Vous êtes sur la page 1sur 64

MINISTERE DE L'ENSEIGNEMENT SUPERIEUR

ET DE LA RECHERCHE SCIENTIFIQUE

DIRECTION NATIONALE DE L'ENSEIGNEMENT REPUBLIQUE DU MALI


SUPERIEUR ET DE LA RECHERCHE SCIENTIFIQUE Un Peuple – Un But – Une Foie

D.E.R. GENIE CIVIL

ECOLE NATIONALE D’INGENIEURS ABDERHAMANE BABA-TOURE

MINI-PROJET D’OUVRAGES
HYDROTECHNIQUES :
Conception d’un barrage dans le
village de SIENE

Classe : GC2-HYD Cycle Ingénieur

DIRIGĖ PAR : PREPARE ET REDIGE PAR :


Mr. KONE VIGNON KINHOLE HUGUES

Août 2018
Résumé

Dans le but de nous aider à mieux comprendre le cours d’ouvrages


hydrotechniques, il nous a été donné un mini-projet de conception d’un
barrage.

Ce mini-projet abordera le dimensionnement d’un barrage sis sur un sol


sablo-argileux dans la ville de SIENE. Sa construction est projetée pour
pouvoir satisfaire le besoin de la population environnante possédant
plus de 2700 têtes de bêtes à abreuver et 1,5 ha à irriguer. La conception
a donné un barrage de 3,2 m de hauteur au-dessus du terrain naturel,
long de 247,4 m longitudinalement et 7 m transversalement. Le coût du
projet est évalué à 368 908 150 TTC.

Hugues Kinhole VIGNON Mini-projet de barrage 1


Table des matières

Résumé ....................................................................................................................1

INTRODUCTION ...................................................................................................4

1.1 Localisation ....................................................................................................7

Figure 1.1 : Carte de Siene ...........................................................................................7

1.2 Climat et végétation ........................................................................................7

1.3 Ressource en eau.............................................................................................8

1.4 Cadre socio-économique. ................................................................................8

1.4.1 Population ...................................................................................................8

1.4.2 Infrastructures..............................................................................................8

1.5 Activités économiques ....................................................................................8

2.1 Calculs hydrologiques ...................................................................................11

2.1.1 Caractéristiques du bassin versant ..............................................................11

Figure 2.1 : Bassin versant .........................................................................................11

2.1.2 Superficie du bassin versant .......................................................................11

2.1.3 Périmètre du bassin versant .......................................................................12

2.1.4 La forme du Bassin versant........................................................................12

2.1.5 Précipitation décennale ponctuelle de 24h (P10) ........................................12

2.1.6 Longueur et largeur du rectangle ............................................................... 12

2.1.7 Perméabilité (I) ..........................................................................................13

2.1.8 Indice globale de pente ..............................................................................13

2.1.9 Dénivelé spécifique ...................................................................................14

2.1.10 Densité de drainage ................................................................................14

2.1.11 Coefficient de ruissellement ...................................................................15

Figure 2.2 : recherche de Kr10 par interpolation ........................................................15

2.2 Détermination du débit de crue de projet .......................................................16

2.2.1 Méthode ORSTOM ...................................................................................16


Hugues Kinhole VIGNON Mini-projet de barrage 2
2.2.2 Méthode CIEH ..........................................................................................16

2.3 Le dépôt des solides ......................................................................................17

2.4.1 Evaluation des pertes par infiltration..........................................................19

2.4.2 Pertes en eau par évaporation.....................................................................20

2.4.3 Capacité de la retenue ................................................................................20

2.4.4 Le débit d’évacuation ................................................................................20

2.5 Choix de l’axe du barrage .............................................................................21

2.5.1 Courbe hauteur- volume ............................................................................21

Figure 2.3 : courbe hauteur-volume............................................................................22

2.5.2 Courbe hauteur – surface ...........................................................................22

Figure 2.4 : courbe hauteur-surface ............................................................................23

3.1 Etudes hydrauliques ......................................................................................25

3.1.1 Choix du type de barrage ...........................................................................25

3.1.2 Dimensionnement du barrage ....................................................................25

3.1.2.1 Revanche (R) .........................................................................................25

3.1.2.2 Hauteur du barrage (Hb) .........................................................................26

3.1.2.3 Pente du talus (m)...................................................................................26

3.1.2.4 Largeur en crête (bcr) ..............................................................................26

3.1.2.5 Largeur à la base (B) ..............................................................................26

3.1.2.6 L’encrage (e) ..........................................................................................27

3.1.3 Calculs de stabilité du barrage ...................................................................28

3.1.3.1 Pendant la période de construction .........................................................29

Figure 3.1 : Barrage en période de construction .........................................................29

3.1.3.2 Pendant la période d’exploitation ...........................................................34

3.1.3.2.1 Période de retenue normale .................................................................34

Figure 3.2 : Barrage en période de retenue normale....................................................35

3.1.3.2.2 Période des hautes eaux.......................................................................40


Hugues Kinhole VIGNON Mini-projet de barrage 3
Figure 3.3 : Barrage en période de retenue normale....................................................41

3.1.4 Vérification de la règle de LANE ..............................................................47

Figure 3.4 : vérification de LANE ..............................................................................48

3.1.5 Calcul du bassin de dissipation ..................................................................48

Figure 3.5 : Bassin de dissipation ...............................................................................49

3.1.6 Devis quantitatif et estimatif ......................................................................52

Conclusion .............................................................................................................58

ANNEXE ..............................................................................................................59

INTRODUCTION

Hugues Kinhole VIGNON Mini-projet de barrage 4


Les pays en voie de développement se trouvent tous confrontés à certains problèmes
comme assurer l’autosuffisance alimentaire face aux changements climatiques et
l’irrégularité des pluies en saison sèche. La mise en œuvre de certains programmes de
développement passe obligatoirement par la construction des barrages permettant de
cultiver à tout moment et de satisfaire les besoins en eau du cheptel.

C’est ce dernier point qui fera l’objet de ce présent mini projet dans lequel nous
dimensionnerons un ouvrage de mobilisation des eaux qu’on appelle barrage afin de
garantir une quantité d’eau nécessaire aux besoins des populations.

Le barrage est ouvrage hydraulique qui barre, sur toute la largeur, une section d'une
vallée et qui créé ainsi une dépression topographique artificielle étanche à l'eau.

La retenue créée par le barrage peut stocker une part importante des apports d’eau lors
des crues. Le barrage surélève le plan d’eau amont et a pour objectif :

 L’irrigation des terres cultivées (Besoins agricoles) ;


 L’alimentation en eau potable des collectivités (besoins domestiques et
industriels) ;
 L’abreuvement des animaux, (élevage des bétails) ;

Compte tenu des ressources et de la demande ici, nous allons essayer de satisfaire deux
types de besoin : l’abreuvement des animaux et l’arrosage des périmètres irrigués. Ces
demandes doivent être satisfaites durant toute la période sèche pour pouvoir aboutir aux
résultats escomptés.

Hugues Kinhole VIGNON Mini-projet de barrage 5


PARTIE I :
PRESENTATION DE LA ZONE D’ETUDE
VILLAGE DE SIENE

Hugues Kinhole VIGNON Mini-projet de barrage 6


1.1 Localisation

Le village de siene est une localité de la région de KOULIKORO de latitude 12°40’52’’


et de longitude 12°24’19’’ entouré par des villages comme banko-koura à 1,64 km,
samale 4,46 Km, tourela à 5,48 km. La principale activité économique de la zone est
l’agriculture, et l’élevage. Le relief peu accidenté, présente des dépressions et des
collines.

Figure 1.1 : Carte de Siene

1.2 Climat et végétation

Le climat de type tropical est caractérisé par deux (2) saisons : une saison pluvieuse
(juin-octobre), une saison sèche de novembre à mai avec deux (2) variantes (une variante
froide de novembre à janvier et une variante chaude de février à mai caractérisée par des
grands vents tels que l’alizé et le harmattan.)

La végétation est de type soudano sahélien caractérisé par une savane herbacée avec la
présence de grands arbres : le baobab, le néré, le caïlcédrat, le lingué, le figuier, le karité,
le sanan, le dougoura, le balansan.

Hugues Kinhole VIGNON Mini-projet de barrage 7


1.3 Ressource en eau

On note la présence de petits marigots, mares et de petits lacs qui s’assèchent un ou deux
mois après l’hivernage. Le site du barrage est situé sur un cours d’eau temporaire qui
se réuni avec d’autre pour ce jeté dans le fleuve Niger.

1.4 Cadre socio-économique.

1.4.1Population

La commune compte 8.131 habitants (cf. RACE 2001). La population est composée de
Bambara, peulh. Le Bambara est le seul dialecte de communication et l’ethnie
dominante.

1.4.2 Infrastructures

La commune compte des infrastructures peu importantes tels que : un centre


d’apprentissage rural (C.A.R), un service civique, un premier cycle et second cycle Eau
: la commune dispose de quelques forages dont la fonctionnalité pose problème avec les
pannes fréquentes.

1.5 Activités économiques

Les principales activités économiques de la commune reposent sur l’agriculture,


l’élevage, la pêche et des ressources forestières.

- L’agriculture : La commune regorge de vastes étendues de terres fertiles exploitées à


moins de 60 %. Les variétés cultivées sont : le mil, le sorgho, le maïs, le fonio,
l’arachide, A cela s’ajoute de vastes jardins potagers qui viennent renforcés le potentiel
alimentaire.

- L’élevage : Le cheptel est assez important avec plus de 2 540 bovins. Deux parcs de
vaccination dont un en bois permettent de lutter contre les épizooties.

- Ressources forestières :

• La flore : on peut noter l’existence de quinze quelques forêts villageoises


caractérisées par des grands arbres massifs et localisées dans les villages voisines. Les

Hugues Kinhole VIGNON Mini-projet de barrage 8


produits de la cueillette occupent une place importante dans les revenus des femmes
dans tous les villages.

• La faune : la proximité de la commune du centre urbain fait qu’elle ne regorge


pas assez de gibiers. Les quelques rares animaux sauvages dans les forêts indiquées plus
haut, ne sont pas suffisamment protégés.

Les produits commercialisés sont : le mil, l’arachide, les ovins, les caprins, la volaille,
les produits forestiers et artisanaux.

Hugues Kinhole VIGNON Mini-projet de barrage 9


PARTIE II :
ETUDES HYDROLOGIQUES

Hugues Kinhole VIGNON Mini-projet de barrage 10


2.1 Calculs hydrologiques

Ces calculs hydrologiques sont réalisés sur le bassin versant qui se ferme sur l’axe de
notre barrage.

2.1.1 Caractéristiques du bassin versant

Un bassin versant est un espace géographique tel que chaque goutte d’eau tombée, non
évaporée ou absorbée par infiltration, est acheminé par gravité en un point commun
appelé exutoire.

A l’aide des logiciels comme Global Mapper, nous avons pu délimiter le bassin versant
qui se ferme sur l’axe de notre barrage.

Figure 2.1 : Bassin versant

2.1.2 Superficie du bassin versant

La surface du bassin versant est une caractéristique très importante dont la mesure se
fait à l’aide d’un planimètre, d’un papier millimétré ou par des techniques de
digitalisation ou de numérisation.

