Vous êtes sur la page 1sur 65

Royaume du Maroc

Université Hassan 1er


Faculté des sciences et techniques de
Settat
Département de la physique appliquée
Master en sciences et techniques

Génie biomédical : Instrumentation & Maintenance


Rapport d’un sujet de recherche pour le module :
Electronique des systèmes de mesure
Sous le thème :

Les débitmètres en instrumentation biomédical

Réalisé par : Examiné par :

Khadija Mortahil Pr. Azzeddine Mouhsen

Chaimaà Bahbah

Amine Chahid

Année Universitaire : 2018/2019


Département de la physique appliquée

MST Génie Biomédical : Instrumentation & Maintenance

Electronique des systèmes de mesures

Table des matières


I.Les fluides :.............................................................................................................................................................5
A.Définition :......................................................................................................................................................5
B.Les types de fluides :.......................................................................................................................................5
II.Les propriétés fondamentales des fluides :............................................................................................................6
A.La viscosité :...................................................................................................................................................6
B.La masse volumique :..................................................................................................................................... 6
C.La poussée :.....................................................................................................................................................7
D.La pression :....................................................................................................................................................8
III.L’écoulement d’un fluide :...................................................................................................................................8
A.Définition :......................................................................................................................................................8
B.Ecoulement laminaire :................................................................................................................................... 9
C.Ecoulement turbulent :....................................................................................................................................9
D.Le nombre de Reynolds :................................................................................................................................9
E.Les facteurs d’influences sur l’écoulement :.................................................................................................10
1.La vitesse du fluide :............................................................................................................................... 10
2.Le diamètre de la conduite :....................................................................................................................10
3.Les frottements de la conduite :.............................................................................................................. 10
4.La viscosité dynamique des fluides :.......................................................................................................10
IV.La notion du débit :............................................................................................................................................ 10
A.Définition :....................................................................................................................................................10
B.Le débit volumique :.....................................................................................................................................11
C.Le débit massique :........................................................................................................................................11
D.Lien entre Qv et Qm :................................................................................................................................... 11
E.La vitesse linéaire d’un fluide :.....................................................................................................................11
F.Les unités de mesure du débit :......................................................................................................................12
V.La dynamique des fluides :..................................................................................................................................12
A.Le théorème de Bernouilli :..........................................................................................................................12
B.La notion de charge :.....................................................................................................................................13
C.Applications du théorème de Bernouilli :.....................................................................................................14
1.Ecoulement incompressible uniforme :...................................................................................................14
2.Effet Venturi :..........................................................................................................................................14
3.Répartition de pression dans un écoulement rectiligne uniforme :.........................................................15
4.Mesure du débit par effet Venturi :..........................................................................................................15
VI.Généralité sur la mesure du débit :.................................................................................................................... 18
A.Les débitmètres :...........................................................................................................................................18
VII.Le débitmètre électromagnétique :...................................................................................................................19
VIII.Le débitmètre à ultrasons :..............................................................................................................................21
A.Débitmètre par mesure différentielle des temps de transit............................................................................22
B.Débitmètre à effet Doppler :......................................................................................................................... 23
IX.Les débitmètres mécaniques associées à des transducteurs électriques :.......................................................... 23
A.Le débitmètre à turbine :...............................................................................................................................24
B.Le rotamètre :................................................................................................................................................25
C.Les débitmètres à compteurs volumétriques :...............................................................................................26
1.Le débitmètre à palettes :........................................................................................................................ 26
X.Les débitmètres à organes déprimogènes :..........................................................................................................26
A.Le tube de Pitot :...........................................................................................................................................27
B.Le tube de Venturi :.......................................................................................................................................28
C.Le tube à diaphragme :..................................................................................................29
D.Tube à Tuyère :..............................................................................................................30
XI.Débitmètre à cible :............................................................................................................30
XII.Débitmètre à effet Vortex :................................................................................................31
XIII.Débitmètre ionique :........................................................................................................32
XIV.Présentation du débit massique :......................................................................................34

2
Département de la physique appliquée

MST Génie Biomédical : Instrumentation & Maintenance

Electronique des systèmes de mesures

A.Le débit massique :.......................................................................................................................................34


B.Le débitmètre massique :.............................................................................................................................. 34
C.Différence entre débitmètre massique & volumique :.................................................................................. 34
XV.Le débitmètre massique électromagnétique :....................................................................................................34
XVI.Le débitmètre thermique :...............................................................................................................................34
A.Le débitmètre thermique à passage direct :.................................................................................................. 35
B.Le débitmètre thermique à dérivation :.........................................................................................................35
XVII.Les débitmètres à effet Coriolis :...................................................................................................................36
A.Rappel physique sur l’effet Coriolis :...........................................................................................................36
B.La mesure du débit par effet Coriolis :..........................................................................................................37
XVIII.Débitmètre à fil chaud :................................................................................................................................38
XIX.L’appareil d’hémodialyse :..............................................................................................................................42
A.Principe de l’hémodialyse :...........................................................................................................................42
B.Débitmètres utilisés :.....................................................................................................................................44
XX.La mesure du débit du sang dans les capillaires :.............................................................................................44
A.Le principe de mesure du débit sanguin :.....................................................................................................44
B.Débitmètres utilisés :.....................................................................................................................................45
1.Le débitmètre sanguin à effet électromagnétique :................................................................................. 45
2.Le débitmètre sanguin à effet Doppler :..................................................................................................46
3.Le débitmètre sanguin par imagerie Doppler :........................................................................................47
4.Le débitmètre sanguin par résonance magnétique nucléaire :.................................................................48
5.Le débitmètre sanguin Doppler Laser :...................................................................................................48
XXI.La mesure des volumes mobilisables :............................................................................................................49
A.Le pneumotachographe :...............................................................................................................................49
1.Le pneumotachographe Lilly :................................................................................................................ 49
2.Le pneumotachographe Fleish :.............................................................................................................. 49
3.Le pneumotachographe à fil chaud :.......................................................................................................50
B.La spirométrie :.............................................................................................................................................50
1.La spirométrie à turbine :........................................................................................................................50
2.La spirométrie à ultrasons :.....................................................................................................................51
XXII.La surveillance des débits gazeux dans l’anesthésie :...................................................................................51

3
Département de la physique appliquée

MST Génie Biomédical : Instrumentation & Maintenance

Electronique des systèmes de mesures

Table des figures :


Figure 1 Quelques fluides.......................................................................................................................................8

Figure 2 Exemple de la compressibilité de certains fluides.................................................................................8

Figure 3 La viscosité d'un fluide............................................................................................................................9

Figure 4 La poussée d'Archimède........................................................................................................................10

Figure 5 Pression de l'eau de la mer sur un plongeur........................................................................................11

Figure 6 Ecoulement laminaire............................................................................................................................12

Figure 7 Ecoulement turbulent............................................................................................................................12

Figure 8 débit de l'eau...........................................................................................................................................14

Figure 9 Unités de mesure du débit volumique..................................................................................................15

Figure 10 Un débitmètre.......................................................................................................................................21

Figure 11 Débitmètre électromagnétique............................................................................................................22

Figure 12 Principe de Faraday.............................................................................................................................23

Figure 13 Mesure du débit par la loi de Faraday...............................................................................................23

Figure 14 Le sens de la force de Laplace.............................................................................................................24

Figure 15 Domaine de fréquence des ondes sonores..........................................................................................25

Figure 16 Mesure différentielle des temps de transit.........................................................................................25

Figure 17 Mesure du débit par effet Doppler.....................................................................................................26

Figure 18 Débitmètre à turbine............................................................................................................................27

Figure 19 Schéma du débitmètre à turbine........................................................................................................ 27

Figure 20 Débitmètre à rotamètre flotteur......................................................................................................... 28

Figure 21 Le débitmètre à palettes...................................................................................................................... 29

Figure 22 Organe déprimogène........................................................................................................................... 30

Figure 23 Le tube de Pitot....................................................................................................................................30

Figure 24 Tube de Venturi.................................................................................................... 31

Figure 25 Eléments du tube de venturi............................................................................... 31

Figure 26 Tube à diaphragme...............................................................................................32

Figure 27 Tube à tuyère........................................................................................................ 33

4
Département de la physique appliquée

MST Génie Biomédical : Instrumentation & Maintenance

Electronique des systèmes de mesures

Figure 28 Débitmètre à cible................................................................................................................................34

Figure 29 Effet Vortex...........................................................................................................................................34

Figure 30 Débitmètre ionique...............................................................................................................................35

Figure 31 exemple d'un débitmètre massique.................................................................................................... 37

Figure 32 Débitmètre thermique......................................................................................................................... 38

Figure 33 Variation du débit d'un fluide avec la température..........................................................................38

Figure 34 Le débitmètre thermique à dérivation...............................................................................................39

Figure 35 La force de Coriolis..............................................................................................................................39

Figure 36 Mesure du débit par effet Coriolis......................................................................................................40

Figure 37 principe de l'effet coriolis....................................................................................................................40

Figure 38 Mesure du débit par déphasage..........................................................................................................41

Figure 39 Débitmètre à fil chaud.........................................................................................................................42

Figure 40 Hémodialyse......................................................................................................................................... 45

Figure 41 Principe de l'hémodialyse....................................................................................................................46

Figure 42 Schéma synoptique de l'appareil d'hémodialyse...............................................................................46

