Vous êtes sur la page 1sur 61
S4.1S4.1 SOUDAGE – PREPARATION –CONTRÅLE - DMOS PROCEDES DE SOUDAGE 1) DÄfinition:
S4.1S4.1
SOUDAGE – PREPARATION
–CONTRÅLE - DMOS
PROCEDES DE SOUDAGE
1) DÄfinition:

Date:

Nom:

Le soudage consiste Ç assembler deux piÉces de mÄtal (A) en provoquant simultanÄment une fusion de leurs bords et en ajoutant d’un mÄtal d’apport ( il est dit hÄtÄrogÉne). AutogÅne : fusion du mÄtal de base et du mÄtal d’apport

hÄtÄrogÅne : le mÄtal de base n’est pas fondu, il n’y a que le mÄtal d’apport qui est fondu (soudobrasage, brasage)

ProcÄdÄs de soudage (norme NFE 04 021

2) Historique:

Soudage arc Älectrique avec Älectrode enrobÄe:

1811 : l'arc Älectrique fut mis en Ävidence par SIR Humphry Davy (UK) chimiste anglais qui dÄcouvrit la lampe de suretÄ pour mineur.

1855 : Nicolas de Bernados et Olzerski (RU)

mirent au point un procÄdÄ dans lequel l’arc

Älectrique Äclate entre une Älectrode de charbon et la piÉce Ç souder. La qualitÄ de soudure Ätait mÄdiocre.

piÉce Ç souder. La qualitÄ de soudure Ätait mÄdiocre. 1889 : Zerener (US) fit Äclater un
piÉce Ç souder. La qualitÄ de soudure Ätait mÄdiocre. 1889 : Zerener (US) fit Äclater un
piÉce Ç souder. La qualitÄ de soudure Ätait mÄdiocre. 1889 : Zerener (US) fit Äclater un

1889 : Zerener (US) fit Äclater un arc

Älectrique entre deux Älectrodes de charbon et en apportant du mÄtal d’apport. Ce procÄdÄ fut amÄliorer plus tard par WEIBEL.

1904, Oscar Kjellberg (SU), qui a crÄe ESAB, invente et brevÉte l’Älectrode enrobÄe.

1924 : Bernohod (FR) prÄsente le procÉde qui permet de faire fondre

une Älectrode fusible par un porte Älectrode.

1

Le soudage Ç l’Älectrode enrobÄe est actuellement le plus rÄpandu car ils existe une multitude d’Älectrodes (enrobage) qui permettent tous types d’assemblages dans diffÄrentes positions.

Soudage chalumeau OA

1901 : Picard et Foucher (FR) inventent le

chalumeau oxyacÄthylÄnique (mÄlange de

gaz oxygÉne et acÄtylÉne), qui permet de souder, braser. De nos jours le soudage oxyacÄthylÄnique n’est employÄ que par les chauffagistes ou dans des cas spÄciaux de fabrications Il est remplacÄ par le soudage MIG MAG qui permet de souder rapidement .

Soudage par points

1877 ELIHU TOMSON (US) invente le

procÄdÄ de soudage par rÄsistance

1919 David SCIAKY (US) met un brevet de

mise au point du soudage par rÄsistance ProcÄdÄ beaucoup utilisÄ dans l’industrie automobile pour le soudage des tÑles fines.

ProcÄdÄ MIG MAG

1924 : Alexandre (US) met au point un procÄdÄ

dans lequel un arc Älectrique Äclate dans une atmosphÉre protectrice entre un fil et la piÉce a souder. Cette invention Ätablit les rÉgles du procÄdÄ MIG qui dÄveloppera aprÉs la guerre de

du procÄdÄ MIG qui dÄveloppera aprÉs la guerre de Chalumeau soudeur 1940. 1949 : Al Muller,
Chalumeau soudeur
Chalumeau soudeur
MIG qui dÄveloppera aprÉs la guerre de Chalumeau soudeur 1940. 1949 : Al Muller, Glen Gibson
MIG qui dÄveloppera aprÉs la guerre de Chalumeau soudeur 1940. 1949 : Al Muller, Glen Gibson

1940.

1949

: Al Muller, Glen Gibson et Nelson

Anderson (US) mettent un brevet nommÄ Airco.

ProcÄdÄ TIG

1924 LANGMUR (US) obtient un brevet

dans lequel un arc Älectrique Äclate entre deux Älectrodes de tungstÉne sous une atmosphÉre d’hydrogÉne. Ce procÄdÄ fut appelÄ hydrogÉne atomique puis dÄrivera en TIG.

1941 Russell Meredith (US) invente le

procÄdÄ TIG.

Ce procÄdÄ fut appelÄ hydrogÉne atomique puis dÄrivera en TIG. 1941 Russell Meredith (US) invente le

2

3) Codification des soudures:

Afin de reconnaitre le type de soudage, une codification normalisÄe Ç ÄtÄ rÄalisÄe :

 

11

Soudage Ç l’arc avec Älectrode fusible sans protection gazeuse

111

Soudage É l’arc avec Älectrode enrobÄe

112

Soudage Ç l’arc par gravitÄ avec Älectrode enrobÄe

113

Soudage Ç l’arc au fil nu

114

Soudage Ç l’arc au fil fourrÄ

115

Soudage Ç l’arc au fil enrobÄ

118

Soudage Ç l’arc avec Älectrode couchÄe

12

Soudage Ç l’arc sous flux en poudre soudage a l’arc sous flux

Soudage Ç l’arc Älectrique

121

Soudage É l’arc sous flux en poudre avec fil Älectrode

122

Soudage Ç l’arc sous flux en poudre avec Älectrode en bande

13

Soudage Ç l’arc sous protection de gaz inerte avec fil Älectrode fusible

131

Soudage MIG soudage É l’arc sous protection de gaz inerte avec fil Älectrode fusible

135

Soudage MAG soudage É l’arc sous protection de gaz actif avec fil Älectrode fusible

 

136

Soudage Ç l’arc sous protection de gaz inert avec fil Älectrode fourrÄ

14

Soudage sous protection gazeuse avec Älectrode rÄfractaire

141

Soudage TIG soudage sous atmosphÅre inerte avec Älectrode de tungstÅne

149

Soudage Ç l’hydrogÉne atomique

15

Soudage au plasma

18

Autre procÄdÄ de soudage Ç l’arc

181

Soudage Ç l’arc avec Älectrode au carbone

185

Soudage Ç l’arc tournant

 

21

Soudage par point ( par rÄsistance)

Soudage par rÄsistance

22

Soudage Ç la molette

221

Soudage Ç la molette par recouvrement

225

Soudage Ç la molette avec feuillard

23

Soudage par bossage

24

Soudage par Ätincelage

25

Soudage en bout par rÄsistance pure

29

Autre procÄdÄ de soudage par rÄsistance

 

291

Soudage par rÄsistance Ç haute frÄquence

Soudage aux gaz

31

Soudage oxygaz

311

Soudage oxyacÄthylÄnique

312

Soudage oxypropane

313

Soudage oxydrique

32

Soudage aÄrogaz

321

Soudage aeroacÄthylÄnique

322

Soudage aÄropropane

Soudage par pression

41

Soudage par ultrason

42

Soudage par friction

43

Soudage Ç la forge

44

Soudage par haut Änergie mÄcanique

441

Soudage par explosion

46

Soudage par diffusion

47

Soudage aux gaz par pression

48

Soudage Ç froid

3

 

91

Brasage fort

911

Brasage fort par infrarouge

912

Brasage fort au gaz

913

Brasage fort au four

914

Brasage fort au trempÄ

915

Brasage fort au bain de sel

916

Brasage fort par induction

917

Brasage fort par ultrason

918

Brasage fort par rÄsistance

919

Brasage fort par diffusion

923

Brasage fort par friction

924

Brasage fort sous vide

93

Autres procÉdes de brasage fort

94

Brasage tendre

Brasage

941

Brasage tendre par infrarouge

942

Brasage tendre aux gaz

943

Brasage tendre au four

 

944

Brasage tendre au trempÄ

945

Brasage tendre au bain de sel

946

Brasage tendre par induction

947

Brasage tendre par ultrasons

948

Brasage tendre par rÄsistance

949

Brasage tendre par diffusion

951

Brasage tendre Ç la vague

952

Brasage tendre au fer

953

Brasage tendre par friction

954

Brasage tendre sous vide

96

Autres procÄdÄs de brasage tendre

97

Soudobrasage

971

Soudobrasage au gaz

972

Soudobrasage Ç l’arc

 

71

Soudage aluminothermique

72

Soudage sous laitier

Autres procÄdÄs de soudage

73

Soudage electrogaz

74

Soudage par induction

75

Soudage par radiation lumineuse

751

Soudage au laser

752

Soudage par image d'arc

753

Soudage par infrarouge

76

Soudage par faisceau d’Älectrons

77

Soudage Älectrique par percussion

78

Soudage des goujons

 

781

Soudage Ç l’arc des goujons

782

Soudage des goujons par rÄsistance

DESIGNATION DES SOUDURES
DESIGNATION DES SOUDURES

1) GÄnÄralitÄs :

Les plans de fabrication d’un ensemble soudÄ comporte souvent des indications graphiques particuliÉres relatives Ç l’exÄcution des soudures. Cette symbolisation graphique est normalisÄe suivant la norme NF EN 22553 de AoÖt 1994 et comporte plusieurs ÄlÄments symboliques.

2) ReprÄsentation normalisÄe des soudures :

Sur les dessins deux types de reprÄsentations sont utilisÄes :

A) ReprÄsentation simplifiÄe :

Elle utilise peu de symboles, elle est

rÄalisÄe Ç partir de triangle ou de vÄ noircis chaque fois que la vue correspond Ç une section droite du cordon (vue de face ou coupe) et par succession de petit trait curviligne dans les autre cas (vue de dessus).

petit trait curviligne dans les autre cas (vue de dessus). B) ReprÄsentation symbolique normes internationale :

B)

ReprÄsentation symbolique normes internationale :

Les cordons ne sont pas dessinÄs, seule la ligne du joint est reprÄsentÄe. La forme et les dimensions de la soudure sont indiquÄes sous forme d’une cotation composÄe d’une ligne repÉre, ou flÉche, et d’une ligne de rÄfÄrence portant une sÄrie de symboles et indication normalisÄes. Vous pouvez trouver sur le plan de fabrication des combinaisons de symboles ÄlÄmentaires pour une mÜme soudure.