A l’aide du logiciel Global Mapper, nous avons obtenu comme surface 5,304 km2

On classe les bassins versant en général relativement à leur surface :

Très petit bassin versant 0 < S < 10 km²

Petit bassin versant 10 < S < 200 km²

Grand bassin versant 200 < S < 2000 km²

Hugues Kinhole VIGNON Mini-projet de barrage 11


Très grand bassin versant S > 2000 km²

Nous sommes donc en présence d’un très petit bassin versant.

2.1.3 Périmètre du bassin versant

Il est mesuré à l'aide d'un curvimètre, une ficelle ou des techniques de digitalisation. Le
logiciel nous donne P = 14856 m soit 14,856 km.

2.1.4 La forme du Bassin versant

La forme du bassin versant est déterminée par le coefficient de compacité de Gravelius


KG définit comme suit :

P 14,856
KG = =
2√πs 2√5,304 × π

𝐊 𝐆 = 1,8

On classe la forme des bassins suivant le coefficient de compacité de Gravelius KG

Ainsi on a :

Bassin ramassé KG = 1
Bassin allongé KG > 1

Dans notre cas il s’agit d’un bassin allongé.

2.1.5 Précipitation décennale ponctuelle de 24h (P10)

Notre site se trouve dans des régimes sahéliens et des régimes subdésertiques. La
hauteur de l’averse décennale (P10) dans cette zone varie de 150 à 800 mm. Choisissons
comme valeur de précipitation décennale ponctuelle 𝐏𝟏𝟎 = 𝟏𝟗𝟎 𝐦𝐦

2.1.6 Longueur et largeur du rectangle

Elles correspondent à celles du rectangle ayant même surface S que le bassin versant.

𝐊 𝑮 √𝐒 𝟏, 𝟏𝟐 𝟐 𝐊 𝑮 √𝐒 𝟏, 𝟏𝟐 𝟐
𝐋= [𝟏 √
+ 𝟏−( ) ] et 𝐥= [𝟏 √
− 𝟏−( ) ]
𝟏, 𝟏𝟐 𝐊𝐆 𝟏, 𝟏𝟐 𝐊𝐆

Hugues Kinhole VIGNON Mini-projet de barrage 12


1,8√5,304 1,12 2
𝐋= [1 √
+ 1−( ) ] = 𝟔, 𝟔 𝐊𝐦
1,12 1,8

1,8√5,304 1,12 2
𝐥= √
[1 − 1 − ( ) ] = 𝟎, 𝟖𝟎𝟒 𝑲𝒎
1,12 1,8

2.1.7 Perméabilité (I)

Elle indique la propriété qu’a le sol de transmettre l’eau et l’air. La perméabilité est
étroitement dépendante de la texture et de la structure du sol.

Une classification faite par ORSTOM ; définissant 5 classes de bassins versants en


fonction de la perméabilité des sols ; est généralement utilisée:

P1 : bassins rigoureusement imperméables, entièrement rocheux ou argileux.

P2 : bassins assez imperméables ou bassins homogènes presque imperméables.

P3 : bassins assez imperméables ou bassins homogènes peu perméables.

P4 : bassins assez perméables

P5 : bassins perméables

Le sol de notre site est de type sable-argileux, donc on peut le classer dans la catégorie
P3.

2.1.8 Indice globale de pente

Elle se détermine à partir du relief de l’ensemble du bassin versant. De façon empirique


elle donne :

0,026 0,026
Ig = = = 𝟏, 𝟏𝟑 % soit 𝟏𝟏, 𝟑 𝑚/𝐾𝑚
√S √5,304

L’ORSTOM a défini 7 classes de bassins versants en fonction de la pente longitudinale


moyenne :

R1 : pentes extrêmement faibles, < 0,2% ;

R2 : pentes faibles, entre 0,2 % et 0,5% ;

R3 : pentes assez faible entre 0,5% et 1% ;

Hugues Kinhole VIGNON Mini-projet de barrage 13


R4 : pentes modérée entre 1% et 2 % ;

R5 : pentes assez fortes entre 2% et 5% ;

R6 : pentes fortes entre 5% et 10% ;

R7 : pentes très fortes > 10 %

Ig = 1,13 % donc nous avons une pente modérée ( 1 % ≤ 𝐼𝑔 ≤ 2 %) ce qui dans la


classification correspond à la catégorie des reliefs de type R4.

2.1.9 Dénivelé spécifique

Elle s’exprime en mètre et est en théorie dépendante de l’aire du bassin.

𝑫𝒔 = 𝑰𝒈 × √𝐒 = 11,3 × √5,304 = 26,02 m

DS = 26,02m

En fonction de DS on a un relief :

R1 : extrêmement faible, si DS < 10 m ;

R2 : faible, si DS est entre 10 m et 25 m ;

R3 : assez faible si DS est entre 25 m et 50 m ;

R4 : modéré si DS est entre 50 m et 100 m ;

R5 : assez fort si DS est entre 100 m et 250 m ;

R6 : fort si DS est entre 250 m et 500 m ;

R7 : très fort si DS > 500 m

25 𝑚 ≤ 𝟐𝟔, 𝟎𝟐 𝒎 ≤ 50 𝑚, alors le relief (ici R3) de notre bassin versant est assez
faible.

2.1.10 Densité de drainage

C’est le rapport à la superficie d’un bassin versant (B.V), de la longueur totale (∑Li) des
cours d’eau de tous ordres à l’intérieur du B.V.

∑Li 10,81
𝐷𝑑 = = = 2,04 Km/Km2
S 5,304

Si Dd > 1, le cours d’eau a une bonne affluence

Hugues Kinhole VIGNON Mini-projet de barrage 14


Si Dd < 1, le cours d’eau a une faible affluence

Dd = 2,04 > 1  le cours d’eau de notre bassin versant a une bonne affluence.

2.1.11 Coefficient de ruissellement

Il est déterminé sur l’abaque (coefficient de ruissellement en annexe) en fonction des


paramètres suivants :

 La perméabilité du sol est de type P3


 Le relief est de la classe R3
 La superficie est 5,304 Km2

La détermination du Kr10 est faite par interpolation entre les courbes R4P3 et R3P3 selon
la figure capturée :

Figure 2.2 : recherche de Kr10 par interpolation

18 𝑚𝑚  10
3×10
3 𝑚𝑚  𝑥 d’où 𝑥 = = 1,7
18

𝐾𝑟10 = 35 + 𝑥

𝐾𝑟10 = 36,7 %

Hugues Kinhole VIGNON Mini-projet de barrage 15


2.2 Détermination du débit de crue de projet

2.2.1 Méthode ORSTOM

Cette méthode permet l’estimation des débits de crues décennales pour les bassins
versant de superficie inférieure à 200 km2 en Afrique Occidentale.

𝐚 ∙ 𝐤𝐚 ∙ 𝐊𝐫𝟏𝟎 ∙ 𝐏𝟏𝟎 ∙ 𝐒
𝐐𝐫𝟏𝟎 =
𝐓𝐛𝟏𝟎

Avec :

a =le coefficient de pointe de la crue décennale (généralement = 2,6)

ka : le coefficient d’abattement

P10 : la pluie décennale journalière (190 mm)

Kr10 : le coefficient de ruissellement décennal

Tb10 : temps de base de la crue décennale

S : Superficie du bassin versant

Notons que pour une superficie comprise entre 0 et 25, le 𝑲𝒂 = 𝟏, et le temps de base
est lu sur un abaque (voir annexe, Temps de base), Tb10 = 6,17 ℎ

2,6 × 1 × 0,37 × 190 × 5,304 × 103


Q r10 =
6,17 × 3600

Q r10 = 43,65 𝑚3 /𝑠

2.2.2 Méthode CIEH

C’est une méthode statistique applicable aux bassins versants de superficie inférieure à
1000 km2.

S = 5,304 Km2 ; Ig = 11,3 m/Km; Pan = 1225 mm; Kr10 = 36,7 %

Hugues Kinhole VIGNON Mini-projet de barrage 16


Valeurs
Nombre de paramètre Formules
(m3/s)

Q10 = 4,09xS0,607xIg0,304 23,53


Formule à deux
paramètres
Q10 = 0,45xS0,546xkr100,815 21,09

Q10 = 131xS0,68xIg0,56xPan-0,68 12,58


Formule à trois
paramètres
Q10 = 0,138xS0,673xIg0,345xkr100,68 11,35

Formule à quatre
Q10 = 0,391xS0,71xIg0,47xkr10-0,93x Pan-0,25
paramètres 1,72

Tableau 2.1 : calcul du débit par la méthode de CIEH

Le débit moyen selon cette méthode serait :

23,53 + 4,94 + 12,58 + 0,49 + 1,72


𝑄10 = = 8,65 𝑚3 /𝑠
5
Le débit à prendre en compte sera celui calculé par la méthode d’ORSTOM.

2.3 Le dépôt des solides

Durant la saison pluvieuse, les particules arrachées (terre, troncs d’arbres, branchage
etc.) pendant le ruissellement aboutissent au barrage et s’y déposent entraînant à la
longue le comblement de la retenue. La détermination des pertes par dépôts solides a
pour but de déterminer la quantité de matériaux susceptibles d’arriver annuellement dans
la retenue, correspondant à la dégradation spécifique annuelle.

Le volume d’envasement est le produit de la dégradation spécifique annuelle par la


superficie du bassin versant. La détermination de la dégradation spécifique peut se faire
soit par la formule de GOTTSCHALK, soit par la formule du CIEH-EIER
(GRESILLON).

 Formule de GOTTSCHALK

Hugues Kinhole VIGNON Mini-projet de barrage 17


𝐷 = 260 × 𝑆 −0,1

𝑫 = 260 × 5,304−0,1 = 𝟐𝟐𝟎, 𝟎𝟓 𝒎𝟑 /𝑲𝒎𝟐 /𝒂𝒏

 Formule du CIEH-EIER
𝑃𝑎𝑛 −2,2
𝐷 = 700 ( ) × 𝑆 −0,1
500
1225 −2,2
𝐷 = 700 ( ) × 5,304−0,1
500
𝑫 = 𝟖𝟐, 𝟓 𝒎𝟑 /𝑲𝒎𝟐 /𝒂𝒏

Il convient de retenir la moyenne des résultats obtenus à partir des deux méthodes, soit:

220,05 + 82,5
𝑫 = = 𝟏𝟓𝟏, 𝟐𝟖 𝒎𝟑 /𝒌𝒎𝟐 /𝒂𝒏
2
Le volume annuel des dépôts solides qui correspond au volume déposé dans la cuvette
pendant la saison pluvieuse est :

𝑽𝑫 = 𝑫 × 𝑺

𝑽𝑫 = 151,28 × 0, 16 = 𝟐𝟒, 𝟐𝟎 𝒎𝟑 /𝒂𝒏

2.4 Etude des besoins en eau


Le barrage est érigé en vue de constituer une réserve qui puisse satisfaire les besoins
surtout dans les périodes de sècheresse généralement du mois de Novembre au mois de
Mai soit au moins pendant 7 mois (214 jours).