Figure 43 Schéma de l'hémodialyse avec le débitmètre.....................................................................................47

Figure 44 Un débitmètre ultrasonore..................................................................................................................47

Figure 45 Mesure du débit sanguin.....................................................................................................................48

Figure 46 Mesure du débit sanguin par effet électromagnétique.....................................................................48

Figure 47 Des débitmètres pour les capillaires...................................................................................................49

Figure 48 Débitmètre sanguin à effet Doppler................................................................................................... 49

Figure 49 débitmètre sanguin par imagerie Doppler.........................................................................................50

Figure 50 Imagerie Doppler.................................................................................................................................50

Figure 51 Le débitmètre sanguin par résonance magnétique nucléaire.......................................................... 51

Figure 52 Doppler Laser.......................................................................................................................................52

Figure 53 Pneumotachographe Lilly...................................................................................................................52

Figure 54 Pneumotachographe Fleish.................................................................................53

Figure 55 La spirométrie...................................................................................................... 53

Figure 56 Spirométrie à turbine...........................................................................................54

Figure 57 Surveillance des gazs d'anesthésie......................................................................54

5
Département de la physique appliquée

MST Génie Biomédical : Instrumentation & Maintenance

Electronique des systèmes de mesures

Introduction générale
La mesure de débit est une information forte utile pour de nombreuses
applications industrielles. Les systèmes de contrôle industriels nécessitent
souvent des mesures de fluides dans des canalisations. Les mesures de débit sont
donc importantes, fréquentes, mais aussi très complexes. La mesure du débit
définit la quantité de fluide qui s’écoule en un point donné par unité de temps.
On entend par fluide un liquide, un gaz ou même, dans certaines conditions, un
solide pulvérulent (produit sec réduit en poudre circulant par gravité ou à l’aide
d’un dispositif mécanique, par exemple une vis sans fin).

On distingue deux types de débit, soit le débit volumique (Qv) et le débit


massique (Qm). Lorsque la quantité de fluide en écoulement par unité de temps
est exprimée en volume, le débit est volumique ; lorsque la quantité de fluide en
écoulement par unité de temps est exprimée en masse, le débit est massique.
Généralement, le débit volumique s’exprime en mètres cubes par seconde
(m3/sec) ou en litres par seconde (L/sec). Le débit massique s’exprime souvent
en kilogramme par seconde (Kg/sec).

6
Département de la physique appliquée

MST Génie Biomédical : Instrumentation & Maintenance

Electronique des systèmes de mesures

Chapitre 1 :
Rappels sur l’hydraulique et
la dynamique des fluides

7
Département de la physique appliquée

MST Génie Biomédical : Instrumentation & Maintenance

Electronique des systèmes de mesures

I. Les fluides :
A. Deé finition :

Un fluide est une substance déformable et peut changer sa forme correspondant au contenant
dans lequel elle se trouve. Les fluides se divisent en nombre catégories qui incluent les gaz et
les plasmas, qui sont des fluides compressibles, et les liquides, qui sont des fluides peu
compressibles.

Figure 1 Quelques fluides

B. Les types de fluides :

 Un fluide incompressible est un fluide dont on ne peut changer le volume. En


d'autres mots, ce n’est pas possible de le garder dans un espace restreint. Les liquides sont des
fluides incompressibles (le sang, jus, l’eau)

 Un fluide compressible est un fluide dont on peut changer le volume. En d’autres


mots, c’est possible de le comprimer dans un espace plus restreint. Les gaz sont des fluides
compressibles (air, hydrogène, azote,)

8
Département de la physique appliquée

MST Génie Biomédical : Instrumentation & Maintenance

Electronique des systèmes de mesures

Figure 2 Exemple de la compressibilité de certains fluides

II. Les proprieé teé s fondamentales des fluides :


A. La viscositeé :

La viscosité est une mesure indiquant le degré de fluidité d'un fluide. Ce terme désigne la
quantité de résistance à l’écoulement et au mouvement. Plus la viscosité est haute, plus le
fluide est épais. Plus la viscosité est faible, plus il est liquide. L'origine du mot viscosité vient
du jus des baies de gui connu pour être visqueux. La viscosité d'un fluide varie grandement
selon la température et des actions mécaniques auxquelles il est soumis. Pour déterminer
l'importance de l'effet de la température sur la viscosité d'un fluide, on utilise un indice de
viscosité. Plus cet indice est grand, moins la température a d'influence sur la viscosité du
fluide. Si la viscosité augmente, sa capacité (gaz ou liquide) à s'écouler diminue gravement.
La viscosité commence à diminuer lorsque sa température augmente. On dit que la viscosité a
une connexion avec la masse volumique mais ce n'est pas nécessairement le cas : l'huile est
moins dense que l'eau tandis qu’elle est nettement plus visqueuse.

9
Département de la physique appliquée

MST Génie Biomédical : Instrumentation & Maintenance

Electronique des systèmes de mesures

Figure 3 La viscosité d'un fluide

B. La masse volumique :

La masse volumique, autrement appelée densité volumique de masse, est une


mesure physique qui compare la masse d’un matériau/ substance par unité de volume. Elle est
une propriété ou caractéristique des fluides qui représente la quantité de matière qui se trouve
dans un espace donné.

Où p est la masse volumique, m est la masse de la substance et v est le volume de la


substance. Les unités pour exprimer la masse volumique sont les grammes par
millilitre (g/ml) ou les grammes par centimètre cube (g/cm3). Nous pouvons calculer la masse
volumique des solides la même façon que les fluides (liquides ou gaz.) Le volume et la masse
ne sont pas des propriétés des fluides. Mais il y a une connexion entre la masse et le volume
d'une substance, soit la masse volumique, est spécifique à chaque substance/matière.

10
Département de la physique appliquée

MST Génie Biomédical : Instrumentation & Maintenance

Electronique des systèmes de mesures

Tableau 1 masse volumique de certains fluides à 20°C

C. La pousseé e :

La poussée se définit comme la force exercée par l'accélération de gaz. La conversion de


l'énergie thermique qui augmente dans une chambre de combustion du moteur qui se
transforme en énergie cinétique se nomme la poussée. La poussée varie dépendant de la
température et de la pression exercée.

La poussée d’Archimède :

La poussée/principe d’Archimède est la force appliqué sur un corps plongé dans


un fluide soumis à un champ de gravité. L'augmentation de la pression du fluide affecte cette
force grandement avec la profondeur. Puisque la pression étant plus forte sur la partie
inférieure d'un corps que sur la partie supérieure, le résultat est une poussée verticale vers le
haut.
Poussée positive : si la poussée exerce sur un objet immergé est supérieure à la pesanteur
(poids du corps) qui l’attire vers le bas.

Poussé négative : si la poussé exercée sur un objet immergé est inférieure à la pesanteur
(poids du corps) qui l’attire vers le bas, l’objet s’enforcera.

Poussée nulle : si la poussé exercé sur un objet immergé et la pesanteur


(poids du corps) qui l’attire vers le bas s’équilibrant, l’objet restera
stationnaire.

11
Département de la physique appliquée

MST Génie Biomédical : Instrumentation & Maintenance

Electronique des systèmes de mesures

Figure 4 La poussée d'Archimède

D. La pression :

La pression est définie comme la force par unité de surface qui exerce un fluide ou un solide
sur celle-ci. Il s'agit d'une grandeur scalaire, son unité de mesure est le pascal, la force
d’un newton par mètre carré. En mécanique, la pression est définie comme la force normale à
la surface sur laquelle elle s'exerce. Lorsque la force est perpendiculaire à une surface d'aire,
la pression est perpendiculaire à la surface sur laquelle elle s'exerce. De nombreux de facteurs
affecte la pression grandement telle que la température et le paramètre physique.
La force appliquée à un point d’un dispositif contenant un fluide suscite le mouvement d’un
autre point amovible. Cette force est transmise par le fluide à une certaine distance. C’est
l’une des réactions d’un dispositif de fluide pressurisé : l’emploi de forces en un endroit
entraîne une réaction à un autre endroit et même dans une direction différente.

Figure 5 Pression de l'eau de la mer sur un plongeur

Le principe de Pascal :

Les Lois de Pascal qui rapportent à des pressions dans les fluides - liquides
ou gazeux :

12
Département de la physique appliquée

MST Génie Biomédical : Instrumentation & Maintenance

Electronique des systèmes de mesures

 Si le poids d'un fluide est la pression négligée dans l'ensemble, un volume contenu en
sera de même
 Pression statique dans un fluide agit également dans toutes les directions
 La pression statique dans un fluide agit également dans toutes les directions
Quand une force est appliquée à un fluide incompressible contenu, la pression augmente de
manière égale dans toutes les directions à travers le fluide.

Plus on descend dans le fluide, plus la pression augmente.

L’eé coulement d’un fluide :


Deé finition :

Un fluide en mouvement constitue un écoulement. Dans la pratique, la description physique


d'un écoulement nécessite la mesure des vitesses, des masses volumiques, des pressions et des
températures en divers points. D'autres caractéristiques du fluide, comme la viscosité, la
diffusivité thermique, la chaleur massique intervient aussi, mais elles sont le plus souvent
considérées comme constantes. Pour l'étude de tout écoulement, et donc pour le choix de
capteurs adaptés, une certaine connaissance préalable de sa structure et de son type est
nécessaire.

