Vous êtes sur la page 1sur 584

CODAP 2005 Division 1

PARTIE C
CONCEPTION ET CALCULS

SECTION C1
GÉNÉRALITÉS
C1.1 - GENERALITES Les domaines respectifs d’application de ces
différentes règles sont précisés en C1.1.3.
C1.1.1 - Objet des règles de calcul
C1.1.3 - Domaine d’application des règles de calcul
Les règles de calcul ont pour objet la détermination
des épaisseurs ou la vérification de la résistance des a) Les règles spécifiques de calcul ont chacune un
divers éléments d’un appareil à pression et de leurs domaine d’application qui est précisé par l’indication de
assemblages afin d’en prévenir la défaillance sous limites pouvant concerner les caractéristiques
l’action des sollicitations mécaniques et thermiques géométriques des éléments visés, les sollicitations prises
prévues durant son utilisation. en compte, les modes de défaillance couverts, les
caractéristiques du matériau, etc.
C1.1.2 - Organisation de la Partie Conception et
Calculs de la présente Division b) A l’intérieur du domaine d’application de chaque
règle spécifique il n’est normalement pas permis
La présente Division propose deux ensembles
d’utiliser une autre règle de calcul que celle proposée
complémentaires de règles de calcul :
par la présente Division.
– des règles spécifiques, objet de la Section C2 à
c) Hors du domaine d’application de chaque règle
C9,
spécifique ou lorsque la présente Division ne propose
– des règles relatives à la prise en compte des aucune règle spécifique, il appartient au Fabricant de
phénomènes de fatigue, objet de la Section justifier les dimensions et épaisseurs choisies au moyen
C11. de méthodes de calcul ou expérimentales largement
reconnues.
a) Les règles spécifiques de calcul sont les règles
d’usage consacré. Elles concernent les éléments et Le Fabricant peut aussi se référer à l’expérience
assemblages les plus courants, soumis aux sollicitations d’appareils déjà construits, pourvu que cette expérience
usuelles. soit réellement probante et acceptée par les parties
concernées.
Dans ces règles, la détermination des épaisseurs ou
la vérification de la résistance s’effectue au moyen de d) Les prescriptions générales relatives à la
formules ou d’abaques établis spécifiquement pour prévention de la défaillance par fissuration par fatigue
chaque cas visé. sont données en C11.1.
A l’exception des règles de la Section C8, relatives e) Les règles du chapitre C11.2 relatives à l’analyse
aux soufflets pour compensateurs de dilatation, les de la résistance à la fatigue, sont applicables, dans le
règles spécifiques ne prennent en compte que des respect de leur objet et de leurs conditions d’application,
sollicitations à caractère essentiellement statique. aux appareils dont la résistance aux effets des
sollicitations statiques est vérifiée au moyen des règles
L’application de ces règles dans le respect de leur spécifiques de calcul des sections C2 à C7 et de la
objet et de leurs conditions d’application dispense de section C9.
toute autre justification.
C1.1.4 - Sollicitations
b) Sans objet dans le cadre de la présente Division.
a) Les sollicitations appliquées à un appareil sont le
c) Les règles de la Section C11 permettent, soit de résultat des diverses actions qui, s’exerçant sur
vérifier l'acceptabilité des sollicitations variables l’appareil lui-même ou sur des éléments connexes,
susceptibles d’entraîner une défaillance par fissuration induisent des effets mécaniques, c’est-à-dire donnent
par fatigue (Chapitre C11.1), soit de vérifier la
naissance à des contraintes.
résistance des divers éléments d’un appareil aux effets
de ces sollicitations (Chapitre C11.2).

600
CODAP 2005 Division 1 x Partie C – CONCEPTION ET CALCULS
Section C1 – GÉNÉRALITÉS

b) Ces sollicitations peuvent être : Une telle situation est constituée de la combinaison
des sollicitations suivantes :
– des sollicitations mécaniques, résultant d’une
ou plusieurs des actions suivantes : – pression de calcul, telle que définie en C1.2.2.2
a ou b,
x pression, intérieure ou extérieure
(voir C1.2), – surcharge normale de neige (voir C1.4.2.1),
x action de la pesanteur (voir C1.4.1), – action normale du vent (voir C1.4.2.1),
x actions climatiques et sismiques (voir – autres sollicitations mécaniques et thermiques
C1.4.3), s’exerçant dans des conditions normales de
fonctionnement et d’exploitation de l’appareil
x actions dynamiques (mouvements des (ces conditions normales excluent la prise en
fluides ou de pièces mobiles, chocs, etc.) compte de l’action d’un séisme).
(voir C1.4.3),
b) Situations exceptionnelles de service
x actions résultant de la dilatation des
tuyauteries, Ce sont les situations auxquelles est soumis
l’appareil dans des conditions exceptionnelles ou
Note : Bien que d’origine thermique, puisque accidentelles de fonctionnement et d’exploitation, y
résultant de l’entrave à la libre dilatation des
tuyauteries par l’appareil, ces actions doivent être compris lors des opérations de mise en route et d’arrêt.
considérées comme des sollicitations mécaniques.
Une telle situation est constituée de la combinaison
x phénomènes vibratoires (voir C1.4.5), des sollicitations suivantes :
x actions mécaniques diverses. – pression de calcul, telle que définie en
C1.2.2.2c,
– des sollicitations thermiques (voir C1.4.4),
résultant de l’entrave à la libre dilatation : – surcharge exceptionnelle de neige (voir
C1.4.2.1),
x de l’appareil par des obstacles extérieurs,
– action exceptionnelle du vent (voir C1.4.2.1),
x d’un élément par d’autres éléments de
l’appareil, – action d’un séisme (voir C1.4.2.1),

x par autobridage. – autres sollicitations mécaniques et thermiques


s’exerçant dans des conditions exceptionnelles
b) L’objet de chacune des règles spécifiques des ou accidentelles de fonctionnement et
Sections C2 à C9 et des règles des Chapitres C11.1 et d’exploitation de l’appareil, y compris lors des
C11.2 précise les sollicitations qui sont effectivement opérations de transport, de montage et de
prises en compte par ces règles. maintenance ainsi que pour les situations de
C1.1.5 - Combinaisons des sollicitations - Situations - nettoyage et de lavage.
Cycles Les enceintes « de confinement » destinées à n’être
C1.1.5.1 - Notion de situation sollicitées qu’en cas de défaillance de l’appareil ou de
l’équipement qu’elles isolent, peuvent être calculées en
Toute combinaison possible de sollicitations considérant que les sollicitations qui résultent de cette
s’exerçant simultanément, à un instant donné, sur un défaillance relèvent d’une situation exceptionnelle de
appareil à pression, constitue une situation. service.
A chaque situation est associée une répartition c) Situations d’essai de résistance
instantanée des températures dans le matériau (voir
C1.3). Ce sont les situations dans lesquelles l’appareil se
trouve pendant les essais sous pression réalisés à la fin
C1.1.5.2 - Types de situations de la fabrication, en atelier ou sur le site, et pendant les
La présente Division distingue trois types de renouvellements de ces essais.
situations : Lorsque les essais sous pression sont réalisés en
a) Situations normales de service atelier ou à l’intérieur d’un bâtiment, une telle situation
est constituée de la seule combinaison des sollicitations
Ce sont les situations auxquelles est soumis de pression et des sollicitations résultant de l’action de
l’appareil dans ses conditions normales de la pesanteur.
fonctionnement et d’exploitation, y compris lors des
opérations de mises en route et d’arrêt.

601
CODAP 2005 Division 1 x Partie C – CONCEPTION ET CALCULS
Section C1 – GÉNÉRALITÉS

Dans le cas d’essais sous pression réalisés à c) Il doit également permettre, dans la mesure où les
l’extérieur d’un bâtiment, il y a lieu de prendre en sollicitations qui s’exercent n’ont jamais un caractère
compte en outre, pour les situations correspondantes, les purement statique, de s’assurer de l’adaptation
sollicitations résultant des actions de la neige et du vent plastique globale – c'est-à-dire du comportement
précisées en C1.4.2.1. globalement élastique après quelques cycles de
sollicitation – des zones de discontinuité majeure dans
Ce troisième type de situation comprend également
lesquelles peuvent subsister des déformations plastiques
les situations d’essai de résistance autres que les essais
locales (voir note).
sous pression.
Note : Les notions de discontinuité majeure et d’adaptation plastique
C1.1.5.3 - Notions relatives aux cycles globale sont définies en Division 2, § C10.3.1.

Ces notions sont exposées en C11.1.2 C1.1.7.2 - Situations et cycles à prendre en compte
dans les calculs
C1.1.6 - Modes de défaillance
a) Au regard de la défaillance par déformation
C1.1.6.1 - Généralités
excessive, ou par instabilité élastique et élastoplastique,
Les modes de défaillance auxquels sont exposés les un calcul doit être effectué pour chaque situation, quel
appareils et la classification retenue au titre de la qu’en soit le type, susceptible d’être déterminante (voir
présente Division sont définis en GA3.2. note) pour le dimensionnement des divers éléments de
l’appareil.
Parmi les modes de défaillance définis en G3.2, les
modes de défaillance couverts par la présente Division Les coefficients de sécurité relatifs aux situations
sont les suivants : exceptionnelles de service ou d’essai de résistance sont
plus faibles que ceux relatifs aux situations normales de
a) Mode de défaillance de type primaire
service.
– rupture fragile, Note : Une telle situation peut être l’une de celles pour lesquelles
l’intensité de certaines sollicitations est minimale ; par exemple, la
– déformation excessive situation d’un appareil à l’arrêt (pression intérieure nulle) peut être
– instabilité plastique (éclatement), une situation déterminante.

– rupture ductile, b) Sans objet dans le cadre de la présente Division.

– instabilité élastique et élastoplastique c) Au regard de la défaillance par déformation


(flambage), progressive ou de l’adaptation plastique globale, un
calcul prenant en compte l’étendue de variation des
b) Mode de défaillance de type secondaire sollicitations entre deux situations doit être fait pour tout
– déformation plastique progressive couple de situations normales de service susceptible
d’être déterminant.
– fissuration par fatigue
d) Au regard de la défaillance par fissuration par
C1.1.7 - Méthodologie du calcul d’un appareil à fatigue, le calcul doit prendre en compte le nombre,
pression l’étendue et l’effet éventuel des superpositions de tous
C1.1.7.1 - Principes généraux les cycles résultant de la variation des sollicitations dans
les conditions de service normales définies en
a) Le calcul d’un appareil à pression doit prendre en C1.1.5.2a.
compte l’ensemble des sollicitations susceptibles de
s’exercer pendant la durée de vie pour laquelle est prévu C1.1.7.3 - Calcul par les règles spécifiques
cet appareil. a) Dans les limites de l’objet et des conditions
b) Ce calcul doit permettre de s’assurer du respect d’application de chacune d’elles, les règles spécifiques
des critères fixés par les règles, destinés à couvrir les de calcul des Sections C2 à C9 couvrent les modes de
divers modes de défaillance auxquels est exposé défaillance définis en C1.1.6.1 (à l’exception de la
l’appareil du fait de ces sollicitations, de leurs défaillance par rupture fragile) et assurent l’adaptation
combinaisons et des circonstances dans lesquelles elles plastique globale des zones de discontinuité majeure.
s’exercent (situations) ainsi que de leur caractère Les règles spécifiques de la Section C8 couvrent en
statique ou variable dans le temps. outre la défaillance par fissuration par fatigue.

602
CODAP 2005 Division 1 x Partie C – CONCEPTION ET CALCULS
Section C1 – GÉNÉRALITÉS

b) Les règles spécifiques des Sections C2 à C7 et C9 c) En conséquence, les modalités pratiques de


ne sont cependant conçues que pour traiter des intensités respect des prescriptions de C1.1.7.2 lors de
de sollicitations (celles de chaque situation étudiée) et l’application des règles spécifiques sont les suivantes :
ne font pas intervenir les étendues de variation de ces
– Un calcul de résistance faisant intervenir
sollicitations entre des situations différentes.
l’intégralité des règles relatives à un élément
Au regard de l’adaptation plastique globale, les seuls d’appareil doit être effectué pour chaque
cycles pris en compte par celles de ces règles situation normale de service susceptible d’être
spécifiques assurant le respect de ce critère de déterminante pour cet élément.
dimensionnement ne sont donc implicitement que ceux
– Un calcul de résistance ne faisant intervenir
qui ont pour étendue de variation des sollicitations, celle
que les règles destinées à couvrir la défaillance
comprise entre :
par déformation excessive ou par instabilité
– la situation normale de service étudiée, d’une élastique et élastoplastique, doit être effectué
part, pour chaque situation exceptionnelle de service
ou d’essai de résistance, susceptible d’être
– la situation « zéro », où toutes les sollicitations
déterminante pour l’élément concerné.
sont nulles, d’autre part.
Ces modalités pratiques se traduisent par l’indication
Les calculs ainsi effectués ne sont donc en toute
dans certaines règles spécifiques qu’elles ne doivent être
rigueur valables que pour les appareils dans lesquels
appliquées que pour les situations normales de service.
aucune sollicitation ne change de signe entre les
diverses situations normales de service. C1.1.7.4 - Sans objet dans le cadre de la présente
Division.
Cependant, le conservatisme des règles spécifiques
rend acceptable le fait de ne pas tenir compte des
éventuels changements de signe des sollicitations.

603
CODAP 2005 Division 1 x Partie C – CONCEPTION ET CALCULS
Section C1 – GÉNÉRALITÉS

C1.2 - PRESSION DE CALCUL Note 3 : Pour un appareil dans lequel la pression est inférieure à la
pression atmosphérique, la même règle s’applique en raisonnant sur la
C1.2.1 - Pression effective pression extérieure.

Dans l’ensemble de la présente Division, le terme b) Sans objet dans le cadre de la présente Division.
pression désigne, sauf indication contraire, la pression c) Pour une situation exceptionnelle de service : la
effective, c'est-à-dire la différence algébrique entre la pression de calcul doit être au moins égale à la plus
pression absolue intérieure et la pression grande valeur de la pression susceptible de régner dans
atmosphérique : c’est la pression indiquée par un l’appareil à un emplacement spécifié (sauf cas
manomètre installé sur l’appareil. particulier, la partie supérieure de l’appareil) du fait du
Ainsi définie, la pression effective est négative pour déréglage d’un équipement de régulation, de la
un appareil dans lequel la pression absolue est inférieure décomposition de fluides instables contenus ou de toute
à la pression atmosphérique (appareil en dépression ou autre circonstance exceptionnelle ou accidentelle
sous vide) ; il est alors d’usage de parler de pression entraînant une élévation de la pression au-delà de la
extérieure pour qualifier la valeur absolue de cette pression correspondant aux conditions normales de
pression effective négative. service.
C1.2.2 - Pression de calcul d’un appareil d) Pour une situation d’essai de résistance : la
pression de calcul est égale à celle qui régnera à la
C1.2.2.1 - Définition partie supérieure de l’appareil dans la position qu’il
La pression de calcul d’un appareil (ou d’une occupera lors de la réalisation de cet essai.
enceinte d’appareil qui en comporte plusieurs) est une Note : La valeur de la pression à laquelle doit être effectué l’essai
valeur fixée, pour chaque situation de service ou d’essai hydraulique est fixée en I1.6.
de résistance, pour servir de base à l’étude de sa
résistance à l’action de la pression. C1.2.2.3 - Pression maximale admissible d’un
appareil
Dans le cas général, elle est, ou bien fixée par le
La pression maximale admissible Ps d’un appareil
Fabricant à partir des conditions de fonctionnement de
l’appareil qui lui sont communiquées par le Donneur (ou d’une enceinte d’appareil qui en comporte
d’ordre, ou bien fixée par le Donneur d’ordre seul. plusieurs) est la pression maximale, spécifiée par le
Fabricant à un emplacement donné, pour laquelle
Dans le cas d’un Appareil Catalogue, elle est fixée l’appareil (ou l’enceinte) est conçu(e).
par le Fabricant seul, à partir des conditions de
Cette pression maximale admissible est au plus égale
fonctionnement pour lesquelles est conçu l’appareil.
à la plus élevée des pressions de calcul, fixées selon
La pression de calcul doit être définie à un C1.2.2.2a au même emplacement, correspondant aux
emplacement spécifié de l’appareil. diverses situations normales de service de l’appareil (ou
de l’enceinte).
La pression de calcul d’un appareil sert de base à la
détermination de la pression de calcul de chacun des C1.2.3 - Pression de calcul d’un élément d’appareil
éléments qui le constituent (voir C1.2.3).
C1.2.3.1 - Définition
C1.2.2.2 - Détermination de la pression de calcul
La pression de calcul P d’un élément d’appareil est
La valeur de la pression de calcul correspondant à la pression prise en compte pour la vérification de la
une situation donnée doit être fixée conformément aux résistance de cet élément, donc la pression dont la
indications suivantes : valeur est introduite dans les règles de calcul utilisées
pour cette vérification.
a) Pour une situation normale de service: la
pression de calcul doit être au moins égale à la plus La valeur de cette pression est à déterminer par le
grande valeur de la pression susceptible de régner dans Fabricant pour chaque situation de service ou d’essai de
l’appareil, dans ses conditions normales de service, au résistance de l’appareil (ou de chacune des enceintes
point de raccordement de l’organe de sécurité le d’un appareil qui en comporte plusieurs), à partir de la
protégeant contre les surpressions (elle est alors égale à pression de calcul de l’appareil et des conditions
la pression de déclenchement de cet organe de particulières de fonctionnement qui lui sont connues ; à
sécurité (voir note 2)) ou, en l’absence d’un tel organe, à chaque valeur de cette pression est associée une
la partie supérieure de l’appareil (voir note 3). température de calcul (voir C1.3).
Note 1 : Sans objet dans le cadre de la présente Division.
Note 2 : Pendant le fonctionnement des organes de sécurité, il est
admis que la pression puisse momentanément dépasser d’au plus 10%
la pression de déclenchement sans qu’il soit tenu compte de cette
surpression.

604
CODAP 2005 Division 1 x Partie C – CONCEPTION ET CALCULS
Section C1 – GÉNÉRALITÉS

C1.2.3.2 - Pression de calcul d’un élément d’appareil C1.2.3.3 - Pression de calcul d’un élément d’appareil
non commun à deux enceintes commun à deux enceintes
La valeur de la pression de calcul d’un élément La pression de calcul d’un élément d’appareil
d’appareil non commun à deux enceintes contiguës de commun à deux enceintes contiguës de cet appareil est
cet appareil doit être au moins égale : égale à la différence existant, dans la situation
considérée, entre les deux pressions der calcul de cet
a) Pour une situation normale ou exceptionnelle
élément, déterminées selon C1.2.3.2 en considérant
de service : à la pression de calcul de l’appareil
successivement que l’élément n’appartient qu’à l’une,
correspondant à cette situation, majorée, s’il y a lieu,
puis qu’à l’autre des deux enceintes.
des pertes de charges et de la surpression hydrostatique
maximales s’exerçant dans cette même situation sur Dans la recherche des situations susceptibles d’être
l’élément, comptées par rapport au point auquel est déterminantes pour le dimensionnement d’un tel
définie la pression de calcul de l’appareil. élément, il y a lieu de prendre en compte toutes les
combinaisons de pressions susceptibles de régner
b) Pour une situation d’essai de résistance : à la
simultanément – même de façon accidentelle – dans les
pression de calcul de l’appareil correspondant à cette
deux enceintes, notamment celles où l’une ou l’autre
situation, majorée de la surpression hydrostatique
des pressions est nulle, ou encore celles où l’une ou
s’exerçant sur l’élément dans la position de l’appareil
l’autre des pressions est négative.
durant la réalisation de l’essai.

605
CODAP 2005 Division 1 x Partie C – CONCEPTION ET CALCULS
Section C1 – GÉNÉRALITÉS

C1.3 - TEMPERATURE DE CALCUL Pour un appareil contenant un fluide dont la


température est inférieure à la température ambiante, la
C1.3.1 - Définition
température de calcul peut être inférieure à la
La température de calcul t d’un élément d’appareil température ambiante ; c’est cependant, pour un tel
est la température à considérer pour la détermination des appareil, la situation correspondant à la température
caractéristiques mécaniques du métal à prendre en ambiante qui est le plus souvent déterminante.
compte pour l’étude de la résistance mécanique de cet
La température de calcul ainsi fixée est celle qui doit
élément.
être utilisée pour la détermination de la contrainte
A chaque situation de l’appareil correspond une nominale de calcul définie par la réglementation
valeur de la température de calcul, à fixer par le applicable (voir Annexes GA4 et suivantes) pour une
Donneur d’ordre ou à déterminer par le Fabricant à situation normale de service sans fluage.
partir des conditions de fonctionnement indiquées par le
a2) Sans objet dans le cadre de la présente
Donneur d’ordre.
Division.
Dans le cas des Appareils Catalogue, elle est fixée
b) Pour une situation exceptionnelle de service :
par le Fabricant seul.
la température de calcul doit être fixée conformément
C1.3.2 - Détermination de la température de calcul aux indications données en C1.3.2a1).
La valeur de la température de calcul correspondant c) Pour une situation d’essai de résistance : la
à une situation donnée doit être fixée conformément aux température de calcul est la température prévue de la
indications suivantes : paroi de l’appareil dans les conditions d’exécution de
l’essai.
a) Pour une situation normale de service :
C1.3.3 - Température maximale admissible d’un
a1) Au regard des modes de défaillance autres
appareil
que la rupture fragile (voir note) ou la rupture par
fluage, la température de calcul est la température La température maximale admissible Ts,max d’un
maximale susceptible d’être atteinte au milieu de appareil (ou d’une enceinte d’appareil qui en comporte
l’épaisseur de la paroi dans la situation considérée, en plusieurs), est la température maximale, spécifiée par le
tenant compte des conditions les plus défavorables Fabricant, pour laquelle l’appareil (ou l’enceinte) est
d’échanges thermiques que peut subir l’appareil conçu(e).
convenablement entretenu.
Cette température maximale admissible est au plus
Note : La prévention de la défaillance par rupture fragile fait appel à la égale à la plus élevée des températures de calcul de
notion de « température minimale d’évaluation TME » qui est chacun des éléments constituant l’appareil (ou
différente de la notion de température de calcul (Voir Annexe MA2).
l’enceinte), fixées selon C1.3.2a et b, correspondant aux
Pour un appareil calorifugé ou protégé du milieu diverses situations normales et exceptionnelles de
extérieur par un isolant, la température de calcul est service de cet appareil (ou de cette enceinte) (voir note).
égale à la température maximale du fluide intérieur pour Note : Ainsi définie, la température maximale admissible Ts,max ne
la situation considérée. correspond pas nécessairement à la situation à laquelle correspond la
pression maximale admissible Ps définie en C1.2.2.3.

606
CODAP 2005 Division 1 x Partie C – CONCEPTION ET CALCULS
Section C1 – GÉNÉRALITÉS

C1.4 - SOLLICITATIONS AUTRES QUE LA C1.4.2 - Actions climatiques et sismiques


PRESSION
C1.4.2.1 - Actions de la neige et du vent
C1.4.1 - Action de la pesanteur
Les actions de la neige et du vent doivent être prises
Pour l’évaluation de l’action de la pesanteur, il doit en compte pour les appareils installés à l’extérieur des
être tenu compte : bâtiments. Les valeurs des actions normales ou
exceptionnelles de la neige et du vent sont en générale
a) du poids de l’appareil lui-même et de ses
définies par la réglementation locale du pays
éléments internes ; sauf cas particulier devant faire
d’implantation de l’appareil.
l’objet d’un accord entre le Donneur d’ordre et le
Fabricant, ce poids est à déterminer à l’état neuf, avant A cet égard, l’Annexe C1.A2 donne des
disparition des éventuelles surépaisseurs de corrosion. recommandations quant à la prise en compte de ces
actions pour les appareils implantés sur le territoire
b) du poids des éléments connexes supportés par
français.
l’appareil : autre appareil, tuyauteries, appareils de
robinetterie, organes mécaniques, charpentes, C1.4.2.2 - Actions d’origine sismique
passerelles et échelles d’accès, calorifuge, ignifuge, etc.
Lorsque requis par le Donneur d’ordre, les actions
c) du poids des produits contenus dans l’appareil et d’origine sismique doivent être évaluées et prises en
ses éléments connexes, s’ils sont liquides ou compte pour le dimensionnement de l’appareil. Toute
pulvérulents ; selon les situations, il convient de situation dans laquelle sont prises en compte ces actions
considérer : doit être considérée comme une situation
exceptionnelle.
– pour une situation normale de service : la
quantité de produit correspondant au niveau L’Annexe C1.A1 précise quelques références qui
maximal en service normal, peuvent être utilisées pour l’évaluation des actions
sismiques et le dimensionnement de l’appareil vis-à-vis
– pour une situation exceptionnelle de service :
de ces actions.
la quantité de produit correspondant au niveau
extrême effectivement possible, C1.4.3 - Actions dynamiques
– pour une situation d’essai de résistance : Les actions dynamiques provoquées par les
l’appareil entièrement rempli du fluide d’essai mouvements du fluide ou de pièces mobiles peuvent
s’il est liquide. souvent être assimilées à des actions statiques
équivalentes convenablement choisies (efforts locaux ou
d) des surcharges d’exploitation s’exerçant sur
d’ensemble, surpression locale ou générale).
certains des éléments connexes : passerelles d’accès,
supports d’appareils de levage, etc. Lorsque les actions dynamiques sont la conséquence
évidente des conditions de fonctionnement définies par
Sauf dans les cas des Appareils Catalogue, il
le Donneur d’ordre, elles sont à prendre en compte par
appartient au Donneur d’ordre de fournir au Fabricant
le Fabricant même si elles ne sont pas explicitement
les indications nécessaires : poids des éléments
citées.
connexes internes et externes supportés par l’appareil,
masse volumique des produits contenus et hauteurs de En revanche, il appartient au Donneur d’ordre de
remplissage, surcharges d’exploitation, etc. définir les actions dynamiques qui ne seraient pas une
conséquence évidente des conditions de fonctionnement
L’action de la pesanteur se traduit par des actions
de l’appareil.
intéressant l’appareil dans son ensemble, par des actions
locales s’exerçant au droit des points de fixation des En ce domaine, la référence à l’expérience constitue
éléments connexes qu’il supporte et par des réactions généralement une justification suffisante.
locales s’exerçant au droit des supports.
C1.4.4 - Sollicitations thermiques - Contraintes
Pour l’étude de la résistance d’une zone de l’appareil thermiques
éloignée des points de fixation d’éléments connexes sur
La variation de la température de l’appareil, la
lesquels s’exercent des surcharges d’exploitation, il peut
différence de température ou la différence de dilatation
être tenu compte, par accord entre le Donneur d’ordre et
des matériaux entre les éléments d’un même appareil ou
le Fabricant, de l’improbabilité de la simultanéité de ces
entre des zones voisines d’un même élément, peuvent
surcharges. Si toutes les surcharges ne peuvent s’exercer
donner lieu à des dilatations différentielles qui,
simultanément sur tous les éléments connexes
lorsqu’elles sont entravées, donnent naissance à
concernés, il suffit de prendre en compte le chargement
contraintes appelées contraintes thermiques.
possible le plus défavorable pour la zone étudiée.

607
CODAP 2005 Division 1 x Partie C – CONCEPTION ET CALCULS
Section C1 – GÉNÉRALITÉS

Ces contraintes thermiques ont pour origine trois Vis-à-vis des vibrations dont l’origine est inhérente
sortes d’entraves à la libre dilatation : aux conditions de fonctionnement définies par le
Donneur d’ordre, le Fabricant doit prendre les
– dilatation de l’appareil contrariée par des
dispositions nécessaires pour éviter la naissance de ces
obstacles extérieurs (exemple : dilatation de
vibrations ou en supprimer les effets.
l’appareil contrariée par ses supports),
Vis-à-vis des vibrations qui ne sont pas inhérentes
– dilatation d’un élément contrariée par d’autres
aux conditions de fonctionnement définies par le
éléments de l’appareil (exemple : dilatation des
Donneur d’ordre, il appartient à celui-ci de les définir
tubes d’un échangeur à deux plaques fixes
explicitement au Fabricant afin que celui-ci puisse en
contrariée par la calandre),
tenir compte.
– dilatation d’une zone contrariée par les zones
En ce domaine, la référence à l’expérience constitue
voisines (autobridage) dont la température est
généralement une justification suffisante.
différente (exemple : paroi dont la température
n’est pas uniforme dans l’épaisseur) ou dont le Dans le cas où il n’est pas possible d’obtenir une
coefficient de dilatation est différente atténuation suffisante des phénomènes vibratoires, ceux-
(exemple : tôle plaquée). ci doivent être pris en compte dans une analyse détaillée
de la résistance à la fatigue conduite selon les règles du
Les contraintes thermiques dues à l’autobridage
chapitre C11.3.
n’ont pas à être prises en compte vis-à-vis des modes de
défaillance de type primaire, à l’exception de la
défaillance par rupture fragile ; elles doivent l’être en
C1.5 - PREVENTION DE LA DEFAILLANCE PAR
revanche vis-à-vis des risques de défaillance de type
FISSURATION PAR FATIGUE
secondaire.
C1.5.1 - Généralités
Bien que d’origine thermique, les sollicitations
résultant de l’entrave à la dilatation des tuyauteries par a) Lorsque la variabilité des sollicitations s’exerçant
l’appareil doivent être considérées comme des sur un appareil est telle qu’une défaillance par
sollicitations mécaniques. fissuration par fatigue est à craindre, il appartient au
Fabricant de s’assurer que la conception de l’appareil
Sauf dans le cas des Appareils Catalogue, il
confère à ce dernier un comportement satisfaisant vis-à-
appartient au Donneur d’ordre de définir très
vis de ce risque.
précisément les conditions d’installation, de
fonctionnement et d’exploitation de l’appareil qui b) Il importe avant toute chose que la conception des
permettent d’évaluer les sollicitations thermiques. assemblages soit appropriée (voir Annexe FA1).
Il appartient au Fabricant d’évaluer les sollicitations c) La référence à l’expérience acquise lors de la
thermiques et d’en tenir compte dans les calculs réalisation d’appareils aux conditions de
(certaines règles de la présente Division, telles les règles fonctionnement comparables, peut souvent constituer
de calcul des échangeurs à deux plaques fixes, prennent une justification suffisante (voir C1.5.2).
en compte certaines sollicitations thermiques).
d) A défaut d’expérience suffisante, l’admissibilité
Le Fabricant peut avoir intérêt à éliminer ou réduire des variations des sollicitations doit être évaluée au
les entraves aux dilatations au moyen de dispositifs moyen de la règle C11.1.
appropriés, selon les règles de l’art ou sa propre
expérience (libres déplacements des supports, Si cette règle n’est pas satisfaite, il y a lieu
installation de compensateurs de dilatation, manchons d’appliquer les règles relatives à l’analyse de la
résistance à la fatigue objet du Chapitres C11.2 (analyse
thermiques, etc.).
simplifiée) et ce dans le respect de l’objet et des
C1.4.5 - Phénomènes vibratoires conditions d’application de ces règles (voir Note).
Les pulsations de pression ou les vibrations Note : Les règles C11.2 ne prennent en compte que l’effet des
transmises par l’environnement d’un appareil peuvent variations de pression
être à l’origine de phénomènes vibratoires. Le grand e) Sans objet dans le cadre de la présente Division.
nombre de cycles qui caractérise ces sollicitations
expose les appareils qui y sont soumis à des risques de Les règles de la présente Division relatives à la
fissuration par fatigue, même pour de faibles étendues prévention du risque de fissuration par fatigue ne sont
de variation des contraintes. également pas applicables aux cas où peuvent se
développer des phénomènes de fatigue en
environnement corrosif.
Note : Les matériaux qui y sont sensibles sont principalement : les
aciers au carbone, les aciers alliés ferritiques, les aluminium et alliages
d’aluminium, le titane.

608
CODAP 2005 Division 1 x Partie C – CONCEPTION ET CALCULS
Section C1 – GÉNÉRALITÉS

C1.5.2 - Référence à l’expérience Il appartient au Fabricant de prendre les dispositions


nécessaires pour que les caractéristiques réelles du
Le Fabricant peut justifier la tenue d’un appareil à la
matériau après traitement(s) thermique(s) restent
fatigue par référence à l’expérience acquise sur des
suffisantes pour justifier la résistance de l’appareil.
appareils similaires, soumis à des conditions de
fonctionnement comparables et ayant manifesté un a3) Cas où les caractéristiques de la zone
comportement satisfaisant en service. soudée sont inférieures à celles du matériau de base
Toutefois, dans une telle comparaison, une attention Les valeurs des caractéristiques à utiliser pour le
particulière doit être accordée aux éventuelles calcul de la résistance de l’assemblage soudé ne doivent
différences portant sur des dispositions constructives pas être supérieures aux valeurs minimales spécifiées
dont l’effet peut être néfaste : par le Fabricant pour cet assemblage soudé,
indépendamment du coefficient de soudure défini en
– construction en plusieurs éléments dont
C1.8.
l’assemblage laisse persister des solutions de
continuité au sein de la matière (par exemple : b) La valeur d’une caractéristique mécanique à la
pièces de renforcement rapportées), température de calcul t s’obtient par interpolation
linéaire entre les deux valeurs les plus proches fournies
– assemblages soudés non totalement pénétrés,
par la spécification du produit.
– variations d’épaisseur importantes et brutales
Pour une température de calcul t inférieure à la plus
entre éléments voisins,
basse température à laquelle la spécification du produit
– liaisons par goujons, donne une valeur d’une caractéristique mécanique, la
valeur de cette caractéristique mécanique à la
– assemblages filetés de tuyauteries.
température t doit être prise égale à la valeur spécifiée.
C1.6.2 - Résistance à la traction
C1.6 - CARACTERISTIQUES DES MATERIAUX Les valeurs de résistance à la traction à considérer
UTILISEES DANS LES RÈGLES DE CALCUL sont :
C1.6.1 - Généralités Rm = Valeur minimale spécifiée de la résistance
a) Les caractéristiques des matériaux à la livraison à la traction à la température ambiante
doivent correspondre aux valeurs utilisées dans les = Valeur minimale spécifiée de la résistance
calculs. Toutefois comme les propriétés d’un matériau Rmt
à la traction à la température de calcul t
peuvent être affectées par les traitements thermiques ou lorsque cette température est différente de
mécaniques subis au cours de la fabrication de l’appareil la température ambiante
et notamment par les traitements thermiques après
soudage, il y a lieu d’observer les prescriptions C1.6.3 - Limite d’élasticité
suivantes : Les valeurs de limite d’élasticité à considérer sont :
a1) Cas des matériaux ne subissant pas de Rp0,2 = Valeur minimale spécifiée de la limite
traitement thermique au cours de la fabrication de conventionnelle d’élasticité à 0,2 % à la
l’appareil température ambiante
Les valeurs des caractéristiques à utiliser dans les Pour les matériaux dont la limite
calculs doivent être celles données par la spécification d’élasticité spécifiée est la limite
du produit pour l’état de référence de ce dernier. supérieure d’écoulement ReH,, la partie M
Pour la boulonnerie utilisée à l’état traité, ces valeurs définit comment déterminer la valeur de
sont celles spécifiées après traitement. Rp0,2.
t
Rp0,2 = Valeur minimale spécifiée de la limite
a2) Cas des matériaux subissant un ou
conventionnelle d’élasticité à 0,2% à la
plusieurs traitements thermiques au cours de la
température de calcul t lorsque cette
fabrication de l’appareil
température est différente de la
Les valeurs des caractéristiques à utiliser dans les température ambiante
calculs ne doivent pas être supérieures à celles qui sont t
Rp1,0 = Valeur minimale spécifiée de la limite
requises par la spécification du produit. conventionnelle d’élasticité à 1% à la
température de calcul t

609
CODAP 2005 Division 1 x Partie C – CONCEPTION ET CALCULS
Section C1 – GÉNÉRALITÉS

C1.6.4 - Sans objet dans le cadre de la présente C1.6.7 - Coefficient de dilatation


Division.
Pour l’application des règles de calcul, la valeur du
C1.6.5 - Module d’élasticité coefficient de dilatation à la température de calcul t à
utiliser est celle donnée par la spécification du produit
Pour l’application des règles de calcul, la valeur du
même à titre indicatif, par la spécification du Producteur
module d’élasticité E à la température de calcul t à
ou par tout autre document accepté par les parties
utiliser est celle donnée par la spécification du produit
concernées.
même à titre indicatif, par la spécification du Producteur
ou par tout autre document accepté par les parties
concernées.
Pour l’application des règles de calcul des appareils
soumis à une pression extérieure, les valeurs du module
d’élasticité E à la température de calcul t à utiliser sont
celles indiquées Section C4.9.
C1.6.6 - Coefficient de Poisson
La valeur du coefficient de Poisson v à utiliser est
donnée par le tableau C1.6.6 ; elle peut être considérée
comme indépendante de la température de calcul.

Tableau C1.6.6 - Coefficient de Poisson.

Matériau v
Acier 0,30
Aluminium et alliages 0,33
Cuivre et alliages 0,33
Nickel 0,31
Nickel-cuivre 0,32
Nickel- chrome- fer 0,29
Nickel- fer- chrome 0,34
Titane 0,32
Zirconium 0,35

610
CODAP 2005 Division 1 x Partie C – CONCEPTION ET CALCULS
Section C1 – GÉNÉRALITÉS

C1.7 - CONTRAINTE NOMINALE DE CALCUL Certaines règles de la présente Division proposent


des formules permettant de calculer directement cette
La contrainte nominale de calcul f est la valeur de la
épaisseur minimale nécessaire.
contrainte à introduire dans les formules de calcul de la
présente Division. b) Les règles de calcul de la présente Division qui ne
Note : La contrainte nominale de calcul est la valeur admissible de la
permettent pas de calculer directement l’épaisseur
contrainte primaire générale de membrane définie en Division 2 minimale nécessaire d’un élément d’appareil proposent
Section C10. des formules permettant de vérifier qu’une épaisseur
admise est suffisante pour assurer la résistance de cet
La contrainte nominale de calcul dépend des
élément.
caractéristiques mécaniques du matériau et des
coefficients de sécurité adoptés vis-à-vis de la Ces formules de vérification permettent
défaillance par déformation excessive et de la généralement aussi la détermination, par itération, de
défaillance par instabilité plastique l’épaisseur minimale nécessaire de l’élément concerné.
La contrainte nominale de calcul prend donc des C1.9.2 - Epaisseur utile
valeurs différentes selon que la situation considérée est
une situation : L’épaisseur utile est la plus faible épaisseur réelle
possible – ou épaisseur minimale – de l’élément après
– normale de service dans laquelle la défaillance disparition de la surépaisseur de corrosion, hors sous-
par rupture ou déformation excessive par épaisseurs locales éventuellement autorisées (voir
fluage n’est pas déterminante, dite « situation F1.5) ; c’est donc l’épaisseur minimale réellement
sans fluage du matériau » (voir Note), disponible pour la résistance de l’élément.
– exceptionnelle de service ou d’essai de Cette épaisseur utile est égale à :
résistance).
eu = en – c – c1 – c2 (C1.9.2)
Note : La présente Division n’est pas applicable si l’appareil est
soumis à des situations normales de service avec fluage du où :
matériau.
en = Epaisseur nominale de commande du
Les valeurs des contraintes nominales de calcul sont produit brut mis en œuvre pour la
définies par les Annexes GA4 et suivantes, en fonction réalisation d’un élément d’appareil
de la réglementation applicable.
c = Surépaisseur de corrosion définie en
C1.9.3
C1.8 - COEFFICIENT DE SOUDURE c1 = Tolérance en moins sur l’épaisseur du
produit brut, fixée par la spécification de
Pour le calcul de la résistance d’un assemblage commande
soudé bout à bout dans une situation normale de service, c2 = Réduction d’épaisseur possible en cours
la contrainte nominale de calcul doit être multipliée par de fabrication, par formage ou usinage, de
un coefficient z appelé coefficient de soudure, dont la l’élément concerné
valeur dépend en particulier de la nature, de l’étendue et
de la sévérité du contrôle des assemblages soudés (voir Cette épaisseur utile est la plus faible épaisseur
Partie I). réelle possible – ou épaisseur minimale garantie – de
l’élément après disparition de la surépaisseur de
Les valeurs des coefficients de soudure à appliquer corrosion, hors sous- épaisseurs locales éventuellement
sont définies par les Annexes GA4 et suivantes, en autorisées (voir F1.5) ; c’est donc l’épaisseur minimale
fonction de la réglementation applicable. réellement disponible pour la résistance de l’élément.
L’épaisseur utile doit être au moins égale à
C.1.9 - ÉPAISSEURS, NOTIONS ET l’épaisseur minimale nécessaire calculée ou à
DÉFINITIONS l’épaisseur admise vérifiée de l’élément.
Note : Les règles de calcul des échangeurs de chaleur à deux plaques
C1.9.1 - Epaisseur minimale nécessaire - Epaisseur tubulaires fixes imposent en outre que l’épaisseur utile n’excède pas
admise l’épaisseur admise dans les calculs de vérification, donc que ces
calculs soient effectués au moyen de l’épaisseur utile effectivement
a) L’épaisseur minimale nécessaire d’un élément prévue pour la réalisation de l’échangeur.
est la plus faible épaisseur exigée par la présente
Division pour assurer la résistance de cet élément, à
l’exception des sous- épaisseurs locales éventuellement
autorisées (voir F1.5).

611
CODAP 2005 Division 1 x Partie C – CONCEPTION ET CALCULS
Section C1 – GÉNÉRALITÉS

C1.9.3 - Surépaisseur de corrosion Dans l’application des règles de calcul, il est admis
que l’influence de cette surépaisseur de corrosion sur les
Si un amincissement de la paroi est susceptible de se
dimensions autres que l’épaisseur soit négligée.
produire en service, par corrosion superficielle, par
érosion ou par usure, sur l’une ou sur les deux faces, C1.9.4 - Epaisseur minimum
sous l’effet des produits contenus ou du milieu ambiant,
La présente Division, étant d’application très
il doit être prévu sur l’appareil neuf une surépaisseur c
générale, ne peut donner d’indications chiffrées sur les
dite surépaisseur de corrosion suffisante pour
épaisseurs minimales à adopter pour les différents
compenser cet amincissement pendant la durée de vie
matériaux mis en œuvre.
prévue de l’appareil.
Par suite, quand le calcul conduit à une épaisseur
Dans le cas général, la valeur de la surépaisseur de
paraissant faible, l’épaisseur à adopter doit tenir
corrosion c (qui peut être nulle si la corrosion n’est
compte :
effectivement pas à envisager) doit être fixée par le
Donneur d’ordre, ou éventuellement par accord entre le – des moyens de fabrication et de soudage,
Donneur d’ordre et le Fabricant, en fonction de la nature
– des nécessités de tracer des pièces moulées, s’il
des produits venant en contact avec la paroi, de leur
température, de leur vitesse, etc. y a lieu,

Dans le cas d’un Appareil Catalogue la valeur de la – de la stabilité de forme et de la résistance aux
chocs et autres actions extérieures nécessaires
surépaisseur de corrosion est fixée par le Fabricant seul.
lors des manutentions.
Cette valeur n’est pas nécessairement la même pour
tous les éléments d’une même enceinte ; elle peut, en En ce qui concerne les appareils minces d’usage
particulier, il est souhaitable que le Donneur d’ordre
particulier, être réduite, voire nulle, sur des éléments
démontables ou facilement remplaçables (tubes fasse connaître au Fabricant, en lui passant commande,
d’échangeurs, par exemple). les épaisseurs minimales que sa propre expérience lui a
montré comme étant nécessaire pour la résistance aux
chocs ou pour la stabilité de forme.

Tolérance en moins sur l'épaisseur du produit brut

Réduction d'épaisseur possible en cours de fabrication

Surépaisseur de corrosion

Figure C1.9 - Epaisseur utile, épaisseur minimale nécessaire et épaisseur admise d’un élément d’appareil.

612
CODAP 2005 Division 1

C1.10 - NOTATIONS GÉNÉRALES - UNITÉS - C1.10.2 - Unités


TOLÉRANCES
Sauf rares exceptions où les unités sont indiquées,
C1.10.1 - Notations générales les formules proposées dans les règles de calcul sont
valables dans tout système cohérent d’unités.
Les notations particulières à chaque règle de calcul
sont indiquées dans le chapitre correspondant. Il est cependant recommandé d’utiliser le système
international d’unités, objet de la norme NF X 02-006.
Les notations générales utilisées sont les suivantes :
C1.10.3 - Tolérances
P = Pression de calcul (voir C1.2)
f = Contrainte nominale de calcul (voir C1.7) A l’exception des tolérances sur l’épaisseur traitées
en C1.9.2, il n’y a pas lieu de tenir compte des
z = Coefficient de soudure (voir C1.8) tolérances sur les autres dimensions pour l’application
e = Epaisseur minimale nécessaire calculée, des règles de calcul, pourvu que ces tolérances restent
ou épaisseur admise pour un calcul de dans les limites fixées par la présente Division.
vérification de la résistance (voir C1.9.1) A cette condition, les dimensions à utiliser dans les
D, d = Diamètres règles de calcul sont les dimensions figurant sur les
plans
R, r = Rayons
Note : La notation R est aussi utilisée pour les
caractéristiques de résistance à la traction des
matériaux (voir C1.6).
Indices e = extérieur
m = moyen
i = intérieur
E = Module d’élasticité (voir C1.6.5)
v = Coefficient de Poisson (voir C1.6.6)

613
CODAP 2005 Division 1 x Partie C – CONCEPTION ET CALCULS

SECTION C1
GENERALITES

ANNEXE C1.A1

Sans objet dans le cadre de la présente Division

614
CODAP 2005 Division 1 x Partie C – CONCEPTION ET CALCULS

615 à 619 Pages inutilisées dans le cadre de la présente Division


CODAP 2005 Division 1 x Partie C – CONCEPTION ET CALCULS

SECTION C1
GENERALITES

ANNEXE C1.A2
RECOMMANDATIONS POUR LA PRISE EN COMPTE
DES ACTIONS CLIMATIQUES ET SISMIQUES
(Annexe non obligatoire)

C1.A2.1 - ACTIONS DE LA NEIGE ET DU VENT – Pour une situation normale de service :


Les actions de la neige et du vent à prendre en x action de la surcharge de neige
compte sont définies par les Règles définissant les « normale » seule,
effets de la neige et du vent sur les constructions :
x action du vent « normal » seule,
DTU P06-002 : Règles NV 65 - Règles définissant
(Avril 2000) les effets de la neige et du vent sur x action du vent de « vitesse critique », si
les constructions et annexes cette vitesse critique est inférieure à
(édition 2001) (P06-002) 25 m/s (voir note 1),

Ces règles précisent, en chaque point du territoire x action de la surcharge de neige


français : « normale réduite » seule, s’il y a
possibilité d’enlèvement partiel avec
– la surcharge de neige dite « normale », redistribution de la neige par le
– la surcharge de neige dite « extrême », vent (voir note 2),

– la modification de ces surcharges par x actions combinées de la surcharge de


enlèvement partiel de la neige par le vent (avec neige « normale réduite » et du vent
possibilité de redistribution lorsque cet « normal », s’il y a possibilité
enlèvement partiel est possible), définissant d’enlèvement partiel, avec ou sans
ainsi des surcharges de neige dites « normale redistribution, de la neige par le vent.
réduite » et « extrême réduite », – Pour une situation exceptionnelle de service :
– la surcharge de neige dite « accidentelle » dont x action de la surcharge de neige
se déduit la surcharge de neige dite « extrême « extrême accidentelle » seule,
accidentelle », plus forte valeur des deux
surcharges « extrême » et « accidentelle », x action du vent « extrême » seule,
– la vitesse du vent dit « normal », x action de la surcharge de neige
« extrême réduite » seule, s’il y a
– le mode de calcul de la « vitesse critique » du
possibilité d’enlèvement partiel avec
vent, vitesse pour laquelle la construction entre
redistribution de la neige par le
en résonance,
vent (voir note 2),
– la vitesse du vent dit « extrême ».
x actions combinées :
Pour un appareil installé hors du territoire français, il
– de la surcharge de neige
convient de fixer entre le Donneur d’ordre et le
« normale » et du vent « extrême »,
Fabricant, pour le site concerné, les valeurs – répondant
aux définitions des Règles NV 65 – de surcharges de – de la surcharge de neige
neige et de vitesses du vent à prendre en compte. « extrême » et du vent « normal »,
En application des prescriptions des Règles NV 65, s’il n'y a pas possibilité d’enlèvement
l’étude de la résistance d’un appareil aux actions de la partiel de la neige par le vent,
neige et du vent doit être menée en prenant en compte
les actions – tant sur l’appareil lui-même que sur les
éléments qui lui sont connexes – suivantes :

620
CODAP 2005 Division 1 x Partie C – CONCEPTION ET CALCULS

x actions combinées de la surcharge de C1.A2.2 - ACTIONS D’ORIGINE SISMIQUE


neige « normale réduite » et du vent
Les actions d’origine sismique à prendre en compte
« extrême », s’il y a possibilité
sont définies par les Règles parasismiques 1992 :
d’enlèvement partiel, avec ou sans
redistribution, de la neige par le vent. NF P06-013 : Règles de construction
(Novembre 2004) parasismique - Règles PS
– Pour une situation d’essai de résistance, dans le
applicables aux bâtiments, dites
cas d’essai réalisé à l’extérieur d’un bâtiment :
règles PS 92
x action d’une surcharge de neige égale à Ces règles précisent, en chaque point du territoire
1/3 de la surcharge de neige « normale » français exposé à un risque sismique, l’intensité
seule, nominale de séisme.
x action d’un vent de vitesse à 1/¥3 fois la Pour un appareil installé hors du territoire français, il
vitesse du vent « normal » seul (voir convient de fixer entre le Donneur d’ordre et le
note 3), Fabricant, pour le site concerné, l’intensité nominale de
x action du vent de « vitesse critique », si séisme à prendre ne compte.
cette vitesse critique est inférieure à la L’étude de la résistance d’un appareil aux actions
fois à 1/¥3 fois la vitesse du vent d’origine sismique doit être menée conformément aux
« normal » et à 25 m/s (voir note 1). prescriptions des Règles PS 92, en tenant compte de ces
Les sollicitations dues à l’action du vent doivent actions tant sur l’appareil lui-même que sur les éléments
toujours être considérées comme statiques (voir note 4). qui lui sont connexes ainsi que de la simultanéité de ces
actions avec celles de la neige (la simultanéité des
Note 1 : Ce vent de vitesse critique n’est, en pratique, à prendre en
considération que pour les appareils verticaux, d’élancement supérieur
actions du vent et d’un séisme n’a jamais à être
à 5, ne comportant pas de dispositif spécial destiné à éviter la considérée).
formation de tourbillons de KARMAN (NV 65, Annexe 8,§ 8.2, note
1). Toute situation dans laquelle sont prises en comptes
les actions d’origine sismique doit être considérée
Note 2 : En dépit de sa réduction par enlèvement partiel de la neige
par le vent, cette surcharge peut, du fait de sa redistribution, avoir,
comme une situation exceptionnelle de service.
dans certains cas, une action plus défavorable que la surcharge non Aucune action d’origine sismique n’a à être prise en
réduite.
compte pour une situation d’essai de résistance.
Note 3 : A une vitesse de vent égale à 1/¥3 fois la vitesse du vent
« normal » correspond une pression dynamique égale à 1/3 de la
pression dynamique de ce vent « normal ».
Note 4 : Les règles NV 65 tiennent en effet compte du caractère
variable de ces sollicitations et des phénomènes vibratoires qui
peuvent en résulter pour définir des actions statiques équivalentes.

621
CODAP 2005 Division 1

PARTIE C
CONCEPTION ET CALCULS

SECTION C2
REGLES DE CALCUL DES ENVELOPPES CYLINDRIQUES,
SPHERIQUES ET CONIQUES SOUMISES
A UNE PRESSION INTERIEURE
C2.1 - ENVELOPPES CYLINDRIQUES DE C2.1.2.2 - Assemblages soudés
SECTION DROITE CIRCULAIRE
a) A chaque assemblage soudé autre que circulaire,
C2.1.1 - Objet les fibres moyennes doivent être, aux tolérances de
fabrication près (voir F1.5), dans le prolongement l’une
a) La règle du présent chapitre permet de déterminer
de l’autre.
l’épaisseur d’une enveloppe cylindrique de section
droite circulaire soumise à une pression intérieure. Si l’enveloppe est constituée de plusieurs coquilles
d’épaisseurs différentes, le raccordement des surfaces
Une telle enveloppe peut être constituée d’un seul ou
doit se faire par des pentes n’excédant pas 1/4.
de plusieurs tronçons (viroles) assemblés par des
soudures circulaires bout à bout ; chaque tronçon peut b) A chaque assemblage soudé circulaire de deux
être d’épaisseur uniforme, avec ou sans soudure tronçons d’épaisseurs différentes, les fibres moyennes
longitudinale ou hélicoïdale, ou constitué de plusieurs peuvent être décalées, sans toutefois que ce décalage
coquilles d’épaisseurs différentes. aille, aux tolérances de fabrication près (voir F1.5), au
delà de l’alignement des faces externes ou internes. Le
b) Les formules données en C2.1.4 concernent les
raccordement des surfaces doit se faire par une pente
régions de l’enveloppe cylindrique éloignées de toute
n’excédant pas 1/3.
discontinuité (raccordement avec une autre enveloppe,
un fond ou une bride, ouverture, etc.) (1). C2.1.2.3 - Défauts de circularité
Note 1 : Dans le cas d’une enveloppe cylindrique « courte », c'est- L’ovalisation et les écarts locaux de circularité de
à-dire dont la longueur entre deux discontinuités majeures de forme
l’enveloppe doivent respecter les limites indiquées en
axisymétriques est inférieure à 1,4 Dm . e , une épaisseur plus faible F1.5.
que celle donnée par les formules C2.1.4.1 à C2.1.4.3 peut
éventuellement être justifiée au moyen des règles d’analyse des C2.1.2.4 - Sollicitations
contraintes du chapitre C10.1.
La règle du présent chapitre ne prend en compte que
Le paragraphe C2.1.5 donne des indications sur l’action de la pression intérieure.
l’épaisseur nécessaire aux extrémités de l’enveloppe.
C2.1.3 - Notations
Si l’enveloppe comporte des ouvertures, sa
De = Diamètre extérieur de l’enveloppe
résistance au voisinage de chaque ouverture doit en
outre être vérifiée au moyen des règles de la Section C5. Di = Diamètre intérieur de l’enveloppe
c) La règle du présent chapitre couvre la défaillance Dm = Diamètre moyen de l’enveloppe
de l’enveloppe par déformation excessive et par rupture e = Epaisseur minimale nécessaire de
par fluage. l’enveloppe
C2.1.2 - Conditions d’application f = Contrainte nominale de calcul du matériau
C2.1.2.1 - Epaisseur de l’enveloppe
P = Pression de calcul
La présente règle ne s’applique que si :
z = Coefficient de soudure
Dm t 5e (C2.1.2.1)
Pour une situation exceptionnelle de
service ou d’essai de résistance, ainsi que
pour une enveloppe sans soudure
longitudinale ou hélicoïdale : z = 1.

622
CODAP 2005 Division 1 x Partie C – CONCEPTION ET CALCULS
Section C2 – REGLES DE CALCUL DES ENVELOPPES CYLINDRIQUES, SPHERIQUES ET CONIQUES
SOUMISES A UNE PRESSION INTERIEURE

C2.1.4 - Règle de calcul b) Lorsqu’un tronçon d’enveloppe cylindrique est


assemblé à un autre tronçon d’épaisseur plus faible
a) L’épaisseur minimale nécessaire de l’enveloppe
constitué d’un matériau dont la contrainte nominale de
cylindrique est donnée par l’une ou l’autre des
calcul f1 est > f, son épaisseur utile à l’extrémité peut
formules :
être inférieure à l’épaisseur minimale théorique e0
P ˜ Di donnée par la formule :
e (C2.1.4.1)
2f ˜ z  P P ˜ Di
e0 (C2.1.5)
2f  P
P ˜ Dm
e (C2.1.4.2)
2f ˜ z pour autant que la longueur l, définie par la figure
C2.1.5, n’excède pas 0,2 Di  e0 e0 .
P ˜ De
e (C2.1.4.3)
2f ˜ z  P c) Lorsque l’enveloppe cylindrique est assemblée à
un fond bombé, il n’est jamais nécessaire d’augmenter
son épaisseur à l’extrémité au-delà de l’épaisseur
b) Au droit de la soudure longitudinale d’assemblage
minimale nécessaire donnée par les formules C2.1.4.
de deux coquilles constituées de matériaux dont les
contraintes nominales de calcul sont différentes, Lorsque l’assemblage est réalisé par soudure bout à
l’épaisseur minimale nécessaire des deux coquilles est bout, l’épaisseur de l’enveloppe au voisinage de la
donnée par ces mêmes formules, en prenant pour f la soudure doit satisfaire à la règle C3.1.7.
plus faible des deux contraintes nominales de calcul.
d) Lorsque l’enveloppe cylindrique est assemblée à
C2.1.5 - Epaisseur nécessaire aux extrémités de une enveloppe conique (à la grande base ou à la petite
l’enveloppe base), à un fond plat soudé, à une bride ou à une plaque
tubulaire, la résistance de l’assemblage peut exiger une
a) La règle C2.1.4 n’assure la résistance de
majoration locale de l’épaisseur (voir C2.3, C3.2, C6 et
l’enveloppe cylindrique que dans les régions éloignées
C7).
de ses extrémités. Au voisinage du raccordement avec
une autre enveloppe, un fond, une plaque tubulaire, une
bride, etc. la répartition des contraintes est modifiée et
l’épaisseur minimale nécessaire de l’enveloppe
cylindrique peut en être affectée.

pente < 1/3


l < 0,2 (D i + e0 ) e0

f f1 > f
e0
Di

Figure C2.1.5 - Raccordement de deux tronçons d’enveloppe cylindrique.

