
Suit à cette nouvelle installation de chaudière a biomasse, il s’est avéré les deux
actions suivantes :
 Installation d’un nouveau transformateur de livraison électrique (ONEE)
22kv/5 ,5kv d’une puissance de 2000 kVa.
 Installation d’un nouveau poste électrique 5,5KV/400 V destiné principalement à
l’alimentation de la charge de STEP.
 Remplacement du transformateur MT/BT du poste n°7 destiné à l’alimentation
électrique des chaudières par un nouveau transformateur 5,5KV /400 V -1250
KVA.

2. Cahier de charge pour le nouveau poste :


Pour ce qui concerne mon projet l’installation Installation d’un nouveau poste de livraison
MT /MT nécessite la présence des équipements électrique et appareillages électrique listés
comme suit :
 Une cellule IM Arrivée MT (22KV) .
 Une cellule CM de mesure et de comptage MT (22 kV).
 Une cellule de protection générale MT (22KV).
 Une cellule disjoncteur MT (5,5KV) pour la protection du nouveau transformateur
22KV /5 ,5KV- 2000KVA.
 Un transformateur 22KV/5,5KV – 2000KVA.
 Une batterie de compensation à vide.
Le détail des fournitures à ce sous lot :
Un IACM sur la ligne MT (22KV) :
-Fourniture, pose et raccordement d’un
interrupteur aérien IACM à commande
mécanique avec châssis y compris tous
accessoires de raccordement de l’IACM
avec la ligne MT (22KV) de l’ONEE
.
Figure 7 : Interrupteur aérien à commande
mécanique

- Fourniture, pose et raccordement de la liaison MT (22KV) en câbles électriques aéro-


souterrains

Page
24
Rapport de stage de fin d’étude

Entre l’IACM et la cellule arrivé MT du transformateur de livraison 22KV /5 ,5KV, y compris


tranchée entre poteau et poste de livraison et tout accessoires nécessaires à la connexion de
l’IACM et la cellule arrivée transformateur et 90m.
-La pose et le raccordement de l’IACM et la connexion avec la cellule arrivée transformateur
22KV /400KV doit être conforme aux normes en vigueur.

Une cellule arrivé de type IM :


Fourniture, pose et raccordement d’une cellule interrupteur complète arrivée ONEE MT à
installer au niveau du nouveau poste de livraison, avec spécifications suivantes :
-Cellule préfabriquée de type IM, SM6, de tension assignée 24KV, sur isolées 36KV.
-Un jeu de barres tripolaires de 400A montées sur isolateur.
-Un interrupteur sectionneur a coupure en charge tripolaire 400A dans le gaz SF6, à
commande mécanique cadenas sable en position ouverte ou fermée.
-Un sectionneur de mise à la terre équipé d’un verrouillage.
-Une commande d’interrupteur(CI).
-Trois indicateurs de présence de la tension, avec trois lampes pour la signalisation de
présence MT sur le jeu de barre.
-Plage de raccordement pour câbles secs unipolaires. Une résistance chauffante de
50W/220V.

-verrouillage de manœuvre par serrures.


-Contacts auxiliaires pour signalisation.
-Tous les accessoires nécessaires à la pose et au raccordement
de la cellule.
-Tous les accessoires nécessaires à la pose et au raccordement
de la cellule.
-Fourniture et montage de circuit de mise à la terre
réglementaire des masses et du neutre en trolley cuivre y
compris serre fils raccords casses et isolateurs en Bakélite
supports trolley avec barrette de sectionnement pour le neutre
et borne de mesure pour les masses. (Le circuit des masses
doit raccorder toutes les parties métalliques).