Tableau 2 Caractérisation de l'écoulement d'un fluide

Les écoulements à plusieurs phases peuvent être de natures très diverses : toute combinaison
entre les phases vapeur, liquide et solide d'un même corps ou non peut faire partie d'un
écoulement, comme par exemple, lors de la formation de vagues par le vent, ou dans le cas
d'une flamme avec suies.

E. Ecoulement laminaire :

Les lignes de courant demeurent parallèles entre elles, les couches de fluide
glissant les unes sur les autres sans se mélanger. Les pertes de charge sont
alors proportionnelles à la vitesse

13
Département de la physique appliquée

MST Génie Biomédical : Instrumentation & Maintenance

Electronique des systèmes de mesures

Figure 6 Ecoulement laminaire

F. Ecoulement turbulent :

Les lignes de courant ne gardent plus leur individualité, mais s’enchevêtrent. Les pertes de
charge sont proportionnelles au carré de la vitesse.

Figure 7 Ecoulement turbulent

G. Le nombre de Reynolds :

Pour faciliter la description et surcout la comparaison entre divers écoulements, on a pris


l'habitude, en Mécanique des Fluides, d'utiliser des grandeurs sans dimension permettant de
réduire le nombre de paramètres Dont dépend un écoulement donné. On peut ainsi montrer
que dans le cas d'un écoulement incompressible et isotherme, (masse volumique p et
température T constances), un seul paramètre sans dimension suffit pour définir cet
écoulement, c'est le nombre de Reynolds Re, dans une conduite de section circulaire :

Si Re <2000 l’écoulement est laminaire

Si Re >2000 l’écoulement est turbulent

14
Département de la physique appliquée

MST Génie Biomédical : Instrumentation & Maintenance

Electronique des systèmes de mesures

H. Les facteurs d’influences sur l’eé coulement :

1. La vitesse du fluide :

Elle dépend de la charge qui force le fluide à traverser la conduite. Plus la charge est élevée,
plus le débit de fluide est important (les autres facteurs restants constants) et, par conséquent,
plus le volume d’écoulement est important.

2. Le diameè tre de la conduite :

Si l’on double le diamètre de la conduite, le débit potentiel augmentera selon un coefficient


quatre.

3. Les frottements de la conduite :

Il réduit le débit du fluide dans les tuyaux et la vitesse du fluide est plus lente près des parois
de la conduite qu’au centre. Il est donc considéré comme un facteur négatif. Plus la conduite
est lisse, propre et de grand diamètre, et moins le frottement de la conduite a d’effet sur le
débit général du fluide.

4. La viscositeé dynamique des fluides :

Elle réduit, tout comme le frottement, le débit du fluide près des parois de la conduite. Elle
augmente ou diminue en fonction des variations de température. Masse volumique du fluide :
elle influe également sur le débit, car un fluide plus dense exige une charge supérieure pour
maintenir le débit souhaité.

15
Département de la physique appliquée

MST Génie Biomédical : Instrumentation & Maintenance

Electronique des systèmes de mesures

III. La notion du deé bit :


A. Deé finition :

On appelle débit d’un fluide (liquide ou gaz) s’écoulant dans une canalisation, la quantité de
ce fluide qui traverse une section droite de l’écoulement pendant l’unit de temps. La quantité
peut s’exprimer soit par le volume, soit par la masse (ou le poids).

Figure 8 débit de l'eau

B. Le deé bit volumique :

C’est le volume de fluide écoulé dans l’unité de temps. Il se mesure en mètre cubes par heure
ou en litres par seconde.

C. Le deé bit massique :

C’est la masse de fluide écoulé dans l’unité de temps. Il se mesure en général en tonnes par
heure, en tonnes par seconde, en kilogrammes par heure ou en kilogrammes par seconde.

16
Département de la physique appliquée

MST Génie Biomédical : Instrumentation & Maintenance

Electronique des systèmes de mesures

D. Lien entre Qv et Qm :

La masse de fluide ayant transité pendant la durée Dt est reliée avec le volume :

E. La vitesse lineé aire d’un fluide :

Le débit (Q) de fluide dépend directement de la vitesse (V) linéaire de ce fluide et de la


section (S). On peut déterminer le débit d'un fluide à partir de sa vitesse :

F. Les uniteé s de mesure du deé bit :

Figure 9 Unités de mesure du débit volumique

17
Département de la physique appliquée

MST Génie Biomédical : Instrumentation & Maintenance

Electronique des systèmes de mesures

IV. La dynamique des fluides :


A. Le theé oreè me de Bernouilli :

18
Département de la physique appliquée

MST Génie Biomédical : Instrumentation & Maintenance

Electronique des systèmes de mesures

L’équation de Bernoulli peut être considérée comme un principe de conservation d'énergie


adapté aux fluides en mouvement. Le comportement habituellement nommé "effet Venturi" ou
"effet Bernoulli" est la diminution de pression du liquide dans les régions où la vitesse
d’écoulement est augmentée. Cette diminution de pression dans un rétrécissement de
conduit peut sembler contradictoire, à moins de considérer la pression comme une Densité
d'énergie. Au passage dans le rétrécissement la vitesse du fluide, donc son énergie cinétique,
doit augmenter aux dépens de l'énergie de pression.

B. La notion de charge :

Une pression peut être évaluée en termes de hauteur de liquide (en divisant P par le poids
spécifique.

Cas de la charge d’un écoulement

Densité d’énergie exprimée par une hauteur (en mètre)


C. Applications du theé oreè me de Bernouilli :

1. Ecoulement incompressible uniforme :

19
Département de la physique appliquée

MST Génie Biomédical : Instrumentation & Maintenance

Electronique des systèmes de mesures

2. Effet Venturi :

3. Reé partition de pression dans un eé coulement rectiligne uniforme :

4. Mesure du deé bit par effet Venturi :

20
Département de la physique appliquée

MST Génie Biomédical : Instrumentation & Maintenance

Electronique des systèmes de mesures

Chapitre 2 :
Les débitmètres volumiques

21
Département de la physique appliquée

MST Génie Biomédical : Instrumentation & Maintenance

Electronique des systèmes de mesures

V. Geé neé raliteé sur la mesure du deé bit :


La mesure du débit revêt une importance fondamentale dans les réseaux de transport des
fluides (gazoducs, oléoducs) et dans toute installation industrielle où doit être contrôlée la
quantité du fluide intervenant dans un processus : réacteurs chimiques, centrales de production
d'énergie, moteurs à combustion interne, etc.

A. Les deé bitmeè tres :

Le débitmètre est un type d'instrument de mesure, essentiellement mécanique, conçu pour


mesurer le débit volumétrique de fluides, que ce soit des gaz ou des liquides, ou pour la
mesure du débit massique. Ces appareils sont généralement placés en ligne avec le tuyau qui
transporte le fluide

Selon le niveau du débit et la nature du fluide, le principe du débitmètre adapté est


particulièrement variable :

certains sont basés sur la mesure de la vitesse du fluide comme les anémomètres ; on utilisera
dans ce cas un tube de Pitot, un débitmètre à turbine, un débitmètre à ultrasons, un débitmètre
ionique;

on peut aussi utiliser la mesure de la perte de charge (perte de pression) ou pression


différentielle entre un repère amont et un repère aval, ceci avec une plaque à orifice, d'une
tuyère (comme dans le cas d'un débitmètre à tube de Venturi), d'un débitmètre
électromagnétique, d'un débitmètre à effet vortex, ou d'un débitmètre à diaphragme ;

Il existe aussi le débitmètre massique ;

Pour les liquides conducteurs, l'emploi d'un débitmètre électromagnétique peut être adéquat.

Un melt indexer mesure un débit massique à chaud ;

Enfin, on peut utiliser le fluide pour entraîner quantitativement des systèmes mécaniques
mobiles :

 Débitmètre à pistons,

 Débitmètre à rotors,

22
Département de la physique appliquée

MST Génie Biomédical : Instrumentation & Maintenance

Electronique des systèmes de mesures

 Débitmètre à turbine

Figure 10 Un débitmètre

Le débit volumique exprime un volume par rapport à une unité de temps : m3/h.
Ce débit est dépendant des conditions de température et de pression (un gaz pouvant se dilater
ou se compresser en fonction des paramètres de température et de pression). Ainsi une même
installation dans des conditions ambiantes différentes n’aura pas les mêmes débits volumiques
aux deux endroits.

Le débitmètre volumique Est un appareil de mesure de débit basé sur le volume.

VI. Le deé bitmeè tre eé lectromagneé tique :


Un débitmètre électromagnétique est un compteur volumétrique qui ne comporte pas de
pièces mobiles et il est idéal pour les applications d'eaux usées ou de tout autre liquide souillé
qui est conducteur ou à base d'eau. Le débitmètre électromagnétique ne fonctionne
généralement pas avec les hydrocarbures, l'eau distillée et bon nombre de solutions non
aqueuses. Le débitmètre électromagnétique convient également parfaitement pour les
applications où une faible perte de pression et peu d'entretien sont nécessaires.

Les débitmètres électromagnétiques sont une application de la mesure des


débits par mesure directe de la vitesse d’écoulement C’est M. Faraday, à Londres, en 1832 qui
tenta la première fois d’utiliser ce type de débitmètre ; il voulait mesurer le débit volumique
de la Tamise. Le débitmètre électromagnétique est aujourd’hui un outil de mesure
incontournable.

