Vous êtes sur la page 1sur 40

Université de Carthage

Institut Supérieur des Technologies de l’Environnement


de l’Urbanisme et de Bâtiment

Géophysique Appliquée
Enseignante :Dr. Sihem LOUATI
Statut : Ingénieur en Génie Civil– Docteur en Géosciences
E-mail : sihem.louati@gmail.com

Année universitaire : 2019 – 2020

1
Généralités

L’étude géotechnique se rapporte aux sols Eléments intervenant dans la stabilité et

et aux eaux souterraines le bon comportement des constructions.

Méthodes de reconnaissance géotechnique


Méthodes de sondages par forage et prélèvements,
Essais de mécanique des sols au laboratoire et in situ
Méthodes géophysiques

Un dépouillement des données


Une détermination des paramètres reconnaitre la structure souterraines.
géotechniques et géophysiques

le dimensionnement des fondations, les ouvrages de soutènements


et les constructions.
2
Généralités: Géophysique Appliquée
• La définition de la géophysique est la suivante :

« l’étude de la Terre par les méthodes de la physique »


• Ensemble de disciplines (géothermie, magnétisme, séismologie, sismique, volcanisme, etc.) qui ont pour
objectif de préciser la structure, les propriétés et le comportement dynamique de la terre.

• La Prospection Géophysique est un discipline appliquée à la recherche de substances utiles par une
approche indirecte mettant en œuvre des moyens physiques (gravimétrie, magnétisme, sismique, etc.). La
prospection géophysique est basée sur des phénomènes de pesanteur, de conductibilité électrique, de
magnétisme, d'élasticité (Chartrou, Pétroles natur. et artif.,1931, p. 39).

• L’activité de prospection géophysique mondiale concerne l’étude des couches de profondes (quelques
dizaines de mètre à quelques kilomètres) destinée à détecter de possibles des réservoirs d’hydrocarbure ou
des gisements de minerai etc…

• Elle peut aussi se concentrer sur les couches plus profondes du globe terrestre : c’est en effet grâce à la
géophysique que la structure interne de la Terre a pu être révélée.
3
Généralités : Géophysique Appliquée
• la prospection géophysique peut étudier les couches superficielles de la Terre, c'est-à-dire les premiers

mètres du sol voir les premiers dizaines de mètres. On s’intéressera alors plutôt à la pédologie ou

encore à l’hydrogéologie.

• La seconde caractéristique de l’étude géophysique est qu’elle utilise les méthodes de la physique. Elle

suivra donc une démarche basée sur l’observation, la mesure, l’analyse des résultats et finalement la

modélisation des comportements d’une grandeur physique dans un milieu donné.

La Terre correspond au milieu d’étude de la géophysique.

4
Généralités : Géophysique Appliquée
• Les différentes étapes d’une prospection géophysique sont :

→ la définition d’une problématique de recherche et le choix des méthodes pour y répondre ;

→ la prise de mesures grâce à un appareillage adapté ;

→ le traitement des données ;

→ leur analyse destinée à répondre aux questions posées.

5
La prospection Géophysique
• Les méthodes sismiques
La méthode géophysique la plus utilisée pour déterminer les structures du sous-sol
est la méthode sismique.
La prospection sismique est une méthode de prospection géophysique qui permet de visualiser
les structures géologiques en profondeur grâce à l'analyse des échos d'ondes sismiques.
On trouve deux principes physique appliqués pour cette méthode; la sismique réflexion et la
sismique réfraction.
La prospection Géophysique
• Les méthodes électriques
Les méthodes électriques ont comme principe de base d'injecter un courant connu
dans le sol à l'aide de deux électrodes pour créer une différence de potentiel mesuré par une
autre paire d'électrodes. De façon générale, la méthode permet de déterminer les variations
lithologiques dans le sol ou dans le roc qui sont caractérisées par des résistivités électriques qui
leur sont propres. On trouve dans deux méthodes dans cette prospection :
Sondage électrique Panneau ou trainée électrique
La prospection Géophysique
• Les méthodes électromagnétiques
Le principe de fonctionnement de cette technique s’appuie sur la
création d’un champ magnétique artificiel dans le sol. Un émetteur
portatif, induit un champ électromagnétique dans le sol. Ce champ
électromagnétique créé, va induire, au contact d’anomalies du sous-
sol, un second champ magnétique mesuré à l’aide d’un récepteur. Le
rapport entre le champ magnétique mesuré et le champ magnétique
généré par l’émetteur permet alors d’obtenir la conductivité apparente
du terrain sous-jacent.

