Vous êtes sur la page 1sur 5

Les microorganismes :

Toutes les formes cellulaires

Eucaryotes

Procaryotes

Unicellulaires

Pluricellulaires

Les microorganismes c’est aussi tous les types métaboliques ( phototrophes, chimiotrophes).
Comme les animaux et les végétaux ils oxydent des composés organiques pour fabriquer de
l’énergie en plus certains microorganismes sont capables d’oxyder des composés minéraux
dans le même but ( H2, des composes soufres ou azotés, le fer)

L’oxydation de ces éléments organiques et minéraux permettent la synthèse

D’ATP et de GTP

Les eucaryotes possèdent des organites alors que les procaryotes n’en possèdent pas.
Certains de ces organites sont des centrales énergétiques, les procaryotes n’en n’ont pas
pourtant eux aussi fabriquent l’ATP et le GTP. A titre d’exemple une cellule d’éléphant
dégrade le glucose pour en tirer de l’énergie

en suivant exactement les mêmes schémas réactionnels qu’E Coli à savoir glycolyse, cycle
de Krebs ré oxydation des coenzymes réduits dans une chaine respiratoire. Le bilan est
exactement le même 38 ATP

OU EST FABRIQUE L’ENERGIE CELLULAIRE ?

LES MICROORGANISMES EUCARYOTES

Microorganismes eucaryotes exemple la levure

Cytoplasme et mitochondries si métabolisme aérobie en fait les mitochondries achèvent le


travail commencé dans le cytoplasme.

Cytoplasme si métabolisme anaérobie (fermentation)

Microorganismes eucaryotes photosynthétiques exemple les micros algues

Cytoplasme et mitochondries

Chloroplastes
Il faut avoir à l’esprit que les organismes photosynthétiques ont deux types d’énergie

Il y a d’abord l’énergie nécessaire pour synthétiser les photoassimilats comme l’amidon la


synthèse de cet énergie utilise la lumière solaire, puis il y a l’énergie pour toutes les autres
activités biologiques (synthèses ADN, protéines, transport membranaires etc.) cet énergie
provient de la dégradation des produits de la photosynthèse. C’est ce qui en fait des
organismes photo autotrophes

LES BACTERIES ET LES ARCHEE

Ce sont des procaryotes

BACTERIES PHOTOSYNTHETIQUES ce sont également des photo autotrophes

Les thylakoïdes pour l’énergie nécessaire pour fabriquer les photo assimilats

Le cytoplasme pour l’énergie des autres activités cellulaires

NB pas d’archée photosynthétiques

PROCARYOTES CHIMIOLITHOTROPHES

Ils sont autotrophes (mais pas photo autotrophes)

Toutes l’énergie est fabriquée dans le cytoplasme

PROCARYOTES CHIMIORGANOTROPHES AEROBIES ET ANAEROBIES

Ce sont tous des hétérotrophes

Ils dégradent des composés organiques pour en tirer de l’énergie. L’énergie est fabriquée
dans le cytoplasme.

COMMENT EST FABRIQUEE L’ENEGIE CELLULAIRE

NB Il ne s’agit pas ici de fabriquer le nucléotide ATP ou GTP mais de phosphoryler l’ADP ou le
GDP

Cas d’un microorganisme qui dégrade le glucose pour en tirer de l’énergie en aérobiose

En réalité la dégradation complète par la voie de Embden Meyerhof du glucose en


CO2 donne

Dans le cytoplasme

Consommation de 2 ATP lors de la synthèse du glucose 6 P etdu fructose 1 6 di phosphate

Chaque molécule de glucose donne deux glycéraldéhyde 3 p et pour chaque triose on


obtient 1 NADH, 2 ATP et 1 pyruvate
Dans la mitochondrie

Pyruvate donne acetyl coenzyme A et un NADH et un CO2

L’oxydation complète de l’acetyl coenzyme A donne 2 CO2, 1 FADH2, 3 NADH2, 1GTP

SOIT AU TOTAL POUR UNE MOLECULE DE GLUCOSE

2 ATP

2 GTP

10 NADH2

2 FADH2

6 CO2

La dégradation du glucose est pourtant achevée mais on ne voit pas les 38 ATP ceci est dû au
fait que la phosphorylation de l’ADP ou GDP en ATP ou GTP ne se fait pas de la même
manière

Phosphorylation au niveau du substrat

Phosphorylation oxydative / photophosphorylation (cyclique et acyclique)

L’ADP est phosphorylé en ATP grâce à l’énergie libre provenant du transport d’électrons. Les
électrons sont transportés le long d’une chaine respiratoire (aérobie ou anaérobie) ou alors
le long d’une chaine photosynthétique cyclique et / ou acyclique.

Contrairement aux eucaryotes, dont les chaînes respiratoires sont très semblables ou quasi
identiques, les procaryotes — bactéries et archées — possèdent une grande variété d'enzymes
de transfert d'électrons, qui utilisent également une toute aussi grande variété de substrats8. En
revanche, le transport d'électrons des procaryotes a en commun avec celui des eucaryotes
d'utiliser l'énergie libérée au cours de l'oxydation des substrats pour pomper des ions à travers
une membrane et produire un gradient électrochimique à travers cette membrane. Chez les
bactéries, la phosphorylation oxydative d’Escherichia coli est la mieux comprise, tandis que
celle des archées demeure mal connue9.

La principale différence entre la phosphorylation oxydative des procaryotes et celle des


eucaryotes est que les bactéries et les archées utilisent des substances diversifiées comme
donneurs et accepteurs d'électrons. Ceci permet aux procaryotes de croître dans des conditions
environnementales très diverses10. Chez Escherichia coli, par exemple, la phosphorylation
oxydative peut être le fait d'un grand nombre de couples rédox. Le potentiel standard d'une
substance chimique mesure l'énergie libérée lorsque cette substance est oxydée ou réduite, les
réducteurs ayant un potentiel négatif tandis que les oxydants ont un potentiel positif.

Mécanisme de synthèse de l’ATP par phosphorylation oxydative

Cette synthèse ne se fait que dans les membranes énergétiques

Il existe 3 types de membranes énergétiques :

La membrane interne des mitochondries

La membrane thylakoidale ( organismes photosynthétiques eucaryotes ou procaryotes)

La membrane cytoplasmique des bactéries.

Ces membranes se caractérisent par :

La présence d’une chaine de transport d’électrons ( dont l’accepteur final peut être l’O2 ou un
autre composé minéral)

La présence d’une ATPase ou ATP synthétase

L’imperméabilité aux protons

La synthèse d’ATP se fait en deux étapes qui associent une réaction exergonique et une
réaction endergonique.

Premiere étape : le transport de protons (réaction exergonique) et transport de protond d’une


face à l’autre de la membrane (réaction endergonique)

Le transport d’électrons le long de la chaine respiratoire va libérer l’énergie libre qui va être
utilisée pour le transport des protons. Il va se créer un gradient électrochimique de protons
avec dans le compartiment de départ des charges négatives et dans l’autre compartiment des
charges positives. Ce déséquilibre de charge est une situation instable il faut que le système
revienne à l’équilibre ; d’où la deuxieme étape

Deuxième étape

Le retour des protons (réaction exergonique) et synthèse d’ATP (réaction endergonique)

Le retour des protons dans leur compartiment initial se fait par simple diffusion mais comme
la membrane est imperméable aux protons le retour se fait par le canal de l’ATPase (voir
structure de l’ATPase sur le net) arrivée au niveau de la base de l’ATPase celle si va utiliser
l’énergie libre provenant du retour des protons pour phosphoryler l’ADP et produire l’ATP.