Les besoins dans le cadre du présent projet sont

 l’abreuvement de :
 1200 têtes de bovins et la norme prévoit 30 à 40 l/j/tête.
 1500 têtes de petits ruminants et la norme prévoit 5 l/j/tête.
 Pour la culture du riz : soit 0,5 ha
 Et les cultures maraîchères : soit 1 ha

Hugues Kinhole VIGNON Mini-projet de barrage 18


ABREUVEMENT

BETAILS NOMBRE NORME QUANTITE NOMBRE VOLUME


DE JOURS D’EAU
CONSOMMEE
EN Litre (L)

Bovins 1200 35 L/j /tête 42.000 L 214 8.988.000

Petits 1500 5L/J 7500L 214 1.605.000


ruminants

VOLUME Abreuvement = 10.593.000 L = 10.593 m3

BESOINS AGRICOLES

CULTURE SURFACE NORME QUANTITE NOMBRE VOLUME


CULTIVEE EN DE JOURS D’EAU
(ha) m3/jour/ha CONSOMMEE
EN Litre (m3)

Riz 0,5 150 75 214 16050

maraîchères 1 100 200 214 42800

VOLUME Abreuvement = 58850 m3

Tableau 2.2 : Evaluation des besoins en eau

Le volume total est : 10593 + 58850 = m3

VT = 69443 m 3

2.4.1 Evaluation des pertes par infiltration

Elles sont évaluées à 10 % des besoins en eau. Ainsi on a :

𝑽𝑰 = 𝟎, 𝟏 × 𝐕𝑻

𝑉𝐼 = 0,1 × 69443

𝑽𝑰 = 𝟔𝟗𝟒𝟒, 𝟑 𝒎𝟑

Hugues Kinhole VIGNON Mini-projet de barrage 19


2.4.2 Pertes en eau par évaporation

Ces pertes par évaporation sont liées à la surface du plan d’eau et dépendent de :

 la durée de l’ensoleillement
 l’exposition au vent,
 le déficit de saturation de l’air,
 la présence de végétation aquatique,
 la profondeur de la retenue.

En l’absence des données à l’évaporomètre de pioche, on estime les pertes à


l’évaporation à 15% du volume de la réserve utile.

Soit Ve le volume des pertes par évaporation.

𝑽𝒆 = 𝟏𝟓% 𝐕𝑻

𝑉𝑒 = 0,15 × 69443 𝑚3

𝑽𝒆 = 𝟏𝟎𝟒𝟏𝟔, 𝟒𝟓 𝒎𝟑

2.4.3 Capacité de la retenue

Pour avoir la capacité de la retenue il faut additionner les différents volumes calculés ci-
dessus avec celui des dépôts solides afin de permettre une exploitation convenablement
la retenue.

𝑽 = 𝑽𝑻 + 𝑽𝑰 + 𝑽𝒆 + 𝑽𝑫

𝑉 = 69443 + 6944,3 + 10416,45 + 24,20

𝑽 = 𝟖𝟔𝟖𝟐𝟕, 𝟗𝟓 𝒎𝟑

2.4.4 Le débit d’évacuation

Compte tenu de la superficie de notre bassin versant, prenons 3h comme temps


d’évacuation :

𝑽
𝑸=
𝒕
86827,95
𝑄=
3 × 3600

Hugues Kinhole VIGNON Mini-projet de barrage 20


𝑸 = 𝟖, 𝟎𝟒 𝒎𝟑 /𝒔

2.5 Choix de l’axe du barrage

Le choix de l’axe du barrage se fait en décelant sur une carte à grande échelle un verrou.

Il a été mis à notre disposition une carte topographique sur laquelle l’axe du futur barrage
a été tracé. A partir de cette carte topographique, on pourra construire les courbes
hauteur-surface et hauteur volume.

2.5.1 Courbe hauteur- volume

Elle est obtenue en projetant les volumes (en abscisse) sur l’axe des hauteurs (en
𝑺𝒊 +𝑺𝒊+𝟏
ordonnée). Les volumes sont calculés par : 𝑽𝒊 = 𝒉
𝟐

Les résultats sont résumés dans le tableau suivant :

Côte (m) Surface (m2) Hauteur Surface Volume Volume


(m) moy (m2) part. (m3) cumu. (m3)

101.5 108,56 0 108,56 0 0

102.0 17751,81 0.5 17860,38 4465,09 4465,09

102.5 35766,09 0.5 53626,48 13406,62 17871,71

103.0 31493,66 0.5 85120,14 21280,03 39151,75

103.5 16933,77 0.5 102053,91 25513,48 64665,22

104.0 164156,01 0.5 266209,92 66552,48 131217,70

104.5 5836,31 0.5 272046,22 68011,56 199229,29

Tableau 2.3 : hauteur-volume

Hugues Kinhole VIGNON Mini-projet de barrage 21


Figure 2.3 : courbe hauteur-volume

2.5.2 Courbe hauteur – surface

Tableau 2.4 : hauteur-surface

Côte (m) Surface (m2) Hauteur Surface Volume Surface


(m) moy (m2) part. (m3) cumu. (m2)

101.5 108,56 0 108,56 0 108,56

102.0 17751,81 0.5 17860,38 4465,09 17860,38

102.5 35766,09 0.5 53626,48 13406,62 53626,48

103.0 31493,66 0.5 85120,14 21280,03 85120,14

103.5 16933,77 0.5 102053,91 25513,48 102053,91

104.0 164156,01 0.5 266209,92 66552,48 266209,92

104.5 5836,31 0.5 272046,22 68011,56 272046,22

Hugues Kinhole VIGNON Mini-projet de barrage 22


Figure 2.4 : courbe hauteur-surface

Hugues Kinhole VIGNON Mini-projet de barrage 23


PARTIE III :
ETUDES HDRAULIQUES ET DEVIS
QUANTITATIF

Hugues Kinhole VIGNON Mini-projet de barrage 24


3.1 Etudes hydrauliques

3.1.1 Choix du type de barrage

Vu que les ouvrages hydrauliques ont une importance significative dans le projet, le
choix de notre barrage porte sur un barrage poids non-déversoir de section
trapézoïdale qui sera confectionné en maçonnerie de moellons.

3.1.2 Dimensionnement du barrage

La hauteur du barrage est donnée par l’ordonnée obtenue par la protection du volume
total (en abscisse) sur l’axe des hauteurs (en ordonnée). Nous avons obtenu 103,75 m
comme hauteur.

En partant de la côte 101,5 m, la hauteur maximale du plan d'eau normal sera :

H1 = 2,25m.

3.1.2.1 Revanche (R)

La revanche est la tranche comprise entre le niveau des plus hautes eaux et la crête du
barrage. Elle a pour but de prévenir toute submersion du barrage dans des conditions de
crues exceptionnelles et de tempête la plus défavorable. Elle se calcul par :

𝑽𝟐
𝑹 = 𝟎, 𝟕𝟓𝒉 +
𝟐𝒈

Avec :

√𝑭
ℎ: la hauteur des vagues (m) donnée par : 𝒉 = 𝟎, 𝟓𝟎 + ;
𝟑

𝐹: la longueur de la retenue (Km) ;

𝑔: la pesanteur (10 N/Kg) ;

𝑉: la vitesse des vagues (m/s) donnée par : 𝑽 = 𝟏, 𝟓 + 𝟐𝒉 ;

La longueur de la retenue est la plus grande distance séparant la courbe de niveau la


plus haute de l’axe du barrage. Avec le fond topographique mis à notre disposition
nous avons obtenue 369,75 m soit 0,370 Km.

Hugues Kinhole VIGNON Mini-projet de barrage 25


Les valeurs sont résumées dans le tableau suivant :

Caractéristiques Valeurs

Hauteur des vagues (h) 0,7 𝑚

Vitesse des vagues (V) 2,91 𝑚/𝑠

Revanche (R) 0,95 𝑚

Tableau 3.1 : caractéristiques de barrage

3.1.2.2 Hauteur du barrage (Hb)

La hauteur du barrage au-dessus du sol est égale à la somme de la hauteur normale de


l’eau dans la retenue et de la revanche.

𝑯 𝒃 = 𝐇𝟏 + 𝐑

𝐻𝑏 = 2,25 + 0,95 = 3,2 m

3.1.2.3 Pente du talus (m)

Comme précisée dans la partie (Choix du type de barrage), la section retenue pour notre
barrage sera de section trapézoïdale avec le talus aval ayant pour pente 1/1, ceci dit, le
talus amont sera vertical.

3.1.2.4 Largeur en crête (bcr)

De façon générale, la largeur de la crête ne doit pas dépasser 2 m. Vu l’importance de


notre barrage, nous optons pour une largeur de crête égale à 0,75 m.

3.1.2.5 Largeur à la base (B)

Suivant notre figure géométrique, elle peut se calculer par :

𝑩 = 𝒃𝒄𝒓 + 𝒎𝑯𝟏

𝑩 = 0,75 + 1 × 3,2 = 𝟑, 𝟗𝟓 𝒎

Hugues Kinhole VIGNON Mini-projet de barrage 26


3.1.2.6 L’encrage (e)

Elle représente la hauteur du niveau du barrage située en dessous du terrain naturel.


L’encrage sera pris égal à e = 1 m.

Les valeurs dont nous aurons besoin pour la stabilité du barrage sont résumé dans le
tableau suivant. Notons que les valeurs en gras ont été choisies en se basant sur des
données sûres :

Caractéristiques Valeurs

Niveau de l’eau (H1) 2,25 𝑚

Hauteur du barrage (Hb) 3,2 𝑚

Largeur du barrage (B) 3,95 𝑚

Pente aval (m2) 1/1

Pente amont (m1) 0

Hauteur d’eau par-dessus la crête (de) 0,7 𝑚

Ancrage au sol (e) 1𝑚

Largeur de la crête (bcr) 0,75 𝑚

Coefficient de cohésion (C) 𝟎, 𝟑 𝒕/𝒎𝟐

Sous pression (w) Diagramme c

Coefficient de frottement (f) 𝟎, 𝟕

Poids volumique du béton (𝛾𝑏 ) 𝟐, 𝟒 𝒕/𝒎𝟑

Poids volumique immergé des sédiments (𝛾𝑖 ) 𝟏, 𝟗 𝒕/𝒎𝟑

Angle de frottement interne des sédiments (ϕ) 𝟑𝟓𝟎

Poids volumique de l’eau (𝛾𝑤 ) 𝟏 𝒕/𝒎𝟑

Epaisseur de la couche de sédiment (h) 𝟏. 𝟐 𝒎

Hugues Kinhole VIGNON Mini-projet de barrage 27


Epaisseur de la couche de sédiment en période de 𝟏. 𝟔 𝒎
hautes eaux (hc)

Tableau 3.2 : données de calcul

3.1.3 Calculs de stabilité du barrage

Le calcul se fera en deux grands volets :

 Pendant la période d’exploitation


 période de retenue normale ;
 période des hautes eaux.
 Pendant la période de construction

Pour chacun de ces volets, nous allons :

- calculer la stabilité au glissement ;


- calculer la stabilité au renversement ;
- calculer la stabilité au poinçonnement
- calculer la stabilité interne du barrage ;

Les formules utilisées sont résumées dans le tableau suivant :

