Vous êtes sur la page 1sur 12

implantation

Avant d’exécuter les fouilles des fondations (dalle de béton, semelle,


plots en béton, etc.), l’élévation des ossatures (murs, poteaux, etc.)... il
faut une maîtrise de l’implantation.
Cette étape n'est pas une tâche anodine, car une erreur de cote peut entraîner des frais
énorme. Il faudra donc repérer un ou plusieurs points fixes d'après le plan de masse et
baser l'implantation par ces points. Qui peuvent être les bornes, un bâtiment existant etc.
Le traçage au sol des fondations et des murs se réalisera par rapport aux chaises
d'implantation qui serviront de repères jusqu'à la sortie de terre de la construction. Il
faudra prendre grand soin de ces chaises afin qu'elles ne soient pas déplacées. (Surtout par
les engins)

Chaises d’implantation. Elles sont constituées de piquets et planches où l'on installe des
repères pour la fixation des cordeaux. Ces chaises d'implantation doivent être de niveau
sur elle-même et entre elles.
Les bornes (1) de délimitations de terrain. Elles sont mises en place par le géomètre. Il ne
faut absolument pas les déplacer. Pour prendre des alignements entre les
bornes d'implantation, il suffit de placer les jalons (2) dans le trou réservé
de la borne

Le topographe précise aussi l’élévation de chaque niveau par rapport à


un point de référence. Dans notre cas le niveaux de référence est mis en
place au niveau du terrain naturel .

l'appareil de niveau est responsable des profondeurs et des altitudes,


c'est-à-dire les distances verticales prises à partir d’une marque fixe , le zéro architectural
du bâtiment symbolisée par ce signe(▼) sur une planche. tout ce qui est en haut de cette
marque appelé altitude(+) et tout ce qui est en bas est une profondeur(-).

les instruments du nivellement

Photo de niveau de référence

MODE OPÉRATOIRE:

on Place un jalon dans chaque borne et tendre un cordeau entre ces jalons pour obtenir les
alignements à l'aide des plans de niveau et de masse .

On place des jalons aux angles de la future construction et on les rejoigne par des
cordeaux. C'est un jeu de parallèles et de perpendiculaires par rapport à ces alignements
du terrain. Une fois que nous avons les angles de la construction:

(fig. 1)

On Place les chaises d'implantation (fig. 1) en alignement du bâtiment à 1,50 m minimum à


l'arrière des jalons

Les chaises doivent être très solides, indéformables et de niveau sur elles même et entre
elles

On Repère d'une pointe plutôt les axes que les nus des murs de la construction sur les
planches puis les relier avec des cordeaux.

Enfin on reste qu’à descendre le fil à plomb d'axe partant des cordeaux au sol pour tracer,
les fondations ou les murs sur la fondation.

On Vérifié les équerrages :

Dans un carré ou un rectangle, les diagonales sont égales, si elles ne le sont pas le
bâtiment n'est pas d'équerre.

On peut également utiliser la méthode 3 4 5 (théorème de Pythagore)

Photo du chantier

Terrassement

On creuse pour atteindre le bon sol en réalisant ce qu’on appelle les fouilles. Puisque la
profondeur est déterminée par le laboratoire on réalise ces fouilles à l’aide d’une pelle
mécanique et d’un nivellement pour vérifier la profondeur et ne pas la dépasser.

photo

Les différents éléments de fondations sont dictés dans le plan élaboré par le bureau
d'études. Il faut noter que pour le terrassement on a réalisé :
Fouille en rigole: c’est l’excavation en tranchée destinée à recevoir les semelles de
fondations. Dans notre cas, les fouilles ont été réalisées par la pelle mécanique du chantier.

Donc lors des travaux des terrassements il faut respecter le niveau du fond de la fouille, le
sol terrassé et la section de la semelle et ça sera contrôler par un nivellement pour qu’on
puisse avoir le même niveau donné par le laboratoire et les mesures du bureau d’étude.

il est parfois dans ce chantier nécessaire de rattraper le niveau en utilisant le gros béton si
on de différence de niveau entre deux fouilles proches, en utilisant la règle 2/3 c'est-à-dire
3 de base et 2 pour la hauteur car nous sommes dans une zones de faible sismicité.