623
CODAP 2005 Division 1 x Partie C – CONCEPTION ET CALCULS
Section C2 – REGLES DE CALCUL DES ENVELOPPES CYLINDRIQUES, SPHERIQUES ET CONIQUES
SOUMISES A UNE PRESSION INTERIEURE

C2.2 - ENVELOPPE SPHERIQUES C2.2.2.4 - Sollicitations


C2.2.1 - Objet La règle du présent chapitre ne prend en compte que
l’action de la pression intérieure.
a) La règle du présent chapitre permet de déterminer
l’épaisseur d’une enveloppe sphérique, complète ou C2.2.3 - Notations
non, soumise à une pression intérieure.
De = Diamètre extérieur de l’élément
Une telle enveloppe peut être constituée de plusieurs d’enveloppe
éléments assemblés par des soudures bout à bout.
Di = Diamètre intérieur de l’élément
Le présent chapitre ne concerne pas la calotte d’enveloppe
sphérique des fonds torisphériques ni les fonds
Dm = Diamètre moyen de l’élément
hémisphériques, qui sont traités en C3.1, ni la calotte
d’enveloppe
des fonds à calotte sphérique boulonnés, qui sont traités
en C3.4. e = Epaisseur minimale nécessaire de
l’élément d’enveloppe
b) Les formules données en C2.2.4 ne concernent
que les régions de l’enveloppe éloignées de toute f = Contrainte nominale de calcul du matériau
discontinuité (raccordement avec une autre enveloppe, de l'enveloppe
ouverture, etc.).
P = Pression de calcul
Si l’enveloppe comporte des ouvertures, sa
z = Coefficient de soudure
résistance au voisinage de chaque ouverture doit en
outre être vérifiée au moyen des règles de la Section C5. Pour une situation exceptionnelle de
c) La règle du présent chapitre couvre la défaillance service ou d’essai de résistance : z = 1.
de l’enveloppe par déformation excessive et par rupture C2.2.4 - Règle de calcul
par fluage.
a) L’épaisseur minimale nécessaire d’un élément
C2.2.2 - Conditions d’application d’enveloppe sphérique est donnée par l’une ou l’autre
des formules :
C2.2.2.1 - Epaisseur
La présente règle ne s’applique que si : P ˜ Di
e (C2.2.4.1)
4f ˜ z  P
Dm t 5e (C2.2.2.1)
P ˜ Dm
C2.2.2.2 - Assemblages soudés e (C2.2.4.2)
4f ˜z
A chaque assemblage soudé, les fibres moyennes
doivent être, aux tolérances de fabrication près (voir P ˜ De
e (C2.2.4.3)
F1.5), dans le prolongement l’une de l’autre. 4f ˜ z  P
Si l’enveloppe est constituée de plusieurs éléments b) Au droit de la soudure d’assemblage de deux
d’épaisseurs différentes, le raccordement des surfaces éléments d’enveloppe sphérique constitués de matériaux
doit se faire par des pentes n’excédant pas 1/4. dont les contraintes nominales de calcul sont différentes,
C2.2.2.3 - Défauts de circularité l’épaisseur minimale nécessaire des deux éléments est
donnée par ces mêmes formules, en prenant pour f la
L’ovalisation et les écarts locaux de circularité de plus faible des deux contraintes nominales de calcul.
l’enveloppe doivent respecter les limites indiquées en
F1.5.

624
CODAP 2005 Division 1 x Partie C – CONCEPTION ET CALCULS
Section C2 – REGLES DE CALCUL DES ENVELOPPES CYLINDRIQUES, SPHERIQUES ET CONIQUES
SOUMISES A UNE PRESSION INTERIEURE

C2.3 - ENVELOPPES CONIQUES DE SECTION C2.3.2.2 - Grande base de l'enveloppe conique


DROITE CIRCULAIRE
Les règles C2.3.5 et C2.3.6 ne sont applicables que
C2.3.1 - Objet si :
a) Les règles du présent chapitre permettent de a) l'épaisseur utile de l'enveloppe conique à la
déterminer l'épaisseur d'une enveloppe conique de grande base est telle que :
section droite circulaire soumise à une pression
intérieure et de vérifier la résistance de l'assemblage e1,cône,u ˜ cos D
t 0,001 (C2.3.2.2a)
d'une telle enveloppe avec une enveloppe cylindrique de D m,1
même axe.
b) la longueur Lcône de l'enveloppe conique est au
L'enveloppe conique peut être constituée d'un seul moins égale à la longueur l1,cône.
ou de plusieurs tronçons (viroles) assemblés par des
soudures circulaires bout à bout ; chaque tronçon peut c) la longueur l1,cyl d'enveloppe cylindrique
être constitué de plusieurs éléments soudés de même participant à la résistance du raccordement à la grande
épaisseur ; les tronçons peuvent être d'épaisseurs base n'interfère pas avec la zone d'influence du
différentes. raccordement de cette enveloppe avec une autre
enveloppe, un fond, une plaque tubulaire ou une bride.
b) Les formules données en C2.3.4 concernent les Elle peut cependant interférer avec la longueur
régions de l'enveloppe conique éloignées de ses d'enveloppe cylindrique participant à la résistance d'une
extrémités. ouverture dans cette enveloppe, proche du raccordement
Si l'enveloppe comporte des ouvertures, sa résistance à la grande base (voir C5).
au voisinage de chaque ouverture doit en outre être La longueur l1,cône d'enveloppe conique participant à
vérifiée au moyen des règles de la Section C5. la résistance du raccordement à la grande base peut, elle
Les règles données en C2.3.5 et C2.3.6 permettent aussi, interférer avec la longueur d'enveloppe conique
de déterminer les épaisseurs nécessaires de l'enveloppe participant à la résistance d'une ouverture dans cette
conique et de l'enveloppe cylindrique à leur enveloppe, proche du raccordement à la grande base
raccordement à la grande base, respectivement par (voir C5).
l'intermédiaire d'une partie torique et à angle vif. d) Dans le cas d'un raccordement enveloppe
La règle donnée en C2.3.7 permet de vérifier conique  enveloppe cylindrique par l'intermédiaire
la résistance de l'assemblage enveloppe d'une partie torique, le rayon intérieur r1,t de la partie
conique – enveloppe cylindrique à la petite base. torique est tel que :
c) Les règles données en C2.3.8 concernent les r1, t d 0,3Dm,1 (C2.3.2.2d)
enveloppes coniques (non axisymétriques) raccordant
deux enveloppes cylindriques d'axes parallèles décalés. e) Dans le cas d'un raccordement enveloppe
conique  enveloppe cylindrique à angle vif :
d) Les règles du présent chapitre couvrent la
défaillance de l'enveloppe conique par déformation  l'assemblage est constitué par une soudure
excessive et par rupture par fluage. Elles assurent en bout à bout avec reprise envers assurant - par
outre l'adaptation plastique globale du raccordement meulage si nécessaire - un raccordement
enveloppe conique – enveloppe cylindrique à la grande régulier des surfaces intérieures des deux
base et à la petite base. enveloppes comme indiqué en Annexe FA1 ;
Elles couvrent également la défaillance par  la soudure d'assemblage est soumise aux
instabilité élastique et élastoplastique du raccordement contrôles non destructifs à 100 % prévus
enveloppe conique – enveloppe cylindrique à la grande dans la partie I.
base.
C2.3.2 - Conditions d’applications
C2.3.2.1 - Dimensions de l'enveloppe conique
La règle C2.3.4 ne s'applique qu'aux enveloppes
dont le demi angle au sommet D n'excède pas 60° et
telles que, dans toute section droite :
Dm
t 5e (C2.3.2.1)
cos D

625
CODAP 2005 Division 1 x Partie C – CONCEPTION ET CALCULS
Section C2 – REGLES DE CALCUL DES ENVELOPPES CYLINDRIQUES, SPHERIQUES ET CONIQUES
SOUMISES A UNE PRESSION INTERIEURE

C2.3.2.3 - Petite base de l'enveloppe conique Di = Diamètre intérieur de l'enveloppe conique,


dans la section droite considérée (voir
La règle C2.3.7 n'est applicable que si :
figure C2.3.3a)
a) Dans le cas d'un raccordement enveloppe conique
Dm = Diamètre moyen de l'enveloppe conique,
 enveloppe cylindrique par l'intermédiaire d'une partie dans la section droite considérée (voir
torique : figure C2.3.3a)
 le rayon intérieur r2,t de la partie torique (voir Di,1 = Diamètre intérieur de l'enveloppe
figure C2.3.7b) est tel que : cylindrique avec laquelle se raccorde
r2, t d 0,1Dm,2 (C2.3.2.3a) l'enveloppe conique à sa grande base
Dm,1 = Diamètre moyen de l'enveloppe
 l'épaisseur admise de la partie torique est au cylindrique avec laquelle se raccorde
moins égale à la plus grande des épaisseurs l'enveloppe conique à sa grande base
admises des deux enveloppes adjacentes.
b) Dans le cas d'un assemblage à angle vif
comportant un anneau-renfort rapporté :
 l'épaisseur utile et la largeur de l'anneau-renfort
sont respectivement au plus égales à :
x 1,5 e2,cône et l2,cône si l'anneau-renfort est
rapporté sur l’enveloppe conique,
x 1,5 e2,cyl et l2,cyl si l'anneau-renfort est
rapporté sur l’enveloppe cylindrique.
 l'anneau-renfort rapporté sur l'une des
enveloppes est solidarisé par soudure avec
l'autre enveloppe.
Figure C2.3.3a
C2.3.2.4 - Assemblages soudés
a) A chaque assemblage soudé autre que circulaire,
les fibres moyennes doivent être, aux tolérances de Dm,2 = Diamètre moyen de l'enveloppe
fabrication près (voir F1.5), dans le prolongement l'une cylindrique avec laquelle se raccorde
de l'autre. l'enveloppe conique à sa petite base
b) A chaque assemblage soudé circulaire de deux Dk = Diamètre intérieur à la grande base de
éléments d'enveloppe d'épaisseurs différentes, les fibres l'enveloppe conique à la distance l k de son
moyennes peuvent être décalées, sans toutefois que ce extrémité (voir figures C2.3.5 et C2.3.6)
décalage aille, aux tolérances de fabrication près (voir
F1.5), au-delà de l'alignement des faces externes ou Dk Di,1  2r1, t 1  cos D  2l k ˜ sin D
internes. Le raccordement des surfaces doit se faire par
une pente n'excédant pas 1/3. (C2.3.3.1)

C2.3.2.5 - Défauts de circularité Dans le cas d’un raccordement à angle vif,


prendre r1,t 0 dans cette formule.
L'ovalisation et les écarts locaux de circularité de
l'enveloppe doivent rester dans les limites indiquées en e = Epaisseur minimale nécessaire de
F1.5. l'enveloppe conique dans la section droite
considérée
C2.3.2.6 - Sollicitations
e1,cône = Epaisseur minimale nécessaire de
Les règles du présent chapitre ne prennent en l'enveloppe conique à sa grande base
compte que l'action de la pression intérieure.
e1,cône,u = Epaisseur utile de l'enveloppe conique à sa
C2.3.3 - Notations grande base
De = Diamètre extérieur de l'enveloppe conique, e1,cyl = Epaisseur minimale nécessaire de
dans la section droite considérée (voir l'enveloppe cylindrique avec laquelle se
figure C2.3.3a) raccorde l'enveloppe conique à sa grande
base

626
CODAP 2005 Division 1 x Partie C – CONCEPTION ET CALCULS
Section C2 – REGLES DE CALCUL DES ENVELOPPES CYLINDRIQUES, SPHERIQUES ET CONIQUES
SOUMISES A UNE PRESSION INTERIEURE

e2,cône = Epaisseur admise de l'enveloppe conique à Lcône = Longueur de l'enveloppe conique, mesurée
sa petite base comme l'indiquent les figures C2.3.5,
C2.3.6 et C2.3.7
Si l'épaisseur de l'enveloppe conique n'est
pas constante, e2,cône est l'épaisseur l1,cône = Longueur d'enveloppe conique, mesurée
moyenne admise sur la longueur l2,cône. comme l'indiquent les figures C2.3.5 et
C2.3.6, participant à la résistance du
e2,cyl = Epaisseur admise de l'enveloppe
raccordement à la grande base
cylindrique avec laquelle se raccorde
l'enveloppe conique à sa petite base  Dans le cas d'un raccordement à angle
vif :
Si l'épaisseur de l'enveloppe cylindrique
n'est pas constante, e2,cyl est l'épaisseur
Dm,1 ˜ e1, cône
moyenne admise sur la longueur l2,cyl. l1, cône 1,4 (C2.3.3.2)
cos D
ej = Epaisseur minimale entrant dans la
détermination des épaisseurs minimales  Dans le cas d'un raccordement par
nécessaires e1,cyl et e1,cône des enveloppes l'intermédiaire d'une partie torique :
conique et cylindrique à leur raccordement
à la grande base ª­ ½ º
«° Dm,1 ˜ e1,cône ° »
et = Epaisseur minimale nécessaire de la partie «°1,4 ° »
torique raccordant à sa grande base une «° cos D ° »
enveloppe conique avec une enveloppe «® ¾ ,»
cylindrique «° §¨ e1,cône,u ·¸ D° »
«° ¨ r1, t  ¸ ˜ tg ° »
l1,cône MAX « ¨ 2 ¸ 2° »
f = Contrainte nominale de calcul du matériau °
de l'enveloppe conique «¯ © ¹ ¿ »
«­ ½ »
f1,cyl = Contrainte nominale de calcul du matériau «°° Dm,1 ˜ e1,cône °° »
de l'enveloppe cylindrique adjacente à la «®0,7 ¾ »
«° cos D ° »
grande base «¯° ° »
¬ ¿ ¼
f2,cyl = Contrainte nominale de calcul du matériau
de l'enveloppe cylindrique adjacente à la (C2.3.3.3)
petite base La valeur ainsi définie place la limite
ft = Contrainte nominale de calcul du matériau de la zone d'enveloppe conique
de la partie torique de raccordement à la participant à la résistance du
grande base raccordement au plus éloigné des
points situés respectivement à :
fr = Contrainte nominale de calcul du matériau
du renfort à la petite base Dm,1 ˜ e1,cône
x 1,4 de l'intersection
fmin,1 = MIN ^ f , f1, cyl , f t ` cos D
des fibres moyennes de l'enveloppe
Si le raccordement à la grande base est à conique et de l'enveloppe
angle vif : cylindrique,
f min,1 MIN ^ f , f1, cyl `
Dm,1 ˜ e1,cône
x
MIN ^ f , f 2,cyl `
0,7 de la ligne de
fmin,2 = cos D
tangence enveloppe conique  partie
torique,
(voir figure C2.3.3b).

627
CODAP 2005 Division 1 x Partie C – CONCEPTION ET CALCULS
Section C2 – REGLES DE CALCUL DES ENVELOPPES CYLINDRIQUES, SPHERIQUES ET CONIQUES
SOUMISES A UNE PRESSION INTERIEURE

l1,cyl = Longueur d'enveloppe cylindrique, l2,cône = Longueur d'enveloppe conique, mesurée


mesurée comme l'indiquent les figures comme l'indiquent les figures C2.3.7a, b, c
C2.3.5 et C2.3.6, participant à la résistance et d, participant à la résistance du
du raccordement à la grande base. raccordement à la petite base.
 Dans le cas d'un raccordement à angle  Dans le cas général :
vif :
l2,cône = l2,cône,n
l1,cyl 1,4 Dm,1 ˜ e1,cyl (C2.3.3.4)  Dans le cas où la longueur l2,cône,n
interfère avec la longueur l1,cône
 Dans le cas d'un raccordement par d’enveloppe conique participant à la
l'intermédiaire d'une partie torique : résistance de raccordement à la grande
base, prendre pour l2,cône une valeur
ª­ ½ º réduite :
«°1,4 D ˜ e ° »
«° m,1 1,cyl
°° » l2,cône = l2,cône,r = Lcône  l1,cône
«° § »
«® ¨ e1,cône,u ·¸ D ¾ ,»
° ˜ tg ° »  Dans le cas où la longueur l2,cône,n
l1,cyl MAX «° ¨¨ r1,t  2 ¸¸ 2° interfère avec la longueur d’enveloppe
«° © ¹ °¿ »
«¯ » conique prise en compte (voir Note)
«­° ½° » pour la vérification de la résistance
«® 0,5 Dm,1 ˜ e1,cyl ¾ » d’une ouverture proche de la petite
«°̄ °¿ »
¬ ¼ base (voir C5), prendre pour l2,cône une
valeur réduite :
(C2.3.3.5) l2,cône = l2,cône,r
La valeur ainsi définie place la limite déterminée comme l’indique la figure
de la zone d'enveloppe cylindrique C2.3.3d.
participant à la résistance du Note : La valeur de cette longueur et celle de la
raccordement au plus éloigné des longueur l2,cône,r ou l2,cyl,r sont, dans ces cas,
points situés respectivement à : interdépendantes. Leur détermination peut donc
être faite au mieux des besoins de la vérification
x 1,4 Dm,1 ˜ e1,cyl de l'intersection des de la résistance de chacune des deux
discontinuités voisines concernées.
fibres moyennes de l'enveloppe
conique et de l'enveloppe l2,cône,n = Valeur normale de la longueur l2,cône :
cylindrique,
Dm,2 ˜ e2,cône
l 2,cône,n (C2.3.3.6)
x 0,5 Dm,1 ˜ e1,cyl de la ligne de cos D
tangence enveloppe cylindrique 
partie torique,
(voir figure C2.3.3c).

628
CODAP 2005 Division 1 x Partie C – CONCEPTION ET CALCULS
Section C2 – REGLES DE CALCUL DES ENVELOPPES CYLINDRIQUES, SPHERIQUES ET CONIQUES
SOUMISES A UNE PRESSION INTERIEURE

l2,cyl = Longueur d'enveloppe cylindrique, l2,cyl,n = Valeur normale de la longueur l2,cyl :


mesurée comme l'indiquent les figures
C2.3.7a, b, c et d, participant à la résistance l 2,cyl,n Dm,2 ˜ e2,cyl (C2.3.3.7)
du raccordement à la petite base.
 Dans le cas général : lk = Longueur, mesurée le long de l'enveloppe
conique comme l'indiquent les figures
l2,cyl l2,cyl,n C2.3.5 et C2.3.6, définissant la position du
diamètre Dk :
 Dans le cas où la longueur l2,cyl,n
interfère avec : Dm,1 ˜ e1,cône
lk 0,5 (C2.3.3.8)
x la zone d’influence du cos D
raccordement de l’enveloppe
cylindrique avec un fond, une P = Pression de calcul
plaque tubulaire, une bride ou r1,t = Rayon intérieur de la partie torique
avec une autre enveloppe conique raccordant, à sa grande base, une
de même axe à la grande base, enveloppe conique avec une enveloppe
x la longueur d’enveloppe cylindrique
cylindrique prise en compte (voir r2,t = Rayon intérieur de la partie torique
Note) pour la vérification de la raccordant, à sa petite base, une enveloppe
résistance : conique avec une enveloppe cylindrique
- d’une ouverture proche du s = Rapport des épaisseurs admises des deux
raccordement étudié (voir enveloppes à la petite base (anneau-renfort
C5), rapporté éventuel compris)
- du raccordement de
Si l’assemblage ne comporte pas d'anneau-
l’enveloppe cylindrique à la
renfort rapporté :
petite base d’une autre
enveloppe conique de même e2,cône
axe, s (C2.3.3.9)
e2,cyl
- du raccordement de
l’enveloppe cylindrique avec z = Coefficient de soudure
une enveloppe sphérique ou Pour une situation exceptionnelle de
une autre enveloppe service ou d'essai de résistance, ainsi que
cylindrique ou conique d’axes pour une enveloppe sans soudure
concourants, longitudinale, z = 1.
prendre pour l2,cyl une valeur réduite :
D = Demi-angle au sommet de l'enveloppe
l2,cyl = l2,cyl,r conique
déterminée comme l’indique la figure
C2.3.3d.
Note : La valeur de cette longueur et celle de la
longueur l2,cône,r ou l2,cyl,r sont, dans ces cas,
interdépendantes. Leur détermination peut donc
être faite au mieux des besoins de la vérification
de la résistance de chacune des deux
discontinuités voisines concernées.

629
CODAP 2005 Division 1 x Partie C – CONCEPTION ET CALCULS
Section C2 – REGLES DE CALCUL DES ENVELOPPES CYLINDRIQUES, SPHERIQUES ET CONIQUES
SOUMISES A UNE PRESSION INTERIEURE

0,5 D m,1 . e 1,cyl


e 1,cyl

l 1,cyl
L.T.
1,4 D m,1 . e 1,cyl

0,5 D m,1 . e 1,cyl e 1,cyl

.
L.T
1,4 D m,1 . e 1,cyl

l 1,cyl

L.T.

.
L.T

a) Cas ou l1,cyl est déterminée par la distance b) Cas ou l1,cyl est déterminée par la distance
0,5 Dm,1 ˜ e1, cyl . 1,4 Dm,1 ˜ e1,cyl .

Figure C2.3.3b - Détermination de la longueur l1,cyl.

630
CODAP 2005 Division 1 x Partie C – CONCEPTION ET CALCULS
Section C2 – REGLES DE CALCUL DES ENVELOPPES CYLINDRIQUES, SPHERIQUES ET CONIQUES
SOUMISES A UNE PRESSION INTERIEURE

L.T.

l 1,c

.
ôn
1,4

L. T
e
0,7
D m cos
,1

Dm os D
.e 1

,1 .
c
,cô

e1
D
ne

,cô
ne

L.T.
e
ôn
e 1,c

.
L.T
0,7

l 1,c
D m cos D

ôn
e
,1
.e
1
1,4

,cô
ne
D
m,
1
.e D
co
1,c
s
ôn
e

e
ôn
e 1,c

a) Cas ou l1,cône est déterminée par la distance b) Cas ou l1,cône est déterminée par la distance
Dm,1 ˜ e1,cône Dm,1 ˜ e1,cône
0,7 . 1,4 .
cos D cos D

Figure C2.3.3c - Détermination de la longueur l1,cône.

631
CODAP 2005 Division 1 x Partie C – CONCEPTION ET CALCULS
Section C2 – REGLES DE CALCUL DES ENVELOPPES CYLINDRIQUES, SPHERIQUES ET CONIQUES
SOUMISES A UNE PRESSION INTERIEURE

Note 1
e2,cyl

D m,2
l 2,cyl,r ( < D m,2 . e 2,cyl )

Dm,2 . e2,cône
l 2,cône,r < cos D

Note 2
Lc
ôn
e

n e

e 2,

Note 1 : Longueur d'enveloppe cylindrique participant à la résistance du raccordement avec une autre enveloppe, ou prise en compte pour la
vérification de la résistance d'une ouverture.
Note 2 : Longueur d'enveloppe conique participant à la résistance du raccordement à la grande base, ou prise en compte pour la vérification de la
résistance d'une ouverture.

Figure C2.3.3d

632
CODAP 2005 Division 1 x Partie C – CONCEPTION ET CALCULS
Section C2 – REGLES DE CALCUL DES ENVELOPPES CYLINDRIQUES, SPHERIQUES ET CONIQUES
SOUMISES A UNE PRESSION INTERIEURE

C2.3.4 - Règle de calcul de l’épaisseur de b) Lorsqu'un tronçon d'enveloppe conique est


l’enveloppe conique assemblé à un autre tronçon d'épaisseur plus faible
constitué d'un matériau dont la contrainte nominale de
a) Dans toute section droite, l'épaisseur minimale
calcul f1 est supérieure à f, son épaisseur utile à
nécessaire de l'enveloppe conique est donnée par l'une
l'extrémité peut être inférieure à l'épaisseur minimale
ou l'autre des formules :
théorique e0 donnée par la formule :
P ˜ Di 1
e (C2.3.4a1) P ˜ Di 1
2 f ˜ z  P cos D e0 (C2.3.4b)
2 f  P cos D
P ˜ Dm 1 pour autant que la longueur l, définie par la figure
e (C2.3.4a2)
2 f ˜ z cos D
C2.3.4, n'excède pas 0,2 Di  e0 e0 cos D .
P ˜ De 1
e (C2.3.4a3)
2 f ˜ z  P cos D

e0
f f1 >f

pente < 1/3


l < 0,2 ( D i + e0 ) e0 Di l < 0,2 ( Di + e0 ) e0
Di cos D cos D

D f1 > f D e0 pente < 1/3

Figure C2.3.4 - Raccordement de deux tronçons d'enveloppe conique.

633
CODAP 2005 Division 1 x Partie C – CONCEPTION ET CALCULS
Section C2 – REGLES DE CALCUL DES ENVELOPPES CYLINDRIQUES, SPHERIQUES ET CONIQUES
SOUMISES A UNE PRESSION INTERIEURE

C2.3.5 - Raccordement d’une enveloppe conique et b) enveloppe conique :


d'une enveloppe cylindrique à la grande base par
­ § P ˜ Dk 1 ·½
une partie torique e1,cône MAX ® e j , ¨ ¸¾ (C2.3.5.1b)
¯ © 2 f ˜ z  P cos D ¹¿
C2.3.5.1 - Les épaisseurs minimales nécessaires de
l’enveloppe cylindrique, de l’enveloppe conique et de la L'épaisseur utile de l'enveloppe conique doit être au
partie torique sont données par les relations : moins égale à e1,cône sur une longueur, mesurée à partir
a) enveloppe cylindrique : de la ligne de tangence de l’enveloppe conique et de la
partie torique (voir figure C2.3.5), au moins égale à
­ § P ˜ Di,1 ·½ l1,cône .
e1,cyl MAX® e j , ¨¨ ¸¾
¸ (C2.3.5.1a)
¯ © 2 f1,cyl˜ z  P ¹¿ c) partie torique :
L'épaisseur utile de l'enveloppe cylindrique doit être et e1,cône (C2.3.5.1c)
au moins égale à e1,cyl sur une longueur, mesurée à partir
de la ligne de tangence de l’enveloppe cylindrique et de C2.3.5.2 - L’épaisseur ej intervenant dans les relations
la partie torique (voir figure C2.3.5), au moins égale à C2.3.5.1a et C2.3.5.1b est donnée par la formule :
l1,cyl .
P ˜ Dm,1 ˜ E
ej (C2.3.5.2.1)
2 f min,1 ˜ J

dans laquelle :
­° § 1 Dm,1 tg D § 0,0005 · D ·¸½°
E MAX ®(1) , ¨  ¨¨ 0,1  ¸ ¾
°̄ ¨© 3 e j 1  1 cos D © P f min,1 ¸¹ 60 ¸¹°¿
D m,1 (C2.3.5.2.2)
D i,1 U
J 1 (C2.3.5.2.3)
§ 0,2 ·
1,2 ¨¨1  ¸
e 1,cyl © U ¸¹
l 1,cyl

Le coefficient U est donné par la formule :


O ˜ r1, t D (C2.3.5.2.4)
U
L.T. Dm,1 ˜ e j 1  1 cos D

e 1,cône r 1 ,t dans laquelle :


lk

2, 5
§r D ·
Dk ¨ 1,t i,1 ¸
O 0,02  0,006 ¨ ¸ (C2.3.5.2.5)
e ¨ 0,12 ¸
1,c
ôn © ¹
e

Dans les formules C2.3.5.2.2 et C2.3.5.2.4, la valeur


D de D doit être exprimée en degrés.
l 1,

T.
L.

ne

Les valeurs de E et U données respectivement par ces


Lc

deux formules étant fonction de l’épaisseur ej, le calcul


ôn

de cette épaisseur au moyen de la formule C2.3.5.2.1 est


e

itératif. A cet égard, toute valeur arbitraire attribuée à ej


Figure C2.3.5 - Raccordement à la grande base pour calculer E et U constitue une approximation
d'une enveloppe conique par une partie torique. acceptable de la valeur exacte de ej si la valeur qui
résulte de l'application de la formule C2.3.5.2.1 n'est pas
inférieure à cette valeur arbitraire.

634
CODAP 2005 Division 1 x Partie C – CONCEPTION ET CALCULS
Section C2 – REGLES DE CALCUL DES ENVELOPPES CYLINDRIQUES, SPHERIQUES ET CONIQUES
SOUMISES A UNE PRESSION INTERIEURE

C2.3.6 - Raccordement à angle vif d’une enveloppe b) L'épaisseur utile de l'enveloppe cylindrique doit
conique et d'une enveloppe cylindrique à la grande être au moins égale à e1,cyl sur une longueur au moins
base égale à l1,cyl, et l'épaisseur utile de l'enveloppe conique
doit être au moins égale à e1,cône sur une longueur au
a) Les épaisseurs minimales nécessaires de
moins égale à l1,cône, ces deux longueurs étant mesurées
l’enveloppe cylindrique et de l’enveloppe conique sont
à partir de l’intersection des fibres moyennes des deux
respectivement données par les relations C2.3.5.1a et
enveloppes (voir figure C2.3.6).
C2.3.5.1b.
c) Les épaisseurs d'enveloppe cylindrique et/ou
L’épaisseur ej intervenant dans ces relations est
conique peuvent être augmentées au voisinage du
donnée par la formule C2.3.5.2.1 dans laquelle le
raccordement et réduites au-delà, à condition que :
coefficient J est égal à 1 (voir Note).
 les épaisseurs moyennes d'enveloppes sur les
Note : Cette valeur est celle que prend J quand le rayon r1,t de la
partie torique est pris égal à zéro dans la formule C2.3.5.2.4.
longueurs l1,cyl et l1,cône soient au moins égales
respectivement aux valeurs e1,cyl et e1,cône (voir
La valeur du coefficient E qui résulte de l'application figure C2.3.6),
de la formule C2.3.5.2.2 est alors donnée par le
 les épaisseurs utiles d'enveloppes soient en tout
graphique C2.3.6.
point au moins égales aux épaisseurs
minimales nécessaires données par les règles
C2.1.4 (enveloppe cylindrique) et C2.3.4
(enveloppe conique).

D m,1 D m,1
D i,1 D i,1

Note 1
l 1,cyl

e1,cyl
e1,cyl
l 1,cyl

Dk
e
ôn
lk

c
1,
e
Dk
Note 1
D
l 1,c

lk

ne
ôn


e 1,
e
Lc

D
ôn
e

l 1,

n e
Lc
ôn
e

a) Cas où les épaisseurs sont constantes b) Cas où les épaisseurs sont variables
sur les longueurs d'enveloppe participant à la sur les longueurs d'enveloppe participant à la
résistance du raccordement. résistance du raccordement.
Note 1 : Surfaces égales.

Figure C2.3.6 - Raccordement à angle vif à la grande base d'une enveloppe conique.

635
CODAP 2005 Division 1 x Partie C – CONCEPTION ET CALCULS
Section C2 – REGLES DE CALCUL DES ENVELOPPES CYLINDRIQUES, SPHERIQUES ET CONIQUES
SOUMISES A UNE PRESSION INTERIEURE

60°
5

55°

50°
4

45°

40°

3 35°

30°

25°

2 20°

15°

10°

0
0,001 0,01 0,1 P / fmin,1

Graphique C2.3.6 - Valeurs du coefficient E pour un raccordement à angle vif


à la grande base d'une enveloppe conique.

636
CODAP 2005 Division 1 x Partie C – CONCEPTION ET CALCULS
Section C2 – REGLES DE CALCUL DES ENVELOPPES CYLINDRIQUES, SPHERIQUES ET CONIQUES
SOUMISES A UNE PRESSION INTERIEURE

C2.3.7 - Raccordement d'une enveloppe conique et – le coefficient ks est donné par la relation
d'une enveloppe cylindrique à la petite base C2.3.7.2.3 ou par le graphique C2.3.7.2.3.
Le coefficient ks0 qui, dans la relation
C2.3.7.1 - La présente règle s'applique aux assemblages
C2.3.7.2.3, rend compte de l'influence du
à angle vif (voir figure C2.3.7a) et aux assemblages par
rapport s des épaisseurs admises de
l'intermédiaire d'une partie torique (voir figure C2.3.7b).
l’enveloppe conique et de l’enveloppe
L'assemblage peut comporter un renfort incorporé cylindrique, est donné par la formule
(figure C2.3.7c). Un assemblage à angle vif peut C2.3.7.2.4.
comporter un anneau-renfort rapporté sur l’enveloppe
Lorsque s 1: ks ks0 1
conique (figure C2.3.7d) ou sur l’enveloppe cylindrique.
 le coefficient de soudure z n’est à prendre en
C2.3.7.2 - La résistance de l'assemblage est vérifiée en
compte que si l'enveloppe concernée comporte
s'assurant que la relation C2.3.7.2.1 est satisfaite.
une soudure longitudinale.
Dans cette relation :
 si fr est supérieur à f et f2,cyl, prendre pour fr
 le coefficient k est donné par la formule la plus grande des deux valeurs f ou f2,cyl.
C2.3.7.2.2 (dans laquelle l’angle D doit être
 les surfaces S, Scyl, Sr et G sont définies par les
exprimé en degrés) ou par le graphique
figures C2.3.7a à C2.3.7d qui illustrent
C2.3.7.2.2,
quelques-unes des configurations les plus
usuelles à partir desquelles il est possible de
traiter d'autres configurations.

ª
º

k ˜ k s « S f ˜ z  0,5 P  S cyl §¨ f 2,cyl ˜ z  0,5 P ·¸  S r f r  0,5 P » t P ˜ G
«¬ © ¹ »¼
(C2.3.7.2.1)

P P
k 1  2,92 ˜10 3 D  7,84 ˜10  2 D  3,70 ˜10  2 D
f min,2 f min,2
2 (C2.3.7.2.2)
2 P 3 D 12 § D ·
 2,21 ˜10 D  1,65 ˜10  9,94 ˜10 ¨ ¸
¨P f ¸
f min,2 P f min,2 © min,2 ¹

­° § § P f min,2 · · ½°
ks MIN ® 1 ; ¨ k s0  s 1  k s0 ¨
¨ 0,1
¸¸ ¾
¸¸ (C2.3.7.2.3)
°̄ ¨
© © ¹ ¹ °¿

1  1,80858s  2,70972s 2  0,097955s 3


ks0 (C2.3.7.2.4)
1,53075  2,77213s  3,04456s 2

637
CODAP 2005 Division 1 x Partie C – CONCEPTION ET CALCULS
Section C2 – REGLES DE CALCUL DES ENVELOPPES CYLINDRIQUES, SPHERIQUES ET CONIQUES
SOUMISES A UNE PRESSION INTERIEURE

k
1
D

10°

20°

30°

40°

50°
0,9
60°

0,8

0,7
0,001 0,01 0,1 P / fmin,2
Graphique C2.3.7.2.2 - Valeurs du coefficient k.

638
CODAP 2005 Division 1 x Partie C – CONCEPTION ET CALCULS
Section C2 – REGLES DE CALCUL DES ENVELOPPES CYLINDRIQUES, SPHERIQUES ET CONIQUES
SOUMISES A UNE PRESSION INTERIEURE

ks

0,1 0,05

0,1 0,02 P / f min,2

0,95 0,01

0,5

0,005
0,002
0,9

0,2
0,001
0,85

d 0,01
0,8

0,75

0,7
0 0,5 1 1,5 2 2,5 3 s

Graphique C2.3.7.2.3 - Valeurs du coefficient ks.

639
CODAP 2005 Division 1 x Partie C – CONCEPTION ET CALCULS
Section C2 – REGLES DE CALCUL DES ENVELOPPES CYLINDRIQUES, SPHERIQUES ET CONIQUES
SOUMISES A UNE PRESSION INTERIEURE

Dm,2 Dm,2
Scyl

cyl

e2,cyl e2,cyl
l 2,cyl

l 2,cyl D m,2
0,1
en
,cô
l2

e2 e
,c c ôn
ôn
e e 2,

l 2, c
ôn
e

e
n

Lc
L

ôn
e

a) Raccordement à angle vif b) Raccordement par une partie torique.

Figure C2.3.7 - Raccordements à la petite base d'une enveloppe conique.

640
CODAP 2005 Division 1 x Partie C – CONCEPTION ET CALCULS
Section C2 – REGLES DE CALCUL DES ENVELOPPES CYLINDRIQUES, SPHERIQUES ET CONIQUES
SOUMISES A UNE PRESSION INTERIEURE

Dm,2 Dm,2
Scyl

e2,cyl e2,cyl
l 2,cyl

l 2,cyl
S

l 2,c
ne

er
,cô

Lc
ôn
e

l2

e
ôn

ôn
e
Lc

e2 ne
,c cô
ôn
e e 2,

c) Raccordement avec renfort incorporé et épaisseurs d) Raccordement avec anneau-renfort rapporté


variables

Figure C2.3.7 - Raccordements à la petite base d'une enveloppe conique. (suite)

641
CODAP 2005 Division 1 x Partie C – CONCEPTION ET CALCULS
Section C2 – REGLES DE CALCUL DES ENVELOPPES CYLINDRIQUES, SPHERIQUES ET CONIQUES
SOUMISES A UNE PRESSION INTERIEURE

C2.3.8 - Enveloppe conique raccordant deux C2.3.8.3 - A la petite base, la résistance de l'assemblage
enveloppes cylindriques d'axes parallèles décalés doit être vérifiée au moyen des règles C2.3.7, en prenant
pour angle D la même valeur Dmax.
C2.3.8.1 - Les présentes règles concernent les
enveloppes coniques (non axisymétriques) raccordant C2.3.8.4 - En tout point, l'épaisseur minimale nécessaire
deux enveloppes cylindriques non coaxiales satisfaisant de l'enveloppe conique est donnée par la relation :
aux conditions suivantes :
e MAX ^ e1,cône , e2,cône ` (C2.3.8.4)
 les axes de ces enveloppes sont parallèles et
leur entraxe G n'est pas supérieur à la différence
de leurs rayons extérieurs,
 leurs raccordements avec l'enveloppe conique
s'effectuent selon une section perpendiculaire à
leurs axes (voir figure C2.3.8.4). D max
C2.3.8.2 - A la grande base, les épaisseurs minimales
nécessaires de l'enveloppe conique et de l'enveloppe G
cylindrique doivent être déterminées au moyen des
règles C2.3.5 (si le raccordement s'effectue par
l'intermédiaire d'une partie torique) ou C2.3.6 (si le
raccordement est à angle vif), en prenant pour angle D la
plus grande valeur Dmax que présente l'angle des
génératrices des deux enveloppes (voir figure C2.3.8.4). Figure C2.3.8.4

642
CODAP 2005 Division 1

643
CODAP 2005 Division 1

PARTIE C
CONCEPTION ET CALCULS

SECTION C3
REGLES DE CALCUL DES FONDS SOUMIS A UNE PRESSION
INTERIEURE
C3.1 - FONDS BOMBES C3.1.2 - Conditions d’application
C3.1.1 - Objet C3.1.2.1 - Dimensions des fonds
a) Les règles du présent chapitre permettent de Les dimensions des fonds doivent être telles que :
déterminer l’épaisseur des fonds bombés de révolution
a) Fonds elliptiques :
soumis à une pression sur leur face concave.
Di
Ces règles concernent les fonds suivants : x 1,7  d 2,2
2 hi
– Fonds elliptiques, traités en C3.1.4,
– Fonds torisphériques (fonds à méridienne en x De t 12,5 e
anse de panier), traités en C3.1.5,
x épaisseur utile t 0,001 De
– Fonds hémisphériques, traités en C3.1.6.
b) Fonds torisphériques :
Ces fonds peuvent être en un seul élément sans
soudure ou constitués de plusieurs éléments assemblés x R d De
par soudure bout à bout. Dans le cas d’un fond
torisphérique ou hémisphérique, ces éléments peuvent x 0,06 Di d r d 0,2 Di
être d’épaisseurs différentes.
x r t 2e
b) Les règles C3.1.4, C3.1.5 et C3.1.6 permettent de
déterminer l’épaisseur d’un fond sans ouverture. x De t 12,5 e
Si le fond comporte des ouvertures, sa résistance au x épaisseur utile de la région
voisinage de chaque ouverture doit en outre être vérifiée périphérique t 0,001De .
au moyen des règles de la Section C5.
c) Fonds hémisphériques :
Le paragraphe C3.1.7 donne les règles à respecter
pour l’assemblage d’un fond bombé avec une enveloppe ª º
cylindrique. x De t 6 MAX «§¨ e ·¸ ; §¨ e1 ou e2 ·¸»
¬«© ¹ © ¹»¼
Le paragraphe C3.1.8 donne les règles à respecter
pour l’assemblage d’un fond bombé avec une bride ou C3.1.2.2 - Fonds constitués de plusieurs éléments
un collet. soudés
c) Les règles du présent chapitre couvrent la a) Un fond elliptique ou torisphérique ne doit
défaillance du fond par déformation excessive, par comporter, dans la région à faible rayon de courbure,
rupture par fluage et par instabilité élastique et que des soudures situées, aux tolérances de fabrication
élastoplastique. près, dans un plan méridien ou dans un plan parallèle à
l’axe du fond dont la distance à cet axe est au plus égale
Elles assurent en outre l’adaptation plastique globale à 0,2De.
de la région à faible rayon de courbure des fonds
elliptiques ou torisphériques. Par région à faible rayon de courbure, il faut
entendre la région du fond dont la distance à l’axe est
supérieure à 0,4De (région 2 de la figure C3.1.2.2a).

644
CODAP 2005 Division 1 x Partie C – CONCEPTION ET CALCULS
Section C3 – REGLES DE CALCUL DES FONDS SOUMIS A UNE PRESSION INTERIEURE

Deux exemples de fonds dont les soudures A chaque assemblage soudé, les fibres moyennes
remplissent cette condition sont donnés par les figures doivent être, aux tolérances de fabrication près (voir
C3.1.2.2b et c. F1.5), dans le prolongement l’une de l’autre.
A chaque assemblage soudé d’éléments de même Si le fond est constitué d’éléments d’épaisseurs
épaisseur, les fibres moyennes doivent être, aux différentes, le raccordement doit se faire par des pentes
tolérances de fabrication près (voir F1.5), dans le n’excédant pas 1/4.
prolongement l’une de l’autre.
C3.1.2.3 - Défauts de forme
Un fond torisphérique constitué de plusieurs
Les défauts de forme des fonds doivent respecter les
éléments soudés d’épaisseurs différentes doit satisfaire
limites indiquées en F1.5.
aux conditions indiquées en C3.1.5.2a.
C3.1.2.4 - Sollicitations
b) Dans le cas d’un fond hémisphérique, la
disposition des soudures est indifférente. Les règles du présent chapitre ne prennent en
compte que l’action de la pression intérieure.

a) Fond elliptique b) Fond torisphérique


Figure C3.1.1.

a) b) c)
1 - Région où la disposition des soudures est indifférente pour l’application des règles de calcul.
2 - Région où la disposition des soudures n’est pas indifférente pour l’application des règles de calcul.

Figure C3.1.2.2 - Position des soudures d’un fond elliptique ou torisphérique


constitué de plusieurs éléments soudés.

645
CODAP 2005 Division 1 x Partie C – CONCEPTION ET CALCULS
Section C3 – REGLES DE CALCUL DES FONDS SOUMIS A UNE PRESSION INTERIEURE

C3.1.3 - Notations C3.1.4 - Fonds elliptiques


De = Diamètre extérieur du fond L’épaisseur minimale nécessaire d’un fond elliptique
est celle, donnée par la règle C3.1.5.1, du fond
Di = Diamètre intérieur du fond torisphérique équivalent dont les rayons r et R sont
= Epaisseur minimale nécessaire d’un fond donnés par les formules :
e
d’épaisseur uniforme ª º
ou « »
Di ««  0,08»»
1
r (C3.1.4.1)
Epaisseur minimale nécessaire de la région § D ·
périphérique d’un fond torisphérique « 2 ¨¨ i ¸¸ »
constitué de plusieurs éléments soudés ¬« © 2 hi ¹ ¼»
d’épaisseurs différentes ª § D · º
R Di «0,44 ¨¨ i ¸¸  0,02» (C3.1.4.2)
e1 = Epaisseur minimale nécessaire d’un fond «¬ © 2 hi ¹ »¼
hémisphérique au droit de la soudure
d’assemblage avec l’enveloppe cylindrique Pour un fond elliptique conforme à la norme
(voir figure C3.1.7.4) § D ·
NF E 81-103 (Décembre 1997) ¨¨ i 1,9 ¸¸ , ces
e2 = Epaisseur minimale nécessaire d’un fond © 2 hi ¹
hémisphérique au droit de la soudure formules s’écrivent :
d’assemblage avec une bride ou un collet à
collerette soudée en bout (voir figure r = 0,183 Di (C3.1.4.3)
C3.1.8.5) R = 0,856 Di (C3.1.4.4)
es = Epaisseur minimale nécessaire de la C3.1.5 - Fonds torisphériques
calotte sphérique d’un fond torisphérique
C3.1.5.1 - Fonds torisphériques d’épaisseur uniforme
f = Contrainte nominale de calcul du matériau
du fond a) L’épaisseur minimale nécessaire d’un fond
torisphérique en un seul élément ou constitué de
hc = Hauteur du bord cylindrique d’un fond plusieurs éléments soudés de même épaisseur est
elliptique ou torisphérique donnée par la relation :
hi = Flèche intérieure théorique d’un fond
ª º
MAX «§¨ es ·¸ ; §¨ e y ·¸ ; §¨ eb ·¸»
elliptique
e (C3.1.5.1a)
P = Pression de calcul «¬© ¹ © ¹ © ¹»¼

R = Rayon intérieur de la calotte sphérique b) L’épaisseur es est donnée par la formule :


d’un fond torisphérique ou du fond
torisphérique équivalent à un fond P˜ R
es (C3.1.5.1b)
elliptique 2 f ˜ z  0,5 P
ou dans laquelle z = 1 si le fond est constitué d’un seul
Rayon intérieur d’un fond hémisphérique élément sans soudure.

r = Rayon de carre d’un fond torisphérique c) L’épaisseur ey est donnée par la formule :
(rayon intérieur de l’élément torique dans
E §¨ 0,75 R  0,2 Di ·¸
P
un plan méridien) ou du fond torisphérique ey (C3.1.5.1c)
© ¹ f
équivalent à un fond elliptique
z = Coefficient de soudure. dans laquelle le coefficient E est donné par le graphique
C3.1.5 ou par les formules du tableau C3.1.5.1c.
Pour une situation exceptionnelle de
service ou d’essai de résistance : z = 1. d) L’épaisseur eb est donnée par la formule :
0,55 0, 667
§D · §P·
eb 0,0433 §¨ 0,75 R  0,2 Di ·¸ ¨ i ¸ ¨ ¸
© ¹ ¨ r ¸ ¨ f ¸
© ¹ © ¹
(C3.1.5.1d)
Lorsque ey > 0,005 Di, il n’y a pas lieu de tenir
compte de la valeur de eb dans la relation C3.1.5.1a.

646
CODAP 2005 Division 1 x Partie C – CONCEPTION ET CALCULS
Section C3 – REGLES DE CALCUL DES FONDS SOUMIS A UNE PRESSION INTERIEURE

e) Lorsque le fond est constitué d’éléments dont les


matériaux ont des contraintes nominales de calcul
différentes, la valeur de f à introduire dans les formules
ci-dessus est la plus faible valeur de ces contraintes
nominales de calcul.
Tableau C3.1.5.1c
Le présent tableau donne les formules permettant de calculer la valeur du coefficient E entrant dans la formule C3.1.5.1c de calcul de
l’épaisseur minimale nécessaire ey de la région périphérique d’un fond torisphérique soumis à une pression sur sa face concave pour couvrir sa
défaillance par déformation excessive
La valeur du coefficient E est donnée par ces formules en fonction de l’épaisseur e de la région périphérique du fond, du rayon R et du rapport
r / Di aussi doit-elle être déterminée par approximations successives lorsqu’il s’agit de calculer l’épaisseur ey.
Les formules du Tableau C3.1.5.1c sont par contre d’application directe lorsqu’il s’agit de calculer la pression admissible d’un fond dont
l’épaisseur est connue, e étant alors l’épaisseur utile de la région périphérique du fond.

r
Pour = 0,06, la valeur du coefficient E est donnée par la formule :
Di

§ ·
E E 0,06 N ¨  0,3635Z 3  2,2124Z 2  3,2937Z  1,8873¸ (C3.1.5.1c1)
© ¹
r
Pour 0,06 < < 0,1, la valeur du coefficient E est donnée par la formule :
Di

ª§ º
« r ·¸ § r · »
E 25 «¨¨ 0,1  E  ¨¨  0,06 ¸¸ E 0,1 »
(C3.1.5.1c2)
Di ¸¸
0,06
«¨© ¹
¨ Di
©
¸
¹ »
¬ ¼
r
Pour = 0,1, la valeur du coefficient E est donnée par la formule :
Di

§ ·
E E 0,1 N ¨  0,1833 Z 3  1,0383 Z 2  1,2943 Z  0,8370 ¸ (C3.1.5.1c3)
© ¹
r
Pour 0,1 < < 0,2, la valeur du coefficient E est donnée par la formule :
Di

ª§ · § r · º
10 «« ¨ 0,2  ¸E ¨  0,1 E 0, 2 »»
¸
r
E 0,1  ¨ (C3.1.5.1c4)
¨ Di ¸ D ¸
«¬ © ¹ © i ¹ »¼

r
Pour = 0,2, la valeur du coefficient E est donnée par la relation :
Di

ª§ · º
E E 0, 2 MAX «¨ 0,532  1,843Y  78,375Y 2 ¸ ; §¨ 0,5 ·¸» (C3.1.5.1c5)
«©
¬ ¹ © ¹»¼

Les coefficients Y, Z et N sont donnés par les formules :

­§ · ½
°¨ e ¸ § · ° 1
Y MIN ® ; ¨ 0,04 ¸¾ (C3.1.5.1c6) N 1,006  (C3.1.5.1c8)
¨R¸ © ¹ ª º
°© ¹ °
«6,2  §¨ 90 Y ·¸ »
4
¯ ¿
«¬ © ¹ »¼
Z  log Y (C3.1.5.1c7)

647
CODAP 2005 Division 1 x Partie C – CONCEPTION ET CALCULS
Section C3 – REGLES DE CALCUL DES FONDS SOUMIS A UNE PRESSION INTERIEURE

C3.1.5.2 - Fonds torisphériques constitués de Lorsque ey > 0,005 Di, il n’y a pas lieu de tenir
plusieurs éléments soudés d’épaisseurs différentes compte de la valeur de eb dans la relation C3.1.5.2.
a) Un fond torisphérique constitué de plusieurs c) L’épaisseur minimale nécessaire de la région
éléments soudés disposés comme l’indique la figure centrale de la calotte sphérique du fond est l’épaisseur es
C3.1.5.2a et satisfaisant aux conditions indiquées sur la donnée par la formule C3.1.5.1b.
figure C3.1.5.2b, peut avoir dans la région centrale de la
Si la région centrale de la calotte sphérique et la
calotte sphérique une épaisseur plus faible que dans la
région périphérique du fond sont constituées de
région périphérique.
matériaux dont les contraintes nominales de calcul sont
Le raccordement entre les épaisseurs différentes doit différentes, l’épaisseur minimale nécessaire des deux
se faire sur la face interne et par une pente n’excédant éléments au droit de leur soudure d’assemblage est
pas 1/4. donnée par cette même formule, en prenant pour f la
plus faible des deux contraintes nominales de calcul.
b) L’épaisseur minimale nécessaire de la région
périphérique du fond est donnée par la relation :

ª º
e MAX «§¨ e y ·¸ ; §¨ eb ·¸» (C3.1.5.2)
«¬© ¹ © ¹»¼

dans laquelle ey et eb sont les épaisseurs calculées


respectivement au moyen des formules C3.1.5.1c et
C3.1.5.1d.

a) b)
1 - Région centrale de la calotte sphérique en un seul élément ou constituée de plusieurs éléments soudés de même épaisseur ; la disposition des
soudures est indifférente pour l’application de la règle de calcul.
2 - Région périphérique du fond en plusieurs éléments soudés de même épaisseur ; la disposition des soudures doit satisfaire à la condition
C3.1.2.2a.

Figure C3.1.5.2 - Fond torisphérique constitué d’éléments soudés d’épaisseurs différentes.

648
CODAP 2005 Division 1 x Partie C – CONCEPTION ET CALCULS
Section C3 – REGLES DE CALCUL DES FONDS SOUMIS A UNE PRESSION INTERIEURE

C3.1.6 - Fonds hémisphériques C3.1.7.3 - Fonds elliptiques ou torisphériques


a) L’épaisseur minimale nécessaire d’un fond a) L’assemblage d’un fond elliptique ou
hémisphérique est donnée par l’une ou l’autre des torisphérique avec une enveloppe cylindrique est le plus
formules : généralement réalisé par soudure bout à bout.
P ˜ De
e (C3.1.6.1) Il peut aussi être réalisé, dans les limites fixées en
4 f ˜zP Annexe FA1, par assemblage à recouvrement par
double soudure ou par soudure unique.
P˜R
e (C3.1.6.2) b) A l’assemblage par soudure bout à bout d’un fond
2 f ˜ z  0,5 P
et d’une enveloppe cylindrique, les fibres moyennes
dans lesquelles z = 1 si le fond est constitué d’un seul peuvent être décalées, sans toutefois que ce décalage
élément sans soudure. aille, aux tolérances de fabrication près (voir F1.5), au-
b) Au droit de la soudure d’assemblage de deux delà de l’alignement des faces externes ou internes. Le
éléments du fond constitués de matériaux dont les raccordement des surfaces doit se faire par une pente
contraintes nominales de calcul sont différentes, n’excédant pas 1/3.
l’épaisseur minimale nécessaire des deux éléments est c) La hauteur hc du bord cylindrique du fond doit
donnée par ces mêmes formules, en prenant pour f la être suffisante pour satisfaire aux conditions
plus faible de deux contraintes nominales de calcul. d’assemblage indiquées en Annexe FA1.
c) Au voisinage de la soudure d’assemblage du fond
d) L’épaisseur utile ec, définie par la figure C3.1.7.3,
avec une enveloppe cylindrique ou avec une bride ou un
du bord cylindrique doit être au moins égale à
collet à collerette soudée en bout, l’épaisseur du fond
l’épaisseur minimale nécessaire du fond e.
doit satisfaire aux conditions indiquées en C3.1.7.4 et
C3.1.8.5. e) De plus, si la longueur l, définie par la figure
C3.1.7.3, est telle que :
C3.1.7 - Assemblage d’un fond bombé avec une
enveloppe cylindrique
l ! 0,2 Di  ec,0 ec,0 (C3.1.7.3e)
C3.1.7.1 - Objet
e1) l’épaisseur utile ec du bord cylindrique doit
Le présent paragraphe indique les règles à respecter en outre être au moins égale à l’épaisseur minimale
pour l’assemblage d’un fond bombé avec une enveloppe théorique ec,0 donnée par la formule :
cylindrique.
P ˜ Di
Lorsque le fond et l’enveloppe cylindrique sont ec,0 (C3.1.7.3.1)
assemblés par soudure bout à bout, la zone d’influence 2f P
du raccordement de l’enveloppe cylindrique avec une
e2) lorsque le fond est assemblé à l’enveloppe
autre enveloppe, un autre fond, une plaque tubulaire ou
cylindrique par soudure bout à bout :
une bride peut s’étendre jusqu’à la ligne théorique de
raccordement fond-enveloppe cylindrique (ligne de x si l’épaisseur utile de l’enveloppe
tangence LT). cylindrique est < ec (figure C3.1.7.3.1a),
l’épaisseur utile du bord droit à son extrémité
Il en est de même de la longueur d’enveloppe
peut être inférieure à l’épaisseur minimale
cylindrique participant à la résistance d’une ouverture
théorique ec,0, pour autant que
proche du fond (voir C5).
la longueur lc n’excède pas
C3.1.7.2 - Notations complémentaires
0,2 Di  ec,0 ec,0 .
Les notations suivantes viennent en complément à
celles listées en C3.1.3 : x si l’épaisseur utile de l’enveloppe
cylindrique est > ec (figure C3.1.7.3.1b),
D = Diamètre intérieur de l’enveloppe l’épaisseur utile de cette enveloppe à son
cylindrique extrémité peut être inférieure à l’épaisseur
fs = Contrainte nominale de calcul du matériau minimale théorique es,0 donnée par la
de l’enveloppe cylindrique formule :
P˜D
ª º es,0 (C3.1.7.3.2)
fmin,1 = MIN «§¨ f ·¸ , §¨ f s ·¸» (C3.1.7.2) 2 fs  P
¬«© ¹ © ¹»¼ pour autant que la longueur ls n’excède pas
0,2 D  es,0 es,0 (une telle configuration
n’est possible que si fs < f – voir figure
C3.1.7.3b2).

649
CODAP 2005 Division 1 x Partie C – CONCEPTION ET CALCULS
Section C3 – REGLES DE CALCUL DES FONDS SOUMIS A UNE PRESSION INTERIEURE

C3.1.7.4 - Fonds hémisphérique Lorsque la soudure n’est pas située dans le plan de la
ligne de tangence (figure C3.1.7.4.2), le raccordement
a) L’assemblage d’un fond hémisphérique avec une
des faces internes doit se faire par un angle au moins
enveloppe cylindrique doit être réalisé par soudure bout
égal à 165°.
à bout.
b) L’épaisseur utile du fond au droit de la soudure
La soudure peut être ou non située dans le plan de la
d’assemblage avec l’enveloppe cylindrique doit être,
ligne de tangence.
que le fond soit en un seul élément sans soudure ou
La transition d’épaisseur entre l’enveloppe constitué de plusieurs éléments soudés, au moins égale
cylindrique et le fond doit se faire par des pentes à:
n’excédant pas 1/3.
P˜R
e1 (C3.1.7.4)
Lorsque la soudure est située dans le plan de la ligne 2 f min,1 ˜ z  0,5 P
de tangence (figure C3.1.7.4.1), les fibres moyennes de
l’enveloppe cylindrique et du fond peuvent être c) L’épaisseur utile de l’enveloppe cylindrique à son
décalées, sans toutefois que ce décalage aille, aux extrémité peut être inférieure à l’épaisseur minimale
tolérances de fabrication près (voir F1.5), au-delà de théorique es,0 donnée par la formule C3.1.7.3.2, pour
l’alignement des faces externes ou internes. autant que la longueur ls, définie par la figure C3.1.7.4,
n’excède pas 0,2 D  es,0 es,0 .

650
CODAP 2005 Division 1 x Partie C – CONCEPTION ET CALCULS
Section C3 – REGLES DE CALCUL DES FONDS SOUMIS A UNE PRESSION INTERIEURE

a) Epaisseur utile b) Epaisseur utile de l’enveloppe cylindrique > ec.


de l’enveloppe cylindrique < ec.
1 - Assemblage par soudure bout à bout.

a) Assemblage par double soudure. b) Assemblage par soudure unique.


2 - Assemblage à recouvrement.

Figure C3.1.7.3 - Assemblage d’un fond elliptique ou torisphérique avec une enveloppe cylindrique.

