Vous êtes sur la page 1sur 28

Chapitre 6

Systèmes solaires à basse


température
A. SMAILI
Mechanical Engineering Department
Ecole Nationale Polytechnique

12/10/2019 1
6.1 Description d’un capteur solaire plan
• Les capteurs solaires plans sont utilisés pour la conversion de l’énergie solaire en énergie
thermique à basse température.
• Le flux de rayonnement solaire maximum pouvant être capté par une surface située au niveau
de la mer est autour 1 kW/m2 et produisant ainsi une température ne pouvant pas dépasser 100°C.
• Ils ne requièrent pas l’utilisation d’un mécanisme de poursuite/suivi du soleil (tracking system).
• Ils utilisent le rayonnement direct, et diffus (i.e. rayonnement global).
• Les principales applications sont la production d’eau chaude sanitaire et le chauffage d’habitations
ou de piscine.
• Les principaux composants d’un capteur :
- Surface absorbante (absorbeur),
- Couverture transparente (vitre),
- Fluide caloporteur, Isolant, Cadre ou boîtier.

12/10/2019 2
6.1 Description d’un capteur solaire plan
Absorbeur
Son rôle est de transformer le rayonnement solaire en chaleur. Une fois chauffé,
l’absorbeur va rayonner dans l’infrarouge.

Surface opaque: r + a = 1
avec, a et r sont respectivement les coefficients
d’absorption et de réflexion.

La fraction du flux solaire effectivement rayonnée sur le flux solaire que


rayonnait la surface considérée comme un corps noir appelée coefficient
d’émissivité, e, donnée par E
e (2.1)
T 4
avec,  (= 5.67x10-8 W/m2.K4) est la constante de Stephan-Boltzmann.

12/10/2019 3
6.1 Description d’un capteur solaire plan
Absorbeur

Sélectivité
On appelle sélectivité le rapport du coefficient d’absorption solaire sur le coefficient d’émissivité
infrarouge : a
Sélectivit é 
e
Dans la pratique, on cherche à obtenir des surfaces avec des coefficients d’absorption
beaucoup plus élevé par rapport aux coefficients d’émissivité dans le domaine d’infrarouge, i.e. une
grande sélectivité.

Le matériau constituant la plaque de l’absorbeur peut être soit métallique soit en matière plastique.
Dans le cas des métaux on utilise le plus couramment le cuivre, l’acier inoxydable ou bien
l’aluminium. Certaines de leurs caractéristiques thermo-physiques sont données dans le tableau ci-
dessous.
Métal Conductivité Chaleur spécifique Masse volumique
(W/m.K) (J/kg.K) (m3/kg)
Cuivre 384 398 8900
Acier inox 14 460 7800
Aluminium 204 879 2700

12/10/2019 4
6.1 Description d’un capteur solaire plan
Absorbeur
L’emploi de matières plastiques entraîne des différences notables comparées
aux métaux.
Les avantages sont :
 la légèreté
 la possibilité de teinter sans craindre les rayures
 la non sensibilité des plastiques à la corrosion.

Les inconvénients sont :


 une mauvaise conduction thermique
 un vieillissement dû au rayonnement ultraviolet
 une tenue médiocre aux températures élevées.

12/10/2019 5
6.1 Description d’un capteur solaire plan

Fluide caloporteur -heat transfer carrier-


Pour évacuer la chaleur emmagasinée par la plaque absorbante, on utilise
habituellement soit l’air, soit l’eau, ou l’eau traitée (antigel, anticorrosif, antifongique).
Par rapport à l’eau, l’air possède les avantages suivants:

 pas de problème de gel l’hiver ou d’ébullition l’été lorsque le soleil ″tape″ fort,
 pas de problème de corrosion avec l’air sec,
 toute fuite est sans conséquence,
 il n’est pas nécessaire d’utiliser un échangeur de chaleur dans le cas du chauffage
de locaux,
 système plus simple et plus fiable.

12/10/2019 6
6.1 Description d’un capteur solaire plan
Fluide caloporteur
Mais son utilisation est limitée et entraîne les inconvénients suivants :
 l’air ne peut servir qu’au chauffage de locaux
 la masse thermique relativement faible de l’air par rapport à celle de l’eau
 les conduites doivent avoir une forte section de passage pour laisser passer un débit
suffisant compte tenu du point précédent
 les coefficients de transferts de chaleur par convection sont faibles par rapport à
ceux de l’eau.