Un débitmètre électromagnétique industriel est constitué par un tube en


matériau non magnétique, revêtu intérieurement d’un revêtement isolant. Deux bobines
d’induction sont disposées de part et d’autre de la conduite. Elles créent un
champ magnétique alternatif pour éviter une polarisation des électrodes, et un
champ magnétique basse fréquence pour éviter les parasites.

23
Département de la physique appliquée

MST Génie Biomédical : Instrumentation & Maintenance

Electronique des systèmes de mesures

Figure 11 Débitmètre électromagnétique

Il utilise la loi de Faraday : Quand un conducteur rectiligne se déplace dans un champ


magnétique, une force électromotrice est induite dans ce conducteur.

Figure 12 Principe de Faraday

24
Département de la physique appliquée

MST Génie Biomédical : Instrumentation & Maintenance

Electronique des systèmes de mesures

Un champ magnétique est créé par deux enroulements inducteurs placés de part et d’autre
d’un même diamètre de la canalisation. Le conducteur est le fluide lui-même, il circule dans
une canalisation isolée électriquement à l’intérieur. La force électromotrice est mesurée par
deux électrodes au contact avec le liquide et placées aux deux extrémités d’un diamètre
perpendiculaire aux lignes d’induction. La force électromotrice mesurée est proportionnelle à
la vitesse moyenne du liquide, donc au débit volumique du liquide. Le signal de sortie à une
amplitude de quelques millivolts et indique également le sens de l’écoulement.

Figure 13 Mesure du débit par la loi de Faraday

Cette création de tension électrique s’explique simplement si on observe les forces qui
s’exercent sur les anions et cations présents au sein du liquide. Une charge électrique
(électron, anion, cation) qui se déplace dans un champ magnétique subit une force (force de
Laplace) qui tend à faire dévier cette charge de sa trajectoire initiale. Selon que cette charge
est positive ou négative elle sera déviée dans un sens ou dans le sens opposé. Cette force
s’exprime de la façon suivante : F=qv∧B où q est la charge de la particule, v est le vecteur
vitesse et B le vecteur champ magnétique.

25
Département de la physique appliquée

MST Génie Biomédical : Instrumentation & Maintenance

Electronique des systèmes de mesures

Figure 14 Le sens de la force de Laplace

Caractéristiques métrologiques :
Limites de température : - 25°C à + 180 °C

Pression : jusqu’à 40 bars


Vitesse du fluide : 0,2 à 10 m/s
Diamètre de raccordement : 2mm à 2m
Erreur de justesse : 0,2 % à 3 % de la valeur mesurée
Perte de charge : nulle
Temps de réponse : à partir de 0,1 s

Domaine d’utilisation :
 Liquide visqueux, pâteux, chargés d’impuretés, abrasifs ou très corrosifs à condition
qu’ils soient conducteurs de l’électricité (ce qui n’est pas le cas des hydrocarbures).

 Bonne précision de l’ordre de 1 % (limitée pour les faibles vitesses d’écoulement)

 Mesure ne dépendant pas des caractéristiques physiques du liquide (viscosité, densité,


granulométrie) et possible à haute température (450 °C) et haute pression (1000 bars)

VII. Le deé bitmeè tre aè ultrasons :


Le débitmètre à ultrasons est un instrument utilisant les ultrasons pour
mesurer la vitesse moyenne d'un fluide. La connaissance de la section permet
d'avoir la mesure du débit. La mesure de débit par ultrasons fait appel à
plusieurs techniques mettant en œuvre des sondes émettrices et réceptrices
(les deux pouvant être confondues).

26
Département de la physique appliquée

MST Génie Biomédical : Instrumentation & Maintenance

Electronique des systèmes de mesures

Figure 15 Domaine de fréquence des ondes sonores

A. Deé bitmeè tre par mesure diffeé rentielle des temps de transit

On mesure le temps de parcours de l'onde ultrasonore d'amont/aval à aval/amont. Cette


différence de temps est en fait l'image de la vitesse moyenne du fluide.

Un émetteur et un récepteur sont montés en opposition de manière à ce que les ondes


acoustiques allant de l’un à l’autre soient à 45 ° par rapport au sens d’écoulement dans la
conduite. La vitesse du son allant de l’émetteur au récepteur constitue la vitesse intrinsèque du
son, plus un apport dû à la vitesse du fluide. La mesure du temps t mis par le signal pour
parcourir la distance L permet de connaître la vitesse du fluide et d’en déduire le débit.

La connaissance du temps t permet alors de déterminer la vitesse U, et par suite le débit Q


connaissant la section de la conduite.

Il est primordial que le fluide ne véhicule pas de gaz ou de solides, pour éviter la dispersion
des ondes acoustiques entre les deux transducteurs. L’ensemble du dispositif, à l’extérieur de
la conduite, est insensible à l’agressivité du fluide et n’entraîne aucune perte de charge.

Le temps mis par l’onde ultrasonore pour aller de l’émetteur vers le récepteur est :

27
Département de la physique appliquée

MST Génie Biomédical : Instrumentation & Maintenance

Electronique des systèmes de mesures

Figure 16 Mesure différentielle des temps de transit

Domaine d’utilisation : fréquemment utilisé pour les écoulements turbulents, pour les fluides
non conducteurs (notamment hydrocarbures), là où les débitmètres électromagnétiques ne
conviennent pas.
Diamètre de canalisations : généralement important (6000 mm)
précision : peut atteindre 0,5 % temps de réponse très rapide, jusqu’à 1 ms

B. Deé bitmeè tre aè effet Doppler :

L’effet Doppler consiste à analyser la fréquence de l'ultrason qui est « réfléchi » par une
particule du fluide. La variation de fréquence est une image de la vitesse de la particule, et
donc du fluide ;

Il utilise lui aussi deux éléments transducteurs, mais montés tous deux dans un même boîtier,
d’un des deux côtés de la conduite. Une onde ultrasonore de fréquence constante est émise
dans le fluide par l’élément émetteur, les solides ou bulles présents dans les fluides
réfléchissent le son, le renvoyant à l’élément récepteur avec un glissement de fréquence. La
variation de fréquence est proportionnelle à la vitesse moyenne du fluide.

28
Département de la physique appliquée

MST Génie Biomédical : Instrumentation & Maintenance

Electronique des systèmes de mesures

Figure 17 Mesure du débit par effet Doppler

Domaine d’utilisation : exige la présence de gaz ou de solides en suspension dans


l’écoulement pour fonctionner correctement.
diamètre de canalisations : généralement important
précision modeste : 2 à 5 % de l’étendue de mesure.

VIII. Les deé bitmeè tres meé caniques associeé es aè des transducteurs
eé lectriques :
Un corps d’épreuve placé dans la conduite de mesure est mis soit en rotation (rotor de turbine)
soit en déplacement (flotteur de rotamètre, palette) sous l’effet de la vitesse du fluide. Un
capteur approprié tachymétrique dans le premier cas, de position dans le second cas, délivre
un signal électrique qui est proportionnel au débit.

A. Le deé bitmeè tre aè turbine :

L’écoulement du fluide entraîne la mise en rotation d’une turbine placée dans l’axe de la
conduite de mesure. Sa vitesse de rotation qui est mesurée par un tachymètre, est
proportionnelle à la vitesse d’écoulement du fluide. La vitesse de rotation de la turbine peut
être mesurée par l’intermédiaire d’un capteur inductif. Le passage de chaque pale devant le
capteur influe sur le champ magnétique, la variation de flux dans la bobine réceptrice
engendre une impulsion à chaque passage.

Le nombre d’impulsion par unités de temps (fréquence) est proportionnel au


débit instantané :

29
Département de la physique appliquée

MST Génie Biomédical : Instrumentation & Maintenance

Electronique des systèmes de mesures

Figure 18 Débitmètre à turbine

Figure 19 Schéma du débitmètre à turbine

Caractéristiques métrologiques :

É.M. de 25 L/h à 10 000 m3/h ;

30
Département de la physique appliquée

MST Génie Biomédical : Instrumentation & Maintenance

Electronique des systèmes de mesures

Mesure dans conduits de 5 à 600 mm ;


Précision de ± 0.1 % ;
Perte de charge non-nulle (˜ 15 kPa) ;

B. Le rotameè tre :

Un rotamètre est constitué d’un petit flotteur placé dans une conduite verticale conique. Le
flotteur est en équilibre sous l’action des forces suivantes :
- poussée d’Archimède : ρ. V. g
- poids du flotteur : ρo. V. g = M. g
- force de traînée ou la poussée du liquide : ρ. So. Cx. U² / 2

M : masse du flotteur en kg
g : accélération de la pesanteur 9,81 m/s²
ρ : masse volumique du liquide en kg/m3
U : vitesse du fluide en m/s
S : surface du flotteur en m²
C : coefficient de traînée du flotteur (sans unité)

Figure 20 Débitmètre à rotamètre flotteur

Le diamètre du tube en verre étant plus grand en haut qu’en bas, le flotteur
reste en suspension au point ou la différence de pression entre les surfaces

31
Département de la physique appliquée

MST Génie Biomédical : Instrumentation & Maintenance

Electronique des systèmes de mesures

supérieure et inférieure en équilibre le poids. Une encoche dans le flotteur le fait tourner sur
lui-même et stabilise sa position. Le repérage de la position du flotteur se fait par lecture
directe sur le tube en verre qui est muni de graduations ou par l’intermédiaire d’un couplage
optique ou magnétique entre le flotteur et l’extrémité du tube. Il introduit une perte de charge
qui est fonction du débit et doit être étalonné dans ses conditions d’emploi.