Une cellule préfabriquée CM de mesure et comptage MT (22KV) :


Fourniture, pose et raccordement d’une cellule préfabriquée complète de mesure et comptage
MT à installer au niveau du nouveau poste livraison, avec spécifications suivantes :
-Cellule de type CM, de tension assignée 24KV, sur isolées 36KV.
-Un jeu de barres tripolaires de 400A montées sur isolateur.
-Un sectionneur de mise à la terre équipé.
-sectionneur des circuits BT et fusibles BT.
-Une commande sectionneur(CS) .
-Indicateurs de présence de tension.
-Une résistance chauffante de 50W/220V.

Page
25
Rapport de stage de fin d’étude

-3 TP phase /masse à double rapport primaire et à double rapport secondaire pour réaliser la
mesure ainsi que le comptage MT(ONEE) et éventuellement la protection.
-Tous les accessoires nécessaires à la pose et au raccordement de la cellule.

Une cellule préfabriquée de protection générale MT(22KV) :


Une cellule complète préfabriquée de protection générale de type DM2 à installer au niveau
du nouveau poste livraison, La cellule est composé de tous les équipements nécessaires a la
mise en service et à la protection, notamment :
-Un jeu de barres tripolaires de 400A.
-Sectionneur rotatif tripolaires 400A à double isolement, à commande mécanique, avec
verrouillage mécanique et à clef.
-Sectionneur de mise à la terre.
-commande sectionneur CS.
-inter verrouillage mécanique entre le disjoncteur et le sectionneur.
- Une résistance chauffante de 150W/220V.
-Contacts auxiliaires sur disjoncteur.
-Commande disjoncteur RI.
-Disjoncteur MT réglementaire, marque Schneider ou ABB, avec isolement en gaz SF6
déconnectable et débrochable pour l’extraction de la cellule, équipé d’une commande
électrique, avec :

 Moteur en 48 VCC ou 220V AC ;


 Une bobine MX 48 VCC ;
 Un bloc contacts auxiliaires ;
 Une serrure de verrouillage ;
 3 TC pour le relais de protection 30VA,100A/5A ;CI 0,1 ;
 Un système de verrouillage à clé(condamnation de la position du
protection disjoncteur) ;
 Une commande motorisée du disjoncteur ;
 Un indicateur mécanique de l’état du disjoncteur ;
 Un collecteur de terre ;
 Un coffret auxiliaire BT placé à la partie supérieure comprenant :
A l’intérieur :
 Un disjoncteur de sources auxiliaires pour la motorisation et la
signalisation ;
 Un interrupteur ou commutateur de tranche ;
 Un ensemble de reliage ;
 Les Barnier de reliage ;
 Un disjoncteur de tranche dipolaire ;
 Un cout-circuiteur ;
 Le chargeur de batteries 48 Vcc ;
 Quatre batteries d’accumulateurs 2*24V .
En face avant :
 Un relais numérique de protection de type SEPAM S20 ;

Page
26
Rapport de stage de fin d’étude

 Deux voyants de signalisation ;


 Deux boutons poussoirs pour la commande locale ;
 Un bouton poussoir d’effacement défaut ;
 Voyant de défauts ou d’alarmes ;
 Une boite à bornes d’essais de courant ;

- Tous les accessoires nécessaires à la pose et au raccordement de la cellule.

Une cellule de protection MT (5,5KV) du nouveau transformateur 22KV/5 ,5KV :