12/10/2019 7
6.1 Description d’un capteur solaire plan
Couverture transparente (vitre) -transparent cover-
Elle permet d’accroître sensiblement le rendement du capteur par effet de serre. L’intérêt d’une
couverture transparente pour le rayonnement solaire est d’autant plus grand que la température
de fonctionnement du capteur est élevée.

matériau noms commerciaux épaisseur t r cp J/kg.K k d


mm % kg/m 3 W/m.K 10-5/K
verre à vitre 3 85-92 2700 840 0.93 0.9
polycarbonate Makrolon 3.2 82-89 1200 1260 0.2 6.6
Lexan
polyméthacrylate Altuaglas 3.2 89-92 1200 1460 0.2 7
Plexiglas
polyester armé 1 77-90 1400 1050 0.21 3.5
polytéréphtalate Mylar Tephane 0.025 84 1.38 1170 0.25 10
d’éthylène
polyfluoroéthylène Teflon FEP 0.05 97 2.15 1170 0.25 10
propylène
Polyfluorure vinyle Tedlar 0.1 93 1.5 1380 0.12 4

12/10/2019 8
6.1 Description d’un capteur solaire plan

Couverture transparente
C’est donc pour des températures dépassant 70°C que l’ont peut envisager d’installer un vitrage afin
d’accroitre le rendement. Pour des températures inférieures, elle est facultative. Quelques matériaux
typiques utilisés dans la fabrication des couvertures transparentes sont illustrés dans le tableau ci-dessus.
Coefficient de transmission (t)
Il résulte du produit d’un coefficient relatif à la réflexion partielle du rayonnement incident, tr,
et d’un coefficient relatif à l’absorption dans le milieu transparent, ta,. On peut écrire
t  t at r
L’effet de serre
Une surface transparente (vitre) pour le rayonnement solaire peut être opaque au rayonnement infrarouge.
Les rayons visibles vont traverser la vitre, échauffer la plaque absorbante qui va rayonner dans l’infrarouge.

12/10/2019 9
6.1 Description d’un capteur solaire plan

Isolant
Pour minimiser les pertes de chaleur du système, il faut isoler ses parois. En avant c’est une couche d’air
qui joue le rôle d’isolant . La partie arrière du capteur est constituée d’une ou plusieurs couches d’isolant
du type laine de verre, polystyrène, ou mousse de polyuréthane.

12/10/2019 10
6.2 Analyse thermique
Bilan énergétique
L’équation du bilan peut s’écrire comme suit

qS  qu  qloss  qst (2.2)

Avec q S  qS Act ca a (2.3)

q S est l’insolation instantanée disponible , l’irradiation ou rayonnement solaire en W/m2


qu est le taux de chaleur utile , l’énergie résultante emmagasinée dans le fluide
qloss est les déperditions de chaleur dans l’entourage par convection et rayonnement
qst est le terme transitoire, l’énergie stockée dans le capteur
Ac est l’aire de la surface de la plaque absorbante, également celle de la surface de la vitre
aa est le coefficient d’absorption de la plaque absorbante
t c est le coefficient de transmission de la couverture transparente .
Le produit aat c est connu sous le nom de rendement optique du capteur, dénoté hop.

Ainsi, le rendement instantané du capteur peut s’écrire comme suit:


qu
h (2.4)
q S Ac

12/10/2019 11
6.2 Analyse thermique
Effet de la température de l’absorbeur sur le rendement du capteur
Considérons le capteur solaire illustré par le schéma ci-dessous:

Avec
Ta est la température de la plaque absorbante
Tc est la température de couverture transparente
T∞ est la température de l’air ambiant
Tsky est la température du ciel

Hypothèses simplificatrices

- régime permanent (qst = 0)


- les températures de l’absorbeur et la vitre sont supposées uniformes et isothermes
- les effets de bords sont négligeables; écoulement de chaleur monodimensionnel suivant la direction
normale à la paroi.
- le ciel est supposé rayonner à une température pouvant être estimée par la relation:

Tsky  0.0552T1.5 (2.5)

L’analogie électrique peut être ainsi adoptée pour effectuer l’analyse thermique. Le schéma du circuit
équivalent est ainsi illustré sur la figure ci-dessus.
12/10/2019 12
6.2 Analyse thermique

1 1
R1  R2 
R2 hc,1  hr ,1 hc, 2  hr , 2

R1
q Sh op

qu
e R3
R3  i
ki

Avec,
hc,1 est le coefficient de convection naturelle qui règne dans l’air confiné entre la surface
absorbante et la vitre.
hr,1 est le coefficient dû au phénomène d’échange radiatif intervenant entre la surface de
l’absorbeur et la surface de la vitre
hc,2 est le coefficient de convection entre la surface de la vitre et l’air ambiant
hr,2 est le coefficient dû au phénomène d’échange radiatif entre la surface de la vitre et l’entourage
ki est le coefficient de conductivité thermique de l’isolant (Ti = T∞)

12/10/2019 13
6.2 Analyse thermique

Evaluation des déperditions de chaleur

Le circuit thermique présenté dans la figure ci-dessus peut être simplifié comme suit

Ainsi, on obtient l’expression de déperditions de chaleur par unité de surface de l’absorbeur :

R 
  U (Ta  T )
qloss (2.6)
q Sh op qu
où, U est le coefficient global du transfert de chaleur donné par
1
U
R 
avec,
1 1 1
    R1  R2
Rtop
R  Rtop
 R3

D’où, l’expression du rendement devient


Ta  T
h  h op  U (2.7)
qS
avec, h op a at c est le rendement optique.

