Vous êtes sur la page 1sur 3
CHAMPIGNONNIÈRE (5 CHAMBRES) 60602
CHAMPIGNONNIÈRE
(5 CHAMBRES)
60602

1991-06

Ce feuillet de plan est publié par le SERVICE DU GÉNIE afin de décrire les particularités techniques relatives au plan qu'il accompagne; le cas échéant, le feuillet est lui-même un plan complet. Le but ultime de cette publication est de permettre une meilleure compréhension des concepts appliqués aux nombreuses activités du génie rural. Les plans et feuillets sont disponibles dans toutes les régions administratives du Ministère; les agriculteurs et agricultrices qui le désirent, peuvent en obtenir une copie auprès de l'ingénieur attitré.

en obtenir une copie auprès de l'ingénieur attitré. Le SERVICE DU GÉNIE est une des 8
en obtenir une copie auprès de l'ingénieur attitré. Le SERVICE DU GÉNIE est une des 8
en obtenir une copie auprès de l'ingénieur attitré. Le SERVICE DU GÉNIE est une des 8

Le SERVICE DU GÉNIE est une des 8 unités administratives de la Direction de la recherche et du développement (DRD) au MAPAQ. Son mandat est axé sur la recherche, le développement et le transfert technologique en constructions rurales, en machinisme agricole et en ingénierie du sol et de l'eau. Consulter votre ingénieur régional pour discuter de votre projet.

agricole et en ingénierie du sol et de l'eau. Consulter votre ingénieur régional pour discuter de

CHAMPIGNONNIÈRE (5 CHAMBRES)

Gilbert Belzile, ingénieur et agronome

Le présent plan fournit les détails d'une champignonnière à structure de bois. Elle comprend 5 chambres d'une surface de culture de 250 m² chacune, répartie sur 6 lits de hauteur. La surface totale en culture est de 1250 m².

Ce plan a été préparé pour une entreprise qui achète le compost pasteurisé et ensemencé d'une entreprise spécialisée selon le modèle des Pays- Bas. Le cycle de production dure 10 semaines et il y a remplissage d'une chambre toutes les 2 semaines.

À la feuille 5 du plan l'option "Cacing" est illustrée. Dans ce cas, seulement 4 chambres sont utilisées pour la culture et celle qui reste est utilisée pour l'entreposage et la préparation de la terre de gobetage.

La méthode du "Cacing" est celle où la terre de gobetage est mélangée à du compost incubé lors de l'application sur les lits de culture. Ceci permet de faire un cycle complet en 8 semaines en éliminant une semaine sur la période après gobetage et en obtenant le rendement optimum en 3 cueillettes au lieu de 4. Le cycle de production est alors de 8 semaines au lieu de 10.

STRUCTURE ET ISOLATION

La fondation est simple, légèrement renforcée de 2 barres d'armature. L'assise sous le solage qui n'est que de 450 mm de largeur convient à la majorité des sols puisque la charge est faible. Cependant sous chaque colonne, les charges concentrées sont supportées par un empattement de 1200 x 1200 mm sous le solage. À noter que les colonnes d'acier tubulaire montrées dans le corridor de cueillette ne sont nécessaires que si le corridor est plus large que montré sur le plan.

Les murs sont à ossature de bois, faits de montants de 38 x 140 mm à 600 mm c. à c. L'isolation est faite de laine de fibre de verre de 150 mm dans les murs et 300 mm au plafond. Le revêtement intérieur des chambres et corridors est fait avec une membrane Nicotarp 7SE vendu par Nicolon. Cette membrane est économique, résistante, sert de coupe-vapeur et elle peut être obtenue aux dimensions des chambres avec des joints soudés à la chaleur. Son installation doit être faite avec soin afin d'assurer une étanchéité parfaite à la vapeur d'eau et à l'air.

LITS DE CULTURE

Les lits ont une largeur nette de 1340 mm ce qui permet de placer les paquets de compost sans laisser de vide. La distance de 584 mm entre les lits

doit être respectée afin d'assurer le passage des machines de culture.

Les lits sont généralement faits d'acier galvanisé à chaud par trempage dans un bassin.

ÉLECTRICITÉ

Lors du choix du site de la champignonnière il faut prévoir le raccordement à une ligne d'électricité à trois phases, 600 volts.

Les fluorescents des chambres de culture sont conçus spécialement pour les champignonnières et les ballasts sont situés dans le corridor de cueillette.

Généralement on n'installe pas de sorties électriques dans les chambres à cause de la forte humidité, elles sont plutôt placées du côté du corridor de cueillette.

Prévoir une génératrice d'au moins 30 Kw pour fournir l'électricité.

REMPLISSAGE ET VIDAGE DES CHAMBRE

Ce plan prévoit l'utilisation d'un filet de nylon pour remplir et vider chaque lit de culture. Un treuil tire le filet dans l'une et l'autre direction. Cette méthode permet d'éliminer les grands efforts et de réduire considérablement la main-d'oeuvre pour cette opération. II s'agit d'une mécanisation peu coûteuse.

BESOIN EN EAU

Pour faire fonctionner une champignonnière de ce type, on doit disposer d'une source d'eau non saline d'une capacité minimale de 75 l/min (20 gpm). Cette eau s'utilise pour arroser, pour nettoyer les planchers et aussi pour produire la vapeur vive. La qualité de l'eau est primordiale pour la production de champignons, une analyse de l'eau devrait être faite dès le début d'un projet.

BESOIN EN VAPEUR

La chaudière à vapeur recommandée est à basse pression et d'une capacité de 250 Kw (25 H.P.).

La vapeur recondensée est utilisée pour le préchauffage de l'air extérieur en hiver et pour le chauffage dans l'unité de climatisation.

La

ambiant des chambres et les stériliser avant le

vidage.

l'air

vapeur

vive

est

utilisée

pour

humidifier

VENTILATION

L'unité de contrôle des conditions climatiques permet de maintenir la température, l'humidité relative et la concentration en bioxyde de carbone (C0 2 ) de l'air de la chambre à des niveaux bien précis qui changent tout au long du cycle de production.

De plus, la vitesse de l'air près des champignons doit aussi varier. C'est pourquoi le ventilateur est à vitesse variable de 0 à 3000 m³/H.

L'air est réchauffé par un serpentin à vapeur basse pression et il est refroidi par un serpentin à eau froide. Du glycol est généralement ajouté à l'eau froide pour éviter la possibilité de gel.

Une boîte de mélange permet d'admettre l'air frais dans la proportion (0 à 100%) requise par le stade de culture.

Sur l'entrée d'air frais un filtre à haute efficacité retient les spores et les pollens de plus de 1.0 microns. Un préfiltre du type à fournaise à air chaud protège le filtre à haute efficacité et l'empêche de s'encrasser trop rapidement. On trouve généralement un préfiltre sur la recirculation. Il a pour fonction de retenir les poussières de compost qui viendraient bloquer par accumulation les ailettes des serpentins.

Une sortie d'air du type volets à ressorts est installée à l'arrière de la chambre. Cette sortie est recouverte d'un filet à mailles très fines en nylon ou autres matériaux pour empêcher les insectes de s'introduire dans la champignonnière. Une légère pression positive à l'intérieur de la chambre agit également comme barrière aux insectes qui tenteraient d'entrer par les fentes autour des portes ou ailleurs.

agit également comme barrière aux insectes qui tenteraient d'entrer par les fentes autour des portes ou