Les mesures sont effectuées à l’aide d’un appareil de type EM


EM31
suivant un maillage préétabli. Un GPS peut y être associé afin de
localiser simultanément les mesures réalisées. La profondeur
d’investigation de chacun des appareils est étroitement liée à la
distance séparant l’émetteur du récepteur et à la fréquence du champ
magnétique émis. L’écartement entre émetteur et récepteur est
variable selon le type d’appareil utilisé, par exemple :
- L’EM-31 présente un écartement fixe permettant
d’atteindre une profondeur d’investigation de 3 ou 6 mètres selon le
mode d’acquisition utilisé.
- L’EM-34 présente des bobines amovibles : il sera préféré
pour des objectifs de plus grande profondeur.
La prospection Géophysique
• Les méthodes électromagnétiques
Résultats Obtenus:
Les mesures obtenues permettent de réaliser une carte sous forme de courbes d’isovaleurs
illustrant la répartition de la conductivité moyenne pour une tranche de sol donnée.

EM31

5288600
Sigma ( mS/m)
5288500
171.4
19.76
5288400
16.28
Prospection EM31: 5288300
14.55
13.94
Carte de la 5288200
13.3
12.04

conductivité du sol 5288100


11.28
10.64

et positionnement 9.998
9.419
5288000

des mesures 8.88


8.333
5287900
7.808
7.204
5287800
467500 467600 467700 467800 467900 468000 468100 468200 468300 4
La prospection Géophysique
• Les méthodes électromagnétiques
Résultats Obtenus:
EM34
La prospection Géophysique
• Les méthodes électromagnétiques

LE RADAR GEOLOGIQUE
Le principe de cette méthode repose sur la propagation et la
réflexion d’ondes électromagnétiques hautes fréquences.
Cette méthode de prospection nous permet d’obtenir une
section du sous-sol.
L’onde EM émise interagit avec le sous-sol de telle
manière qu’une partie de l’énergie se réfléchit lorsqu’il
apparaît des contrastes de permittivité électrique, tandis
qu’une autre partie transmise pénètre plus en profondeur.
On enregistre la durée du parcours des impulsions sur
l’antenne réceptrice.
La prospection Géophysique
• Les méthodes électromagnétiques : LE RADAR GEOLOGIQUE
La prospection Géophysique
• Les méthodes gravimétriques

Principe :
La méthode de prospection gravimétrique appliquée aux études de sub-surface s'attache à
détecter les variations de densité des terrains.
Pour calculer l'effet purement géologique des variations de densités, les mesures doivent être
corrigées de tous les effets non géologiques.
On citera les corrections suivantes : correction à l'air libre, de plateau, du relief, de latitude,
luni-solaire et enfin instrumentale.
Dans certaines conditions, on peut s'affranchir d'un certain nombre de corrections, on parle
alors de gravimétrie "expéditive".
La prospection Géophysique
• Les méthodes gravimétriques
Dispositif de mesure :
L'opérateur occupe successivement les points de mesure définis, en revenant régulièrement à un point de
référence.
Profondeur d'investigation
Cette méthode intègre elle aussi toutes les anomalies sous la surface. De façon analogue au magnétisme, les
anomalies superficielles présenteront une longueur d'onde plus réduite.
Exemples d'application classiques
Détermination des épaisseur de remplissage de vallées fossiles,
Détection des cavités,
Archéologie,
Repérage des structures géologiques,
Géologie minière,
Hydrogéologie.
Avantages de la méthode
Mesures précises,
Echelle d'étude étendue,
Aucune limitation d'utilisation (zone urbaine, relief accidenté),
Paramètres de densité souvent en relation avec la porosité
Limites de la méthode
Corrections fastidieuses,
Appareillage délicat,
Interprétation délicate
Planning du cours
Chapitre I : Prospection sismique réfraction
1) Théorie de la sismique
2) Réflexions et Réfractions
3) Campagne des mesures
4) Interprétation des résultats
Chapitre II : Prospection électrique
1) Principe et dispositifs
2) Domaine d’investigation et limites
3) Matériels de mesures, règles de sécurité et mise en œuvre sur
le terrain
4) Analyse et traitement des mesures