Fourniture, pose et raccordement d’une cellule complète préfabriquée de type DM1-A pour la
protection électrique principale du départ MT (5,5KV) du transformateur de livraison, à
installer au niveau du nouveau poste de livraison.
Ce départ 5 ,5 issu du transformateur de livraison va alimenter une armoire électrique 5,5KV
placé dans la centrale Electrique.
La cellule est composé de tous les équipements nécessaires a la mise en service et à la
protection, notamment :
-Un jeu de barres tripolaires de 400A.
-Sectionneur rotatif tripolaires 400A à double isolement, à commande mécanique, avec
verrouillage mécanique et à clef.
-Sectionneur de mise à la terre.
-commande sectionneur CS.
-inter verrouillage mécanique entre le disjoncteur et le sectionneur.
- Une résistance chauffante de 150W/220V.
-Contacts auxiliaires sur disjoncteur.
-Commande disjoncteur RI.
-Disjoncteur magnétothermique MT calibre de 2500A et un pouvoir de coupure adéquat,
marque Schneider ou ABB, avec isolement en gaz SF6 déconnectable et débrochable pour
l’extraction de la cellule, équipé d’une commande électrique, avec :
 Moteur en 48 VCC ou 220V AC ;
 Une bobine MX 48 VCC ;
 Un bloc contacts auxiliaires ;
 Une serrure de verrouillage ;
 3 TC pour le relais de protection 30VA,100A/5A ;CI 0,1 ;
 Un système de verrouillage à clé(condamnation de la position du protection
disjoncteur) ;
 Une commande motorisée du disjoncteur ;
 Un indicateur mécanique de l’état du disjoncteur ;
 Un collecteur de terre ;
 Un coffret auxiliaire BT placé à la partie supérieure comprenant :
A l’intérieur :
 Un disjoncteur de sources auxiliaires pour la motorisation et la
signalisation ;
 Un interrupteur ou commutateur de tranche ;
 Un ensemble de reliage ;

Page
27
Rapport de stage de fin d’étude

 Les Barnier de reliage ;


 Un disjoncteur de tranche dipolaire ;
 Un cout-circuiteur ;
 Le chargeur de batteries 48 Vcc ;
 Quatre batteries d’accumulateurs 2*24V .
En face avant :
 Un relais numérique de protection de type SEPAM S20 ;
 Deux voyants de signalisation ;
 Deux boutons poussoirs pour la commande locale ;
 Un bouton poussoir d’effacement défaut ;
 Voyant de défauts ou d’alarmes ;
 Une boite à bornes d’essais de courant ;

- Tous les accessoires nécessaires à la pose et au raccordement de la cellule.

Un transformateur 22KV/5,5KV – 2000KVA :


Travaux de pose à l’intérieur du local du poste de livraison, raccordement et mise en service
d’un transformateur 22KV/5 ,5KV – 2000KVA.La fourniture du transformateur est à la
charge de la SUCRAFOR.
Ce transformateur a les caractéristiques suivantes :

TYPE 242000EH
Année de fabrication 1981
Isolement Dans l’huile
Refroidissement Naturel
Température ambiante 40°C
Puissance 2000KVA
Tension nominale primaire 22000Volts
Tension nominale secondaire 5000Volts
Commutateur de réglage tension primaire Trois positions
Tension de court-circuit 5,78%
Couplage Triangle-étoiles, neutre sorti (Dyn 11)
Marque ALSTHOM
Tableau 3 : caractéristique du nouveau transformateur

Une batterie de compensation à vide :


Fourniture, pose et raccordement d’un coffret complet de compensation au niveau du poste de
livraison électrique, équipé de :
 Un disjoncteur 3P 60A 50 KA Schneider.
 Batterie de compensation marque Schneider, pour le poste de livraison électrique
5 ,5kv /400V-1000KVA, avec un facteur de puissance supérieur à 0,95, tout en
respectant la réglementation en vigueur : y compris un régulation automatique du
coefficient de compensation (facteur de puissance).

Page
28
Rapport de stage de fin d’étude

 3 voyants de signalisation.
 Tous les accessoires nécessaires à la pose et au raccordement de la batterie de
compensation (câble de liaison entre les bornes du transformateur et le coffret de
compensation, ……).

3. Dimensionnement de TSA :
Méthode de calcul :
En se référant à la norme NF C 15-100 qui régit l’installation basse tension on relève que
pour dimensionner le transformateur, il faut déterminer la puissance apparente nominale, ce
qui revient à :
 Déterminer la puissance absorbée de chaque récepteur alimenté par le TSA.
 Calculer la puissance d’utilisation de chaque récepteur, avec Ku le facteur
d’utilisation qui s’applique à un récepteur qui n’absorbe pas la totalité de la puissance
nominal :
 Les moteurs sont utilisés en général à 75% de leurs charges donc ku=0.75.
 L’éclairage ku=1, car une lampe est utilisée à 100% de sa puissance
nominale.
 Multiplier la somme des puissances d'utilisation des récepteurs connectés à chaque
armoire par le facteur de simultanéité Ks.