Formules

Forces verticales Forces horizontales

𝑵 = 𝑮𝟏 + 𝑮𝟐 + 𝑮𝟑 + 𝑷′𝟐 − 𝑾𝟏 − 𝑾𝟐 𝑻 = 𝑷𝟏 + 𝑷𝒕 + 𝑷′𝟏 − 𝑷𝟐

𝐺1 = 𝑏𝑐𝑟 × 𝛾𝑏 × 𝐻1 1
𝑃1 = × 𝛾𝑤 × 𝐻1 2
2

𝐺2 = 0,5(𝑏 × 𝛾𝑏 × 𝐻1 ) 1
𝑃1 = × 𝛾𝑤 × 𝐻𝑏 2
2

𝐺3 = 𝐵 × 𝛾𝑏 × 𝑒 𝑃1 ′ = 𝛾𝑤 × 𝐻1 × ℎ

1 𝑃1 ′ = 𝛾𝑤 × 𝐻𝑏 × 𝑑𝑒
𝑃2 ′ = × 𝑚 × 𝛾𝑏 × 𝐻2 2
2

1 2 1 𝜋 𝜑
𝑊1 = × 𝐵 × × 𝛾𝑤 (𝐻1 − 𝐻2 ) 𝑃𝑡 = × 𝛾𝑖 × ℎ 2 × tan2 ( − )
2 3 2 4 2

Hugues Kinhole VIGNON Mini-projet de barrage 28


𝑊2 = 𝐵 × 𝛾𝑤 𝐻2 1 𝜋 𝜑
𝑃𝑡 = × 𝛾𝑖 × ℎ𝑐 2 × tan2 ( − )
2 4 2

1
𝑃2 = × 𝛾𝑤 × 𝐻2 2
2

Tableau 3.3 : formules de calcul de stabilité


Avec :

𝐺 = poids du barrage ;

𝑃1 = pression hydrostatique amont (triangulaire) ;

𝑊 = sous-pression de l’eau ;

𝑃1 ′= pression hydrostatique amont (rectangulaire) ;

𝑃2 ′ = poids de l’eau sur le talus aval ;

NB : les colonnes surlignées sont à utiliser pendant la période des hautes eaux.

3.1.3.1 Pendant la période de construction

Ici, nous supposons que pour la construction du barrage toutes les eaux ont été bloquées
en amont. La résultante de toutes les forces passera donc du côté gauche du milieu de la
base, plus précisément au point A. Les calculs se feront selon le schéma qui suit :

Figure 3.1 : Barrage en période de construction


 stabilité au glissement

Elle est calculée par :

Hugues Kinhole VIGNON Mini-projet de barrage 29


𝑩𝑪 × 𝑵𝒇
𝒇𝒔 =
𝑻
En se basant sur les formules énumérées au-dessus nous obtenons les valeurs suivantes :

Forces verticales (t)

𝑮𝟏 = 0,75 × 2,4 × 2,25 = 𝟓, 𝟕𝟔

𝑮𝟐 = 0,5(3,2 × 2,4 × 3,2) = 𝟏𝟐, 𝟐𝟗

𝑮𝟑 = 3,95 × 2,4 × 1 = 𝟗, 𝟒𝟖

𝑵 = 𝟐𝟕, 𝟓𝟑

Tableau 3.4 : efforts verticaux, période de construction


On aura donc :
𝟑, 𝟗𝟓 × 𝟎, 𝟑 + 𝟎, 𝟕 × 𝟐𝟕, 𝟓𝟑
𝒇𝒔 = =∞
𝟎
La stabilité au glissement est assurée quand 𝒇𝒔 > 𝟏, 𝟓, vu que cette condition est
respectée alors la stabilité au glissement est respectée.

 la stabilité au renversement

Elle est calculée par :

∑ 𝑴𝒔𝒕𝒂/𝑩
𝒇𝒔 =
∑ 𝑴𝒓𝒆𝒗/𝑩

Les résultats sont résumés dans le tableau suivant :

Forces (t) Bras de levier (m) Moment/B (t.m)

𝐺1 = 5,76 𝑏𝑐𝑟 20,62


+ 𝑏 = 3,58
2

𝐺2 = 12,29 2 26,18
𝑏 = 2,13
3

𝐺3 = 9,48 𝐵 18,77
= 1,98
2

𝑀𝑜𝑚𝑒𝑛𝑡𝑠 𝑠𝑡𝑎𝑏𝑖𝑙𝑖𝑠𝑎𝑛𝑡𝑠 = 65,57 𝑡. 𝑚

Hugues Kinhole VIGNON Mini-projet de barrage 30


Tableau 3.5 : calcul de la stabilité au renversement
On aura donc :
65,46
𝑓𝑠 = =∞
0
La stabilité au renversement est assurée quand 𝒇𝒔 > 𝟏, 𝟓, vu que cette condition est
respectée alors la stabilité au renversement est respectée.

 la stabilité au poinçonnement :

On aura besoin de faire ces calculs :

1
𝑞𝑎𝑑𝑚 = (0,5𝛾𝐵𝑁𝛾 + 𝐶𝑁𝑐 + 𝛾𝐷𝑁𝑞 )
𝐹𝑠
𝑁 6𝑒 𝐵
𝜎𝑟é𝑒𝑙 = (1 + ) Si 0<𝑒<
𝐵 𝐵 6

2𝑁 1 𝐵 𝐵
𝜎𝑟é𝑒𝑙 = (𝐵 ) 𝑠𝑖 <𝑒<
3 −𝑒 6 2
2

|𝑀/0 |
𝑒=
𝑁

Avec :

𝑁𝛾 , 𝑁𝑐 , 𝑁𝑞 : les facteurs de capacité portantes lues dans le tableau de Hansen

𝑒: L’excentricité

𝐹𝑠 : facteur de sécurité pris égal à 3

𝛾: poids volumique immergé du sol

𝐷: profondeur d’ancrage du barrage

𝐶, 𝐵, 𝑁, 𝑀/0 : les mêmes significations précitées à partir du tableau 3.2

La seule valeur manquant est 𝑀/0, les calculs de ce moment sont résumés dans le tableau
suivant :

Hugues Kinhole VIGNON Mini-projet de barrage 31


Forces (t) Bras de levier (m) Moment/0 (t.m)

𝐺1 = 5,76 𝐵 𝑏𝑐𝑟 − 9,22


− = 1,6
2 2

𝐺2 = 12,29 𝐵 𝑏 − 1,97
− (𝑏𝑐𝑟 + ) = 0,16
2 3

𝐺3 = 9,48 0 0

Tableau 3.6 : calcul du moment par rapport au centre de la base

De ce tableau on a : |𝑀/0 | = 11,19 𝑡. 𝑚.

Avec un angle de frottement interne 𝜑 = 35 0, nous avons pu lire sur le tableau de


Mansen : 𝑁𝑐 = 46,12 ; 𝑁𝑞 = 33,30 ; 𝑁𝛾 = 33,92

Ainsi nous avons les valeurs de 𝜎𝑟é𝑒𝑙 𝑒𝑡 𝑞𝑎𝑑𝑚 .

1
𝑞𝑎𝑑𝑚 = (0,5 × 1,9 × 3,95 × 33,92 + 0,3 × 46,12 + 1,9 × 1 × 33,30)
3

𝒒𝒂𝒅𝒎 = 𝟔𝟖, 𝟏𝟑 𝒕/𝒎𝟐


11,19 𝐵 3,95 𝐵 3,95
𝑒= = 0,41 𝑚 ; = = 0,66 ; = = 1,98
27,53 6 6 2 2

𝐵
Donc 0<𝑒< , alors
6

𝑁 6𝑒 27,53 6 × 0,41
𝜎𝑟é𝑒𝑙 = (1 + ) = (1 + ) = 𝟏𝟐, 𝟔𝟖 𝒕/𝒎𝟐 < 𝒒𝒂𝒅𝒎
𝐵 𝐵 3,95 3

La stabilité au poinçonnement est assurée quand 𝝈𝒓é𝒆𝒍 < 𝒒𝒂𝒅𝒎, vu que cette condition
est respectée alors la stabilité au poinçonnement est respectée.

 stabilité interne du barrage


- contraintes normales dans le corps du barrage et dans les fondations

N ∑|M/O | N ∑|M/O|
𝜎𝑚𝑖𝑛 = −6 et 𝜎𝑚𝑎𝑥 = 𝐵 + 6 𝐵2
𝐵 𝐵2

𝝈𝒎𝒊𝒏 𝝈𝒎𝒂𝒙

27,53 11,19 27,53 11,19


−6 +6
3,95 3,952 3,95 3,952

Hugues Kinhole VIGNON Mini-projet de barrage 32


𝟐, 𝟔𝟕 𝟏𝟏, 𝟐𝟕

- contraintes à l’arête sur les sections horizontales

𝝈𝒂𝒎
𝒚 = 𝜎𝑚𝑖𝑛 et 𝝈𝒂𝒗
𝒚 = 𝜎𝑚𝑎𝑥

𝝈𝒂𝒎
𝒚 𝝈𝒂𝒗
𝒚

27,53 11,19 27,53 11,19


−6 +6
3,95 3,952 3,95 3,952

𝟐, 𝟔𝟕 𝟏𝟏, 𝟐𝟕

- contraintes à l’arête sur les sections verticales

𝝈𝒂𝒎 𝒂𝒎 2 2 𝒂𝒎 𝒂𝒗 2 2
𝒙 = 𝝈𝒚 𝑚1 + 𝛾𝑤 𝐻1 (1 − 𝑚1 ) et 𝝈𝒙 = 𝝈𝒚 𝑚2 + 𝛾𝑤 𝐻2 (1 − 𝑚2 )

𝝈𝒂𝒎
𝒙 𝝈𝒂𝒗
𝒙

4,57 × 02 + 0 × (1 − 02 ) 11,27 × 12 + 0 × (1 − 12 )

𝟎 𝟏𝟏, 𝟐𝟕

- contraintes tangentielles dans le corps du barrage

𝝉𝒂𝒎 𝒂𝒎
𝒙𝒚 = (𝛾𝑤 𝐻1 − 𝝈𝒚 )𝑚1 et 𝝉𝒂𝒗 𝒂𝒗
𝒙𝒚 = (𝝈𝒚 − 𝛾𝑤 𝐻2 )𝑚2

𝝉𝒂𝒎
𝒙𝒚 𝝉𝒂𝒗
𝒙𝒚

(1 × 0 − 4,57) × 0 (11,27 − 1 × 0) × 1

𝟎 𝟏𝟏, 𝟐𝟕

- contraintes principales

Maximum à l’arête amont (t/m2) 𝝈𝒂𝒎


𝟏 = 𝛾𝑤 𝐻1 𝟎

Hugues Kinhole VIGNON Mini-projet de barrage 33


Maximum à l’arête aval (t/m2) 𝝈𝒂𝒗 𝒂𝒗 2
𝟏 = 𝝈𝒚 (1 + 𝑚2 ) − 𝛾𝑤 𝐻2 𝑚2
2 𝟏𝟏, 𝟐𝟕

Minimum à l’arête amont (t/m2) 𝝈𝒂𝒎 𝒂𝒎 2


𝟐 = 𝝈𝒚 (1 + 𝑚1 ) − 𝛾𝑤 𝐻1 𝑚1
2 𝟐, 𝟔𝟕

Minimum à l’arête aval (t/m2) 𝝈𝒂𝒗


𝟐 = 𝛾𝑤 𝐻2 𝟎

- épures des contraintes sur les sections horizontales et verticales

𝑥 𝒂𝒗 𝑥 𝑥 𝒂𝒗 𝑥
𝝈𝒙 = 𝝈𝒙 + (1 − ) 𝝈𝒂𝒎 𝝈𝒚 = 𝝈𝒚 + (1 − ) 𝝈𝒂𝒎
𝐵 𝐵 𝒙 𝐵 𝐵 𝒚

𝑥 𝑥 𝑥 𝑥 𝑇 𝝉𝒂𝒗 𝒂𝒎
𝒙𝒚 +𝝉𝒙𝒚
𝝉𝒙𝒚 = 𝝉𝒂𝒗 𝒂𝒎
𝒙𝒚 + (1 − ) 𝝉𝒙𝒚 + 𝟔 (1 − ) × ( − )
𝐵 𝐵 𝐵 𝐵 𝐵 2

𝝈𝒙 = −2,85𝑥 + 11,27 𝝈𝒚 = −2,17𝑥 + 11,27

𝝉𝒙𝒚 = 2,17 𝑥 2 − 5,71𝑥

La stabilité dans le corps du barrage est assurée quand toutes les contraintes sont
supérieures à zéro, vu que cette condition est respectée alors la stabilité dans le corps
du barrage est respectée.