651
CODAP 2005 Division 1 x Partie C – CONCEPTION ET CALCULS
Section C3 – REGLES DE CALCUL DES FONDS SOUMIS A UNE PRESSION INTERIEURE

a) Sans décalage des fibres moyennes. b) Avec décalage des fibres moyennes.
1 - Soudure d’assemblage dans le plan de la ligne de tangence.

a) Transition d’épaisseur sur b) Transition d’épaisseur sur


une seule face de l’enveloppe cylindrique. les deux faces de l’enveloppe cylindrique.
2 - Soudure d’assemblage hors du plan de la ligne de tangence.

Figure C3.1.7.4 - Assemblage d’un fond hémisphérique avec une enveloppe cylindrique.

652
CODAP 2005 Division 1 x Partie C – CONCEPTION ET CALCULS
Section C3 – REGLES DE CALCUL DES FONDS SOUMIS A UNE PRESSION INTERIEURE

C3.1.8 - Assemblage d’un fond bombé avec une bride C3.1.8.3 - Assemblage d’un fond elliptique ou
ou un collet torisphérique avec une bride ou un collet emmanché-
soudé
C3.1.8.1 - Objet
a) L’assemblage peut être réalisé par double soudure
Le présent paragraphe indique les règles à respecter
non pénétrante ou à pénétration partielle ou par
pour l’assemblage d’un fond bombé avec une bride
soudures à pleine pénétration.
relevant des règles du chapitre C6.2 (joint intérieur au
cercle de perçage des trous de boulons) ou du chapitre La hauteur hc du bord cylindrique du fond doit être
C6.5 (joint portant de part et d’autre du cercle de suffisante pour satisfaire aux conditions d’assemblage
perçage des trous de boulons) ou avec un collet pour indiquées en Annexe FA1.
bride tournante.
b) L’épaisseur utile ec du bord cylindrique doit être
C3.1.8.2 - Notations complémentaires au moins égale à l’épaisseur minimale nécessaire du
fond e.
Les notations suivantes viennent en complément à
celles listées en C3.1.3 : c) De plus, si la longueur l, définie par la figure
C3.1.8.3, est telle que :
B = Diamètre intérieur de la bride ou du collet
ffl = Contrainte nominale de calcul du matériau l ! 0,2 Di  ec,0 ec,0 (C3.1.8.3)
de la bride ou du collet
l’épaisseur utile ec du bord cylindrique doit en outre être
ª º
fmin,2 = MIN «§¨ f ·¸ , §¨ f fl ·¸» (C3.1.8.2) au moins égale à l’épaisseur ec,0 donnée par la formule
¬«© ¹ © ¹»¼ C3.1.7.3.1.
h = Longueur de la collerette de la bride ou du d) Lorsque le fond est assemblé à une bride avec
collet joint intérieur au cercle de perçage des trous de boulons
Pour une bride ou un collet à collerette dont la résistance est vérifiée au moyen de la règle
cylindrique : h = 0. C6.2.7 (bride « monobloc »), l’épaisseur utile ec du bord
cylindrique doit être au moins égale à l’épaisseur g0
Pour une bride emmanchée-soudée sans
admise pour la vérification de la résistance de la bride et
collerette avec joint intérieur au cercle de
la longueur l doit être au moins égale à
D  g g
perçage des trous de boulons calculée au
moyen de la règle C6.2.7 : voir C6.2.4.3. l0 i 0 0 .

a) Collet b) Bride avec joint intérieur au c) Bride avec joint intérieur au cercle
cercle de perçage des trous de de perçage des trous de boulons
boulons calculée au moyen de la calculée au moyen de la règle C6.2.7.
règle C6.2.6 ou bride avec joint
portant de part et d’autre du cercle
de perçage des trous de boulons.
Figure C3.1.8.3 - Fond elliptique ou torisphérique assemblé avec une bride ou un collet emmanché-soudé.

653
CODAP 2005 Division 1 x Partie C – CONCEPTION ET CALCULS
Section C3 – REGLES DE CALCUL DES FONDS SOUMIS A UNE PRESSION INTERIEURE

C3.1.8.4 - Assemblage d’un fond elliptique ou e) Lorsque le fond est assemblé à une bride avec
torisphérique avec une bride ou un collet à collerette joint intérieur au cercle de perçage des trous de boulons
soudée en bout dont la résistance est vérifiée au moyen de la règle
a) A l’assemblage par soudure bout à bout d’un fond C6.2.7 (bride « monobloc »), les épaisseurs utiles du
avec une bride ou un collet à collerette, les fibres bord cylindrique du fond et de la partie cylindrique de la
moyennes peuvent être décalées, sans toutefois que ce collerette doivent être au moins égales à l’épaisseur g0
décalage aille, aux tolérances de fabrication près (voir admise pour la vérification de la résistance de la bride et
F1.5), au-delà de l’alignement des faces externes ou la longueur L, définie par la figure C3.1.8.4, doit être au
internes. Le raccordement des surfaces doit se faire par moins égale à :
une pente n’excédant pas 1/3.
l0 Di  g 0 g 0 (C3.1.8.4e)
La hauteur hc du bord cylindrique du fond doit être
suffisante pour satisfaire aux conditions d’assemblage C3.1.8.5 - Assemblage d’un fond hémisphérique avec
indiquées en Annexe FA1. une bride ou un collet à collerette soudée en bout
b) L’épaisseur utile ec du bord cylindrique, définie a) La soudure peut être ou non située dans le plan de
par la figure C3.1.8.4, doit être au moins égale à la ligne de tangence.
l’épaisseur minimale nécessaire du fond e. La transition d’épaisseur entre la collerette et le fond
c) L’épaisseur utile eh de la collerette, définie par la doit se faire par des pentes n’excédant pas 1/3.
figure C3.1.8.4, doit être telle que : Lorsque la soudure est située dans le plan de la ligne
ª º de tangence (figure C3.1.8.5.1), les fibres moyennes
eh t MIN «§¨ e ·¸ ; §¨ ec,0 ·¸» (C3.1.8.4.c) peuvent être décalées, sans toutefois que ce décalage
«¬© ¹ © ¹»¼ aille, aux tolérances de fabrication près (voir F1.5), au-
delà de l’alignement des fibres externes ou internes.
L’épaisseur minimale théorique ec,0 est donnée par la
formule C3.1.7.3.1. Lorsque la soudure n’est pas située dans le plan de la
ligne de tangence (figure C3.1.8.5.2), le raccordement
d) De plus, si la longueur l, définie par la figure des faces internes doit se faire par un angle au moins
C3.1.8.4, est telle que : égal à 165°.
l ! 0,2 Di  ec,0 ec,0 (C3.1.8.4d) b) L’épaisseur utile du fond au droit de la soudure
d’assemblage avec la collerette doit être, que le fond
d1) l’épaisseur utile du bord cylindrique doit être au soit en un seul élément sans soudure ou constitué de
moins égale à l’épaisseur minimale théorique ec,0 sur la plusieurs éléments soudés, au moins égale à :
longueur hc.
P˜ R
d2) si eh d ec (figure C3.1.8.4a), eh peut être
e2 (C3.1.8.5b)
2 f min,2 ˜ z  0,5 P
inférieure à l’épaisseur minimale théorique eh,0 donnée
par la formule : c) L’épaisseur utile de la partie cylindrique de la
collerette peut être inférieure à l’épaisseur minimale
P˜B
eh,0 (C3.1.8.4d2) théorique eh,0 donnée par la formule C3.1.8.4d2, pour
2 f fl  P autant que la longueur lh, définie par la figure C3.1.8.5,
pour autant que la longueur lh n’excède pas n’excède pas 0,2 B  eh,0 eh,0 .
0,2 B  eh,0 eh,0 (une telle configuration n’est d) Lorsque le fond est assemblé à une bride avec
possible que si ffl < f - voir figure C3.1.8.4a2). joint intérieur au cercle de perçage des trous de boulons
dont la résistance est vérifiée au moyen de la règle
d3) si eh > ec (figure C3.1.8.4b), eh peut être C6.2.7 (bride « monobloc »), les épaisseurs utiles de la
inférieure à l’épaisseur minimale théorique eh,0, pour partie cylindrique de la collerette et du fond doivent être
autant que la longueur lh n’excède pas au moins égales à l’épaisseur g0 admise pour la
0,2 B  eh,0 eh,0 (une telle configuration n’est vérification de la résistance de la bride sur une longueur,
mesurée à mi-épaisseur comme l’indique la figure
possible que si eh,0 > ec,0 – voir figures C3.1.8.4b2 et
C3.1.8.5, au moins égale à :
b3).
l0 2 R  g 0 g 0 (C3.1.8.5d)

Cette longueur peut interférer avec la longueur


d’enveloppe sphérique participant à la résistance d’une
ouverture proche de la bride (voir C5).

654
CODAP 2005 Division 1 x Partie C – CONCEPTION ET CALCULS
Section C3 – REGLES DE CALCUL DES FONDS SOUMIS A UNE PRESSION INTERIEURE

a) Epaisseur de la collerette inférieur à l’épaisseur du bord droit.

b) Epaisseur de la collerette supérieure à l’épaisseur du bord droit.

Figure C3.1.8.4 - Fond elliptique ou torisphérique assemblé avec une bride ou un collet à collerette coudée en bout.

655
CODAP 2005 Division 1 x Partie C – CONCEPTION ET CALCULS
Section C3 – REGLES DE CALCUL DES FONDS SOUMIS A UNE PRESSION INTERIEURE

1 - Soudure d’assemblage dans le plan de la ligne de tangence.

2 - Soudure d’assemblage hors du plan de la ligne de tangence.

Figure C3.1.8.5 - Fond hémisphérique assemblé avec une bride ou un collet à collerette soudée en bout.

656
CODAP 2005 Division 1 x Partie C – CONCEPTION ET CALCULS
Section C3 – RÈGLES DE CALCUL DES FONDS SOUMIS À UNE PRESSION INTÉRIEURE

E
1,8 Détail A

r / Di =
1,6

0,06

1,4 0,07

0,08

1,2 0,09

0,10

1,0
0,12

0,14

0,8
0,16
Détail A

0,18
0,6

0,20

0,4

0,001 0,010 0,100

§ D · P
¨ 0,75  0,2 i ¸
© R¹ f

Graphique C3.1.5 - Valeurs du coefficient E pour les fonds torisphériques.

657
CODAP 2005 Division 1 x Partie C – CONCEPTION ET CALCULS
Section C3 – REGLES DE CALCUL DES FONDS SOUMIS A UNE PRESSION INTERIEURE

C3.2 - FONDS PLATS CIRCULAIRES SOUDES C3.2.2 - Conditions d’application


C3.2.1 - Objet C3.2.2.1 - Fond à bord tombé
a) Les règles du présent chapitre concernent les a) L’épaisseur utile ef du fond doit être au moins
fonds plats circulaires soudés à l’extrémité d’une égale à l’épaisseur minimale nécessaire e sur le
enveloppe cylindrique soumise à une pression diamètre :
intérieure.
x Deq lorsque le rayon intérieur r du bord tombé
Ces règles s’appliquent aux fonds suivants : est > ef,
– Fonds à bord tombé, traités en C3.2.4, x Di lorsque le rayon intérieur r du bord tombé
– Fonds raccordés à l’enveloppe cylindrique par est d ef.
un assemblage soudé à angle vif, traités en b) Dans le cas d’un fond à bord tombé de rayon
C3.2.5, intérieur r > ef, si l’épaisseur du bord tombé n’est pas
– Fonds à rainure périphérique de décharge, constante, elle doit assurer une transition régulière entre
traités en C3.2.6. l’épaisseur du fond et l’épaisseur de l’enveloppe
cylindrique.
b) Ces fonds peuvent comporter une ouverture,
centrée ou non centrée, d’un des types suivants : c) L’assemblage du bord tombé du fond et de
l’enveloppe cylindrique doit être réalisé par une soudure
– Ouverture de tubulure de section droite circulaire bout à bout.
circulaire, d’axe perpendiculaire au fond, fixée
sur celui-ci par des soudures résistantes, Les fibres moyennes peuvent être décalées, sans
toutefois que ce décalage aille, aux tolérances de
– Trou de tube mandriné ou vissé, avec ou sans fabrication près (voir F1.5), au-delà de l’alignement des
soudure d’étanchéité, faces externes ou internes. Le raccordement des surfaces
– Trou taraudé obturé par un bouchon vissé. doit se faire par une pente n’excédant pas 1/3.

c) Les règles C3.2.4, C3.2.5 et C3.2.6 permettent de d) Le rayon intérieur r du bord tombé doit être tel
déterminer l’épaisseur d’un fond sans ouverture ou que :
comportant une ouverture dont le renforcement est r t 0,25 es (C3.2.2.1d)
assuré par une surépaisseur généralisée du fond.
C3.2.2.2 - Fond raccordé par assemblage soudé à
Le renforcement d’un fond comportant une
angle vif
ouverture de tubulure soudée peut aussi être assuré par
adjonction d’anneaux-renforts ou par augmentation de L’assemblage du fond et de l’enveloppe cylindrique
l’épaisseur de la tubulure (ces modes de renforcement doit être réalisé conformément aux dispositions de
pouvant être associés) conformément à la règle du l’Annexe FA1.
chapitre C5.3.
C3.2.2.3 - Fond à rainure périphérique de décharge
d) Les règles du présent chapitre couvrent la
a) L’épaisseur utile er à fond de rainure périphérique
défaillance du fond par déformation excessive
de décharge doit être telle que :
(coefficient C1).
ª º
«§ · §¨ f s ·¸»
Les règles C3.2.5 et C3.2.6 assurent en outre
l’adaptation plastique globale du raccordement fond- e r t MAX «¨ es ¸ ; es
f ¸»»
(C3.2.2.3a)
© ¹ ¨
enveloppe cylindrique (coefficient C2). « © ¹¼
¬
e) Les détails d’exécution de l’assemblage par
soudure du fond avec l’enveloppe cylindrique sont b) L’assemblage du fond et de l’enveloppe
précisés en Annexe FA1. cylindrique doit être réalisé par une soudure circulaire
bout à bout.
c) Le rayon rd de la rainure périphérique de décharge
doit être tel que :
rd t 0,25 es (C3.2.2.3c)

658
CODAP 2005 Division 1 x Partie C – CONCEPTION ET CALCULS
Section C3 – REGLES DE CALCUL DES FONDS SOUMIS A UNE PRESSION INTERIEURE

C3.2.2.4 - Enveloppe cylindrique C3.2.2.6 - Sollicitations


a) L’épaisseur de l’enveloppe cylindrique doit Les règles du présent chapitre ne prennent en
satisfaire à la règle C2.1.4. compte que l’action de la pression.
b) Dans le cas d’un fond à bord tombé de rayon C3.2.3 - Notations
intérieur r > ef, l’épaisseur utile de l’enveloppe
Di = Diamètre intérieur de l’enveloppe
cylindrique doit avoir, au voisinage du fond, sur une
cylindrique
longueur, mesurée comme l’indique la figure C3.2.4.1,
au moins égale à : Lorsque l’épaisseur de l’enveloppe
cylindrique n’est pas constante au
ls 0,5 Di  es es (C3.2.2.4b) voisinage du fond, Di est le diamètre
intérieur du tronçon d’enveloppe
une valeur moyenne au moins égale à l’épaisseur d’épaisseur moyenne es (voir figure
admise es. C3.2.4.1b).
c) Dans le cas d’un fond : Deq = Diamètre équivalent d’un fond à bord
– à bord tombé de rayon intérieur r d ef, tombé de rayon intérieur r > ef, défini par
la figure C3.2.4.1
– raccordé par assemblage soudé à angle vif,
d = Diamètre de l’ouverture :
– à rainure périphérique de décharge,
x Pour une ouverture de tubulure soudée
l’épaisseur utile de l’enveloppe cylindrique doit être, au sur la face extérieure du fond (voir
voisinage du fond, au moins égale à l’épaisseur admise figure C3.2.3a) :
es sur une longueur, mesurée comme l’indiquent les
figures C3.2.4.2, C3.2.5 et C3.2.6, au moins égale à : d = di
x Pour une ouverture de tubulure
ls Di  es es (C3.2.2.4c) emmanchée-soudée (voir figure
C3.2.3b) :
d) La longueur ls, définie en b et c, d’enveloppe
cylindrique participant à la résistance du fond ne doit – lorsque f b t f : d di
pas interférer avec la zone d’influence du raccordement
de cette enveloppe cylindrique avec une autre – lorsque fb < f :
enveloppe, un autre fond, une plaque tubulaire, une
§ f ·
bride. Elle peut cependant interférer avec la longueur d d i  2eb ¨1  b ¸ (C3.2.3.1)
d’enveloppe cylindrique participant à la résistance d’une ¨ f ¸
ouverture proche du raccordement avec le fond plat © ¹
(voir C5). x Pour un trou de tube mandriné : d est
C3.2.2.5 - Ouverture le diamètre du trou.
a) Le diamètre d de l’ouverture doit être tel que : x Pour un trou taraudé : d est le diamètre

d d 0,6 Di  es (C3.2.2.5a)
mesuré à fond de filets du taraudage.
Lorsque l’ouverture est celle d’une
b) La position de l’ouverture doit être telle que : tubulure soudée en bout d’une collerette
extrudée ou si le diamètre de l’ouverture
x Pour un fond à bord tombé de rayon intérieur n’est pas constant dans l’épaisseur du
r > ef : fond, le diamètre d est à mesurer comme
Deq  d indiqué en C5.1.3.
X d (C3.2.2.5b1)
2 di = Diamètre intérieur de la tubulure
x Pour un fond à bord tombé de rayon intérieur e = Epaisseur minimale nécessaire du fond
r d ef, un fond raccordé par assemblage eb = Epaisseur utile de la tubulure
soudé à angle vif ou un fond à rainure
périphérique de décharge : ef = Epaisseur utile du fond

Di  d er = Epaisseur utile du fond à fond de rainure


X d (C3.2.2.5b2) périphérique de décharge
2

659
CODAP 2005 Division 1 x Partie C – CONCEPTION ET CALCULS
Section C3 – REGLES DE CALCUL DES FONDS SOUMIS A UNE PRESSION INTERIEURE

es = Epaisseur admise de l’enveloppe fs = Contrainte nominale de calcul du matériau


cylindrique au voisinage du fond de l’enveloppe cylindrique
Pour un fond à bord tombé de rayon ª º
intérieur r < ef, si l’épaisseur de fmin = MIN «§¨ f ·¸ ; §¨ f s ·¸» (C3.2.3.2)
l’enveloppe cylindrique n’est pas ¬«© ¹ © ¹»¼
constante au voisinage du fond, es est
P = Pression de calcul
l’épaisseur moyenne admise de
l’enveloppe cylindrique sur la longueur : r = Rayon intérieur du bord tombé

l s 0,5 Di  es es X = Distance du centre de l’ouverture au centre


du fond
mesurée comme l’indique la figure E = Diamètre relatif de l’ouverture :
C3.2.4.1b.
d
f = Contrainte nominale de calcul du matériau E (C3.2.3.3)
du fond Di  es

fb = Contrainte nominale de calcul du matériau


de la tubulure

a) Tubulure soudée sur la face extérieure du fond. b) Tubulure emmanchée-soudée.

Figure C3.2.3 - Ouverture de tubulure soudée dans un fond plat.

660
CODAP 2005 Division 1 x Partie C – CONCEPTION ET CALCULS
Section C3 – REGLES DE CALCUL DES FONDS SOUMIS A UNE PRESSION INTERIEURE

C3.2.4 - Fonds à bord tombé c) Dans le cas d’un fond sans ouverture, la relation
C3.2.4b1 s’écrit :
C3.2.4.1 - Fonds à bord tombé de rayon intérieur
r > ef ­ª º ½
°« Di  es » °
a) L’épaisseur minimal nécessaire du fond est ° « 0,40825 A1 D ;
» °
donnée par la formule : °° ¬ i
¼ °°
C1 MAX ® ¾ (C3.2.4c)
P ° ª« § ·º °
° « 0,299 ¨ 1  1,7 s ¸ »» °
e C1 ˜ Deq e
(C3.2.4a)
f °« ¨ Di ¸
© ¹ »¼ °
°¯ ¬ °¿
b) Dans le cas d’un fond avec ouverture, centrée ou
non centrée, le coefficient C1 est donné par la relation les valeurs correspondantes de C1 sont données par le
C3.2.4b1, dans laquelle : graphique C3.2.4.

ª º
« es »
A1 B1 «1  B1 » (C3.2.4b2)
« 2 §¨ Di  es ·¸ »
« © ¹ »¼
¬

2 4
3 f §¨ es ·¸ 3 §¨ Di ·¸ P
B1 1 
P ¨ Di  es ¸ 16 ¨ Di  es ¸ f
© ¹ © ¹

3 2 Di  es es
2

4 Di  es 3
(C3.2.4b3)

­ ª º½
°° ª D  es ª § ºº «
C1 MAX ® « i 2·
« A1 ¨ 0,40825  0,14 E  0,38 E ¸  0,075 E  0,285 E » » ; «0,299
2
§
¨1  1,7 es
¨
·

¸ 1  0,303 E
¸

» °°
»¾
° ««¬ Di «¬ © ¹ »¼ »» «
¼ ¬ ©
Di
¹ »¼ °°
°¯ ¿
(C3.2.4b1)

a) Enveloppe cylindrique d’épaisseur b) Enveloppe cylindrique d’épaisseur variable au voisinage du fond.


constante au voisinage du fond.
Figure C3.2.4.1 - Fond plat à bord tombé de rayon intérieur r > ef.

661
CODAP 2005 Division 1 x Partie C – CONCEPTION ET CALCULS
Section C3 – REGLES DE CALCUL DES FONDS SOUMIS A UNE PRESSION INTERIEURE

C1

0,42

es/ Di =

0,0025 0,003
0,40
0,004
0,005
0,0065
0,008
0,38 0,01
0,0125
0,015
0,02
0,025
0,36 0,03
0,04
0,05
0,065
0,08
0,34

0,32

0,30
Détail A
0,001 0,010 0,100
P / f (C3.2.4.1)
P / fmin (C3.2.5 et C3.2.6)
Graphique C3.2.4 - Valeurs du coefficient C1 pour les fonds plats sans ouverture.

Détail A

662
CODAP 2005 Division 1 x Partie C – CONCEPTION ET CALCULS
Section C3 – REGLES DE CALCUL DES FONDS SOUMIS A UNE PRESSION INTERIEURE

C3.2.4.2 - Fonds à bord tombé de rayon intérieur – Le coefficient C2, relatif aux fonds sans
r d ef ouverture, est donné par le graphique C3.2.5.1.
Un fond à bord tombé de rayon intérieur r d ef doit es P
être assimilé à un fond raccordé par assemblage à angle Lorsque les valeurs et
de
Di f min
vif ; son épaisseur minimale nécessaire est donnée par la
règle C3.2.5. conduisent à une valeur de C2 inférieure à
0,15, le second terme de la relation C3.2.5a1
n’est jamais déterminant.
– Le coefficient k2, relatif aux fonds avec
ouverture centrée, est donné par la formule :
2 3
§ d · § d ·
k2 1  A 2 ¨¨ ¸¸  B2 ¨¨ ¸¸ (C3.2.5b1)
© Di ¹ © Di ¹
dans laquelle les coefficients A2 et B2 sont
respectivement donnés par les graphiques
C3.2.5.2 et C3.2.5.3.
– Le coefficient k’2, relatif aux fonds avec
ouverture excentrée, est donné par la formule :

Figure C3.2.4.2 X Di
k2 1  0,0015 (C3.2.5b2)
Fond plat à bord tombé de rayon intérieur r d ef. Di  e s es

Dans le cas d’un fond sans ouverture :


C3.2.5 - Fonds raccordés par assemblage soudé à k2 = k’2 = 1
angle vif
Dans le cas d’un fond avec ouverture centrée :
a) L’épaisseur minimal nécessaire du fond est
donnée par les relations : k’2 = 1
– Pour une situation normale de service : P
c) L’expression C 2 ˜ k 2 ˜ Di peut être
­§ · § ·½
f min
°° ¨ P¸ ¨ P ¸°° calculée directement, sans utiliser les graphiques
¸ ; ¨ C 2 ˜ k 2 ˜ k 2 ˜ Di
'
e MAX ® ¨ C1 Di ¸¾
f ¸ ¨ f min ¸° C3.2.5.1, 2 et 3, au moyen de la méthode présentée en
°¨
°¯ © ¹ © ¹°¿ C3.2.5d.

(C3.2.5a1)
– Pour une situation exceptionnelle de service ou
d’essai de résistance :

P
e C1 ˜ Di (C3.2.5a2)
f

b) Dans ces relations :


– Le coefficient C1 est donné :
x pour un fond sans ouverture : par la
relation C3.2.4c ou par le graphique
C3.2.4.
x pour un fond avec ouverture, centrée ou Figure C3.2.5
non centrée : par la relation C3.2.4b1, Fond plat accordé par assemblage soudé à angle vif.
dans lesquelles f doit être remplacé par fmin. (les détails d’exécution de l’assemblage
sont précisés en FA1)

663
CODAP 2005 Division 1 x Partie C – CONCEPTION ET CALCULS
Section C3 – REGLES DE CALCUL DES FONDS SOUMIS A UNE PRESSION INTERIEURE

C2

1,00
e s / D i = 0,0025
0,95
0,003
0,90 0,004
0,005
0,85 0,0065

0,80 0,008
0,01
0,75 0,012

0,70

0,65

0,60

0,55

0,50
0,015
0,45
0,02
0,40
0,025
0,35
0,03
0,30
0,04
0,25 0,05
0,06
0,20

0,15

0,001 0,010 0,100 P / fmin

Graphique C3.2.5.1 - Valeurs du coefficient C2 pour les fonds plats sans ouverture.

664
CODAP 2005 Division 1 x Partie C – CONCEPTION ET CALCULS
Section C3 – REGLES DE CALCUL DES FONDS SOUMIS A UNE PRESSION INTERIEURE

A2

4,50

e s/D i = 0,08 0,01 0,0125 0,015 0,02 0,025 0,03 0,04 0,05 0,065

4,00

0,0065

3,50

3,00

2,50
0,005

0,004

2,00 0,003

0,0025

1,50

0,001 0,010 0,100 P / fmin


Graphique C3.2.5.2 - Valeurs du coefficient A2 pour les fonds plats avec ouverture centrée.

665
CODAP 2005 Division 1 x Partie C – CONCEPTION ET CALCULS
Section C3 – REGLES DE CALCUL DES FONDS SOUMIS A UNE PRESSION INTERIEURE

B2

5,50

e s/D i = 0,008 0,01 0,0125 0,015 0,02 0,025 0,03 0,04 0,05 0,065

5,00

4,50

0,0065

4,00

3,50

3,00

2,50

0,005

2,00

0,004
1,50
0,003

0,0025
1,00
0,001 0,010 0,100 P / fmin

Graphique C3.2.5.3 - Valeurs du coefficient B2 pour les fonds plats avec ouverture centrée.

666
CODAP 2005 Division 1 x Partie C – CONCEPTION ET CALCULS
Section C3 – REGLES DE CALCUL DES FONDS SOUMIS A UNE PRESSION INTERIEURE

d) Calcul direct de l’épaisseur minimale nécessaire e = Epaisseur minimale nécessaire du fond


du fond pour assurer l’adaptation plastique globale du
es = Epaisseur admise de l’enveloppe
raccordement fond-enveloppe cylindrique.
cylindrique au voisinage du fond
d1) L’épaisseur minimale nécessaire d’un fond
f = Contrainte nominale de calcul du
plat sans ouverture ou avec une ouverture centrée,
matériau du fond
raccordé par assemblage soudé à angle vif à une
enveloppe cylindrique soumise à une pression intérieure fs = Contrainte nominale de calcul du
pour assurer l’adaptation plastique globale du matériau de l’enveloppe cylindrique
raccordement fond-enveloppe cylindrique (contrainte
ª º
MIN «§¨ f ·¸ ; §¨ f s ·¸»
maximale n’excédant pas 3fmin), est donnée en C3.2.5
fmin = (C3.2.5d2)
par la formule : «¬© ¹ © ¹»¼
P P = Pression de calcul
e C 2 ˜ k 2 ˜ Di (C3.2.5d1)
f min v = Coefficient de Poisson (supposé avoir la
même valeur pour les matériaux du fond
dans laquelle les coefficients C2 et k2 sont à déterminer et de l’enveloppe cylindrique)
au moyen des graphiques C3.2.5.1, 2 et 3, tracés pour
Q = 0,3. d3) Calcul de l’épaisseur
La méthode proposée ci-après permet de calculer Après calcul des expressions du tableau C3.2.5d,
e sans faire appel à ces graphiques. l’épaisseur minimale nécessaire du fond pour assurer
Les conditions d’application de la méthode sont l’adaptation plastique globale du raccordement fond-
celles indiquées en C3.2.2. enveloppe cylindrique est alors est donnée par la
formule suivante:
d2) Notations
§ N a·
Di = Diamètre intérieur de l’enveloppe e Di  es ¨  S  ¸ (C3.2.5d3)
© S 3¹
cylindrique
d = Diamètre de l’ouverture, déterminé
comme indiqué en C3.2.3

667
CODAP 2005 Division 1 x Partie C – CONCEPTION ET CALCULS
Section C3 – REGLES DE CALCUL DES FONDS SOUMIS A UNE PRESSION INTERIEURE

Tableau C3.2.5d

Di §3 D  es es ·¸ 2
F ¨ U ˜g 
3
(1) g (11) f1 i  2J H
Di  es ¨8 16 es Di  es ¸
© ¹

ª3 2º

(2) H 4

12 1  v 2 es
(12)
§ es
G « f1  2 J ¨¨
·
¸
¸
»H
Di  es «8
¬ © Di  es ¹ »
¼

3 f min Di2 B
(3) J  1 (13) a
P 4 Di  es es A

2 2  v ˜ g F
U

(4) (14) b
3 1  v2 A

d
E
(5) Di  es (15) c
G
A
Pour un fond sans ouverture : E 0.

(6) f0
1 ª
«3  v 

2 3  v E 4  1  v 2 1  E 2 º
»
(16) N
b a2

2 ¬« 1  v  1  v E 2 »¼ 3 9

fk
1  v 1  E 2
1  v  1  v E 2 c a ˜b a 3
(7) (17) Q  
2 6 27
Pour un fond sans ouverture : f 0 f k 1.

f1
© ¹ 2
> @
f 0  2 §¨1  g 2 ·¸  1  v  1  v f k §¨1  g 4 ·¸
1
© ¹
N3

(8) (18) K
 2 1  v 1  f k g 2 ˜ ln g Q2

Pour un fond sans ouverture : f1 2 g 2  g 4 .

Si Q t 0:

(9)
§ 3 U ˜ Di
A ¨¨
© 4 e s
·
¹
ª
 2 J ¸¸ 1  v « f k  1  v
¬ D
es º
»
i  es ¼
(19) S 3
¬

Q ª«1  1  K 1/ 2 º
»¼

Si Q < 0 :

ª§ 3 U ˜ Di · º ª 1/ 2 º
 J ¸¸ H 2  2  v ˜ g g » H  3 Q «1  §¨1  K ·¸ »
3
(10) B «¨¨ S
¬«© 8 es ¹ 2 ¼» « © ¹ »
¬ ¼

668
CODAP 2005 Division 1 x Partie C – CONCEPTION ET CALCULS
Section C3 – REGLES DE CALCUL DES FONDS SOUMIS A UNE PRESSION INTERIEURE

C3.2.6 - Fonds à rainure périphérique de décharge Dans le cas d’un fond sans ouverture :
a) L’épaisseur minimale nécessaire du fond est er
k1 0,450  0,148 (C3.2.6.b2)
donnée : ef
– Pour une situation normale de service : par la
relation C3.2.6a1,

­ § · ½°
°§¨ ·
¨
¸
°¨ C1 ˜ Di P ¸ ; P ¸ °
¨ C 2 ˜ k 2 ˜ k 2' ˜ Di ¸ ;
°¨ f ¸¸ ¨¨ f min ¸ °
°°¨© ¹ ©
¸ °
¹ °
e MAX ® ¾
° §¨ · °
° ¨ k ˜ D P ¸¸ °
° ¨ 1 i f ¸ °
° ¨© ¸
¹ °
°¯ °¿

(C3.2.6a1)
– Pour une situation exceptionnelle de service ou
d’essai de résistance : par la relation :

ª º
«§¨ P
· §
¸ ¨ P
·»
¸
e MAX «¨ C1 ˜ Di ¸ ; ¨ k1 ˜ Di ¸»
«¨ f ¸¸ ¨¨ f ¸¸»
«¨©
Figure C3.2.6
¬ ¹ © ¹»¼ Fond plat à rainure périphérique de décharge.
(C3.2.6a2)
b) Dans ces relations :
– les coefficients C1, C2, k2 et k’2 sont définis en
C3.2.5b,
– le coefficient k1 est donné par la formule :

ª er º ª § er · º
k1 «0,450  0,148 » «1  ¨¨ 0,574  0,276 ¸E»
¬ ef ¼ «¬ © ef ¸¹ »¼

(C3.2.6.b1)

669
CODAP 2005 Division 1 x Partie C – CONCEPTION ET CALCULS
Section C3 – REGLES DE CALCUL DES FONDS SOUMIS A UNE PRESSION INTERIEURE

C3.3 - FONDS PLATS CIRCULAIRES C3.3.2 - Conditions d’application


BOULONNES
C3.3.2.1 - Fond
C3.3.1 - Objet
a) Le diamètre de la région centrale du fond,
a) Les règles du présent chapitre concernent les d’épaisseur minimale nécessaire e, doit être au moins
fonds plats circulaires boulonnés soumis à une pression égal à (voir figures C3.3.1.1 et C3.3.1.2) :
intérieure.
x 0,7 G pour un fond avec joint intérieur au
b) Ces fonds peuvent comporter une ouverture, cercle de perçage des trous de boulons,
centrée ou non centrée, d’un des types suivants :
x 0,7 C pour un fond avec joint portant de part et
– Ouverture de tubulure de section droite d’autre du cercle de perçage des trous de
circulaire, d’axe perpendiculaire au fond, fixée boulons.
sur celui-ci par des soudures résistantes,
b) Les trous de passage des boulons doivent être
– Trou de tube mandriné ou vissé, avec ou sans circulaires ; leur diamètre dh doit être au plus égal à
soudure d’étanchéité, celui de la série moyenne de la norme NF EN 20273
– Trou taraudé obturé par un bouchon vissé. (Juin 1992) (voir Annexe C6.A4).

c) La règle C3.3.5 concerne les fonds constituant C3.3.2.2 - Ouverture


l’un des éléments d’un assemblage dont le joint est situé a) Le diamètre d de l’ouverture doit être tel que :
à l’intérieur du cercle de perçage des trous de boulons,
relevant des règles du chapitre C6.1 (figure C3.3.1.1). E d 0,6 (C3.3.2.2)
La règle C3.3.6 concerne les fonds constituant l’un b) La position de l’ouverture doit être telle que les
des éléments d’un assemblage dont le joint porte de part deux conditions suivantes soient satisfaites :
et d’autre du cercle de perçage des trous de boulons,
relevant des règles du chapitre C6.4 (figure C3.3.1.2). – G d 0,96  E
d) Ces règles concernent les fonds sans ouverture ou – l’ouverture est entièrement située dans la
comportant une ouverture dont le renforcement est région centrale du fond définie en C3.3.2.1.
assuré par une surépaisseur généralisée de la région
C3.3.2.3 - Sollicitations
centrale du fond.
Les règles du présent chapitre ne prennent en
Le renforcement d’un fond comportant une compte que l’action de la pression intérieure et des
ouverture de tubulure soudée peut aussi être assuré par efforts exercés par les boulons.
adjonction d’anneaux-renforts ou par augmentation de
l’épaisseur de la tubulure (ces modes de renforcement
pouvant être associés) conformément à la règle du
chapitre C5.3.
e) Les règles du présent chapitre couvrent la
défaillance du fond par déformation excessive.

670
CODAP 2005 Division 1 x Partie C – CONCEPTION ET CALCULS
Section C3 – REGLES DE CALCUL DES FONDS SOUMIS A UNE PRESSION INTERIEURE

Figure C3.3.1.1 - Fond plat circulaire boulonné avec joint intérieur au cercle de perçage des trous de boulons.

Figure C3.3.1.2 - Fond plat circulaire boulonné avec joint portant de part et d’autre
du cercle de perçage des trous de boulons.

671
CODAP 2005 Division 1 x Partie C – CONCEPTION ET CALCULS
Section C3 – REGLES DE CALCUL DES FONDS SOUMIS A UNE PRESSION INTERIEURE

C3.3.3 - Notations G = Diamètre du cercle sur lequel s’applique


A = Diamètre extérieur du fond la force de compression du joint
C = Diamètre du cercle de perçage des trous Pour un assemblage avec joint intérieur
de boulons au cercle de perçage des trous de
boulons, G est défini en C6.1.5.
CF = Coefficient correctif pour tenir compte de
l’espacement des boulons : Pour un assemblage avec joint portant de
part et d’autre du cercle de perçage des
ª § ·º trous de boulons, G est défini en C6.4.5.
« ¨ SC ¸»
« ¨ ¸»
MAX « 1 ; ¨ n HG = Force de compression du joint dans une
CF ¸» situation sous pression
« ¨ 2 d  6 ep ¸»
« ¨ b
m  0,5 ¸» Pour un assemblage avec joint intérieur
¬ © ¹¼
au cercle de perçage des trous de
(C3.3.3.1) boulons, HG est définie en C6.1.6.
d = Diamètre de l’ouverture (voir C3.3.4.1) Pour un assemblage avec joint portant de
part et d’autre du cercle de perçage des
db = Diamètre nominal d’un boulon
trous de boulons, HG est définie en
dh = Diamètre des trous de passage des C6.4.6.
boulons dans le fond
kM, = Coefficients relatifs à un fond avec joint
E = Module d’élasticité du matériau du fond kp intérieur au cercle de perçage des trous de
pour la situation considérée boulons avec ouverture centrée (voir
C3.3.4.2a)
e = Epaisseur minimale nécessaire de la
région centrale du fond k’M, = Coefficients relatifs à un fond avec
k’p ouverture non centrée (voir C3.3.4.2.c)
ep = Epaisseur admise de la région
périphérique d’un fond avec joint portant k1, k2 = Pour un assemblage avec joint portant de
de part et d’autre du cercle de perçage des part et d’autre du cercle de perçage des
trous de boulons trous de boulons, rigidités k,
respectivement, du fond et de l’élément
e0 = Epaisseur admise de la région centrale auquel il est assemblé (voir C3.3.6)
d’un fond avec joint portant de part et
d’autre du cercle de perçage des trous de MA = Pour un assemblage avec joint intérieur
boulons au cercle de perçage des trous de boulons,
moment s’exerçant sur le fond dans une
e1 = Epaisseur minimale nécessaire de la situation sous pression
région périphérique d’un fond avec joint
intérieur au cercle de perçage des trous de MP,0, = Pour un assemblage avec joint intérieur
boulons (voir figure C3.3.1.1) MP,G au cercle de perçage des trous de boulons,
moments s’exerçant sur le fond dans la
f = Contrainte nominale de calcul du situation sous pression
matériau du fond pour la situation
considérée M1, M2 = Pour un assemblage avec joint portant de
part et d’autre du cercle de perçage des
Pour la situation d’assise du joint, f est la trous de boulons, moments M relatifs,
contrainte nominale de calcul pour une respectivement, au fond et à l’élément
situation normale de service à auquel il est assemblé (voir C3.3.6), pour
température ambiante. la situation sous pression considérée
f1 = Coefficient relatif à un fond avec joint m = Coefficient de serrage du joint, défini en
portant de part et d’autre du cercle de C6.1.5 et C6.4.5
perçage des trous de boulons avec
ouverture centrée (voir C3.3.4.2b) n = Nombre de boulons
P = Pression de calcul pour la situation sous
pression considérée

672
CODAP 2005 Division 1 x Partie C – CONCEPTION ET CALCULS
Section C3 – REGLES DE CALCUL DES FONDS SOUMIS A UNE PRESSION INTERIEURE

W’A = Force exercée par l’ensemble des boulons C3.3.4 - Considérations générales relatives aux fonds
à prendre en compte pour le calcul d’un avec ouverture
fond avec joint intérieur au cercle de
C3.3.4.1 - Diamètre de l’ouverture
perçage des trous de boulons dans la
situation d’assise du joint, définie en Le diamètre d de l’ouverture est défini comme suit :
C6.1.6
– Pour une ouverture de tubulure soudée sur la
X = Distance du centre de l’ouverture au face extérieure du fond (voir figure C3.3.4a), d
centre du fond est le diamètre intérieur di de la tubulure :
E = Diamètre relatif de l’ouverture : d di
x Pour un fond avec joint intérieur au – Pour une ouverture de tubulure emmanchée
cercle de perçage des trous de soudée (voir figure C3.3.4b) :
boulons :
x lorsque la contrainte nominale de calcul
d ft du matériau de la tubulure pour la
E (C3.3.3.2)
G situation considérée est t f :
x Pour un fond avec joint portant de d di
part et d’autre du cercle de perçage
des trous de boulons : x lorsque ft  f : le diamètre d est donné
par la formule :
d
E (C3.3.3.3) § f ·
C d d i  2 e t ¨¨1  t ¸¸ (C3.3.4.1)
© f ¹
G = Excentrement relatif de l’ouverture :
dans laquelle et est l’épaisseur utile de la
x Pour un fond avec joint intérieur au
tubulure.
cercle de perçage des trous de
boulons : – Pour un trou de tube mandriné : d est le
diamètre du trou.
2X
G (C3.3.3.4) – Pour un trou taraudé : d est le diamètre mesuré
G
à fond de filets du taraudage.
x Pour un fond avec joint portant de
Lorsque l’ouverture est celle d’une tubulure soudée
part et d’autre du cercle de perçage
en bout d’une collerette extrudée ou si le diamètre de
des trous de boulons :
l’ouverture n’est pas constant dans l’épaisseur du fond,
2X le diamètre d est à mesurer comme indiqué en C5.1.3.
G (C3.3.3.5)
C
v = Coefficient de Poisson du matériau du
fond

a) Tubulure soudée sur la face extérieure du fond. b) Tubulure emmanchée soudée.


Figure C3.3.4 - Ouverture de tubulure soudée dans un fond plat.

673
CODAP 2005 Division 1 x Partie C – CONCEPTION ET CALCULS
Section C3 – REGLES DE CALCUL DES FONDS SOUMIS A UNE PRESSION INTERIEURE

C3.3.4.2 - Coefficient relatifs aux fonds avec Les valeurs du coefficient k’M sont données par le
ouverture graphique C3.3.4.
a) Les coefficients kM et kP, relatifs aux fonds avec k P'
1  1,5  1,2 E  3 E 2 E ˜ G (C3.3.4.2c2)
joint intérieur au cercle de perçage des trous de boulons
avec ouverture, sont donnés par les formules : Les coefficients D1, D2 et D3 sont respectivement
donnés par les formules :
1  v  1  v E 2
1  v 1  E 2
kM (C3.3.4.2a1) D1  0,997  1,199 E  4,812 E 2  6,280 E 3

(C3.3.4.2c3)
kp 1 
3  v E 2
(C3.3.4.2a2)
1  v D2 0,001  0,335 E  3,509 E 2  9,713E 3

Dans le cas d’un fond sans ouverture : (C3.3.4.2c4)

kM kp 1 (C3.3.4.2a3) D3  0,008  0,135 E  9,817 E 2  5,910 E 3

b) Le coefficient f1 relatif aux fonds avec joint (C3.3.4.2c5)


portant de part et d’autre du cercle de perçage des trous Dans le cas d’un fond avec ouverture centrée :
de boulons avec ouverture, est donné par la formule
'
C3.3.4.2b1, dans laquelle : kM k p' 1 (C3.3.4.2c6)
– le coefficient f0 est donné par la formule :
C3.3.5 - Fonds avec joint intérieur au cercle de
ª
º perçage des trous de boulons
« 2 3  v E 4  §¨1  v 2 ·¸ §¨1  E 2 ·¸ »
f0



3v  ©

1 v  1 v E2
¹© ¹»
»
C3.3.5.1 - Considérations générales
a) La résistance de la boulonnerie de l’assemblage
« »
¬ ¼ doit être préalablement vérifiée au moyen de la règle
C6.1.6.
(C3.3.4.2b2)
b) La présente règle doit être appliquée pour
– le coefficient km est donné par la formule chacune des situations définies en C6.1.4 : situation
C3.3.4.2.a1. d’assise du joint et situations sous pression.
Dans le cas d’un fond sans ouverture : c) La règle C3.3.5.2 est applicable :

f

G 2 2C 2  G 2 (C3.3.4.2b3)
– à un fond avec joint annulaire en élastomère ou
1
C 4 métallique creux, moyennant les adaptations
indiquées en Annexe C6.1.A2.
c) Les coefficients k’M et k’p, relatifs aux fonds avec
ouverture non centrée, sont donnés par les formules : – à un fond assemblé par boulons à griffes ou par
boulons basculants, moyennant le respect des
'
kM
1 E
1  E  G

1  D1 ˜ G  D 2 ˜ G 2  D 3 ˜ G 3 dispositions de l’Annexe C6.2.A2.

(C3.3.4.2c1)

C2 G2 ª 1  vº C4  G4 § · G2
 « 1  v   2 1  v ¨¨1 
1 C
f1 f0  2 » ¸¸ ln
C2 ¬ kM ¼ 2C 4
© kM ¹ C
2 G

(C3.3.4.2b1)

674
CODAP 2005 Division 1 x Partie C – CONCEPTION ET CALCULS
Section C3 – REGLES DE CALCUL DES FONDS SOUMIS A UNE PRESSION INTERIEURE

C3.3.5.2 - Règle de calcul c) L’épaisseur minimale nécessaire e1 de la région


périphérique du fond pour la situation d’assise du joint
a) L’épaisseur minimale nécessaire e de la région
est donnée par la formule :
centrale du fond pour la situation d’assise du joint est
donnée par la formule :
6MA 1
e1 (C3.3.5.2c)
6MA 1 SG f
e 3 kM ˜ '
kM (C3.3.5.2a1)
SG f dans laquelle le moment MA est donné par la formule
C3.3.5.2a2.
dans laquelle le moment MA est donné par la formule :
d) L’épaisseur minimale nécessaire e1 de la région
ª 1  v C2  G2 Cº
 1  v ln »
G périphérique du fond pour une situation sous pression
MA WA' «
4 «¬ 2 A 2 G »¼ est donnée par la formule :

(C3.3.5.2a2) 6 M P,G 1
e1 (C3.3.5.2d)
Pour un fond sans ouverture, la formule C3.3.5.2a1 SG f
s’écrit :
dans laquelle le moment MP,G est donné par la formule
6MA 1 C3.3.5.2b3.
e (C3.3.5.2a3)
SG f C3.3.6 - Fonds avec joint portant de part et d’autre
du cercle de perçage des trous de boulons
b) L’épaisseur minimale nécessaire e de la région
centrale du fond pour une situation sous pression est C3.3.6.1 - Considération générales
donnée par la formule : a) La résistance de la boulonnerie de l’assemblage
doit être parallèlement vérifiée au moyen de la règle
M P,G G2 ˜P C6.4.6.
kM ˜ kM
'
 k p ˜ k p'
6 M P,0 1 SG 32 b) Lorsque le fond étudié est assemblé avec une
e 3
SG f M P.G G ˜P2 bride inversée, la règle C3.3.6.2 n’est applicable que si :

SG 32 M 1 ˜ k 2  M 2 ˜ k1 t 0
(C3.3.5.2b1) Si tel n’est pas le cas, l’épaisseur du fond doit être
dans laquelle : calculée au moyen de la règle C3.3.5, la résistance de la
boulonnerie de l’assemblage étant vérifiée au moyen de
– le moment MP,0 au centre du fond est donné par la règle C6.1.6, moyennant les adaptations indiquées en
la formule : C6.4.2.1c.
S ª 1  v G2 º c) La résistance du fond ne doit être vérifiée que
M P,0 G 3 « 1  v  » P  M P,G pour chacune des situations sous pression définies en
32 «¬ 2 A 2 »¼
C6.4.4.
(C3.3.5.2b2) Cette disposition reste applicable lorsque, en
– le moment MP,G à la périphérie du fond sur le application des dispositions b), le calcul de l’épaisseur
diamètre G est donné par la formule : du fond relève de la règle C3.3.5.
C3.3.6.2 - Règle de calcul
§S 2 · G ª1  v C  G Cº
2 2
M P,G ¨ G ˜ P  HG ¸ «  1  v ln » a) La contrainte maximale radiale dans la région
© 4 ¹ 4 ¬« 2 A 2 G »¼
périphérique du fond est donnée par la formule :
(C3.3.5.2b3)
6Mr
V r,C CF
Pour un fond sans ouverture, la formule C3.3.5.2b1 S C  n ˜ d h e p2
(C3.3.6.2a)
s’écrit :

6 M P,0 1
e (C3.3.5.2b4)
SG f

675
CODAP 2005 Division 1 x Partie C – CONCEPTION ET CALCULS
Section C3 – REGLES DE CALCUL DES FONDS SOUMIS A UNE PRESSION INTERIEURE

b) L’épaisseur minimale nécessaire e de la région f) Le moment M2 est le moment M relatif à l’élément


centrale du fond est donnée par la formule : auquel est assemblé le fond, donné par la formule
indiquée au tableau C3.3.6.
P
e C3 ˜ C (C3.3.6.2b) g) k1 est la rigidité k du fond, donné par la formule :
f
S A
c) Le coefficient C3 est donné par la relation k k0 E ˜ e p3 ˜ ln (C3.3.6.2gl)
6 C
C3.3.6.2c1 dans laquelle :
dans laquelle :
1 3 ª 2 § 2 4 HG · Cº 12 M r
A3  « G  2 ¨¨ G  ¸¸ ln »  S 1 1
4 4C 2 ¬ © S P ¹ G ¼ S C3 ˜ P k0 E ˜ ep3 (C3.3.6.2g2)
6 1 v kM ˜ kM
'

(C3.3.6.2c2)
Pour un fond sans ouverture, cette formule s’écrit :
Dans le cas d’un fond sans ouverture, la relation
C3.3.6.2.c1 s’écrit : S 1
k0 E ˜ e03 (C3.3.6.2g3)
C3 MAX ^ 0,40825 A3 , 0,299 ` 6 1 v
(C3.3.6.2c3)
d) Le moment Mr est donné par la formule : h) k2 est la rigidité k de l’élément auquel est
assemblé le fond, donné par la formule indiquée au
M 1  M 2  M 1
k0 tableau C3.3.6.
Mr (C3.3.6.2d)
k1  k 2 i) Pour chacune des situations sous pression
étudiées, la contrainte V r,C et l’épaisseur minimale
e) Le moment M1 est le moment M relatif au fond,
donné par la formule C3.3.6.2e1. nécessaire e doivent satisfaire aux conditions suivantes :
Pour un fond sans ouverture, cette formule s’écrit : x V r,C d f

S 2C 2  G2 C2  G2 x e d e0
M G2 P  HG
32 C 4C

(C3.3.6.2e2)

­ ª § º ª ½
° º
C3 MAX ® « A3 ¨ 0,40825  0,14 E  0,38E 2 ·¸  0,075 E  0,285 E 2 » ; «0,299 §¨1  0,303 E ·¸» °¾
° « © ¹ » «¬ © ¹¼» °
¯ ¬ ¼ ¿
(C3.3.6.2c1)

§¨1  v ·¸ C  G  2 §¨1  v ·¸ E 2 ˜ ln C
2 2

S k p' C © ¹ C2 © ¹ G
M C3 ˜ f1 ' P  HG
32 kM 4 §¨1  v ·¸  §¨1  v ·¸ E 2
© ¹ © ¹
(C3.3.6.2e1)

Tableau C3.3.6 - Formules de calcul du moment M2 et de la rigidité k2.

Elément auquel est


Moment M2 Rigidité k2
assemblé le fond

Bride normale C6.5.5d C6.5.5g

Bride inversée C6.6.5d C6.6.6g

676
CODAP 2005 Division 1 x Partie C – CONCEPTION ET CALCULS
Section C3 – REGLES DE CALCUL DES FONDS SOUMIS A UNE PRESSION INTERIEURE

k’M

3,50

E = 0,6
0,55
0,5
0,45

0,4
3

0,35

0,3

2,50

0,25

0,2
2

0,15

1,5 0,1

0,05

1
0 0,1 0,2 0,3 0,4 0,5 0,6 0,7 0,8 0,9 1 G

Graphique C3.2.5.3 - Valeurs du coefficient B2 pour les fonds plats avec ouverture centrée.

677
CODAP 2005 Division 1 x Partie C – CONCEPTION ET CALCULS
Section C3 – REGLES DE CALCUL DES FONDS SOUMIS A UNE PRESSION INTERIEURE

C3.4 - FONDS A CALOTTES SPHERIQUE C3.4.2 - Conditions d’application


BOULONNES
C3.4.2.1 - Calotte sphérique
C3.4.1 - Objet
a) Le rayon intérieur de la calotte sphérique doit être
a) Les règles du présent chapitre concernent les tel que :
couvercles boulonnés constitués d’une calotte sphérique
R d 1,2 B
et d’une bride sans collerette (voir figure C3.4.1),
soumis à une pression intérieure s’exerçant sur la face b) La calotte sphérique peut être constituée d’un seul
concave de la calotte sphérique. élément sans soudure ou de plusieurs éléments
assemblés par des soudures bout à bout.
b) La règle C3.4.4 permet de déterminer l’épaisseur
de la calotte sphérique. La région centrale de la calotte peut avoir une
épaisseur plus faible que la région périphérique (voir
Si cette calotte sphérique comporte des ouvertures, figure C3.4.1a). Au raccordement des deux régions
sa résistance au voisinage de chaque ouverture doit en d’épaisseurs différentes, les fibres moyennes peuvent
outre être vérifiée au moyen des règles de la Section C5. être décalées, sans toutefois que ce décalage aille, aux
c) La règle C3.4.5 permet de vérifier la résistance de tolérances de fabrication près (voir F1.5), au-delà de
la bride lorsque le fond constitue l’un des éléments d’un l’alignement des faces externes ou internes. Le
assemblage dont le joint est situé à l’intérieur du cercle raccordement des surfaces doit se faire par une pente
de perçage des trous de boulons, relevant des règles du n’excédant pas 1/4.
chapitre C6.1. Au droit de tout autre assemblage soudé, les fibres
d) La règle C3.4.6 permet de vérifier la résistance de moyennes doivent être, aux tolérances de fabrication
la bride lorsque le fond constitue l’un des éléments d’un près, dans le prolongement l’une de l’autre.
assemblage dont le joint porte de part et d’autre du c) Les défauts de forme de la calotte sphérique
cercle de perçage des trous de boulons, relevant des doivent respecter les limites indiquées en F1.5.
règles du chapitre C6.4.
C3.4.2.2 - Bride
e) Les règles du présent chapitre couvrent la
défaillance par déformation excessive de la calotte La bride doit respecter les conditions indiquées en :
sphérique et de la bride. – C6.2.2.1a, b et c lorsque le joint est situé à
f) Les détails de l’assemblage par soudure de la l’intérieur du cercle de perçage des trous de
calotte sphérique avec la bride sont précisés en Annexe boulons,
FA1. – C6.5.2.1a, b et c lorsque le joint porte de part
et d’autre du cercle de perçage des trous de
boulons.
C3.4.2.3 - Sollicitations
Les règles du présent chapitre ne prennent en
compte que l’action de la pression intérieure et des
efforts exercés par les boulons.

a) Calotte d’épaisseur non uniforme. b) Calotte d’épaisseur uniforme.


Figure C3.4.1 - Fond à calotte sphérique boulonné.

678
CODAP 2005 Division 1 x Partie C – CONCEPTION ET CALCULS
Section C3 – REGLES DE CALCUL DES FONDS SOUMIS A UNE PRESSION INTERIEURE

C3.4.3 - Notations HD = Force résultant de l’action de la pression


sur la surface du cercle de diamètre B
A = Diamètre extérieur de la bride
HG = Force de compression du joint dans une
B = Diamètre intérieur de la bride
situation sous pression
C = Diamètre du cercle de perçage des trous de
Pour un assemblage avec joint intérieur
boulons
au cercle de perçage des trous de
CF = Coefficient correctif pour tenir compte de boulons, HG est définie en C6.1.6.
l’espacement des boulons :
Pour un assemblage avec joint portant de
ª § ·º
part et d’autre du cercle de perçage des
« ¨ SC ¸» trous de boulons, HG est définie en
« ¨ ¸»

C6.4.6.
CF MAX « 1 ; ¨ n ¸»
« ¨ 6e ¸» HT = Force résultant de l’action de la pression
« ¨ 2 d b  m  0,5 ¸» sur la surface annulaire comprise entre les
« ¨ ¸»
¬« © ¹¼» cercles de diamètre G et B
Pour un assemblage avec joint intérieur au cercle de
(C3.4.3.1) perçage des trous de boulons, la somme des forces
db = Diamètre nominal d’un boulon HD, HG et HT est la force WP définie en C6.1.6 (voir
figure C3.4.5).
dh = Diamètre des trous de passage des boulons
dans la bride Pour un assemblage avec joint portant de part et
d’autre du cercle de perçage des trous de boulons, la
E = Module d’élasticité du matériau de la bride somme des forces HD, HG et HT et de la force HR
pour la situation considérée définie en C6.4.6 est la force WP définie en C6.4.6
e = Epaisseur admise de la bride (voir figure C3.4.6).
Pour une bride avec joint intérieur au Hr = Composante radiale de la force de
cercle de perçage des trous de boulons, voir membrane s’exerçant dans la calotte
C6.2.4.2. sphérique à sa périphérie
eD Epaisseur minimale nécessaire de la région hD = Différence entre les rayons du cercle de
périphérique de la calotte sphérique perçage des trous de boulons et du cercle
sur lequel s’applique la force HD
es = Epaisseur minimale nécessaire de la région
centrale de la calotte sphérique hG = Différence entre les rayons du cercle de
perçage des trous de boulons et du cercle
f = contrainte nominale de calcul du matériau sur lequel s’applique la force de
de la bride pour la situation considérée. compression du joint HG
Pour la situation d’assise du joint, f est la hT = Différence entre les rayons du cercle de
contrainte nominale de calcul pour une perçage des trous de boulons et du cercle
situation normale de service à température sur lequel s’applique la force HT
ambiante.
hr = Distance algébrique, mesurée
fD = Contrainte nominale de calcul du matériau parallèlement à l’axe du fond, entre le
de la calotte sphérique pour la situation centre de gravité de la section droite de la
considérée bride et le point d’application de la force
G = Diamètre du cercle sur lequel s’applique la Hr
force de compression du joint Le sens positif de hr est celui de la force
Pour un assemblage avec joint intérieur au WP (voir figures C3.4.5 et C3.4.6).
cercle de perçage des trous de boulons, G Les distances hD, hG, hT et hr, ainsi que, dans le cas
est défini en C6.1.5. d’un assemblage avec joint portant de part et d’autre
Pour un assemblage avec joint portant de du cercle de perçage des trous de boulons, la
part et d’autre du cercle de perçage des distance hR définie en C6.4.6, sont indiquées sur les
trous de boulons, G est défini en C6.4.5. figures C3.4.5 et C3.4.6.