15
Chapitre I : Prospection sismique
1) Théorie de la sismique
1.1 Notions de vitesse sismique.
1.2 Vitesse de propagation dans les roches.
1.3 Théorie de la sismique réfraction
2) Réflexions et Réfractions
2.1 Cas de marqueurs parallèles.
2.2 Cas d’un marqueur incliné.
3) Campagne des mesures
3.1 La préparation de la campagne de mesures par sismique réfraction .
3.2 L’exécution des mesures.
3.3 Correction des mesures.
4) Interprétation des résultats
4.1 Cas de marqueurs parallèles.
4.2 Cas d’un marqueur incliné unique.
4.3 Cas de plusieurs marqueurs inclinés.

16
Chapitre I : Prospection sismique
Introduction
Etude de la méthode de sismique
S’applique le mieux aux problèmes posés par le génie civil, l’hydrologie, le génie minier
et le génie pétrolier (identification de la zone aérée ou WZ),
Son domaine d’investigation varie de quelques mètres à quelques centaines de mètres.

17
Chapitre I : Prospection sismique
Introduction
La sismique permet d’apporter une réponse à un certain nombre de
problèmes comme:
Identifier les couches de sub-surface
ou marqueurs (par mesure de leurs
vitesses sismiques) et connaître leurs
épaisseurs
Déterminer le pendage θ des plans
séparant des couches superposées
(ou marqueurs)

Mettre en évidence des zones


fracturées latéralement

18
Chapitre I : Prospection sismique
1) Théorie de la sismique
1.1 Notions de vitesse sismique
Un ébranlement dans un milieu donné Déformation du sol qui se propage de
(explosion d’une charge d’explosif ou choc) proche en proche en s’amortissant

L’objet de la sismique est l’étude de la propagation de ces déformations

Les ondes qui se propage dans le sous-sol sont de différents types

• les ondes de compression ou premières, P Ondes de


• les ondes de cisaillement ou secondes, S volume
• les ondes de surface (ondes de Rayleigh et de Love)

Les ondes de compression sont les plus rapides et seront les seules considérées ici. Ces ondes
obéissent aux lois de l’optique.
19
Chapitre I : Prospection sismique
1) Théorie de la sismique
•les particules du terrain 1 qui se
1.1 Notions de vitesse sismique déforment sont situées sur la surface
Considérons trois milieux, deux terrains d’onde C1.
superposés notés 1 et 2 et l’air, noté 0 •Lorsque une surface d’onde intéresse les
terrains 1 et 2 , elle subit une
La propagation des ondes dans un milieu discontinuité au passage de l’interface
bicouches S12. Il en est de même pour le trajet ou rai
E sismique.
S01
•Le trajet sismique n’a aucune
T1
signification physique mais il est
V1 d’utilisation plus aisée que les surfaces
S12 d’onde
•le trajet sismique est issu de E et reste
T2 perpendiculaire aux surfaces d’ondes
V2 successives
______ Onde directe •Il subit donc une discontinuité à la
______ Onde réfractée
traversée des interfaces.
______ Onde réfléchie

20
Chapitre I : Prospection sismique
1) Théorie de la sismique
Trois types de trajets sismique issus de E
1.1 Notions de vitesse sismique vont atteindre M :
Dans le cas des trois milieux 0, 1 et 2,
considérons un point M de la surface S01 •Les trajets directs restent situés dans les
suffisamment éloigné de E milieux 0 ou 1 ;

•Les trajets réfléchis se propagent dans le


milieu 1 ;

La sismique réfraction est l’étude de la •Et les trajets réfractés qui traversent le
propagation d’une déformation suivant les milieu 1, pénètrent le milieu 2 et
trajets directs et réfractés. retraversent le milieu 1.