Symbole ÄlÄmentaire Symbole supplÄmentaire Indication complÄmentaire Ligne d’identification Longueur intervalle
Symbole ÄlÄmentaire
Symbole supplÄmentaire
Indication
complÄmentaire
Ligne d’identification
Longueur intervalle
Longueur cordon
Nombre cordon
Dimension Äventuelle
Indication complÄmentaire
Joint soudÄ

5

Symbolisation complÄmentaire : Combinaison de symboles ÄlÄmentaire : Symboles ÄlÄmentaires : Reprise Ç l’envers

Symbolisation complÄmentaire :

Symbolisation complÄmentaire : Combinaison de symboles ÄlÄmentaire : Symboles ÄlÄmentaires : Reprise Ç l’envers
Symbolisation complÄmentaire : Combinaison de symboles ÄlÄmentaire : Symboles ÄlÄmentaires : Reprise Ç l’envers

Combinaison de symboles ÄlÄmentaire :

complÄmentaire : Combinaison de symboles ÄlÄmentaire : Symboles ÄlÄmentaires : Reprise Ç l’envers D’angle

Symboles ÄlÄmentaires :

Reprise Ç l’envers D’angle Bouchon ou entaille Par points En ligne continue avec recouvrement
Reprise Ç
l’envers
D’angle
Bouchon
ou entaille
Par points
En ligne
continue avec
recouvrement

Symbolisation supplÄmentaire :

Peut Ütre complÄtÄe par un symbole supplÄmentaire de forme de la surface extÄrieur de la soudure en prÄcisant sont aspect. L’absence de symbole indique que l’aspect n’est pas prÄcisÄ

de symbole indique que l’aspect n’est pas prÄcisÄ PrÄcise certaines conditions d’exÄcution de la
de symbole indique que l’aspect n’est pas prÄcisÄ PrÄcise certaines conditions d’exÄcution de la

PrÄcise certaines conditions d’exÄcution de la rÄalisation de la soudure

6

3) Exercices :

3) Exercices : :………………………… :………………………… :………………………… 20

:…………………………

3) Exercices : :………………………… :………………………… :………………………… 20

:…………………………

:………………………… :………………………… 20

:…………………………

20 :………………………………

21 :…………………………………

21 :………………………………… 6 :…………………………

6 :…………………………

6 :………………………… :……………………… 5

:………………………

5 :………………………………

150 :…………………………

150 :………………………… 50 :………………………………

50 :………………………………

:………………………………

135 :………………………………

135 :……………………………… Z : … … … … … … … … … …

Z :.

111 :…………………………………………………………

:…………………………………
:…………………………………

:…………………………………

:………………………………… :…………………………… Y : … … …

:……………………………

Y :

141 :…………………………………

7

PREPARATION DES JOINTS A SOUDER
PREPARATION DES JOINTS A
SOUDER

La piÉce doit Ütre prÄparÄe avant le soudage avec certaine rÉgles, qui peuvent Ütre Ätablie dans le DMOS. Les joints Ç souder doivent Ütre:

-Sans peinture, ni graisse, oxydation…. -Blanchis ( meule) Ävite les impuretÄs dans la soudure

Chanfrein

Talon 1.5 Ç 2mm Jeu3 Ç 4mm
Talon 1.5 Ç 2mm
Jeu3 Ç 4mm

Ep

Suivant l’Äpaisseur de la piÉce (minimum 5 mm):

-Un type de chanfrein appropriÄ (rÄaliser par; oxycoupage; usinage, meulage…) - Un talon ( de
-Un type de chanfrein appropriÄ (rÄaliser par; oxycoupage;
usinage, meulage…)
- Un talon ( de 1.5 Ç 2mm)
- Un jeu sont nÄcessaire pour une bonne pÄnÄtration (placer une
àme d’Älectrode en Äpingle sur les surfaces pour obtenir le jeu
appropriÄ)
Rond
Rond
Soudure
Rond
Rond
äpingle
äpingle

On placera des ronds (â est proportionnel au diamÄtre du tube ou de la masse de la piece),ils sont rÄpartit et soudÄs sur la pÄriphÄrie de la prÄparation. Ils doivent Ötre soudÄs É l’extÄrieur du chanfrein afin de ne pas abÜmÄ le talon de la prÄparation.

8

Types de prÄparations:

      



prÄparations:            Bord relevÄ  Bord

Bord relevÄ

Bord a bord avec ou sans jeu

Chanfrein Y

Chanfrein X avec talon

Tulipe ou U

Double tulipe ou double U

A clin

Chanfrein naturel

En angle

Exemple de rÄpartition des passes:

U  A clin  Chanfrein naturel  En angle Exemple de rÄpartition des passes: Exemples

Exemples de types de cordons:

U  A clin  Chanfrein naturel  En angle Exemple de rÄpartition des passes: Exemples

9

SECURITE LORS DU SOUDAGE
SECURITE LORS DU SOUDAGE

Lors du soudage des rÉgles de sÄcuritÄ doivent Ütre appliquÄes:

- Le poste doit avoir aucune anomalie (fil Älectrique, tuyau, poste,…) -Des rayons lumineux sont Ämis par l’arc de soudage et il peut aussi avoir des projections , c’est pour cela que l’on utilise des protections personnelles et collective , ainsi que de l’outillage :

EPI : Äquipement de protection individuelle

Protection

oculaire

Protection du visage

Lunette verre blanc (nettoyage)
Lunette
verre blanc
(nettoyage)
Cagoule Masque Cagoule Cagoule É É cellule cellule avec respirateur Protection du corps Protection auditive
Cagoule
Masque
Cagoule
Cagoule É
É
cellule
cellule avec
respirateur
Protection du corps
Protection auditive
Casque
Cáte de
Veste
Tablier
Bouchons
anti-
travail
en cuir
en cuir
d’ oreilles
bruit
anti- travail en cuir en cuir d’ oreilles bruit Protection des mains Gant en cuir É

Protection

des mains

cuir en cuir d’ oreilles bruit Protection des mains Gant en cuir É manchette Protection des

Gant en

cuir É

manchette

Protection des pieds

bruit Protection des mains Gant en cuir É manchette Protection des pieds Chaussure de sÄcuritÄ GuÖtre

Chaussure

de

sÄcuritÄ

GuÖtre

10

Outillage Pince Brosse Marteau mÄtallique É piquer
Outillage
Pince
Brosse
Marteau
mÄtallique
É piquer

- Le verre de soudage doit Ütre adaptÄ a votre travail

- Le verre de soudage doit Ütre adaptÄ a votre travail -Un rÄglage appropriÄ de l’intensitÄ

-Un rÄglage appropriÄ de l’intensitÄ et ou du dÄbit de gaz

- PrÄparer votre poste de travail pour travailler dans la meilleur position

- Installer les protections collectives :

Protections collectives

les protections collectives : Protections collectives A spiration Ecran protecteur - Ventiler votre zone de

Aspiration

collectives : Protections collectives A spiration Ecran protecteur - Ventiler votre zone de travail contre

Ecran

protecteur

: Protections collectives A spiration Ecran protecteur - Ventiler votre zone de travail contre les risques

- Ventiler votre zone de travail contre les risques d’intoxication

- Nettoyer et ranger votre poste de travail

- Ventiler votre zone de travail contre les risques d’intoxication - Nettoyer et ranger votre poste
- Ventiler votre zone de travail contre les risques d’intoxication - Nettoyer et ranger votre poste

11

Gaz de protection en soudage
Gaz de protection en soudage

Suivant les fabricants les mÄlanges gazeux portent un nom diffÄrents, mais la composition ne change pas

Ar = argon

He = hÄlium

Oã = dioxygÉne

COã = dioxyde de carbone

Nã=di azote

mais la composition ne change pas Ar = argon He = hÄlium Oã = dioxygÉne COã
mais la composition ne change pas Ar = argon He = hÄlium Oã = dioxygÉne COã

12

PROCEDE 21 Soudage par point par rÇsistance
PROCEDE 21
Soudage par point par rÇsistance

1) Principe :

Les piÉces Ç souder sont superposÄes et sont serrÄes localement entre deux Älectrodes en alliage de cuivre. L'ensemble piÉces / Älectrodes est traversÄ par un courant de soudage qui provoque une ÄlÄvation de tempÄrature par effet Joule et la fusion localisÄe des deux piÉces dans la zone de positionnement des deux Älectrodes.

piÉces dans la zone de positionnement des deux Älectrodes. Le cycle est rÄalisÄ en 4 temps
piÉces dans la zone de positionnement des deux Älectrodes. Le cycle est rÄalisÄ en 4 temps

Le cycle est rÄalisÄ en 4 temps :

- Accostage de la piÉce

- Soudage (intensitÄ ampÉres)

- Maintien (temps en seconde)

- Temps mort entre deux points

- Maintien (temps en seconde) - Temps mort entre deux points La distance minimale entre le

La distance minimale entre le point de soudure et le bord de la piÉce env 2 fois l'Äpaisseur + 4 mm Les points doivent Ütre sÄparÄs par 3 fois le diamÉtre du point de soudure

Ütre sÄparÄs par 3 fois le diamÉtre du point de soudure Pour un bon soudage les

Pour un bon soudage les tÑles doivent Ütre propre sans peinture, rouille, calamine, puis dÄcapÄes ou meulÄes.

Pour contrÑler un bon soudage rÄaliser un dÄboutonnage de la piÉce.

2) Utilisations;

- RapiditÄ d'exÄcution

- Limitation des dÄformations

- Absence de prÄparation des bords Ç souder

- PossibilitÄ d'automatisation

-Assemblage uniquement par recouvrement

-

äpaisseur soudÄe limitÄe Ç la puissance de la machine

3) MatÄriaux concernÄs;

- Permet le soudage de diffÄrents mÄtaux comme l’acier, l’inox, l’aluminium…

4) Poste - Älectrode;

Toutes les machines sont faites sur le mÜme principe, on a deux Älectrodes (une fixe, l’autre mobile) en alliage de cuivre, refroidies par un circuit d’eau. Les machines peuvent Ütre : portatives, Fixes

d’eau. Les machines peuvent Ütre : portatives, Fixes Le diamÉtre de contact de l'Älectrode doit Ütre
d’eau. Les machines peuvent Ütre : portatives, Fixes Le diamÉtre de contact de l'Älectrode doit Ütre
d’eau. Les machines peuvent Ütre : portatives, Fixes Le diamÉtre de contact de l'Älectrode doit Ütre

Le diamÉtre de contact de l'Älectrode doit Ütre d'environ 2 fois l'Äpaisseur de la piÅce É souder + 3 mm et sont chanfreinÄes (angle de 120Ä)

PROCEDE 97 Soudobrasage
PROCEDE 97
Soudobrasage

1) Principe :

Le soudobrasage est un procÉde de soudage hÄtÄrogÉne c’est l’assemblage de deux mÄtaux de nature identique ou diffÄrentes par l’utilisation d’un mÄtal d’apport (laiton) dont le point de fusion est inferieur Ç celui des deux autres. On utilise un d’un chalumeau oxyacÄtylÄnique afin d’apporter une chaleur entre 700 et 900 åC. Le mÄtal d’apport accompagnÄ d’un flux dÄcapant qui sera fondu afin d’obtenir un bon mouillage. Les surfaces doivent Ütre propre et d’une certaine rugositÄ afin que la soudure accroche sur les bords Ç souder.

RÄglage du dÄbit de la buse :

- Bord É bord : 50 Ç60 l/h par mm d’Äpaisseur. - En angle : 75 Ç 80 l/h par mm d’Äpaisseur

Accrochage intergranulaire

Ç 80 l/h par mm d’Äpaisseur Accrochage intergranulaire Choix du mÄtal d’apport: Le diamÉtre sera de
Ç 80 l/h par mm d’Äpaisseur Accrochage intergranulaire Choix du mÄtal d’apport: Le diamÉtre sera de

Choix du mÄtal d’apport: Le diamÉtre sera de 2 mm jusqu’Ç des Äpaisseurs Ç souder de l ’ordre de 3mm, au dessus, le diamÉtre sera Ägale au 3/4 de l’Äpaisseur.