Nombre de circuits Facteur de simultanéité (Ks)


2à3 0,9
4à5 0,8
6à9 0,7
10 et plus 0,6
Tableau 4 : ks en fonction de nombre de circuits

Remarques :
 Un facteur de simultanéité Ks=0,6 a était appliqué à l’ensemble des charges, vu que
les récepteurs ne fonctionnent pas en même temps.
 L’extension du poste est prise en considération, pour cela nous avons appliqué un
facteur d’extension Ke de 1,15.
Nota : Après avoir fait un calcul de toutes les puissances consommées par les différents
récepteurs, nous constatons que le transformateur (TSA) doit fournir une puissance de 1400
kVA, mais le client exige un transformateur d’une puissance de 2000 kVA.

4. Dimensionnement des canalisations:

En conformité avec les recommandations de la norme NF C 15-100, le choix des


sections des câbles doit satisfaire plusieurs conditions importantes pour assurer la sûreté de
l’installation.
En effet, chaque canalisation doit :
 Véhiculer le courant d’emploi permanent et ses pointes transitoires normales;
 Ne pas générer des chutes de tension susceptibles de nuire au fonctionnement de
certains récepteurs, comme par exemple les moteurs en période de démarrage, et
amenant des pertes en ligne onéreuses.

Page
29
Rapport de stage de fin d’étude

4.1.Calcul de la section minimale :


Détermination du courant maximal d'emploi :
Le courant maximal d'emploi Ib est défini selon la nature de l'installation alimentée par la
canalisation.
Dans le cas de l'alimentation individuelle d'un appareil, le courant Ib sera égal au courant
assigné de l'appareil alimenté. Par contre, si la canalisation alimente plusieurs appareils, le
courant Ib sera égal à la somme des courants absorbés, en tenant compte des facteurs
d'utilisation et de simultanéité de l'installation.
Calcul du courant Ib :
Le courant maximal d'emploi est alors :

En courant continu En courant alternatif En courant alternatif


monophasé monophasé
P × Ku × Ks × Ke P × Ku × Ks × Ke P × Ku × Ks × Ke
𝐼𝑏 = 𝐼𝑏 = 𝐼𝑏 =
U U √3 × U

Tableau 5 : courant d’emploi


Avec :
 Ib Courant maximal d'emploi
 S Puissance apparente absorbée (VA)
 P Puissance absorbée (W)
 U Tension entre les deux conducteurs pour une alimentation monophasée,
ou la tension entre phases pour une alimentation triphasée.
Calcul du courant admissible Iz :

A une valeur du courant admissible, correspond une section de conducteur qui


tient compte :

- Du mode de pose des canalisations ;


- De la nature des isolants ;
- Du mode de groupement des conducteurs.

Le courant transporté par tout conducteur pendant des périodes prolongées en


fonctionnement normal doit être tel que la température maximale de fonctionnement
ne soit pas supérieure à une valeur dépendante de la nature des isolants.

Le Mode de pose détermine la valeur de F1 et la lettre de sélection. Ainsi, indique-t-il


les autres facteurs de correction correspondants.

Page
30
Rapport de stage de fin d’étude

Tableau 6 : Référence des modes de pose non enterré.