Les épures seront tracées dans en annexe.

3.1.3.2 Pendant la période d’exploitation

3.1.3.2.1 Période de retenue normale

Les calculs se feront en suivant le schéma suivant :

Hugues Kinhole VIGNON Mini-projet de barrage 34


Figure 3.2 : Barrage en période de retenue normale

Dans ce cas, la hauteur d’eau en aval (H2) et la hauteur de l’eau déversant au-dessus de
la crête du barrage (h) sont nulles.

 stabilité au glissement

Elle est calculée par :

𝑩𝑪 × 𝑵𝒇
𝒇𝒔 =
𝑻
En se basant sur les formules énumérées au-dessus nous obtenons les valeurs suivantes :

Forces (t)

Verticales Horizontales

𝑮𝟏 = 0,75 × 2,4 × 2,25 = 𝟓, 𝟕𝟔 1


𝑷𝟏 = × 1 × 2,252 = 𝟐, 𝟓𝟑
2

𝑮𝟐 = 0,5(3,2 × 2,4 × 3,2) = 𝟏𝟐, 𝟐𝟗

𝑮𝟑 = 3,95 × 2,4 × 1 = 𝟗, 𝟒𝟖

Hugues Kinhole VIGNON Mini-projet de barrage 35


1 1 180 35
𝑾= × 3,95 × 1,5 = 𝟐, 𝟗𝟔 𝑷𝒕 = × 1,9 × 1,22 × tan2 ( − ) = 𝟎, 𝟑𝟕
2 2 4 2

𝑵 = 27,53 − 2,96 = 𝟐𝟒, 𝟓𝟕 𝑻 = 2,53 + 0,37 = 𝟐, 𝟗

Tableau 3.7 : efforts verticaux et horizontaux, période de retenue normale

On aura donc :
𝟑, 𝟗𝟓 × 𝟎, 𝟑 + 𝟎, 𝟕 × 𝟐𝟒, 𝟓𝟕
𝒇𝒔 = = 𝟔, 𝟑𝟒
𝟐, 𝟗

La stabilité au glissement est assurée quand 𝒇𝒔 > 𝟏, 𝟓, vu que cette condition est
respectée alors la stabilité au glissement est respectée.

 la stabilité au renversement

Elle est calculée par :

∑ 𝑴𝒔𝒕𝒂/𝑩
𝒇𝒔 =
∑ 𝑴𝒓𝒆𝒗/𝑩

Les résultats sont résumés dans le tableau suivant :

Forces (t) Bras de levier (m) Moment/B (t.m)

𝐺1 = 5,76 𝑏𝑐𝑟 20,62


+ 𝑏 = 3,58
2

𝐺2 = 12,29 2 26,18
𝑏 = 2,13
3

𝐺3 = 9,48 𝐵 18,77
= 1,98
2

𝑀𝑜𝑚𝑒𝑛𝑡𝑠 𝑠𝑡𝑎𝑏𝑖𝑙𝑖𝑠𝑎𝑛𝑡𝑠 = 65,57 𝑡. 𝑚

𝑃1 = 2,53 𝐻1 4,43
+ 𝑒 = 1,75
3

𝑃𝑡 = 0,37 ℎ 0,52
+ 𝑒 = 1,4
3

𝑊 = 2,96 2 7,78
𝐵 = 2,63
3

Hugues Kinhole VIGNON Mini-projet de barrage 36


𝑀𝑜𝑚𝑒𝑛𝑡𝑠 𝑟𝑒𝑛𝑣𝑒𝑟𝑠𝑎𝑛𝑡𝑠 = 12,73 𝑡. 𝑚

Tableau 3.8 : calcul de la stabilité au renversement


On aura donc :
65,46
𝑓𝑠 = = 5,15
12,73

La stabilité au renversement est assurée quand 𝒇𝒔 > 𝟏, 𝟓, vu que cette condition est
respectée alors la stabilité au renversement est respectée.

 la stabilité au poinçonnement :

On aura besoin de faire ces calculs :

1
𝑞𝑎𝑑𝑚 = (0,5𝛾𝐵𝑁𝛾 + 𝐶𝑁𝑐 + 𝛾𝐷𝑁𝑞 )
𝐹𝑠
𝑁 6𝑒 𝐵
𝜎𝑟é𝑒𝑙 = (1 + ) Si 0<𝑒<
𝐵 𝐵 6

2𝑁 1 𝐵 𝐵
𝜎𝑟é𝑒𝑙 = (𝐵 ) 𝑠𝑖 <𝑒<
3 −𝑒 6 2
2

|𝑀/0 |
𝑒=
𝑁
Avec :

𝑁𝛾 , 𝑁𝑐 , 𝑁𝑞 : les facteurs de capacité portantes lues dans le tableau de Hansen

𝑒: L’excentricité

𝐹𝑠 : facteur de sécurité pris égal à 3

𝛾: poids volumique immergé du sol

𝐷: profondeur d’ancrage du barrage

𝐶, 𝐵, 𝑁, 𝑀/0 : les mêmes significations précitées à partir du tableau 3.2

La seule valeur manquant est 𝑀/0, les calculs de ce moment sont résumés dans le tableau
suivant :

Hugues Kinhole VIGNON Mini-projet de barrage 37


Forces (t) Bras de levier (m) Moment/0 (t.m)

𝐺1 = 5,76 𝐵 𝑏𝑐𝑟 − 9,22


− = 1,6
2 2

𝐺2 = 12,29 𝐵 𝑏 − 1,97
− (𝑏𝑐𝑟 + ) = 0,16
2 3

𝐺3 = 9,48 0 0

𝑃1 = 2,53 𝐻1 + 4,43
+ 𝑒 = 1,75
3

𝑃𝑡 = 0,37 ℎ + 0,52
+ 𝑒 = 1,4
3

𝑊 = 2,96 𝐵 𝐵 + 1,95
− = 0,66
2 3

Tableau 3.9 : calcul du moment par rapport au centre de la base

De ce tableau on a : |𝑀/0 | = 4,29 𝑡. 𝑚.

Avec un angle de frottement interne 𝜑 = 35 0, nous avons pu lire sur le tableau de


Mansen : 𝑁𝑐 = 46,12 ; 𝑁𝑞 = 33,30 ; 𝑁𝛾 = 33,92

Ainsi nous avons les valeur de 𝜎𝑟é𝑒𝑙 𝑒𝑡 𝑞𝑎𝑑𝑚.

1
𝑞𝑎𝑑𝑚 = (0,5 × 1,9 × 3,95 × 33,92 + 0,3 × 46,12 + 1,9 × 1 × 33,30)
3

𝒒𝒂𝒅𝒎 = 𝟔𝟖, 𝟏𝟑 𝒕/𝒎𝟐


4,29 𝐵 3,95 𝐵 3,95
𝑒= = 0,17 𝑚 ; = = 0,66 ; = = 1,98
24,57 6 6 2 2

𝐵
Donc 0<𝑒< , alors
6

𝑁 6𝑒 24,57 6 × 0,17
𝜎𝑟é𝑒𝑙 = (1 + ) = (1 + ) = 𝟖, 𝟑𝟒 𝒕/𝒎𝟐 < 𝒒𝒂𝒅𝒎
𝐵 𝐵 3,95 3

La stabilité au poinçonnement est assurée quand 𝝈𝒓é𝒆𝒍 < 𝒒𝒂𝒅𝒎, vu que cette condition
est respectée alors la stabilité au poinçonnement est respectée.

 stabilité interne du barrage


- contraintes normales dans le corps du barrage et dans les fondations

Hugues Kinhole VIGNON Mini-projet de barrage 38


N ∑|M/O | N ∑|M/O|
𝜎𝑚𝑖𝑛 = −6 et 𝜎𝑚𝑎𝑥 = 𝐵 + 6 𝐵2
𝐵 𝐵2

𝝈𝒎𝒊𝒏 𝝈𝒎𝒂𝒙

24,57 4,29 24,57 4,29


−6 +6
3,95 3,952 3,95 3,952

𝟒, 𝟓𝟕 𝟕, 𝟖𝟕

- contraintes à l’arête sur les sections horizontales

𝝈𝒂𝒎
𝒚 = 𝜎𝑚𝑖𝑛 et 𝝈𝒂𝒗
𝒚 = 𝜎𝑚𝑎𝑥

𝝈𝒂𝒎
𝒚 𝝈𝒂𝒗
𝒚

24,57 4,29 24,57 4,29


−6 +6
3,95 3,952 3,95 3,952

𝟒, 𝟓𝟕 𝟕, 𝟖𝟕

- contraintes à l’arête sur les sections verticales

𝝈𝒂𝒎 𝒂𝒎 2 2 𝒂𝒎 𝒂𝒗 2 2
𝒙 = 𝝈𝒚 𝑚1 + 𝛾𝑤 𝐻1 (1 − 𝑚1 ) et 𝝈𝒙 = 𝝈𝒚 𝑚2 + 𝛾𝑤 𝐻2 (1 − 𝑚2 )

𝝈𝒂𝒎
𝒙 𝝈𝒂𝒗
𝒙

4,57 × 02 + 1 × 2,25(1 − 02 ) 7,87 × 12 + 1 × 0(1 − 12 )