Il existe aussi d’autre technique de brasage qui varient suivant la chaleur en åC et le mÄtal d’apport:

- Brasage fort 91 : tempÄrature de fusion de 400 Ç 600åC,

soudage cuivre, zinc, laiton, acier, inox,

- Brasage tendre 94 : tempÄrature de fusion de infÄrieure Ç

450åC, Cuivre, laiton, bronze, zinc, plomb

2) Utilisations;

-RÄparations de piÉces - Assemblage de mÄtaux diffÄrent - Moins de dÄformation que le soudage 0A tempÄrature de fusion moins ÄlevÄe

- Assemblage de mÄtaux diffÄrent - Moins de dÄformation que le soudage 0A tempÄrature de fusion

3) MatÄriaux concernÄs;

- Permet le soudage de diffÄrents mÄtaux comme l’acier, l’inox,, acier galvanisÄs, l’aluminium, fonte, cuivre…

4) Produit d’apport – gaz - matÄriel;

Gaz:

L’acÄtylÅne: ogive marron, tuyau rouge, pression de la bouteille 15 bar, pression d’utilisation 0.2 Ç 0.8 bar. Il est obtenu par rÄaction de l’eau sur du carbure de calcium. L’oxygÅne: ogive blanche, tuyau bleu, pression de la bouteille 200 bar, pression d’utilisation 1 Ç 2.5 bar Il est obtenu par liquÄfaction de l’air.

Le mÄtal en laiton (cuivre + zinc) baguette de fil de â 2 mm Ç â 4,0 mm, qui peut Ütre recouvert d’un flux poudre dÄcapante ou bien le dÄcapant est Ç cotÄ et se retrouve sous diffÄrentes formes : liquide, en poudre, en gaz.

dÄcapante ou bien le dÄcapant est Ç cotÄ et se retrouve sous diffÄrentes formes : liquide,
PROCEDE 111 Soudage É l’arc Çlectrique avec Çlectrode enrobÇe
PROCEDE 111
Soudage É l’arc Çlectrique avec Çlectrode
enrobÇe

1) Principe :

l’arc Çlectrique avec Çlectrode enrobÇe 1) Principe : Le procÄdÄ de soudage Ç l ’arc Älectrique
l’arc Çlectrique avec Çlectrode enrobÇe 1) Principe : Le procÄdÄ de soudage Ç l ’arc Älectrique

Le procÄdÄ de soudage Ç l ’arc Älectrique avec Älectrodes enrobÄes SAEE (111) est un soudage autogÉne qui consiste Ç mettre en fusion les piÉces Ç souder par une trÉs haute tempÄrature fournie par l’arc Älectrique (au moins 3000 å) et d’apporter un mÄtal d’apport de mÜme nature que la piÉce Ç souder (c'est le rÑle de l'àme de l'Älectrode)

IntensitÄ de soudage Ç plat:

IntensitÄ en ampÅres = 50 X ( de l’Älectrode - 1)

IntensitÄ de soudage en angle:

IntensitÄ en ampÅres =50 X (de l’Älectrode-1)+20%

2) Utilisations;

- äconomique (car beaucoup utiliser)

- Souder dans diffÄrents lieux (atelier ou chantier) et diffÄrentes positions

- Grande rÄsistance des soudures

- Souder dans diffÄrents lieux (atelier ou chantier) et diffÄrentes positions - Grande rÄsistance des soudures

17

3) MatÄriaux concernÄs;

- Permet le soudage de diffÄrents mÄtaux comme l’acier, l’inox, la fonte, l’aluminium…

4) Produit d’apport - matÄriel:

Les Älectrodes ont diffÄrent types d’enrobages, leurs utilisation et le diamÉtre (1.6 Ç 8mm) est choisis suivant le travail Ç rÄaliser, en voici quelques une:

-Rutile (R) ou enrobage rutile Äpais (RR) : pour les travaux courant. -Basique (B) pour les travaux relevant des caractÄristiques mÄcaniques (elle sont ÄtuvÄes). - Cellulosique (C) pour les soudures Ç forte pÄnÄtration en position descendante (travail pipeline).

Les plus utilisÄes seront l’Älectrode rutile et basique

 

Rutile

Basique

Laitier

Se dÄtache facilement.

Facile Ç enlever, peu abondant, aspect vitreux.

QualitÄ

TrÉs bonne.

Excellente. TrÉs rÄsistant Ç la fissuration.

Utilisation

Tous travaux courants.

Travaux de qualitÄ et/ou en position.

PolaritÄ

NÄgative -

Positive + sauf pour la pÄnÄtration -

Travaux de qualitÄ et/ou en position. PolaritÄ NÄgative - Positive + sauf pour la pÄnÄtration -
Travaux de qualitÄ et/ou en position. PolaritÄ NÄgative - Positive + sauf pour la pÄnÄtration -

Etuves

Travaux de qualitÄ et/ou en position. PolaritÄ NÄgative - Positive + sauf pour la pÄnÄtration -

18

PROCEDE 121 Soudage É l’arc sous flux solide avec fil Çlectrode
PROCEDE 121
Soudage É l’arc sous flux solide avec fil Çlectrode
121 Soudage É l’arc sous flux solide avec fil Çlectrode 1) Principe : Le soudage É
121 Soudage É l’arc sous flux solide avec fil Çlectrode 1) Principe : Le soudage É

1) Principe :

Le soudage É l'arc sous flux solide Älectro-conducteur est rÄalisÄ Ç partir d'un arc Älectrique crÄÄ et entretenu entre le fil Älectrode d'apport de mÄtal dÄvidÄ Ç une vitesse constante et la piÉce Ç souder. Un dÄpÑt continue de flux en poudre (parfaitement ÄtuvÄ et de granulomÄtrie homogÉne) recouvre l'extrÄmitÄ du fil Älectrode et la piÉce Ç souder. L'arc de soudage et le bain de fusion sont non visibles pendant le soudage. L'Änergie calorifique de l'arc fait fondre localement la piÉce Ç assembler. AprÉs refroidissement le flux en poudre se solidifie et recouvre le cordon de soudure se transformant en laitier solidifiÄ protecteur. Le flux en poudre non fondu est rÄcupÄrÄ Ç l'aide d'un aspirateur et recyclÄ aprÉs tamisage.

Le procÄdÄ de soudage est essentiellement utilisÄ en installation automatique. La tÜte de soudage est reliÄe au gÄnÄrateur de soudage Ç sa borne positive, sont courant est continu (intensitÄs infÄrieures Ç 1000 ampÉres). Le courant peut Ütre alternatif dans certains cas (intensitÄs supÄrieures Ç 1000 ampÉres).

19

2) Utilisations;

- En chaudronnerie, charpente mÄtallique…

- Grande vitesse de soudage (40 centimÉtres Ç 2 mÉtres / minute)

- PÄnÄtration trÉs importante, trÉs bel aspect du cordon

- Taux de dÄpÑt de 3 Ç 10 kilogrammes par heure

- Pas de prÄparation de chanfrein dans certains cas

- Limitation des dÄformations

- Arc non visible - Confort de l'opÄrateur (pas d'Ämission de rayons U.V.)

- Aucune Ämission de fumÄes

- Large gamme d'Äpaisseur et d'application

- Bonnes qualitÄs de joint et bonnes caractÄristiques mÄcaniques

3) MatÄriaux concernÄs;

- Permet le soudage de diffÄrents aciers : acier alliÄ acier inoxydable, acier rÄfractaire.

4) Produit d’apport - matÄriel :

Les flux sont composÄs d'oxydes de manganÉse, de silicates complexes de chaux, d'alumine. Ils sont utilisÄs sous forme de granulÄs calibrÄs obtenus par concassage ou frittage. La granulomÄtrie est plus ou moins fine et varie en fonction de la forme du joint et de l'intensitÄ de soudage. Le mÄtal d’apport est en bobine, le diamÉtre varie suivant les utilisations (de â 1,2 Ç â 8 mm).

de soudage. Le mÄtal d’apport est en bobine, le diamÉtre varie suivant les utilisations (de â
PROCEDE 131 - 135 MÇtal Inert Gas – MÇtal Active Gas
PROCEDE 131 - 135
MÇtal Inert Gas – MÇtal Active Gas

1) Principe :

- 135 MÇtal Inert Gas – MÇtal Active Gas 1) Principe : Un arc Älectrique jaillit

Un arc Älectrique jaillit entre la piÉce Ç souder et l ’Älectrode en fil fusible ; il provoque la fusion du mÄtal pendant qu ’un jet de gaz protÉge l’Älectrode et le bain de fusion.

ParamÉtres influent sur le soudage:

et le bain de fusion. ParamÉtres influent sur le soudage: voir annexe U = la tension

voir annexe U = la tension de l’arc en volts V, c'est elle qui conditionne le rÄgime de transfert

I = l’intensitÄ de l’arc en ampÅres A, elle est fonction de la vitesse de dÄvidage du fil

v = vitesse du fil , elle doit Ütre ÄquilibrÄe avec la vitesse de fusion du fil. Cet Äquilibre se rÄalise en fonction du diamÉtre du fil et

2) Utilisations; de l’intensitÄ affichÄe.

Suivant la tension et l’ampÄrage le transfert de mÄtal (formation de la goutte de mÄtal) peut variÄ : Court-circuit, Globulaire, PulvÄrisation axiale.

2) Utilisations:

Forte productivitÄ par rapport Ç l'ARC E.E. et le TIG

-

productivitÄ par rapport Ç l'ARC E.E. et le TIG - - Grande vitesse de soudage -

- Grande vitesse de soudage

- Taux de dÄpÑt de mÄtal important

- Pas de laitier Ç dÄcrasser

- Large gamme d'Äpaisseur

-Soudage dans toutes les positions

- ProcÄdÄ automatisable et utilisable en robotique

3) MatÄriaux concernÄs:

- 131: MIG MÄtal Inert Gas : les aciers inoxydable, aluminium, cuivre…

- 135: MAG - MÄtal Active Gas : aciers ordinaire.

4) Produit d’apport – gaz - matÄriel:

Le mÄtal d’apport est en bobine, le diamÉtre varie suivant les utilisations (de â 0.6 Ç â 2.4 mm). Il peut Ütre fourrÄ laissant un laitier sur la soudure (absence de gaz);

fourrÄ laissant un laitier sur la soudure (absence de gaz); Suivant le procÄdÄ le gaz est

Suivant le procÄdÄ le gaz est diffÄrent, le dÄbit varie de 10 É 30 litres/minute :

- 131 : Argon pur, Argon + HÄlium, …

- 135 : Argon + CO2, Argon + O2,…

Argon + HÄlium, … - 135 : Argon + CO2, Argon + O2,… DÄtail d’une torche

DÄtail d’une torche :

Tube

contact Buse Ressort de Diffuseur maintien de gaz Gâchette
contact
Buse
Ressort de
Diffuseur
maintien
de gaz
Gâchette
+ CO2, Argon + O2,… DÄtail d’une torche : Tube contact Buse Ressort de Diffuseur maintien