Chaque mode de pose est associé à un numéro de référence lui-même associé à une
méthode de calcul dite “méthode de référence” représentée par une lettre de B à F. Les
correspondances entre les modes de pose et les méthodes de référence sont indiquées dans le
tableau ci-dessous :

Lettre de Cas d’installation F1


sélection
B  Câbles dans des produits encastrés directement 0,70
dans matériaux thermiquement isolants
 Conduits encastrés dans des matériaux 0,77
thermiquement isolants
 Câble multiconducteurs 0,90

 Vides de construction et caniveaux 0,95

C  Pose sous plafond 0,95

B, C, E,  Autres cas 1
F
Tableau 7 : Facteur de correction F1.

Facteur de correction pour température ambiante F2 :

La température ambiante à utiliser est celle du milieu environnant. Le facteur de


correction lié à la température doit être appliqué toutes les fois que la canalisation est placée
dans un air ambiant dont la température est différente de 30 °C. Pour d’autres températures

Page
31
Rapport de stage de fin d’étude

ambiantes, les valeurs des intensités admissibles doivent être multipliées par le facteur
approprié du tableau ci-dessous :

Température F2
ambiantes (°C) Isolation par Elastomère Isolation par Polychlorure Isolation par Polyéthylène (PR)
(caoutchouc) de vinyle (PVC) Butyle, éthylène, propylène (EPR)
10 1,29 1,22 1,15
15 1,22 1,17 1,12
20 1,15 1,12 1,08
25 1,07 1,07 1,04
30 1,00 1,00 1,00
35 0,93 0,93 0,96
40 0,82 0,87 0,91
45 0,71 0,79 0,87
50 0,58 0,71 0,82
55 0,61 0,76
60 0,50 0,71
Tableau 8 : Facteur de correction F2.

Facteur de correction pour conducteur du neutre chargé F3 :

Le nombre de conducteurs à considérer dans un circuit est celui des conducteurs


effectivement parcourus par le courant. Lorsque dans un circuit triphasé, les courants sont
supposés équilibrés, il n’y a pas lieu de tenir compte du conducteur neutre correspondant.
Dans le cas déséquilibré, le conducteur neutre transport un courant sans réduction de la charge
des conducteurs de phase, le conducteur neutre doit être pris en compte pour la détermination
du nombre de conducteurs chargés. Dans ce cas, un facteur de réduction de 0,84 est à
appliquer aux valeurs de courants admissibles.

Facteur de correction pour zone ou emplacement à risque d’explosion F4 :


Pour les zones ou emplacement à risque d’explosion, le courant admissible dans les
canalisations est réduit de 15%. Le facteur de correction correspondant est 0,85.
Facteur de correction pour groupement des conducteurs et câbles F5 :
Chemins de câbles, tablettes :
Lorsque des conducteurs appartiennent à un même circuit, ils doivent être posés à
proximité immédiate les uns des autres (y compris le conducteur de protection). Lorsque des
conducteurs sont en parallèle, ils doivent être répartis en trèfle (contenant chacun un
conducteur de chaque phase en polarité) posés à proximité immédiate les uns des autres
conformément au schéma ci-dessous.

De plus lorsque des câbles sont en parallèle, ils doivent avoir le même mode de pose, être
de section identique et avoir la même longueur.

Page
32
Rapport de stage de fin d’étude

Facteur de correction pour les groupements de circuits F5 :

Lettre de Disposition des câbles Facteur de corrections F5


sélection jointifs Nombre de circuits ou de câbles multiconducteurs
1 2 3 4 5 6 7 8 9 12 16 20
B, C Encastrés ou noyés dans les 1,00 0,80 0,70 0,65 0,60 0,57 0,54 0,52 0,50 0,45 0,41 0,3
parois 8
C Simple couche sur les murs ou 1,00 0,85 0,79 0,75 0,73 0,72 0,72 0,72 0,71 0,70
les planchers ou tablettes non
perforées
Simple couche au plafond 0,95 0,81 0,72 0,68 0,66 0,64 0,63 0,63 0,62 0,61
E, F Simple couche sur les tablettes 1,00 0,88 0,82 0,77 0,75 0,73 0,73 0,73 0,72 0,72
horizontales perforées ou sur
tablettes verticales
Simple couche sur des échelles 1,00 0,87 0,82 0,80 0,80 0,79 0,79 0,78 0,78 0,78
à câbles, corbeaux, etc.
Tableau 9: Facteur de correction F5.