Domaine d’utilisation : Il ne tolère pas de haute pression (20 bars au maximum pour les
modèles en verre). Souvent utilisés pour les débits de purge.
Diamètre de canalisation : 4 à 125 mm
précision : 2 à 10 % de l’étendue de mesure.
Dynamique : 1-10

C. Les deé bitmeè tres aè compteurs volumeé triques :

Ils mesurent le volume écoulé Qv directement, en emprisonnant de façon répétée un volume


élémentaire de fluide. Le volume total de liquide traversant le débitmètre pendant un laps de
temps donné est le produit du volume élémentaire par le nombre d’emprisonnements.
Ces appareils totalisent souvent le volume directement sur un compteur intégré, mais ils
peuvent également délivrer une sortie impulsions qui peut être transmis sur un afficheur.
Ils en existent plusieurs types selon le corps d’épreuve utilisé, à piston, à palettes (ou rotors), à
roues ovales, à disque oscillant.

1. Le deé bitmeè tre aè palettes :

La palette est soumise à la force exercée par l’écoulement du fluide, à son poids et
éventuellement à l’action d’un ressort de rappel. La position d’équilibre de la palette est
fonction du débit et peut être converti en signal électrique à l’aide d’un potentiomètre dont
l’axe est fixé à celui de la palette.

Figure 21 Le débitmètre à palettes

32
Département de la physique appliquée

MST Génie Biomédical : Instrumentation & Maintenance

Electronique des systèmes de mesures

Domaine d’utilisation : eau, acides, lubrifiants (surtout pas les boues…)

Diamètre de canalisation : 10 à 300 mm


Précision : 1 %
Dynamique : 1-15

IX. Les deé bitmeè tres aè organes deé primogeè nes :


Un resserrement de la conduite ou un changement de direction créent entre amont et aval une
différence de pression ∆p liée au débit par une relation de la forme : Q = K. (∆p) 1/2

Avec :

ρ : masse volumique du liquide

K : constante réelle

Q : débit volumique

Figure 22 Organe déprimogène

Le débitmètre à pression différentielle est constitué de deux dispositifs mécaniques réunis par
des tubes de liaison :
 Un organe déprimogène ou élément primaire, créant la différence de pression
 Un appareil de mesure ou élément secondaire, pour mesurer en permanence cette
différence de pression et pour donner automatiquement la valeur du débit instantanée. Les
principaux organes déprimogènes sont : le tube de Pitot, le tube de Venturi, le diaphragme, la
tuyère.

A. Le tube de Pitot :

La méthode consiste à utiliser deux tubes qui mesurent la pression en des


endroits différents à l’intérieur de la canalisation. Ces tubes peuvent être

33
Département de la physique appliquée

MST Génie Biomédical : Instrumentation & Maintenance

Electronique des systèmes de mesures

montés séparément dans la conduite ou ensemble dans un seul boîtier. L’un des tubes mesure
la pression d’arrêt (ou pression dynamique) en un point de l’écoulement. Le second tube
mesure uniquement la pression statique, généralement sur la paroi de la conduite. La pression
différentielle mesurée de part et d’autre du tube de PITOT est proportionnelle au carré de la
vitesse.

La mesure de débit, réduite à la mesure des différences de pression p du fluide qui apparaît
entre deux points situés en amont et en aval de l’étranglement de la conduite est donc réalisée
par un capteur de pression différentielle. Un calculateur est alors nécessaire pour l’obtention
d’un signal proportionnel au débit.

Figure 23 Le tube de Pitot

La mesure des pressions statique et totale permet de connaître la vitesse du fluide.

Domaine d’utilisation : pour les liquides propres ou visqueux, la mesure de débit de gaz, la
variation de la vitesse d’écoulement entre la moyenne et le centre n’étant pas aussi importante
qu’avec les autres fluides. Ils sont facilement bouchés par des corps étrangers présents dans le
fluide.
diamètre de canalisation : à partir de 300 mm et jusqu’à 3,8 m en France
(9,6 m au USA)
précision : 1 à 2 % de la valeur réelle

34
Département de la physique appliquée

MST Génie Biomédical : Instrumentation & Maintenance

Electronique des systèmes de mesures

B. Le tube de Venturi :

Il est constitué d’un tronc de cône convergent, d’un col cylindrique et d’un tronc de cône
divergent. Le dispositif offre une bonne précision, mais reste coûteux et encombrant. Il
dispose d’un bon comportement du point de vue perte de charge, usure et encrassement.
Comme avec le diaphragme, les mesures de pression différentielle sont converties en débit
volumique.

Figure 24 Tube de Venturi

Figure 25 Eléments du tube de venturi

On crée un étranglement dans la canalisation et on mesure les deux pressions statiques. On en


déduit alors la mesure la vitesse et le débit. Le théorème de Bernoulli pour un
écoulement sans frottement s'écrit :

35
Département de la physique appliquée

MST Génie Biomédical : Instrumentation & Maintenance

Electronique des systèmes de mesures

La différence de pression aux bornes du tube de Venturi est proportionnelle au carré du débit.
De l’équation précédente on déduire le débit volumique :

Domaine d’emploi : liquide propre, gaz et vapeur.


Précision : 0,5 à 3 % selon les cas.

C. Le tube aè diaphragme :

Il s’agit d’un disque percé en son centre, réalisé dans le matériau compatible avec le liquide
utilisé. Le diaphragme concentrique comprime l’écoulement du fluide, ce qui engendre une
pression différentielle de part et d’autre de celui-ci. Il en résulte une haute pression en amont
et une basse pression en aval, proportionnelle au carré de la vitesse d’écoulement. C’est le
dispositif le plus simple, le moins encombrant et le moins coûteux.

Figure 26 Tube à diaphragme

Un diaphragme est une plaque rigide de faible épaisseur et percée d’un orifice. Cette plaque
s’introduit dans la canalisation perpendiculairement au sens d’écoulement.
Le liquide dont le débit est constant voit obligatoirement sa vitesse augmenter au passage de
l’orifice. Dans le même temps on observe une variation opposée de la
pression, c'est-à-dire une chute de la pression statique au niveau de l’orifice.
Des prises de pression installées de part et d’autre du diaphragme permettent
la mesure de la différence de pression statique. Cette mesure permet d’en
déduire directement le débit volumique instantané. Il est à noter que cette

36
Département de la physique appliquée

MST Génie Biomédical : Instrumentation & Maintenance

Electronique des systèmes de mesures

chute de pression localisée au niveau du diaphragme n’est pas une perte d’énergie (perte de
charge) mais un transfert d’énergie « de pression » en énergie « de vitesse »
Il existe en outre une perte de charge engendrée par le diaphragme. Sur le schéma, la
différence de pression entre les points 1et 2, P1-P2, nous permet de mesurer le débit et celle
entre les points 1et 3, P1-P3, correspond à la perte de charge engendrée par l’appareil.
Domaine d’utilisation : ne convient pas aux liquides contenant des impuretés solides car
celles-ci peuvent s’accumuler à la base du diaphragme. Il introduit une perte de charge
importante.
Diamètre de canalisation : tous diamètres disponibles.
Précision : 2 à 5 %
D. Tube aè Tuyeè re :

Elle est considérée comme une variante du tube de VENTURI. L’orifice de la tuyère constitue
un étranglement elliptique de l’écoulement, sans section de sortie rétablissant la pression
d’origine. Les prises de pression sont situées environ ½ diamètre de la conduite en aval et 1
diamètre la conduite en amont. La perte de charge se situe entre celle d’un tube de VENTURI
et celle d’un diaphragme.

Figure 27 Tube à tuyère

Domaine d’utilisation : pour les turbulences importantes ( > 50000), notamment dans les
écoulements de vapeur à haute température. Ce dispositif est inutilisable pour les boues.
Précision : 1 à 3 %
Dynamique : 1-4

X. Deé bitmeè tre aè cible :


Il comprend un disque (cible), centré dans une conduite. La surface de la
cible est placée à 90 ° par rapport à l’écoulement du fluide. La force exercée
par le fluide sur la cible permet une mesure directe du débit de fluide.

37
Département de la physique appliquée

MST Génie Biomédical : Instrumentation & Maintenance

Electronique des systèmes de mesures

Figure 28 Débitmètre à cible

Comme précédemment, le signal de sortie est une pression différentielle, un calculateur est
nécessaire pour l’obtention d’un signal proportionnel au débit.
Domaine d’utilisation : fluides chargés ou corrosifs.
Diamètre de canalisation : 15 à 1800 mm
Précision : 1 à 2 % de la valeur réelle.
Dynamique : 1-3

XI. Deé bitmeè tre aè effet Vortex :


Le principe est basé sur le phénomène de génération de tourbillons, appelé effet Karman.
Lorsque le fluide rencontre un corps non profilé, il se divise et engendre des tourbillons, de
part et d’autre et en aval du corps non profilé. Le nombre de tourbillons formés en aval par
unité de temps est proportionnel au débit moyen. Une vitesse précise d’écoulement du fluide
est déterminée par le comptage des tourbillons. Cette vitesse est mesurée à l'aide d'un capteur
sensible aux variations oscillatoires de pression.