22

ABAQUE REGLAGE PROCEDE 135 MAG

MATIERE : ACIER S235 ECART ENTRE LA BUSE ET LA PIECE : 7 A 15 mm DEBIT DE GAZ : 12 A 18 l/min

VITESSE DU TENSION DE INTENSITE DE VITESSE DE EPAISSEUR DE Å DU TYPE DE JOINTS
VITESSE DU
TENSION DE
INTENSITE DE
VITESSE DE
EPAISSEUR DE
Å DU
TYPE DE JOINTS
FIL
SOUDAGE
SOUDAGE
SOUDAGE
LA TÇLE
FIL
(m/min)
(V)
(A)
cm/min
1
0.8
3
Ä 4
17.5
70
30
1.2
0.8
4
Ä 4.5
17.75
75
28
BORD Ä BORD
1.5
1
4
Ä 4.5
18
80
28
E
2
1
4.5
Ä 5
18.25
85
28
jeu
3
Ä 4
1
5.5
Ä 6.5
19.5
110
28
5
Ä 6
1
7
23
180
28
1
0.8
4.5
Ä 5
18
80
45
ANGLE
INTERIEUR
2
1
3
Ä 4
19
100
40
3
1
4
Ä 4.5
23
180
30
4
1
4.5
Ä 5.5
24
200
26
5
1
6
Ä 7
26.5
250
25
6
1
7
Ä 8
28
280
20
1 Ä 1.5
0.8
2
Ä 3
18
80
40
ANGLE
EXTERIEUR
2
0.8
4
Ä 5
18.5
90
35
3
1 4.5
Ä 5.5
20
120
30
4
Ä 5
1 5
Ä 6
24
200
30
6
1 6
Ä 7
25
220
25
8
1 7
Ä 8
28
280
25
PROCEDE 141 Tungsten Inest Gas
PROCEDE 141
Tungsten Inest Gas

1) Principe :

TIG (Tungsten Inert Gas) est un procÄdÄ Ç l'arc sous protection de gaz inerte avec une Älectrode infusible (tungstÉne). Le soudage est rÄalisÄ Ç partir d'un arc Älectrique crÄÄ et entretenu entre l'Älectrode infusible de tungstÉne et la piÉce Ç souder. Le mÄtal d'apport, baguette de fil est amenÄ manuellement dans le bain de fusion, il peut Ütre automatisÄ. L'Änergie calorifique de l'arc fait fondre localement la piÉce Ç assembler et le fil d'apport pour constituer le bain de fusion et aprÉs refroidissement le cordon de soudure.

de fusion et aprÉs refroidissement le cordon de soudure. Une variante existe appelÄe TIG FORCE, sa
de fusion et aprÉs refroidissement le cordon de soudure. Une variante existe appelÄe TIG FORCE, sa
de fusion et aprÉs refroidissement le cordon de soudure. Une variante existe appelÄe TIG FORCE, sa

Une variante existe appelÄe TIG FORCE, sa pÄnÄtration peut souder des piÉces en une fois. La torche Ç une 2eme arrivÄe de gaz dans la buse.

Le bain de fusion est protÄgÄ de l'atmosphÉre externe par un cÑne invisible de gaz. Une protection supplÄmentaire (protection envers) est nÄcessaire pour les aciers inoxydable, titane, … Elle Ävite le rochage, c’est un noircissement et croute de la soudure (ex traçnard, chambrage, )

titane, … Elle Ävite le rochage, c’est un noircissement et croute de la soudure (ex traçnard,
titane, … Elle Ävite le rochage, c’est un noircissement et croute de la soudure (ex traçnard,

24

2) Utilisations:

TIG:

- Simple d'emploi

-Travail fin et prÄcis

- Large gamme d'Äpaisseur

-TrÉs bonnes qualitÄs de joint et

bonnes caractÄristiques mÄcaniques

- Soudage dans toutes les positions -ProcÄdÄ automatisable

TIG FORCE (les plus du TIG) - AmÄlioration de la productivitÄ et de la pÄnÄtration -Soudage 1 passe bord Ç bord sans prÄparation jusqu'Ç 6 mm - Diminution de la consommation de mÄtal d'apport et dÄformations

3) MatÄriaux concernÄs:

Suivant le type de courants Älectrique :

- Courant continu : symbole DC : Aciers ordinaire, aciers inoxydable, cuivre, titane… - Courant alternatif symbole ~ AC : aluminium

4) Produit d’apport – gaz – matÄriel:

AC : aluminium 4) Produit d’apport – gaz – matÄriel: - Un gÄnÄrateur Älectrique fournit le

- Un gÄnÄrateur Älectrique fournit le courant continu ou alternatif

(intensitÄ de 5 Ç 300 A) rÄglages suivant â du fil, la position de soudage, le type d'assemblage, matiÉre. La polaritÄ de l'Älectrode est toujours nÄgative en courant continu (polaritÄ directe).

- Les Älectrodes de tungstÉne sont codifiÄes suivant leur

composition: ex TungstÉne pur pour acier(extrÄmitÄ verte) TungstÉne thoriÄ aluminium (extrÄmitÄ rouge). Le diamÉtre varie de â 0,8 mm Ç â 4,0 mm) suivant l’intensitÄ de travail

- Le diamÉtre du mÄtal d’apport suivant la nature du mÄtal de base varie de â 0,8 mm Ç â 8 mm

- Le dÄbit du gaz de protection est de 5 Ç 25 litres/minute. Soit pur ou en mÄlange :Argon, Argon + HÄlium, Argon + H2, … suivant le type de matÄriaux Ç souder.

Soit pur ou en mÄlange :Argon, Argon + HÄlium, Argon + H2, … suivant le type
Soit pur ou en mÄlange :Argon, Argon + HÄlium, Argon + H2, … suivant le type
Soit pur ou en mÄlange :Argon, Argon + HÄlium, Argon + H2, … suivant le type

25

ABAQUE REGLAGE PROCEDE 141 TIG

ABAQUE REGLAGE PROCEDE 141 TIG 26

26

PROCEDE 311 OxyacÇthylÇnique
PROCEDE 311
OxyacÇthylÇnique
PROCEDE 311 OxyacÇthylÇnique 1) Principe : Le procÄdÄ de soudage oxyacÄtylÄnique OA (311) est un soudage

1) Principe :

Le procÄdÄ de soudage oxyacÄtylÄnique OA (311) est un soudage Ç la flamme autogÉne. Il est rÄalisÄ Ç partir de la chaleur d'une flamme nÄe de la combustion d'un gaz combustible (acÄtylÅne) et d’un gaz comburant (l’oxygÅne). La tempÄrature de la flamme peut atteindre les 3200å Celsius. Le mÄtal d'apport est amenÄ manuellement dans le bain de fusion. Le dÄbit d'un chalumeau soudeur s'exprime en litres d'acÄtylÉne par heure

RÄglage du dÄbit de la buse :

100l/h par millimÉtre d’Äpaisseur (Ç plat) 125l/h par millimÉtre d’Äpaisseur (angle intÄrieur) 75l/h par millimÉtre d’Äpaisseur (angle extÄrieur)

Choix du mÄtal d’apport: Äpaisseur de la tÑle e + 1 mm

2) Utilisations;

-TÑle fine

- Tube de petit diamÉtre (chauffagiste)

- Facile de dÄplacer le poste sur un chantier

- DÄformation importante

- TrÉs onÄreux et lent

- Il est maintenant remplacer par les procÄdÄs de soudage Ç l’arc Älectrique

3) MatÄriaux concernÄs;

- Permet le soudage de diffÄrents mÄtaux comme l’acier, la fonte, l’aluminium, le cuivre…

4) Produit d’apport – gaz – matÄriel:

Gaz:

L’acÄtylÅne: ogive marron, tuyau rouge, pression de la bouteille 15 bar, pression d’utilisation 0.2 Ç 0.8 bar. Il est obtenu par rÄaction de l’eau sur du carbure de calcium. L’oxygÅne: ogive blanche, tuyau bleu, pression de la bouteille 200 bar, pression d’utilisation 1 Ç 2.5 bar Il est obtenu par liquÄfaction de l’air.

1 Ç 2.5 bar Il est obtenu par liquÄfaction de l’air. Les buses sont composÄes d’un
1 Ç 2.5 bar Il est obtenu par liquÄfaction de l’air. Les buses sont composÄes d’un

Les buses sont composÄes d’un orifice calibrÄ de sortie du mÄlange gazeux. Ce dÄbit peut varier de 5 Ç 5000 litres par heure.

gazeux. Ce dÄbit peut varier de 5 Ç 5000 litres par heure. Le mÄtal d'apport suivant
gazeux. Ce dÄbit peut varier de 5 Ç 5000 litres par heure. Le mÄtal d'apport suivant

Le mÄtal d'apport suivant la nature du mÄtal de base (baguette de fil de â 0,8 mm Ç â 4,0 mm)

Comparatif des procÇdÇs
Comparatif des procÇdÇs

ProcÄdÄ

Gaz

 

Arc Älectrique

OA

Soudobrasage

Electrode

MIG MAG

TIG

enrobÄe

Fusion

La flamme crÄe un bain de mÄtal en fusion

La flamme chauffe le mÄtal de base et fond le mÄtal d’apport

Sous l’effet de l’arc Älectrique, le mÄtal de base est fondu, il y a formation d’un bain de fusion

du mÄtal

311

97

111

MIG 131

141

procÄdÄ

MAG 135

Protecti

Le rÄglage de la flamme neutre isole, protÉge le mÄtal et le mÄtal d’apport fondu

L’enrobage fondu crÄe une protection gazeuse du mÄtal en fusion

Le gaz de protection actif MAG (argon+Coã) ou inerte 131 (argon pur) protÉge le bain de fusion et la zone de mÄtal fondu

Le gaz inerte (argon) protÉge le bain de fusion et la zone de mÄtal fondu

on du

mÄtal

fondu

 

Apport

Baguette de

Baguette de

Une Älectrode

Une Älectrode

Baguette

de mÄtal

mÄtal d’apport

mÄtal d’apport

fusible (fil)

de mÄtal

en laiton

d’apport

Sens de

De droite Ç gauche

De droite Ç gauche

De gauche Ç droite

De droite Ç gauche en poussant

De droite Ç gauche

soudage

Ç plat

       

MÄtal Ç

Acier, fonte,

Acier, acier

Acier, inox, fonte, aluminium

Acier, inox,

Acier,

souder

aluminium,

galvanisÄ,

fonte,

inox,

cuivre

aluminium,

 

aluminium,

fonte,

cuivre, fonte

cuivre

aluminium,

cuivre,

titane

Rentabili

Lent et trÅs couteux

Lent, moins

Soudure de trÅs bonne qualitÄ

ProcÄdÄ

TrÅs haute

tÄ du

de

rapide

qualitÄ

procÄdÄ

 

dÄformation

 

que le

procÅde OA

Traitements thermiques TTH et mÇtallurgie
Traitements thermiques TTH et
mÇtallurgie

On appelle traitements thermiques les opÄrations de chauffage et refroidissement des aciers Ç des tempÄratures bien dÄfinies dans des temps dÄterminÄs.

La trempe consiste Ç d’augmenter la duretÄ d’un mÄtal, en le chauffant Ç une tempÄrature et en le refroidissant plus ou moins rapidement.

Le revenu est effectuer obligatoirement aprÉs une trempe, il a pour but de diminuer la fragilitÄ du mÄtal trempÄ en lui rendant une certaine ÄlasticitÄ tout en lui conservant sa duretÄ.

Le recuit consiste Ç chauffer un mÄtal pour lui rendre les propriÄtÄs qu'il avait perdu lors de traitements antÄrieurs (trempe, recuit, soudure, etc…). Il y a diffÄrent type de recuit:

- Recuit d’homogÄnÄisation : il se pratique sur les aciers brute de coulÄe

- Recuit de rÄgÄnÄration : il a pour but d’affiner le grain de l’acier.

