Vous êtes sur la page 1sur 18

Module : Ethique, déontologie et propriété intelectuelle

Module: Éthique, déontologie et propriété


intellectuelle

Semestre: 2
Unité d’enseignement: UET 1.2
VHS: 22h30 (Cours: 1h30)
Crédits: 1
Coefficient: 1
Pré requis : aucun

Objectifs
- Développer la sensibilisation des étudiants aux principes éthiques.
- Les initier aux règles qui régissent la vie à l’université (leurs droits et obligations vis-
à-vis de la communauté universitaire) et dans le monde du travail.
- Les sensibiliser au respect et à la valorisation de la propriété intellectuelle.
- Leur expliquer les risques des maux moraux telle que la corruption et à la manière de
les combattre.

Contenu du Module

A- Ethique et déontologie
I. Notions d’Ethique et de Déontologie
II. Recherche intègre et responsable

B- Propriété intellectuelle
I- Fondamentaux de la propriété intellectuelle
II- II- Droit d'auteur
III- Protection et valorisation de la propriété intellectuelle

Programme du Module
Partie : A- Ethique et déontologie

Chap. 01. Notions d’éthique et de déontologie

1. Introduction
1.1. Définitions : Morale, éthique, déontologie
1.2. Distinction entre éthique et déontologie

Chap01. Notions d’Ethique et de Déontologie/FSI/UMBB/M.Hamiane 1


Module : Ethique, déontologie et propriété intelectuelle

2. Charte de l’éthique et de la déontologie du MESRS : Intégrité et honnêteté.


Liberté académique. Respect mutuel. Exigence de vérité scientifique, Objectivité
et esprit critique. Equité. Droits et obligations de l’étudiant, de l’enseignant, du
personnel administratif et technique.

3. Ethique et déontologie dans le monde du travail


Confidentialité juridique en entreprise. Fidélité à l’entreprise. Responsabilité au
sein de l’entreprise, Conflits d'intérêt. Intégrité (corruption dans le travail, ses
formes, ses conséquences, modes de lutte et sanctions contre la corruption)

Chap.02. Recherche intègre et responsable

1. Respect des principes de l’éthique dans l’enseignement et la recherche

2. Responsabilités dans le travail d’équipe : Egalité professionnelle de traitement.


Conduite contre les discriminations. La recherche de l'intérêt général. Conduites
inappropriées dans le cadre du travail collectif

3. Adopter une conduite responsable et combattre les dérives : Adopter une conduite
responsable dans la recherche. Fraude scientifique. Conduite contre la fraude. Le
plagiat (définition du plagiat, différentes formes de plagiat, procédures pour éviter
le plagiat involontaire, détection du plagiat, sanctions contre les plagiaires, …).
Falsification et fabrication de données.

Partie B- Propriété intellectuelle

Chap.03.Fondamentaux de la propriété intellectuelle

1-Propriété industrielle. Propriété littéraire et artistique.

2-Règles de citation des références (ouvrages, articles scientifiques,


communications dans un congrès, thèses, mémoires, …)

Chap.04.Droit d'auteur
1. Droit d’auteur dans l’environnement numérique
Introduction. Protection des créations des logiciels. Protection des créations des Bases
de données. Protection des données personnelles. Cas spécifique des logiciels libres

2. Droit d’auteur dans l’internet et le commerce électronique


Droit des noms de domaine. Propriété intellectuelle sur internet. Droit du site de
commerce électronique. Propriété intellectuelle et réseaux sociaux.

3. Brevet
Définition. Utilité d’un brevet. Conditions de brevetabilité. Dépôt d'une demande de
brevet en Algérie et dans le monde. Droits et revendications dans un brevet.

4. Marques, dessins et modèles

Chap01. Notions d’Ethique et de Déontologie/FSI/UMBB/M.Hamiane 2


Module : Ethique, déontologie et propriété intelectuelle

Définition. Droit des Marques. Droit des dessins et modèles. Appellation d’origine. Le
secret. La contrefaçon.