𝟐, 𝟐𝟓 𝟕, 𝟖𝟕

- contraintes tangentielles dans le corps du barrage

𝝉𝒂𝒎 𝒂𝒎
𝒙𝒚 = (𝛾𝑤 𝐻1 − 𝝈𝒚 )𝑚1 et 𝝉𝒂𝒗 𝒂𝒗
𝒙𝒚 = (𝝈𝒚 − 𝛾𝑤 𝐻2 )𝑚2

𝝉𝒂𝒎
𝒙𝒚 𝝉𝒂𝒗
𝒙𝒚

(1 × 2,25 − 4,57) × 0 (7,87 − 1 × 0) × 1

𝟎 𝟕, 𝟖𝟕

Hugues Kinhole VIGNON Mini-projet de barrage 39


- contraintes principales

Maximum à l’arête amont (t/m2) 𝝈𝒂𝒎


𝟏 = 𝛾𝑤 𝐻1 𝟐, 𝟐𝟓

Maximum à l’arête aval (t/m2) 𝝈𝒂𝒗 𝒂𝒗 2 2


𝟏 = 𝝈𝒚 (1 + 𝑚2 ) − 𝛾𝑤 𝐻2 𝑚2 )
𝟏𝟓, 𝟕𝟒

Minimum à l’arête amont (t/m2) 𝝈𝒂𝒎 𝒂𝒎 2 2


𝟐 = 𝝈𝒚 (1 + 𝑚1 ) − 𝛾𝑤 𝐻1 𝑚1 )
𝟒, 𝟓𝟕

Minimum à l’arête aval (t/m2) 𝝈𝒂𝒗


𝟐 = 𝛾𝑤 𝐻2 𝟎

- épures des contraintes sur les sections horizontales et verticales

𝑥 𝒂𝒗 𝑥 𝑥 𝒂𝒗 𝑥
𝝈𝒙 = 𝝈𝒙 + (1 − ) 𝝈𝒂𝒎 𝝈𝒚 = 𝝈𝒚 + (1 − ) 𝝈𝒂𝒎
𝐵 𝐵 𝒙 𝐵 𝐵 𝒚

𝑥 𝑥 𝑥 𝑥 𝑇 𝝉𝒂𝒗 𝒂𝒎
𝒙𝒚 +𝝉𝒙𝒚
𝝉𝒙𝒚 = 𝝉𝒂𝒗 𝒂𝒎
𝒙𝒚 + (1 − ) 𝝉𝒙𝒚 + 𝟔 (1 − ) × ( − )
𝐵 𝐵 𝐵 𝐵 𝐵 2

𝝈𝒙 = 1,42𝑥 + 2,25 𝝈𝒚 = 0,83𝑥 + 4,57

𝝉𝒙𝒚 = 1,23 𝑥 2 − 2,87𝑥

La stabilité dans le corps du barrage est assurée quand toutes les contraintes sont
supérieures à zéro, vu que cette condition est respectée alors la stabilité dans le corps
du barrage est respectée.

Les épures seront tracées dans en annexe.

3.1.3.2.2 Période des hautes eaux.

Ici, la hauteur d’eau en amont va équivaloir à la hauteur du barrage (𝐻1 = 𝐻𝑏 , et la


hauteur en aval existera.Les calculs se feront en suivant le schéma suivant :

Hugues Kinhole VIGNON Mini-projet de barrage 40


Figure 3.3 : Barrage en période de retenue normale

 stabilité au glissement

Elle est calculée par :

𝑩𝑪 × 𝑵𝒇
𝒇𝒔 =
𝑻
En se basant sur les formules énumérées au-dessus nous obtenons les valeurs suivantes :

Forces (t)

Verticales Horizontales

𝑮𝟏 = 0,75 × 2,4 × 3,2 = 𝟓, 𝟕𝟔 1


𝑷𝟏 = × 1 × 3,22 = 𝟓, 𝟏𝟐
2

𝑮𝟐 = 0,5(3,2 × 2,4 × 3,2) = 𝟏𝟐, 𝟐𝟗 𝑷′𝟏 = 0,7 × 3,2 = 𝟐, 𝟐𝟒

𝑮𝟑 = 3,95 × 2,4 × 1 = 𝟗, 𝟒𝟖 1
𝑷𝟐 = × 1 × 12 = 𝟎, 𝟓
2

Hugues Kinhole VIGNON Mini-projet de barrage 41


1
𝑾𝟏 = × 3,95 × 1,47 = 𝟐, 𝟗𝟎
2

𝑾𝟐 = 3,95 × 1 = 𝟑, 𝟗𝟓 1 180 35
𝑷𝒕 = × 1,9 × 1,62 × tan2 ( − ) = 𝟎, 𝟔𝟔
2 4 2

1
𝑷′𝟐 = × 1 × 12 = 𝟎, 𝟓
2

𝑵 = 21,18 − 6,85 = 𝟐𝟏, 𝟏𝟖 𝑻 = 8,02 + 0,5 = 𝟕, 𝟓𝟐

Tableau 3.10 : efforts verticaux et horizontaux, période de hautes eaux

On aura donc :
𝟑, 𝟗𝟓 × 𝟎, 𝟑 + 𝟎, 𝟕 × 𝟐𝟏, 𝟏𝟖
𝒇𝒔 = = 𝟐, 𝟏𝟑
𝟕, 𝟓𝟐

La stabilité au glissement est assurée quand 𝒇𝒔 > 𝟏, 𝟓, vu que cette condition est
respectée alors la stabilité au glissement est respectée.

 la stabilité au renversement

Elle est calculée par :

∑ 𝑴𝒔𝒕𝒂/𝑩
𝒇𝒔 =
∑ 𝑴𝒓𝒆𝒗/𝑩

Les résultats sont résumés dans le tableau suivant :

Forces (t) Bras de levier (m) Moment/B (t.m)

𝐺1 = 5,76 𝑏𝑐𝑟 20,62


+ 𝑏 = 3,58
2

𝐺2 = 12,29 2𝑏 26,18
= 2,13
3

𝐺3 = 9,48 𝐵 18,77
= 1,98
2

𝑃2 = 0,5 𝐻2 0,67
+ 𝑒 = 1,33
3

𝑃2 ′ = 0,5 𝐻2 × 𝑚2 0,17
= 0,33
3

Hugues Kinhole VIGNON Mini-projet de barrage 42


𝑀𝑜𝑚𝑒𝑛𝑡𝑠 𝑠𝑡𝑎𝑏𝑖𝑙𝑖𝑠𝑎𝑛𝑡𝑠 = 66,41 𝑡. 𝑚

𝑃1 = 5,12 𝐻𝑏 10,6
+ 𝑒 = 2,07
3

𝑃1 ′ = 2,24 𝐻𝑏 5,82
+ 𝑒 = 2,6
2

𝑃𝑡 = 0,66 ℎ 1,01
+ 𝑒 = 1,53
3

𝑊1 = 2,90 2𝐵 7,63
= 2,63
3

𝑊2 = 3,95 𝐵 7,82
= 1,98
2

𝑀𝑜𝑚𝑒𝑛𝑡𝑠 𝑟𝑒𝑛𝑣𝑒𝑟𝑠𝑎𝑛𝑡𝑠 = 27,16 𝑡. 𝑚

Tableau 3.11 : Calcul de stabilité au renversement, période de hautes eaux

On aura donc :
66,41
𝑓𝑠 = = 2,02
32,88

La stabilité au renversement est assurée quand 𝒇𝒔 > 𝟏, 𝟓, vu que cette condition est
respectée alors la stabilité au renversement est respectée.

 la stabilité au poinçonnement :

On aura besoin de faire ces calculs :

1
𝑞𝑎𝑑𝑚 = (0,5𝛾𝐵𝑁𝛾 + 𝐶𝑁𝑐 + 𝛾𝐷𝑁𝑞 )
𝐹𝑠
𝑁 6𝑒 𝐵
𝜎𝑟é𝑒𝑙 = (1 + ) Si 0<𝑒<
𝐵 𝐵 6

2𝑁 1 𝐵 𝐵
𝜎𝑟é𝑒𝑙 = (𝐵 ) 𝑠𝑖 <𝑒<
3 −𝑒 6 2
2

|𝑀/0 |
𝑒=
𝑁

Avec :

Hugues Kinhole VIGNON Mini-projet de barrage 43


𝑁𝛾 , 𝑁𝑐 , 𝑁𝑞 : les facteurs de capacité portantes lues dans le tableau de Hansen

𝑒: L’excentricité

𝐹𝑠 : facteur de sécurité pris égal à 3

𝛾: poids volumique immergé du sol

𝐷: profondeur d’ancrage du barrage

𝐶, 𝐵, 𝑁, 𝑀/0 : les mêmes significations précitées à partir du tableau 3.2

La seule valeur manquant est 𝑀/0, les calculs de ce moment sont résumés dans le tableau
suivant :

Forces (t) Bras de levier (m) Moment/o (t.m)

𝐺1 = 5,76 𝐵 𝑏𝑐𝑟 − 9,22


− = 1,6
2 2

𝐺2 = 12,29 𝐵 𝑏𝑐𝑟 − 1,97


− (𝑏 + ) = 0,16
2 3

𝐺3 = 9,48 0 0

𝑃2 = 0,5 𝐻2 − 0,67
+ 𝑒 = 1,33
3

𝑃2 ′ = 0,5 𝐵 𝐻2 × 𝑚2 + 0,82
− = 1,64
2 3

𝑃1 = 5,12 𝐻𝑏 + 10,6
+ 𝑒 = 2,07
3

𝑃𝑡 = 0,66 ℎ + 1,01
+ 𝑒 = 1,53
3

𝑃1 ′ = 2,24 𝐻𝑏 + 5,82
+ 𝑒 = 2,6
2

𝑊1 = 2,90 𝐵 𝐵 + 1,91
− = 0,66
2 3

𝑊2 = 3,95 0 0

Tableau 3.12 : Calcul du moment par rapport au centre de la base, période des hautes
eaux
De ce tableau on a : 𝑀/0 = 8,3 𝑡. 𝑚.

Hugues Kinhole VIGNON Mini-projet de barrage 44


Avec un angle de frottement interne 𝜑 = 35 0, nous avons pu lire sur le tableau de
Mansen : 𝑁𝑐 = 46,12 ; 𝑁𝑞 = 33,30 ; 𝑁𝛾 = 33,92

Ainsi nous avons les valeurs de 𝜎𝑟é𝑒𝑙 𝑒𝑡 𝑞𝑎𝑑𝑚 .