- Recuit d’adoucissement : il a pour but de supprimer les effets de la trempe d’un acier et d’en faciliter l’usinage

- Recuit de recristallisation : il a pour but de supprimer

l’Äcrouissage de l’acier, qui commence a disparaçtre vers 200åC. La tempÄrature de chauffe dÄpends de la composition et du taux d’Äcrouissage de l’acier.

de la composition et du taux d’Äcrouissage de l’acier. 30 Le diagramme de Shaeffler : est

30

Le diagramme de Shaeffler : est utilisÄ pour :

-choisir un mÄtal d’apport adaptÄ, garant de bonnes qualitÄs

- d’apprÄcier la structure de la zone fondue

-d’apprÄhender les diffÄrents risques mÄtallurgiques lors d’un assemblage soudÄ.

Le diagramme fer carbone est utilisÄ pour comprendre la transformation molÄculaire des aciers et fontes lors des traitements thermiques.

Il fait apparaçtre les deux grandes familles de mÄtaux ferreux :

- les aciers (entre 0,008 % et 1,7 % C) - les fontes (de 1,7 % Ç 6,67 % C).

0,008 % et 1,7 % C) - les fontes (de 1,7 % Ç 6,67 % C).

ZAT : Lors du soudage un traitement thermique s’effectue autour de la soudure , cette zone s’appelle la ZAT ( zone affectÄe thermiquement). Les fissures ou cassures se retrouvent soit dans la soudure ou Ç cotÄ de la ZAT.

( zone affectÄe thermiquement) . Les fissures ou cassures se retrouvent soit dans la soudure ou
DEFORMATIONS ET DEFAUTS DES SOUDURES
DEFORMATIONS ET DEFAUTS DES
SOUDURES

1) DÄformations des soudures:

ET DEFAUTS DES SOUDURES 1) DÄformations des soudures: Lors du soudage des dÄformations peuvent apparaçtre, donc
ET DEFAUTS DES SOUDURES 1) DÄformations des soudures: Lors du soudage des dÄformations peuvent apparaçtre, donc
ET DEFAUTS DES SOUDURES 1) DÄformations des soudures: Lors du soudage des dÄformations peuvent apparaçtre, donc

Lors du soudage des dÄformations peuvent apparaçtre, donc il faut alterner

les soudures pour Äviter Ç la piÉce de travailler, mais on peux aussi brider la piÉce ou la prÄ dÄformer. Il faut aussi tenir compte du retrait de soudage lorsqu'il y a un jeu, il est de é du jeu de soudage. On peut aussi brider la piÉce

(clame, pontet, boulonnage,

)

Si une dÄformation se produit on utilisera diffÄrentes mÄthodes de redressage:

- Marteler la soudure

- Redresser la piÉce Ç la presse

- Chaude de retrait (chauffer au chalumeau la zone et refroidir

brusquement (eau, air) attention au type de matÄriaux (cause de trempe, fissuration…)

On peut aussi associer les mÄthodes (ex: chauffe et martelage)

2) DÄfauts des soudures:

Ils sont du : Ç la matiÉre Ç souder, au mauvais paramÉtres lors du soudage (rÄglage, avance, protection gazeuse, …) et aux techniques de soudage non maitrisÄ (position, avance irrÄguliÉre trop rapide ou trop lente . Ils se prÄsentent en six groupes:

Groupe 1 : Fissures - A chaud : refroidissement trop brusque

- A froid : contraintes, hydrogÉne

Groupe 2 : cavitÄs

- Retassure : dÄfauts sont frÄquents en fin de

passe, et doivent Ütre ÄliminÄs avant reprise







- Soufflure : poches de gaz qui n'ont pu se

dÄgazer lorsque le bain de fusion Ätait liquide

Groupe 3 : inclusion solide

- Inclusion de laitier: mauvais meulage entre

les passes, mauvaise intensitÄ

- Inclusion mÄtallique : contact accidentel de

l'Älectrode TIG Groupe 4 : manque de fusion et de pÄnÄtration,

- Manque de fusion: intensitÄ trop faible, avance trop rapide

- Manque de pÄnÄtration : intensitÄ trop faible



Groupe 5 : dÄfaut de forme

- Caniveau : courant de soudage trop intense et Ç une

technique opÄratoire dÄfectueuse

- SurÄpaisseur : vitesse de soudage trop lente ou intensitÄ trop faible

-

souder (forme de gouttiÉre)

- Effondrement: fusion excessive

-ExcÉs de pÄnÄtration: prÄparation incorrecte, une intensitÄ

trop forte

- DÄfaut d’alignement: montage incorrect des ÄlÄments Ç

assembler ou rupture du pointage avant soudage.

- DÄformation angulaire: piÉce non contrainte, cordons mal

repartit

- Trou: Bain de fusion trop important

- Rochage: sur acier inox (mauvaise protection gazeuse envers)

- Mauvaise reprise: cordon non nettoyÄ

Manque d’Äpaisseur: remplissage incomplet entre les bords Ç



Groupe 6 : dÄfauts divers:

- Coup d’arc: amorèage accidentel de l'arc

- Projection ou perle: Äclaboussures de mÄtal en fusion, intensitÄ trop ÄlevÄe, soufflage magnÄtique,…

33

CONTRCONTRÑÅLESLE DESDESSOUDURESSOUDURES
CONTRCONTRÑÅLESLE DESDESSOUDURESSOUDURES

Les contrÑles sont rÄalisÄs sur des Ächantillons ou des fabrications en sÄrie. Ils permettent de contrÑler la nature du mÄtal et de contrÑler la soudure. Ils sont classÄs en deux catÄgories:

Non destructifs: contrÑle visuel et dimensionnement, ressuage, radiographie, magnÄtoscopie, ultrason, mise sous pression… -Ils sont effectuÄs suivant des normes par des personnes certifiÄes COFREND (COnfÄdÄration FRanèaise pour les Essais Non Destructifs)

-

- Destructifs: macrographie, essais de pliage, traction, duretÄ,

rÄsilience, … Pour ces essais des Äprouvettes sont prÄlevÄes ( mÄtal de base ou de la soudure).

duretÄ, rÄsilience, … Pour ces essais des Äprouvettes sont prÄlevÄes ( mÄtal de base ou de

34

1) Contrále non destructif:

a) Contrále visuel et dimensionnel:

Le contrÑle visuel consiste Ç vÄrifier diffÄrents critÉres:

- Une surface (nettoyage des bords Ç souder)

- PrÄparation de chanfrein (angle et bords)

- Soudure (pÄnÄtration, Äpaisseur du cordon)

Ç une vÄrification visuelle de son Ätat et dimension. Il est rÄaliser dans Ç l’aide d’une loupe,

de cales, calibre de soudage ou jauge, miroir.

b) Ressuage

de cales, calibre de soudage ou jauge, miroir. b) Ressuage Le contrÑle par ressuage permet de

Le contrÑle par ressuage permet de dÄtecter des dÄfauts de compacitÄ, parfois trÉs fins, dÄbouchant en surface et non obstruÄs (fissures, porositÄs, tapures, replis, manque de liaison) sur des matÄriaux mÄtalliques non poreux et non absorbants. AprÉs un nettoyage soignÄ de la surface Ç contrÑler, le contrÑle est rÄalisÄ Ç l'aide de produits (les pÄnÄtrants) Ç trÉs faible tension superficielle qui pÄnÉtrent par capillaritÄ dans les dÄfauts dÄbouchant en surface.

par capillaritÄ dans les dÄfauts dÄbouchant en surface. 1) Nettoyage de la surface Ç ressuer et
par capillaritÄ dans les dÄfauts dÄbouchant en surface. 1) Nettoyage de la surface Ç ressuer et

1) Nettoyage de la surface Ç ressuer et application du pÄnÄtrant, laisser pÄnÄtrÄ 10 Ç 40min.

application du pÄnÄtrant, laisser pÄnÄtrÄ 10 Ç 40min. 2) Nettoyage Ç, l’eau du pÄnÄtrant Ç l’aide

2) Nettoyage Ç, l’eau du pÄnÄtrant Ç l’aide d’une Äponge

3) Appliquer le rÄvÄlateur afin de voir apparaçtre les dÄfauts. Et nettoyer a grande eau pour retrouver la surface d’origine.

Il se rÄalise facilement:

- Avant soudage : prÄparation des chanfreins

- Pendant le soudage : contrÑle entre passes, gougeage d'une

reprise envers

- AprÉs soudage : dÄfauts dÄbouchant superficiels, ÄtanchÄitÄ

c) Contrále radiographique ou gamma graphique Le contrÑle radiographique par rayonnements ionisants (X ou gamma) permet de dÄtecter des dÄfauts internes de compacitÄ souvent trÉs fins (fissures, soufflures, inclusions, manque de liaison, manque de fusion) dans les parois des matÄriaux mÄtalliques. Ce contrÑle est rÄalisÄ Ç l'aide d'un tube gÄnÄrateur Ç rayons X ou d'une source radioactive gamma qui Ämettent des rayonnements ionisants.

Les rayons de faible longueur d'onde traversant la paroi du matÄriau irradiÄ. Le faisceau impressionne le film radiosensible en fonction des rayonnements transmis Ç travers la piÉce contrÑlÄe pour donner naissance Ç l'image radiographique. La prÄsence d'un dÄfaut se traduit par une variation de l'absorption du rayonnement ce qui produit des taches blanches sur le film

rayonnement ce qui produit des taches blanches sur le film 36 MÄgatoscope DÄfaut d’une radio Essais
36
36
ce qui produit des taches blanches sur le film 36 MÄgatoscope DÄfaut d’une radio Essais sous

MÄgatoscope

qui produit des taches blanches sur le film 36 MÄgatoscope DÄfaut d’une radio Essais sous pression

DÄfaut d’une radio

blanches sur le film 36 MÄgatoscope DÄfaut d’une radio Essais sous pression Les essais sous pression

Essais sous pression

Les essais sous pression sont rÄalisÄs en prÄsence d’un ingÄnieur du services des Mines .Ces essais sont effectuÄs Ç l’eau, l’air, l’huile… mis sous pression par une pompe. La pression d’essais est appliquÄ a un coefficient gÄnÄralement de 1.5 fois. L’appareil essayÄ sous pression porte une plaque oê sont inscrit les pressions d’utilisation et d ’Äpreuve, la date de fabrication, la date d’Äpreuve, le nom du fabricant. Il reèoit aprÉs validation le poinèon de l’ingÄnieur des Mines.