Figure 29 Effet Vortex

Vitesse du fluide = fréquence des tourbillons / facteur K


Le facteur K dépend du nombre de REYNOLDS, mais est pratiquement constant sur une
vaste plage de débit.
Domaine d’utilisation : Il est destiné au liquide propre, gaz ou vapeur et non recommandé
pour la mesure de faibles débits. Il entraîne une perte de charge, supporte des vitesses de
fluide importantes.
Diamètre de canalisations : 12 à 500 mm
Précision : 1 %
Bonne dynamique : 1-20.

38
Département de la physique appliquée

MST Génie Biomédical : Instrumentation & Maintenance

Electronique des systèmes de mesures

XII. Deé bitmeè tre ionique :


Trois fils sont places perpendiculairement au déplacement du fluide. Le fils central est place à
un potentiel élevé, les deux autres sont reliés à la masse. Ce champ électrique crée une
ionisation du fluide, et deux courants électriques I1 et I2, du fils central à chacun des autres
fils. Si la vitesse du fluide est nulle, les courants I1 et I2 sont identiques. Si le fluide est en
mouvement, à la vitesse V, le système devient asymétrique. La différence des intensités I2-I1
est proportionnelle à V, alors que la somme I1+I2 est sensiblement constante.

Figure 30 Débitmètre ionique

Ce type d’anémomètre est bien adapté aux vitesses faibles (0 - 10 m/s). U est de l’ordre de 6
kV et les courants sont voisins de 1,5 mA. Ce type de capteur permet la mesure du sens de
l’écoulement.

39
Département de la physique appliquée

MST Génie Biomédical : Instrumentation & Maintenance

Electronique des systèmes de mesures

Chapitre 3 :
Les débitmètres massiques

40
Département de la physique appliquée

MST Génie Biomédical : Instrumentation & Maintenance

Electronique des systèmes de mesures

XIII. Preé sentation du deé bit massique :


A. Le deé bit massique :

Le débit massique exprime une quantité (une masse) par unité de temps : g/h, kg/h… Le débit
massique est indépendant de la température et de la pression, la masse de matière est la même
pour un volume différent.

B. Le deé bitmeè tre massique :

C’est un appareil de mesure de débit basé sur la masse et non pas sur le volume.

Figure 31 exemple d'un débitmètre massique

C. Diffeé rence entre deé bitmeè tre massique & volumique :

Un débitmètre massique a le gros avantage, par rapport à un débitmètre


volumique, de mesurer la quantité de matière le traversant, plutôt que de
mesurer le volume le traversant qui devra souvent être corrigé ensuite par la
densité du produit considéré. Il est souvent plus cher et plus délicat à mettre

41
Département de la physique appliquée

MST Génie Biomédical : Instrumentation & Maintenance

Electronique des systèmes de mesures

en œuvre, mais permet de s'affranchir de l'erreur due aux variations de densité de matière le
traversant.

XIV. Le deé bitmeè tre massique eé lectromagneé tique :


Voir le chapitre 2
XV. Le deé bitmeè tre thermique :
Les débitmètres massiques thermiques sont une application de la mesure des débits par
utilisation des calories du fluide comme conductivité pour déterminer le débit massique.

A. Le deé bitmeè tre thermique aè passage direct :

Le principe est basé sur la mesure des transferts caloriques par le fluide lui-même. Ces
dispositifs sont constitués d’un tube métallique à paroi mince, des résistances chauffantes sont
bobinées à l’extérieur du tube, la circulation du fluide provoque un déséquilibre thermique
entre l’amont et l’aval du tube, le déséquilibre est proportionnel au débit massique.

Figure 32 Débitmètre thermique

42
Département de la physique appliquée

MST Génie Biomédical : Instrumentation & Maintenance

Electronique des systèmes de mesures

Figure 33 Variation du débit d'un fluide avec la température

Deux capteurs de température sont placés aux points A et B, de part et d’autre d’un élément
chauffant. La différence de température, Tb - Ta est proportionnelle au débit massique. Le
capteur fonctionne correctement dans un intervalle de débit. Si le débit réel dépasse le débit
maximal, on peut utiliser un circuit dérivateur, prenant en charge une partie du débit.

Précision : Classe 0,5 à 1,5 ;

Constante de temps : De l’ordre de 2,5 s à 150 s.

Perte de charge : De l’ordre de 2 Pa.

B. Le deé bitmeè tre thermique aè deé rivation :

Le principe de fonctionnement des débitmètres massiques thermiques repose sur l'élévation de


température que subit un fluide lorsqu'on lui apporte une puissance thermique donnée.

K : une constante qui dépend de la construction et de la capacité calorifique du fluide.


Cp : la capacité calorifique du fluide.
Qm : le débit massique.

Il est nécessaire que toute la masse du fluide soit uniformément chauffée et


que les sondes de température soient en équilibre thermique avec le fluide.
Par ailleurs la mesure de débit par des débitmètres massiques thermiques à
dérivation n’est réalisable que pour de faibles débits, quelques dizaines de
grammes par heure.

43
Département de la physique appliquée

MST Génie Biomédical : Instrumentation & Maintenance

Electronique des systèmes de mesures

L’écoulement doit être laminaire.

Figure 34 Le débitmètre thermique à dérivation

XVI. Les deé bitmeè tres aè effet Coriolis :


Le débitmètre massique à effet Coriolis est une application de la mesure directement le débit
massique, Ce capteur mesure la vitesse de déplacement du tube de mesure.

A. Rappel physique sur l’effet Coriolis :

Figure 35 La force de Coriolis

La force de CORIOLIS (Mathématicien français) explique notamment pourquoi les cyclones


tournent dans le sens des aiguilles d'une montre dans l'hémisphère sud et dans
le sens inverse dans l'hémisphère Nord. Il est question, dans un système en
rotation, de la force qui agit perpendiculairement sur la masse en mouvement
dans le système, selon le vecteur vitesse relative et sur l'axe de rotation du

44
Département de la physique appliquée

MST Génie Biomédical : Instrumentation & Maintenance

Electronique des systèmes de mesures

système. Pour une masse m se déplaçant à une vitesse v, dans un système en rotation ayant
lui-même une vitesse angulaire ω.

La mesure repose sur la force de Coriolis. La force de Coriolis, →Fc = 2m(→ω ¿ →V ) est
générée lorsqu’une masse est simultanément soumise à un mouvement de translation et de
rotation. Si le corps s’éloigne de l’axe de rotation,

→F c   S’exerce dans le sens contraire de la

rotation. Si le corps se rapproche de l’axe de rotation,

→F c   s’exerce dans le même sens que la

rotation.
B. La mesure du deé bit par effet Coriolis :

Le débitmètre de CORIOLIS utilise comme détecteur un tube en U sans obstacle. Le tube de


mesure vibre à sa fréquence naturelle à l'intérieur du boîtier du capteur. Le tube de mesure est
actionné par un bobinage électromagnétique situé au centre de la courbure du tube et vibre
comme un diapason. Le fluide s'écoule dans le tube de mesure et est contraint de suivre le
mouvement vertical du tube vibrant. Lorsque le tube monte pendant une moitié de sa période
vibratoire, le fluide traversant

Figure 36 Mesure du débit par effet Coriolis

45
Département de la physique appliquée

MST Génie Biomédical : Instrumentation & Maintenance

Electronique des systèmes de mesures

Figure 37 principe de l'effet coriolis

A la sortie du détecteur, le fluide a un mouvement ascendant, induit par le mouvement du


tube. Lorsqu'il franchit le coude du tube, le fluide résiste aux modifications de son
mouvement vertical en repoussant le tube vers le haut. La différence de forces entraîne une
torsion du tube de mesure. Lorsque le tube descend pendant la seconde moitié de sa période
vibratoire, il se tord dans le sens opposé. C'est cette caractéristique de torsion qui est appelé
effet CORIOLIS. Du fait de la seconde loi de mouvement de NEWTON, l'amplitude de la
torsion du tube de mesure est directement proportionnelle F=2×m×ω×V
au débit massique du fluide
traversant le tube. Les détecteurs électromagnétiques situés de part et d'autre du tube de
mesure enregistrent la vitesse du tube vibrant. Le débit massique se détermine en mesurant la
différence de temps entre les signaux de détecteurs de vitesse. En effet la torsion du tube de
mesure, pendant l'écoulement du fluide, entraîne une différence de temps entre les deux
signaux de vitesse. C'est cette différence de temps qui est directement proportionnelle au débit
massique traversant le tube et demeure indépendante des propriétés de ce fluide.

Figure 38 Mesure du débit par déphasage

Performances :
 Limites de température : - 240°C à 200°C
 Pression : jusqu’à 400 bar

46
Département de la physique appliquée

MST Génie Biomédical : Instrumentation & Maintenance

Electronique des systèmes de mesures

 Vitesse du fluide : 0,1 à 10 m/s


 Diamètre de raccordement : 3mm à 200mm
 Erreur de justesse : > 0,3 %
 Perte de charge : nulle
Avantages & Inconvénients :
 Très bonne exactitude.
 Utilisable aussi pour les gaz dont la masse volumique dépasse 200 kg/m3.
 Faible erreur (inférieure à 0,3 %).
 Signal directement proportionnel au débit massique (réponse linéaire).
o Coût élevé
o Procéder au réglage du zéro du capteur à débit nul).
o Sensible aux vibrations du support et aux microcoupures électriques.