Facteur de correction en fonction du nombre de couches F6 :

Lorsque les câbles sont disposés en plusieurs couches, appliquer en plus un facteur de
correction de :

 0,80 pour deux couches ;


 0,73 pour trois couches ;
 0,70 pour quatre ou cinq couches ;
Puis nous calculons le facteur de correction global : 𝐹 = ∏ 𝐹𝑖
Ib
Puis 𝐼𝑎 = F .
Section des câbles pour les canalisations non enterrées :

Le tableau permet de connaître la section à utiliser pour les méthodes de référence B,


C, et F connaissant :
- La méthode de référence ;
- La nature de l’isolant ;
- Le type de circuit ;
- L’intensité à transporter.
Méthode de Isolant et Nombre de conducteurs charges
référence
B PVC3 PVC2 PR3 PR2
C PVC3 PVC2 PR3 PR2
E PVC3 PVC2 PR3 PR2
F PVC3 PVC2 PR3 PR2
S (mm²)
CUIVRE
1,5 15,5 17,5 18,5 19,5 22 23 24 26
2,5 21 25 25 27 30 31 33 36
4 28 32 34 36 40 42 45 49
6 36 41 43 48 51 54 58 63
10 50 57 60 63 70 75 80 86
16 68 76 80 85 94 100 107 115
25 89 96 101 112 119 127 138 149 161
35 110 119 126 138 147 158 169 185 200
50 134 144 153 168 179 192 207 225 242
70 171 184 196 213 229 246 268 289 310
95 207 223 238 258 278 298 328 352 377

Page
33
Rapport de stage de fin d’étude

120 139 259 276 299 322 346 382 410 437
150 299 319 344 371 395 441 473 504
185 341 364 392 424 450 506 542 575
240 403 430 461 500 538 599 641 679
300 464 497 530 576 621 693 741 783
400 656 754 825 940
500 749 868 946 1083
630 855 1005 1088 1254
ALUMINUM
2,5 16,5 18,5 19,5 21 23 25 26 28
4 22 25 26 28 31 33 35 38
6 28 32 33 36 39 43 45 49
10 39 44 46 49 54 59 62 67
16 53 59 61 66 73 79 84 91
25 70 73 78 83 90 98 101 108 121
35 86 90 96 103 112 122 126 135 150
50 104 110 117 125 136 149 154 164 184
70 133 140 150 160 174 192 198 211 237
95 161 170 183 195 211 235 241 257 289
120 186 197 212 226 245 273 280 300 337
150 227 245 261 283 316 324 346 389
185 259 280 298 323 363 371 397 447
240 305 330 352 382 430 439 470 530
300 351 381 406 440 497 508 543 613
400 526 600 663 740
500 610 694 770 856
711 808 899 996
Tableau 10 : Section des conducteurs pour canalisation non enterré.

4.2Détermination de la section du neutre :


Après avoir dimensionné la section du conducteur de phase, il est nécessaire de
dimensionner celle du neutre. Pour cela il faut prendre en considération le taux d’harmonique
dans le réseau. Le tableau 11, distingue les différents cas pour choisir la section du neutre.