-MagnÄtoscopie (mÄthode du courant de Foucault)

-MagnÄtoscopie (mÄthode du courant de Foucault) Le contrÑle magnÄtoscopique permet de dÄtecter des dÄfauts

Le contrÑle magnÄtoscopique permet de dÄtecter des dÄfauts dÄbouchant (obstruÄs ou non) et sous- jacents (de 1 Ç 2 mm environ) sous la surface des matÄriaux mÄtalliques ferromagnÄtiques (les aciers inoxydables, les alliages de cuivre et les alliages d'aluminium sont exclus de cette application). Un magnÄtique avec l'application simultanÄe en surface d'une liqueur magnÄtique colorÄe ou fluorescente champ magnÄtique important (> 2400 A / m traverse la piÉce Ç contrÑler jusqu'Ç saturation constituÄe de traceurs comme produit indicateur. Il existe diffÄrents types de mÄthode :

indicateur. Il existe diffÄrents types de mÄthode : Par circuit magnÄtique fermÄ -Ultrason Par circuit
indicateur. Il existe diffÄrents types de mÄthode : Par circuit magnÄtique fermÄ -Ultrason Par circuit
indicateur. Il existe diffÄrents types de mÄthode : Par circuit magnÄtique fermÄ -Ultrason Par circuit

Par circuit magnÄtique fermÄ

-Ultrason

Par circuit magnÄtique ouvert

Aimantation transversale par passage de courant Älectrique

Aimantation transversale par passage de courant Älectrique Le contrÑle par ultrasons est basÄ sur la transmission,

Le contrÑle par ultrasons est basÄ sur la transmission, la rÄflexion et l'absorption d'une onde ultrasonore se propageant dans la piÉce Ç contrÑler. Le train d'onde Ämis se rÄflÄchit dans le fond de la piÉce et sur les dÄfauts puis revient vers le transducteur (qui joue souvent le rÑle d'Ämetteur et de rÄcepteur). L'interprÄtation des signaux permet de positionner le dÄfaut. Cette mÄthode permet la possibilitÄ de trouver des dÄfauts en profondeur. Par contre, c'est une mÄthode lente car il faut faire un balayage mÄcanique exhaustif de la piÉce. Il est d'ailleurs souvent nÄcessaire de contrÑler plusieurs surfaces de la piÉce pour pouvoir faire une reprÄsentation tridimensionnelle des dÄfauts. Une onde ultrasons est Ämise par un palpeur placÄ sur la surface du matÄriau Ç contrÑler et se propage dans le matÄriau. Il existe des mÄthodes par contact (le palpeur est en contact avec la piÉce) ou par immersion (la piÉce et le palpeur sont immergÄs dans de l'eau). Dans le cas de la mÄthode par contact, il est nÄcessaire d'ajouter un couplant (eau ou gel) entre le palpeur et la piÉce pour assurer la transmission des ondes. Les Ächos sont reprÄsentÄs par des pics sur l'Äcran.

37

2) Contráles destructifs

äprouvettes pour essais Elles sont prÄlevÄes, et usinÄes suivant des normes: dans le mÄtal de base, le mÄtal dÄposÄ ou la ZAT.

dans le mÄtal de base, le mÄtal dÄposÄ ou la ZAT. Macrographie DÄfinition: L’examen macroscopique (examen

Macrographie

DÄfinition:

L’examen macroscopique (examen Ç l’œil nu) ou macrographique permet de rÄvÄler la structure mÄtallographique d’une Äprouvette soudÄe prise en travers de la soudure.

permet de rÄvÄler la structure mÄtallographique d’une Äprouvette soudÄe prise en travers de la soudure. 38

38

MÄthode:

- Elle est coupÄe avec une meule Ç eau pour Äviter les

Ächauffements ou si elle coupÄe Ç la meule, il faudra usiner les faces.

- Puis polis graduellement avec un touret sous eau et des

disques abrasifs de granulomÄtrie P120 Ç P1220, puis de feutre avec un ajout de des pàtes diamantÄes.

- Un rÄactif chimique (acide concentrÄ ) est appliquÄ sur la surface polie et rÄvÉle, par dissolution.

appliquÄ sur la surface polie et rÄvÉle, par dissolution. RÄsultat: Cet examen permet de mettre en

RÄsultat:

Cet examen permet de mettre en Ävidence :

- Le mÄtal fondu (MF) ou zone fondue (ZF), la zone de liaison (ZL), la zone affectÄe thermiquement (ZAT), le mÄtal de base (MB), la rÄpartition des passes de soudure, la grosseur et la forme des grains, la structure dendritique des passes, la rÄpartition d'inclusions de soufflures et de fissures, le fibrage et la dÄformation des grains.

Essais de pliage

L'essai consiste Ç exercer sur une Äprouvette, Ç tempÄrature ambiante, une dÄformation plastique par pliage. Une seule face de

l'Äprouvette est mise en extension (endroit, envers ou cátÄ). Le pliage est rÄalisÄ jusqu'Ç ce que l'une des branches de l'Äprouvette fasse un angle alpha dÄterminÄ avec le prolongement de l'autre branche. La norme europÄenne de rÄfÄrence est la NF EN 910 Mai

1996.

dÄterminÄ avec le prolongement de l'autre branche. La norme europÄenne de rÄfÄrence est la NF EN
dÄterminÄ avec le prolongement de l'autre branche. La norme europÄenne de rÄfÄrence est la NF EN

Essais de traction

L'essai de traction consiste Ç soumettre une Äprouvette de section cylindrique ou

prismatique Ç un effort progressif et croissant jusqu'Ç la rupture de la piÉce d'essai. Cet essai est rÄalisÄ sur une machine spÄciale qui enregistre les efforts et les allongements gràce Ç des capteurs d'extensiomÄtrie. L'essai permet de caractÄriser les propriÄtÄs mÄcaniques d'un matÄriau ductile. Cet essai est l'un des principaux critÉres de classement des matÄriaux. La norme europÄenne de rÄfÄrence est la NF EN 10002-1 Octobre

1990.

de rÄfÄrence est la NF EN 10002-1 Octobre 1990. Le diagramme conventionnel de traction - La
de rÄfÄrence est la NF EN 10002-1 Octobre 1990. Le diagramme conventionnel de traction - La

Le diagramme conventionnel de traction

- La phase Älastique est reprÄsentÄe par la

ligne OB. L'Äprouvette se dÄforme (Toute la partie uniforme s'allonge - loi de Hook) sous l'action de la charge et revient approximativement Ç sa longueur initiale si la charge est supprimÄe.

- La phase plastique est reprÄsentÄe

par la ligne BC. Les dÄformations de l'Äprouvette sont permanentes et irrÄversibles. Le point B est la limite de l'ÄlasticitÄ.

- La phase de striction est reprÄsentÄe par la courbe entre Fm et D. La rupture de l'Äprouvette est reprÄsentÄe par la lettre D.

de l'Äprouvette est reprÄsentÄe par la lettre D . On mesure la distance entre les deux

On mesure la distance entre les deux points de dÄpart puis aprÉs rupture. Le rÄsultat une fois calculÄ dÄfini le % d’allongement.

40

Essais de duretÄ (H)

Essais de duretÄ (H) L'essai consiste Ç appliquer sur une piÉce Ç mesurer, un pÄnÄtrateur sous

L'essai consiste Ç appliquer sur une piÉce Ç mesurer, un pÄnÄtrateur sous une charge d'appui F donnÄe. La duretÄ est mesurÄe par rapport aux dimensions de l'empreinte du pÄnÄtrateur laissÄe sur la surface du matÄriau contrÑlÄ. L'empreinte est d'autant plus importante que le matÄriau est mou. Les essais de duretÄ caractÄrisent la rÄsistance qu'offre un matÄriau Ç la pÄnÄtration

Exemple d’essais dans une soudure:

caractÄrisent la rÄsistance qu'offre un matÄriau Ç la pÄnÄtration Exemple d’essais dans une soudure: 41
caractÄrisent la rÄsistance qu'offre un matÄriau Ç la pÄnÄtration Exemple d’essais dans une soudure: 41

41

Essais de rÄsilience (K)

L'essai de flexion par choc (essai de rÄsilience ou essai de rupture fragile) consiste Ç mesurer le travail nÄcessaire pour rompre, Ç l'aide d'une masse pendulaire, un barreau usinÄ de forme carrÄ de 1 cm2 de section, entaillÄ en son milieu par une encoche ( U ou V) et reposant sur deux appuis. Cet essai est rÄalisÄ sur une machine spÄciale appelÄ mouton pendule rotatif de Charpy qui enregistre l'Änergie absorbÄe par la rupture. L'essai permet de caractÄriser les propriÄtÄs de rÄsistance d'un matÄriau aux chocs. La norme de rÄfÄrence est la NF EN 10045-1 Octobre 1990 et la NF EN 875 Novembre 1995

la NF EN 10045-1 Octobre 1990 et la NF EN 875 Novembre 1995 MÄthode: - Le
la NF EN 10045-1 Octobre 1990 et la NF EN 875 Novembre 1995 MÄthode: - Le
la NF EN 10045-1 Octobre 1990 et la NF EN 875 Novembre 1995 MÄthode: - Le

MÄthode:

- Le couteau est ÄcartÄ de la verticale Ç une hauteur

correspondante Ç une Änergie de dÄpart de W0 = 300 joules.

- Le couteau est libÄrÄ et vient frapper l'Äprouvette.

- La hauteur de remontÄe du pendule est mesurÄe afin de

calculer l'Änergie non absorbÄe W1.

- Le calcul de l'Änergie absorbÄe est la diffÄrence W0 - W1

CONTRÅLEDMOSDES SOUDURES
CONTRÅLEDMOSDES SOUDURES

1) DÄfinition d'un descriptif de mode opÄratoire de soudage (D.M.O.S.)

Le Descriptif de Mode OpÄratoire de Soudage est un formulaire sur lequel sont consignÄs toutes les opÄrations, les instructions et les informations techniques nÄcessaires pour assurer la rÄpÄtitivitÄ des paramÉtres, obtenir un assemblage soudÄ de qualitÄ et rÄussir dans les meilleures conditions l'exÄcution d'un travail prÄcis de soudage. Le D.M.O.S. est le document de rÄfÄrence du coordonnateur en soudage, du soudeur, de l'inspecteur et du contrÑleur lors de l'exÄcution, du suivi et du contrÑle d'un joint soudÄ. Le D.M.O.S. est obligatoire et doit Ütre prÄsentÄ lors d'une qualification de mode opÄratoire de soudage et d'une qualification de personnel soudeur.

de soudage et d'une qualification de personnel soudeur. 2) Comment rÄdiger un descriptif de mode opÄratoire

2) Comment rÄdiger un descriptif de mode opÄratoire de soudage ?

La norme europÄenne NF EN 288-2 de 1992 et l'amendement A1 de 1997 prÄcisent les modalitÄs de rÄdaction du descriptif de mode opÄratoire de soudage. La rÄdaction du D.M.O.S. est rÄalisÄe, soit aprÉs exÄcution d'un essai prÄliminaire reprÄsentatif dans les conditions de la fabrication, soit Ç partir d'une qualification de mode opÄratoire de soudage dÄjÇ obtenue. Vous trouverez ci-dessous chaque ÄlÄment Ç prÄciser sur le formulaire. Cette page d'informations ne peut se substituer Ç la norme ou les normes en vigueur. Elle n'est rÄalisÄe qu'Ç titre d'exemple .