679
CODAP 2005 Division 1 x Partie C – CONCEPTION ET CALCULS
Section C3 – REGLES DE CALCUL DES FONDS SOUMIS A UNE PRESSION INTERIEURE

A 1 ª3 6 K 2 ln K º
« 1  v  1  v 2
(C3.4.3.2) EY
K = = »
B K 1 ¬ S S K 1 ¼
k1, k2 = Pour un assemblage avec joint portant de
part et d’autre du cercle de perçage des (C3.4.3.4)
trous de boulons, rigidités k, Le graphique C6.A3.6 donne les valeurs
respectivement, de la bride du fond et de du coefficient EY pour v = 0,3.
l’élément auquel elle est assemblée (voir
C3.4.6) v = Coefficient de Poisson du matériau de la
bride
kF = Coefficient de correction de contrainte :
C3.4.4 - Calcul de l’épaisseur de la calotte sphérique
x Pour B d 1000 mm : kF = 1
a) L’épaisseur minimale nécessaire de la région
x Pour 1000 mm  B  2000 mm : périphérique de la calotte sphérique est donnée par la
formule :
2 § B ·
kF ¨1  ¸ (C3.4.3.3)
3 © 2000 ¹ 5P ˜ R
eD (C3.4.4a)
6 fD
4
x Pour B t 2000 mm : kF =
3 L’épaisseur utile de cette région périphérique doit
être au moins égale à eD sur une longueur, mesurée
MA = Pour une assemblage avec joint intérieur comme l’indique la figure C3.4.1a, au moins égale à
au cercle de perçage des trous de boulons,
moment s’exerçant sur la bride dans la R ˜ eD .
situation d’assise du joint
MP = Pour un assemblage avec joint intérieur au Cette longueur peut interférer avec la longueur
cercle de perçage des trous de boulons, d’enveloppe participant à la résistance d’une ouverture
moment s’exerçant sur la bride dans une proche de la bride (voir C5).
situation sous pression b) L’épaisseur minimale nécessaire de la région
M1, = Pour un assemblage avec joint portant de centrale de la calotte sphérique est donnée par la
M2 part et d’autre du cercle de perçage des formule :
trous de boulons, moments M relatifs, P ˜ R
respectivement, à la bride du fond et à es (C3.4.4b)
2 fD ˜ z  0,5P
l’élément auquel elle est assemblée (voir
C3.4.6), pour la situation sous pression Si la région centrale et la région périphérique de la
considérée calotte sphérique sont constituées de matériaux dont les
m = Coefficient de serrage du joint, défini en contraintes nominales de calcul sont différentes,
C6.1.5 et C6.4.5 l’épaisseur minimale nécessaire des deux éléments au
droit de leur soudure d’assemblage est donnée par cette
n = Nombre de boulons même formule, en prenant pour fD la plus faible des
P = Pression de calcul pour la situation sous deux contraintes nominales de calcul.
pression considérée C3.4.5 - Vérification de la résistance de la bride
R = Rayon intérieur de la calotte sphérique (joint intérieur au cercle de perçage des trous de
boulons)
W’A = Force exercée par l’ensemble des boulons
à prendre en compte pour le calcul d’une C3.4.5.1 - Considérations générales
bride avec joint intérieur au cercle de a) La résistance de la boulonnerie de l’assemblage
perçage des trous de boulons dans la doit être préalablement vérifiée au moyen de la règle
situation d’assise du joint, définie en C6.1.6.
C6.1.6
b) La présente règle doit être appliquée pour
z = Coefficient de soudure chacune des situations définies en C6.1.4 : situation
Pour une situation exceptionnelle de d’assise du joint et situations sous pression.
service ou d’essai de résistance : z = 1. c) Si l’assemblage concerne deux enceintes d’un
même appareil, les dispositions de l’Annexe C6.1.A1
sont à respecter.

680
CODAP 2005 Division 1 x Partie C – CONCEPTION ET CALCULS
Section C3 – REGLES DE CALCUL DES FONDS SOUMIS A UNE PRESSION INTERIEURE

d) La règle C3.4.5.2 est applicable : c) Dans les formules ci-dessus :


– à la bride d’un assemblage à joint annulaire – les forces HD, HT et Hr sont données par les
en élastomère ou métallique creux, formules :
moyennant les adaptations indiquées en
S
Annexe C6.1.A2, HD B2 ˜ P (C3.4.5.2.c1)
4
– à une bride assemblée par boulons à griffes
ou par boulons basculants, moyennant le
respect des dispositions de l’Annexe
HT
S
4
G 2

 B2 P (C3.4.5.2.c2)
C6.2.A2.
S § ·
C3.4.5.2 - Règle de calcul Hr ¨B 4R 2  B 2 ¸ P (C3.4.5.2.c3)
4 © ¹
a) La contrainte maximale circonférentielle dans la
bride pour la situation d’assise du joint est donnée par la – les distances hD, hT et hG sont données par les
formule : formules :

EY M A C  B
Vș CF (C3.4.5.2a1) hD (C3.4.5.2.c4)
2
e2 B
dans laquelle le moment MA est donné par la formule : 2C  B  G
hT (C3.4.5.2c5)
4
MA WA' ˜ hG (C3.4.5.2a2)
C  G
b) La contrainte maximale circonférentielle dans la hG (C3.4.5.2c6)
2
bride pour une situation sous pression est donnée par la
formule : d) Pour chacune des situations étudiées (situation
d’assise du joint et situations sous pression), la
Hr E MP contrainte V ș doit satisfaire à la condition :
Vș  Y2 CF (C3.4.5.2.b1)
S A  B e e B
kF ˜ V T d f
dans laquelle le moment MP est donné par la formule :
MP H D ˜ h D  H T ˜ hT  H r ˜ h r  H G ˜ hG

(C3.4.5.2.b2)
Le moment MP peut être positif ou négatif.

681
CODAP 2005 Division 1 x Partie C – CONCEPTION ET CALCULS
Section C3 – REGLES DE CALCUL DES FONDS SOUMIS A UNE PRESSION INTERIEURE

Situation d’assise du joint Situation sous pression

Note 1 : Centre de gravité de la section droite de la bride.


La section à prendre en compte est la section droite totale de la bride,
surface du trou de boulon non déduite.

Figure C3.4.5 - Forces et moments s’exerçant sur la bride d’un fond à calotte sphérique boulonnée
avec joint intérieur au cercle de perçage des trous de boulons.
(Les forces WA' , WP et H G sont définies en C6.1.6 - Sur cette figure, la distance hr est négative).

682
CODAP 2005 Division 1 x Partie C – CONCEPTION ET CALCULS
Section C3 – REGLES DE CALCUL DES FONDS SOUMIS A UNE PRESSION INTERIEURE

C3.4.6 - Vérification de la résistance de la bride d) Le moment M1 est le moment M relatif à la bride


(joint portant de part et d’autre du cercle de perçage du fond, donné par la formule :
des trous de boulons)
M H D ˜ hD  H T ˜ hT  H r ˜ hr  H G ˜ hG
C3.4.6.1 - Considérations générales
(C3.4.6.2d)
a) La résistance de la boulonnerie de l’assemblage
doit être parallèlement vérifiée au moyen de la règle Le moment M peut être positif ou négatif.
C6.4.6.
e) Dans les formules ci-dessus :
b) La règle C3.4.6.2 n’est applicable que si :
– les forces HD, HT et Hr sont données par les
M 1 ˜ k 2  M 2 ˜ k1 t 0 (C3.4.6.1b) formules :

Si tel n’est pas le cas, la résistance de la bride doit S


HD B2 ˜ P (C3.4.6.2e1)
être vérifiée au moyen de la règle C3.4.5, la résistance 4
de la boulonnerie de l’assemblage étant vérifiée au
moyen de la règle C6.1.6, moyennant les adaptations HT
S
4
G 2

 B2 P (C3.4.6.2e2)
indiquées en C6.4.2.1c.
c) La résistance de la bride ne doit être vérifiée que S § ·
Hr ¨B 4 R2  B2 ¸ P (C3.4.6.2.e3)
pour chacune des situations sous pression définies en 4 © ¹
C6.4.4.
– les distances hD, hT, et hG sont données par les
Cette disposition reste applicable lorsque, en formules :
application des dispositions de b), la vérification de la
résistance de la bride relève de la règle C3.4.5. C  B
hD (C3.4.6.2e4)
C3.4.6.2 - Règle de calcul 2

a) La contrainte maximale radiale dans la bride est 2C  B  G


hT (C3.4.6.2e5)
donnée par la formule : 4
6Mr C  G
Vr CF (C3.4.6.2a) hG (C3.4.6.2e6)
S C  n ˜ dh e 2
2

b) La contrainte maximale circonférentielle dans la f) Le moment M2 est le moment M relatif à l’élément


bride est donnée par la formule : auquel est assemblé le fond, donné par la formule
indiquée au tableau C3.4.6.
Hr Ey Mș
Vș  2 CF (C3.4.6.2b) g) k1 est la rigidité k de la bride du fond, donné par
S A  B e e B la formule :
c) Les moments Mr et MT sont donnés par les S
k E ˜ e 3 ˜ ln K (C3.4.6.2g)
formules : 6
C h) k2 est la rigidité k de l’élément auquel est
ln
M 1  M 2  M 1
k1 B assemblé le fond, donnée par la formule indiquée au
Mr
k1  k 2 ln K tableau C3.4.6.
i) Pour chacune des situations sous pression
(C3.4.62c1)
étudiées, les contraintes V r et V ș doivent satisfaire aux
Mș M 2  M1
k1
(C3.4.6.2c2)
conditions suivantes :
k1  k 2
x Vr d f

x kF ˜ V ș d f

683
CODAP 2005 Division 1 x Partie C – CONCEPTION ET CALCULS
Section C3 – REGLES DE CALCUL DES FONDS SOUMIS A UNE PRESSION INTERIEURE

Tableau C3.4.6 - Formules de calcul du moment M2 et de la rigidité k2.

Elément auquel est


Moment M2 Rigidité k2
assemblé le fond

Bride normale C6.5.5d C6.5.5g

Bride inversée C6.6.5d C6.6.5g

Plaque tubulaire formant bride C7.A5.4 f C7.A5.4hl

Note 1 : Centre de gravité de la section droite de la bride.


La section à prendre en compte est la section droite totale de la bride, surface du trou de boulon non déduite.

Figure C3.4.6 - Forces s’exerçant sur la bride d’un fond à calotte sphérique boulonné
avec joint portant de part et d’autre du cercle de perçage des trous de boulons dans une situation sous pression.
(Les forces WP, HG et Hr et la distance hR sont définies en C6.4.6 - Sur cette figure, la distance hr est négative).

684
CODAP 2005 Division 1

685
CODAP 2005 Division 1

PARTIE C
CALCUL

SECTION C4
REGLES DE CALCUL DES ENVELOPPES CYLINDRIQUES,
SPHERIQUES, CONIQUES ET DES FONDS BOMBES SOUMIS A
UNE PRESSION EXTERIEURE
C4.1 - ENVELOPPES CYLINDRIQUES DE C4.1.2.5 - Notations
SECTION DROITE CIRCULAIRE
e = Epaisseur admise de l’enveloppe
C4.1.1 - Objet et domaine d’application cylindrique
Les règles du présent chapitre permettent de vérifier De = Diamètre extérieur de l’enveloppe
l’épaisseur des enveloppes cylindriques de section cylindrique
droite circulaire soumises à une pression extérieure.
L = Longueur déterminée selon C4.1.4
Une telle enveloppe peut être constituée de plusieurs
h2 = Flèche intérieure d’un fond bombé
éléments assemblés par des soudures bout à bout. Il n’y
(profondeur théorique de la partie
a pas lieu de tenir compte d’un coefficient de soudure
bombée) (voir Note)
dans les calculs.
Note : Notation et définition identiques à celles de la
L’enveloppe peut être munie d’anneaux raidisseurs norme NF E 81-100 : Décembre 1997.
rapportés qui doivent alors satisfaire aux règles de C4.5.
P = Pression extérieure de calcul
Les règles du présent chapitre couvrent les modes de
défaillance par déformation excessive et par instabilité Pa = Pression extérieure maximale admissible
élastique et élasto-plastique sous l’action de la pression de l’enveloppe cylindrique
extérieure. K = Coefficient égal à :
C4.1.2 - Conditions d’application des règles 1 pour une situation normale de service,
C4.1.2.1 - Température de calcul 1,35 pour une situation exceptionnelle de
La température de calcul ne doit pas excéder la service ou d’essai de résistance.
température la plus élevée figurant sur l’abaque relatif E = Module d’élasticité à la température de
au matériau concerné. calcul donné par l’abaque relatif au
C4.1.2.2 - Défauts de circularité matériau concerné

L’ovalisation et les écarts locaux de circularité de f = Contrainte nominale de calcul


l’enveloppe doivent rester dans les limites indiquées en
F1.5. C4.1.4 - Détermination de la longueur L

C4.1.2.3 - Ouvertures L est la longueur mesurée parallèlement à l’axe de


l’enveloppe entre deux éléments raidisseurs consécutifs.
Si l’enveloppe cylindrique comporte des ouvertures, (Sauf cas particulier traité en C4.8.3).
il y a lieu de s’assurer que ces ouvertures n’affectent pas
la résistance de l’enveloppe à l’action de la pression Un élément raidisseur peut être :
extérieure. a) Un anneau raidisseur rapporté satisfaisant aux
C4.1.2.4 - Sollicitations autres que la pression règles de C4.5.

Les règles du présent chapitre ne prennent en La longueur L est alors à mesurer à partir d’un plan
compte que l’action de la pression extérieure. perpendiculaire à l’axe de l’enveloppe passant par le
centre de gravité de l’ensemble constitué par l’anneau
raidisseur et les longueurs d’enveloppe participantes
éventuelles (voir C4.5 et figure C4.1.4a).

686
CODAP 2005 Division 1 x Partie C – CONCEPTION ET CALCULS
Section C4 – REGLES DE CALCUL DES ENVELOPPES CYLINDRIQUES, SPHERIQUES, CONIQUES
ET DES FONDS BOMBÉS SOUMIS A UNE PRESSION EXTERIEURE

b) Un fond bombé La longueur L est alors à mesurer (voir C4.7) :


La longueur L est alors à mesurer à partir d’un plan – à partir de l’intersection des surfaces
perpendiculaire à l’axe de l’enveloppe, situé à une externes des deux enveloppes si la jonction
distance du plan de raccordement de la partie bombé ne comporte pas d’anneau raidisseur
h rapporté,
avec le bord cylindrique égale à : 2 (voir figure
3 – à partir d’un plan perpendiculaire à l’axe de
C4.1.4a et b). l’enveloppe passant par le centre de gravité
c) La jonction d’une double enveloppe sur de l’ensemble constitué par l’anneau
l’enveloppe cylindrique. raidisseur et les longueurs d’enveloppes
participantes éventuelles si la jonction
– Lorsqu’une pression intérieure s’exerce dans comporte un anneau raidisseur rapporté.
l’enceinte entre les deux enveloppes, la
longueur L est à mesurer à partir de la limite La jonction doit satisfaire aux règles de C4.7.
de la zone d’enveloppe sur laquelle s’exerce Dans le cas d’un raccordement par l’intermédiaire
cette pression (voir figure C4.1.4c). d’une partie torique, le rayon de raccordement doit être
La jonction n’a pas à satisfaire aux règles de au plus égal à 1/10 du diamètre extérieur de l’enveloppe
C4.5 (mais sa résistance aux sollicitations cylindrique.
qu’elle supporte doit bien entendu être e) Une bride d’assemblage soudée à l’enveloppe et
vérifiée). satisfaisant aux règles de C4.5.
– Lorsqu’une dépression règne dans La longueur L est alors à mesurer à partir du plan de
l’enveloppe cylindrique intérieure, la joint (voir figure C4.1.4b).
jonction doit, pour être considérée comme
élément raidisseur, satisfaire aux règles de f) Une plaque tubulaire, un fond plat soudé ou une
C4.5 ; la longueur L est alors à mesurer à structure intérieure (plateau de colonne, chicane, etc.)
partir d’un plan perpendiculaire à l’axe de convenablement raidie.
l’enveloppe passant par le centre de gravité La longueur L est alors à mesurer à partir de la limite
de la jonction (voir C4.5 et figure C4.1.4d). de la zone d’enveloppe sur laquelle s’exerce la pression.
d) La jonction de l’enveloppe cylindrique avec une Les figures C4.1.4a à d illustrent les définitions ci-
enveloppe conique de même axe. dessus et précisent comment mesurer L.

Figure C4.1.4a

687
CODAP 2005 Division 1 x Partie C – CONCEPTION ET CALCULS
Section C4 – REGLES DE CALCUL DES ENVELOPPES CYLINDRIQUES, SPHERIQUES, CONIQUES
ET DES FONDS BOMBÉS SOUMIS A UNE PRESSION EXTERIEURE

Figure C4.1.4b

Figure C4.1.4c - Appareil à double enveloppe - Pression s’exerçant dans l’enceinte entre les deux enveloppes.

688
CODAP 2005 Division 1 x Partie C – CONCEPTION ET CALCULS
Section C4 – REGLES DE CALCUL DES ENVELOPPES CYLINDRIQUES, SPHERIQUES, CONIQUES
ET DES FONDS BOMBÉS SOUMIS A UNE PRESSION EXTERIEURE

Figure C4.1.4d - Appareil à double enveloppe - Dépression dans l’enceinte intérieure.

C4.1.5 - Règle de calcul Si la valeur de A se situe à gauche de la courbe


correspondant à la température de calcul, calculer B par
Pour l’application de la présente règle, E et f doivent
la formule :
être exprimés en MPa ; la valeur de Pa est obtenue dans
la même unité. A˜E
B (C4.1.5.1c)
C4.1.5.1 - Enveloppes cylindriques telles que 2
De/e t 10 d) Calculer la pression extérieure maximale
admissible Pa de l’enveloppe par la formule :
La vérification de la résistance de l’enveloppe
cylindrique s’effectue comme suit : 4 B
Pa K (C4.1.5.1d)
L D 3 De / e
a) Calculer les valeurs et e .
De e L’épaisseur admise e est suffisante si :

b) Déterminer, en fonction de ces valeurs, la valeur Pa t P


du coefficient A à l’aide de l’abaque C4.9.1.
C4.1.5.2 - Enveloppes cylindriques telles que
Si la valeur de L/De est supérieure à 50, entrer dans De/e  10
cet abaque à la valeur :
La vérification de la résistance de l’enveloppe
L/De = 50 (C4.1.5.1b1) cylindrique s’effectue selon la procédure indiquée en
Si la valeur de L/De est inférieure à 0,05, entrer dans C4.1.5.1 jusqu’à la détermination de la valeur du
l’abaque à la valeur : coefficient B.

L/De = 0,05 (C4.1.5.1b2) La pression extérieure maximale admissible Pa de


l’enveloppe est donnée par la relation :
c) Déterminer, en fonction de A et de la température
de calcul, la valeur du coefficient B à l’aide de l’abaque ­°ª§ 2167
, · º ª 2f § 1 · º½°
Pa MIN ®«¨  0,0833¸ B ˜ K» , « ¨1  ¸ »¾
relatif au matériau concerné. °̄«¬© De / e ¹ »¼ «¬ De / e © De / e¹ »¼°¿
Si la valeur de A se situe à droite de l’extrémité de la (C4.1.5.2)
courbe correspondant à la température de calcul,
L’épaisseur admise e est suffisante si :
prendre pour B la valeur qui correspond au point
extrême de cette courbe. Pa t P

689
CODAP 2005 Division 1 x Partie C – CONCEPTION ET CALCULS
Section C4 – REGLES DE CALCUL DES ENVELOPPES CYLINDRIQUES, SPHERIQUES, CONIQUES
ET DES FONDS BOMBÉS SOUMIS A UNE PRESSION EXTERIEURE

C4.2 - ENVELOPPES ET FONDS SPHERIQUES Pa = Pression extérieure maximale admissible


de l’enveloppe sphérique ou du fond
C4.2.1 - Objet et domaine d’application
K = Coefficient égal à :
Les règles du présent chapitre permettent de vérifier
l’épaisseur des enveloppes sphériques, des fonds 1 pour une situation normale de service,
hémisphériques et des calottes des fonds à calotte
1,35 pour une situation exceptionnelle de
sphérique boulonnés soumis à une pression extérieure.
service ou d’essai de résistance.
L’enveloppe sphérique ou le fond peuvent être
E = Module d’élasticité à la température de
constitués de plusieurs éléments assemblés par des
calcul donné par l’abaque relatif au
soudures bout à bout. Il n’y a pas lieu de tenir compte
matériau concerné
d’un coefficient de soudure dans les calculs.
Les règles du présent chapitre couvrent les modes de
défaillance par déformation excessive et par instabilité C4.2.4 - Règle de calcul
élastique et élastoplastique sous l’action de la pression
extérieure. Pour l’application de la présente règle, E doit être
exprimé en MPa ; la valeur de Pa est obtenue dans la
C4.2.2 - Conditions d’application des règles même unité.
C4.2.2.1 - Température de calcul La vérification de la résistance s’effectue comme
suit :
La température de calcul ne doit pas excéder la
température la plus élevée figurant sur l’abaque relatif a) calculer la valeur du coefficient A par la formule :
au matériau concerné.
0, 125
C4.2.2.2 - Défauts de circularité A (C4.2.4a)
Re / e
L’ovalisation et les écarts locaux de circularité de
l’enveloppe ou du fond doivent rester dans les limites b) déterminer en fonction de A et de la température
indiquées en F1.5. de calcul, la valeur du coefficient B à l’aide de l’abaque
relatif au matériau concerné.
C4.2.2.3 - Ouvertures
Si la valeur A se situe à droite de l’extrémité de la
Si l’enveloppe sphérique ou le fond comportent des courbe correspondant à la température de calcul,
ouvertures, il y à lieu de s’assurer que ces ouvertures prendre pour B la valeur qui correspond au point
n’affectent pas la résistance de l’enveloppe ou du fond extrême de cette courbe.
vis-à-vis de l’action de la pression extérieure.
Si la valeur A se situe à gauche de la courbe
C4.2.2.4 - Sollicitations autre que la pression correspondant à la température de calcul, calculer B par
la formule :
Les règles du présent chapitre ne prennent en
compte que l’action de la pression extérieure. A˜ E
B (C4.2.4b)
2
C4.2.3 - Notations
b) calculer la pression extérieure maximale
e = Epaisseur admise de l’enveloppe admissible Pa par la formule :
sphérique ou du fond
B
Re = Rayon extérieur de l’enveloppe ou du Pa K (C4.2.4c)
Re / e
fond
L’épaisseur admise e est suffisante si :
P = Pression extérieure de calcul
Pa t P

690
CODAP 2005 Division 1 x Partie C – CONCEPTION ET CALCULS
Section C4 – REGLES DE CALCUL DES ENVELOPPES CYLINDRIQUES, SPHERIQUES, CONIQUES
ET DES FONDS BOMBÉS SOUMIS A UNE PRESSION EXTERIEURE

C4.3 - FONDS BOMBES ELLIPTIQUES ET C4.3.3 - Notations


TORISPHERIQUES
e = Epaisseur admise du fond
C4.3.1 - Objet et domaine d’application
en = Epaisseur nominale de la tôle qui sert à la
Les règles du présent chapitre permettent de vérifier fabrication du fond
l’épaisseur des fonds bombés de révolution, elliptiques Note : Notée E dans la Norme NF E 81-100 :
ou torisphériques, soumis à une pression sur leur face Décembre 1997.
convexe (Figures C4.3.3a et b).
De = Diamètre extérieur du fond
Ces règles s’appliquent aux fonds suivants :
Note : Notations et définitions identiques à celles de
a) fonds torisphériques tels que : la norme NF E 81-100 : Décembre 1997.

Di Di = Diamètre intérieur du fond


1,7 d d 2,2 (C4.3.1-1)
2h 2 Ri = Rayon intérieur de la calotte sphérique
d’un fond torisphérique
et
Re = Rayon extérieur de la sphère équivalente
0,001 D e d e d 0,08 De (C4.3.1-2)
rc = Rayon de carre d’un fond torisphérique
b) fonds torisphériques tels que : (rayon intérieur de l’élément torique dans
un plan méridien)
x Ri d D e
Note : Notations et définitions identiques à celles de
la norme NF E 81-100 : Décembre 1997.
x rc t 0,06 D e
h2 = Flèche intérieure d’un fond elliptique
x rc t 3 e (profondeur théorique de la partie
bombée)
x 0,001 D e d e d 0,08 D e
Note : Notations et définitions identiques à celles de
Ces fonds peuvent être en un seul élément sans la norme NF E 81-100 : Décembre 1997.
soudure ou constitués de plusieurs éléments de même P = Pression extérieure de calcul
épaisseurs assemblées par des soudures bout à bout. Il
n’y a pas lieu de tenir compte d’un coefficient de f = Contrainte nominale de calcul
soudure dans les calculs.
Les règles du présent chapitre couvrent les modes de
défaillance par déformation excessive et par instabilité
élastique et élastoplastique sous l’action de la pression
extérieure.
C4.3.2 - Conditions d’application des règles
C4.3.2.1 - Température de calcul
La température de calcul ne doit pas excéder la
température la plus élevée figurant sur l’abaque au
matériau concerné.
C4.3.2.2 - Défauts de forme Figure C4.3.3a - Fond elliptique.
Les défauts de forme des fonds doivent rester dans
les limites indiquées en F1.5.
C4.3.2.3 - Ouvertures
Si le fond comporte des ouvertures, il y a lieu de
s’assurer que ces ouvertures n’affectent pas la résistance
du fond à l’action de la pression extérieure.
C4.3.2.4 - Sollicitations autres que la pression
Les règles du présent chapitre ne prennent en
compte que l’action de la pression extérieure.

Figure C4.3.3b - Fond torisphérique.

691
CODAP 2005 Division 1 x Partie C – CONCEPTION ET CALCULS
Section C4 – REGLES DE CALCUL DES ENVELOPPES CYLINDRIQUES, SPHERIQUES, CONIQUES
ET DES FONDS BOMBÉS SOUMIS A UNE PRESSION EXTERIEURE

C4.3.4 - Règles de calcul La valeur du coefficient C1 est donnée par la


formule :
Le fond doit satisfaire aux deux règles suivantes :
§ D ·
a) L’épaisseur admise du fond doit être au moins C1 0 , 45 ¨¨ i ¸¸ (C4.3.4b)
égale à la valeur ey donnée par la formule C3.1.5.1c, en © 2 h2 ¹
prenant pour la détermination de cette valeur une
pression intérieure de calcul égale à 1,2P. Pour les fonds elliptiques conformes à la norme
NF E 81-103 : Décembre 1997, (Di / 2h2 = 1,9),
b) la pression extérieure maximale admissible de la
C1 = 0,855.
« sphère équivalente » au fond, calculée selon C4.2.4,
doit être au moins égale à P. C4.3.5 - Raccordement fond-enveloppe cylindrique
Le rayon extérieur Re de cette sphère équivalente est L’épaisseur utile du bord cylindrique du fond doit,
égal à : sauf justification particulière, être au moins égale à
– pour un fond elliptique : Re = C1 . De l’épaisseur admise de l’enveloppe cylindrique adjacente
vérifiée selon C4.1.
– pour un fond torisphérique : Re = Ri + en

692
CODAP 2005 Division 1 x Partie C – CONCEPTION ET CALCULS
Section C4 – REGLES DE CALCUL DES ENVELOPPES CYLINDRIQUES, SPHERIQUES, CONIQUES
ET DES FONDS BOMBÉS SOUMIS A UNE PRESSION EXTERIEURE

C4.4 - ENVELOPPES CONIQUES DE SECTION De = Diamètre extérieur du tronçon


DROITE CIRCULAIRE d’enveloppe conique considéré, à sa
grande base (voir figure C4.4.3)
C4.4.1 - Objet et domaine d’application
H = Longueur, mesurée parallèlement à l’axe,
Les règles du présent chapitre permettent de vérifier
du tronçon d’enveloppe conique
l’épaisseur des enveloppes coniques de section droite
considéré (voir figure C4.4.3)
circulaire de demi-angle au sommet D inférieur ou égal
à 60°, soumises à une pression extérieure. La longueur H est à mesurer comme suit :
Une telle enveloppe peut être constituée de plusieurs a) Pour un anneau raidisseur rapporté :
éléments assemblés par des soudures bout à bout. Il n’y
– à partir d’un plan perpendiculaire
a pas lieu de tenir compte d’un coefficient de soudure
à l’axe de l’enveloppe passant par
dans les calculs.
le centre de gravité G de
Lorsque le demi-angle au sommet D n’excède pas l’ensemble constitué par l’anneau
45°, l’enveloppe peut être munie d’anneaux raidisseurs raidisseur et les longueurs
rapportés qui doivent alors satisfaire aux règles de C4.6. d’enveloppe participantes
éventuelles (voir C4.6).
Les jonctions enveloppe conique-enveloppe
cylindrique à la grande base et à la petite base doivent b) Pour une jonction enveloppe conique-
satisfaire aux règles de C4.7. enveloppe cylindrique (voir C4.7) :
Les règles du présent chapitre couvrent les modes de – à partir de l’intersection des
défaillance par déformation excessive et par instabilité surfaces externes des deux
élastique et élastoplastique sous l’action de la pression enveloppes si la jonction ne
extérieure. comporte pas d’anneau raidisseur
rapporté,
C4.4.2 - Conditions d’applications des règles
– à partir d’un plan perpendiculaire
C4.4.2.1 - Température de calcul à l’axe de l’enveloppe passant par
La température de calcul ne doit pas excéder la le centre de gravité G de
température la plus élevée figurant sur l’abaque relatif l’ensemble constitué par l’anneau
au matériau concerné. raidisseur et les longueurs
d’enveloppe participantes
C4.4.2.2 - Défauts de circularité éventuelles si la jonction comporte
L’ovalisation et les écarts locaux de circularité de un anneau raidisseur rapporté.
l’enveloppe doivent rester dans les limites indiquées en D = Demi angle au sommet de l’enveloppe
F1.5. conique
C4.4.2.3 - Ouvertures P = Pression extérieure de calcul
Si l’enveloppe conique comporte des ouvertures, il y
a lieu de s’assurer que ces ouvertures n’affectent pas la C4.4.4 - Règle de calcul
résistance de l’enveloppe à l’action de la pression La vérification de la résistance d’un tronçon
extérieure. d’enveloppe conique est à effectuer au moyen de la
C4.4.2.4 - Sollicitations autres que la pression règle C4.1.5 en assimilant ce tronçon d’enveloppe
conique à une enveloppe cylindrique de diamètre
Les règles du présent chapitre ne prennent en De
compte que l’action de la pression extérieure. extérieur et de longueur Leq, soumise à la
cos D
C4.4.3 - Notations pression extérieure P.
e = Epaisseur admise du tronçon d’enveloppe La longueur Leq a pour valeur :
conique considéré
§ H ˜ tg D ·
Un tronçon d’enveloppe conique est la Leq H ¨1  ¸ (C4.4.4)
partie d’enveloppe comprise entre deux © De ¹
éléments raidisseurs consécutifs (jonction
enveloppe conique-enveloppe cylindrique L’application des règles données en C4.7 peut
satisfaisant à C4.7 ou anneau raidisseur conduire à majorer l’épaisseur de l’enveloppe conique
rapporté satisfaisant à C4.6). au voisinage de ses raccordements avec les enveloppes
cylindriques adjacentes.

693
CODAP 2005 Division 1 x Partie C – CONCEPTION ET CALCULS
Section C4 – REGLES DE CALCUL DES ENVELOPPES CYLINDRIQUES, SPHERIQUES, CONIQUES
ET DES FONDS BOMBÉS SOUMIS A UNE PRESSION EXTERIEURE

Figure C4.4.3.

694
CODAP 2005 Division 1 x Partie C – CONCEPTION ET CALCULS
Section C4 – REGLES DE CALCUL DES ENVELOPPES CYLINDRIQUES, SPHERIQUES, CONIQUES
ET DES FONDS BOMBÉS SOUMIS A UNE PRESSION EXTERIEURE

C4.5 - ELEMENTS RAIDISSEURS DES Ll, L2 = Longueurs d’enveloppe de part et d’autre


ENVELOPPES CYLINDRIQUES DE SECTION de l’élément raidisseur considéré,
DROITE CIRCULAIRE mesurées comme indiqué en C4.1.4
C4.5.1 - Objet et domaine d’application Lorsque l’élément raidisseur est une
bride L2 = 0.
Les règles du présent chapitre permettent de vérifier
la résistance des éléments raidisseurs des enveloppes L1  L2
cylindriques de section droite circulaire soumises à une l = (voir figure C4.5.3)
2
pression extérieure.
xl, = Longueurs d’enveloppe participantes,
Elles concernent les éléments raidisseurs suivants : x2, x3 d’épaisseurs moyennes admises el, e2, e3
– anneau raidisseur rapporté (dont les (voir figures C4.5.5)
dispositions constructives sont précisées en x xl et x2 sont données par la formule :
C4.8),
– jonction d’une double enveloppe cylindrique xi ^
MIN 0,55 De ˜ ei , Li / 2 `
sur une enveloppe cylindrique dans laquelle
règne une dépression,
x x3 = 0,55 De ˜e3
– bride d’assemblage soudé à l’enveloppe.
Ar = Section droite de l’anneau raidisseur
C4.5.2 - Conditions d’application des règles rapporté. Dans les figures C4.5.5, Ar est la
C4.5.2.1 - Matériaux surface doublement hachurée :
Lorsqu’un élément raidisseur comprend un élément
rapport (anneau raidisseur, jonction de double I = Moment d’inertie de la section droite de
enveloppe, bride) constitué d’un matériau différent de l’élément raidisseur, déterminés selon
celui de l’enveloppe, l’abaque à utiliser pour C4.5.5
l’application de la règle de calcul est celui qui, pour la
In = Moment d’inertie nécessaire de la section
valeur de B calculée par la formule C4.5.4a, conduit à la
droite de l’élément raidisseur
valeur de A la plus élevée.
P = Pression extérieure de calcul
Si, dans la détermination du moment d’inertie I, la
participation de l’enveloppe n’est pas prise en compte, K = Coefficient égal à :
l’abaque à utiliser dans la règle de calcul est celui relatif
1 pour une situation normale de service,
au matériau de l’élément rapporté.
1,35 pour une situation exceptionnelle de
C4.5.2.2 - Température de calcul
service ou d’essai de résistance.
La température de calcul ne doit pas excéder la
E = Module d’élasticité à la température de
température la plus élevée figurant sur l’abaque de
calcul du matériau correspondant à
C4.9.2 retenu en application de C4.5.2.1.
l’abaque retenu en application de
C4.5.2.3 - Défauts de circularité C4.5.2.1 ; la valeur de E est donnée par le
tableau C4.9.2
Au droit d’un élément raidisseur, l’ovalisation et les
écarts locaux de circularité de l’enveloppe doivent rester
dans les limites indiquées en F1.5.
C4.5.2.4 - Sollicitations autres que la pression
Les règles du présent chapitre ne prennent en
compte que l’action de la pression extérieure.
C4.5.3 - Notations
eeq = Epaisseur moyenne admise de
l’enveloppe cylindrique sur la longueur l.
el, = Epaisseurs moyennes admises sur les
e2, e3 longueurs xl, x2, x3.
Figure C4.5.3
De = Diamètre extérieur de l’enveloppe
cylindrique dans le plan de l’élément
raidisseur considéré.

695
CODAP 2005 Division 1 x Partie C – CONCEPTION ET CALCULS
Section C4 – REGLES DE CALCUL DES ENVELOPPES CYLINDRIQUES, SPHERIQUES, CONIQUES
ET DES FONDS BOMBÉS SOUMIS A UNE PRESSION EXTERIEURE

C4.5.4 - Règle de calcul C4.5.5 - Détermination du moment d’inertie


Pour l’application de la présente règle, P et E Le moment d’inertie I est celui de la section droite
doivent être exprimés en MPa. de l’élément raidisseur par rapport à son axe neutre yy
parallèle à l’axe de l’enveloppe.
La vérification de la résistance d’un élément
raidisseur s’effectue comme suit : Cette section est composée de :
a) Calculer B par la formule : – la section de l’élément rapporté,
3 P ˜ l ˜ De 1 – la section d’enveloppe directement associée à
B (C4.5.4a) l’élément rapporté,
4 l ˜ eeq  Ar K
– la section des longueurs d’enveloppe
b) Déterminer, en fonction de B et de la température participantes.
de calcul, la valeur du coefficient A à l’aide de l’abaque
retenu en application de C4.5.2.1. Elle est constituée des surfaces hachurées
et des figures C4.5.5, de
Si la valeur de B est inférieure à la plus petite valeur centre de gravité G.
figurant sur l’abaque, calculer A par la formule :
La participation de l’enveloppe peut ne pas être prise
2B en compte ; le moment d’inertie I est alors celui de la
A (C4.5.4b)
E section droite de l’élément raidisseur rapporté seul, de
section Ar ; G est alors le centre de gravité de cette
c) L’élément raidisseur est suffisant si son moment
section droite.
d’inertie I est au moins égal à :

In
2

De l ˜ eeq  Ar A (C4.5.4c)
12

Figure C4.5.5a Figure C4.5.5b

696
CODAP 2005 Division 1 x Partie C – CONCEPTION ET CALCULS
Section C4 – REGLES DE CALCUL DES ENVELOPPES CYLINDRIQUES, SPHERIQUES, CONIQUES
ET DES FONDS BOMBÉS SOUMIS A UNE PRESSION EXTERIEURE

* Si cet angle excède 45°, se reporter à


la figure C4.5.5c.
Figure C4.5.5c Figure C4.5.5d

Figure C4.5.5e Figure C4.5.5f

697
CODAP 2005 Division 1 x Partie C – CONCEPTION ET CALCULS
Section C4 – REGLES DE CALCUL DES ENVELOPPES CYLINDRIQUES, SPHERIQUES, CONIQUES
ET DES FONDS BOMBÉS SOUMIS A UNE PRESSION EXTERIEURE

C4.6 - ANNEAUX RAIDISSEURS DES H1, H2 = Longueurs des tronçons d’enveloppe


ENVELOPPES CONIQUES DE SECTION conique adjacents à l’anneau raidisseur
DROITE CIRCULAIRE considéré, mesurées parallèlement à l’axe
comme indiqué en C4.4.3
C4.5.6.1 - Objet et domaine d’application
H1 est la longueur du tronçon adjacent à
Les règles du présent chapitre permettent de vérifier l’anneau raidisseur côté grande base de
la résistance des anneaux raidisseurs des enveloppes l’enveloppe conique, H2 est la longueur
coniques de section droite circulaire soumises à une du tronçon adjacent à l’anneau raidisseur
pression extérieure. côté petite base.
Les dispositions constructives auxquelles doivent H1  H 2
h = (voir figure C4.6.3)
satisfaire ces anneaux raidisseurs sont précisées en 2 cos D
C4.8.
L’emploi de tels anneaux raidisseurs est limité aux
enveloppes coniques dont le demi-angle au sommet D
n’excède pas 45°.

C4.6.2 - Conditions d’applications des règles

C4.6.2.1 - Matériaux
Lorsque l’anneau raidisseur rapporté est constitué
d’un matériau différent de celui de l’enveloppe,
l’abaque à utiliser pour l’application de la règle de
calcul est celui qui, pour la valeur de B calculée par la
formule C4.6.4a1, conduit à la valeur de A la plus
élevée.
Si, dans la détermination du moment d’inertie I, la
participation de l’enveloppe n’est pas prise en compte,
Figure C4.6.3
l’abaque à utiliser dans la règle de calcul est celui relatif
au matériau de l’anneau raidisseur rapporté. D = Demi-angle au sommet de l’enveloppe
conique
C4.6.2.2 - Température de calcul
x1, x2 = Longueurs d’enveloppes participantes,
La température de calcul ne doit pas excéder la
d’épaisseurs moyennes admises e1 et e2
température la plus élevée figurant sur l’abaque retenu
(voir figure C4.6.5) :
en application de C4.6.2.1.
­°§ De · § H i · ½°
C4.6.2.3 - Défauts de circularité x i = MIN ®¨¨ 0,55 ei ¸¸ , ¨ ¸¾
°̄© cos D ¹ © 2 cos D ¹ °
¿
Au droit d’un anneau raidisseur, l’ovalisation et les
écarts locaux de circularité de l’enveloppe doivent rester Ar = Section droite de l’anneau raidisseur
dans les limites indiquées en F1.5. rapporté. Dans les figures C4.6.5, Ar est la
C4.6.2.4 - Sollicitations autre que la pression surface doublement hachurée :

Les règles du présent chapitre ne prennent en


compte que l’action de la pression extérieure. I = Moment d’inertie de la section droite de
l’anneau raidisseur, déterminé selon
C4.6.3 - Notations C4.6.5
eeq = Epaisseur moyenne admise de In = Moment d’inertie nécessaire de la section
l’enveloppe conique sur la longueur h droite de l’anneau raidisseur
el, e2 = Epaisseurs moyennes admises de P = Pression extérieure de calcul
l’enveloppe conique sur les longueurs xl
et x2 K = Coefficient égal à :

De = Diamètre extérieur de l’enveloppe 1 pour une situation normale de service,


conique dans le plan de l’anneau 1,35 pour une situation exceptionnelle de
raidisseur considéré service ou d’essai de résistance.

698
CODAP 2005 Division 1 x Partie C – CONCEPTION ET CALCULS
Section C4 – REGLES DE CALCUL DES ENVELOPPES CYLINDRIQUES, SPHERIQUES, CONIQUES
ET DES FONDS BOMBÉS SOUMIS A UNE PRESSION EXTERIEURE

E = Module d’élasticité à la température de 2B


calcul du matériau correspondant à A (C4.6.4b)
E
l’abaque retenu en application de
C4.6.2.1 ; la valeur de E est donnée par c) L’élément raidisseur est suffisant si son moment
l’abaque relatif au matériau concerné d’inertie I est au moins égal à :
C4.6.4 - Règle de calcul
In
De
2
h ˜ e eq
 Ar A
(C4.6.4c)
Pour l’application de la présente règle, P et E
12
doivent être exprimés en MPa.
C4.6.5 - Détermination du moment d’inertie I
La vérification de la résistance d’un anneau
raidisseur s’effectue comme suit : Le moment d’inertie I est celui de la section droite
de l’anneau raidisseur par rapport à son axe neutre yy
a) Calculer B par la formule : parallèle à l’axe de l’enveloppe conique.
3 Q ˜ De 1 Cette section est composée de :
B (C4.6.4a1)
4 h ˜ eeq  Ar K
– la section de l’anneau raidisseur rapporté,
Dans laquelle : – la section d’enveloppe directement associée
à l’anneau rapporté,
ªH  H § H 2  H 22 · tg D º
Q P« 1 2
 ¨¨ 1 ¸
¸ » – la section des longueurs d’enveloppe
«¬ 2 cos 2 D © 3 De ¹ cos2 D »¼ participantes.
(C4.6.4a2) Elle est constituée des surfaces hachurées
et des figures C4.6.5, de
b) Déterminer, en fonction de B et de la température centre de gravité G.
de calcul, la valeur du coefficient A à l’aide de l’abaque
retenu en application de C4.6.2.1. La participation de l’enveloppe peut ne pas être prise
en compte ; le moment d’inertie I est alors celui de la
Si la valeur de B est inférieure à la plus petite valeur section droite de l’anneau raidisseur rapporté seul, de
figurant sur l’abaque, calculer A par la formule : section Ar ; G est alors le centre de gravité de cette
section droite.

Figure C4.6.5a Figure C4.6.5b

699
CODAP 2005 Division 1 x Partie C – CONCEPTION ET CALCULS
Section C4 – REGLES DE CALCUL DES ENVELOPPES CYLINDRIQUES, SPHERIQUES, CONIQUES
ET DES FONDS BOMBÉS SOUMIS A UNE PRESSION EXTERIEURE

C4.7 - JONCTIONS ENVELOPPE CONIQUE- C4.7.2.5 - Jonction à la grande base


ENVELOPPE CYLINDRIQUE
Les règles données en C4.7.4.1 et C4.7.4.2 ne sont
C4.7.1 - Objet et domaine d’application applicables que si :
Les règles du présent chapitre permettent de vérifier a) la longueur Lcône de l’enveloppe conique est au
la résistance à l’action de la pression extérieure des moins égale à ll,cône,
jonctions d’une enveloppe conique de section droite
b) la longueur ll,cyl d’enveloppe cylindrique
circulaire avec une enveloppe cylindrique de même axe,
n’interfère pas avec la zone d’influence du
à la grande base et à la petite base.
raccordement de cette enveloppe avec une autre
Le raccordement des enveloppes peut être à angle enveloppe, un fond, une plaque tubulaire, une bride, etc.
vif ou bien réalisé par l’intermédiaire d’une partie
C4.7.3 - Notations
torique ; dans ce cas, le rayon de raccordement doit être
au plus égal à 1/10 du diamètre extérieur de l’enveloppe eeq = Epaisseur moyenne admise des
cylindrique. enveloppes au voisinage de la jonction,
sur la longueur hj
La jonction peut comporter un anneau raidisseur
rapporté permettant de satisfaire aux règles de C4.7.4.3 ev = Epaisseur minimale nécessaire des
ou C4.7.5.2 (voir Note) ; les dispositions constructives enveloppes au voisinage du raccordement
relatives à un tel anneau sont précisées en C4.8. à angle vif à la grande base
Note : Ces règles sont transposables, en s’inspirant des indications et = Epaisseur minimale nécessaire des
données en C4.5, au cas où l’enveloppe cylindrique comporte, au
voisinage de la jonction, une bride ou une jonction de double
enveloppes au voisinage du raccordement
enveloppe. à la grande base par une partie torique
Les règles du présent chapitre couvrent les modes de ecyl = Epaisseur admise de l’enveloppe
défaillance par déformation excessive, par déformation cylindrique adjacente à la jonction à la
progressive et par instabilité élastique et élastoplastique petite base
sous l’action de la pression extérieure. Si l’épaisseur de l’enveloppe cylindrique
C4.7.2 - Conditions d’application des règles n’est pas constante, ecyl est l’épaisseur
moyenne admise sur la longueur l2,cyl.
C4.7.2.1 - Matériaux
ecône = Epaisseur admise de l’enveloppe conique
Lorsque les deux enveloppes adjacentes à la jonction à sa petite base
étudiée sont constituées de matériaux différents ou
lorsque la jonction comporte un anneau raidisseur Si l’épaisseur de l’enveloppe conique
constitué d’un matériau différent de celui des n’est pas constante, ecône est l’épaisseur
enveloppes, l’abaque à utiliser pour l’application des moyenne admise sur la longueur l2,cône.
règles de calcul C4.7.4.3 ou C4.7.5.2 set celui qui, pour e1, e2, = Epaisseurs moyennes admises des
la valeur de B calculée par la formule correspondante, e3 enveloppes sur les longueurs x1, x2 et l3
conduit à la valeur de A la plus élevée.
Dm,l, = Diamètres moyen et extérieur de
Si, dans la détermination d’un moment d’inertie I, la De,l l’enveloppe cylindrique adjacente à la
participation des enveloppes n’est pas prise en compte, jonction à la grande base
l’abaque à utiliser dans les règles de calcul est celui
relatif au matériau de l’élément rapporté. Dm,2, = Diamètres moyen et extérieur de
De,2 l’enveloppe cylindrique adjacente à la
C4.7.2.2 - Température de calcul jonction à la petite base
La température de calcul ne doit pas excéder la L = Longueur d’enveloppe cylindrique
température la plus élevée figurant sur l’abaque retenu adjacente à la jonction considérée,
en application de C4.7.2.1. mesurée comme indiqué en C4.1.4
C4.7.2.3 - Défauts de circularité H = Longueur du tronçon d’enveloppe
Au droit de la jonction, l’ovalisation et les écarts conique adjacent à la jonction considérée,
locaux de circularité des enveloppes doivent rester dans mesurée parallèlement à l’axe, comme
les limites indiquées en F1.5. indiqué en C4.4.3
C4.7.2.4 - Sollicitations autres que la pression Lcône = Longueur de l’enveloppe conique entre
ses deux bases, mesurée selon une
Les règles du présent chapitre ne prennent en génératrice comme l’indiquent les figures
compte que l’action de la pression extérieure. C4.7.4.1, C4.7.4.2 et C4.7.5.1

700
CODAP 2005 Division 1 x Partie C – CONCEPTION ET CALCULS
Section C4 – REGLES DE CALCUL DES ENVELOPPES CYLINDRIQUES, SPHERIQUES, CONIQUES
ET DES FONDS BOMBÉS SOUMIS A UNE PRESSION EXTERIEURE

l1,cyl = Longueur d’enveloppe cylindrique, x du raccordement de


mesurée comme l’indiquent les figures l’enveloppe cylindrique avec
C4.7.4.1 et C4.7.4.2, participant à la une enveloppe sphérique ou
résistance du raccordement à la grande une autre enveloppe
base : cylindrique ou conique
d’axes concourants,
x l1,cyl = 0,5 D m,1 ˜ e t
prendre pour l2,cyl une valeur réduite :
lorsque le raccordement est réalisé par
l 2, cyl l 2, cyl,r
une partie torique.
déterminée comme l’indique la figure
x l1,cyl = D m,1 ˜ e v C4.7.3.1.
lorsque le raccordement est à angle vif. Note : La valeur de cette longueur et celle de la
longueur l2,cône,r ou l2,cyl,r sont, dans ces cas,
l1,cône = Longueur d’enveloppe conique, mesurée interdépendantes. Leur détermination peut donc
comme l’indiquent les figures C4.7.4.1 et être faite au mieux des besoins de la vérification
C4.7.4.2, participant à la résistance du de la résistance de chacune des deux discontinuités
voisines concernées.
raccordement à la grande base :
l2,cyl,n = Valeur normale de la longueur l2,cyl :
Dm,1 ˜ e t
x l1,cône = l 2,cyl,n Dm,2 ˜ ecyl
cos D
lorsque le raccordement est réalisé par l2,cône = Longueur d’enveloppe conique, mesurée
une partie torique. comme l’indiquent les figures C4.7.5.1,
participant à la résistance du raccordement
D m,1 ˜ e v à la petite base.
x l1,cône =
cos D Dans le cas général :
lorsque le raccordement est à angle vif. l2,cône = l2,cône,n
l2,cyl = Longueur d’enveloppe cylindrique,
x Dans le cas où la longueur l2,cône,n
mesurée comme l’indiquent les figures
interfère avec la longueur l1,cône
C4.7.5.1, participant à la résistance du
d’enveloppe conique participant à
raccordement à la petite base
la résistance de raccordement à la
Dans le cas général : grande base, prendre pour l2,cône
une valeur réduite :
l 2,cyl l 2, cyl,n
l2,cône = l2,cône,r = Lcône – l1,cône
Dans le cas où la longueur l2,cyl,n interfère
avec : x Dans le cas où la longueur l2,cône,n
interfère avec la longueur
– la zone d’influence du d’enveloppe conique prise en
raccordement de l’enveloppe compte pour la vérification de la
cylindrique avec un fond, une résistance d’une ouverture proche
plaque tubulaire, une bride ou avec du raccordement étudié (voir C5),
une autre enveloppe conique de prendre pour l2,cône une valeur
même axe à la grande base. réduite :
– la longueur d’enveloppe
l2,cône = l2,cône,r
cylindrique prise en compte (voir
note) pour la vérification de la déterminée comme l’indique la figure
résistance : C4.7.3.1.
x d’une ouverture proche du Note : La valeur de cette longueur et celle de la
raccordement étudié (voir C5), longueur l2,cône,r ou l2,cyl,r sont, dans ces cas,
interdépendantes.
x du raccordement à la petite Leur détermination peut donc être faite au mieux des
base de l’enveloppe besoins de la vérification de la résistance de chacune
cylindrique avec une autre des deux discontinuités voisines concernées.
enveloppe conique de même
axe,

701
CODAP 2005 Division 1 x Partie C – CONCEPTION ET CALCULS
Section C4 – REGLES DE CALCUL DES ENVELOPPES CYLINDRIQUES, SPHERIQUES, CONIQUES
ET DES FONDS BOMBÉS SOUMIS A UNE PRESSION EXTERIEURE

l2,cône,n = Valeur normale de la longueur l2,cône : Ar = Section droite de l’anneau raidisseur


rapporté. Dans la figure C4.7.6.2, Ar est la
Dm,2 ˜ e2,cone

surface doublement hachurée :

l2,cone,n k
cos D
I = Moment d’inertie de la section droite de la
l3 = Longueur développée d’enveloppes
jonction, déterminé selon C4.7.6
mesurée sur la paroi extérieure comme
l’indique la figure C4.7.6.2, d’épaisseur In = Moment d’inertie nécessaire de la section
moyenne admise e3 droite de la jonction
hj = Longueur développée d’enveloppes P = Pression extérieure de calcul
mesurée sur la paroi extérieure comme
K = Coefficient égal à :
l’indiquent les figures C4.7.3.2 et C4.7.3.3,
d’épaisseur moyenne admise eeq 1 pour une situation normale de service,
Pour une jonction à angle vif sans anneau 1,35 pour une situation exceptionnelle de
raidisseur rapporté : service ou d’essai de résistance.
L H k = Coefficient donné par le graphique
hj 
2 2 cos D C4.7.3.4

rt = Rayon intérieur de la partie torique E = Module d’élasticité à la température de


raccordant, à la grande base, une enveloppe calcul du matériau correspondant à
conique avec une enveloppe cylindrique l’abaque retenu en application de C4.7.2.1 ;
la valeur de E est donnée par le tableau
D = Demi-angle au sommet de l’enveloppe C4.9.2
conique
f, f1,cyl, = Contrainte nominale de calcul
x1 = Longueur d’enveloppe cylindrique f2,cyl, ft, respectivement du matériau :
participant à l’inertie de la jonction, fa, fr
mesurée comme l’indiquent les figures – de l’enveloppe conique (f ),
C4.7.6.1 et C4.7.6.2, d’épaisseur moyenne – de l’enveloppe cylindrique adjacente
admise e1 : à la grande base (f1,cyl),
x1 0,55 De ˜ e1 – de l’enveloppe cylindrique adjacente
à la petite base (f2,cyl),
formule dans laquelle :
– de la torique de raccordement à la
­° De,1 pour la grande base, grande base (ft),
De ®
°̄ De,2 pour la petite base. – de l’anneau raidisseur rapporté à la
petite base (fa),
Si la longueur x1 s’étend au-delà de la
limite indiquée sur les figures C4.7.6.1 et – du renfort à la petite base (fr).
C4.7.6.2, prendre pour x1 une longueur Lorsque f2,cyl, fa ou fr sont supérieurs à
réduite ne dépassant pas cette limite. f, prendre f2,cyl, fa ou fr = f pour
x2 = Longueur d’enveloppe conique participant l’application de la règle C4.7.5.1.
à l’inertie de la jonction, mesurée comme fmin = MIN {(f ) , (f1,cyl), (ft)}
l’indiquent les figures C4.7.6.1 et C4.7.6.2,
d’épaisseur moyenne admise e2 : Si le raccordement est à angle vif :
fmin = MIN {(f ) , (f1,cyl)}
De
x2 0,55 ˜ e2
cos D

formule dans laquelle :

­° De,1 pour la grande base,


De ®
°̄ De,2 pour la petite base.

Si la longueur x2 s’étend au-delà de la


limite indiquée sur les figures C4.7.6.1 et
C4.7.6.2, prendre pour x2 une longueur
réduite ne dépassant pas cette limite.

702
CODAP 2005 Division 1 x Partie C – CONCEPTION ET CALCULS
Section C4 – REGLES DE CALCUL DES ENVELOPPES CYLINDRIQUES, SPHERIQUES, CONIQUES
ET DES FONDS BOMBÉS SOUMIS A UNE PRESSION EXTERIEURE

Dm,2
G
Dm,2 ˜ econe

cos D

13 G
x Pour 4 d G d 16 : k 
12 48
x Pour G ! 16 : k 0,75

Graphique C4.7.3.4 - Valeurs du coefficient k.

Figure C4.7.3.1

703
CODAP 2005 Division 1 x Partie C – CONCEPTION ET CALCULS
Section C4 – REGLES DE CALCUL DES ENVELOPPES CYLINDRIQUES, SPHERIQUES, CONIQUES
ET DES FONDS BOMBÉS SOUMIS A UNE PRESSION EXTERIEURE

a)
b)

d)
c)
G = Centre de gravité de la section droite, définie en C4.7.6.2, de l’ensemble constitué par
l’anneau raidisseur et les longueurs d’enveloppes participantes.
(1) L’anneau raidisseur peut être rapporté sur l’enveloppe cylindrique ou sur l’enveloppe conique.

Figure C4.7.3.2 - Définition de hj pour une jonction enveloppe conique-enveloppe cylindrique à la grande base.

704
CODAP 2005 Division 1 x Partie C – CONCEPTION ET CALCULS
Section C4 – REGLES DE CALCUL DES ENVELOPPES CYLINDRIQUES, SPHERIQUES, CONIQUES
ET DES FONDS BOMBÉS SOUMIS A UNE PRESSION EXTERIEURE

b)
a)

c) d)
G = Centre de gravité de la section droite, définie en C4.7.6.2, de l’ensemble constitué par
l’anneau raidisseur et les longueurs d’enveloppes participantes.
(1) L’anneau raidisseur peut être rapporté sur l’enveloppe cylindrique ou sur l’enveloppe conique.