1
𝑞𝑎𝑑𝑚 = (0,5 × 1,9 × 3 × 33,92 + 1,5 × 46,12 + 1,9 × 1 × 33,30)
3

𝒒𝒂𝒅𝒎 = 𝟕𝟔, 𝟑𝟕 𝒕/𝒎𝟐


8,3 𝐵 3,95 𝐵 3,95
𝑒= = 0,39 𝑚 ; = = 0,66 ; = = 1,98
𝟐𝟏,𝟏𝟖 6 6 2 2

𝐵
Donc 0<𝑒< , alors
6
𝑁 6𝑒 21,18 6 × 0,39
𝜎𝑟é𝑒𝑙 = (1 + ) = (1 + ) = 𝟖, 𝟓𝟑 𝒕/𝒎𝟐 < 𝒒𝒂𝒅𝒎
𝐵 𝐵 3,95 3,95

La stabilité au poinçonnement est assurée quand 𝝈𝒓é𝒆𝒍 < 𝒒𝒂𝒅𝒎, vu que cette condition
est respectée alors la stabilité au poinçonnement est respectée.

 stabilité interne du barrage


- contraintes normales dans le corps du barrage et dans les fondations

N ∑|M/O | N ∑|M/O|
𝜎𝑚𝑖𝑛 = −6 et 𝜎𝑚𝑎𝑥 = +6
𝐵2
𝐵 𝐵2 𝐵

𝝈𝒎𝒊𝒏 𝝈𝒎𝒂𝒙

21,18 8,3 21,18 8,3


−6 +6
3,95 3,952 3,95 3,952

𝟐, 𝟏𝟕 𝟖, 𝟓𝟓

- contraintes à l’arête sur les sections horizontales

𝝈𝒂𝒎
𝒚 = 𝜎𝑚𝑖𝑛 et 𝝈𝒂𝒗
𝒚 = 𝜎𝑚𝑎𝑥

𝝈𝒂𝒎
𝒚 𝝈𝒂𝒗
𝒚

21,18 8,3 21,18 8,3


−6 +6
3,95 3,952 3,95 3,952

Hugues Kinhole VIGNON Mini-projet de barrage 45


𝟐, 𝟏𝟕 𝟖, 𝟓𝟓

- contraintes à l’arête sur les sections verticales

𝝈𝒂𝒎 𝒂𝒎 2 2 𝒂𝒎 𝒂𝒗 2 2
𝒙 = 𝝈𝒚 𝑚1 + 𝛾𝑤 𝐻1 (1 − 𝑚1 ) et 𝝈𝒙 = 𝝈𝒚 𝑚2 + 𝛾𝑤 𝐻2 (1 − 𝑚2 )

𝝈𝒂𝒎
𝒙 𝝈𝒂𝒗
𝒙

2,17 × 02 + 1 × 3,2 × (1 − 02 ) 8,55 × 12 + 1 × 1(1 − 12 )

𝟑, 𝟐 𝟖, 𝟓𝟓

- contraintes tangentielles dans le corps du barrage

𝝉𝒂𝒎 𝒂𝒎
𝒙𝒚 = (𝛾𝑤 𝐻1 − 𝝈𝒚 )𝑚1 et 𝝉𝒂𝒗 𝒂𝒗
𝒙𝒚 = (𝝈𝒚 − 𝛾𝑤 𝐻2 )𝑚2

𝝉𝒂𝒎
𝒙𝒚 𝝉𝒂𝒗
𝒙𝒚

(1 × 3,2 − 3,2) × 0 (8,55 − 1 × 1) × 1

𝟎 𝟕, 𝟓𝟓

- contraintes principales

Maximum à l’arête amont (t/m2) 𝝈𝒂𝒎


𝟏 = 𝛾𝑤 𝐻1 𝟑, 𝟐

Maximum à l’arête aval (t/m2) 𝝈𝒂𝒗 𝒂𝒗 2 2


𝟏 = 𝝈𝒚 (1 + 𝑚2 ) − 𝛾𝑤 𝐻2 𝑚2 )
𝟏𝟔, 𝟏

Minimum à l’arête amont (t/m2) 𝝈𝒂𝒎 𝒂𝒎 2 2


𝟐 = 𝝈𝒚 (1 + 𝑚1 ) − 𝛾𝑤 𝐻1 𝑚1 )
𝟐, 𝟏𝟕

Minimum à l’arête aval (t/m2) 𝝈𝒂𝒗


𝟐 = 𝛾𝑤 𝐻2 𝟏

- épures des contraintes sur les sections horizontales et verticales

Hugues Kinhole VIGNON Mini-projet de barrage 46


𝑥 𝒂𝒗 𝑥 𝑥 𝒂𝒗 𝑥
𝝈𝒙 = 𝝈𝒙 + (1 − ) 𝝈𝒂𝒎 𝝈𝒚 = 𝝈𝒚 + (1 − ) 𝝈𝒂𝒎
𝐵 𝐵 𝒙 𝐵 𝐵 𝒚

𝑥 𝑥 𝑥 𝑥 𝑇 𝝉𝒂𝒗 𝒂𝒎
𝒙𝒚 +𝝉𝒙𝒚
𝝉𝒙𝒚 = 𝝉𝒂𝒗 𝒂𝒎
𝒙𝒚 + (1 − ) 𝝉𝒙𝒚 + 𝟔 (1 − ) × ( − )
𝐵 𝐵 𝐵 𝐵 𝐵 2

𝝈𝒙 = 1,35 𝑥 + 3,2 𝝈𝒚 = 1,61 𝑥 + 2,17

𝝉𝒙𝒚 = 0,72 𝑥 2 − 0,93𝑥

La stabilité dans le corps du barrage est assurée quand toutes les contraintes sont
supérieures à zéro, vu que cette condition est respectée alors la stabilité dans le corps
du barrage est respectée.

Les épures seront tracées dans en annexe.

3.1.4 Vérification de la règle de LANE

Cette vérification vise à prévenir le risque du phénomène du Renard. Ce phénomène est


fréquent dans les sols sableux et vu la qualité de notre sol de fondation (sablo-argileux),
il est nécessaire de faire la vérification de LANE. Cette vérification est donnée par :

𝟏
𝑳𝒗 + 𝑳𝒗 > 𝑪𝑯
𝟑
Oû :

𝐿𝑣 ∶ désigne la longueur des cheminements verticaux (m)

𝐿𝐻 ∶ désigne la longueur des cheminements horizontaux (m)

𝐻 ∶ désigne la hauteur d’eau en amont du déversoir (m)

𝐶 ∶ désigne le coefficient de LANE (6 pour notre cas)

Hugues Kinhole VIGNON Mini-projet de barrage 47


Figure 3.4 : vérification de LANE

On aura donc :

1 1
𝐿𝑣 + 𝐿𝑣 = 3,95 + 1 + = 5,28
3 3

𝐶𝐻 = 6 × 2,25 = 13,5 en période de retenue normale.

La vérification a failli, il faudrait donc penser à des appliquer des méthodes comme :

- Injection des coulis pour créer des rideaux étanches en aval du talus amont,
dans la fondation et
- Disposer d’un système de drainage en fondation, en aval des infections, pour
permettre l’évacuation des eaux d’infiltration.

3.1.5 Calcul du bassin de dissipation

Au pied d’un déversoir poids, les eaux arrivent avec une énergie cinétique importante
ce qui à la longue entrainerait un déchaussement de l’ouvrage évacuateur. Il faut donc
dissiper cette énergie à l’intérieur de lui-même plutôt que sur le fond ou les rives du
talweg ce qui nous conduira à la réalisation d’un bassin de dissipation. Le
dimensionnement du bassin de dissipation revient donc à donner une longueur

Hugues Kinhole VIGNON Mini-projet de barrage 48


supérieure à la longueur L du ressaut et une profondeur D telle que 𝒚𝟐 − 𝑫 ≤ 𝒚𝒏 . Le
problème revient donc à déterminer ; y2 ; yn ; L

Figure 3.5 : Bassin de dissipation

 longueur déversant

Elle est donnée par la formule suivante :

𝑄 43,65
𝐿= =
𝑚. ℎ3/2. √2𝑔 0.40 × 𝑂, 73/2 × √2 ∗ 9,81

𝐿 = 42,07 𝑚

 Détermination de la profondeur du bassin 𝒀𝟐

La profondeur du bassin peut être déterminée par abaque. La méthodologie est la


suivante :

- Calculer 𝐻/𝑃 ;
- Calculer 𝐷/𝑃 ;
- Lire sur l'abaque la valeur correspondante de 𝑌𝑛 /𝑃 et en déduire 𝑌𝑛 = 𝑥. 𝑃

Application :

𝑯𝑶 = 3, 𝟐 𝒎 𝒉 = 𝟎, 𝟕 𝒎

Supposons D = 0,30m

Hugues Kinhole VIGNON Mini-projet de barrage 49


𝐷 0,30 𝐷 ℎ 0,7 ℎ
= = 0,094 = = 0,22
𝐻𝑂 3,2 𝐻𝑂 𝐻𝑂 3,2 𝐻𝑂

La lecture sur l'abaque ci-contre nous donne


𝑦𝑛
= 0,32 𝑠𝑜𝑖𝑡 𝑦𝑛 = 0,32𝐻0 𝒚𝒏 = 𝟏, 𝟎𝟐 𝒎
𝐻𝑂

 Largeur et autres caractéristiques du bassin

La largeur du bassin de dissipation doit être au moins égale à la longueur du ressaut.


Celle-ci est déterminée par abaques en fonction du nombre de Froude à l'entrée du
bassin (𝐹).

𝑉1
𝐹= v1 et y1 représentent respectivement la vitesse en m/s et le tirant d’eau en
√𝑔.𝑦1
m

𝑉1 et 𝑦1 Peuvent être calculés en résolvant le système d'équations suivant :

𝑉1 = √2𝑔(0,9(𝐻 + ℎ) − 𝑦1 ) Avec 𝐻 = 𝐻𝑂 + 𝐷

𝑄𝑃𝑟𝑜𝑗𝑒𝑡
𝑦1 = 𝑎𝑣𝑒𝑐 𝐿: 𝑙𝑎 𝑙𝑜𝑛𝑔𝑢𝑒𝑢𝑟 𝑑é𝑣𝑒𝑟𝑠𝑎𝑛𝑡𝑒
𝐿 × 𝑉1

Donc

43,65
𝑉1 = √2 × 9,81(0,9(3,5 + 0,70) − )
42,07 × 𝑉1

Nous avons ainsi une équation du troisième degré à résoudre :

Après interpolations on obtient :

𝑉1 3 − 74,16 𝑉1 + 20,4 = 0

𝑉1 = 8,47 m/s → 𝑦1 = 0,12 𝑚

𝑦1 < 𝐻𝑜 𝑑𝑜𝑛𝑐 𝑦1 = 0,12 𝑚

 Calcul du nombre de Froude

𝑉1 8,47
𝐹= 𝐹=
√𝑔 × 𝑦1 √9,81 × 0,12

Hugues Kinhole VIGNON Mini-projet de barrage 50


𝑭 = 𝟕, 𝟖𝟏

𝐹 = 7,81 > 4,5 et la vitesse d’entrée inférieur à 15m/s il est recommandé d’utiliser le
bassin de type II.