43

3) PrÄparation gÄomÄtrique du joint É soude

Un croquis de la prÄparation du joint soudÄ doit Ütre rÄalisÄ sur le formulaire de D.M.O.S. Des tolÄrances doivent Ütre prÄcisÄes pour les dimensions des diffÄrents ÄlÄments ayant une importance opÄratoire notable (jeu, ouverture d'angle de chanfrein,

talon, etc

Ce dessin doit indiquÄ les ÄlÄments suivants:

talon, etc Ce dessin doit indiquÄ les ÄlÄments suivants: ) - äpaisseur de la piÉce 1

)

- äpaisseur de la piÉce 1 et de la piÉce 2 (si nÄcessaire)

- DiamÉtre de la piÉce 1 et de la piÉce 2 (si nÄcessaire)

- Angle d'ouverture du chanfrein en degrÄs (si nÄcessaire)

- Rayon en fond de chanfrein type tulipe ou U en millimÉtre (si nÄcessaire)

- Jeu de soudage entre les deux piÉces (si nÄcessaire)

- Talon ou mÄplat en millimÉtre (si nÄcessaire)

- Angle d'inclinaison des piÉces (si nÄcessaire)

4) RÄpartition des passes de soudage

(si nÄcessaire) 4) RÄpartition des passes de soudage Un second croquis de rÄpartition des passes de

Un second croquis de rÄpartition des passes de soudure doit Ütre rÄalisÄ sur le formulaire de D.M.O.S. Ce dessin doit reprÄsentÄ le plus fidÉlement possible les ÄlÄments suivants :

Le nombre total de passes ou de sÄrie de passes Le numÄro de chaque passe ou sÄrie de passes La rÄpartition de chaque passe de soudure pour chaque procÄdÄ de soudage L'orientation de chaque passe de soudure pour chaque procÄdÄ La sÄquence de soudage La dimension de la section soudÄe (si nÄcessaire) La gorge de soudure ou apothÉme (si nÄcessaire)

44

5) MÄthode de prÄparation de l'assemblage:

La mÄthode utilisÄe de prÄparation des chanfreins doit Ütre indiquÄe par:

- DÄcoupage sous eau avec abrasif

- DÄcoupage laser

- Oxycoupage

- Cisaillage

- Meulage

- Usinage

- Fraisage

- Grignotage

6) MÄthode de nettoyage prÄalable de l'assemblage

La mÄthode utilisÄe de nettoyage prÄalable des chanfreins doit Ütre indiquÄe par:

- Meulage

- Brossage

- Sablage

- DÄgraissage

- DÄcapage chimique (inox, aluminium)

7) Nuance et norme d'approvisionnement des mÄtaux de base

La nuance normalisÄe et/ou commerciale, la norme de rÄfÄrence et le groupe codifiÄ de matÄriaux de chaque mÄtal de base utilisÄ doivent Ütre indiquÄs sur le D.M.O.S. par exemple :

S 355 K2 G3 suivant NF EN 10025 12/1993 - Groupe 1 suivant NF EN 288-3 S 690 QL suivant NF EN 10137-1 06/1992 - Groupe 3 suivant NF EN 288-3 25 Cr Mo 4 suivant NF EN 10083 07/1991 - Groupe 5 suivant NF EN 288-3 X5CrNiCuNb16-4 suivant NF EN 10088-3 1995 - Groupe 8 suivant NF EN 288-3 X2CrNi18-9 suivant NF EN 10088-2 1995 - Groupe 9 suivant NF EN 288-3

8) Symbolisation des types d'assemblage de qualification

Le type d'assemblage du joint soudÄ est indiquÄ suivant la codification du cahier des charges applicable. Vous trouverez ci-dessous la codification des types d'assemblage suivant la NF EN 288-3.

des types d'assemblage suivant la NF EN 288-3. 9 - Symbolisation des modes d'assemblage de
des types d'assemblage suivant la NF EN 288-3. 9 - Symbolisation des modes d'assemblage de

9 - Symbolisation des modes d'assemblage de qualification

Le mode d'assemblage du joint soudÄ est indiquÄ suivant la codification du cahier des charges applicable. Vous trouverez ci-dessous la codification des modes d'assemblage suivant la NF EN 288-3.

10 - Symbolisation des procÄdÄs de soudage de qualification

Le procÄdÄ ou les procÄdÄs de soudage sont indiquÄs pour chaque passe ou sÄrie de passes. La codification du procÄdÄ est rÄalisÄe suivant le cahier des charges applicable. Vous trouverez ci-dessous la codification des procÄdÄs suivant la NF EN 24063 (ISO 4063).

des procÄdÄs suivant la NF EN 24063 (ISO 4063) . 11 - Symbolisation des positions de

11 - Symbolisation des positions de soudage

La ou les positions de soudage sont indiquÄes pour chaque passe ou

sÄrie de passes. La codification de la position de soudage est rÄalisÄe suivant le cahier des charges applicable. Vous trouverez ci-dessous la codification des positions fondamentales de soudage suivant la EN ISO

6947.

applicable. Vous trouverez ci-dessous la codification des positions fondamentales de soudage suivant la EN ISO 6947

47

12

- MÄtal d'apport - Produit consommable

Le ou les mÄtaux d'apport utilisÄs ainsi que les produits consommables sont prÄcisÄs pour chaque passe ou sÄrie de passes. La dÄsignation normalisÄe de rÄception du mÄtal d'apport est indiquÄe suivant le cahier des charges applicable. La marque et la dÄsignation commerciale permet de guider le soudeur lors de l'approvisionnement.

13 - Dimensions des mÄtaux d'apport

La ou les dimensions des mÄtaux d'apport utilisÄs sont prÄcisÄes pour chaque passe ou sÄrie de passes. Le diamÉtre du fil ou de l'Älectrode est prÄcisÄ. Lors de l'utilisation d'un anneau fusible, l'Äpaisseur et la hauteur de l'insert est prÄcisÄ.

14 - Gaz industriel de soudage(si nÄcessaire)

La dÄsignation commerciale et les pourcentages de la composition du gaz sont prÄcisÄs pour chaque passe ou sÄrie de passes avec procÄdÄ

de soudage avec gaz de protection (141, 131, 135, 136, 137, 15, 311).

- gaz de protection endroit, annulaire ou Ç la torche (si nÄcessaire)

- gaz de protection envers (si nÄcessaire)

- gaz plasmagÉne (si nÄcessaire)

- gaz traçnard (si nÄcessaire)

15 - Flux de protection en poudre(si nÄcessaire)

La dÄsignation commerciale et la dÄsignation normalisÄe sont prÄcisÄes pour chaque passe ou sÄrie de passes avec procÄdÄ de soudage avec flux en poudre (12).

16 - DiamÅtre et nature de l'Älectrode rÄfractaire

Le type normalisÄe selon NF EN 26848 de l'Älectrode de tungstÉne

(Älectrode rÄfractaire ou infusible) et le diamÉtre sont prÄcisÄs pour chaque passe ou sÄrie de passes avec les procÄdÄs de soudage 141 et 15.

TungstÉne pur TungstÉne thoriÄ TungstÉne cÄriÄ

TungstÉne zirconiÄ (0,5 Ç 4% zirconium)

(couleur d'extrÄmitÄ verte) (0,5 Ç 4 % thorium - couleur d'extrÄmitÄ rouge ) (0,5 Ç 4% cÄrium)

(couleur d'extrÄmitÄ verte) (0,5 Ç 4 % thorium - couleur d'extrÄmitÄ rouge ) (0,5 Ç 4%

48

17

- Nature du courant de soudage

La nature du courant de soudage est indiquÄ dans le descriptif :

- Courant continu (CC ou DC)

- Courant lisse ou courant pulsÄ

- Courant alternatif (CA ou AC)

18 - PolaritÄ de l'Älectrode ou du fil

La polaritÄ de l'Älectrode ou du fil Ç utiliser est indiquÄe dans le

descriptif pour le courant continu :

- PolaritÄ positive (+)

- PolaritÄ nÄgative (-)

19 - ParamÅtres de soudage

Les valeurs de l'intensitÄ en AmpÉres, de la tension en Volts, de la

vitesse de soudage en centimÉtres / minute, du dÄvidage du fil en centimÉtres ou mÉtres / minute, l'Änergie de soudage en Joules / centimÉtre sont indiquÄes pour chaque passe ou sÄrie de passes dans le formulaire. IntensitÄ en AmpÉres - exemple : 180 A Tension en Volts - exemple : 24 V Vitesse de soudage - exemple : 26 cm / mn Vitesse dÄvidage fil - exemple : 600 cm / mn änergie de soudage - exemple : 9970 J / cm Mode de transfert - exemple : PulvÄrisation Sens de soudage - exemple : Torche tirÄe Type de passe - exemple : passe large balayÄe

20 - TempÄrature de prÄchauffage (si nÄcessaire)

La tempÄrature de prÄchauffage avant soudage doit Ütre indiquÄe en

degrÄs Celsius dans le formulaire principalement pour les aciers faiblement alliÄs et les aciers sensibles Ç la trempe.

21 - TempÄrature maximale entre passes (si nÄcessaire)

La tempÄrature maximale entre passes Ç ne pas dÄpasser (vÄrifiÄe avant chaque nouvelle passe de soudure) doit Ütre indiquÄe en degrÄs Celsius dans le formulaire.

22 - Nettoyage É rÄaliser entre passes (si nÄcessaire)

La mÄthode utilisÄe de nettoyage entre passes doit Ütre indiquÄe :

- Meulage

- Brossage

- DÄgraissage

- Burinage

23

- Support envers et gougeage (si nÄcessaire)

La prÄsence d'un support envers (latte cÄramique ou latte cuivre) et

la mÄthode utilisÄe pour assurer un gougeage envers Äventuel doit Ütre indiquÄe.

24 - TempÄrature de prÄ- chauffage et post-chauffage (si

nÄcessaire) Un PrÄchauffage est nÄcessaire pour les aciers ayant une teneur forte en carbone ou certain acier. Elle Ävite la fissuration et facilite la fusion du mÄtal. Un post-chauffage est nÄcessaire pour Äviter un choc thermique, il faut redescendre la tempÄrature progressivement. La tempÄrature doit Ütre indiquÄe en degrÄs Celsius avec le temps de maintien ( voir abaque de l’acier Ç souder).

25 - Traitements thermiques aprÅs soudage (si nÄcessaire)

Un traitement thermique peut Ütre rÄaliser aprÉs soudage pour enlever les

tensions faite par la soudure. Les conditions de rÄalisation des traitements thermiques aprÉs soudage sont indiquÄe dans le formulaire.

- Vitesse de montÄe en åC / heure ou minutes

- TempÄrature maximale atteinte

- DurÄe de maintien en minutes ou heure

- Vitesse de refroidissement en å C / heure ou minutes

26 - Informations complÄmentaires (si nÄcessaire)

Toute information complÄmentaire nÄcessaire Ç la rÄalisation du soudage

doit Ütre consignÄe dans le formulaire :

- Inclinaison de la torche de soudage en automatique

-Distance tube de contact / piÉce

- Largeur de balayage en automatique, temps d'arrÜt

- Temps de pulsation, frÄquence de pulsation, rapport cyclique

- ätuvage des produits d'apport

- Bridage de la piÉce

- Redressage de la piÉce

- Martelage de la soudure

27 – Contrále de la soudure :

Un contrále de la soudure peut Ötre effectuer suivant le niveau exigÄ:

-Visuel - Dimensionnel, Ressuage, Radiographique, Ultrason, MagnÄtoscopie

DMOS PROCEDE 111

DMOS PROCEDE 135

DMOS PROCEDE 141 - 135

S235JO

QUALIFICATION DE SOUDAGE
QUALIFICATION DE SOUDAGE

1) La qualification du personnel soudeur

Elle sanctionne la dextÄritÄ et l'habiletÄ d'une personne dans l'exÄcution d'un travail prÄcis de soudage. Cette vÄrification a aussi pour but de reconnaçtre l'aptitude du soudeur Ç mettre en œuvre des consignes prÄcises, rÄdigÄes sur un DMOS, comme la prÄparation des bords Ç souder, le choix des mÄtaux d'apport et des gaz industriels de soudage, les techniques de soudage Ç mettre en œuvre, les prÄcautions Ç respecter. La qualification de soudeur est rÄalisÄe d’aprÉs les directives d'une norme europÄenne suivant le matÄriaux Ç souder:

NF EN 287-1 : 2004 pour le soudage par fusion des aciers NF EN ISO 9606-2 pour l'aluminium et ses alliages NF EN ISO 9606-3 pour les cuivres et ses alliages NF EN ISO 9606-4 pour les nickels et ses alliages NF EN ISO 9606-5 pour le titane et ses alliages , le zirconium et ses alliages

2 ) Les informations disponibles sur le certificat de qualification

C’est un organisme de contrÑle qui dÄlivre ce certificat il est inscrit :

-la partie administrative du soudeur

- de l’entreprise

- du contrÑleur…

- la partie technique du DMOS (position, procÄdÄ, matiÉre, type de contrÑles…) Il dÄfinit les domaines d'Äquivalences de qualification.