12/10/2019 14
6.2 Analyse thermique

Calcul des coefficients de transfert de chaleur par convection et par rayonnement

Pour déterminer le coefficient de convection hc,1, les corrélations suivantes sont utilisées.

 1708   1708(sin 1.8 )1.6   Ra b cos   


1/ 3

Nub  1  1.441   1       1 (2.8)


 Ra b cos    Ra b cos    5830  

pour L / b  12 et 0    70

La notation [ ] signifie que si la quantité entre parenthèse est négative, elle


L  b
doit être mise égale à zéro.
Avec, les nombres de Rayleigh et Nusselt sont respectivement donnés par

g (Ta  Tc )b 3 kf Ta  Tc : température du film


Ra b  a : diffusivité thermale Tf 
aT f r f cp 2

hb
Nu b   hc ,1  h
kf

12/10/2019 15
6.2 Analyse thermique

Calcul des coefficients de transfert de chaleur par convection et par rayonnement

Pour déterminer le coefficient d’échange par rayonnement hr,1, les relations suivantes sont utilisées.
Etant donné que b<<L, on peut considérer que l’échange par rayonnement a lieu entre deux plans parallèles
infinis, la plaque de l’absorbeur et la couverture transparente (la vitre).

 (Ta4  Tc4 )
q r,1  hr ,1 (Ta  Tc )  (2.9)
1 1
 1
ea ec
 (Ta2  Tc2 )(Ta  Tc )
Donc, on a hr ,1  (2.10)
1 1
 1
ea ec
Pour calculer le coefficient d’échange par rayonnement hr,2, on considérera l’échange de chaleur entre une
petite surface , celle de la vitre, et une grande surface, l’entourage (le ciel). Ainsi, on peut écrire

qr, 2  hr , 2 (Tc  T )  e (Tc4  Tsky


4
) (2.11)

e (Tc4  Tsky
4
)
On a ainsi hr , 2  (2.12)
Tc  T

12/10/2019 16
6.2 Analyse thermique
Calcul des coefficients de transfert de chaleur par convection et par rayonnement

Le coefficient de convection entre la vitre et l’air ambiant, hc, 2, pour une vitesse du vent V∞ parallèle à la vitre, on peut
considérer la corrélation empirique suivante:
h  5.7  3.8V (2.13)

Donc, on a hc, 2  h (2.14)

1
Alternativement, le coefficient d’échange global U top  , résultant de la surface d’absorbeur jusqu’à l’air

Rtop
ambiant à travers la vitre, peut être déterminé par la corrélation suivante:
1
 n 1  (Ta  T )(Ta2  T2 )
U top     (2.15)
 344 / Ta Ta  T /( n  f ) e  0.0425n(1  e )1  (2n  f  1) / e n   n
0.31
h 

Avec,
n : nombre de vitres; f  (1.0  0.04h  5.0x10 4 h 2 )(1.0  0.058n)

e : émissivité de l’absorbeur; en : émissivité de couverture; h: coefficient de convection de l’air ambiant du côté de la vitre

12/10/2019 17
6.2 Analyse thermique
Effet de la température d’entrée du fluide caloporteur sur le rendement du capteur
La température Ta ne varie que en fonction de x i.e. Ta  Ta (x).. Néanmoins, elle peut être considérée
constante pour la partie située au dessus de la conduite d’eau (voir figure ci-dessous). Elle varie uniquement
dans l’intervalle 2w.

Ta  Ta ( x) 0  x  w
 (2.16)
Ta  Tb xw

Equation du bilan énergétique pour un élément de la plaque

Soit un élément dx de la plaque absorbante de longueur L et


d’épaisseur d.

h q S dxL
qloss
 dxL
op

12/10/2019 18
6.2 Analyse thermique
Effet de la température d’entrée du fluide caloporteur sur le rendement du capteur
L’équation du bilan énergétique peut s’écrire ainsi comme suit:

d 2Ta U   q h 
  Ta   T  S op  
dx 2 k ad    (2.17)
  U 
Les conditions aux limites:

 dTa 
  0 Ta  Tb , à x  w
 dx  x 0
U
En posant m2 
k ad
 qSh op 
et introduisant le changement de variable   Ta   T   , on obtient
 U 
d 2
2
 m 2  0
dx

q Sh op   q Sh op   ch (mx)