Figure C4.7.3.3 - Définition de hj pour une jonction enveloppe conique-enveloppe cylindrique à la petite base.

705
CODAP 2005 Division 1 x Partie C – CONCEPTION ET CALCULS
Section C4 – REGLES DE CALCUL DES ENVELOPPES CYLINDRIQUES, SPHERIQUES, CONIQUES
ET DES FONDS BOMBÉS SOUMIS A UNE PRESSION EXTERIEURE

C4.7.4 - Jonction enveloppe conique-enveloppe les épaisseurs utiles :


cylindrique à la grande base
– de l’enveloppe cylindrique, sur une longueur
C4.7.4.1 - Dans le cas d’un raccordement à angle vif, au moins égale à :
les épaisseurs utiles :
l1,cyl 0,5 Dm,1 ˜ e t (C4.7.4.2a2)
– de l’enveloppe cylindrique, sur une longueur
au moins égale à : – de la partie torique,
l1,cyl Dm,1 ˜ e v (C4.7.4.1a1) – de l’enveloppe conique, sur une longueur,
mesurée selon une génératrice, au moins égale
– de l’enveloppe conique, sur une longueur, à:
mesurée selon une génératrice, au moins égale
à: Dm,1 ˜ e t
l1,cône (C4.7.4.2a3)
cos D
Dm,1 ˜e v
l1,cône (C4.7.4.1a2) doivent être au moins égales (voir figure C4.7.4.2) à la
cosD
valeur et donnée par la formule :
doivent être au moins égales (voir figure C4.7.4.1) à la P ˜ De,1
valeur ev donnée par la formule : et C1 (C4.7.4.2a4)
2 f min
P ˜ De,1
ev C2 (C4.7.4.1a3) Le coefficient C1 est donné par le graphique C2.3.5.
2 f min  P
b) Lorsque le rayon intérieur rt de la partie torique
Le coefficient C2 est donné par le graphique C2.3.6. est inférieur à 0,01 De,1, il y a lieu d’appliquer la règle
C4.7.4.1.
C4.7.4.2 - Dans le cas d’un raccordement par une partie
torique :
a) Lorsque le rayon intérieur rt de la partie torique
est tel que :
0,01 De,1 d rt d 0,1 De,1 (C4.7.4.2a1)

Figure C4.7.4.1 Figure C4.7.4.2

706
CODAP 2005 Division 1 x Partie C – CONCEPTION ET CALCULS
Section C4 – REGLES DE CALCUL DES ENVELOPPES CYLINDRIQUES, SPHERIQUES, CONIQUES
ET DES FONDS BOMBÉS SOUMIS A UNE PRESSION EXTERIEURE

C4.7.4.3 - Outre les vérifications selon C4.7.4.1 ou Dans le cas d’une jonction avec anneau raidisseur
C4.7.4.2, la résistance de la jonction doit être vérifiée rapporté, si la section Ar de l’anneau s’étend au-delà des
comme suit (pour l’application de cette règle, P et E longueurs l2,cyl et l2,cône, prendre, pour l’application de la
doivent être exprimés en MPa) : présente règle, une section réduite ne dépassant pas ces
limites.
a) Calculer B par la formule :
Si la jonction comporte un renfort rapporté (figure
3 Q1 ˜ De,1 1 C4.7.5.1a), l’épaisseur utile de ce renfort doit être au
B (C4.7.4.3a1)
4 h j ˜ eeq  Ar K plus égale à 1,5 ecône et sa largeur doit être au plus égale
à l2,cône.
Dans laquelle :
C4.7.5.2 - Outre la vérification selon C4.7.5.1, la
ªL  H § H2 De,1 · º résistance de la jonction doit être vérifiée comme suit
Q1 P«  ¨¨  ¸¸ tg D » (pour l’application de cette règle, P et E doivent être
«¬ 2 © 3De,1 4 ¹ »¼ exprimés en MPa) :
(C4.7.4.3a2) a) Calculer B par la formule :
Si Q1 d 0, il n’y a pas lieu de poursuivre la 3 Q2 ˜ De,2 1
vérification. B (C4.7.5.2a1)
4 h j ˜ eeq  Ar K
b) Déterminer, en fonction de B et de la température
de calcul, la valeur du coefficient A à l’aide de l’abaque Dans laquelle :
retenu en application de C4.7.2.1. ªL º
H § H2 De,2 ·
Q2 P«   ¨  ¸ tg D »
2 cos2 D ¨© 3De,2 ˜ cos2 D 4 ¸¹
Si la valeur de B est inférieure à la plus petite valeur
«2 »
figurant sur l’abaque, calculer A par la formule : ¬ ¼
(C4.7.5.2a2)
2B
A (C4.7.4.3b) b) Déterminer, en fonction de B et de la température
E
de calcul, la valeur du coefficient A à l’aide de l’abaque
c) La résistance de la jonction est suffisante si son retenu en application de C4.7.2.1.
moment d’inertie I est supérieur ou égal à :
Si la valeur de B est inférieure à la plus petite valeur

In
2
De,1
h j ˜ eeq  Ar A
(C4.7.4.3c)
figurant sur l’abaque, calculer A par la formule :
12 2B
A (C4.7.5.2b)
C4.7.5 - Jonction enveloppe conique-enveloppe E
cylindrique à la petite base c) La résistance de la jonction est suffisante si son
C4.7.5.1 - La jonction doit satisfaire à la relation moment d’inertie I est supérieur ou égal à :
C4.7.5.1.

S f  0,5 P  S cyl f 2,cyl  0,5 P  Ar f a  0,5 P
In
2
De,2 hj ˜ eeq  Ar A
(C4.7.5.2c)
 S r f r  0,5 P t P . G 12
(C4.7.5.1)
Les surfaces S, Scyl, Sr et G sont définies par les
figures C4.7.5.1 qui illustrent quelques-unes des
configurations les plus usuelles à partir desquelles il est
possible de traiter d’autres configurations.

707
CODAP 2005 Division 1 x Partie C – CONCEPTION ET CALCULS
Section C4 – REGLES DE CALCUL DES ENVELOPPES CYLINDRIQUES, SPHERIQUES, CONIQUES
ET DES FONDS BOMBÉS SOUMIS A UNE PRESSION EXTERIEURE

a) b)

c) d)
(1) L’anneau-raidisseur peut être rapporté sur l’enveloppe cylindrique ou sur l’enveloppe conique.

Figure C4.7.5.1 - Jonctions enveloppe conique-enveloppe cylindrique à la petite base.

708
CODAP 2005 Division 1 x Partie C – CONCEPTION ET CALCULS
Section C4 – REGLES DE CALCUL DES ENVELOPPES CYLINDRIQUES, SPHERIQUES, CONIQUES
ET DES FONDS BOMBÉS SOUMIS A UNE PRESSION EXTERIEURE

C4.7.6 - Détermination du moment d’inertie I C4.7.6.1 - Si la jonction ne comporte pas d’anneau


raidisseur rapporté, cette section est celle des longueurs
Le moment d’inertie I est celui de la section droite
d’enveloppes participantes (surface hachurée
de la jonction par rapport à son axe neutre yy parallèle à
des figures C4.7.6.1).
l’axe des enveloppes.

a) b)

c) d)
Figure C4.7.6.1 - Jonctions enveloppe conique-enveloppe cylindrique sans anneau raidisseur rapporté.

709
CODAP 2005 Division 1 x Partie C – CONCEPTION ET CALCULS
Section C4 – REGLES DE CALCUL DES ENVELOPPES CYLINDRIQUES, SPHERIQUES, CONIQUES
ET DES FONDS BOMBÉS SOUMIS A UNE PRESSION EXTERIEURE

C4.7.6.2 - Si la jonction comporte un anneau raidisseur La participation des enveloppes peut ne pas être
rapporté dont la position satisfait aux conditions des prise en compte ; le moment d’inertie I est alors celui de
figures C4.7.6.2, cette section est composée de : la section droite de l’anneau raidisseur rapporté seul, de
section Ar ; G est alors le centre de gravité de cette
– la section de l’anneau raidisseur rapporté,
section droite.
– les sections d’enveloppes directement
associées à l’anneau rapporté et à la jonction, C4.7.6.3 - Si la position de l’anneau raidisseur rapporté
ne satisfait pas aux conditions des figures C4.7.6.2, cet
– la section des longueurs d’enveloppes
anneau doit être considéré comme un élément raidisseur
participantes.
de l’enveloppe sur laquelle il est rapporté et non comme
Elle est constituée des surfaces hachurées un élément contribuant à la résistance de la jonction.
et des figures C4.7.6.2,
de centre de gravité G.

a) b)

c) d)
(1) L’anneau raidisseur peut être rapporté sur l’enveloppe cylindrique ou sur l’enveloppe conique

Figure C4.7.6.2 - Jonctions enveloppe conique-enveloppe cylindrique avec anneau raidisseur rapporté. (suite)

710
CODAP 2005 Division 1 x Partie C – CONCEPTION ET CALCULS
Section C4 – REGLES DE CALCUL DES ENVELOPPES CYLINDRIQUES, SPHERIQUES, CONIQUES
ET DES FONDS BOMBÉS SOUMIS A UNE PRESSION EXTERIEURE

C4.8 - DISPOSITIONS CONSTRUCTIVES Toute section droite de l’anneau raidisseur doit avoir
RELATIVES AUX ANNEAUX RAIDISSEURS une inertie satisfaisante à celle des règles de calcul de
RAPPORTES DES ENVELOPPES C4.5, C4.6 ou C4.7 qui s’applique.
CYLINDRIQUES ET CONIQUES
Les dimensions d’un anneau raidisseur doivent
C4.8.1 - Dispositions générales satisfaire aux conditions indiquées dans les figures
C4.8.1 : bien que les figures représentent des anneaux
Sauf cas particulier traité en C4.8.3, l’anneau
raidisseurs extérieurs à l’enveloppe, les conditions
raidisseur doit intéresser la totalité du pourtour de
indiquées s’appliquent également aux anneaux
l’enveloppe.
raidisseurs intérieurs à l’enveloppe.

Figure C4.8.1a

Figure C4.8.1b

Figure C4.8.1c

711
CODAP 2005 Division 1 x Partie C – CONCEPTION ET CALCULS
Section C4 – REGLES DE CALCUL DES ENVELOPPES CYLINDRIQUES, SPHERIQUES, CONIQUES
ET DES FONDS BOMBÉS SOUMIS A UNE PRESSION EXTERIEURE

Si b ' ! 1,1 De ˜ e , l’ensemble des deux anneaux


ne doit pas être considéré comme constituant
un seul anneau raidisseur
Figure C4.8.1d Figure C4.8.1e

Figure C4.8.1f Figure C4.8.1g

712
CODAP 2005 Division 1 x Partie C – CONCEPTION ET CALCULS
Section C4 – REGLES DE CALCUL DES ENVELOPPES CYLINDRIQUES, SPHERIQUES, CONIQUES
ET DES FONDS BOMBÉS SOUMIS A UNE PRESSION EXTERIEURE

C4.8.2 - Dispositions particulières aux anneaux b) Les passages qui pourraient être ménagés dans un
raidisseurs extérieurs à l’enveloppe anneau raidisseur tels que ceux montrés sur la figure
C4.8.3a, ne doivent pas conduire à une longueur d’arc
La liaison soudée entre l’anneau raidisseur et
non soutenue supérieure à celle donnée par le graphique
l’enveloppe doit satisfaire aux conditions suivantes :
C4.8.3.
– La longueur totale des cordons de soudure,
Cette condition ne s’applique pas :
de chaque côté de l’anneau raidisseur, doit
être supérieure à la moitié de la – si l’enveloppe est soutenue par un dispositif
circonférence extérieure de l’enveloppe. efficace (voir exemple sur la figure C4.8.3b),
– La distance séparant deux cordons de – ou si, dans le cas d’une enveloppe cylindrique,
soudure consécutifs ne doit pas être les 3 conditions suivantes sont réalisées
supérieure à 8 fois l’épaisseur admise de simultanément :
l’enveloppe (voir figure C4.8.2).
1) L’arc d’enveloppe non soutenu est
C4.8.3 - Dispositions particulières aux anneaux inférieur à 90°.
raidisseurs intérieurs à l’enveloppe
2) Les arcs d’enveloppe non soutenus de 2
a) La liaison soudée entre l’anneau raidisseur et anneaux consécutifs sont décalés de
l’enveloppe doit satisfaire aux conditions suivantes : 180°.
– La longueur totale des cordons de soudure, 3) La longueur L utilisée pour la
de chaque côté de l’anneau raidisseur, doit vérification de l’épaisseur de
être supérieure au tiers de la circonférence l’enveloppe est la distance entre
intérieure de l’enveloppe. éléments raidisseurs comptés de 2 en 2
(voir figure C4.8.3c).
– La distance séparant deux cordons de
soudure consécutifs ne doit pas être
supérieure à 12 fois l’épaisseur admise de
l’enveloppe (voir figure C4.8.2).

Anneau extérieur : d d 8 e ; Anneau intérieur : d d 12 e


Figure C4.8.2

713
CODAP 2005 Division 1 x Partie C – CONCEPTION ET CALCULS
Section C4 – REGLES DE CALCUL DES ENVELOPPES CYLINDRIQUES, SPHERIQUES, CONIQUES
ET DES FONDS BOMBÉS SOUMIS A UNE PRESSION EXTERIEURE

Note 1 : Fond elliptique, torisphérique ou hémisphérique.


Note 2 : Anneau raidisseur non interrompu.

Figure C4.8.3c
De ˜ cos D/e pour une enveloppe conique
De /e pour une enveloppe cylindrique

L/De pour une enveloppe cylindrique


H/De pour une enveloppe conique
Graphique C4.8.3

714
CODAP 2005 Division 1 x Partie C – CONCEPTION ET CALCULS
Section C4 – REGLES DE CALCUL DES ENVELOPPES CYLINDRIQUES, SPHERIQUES, CONIQUES
ET DES FONDS BOMBÉS SOUMIS A UNE PRESSION EXTERIEURE

a : Anneau raidisseur
b : Enveloppe

1. Le moment d’inertie de ces sections doit satisfaire celle des règles de calcul C4.5.4, C4.6.4, C4.7.4.3 ou
C4.7.5.2 qui s’applique.
2. La longueur d’arc d’enveloppe non soutenue doit être inférieure à la valeur donnée par le graphique C4.8.3.
3. Passage affaiblissant la section de l’anneau raidisseur.
4. Si la longueur d’arc d’enveloppe non soutenue est supérieure à la valeur donnée par le graphique C4.8.3, le
moment d’inertie de la section 5 doit satisfaire celle des règles de calcul C4.5.4, C4.6.4, C4.7.4.3 ou
C4.7.5.2 qui s’applique.

Figure C4.8.3

715
CODAP 2005 Division 1 x Partie C – CONCEPTION ET CALCULS
Section C4 – REGLES DE CALCUL DES ENVELOPPES CYLINDRIQUES, SPHERIQUES, CONIQUES
ET DES FONDS BOMBÉS SOUMIS A UNE PRESSION EXTERIEURE

C4.9 - ABAQUES DE CALCUL DES APPAREILS SOUMIS À UNE PRESSION EXTERIEURE


C4.9.1 - Détermination du coefficient A

L/D0

50
De / e

80

60
50
40

30
25
20

15

10
8

6
5
4
10

0,1
1000
800

600
500
400

300
250
200

150
125
100
De / e

0,05
0,00001 0,0001 0,001 0,01 0,1 A

Abaque C4.9.1 - Détermination du coefficient A

716
CODAP 2005 Division 1 x Partie C – CONCEPTION ET CALCULS
Section C4 – REGLES DE CALCUL DES ENVELOPPES CYLINDRIQUES, SPHERIQUES, CONIQUES
ET DES FONDS BOMBÉS SOUMIS A UNE PRESSION EXTERIEURE

C4.9.2 - Détermination du coefficient B

1000

d150°C (E = 199 900 MPa)


100

260°C (E = 186 200 MPa)

370°C (E = 168 900 MPa)

425°C (E = 157 200 MPa)

480°C (E = 143 400 MPa)

10

0,00001 0,0001 0,001 0,01 0,1 A

Abaque C4-1

717
CODAP 2005 Division 1 x Partie C – CONCEPTION ET CALCULS
Section C4 – REGLES DE CALCUL DES ENVELOPPES CYLINDRIQUES, SPHERIQUES, CONIQUES
ET DES FONDS BOMBÉS SOUMIS A UNE PRESSION EXTERIEURE

1000

d150°C (E = 199 900 MPa)

260°C (E = 186 200 MPa)


100

370°C (E = 168 900 MPa)

425°C (E = 157 200 MPa)

480°C (E = 143 400 MPa)

10

0,00001 0,0001 0,001 0,01 0,1 A

Abaque C4-2
Pour une température supérieure à 150°C, l’Abaque C4-3 doit être utilisé
en lieu et place de l’Abaque C4-2

718
CODAP 2005 Division 1 x Partie C – CONCEPTION ET CALCULS
Section C4 – REGLES DE CALCUL DES ENVELOPPES CYLINDRIQUES, SPHERIQUES, CONIQUES
ET DES FONDS BOMBÉS SOUMIS A UNE PRESSION EXTERIEURE

1000

379 MPa t414 MPa

345 MPa

100
310 MPa

t 262 MPa à 276 MPa compris

(E = 200 000 MPa)

10

0,00001 0,0001 0,001 0,01 0,1 A

Abaque C4-3 (en fonction de Rp0,2)


Note : Ces courbes ne doivent pas être utilisées au-delà de 150°C auquel cas il faut utiliser les courbes de l’abaque C4-2

719
CODAP 2005 Division 1 x Partie C – CONCEPTION ET CALCULS
Section C4 – REGLES DE CALCUL DES ENVELOPPES CYLINDRIQUES, SPHERIQUES, CONIQUES
ET DES FONDS BOMBÉS SOUMIS A UNE PRESSION EXTERIEURE

1000

Class 2 (40°C)

Class 1 (40°C)

100 Class 1 (150°C)

Class 2 (150°C)

(E = 206 800 MPa)

(E = 198 600 MPa)

10

0,00001 0,0001 0,001 0,01 0,1 A

Abaque C4-4

720
CODAP 2005 Division 1 x Partie C – CONCEPTION ET CALCULS
Section C4 – REGLES DE CALCUL DES ENVELOPPES CYLINDRIQUES, SPHERIQUES, CONIQUES
ET DES FONDS BOMBÉS SOUMIS A UNE PRESSION EXTERIEURE

1000

95°C (E = 206 200 MPa) ” 40°C (E = 208 200 MPa)

150°C (E = 204 100 MPa)

100 205°C (E = 199 300 MPa)

290°C (E = 192 400 MPa)

340°C (E = 188 200 MPa)

10

0,00001 0,0001 0,001 0,01 0,1 A

Abaque C4-5

721
CODAP 2005 Division 1 x Partie C – CONCEPTION ET CALCULS
Section C4 – REGLES DE CALCUL DES ENVELOPPES CYLINDRIQUES, SPHERIQUES, CONIQUES
ET DES FONDS BOMBÉS SOUMIS A UNE PRESSION EXTERIEURE

1000

100 95°C ” 40°C

150°C
205°C

E = 206 800 MPa E = 194 400 MPa

10

0,00001 0,0001 0,001 0,01 0,1 A

Abaque C4-6

722
CODAP 2005 Division 1 x Partie C – CONCEPTION ET CALCULS
Section C4 – REGLES DE CALCUL DES ENVELOPPES CYLINDRIQUES, SPHERIQUES, CONIQUES
ET DES FONDS BOMBÉS SOUMIS A UNE PRESSION EXTERIEURE

1000

d95°C (E = 199 900 MPa)

205°C (E = 190 300 MPa)

345°C (E = 173 100 MPa)

100

10

0,00001 0,0001 0,001 0,01 0,1 A

Abaque C4-7

723
CODAP 2005 Division 1 x Partie C – CONCEPTION ET CALCULS
Section C4 – REGLES DE CALCUL DES ENVELOPPES CYLINDRIQUES, SPHERIQUES, CONIQUES
ET DES FONDS BOMBÉS SOUMIS A UNE PRESSION EXTERIEURE

1000

40°C (E = 204 700 MPa)

100

10

0,00001 0,0001 0,001 0,01 0,1 A

Abaque C4-8

724
CODAP 2005 Division 1 x Partie C – CONCEPTION ET CALCULS
Section C4 – REGLES DE CALCUL DES ENVELOPPES CYLINDRIQUES, SPHERIQUES, CONIQUES
ET DES FONDS BOMBÉS SOUMIS A UNE PRESSION EXTERIEURE

1000

d40°C (E = 193 100 MPa)

100
205°C (E = 178 600 MPa)

370°C (E = 164 100 MPa)

480°C (E = 154 400 MPa)

10
650°C (E = 140 000 MPa)

0,00001 0,0001 0,001 0,01 0,1 A

Abaque C4-9

725
CODAP 2005 Division 1 x Partie C – CONCEPTION ET CALCULS
Section C4 – REGLES DE CALCUL DES ENVELOPPES CYLINDRIQUES, SPHERIQUES, CONIQUES
ET DES FONDS BOMBÉS SOUMIS A UNE PRESSION EXTERIEURE

1000

d40°C (E = 193 100 MPa)

100 205°C (E = 178 600 MPa)

370°C (E = 164 100 MPa)

480°C (E = 154 400 MPa)

650°C (E = 140 000 MPa)

10

0,00001 0,0001 0,001 0,01 0,1 A

Abaque C4-10

726
CODAP 2005 Division 1 x Partie C – CONCEPTION ET CALCULS
Section C4 – REGLES DE CALCUL DES ENVELOPPES CYLINDRIQUES, SPHERIQUES, CONIQUES
ET DES FONDS BOMBÉS SOUMIS A UNE PRESSION EXTERIEURE

1000

d40°C (E = 193 100 MPa)


100

205°C (E = 178 600 MPa)

315°C (E = 168 900 MPa)

425°C (E = 159 300 MPa)

10

0,00001 0,0001 0,001 0,01 0,1 A

Abaque C4-11

727
CODAP 2005 Division 1 x Partie C – CONCEPTION ET CALCULS
Section C4 – REGLES DE CALCUL DES ENVELOPPES CYLINDRIQUES, SPHERIQUES, CONIQUES
ET DES FONDS BOMBÉS SOUMIS A UNE PRESSION EXTERIEURE

1000

d40°C (E = 193 100 MPa)

100
150°C (E = 182 000 MPa)

205°C (E = 182 000 MPa)

315°C (E = 168 900 MPa)

425°C (E = 159 300 MPa)

10

0,00001 0,0001 0,001 0,01 0,1 A

Abaque C4-12

728
CODAP 2005 Division 1 x Partie C – CONCEPTION ET CALCULS
Section C4 – REGLES DE CALCUL DES ENVELOPPES CYLINDRIQUES, SPHERIQUES, CONIQUES
ET DES FONDS BOMBÉS SOUMIS A UNE PRESSION EXTERIEURE

1000

|20°C (E = 195 000 MPa)

205°C (E = 183 000 MPa)

100 350°C (E = 172 000 MPa)

10

0,00001 0,0001 0,001 0,01 0,1 A

Abaque C4-13

729
CODAP 2005 Division 1 x Partie C – CONCEPTION ET CALCULS
Section C4 – REGLES DE CALCUL DES ENVELOPPES CYLINDRIQUES, SPHERIQUES, CONIQUES
ET DES FONDS BOMBÉS SOUMIS A UNE PRESSION EXTERIEURE

1000

d20°C (E = 195 100 MPa)

95°C (E = 190 300 MPa)

100
205°C (E = 182 700 MPa)

345°C (E = 173 100 MPa)

510°C (E = 159 900 MPa)

650°C (E = 142 700 MPa)

10

0,00001 0,0001 0,001 0,01 0,1 A

Abaque C4-14

730
CODAP 2005 Division 1 x Partie C – CONCEPTION ET CALCULS
Section C4 – REGLES DE CALCUL DES ENVELOPPES CYLINDRIQUES, SPHERIQUES, CONIQUES
ET DES FONDS BOMBÉS SOUMIS A UNE PRESSION EXTERIEURE

1000

d20°C (E = 201 300 MPa)

150°C (E = 192 400 MPa)

100

10

0,00001 0,0001 0,001 0,01 0,1 A

Abaque C4-15

731
CODAP 2005 Division 1 x Partie C – CONCEPTION ET CALCULS
Section C4 – REGLES DE CALCUL DES ENVELOPPES CYLINDRIQUES, SPHERIQUES, CONIQUES
ET DES FONDS BOMBÉS SOUMIS A UNE PRESSION EXTERIEURE

1000

100

d40°C (E = 206 800 MPa)

205°C à 315°C (E = 196 500 MPa)

425°C (E = 181 300 MPa)

10 540°C (E = 172 400 MPa)

0,00001 0,0001 0,001 0,01 0,1 A

Abaque C4-16

732
CODAP 2005 Division 1 x Partie C – CONCEPTION ET CALCULS
Section C4 – REGLES DE CALCUL DES ENVELOPPES CYLINDRIQUES, SPHERIQUES, CONIQUES
ET DES FONDS BOMBÉS SOUMIS A UNE PRESSION EXTERIEURE

1000

100

d315°C

40°C (E = 206 800 MPa)

95°C (E = 204 100 MPa)

205°C (E = 197 200 MPa)


10
315°C (E = 188 900 MPa)

0,00001 0,0001 0,001 0,01 0,1 A

Abaque C4-17

733
CODAP 2005 Division 1 x Partie C – CONCEPTION ET CALCULS
Section C4 – REGLES DE CALCUL DES ENVELOPPES CYLINDRIQUES, SPHERIQUES, CONIQUES
ET DES FONDS BOMBÉS SOUMIS A UNE PRESSION EXTERIEURE

1000

d 40°C (E = 178 600 MPa)


100

95°C (E = 178 600 MPa)

315°C à 480°C

205°C (E = 178 600 MPa)

480°C (E = 141 300 MPa)

10
425°C (E = 153 800 MPa)

315°C (E = 168 200 MPa)

0,00001 0,0001 0,001 0,01 0,1 A

Abaque C4-18

734
CODAP 2005 Division 1 x Partie C – CONCEPTION ET CALCULS
Section C4 – REGLES DE CALCUL DES ENVELOPPES CYLINDRIQUES, SPHERIQUES, CONIQUES
ET DES FONDS BOMBÉS SOUMIS A UNE PRESSION EXTERIEURE

1000

100 d 40°C (E = 212 000 MPa)

95°C (E = 212 000 MPa)

540°C (E = 184 800 MPa) 205°C à 315°C (E = 203 400 MPa)


425°C (E = 197 200 MPa)

595°C (E = 175 800 MPa)

650°C (E = 175 800 MPa)

10

0,00001 0,0001 0,001 0,01 0,1 A

Abaque C4-19

735
CODAP 2005 Division 1 x Partie C – CONCEPTION ET CALCULS
Section C4 – REGLES DE CALCUL DES ENVELOPPES CYLINDRIQUES, SPHERIQUES, CONIQUES
ET DES FONDS BOMBÉS SOUMIS A UNE PRESSION EXTERIEURE

1000

d40°C (E = 203 400 MPa)

100
205° C (E = 203 00 MPa)

315°C à 345°C (E = 189 600 MPa)

10

0,00001 0,0001 0,001 0,01 0,1 A

Abaque C4-20

736
CODAP 2005 Division 1 x Partie C – CONCEPTION ET CALCULS
Section C4 – REGLES DE CALCUL DES ENVELOPPES CYLINDRIQUES, SPHERIQUES, CONIQUES
ET DES FONDS BOMBÉS SOUMIS A UNE PRESSION EXTERIEURE

1000

d 40°C (E = 195 100 MPa)

100 100°C (E = 195 100 MPa)

205°C (E = 184 800 MPa)

370°C (E = 174 400 MPa)

10

0,00001 0,0001 0,001 0,01 0,1 A

Abaque C4-21

737
CODAP 2005 Division 1 x Partie C – CONCEPTION ET CALCULS
Section C4 – REGLES DE CALCUL DES ENVELOPPES CYLINDRIQUES, SPHERIQUES, CONIQUES
ET DES FONDS BOMBÉS SOUMIS A UNE PRESSION EXTERIEURE

1000

205°C (E = 183 400 MPa) d 40°C (E = 196 500 MPa)

100 315°C (E = 183 400 MPa)

425°C (E = 171 000 MPa)

540°C (E = 158 600 MPa)

595°C (E = 158 600 MPa)

10

0,00001 0,0001 0,001 0,01 0,1 A

Abaque C4-22

738
CODAP 2005 Division 1 x Partie C – CONCEPTION ET CALCULS
Section C4 – REGLES DE CALCUL DES ENVELOPPES CYLINDRIQUES, SPHERIQUES, CONIQUES
ET DES FONDS BOMBÉS SOUMIS A UNE PRESSION EXTERIEURE

1000

d 40°C (E = 205 500 MPa)

100°C (E = 205 500 MPa)

205°C (E = 188 200 MPa)


100
315°C (E = 188 200 MPa)

425°C (E = 175 100 MPa)

540°C (E = 175 100 MPa)

10

0,00001 0,0001 0,001 0,01 0,1 A

Abaque C4-23

739
CODAP 2005 Division 1 x Partie C – CONCEPTION ET CALCULS
Section C4 – REGLES DE CALCUL DES ENVELOPPES CYLINDRIQUES, SPHERIQUES, CONIQUES
ET DES FONDS BOMBÉS SOUMIS A UNE PRESSION EXTERIEURE

1000

d 40°C (E = 191 700 MPa)


100 95°C (E = 191 700 MPa)

205°C (E = 181 300 MPa)

425°C à 540°C (E = 161 300 MPa)

10

0,00001 0,0001 0,001 0,01 0,1 A

Abaque C4-24

740
CODAP 2005 Division 1 x Partie C – CONCEPTION ET CALCULS
Section C4 – REGLES DE CALCUL DES ENVELOPPES CYLINDRIQUES, SPHERIQUES, CONIQUES
ET DES FONDS BOMBÉS SOUMIS A UNE PRESSION EXTERIEURE

1000

d 40°C (E = 208 900 MPa)

95°C (E = 199 900 MPa)

100 205°C (E = 190 300 MPa)

315°C (E = 182 000 MPa)

425°C (E = 175 800 MPa)

10

0,00001 0,0001 0,001 0,01 0,1 A

Abaque C4-25

741
CODAP 2005 Division 1 x Partie C – CONCEPTION ET CALCULS
Section C4 – REGLES DE CALCUL DES ENVELOPPES CYLINDRIQUES, SPHERIQUES, CONIQUES
ET DES FONDS BOMBÉS SOUMIS A UNE PRESSION EXTERIEURE

1000

d 40°C (E = 196 500 MPa)

100 95°C (E = 196 500 MPa)

205°C (E = 182 700 MPa)

425°C (E = 172 400 MPa)

10

0,00001 0,0001 0,001 0,01 0,1 A

Abaque C4-26

742
CODAP 2005 Division 1 x Partie C – CONCEPTION ET CALCULS
Section C4 – REGLES DE CALCUL DES ENVELOPPES CYLINDRIQUES, SPHERIQUES, CONIQUES
ET DES FONDS BOMBÉS SOUMIS A UNE PRESSION EXTERIEURE

1000

d 40°C (E = 210 000 MPa)


95°C (E = 210 000 MPa)

100 205°C (E = 201 000 MPa)

315°C (E = 201 000 MPa)

540°C (E = 179 000 MPa)

10

0,00001 0,0001 0,001 0,01 0,1 A

Abaque C4-27

743
CODAP 2005 Division 1 x Partie C – CONCEPTION ET CALCULS
Section C4 – REGLES DE CALCUL DES ENVELOPPES CYLINDRIQUES, SPHERIQUES, CONIQUES
ET DES FONDS BOMBÉS SOUMIS A UNE PRESSION EXTERIEURE

1000

d°C (E = 196 500 MPa)

95°C (E = 192 000 MPa)

100
205°C (E = 187 000 MPa)

315°C (E = 182 000 MPa)

425°C (E = 175 000 MPa)

540°C (E = 167 000 MPa)

10

0,00001 0,0001 0,001 0,01 0,1 A

Abaque C4-28

744
CODAP 2005 Division 1 x Partie C – CONCEPTION ET CALCULS
Section C4 – REGLES DE CALCUL DES ENVELOPPES CYLINDRIQUES, SPHERIQUES, CONIQUES
ET DES FONDS BOMBÉS SOUMIS A UNE PRESSION EXTERIEURE

1000

d°C (E = 214 400 MPa)


95°C (E = 213 000 MPa)

205°C (E = 207 500 MPa)

100
315°C (E = 202 000 MPa)

425°C (E = 195 800 MPa)

10

0,00001 0,0001 0,001 0,01 0,1 A

Abaque C4-29

745
CODAP 2005 Division 1 x Partie C – CONCEPTION ET CALCULS
Section C4 – REGLES DE CALCUL DES ENVELOPPES CYLINDRIQUES, SPHERIQUES, CONIQUES
ET DES FONDS BOMBÉS SOUMIS A UNE PRESSION EXTERIEURE

1000

d 40°C (E = 207 000 MPa)

150°C (E = 193 000 MPa)

100

260°C (E = 163 000 MPa)

425°C à 650°C (E = 187 000 MPa)

10

0,00001 0,0001 0,001 0,01 0,1 A

Abaque C4-30

746
CODAP 2005 Division 1 x Partie C – CONCEPTION ET CALCULS
Section C4 – REGLES DE CALCUL DES ENVELOPPES CYLINDRIQUES, SPHERIQUES, CONIQUES
ET DES FONDS BOMBÉS SOUMIS A UNE PRESSION EXTERIEURE

1000

|0°C (E = 196 000 MPa)


95°C (E = 196 000 MPa)
100

175°C (E = 186 000 MPa)

260°C (E = 186 000 MPa)

370°C (E = 177 000 MPa)

425°C (E = 177 000 MPa)

10

0,00001 0,0001 0,001 0,01 0,1 A

Abaque C4-31

747
CODAP 2005 Division 1 x Partie C – CONCEPTION ET CALCULS
Section C4 – REGLES DE CALCUL DES ENVELOPPES CYLINDRIQUES, SPHERIQUES, CONIQUES
ET DES FONDS BOMBÉS SOUMIS A UNE PRESSION EXTERIEURE

1000

|0°C (E = 196 000


95°C (E = 196 000 MPa) MPa)
100

175°C (E = 186 000 MPa)

260°C (E = 186 000 MPa)

345°C (E = 172 000 MPa)

425°C (E = 172 000 MPa)

10

0,00001 0,0001 0,001 0,01 0,1 A

Abaque C4-32

748
CODAP 2005 Division 1 x Partie C – CONCEPTION ET CALCULS
Section C4 – REGLES DE CALCUL DES ENVELOPPES CYLINDRIQUES, SPHERIQUES, CONIQUES
ET DES FONDS BOMBÉS SOUMIS A UNE PRESSION EXTERIEURE

1000

°C
100

” 40°C (E = 208 000 MPa)

205°C (E = 193 000 MPa)

10

0,00001 0,0001 0,001 0,01 0,1 A

Abaque C4-33

749
CODAP 2005 Division 1 x Partie C – CONCEPTION ET CALCULS
Section C4 – REGLES DE CALCUL DES ENVELOPPES CYLINDRIQUES, SPHERIQUES, CONIQUES
ET DES FONDS BOMBÉS SOUMIS A UNE PRESSION EXTERIEURE

1000

d 40°C (E = 204 800 MPa)


205°C (E = 193 700 MPa)
95°C (E = 204 800 MPa)

425°C (E = 180 600 MPa)

100
650°C (E = 165 500 MPa)

760°C (E = 152 400 MPa)

790°C (E = 152 400 MPa)

730°C(E = 165 500 MPa)


815°C (E = 152 400 MPa)

10

0,00001 0,0001 0,001 0,01 0,1 A

Abaque C4-34

750
CODAP 2005 Division 1 x Partie C – CONCEPTION ET CALCULS
Section C4 – REGLES DE CALCUL DES ENVELOPPES CYLINDRIQUES, SPHERIQUES, CONIQUES
ET DES FONDS BOMBÉS SOUMIS A UNE PRESSION EXTERIEURE

1000

d 40°C (E = 204 100 MPa)

150°C (E = 183 400 MPa)

260°C (E = 183 400 MPa)

100

370°C (E = 175 800 MPa)

10

0,00001 0,0001 0,001 0,01 0,1 A

Abaque C4-35

751
CODAP 2005 Division 1 x Partie C – CONCEPTION ET CALCULS
Section C4 – REGLES DE CALCUL DES ENVELOPPES CYLINDRIQUES, SPHERIQUES, CONIQUES
ET DES FONDS BOMBÉS SOUMIS A UNE PRESSION EXTERIEURE

1000

150°C (E = 204 100 MPa)


d 20°C (E = 228 900 MPa)
315°C (E = 190 000 MPa)

100

705°C (E = 172 400 MPa)


870°C (E = 153 100 MPa)

925°C (E = 137 200 MPa)

10

0,00001 0,0001 0,001 0,01 0,1 A

Abaque C4-36

752
CODAP 2005 Division 1 x Partie C – CONCEPTION ET CALCULS
Section C4 – REGLES DE CALCUL DES ENVELOPPES CYLINDRIQUES, SPHERIQUES, CONIQUES
ET DES FONDS BOMBÉS SOUMIS A UNE PRESSION EXTERIEURE

1000

d40°C (E = 116 500 MPa)

95°C (E = 100 700 MPa)


100

205°C (E = 89 600 MPa)

315°C (E = 78 600 MPa)

10

0,00001 0,0001 0,001 0,01 0,1 A

Abaque C4-37

753
CODAP 2005 Division 1 x Partie C – CONCEPTION ET CALCULS
Section C4 – REGLES DE CALCUL DES ENVELOPPES CYLINDRIQUES, SPHERIQUES, CONIQUES
ET DES FONDS BOMBÉS SOUMIS A UNE PRESSION EXTERIEURE

1000

d40°C (E = 115 100 MPa)

95°C (E = 98 600 MPa)


100

205°C (E = 89 600 MPa)

315°C (E = 77 900 MPa)

10

0,00001 0,0001 0,001 0,01 0,1 A

Abaque C4-38

754
CODAP 2005 Division 1 x Partie C – CONCEPTION ET CALCULS
Section C4 – REGLES DE CALCUL DES ENVELOPPES CYLINDRIQUES, SPHERIQUES, CONIQUES
ET DES FONDS BOMBÉS SOUMIS A UNE PRESSION EXTERIEURE

1000

40°C (E = 107 000 MPa)


100

205°C (E = 95 100 MPa)

315°C (E = 86 200 MPa)

10

0,00001 0,0001 0,001 0,01 0,1 A

Abaque C4-39

755
CODAP 2005 Division 1 x Partie C – CONCEPTION ET CALCULS
Section C4 – REGLES DE CALCUL DES ENVELOPPES CYLINDRIQUES, SPHERIQUES, CONIQUES
ET DES FONDS BOMBÉS SOUMIS A UNE PRESSION EXTERIEURE

1000

d40°C (E = 99 300 MPa)


100

150°C (E = 92 400 MPa)

260°C (E = 79 300 MPa)

370°C (E = 68 300 MPa)


10

0,00001 0,0001 0,001 0,01 0,1 A

Abaque C4-40

756
CODAP 2005 Division 1

1000

d 40°C (E = 100 600 MPa)

150°C (E = 86 200 MPa)


100

260°C (E = 75 200 MPa)

370°C (E = 66 900 MPa)

10

0,00001 0,0001 0,001 0,01 0,1 A

Abaque C4-41

757
CODAP 2005 Division 1

PARTIE C
CONCEPTION ET CALCULS

SECTION C5
REGLES DE CALCUL DES ENVELOPPES
COMPORTANT DES OUVERTURES
C5.1 - ENVELOPPES CYLINDRIQUES, Il peut être réalisé par une augmentation générale ou
SPHERIQUES, CONIQUES ET FONDS BOMBES locale de l’épaisseur de l’enveloppe, par l’adjonction
SOUMIS A UNE PRESSSION INTERIEURE ET d’anneaux-renforts ou, s’il s’agit d’une ouverture de
COMPORTANT DES OUVERTURES ISOLEES tubulure, par augmentation de l’épaisseur de la tubulure.
Ces modes de renforcement peuvent être associés.
C5.1.1 - Objet et domaine d’application
Les règles du présent chapitre couvrent les modes de
Les règles du présent chapitre permettent de vérifier
défaillance par déformation excessive, par rupture par
la résistance des enveloppes soumises à une pression
fluage et par déformation progressive sous l’effet de la
intérieure au voisinage d’une ouverture.
pression intérieure.
Lorsque cette ouverture est voisine, au sens du
C5.1.2 - Conditions d’application des règles
paragraphe C5.2.1, d’une ou plusieurs autres, il y a lieu
d’appliquer en outre les règles de C5.2. C5.1.2.1 - Diamètre de l’ouverture
Les présentes règles s’appliquent : Le diamètre d de l’ouverture ne doit pas excéder :
– aux enveloppes cylindriques de section droite ª º
circulaire, MIN « Dm ; 16 Dm ˜e » (C5.1.2.1)
¬« ¼»
– aux enveloppes sphériques,
C5.1.2.2 - Position de l’ouverture
– aux enveloppes coniques de révolution,
Outre la condition de distance à une autre ouverture
– aux fonds bombés elliptiques, torisphériques
mentionnée en C5.2.1, les règles du présent chapitre ne
ou hémisphériques,
s’appliquent qu’aux ouvertures dont la position satisfait
– aux fonds à calotte sphérique boulonnés, aux conditions suivantes :
satisfaisant respectivement aux conditions a) ouverture dans une enveloppe cylindrique ou
dimensionnelles indiquées en C2.1, C2.2, C2.3, C3.1 et conique ou un fond à calotte sphérique :
C3.4.
La distance x de l’ouverture à une discontinuité de la
Elles concernent les ouvertures suivantes : paroi doit satisfaire aux conditions indiquées au tableau
C5.1.2.2.
– ouvertures de tubulures de section droite
circulaire fixées sur l’enveloppe par des b) ouverture dans un fond bombé elliptique ou
soudures résistantes, torisphérique :
– trous de tubes mandrinés ou vissés, avec ou L’ouverture - y compris la zone éventuelle de
sans soudure d’étanchéité, largeur x0 - doit être entièrement située dans la région
centrale du fond (région dont la distance à l’axe est au
– ouvertures obturées par un tampon autoclave.
plus égale à 1,4 De ; voir figure C5.1.2.2l ).
Le renforcement d’une enveloppe comportant une
ouverture doit être le même sur tout le pourtour de celle-
ci.

758
CODAP 2005 Division 1 x Partie C – CONCEPTION ET CALCULS
Section C5 – REGLES DE CALCUL DES ENVELOPPES COMPORTANT DES OUVERTURES

Tableau C5.1.2.2 - Distance minimale d’une ouverture à une discontinuité de la paroi.

Discontinuité Figure Condition à respecter

Raccordement enveloppe
cylindrique-fond bombé elliptique, C5.1.2.2a
torisphérique ou hémisphérique

Raccordement enveloppe
cylindrique-enveloppe conique de même C5.1.2.2b
axe à la grande base
Ouverture dans une enveloppe cylindrique

­° § ½°
x  x 0 t MAX ® ¨ 0,2 Dm ˜ e ¸ ; 3e ¾
·
Raccordement enveloppe
C5.1.2.2c °̄ © ¹ °¿
cylindrique-fond plat ou plaque tubulaire

Raccordement enveloppe
C5.1.2.2d
cylindrique-soufflet de dilatation

Raccordement enveloppe
C5.1.2.2e
cylindrique-bride

Raccordement enveloppe
cylindrique-enveloppe conique de même C5.1.2.2f
axe à la petite base

Raccordement enveloppe x t l cyl


C5.1.2.2g
cylindrique-enveloppe sphérique

Raccordement enveloppe
cylindrique-enveloppe cylindrique ou C5.1.2.2h
conique d’axes concourants

­§ · ½
Raccordement enveloppe °¨ Dm,cyl ˜ e ¸ °
¸ ; 3e ¾
Ouverture dans une

x  x 0 t MAX ®¨ 0,2
enveloppe conique

conique-enveloppe cylindrique de même C5.1.2.2i


axe à la grande base °¨ cos D ¸ °
¯© ¹ ¿

Raccordement enveloppe
conique-enveloppe cylindrique de même C5.1.2.2j x t l 2,cône
axe à la petite base
un fond à calotte
Ouverture dans

sphérique

­°§ °½
x  x 0 t MAX ®¨ 0,2 Dm ˜ e ¸ ; 3e ¾
Raccordement calotte ·
C5.1.2.2k
sphérique-bride °̄© ¹ °¿

759
CODAP 2005 Division 1 x Partie C – CONCEPTION ET CALCULS
Section C5 – REGLES DE CALCUL DES ENVELOPPES COMPORTANT DES OUVERTURES

Raccordement Raccordement par


à angle vif une partie torique
Figure C5.1.2.2a Figure C5.1.2.2b
Ouverture dans une enveloppe cylindrique, Ouverture dans une enveloppe cylindrique,
proche du raccordement avec un fond bombé proche du raccordement, à la grande base,
elliptique, torisphérique ou hémisphérique. avec une enveloppe conique de même axe.

Figure C5.1.2.2c
Ouverture dans une enveloppe cylindrique,
proche du raccordement avec un fond plat ou une plaque tubulaire.

760
CODAP 2005 Division 1 x Partie C – CONCEPTION ET CALCULS
Section C5 – REGLES DE CALCUL DES ENVELOPPES COMPORTANT DES OUVERTURES

Figure C5.1.2.2d
Ouverture dans une enveloppe cylindrique,
proche du raccordement avec un soufflet de dilatation.

Bride sans Bride à Bride à collerette Bride à collerette


collerette collerette cylindrique tronconique

e1) Bride emmanchée ou vissée. e2) Bride monobloc. e3) Bride tournante.

Figure C5.1.2.2e
Ouverture dans une enveloppe cylindrique, proche d’une bride.

761
CODAP 2005 Division 1 x Partie C – CONCEPTION ET CALCULS
Section C5 – REGLES DE CALCUL DES ENVELOPPES COMPORTANT DES OUVERTURES

Raccordement Raccordement par


à angle vif une partie torique

Figure C5.1.2.2f
Ouverture dans une enveloppe cylindrique,
proche du raccordement, à la petite base, avec une enveloppe conique de même axe.

Figure C5.1.2.2g Figure C5.1.2.2h


Ouverture dans une enveloppe cylindrique, Ouverture dans une enveloppe cylindrique,
proche du raccordement avec une proche du raccordement avec une autre enveloppe
enveloppe sphérique. cylindrique ou une enveloppe conique (axes concourants).

762
CODAP 2005 Division 1 x Partie C – CONCEPTION ET CALCULS
Section C5 – REGLES DE CALCUL DES ENVELOPPES COMPORTANT DES OUVERTURES

Raccordement Raccordement par


à angle vif une partie torique

Figure C5.1.2.2i
Ouverture dans une enveloppe conique,
proche du raccordement, à la grande base, avec une enveloppe cylindrique de même axe.

Figure C5.1.2.2 j
Ouverture dans une enveloppe conique,
proche du raccordement, à la petite base, avec une enveloppe cylindrique de même axe.

763
CODAP 2005 Division 1 x Partie C – CONCEPTION ET CALCULS
Section C5 – REGLES DE CALCUL DES ENVELOPPES COMPORTANT DES OUVERTURES

Figure C5.1.2.2k
Ouverture dans un fond à calotte sphérique,
proche du raccordement de la calotte avec la bride.

Figure C5.1.2.2l
Position d’une ouverture dans un fond bombé elliptique ou torisphérique.
(pour une ouverture avec anneau-renfort rapporté, voir aussi C5.1.2.5b)

764
CODAP 2005 Division 1 x Partie C – CONCEPTION ET CALCULS
Section C5 – REGLES DE CALCUL DES ENVELOPPES COMPORTANT DES OUVERTURES

C5.1.2.3 - Tubulures soudées – Tubulure soudée sur une enveloppe


sphérique ou sur un fond bombé, dont
a) Les règles du présent chapitre s’appliquent aux
l’angle de l’axe avec la normale à la paroi au
ouvertures de tubulures soudées suivantes :
centre de l’ouverture n’est pas supérieur à
– Tubulure soudée sur une enveloppe 45° et dont la position satisfait à la condition
cylindrique, dont l’axe et celui de indiquée par la figure C5.1.2.3d.
l’enveloppe sont concourants ou non, et dont
b) Les épaisseurs admises et et e’t d’une tubulure
l’angle de l’axe avec un plan perpendiculaire
soudée ne doivent pas être supérieures à :
à l’axe de l’enveloppe n’est pas supérieur à
45° (figure C5.1.2.3a et b). kt ˜ e
Si l’axe de la tubulure et celui de l’enveloppe La valeur du coefficient kt est donnée par le
cylindrique ne sont pas concourants, la graphique C5.1.2.3.
position de la tubulure doit satisfaire à la
condition indiquée par la figure C5.1.2.3b. L’épaisseur de la tubulure doit aussi respecter les
limitations indiquées, en fonction du type d’assemblage
– Tubulure soudée sur une enveloppe conique, tubulure-enveloppe, à l’Annexe FA1.
dont l’axe et celui de l’enveloppe sont
concourants et dont l’angle de l’axe avec la
normale à la paroi au centre de l’ouverture
n’est pas supérieur à 45° (figure C5.1.2.3c).

Figure C5.1.2.3a - Tubulure soudée obliquement sur une enveloppe cylindrique (axes concourants).

Figure C5.1.2.3b - Tubulure soudée sur une enveloppe cylindrique (axes non concourants).

765
CODAP 2005 Division 1 x Partie C – CONCEPTION ET CALCULS
Section C5 – REGLES DE CALCUL DES ENVELOPPES COMPORTANT DES OUVERTURES

Figure C5.1.2.3c - Tubulure soudée obliquement Figure C5.1.2.3d - Tubulure soudée obliquement
sur une enveloppe conique (axes concourants). sur une enveloppe sphérique ou un fond bombé.

d § d ·
Pour 0,2 d d 0,6 : k t 2,5 ¨¨1  ¸¸
Dm © Dm ¹

Graphique C5.1.2.3

766
CODAP 2005 Division 1 x Partie C – CONCEPTION ET CALCULS
Section C5 – REGLES DE CALCUL DES ENVELOPPES COMPORTANT DES OUVERTURES

C5.1.2.4 - Ouvertures obturées par un tampon C5.1.3 - Notations


autoclave.
e = Epaisseur admise de l’enveloppe au
Une ouverture obturée par un tampon autoclave peut voisinage de l’ouverture.
être circulaire, elliptique, ovale ou oblongue.
Si l’épaisseur de l’enveloppe n’est pas
Dans le cas d’une ouverture non circulaire, le constante, e est l’épaisseur moyenne
rapport du plus grand au plus petit diamètre de admise sur la longueur L (voir figure
l’ouverture doit être au plus égal à 1,5. Pour une C5.1.4b2).
ouverture ovale, le plus petit rayon de courbure doit être
et = Epaisseur admise de la tubulure.
au moins égal à 1/8 du grand diamètre.
Si l’épaisseur de la tubulure n’est pas
La longueur l t' du dépassement intérieur de la constante, et est l’épaisseur moyenne
tubulure ou de la collerette ne doit pas excéder : admise sur la longueur l (voir figure
C5.1.4b2 et b3).
0,5 d m' ˜ e t' (C5.1.2.4)
= Epaisseur admise du dépassement
e t'
intérieur de la tubulure.
Si la collerette est forgée, son rayon intérieur doit
être au moins égal à 1,5e. Si l’épaisseur du dépassement n’est pas
Le dépassement intérieur d’une collerette forgée ne constante, e t' est l’épaisseur moyenne
peut être considéré comme constituant un renforcement admise sur la longueur l’.
(voir figures C5.1.4b8 et b12).
Ri = Rayon intérieur de l’enveloppe ou du
C5.1.2.5 - Renforcement local d’une ouverture fond au droit de l’ouverture.
a) Pour être compté comme participant au Pour une enveloppe conique, le rayon Ri
renforcement d’une ouverture, un élément rapporté est mesuré comme l’indique la figure
(anneau renfort ou tubulure) doit être solidarisé avec C5.1.2.3c.
l’enveloppe par des soudures résistantes ; un tube
Pour un fond elliptique, le rayon Ri est le
mandriné ou vissé ne peut constituer un renforcement,
rayon intérieur du fond torisphérique
même s’il comporte une soudure d’étanchéité.
équivalent :
b) Les limitations d’emploi des anneaux-renforts
Di
plaqués sur l’enveloppe, en fonction des conditions de Ri 0,45 Di ˜ (C5.1.3-1)
service et de la catégorie de construction de l’appareil, 2 h2
sont indiquées à l’Annexe FA1.
Pour un fond elliptique conforme à la
L’épaisseur utile d’un anneau-renfort rapporté doit norme NF E 81-103 (Décembre 1997) :
être au plus égale à 1,5e et sa largeur doit être au plus
égale à : Ri 0,855 Di (C5.1.3-2)

MAX ^ L , 50 mm ` Dm = Diamètre moyen de l’enveloppe ou du


fond au droit de l’ouverture :
Toutefois, la largeur d’anneau-renfort à prendre en
compte pour le calcul de la surface Sr ne doit pas être Dm 2 Ri  e (C5.1.3-3)
supérieure à L.
Dm,cyl = Diamètre moyen de l’enveloppe
Un anneau-renfort rapporté sur un fond elliptique ou cylindrique sur laquelle se raccorde, à la
torisphérique ne doit pas déborder de la partie centrale grande base, une enveloppe conique
du fond définie en C5.1.2.2b. comportant une ouverture (voir figure
C5.1.2.2i).
C5.1.2.6 - Sollicitations autres que la pression
De, Di = Diamètre extérieur et intérieur d’un fond
Les règles du présent chapitre ne prennent en bombé.
compte que l’action de la pression intérieure.
Elles ne tiennent pas compte de l’action des forces et
moments extérieurs pouvant s’exercer sur les tubulures.

767
CODAP 2005 Division 1 x Partie C – CONCEPTION ET CALCULS
Section C5 – REGLES DE CALCUL DES ENVELOPPES COMPORTANT DES OUVERTURES

d = Diamètre de l’ouverture, mesuré comme lt = Longueur de tubulure disponible,


l’indiquent les figures C5.1.4b. mesurée comme l’indiquent les figures
C5.1.3c, d, e, f et g, qui illustrent
Lorsque l’ouverture est celle d’une
quelques cas dont il y a lieu de s’inspirer
tubulure soudée en bout d’une collerette
pour traiter d’éventuelles autres
extrudée ou renforcée par une pièce
configurations.
forgée, les indications de ces figures sont
à corriger, si le rayon r est supérieur à l = Longueur de tubulure participant à la
e/2, selon celles de la figure C5.1.3a. résistance de l’ouverture (voir figures
C5.1.4b) :
Lorsque l’ouverture est celle d’une
MIN ­® §¨ d m ˜ e t ·¸ , l t ½¾ (C5.1.3-7)
tubulure vissée, d doit être mesuré à fond
de filets du taraudage de la paroi. l
¯© ¹ ¿
Lorsque le diamètre de l’ouverture n’est
l' = Longueur du dépassement intérieur de
pas constant dans l’épaisseur de la
tubulure participant à la résistance de
paroi, d est la valeur moyenne de ce
l’ouverture (voir figures C5.1.4b) :
diamètre (voir figure C5.1.3b).
Lorsque l’ouverture n’est pas circulaire, ­§ ·
½
l ' MIN ®¨ 0,5 d m' ˜ e t' ¸ , l t' ¾ (C5.1.3-8)
d est : ¯© ¹ ¿
– pour une ouverture dans une = Longueur du dépassement intérieur de la
enveloppe sphérique ou un fond l t'
tubulure.
bombé : la plus grande dimension
de l’ouverture, lcyl = Longueur d’enveloppe cylindrique
participant à la résistance du
– pour une ouverture dans une raccordement de cette enveloppe avec :
enveloppe cylindrique ou conique :
la plus grande dimension de – une enveloppe conique de même
l’ouverture mesurée dans un plan axe, à la petite base (figure
passant par l’axe de l’enveloppe. C5.1.2.2f) ; lcyl est alors la longueur
l2,cyl définie en C2.3.
di = Diamètre intérieur de la tubulure.
– une enveloppe sphérique (figure
dm = Diamètre moyen de la tubulure : C5.1.2.2g), une autre enveloppe
dm d i  et (C5.1.3-4) cylindrique ou une enveloppe
conique d’axes concourants (figure
d m' = Diamètre moyen du dépassement C5.1.2.2h) ; lcyl est alors la
intérieur de la tubulure : longueur l d’enveloppe cylindrique
prise en compte pour la
d m' d i  e t' (C5.1.3-5) vérification, au moyen des règles
du présent chapitre, de la résistance
h2 = Flèche intérieure d’un fond elliptique.
de l’enveloppe sur laquelle elle se
L = Longueur d’enveloppe, mesurée à mi- raccorde.
épaisseur de la paroi comme l’indiquent
l2,cône = Longueur d’enveloppe conique
les figures C5.1.4b, participant à la
participant à la résistance du
résistance de l’ouverture.
raccordement avec une enveloppe
Dans le cas général : cylindrique à la petite base (figure
C5.1.2.2j), définie en C2.3.
L k0 Dm ˜ e (C5.1.3-6)
x = Distance, mesurée à mi-épaisseur de
Dans le cas d’une ouverture proche l’enveloppe, comme l’indiquent les
d’une discontinuité de la paroi – c'est-à- figures C5.1.2.2a à k, entre l’ouverture et
dire une ouverture dont la distance x à une discontinuité de forme de la paroi.
une discontinuité est inférieure à la Du côté de l’ouverture, x est à mesurer à
valeur xp indiquée au tableau C5.1.3 – la partir du point où est mesurée la
valeur de L est donnée par ce tableau. longueur L (voir figures C5.1.4b).
X0 = Distance définie par les figures C5.1.3h.

768
CODAP 2005 Division 1 x Partie C – CONCEPTION ET CALCULS
Section C5 – REGLES DE CALCUL DES ENVELOPPES COMPORTANT DES OUVERTURES

xp = Valeur de x en dessous de laquelle f, ft, fr = Contrainte nominale de calcul,


l’ouverture doit être considérée comme respectivement du matériau de
proche d’une discontinuité de la paroi ; l’enveloppe, de la tubulure, de l’anneau
xp est donnée par le tableau C5.1.3. renfort.
D = Demi-angle au sommet d’une enveloppe z = Coefficient de soudure.
conique.
Pour les situations exceptionnelles de
k0 = Coefficient donné par le graphique service ou d’essai de résistance, prendre
C5.1.3. z = 1.
P = Pression de calcul.

b1) Tubulure mandrinée. b2) Tubulure soudée.