E M Distance (m)
S01
______ Onde directe T1
______ Onde réfractée
V1
______ Onde réfléchie S12
T2 21
V2
Chapitre I : Prospection sismique
1) Théorie de la sismique
1.2 Vitesse de propagation dans les roches
Groupe 1 Roches compactes, porosités inférieures à 3%, non fracturées, non 4000m/s
altérées : Granite, Gneiss, Dolomies et Calcaires massifs, Marbres, à
Quartzites, Basalte. 6000m/s

Groupe 2 Les mêmes roches ci-dessus, fracturées, porosité totale de 3 à 10%, peu 3000m/s
ou pas d’altération à
4000m/s
Groupe 3 Roches poreuses, porosité supérieure à 5%, pas de fracturation, pas 2500m/s
d’altération ; calcaire, craies, grès, etc… à
4000m/s

Groupe 4 Les mêmes roches ci-dessus, fracturées, porosité supérieure à 8%, peu ou 2000m/s
pas d’altération à
3500m/s
Groupe 5 Formations meubles, soit non consolidées soit très altérées (arênisées 300m/s
dans le cas de roches riches en feldspaths) : graviers, sables, silts, tufs, à
moraines… 2500m/s

22
Chapitre I : Prospection sismique
1) Théorie de la sismique
1.3 Théorie de la sismique réfraction
Les hypothèses:

Les milieux sont homogènes et isotropes, caractérisés alors par leur vitesse propre;
Les interfaces (ou marqueurs) sont assimilées à des plans brisés tangents à celles-
ci;
Les trajets sismiques sont situés dans un même plan ; pour satisfaire cette
hypothèse, deux conditions sont nécessaires :
les ébranlements et capteurs (ou géophones) sont alignés à la surface du sol
les normales aux toits des marqueurs en place sont dans le même plan que les
géophones
Les vitesses propres sont croissantes avec la profondeur.

23
Chapitre I : Prospection sismique
1) Théorie de la sismique
1.3 Théorie de la sismique réfraction
Lois de Descartes :
Analogie avec les rayons optiques les lois de Descartes pour les trajets sismiques
Les rayons réfractés et réfléchis sont situés dans le plan d’incidence défini par le rayon
incident et la normale (n) au marqueur au point d’impact du rayon incident ;
L’angle incident est égal à l’angle réfléchi ;
Il existe un rapport constant entre les sinus de l’angle incident i1 et de l’angle réfracté i2
qui s’exprime en fonction des vitesses propres des couches en place V1 et V2 :
sin i1 V1
=
sin i2 V2
S01
______ Onde directe T1 V1
i1 i1
______ Onde réfractée

______ Onde réfléchie S12


i2 T2 V2
24
Chapitre I : Prospection sismique
1) Théorie de la sismique
1.3 Théorie de la sismique réfraction
Conséquences:

Les vitesses croissantes avec la profondeur, i.e. : V1< V2 < V3<V4…


Les trajets sismiques obéissent au principe du retour inverse
Un seul trajet réfracté limite issu de E peut émerger en M quand le marqueur est un
plan unique entre E et M.
Les trajets sismiques les plus rapides entre E et M produisent les premiers impétus.
Une autre représentation consiste à représenter les temps d’arrivée du premier
ébranlement aux géophones successifs, ou impétus, en fonction de la distance source-
géophone dromochronique

25
Chapitre I : Prospection sismique
Temps (s)
1) Théorie de la sismique
1.3 Théorie de la sismique réfraction
Conséquences:
Dromochronique
Hyperbole de de l’onde directe
l’onde réfléchie
T1: Intercept time
Dromochronique de
t0: Temps d’écho sur le l’onde réfractée
réflecteur t
T1 0
Distance (m)
sin i1 V1
=
sin i2 V2
S01
______ Onde directe T1 V1
i1 i1
______ Onde réfractée