La solution : Ta ( x)  T   
  Tb   T   
 (2.18)
U   U   ch (mw)

12/10/2019 19
6.2 Analyse thermique
Effet de la température d’entrée du fluide caloporteur sur le rendement du capteur

En se référant à la figure ci-dessous, le taux de chaleur absorbé par le fluide caloporteur par
unité de longueur de la conduite, q f , peut être obtenu comme suit:
dTa
q f  (q Sh op  qloss
 ) De  2k a d (2.19)
dx xw

Introduisant le rendement de l’ailette:

th (mw)
h fin 
mw

et l’Eq. (2.18), l’expression de q f devient

 
q f  q Sh op  U (Tb  T ) ( De  2wh fin ) (2.20)

12/10/2019 20
6.2 Analyse thermique
Effet de la température d’entrée du fluide caloporteur sur le rendement du capteur

En introduisant le coefficient de convection du fluide, hi, et le coefficient de conduction de la


soudure, Cb , le taux de chaleur par unité de longueur, q f , peut être également donné par la
relation :
Tb  T f
q f  (2.21)
1 1

Di hi C b

En substituant l’expression de Tb dans l’Eq. (2.20), on obtient

 
qf  F qShop  U (T f  T ) ( De  2w) (2.22)

1
Avec, F (2.23)
 1 U U 
( De  2w)  
 D  2wh D h Cb 
 e f i i

12/10/2019 21
6.2 Analyse thermique
Effet de la température d’entrée du fluide caloporteur sur le rendement du capteur

Considérons maintenant un volume élémentaire dans la conduite, on a donc le bilan énergétique:


m
c p dT f  q f dy (2.24)
N

Avec, N est le nombre de conduites.

Ainsi, on peut déduire l’équation différentielle:

dT f NpFU (2.25)
 dy
q Sh op m c p
T f  T 
U
où, p = De+2w
avec les C.A.L  y  0 : T f  T f ,in

 y  L : T f  T f ,out

12/10/2019 22
6.2 Analyse thermique
Effet de la température d’entrée du fluide caloporteur sur le rendement du capteur

En intégrant l’équation (2.25), on obtient :

q Sh op
T f ,out  T 
U  exp   NpLFU  (2.26)
q Sh op  m c p 
T f ,in  T  
U

Avec NpL = Ac : l’aire de la surface du capteur.

Le taux de chaleur fourni au fluide caloporteur peut être ainsi calculé par
(2.27)
qu  m c p (T f ,out  T f ,in )

12/10/2019 23
6.2 Analyse thermique
Effet de la température d’entrée du fluide caloporteur sur le rendement du capteur

Introduisant le facteur suivant:

m c p   FUAc 
FR  1  exp   
 (2.28)
AcU   m c p 

connu sous le nom de facteur de transfert thermique, représente le rapport du taux de chaleur réel
reçu par le fluide sur celui qui serait récupéré si la surface absorbante était isotherme à Tf,in. D’où,


qu  FR Ac q Sh op  U (T f ,in  T )  (2.29)
Ainsi, le rendement instantané du capteur

qu  U 
h  FR h op  (T f ,in  T ) (2.30)
qS Ac  qS 

12/10/2019 24
6.3 Systèmes de chauffage /production d’eau chaude sanitaire
Le chauffage et la production d’eau chaude sanitaire sont parmi les principales
applications que l’on peut envisager dans la pratique. Une telle installation solaire se
compose de cinq éléments essentiels: Capteur, Stockage, Energie d’appoint, Contrôle et
Régulation, et Utilisation (charge).

12/10/2019 25
6.4 Réfrigération solaire
On distingue deux techniques de réfrigération solaire: (i) Systèmes à compression vapeur
alimentés par des panneaux photovoltaïque et (ii) Systèmes à absorption utilisant énergie
thermale d’origine solaire (NH3-H2O et LiBr-H2O)

12/10/2019 26
6.4 Réfrigération solaire
Systèmes à absorption utilisant énergie thermale d’origine solaire

Capteur solaire à tube sous vide

12/10/2019 27
6.4 Réfrigération solaire
Exemples typiques

- Cas d’un hôtel en Espagne, sur la Costa Blanca, pour lequel une puissance frigorifique
de 125 kW (426 517.75 Btu/h) est assurée par 386 m² de capteurs solaires à tubes sous
vide. Un volume de 30 m3 de stockage assure les transitoires

- En Allemagne (Köln): un immeuble de bureaux climatisé par 176 m² de capteurs à tubes


sous vide fournissant une puissance de 77 kW (262 734.934 Btu/h).

12/10/2019 28