Figure C5.1.3a - Définition de d pour une tubulure Figure C5.1.3b - Définition de d lorsque le diamètre de
extrudée ou renforcée par une pièce forgée. l’ouverture n’est pas constant dans l’épaisseur de la paroi.

769
CODAP 2005 Division 1 x Partie C – CONCEPTION ET CALCULS
Section C5 – REGLES DE CALCUL DES ENVELOPPES COMPORTANT DES OUVERTURES

c1) Bride emmanchée-soudée ou vissée. c2) Bride monobloc


(1) Longueur de tubulure participant à la résistance de
la bride monobloc, définie et notée l0 en C6.2.7.2.

c3) Bride monobloc calculée en bride indépendante. c4) Bride tournante.


(voir C6.2.4.4)

Figure C5.1.3c - Longueur d’une tubulure à bride.

770
CODAP 2005 Division 1 x Partie C – CONCEPTION ET CALCULS
Section C5 – REGLES DE CALCUL DES ENVELOPPES COMPORTANT DES OUVERTURES

Figure C5.1.3d - Longueur d’une tubulure Figure C5.1.3e - Longueur d’une tubulure
comportant une ouverture. fermée par un fond bombé.
(1) Longueur de tubulure participant à la résistance de
l’ouverture dans la tubulure, définie et
notée L au présent chapitre.

Figure C5.1.3f - Longueur d’une tubulure Figure C5.1.3g - Longueur d’une tubulure
avec réduction de diamètre. avec augmentation de diamètre.
(1) Longueur de tubulure participant à la résistance du (1) Longueur de tubulure participant à la résistance du
raccordement à la grande base du cône, définie et raccordement à la petite base du cône, définie et
notée l1,cyl en C2.3. notée l2,cyl en C2.3.

771
CODAP 2005 Division 1 x Partie C – CONCEPTION ET CALCULS
Section C5 – REGLES DE CALCUL DES ENVELOPPES COMPORTANT DES OUVERTURES

d
G
Dm ˜ e
13 G
Pour 4 d G d 16 : k 0 
12 48
Graphique C5.1.3 - Valeurs du coefficient k0.

Figure C5.1.3h - Définition de x0.

772
CODAP 2005 Division 1 x Partie C – CONCEPTION ET CALCULS
Section C5 – REGLES DE CALCUL DES ENVELOPPES COMPORTANT DES OUVERTURES

Tableau C5.1.3 - Valeurs de L pour une ouverture proche d’une discontinuité de la paroi.

Discontinuité Figure xP L

Raccordement enveloppe
cylindrique-fond bombé elliptique, C5.1.2.2a
torisphérique ou hémisphérique
Raccordement enveloppe
cylindrique-enveloppe conique C5.1.2.2b
Ouverture dans une enveloppe cylindrique

de même axe à la grande base


Raccordement enveloppe k0 Dm ˜ e x
cylindrique-fond plat C5.1.2.2c
ou plaque tubulaire
Raccordement enveloppe
C5.1.2.2d
cylindrique-soufflet de dilatation
Raccordement enveloppe
C5.1.2.2e
cylindrique-bride
Raccordement enveloppe
cylindrique-enveloppe conique C5.1.2.2f
de même axe à la petite base
x  l cyl
Raccordement enveloppe
cylindrique-enveloppe sphérique
C5.1.2.2g 1  k 0 Dm ˜ e
(2)
Raccordement enveloppe
cylindrique-enveloppe cylindrique ou C5.1.2.2h
conique d’axes concourants
Raccordement enveloppe
Ouverture dans
une enveloppe

conique-enveloppe cylindrique C5.1.2.2i k0 Dm ˜ e x


conique

de même axe à la grande base


Raccordement enveloppe
k0 Dm ˜ e  l 2,cône,n x  l 2,cône
conique-enveloppe cylindrique C5.1.2.2j
de même axe à la petite base (1) (2)
Ouverture dans un
fond à calotte
sphérique

Raccordement
calotte sphérique-bride
C5.1.2.2k k0 Dm ˜ e x

(1) l2, cône,n : valeur normale de la longueur l2, cône , définie en C2.3.3.
(2) La valeur de la longueur L et celle de la longueur lcyl ou l2,cône étant ici interdépendantes, leur détermination peut être faite
au mieux des besoins de la vérification de la résistance de l’ouverture et de la discontinuité dont l’ouverture est proche.

773
CODAP 2005 Division 1 x Partie C – CONCEPTION ET CALCULS
Section C5 – REGLES DE CALCUL DES ENVELOPPES COMPORTANT DES OUVERTURES

C5.1.4 - Règle de vérification de la résistance d’une c) Lorsque l’ouverture considérée est située sur un
enveloppe comportant une ouverture joint soudé :
a) Aucune vérification n’est à effectuer pour les – d’orientation quelconque sur une enveloppe
ouvertures telles que : sphérique, un fond bombé ou un fond à calotte
sphérique,
d d 0,14 Dm ˜ e (C5.1.4a)
– longitudinal ou hélicoïde sur une enveloppe
b) Pour toute ouverture telle que : cylindrique ou conique,
il y a lieu de remplacer f par f . z dans la relation
d ! 0,14 Dm ˜ e (C5.1.4b1) C5.1.4b.
il y a lieu de s’assurer que la relation : d) Lorsque l’ouverture est celle d’une tubulure

comportant une soudure longitudinale, il y a lieu de
S f  0,5 P  S t f t  0,5 P  S r f r  0,5 P t P . G remplacer ft par ft . z dans la relation C5.1.4b.
(C5.1.4b2) La présente règle C1.5.4d n’a pas lieu d’être
appliquée aux tubulures disposées sur une enveloppe
est satisfaite.
cylindrique ou conique lorsque l’angle T défini par la
Lorsque ft ou fr sont supérieures à f, prendre ft ou figure C5.1.4d est supérieur ou égal à 45°.
fr = f pour la vérification de cette relation.
Les surfaces S, St, Sr et G sont définies par les
figures C5.1.4b1 à b12 qui illustrent quelques-unes des
configurations les plus usuelles à partir desquelles il est
possible de traiter les autres configurations couvertes
par les règles.

Figure C5.1.4d

774
CODAP 2005 Division 1 x Partie C – CONCEPTION ET CALCULS
Section C5 – REGLES DE CALCUL DES ENVELOPPES COMPORTANT DES OUVERTURES

Dans le cas où la largeur de l’anneau-renfort


rapporté est supérieure à L, la surface Sr est la
surface ci-contre (ce cas n’est
possible que si L  50 mm).

Figure C5.1.4b1 - Ouverture de tubulure soudée normale à la paroi d’une enveloppe cylindrique
avec anneau-renfort rapporté et tubulure dépassante.

Figure C5.1.4b2 - Ouverture de tubulure soudée normale à la paroi d’une enveloppe cylindrique
avec épaisseurs variables sur les longueurs l et L.

775
CODAP 2005 Division 1 x Partie C – CONCEPTION ET CALCULS
Section C5 – REGLES DE CALCUL DES ENVELOPPES COMPORTANT DES OUVERTURES

Figure C5.1.4b3 - Ouverture de tubulure renforcée par une pièce forgée sur une enveloppe cylindrique
(voir figure C5.1.3a pour la détermination de d).

Figure C5.1.4b4 - Ouverture de tubulure soudée obliquement sur une enveloppe cylindrique
(axe de la tubulure et de l’enveloppe concourant), sans anneau-renfort rapporté.

776
CODAP 2005 Division 1 x Partie C – CONCEPTION ET CALCULS
Section C5 – REGLES DE CALCUL DES ENVELOPPES COMPORTANT DES OUVERTURES

Figure C5.1.4b5 - Ouverture de tubulure soudée obliquement sur une enveloppe cylindrique
(axe de la tubulure et axe de l’enveloppe concourants), sans anneau-renfort rapporté.

777
CODAP 2005 Division 1 x Partie C – CONCEPTION ET CALCULS
Section C5 – REGLES DE CALCUL DES ENVELOPPES COMPORTANT DES OUVERTURES

Figure C5.1.4b6 - Ouverture de tubulure mandrinée dans une enveloppe cylindrique.

Figure C5.1.4b7 - Ouverture de tubulure obturée par un tampon autoclave dans une enveloppe cylindrique.
(Cette figure illustre le cas où l t  d m ˜ e t )

778
CODAP 2005 Division 1 x Partie C – CONCEPTION ET CALCULS
Section C5 – REGLES DE CALCUL DES ENVELOPPES COMPORTANT DES OUVERTURES

Figure C5.1.4b8 - Ouverture à collerette forgée vers l’intérieur, obturée par un tampon autoclave,
dans une enveloppe cylindrique.

Figure C5.1.4b9 - Ouverture de tubulure soudée obliquement sur une enveloppe conique
(axe de la tubulure et axe de l’enveloppe concourants), sans anneau-renfort rapporté.

779
CODAP 2005 Division 1 x Partie C – CONCEPTION ET CALCULS
Section C5 – REGLES DE CALCUL DES ENVELOPPES COMPORTANT DES OUVERTURES

Figure C5.1.4b10 - Ouverture de tubulure soudée normale à la paroi d’une enveloppe sphérique
ou d’un fond bombé, avec anneau-renfort rapporté et tubulure dépassante.
(dans le cas où la largeur de l’anneau-renfort rapporté est > L,
la surface Sr doit être comptée comme indiqué sur la figure C5.1.4b1)

Figure C5.1.4b11 - Ouverture de tubulure soudée obliquement sur une enveloppe sphérique
ou un fond bombé, sans anneau-renfort rapporté.

780
CODAP 2005 Division 1 x Partie C – CONCEPTION ET CALCULS
Section C5 – REGLES DE CALCUL DES ENVELOPPES COMPORTANT DES OUVERTURES

Figure C5.1.4b12 - Ouverture à collerette forgée vers l’intérieur, obturée par un tampon autoclave,
dans une enveloppe sphérique ou un fond bombé.

781
CODAP 2005 Division 1 x Partie C – CONCEPTION ET CALCULS
Section C5 – REGLES DE CALCUL DES ENVELOPPES COMPORTANT DES OUVERTURES

C5.2 - ENVELOPPES CYLINDRIQUES, d’ouvertures de tubulures, par augmentation de


SPHERIQUES, CONIQUES ET FONDS BOMBES l’épaisseur de ces tubulures. Ces modes de renforcement
SOUMIS A UNE PRESSION INTERIEURE ET peuvent être associés ; ils doivent satisfaire aux
COMPORTANT DES OUVERTURES VOISINES conditions indiquées en C5.1.2.5.
C5.2.1 - Objet et domaine d’application Les règles du présent chapitre couvrent les modes de
défaillance par déformation excessive, par rupture, par
Les règles du présent chapitre permettent de vérifier
fluage et par déformation progressive sous l’effet de la
la résistance des enveloppes soumises à une pression
pression intérieure.
intérieure et comportant des ouvertures voisines.
C5.2.2 - Conditions d’application des règles
Deux ouvertures doivent être considérées comme
voisines lorsque leur distance x, mesurée à mi-épaisseur C5.2.2.1 - Distance entre ouvertures voisines
de la paroi comme l’indiquent les figures C5.2.2.2, 3 et
Les règles du présent chapitre ne s’appliquent
4 et C5.2.4 est inférieure à :
qu’aux ouvertures telles que :
L1  L2 (C5.2.1-1)
­§ · ½
Les présentes règles s’appliquent : °¨ Dm,1  Dm,2 ¸ °
°¨ 0,2 e¸ ; °
– aux enveloppes cylindriques de section droite °¨ 2 ¸ °°
§ · °
circulaire, ¨ x  x0,1  x0, 2 ¸ t MAX ®¨© ¸ ¾
¹
© ¹ ° §d · °
– aux enveloppes sphériques, °
°
¨ min
¨¨ 2
¸
¸¸
; 3e °
°
– aux enveloppes coniques de révolution, °¯ © ¹ °¿
– aux fonds bombés elliptiques, torisphériques
ou hémisphériques, (C5.2.2.1-1)

– aux fonds à calotte sphérique boulonnés, relation dans laquelle :


­° ½°
MIN ®§¨ d1 ·¸ ; §¨ d 2 ·¸¾
satisfaisant respectivement aux conditions
d min (C5.2.2.1-2)
dimensionnelles indiquées en C2.1, C2.2, C2.3, C3.1 et °̄© ¹ © ¹°¿
C3.4.
Elles concernent les ouvertures suivantes : C5.2.2.2 - Ouvertures voisines dans une enveloppe
cylindrique
– ouvertures de tubulures de section droite
circulaire fixées sur l’enveloppe par des Les règles du présent chapitre s’appliquent sans
soudures résistantes, limitation aux ouvertures voisines dont les centres sont
situés sur la même génératrice de l’enveloppe
– trous de tubes, mandrinés ou vissés, avec ou cylindrique (voir exemple sur la figure C5.2.2.2a).
sans soudure d’étanchéité,
Elles s’appliquent aussi aux ouvertures dont les
– ouvertures obturées par un tampon autoclave. centres ne sont pas sur la même génératrice de
l’enveloppe cylindrique. S’il s’agit de tubulures
Ces ouvertures doivent, individuellement, satisfaire
soudées, leurs axes doivent être dans des plans
aux conditions indiquées en C5.1.2.1 à C5.1.2.4.
perpendiculaires à l’axe de l’enveloppe (voir figure
Les présentes règles doivent être appliquées même C5.2.2.2b).
si :
C5.2.2.3 - Ouvertures voisines dans une enveloppe
conique
d1 d 0,14 Dm,l ˜ e (C5.2.1-2)
Les règles du présent chapitre s’appliquent aux
où : ouvertures situées sur la même génératrice de
l’enveloppe conique (voir exemple sur la figure
d 2 d 0,14 Dm,2 ˜ e (C5.2.1-3) C5.2.2.3).

Le renforcement d’une enveloppe comportant des C5.2.2.4 - Ouvertures voisines dans une enveloppe
ouvertures voisines peut être réalisé par une sphérique ou un fond bombé
augmentation générale ou locale de son épaisseur, par S’il s’agit de tubulures soudées, leurs axes doivent
l’adjonction d’anneaux-renforts rapportés ou, s’il s’agit être dans un même plan (voir figure C5.2.2.4).

782
CODAP 2005 Division 1 x Partie C – CONCEPTION ET CALCULS
Section C5 – REGLES DE CALCUL DES ENVELOPPES COMPORTANT DES OUVERTURES

Figure C5.2.2.2a - Ouvertures voisines de tubulures soudées obliques situées


sur la même génératrice d’une enveloppe cylindrique.

Figure C5.2.2.2b - Ouvertures voisines de tubulures soudées, non situées sur la même génératrice
d’une enveloppe cylindrique, axes dans des plans perpendiculaires à l’axe de l’enveloppe.

783
CODAP 2005 Division 1 x Partie C – CONCEPTION ET CALCULS
Section C5 – REGLES DE CALCUL DES ENVELOPPES COMPORTANT DES OUVERTURES

Figure C5.2.2.3 - Ouvertures voisines de tubulures soudées,


sur la même génératrice d’une enveloppe conique.

Figure C5.2.2.4 - Ouvertures voisines de tubulures soudées sur une enveloppe


sphérique ou un fond bombé (axes des tubulures dans un même plan).

784
CODAP 2005 Division 1 x Partie C – CONCEPTION ET CALCULS
Section C5 – REGLES DE CALCUL DES ENVELOPPES COMPORTANT DES OUVERTURES

C5.2.2.5 - Sollicitations autres que la pression Di = Diamètre intérieur d’un fond bombé.
Les règles du présent chapitre ne prennent en d1, d2 = Diamètres des ouvertures voisines,
compte que l’action de la pression intérieure. mesurés comme l’indiquent les figures
C5.2.4c et d.
Elles ne tiennent pas compte de l’action des forces et
moments extérieurs pouvant s’exercer sur les tubulures. Lorsqu’une ouverture est celle d’une
tubulure soudée en bout d’une collerette
C5.2.3 - Notations
extrudée, ou renforcée par une pièce
e = Epaisseur admise de l’enveloppe au forgée ou celle d’une tubulure vissée, ou
voisinage des ouvertures voisines. lorsque son diamètre n’est pas constant
dans l’épaisseur de la paroi, il y a lieu,
et,1 , = épaisseurs admises des tubulures. pour mesurer d1 ou d2, de tenir compte
et,2
Si l’épaisseur des tubulures n’est pas des indications données en C5.1.3.
constante, et,1 ou et,2 est l’épaisseur Lorsqu’une ouverture n’est pas
moyenne admise, respectivement sur la circulaire, d1 ou d2 est la plus grande
longueur l1 ou l2.
dimension de l’ouverture mesurée dans
e’t,1 , = Epaisseurs admises du dépassement un plan passant par les centres des deux
e’t,2 intérieur des tubulures. ouvertures.
Si l’épaisseur du dépassement n’est pas di,1, = Diamètres intérieurs des tubulures.
constante, e’t,1 ou e’t,2 est l’épaisseur di,2
moyenne admise, respectivement sur la dm,1 = Diamètres moyens des tubulures :
longueur l’1 ou l’2.
dm,2
d m,1 d i,1  et,1 (C5.2.3-6)
Ri = Rayon intérieur d’une enveloppe
cylindrique ou sphérique ou d’un fond d m,2 d i,2  et,2 (C5.2.3-7)
bombé au droit des ouvertures voisines.
Pour un fond elliptique le rayon Ri est le d’m,1, = Diamètres moyens du dépassement
rayon intérieur du fond torisphérique d’m,2 intérieur des tubulures :
équivalent :
1 d i,1  et,1
' '
d m, (C5.2.3-8)
D
Ri 0,45 Di i (C5.2.3-1) '
d m,2 d i,2  e t,2
'
(C5.2.3-9)
2 h2

Pour un fond elliptique conforme à la h2 = Flèche intérieure d’un fond elliptique.


norme NF E 81-103 (Décembre 1997) : L1, L2 = Distances, mesurées à mi-épaisseur de
Ri 0,855 Di (C5.2.3-2) l’enveloppe, sur lesquelles s’étend
l’influence des ouvertures :
Ri,1 , = Rayons intérieurs d’une enveloppe
Ri,2 conique au droit de chaque ouverture, L1 k 0,1 Dm,1 ˜ e (C5.2.3-10)
mesurés comme l’indique la figure
C5.2.2.3. L2 k 0, 2 Dm,2 ˜ e (C5.2.3-11)
Dm,1 , = Diamètres moyens de l’enveloppe au droit
Dm,2 de chaque ouverture : L’ = Longueur d’enveloppe, mesurée à mi-
épaisseur de la paroi comme l’indiquent
– pour une enveloppe cylindrique ou les figures C5.2.4d, participant à la
sphérique ou un fond bombé : résistance de deux ouvertures voisines
Dm,1 Dm,2 2 Ri  e (C5.2.3-3) avec ligament peu résistant :
L' x'  k ' L1  L2 (C5.2.3-12)
– pour une enveloppe conique :
Dm,1 2 Ri,1  e (C5.2.3-4)

Dm,2 2 Ri,2  e (C5.2.3-5)

785
CODAP 2005 Division 1 x Partie C – CONCEPTION ET CALCULS
Section C5 – REGLES DE CALCUL DES ENVELOPPES COMPORTANT DES OUVERTURES

l1, l2 = Longueurs des tubulures participant à la


résistance de l’enveloppe :

­°§ ·
l1 MIN ®¨¨ d m,1 ˜ e t,1 ¸¸ ; l t,1 ½°¾
°̄© ¹ °¿

(C5.2.3-13)

­°§
l 2 MIN ®¨¨ d m,2 ˜ e t,2
·
½°¾
¸¸ ; l t , 2
°̄© ¹ °¿

(C5.2.3-14)
l’1, l’2 = Longueurs du dépassement intérieur des
tubulures participant à la résistance de
l’enveloppe :
d1 d2
G ou
l '1 MIN ­®§¨ 0,5 d ' m,1 ˜ e' t,1 ·¸ , l ' t,1 ½¾ Dm,1 ˜ e Dm,2 ˜ e
¯© ¹ ¿
13 G
(C5.2.3-15) x pour 4 d G d 16 : k 0,1 ou k 0, 2 
12 48
l ' 2 MIN ­®§¨ 0,5 d ' m,2 ˜ e' t,2 ·¸ , l ' t,2 ½¾ Graphique C5.2.3 - Valeurs des coefficients k0,1 ou k0,2.
¯© ¹ ¿
F = Coefficient égal à :
(C5.2.3-16)
x 1 pour des ouvertures voisines dans
lt,1, lt,2 = Longueurs des tubulures mesurées une enveloppe conique, une
comme indiquées en C5.1.3. enveloppe sphérique ou un fond
l’t,1, = Longueurs du dépassement intérieur des bombé ou sur la même génératrice
l’t,2 tubulures. d’une enveloppe cylindrique.
x = Distance entre deux ouvertures voisines, 1  cos 2 T
mesurée à mi-épaisseur de l’enveloppe x pour des ouvertures
2
comme l’indiquent les figures C5.2.2.2, voisines dans une enveloppe
3 et 4 et C5.2.4. cylindrique et non situées sur la
x’ = Distance définie par les figures C5.2.4d1 même génératrice.
et d2. k’ = Coefficient à utiliser pour le calcul de
x0,1, = Distances définies, pour chacune des L’ :
x0,2 ouvertures voisines, par les figures x si L1  L2  x' d 2 L1  L2 :
C5.1.3h.
x'
X = Distance mesurée à mi-épaisseur de k' 2
l’enveloppe, entre les centres de deux L1  L2
ouvertures voisines dans une enveloppe
cylindrique, non situées sur la même x si x' d L1  L2 : k ' 1
génératrice. X est définie par la figure
P = Pression de calcul.
C5.2.2.2b.
f1, ft,1, = Contrainte nominale de calcul,
T = Angle défini par la figure C5.2.2.2b.
ft,2, fr respectivement du matériau de
k0,1,k0,2 = Coefficients donnés par le graphique l’enveloppe, de chaque tubulure, de
C5.2.3. l’anneau-renfort.
z = Coefficient de soudure.
Pour les situations exceptionnelles de
service ou d’essai de résistance, prendre
z = 1.

786
CODAP 2005 Division 1 x Partie C – CONCEPTION ET CALCULS
Section C5 – REGLES DE CALCUL DES ENVELOPPES COMPORTANT DES OUVERTURES

C5.2.4 - Règles de vérification de la résistance d’une desquelles il est possible, en s’aidant au besoin des
enveloppe comportant des ouvertures voisines figures C5.1.4b, de traiter les autres configurations
couvertes par les règles.
a) Chaque ouverture, considérée comme isolée, doit
satisfaire aux règles de C5.1.4. d) Si la règle c n’est pas satisfaite, le ligament
séparant deux ouvertures voisines est dit « peu
b) Aucune vérification n’est à effectuer pour des
résistant ». Il est alors possible de justifier la résistance
ouvertures dans une enveloppe cylindrique ou sphérique
d’une enveloppe comportant de telles ouvertures en
ou un fond bombé, entièrement ou partiellement situées
s’assurant que les relations C5.2.4d1 et C5.2.4d2 sont
à l’intérieur d’un cercle de diamètre :
simultanément satisfaites. (Voir Note 1)
2 2 Ri  e e (C5.2.4-b1) Note 1 : La présente règle repose sur la vérification simultanée :
– de ce que la résistance du ligament est au moins égale à 85% de
et dont la somme des diamètres n’excède pas : la résistance exigée en application de la règle C5.2.4c,

2 Ri  e e
– de la résistance globale de l’enveloppe comportant les deux
0,2 (C5.2.4-b2) ouvertures voisines, vérifiée sur une longueur totale
L’ = x’ + L1 + L2, plafonnée à 2 (L1 + L2).
pour autant qu’aucune autre ouverture ne soit voisine
d’une des ouvertures concernées. Lorsque ft,1 ou ft,2 ou fr sont supérieures à f, prendre
ft,1 ou ft,2 ou fr = f pour la vérification de ces relations.
c) Pour les ouvertures non concernées par la règle b,
la résistance du ligament séparant deux ouvertures La présente règle de calcul n’est cependant
voisines doit être vérifiée en s’assurant que la relation : applicable que si :
– aucune autre ouverture n’est voisine des deux
S §¨ f  0,5 P ·¸  S t,1 §¨ f t,1  0,5 P ·¸  S t,2 §¨ f t,2  0,5 P ·¸ ouvertures voisines considérées,
© ¹ © ¹ © ¹
– aucune des deux ouvertures voisines
 S r §¨ f r  0,5 P ·¸ t P §¨ G . F  G1  G 2 ·¸ considérées n’est proche (au sens du tableau
© ¹ © ¹
C5.1.3) d’une discontinuité de la paroi,
(C5.2.4c1)
– la distance x’ est au plus égale à : 2 (L1 + L2).
est satisfaite.
Les surfaces S’, S’t,1, S’t,2, S’r, G, G1, G2, G’1 et G’2
Lorsque ft,1 ou ft,2 ou fr sont supérieures à f, prendre sont définies par les figures C5.2.4d1 et d2 qui illustrent
ft,1 ou ft,2 ou fr = f pour la vérification de cette relation. deux cas à partir desquels il est possible, en s’aidant des
figures C5.2.4c et, au besoin, C5.1.4b, de traiter les
Les surfaces S, St,1, St,2, Sr, G, G1 et G2, sont définies
autres configurations couvertes par les règles.
par les figures C5.2.4c1 à c6 qui illustrent quelques-
unes des configurations les plus usuelles à partir

S ' f  0,5P  S ' t,1 f t,1  0,5P  S ' t,2 f t,2  0,5P  S ' r f r  0,5P t P G . F  G1  G2  G '1  G ' 2

(C5.2.4d1)
S f  0,5P  S t,1 f t,1  0,5P  S t,2 f t,2  0,5P  S r f r  0,5 P t 0,85 P G . F  G1  G 2

(C5.2.4d2)

787
CODAP 2005 Division 1 x Partie C – CONCEPTION ET CALCULS
Section C5 – REGLES DE CALCUL DES ENVELOPPES COMPORTANT DES OUVERTURES

e) Si le ligament séparant les deux ouvertures est La présente règle C5.2.4f ne s’applique que si les
traversé par un joint soudé : angles T1 ou T2, définis par la figure C5.2.4f, sont :
– d’orientation quelconque sur une enveloppe – pour l’application des relations C5.2.4c1 et d2 :
sphérique ou un fond bombé,
 45°, (C5.2.4f 1)
– longitudinal ou hélicoïdal sur une enveloppe
cylindrique ou conique, – pour l’application de la relation C5.2.4d1 :

il y a lieu de remplacer f par f . z dans les relations  45° ou > 135° (C5.2.4f 2)
C5.2.4c1, d1 et d2.
f) Si l’une des ouvertures (ou les deux) est celle
d’une tubulure comportant une soudure longitudinale il
y a lieu de remplacer ft,1 ou ft,2 par ft,1 . z ou ft,2 . z dans
les relations C5.2.4c1, d1 et d2.

c d

Figure C5.2.4 f

788
CODAP 2005 Division 1 x Partie C – CONCEPTION ET CALCULS
Section C5 – REGLES DE CALCUL DES ENVELOPPES COMPORTANT DES OUVERTURES

Figure C5.2.4c1 - Ouvertures voisines de tubulures soudées sur la même génératrice d’une enveloppe cylindrique
(l’axe de la tubulure M et l’axe de l’enveloppe sont dans un même plan.
L’axe de la tubulure N est perpendiculaire à celui de l’enveloppe, mais pas nécessairement concourant).

Figure C5.2.4c2 - Ouvertures voisines de tubulures soudées, non situées sur la même génératrice
d’une enveloppe cylindrique ; axes dans des plans perpendiculaires à l’axe de l’enveloppe.

789
CODAP 2005 Division 1 x Partie C – CONCEPTION ET CALCULS
Section C5 – REGLES DE CALCUL DES ENVELOPPES COMPORTANT DES OUVERTURES

Figure C5.2.4c3 - Ouvertures voisines de tubulures mandrinées dans une enveloppe cylindrique,
situées ou non sur la même génératrice de l’enveloppe.

Figure C5.2.4c4 - Ouvertures voisines dans une enveloppe cylindrique :


ouverture de tubulure obturée par un tampon autoclave et ouverture de tubulure soudée normale à la paroi
(ouvertures situées ou non sur la même génératrice de l’enveloppe cylindrique).
(Cette figure illustre le cas où lt,1  d m,1 . e t,1 )

790
CODAP 2005 Division 1 x Partie C – CONCEPTION ET CALCULS
Section C5 – REGLES DE CALCUL DES ENVELOPPES COMPORTANT DES OUVERTURES

Figure C5.2.4c5 - Ouvertures voisines de tubulures soudées situées sur la même génératrice d’une enveloppe conique
(les axes des tubulures et l’axe de l’enveloppe sont dans un même plan).

Figure C5.2.4c6 - Ouvertures voisines de tubulures soudées sur une enveloppe sphérique ou
un fond bombé (les axes des tubulures sont dans un même plan).
La figure représente la section BB définie par la figure C5.2.2.4.

791
CODAP 2005 Division 1 x Partie C – CONCEPTION ET CALCULS
Section C5 – REGLES DE CALCUL DES ENVELOPPES COMPORTANT DES OUVERTURES

Figure C5.2.4d1 - Ouvertures voisines dans une enveloppe cylindrique avec ligament peu résistant.
Ouvertures de tubulures soudées, normales à la paroi,
situées ou non sur la même génératrice de l’enveloppe cylindrique.

Figure C5.2.4d2 - Ouvertures voisines dans une enveloppe sphérique ou un fond bombé avec alignement peu résistant.
Ouvertures de tubulures soudées, normales à la paroi.

792
CODAP 2005 Division 1 x Partie C – CONCEPTION ET CALCULS
Section C5 – REGLES DE CALCUL DES ENVELOPPES COMPORTANT DES OUVERTURES

C5.3 - RENFORCEMENT LOCAL D’UNE Elle assure en outre, pour les fonds raccordés par
OUVERTURE DE TUBULURE DANS UN FOND assemblage soudé à angle vif, l’adaptation plastique
PLAT CIRCULAIRE SOUS PRESSION globale du raccordement fond-enveloppe cylindrique.
INTERIEURE
C5.3.2 - Conditions d’application
C5.3.1 - Objet
C5.3.2.1 - Fond
La règle du présent chapitre permet de vérifier la
a) Le fond doit satisfaire à celles des conditions
résistance d’un fond plat circulaire soumis à une
indiquées en C3.2.2.1, C3.2.2.2, C3.2.2.3 ou C3.3.2.1
pression intérieure et comportant une ouverture, centrée
qui s’appliquent.
ou non centrée, de tubulure soudée sont le renforcement
est assuré par adjonction d’anneaux-renforts ou par b) L’épaisseur utile ef du fond (s’il s’agit d’un fond
augmentation de l’épaisseur de la tubulure (ces modes soudé) ou de sa région centrale (s’il s’agit d’un fond
de renforcement pouvant être associés). boulonné) doit être au moins égale à l’épaisseur
minimale nécessaire e du fond sans ouverture :
Elle concerne les fonds suivants :
– Fonds soudés à l’extrémité d’une enveloppe ef t e (C5.3.2.1b)
cylindrique, objet de la règle C3.2, C5.3.2.2 - Tubulure
– Fonds assemblés par boulonnage, objet de la a) La tubulure doit être de section droite circulaire,
règle C3.3. d’axe perpendiculaire au fond et fixée sur celui-ci par
Dans le cas d’un fond boulonné dont le joint est des soudures résistantes.
situé à l’intérieur du cercle de perçage des trous de b) Le diamètre d de l’ouverture et la distance X de
boulons, la règle doit être appliquée pour chacune des son centre au centre du fond doivent respecter les
situations sous pression susceptibles d’être conditions indiquées au tableau C5.3.2.2.
déterminantes, ainsi que pour la situation d’assisse du
joint définie en C6.1.
La présente règle couvre la défaillance du fond par
déformation excessive.

Tableau C5.3.2.2.

Type de fond d X

Deq
à bord tombé de rayon intérieur r > ef d d
2
soudé
Fond

à bord tombé de rayon intérieur r d ef d 0,5 Di  es


Di  es
raccordé par assemblage soudé à angle vif d d
2
à rainure périphérique de décharge

avec joint intérieur au cercle de perçage G


d 0,5 G d d (*)
boulonné

des trous de boulons 2


Fond

avec joint portant de part et d’autre du cercle C


d 0,5 C d d (*)
de perçage des trous de boulons 2

(*) De plus, l’ouverture doit être entièrement située dans la région centrale du fond, définie en C3.3.

793
CODAP 2005 Division 1 x Partie C – CONCEPTION ET CALCULS
Section C5 – REGLES DE CALCUL DES ENVELOPPES COMPORTANT DES OUVERTURES

C5.3.2.3 - Renforcement local de l’ouverture e = Epaisseur minimale nécessaire du fond


sans ouverture, donnée par celle des
Le renforcement local d’une ouverture doit être le
règles C3.2.4, C3.2.5, C3.2.6, C3.3.5 ou
même sur tout le pourtour de celle-ci.
C3.3.6 qui s’applique.
Pour être considéré comme participant au
ef = Epaisseur utile du fond (s’il est soudé)
renforcement d’une ouverture, un élément rapporté
ou de sa région centrale (s’il est
(anneau-renfort ou tubulure) doit être solidarisé avec le
boulonné).
fond par des soudures résistantes ; un tube mandriné ou
vissé ne peut constituer un renforcement, même s’il es = Epaisseur admise de l’enveloppe
comporte une soudure d’étanchéité. cylindrique au voisinage du fond, définie
en C3.2.
L’épaisseur utile d’un anneau-renfort rapporté doit
être au plus égale à ef et son diamètre extérieur doit être et = Epaisseur utile de la tubulure.
au plus égal à 2d.
f = Contrainte nominale de calcul du
C5.3.2.4 - Sollicitations matériau du fond pour la situation
considérée.
La règle du présent chapitre ne prend en compte que
l’action de la pression et, pour les fonds boulonnés avec fr = Contrainte nominale de calcul du
joint intérieur au cercle de perçage des trous de boulons, matériau de l’anneau-renfort pour la
des efforts exercés par les boulons. situation considérée.
C5.3.3 - Notations ft = Contrainte nominale de calcul du
matériau de la tubulure pour la situation
C = Diamètre du cercle de perçage des trous
considérée.
de boulons.
Pour la situation d’assise du joint, f, fr et ft sont les
Di = Diamètre intérieur de l’enveloppe
contraintes nominales de calcul pour une situation
cylindrique, défini en C3.2.
normale de service à température ambiante.
Deq = Diamètre équivalent d’un fond soudé à
G = Pour un fond boulonné avec joint
bord tombé de rayon intérieur r › ef,
intérieur au cercle de perçage des trous
défini en C3.2.
de boulons, diamètre du cercle sur lequel
d = Diamètre de l’ouverture : s’applique la force de compression du
joint, définie en C6.1.5.
x Pour une ouverture de tubulure
soudée sur la face extérieure du P = Pression de calcul.
fond (voir figure C5.3a) : Pour la situation d’assise du joint : P = 0.
d di r = Rayon intérieur du bord tombé.
x Pour une ouverture de tubulure X = Distance du centre de l’ouverture au
emmanchée-soudée (voir figure centre du fond.
C5.3b) :
C5.3.4 - Règle de calcul
– Lorsque f t t f : d d i
La résistance du fond est vérifiée en s’assurant que
– Lorsque ft  f : la relation :

d
§ f ·
d i  2e t ¨¨ 1  t ¸¸ (C5.3.3)

S f  S t  S t' ff
t
 Sr
fr
f
t 0,5 S (C5.3.4)
© f ¹
est satisfaite.
Lorsque l’ouverture est celle d’une
tubulure soudée en bout d’une collerette Les surfaces S f , S t , S ' t , S r et S sont définies par
extrudée (voir figure C5.3c), le diamètre les figures C5.3a, b et c qui illustrent trois
d est à mesurer comme indiqué en configurations caractéristiques.
C5.1.3.
Lorsque ft ou fr sont supérieures à f, prendre ft ou
di = Diamètre intérieur de la tubulure. fr = f pour la vérification de la relation C5.3.4.

794
CODAP 2005 Division 1 x Partie C – CONCEPTION ET CALCULS
Section C5 – REGLES DE CALCUL DES ENVELOPPES COMPORTANT DES OUVERTURES

Figure C5.3a - Tubulure soudée sur la face extérieure d’un fond plat, sans anneau-renfort rapporté.

Figure C5.3b - Tubulure emmachée-soudée sur un fond plat avec anneau-renfort rapporté.
(La figure illustre le cas où ft  f )

795
CODAP 2005 Division 1 x Partie C – CONCEPTION ET CALCULS
Section C5 – REGLES DE CALCUL DES ENVELOPPES COMPORTANT DES OUVERTURES

Figure C5.3c - Tubulure soudée en bout d’une collerette extrudée.


(d est le diamètre moyen de l’ouverture mesuré sur l’épaisseur e comme indiqué en C5.1.3, figure C5.1.3a)

796
CODAP 2005 Division 1

797
CODAP 2005 Division 1

PARTIE C
CONCEPTION ET CALCULS

SECTION C6
RÈGLES DE CALCUL DES ASSEMBLAGES
À BRIDES BOULONNÉES
SOUMIS À UNE PRESSION INTÉRIEURE
C6.1 - ASSEMBLAGES A BRIDES AVEC JOINT  d’un fond à calotte sphérique boulonné assem-
INTERIEUR AU CERCLE DE PERÇAGE blé à une plaque tubulaire formant bride.
DES TROUS DE BOULONS - SITUATIONS A
Un tel assemblage peut comporter un élément inter-
ETUDIER - CARACTERISTIQUES DU JOINT -
médiaire (par exemple, plaque tubulaire) pincé entre
VERIFICATION DE LA BOULONNERIE
brides. Dans ce cas, si l’assemblage concerne deux en-
C6.1.1 - Objet ceintes, les dispositions de l’Annexe C6.1.A1 sont à
respecter.
a) Les règles du présent chapitre concernent les as-
semblages soumis à une pression intérieure et dont le c) Les assemblages à brides normalisées peuvent être
joint est situé à l’intérieur du cercle de perçage des trous utilisés sans vérification de leur résistance dans les
de boulons. conditions indiquées en Annexe C6.A1.
Note : De manière alternative à la présente procédure, la méthode d) Les présentes règles sont applicables :
proposée par la norme NF EN 1591 peut être utilisée dans le cadre de
la présente Division notamment lorsque le respect d’un critère  aux assemblages à joint annulaire en élastomère
d’étanchéité est requis.
ou métallique creux, moyennant les adaptations
Elles s’appliquent aux assemblages à joint plat ou à indiquées en Annexe C6.1.A2,
joint annulaire métallique plein d’un des types indiqués
 aux assemblages par boulons à griffes ou par
au tableau C6.1.1 ou d’un type équivalent.
boulons basculants, moyennant le respect des
b) Ces assemblages peuvent être constitués : dispositions de l’Annexe C6.2.A2,
 de deux brides relevant des règles du chapitre  aux assemblages à lèvres soudées, moyennant
C6.2 (brides normales), les adaptations indiquées en Annexe C6.2.A3.
 d’une bride normale et d’une bride inversée re- e) Les règles du présent chapitre couvrent la défail-
levant des règles du chapitre C6.3, lance par déformation excessive de la boulonnerie.
 d’une bride, normale ou inversée, assemblée à : Il appartient au Fabricant de s’assurer par ailleurs de
l’adéquation de l’assemblage (nature du joint, caractéris-
x un fond plat boulonné relevant de la règle tiques des portées de joint, etc.) à l’ensemble des condi-
C3.3.5, tions de fonctionnement de l’appareil, en particulier pour
x un fond à calotte sphérique boulonné rele- ce qui concerne la qualité d’étanchéité requise.
vant de la règle C3.4.5,
x une plaque tubulaire formant bride rele-
vant de la règle de l’Annexe C7.A4,

798
CODAP 2005 Division 1 x Partie C – CONCEPTION ET CALCULS
Section C6 – RÈGLES DE CALCUL DES ASSEMBLAGES À BRIDES BOULONNÉES SOUMIS À UNE PRESSION INTÉRIEURE

Tableau C6.1.1 - Types de joints concernés par les règles

Joints plats non métalliques

 Sans enveloppe

 Avec enveloppe non métallique

Joints plats métalloplastiques

 Non ondulés

 Ondulés

 Spiralés

Joints plats métalliques

 Lisses

 Striés

 Ondulés avec ou sans garnissage

Joints annulaires métalliques pleins

799
CODAP 2005 Division 1 x Partie C – CONCEPTION ET CALCULS
Section C6 – RÈGLES DE CALCUL DES ASSEMBLAGES À BRIDES BOULONNÉES SOUMIS À UNE PRESSION INTÉRIEURE

C6.1.2 - Condition d’application fb = Contrainte nominale de calcul des boulons


ou goujons pour une situation sous
C6.1.2.1 - Assemblage
pression
a) L’assemblage doit être de révolution.
fb,A = Contrainte nominale de calcul des boulons
b) Les boulons ou goujons doivent être répartis ré- ou goujons pour la situation d’assise du
gulièrement sur le cercle de perçage. joint
Leur nombre doit être au moins égal à 4. fb,A est la contrainte nominale de calcul
pour une situation normale de service à
C6.1.2.2 - Sollicitations
température ambiante.
Les règles du présent chapitre ne prennent en G = Diamètre du cercle sur lequel s’applique
compte que l’action de la pression intérieure et des la force de compression du joint (voir
efforts à exercer sur le joint. C6.1.5)
Elles ne prennent pas en compte les efforts agissant G0 = Diamètre extérieur de la surface de
sur l’enveloppe cylindrique. (voir Note) contact d’un joint plat sur sa portée
Note : L’Annexe C6.A5 propose une méthode simplifiée de prise en HG = Force de compression du joint dans une
compte de ces efforts. situation sous pression
Elles ne prennent pas en compte non plus les diffé- m = Coefficient de serrage du joint (voir
rences de dilatation pouvant exister entre la boulonne- C6.1.5)
rie et les éléments assemblés, qui peuvent être négli-
gées tant que, pour une situation donnée : n = Nombre de boulons ou goujons

 la différence de température entre la boulon- P = Pression de calcul pour la situation sous


nerie et les éléments assemblés n’excède pas pression considérée
50°C, WA = Force minimale à exercer par la boulonne-
 si la température de calcul est t 120°C, le rie dans la situation d’assise du joint
coefficient de dilatation des éléments assem- WA' = Force exercée par la boulonnerie à pren-
blés n’excède pas de plus de 10% le coeffi- dre en compte pour le calcul des éléments
cient de dilatation de la boulonnerie. assemblés dans la situation d’assise du
C6.1.3 - Notations joint.
WP = Force de traction s’exerçant sur la bou-
Ab = Section totale de la boulonnerie :
lonnerie dans une situation sous pression
Ab = n . ab (C6.1.3.1) w = Largeur de contact du joint sur sa portée
(voir C6.1.5)
Ab,min = Section minimale nécessaire de la boulon-
nerie y = Pression d’assise du joint (voir C6.1.5)
ab = Section d’un boulon ou goujon : C6.1.4 - Situations à étudier
x pour un boulon ou goujon à filetage à La règle C6.1.6 ainsi que les règles concernant les
filet triangulaire au profil ISO éléments assemblés doivent être appliquées pour cha-
(NF ISO 68-1 : Mars 1999) : section cune des situations suivantes :
résistante définie par la norme a) La situation relative au serrage initial du joint
NF ISO 262 : Mars 1999 (voir An- avant mise sous pression, dite situation d’assise du
nexe C6.A4), joint.
x pour un boulon ou goujon à filetage Dans cette situation, l’assemblage est soumis uni-
d’un autre type : section à fond de quement à l’effort résultant de la compression du joint
filet, nécessaire pour réaliser l’étanchéité attendue.
x pour un boulon ou goujon à tige La compression minimale y à exercer sur le joint,
allégée : section de la tige cylindrique dite pression d’assise du joint, dépend de la nature de
non filetée. celui-ci.
b = Largeur efficace du joint (voir C6.1.5.)

800
CODAP 2005 Division 1 x Partie C – CONCEPTION ET CALCULS
Section C6 – RÈGLES DE CALCUL DES ASSEMBLAGES À BRIDES BOULONNÉES SOUMIS À UNE PRESSION INTÉRIEURE

La situation d’assise du joint est unique pour un as- c) La section minimale nécessaire de la boulonnerie
semblage donné ; elle doit être considérée comme une est donnée par la relation :
situation normale de service à température ambiante.
­° ª W º ª§ W · º ½°
b) La ou les situations normales de service, excep- Ab,min MAX ® « A » , «¨¨ P ¸¸ » ¾
tionnelles de service ou d’essai de résistance suscepti- °̄ «¬ f b,A »¼ «¬© f b ¹ max »¼ °¿
bles d’être déterminantes pour l’assemblage, dites
(C6.1.6c)
situations sous pression.
§W ·
Dans ces situations, l’assemblage doit résister à dans laquelle ¨¨ P ¸¸ est la plus grande valeur du
l’action de la pression qui tend à écarter les deux élé- © f b ¹ max
ments, tout en maintenant sur le joint un effort de §W ·
compression suffisant pour assurer l’étanchéité. rapport ¨¨ P ¸¸ pour l’ensemble des situations sous
© fb ¹
Le rapport m entre la compression minimale du
pression étudiées.
joint et la pression intérieure est une caractéristique du
joint dite coefficient de serrage du joint. d) La section totale de la boulonnerie doit être telle
que :
C6.1.5 - Caractéristiques du joint
Ab t Ab,min (C6.1.6d)
a) Les valeurs de la pression d’assise y et du coeffi-
cient de serrage m doivent être indiquées par le four- e) La force exercée par la boulonnerie à prendre en
nisseur du joint ; à défaut il est possible d’utiliser les compte pour le calcul des éléments assemblés dans la
valeurs données en Annexe C6.A2. situation d’assise du joint est donnée par la formule :
b) La largeur efficace du joint b et le diamètre G du Ab  Ab,min
cercle sur lequel s’applique la force de compression du WA' f b,A (C6.1.6e)
2
joint sont définis par le tableau C6.1.5.
f) Dans le cas d’un joint plat, lorsque la portée de
C6.1.6 - Vérification de la boulonnerie
joint n’est pas à emboîtement double ou qu’aucune
a) La force minimale que doit exercer la boulonne- disposition mécanique (telle qu’un anneau ou emboî-
rie dans la situation d’assise du joint est donnée par la tement limiteur d’écrasement) ne protège le joint
formule : contre un serrage excessif, la force WA' doit vérifier la
WA S b˜G ˜ y (C6.1.6a)
relation :

b) La force de traction s’exerçant sur la boulonnerie WA' d 2 S w ˜ G ˜ y (C6.1.6f)


dans une situation sous pression est donnée par la for-
mule :
S
WP G2 ˜ P  HG (C6.1.6b1)
4
dans laquelle :
HG 2S b ˜ G ˜ m ˜ P (C6.1.6b2)

801
CODAP 2005 Division 1 x Partie C – CONCEPTION ET CALCULS
Section C6 – RÈGLES DE CALCUL DES ASSEMBLAGES À BRIDES BOULONNÉES SOUMIS À UNE PRESSION INTÉRIEURE

Tableau C6.1.5 - Largeur efficace du joint b et diamètre G du cercle


sur lequel s’applique la force de compression du joint.

1 - Joint plat
a) Faces plates

x Largeur de base du joint b0 :


w
b0
2

b) Faces surélevées
x Largeur efficace du joint b :
 si b0 d 6,3 mm : b = b0
(1)
 si b0 > 6,3 mm : b 2,52 b0

x Diamètre G :
c) Emboîtement simple (2)
G = G0 - 2b

d) Emboîtement double

(1)
Dans cette formule, la largeur b0 doit être exprimée en millimètres.
(2)
Si b0 d 6,3 mm, G est alors le diamètre moyen de contact du joint sur sa
portée.

2 - Joint annulaire métallique plein

w
x b
8

x G = diamètre moyen du joint

802
CODAP 2005 Division 1

803
CODAP 2005 Division 1

PARTIE C
CONCEPTION ET CALCULS

ANNEXE C6.1.A1
ASSEMBLAGE À BRIDES DE DEUX ENCEINTES D’UN MÊME
APPAREIL AVEC JOINTS INTÉRIEURS AU CERCLE DE
PERÇAGE DES TROUS DE BOULONS
(Annexe obligatoire)
C6.1.A1.1 - OBJET  de la pression et de la température de calcul de
chacune des deux enceintes.
a) La présente Annexe indique les modalités
d’application des règles des chapitres C6.1, C6.2 et C6.3 c) La règle C6.1.A1.2 précise les situations à étudier
et de la règle C3.4.5 aux assemblages à brides de deux pour l’assemblage.
enceintes sous pression intérieure d’un même appareil
Les règles C6.1.A1.3 et C6.1.A1.4 indiquent respec-
avec joints intérieurs au cercle de perçage des trous de
tivement les modalités particulières de vérification de la
boulons.
boulonnerie et de détermination des moments s’exerçant
Un tel assemblage peut être, par exemple : sur les brides.
 l’assemblage d’une plaque tubulaire fixe pincée d) Ces règles sont applicables :
entre brides (voir figure C6.1.A1.1),
 aux assemblages dont l’un des joints (ou les
 l’assemblage, côté plaque glissante, de la boîte deux) est annulaire en élastomère ou métallique
d’extrémité d’un échangeur à plaque glissante creux, moyennant les adaptations indiquées en
(voir figure C7.2.A1.1). Annexe C6.1.A2,
b) Dans le cas le plus général, l’assemblage est ca-  aux assemblages par boulons à griffes ou par
ractérisé par des valeurs différentes : boulons basculants, moyennant le respect des
dispositions de l’Annexe C6.2.A2.
 des caractéristiques de chacun des deux joints,

Figure C6.1.A1.1 - Exemples d’assemblage de plaque tubulaire fixe pincée entre brides.

804
CODAP 2005 Division 1 x Partie C – CONCEPTION ET CALCULS

C6.1.A1.2 - SITUATIONS À ETUDIER C6.1.A1.4 - MOMENTS S’EXERÇANT SUR LES


BRIDES
Les situations à étudier pour l’assemblage sont :
a) Le moment MA s’exerçant sur chaque bride dans
 la situation d’assise des joints,
la situation d’assise des joints est donné par celle des
 les diverses situations sous pression de formules C6.2.5.1a, C6.2.5.2a, C6.3.5a ou C3.4.5.2a2
l’assemblage, caractérisées chacune par les qui s’applique, en utilisant la valeur de WA' définie en
valeurs de la pression de calcul susceptible de C6.1.A1.3c.
régner simultanément – même de façon
accidentelle – dans chaque enceinte et les b) Le moment MP s’exerçant sur chaque bride dans
valeurs correspondantes de la température de une situation sous pression est donné par celle des
calcul. formules C6.2.5.1b, C6.2.5.2b, C6.3.5b ou C3.4.5.2b2
qui s’applique, moyennant les adaptations suivantes :
C6.1.A1.3 - VÉRIFICATION DE LA BOULON-
NERIE b1) Dans la formule C6.2.5.1b, la valeur de WP
à utiliser est celle définie en C6.1.A1.3b.
La boulonnerie doit être vérifiée au moyen de la rè-
gle C6.1.6, moyennant les adaptations suivantes : b2) Dans les formules C6.2.5.2b, C6.3.5b et
C3.4.5.2b2 :
a) La force minimale WA que doit exercer la bou-
lonnerie dans la situation d’assise des joints est la plus  les forces HD et HT sont à calculer pour cha-
élevée des deux valeurs calculées au moyen de la for- que bride avec la valeur de P qui lui corres-
mule C6.1.6a pour chacune des brides. pond au moyen des formules données dans la
règle concernée,
b) La force de traction WP s’exerçant sur la
boulonnerie dans une situation sous pression est la plus  la force HG est à calculer pour chaque bride
élevée avec la valeur de P qui lui correspond au
des deux valeurs calculées au moyen de la formule moyen de la formule :
C6.1.6b1 pour chacune des brides.
S
c) La section de la boulonnerie doit être vérifiée au HG WP  G2 ˜ P (C6.1.A1.4)
4
moyen des relations C6.1.6c et d et la force WA'
calculée au moyen de la formule C6.1.6e, en utilisant dans laquelle la valeur de WP à utiliser est
celle définie en C6.1.A1.3b.
les valeurs de WA et WP définies ci-dessus.

d) La force WA' ainsi calculée doit, s’il y a lieu, vé-


rifier la relation C6.1.6f pour chacun des deux joints.

805
CODAP 2005 Division 1 x Partie C – CONCEPTION ET CALCULS

PARTIE C
CONCEPTION ET CALCULS

ANNEXE C6.1.A2
ASSEMBLAGES À BRIDES À JOINT ANNULAIRE
EN ÉLASTOMÈRE OU MÉTALLIQUE CREUX
(Annexe obligatoire)
C6.1.A2.1 - OBJET b) Les joints concernés sont caractérisés par :
a) La présente Annexe indique les modalités  l’effort linéique minimal Y2 à exercer sur le
d’application des règles des chapitres C6.1, C6.2 et joint dans la situation d'assise du joint,
C6.3, des règles C3.3.4 et C3.4.5 et de la règle de
l’Annexe C7.A4 aux assemblages à brides dont le joint,  l’effort linéique minimal Ym à maintenir sur le
intérieur au cercle de perçage des trous de boulons, est joint pour assurer l’étanchéité dans les diverses
annulaire en élastomère (avec ou sans armature métalli- situations sous pression.
que) ou métallique creux (avec ou sans enrobage élas-
Les valeurs des efforts Y2 et Ym dépendent de la na-
tomère ), et dont les faces sont, après serrage initial du
joint, en contact métal-métal (directement ou par ture du joint, la valeur de Ym peut aussi dépendre de la
l’intermédiaire d’un anneau intercalaire métallique) à pression et de la température.
l’intérieur du cercle de perçage (voir figure Ces valeurs doivent être indiquées par le fournisseur
C6.1.A2.1). du joint (pour les joints annulaires en élastomère sans
armature métallique, ces efforts sont négligeables et
leurs valeurs peuvent être prises = 0).

Figure C6.1.A2.1 - Assemblages à brides avec joint annulaire en élastomère ou métallique creux.

806
CODAP 2005 Division 1 x Partie C – CONCEPTION ET CALCULS

C6.1.A2.2 - RÈGLES DE CALCUL d) Le coefficient CF correctif pour tenir compte de


Les règles des chapitres C6.1, C6.2 et C6.3, les rè- l’espacement des boulons est donné par les relations
gles C3.3.4 et C3.4.5 et la règle de l’Annexe C7.A4 suivantes :
s’appliquent moyennant les adaptations suivantes : x pour un joint annulaire en élastomère sans
a) Le diamètre G du cercle sur lequel s’applique la armature métallique :
force de compression du joint est le diamètre moyen du
ª § SC ·º
joint. « ¨ ¸»
CF MAX « 1 , ¨ n ¸»
(C6.1.A2.2d1)
b) La force minimale que doit exercer la boulonne- « ¨ 2d b  12e ¸»
rie dans la situation d’assise du joint est donnée par la « ¨ ¸»
formule : ¬ © ¹¼

WA = S G . Y2 (C6.1.A2.2b) x pour un joint annulaire d’un autre type :


c) La force de compression du joint dans une situa- ª § SC ·º
tion sous pression est donnée par la formule : « ¨ ¸»
CF MAX 1 ,
« ¨ n ¸»
¨ 2d b  1,5e ¸» (C6.1.A2.2d2)
H G = S G . Ym (C6.1.A2.2c) «
« ¨ ¸»
¬ © ¹¼
Dans ces relations :
 pour une plaque tubulaire formant bride, e est
l’épaisseur admise de la partie formant bride,
notée efl, définie en Annexe C7.A4,
 pour un assemblage par boulons à griffes,
remplacer 2db par l.

807
CODAP 2005 Division 1 x Partie C – CONCEPTION ET CALCULS
Section C6 – RÈGLES DE CALCUL DES ASSEMBLAGES À BRIDES BOULONNÉES SOUMIS À UNE PRESSION INTÉRIEURE

C6.2 - BRIDES AVEC JOINT INTÉRIEUR AU La règle C6.2.6 permet de vérifier la résistance des
CERCLE DE PERÇAGE DES TROUS DE brides dites « indépendantes », à la résistance desquel-
BOULONS les ne participe pas l’enveloppe cylindrique ou pour
lesquelles la participation de l’enveloppe cylindrique
C6.2.1 - Objet
est négligée (voir C6.2.4.3).
a) Les règles du présent chapitre permettent de vé-
La règle C6.2.7 permet de vérifier la résistance des
rifier la résistance d’une bride constituant l’un des
brides dites « monobloc », à laquelle participe
éléments d’un assemblage :
l’enveloppe cylindrique.
 soumis à une pression intérieure,
Le tableau C6.2.1 précise les règles à utiliser pour
 dont le joint est situé à l’intérieur du cercle de chaque type de bride.
perçage des trous de boulons, Si l’assemblage concerne deux enceintes d’un
relevant des règles du chapitre C6.1. même appareil, les dispositions de l’Annexe C6.1.A1
sont à respecter.
b) Les règles s’appliquent aux brides des types sui-
vants : d) Les présentes règles sont applicables :
 brides tournantes (voir figure C6.2.1.1),  aux brides directement assemblées à un fond
bombé elliptique, torisphérique ou hémisphé-
 brides vissées (voir figure C6.2.1.2), rique, moyennant le respect de la règle C3.1.8,
 brides emmanchées-soudées (voir figure  aux brides des assemblages à joint annulaire
C6.2.1.3), en élastomère ou métallique creux, moyennant
 brides à collerette soudée en bout ou mono- les adaptations indiquées en Annexe C6.1.A2,
bloc avec l’enveloppe cylindrique (voir figure  aux brides assemblées par boulons à griffes ou
C6.2.1.4). par boulons basculants, moyennant le respect
Elles ne concernent pas les brides des fonds à ca- des dispositions de l’Annexe C6.2.A2,
lotte sphérique boulonnés qui sont traitées en C3.4.  aux brides à lèvres soudées, moyennant les
L’Annexe C6.2.A1 traite le cas particulier des bri- adaptations indiquées en Annexe C.2.A3.
des tournantes en segments démontables. e) Les règles du présent chapitre couvrent la défail-
c) La résistance de la boulonnerie de l’assemblage lance par déformation excessive de la bride.
doit être préalablement vérifiée au moyen de la règle Elles assurent en outre, pour les brides à collerette,
C6.1.6. l’adaption plastique globale :
La règle C6.2.5 permet de déterminer les moments  du raccordement plateau-collerette (règles
s’exerçant sur la bride. C6.2.6 et C6.2.7),
 du raccordement collerette-enveloppe cylin-
drique (règle C6.2.7).