Après l’exécution des fouilles on fait appel à une réception de la part du bureau de
contrôle pour donner sa confirmation de coulage du béton de propreté.

Photo de la pelle ,le camion de transport et des fouilles

Béton de propreté

C’est une couche de béton faiblement dosé (maigre) qui est déposée sur le sol pour
obtenir une surface de travail nette et propre et éviter le contact direct du sol d’assise avec
l’ouvrage, avant la mise en place des fondations.

Dosage 350kg/m3 de ciment CPJ45.

Epaisseur du Béton de propreté : 10 cm

Photo

Fondation
Les fondations ont pour rôle de reprendre les charges supportées par la structure et les
transmettes au sol dans de bonnes conditions de façon à assurer la stabilité de l'ouvrage.
La fondation était superficielle parce que les couches de terrain de la région capables de
supporter l'ouvrage sont à faible profondeur elle est donc constituée de : semelles isolées
sous poteaux, semelles filantes sous voiles, le fut lie à la semelle, transmet les charges, et
les longrines.

le niveau du fondation :

Est la profondeur d’excavation que nous atteignons pour trouver un sol approprié pour
construire.

Et ce niveau est déterminé en fonction de rapport du sol à partir du zéro architectural du


bâtiment. il faut donc vérifier que le niveau zéro architecturel est lui même le niveau zéro
du sol déclaré dans le rapport du sol.

Nous ajustons d’abord l’appareil du niveau , puis plaçons la mire sur la planche et prenons
une lecture.

Cette lecture est ajoutée à la profondeur d'excavation à travers les plans de fondation qui
contiennent un tableau de dimensionnement des semelles qui donne la section et la
profondeur.

Sans déplacer l'appareil de sa place en permanence .Car il faut prendre une autre lecture du
point de référence lors du déplacement de l'appareil.

Par exemple on a pris 1.5m du niveau de référence et la profondeur de la fouille est 1.2m
donc il faut lire 2.7m de la mire avec (+-2cm d’erreur par exemple)

Traçage :

Il faut effectuer le traçage quand le béton de propreté aura fait sa prise, cette étape
consiste à tracer les limites des semelles sur le béton de propreté en projetant les axes
présentés dans la phase d’implantation.
Pour connaître la position exacte du ferraillage de la semelle il faut d’abord projeter l’axe
de la fouille sur le Béton de propreté qu’on a réalisé.

Ceci se fait avec une corde qu’on relie aux deux côtés de l’axe. Et d’un fil à plomb pour
projeter l’endroit exact de l’axe. (La projection de l’axe se fait en prenant deux point pour
avoir la linéarité exacte). Puis on trace l’axe puis on trace les largeurs :

Puis après il nous ait facile de tracer les réservations. Les réservations ici est la projection
exacte du poteau dans la semelle.
On le fait par projection de l’axe perpendiculaire de l’axe déjà pris avec un fils a plomb, ce
qui nous donnera un point au milieu. On sort des deux côtés avec la largeur du poteau puis
on trace le milieu pour montrer la position exacte et pour s’assurer qu’on est bien au milieu
et éviter la faute.

Après qu’on ait fini on passe aux arrêts de coffrage qui vont êtres clouées au béton de
propreté et qui vont fixer les planches coffrage des semelles et éviter qu’il se déplace. C’est
lui qui va réceptionner le béton donc il doit être bien solide.

Puis on pose les planches de coffrages qu’on fixe avec des clous aux arrêts de coffrages.

Pendant la pose on s’assure que les planches sont bien verticales en utilisant un Niveau-
bulle
Ferraillage : Tâche confiée au ferrailleur qui utilise les aciers comme matière première et le
plan du béton armé comme référence pour le choix des aciers et leurs dimensions.

Les armatures des semelles sont façonnées dans l’aire de ferraillage et transportées par le
grutier vers les lieux de mise en place.

Pour l’accrochage entre les semelles et les poteaux de fondation on laisse des barres
d’attentes.