______ Onde réfléchie S12

i2 T2 V2

26
Chapitre I : Prospection sismique
2) Réflexions et Réfractions
2.1 Cas des marqueurs parallèles
• Deux milieux à marqueurs parallèles caractérisés par leurs vitesses propres V1 et V2 (V1<V2).
•Le milieu de vitesse V1 est d’épaisseur h1 et le milieu de vitesse V2 est un substratum d’épaisseur
supposée infinie.
•L’ébranlement est provoqué en O et le point M représente un géophone de la surface du sol d’abscisse
variable x.
x
1. Le trajet direct est OM et le temps mis pour le parcourir est : t = V C’est la droite de pente 1/V1 passant par
1
l’origine. V1
2. Le trajet totalement réfracté est OBCM :L’angle incident limite vérifie sin i12 = V et le temps mis par le trajet du
2
rayon réfracté à parcourir OM est

Sachant que et on a l’équation du trajet réfracté: avec

C’est l’équation d’une demi-droite de pente 1/V2 et d’ordonnée à l’origine ou intercept time T1 = 2h cos i12
V1

27
Chapitre I : Prospection sismique
2) Réflexions et Réfractions
2.1 Cas des marqueurs parallèles
3. Le trajet réfléchi est OAM:
2OA
Le temps mis par le trajet réfléchi pour atteindre M est : t = sachant que on a:
V1

C’est l’équation d’une hyperbole de centre O, d’asymptote la branche du trajet direct


x
t = et de sommet de coordonnées : (0, 2h1/V1).
V1

La branche du trajet direct coupe la branche du trajet réfracté au point de brisure x1 d’abscisse X1 ;
Les arrivées premières correspondent d’abord à des trajets directs (x<X1), puis à des trajets réfractés
(x>X1), mais jamais à des trajets réfléchis.
L’hyperbole de réflexion est tangente en d à la branche du trajet réfracté ; le trajet BD est un rayon
émergent à la fois réfracté et réfléchi.

28
Chapitre I : Prospection sismique
2) Réflexions et Réfractions
2.1 Cas des marqueurs parallèles
Généralisons à n milieux de vitesses croissantes V1<V2<V3<…<Vn et d’épaisseurs h1, h2,
h3,…,hn-1.

29
Chapitre I : Prospection sismique
2) Réflexions et Réfractions
2.1 Cas des marqueurs parallèles

Généralisons à n milieux de vitesses


croissantes V1<V2<V3<…<Vn et
d’épaisseurs h1, h2, h3,…,hn-1.

Soit a,b, et c les différents angles que font les rayons avec les normales aux marqueurs.
Ces angles vérifient la loi de Descartes

En notant a=i14, b=i24 et c=i34 et en généralisant ces relations, nous retrouvons Vp


sin i pq =
la loi de Snell Vq
Le temps mis par le trajet totalement réfracté sur le marqueur
Vn , soit OBn-1 Cn-1 M, est facile à déduire en suivant la même
procédure que précédemment, d’où :
C’est l’équation d’une demi-droite de pente 1/Vn et
d’ordonnée à l’origine l’intercept time 30
Chapitre I : Prospection sismique
2) Réflexions et Réfractions
2.1 Cas des marqueurs inclinés

31
Chapitre I : Prospection sismique
2) Réflexions et Réfractions
2.1 Cas des marqueurs inclinés
Dans le cas de couches non parallèles, les dromochroniques obtenues en provoquant un ébranlement à
une extrémité du profil A puis à l’autre, D, sont différentes

Le temps total du trajet aller est égal à celui du retour mais


les pentes (inverse de la vitesse) et les ordonnées à l’origine
(intercept times) des branches de dromochroniques
correspondantes diffèrent.
Ces différences contraignent l’opérateur à réaliser des tirs
aller (ou directs) et retour (ou inverses) qui lui fourniront des
données essentielles à l’interprétation.
∆t2, ∆t3,etc., ou delay times, sont les différences de temps,
lues sur un même géophone, pour l’arrivée de l’ébranlement
issu de A (tir aller) et issu de D (tir retour) transmis par la
même formation (V2, V3, etc.).
Dans le cas le plus simple d’un seul marqueur incliné, non
parallèle à la surface du sol par exemple, l’angle que fait ce
plan avec la surface (supposée horizontale) est noté α.