5. Droit des Indications géographiques


Définitions. Protection des Indications Géographique en Algérie. Traités
internationaux sur les indications géographiques.

Chap.05.Protection et valorisation de la propriété intellectuelle


Modes de protection de la propriété intellectuelle. Violation des droits et outil
juridique. Valorisation de la propriété intellectuelle. Protection de la propriété
intellectuelle en Algérie.

Références bibliographiques :
1. Charte d’éthique et de déontologie universitaires,
https://www.mesrs.dz/documents/12221/26200/Charte+fran__ais+d__f.pdf/50d6de61-
aabd-4829-84b3-8302b790bdce
2. Arrêtés N°933 du 28 Juillet 2016 fixant les règles relatives à la prévention et la lutte
contre le plagiat
3. E. Prairat, De la déontologie enseignante. Paris, PUF, 2009.
4. Racine L., Legault G. A., Bégin, L., Éthique et ingénierie, Montréal, McGraw Hill, 1991.
5. Siroux, D., Déontologie : Dictionnaire d’éthique et de philosophie morale, Paris,
Quadrige, 2004, p. 474-477.
6. Medina Y., La déontologie, ce qui va changer dans l'entreprise, éditions d'Organisation,
2003.
7. Didier Ch., Penser l'éthique des ingénieurs, Presses Universitaires de France, 2008.
8. Gavarini L. et Ottavi D., Éditorial. de l’éthique professionnelle en formation et en
recherche, Recherche et formation, 52 | 2006, 5-11.
9. Caré C., Morale, éthique, déontologie. Administration et éducation, 2e trimestre 2002,
n°94.
10. Jacquet-Francillon, François. Notion : déontologie professionnelle. Le télémaque, mai
2000, n° 17
11. Carr, D. Professionalism and Ethics in Teaching. New York, NY Routledge. 2000.
12. Galloux, J.C., Droit de la propriété industrielle. Dalloz 2003.
13. Wagret F. et J-M., Brevet d'invention, marques et propriété industrielle. PUF 2001
14. Dekermadec, Y., Innover grâce au brevet: une révolution avec internet. Insep 1999
15. AEUTBM. L'ingénieur au cœur de l'innovation. Université de technologie Belfort-
Montbéliard
16. http://www.app.asso.fr/
17. http://ressources.univ-rennes2.fr/propriete-intellectuelle/cours-2-54.html
18. Fanny Rinck et léda Mansour "littératie à l’ère du numérique : le copier-coller chez les
étudiants" Université grenoble 3 et Université paris ouest Nanterre la défense Nanterre,
france
19. L'abc du droit d'auteur, organisation des nations unies pour l’éducation, la science et la
culture (UNESCO)
20. Alain bensoussan livre blanc – une science ouverte dans une république numérique
direction de l’information scientifique et technique CNRS
21. Copyright in the cultural industries. - Cheltenham: E. Elgar, 2002. - XXII-263 p.

Chap01. Notions d’Ethique et de Déontologie/FSI/UMBB/M.Hamiane 3


Module : Ethique, déontologie et propriété intelectuelle

22. Les logiciels de détection de similitudes : une solution au plagiat électronique? Rapport
du Groupe de travail sur le plagiat électronique présenté au Sous-comité sur la pédagogie
et les TIC de la CREPUQ
23. Emanuela Chiriac, Monique Filiatrault et André Régimbald. "guide de l’étudiant:
l’intégrité intellectuelle plagiat, tricherie et fraude… les éviter et, surtout, comment bien
citer ses sources" 2014
24. Publication de l'université de montréal. « Stratégies de prévention du plagiat », Intégrité,
fraude et plagiat, 2010
25. Pierrick Malissard "La propriété intellectuelle "origine et évolution" 2010
26. Le site de l’Organisation Mondiale de la Propriété Intellectuelle www.wipo.int

Chap. 01. Notions d’éthique et de déontologie

1. Introduction
1.1. Définitions : Morale, éthique, déontologie
1.2. Distinction entre éthique et déontologie

2. Charte de l’éthique et de la déontologie du MESRS : Intégrité et honnêteté.


Liberté académique. Respect mutuel. Exigence de vérité scientifique, Objectivité
et esprit critique. Equité. Droits et obligations de l’étudiant, de l’enseignant, du
personnel administratif et technique.