XVII. Deé bitmeè tre aè fil chaud :


Un débitmètre à fil chaud utilise le phénomène de transfert de chaleur entre un corps chaud et
un gaz pour quantifier un débit.

Figure 39 Débitmètre à fil chaud

On place dans un écoulement un fil ou un film porté par effet Joule à une température
supérieure à la température de cet écoulement. Il se produit alors un échange de chaleur par
convection. La température d’équilibre du fil ou du film est déterminée par la mesure de sa
résistance, elle est fonction de la puissance Joule dissipée, de la vitesse, la température et la
masse volumique du fluide.

Montage à intensité constante : la résistance est alimentée par un courant


constant. La tension mesurée Um est alors directement proportionnelle à R. la
température du fil ne restant pas constante, ce type de mesure s’applique
surtout aux variations lentes de vitesse de fluide.

47
Département de la physique appliquée

MST Génie Biomédical : Instrumentation & Maintenance

Electronique des systèmes de mesures

Montage à température constant : la température (et donc la résistance) est maintenue


constante à l’aide d’une contre réaction. La tension Um est alors liée au débit du fluide.
L’inertie thermique intervenant très peu dans ce montage (la température du fil est constante,
principe du capteur à équilibre de forces), le temps de réponse du système est proche du temps
de réponse de l’´électronique.

La puissance Joule 𝑷� dissipée dans une résistance à la température T, de valeur R(T), et


traversée par un courant continu I, à pour expression :

P j= R ( T ) .   I2

En admettant que les échanges thermiques se font uniquement par convection du fluide à la
température Ta, la puissance échangée Pc peut s’écrire :

P c=h . S l .( T −T a ) 𝑺� = �. �. �

�: le coefficient d’échange thermique.

𝑺�: la surface latérale du capteur(fil).

A l’équilibre thermique :

R (T )  ×I 2

¿ h   ×S l ×( T −T a)

La vitesse U du fluide intervient dans l’expression de h dont diverses formulations empiriques


ont été proposées.

Formule de King :

h=a+b×√ U

a et b : étant des constantes pour un fluide et capteur .

48
Département de la physique appliquée

MST Génie Biomédical : Instrumentation & Maintenance

Electronique des systèmes de mesures

Q m=   ρ×U × S
 Limites de température : -30°C à +80°C
 Débit : jusqu’à 0 à 99 999 �/�
 Vitesse du fluide : 0,15 à 3 m/s et 3,1 à 30 m/s
 Temps de réponse : inférieur à 0,001 s

49
Département de la physique appliquée

MST Génie Biomédical : Instrumentation & Maintenance

Electronique des systèmes de mesures

Chapitre 3 :
Les applications
biomédicales

50
Département de la physique appliquée

MST Génie Biomédical : Instrumentation & Maintenance

Electronique des systèmes de mesures

XVIII. L’appareil d’heé modialyse :


A. Principe de l’heé modialyse :

L'hémodialyse est une méthode d'épuration du sang par la création d'un circuit de circulation
extra-corporelle et son passage dans un dialyseur. Lorsqu'il existe une insuffisance rénale
sévère, l'organisme se charge progressivement de substances qu'il convient d'éliminer par la
dialyse. La dialyse consiste à mettre en contact le sang avec un liquide stérile (le dialysat)
dont la composition est proche de celle du plasma (le liquide qui compose 60 % du sang
environ) au travers d'une membrane qui sert de filtre. En hémodialyse ce processus se passe à
l'extérieur du corps et la membrane est artificielle.

Figure 40 Hémodialyse

Les générateurs d'hémodialyse sont les machines qui rendent possible la séance de dialyse. Ce
sont des dispositifs complexes qui assurent simultanément :
o la production du dialysat et son ajustement à la prescription médicale ;
o la circulation du dialysat à travers le dialyseur ;
o la circulation du sang dans le circuit extra corporel ;
o le maintien de l'ensemble du circuit à la température du corps du
patient ;

51
Département de la physique appliquée

MST Génie Biomédical : Instrumentation & Maintenance

Electronique des systèmes de mesures

o le contrôle en continu de la composition du dialysat, de la quantité de liquide retirée au


patient.
À ces fonctions "basiques" s'ajoutent désormais des modules optionnels qui permettent
également de mesurer en continu différents paramètres pour s'assurer de la qualité de la
dialyse. Les générateurs d'hémodialyse sont des dispositifs médicaux qui sont répertoriés
dans la classe II-b des dispositifs médicaux, c'est-à-dire qu'ils représentent un niveau élevé de
risque, principalement due au risque d'infection.

Figure 41 Principe de l'hémodialyse

52
Département de la physique appliquée

MST Génie Biomédical : Instrumentation & Maintenance

Electronique des systèmes de mesures

Figure 42 Schéma synoptique de l'appareil d'hémodialyse

B. Deé bitmeè tres utiliseé s :


o Débitmètre à ultrasons :

Figure 43 Schéma de l'hémodialyse avec le débitmètre

53
Département de la physique appliquée

MST Génie Biomédical : Instrumentation & Maintenance

Electronique des systèmes de mesures

Figure 44 Un débitmètre ultrasonore

XIX. La mesure du deé bit du sang dans les capillaires :


A. Le principe de mesure du deé bit sanguin :

La circulation sanguine est l’un des paramètres physiologiques les plus importants et aussi
l’un des plus difficiles mesurer avec précision. En effet, les instruments de mesure du débit
dans les vaisseaux sanguins dans le corps doivent répondre à certaines spécifications strictes ;
par exemple. Sensibilité et stabilité les besoins dépendent de l’ampleur du débit, de
l’emplacement et du diamètre de chaque individu navires. Les vitesses moyennes du flux
sanguin varient dans une large gamme de vaisseaux de diamètre allant de 2 cm à quelques
millimètres. En plus de satisfaire aux exigences techniques, le système de mesure système
doit répondre à l'exigence clinique spécifique d'être le moins traumatisant. Flux sanguin la
mesure est donc un problème technique et clinique difficile. Il est naturel qu'une variété
technique ait été développées dans le but de répondre aux exigences d’un flux idéal système
de mesure. Il existe de nombreuses techniques largement utilisées pour mesurer le débit
sanguin et la vitesse. Elles sont classées en invasives (chirurgicales) et non invasives (à
travers la peau). Le plus précis La méthode, évidemment, consiste simplement à couper le
vaisseau et à ajuster le débit sanguin dans un bécher calibré. Mais cette procédure est trop
radicale pour la plupart des protocoles.

54
Département de la physique appliquée

MST Génie Biomédical : Instrumentation & Maintenance

Electronique des systèmes de mesures

Figure 45 Mesure du débit sanguin

B. Deé bitmeè tres utiliseé s :

1. Le deé bitmeè tre sanguin aè effet eé lectromagneé tique :

L’instrument le plus couramment utilisé pour mesurer le débit sanguin est de type
électromagnétique. Type. Avec ce type d’instrument, le débit sanguin peut être mesuré dans
des vaisseaux sanguins intacts et dans des conditions qui seraient autrement impossibles.
Cependant, cette méthode exige que le vaisseau sanguin soit exposé de manière à pouvoir
placer la tête de mesure ou la sonde de mesure à travers lui.

Le principe de fonctionnement de tous les débitmètres de type électromagnétique repose sur


La loi de Faraday sur l’induction électromagnétique qui stipule que lorsqu’un conducteur est
déplacé à droite angles à travers un champ magnétique dans une direction perpendiculaire à la
fois au champ magnétique et sa longueur, une force électromotrice est induite dans le
conducteur. Dans le débitmètre, un ensemble électromagnétique fournit le champ magnétique
placé perpendiculairement au sang récipient dans lequel le débit doit être mesuré. La
circulation sanguine, qui est un conducteur, coupe le magnétique le champ et la tension sont
induits dans la circulation sanguine. Cette tension induite est captée par deux électrodes
incorporées dans l'assemblage magnétique. La magnitude de la tension captée est directement
proportionnelle à la force du champ magnétique, le diamètre du sang vaisseau et la vitesse du
flux sanguin.

55
Département de la physique appliquée

MST Génie Biomédical : Instrumentation & Maintenance

Electronique des systèmes de mesures

Figure 46 Mesure du débit sanguin par effet électromagnétique

Figure 47 Des débitmètres pour les capillaires

2. Le débitmètre sanguin à effet Doppler :

La plupart des efforts récents ont été concentrés sur le développement d’instruments à
décalage Doppler, qui sont maintenant disponibles pour la mesure de la vitesse du sang, du
débit volumique, de la direction du débit, du débit. Profil et de visualiser la lumière interne
d’un vaisseau sanguin. C’est une technique non invasive pour mesurer la vitesse du sang dans
un vaisseau particulier à partir de la surface le corps. Il est basé sur l'analyse des signaux
d'écho des érythrocytes dans les structures vasculaires. En raison de l’effet Doppler, la
fréquence de ces signaux d’écho varie en fonction de la fréquence que la
sonde transmet. Le décalage de fréquence Doppler est une mesure de la taille
et de la direction de la vitesse d'écoulement. L'échographie incidente est
dispersée par les cellules sanguines et l'onde dispersée est reçue par le
deuxième transducteur. Le décalage de fréquence due aux diffuseurs en

56
Département de la physique appliquée

MST Génie Biomédical : Instrumentation & Maintenance

Electronique des systèmes de mesures

mouvement est proportionnel à la vitesse des diffuseurs. Modification de la fréquence se


produit d’abord lorsque l’échographie arrive au « diffuseur » et en second lieu lorsqu’elle
quitte le diffuseur.