808
CODAP 2005 Division 1 x Partie C – CONCEPTION ET CALCULS
Section C6 – RÈGLES DE CALCUL DES ASSEMBLAGES À BRIDES BOULONNÉES SOUMIS À UNE PRESSION INTÉRIEURE

Tableau C6.2.1 - Règles de calcul à utiliser.

Règle de Règle de
Type de bride Figure détermination vérification de
des moments la résistance

a) à collerette tronconique C6.2.1.1a


1 - Bride
b) à collerette cylindrique C6.2.1.1b
tournante
C6.2.5.1

Brides « indépendantes »
c) sans collerette (1) C6.2.1.1.c

a) avec étanchéité sur l’enveloppe


2 - Bride vissée C6.2.1.2a C6.2.6
cylindrique
(avec ou sans
collerette)
b) avec étanchéité sur la bride C6.2.1.2b

a) à collerette tronconique C6.2.1.3a

b) à collerette cylindrique C6.2.1.3b

3 - Bride c) assemblée par double C6.2.6


emmanchée soudure non pénétrante ou C6.2.1.3c ou
soudée à pénétration partielle C6.2.7 (2) (3)
sans
C6.2.5.2
collerette

Brides « monobloc »
d) assemblée par soudures
C6.2.1.3d
à pleine pénétration

4 - Bride à collerette
a) à collerette tronconique C6.2.1.4a C6.2.7 (3)
soudée en bout
ou monobloc
avec l’enveloppe
cylindrique b) à collerette cylindrique C6.2.1.4b

(1) Les brides tournantes sans collerette en segments démontables sont traitées en Annexe C6.2.A1.
(2) L’une ou l’autre de ces deux règles peut être indifféremment utilisée dans les conditions indiquées en C6.2.4.3.
(3) Si les conditions C6.2.7.2 a et b ne sont pas satisfaites, il est possible de justifier la résistance de la bride au moyen de la règle C6.2.6
(voir C6.2.4.4).

809
CODAP 2005 Division 1 x Partie C – CONCEPTION ET CALCULS
Section C6 – RÈGLES DE CALCUL DES ASSEMBLAGES À BRIDES BOULONNÉES SOUMIS À UNE PRESSION INTÉRIEURE

a) Bride à collerette tronconique. b) Bride à collerette cylindrique. c) Bride sans collerette


Figure C6.2.1.1 - Brides tournantes.

a) Avec étanchéité sur l’extrémité de l’enveloppe b) Avec étanchéité sur la bride.


cylindrique. (1) Dans le cas d’un taraudage conique, B est le diamètre sur flancs
mesuré à mi-longueur de serrage LT.

Figures C6.2.1.2 - Brides vissées (avec ou sans collerette).

810
CODAP 2005 Division 1 x Partie C – CONCEPTION ET CALCULS
Section C6 – RÈGLES DE CALCUL DES ASSEMBLAGES À BRIDES BOULONNÉES SOUMIS À UNE PRESSION INTÉRIEURE

(1) Limite de la zone d’influence du raccordement de l’enveloppe cylindrique avec une autre enveloppe, un fond, une plaque tubulaire ou une autre
bride lorsque la bride est calculée au moyen de la règle C6.2.7 (bride « monobloc »).
(2) Limite de la zone d’influence du raccordement de l’enveloppe cylindrique avec une autre enveloppe, un fond, une plaque tubulaire ou une autre
bride lorsque la bride est calculée au moyen de la règle C6.2.6 (bride « indépendante »).

Figure C6.2.1.3 - Brides emmanchées-soudées.


(Les détails d’exécution des assemblages soudés sont précisés en FA1)

811
CODAP 2005 Division 1 x Partie C – CONCEPTION ET CALCULS
Section C6 – RÈGLES DE CALCUL DES ASSEMBLAGES À BRIDES BOULONNÉES SOUMIS À UNE PRESSION INTÉRIEURE

a) Bride à collerette tronconique. b) Bride à collerette cylindrique.


(1) Limite de la zone d’influence du raccordement de l’enveloppe cylindrique avec une autre enveloppe, un fond, une plaque tubulaire ou une autre
bride lorsque la bride est calculée au moyen de la règle C6.2.7 (bride « monobloc »).
(2) Limite de la zone d’influence du raccordement de l’enveloppe cylindrique avec une autre enveloppe, un fond, une plaque tubulaire ou une autre
bride lorsque la bride est calculée au moyen de la règle C6.2.6 (bride « indépendante »).

Figure C6.2.1.4 - Brides à collerette soudée en bout ou monobloc avec l’enveloppe cylindrique.

812
CODAP 2005 Division 1 x Partie C – CONCEPTION ET CALCULS
Section C6 – RÈGLES DE CALCUL DES ASSEMBLAGES À BRIDES BOULONNÉES SOUMIS À UNE PRESSION INTÉRIEURE

C6.2.2 - Conditions d’application C6.2.2.3 - Sollicitations


C6.2.2.1 - Bride Les règles du présent chapitre ne prennent en compte
que l’action de la pression intérieure et des efforts exer-
a) La bride doit être de révolution.
cés par les boulons.
b) Les trous de passage des boulons doivent être cir-
Elles ne prennent pas en compte les efforts agissant
culaires ; leur diamètre doit être au plus égal à celui de la
sur l’enveloppe cylindrique (voir Note).
série moyenne de la norme NF EN 20-273 (voir Annexe
C6.A4). Note : L’Annexe C6.A5 propose une méthode simplifiée de prise en
compte de ces efforts.
c) La bride peut être constituée de plusieurs éléments
assemblés par soudure à pleine pénétration ; il n’y a C6.2.3 - Notations
alors pas lieu de tenir compte d’un coefficient de sou- A = Diamètre extérieur de la bride
dure dans les calculs.
A2 = Diamètre extérieur de contact d’une bride
d) Le rayon r du congé de raccordement plateau- tournante sur le collet
collerette d’une bride à collerette doit être tel que :
B = Diamètre intérieur de la bride
r t MIN > 0,25 g 1 , 5mm @
B2 = Diamètre intérieur de contact d’une bride
tournante sur le collet
C = Diamètre du cercle de perçage des trous
de boulons
CF = Coefficient correctif pour tenir compte de
l’espacement des boulons :

ª § SC ·º
« ¨ ¸»
Figure C6.2.2 CF ¨
MAX « 1 , ¨ n ¸»
« 6e ¸»
« ¨¨ 2d b  ¸¸»
¬ © m  0,5 ¹¼
e) Dans le cas d’une bride à collerette de forme inha-
bituelle, il y a lieu de choisir des valeurs de g1 et h défi- (C6.2.3.1)
nissant une collerette tronconique simple équivalente au D = Diamètre intérieur de l’enveloppe cylin-
profil réel de la collerette. drique
f) Au droit de l’assemblage circulaire d’une bride à db = Diamètre nominal d’un boulon
collerette soudée en bout avec l’enveloppe cylindrique,
les fibres moyennes peuvent être décalées, sans toutefois e = Epaisseur du plateau de la bride (voir
que ce décalage aille, aux tolérances de fabrication près C6.2.4.2)
(voir F1.5), au-delà de l’alignement des faces externes f = Contrainte nominale de calcul du matériau
ou internes. Le raccordement des surfaces doit se faire de la bride pour la situation considérée
par une pente n’excédant par 1/3.
fs = Contrainte nominale de calcul du matériau
L’épaisseur de la collerette doit satisfaire à la règle de l’enveloppe cylindrique pour la situa-
C6.2.4.4c. tion considérée
g) D’autres conditions, particulières à la règle utilisée Pour une bride à collerette monobloc
pour la vérification de la résistance de la bride, sont
avec l’enveloppe cylindrique : fs = f.
indiquées en C6.2.4.3, C6.2.4.4 et C6.2.7.2.
C6.2.2.2 - Enveloppe cylindrique Pour la situation d’assise du joint, f et fs sont les
contraintes nominales de calcul pour une situation
L’épaisseur de l’enveloppe cylindrique doit satisfaire normale de service à température ambiante.
à la règle C2.1.4.

813
CODAP 2005 Division 1 x Partie C – CONCEPTION ET CALCULS
Section C6 – RÈGLES DE CALCUL DES ASSEMBLAGES À BRIDES BOULONNÉES SOUMIS À UNE PRESSION INTÉRIEURE

G = Diamètre du cercle sur lequel s’applique hL = Différence, pour une bride tournante ou
la force de compression du joint WA' ou une bride visssée avec étanchéité sur
l’enveloppe cylindrique, entre les rayons
HG, défini en C6.1.5 du cercle de perçage des trous de boulons
G1 = Diamètre du cercle sur lequel s’applique et du cercle sur lequel s’applique la force
la force d’appui WA' ou WP : d’appui WA' ou WP de la bride sur le collet
ou le filetage de l’enveloppe
x d’une bride tournante sur le collet :
hT = Différence, pour une bride autre que tour-
A2  B2 nante ou vissée avec étanchéité sur
G1 (C6.2.3.2)
2 l’enveloppe cylindrique, entre les rayons
du cercle de perçage des trous de boulons
x d’une bride vissée avec étanchéité sur et du cercle sur lequel s’applique la force
l’enveloppe cylindrique sur le filetage
de l’enveloppe : HT

G1 = B Les distances hD , hG , hL et hT sont indiquées sur la


figure C6.2.5.
g0 = Epaisseur admise de la collerette à son
extrémité h0 = B ˜ g0 (C6.2.3.3)
g1 = Epaisseur admise de la collerette à son A
raccordement avec le plateau K = (C6.2.3.4)
B
Pour une bride à collerette cylindrique :
kF = Coefficient de correction de contrainte :
g1 = g0.
x pour B d 1000 mm : kF 1
HD = Force résultant de l’action de la pression
sur la surface du cercle de diamètre B x pour 1000 mm < B < 2000 mm :
HG = Force de compression du joint dans une
2 § B ·
situation sous pression, définie en C6.1.6 kF ¨¨ 1  ¸ (C6.2.3.5)
3 © 2000 ¸¹
HT = Force résultant de l’action de la pression
sur la surface annulaire comprise entre les x pour B t 2000 mm : 4
cercles de diamètres G et B kF
3
La somme des forces HD , HG et HT est la force WP M = Moment s’exerçant sur la bride dans la
définie en C6.1.6 (voir figure C6.2.5). situation considérée
h = Longueur de la collerette M = MA ou MP selon qu’il s’agit de la
Pour une bride à collerette cylindrique situation d’assise du joint ou d’une situa-
soudée en bout ou monobloc avec tion sous pression.
l’enveloppe cylindrique : h = 0. MA = Moment s’exerçant sur la bride dans la
hD = Différence, pour une bride autre que tour- situation d’assise du joint
nante ou vissée avec étanchéité sur MP = Moment s’exerçant sur la bride dans une
l’enveloppe cylindrique, entre les rayons situation sous pression
du cercle de perçage des trous de boulons
et du cercle sur lequel s’applique la force m = Coefficient de serrage du joint, défini en
HD C6.1.5
n = nombre de boulons
hG = Différence, pour une bride autre que tour-
nante ou vissée avec étanchéité sur P = Pression de calcul pour la situation sous
l’enveloppe cylindrique, entre les rayons pression considérée
du cercle de perçage des trous de boulons
et du cercle sur lequel s’applique la force WA' = Force exercée par l’ensemble des boulons
de compression du joint WA' ou HG à prendre en compte pour le calcul de la
bride dans la situation d’assise du joint,
définie en C6.1.6

814
CODAP 2005 Division 1 x Partie C – CONCEPTION ET CALCULS
Section C6 – RÈGLES DE CALCUL DES ASSEMBLAGES À BRIDES BOULONNÉES SOUMIS À UNE PRESSION INTÉRIEURE

EF = Coefficient relatif aux brides « mono- C6.2.4 - Considérations générales


bloc » donné en Annexe C6.A3
C6.2.4.1 - Situations à étudier
EFL = Coefficient relatif aux brides « indépen-
Les règles doivent être appliquées pour chacune des
dantes » donné en Annexe C6.A3
situations définies en C6.1.4 : situation d’assise du joint
§ 1Q · et situations sous pression.
K 2 ¨¨1  2 ln K ¸¸  1
3 © 1 Q ¹ C6.2.4.2 - Epaisseur du plateau de la bride
ET =
S § 1 Q 2 ·
K  1 ¨¨1  K ¸¸ L’épaisseur e du plateau de la bride à utiliser dans les
© 1 Q ¹ règles C6.2.6 et C6.2.7 est définie par le tableau
C6.2.4.2.
(C6.2.3.6)
Dans ce tableau :
§ 1Q ·
K 2 ¨¨ 1  2 ln K ¸¸  1 x ep et ep,1 sont les épaisseurs utiles du plateau de
3 © 1Q ¹
EU = la bride, mesurées comme l’indiquent les figu-
S 1  Q K 2  1 K  1 res,

(C6.2.3.7) x e1 et e2 sont respectivement données par les for-


mules :
EV = Coefficient relatif aux brides « mono-
bloc » donné en Annexe C6.A3 § A B ·
12 ¨¨ I 1  I 2 ¸
EVL = Coefficient relatif aux brides « indépen- © A  A 1 ¸¹ (C6.2.4.2.1)
e1
dantes » donné en Annexe C6.A3 V1 A  B
ª3 K 2 ln K º
« 1  Q  1  Q 2
1 6
EY = » A1 V1
K 1 ¬« S S K  1 ¼» e2 e1
B e p  V1 (C6.2.4.2.2)
(C6.2.3.8)
dans lesquelles :
Le graphique C6.A3.6 donne les valeurs des coeffi-
cients ET, EU et EY pour Q = 0,3. A1 est le diamètre de l’emboîtement de centrage d’une
bride tournante,
e ˜ E F  h0 e3 ˜ E V
O =
E T ˜ h0

E U ˜ h0 ˜ g 02 1
2
e p,1
AB
A B

 e P2  e p,1
2
AA  AA
1

1
V1
A  A1
(C6.2.3.9) 2
e p,1
AB
A B

 e p  e p,1 A  A1
e ˜ E FL  h0 e ˜ E VL
3
OL = 
E T ˜ h0 E U ˜ h0 ˜ g 02 (C6.2.4.2.3)

(C6.2.3.10) I1
AB
6
2
e p,1 e p,1 >
 3V1 V1  e p,1 @
Q = Coefficient de Poisson du matériau de la
bride. (C6.2.4.2.4)
M = Coefficient relatif aux brides « mono-
bloc » donné en Annexe C6.A3.
I2
A  A1
6

e p  e p,1 > ep  ep,1 2  3 ep  V1 V1  ep,1 @
(C6.2.4.2.5)

815
CODAP 2005 Division 1 x Partie C – CONCEPTION ET CALCULS
Section C6 – RÈGLES DE CALCUL DES ASSEMBLAGES À BRIDES BOULONNÉES SOUMIS À UNE PRESSION INTÉRIEURE

C6.2.4.3 - Brides emmanchées-soudées sans collerette b) Lorsque ces conditions ne sont pas satisfaites, la
résistance de la bride peut être justifiée au moyen de la
a) La résistance d’une bride emmanchée-soudée sans
règle C6.2.6.
collerette assemblée par double soudure non pénétrante
ou à pénétration partielle (figures C6.2.1.3c1 et c2) peut Une bride à collerette cylindrique doit être alors as-
être indifféremment vérifiée en négligeant la participa- similée à une bride sans collerette.
tion mécanique de l’enveloppe cylindrique à la résis-
tance de la bride (règle C6.2.6) ou en tenant compte de Pour une bride à collerette tronconique, g0 est
cette participation (règle C6.2.7), pour autant que les l’épaisseur admise de la collerette à l’extrémité de la
conditions C6.2.7.2a et b soient satisfaites. longueur h.

Les dimensions minimales nécessaires du cordon de c) Que la résistance de la bride soit vérifiée au
soudure plateau-enveloppe cylindrique sur la face arrière moyen de la règle C6.2.6 ou au moyen de la règle
de la bride sont différentes selon la règle utilisée (voir C6.2.7 :
Annexe FA1). c1) L’épaisseur utile de la collerette doit être au
b) Une bride emmanchée-soudée sans collerette as- moins égale à :
semblée par soudures à pleine pénétration (figure P˜D
C6.2.1.3d) doit être assimilée à une bride à collerette es,0 (C6.2.4.4.1)
2 fs  P
monobloc avec l’enveloppe cylindrique.
c) Lorsque la résistance de la bride est vérifiée au c2) Dans le cas d’une bride à collerette soudée en
moyen de la règle C6.2.7 : bout telle que :

x g0 est l’épaisseur admise de l’enveloppe cylin- f < fs


drique, si la longueur l, définie par la figure C6.2.4.4, est telle
x le cordon de soudure plateau-enveloppe cylin- que :

B  eh,0
drique sur la face arrière de la bride doit être
considéré comme une collerette tronconique l ! 0,2 e h,0
(dont les dimensions g0 , g1 et h sont définies
par les figures C6.2.1.3c2 et d), sous réserve x l’épaisseur utile eh de la collerette, définie par
que : la figure C6.2.4.4, doit en outre être au moins
égale à l’épaisseur minimale théorique eh,0 don-
h et g1  g 0 t MIN > 0,25g 0 , 5mm @ née par la formule :
Dans le cas contraire, ou si le cordon est usiné P˜B
avec un rayon r satisfaisant à la condition e h,0 (C6.2.4.4.2)
2f  P
C6.2.2.1d, la bride doit être assimilée à une bride
à collerette cylindrique. x si l’épaisseur utile de l’enveloppe cylindrique
C6.2.4.4 - Brides à collerette soudée en bout ou mo- est < eh (figures C6.2.4.4.1a et 2a), l’épaisseur
nobloc avec l’enveloppe cylindrique. utile de la collerette à son extrémité peut être
a) La résistance d’une bride à collerette soudée en inférieure à l’épaisseur minimale théorique eh,0,
bout ou monobloc avec l’enveloppe cylindrique doit être pour autant que la longueur lh n’excède pas
vérifiée au moyen de la règle C6.2.7, pour autant que les 0,2 B  eh,0 e h,0 .
conditions C6.2.7.2 a et b soient satisfaites.
g0 est alors l’épaisseur admise, sur la longueur l0 dé-
finie en C6.2.7.2a, de l’enveloppe constituée de la partie
cylindrique de la collerette et de l’enveloppe cylindri-
que.

816
CODAP 2005 Division 1 x Partie C – CONCEPTION ET CALCULS
Section C6 – RÈGLES DE CALCUL DES ASSEMBLAGES À BRIDES BOULONNÉES SOUMIS À UNE PRESSION INTÉRIEURE

1 - Bride à collerette tronconique. 2 - Bride à collerette cylindrique.

Figure C6.2.4.4 - Brides à collerette soudée en bout.

817
CODAP 2005 Division 1 x Partie C – CONCEPTION ET CALCULS
Section C6 – RÈGLES DE CALCUL DES ASSEMBLAGES À BRIDES BOULONNÉES SOUMIS À UNE PRESSION INTÉRIEURE

Tableau C6.2.4.2 - Épaisseur e du plateau de la bride

1. Bride tournante sans emboîtement de centrage


Bride vissée avec étanchéité sur l’enveloppe cylindrique

e = ep

2. Bride tournante avec emboîtement de centrage


2.1 - Bride à collerette

e = ep,1

2.2 - Bride sans collerette

e MIN > e1 , e 2 @ (1)

(1) e1 et e2 sont respectivement données par les


formules C6.2.4.2.1 et C6.2.4.2.2.

818
CODAP 2005 Division 1 x Partie C – CONCEPTION ET CALCULS
Section C6 – RÈGLES DE CALCUL DES ASSEMBLAGES À BRIDES BOULONNÉES SOUMIS À UNE PRESSION INTÉRIEURE

Tableau C6.2.4.2. - Épaisseur e du plateau de la bride (suite)

3. Bride vissée avec étanchéité sur la bride


Bride emmanchée-soudée
Bride à collerette soudée en bout ou monobloc avec l’enveloppe cylindrique
3.1 - Face plate ou surélevée

e = ep

3.2 - Emboîtement simple

a) femelle
e > @
MIN e p , e p,1

b) mâle
e = ep

3.3 – Emboîtement double

a) femelle
e >
MIN e p , 1,1e p,1 @

b) mâle
e = ep

3.4 – Gorge pour joint annulaire

e >
MIN e p , 1,1e p,1 @

819
CODAP 2005 Division 1 x Partie C – CONCEPTION ET CALCULS
Section C6 – RÈGLES DE CALCUL DES ASSEMBLAGES À BRIDES BOULONNÉES SOUMIS À UNE PRESSION INTÉRIEURE

C6.2.5 - Moments s’exerçant sur la bride  la distance hD est donnée par les formules sui-
C6.2.5.1 - Brides tournantes et brides vissées avec vantes :
étanchéité sur l’extrémité de l’enveloppe cylindrique x pour une bride vissée avec étanchéité sur
a) Le moment s’exerçant sur la bride dans la situa- la bride, une bride emmanchée-soudée à
tion d’assise du joint est donné par la formule : collerette ou une bride emmanchée-soudée
sans collerette assemblée par double sou-
MA W A' ˜ h L (C6.2.5.1a) dure non pénétrante ou à pénétration par-
tielle :
b) Le moment s’exerçant sur la bride dans une situa-
tion sous pression est donné par la formule : CB
hD (C6.2.5.2c3-1)
2
MP WP ˜ hL (C6.2.5.1b)
x pour une bride emmanchée-soudée sans
c) La distance hL est donnée par la formule : collerette assemblée par soudures à pleine
C  G1 pénétration ou une bride à collerette sou-
hL (C6.2.5.1c) dée en bout ou monobloc avec l’enveloppe
2 cylindrique :
C6.2.5.2 - Autres types de brides C  B  g1
hD (C6.2.5.2c3-2)
a) Le moment s’exerçant sur la bride dans la situa- 2
tion d’assise du joint est donné par la formule :
 les distances hT et hG sont données par les
MA W A' ˜ hG (C6.2.5.2a) formules :
b) Le moment s’exerçant sur la bride dans une situa- 2C  B  G
hT (C6.2.5.2c4)
tion sous pression est donné par la formule : 4
MP H D ˜ hD  H T ˜ hT  H G ˜ hG C G
hG (C6.2.5.2c5)
(C6.2.5.2b) 2

c) Dans ces formules :


 les forces HD et HT sont données par les
formules :
S
HD B2 ˜ P (C6.2.5.2c1)
4

HT
S
4
G 2

 B2 P (C6.2.5.2c2)

820
CODAP 2005 Division 1 x Partie C – CONCEPTION ET CALCULS
Section C6 – RÈGLES DE CALCUL DES ASSEMBLAGES À BRIDES BOULONNÉES SOUMIS À UNE PRESSION INTÉRIEURE

Type de bride Situation d’assise du joint Situation sous pression

1 - Tournante

2a - Vissée avec étanchéité sur


l’enveloppe cylindrique

2b - Vissée avec étanchéité sur la bride

3a - 3b - Emmanchée-soudée à collerette

3c - Emmanchée-soudée sans collerette


assemblée par double soudure non
pénétrante ou à pénétration partielle

3d - Emmanchée-soudée sans collerette


assemblée par soudures à pleine pénétra-
tion

4 - A collerette soudée en bout ou mono-


bloc avec l’enveloppe cylindrique

Figure C6.2.5 - Forces et moments s’exerçant sur une bride.


(Les forces W A' , W P et H G sont définies en C6.1.6)

821
CODAP 2005 Division 1 x Partie C – CONCEPTION ET CALCULS
Section C6 – RÈGLES DE CALCUL DES ASSEMBLAGES À BRIDES BOULONNÉES SOUMIS À UNE PRESSION INTÉRIEURE

C6.2.6 - Vérification de la résistance des brides C6.2.6.2 - Détermination des contraintes


« indépendantes »
a) La contrainte maximale méridienne de flexion
C6.2.6.1 - Objet dans la collerette est donnée par la formule :
a) La présente règle permet de vérifier la résistance 1 M
des brides des types suivants :
VH CF (C6.2.6.2a)
OL ˜ g12 B1
 brides tournantes, avec ou sans collerette, en
dans laquelle :
une seule pièce,
 brides vissées, avec ou sans collerette, x lorsque B t 20 g1 : B1 = B

 brides emmanchées-soudées à collerette, x lorsque B < 20 g1 : B1 = B + g1

 brides emmanchées-soudées sans collerette Pour une bride sans collerette :


assemblées par double soudure non pénétrante VH = 0
ou à pénétration partielle dont la résistance est
vérifiée en négligeant la participation mécani- b) La contrainte maximale radiale dans le plateau est
que et l’enveloppe cylindrique (voir C6.2.4.3). donnée par la formule :
Elle permet également de vérifier la résistance des 4e ˜ E FL  3h0 M
brides relevant de la règle C6.2.7 lorsque les conditions Vr CF (C6.2.6.2b)
3O L ˜ e 2 ˜ h0 B
indiquées en C6.2.7.2 a et b ne sont pas satisfaites (voir
C6.2.4.4.b). Pour une bride sans collerette :
b) Lorsque la résistance d’une bride est vérifiée au Vr = 0
moyen de la présente règle, la zone d’influence du rac-
cordement de l’enveloppe cylindrique avec une autre c) La contrainte maximale circonférentielle dans le
enveloppe, un fond, une plaque tubulaire ou une autre plateau est donnée par la formule :
bride peut s’étendre jusqu’à la limite (2) indiquée sur la
EY M K2  1
figure C6.2.6.1. Vș CF  V r
e2 B K2 1
Il en est de même de la longueur d’enveloppe parti-
cipant à la résistance d’une ouverture proche de la bride (C6.2.6.2c1)
(voir C5).
Pour une bride sans collerette, cette formule s’écrit :
EY M
Vș CF (C6.2.6.2c2)
e2 B

Figure C6.2.6.1 - Limite de la zone d’influence d’une discontinuité de l’enveloppe cylindrique


pour une bride calculée au moyen de la règle C6.2.6.

822
CODAP 2005 Division 1

C6.2.6.3 - Valeurs admissibles des contraintes c) Si les conditions a et b ci-dessus ne sont pas
satisfaites, la résistance de la bride peut être vérifiée au
Pour chacune des situations étudiées (situation
moyen de la règle C6.2.6.
d’assise du joint et situations sous pression), les
contraintes VH , Vr et V T doivent satisfaire aux condi- d) Une collerette tronconique ne doit pas présenter
tions suivantes : une pente supérieure à 1/1 ; si tel n’est pas le cas, pren-
dre pour g1 une valeur telle que cette condition soit
x kF . VH d 1,5 f respectée.
x kF . Vr d f C6.2.7.3 - Détermination des contraintes
x kF . V T d f a) La contrainte maximale méridienne de flexion
dans la collerette est donnée par la formule :
VH  Vr
x kF d f M M
2 VH CF (C6.2.7.3a)
O˜ g12 B1
VH  Vș
x kF d f dans laquelle :
2
Pour une bride sans collerette, seule est à satisfaire la x lorsque B t 20 g1 : B1 = B
condition :
x lorsque B < 20 g1 et M = 1 : B1 = B + g1
kF . V T d f
x lorsque B < 20 g1 et M > 1 : B1 = B + g0
b) La contrainte maximale radiale dans le plateau est
C6.2.7 – Vérification de la résistance des brides donnée par la formule :
« monobloc »
4 e ˜ E F  3 h0 M
C6.2.7.1 - Objet Vr CF (C6.2.7.3b)
3O ˜ e 2 ˜ h0 B
La présente règle permet de vérifier la résistance des
brides des types suivants : c) La contrainte maximale circonférentielle dans le
plateau est donnée par la formule :
 brides emmanchées-soudées sans collerette as-
semblées par double soudure non pénétrante ou EY M K2  1
Vș CF  V r (C6.2.7.3c)
à pénétration partielle dont la résistance est vé- e2 B K2 1
rifiée en tenant compte de la participation mé-
canique de l’enveloppe cylindrique (voir C6.2.7.4 - Valeurs admissibles des contraintes
C6.2.4.3), Pour chacune des situations étudiées (situation
 brides emmanchées-soudées sans collerette as- d’assise du joint et situations sous pression), les
semblées par soudures à pleine pénétration, contraintes VH , Vr et VT doivent satisfaire aux condi-
tions suivantes :
 brides à collerette soudée en bout ou monobloc
avec l’enveloppe cylindrique. x k F ˜ V H d 1,5 MIN > f , f s @
C6.2.7.2 - Conditions d’application
x kF . Vr d f
a) L’épaisseur utile de l’enveloppe constituée de la
partie cylindrique de la collerette et de l’enveloppe cy- x kF . V T d f
lindrique doit être au moins égale à l’épaisseur admise VH  Vr
g0 sur une longueur, mesurée comme l’indiquent les x kF d f
2
figures C6.2.1.3c2 et d et C6.2.1.4, au moins égale à :
VH  Vș
l0 D  g 0 g 0 x kF
2
d f

b) Cette longueur l0 ne doit pas interférer avec la


zone d’influence du raccordement avec une autre enve-
loppe, un fond, une plaque tubulaire ou une autre bride.
Elle peut cependant interférer avec la longueur
d’enveloppe participant à la résistance d’une ouverture
proche de la bride (voir C5).

823
CODAP 2005 Division 1 x Partie C – CONCEPTION ET CALCULS

PARTIE C
CONCEPTION ET CALCULS

ANNEXE C6.2.A1
BRIDES TOURNANTES EN SEGMENTS DÉMONTABLES
(Annexe obligatoire)

C6.2.A1.1 - OBJET c) La règle doit être appliquée pour chacune des si-
tuations définies en C6.1.4 : situation d’assise du joint et
a) La règle de la présente Annexe permet de vérifier
situations sous pression.
la résistance d’une bride tournante sans collerette en
segments démontables constituant l’un des éléments La résistance de la boulonnerie de l’assemblage doit
d’un assemblage : être préalablement vérifiée au moyen de la règle C6.1.6.
 soumis à une pression intérieure, Si l’assemblage concerne deux enceintes d’un même
appareil, les dispositions de l’Annexe C6.1.A1 sont à
 dont le joint est situé à l’intérieur du cercle de respecter.
perçage des trous de boulons,
d) La présente règle est applicable aux brides tour-
relevant des règles du chapitre C6.1. nantes en segments démontables des assemblages à joint
b) Une telle bride peut être constituée d’une seule ou annulaire en élastomère ou métallique creux, moyennant
de deux couronne(s) coupée(s) diamétralement en deux les adaptations indiquées en Annexe C6.1.A2.
segments (voir figure C6.2.A1.1). e) La présente règle couvre la défaillance par défor-
mation excessive de la bride.

a) Une couronne en deux segments. b) Deux couronnes, chacune en deux segments.


Figure C6.2.A1.1 - Brides tournantes en segments démontables.

824
CODAP 2005 Division 1 x Partie C – CONCEPTION ET CALCULS x Annexe C6.2.A1 – BRIDES TOURNANTES
EN SEGMENTS DÉMONTABLES
Section C6 – RÈGLES DE CALCUL DES ASSEMBLAGES À BRIDES BOULONNÉES SOUMIS À UNE PRESSION INTÉRIEURE

C6.2.A1.2 - CONDITIONS D’APPLICATION C6.2.A1.4 - VÉRIFICATION DE LA RÉSISTANCE


DE LA BRIDE
a) Les conditions indiquées en C6.2.2.1 a, b et c et
C6.2.2.3 sont à respecter. a) Le moment M s’exerçant sur la bride est donné par
la règle C6.2.5.1.
b) La coupure entre les deux segments d’une même
couronne doit être disposée au milieu de l’intervalle b) La contrainte maximale circonférentielle dans une
entre deux trous de boulons. segment de la bride est donnée par les formules suivan-
tes :
Les deux couronnes d’une bride en quatre segments
doivent être assemblées de telle façon que les coupures x pour une bride en deux segments démontables :
entre les segments de chaque couronne soient décalées
EY M (C6.2.A1.4.1
de 90°. Vș 2 CF
e 2 B )

x pour une bride constituée de deux couronnes,


C6.2.A1.3 - NOTATIONS
chacune en deux segments démontables :
Les notations utilisées dans la présente Annexe sont
EY M (C6.2.A1.4.2
définies en C6.2.3. Vș 0, 75 CF
e 2 B )
L’épaisseur e d’un segment de la bride est définie par
le tableau C6.2.A1.3 dans lequel : c) Pour chacune des situations étudiées (situation
d’assise du joint et situations sous pression) la contrainte
x ep, ep,1, ep,2 sont les épaisseurs utiles des seg-
V T doit satisfaire à la condition :
ments de la bride mesurées comme l’indiquent
les figures, VT d f
x e1 et e2 sont respectivement données par les for-
mules C6.2.4.2.1 et C6.2.4.2.2.

825
CODAP 2005 Division 1 x Partie C – CONCEPTION ET CALCULS x Annexe C6.2.A1 – BRIDES TOURNANTES
EN SEGMENTS DÉMONTABLES
Section C6 – RÈGLES DE CALCUL DES ASSEMBLAGES À BRIDES BOULONNÉES SOUMIS À UNE PRESSION INTÉRIEURE

Tableau C6.2.A1.3. - Épaisseur e d’un segment de bride tournante en segments démontables

1. Bride sans emboîtement de centrage


1.1 - En deux segments démontables

e = ep

1.2 - En quatre segments démontables

e > @
MIN e P , e p,2

2. Bride avec emboîtement de centrage


2.1 - En deux segments démontables

e MIN > e1 , e 2 @ (1)

2.2 - En quatre segments démontables

e > @
MIN e1 , e 2 , e p,2 (1)

(1) e1 et e2 sont respectivement données par les formules C6.2.4.2.1 et C6.2.4.2.2.

826
CODAP 2005 Division 1 x Partie C – CONCEPTION ET CALCULS

827
CODAP 2005 Division 1 x Partie C – CONCEPTION ET CALCULS

PARTIE C
CONCEPTION ET CALCULS

ANNEXE C6.2.A2
ASSEMBLAGES PAR BOULONS À GRIFFES OU PAR
BOULONS BASCULANTS
(Annexe obligatoire)

C6.2.A2.1 - OBJET Elle est applicable :


La présente Annexe indique les modalités  aux assemblages de deux enceintes d’un même
d’application des règles des chapitres C6.1 et C6.2, des appareil, moyennant le respect des dispositions
règles C3.3.4 et C3.4.5 et de la règle de l’Annexe C7.A4 de l’Annexe C6.1.A1,
aux assemblages par boulons à griffes (voir figures
C6.2.A2.1.1) ou par boulons basculants (voir figure  aux assemblages à joint annulaire en élastomère
C6.2.A2.1.2). ou métallique creux, moyennant les adaptations
indiquées en Annexe C6.1.A2.

Détail des types d’accrochages courants

Figure C6.2.A2.1.1 - Assemblages par boulons à griffes.

Figure C6.2.A2.1.2 - Assemblage par boulons basculants.

828
CODAP 2005 Division 1 x Partie C – CONCEPTION ET CALCULS x Annexe C6.2.A2 – ASSEMBLAGES PAR BOULONS À GRIFFES
OU PAR BOULONS BASCULANTS
Section C6 – RÈGLES DE CALCUL DES ASSEMBLAGES À BRIDES BOULONNÉES SOUMIS À UNE PRESSION INTÉRIEURE

C6.2.A2.2 - ASSEMBLAGES PAR BOULONS À a) Le nombre minimal nécessaire de boulons est don-
GRIFFES né par la relation :
C6.2.A2.2.1 - Conditions d’application ­°ª W º ª§ Wp · º ½°
n min MAX ®« A » , «¨¨ ¸ »¾
¸
a) Le diamètre G du cercle sur lequel s’applique la
°̄«¬ Wb,A »¼ «¬© Wb ¹ max »¼ °¿
force de compression du joint, doit être tel que :
G d C (C6.2.A2.2.3a)

b) L’assemblage doit être équipé d’un dispositif ren- § Wp ·


dant les boulons imperdables lorsqu’ils sont desserrés et dans laquelle ¨¨ ¸
¸ est la plus grande valeur du
© Wb ¹ max
garantissant leur équidistance lors du serrage.
§ Wp ·
C6.2.A2.2.2 - Notations rapport ¨¨ ¸ pour l’ensemble des situations sous pres-
¸
© Wb ¹
Les notations suivantes complètent ou modifient
sion étudiées.
celles listées en C6.2.3 :
Il appartient au Producteur des boulons d’indiquer et
C = Diamètre du cercle sur lequel s’applique la
garantir :
force exercée par les boulons, défini par la
figure C6.2.A2.1.1 x ou bien les valeurs des charges Wb et Wb,A,
l = Largeur circonférentielle de contact d’un x ou bien les valeurs des charges Wb,L, W b,t L ,
boulon sur la bride, le fond ou la plaque tubu-
laire Wb,R et W b,t R .
nmin = Nombre minimal nécessaire de boulons Dans ce second cas, les valeurs des charges Wb et
Wb = Charge admissible d’un boulon pour une Wb,A sont données par le tableau C6.2.A2.2.
situation sous pression à la température de
b) Le nombre de boulons doit être tel que :
calcul t
n t nmin (C6.2.A2.2.3b)
Wb,A = Charge admissible d’un boulon pour la situa-
tion d’assise du joint (charge admissible à la c) La force exercée par les n boulons à prendre en
température ambiante) compte pour le calcul des éléments assemblés dans la
situation d’assise du joint est donnée par la formule :
Wb, L , Wb,t L = Valeur minimale garantie de la charge
limite d’un boulon, respectivement à la n  n min
WA' Wb,A (C6.2.A2.2.3c)
température ambiante et à la tempéra- 2
ture t (effort provoquant une déforma-
tion permanente perceptible) d) La force WA' doit, s’il y a lieu, vérifier la relation
Wb,R , Wb,t R = Valeur minimale garantie de la charge C6.1.6f.
de ruine d’un boulon, respectivement à e) Le coefficient CF correctif pour tenir compte de
la température ambiante et à la tempéra- l’espacement des boulons est donné par la relation :
ture t (effort provoquant la rupture d’un
élément du boulon ou l’ouverture ou le ª § SC ·º
glissement du boulon par déformation) « ¨ ¸»
CF ¨
MAX « 1 , ¨ n ¸»
C6.2.A2.2.3 - Règles de calcul « 6e ¸»
« ¨¨ l  ¸¸»
Les règles des chapitres C6.1.et C6.2, les règles ¬ © m  0,5 ¹¼
C3.3.4 et C3.4.5 et la règle de l’Annexe C7.A4
s’appliquent moyennant les adaptations suivantes : (C6.2.A2.2.3e)
Dans cette relation, pour une plaque tubulaire for-
mant bride, e est l’épaisseur admise de la partie formant
bride, notée efl, définie en Annexe C7.A4.

829
CODAP 2005 Division 1 x Partie C – CONCEPTION ET CALCULS x Annexe C6.2.A2 – ASSEMBLAGES PAR BOULONS À GRIFFES
OU PAR BOULONS BASCULANTS
Section C6 – RÈGLES DE CALCUL DES ASSEMBLAGES À BRIDES BOULONNÉES SOUMIS À UNE PRESSION INTÉRIEURE

Tableau C6.2.A2.2 - Charge admissible d’un boulon à griffes.

Boulons en acier non allié ou Boulons en acier


allié non austénitique austénitique

ª§ Wb,t L · § Wb, R ·º Wb,t R


Normale de service Wb MIN «¨ ¸,¨ ¸¸»
Situation
«¬¨© 3 ¸ ¨© 4 ¹»¼
Wb
sous pression ¹ 4
(à température
Exceptionnelle
de calcul t) Wb,t L Wb,t R
de service ou Wb Wb
d’essai de résistance 2 3

ª§ Wb, L · § Wb, R ·º Wb,R


Situation d’assise du joint Wb,A MIN «¨¨ ¸¸ , ¨¨ ¸¸» Wb,A
¬«© 3 ¹ © 4 ¹¼» 4

C6.2.A2.3 - ASSEMBLAGES PAR BOULONS C6.2.A2.3.2 - Règles de calcul


BASCULANTS
Les règles des chapitres C6.1 et C6.2, les règles
C6.2.A2.3.1 - Condition d’application C3.3.4 et C3.4.5 et la règle de l’Annexe C7.A4
s’appliquent moyennant les adaptations suivantes :
L’assemblage doit être conçu (par exemple : lamage
et rondelle d’appui sous les écrous) de façon qu’il ne a) Le diamètre A est le diamètre défini par la figure
puisse y avoir glissement des boulons. C6.2.A2.1.2.
b) Il y a lieu de s’assurer que le dispositif
d’articulation du boulon présente une résistance au
moins égale à celle de sa partie filetée.

830
CODAP 2005 Division 1 x Partie C – CONCEPTION ET CALCULS

831
CODAP 2005 Division 1 x Partie C – CONCEPTION ET CALCULS

PARTIE C
CONCEPTION ET CALCULS

ANNEXE C6.2.A3
ASSEMBLAGES À BRIDES À LÈVRES SOUDÉES
(Annexe obligatoire)

C6.2.A3.1 - OBJET b) Le diamètre G est le diamètre défini par la figure


C6.2.A3.1.
La présente Annexe indique les modalités
d’application des règles des chapitres C6.1 et C6.2 aux c) La force HG à exercer sur le joint dans une situa-
assemblages à brides dont les faces sont en contact mé- tion sous pression est donnée par la formule :
tal-métal (directement ou par l’intermédiaire de joints
métalliques à lèvre) à l’intérieur du cercle de perçage HG
S
4
DL2  G 2 P (C6.2.A3.2)
des trous de boulons et dont l’étanchéité est assurée par
soudure des lèvres de la bride ou des joints (voir figure dans laquelle DL est le diamètre intérieur de la soudure
C6.2.A3.1). périphérique d’étanchéité, défini par la figure C6.2.A3.1.
Les règles des chapitres C6.1 et C6.2 s’appliquent
moyennant les adaptations suivantes :
a) Seules les situations sous pression sont à étudier.

a) Brides à lèvre incorporée. b) Brides avec joints métalliques à lèvre.


Figure C6.2.A3.1 - Brides à lèvres soudées.

832
CODAP 2005 Division 1 x Partie C – CONCEPTION ET CALCULS

833
CODAP 2005 Division 1 x Partie C – CONCEPTION ET CALCULS
Section C6 – RÈGLES DE CALCUL DES ASSEMBLAGES À BRIDES BOULONNÉES SOUMIS À UNE PRESSION INTÉRIEURE

C6.3 - BRIDES INVERSÉES AVEC JOINT La règle C6.3.6 permet de vérifier la résistance des
INTÉRIEUR AU CERCLE DE PERÇAGE DES brides dites « indépendantes », à la résistance desquel-
TROUS DE GOUJONS les ne participe pas l’enveloppe cylindrique ou pour
lesquelles la participation de l’enveloppe cylindrique
C6.3.1 - Objet
peut être négligée (voir C6.3.4.3).
a) Les règles du présent chapitre permettent de véri-
La règle C6.3.7 permet de vérifier la résistance des
fier la résistance d’une bride inversée constituant l’un
brides dites « monobloc », à laquelle participe
des éléments d’un assemblage :
l’enveloppe cylindrique.
 soumis à une pression intérieure,
Le tableau C6.3.1 précise la règle à utiliser pour cha-
 dont le joint est situé à l’intérieur du cercle de que type de bride.
perçage des trous de goujons, Si l’assemblage concerne deux enceintes d’un même
relevant des règles du chapitre C6.1. appareil, les dispositions de l’Annexe C6.1.A1 sont à
respecter.
b) Les règles s’appliquent aux brides des types sui-
vants : d) Les présentes règles sont applicables aux brides
inversées des assemblages à joint annulaire en élasto-
 brides emmanchées-soudées (voir figure mère ou métallique creux, moyennant les adaptations
C6.3.1.1), indiquées en Annexe C6.1.A2.
 brides à collerette soudée en bout ou monobloc e) Les règles du présent chapitre couvrent la défail-
avec l’enveloppe cylindrique (voir figure lance par déformation excessive de la bride.
C6.3.1.2).
Elles assurent en outre, pour les brides à collerette,
c) La résistance de la boulonnerie de l’assemblage l’adaptation plastique globale :
doit être préalablement vérifiée au moyen de la règle
C6.1.6.  du raccordement plateau-collerette (règles
C6.3.6 et C6.3.7),
La règle C6.3.5 permet de déterminer les moments
d’exerçant sur la bride.  du raccordement collerette-enveloppe cylindri-
que (règle C6.3.7).

834
CODAP 2005 Division 1 x Partie C – CONCEPTION ET CALCULS
Section C6 – RÈGLES DE CALCUL DES ASSEMBLAGES À BRIDES BOULONNÉES SOUMIS À UNE PRESSION INTÉRIEURE

Tableau C6.3.1 - Règle de calcul à utiliser.

Type de bride Figure Règle à utiliser

Brides « indépen-
a) à collerette tronconique C6.3.1.1a
C6.3.6

dantes »
b) à collerette cylindrique C6.3.1.1b

c) assemblée par double C6.3.6


1 - Bride soudure non pénétrante ou à C6.3.1.1c ou
emmanchée pénétration partielle C6.3.7 (1) (2)
soudée
sans
collerette
d) assemblée par soudures à

Brides « monobloc »
C6.3.1.1d
pleine pénétration

C6.3.7 (2)
2 - Bride à collerette a) à collerette tronconique C6.3.1.2a
soudée en bout
ou monobloc
avec l’enveloppe
cylindrique b) à collerette cylindrique C6.3.1.2b

(1) L’une ou l’autre de ces deux règles peut être indifféremment utilisée dans les conditions indiquées en C6.3.4.3.
(2) Si les conditions indiquées en C6.3.7.2a et b ne sont pas satisfaites, il est possible de justifier la résistance de la bride au moyen de la règle
C6.3.6 (voir C6.3.4.4).

835
CODAP 2005 Division 1 x Partie C – CONCEPTION ET CALCULS
Section C6 – RÈGLES DE CALCUL DES ASSEMBLAGES À BRIDES BOULONNÉES SOUMIS À UNE PRESSION INTÉRIEURE

(1) Limite de la zone d’influence du raccordement de l’enveloppe cylindrique avec une autre enveloppe, un fond, une plaque tubulaire ou une
autre bride lorsque la bride est calculée au moyen de la règle C6.3.7 (bride « monobloc »).
(2) Limite de la zone d’influence du raccordement de l’enveloppe cylindrique avec une autre enveloppe, un fond, une plaque tubulaire ou une
autre bride lorsque la bride est calculée au moyen de la règle C6.3.6 (bride « indépendante »).

Figure C6.3.1.1 - Brides inversées emmanchées-soudées.


(Les détails d’exécution des assemblages soudés sont précisés en FA1)

836
CODAP 2005 Division 1 x Partie C – CONCEPTION ET CALCULS
Section C6 – RÈGLES DE CALCUL DES ASSEMBLAGES À BRIDES BOULONNÉES SOUMIS À UNE PRESSION INTÉRIEURE

(1) Limite de la zone d’influence du raccordement de l’enveloppe cylindrique avec une autre enveloppe, un fond, une plaque tubulaire ou une
autre bride lorsque la bride est calculée au moyen de la règle C6.3.7 (bride « monobloc »).
(2) Limite de la zone d’influence du raccordement de l’enveloppe cylindrique avec une autre enveloppe, un fond, une plaque tubulaire ou une
autre bride lorsque la bride est calculée au moyen de la règle C6.3.6 (bride « indépendante »).

Figure C6.3.1.1 - Brides inversées emmanchées-soudées.


(Les détails d’exécution des assemblages soudés sont précisés en FA1)

837
CODAP 2005 Division 1 x Partie C – CONCEPTION ET CALCULS
Section C6 – RÈGLES DE CALCUL DES ASSEMBLAGES À BRIDES BOULONNÉES SOUMIS À UNE PRESSION INTÉRIEURE

(1) Limite de la zone d’influence du raccordement de l’enveloppe cylindrique avec une autre enveloppe, un fond, une plaque tubulaire ou une
autre bride lorsque la bride est calculée au moyen de la règle C6.3.7 (bride « monobloc »).
(2) Limite de la zone d’influence du raccordement de l’enveloppe cylindrique avec une autre enveloppe, un fond, une plaque tubulaire ou une
autre bride lorsque la bride est calculée au moyen de la règle C6.3.6 (bride « indépendante »).

Figure C6.3.1.2 - Brides inversées à collerette soudée en bout ou monobloc avec l’enveloppe cylindrique.

838
CODAP 2005 Division 1 x Partie C – CONCEPTION ET CALCULS
Section C6 – RÈGLES DE CALCUL DES ASSEMBLAGES À BRIDES BOULONNÉES SOUMIS À UNE PRESSION INTÉRIEURE

C6.3.2 - Conditions d’application f) Au droit de l’assemblage circulaire d’une bride à


collerette soudée en bout avec l’enveloppe cylindrique,
C6.3.2.1 - Bride
les fibres moyennes peuvent être décalées, sans toutefois
a) La bride doit être de révolution. que ce décalage aille, aux tolérances de fabrication près
(voir F1.5), au-delà de l’alignement des faces externes
Le rapport entre ses diamètres extérieur A et intérieur
ou internes. Le raccordement des surfaces doit se faire
B doit être tel que :
par une pente n’excédant par 1/3.
A
K d2 L’épaisseur de la collerette doit satisfaire à la règle
B C6.3.4.4c.
b) La longueur d’engagement des filets d’un goujon g) D’autres conditions, particulières à la règle utilisée
à filetage à filet triangulaire au profil ISO pour la vérification de la résistance de la bride, sont
(NF ISO 68-1 : Mars 1999) doit être au moins égale à : indiquées en C6.3.4.3, C6.3.4.4 et C6.3.7.2.
ª §
Rp vis ·º C6.3.2.2 - Enveloppe cylindrique
MAX « 0,8d b , ¨ 0,8d b ¸»
«
¬
¨
©

Rp bride ¸»
¹¼
L’épaisseur de l’enveloppe cylindrique doit satisfaire
à la règle C2.1.4.
relation dans laquelle : C6.3.2.3 - Sollicitations
db = Diamètre nominal du goujon Les règles du présent chapitre ne prennent en compte
R p vis = Valeur minimale garantie de la limite que l’action de la pression intérieure et des efforts exer-
cés par les goujons.
conventionnelle d’élasticité (voir
Note) à la température ambiante du Elles ne prennent pas en compte les efforts agissant
matériau du goujon sur l’enveloppe cylindrique (voir Note).
Rp bride = Valeur minimale garantie de la limite Note : L’annexe C6.A5 propose une méthode simplifiée de prise en
conventionnelle d’élasticité (voir compte des ces efforts.
Note) à la température ambiante du C6.3.3 - Notations
matériau de la bride
A = Diamètre extérieur de la bride
Note : Limite conventionnelle d’élasticité à 1% pour les aciers austéni-
tiques, à 0,2% pour les autres matériaux. B = Diamètre intérieur de la bride
Pour des goujons à filetage d’un autre type, les C = Diamètre du cercle de perçage des trous
contraintes de cisaillement dans les filets du goujon et de goujons
les filets du taraudage de la bride doivent être vérifiées
au moyen des règles de l’Annexe C10.A1. D = Diamètre intérieur de l’enveloppe cylin-
drique
c) La bride peut être constituée de plusieurs éléments
assemblés par soudure à pleine pénétration ; il n’y a e = Epaisseur du plateau de la bride (voir
alors pas lieu de tenir compte d’un coefficient de sou- C6.3.4.2)
dure dans les calculs. f = Contrainte nominale de calcul du matériau
d) Le rayon r du congé de raccordement plateau- de la bride pour la situation considérée
collerette d’une bride à collerette doit être tel que : fs = Contrainte nominale de calcul du matériau
r t MIN > 0,25 g 1 , 5mm @ de l’enveloppe cylindrique pour la situa-
tion considérée.
Pour une bride à collerette monobloc
avec l’enveloppe cylindrique : fs = f.
Pour la situation d’assise du joint, f et fs sont les
contraintes nominales de calcul pour une situation
normale de service à température ambiante.
Figure C6.3.2
e) Dans le cas d’une bride à collerette de forme inha-
bituelle, il y a lieu de choisir des valeurs de g1 et h défi-
nissant une collerette tronconique simple équivalente au
profil réel de la collerette.

839
CODAP 2005 Division 1 x Partie C – CONCEPTION ET CALCULS
Section C6 – RÈGLES DE CALCUL DES ASSEMBLAGES À BRIDES BOULONNÉES SOUMIS À UNE PRESSION INTÉRIEURE

G = Diamètre du cercle sur lequel s’applique kF = Coefficient de correction de contrainte :


la force de compression du joint WA' ou
x pour A d 1000 mm : kF 1
HG, défini en C6.1.5
x pour 1000 mm < A < 2000 mm :
g0 = Epaisseur admise de la collerette à son
extrémité 2 § A ·
kF ¨¨ 1  ¸¸ (C6.3.3.3)
g1 = Epaisseur admise de la collerette à son 3 © 2000 ¹
raccordement avec le plateau
4
Pour une bride à collerette cylindrique : x pour A t 2000 mm : kF
3
g1 = g0.
M = Moment s’exerçant sur la bride dans la
HD = Force résultant de l’action de la pression situation considérée
sur la surface du cercle de diamètre D
M = MA ou MP selon qu’il s’agit de la
HG = Force de compression du joint dans une
situation d’assise du joint ou d’une situa-
situation sous pression, définie en C6.1.6
tion sous pression
HT = Force résultant de l’action de la pression
MA = Moment s’exerçant sur la bride dans la
sur la surface annulaire comprise entre les
situation d’assise du joint
cercles de diamètres G et D
MP = Moment s’exerçant sur la bride dans une
La somme algébrique des forces HD , HG et HT est la situation sous pression
force WP définie en C6.1.6 (voir figure C6.3.5).
P = Pression de calcul pour la situation sous
h = Longueur de la collerette pression considérée
Pour une bride à collerette cylindrique WA' = Force exercée par l’ensemble des goujons
soudée en bout ou monobloc avec à prendre en compte pour le calcul de la
l’enveloppe cylindrique : h = 0. bride dans la situation d’assise du joint,
définie en C6.1.6
hD = Différence entre les rayons du cercle de
perçage des trous de goujons et du cercle DR 1 ª 3 1  Q K  1 º
= 2 «
1 » (C6.3.3.4)
sur lequel s’applique la force HD K ¬ S EY ¼
hG = Différence entre les rayons du cercle de EF = Coefficient relatif aux brides « mono-
perçage des trous de goujons et du cercle bloc » donné en Annexe C6.A3
sur lequel s’applique la force de compres-
sion du joint WA' ou HG EFL = Coefficient relatif aux brides « indépen-
dantes » donné en Annexe C6.A3
hT = Différence entre les rayons du cercle de
§ 1 Q ·
perçage des trous de goujons et du cercle K 2 ¨¨1  2 ln K ¸¸  1
3 © 1 Q ¹
sur lequel s’applique la force HT ET = (C6.3.3.5)
S § 1 Q 2 ·
Les distances hD , hG et hT sont indiquées sur la figure K  1 ¨¨1  K ¸¸
C6.3.5. © 1 Q ¹

h0 = A ˜ g0 (C6.3.3.1) ª K 2 1  Q  1  Q º
E TR = ET « » DR (C6.3.3.6)
«¬ K 1  Q  1  Q »¼
2

K A
= (C6.3.3.2)
B § 1Q ·
K 2 ¨¨ 1  2 ln K ¸¸  1
3 © 1Q ¹
EU =
S 1  Q K 2  1 K  1
(C6.3.3.7)

840
CODAP 2005 Division 1 x Partie C – CONCEPTION ET CALCULS
Section C6 – RÈGLES DE CALCUL DES ASSEMBLAGES À BRIDES BOULONNÉES SOUMIS À UNE PRESSION INTÉRIEURE

E UR = EU ˜ DR (C6.3.3.8) C6.3.4.3 - Brides emmanchées-soudées sans collerette

EV a) La résistance d’une bride emmanchée-soudée sans


= Coefficient relatif aux brides « mono-
collerette assemblée par double soudure non pénétrante
bloc » donné en Annexe C6.A3
ou à pénétration partielle (figures C6.3.1.1.c1 et c2) peut
EVL = Coefficient relatif aux brides « indépen- être indifféremment vérifiée en négligeant la participa-
dantes » donné en Annexe C6.A3 tion mécanique de l’enveloppe cylindrique à la résis-
tance de la bride (règle C6.3.6) ou en tenant compte de
ª3 K 2 ln K º
« 1  Q  1  Q 2
1 6
EY = »
cette participation (règle C6.3.7), pour autant que les
K 1 «¬ S S K  1 »¼ conditions C6.3.7.2a et b soient satisfaites.