3) DÄtails d’un certificat de qualification de soudeur

3) DÄtails d’un certificat de qualification de soudeur 4) DurÄe de validitÄ d'un certificat de qualification

4) DurÄe de validitÄ d'un certificat de qualification

La durÄe de validitÄ est de 2 ans dÄs sont d'obtention. Tous les 6 mois elle doit Ötre revalider par l’employeur, le soudeur doit avoir rÄalisÄ 2 soudures minimum avec contrÑle non destructif de compacitÄ pour les bout Ç bout et contrÑle destructif pour les soudures d'angle. Il ne doit pas avoir d'interruption d'activitÄ dans les travaux de soudage de plus de six mois. Tous les deux ans, le certificat de qualification doit Ötre reconduit par un organisme officiel de certification.

Notion de prix :

-â 13,5 x 2,3 - 140 Euros

- â 80,0 x 12,5 - 270 Euros

- â 168,3 x 15 - 310 Euros

- â 340 x 12 mm - 760 Euros

5) Exemple de qualification de soudage

56
56
RESUME
RESUME

AutogÅne : fusion du mÄtal de base et d’apport

hÄtÄrogÅne : le mÄtal de base n’est pas fondu, (soudobrasage, brasage)

21 soudage par point par rÄsistance -Les piÅces É souder sont superposÄes et sont serrÄes localement entre deux Älectrodes en alliage de cuivre RapiditÄ d'exÄcution, limitation des dÄformations Soudage de diffÄrents mÄtaux comme l’acier, l’inox,, l’aluminium…

97 soudobrasage -C’est l’assemblage de deux mÄtaux de nature identique ou diffÄrentes par l’utilisation d’un mÄtal d’apport (laiton) dont le point de fusion est inferieur É celui des deux autres en utilisant un mÄtal d’apport en laiton (cuivre + zinc) et accompagnÄ d’un decapant ( poudre, liquide, gazeux) Permet le soudage de diffÄrents mÄtaux comme l’acier, l’inox,, acier galvanisÄs, l’aluminium, fonte, cuivre…

111 soudage É l’arc Älectrique avec Älectrode enrobÄe

- Fusion du mÄtal produit par le contact de l’Älectrode gÄnÄrÄe par un arc Älectrique (âme + enrobage) -äconomique, soudage toutes positions et de diffÄrents mÄtaux ( acier, inox, fonte,alu ) -Calcul intensitÄ É plat 50 X ( de l’Älectrode - 1 )

- Calcul intensitÄ en angle 50 X ( de l’Älectrode - 1 ) + 20%

- älectrode rutile travaux courant (polaritÄ -)

- älectrode basique travaux relevant des caractÄristiques

mÄcaniques

(polaritÄ +)

131: MIG MÄtal Inert Gas : les aciers inoxydable, aluminium, cuivre… 135: MAG - MÄtal Active Gas : aciers ordinaire.

Fusion du mÄtal gÄnÄrÄ par le fil l ’Älectrode en fil fusible au contact de la piÄce et protÄgÄ par un jet de gaz U = la tension de l’arc en volts V

I

= l’intensitÄ de l’arc en ampÅres A

v

= vitesse du fil ,

Forte productivitÄ, automatisable et utilisable en robotique

121

Arc automatique sous flux solide

- Fusion du mÄtal produit par le contact du mÄtal d’apport

gÄnÄrant un arc Älectrique (non visible) et protÄger par un flux en poudre. -Grande vitesse d’exÄcution, forte pÄnÄtration, soudage sur installation automatique, et de diffÄrents mÄtaux ( acier alliÄ, inox)

141

TungstÅne inert gaz TIG

procÄdÄ É l'arc sous protection de gaz inerte (Argon) avec une Älectrode infusible (tungstÅne) doã jaillit l’arc ou l’on peut ajouter un mÄtal d’apport Travail fin et prÄcis, bonnes caractÄristiques mÄcaniques Suivant le type de courants Älectrique :

Continu symbole = DC: Aciers ordinaire, aciers inoxydable, cuivre,titane… Alternatif symbole ~ AC : aluminium DÄbit du gaz de protection est de 5 É 25 litres/minute,

SÄcuritÄ: Lors du soudage des rÅgles de sÄcuritÄ doivent Ötre appliquÄes:

Le poste doit avoir aucune anomalie (fil Älectrique, tuyau, poste,…) Utilisation des protections personnelles et d’outillage :bleu, chaussure de sÄcuritÄ, gant, bouchons d’oreilles, lunette, cagoule, tablier, guÖtre, pince, brosse… Un rÄglage appropriÄ de l’intensitÄ et ou du dÄbit de gaz - PrÄparer votre poste de travail pour travailler dans la meilleur position - Installer les protections collectives : aspiration, Äcran protecteur - Ventiler votre zone de travail contre les risques d’intoxication - Nettoyer et ranger votre poste de travail

58

311 oxyacÄtylÄnique OA Soudage É la flamme autogÅne. d'une flamme nÄe de la combustion d'un gaz combustible (acÄtylÅne) et d’un gaz comburant (l’oxygÅne), tempÄrature de la flamme 3200å Celsius. ou l’on peut ajouter un mÄtal d’apport Le dÄbit s'exprime en litres d'acÄtylÅne par heure On l’utilise pour les tále fine, tube de petit diamÅtre (chauffagiste), dÄformation importante, onÄreux et lent - Permet le soudage de diffÄrents mÄtaux comme l’acier, la fonte, l’aluminium, le cuivre… L’acÄtylÅne: ogive marron, tuyau rouge, pression de la bouteille 15 bar, pression d’utilisation 0.2 É 0.8 bar. (carbure de calcium) L’oxygÅne: ogive blanche, tuyau bleu, pression de la bouteille 200 bar, pression d’utilisation 1 É 2.5 bar Il est obtenu par liquÄfaction de l’air.

PrÄparation des joints É souder Pour certaine prÄparation il faut , un chanfrein, talon de 1.5mm et un jeu 3 É 4 mm. Types de prÄparation: Bord relevÄ, Bord a bord avec ou sans jeu, Chanfrein Y, Chanfrein X avec talon; Tulipe ou U, É clin, chanfrein naturel, en angle

Traitements thermiques TTH La trempe augmente la duretÄ d’un mÄtal, en le chauffant É une tempÄrature et en le refroidissant plus ou moins rapidement. Le revenu est effectuÄ obligatoirement aprÅs une trempe, il a pour but de diminuer la fragilitÄ du mÄtal trempÄ Le recuit consiste É chauffer un mÄtal pour lui rendre les propriÄtÄs qu'il avait perdu lors de traitements antÄrieurs (trempe, recuit, soudure, etc…). ZAT : zone affectÄe thermiquement, c’est une trempe qui se situe autour de la soudure

DÄformation des soudures:

Brider la piÄce par ( clame, pontet, boulonnage, dÄformer et alterner les soudures

Retrait de soudage lorsqu'il y a

MÄthodes de redressage: marteler la soudure, redresser la piÅce É la presse, chaude de retrait ( chauffer au chalumeau et et refroidir brusquement

) ou la prÄ

un jeu, il est de ç du jeu de

DÄfauts des soudures:

Du É la matiÅre É souder, au mauvais paramÅtres lors du soudage Fissures, soufflure, inclusion de laitier, caniveau, surÄpaisseur, dÄformation angulaire, trou, rochage, projection de mÄtal en fusion, …

Contráles des soudures:

Non destructifs: contrále visuel et dimensionnement, ressuage, radiographie, magnÄtoscopie, ultrason, mise sous pression… Destructifs: macrographie, essais de pliage, traction, duretÄ, rÄsilience, … Pour ces essais des Äprouvettes sont prÄlevÄes ( mÄtal de base ou de la soudure).

DÄfinition d'un descriptif de mode opÄratoire de soudage (D.M.O.S.) un formulaire sur lequel sont consignÄs toutes les opÄrations, instructions, informations nÄcessaires pour obtenir un assemblage soudÄ de qualitÄ

La qualification du personnel soudeur Elle sanctionne la dextÄritÄ, l'habiletÄ dans l'exÄcution d'un travail prÄcis de soudage. validitÄ est de 2 ans tous les 6 mois revalidÄe par l’employeur, le soudeur doit avoir rÄalisÄ 2 soudures minimum

NOM ET ADRESSE DU FOURNISSEUR

NÄ DMOS

LPR JEAN PROUVE 63 rue de Bonsecours 54000 NANCY

Page

NÄ commande

DESCRIPTIF DE MODE OPERATOIRE DE SOUDAGE - DMOS

SchÅma de prÅparation

SchÅma d’identification des passes

Nuance 1 : Groupe 1 : Norme rÅfÅrence nuance 1 : Ep piÉce 1: Ñ
Nuance 1 :
Groupe 1 :
Norme rÅfÅrence nuance 1 :
Ep piÉce 1:
Ñ piÉce 1 :
Nuance 2 :
Groupe 2:
Norme rÅfÅrence nuance 2 :
Ep piÉce 2:
Ñ piÉce 1:
PrÅparation des bords :
Type d’assemblage :
NÄ des passes
ProcÅdÅ de soudage
MÅthode d’exÅcution ( manuel /auto)
Position de soudage
Produit d’apport : fil ou Ålectrode
DÅsignation normalisÅe (codification)
Type d’enrobage
DiamÉtre en mm
Flux de protection endroit – type
DÅsignation normalisÅe
DÅsignation commerciale
DÅbit en L/min (+ ou - 20%)
Flux de protection envers – type
DÅsignation commerciale
DÅbit en L/min (+ ou - 20%)
Gaz plasma – dÅsignation – dÅbit l/min
Gaz trainard - dÅsignation – dÅbit l/min
Electrode rÅfractaire – type et Ñ
Type de courant – PolaritÅ Ålectrode du fil
IntensitÅ I en AmpÉres – PulsÅ mini et maxi
Tension U en Volts
Soudage pulsÅ(O/N) durÅe de pulsation
Vitesse d’exÅcution V en cm/min
Vitesse de dÅvidage du fil en cm/min
Energie de soudage J/cm (U x I x 60) : v
Nettoyage des passes
Reprise envers Gougeage – nature
AmorÜage haute frÅquence (O/N)
RÅgulation de l’arc (O/N)
Ecrouissage de la soudure
Bridage de l’assemblage
Martelage de la soudure
Redressage de la piÉce
TempÅrature mini
prÅchauffage en ÄC
TempÅrature mini
Post chauffage en ÄC
DurÅe de maintien
TempÅrature maxi entre
passes en ÄC
Contrále rÅalisÅ
Visuel soudure
Dimensionnel
Ressuage
Radiographie
Ultrason
MagnÅtoscopie
% du contrále
1 ou 2 face
FOURNISSEUR
INGENIERIE
A
GUSTIN
Rev
DATE
NOM
VISA
DATE
NOM
VISA