3. Ethique et déontologie dans le monde du travail


Confidentialité juridique en entreprise. Fidélité à l’entreprise. Responsabilité au
sein de l’entreprise, Conflits d'intérêt. Intégrité (corruption dans le travail, ses
formes, ses conséquences, modes de lutte et sanctions contre la corruption)

1. Introduction
1.1. Définitions : Morale, éthique, déontologie

Définition de la morale

Etymologie : du latin mores (pluriel de mos), moeurs, conduite, manière d'agir, genre de vie,
habitude.

La morale est un ensemble de principes de jugement, de règles de conduite relatives au bien


et au mal, de devoirs, de valeurs, parfois érigés en doctrine, qu'une société se donne et qui
s'imposent autant à la conscience individuelle qu'à la conscience collective. Ces principes
varient selon la culture, les croyances, les conditions de vie et les besoins de la société. Ils ont
souvent pour origine ce qui est positif pour la survie de l'ethnie, du peuple, de la société. Si de
tels principes sont en outre positifs pour l'ensemble des ethnies, des peuples ou des sociétés de
la Terre, on peut les considérer comme faisant partie de la morale universelle.

La morale est un ensemble de principes de jugement, de règles de conduite relatives au bien


et au mal, de devoirs, de valeurs, parfois érigés en doctrine, qu'une société se donne et qui
s'imposent autant à la conscience individuelle qu'à la conscience collective.

Chap01. Notions d’Ethique et de Déontologie/FSI/UMBB/M.Hamiane 4


Module : Ethique, déontologie et propriété intelectuelle

Les termes "éthique" et "morale" ont des sens proches et sont souvent confondus. L'éthique
est plutôt la science et l'étude de la morale.

On distingue en général deux grandes conceptions de la morale :


• Objectiviste. Les lois morales ne dépendent pas de l'homme mais des lois de la nature,
de "commandements divins" ou des lois de la raison. Elles ont un caractère universel,
éternel, absolu, normatif. Elles ne peuvent être ni changées, ni supprimées.
• Relativiste. Les valeurs morales ont une origine humaine. Elles sont définies par la
société ou par l'individu lui-même et varient donc d'une société à une autre.

La philosophie morale aborde, avec la seule autorité de la raison, la question de la finalité de


l'action humaine et cherche à éclairer les choix pratiques et en particulier la prise de décision
:
• Que dois-je faire ?
• Qu'aurais-je dû faire ?
• Y a-t-il des limites à mes actions ?

Les philosophes divisent la morale en trois domaines dont les limites ne sont pas toujours
parfaitement fixées :
• Méta-éthique : entendue comme la recherche des origines et du sens de nos concepts
moraux
• Morale ou éthique normative, qui concerne les critères de nos comportements
(habitudes, devoirs, conséquences de nos actes) ;
• Morale ou éthique appliquée, application des deux premières à des problèmes
spécifiques et controversés (par exemple, avortement, environnement, droits des
animaux, etc.).

Définition de l’éthique

L'éthique
Etymologie : du grec ethikos, moral, de ethos, moeurs. L'éthique est la science de la morale et
des moeurs. C'est une discipline philosophique qui réfléchit sur les finalités, sur les valeurs de
l'existence, sur les conditions d'une vie heureuse, sur la notion de "bien" ou sur des questions
de moeurs ou de morale.

L'éthique peut également être définie comme une réflexion sur les comportements à adopter
pour rendre le monde humainement habitable. En cela, l'éthique est une recherche d'idéal de
société et de conduite de l'existence.