Photo de l’aire de ferraillage

Pour les Semelles filantes :

Le ferraillage : est constitué d’un quadrillage d’acier au fond de la fouille liée par des
épingles. Aux coins des semelles il faut assurer l'accrochage entre les barres par pose des
barres L raccord qui sont des barres L raccord ligaturés et pliés à un angle de 90 degré.
Ainsi les semelles continues est sous voiles donc il y a lieu d’assurer une liaison
« attente » pour armature verticales du béton de la semelle avec celui du voile vertical.

Le coffrage :

Il faut coffrer les semelles soigneusement pour qu’elles auraient des formes régulières et
surtout pour qu’il ne puisse y avoir de mélange entre le béton frais et terre.

Le coffrage sera en bois, en utilisant des panneaux posés sur l’alignement tracé, en
gardant la verticalité et l’horizontalité à l’aide du niveau à bulle d’air, au même temps on
pose des cales à béton pour assurer un enrobage de 2,5 cm.
Le coulage : puisque la semelle a un grand volume, ils étions obligé de couler le béton à
l'aide d'une pompe; de dosage de béton :350 Kg de ciment CPJ45 par mètre cube , en
vibrant toujours.

Pour les semelles isolées :

Le ferraillage : on retrouve des semelles qui ont deux nappes d’armature superposées,
chaque nappes jouant alternativement le rôle d’armatures principale dans un sens et
armature de répartition dans l’autre et qui sont écarté par une armature appelée ‘‘CHAISE''
.Ce type des semelles reçoivent des charges dans la plupart des cas deux poteaux ,et ces
derniers sont diviser entre eux par un joint de dilatation par contre le deuxième type qui
est constitué d’une seule nappe surtout pour supporter un seule poteau.

Le coffrage : pour les semelles de deux nappes il faut prendre en considération une pente
donné dans le tableau de dimensionnement des semelles et pour les cales sont posés par
les mêmes dimensions des semelles filantes.

Le coulage :le béton est de dosage de 350 Kg de ciment CPJ45 par mètre cube ,est verser à
l'aide d'une pompe dans le coffrage. Pour les semelles de deux nappes il faut prendre en
considération une pente, tasser le béton avec le dos de la pelle et l'égaliser au râteau et le
vibrage puis utilisons une règle pour l’étaler et atteindre la forme voulue.

Décoffrage :

C’est la dernière opération dans la réalisation d’un élément en béton armé, en général le
béton ne commence à travailler à 100 % qu’après 28 jours mais on peut décoffrer après 7
jour, il y a une possibilité de décoffrage dans 24 h et ceci on utilisant des produits spéciaux
qui accélèrent le séchage du béton.

Il est préférable d’utiliser une huile spéciale appliquée sur les peaux de coffrage afin que
la laitance du béton n'adhère pas sur celles-ci elle facilite le décoffrage.

Photo

Fut des poteaux:

Le fut de poteau est la partie comprise entre la longrine et la semelle.

Traçage :

On Trace les limites des futs des poteaux sur les semelles en projetant les axes présentés
dans l’implantation au moyen de cordeau.
Coffrage : Les semelles sont coulées, les aciers sont positionnés en attente et
l’implantation du fut de poteau est réalisée.

Confectionner les trois quarts du coffrage, (c’est-à-dire un coffrage constitué de trois


faces).

Matériaux utilisés :

Planches pour les panneaux.

Traverses des panneaux .

Planches pour les joues .

Traverses des joues .

Liteaux.

Serre-joint
Ferraillage :

Les armatures seront façonnées sur le chantier, insérés et attachés à l’aide d’une pince
russe et du fil de fer recuit avec les barres d’attentes de semelles

Pour assurer l’enrobage, on mettra des calles à béton entre les panneaux et les armatures

Bétonnage :

Avant toute chose, on humidifier le coffrage, le bétonnage et sera en béton mis dans une
benne et transporté parla grue, versé dans le moule, coulé progressivement jusqu’au
niveau voulu et vibré par l’aiguille vibrante.

Photo du fut