(C6.3.3.9) Les dimensions minimales nécessaires du cordon de


soudure plateau-enveloppe cylindrique sur la face arrière
de la bride sont différentes selon la règle utilisée (voir
Le graphique C6.A3.6 donne les valeurs des coeffi-
Annexe FA1).
cients ET, EU et EY pour Q = 0,3.
b) Une bride emmanchée-soudée sans collerette as-
EYR = EY  DR (C6.3.3.10) semblée par soudures à pleine pénétration (figure
C6.3.1.1d) doit être assimilée à une bride à collerette
e ˜ E F  h0 e3 ˜ E V
OR =  monobloc avec l’enveloppe cylindrique.
E TR ˜ h0 E UR ˜ h0 ˜ g 02
c) Lorsque la résistance de la bride est vérifiée au
(C6.3.3.11) moyen de la règle C6.3.7 :
e ˜ E FL  h0 e 3 ˜ E VL x g0 est l’épaisseur admise de l’enveloppe cylin-
ORL = 
E TR ˜ h0 E UR ˜ h0 ˜ g 02 drique,

(C6.3.3.12) x le cordon de soudure plateau-enveloppe cylin-


drique sur la face arrière de la bride doit être
Q = Coefficient de Poisson du matériau de la considéré comme une collerette tronconique
bride (dont les dimensions g0, g1 et h sont définies
M par les figures C6.3.1.1c2 et d), sous réserve
= Coefficient relatif aux brides « mono-
que :
bloc » donné en Annexe C6.A3
h et g 1  g 0 t MIN > 0,25g 0 , 5mm @

C6.3.4 - Considérations générales Dans le cas contraire, ou si le cordon est usiné


avec un rayon r satisfaisant à la condition
C6.3.4.1 - Situations à étudier C6.3.2.1d, la bride doit être assimilée à une bride
Les règles doivent être appliquées pour chacune des à collerette cylindrique.
situations définies en C6.1.4 : situation d’assise du joint C6.3.4.4 - Brides à collerette soudée en bout ou mo-
et situations sous pression. nobloc avec l’enveloppe cylindrique
C6.3.4.2 - Epaisseur du plateau de la bride a) La résistance d’une bride à collerette soudée en
L’épaisseur e du plateau de la bride à utiliser dans les bout ou monobloc avec l’enveloppe cylindrique doit être
règles C6.3.6 et C6.3.7 est définie par le tableau vérifiée au moyen de la règle C6.3.7, pour autant que les
C6.3.4.2. conditions C6.3.7.2a et b soient satisfaites.

Dans ce tableau, ep et ep,1 sont les épaisseurs utiles g0 est alors l’épaisseur admise, sur la longueur l0 dé-
du plateau de la bride, mesurées comme l’indiquent les finie en C6.3.7.2a, de l’enveloppe constituée de la partie
figures. cylindrique de la collerette et de l’enveloppe cylindri-
que.

841
CODAP 2005 Division 1 x Partie C – CONCEPTION ET CALCULS
Section C6 – RÈGLES DE CALCUL DES ASSEMBLAGES À BRIDES BOULONNÉES SOUMIS À UNE PRESSION INTÉRIEURE

b) Lorsque ces conditions ne sont pas satisfaites, la c2) Dans le cas d’une bride à collerette soudée en
résistance de la bride peut être justifiée au moyen de la bout telle que :
règle C6.3.6.
f < fs
Une bride à collerette cylindrique doit alors être as-
similée à une bride sans collerette. si la longueur l, définie par la figure C6.3.4.4, est telle
que :
Pour une bride à collerette tronconique, g0 est
l’épaisseur admise de la collerette à l’extrémité de la l ! 0,2 A  eh,0 e h,0
longueur h.
x l’épaisseur utile eh de la collerette, définie par
c) Que la résistance de la bride soit vérifiée au
moyen de la règle C6.3.6 ou au moyen de la règle la figure C6.3.4.4, doit en outre être au moins
C6.3.7 : égale à l’épaisseur minimale théorique eh,0 don-
née par la formule :
c1) L’épaisseur utile de la collerette doit être au
moins égale à : P˜A
e h,0 (C6.3.4.4.2)
2f  P
P˜D
es,0 (C6.3.4.4.1)
2 fs  P x si l’épaisseur utile de l’enveloppe cylindrique
est < eh (figures C6.3.4.4.1a et 2a), l’épaisseur
utile de la collerette à son extrémité peut être
inférieure à l’épaisseur minimale théorique eh,0,
pour autant que la longueur lh n’excède pas
0,2 A  eh,0 e h,0 .

842
CODAP 2005 Division 1 x Partie C – CONCEPTION ET CALCULS
Section C6 – RÈGLES DE CALCUL DES ASSEMBLAGES À BRIDES BOULONNÉES SOUMIS À UNE PRESSION INTÉRIEURE

1 - Bride à collerette tronconique. 2 - Bride à collerette cylindrique.


Figure C6.3.4.4 - Brides inversées à collerette soudée en bout.

843
CODAP 2005 Division 1 x Partie C – CONCEPTION ET CALCULS
Section C6 – RÈGLES DE CALCUL DES ASSEMBLAGES À BRIDES BOULONNÉES SOUMIS À UNE PRESSION INTÉRIEURE

Tableau C6.3.4.2 - Épaisseur e du plateau d’une bride inversée.

1. Face plate ou surélevée

e = ep

2. Emboîtement simple

a) femelle
e > @
MIN e p , e p,1

b) mâle
e = ep

3. Emboîtement double

a) femelle
e >
MIN e p , 1,1e p,1 @

b) mâle
e = ep

4. Gorge pour joint annulaire

e >
MIN e p , 1,1e p,1 @

844
CODAP 2005 Division 1 x Partie C – CONCEPTION ET CALCULS
Section C6 – RÈGLES DE CALCUL DES ASSEMBLAGES À BRIDES BOULONNÉES SOUMIS À UNE PRESSION INTÉRIEURE

C6.3.5 - Moments s’exerçant sur la bride  la distance hD est donnée par les formules sui-
a) Le moment s’exerçant sur la bride dans la situa- vantes :
tion d’assise du joint est donné par la formule : x pour une bride emmanchée-soudée à colle-
rette ou une bride emmanchée-soudée sans
MA W A' ˜ hG (C6.3.5a) collerette assemblée par double soudure
b) Le moment s’exerçant sur la bride dans une situa- non pénétrante ou à pénétration partielle :
tion sous pression est donné par la formule : CD
hD (C6.3.5c3-1)
MP H D ˜ hD  H T ˜ hT  H G ˜ hG (C6.3.5b) 2
Le moment MP peut être positif ou négatif. Dans ce cas, la distance hD est toujours néga-
tive.
c) Dans ces formules :
x pour une bride emmanchée-soudée sans
 les forces HD et HT sont données par les formu- collerette assemblée par soudures à pleine
les : pénétration ou une bride à collerette sou-
S dée en bout ou monobloc avec l’enveloppe
HD D2 ˜ P (C6.3.5c1) cylindrique :
4
C  A  g1
HT
S
4
G 2
 D2 P (C6.3.5c2) hD
2
(C6.3.5c3-2)

La force HT est toujours négative. Dans ce cas, la distance hD peut être positive
ou négative.
 les distances hT et hG sont données par les for-
mules :
2C  D  G
hT (C6.3.5c4)
4
C G
hG (C6.3.5c5)
2
La distance hT peut être positive ou négative.

845
CODAP 2005 Division 1 x Partie C – CONCEPTION ET CALCULS
Section C6 – RÈGLES DE CALCUL DES ASSEMBLAGES À BRIDES BOULONNÉES SOUMIS À UNE PRESSION INTÉRIEURE

Type de bride Situation d’assise du joint Situation sous pression

1a-1b - Emmanchée-soudée à
collerette

1c - Emmanchée-soudée sans
collerette assemblée par
double soudure non pénétrante
ou à pénétration partielle

1d - Emmanchée-soudée sans
collerette assemblée par
soudures à pleine pénétration

2 - A collerette soudée en bout


ou monobloc avec l’enveloppe
cylindrique

Figure C6.3.5 - Forces et moments s’exerçant sur une bride inversée.


(Les forces W A' , W P et H G sont définies en C6.1.6 – Sur cette figure,
la distance hD est négative et la distance hT positive)

846
CODAP 2005 Division 1 x Partie C – CONCEPTION ET CALCULS
Section C6 – RÈGLES DE CALCUL DES ASSEMBLAGES À BRIDES BOULONNÉES SOUMIS À UNE PRESSION INTÉRIEURE

C6.3.6 - Vérification de la résistance des brides Pour une bride sans collerette :
« indépendantes »
VH 0
C6.3.6.1 - Objet
b) La contrainte maximale radiale dans le plateau est
a) La présente règle permet de vérifier la résistance des donnée par la formule :
brides des types suivants :
4e ˜ E FL  3h0 M
 brides emmanchées-soudées à collerette, Vr (C6.3.6.2b)
3O RL ˜ e 2 ˜ h0 B
 brides emmanchées-soudées sans collerette as-
semblées par double soudure non pénétrante ou à Pour une bride sans collerette :
pénétration partielle dont la résistance est véri-
Vr 0
fiée en négligeant la participation mécanique de
l’enveloppe cylindrique (voir C6.3.4.3). c) Les contraintes maximales circonférentielles dans
Elle permet également de vérifier la résistance des le plateau sont données par les formules :
brides relevant de la règle C6.3.7 lorsque les conditions x sur le diamètre extérieur de la bride :
indiquées en C6.3.7.2a et b ne sont pas satisfaites (voir
C6.3.4.4b). E YR M K 2  1 ª 2e ˜ E FL  3h0 º
V ș,A Vr « »
b) Lorsque la résistance d’une bride est vérifiée au e2 B K 2  1 ¬ 4e ˜ E FL  3h0 ¼
moyen de la présente règle, la zone d’influence du rac-
cordement de l’enveloppe cylindrique avec une autre (C6.3.6.2c1)
enveloppe, un fond, une plaque tubulaire ou une autre x sur le diamètre intérieur de la bride :
bride peut s’étendre jusqu’à la limite (2) indiquée sur la
figure C6.3.6.1. EY M 2 K 2 ª 2e ˜ E FL  3h0 º
V ș,B Vr « »
Il en est de même de la longueur d’enveloppe parti- e 2 B K 2  1 ¬ 4e ˜ E FL  3h0 ¼
cipant à la résistance d’une ouverture proche de la bride
(C6.3.6.2c2)
(voir C5).
Pour une bride sans collerette, ces formules
C6.3.6.2 - Détermination des contraintes
s’écrivent :
a) La contrainte maximale méridienne de flexion
E YR M
dans la collerette est donnée par la formule : V ș,A (C6.3.6.2c3)
e2 B
1 M
VH
ORL ˜ g12 B
(C6.3.6.2a) EY M
V ș,B (C6.3.6.2c4)
e2 B

Collerette cylindrique Collerette tronconique


Figure C6.3.6.1 - Limite de la zone d’influence d’une discontinuité de l’enveloppe cylindrique
pour une bride inversée calculée au moyen de la règle C6.3.6.

847
CODAP 2005 Division 1 x Partie C – CONCEPTION ET CALCULS
Section C6 – RÈGLES DE CALCUL DES ASSEMBLAGES À BRIDES BOULONNÉES SOUMIS À UNE PRESSION INTÉRIEURE

C6.3.6.3 - Valeurs admissibles des contraintes b) Cette longueur l0 ne doit pas interférer avec la
Pour chacune des situations étudiées (situation zone d’influence du raccordement avec une autre enve-
d’assise du joint et situations sous pression), les loppe, un fond, une plaque tubulaire ou une autre bride.
contraintes VH , Vr , VT,A et VT,B doivent satisfaire aux Elle peut cependant interférer avec la longueur
conditions suivantes : d’enveloppe participant à la résistance d’une ouverture
proche de la bride (voir C5).
x kF . _VH_ d 1,5 f
c) Si les conditions a et b ci-dessus ne sont pas satis-
x kF . _Vr_ d f faites, la résistance de la bride peut être vérifiée au
moyen de la règle C6.3.6.
x kF . _V T,A_ d f
d) Une collerette tronconique ne doit pas présenter
x kF . _V T,B_ d f une pente supérieure à 1/1 ; si tel n’est pas le cas, pren-
dre pour g1 une valeur telle que cette condition soit
VH  Vr respectée.
x kF d f
2
C6.3.7.3 - Détermination des contraintes
V H  V ș,A a) La contrainte maximale méridienne de flexion
x kF d f
2 dans la collerette est donnée par la formule :
Pour une bride sans collerette, seules sont à satisfaire M M
VH (C6.3.7.3a)
les conditions : OR ˜ g12 B
x kF . _V T,A_ d f b) La contrainte maximale radiale dans le plateau est
donnée par la formule :
x kF . _V T,B_ d f
4e ˜ E F  3h0 M
Vr (C6.3.7.3b)
3O R ˜ e 2 ˜ h0 B
C6.3.7 - Vérification de la résistance des brides « mo-
nobloc » c) Les contraintes maximales circonférentielles dans
le plateau sont données par les formules :
C6.3.7.1 - Objet
La présente règle permet de vérifier la résistance des x sur le diamètre extérieur de la bride :
brides des types suivants : E YR M K 2  1 ª 2e ˜ E F  3h0 º
V ș,A Vr « »
 brides emmanchées-soudées sans collerette as- e2 B K 2  1 ¬ 4e ˜ E F  3h0 ¼
semblées par double soudure non pénétrante ou
à pénétration partielle dont la résistance est vé- (C6.3.7.3c1)
rifiée en tenant compte de la participation mé- x sur le diamètre intérieur de la bride :
canique de l’enveloppe cylindrique (voir
C6.3.4.3), EY M 2 K 2 ª 2e ˜ E F  3h0 º
V ș,B Vr « »
 brides emmanchées-soudées sans collerette as- e 2 B K 2  1 ¬ 4e ˜ E F  3h0 ¼
semblées par soudures à pleine pénétration,
(C6.3.7.3c2)
 brides à collerette soudée en bout ou monobloc
avec l’enveloppe cylindrique.
C6.3.7.2 - Conditions d’application
a) L’épaisseur utile de l’enveloppe constituée de la
partie cylindrique de la collerette et de l’enveloppe cy-
lindrique doit être au moins égale à l’épaisseur admise
g0 sur une longueur, mesurée comme l’indiquent les
figures C6.3.1.1c2 et d et C6.3.1.2, au moins égale à :

l0 D  g 0 g 0

848
CODAP 2005 Division 1 x Partie C – CONCEPTION ET CALCULS
Section C6 – RÈGLES DE CALCUL DES ASSEMBLAGES À BRIDES BOULONNÉES SOUMIS À UNE PRESSION INTÉRIEURE

C6.3.7.4 - Valeurs admissibles des contraintes x k F ˜ V ș,A d f


Pour chacune des situations étudiées (situation
d’assise du joint et situations sous pression), les x k F ˜ V ș,B d f
contraintes VH , Vr , V T,A , et V T,B doivent satisfaire aux
conditions suivantes : VH  Vr
x kF d f
k F ˜ V H d 1,5 MIN > f , f s @
2
x
V H  V ș,A
x kF ˜ V r d f x kF d f
2

849
CODAP 2005 Division 1 x Partie C – CONCEPTION ET CALCULS
Section C6 – RÈGLES DE CALCUL DES ASSEMBLAGES À BRIDES BOULONNÉES SOUMIS À UNE PRESSION INTÉRIEURE

C6.4 - ASSEMBLAGES À BRIDES AVEC JOINT C6.4.2 - Conditions d’application


PORTANT DE PART ET D'AUTRE DU CERCLE
C6.4.2.1 - Assemblage
DE PERÇAGE DES TROUS DE BOULONS -
SITUATIONS À ÉTUDIER - a) L’assemblage doit être de révolution.
CARACTÉRISTIQUES DU JOINT -
b) Les boulons ou goujons doivent être répartis régu-
VÉRIFICATION DE LA BOULONNERIE
lièrement sur le cercle de perçage.
C6.4.1 - Objet
Leur nombre doit être au moins égal à 4.
a) Les règles du présent chapitre concernent les as-
c) Lorsque l'un des éléments de l'assemblage est une
semblages soumis à une pression intérieure et dont le
bride inversée ou un fond à calotte sphérique boulonné,
joint porte de part et d'autre du cercle de perçage des
les règles du présent chapitre ne sont applicables que si :
trous de boulons.
M 1 ˜ k 2  M 2 ˜ k1 t 0
Elles s’appliquent aux assemblages à joint plat non
métallique. Si tel n'est pas le cas, l'assemblage relève de l'appli-
b) Ces assemblages peuvent être constitués : cation des règles du chapitre C6.1 moyennant les adapta-
tions suivantes :
 de deux brides relevant des règles du chapitre
C6.5 (brides normales), c1) La force minimale WA que doit exercer la
boulonnerie dans la situation d'assise du joint est donnée
 d’une bride normale et d’une bride inversée re- par la formule C6.4.6a.
levant des règles du chapitre C6.6,
c2) Pour les situations sous pression, le diamètre
 d’une bride, normale ou inversée, assemblée à : extérieur du joint G0 et sa longueur de contact sur sa
portée w sont définis par la figure C6.4.2.1.
x un fond plat boulonné relevant de la règle
C3.3.6, c3) Les règles C6.1.6 e et f sont sans objet.
x un fond à calotte sphérique boulonné rele-
vant de la règle C3.4.6,
x une plaque tubulaire formant bride rele-
vant de la règle de l’Annexe C7.A5,
 d’un fond à calotte sphérique boulonné assemblé
à une plaque tubulaire formant bride.
c) Les présentes règles ne sont pas applicables aux
assemblages comportant un élément intermédiaire pincé
entre brides (par exemple, plaque tubulaire) et concer-
nant deux enceintes.
d) Les assemblages à brides normalisées peuvent être Figure C6.4.2.1 - Diamètre extérieur du joint G0
utilisés sans vérification de leur résistance dans les et largeur de contact du joint sur sa portée w
conditions indiquées en Annexe C6.A1. lorsque l’assemblage relève des règles
du chapitre C6.1 (voir C6.4.2.1c).
e) Les règles du présent chapitre couvrent la défail-
lance par déformation excessive de la boulonnerie.
Il appartient au Fabricant de s'assurer par ailleurs de C6.4.2.2 - Joint
l'adéquation de l'assemblage (nature du joint, caractéris- a) L'épaisseur du joint doit être au moins égale à
tiques des portées de joint, etc.) à l'ensemble des condi- 1,5 mm.
tions de fonctionnement de l'appareil, en particulier pour
ce qui concerne la qualité d'étanchéité requise. b) Le diamètre intérieur du joint Gi doit être tel que :
Gi d C  d h  10 mm

c) Le diamètre des trous de passage des boulons dans


le joint ne doit pas être supérieur au diamètre dh des
trous de passage des boulons dans les éléments assem-
blés.

850
CODAP 2005 Division 1 x Partie C – CONCEPTION ET CALCULS
Section C6 – RÈGLES DE CALCUL DES ASSEMBLAGES À BRIDES BOULONNÉES SOUMIS À UNE PRESSION INTÉRIEURE

C6.4.2.3 - Sollicitations dh = Diamètre des trous de passage des bou-


lons ou goujons dans les éléments assem-
Les règles du présent chapitre ne prennent en compte
blés
que l’action de la pression intérieure et des efforts à
exercer sur le joint. fb = Contrainte nominale de calcul des boulons
ou goujons pour une situation sous
Elles ne prennent pas en compte les efforts agissant
pression
sur l’enveloppe cylindrique. (voir Note)
Note : L’Annexe C6.A5 propose une méthode simplifiée de prise en
fb,A = Contrainte nominale de calcul des boulons
compte de ces efforts. ou goujons pour la situation d’assise du
joint
Elles ne prennent pas en compte non plus les diffé-
rences de dilatation pouvant exister entre la boulonnerie fb,A est la contrainte nominale de calcul
et les éléments assemblés, qui peuvent être négligées pour une situation normale de service à
tant que, pour une situation donnée : température ambiante.
 la différence de température entre la boulonne- G = Diamètre du cercle sur lequel s’applique
rie et les éléments assemblés n’excède pas la force de compression du joint dans une
50°C, situation sous pression (voir C6.4.5)
 si la température de calcul est t 120°C, le coef- Gi = Diamètre intérieur du joint
ficient de dilatation des éléments assemblés
n’excède pas de plus de 10% le coefficient de G0 = Diamètre extérieur de la surface de
dilatation de la boulonnerie. contact du joint sur sa portée
HG = Force de compression du joint dans une
situation sous pression
C6.4.3 - Notations
HR = Réaction d'équilibrage des forces s'exer-
Ab = Section totale de la boulonnerie : çant sur les éléments assemblés

Ab = n . ab (C6.4.3.1) hR = Différence entre les rayons du cercle sur


lequel s'exerce la réaction HR et du cercle
Ab,min = Section minimale nécessaire de la boulon- de perçage des trous de boulons ou gou-
nerie jons (voir C6.4.6)
ab = Section d’un boulon ou goujon : k1 , k2 = Rigidités k de chacun des deux éléments
assemblés (voir C6.4.6)
x pour un boulon ou goujon à filetage à
filet triangulaire au profil ISO M1 , M2 = Moments M relatifs à chacun des deux
(NF ISO 68-1 : Mars 1999) : section éléments assemblés (voir C6.4.6) pour la
résistante définie par la norme situation considérée
NF ISO 262 (voir Annexe C6.A4),
m = Coefficient de serrage du joint (voir
x pour un boulon ou goujon à filetage C6.4.5)
d’un autre type : section à fond de fi-
n = Nombre de boulons ou goujons
let,
P = Pression de calcul pour la situation sous
x pour un boulon ou goujon à tige pression considérée
allégée : section de la tige cylindrique
non filetée. WA = Force minimale à exercer par la boulonne-
rie dans la situation d’assise du joint
b' = Largeur efficace du joint pour la situation
d'assise (voir C6.4.5) WP = Force de traction s’exerçant sur la bou-
lonnerie dans une situation sous pression
b'' = Largeur efficace du joint pour une situa-
tion sous pression (voir C6.4.5) y = Pression d’assise du joint (voir C6.4.5)
C = Diamètre du cercle de perçage des trous
de boulons ou goujons

851
CODAP 2005 Division 1 x Partie C – CONCEPTION ET CALCULS
Section C6 – RÈGLES DE CALCUL DES ASSEMBLAGES À BRIDES BOULONNÉES SOUMIS À UNE PRESSION INTÉRIEURE

C6.4.4 - Situations à étudier C6.4.5 - Caractéristiques du joint


a) La règle C6.4.6 de vérification de la boulonnerie a) Les valeurs de la pression d’assise y et du coeffi-
doit être appliquée pour chacune des situations suivan- cient de serrage m doivent être indiquées par le fournis-
tes : seur du joint ; à défaut il est possible d’utiliser les va-
leurs données en Annexe C6.A2.
a1) La situation relative au serrage initial du
joint, avant mise sous pression, dite situation d’assise du b) La largeur efficace du joint b' pour la situation
joint. d'assise est donnée par la formule :
Dans cette situation, l’assemblage est soumis uni- b' 4 b0' (C6.4.5b1)
quement à l’effort résultant de la compression du joint
nécessaire pour réaliser l’étanchéité attendue. dans laquelle :
La compression minimale y à exercer sur le joint,  b0' est la largeur de base du joint, donnée par la
dite pression d’assise du joint, dépend de la nature de
celui-ci. relation :

La situation d’assise du joint est unique pour un as- b0' MIN > G 0  C , C  Gi @ (C6.4.5b2)
semblage donné ; elle doit être considérée comme une
situation normale de service à température ambiante.  la largeur b0' doit être exprimée en millimètres.

a2) La ou les situations normales de service, ex- c) La largeur efficace du joint b'' pour une situation
ceptionnelles de service ou d’essai de résistance suscep- sous pression est égale à :
tibles d’être déterminantes pour l’assemblage, dites
b" = 2,5 mm
situations sous pression.
d) Le diamètre G du cercle sur lequel s'applique la
Dans ces situations, l’assemblage doit résister à
force de compression du joint dans une situation sous
l’action de la pression qui tend à écarter les deux élé-
pression est donné par la formule :
ments, tout en maintenant sur le joint un effort de com-
pression suffisant pour assurer l’étanchéité. G C  d h  2b " (C6.4.5d)
Le rapport m entre la compression minimale du joint
et la pression intérieure est une caractéristique du joint
dite coefficient de serrage du joint.
b) Les règles concernant les éléments assemblés ne
doivent être appliquées que pour chacune des situations
sous pression définies ci-dessus.

a) G0  C t C  Gi b) G0  C d C  Gi

b0' C  Gi b0' G0  C
Figure C6.4.5 - Largeurs du joint b0' et b'' et diamètre G du cercle sur lequel s'applique
la force de compression du joint dans une situation sous pression.

852
CODAP 2005 Division 1 x Partie C – CONCEPTION ET CALCULS
Section C6 – RÈGLES DE CALCUL DES ASSEMBLAGES À BRIDES BOULONNÉES SOUMIS À UNE PRESSION INTÉRIEURE

C6.4.6 - Vérification de la boulonnerie c) La section minimale nécessaire de la boulonnerie


est donnée par la relation :
a) La force minimale que doit exercer la boulonnerie
dans la situation d’assise du joint est donnée par la for- ­° ª W º ª§ W · º ½°
mule : Ab,min MAX ® « A » , «¨¨ P ¸¸ » ¾
°̄ «¬ f b,A »¼ «¬© f b ¹ max »¼ °¿
WA S b' ˜ C ˜ y (C6.4.6a)
(C6.4.6c)
b) La force de traction s’exerçant sur la boulonnerie
§W ·
dans une situation sous pression est donnée par la for- dans laquelle ¨¨ P ¸¸ est la plus grande valeur du
mule : © f b ¹ max
S §W ·
WP G2 ˜ P  HG  HR (C6.4.6b1) rapport ¨¨ P ¸¸ pour l’ensemble des situations sous pres-
4 © fb ¹
dans laquelle : sion étudiées.
d) La section totale de la boulonnerie doit être telle
HG 2S b " ˜ G ˜ m ˜ P (C6.4.6b2) que :
1 M 1 ˜ k 2  M 2 ˜ k1 Ab t Ab,min
HR (C6.4.6b3) (C6.4.6d)
hR k1  k 2

Dans cette formule :


x la distance hR est donnée (voir figure C6.4.6)
par la formule :
G0  C  d h
hR (C6.4.6b4)
4
x M1 et M2 sont les moments M relatifs à chacun
des deux éléments assemblés, donnés par les
formules indiquées au tableau C6.4.6,
x k1 et k2 sont les rigidités k de chacun des deux
éléments assemblés, données par les formules
indiquées au tableau C6.4.6.
Figure C6.4.6 - Définition de la distance hR
Dans le cas d'un assemblage constitué de deux brides
normales dont les dimensions B et g1, définies en C6.5.3,
sont identiques, la formule C6.4.6b3 s'écrit :
M
HR (C6.4.6b5)
hR

dans laquelle M est le moment donné par la formule


C6.5.5d.

Tableau C6.4.6 - Formules de calcul des moments M et des rigidités k.

Elément Moment M Rigidité k


Bride normale C6.5.5d C6.5.5g
Bride inversée C6.6.5d C6.6.5g
Fond plat boulonné C3.3.6.2e1 C3.3.6.2g1
Fond à calotte sphérique boulonné C3.4.6.2d C3.4.6.2g
Plaque tubulaire formant bride C7.A5.4f C7.A5.4h1

853
CODAP 2005 Division 1 x Partie C – CONCEPTION ET CALCULS
Section C6 – RÈGLES DE CALCUL DES ASSEMBLAGES À BRIDES BOULONNÉES SOUMIS À UNE PRESSION INTÉRIEURE

C6.5 - BRIDES AVEC JOINT PORTANT DE PART  brides emmanchées-soudées (voir figure
ET D'AUTRE DU CERCLE DE PERÇAGE DES C6.5.1.2),
TROUS DE BOULONS
 brides à collerette soudée en bout ou monobloc
C6.5.1 - Objet avec l’enveloppe cylindrique (voir figure
a) Les règles du présent chapitre permettent de véri- C6.5.1.3).
fier la résistance d’une bride constituant l’un des élé- Elles ne concernent pas les brides des fonds à calotte
ments d’un assemblage : sphérique boulonnés qui sont traitées en C3.4.
 soumis à une pression intérieure, c) La résistance de la boulonnerie de l’assemblage
doit être parallèlement vérifiée au moyen de la règle
 dont le joint porte de part et d'autre du cercle de
C6.4.6.
perçage des trous de boulons,
d) Les présentes règles sont applicables aux brides
relevant des règles du chapitre C6.4.
directement assemblées à un fond bombé elliptique,
b) Les règles s’appliquent aux brides des types sui- torisphérique ou hémisphérique, moyennant le respect
vants : de la règle C3.1.8.
 brides vissées (voir figure C6.5.1.1), e) Les règles du présent chapitre couvrent la défail-
lance par déformation excessive de la bride.

854
CODAP 2005 Division 1 x Partie C – CONCEPTION ET CALCULS
Section C6 – RÈGLES DE CALCUL DES ASSEMBLAGES À BRIDES BOULONNÉES SOUMIS À UNE PRESSION INTÉRIEURE

(1) Dans le cas d’un taraudage conique, B est le diamètre sur flanc mesuré à mi-longueur de serrage LT.

Figure C6.5.1.1 - Brides vissées (avec ou sans collerette).

a) Bride avec ou sans collerette assemblée par b) Bride sans collerette assemblée par
double soudure non pénétrante ou soudures à pleine pénétration.
à pénétration partielle.
Figure C6.5.1.2 - Brides emmanchées-soudées.
(Les détails d’exécution des assemblages soudés sont précisés en FA1 - Dans le cas d'une bride assemblée par double
soudure non pénétrante ou à pénétration partielle, les dimensions minimales nécessaires des soudures sont celles don-
nées pour le cas où la participation mécanique de l'enveloppe cylindrique est négligée)

855
CODAP 2005 Division 1 x Partie C – CONCEPTION ET CALCULS
Section C6 – RÈGLES DE CALCUL DES ASSEMBLAGES À BRIDES BOULONNÉES SOUMIS À UNE PRESSION INTÉRIEURE

a) Bride à collerette tronconique. b) Bride à collerette cylindrique.

Figure C6.5.1.3 - Brides à collerette soudée en bout ou monobloc avec l’enveloppe cylindrique.

856
CODAP 2005 Division 1 x Partie C – CONCEPTION ET CALCULS
Section C6 – RÈGLES DE CALCUL DES ASSEMBLAGES À BRIDES BOULONNÉES SOUMIS À UNE PRESSION INTÉRIEURE

C6.5.2 - Conditions d’application C6.5.2.2 - Enveloppe cylindrique


C6.5.2.1 - Bride L’épaisseur de l’enveloppe cylindrique doit satisfaire
à la règle C2.1.4.
a) La bride doit être de révolution.
La zone d'influence du raccordement de l'enveloppe
b) Les trous de passage des boulons doivent être cir-
cylindrique avec une autre enveloppe, un fond, une
culaires ; leur diamètre dh doit être au plus égal à celui plaque tubulaire ou une autre bride peut s'étendre jusqu'à
de la série moyenne de la norme NF EN 20-273 (voir :
Annexe C6.A4).
x l'extrémité de cette enveloppe si la bride est vis-
c) La bride peut être constituée de plusieurs éléments sée ou emmanchée-soudée assemblée par dou-
assemblés par soudure à pleine pénétration ; il n’y a ble soudure non pénétrante ou à pénétration
alors pas lieu de tenir compte d’un coefficient de sou- partielle,
dure dans les calculs.
x la face postérieure du plateau de la bride si la
d) Le rayon r du congé de raccordement plateau- bride est emmanchée-soudée assemblée par
collerette d’une bride à collerette doit être tel que : soudures à pleine pénétration ou à collerette
r t MIN > 0,25 g 1 , 5mm @ soudée en bout ou monobloc avec l’enveloppe
cylindrique.
Il en est de même de la longueur d'enveloppe partici-
pant à la résistance d'une ouverture proche de la bride
(voir C5).
C6.5.2.3 - Sollicitations
Les règles du présent chapitre ne prennent en compte
Figure C6.5.2 que l’action de la pression intérieure et des efforts exer-
cés par les boulons.
e) La collerette d’une bride à collerette tronconique
soudée en bout ou monobloc avec l’enveloppe cylindri- Elles ne prennent pas en compte les efforts agissant
que ne doit pas présenter une pente supérieure à 1/1; si sur l’enveloppe cylindrique. (voir Note)
tel n'est pas le cas, prendre pour g1 une valeur telle que Note : L’Annexe C6.A5 propose une méthode simplifiée de prise en
cette condition soit respectée. compte de ces efforts.

f) Au droit de l’assemblage circulaire d’une bride à C6.5.3 - Notations


collerette soudée en bout avec l’enveloppe cylindrique, A = Diamètre extérieur de la bride
les fibres moyennes peuvent être décalées, sans toutefois
que ce décalage aille, aux tolérances de fabrication près B = Diamètre intérieur de la bride
(voir F1.5), au-delà de l’alignement des faces externes C = Diamètre du cercle de perçage des trous
ou internes. Le raccordement des surfaces doit se faire de boulons
par une pente n’excédant par 1/3.
CF = Coefficient correctif pour tenir compte de
L’épaisseur de la collerette doit satisfaire à la règle l’espacement des boulons :
C6.5.4.3.
ª § SC ·º
g) Lorsque la bride étudiée est assemblée avec une « ¨ ¸»
bride inversée ou un fond à calotte sphérique boulonné, CF ¨
MAX « 1 , ¨ n ¸»
la règle C6.5.5 n'est applicable que si : « 6e ¸»
« ¨¨ 2d b  ¸¸»
¬ © m  0,5 ¹¼
M 1 ˜ k 2  M 2 ˜ k1 t 0

Si tel n’est pas le cas, la résistance de la bride doit (relation C6.5.3.1)


être vérifiée au moyen des règles C6.2.6 ou C6.2.7, la D = Diamètre intérieur de l’enveloppe cylin-
résistance de la boulonnerie de l’assemblage étant véri- drique
fiée au moyen de la règle C6.1.6, moyennant les adapta-
tions indiquées en C6.4.2.1c.

857
CODAP 2005 Division 1 x Partie C – CONCEPTION ET CALCULS
Section C6 – RÈGLES DE CALCUL DES ASSEMBLAGES À BRIDES BOULONNÉES SOUMIS À UNE PRESSION INTÉRIEURE

db = Diamètre nominal d’un boulon K = A


(C6.5.3.2)
B
dh = Diamètre des trous de passage des bou-
lons dans la bride kF = Coefficient de correction de contrainte :
E = Module d'élasticité du matériau de la bride x pour B d 1000 mm : kF 1
pour la situation considérée
x pour 1000 mm < B < 2000 mm :
e = Epaisseur admise du plateau de la bride
2 § B ·
f = Contrainte nominale de calcul du matériau kF ¨¨ 1  ¸ (C6.5.3.3)
de la bride pour la situation considérée 3 © 2000 ¸¹
fs = Contrainte nominale de calcul du matériau x pour B t 2000 mm : 4
de l’enveloppe cylindrique pour la situa- kF
3
tion considérée
k1 , k2 = Rigidités k, respectivement, de la bride et
Pour une bride à collerette monobloc
de l'élément auquel elle est assemblée
avec l’enveloppe cylindrique : fs = f. (voir C6.5.5)
G = Diamètre du cercle sur lequel s’applique M1 , = Moments M relatifs, respectivement, à la
la force de compression du joint HG, défi- bride et à l'élément auquel elle est assem-
M2
ni en C6.4.5 blée (voir C6.5.5), pour la situation consi-
g1 = Epaisseur admise de la collerette d'une dérée
bride à collerette soudée en bout ou mo- m = Coefficient de serrage du joint, défini en
nobloc avec l’enveloppe cylindrique à son C6.4.5
raccordement avec le plateau
n = Nombre de boulons
Pour une bride à collerette, vissée ou
emmanchée-soudée assemblée par double P = Pression de calcul pour la situation sous
soudure non pénétrante où à pénétration pression considérée
partielle : g1 = 0. EY = ª3 K 2 ln K º
« 1  Q  1  Q 2
1 6
»
K 1 ¬« S S K  1 ¼»
HD = Force résultant de l’action de la pression
sur la surface du cercle de diamètre B
(C6.5.3.4)
HG = Force de compression du joint dans une
situation sous pression, définie en C6.4.6 Le graphique C6.A3.6 donne les valeurs
HT = Force résultant de l’action de la pression du coefficient EY pour Q = 0,3.
sur la surface annulaire comprise entre les Q = coefficient de Poisson du matériau de la
cercles de diamètres G et B bride
La somme des forces HD , HG et HT et de la force HR C6.5.4 - Considérations générales
définie en C6.4.6 est la force WP définie en C6.4.6
(voir figure C6.5.5). C6.5.4.1 - Situations à étudier

hD = Différence entre les rayons du cercle de La résistance de la bride ne doit être vérifiée que
perçage des trous de boulons et du cercle pour chacune des situations sous pression définies en
sur lequel s’applique la force HD C6.4.4.

hG = Différence entre les rayons du cercle de Cette disposition reste applicable lorsque, en applica-
perçage des trous de boulons et du cercle tion des dispositions de C6.5.2.1g, la vérification de la
sur lequel s’applique la force de compres- résistance de la bride relève des règles C6.2.6 ou C6.2.7.
sion du joint HG
hT = Différence entre les rayons du cercle de
perçage des trous de boulons et du cercle
sur lequel s’applique la force HT
Les distances hD , hG et hT ainsi que la distance hR
définie en C6.4.6 sont indiquées sur la figure C6.5.5.

858
CODAP 2005 Division 1 x Partie C – CONCEPTION ET CALCULS
Section C6 – RÈGLES DE CALCUL DES ASSEMBLAGES À BRIDES BOULONNÉES SOUMIS À UNE PRESSION INTÉRIEURE

C6.5.4.2 - Brides emmanchées-soudées sans collerette De plus, dans le cas d’une bride à collerette soudée
en bout telle que :
Une bride emmanchée-soudée sans collerette assem-
blée par soudures à pleine pénétration (figure C6.5.1.2b) f < fs
doit être assimilée à une bride à collerette monobloc
avec l’enveloppe cylindrique. si la longueur l, définie par la figure C6.5.4.3, est telle
que :
Le cordon de soudure plateau-enveloppe cylindrique
sur la face arrière de la bride doit être considéré comme l ! 0,2 B  eh,0 e h,0
une collerette tronconique (dont les dimensions g0 , g1 et
h sont définies par la figure C6.5.1.2b), sous réserve x l’épaisseur utile eh de la collerette, définie par
que : la figure C6.5.4.3, doit en outre être au moins
h et g1  g 0 t MIN > 0,25g 0 , 5mm @ égale à l’épaisseur minimale théorique, eh,0
donnée par la formule :
Dans le cas contraire, ou si le cordon est usiné avec
un rayon r satisfaisant à la condition C6.5.2.1d, la bride P˜B
e h,0 (C6.5.4.3.2)
doit être assimilée à une bride à collerette cylindrique. 2f  P
C6.5.4.3 - Brides à collerette soudée en bout ou mo- x si l’épaisseur utile de l’enveloppe cylindrique
nobloc avec l’enveloppe cylindrique est < eh (figures C6.5.4.3.1a et 2a), l’épaisseur
L’épaisseur utile de la collerette doit être au moins utile de la collerette à son extrémité peut être
égale à : inférieure à l’épaisseur minimale théorique eh,0,
pour autant que la longueur lh n’excède pas
P˜D
es,0
2 fs  P (C6.5.4.3.1) 0, 2 B  eh,0 eh,0 .

1 - Brides à collerette tronconique. 2 - Brides à collerette cylindrique.


Figure C6.5.4.3 - Brides à collerette soudée en bout.

859
CODAP 2005 Division 1 x Partie C – CONCEPTION ET CALCULS
Section C6 – RÈGLES DE CALCUL DES ASSEMBLAGES À BRIDES BOULONNÉES SOUMIS À UNE PRESSION INTÉRIEURE

C6.5.5 - Vérification de la résistance de la bride  les distances hD, hT et hG sont données par les
a) La contrainte maximale radiale dans le plateau est formules :
donnée par la formule : C  B  g1
hD (C6.5.5e3)
6M r 2
Vr CF (C6.5.5a)
S C  n ˜ d h e 2 2C  B  G
hT (C6.5.5e4)
b) La contrainte maximale circonférentielle dans le 4
plateau est donnée par la formule : C G
hG (C6.5.5e5)
EY Mș 2
Vș CF (C6.5.5b)
e2 B f) Le moment M2 est le moment M relatif à l'élément
auquel est assemblée la bride étudiée, donné par la for-
c) Les moments Mr et MT sont donnés par les formu- mule indiquée au tableau C6.5.5.
les :
g) k1 est la rigidité k de la bride étudiée, donnée par
C la formule :
ln
k1
Mr M 1  M 2  M 1 B (C6.5.5c1)
S
k1  k 2 ln K k E ˜ e 3 ˜ ln K (C6.5.5g)
6
k1
Mș M 2  M 1 (C6.5.5c2) h) k2 est la rigidité k de l'élément auquel est assem-
k1  k 2 blée la bride étudiée, donnée par la formule indiquée au
tableau C6.5.5.
d) Le moment M1 est le moment M relatif à la bride
étudiée, donné par la formule : i) Lorsque la bride étudiée est assemblée à une autre
bride normale dont les dimensions B et g1 sont identi-
M H D ˜ hD  H T ˜ hT  H G ˜ hG ques :
(C6.5.5d) Mr = M1 = M2 , MT = 0 , V ș 0
e) Dans cette formule : j) Pour chacune des situations sous pression étudiées,
 les forces HD et HT sont données par les formu- les contraintes Vr et V ș doivent satisfaire aux conditions
les : suivantes :
S x Vr d f
HD B2 ˜ P (C6.5.5e1)
4
x kF . V ș d f
HT
S
4
G 2
B 2
P (C6.5.5e2)

Tableau C6.5.5 - Formules de calcul du moment M2 et de la rigidité k2.

Elément auquel est


Moment M2 Rigidité k2
assemblée la bride étudiée

Bride normale C6.5.5d C6.5.5g

Bride inversée C6.6.5d C6.6.5g

Fond plat boulonné C3.3.6.2e1 C3.3.6.2g1

Fond à calotte sphérique boulonné C3.4.6.2d C3.4.6.2g

Plaque tubulaire formant bride C7.A5.4f C7.A5.4h1

860
CODAP 2005 Division 1 x Partie C – CONCEPTION ET CALCULS
Section C6 – RÈGLES DE CALCUL DES ASSEMBLAGES À BRIDES BOULONNÉES SOUMIS À UNE PRESSION INTÉRIEURE

1 - Bride vissée

2a - Bride emmanchée-soudée avec ou sans collerette


assemblée par double soudure non pénétrante où à
pénétration partielle

2b - Bride emmanchée-soudée sans collerette assemblée


par soudures à pleine pénétration

3 - Bride à collerette soudée en bout ou monobloc avec


l’enveloppe cylindrique

Figure C6.5.5 - Forces s'exerçant sur un bride dans une situation sous pression.
(Les forces WP, HG et HR et la distance hR sont définies en C6.4.6)

861
CODAP 2005 Division 1 x Partie C – CONCEPTION ET CALCULS
Section C6 – RÈGLES DE CALCUL DES ASSEMBLAGES À BRIDES BOULONNÉES SOUMIS À UNE PRESSION INTÉRIEURE

C6.6 - BRIDES INVERSÉES AVEC JOINT Pour des goujons à filetage d’un autre type, les
PORTANT DE PART ET D'AUTRE DU CERCLE contraintes de cisaillement dans les filets du goujon et
DE PERÇAGE DES TROUS DE GOUJONS les filets du taraudage de la bride doivent être vérifiées
au moyen des règles de l’Annexe C10.A1.
C6.6.1 - Objet
c) La bride peut être constituée de plusieurs éléments
a) Les règles du présent chapitre permettent de véri-
assemblés par soudure à pleine pénétration ; il n’y a
fier la résistance d’une bride inversée constituant l’un
alors pas lieu de tenir compte d’un coefficient de sou-
des éléments d’un assemblage :
dure dans les calculs.
 soumis à une pression intérieure, d) Le rayon r du congé de raccordement plateau-
 dont le joint porte de part et d'autre du cercle de collerette d’une bride à collerette doit être tel que :
perçage des trous de goujons, r t MIN > 0,25 g 1 , 5mm @
relevant des règles du chapitre C6.4.
b) Les règles s’appliquent aux brides des types sui-
vants :
 brides emmanchées-soudées (voir figure
C6.6.1.1),
 brides à collerette soudée en bout ou monobloc
avec l’enveloppe cylindrique (voir figure Figure C6.6.2
C6.6.1.2). e) La collerette d'une bride à collerette tronconique
c) La résistance de la boulonnerie de l’assemblage soudée en bout ou monobloc avec l'enveloppe cylindri-
doit être parallèlement vérifiée au moyen de la règle que ne doit pas présenter une pente supérieure à 1/1 ; si
C6.4.6. tel n'est pas le cas, prendre pour g1 une valeur telle que
cette condition soit respectée.
d) Les présentes règles couvrent la défaillance par
déformation excessive de la bride. f) Au droit de l’assemblage circulaire d’une bride à
collerette soudée en bout avec l’enveloppe cylindrique,
C6.6.2 - Conditions d’application les fibres moyennes peuvent être décalées, sans toutefois
C6.6.2.1 - Bride que ce décalage aille, aux tolérances de fabrication près
(voir F1.5), au-delà de l’alignement des faces externes
a) La bride doit être de révolution. ou internes. Le raccordement des surfaces doit se faire
b) La longueur d’engagement des filets d’un goujon par une pente n’excédant par 1/3.
à filetage à filet triangulaire au profil ISO L’épaisseur de la collerette doit satisfaire à la règle
(NF ISO 68-1 : Mars 1999) doit être au moins égale à : C6.6.4.3.
ª §
Rp vis ·º g) La règle C6.6.5 n'est applicable que si :
MAX « 0,8d b , ¨ 0,8d b ¸»
«
¬
¨
©

Rp bride ¸»
¹¼
M 1 ˜ k 2  M 2 ˜ k1 t 0

Si tel n'est pas le cas, la résistance de la bride doit


relation dans laquelle : être vérifiée au moyen des règles C6.3.6 ou C6.3.7, la
db = Diamètre nominal du goujon résistance de la boulonnerie de l'assemblage étant véri-
fiée au moyen de la règle C6.1.6, moyennant les adapta-
R p vis = Valeur minimale garantie de la limite tions indiquées en C6.4.2.1c.
conventionnelle d’élasticité (voir
Note) à la température ambiante du
matériau du goujon
Rp bride = Valeur minimale garantie de la limite
conventionnelle d’élasticité (voir
Note) à la température ambiante du
matériau de la bride
Note : Limite conventionnelle d’élasticité à 1% pour les aciers austéni-
tiques, à 0,2% pour les autres matériaux.

862
CODAP 2005 Division 1 x Partie C – CONCEPTION ET CALCULS
Section C6 – RÈGLES DE CALCUL DES ASSEMBLAGES À BRIDES BOULONNÉES SOUMIS À UNE PRESSION INTÉRIEURE

a) Bride avec ou sans collerette assemblée par b) Bride sans collerette assemblée par
double soudure non pénétrante ou soudures à pleine pénétration.
à pénétration partielle.
Figure C6.6.1.1 - Brides inversées emmanchées-soudées.
(Les détails d’exécution des assemblages soudés sont précisés en FA1 – Dans le cas d'une bride assemblée par double
soudure non pénétrante ou à pénétration partielle, les dimensions minimales nécessaires des soudures sont celles
données pour le cas où la participation mécanique de l'enveloppe cylindrique est négligée.)

a) Bride à collerette tronconique. b) Bride à collerette cylindrique.


Figure C6.6.1.2 - Brides inversées à collerette soudée en bout ou monobloc avec l’enveloppe cylindrique.

863
CODAP 2005 Division 1 x Partie C – CONCEPTION ET CALCULS
Section C6 – RÈGLES DE CALCUL DES ASSEMBLAGES À BRIDES BOULONNÉES SOUMIS À UNE PRESSION INTÉRIEURE

C6.6.2.2 - Enveloppe cylindrique G = Diamètre du cercle sur lequel s’applique


L’épaisseur de l’enveloppe cylindrique doit satisfaire la force de compression du joint HG, défi-
à la règle C2.1.4. ni en C6.4.5

La zone d'influence du raccordement de l'enveloppe g1 = Epaisseur admise de la collerette d'une


cylindrique avec une autre enveloppe, un fond, une bride à colerette soudée en bout ou mono-
plaque tubulaire ou une autre bride peut s'étendre bloc avec l’enveloppe cylindrique à son
jusqu'à : raccordement avec le plateau

x l'extrémité de cette enveloppe si la bride est Pour une bride à collerette emmanchée-
emmanchée-soudée assemblée par double sou- soudée assemblée par double soudure non
dure non pénétrante ou à pénétration partielle, pénétrante ou à pénétration partielle :
g1 = 0.
x la face postérieure du plateau de la bride si la
bride est emmanchée-soudée assemblée par HD = Force résultant de l’action de la pression
soudures à pleine pénétration ou à collerette sur la surface du cercle de diamètre D
soudée en bout ou monobloc avec l'enveloppe HG = Force de compression du joint dans une
cylindrique. situation sous pression, définie en C6.4.6
Il est de même de la longueur d'enveloppe participant HT = Force résultant de l’action de la pression
à la résistance d'une ouverture proche de la bride (voir sur la surface annulaire comprise entre les
C5). cercles de diamètres G et D
C6.6.2.3 - Sollicitations La somme algébrique des forces HD , HG et HT et de la
Les règles du présent chapitre ne prennent en compte force HR définie en C6.4.6 est la force WP définie en
que l’action de la pression intérieure et des efforts exer- C6.4.6 (voir figure C6.6.5).
cés par les goujons.
hD = Différence entre les rayons du cercle de
Elles ne prennent pas en compte les efforts agissant perçage des trous de goujons et du cercle
sur l’enveloppe cylindrique. (voir Note) sur lequel s’applique la force HD
Note : L’annexe C6.A5 propose une méthode simplifiée de prise en
compte des ces efforts. hG = Différence entre les rayons du cercle de
perçage des trous de goujons et du cercle
C6.6.3 - Notations sur lequel s’applique la force de compres-
A = Diamètre extérieur de la bride sion du joint HG
B = Diamètre intérieur de la bride hT = Différence entre les rayons du cercle de
perçage des trous de goujons et du cercle
C = Diamètre du cercle de perçage des trous
sur lequel s’applique la force HT
de goujons
D = Diamètre intérieur de l’enveloppe cylin- Les distances hD , hG et hT ainsi que la distance hR
drique définie en C6.4.6 sont indiquées sur la figure C6.6.5.

dT = Diamètre à fond de filet des trous de gou- A


K = (C6.6.3.1)
jons B
E = Module d'élasticité du matériau de la bride kF = coefficient de correction de contrainte :
pour la situation considérée
x pour A d 1000 mm : kF 1
e = épaisseur admise du plateau de la bride
x pour 1000 mm < A < 2000 mm :
f = Contrainte nominale de calcul du matériau
de la bride pour la situation considérée 2 § A ·
kF ¨1  ¸ (C6.6.3.2)
fs = Contrainte nominale de calcul du matériau 3 ¨© 2000 ¸¹
de l’enveloppe cylindrique pour la situa-
4
tion considérée x pour A t 2000 mm : kF
3
Pour une bride à collerette monobloc
avec l’enveloppe cylindrique : fs = f.

864
CODAP 2005 Division 1 x Partie C – CONCEPTION ET CALCULS
Section C6 – RÈGLES DE CALCUL DES ASSEMBLAGES À BRIDES BOULONNÉES SOUMIS À UNE PRESSION INTÉRIEURE

k1 , k2 = Rigidités k, respectivement, de la bride et Le cordon de soudure plateau-enveloppe cylindrique


de l'élément auquel elle est assemblée sur la face arrière de la bride doit être considéré comme
(voir C6.6.5) une collerette tronconique (dont les dimensions g0, g1 et
lT = Profondeur des trous de goujons h sont définies par la figure C6.6.1.1b), sous réserve
que :
M1 ,
h et g 1  g 0 t MIN > 0,25g 0 , 5mm @
= Moments M relatifs, respectivement, à la
M2 bride et à l'élément auquel elle est assem-
blée (voir C6.6.5), pour la situation consi- Dans le cas contraire, ou si le cordon est usiné avec
dérée un rayon r satisfaisant à la condition C6.6.2.1d, la bride
n = Nombre de boulons doit être assimilée à une bride à collerette cylindrique.

P = Pression de calcul pour la situation sous C6.6.4.3 - Brides à collerette soudée en bout ou mo-
pression considérée nobloc avec l’enveloppe cylindrique

EY = ª3 K 2 ln K º
L’épaisseur utile de la collerette doit être au moins
« 1  Q  1  Q 2
1 6 égale à :
»
K 1 «¬ S S K  1 »¼
P˜D
es,0 (C6.6.4.3.1)
(formule C6.6.3.3) 2 fs  P
Le graphique C6.A3.6 donne les valeurs De plus, dans le cas d’une bride à collerette soudée
du coefficient EY pour Q = 0,3. en bout telle que :
Q = Coefficient de Poisson du matériau de la f < fs
bride
si la longueur l, définie par la figure C6.6.4.3, est telle
C6.6.4 - Considérations générales que :
C6.6.4.1 - Situations à étudier
l ! 0,2 A  eh,0 e h,0
La résistance de la bride ne doit être vérifiée que
pour chacune des situations sous pression définies en x l’épaisseur utile eh de la collerette, définie par
C6.4.4.
la figure C6.6.4.3, doit en outre être au moins
Cette disposition reste applicable lorsque, en applica- égale à l’épaisseur minimale théorique eh,0 don-
tion des dispositions de C6.6.2.1g, la vérification de la née par la formule :
résistance de la bride relève des règles C6.3.6 ou C6.3.7.
P˜A
e h,0 (C6.6.4.3.2)
C6.6.4.2 - Brides emmanchées-soudées sans collerette 2f  P
Une bride emmanchée-soudée sans collerette assem-
x si l’épaisseur utile de l’enveloppe cylindrique
blée par soudures à pleine pénétration (figure C6.6.1.1b)
doit être assimilée à une bride à collerette monobloc est < eh (figures C6.6.4.3.1a et 2a), l’épaisseur
avec l’enveloppe cylindrique. utile de la collerette à son extrémité peut être
inférieure à l’épaisseur minimale théorique eh,0,
pour autant que la longueur lh n’excède pas
0,2 A  eh,0 e h,0 .

865
CODAP 2005 Division 1 x Partie C – CONCEPTION ET CALCULS
Section C6 – RÈGLES DE CALCUL DES ASSEMBLAGES À BRIDES BOULONNÉES SOUMIS À UNE PRESSION INTÉRIEURE

1 - Brides à collerette tronconique. 2 - Brides à collerette cylindrique.


Figure C6.6.4.3 - Brides inversées à collerette soudée en bout.

866
CODAP 2005 Division 1 x Partie C – CONCEPTION ET CALCULS
Section C6 – RÈGLES DE CALCUL DES ASSEMBLAGES À BRIDES BOULONNÉES SOUMIS À UNE PRESSION INTÉRIEURE

C6.6.5 - Vérification de la résistance de la bride x pour une bride emmanchée-soudée sans


collerette assemblée par soudures à pleine
a) La contrainte maximale radiale dans le plateau est
pénétration ou une bride à collerette sou-
donnée par la formule :
dée en bout ou monobloc avec l’enveloppe
6M r cylindrique :
Vr
§ lT · 2 (C6.6.5a) C  A  g1
¨¨ S C  n ˜ d T e ¸¸ e hD (C6.6.5e3-2)
© ¹ 2
b) La contrainte maximale circonférentielle dans le Dans ce cas, la distance hD peut être positive
plateau est donnée par la formule : ou négative.
EY Mș  les distances hT et hG sont données par les for-
Vș 2
(C6.6.5b)
e B mules :

c) Le moment Mr est donné par la formule C6.6.5c1. 2C  D  G


hT (C6.6.5.e4)
4
Le moment MT est donné par la formule :
C G
hG (C6.6.5e5)
Mș M 2  M 1 k1 (C6.6.5c2) 2
k1  k 2
La distance hT peut être positive ou négative.
d) Le moment M1 est le moment M relatif à la bride
inversée, donné par la formule : f) Le moment M2 est le moment M relatif à l'élément
auquel est assemblée la bride inversée, donné par la
M H D ˜ hD  H T ˜ hT  H G ˜ hG (C6.6.5d) formule indiquée au tableau C6.6.5.
Le moment M peut être positif ou négatif. g) k1 est la rigidité k de la bride inversée, donnée par
la formule :
e) Dans les formules ci-dessus :
S
 les forces HD et HT sont données par les formu- k E ˜ e 3 ˜ ln K (C6.6.5g)
6
les :
h) k2 est rigidité k de l'élément auquel est assemblée
S
HD D2 ˜ P (C6.6.5e1) la bride inversée, donnée par la formule indiquée au
4 tableau C6.6.5.

HT
S
4
G 2  D 2 P (C6.6.5e2)
i) Pour chacune des situations sous pression étudiée,
les contraintes Vr et V T doivent satisfaire aux conditions
suivantes :
La force HT est toujours négative.
 la distance hD est donnée par les formules sui-
x Vr d f
vantes : x kF . V T d f
x pour une bride emmanchée-soudée avec
ou sans collerette assemblée par double
soudure non pénétrante ou à pénétration
partielle :
CD
hD (C6.6.5e3-1)
2
Dans ce cas, la distance hD est toujours néga-
tive.

C
ln
Mr
S
16
2 2

G  C C  G P  H G ˜ hG  M 2  M1
k1 B
k1  k 2 ln K
(C6.6.5c1)

867
CODAP 2005 Division 1 x Partie C – CONCEPTION ET CALCULS
Section C6 – RÈGLES DE CALCUL DES ASSEMBLAGES À BRIDES BOULONNÉES SOUMIS À UNE PRESSION INTÉRIEURE

Tableau C6.6.5 - Formules de calcul du moment M2 et de la rigidité k2.

Elément auquel est


Moment M2 Rigidité k2
assemblée la bride inversée

Bride normale C6.5.5d C6.5.5g

Fond plat boulonné C3.3.6.2e1 C3.3.6.2g1

Fond à calotte sphérique boulonné C3.4.6.2d C3.4.6.2g

Plaque tubulaire formant bride C7.A5.4f C7.A5.4h1

868
CODAP 2005 Division 1

1a - Bride emmanchée-soudée avec ou sans


collerette assemblée par double soudure non pé-
nétrante ou à pénétration partielle

1b - Bride emmanchée-soudée sans collerette


assemblée par soudures à pleine pénétration

2 - Bride à collerette soudée en bout ou monobloc


avec l’enveloppe cylindrique

Figure C6.6.5 - Forces s’exerçant sur une bride inversée dans une situation sous pression.
(Les forces WP, HG et HR et la distance hR sont définies en C6.4.6 - Sur cette figure, les distances hD et hT sont négatives)

869
CODAP 2005 Division 1 • Partie C – CONCEPTION ET CALCULS

3$57,(&
&21&(37,21(7&$/&8/6

$11(;(&$
87,/,6$7,21'(6$66(0%/$*