Le mot "éthique" a cependant, de nos jours, une connotation moins péjorative que "morale"
car plus théorique ou philosophique. Tandis que la morale est un ensemble de règles ou de
lois ayant un caractère universel, irréductible, voire éternel, l'éthique s'attache aux valeurs et
se détermine de manière relative dans le temps et dans l'espace, en fonction de la communauté
humaine à laquelle elle s'intéresse.

Qu’est-ce que l’éthique?


L’éthique est une réflexion sur les valeurs qui orientent et motivent nos actions. Cette réflexion
s’intéresse à nos rapports avec autrui et peut être menée à deux niveaux.

Chap01. Notions d’Ethique et de Déontologie/FSI/UMBB/M.Hamiane 5


Module : Ethique, déontologie et propriété intelectuelle

Au niveau le plus général, la réflexion éthique porte sur les conceptions du bien, du juste et de
l’accomplissement humain. Elle répond alors à des questions comme :
• qu’est-ce qui est le plus important dans la vie?
• que voulons-nous accomplir?
• quels types de rapports voulons-nous entretenir avec les autres?
Les valeurs deviennent ainsi des objectifs à atteindre, des idéaux à réaliser. À l’échelle individuelle,
nos actions sont autant de moyens d’actualiser nos valeurs. À l’échelle collective, l’imposition de
règles est aussi un moyen de réaliser l’idéal partagé; les actions qui vont dans le sens de l’idéal
deviennent des devoirs, des obligations. Les règles, cependant, sont générales et ne peuvent couvrir
toutes les situations où des choix d’actions sont nécessaires.
C’est pourquoi la réflexion éthique porte aussi, au niveau particulier, sur les cas embarrassants et les
dilemmes. Elle répond alors à des questions comme :
• quelle est la valeur la plus importante dans cette situation?
• quelle est la meilleure décision éthique dans ces circonstances?

L’éthique professionnelle
En éthique professionnelle, la réflexion porte sur les valeurs qui motivent les conduites des
professionnels et qui sont actualisées dans les codes de déontologie.
Les valeurs des ingénieurs définissent un idéal général de pratique. Le bon ingénieur se distingue,
entre autres, par sa compétence, son sens des responsabilités, son engagement social. Ce que cela
signifie dans la pratique quotidienne, le code de déontologie aide à le comprendre en énonçant les
devoirs et obligations découlant de l’idéal du groupe.
L’idéal de pratique justifie l’imposition de règles contraignantes et motive à les respecter. La
déontologie, comme tous les systèmes de règles, a cependant des limites.
La pratique du génie est diverse et complexe. L’évolution économique et technique fait apparaître des
problèmes éthiques nouveaux. Les ingénieurs, en outre, travaillent majoritairement dans des
organisations qui ont des valeurs différentes des leurs. Au niveau particulier de la pratique
professionnelle, la réflexion éthique redevient donc nécessaire pour résoudre les cas complexes et les
conflits de valeurs.

Définition de déontologie

La déontologie
Etymologie : de l'anglais deontology, venant du grec deon, ce qu'il faut faire, devoir, et de
logos, science, discours, parole.
Etymologie : de l'anglais deontology, venant du grec deon, ce qu'il faut faire, devoir, et de
logos, science, discours, parole. La déontologie est l'ensemble des règles ou des devoirs
régissant la conduite à tenir pour les membres d'une profession ou pour les individus chargés
d'une fonction dans la société.

La déontologie est l'ensemble des règles ou des devoirs régissant la conduite à tenir pour les
membres d'une profession ou pour les individus chargés d'une fonction dans la société.
Qu'elle soit imposée ou non par la loi, elle constitue la morale d'une profession. C'est le cas
par exemple pour les professions médicales (serment d'Hippocrate), les journalistes (Charte de
Munich), les avocats…

Un code de déontologie professionnelle est ce qui régit l'exercice d'une profession. Il en


décrit l'éthique ainsi que les droits et les devoirs de ceux qui l'exercent, de même que les
rapports entre ceux-ci et leurs clients ou le public.