32
Chapitre I : Prospection sismique
3) Campagne de mesures
3.1 La préparation de la campagne de mesures par sismique réfraction
La sismique réfraction consiste à analyser la dromochronique. Il est donc indispensable d’effectuer les mesures de
manière à ce que toutes les informations utiles apparaissent sur la dromochronique.
•Les pentes ∆t/∆x des segments successifs de la dromochronique pour en tirer les vitesses Vi,
•La position des points de brisure Xi ;
•La valeur des intercept times Ti ;
•La valeur des delay times ∆ti pour les cas où le réfracteur est affecté de pentes variables.
35 m 35
25 m 25mm
15 m 15 m

20 m

220 m
Géophone

Source

33
Chapitre I : Prospection sismique
3) Campagne de mesures
3.2 L’exécution des mesures
Il existe une grande variété de sources d’ébranlement : chute de poids, choc
d’un piston…Les moyens les plus courants restent toutefois les coups de masse
sur une plaque et l’explosif.

L’emploi d’une masse présente divers avantages mais aussi des inconvénients :

Le matériel est peu coûteux et facile à transporter ;


Les appareils modernes permettent d’additionner les impulsions reçues à
chaque coup, jusqu’à obtenir un signal lisible;
Cette méthode génère peu d’énergie et la profondeur investiguée reste faible et
dépasse rarement 20m.

L’emploi de l’explosif est rapide et l’énergie dégagée est grande, d’où des
profondeurs d’investigation plus importante. Malheureusement, son utilisation
est soumise à diverses autorisations et la mise à feu ne peut être confiée qu’à
un spécialiste (boute-feu).

34
Chapitre I : Prospection sismique
3) Campagne de mesures
3.3 Correction des mesures
Les mesures consistent à relever les temps des
premières arrivées aux différents géophones. Ces
relevés doivent appartenir à la même phase. Parfois des
enregistrements exhibent des premières arrivées avec un
impétus dirigé vers le haut et d’autres arrivées voisines
avec un impétus dirigé vers le bas ; le décalage est au
moins d’une demi- période.
L’utilisation de l’ensemble de ces traces pour construire
la dromochronique introduit une erreur notable.
Lorsque la topographie n’est pas trop accidentée, les
mesures de sismique réfraction ne nécessitent pas de
correction. Seules les études à précision exigée élevée
impliquent un relevé altimétrique soigneux de
l’ensemble de la flûte.

35
Chapitre I : Prospection sismique
4) Interprétation des mesures
L’interprétation débutant par le « pointé » des
premières arrivées, il est essentiel que celles-ci soit
bien nettes ; cette condition est assurée lorsque
l’énergie déployée est grande et lorsque les longueurs
d’ondes du signal émis sont courtes.
L’expérience montre par ailleurs, que les ondes les plus
courtes sont rapidement atténuée dans le cas de sol
sous consolidés et aérés.

36
Chapitre I : Prospection sismique
4) Interprétation des mesures
Line : 14005 Point : 14010
<--- reverse Forward --->

120

110

100

90

80

Forw ard
Time (msec)

70
Reverse
60
Int_forw ard

50 Int_reverse

40

30

20

10

0
0 10 20 30 40 50 60 70 80 90 100 110 120 130 140 150 160 170 180 190 200 210 220 230 240 250 260 270
Offset (Metres)

37
Chapitre I : Prospection sismique
4) Interprétation des mesures
4.1 Cas des marqueurs parallèles
•Calcul des vitesses. Nous avons vu que les vitesses des marqueurs sont données par les inverses des pentes des
branches de dromochroniques correspondantes. Il est aisé de les déduire directement des graphes.
•Estimation des épaisseurs. Deux paramètres permettent de calculer les épaisseurs des formations en place : les
abscisses des points de brisures X1, X2, X3,etc. et les intercept
times T1, T2, T3,…

38
Chapitre I : Prospection sismique
4) Interprétation des mesures
4.1 Cas d’un marqueur incliné unique

39
Chapitre I : Prospection sismique
4) Interprétation des mesures
4.1 Cas de plusieurs marqueurs inclinés

40