Figure 48 Débitmètre sanguin à effet Doppler

3. Le deé bitmeè tre sanguin par imagerie Doppler :

Les ultrasons Doppler ne servent pas uniquement à mesurer la valeur absolue de la vitesse du
sang volumique, mais cela aide aussi à avoir une visualisation directe des vaisseaux sanguins
et à étudier la forme de la vitesse du sang / onde temporelle au cours du cycle cardiaque. Le
centre d’imagerie aide à mesurer l'angle du faisceau / du bateau pour détecter l'emplacement
du site requis pour la mesure de la vitesse et flux. Cette technique est particulièrement
intéressante pour l’étude du flux sanguin dans la carotide et la fémorale artère et de visualiser
la bifurcation de l’ancienne.

57
Département de la physique appliquée

MST Génie Biomédical : Instrumentation & Maintenance

Electronique des systèmes de mesures

Figure 49 débitmètre sanguin par imagerie Doppler

Figure 50 Imagerie Doppler

4. Le deé bitmeè tre sanguin par reé sonance magneé tique nucleé aire :

Le principe de résonance magnétique nucléaire offre encore une autre


méthode non invasive pour la mesure de la circulation sanguine périphérique
ou la circulation sanguine dans divers organes. La méthode se rapporte à un
quantum phénomène mécanique lié aux niveaux d'énergie magnétique du

58
Département de la physique appliquée

MST Génie Biomédical : Instrumentation & Maintenance

Electronique des systèmes de mesures

noyau de certains éléments et leurs isotopes. Pour le travail de mesure du débit sanguin, le
comportement des deux atomes d’hydrogène de l’eau est étudié, puisque le sang représente
environ 83% d’eau. En raison du moment magnétique de l’atome d’hydrogène, le noyau se
comporte comme un aimant micro miniaturé qui peut être affecté par champs magnétiques
appliqués à l'extérieur. Les noyaux d'hydrogène s'orientent pour produire un réseau parallèle
alignement sur un champ magnétique constant. Les aimants nucléaires précèdent autour du
champ magnétique lignes jusqu'à ce qu'ils deviennent alignés.

Figure 51 Le débitmètre sanguin par résonance magnétique nucléaire

Le deé bitmeè tre sanguin Doppler Laser :

Un système utilisant le décalage Doppler de la lumière laser monochromatique pour mesurer


le flux sanguin dans la peau est décrit par Watkins et Holloway (1978). Lorsqu'un faisceau
laser est dirigé vers le tissu à l’étude, l’absorption et la diffusion ont lieu. Rayonnement
dispersé dans des structures mobiles, tels que les globules rouges, la fréquence change en
raison de l’effet Doppler, tandis que le rayonnement diffusé dans les zones non mobiles les
tissus mous sont non changés en fréquence. Une partie du rayonnement total diffusé est
amenée à tomber sur la surface d’une photo détectrice. La profondeur
effective de pénétration du rayonnement est d'environ 1 mm dans les tissus
mous et la diffusion et l'absorption ont lieu principalement dans la région de
la papille et la curium sous-jacent - deux couches dermiques contenant le
réseau capillaire de la peau.

59
Département de la physique appliquée

MST Génie Biomédical : Instrumentation & Maintenance

Electronique des systèmes de mesures

Figure 52 Doppler Laser

La mesure des volumes mobilisables :


Le pneumotachographe :

Le pneumotachographe (PTG) permet de mesurer les débits ventilatoires. Il est


essentiellement constitué par un tube de métal contenant une série de feuillets ondulés faits
d’une tôle très fine et enroulées sur eux-mêmes de manière à créer de très nombreux canaux
de forme grossièrement cylindrique, disposés suivant le plus grand axe du tube ce système a
été étudié pour provoquer une résistance tout en maintenant « laminaire » l’écoulement de
l’air à travers le PTG. La présence d’une résistance détermine l’apparition d’une différence de
pression entre deux points situés à distance l’un de l’autre le long du PTG. La différence de
pression, très légère est mesurée au moyen d’un électro manomètre différentiel

Le pneumotachographe Lilly :

Ils mesurent les débits aériens par la mesure de pressions différentielles de part et d’autre
d’une grille de résistances placée dans le circuit ventilatoire.

60
Département de la physique appliquée

MST Génie Biomédical : Instrumentation & Maintenance

Electronique des systèmes de mesures

Figure 53 Pneumotachographe Lilly

Le pneumotachographe Fleish :

Ils possèdent une série de capillaires parallèles. Ils mesurent la chute de pression durant
l’expiration. Cette chute est proportionnelle au débit produit par le patient soufflant dans
l’appareil.

Figure 54 Pneumotachographe Fleish

Le pneumotachographe aè fil chaud :

Ils mesurent la résistance électrique d’un fil en fonction de la température. Ils ne donnent pas
d’information sur le sens du flux. Les grands désavantages de ces systèmes sont leur
sensibilité à la température, à la pression atmosphérique et à la condensation. Pour pouvoir
comparer les différents tests, l’idéal serait de toujours les utiliser dans les mêmes conditions.

La spiromeé trie :

La spirométrie consiste à faire respirer le sujet par la bouche, le nez pincé,


dans un tuyau relié à un appareil de mesure, en exécutant différentes
manœuvres (respiration normale, inspiration forcée, expiration forcée). Elle
indique les volumes d’air contenus dans les poumons à différents moments
de la respiration, les débits d’air inspirés ou expirés et permet de tracer un

61
Département de la physique appliquée

MST Génie Biomédical : Instrumentation & Maintenance

Electronique des systèmes de mesures

graphique (courbe débit-volume). La spirométrie permet de détecter un éventuel syndrome


obstructif, qui se traduit par une baisse des débits expiratoires, ou restrictif, se traduisant par
une baisse des volumes. C’est la technique d’exploration fonctionnelle respiratoire la plus
simple, la plus rapide (quelques minutes) et la moins spécialisée

Figure 55 La spirométrie

La spiromeé trie aè turbine :

Les spiromètres à turbine mesurent le débit durant l’expiration et l’inspiration du patient. La


vitesse de rotation de la turbine est proportionnelle au débit d’air du patient. Le plus haut le
débit, le plus vite la turbine tourne. Ces rotations sont enregistrées par le spiromètre.

Figure 56 Spirométrie à turbine

La spiromeé trie aè ultrasons :

Les spiromètres à ultrason mesurent le débit par des ondes ultrasons. Ils
mesurent le débit inspiratoire et expiratoire par effet Doppler et présentent

62
Département de la physique appliquée

MST Génie Biomédical : Instrumentation & Maintenance

Electronique des systèmes de mesures

des résultats très précis. Les ultrasons traversent en diagonale le tube inspiratoire, et leur
longueur d’onde est modifiée par le souffle du patient, suivant le débit d’air.
Malheureusement, ces spiromètres sont encore chers à l’usage.

La surveillance des deé bits gazeux dans l’anestheé sie :


Un volumètre, spiromètre ou débitmètre, inclus dans le système anesthésique, mesure
le volume courant (VT), la ventilation minute (V°E), le débit gazeux inspiratoire
et expiratoire, la fréquence respiratoire (fR). Il permet de reconnaître les fuites,
le débranchement et l'entrée de gaz ou d'air ambiant (pénétration de gaz moteur dans le circuit
patient, mouvements inspiratoires). Le moniteur déclenche une alarme si une valeur seuil de
volume courant et/ou de ventilation-minute et/ou de fréquence respiratoire n'est pas atteinte.

Figure 57 Surveillance des gazs d'anesthésie

Conclusion :
Lors du choix du débitmètre, il convient de prendre en

considération des facteurs intangibles comme la connaissance du

personnel de l’usine, leur expérience en étalonnage et entretien, la

63
Département de la physique appliquée

MST Génie Biomédical : Instrumentation & Maintenance

Electronique des systèmes de mesures

disponibilité des pièces détachées et le temps moyen entre les relevés de

défaillance, etc., à l’emplacement spécifique de l’usine. Il est également

recommandé que le coût de l’installation ne soit calculé qu’après toutes ces

mesures. Une des erreurs de mesure de débit les plus communes est l’inversion

de cette séquence : au lieu de sélectionner un capteur qui fonctionnera

correctement, on tente de justifier l’utilisation d’un appareil parce qu’il est

moins cher. Ces achats « bon marchés » peuvent se révéler les installations les

plus coûteuses.

La bonne méthode de sélection d’un débitmètre implique une compréhension

claire des exigences propres à une application spécifique. Par conséquent, il faut

prendre le temps d’évaluer complètement la nature du fluide de processus et de

l’installation globale.

64
Département de la physique appliquée

MST Génie Biomédical : Instrumentation & Maintenance

Electronique des systèmes de mesures

Bibliographie :

65