Tableau 11: Choix de la section du neutre

Page
34
Rapport de stage de fin d’étude

5. Vérification de la chute de tension :


Après le calcul de la section minimale du câble, une vérification de la chute de tension
est recommandée pour s’assurer qu’elle est conforme aux normes. Elle doit être vérifiée entre
l’origine de l’installation et l’utilisation.
Si la chute de tension est acceptable, la section normalisée choisie est la section minimale déjà
calculée, sinon, la section minimale doit être augmentée avec vérification de la chute de
tension jusqu’à l’obtention d’une chute de tension conforme.
Méthodologie de calcul :
La chute de tension sur une canalisation est calculée par la formule :

𝜌 100
En triphasé : ∆𝑈(%) = √3 × 𝐼𝑏 × 𝐿 × [ 𝑆 × cos 𝜃 + λ sin 𝜃] 𝑈

𝜌 100
En monophasé : ∆𝑉(%) = 2 × 𝐼𝑏 × 𝐿 × [ 𝑆 × cos 𝜃 + λ sin 𝜃] 𝑉

Avec :
L : La longueur du conducteur en km ;
Ib : Courant d’emploi en A ;
ρ : La résistivité du conducteur en Ω.mm2/km (23 Ω.mm2/km pour le cuivre) ;
S : La section du conducteur en mm2 ;
λ : La réactance linéique du conducteur en Ω/km, elle vaut 0.08 Ω/km pour les câbles ;
U : La tension nominale entre phases ;
V : La tension nominale entre phase et neutre.

Les normes imposent que la chute entre l’origine de l’installation BT et tout point d’utilisation
n’excède pas les valeurs des tableaux suivants (12 et 13):

Courant alternatif :

Tableau 12: les chutes de tension admissibles en courant alternatif

Page
35
Rapport de stage de fin d’étude

Courant continu:

Utilisation ∆Un(%) ∆Udém(%)


Eclairage 20 30
Moteur 20 30
Autre 20 30
Tableau 13:les chutes de tension admissibles en courant continu (d’après CSTG-ONEE)

6. Exemple de calcul :
Afin d’illustrer la méthodologie de calcul adopté, on se limitera sur un seul départ, du fait que
le principe de calcul est le même pour tous les départs.

Prenons comme exemple la canalisation entre le TS et le centrale. Ainsi nous avons :


 La puissance d’utilisation est Su =2000KVA
 La tension nominale U = 5500 V
 Le courant d’emploi : 241,43 A
 Le courant nominal : on prend la valeur normalisée juste supérieure, la protection est
faite par disjoncteur, alors In = 250A
 Détermination des coefficients de correction f :
 D’après le cahier des charges, les câbles sont :
 multiconducteurs
 mode de pose sous caniveau fermé et non ventilé
 Donc la lettre de sélection est B.
 Avec une lettre de sélection B et une installation vide de construction sous caniveau :
f1=0,95 ;
 Avec une température de 50°C : f2= 0,82 (pour un isolant PRC) ;
 Avec une lettre de sélection B et un nombre de circuit maximale donc f5=1.
Donc on obtient :

f In Iz Sph (mm2)
0, 250 542 300

Vérification de la chute de tension:

23 100
∆𝑈(%) = √3 × 241,43 × 0,19 × [300 + 0,08] 5500 ≈ 3%
La chute de tension est acceptable, donc la section normalisée choisie est la section
minimale déjà calculée S = 300 mm2.

Page
36
Rapport de stage de fin d’étude

Conclusion

Mon projet de fin des études, effectué au sein de


SUCRAFOR, avait pour objectif de les équipements
THT/HT/MT, à savoir les réducteurs de mesures le
réseau de terre.
Dans ce travail, nous avons respecté le cahier
des charges qui nous a été proposé tout en intégrant
à chaque fois, les orientations et les priorités de
l’entreprise, ainsi que les remarques des
professionnels du domaine électrique.
Il est nécessaire de citer que la contrainte du
temps pesait lourd : les deux mois du stage n’ont pas
été assez suffisants pour terminer mon projet.
Cependant, ce Projet de Fin des Etudes fut une
opportunité d’enrichir mes compétences techniques,
managériales et relationnelles. En effet, ce travail
ma permis de participer à la phase d’étude et
d’ingénierie d’un projet de construction d’un ouvrage
électrique, qui représente un supplément riche à
notre formation, dont j’ai eu la chance de bénéficier.

Page
37