 Détermination de l’épaisseur du bassin à ressaut

Cette épaisseur est donnée par :

𝑬𝒓𝒂𝒅𝒊𝒆𝒓 = 𝟎, 𝟏𝟓𝑽𝟏 √𝒚𝟏

Nous obtenons donc :

𝐸𝑟𝑎𝑑𝑖𝑒𝑟 = 0,15 × 8,47√0,12 = 0,44 𝑚

 Tirant d’eau aval minimum

Il est donné par :

𝑦2 1
= √1 + 8𝐹 2 − 1
𝑦1 2

Nous obtenons donc :

𝑦2 1
= √1 + 8 × 7,812 − 1 = 10,06
𝑦1 2

𝑑 ′ 𝑜ù 𝑦2 = 10,06𝑦1

𝒚𝟐 = 𝟏, 𝟐 𝒎

 longueur du bassin

𝐿
Elle est exprimée par la relation qui se lit sur un abaque (voir annexe). La lecture de
𝑦2

ce rapport sur l’abaque nous donne :

𝐿
= 2,65 ↔ L = 2,65𝑦2 = 2,65 × 1,15 = 3,05 𝑚
𝑦2

 dimensions des blocs chicanes

ℎ2
Leur hauteur est exprimée par la relation qui se lit sur un abaque (voir annexe). La
𝑦1

lecture de ce rapport sur l’abaque nous donne :

ℎ2
= 1,8 ↔ ℎ2 = 1,8𝑦1 = 1,8 × 0,12 = 0,22 𝑚
𝑦1

Hugues Kinhole VIGNON Mini-projet de barrage 51


Les autres dimensions sont résumées dans le tableau suivant :

Largeur du bloc 0,75ℎ2 0,17 m

Espacement entre deux blocs chicanes 0,75ℎ2 0,17 m

Espacement de rive 0,375ℎ2 0,1 m

Distance par rapport au pied du déversoir 0,8ℎ2 0,96 m

Tête du bloc 0,2ℎ2 0,04 m

 dimensions des blocs de chute

Largeur du bloc 𝑦1 0,12 m

Espacement entre deux blocs chicanes 𝑦1 0,12 m

Espacement de rive 0,5𝑦1 0,06 m

Tête du bloc 𝑦1 0,12 m

 hauteur du seuil terminal

ℎ4
Elle est exprimée par la relation qui se lit sur un abaque (voir annexe). La lecture de
𝑦1

ce rapport sur l’abaque nous donne :

ℎ4
= 1,4 ↔ ℎ4 = 1,4𝑦1 = 1,4 × 0,12 = 0,17 𝑚
𝑦1

3.1.6 Devis quantitatif et estimatif

Il est nécessaire ici de trouver les volumes de déblais, remblais et bu béton. Connaissant
la longueur transversale du barrage (y compris le bassin de dissipation) de 7 m et sa
longueur en vue en plan de 247,4 m, nous pouvons obtenir ces volumes. Les résultats
sont résumés dans le tableau suivant :

Hugues Kinhole VIGNON Mini-projet de barrage 52


Profil numéro Distance Différence Surfaces Volume Volume déblai
2 3
partielle (m) entre CP et partielles (m ) remblai (m ) (m3)
CTN au nœud
(obtenu par (𝐿𝑡 × 𝑠𝑢𝑟𝑓𝑎𝑐𝑒)
en gras (m)
Autocad)

𝟏−2 20,81 0,5 5,2 36,4 −

𝟐−3 10,87 1 8,18 57,26 −

𝟑−4 8,4 1,5 10,5 73,5 −

𝟒−5 17,21 2 30,1 210,7 −

𝟓−6 22,83 2,5 51,3 359,1 −

𝟔−7 33,37 2,2 78,49 549,43 −

𝟕−8 4,35 2,5 10,11 70,77 −

𝟖−9 7,5 2,8 19,88 139,16 −

𝟗 − 10 8 2,5 21,2 148,4 −

𝟏𝟎 − 11 8,6 2,7 22,36 156,52 −

𝟏𝟏 − 12 15,6 2,5 40,56 283,92 −

𝟏𝟐 − 13 8,15 2 18,54 129,78 −

𝟏𝟑 − 14 13 2,3 27,9 195,3 −

𝟏𝟒 − 15 9,5 2 20,43 143,01 −

𝟏𝟓 − 16 11,76 1,5 20,48 143,36 −

𝟏𝟔 − 17 10,37 1 13 91 −

𝟏𝟕 − 18 9,08 0,5 6,81 47,67 −

𝟏𝟖 − 19 20,5 0 5,13 35,91 −

𝟏𝟗 − 20 7,5 0,7 2,44 − 17,08

Tableau 3.13 : Calcul des volumes de cubature

𝑉𝑜𝑙𝑢𝑚𝑒 𝑟𝑒𝑚𝑏𝑙𝑎𝑖 = 2871,19 𝑚3

Hugues Kinhole VIGNON Mini-projet de barrage 53


𝑉𝑜𝑙𝑢𝑚𝑒 𝑑é𝑏𝑙𝑎𝑖 = 17,08 𝑚3

𝑆𝑡 = 𝑆𝑏𝑎𝑟 + 𝑆𝑏𝑑

Où :

𝑆𝑏𝑎𝑟 : désigne le surface en travée du barrage

𝑆𝑏𝑑 : désigne le surface en travée du bassin de dissipation

3,2 × (3,95 + 0,75)


𝑆𝑏𝑎𝑟 = = 7,52 𝑚2
2

𝑆𝑏𝑑 = 3,05 × 0,44 = 1,34 𝑚2

𝑆𝑡 = 7,52 + 1,34 = 8,86 𝑚2

𝑆𝑐ℎ𝑖𝑐 : désigne le surface en travée d’un bloc chicane

𝑆𝑐ℎ𝑢 : désigne le surface en travée d’un bloc de chute

0,22 × (0,22 + 0,04)


𝑆𝑐ℎ𝑖𝑐 = = 0,0286 𝑚2
2
(0,12 × 0,12)
𝑆𝑐ℎ𝑢 = = 0,0072 𝑚2
2

Hugues Kinhole VIGNON Mini-projet de barrage 54


Num DESIGNATIONS U. Quantité P.U P.T

I INSTALLATION ET REPLI DU MATERIEL DE CHANTIER

I. 1 Amené et repli du matériel ff 1 2 000 000 2 000 000

I. 2 Frais d'installation de chantier et d'implantation des ouvrages ff 1 2 500 000 2 500 000

I. 3 Pistes et déviations ff 1 1 500 000 1 500 000

I. 4 Débroussaillage, décapage de l'emprise 𝑚2 4948 7 000 34 636 000

Sous-Total I 𝟒𝟎 𝟔𝟑𝟔 𝟎𝟎𝟎

II MUR D’ETANCHEITE

II. 1 Déblais 𝑚3 297,24 8 000 2 377 920

II. 2 Béton cyclopéen dosé à 350kg/m3 pour fondation 𝑚3 185,775 100 000 18 577 500

II. 3 Béton cyclopéen dosé à 350kg/m3 pour le mur d'étanchéité 𝑚3 593,76 100 000 59 376 000

II. 4 Remblais compactés 𝑚3 111,465 7 000 780 255

II. 5 Hydrofuges 𝑘𝑔 200 1 500 300 000

Sous-Total II 𝟖𝟏 𝟒𝟏𝟏 𝟔𝟕𝟓

III CORPS DU BARRAGE

III. 1 Travaux de déblais 𝑚3 990,8 8 000 7 926 400

III. 2 Travaux de remblais 𝑚3 198,16 7 000 1 387 120

III. 3 Béton cyclopéen dosé à 250kg/m3 pour le parement aval 𝑚3 1268,224 100 000 126 822 400

III. 4 Réalisation du bajoyer y compris toutes sujétions 𝑚𝑙 121 10 500 1 270 500

III. 5 Fourniture et pose de matériaux de remplissage des joints de 𝑓𝑓 7 500 000 3 500 000
dilatation et de construction y compris toutes sujétions

III. 6 Fourniture et pose de gabions 𝑓𝑓 1 1 500 000 1 500 000

Sous-Total III 𝟏𝟒𝟐 𝟒𝟎𝟔 𝟒𝟐𝟎

Hugues Kinhole VIGNON Mini-projet de barrage 55


IV BASSIN DE DISSIPATION

IV. 1 Déblai 𝑚3 494,8 8 000 3 958 400

IV. 2 Remblai 𝑚3 162,79 7 000 1 139 530

IV. 3 Béton dosé à 300kg/m3 pour le bassin 𝑚3 332,01 100 000 33 201 000

IV. 4 Béton dosé à 300kg/m3 pour blocs de chute 𝑚3 14,84 100 000 1 484 000

IV. 5 Béton dosé à 300kg/m3 pour blocs chicane 𝑚3 41,67 100 000 4 167 000

IV. 6 Béton pour la réalisation du seuil terminal 𝑚3 14,30 100 000 1 430 000

IV. 7 Pose des enrochements 𝑓𝑓 1 2 000 000 2 000 000

Sous-Total IV 𝟒𝟕 𝟑𝟕𝟗 𝟗𝟑𝟎

FORMATION

Séance de formation du Comité Local de l'Eau 𝑓𝑓 1 800 000 𝟖𝟎𝟎 𝟎𝟎𝟎

TOTAL GENERAL HT 𝟑𝟏𝟐 𝟔𝟑𝟒 𝟎𝟐𝟓

TVA (18%) 𝟓𝟔 𝟕𝟒𝟏 𝟏𝟐𝟓

TOTAL GENERAL TTC 𝟑𝟔𝟖 𝟗𝟎𝟖 𝟏𝟓𝟎

Tableau 3.14 : Devis quantitatif et estimatif

Hugues Kinhole VIGNON Mini-projet de barrage 56


Période de 16 semaines
Février Mars Avril Mai
N° DESIGNATION
2019 2019 2019 2019
1 2 3 4 1 2 3 4 1 2 3 4 1 2 3 4
I- Conception et études
1- Etudes géotechniques  

2- Note de calcul
II- Installation du chantier
1- Construction baraques
2- Délimitation domaine et
nettoyage
3- Amenée matériels
III- Terrassement
1- Implantation et fouille
IV- Maçonnerie
1- Préfabrication
2- Fondation
3- Mur d'étanchéité
4- Talus aval
5- Bassin à ressaut
V- Accessoires
1- Joint water - stop
1- Drains galerie le long du
barrage
2- Drains verticaux
3- Préfabrication batardeau
VI- Enduits
1- Revêtement des parois et
bassin
VII- Nettoyage et repli
VIII- Auto réception et corrections

Hugues Kinhole VIGNON Mini-projet de barrage 57


Conclusion

La conception d’un barrage n’est pas chose facile car il faut tenir compte de beaucoup
de facteurs qui sont très importants pour la bonne tenue de l’ouvrage avant de prétendre
qu’on a vraiment atteint les objectifs fixés ; il s’agit de :

- De bien mener les études techniques (topographiques, géologiques et techniques,


hydrologiques, relatives à la géographie humaine, les voies de communication, etc.) ;
- De bien mener les calculs de stabilité (au glissement et au renversement) et bien
déterminer le dosage du béton en fonction des contraintes appliquées, de l’étanchéité,
des conditions climatiques et de la chaleur de prise du ciment ;
- Prévoir un bassin de ressaut si les conditions de sa mise en place l’imposent, car
il est très important contre les affouillements au pied du barrage. Prévoir également des
joints, des drains et des galeries ;
- Enfin il faut une bonne mise en œuvre des travaux ;

Le mini projet nous a permis de mûrir nos connaissances et de les appliquer plus ou
moins pratiquement. Aussi avions nous compris que lorsque les contraintes principales
à l’arête amont sont négatives, il faut augmenter le poids du barrage ; c’est-à-dire la
largeur (B) du barrage pour y remédier.

Nous tenons à remercier notre professeur « des Ouvrages Hydrauliques et Barrages »


qui à travers ses enseignements nous a permis de mener progressivement et sûrement
les différentes phases de ce mini-projet.

Toutefois, nous n’avons pas la prétention d’avoir abordé tous les aspects de fond ou de
forme de notre projet, c’est pour cela que nous restons ouverts à toute critique
constructive pour parfaire notre travail.

Hugues Kinhole VIGNON Mini-projet de barrage 58


ANNEXE

Hugues Kinhole VIGNON Mini-projet de barrage 59


Extrait de fond topographique de SIENE, axe du barrage

Profil en long du terrain naturel de l’axe du barrage

Hugues Kinhole VIGNON Mini-projet de barrage 60


Hugues Kinhole VIGNON Mini-projet de barrage 61
ABAQUES UTILISES

Hugues Kinhole VIGNON Mini-projet de barrage 62


0,22

0,094

0,32

Hugues Kinhole VIGNON Mini-projet de barrage 63