L'éthique déontologique est une théorie philosophique selon laquelle chaque action humaine
doit être appréciée selon sa conformité ou non à certains devoirs. Le déontologisme s'oppose
Chap01. Notions d’Ethique et de Déontologie/FSI/UMBB/M.Hamiane 6
Module : Ethique, déontologie et propriété intelectuelle

alors au conséquentialisme, qui considère que les actions humaines sont à juger uniquement
en fonction de leurs conséquences.

1.2. Distinction entre éthique et déontologie

Quelle est la différence entre éthique, morale et déontologie?

Les mots « morale » et « éthique » se rapportent à la sphère des valeurs et des principes
moraux. Sont-ils synonymes? Ont-ils des significations distinctes? Différentes écoles de
pensée existent sur cette question.
Pour certains penseurs, « morale » et « éthique » ont la même signification : le premier
provient d'un mot latin (« mores ») et le second d'un mot grec (« êthos ») qui, tous les deux,
signifient « moeurs ».

Pour d'autres, ces termes prennent des sens différents et ne sont pas équivalents. Au Québec,
notamment, une distinction s'est imposée :
La morale réfère à un ensemble de valeurs et de principes qui permettent de différencier le
bien du mal, le juste de l'injuste, l'acceptable de l'inacceptable, et auxquels il faudrait se
conformer.
• « Ce que j'ai fait en dénonçant le harcèlement dont j'ai été témoin est conforme à la
morale. »
• « La morale demande de redonner à chacun ce qui lui revient de droit. »
À travers les époques et les cultures, des individus et des groupes ont défendu différentes
conceptions de ces principes et valeurs. Ces conceptions de la morale sont appelées des «
morales ». Par exemple, le christianisme propose un ensemble de valeurs (la charité, le
pardon) et de principes (« Aime ton prochain comme toi-même ») devant guider l'agir
humain. Pour y référer, on parle de la « morale chrétienne ».
L'éthique, quant à elle, n'est pas un ensemble de valeurs et de principes en particulier. Il s'agit
d'une réflexion argumentée en vue du bien agir. Elle propose de s'interroger sur les valeurs
morales et les principes moraux qui devraient orienter nos actions, dans différentes situations,
dans le but d'agir conformément à ceux-ci.
La réflexion éthique peut se faire à différents niveaux, certains plus fondamentaux et d'autres
plus pratiques. Elle se divise ainsi en différents champs.
Quels sont les champs de l'éthique? >>

Le terme « déontologie » vient du grec « deontos », qui veut dire « devoir ». Dans son sens
courant, il renvoie aux obligations que des personnes sont tenues de respecter dans leur
travail.
Il peut s'agir de travailleurs d’une même profession, comme les enseignants ou les ingénieurs;
de personnes au service d’un même employeur.
Les obligations partagées par un groupe reflètent des valeurs ou principes jugés
fondamentaux. On les consigne parfois dans un code de déontologie, aussi appelé « morale
professionnelle ». Bien que la déontologie soit très présente dans divers milieux
professionnels, beaucoup de travailleurs ne sont pas encadrés par des codes.

2. Charte de l’éthique et de la déontologie du MESRS :


La charte de l’éthique et de la déontologie du MESRS, traite :

Chap01. Notions d’Ethique et de Déontologie/FSI/UMBB/M.Hamiane 7


Module : Ethique, déontologie et propriété intelectuelle

Intégrité et l’honnêteté dans l’enseignement supérieur. La Liberté académique. Le Respect


mutuel. L’Exigence de vérité scientifique, l’Objectivité et l’esprit critique. L’Equité. Les
Droits et obligations de l’étudiant, de l’enseignant, du personnel administratif et technique.
Cette charte peut être téléchargée du site de l’enseignement superieur et de la recherche
scientifique :
https://www.mesrs.dz/documents/12221/26200/Charte+fran__ais+d__f.pdf/50d6de61-aabd-
4829-84b3-8302b790bdce

1.3. Ethique et déontologie dans le monde du travail


Les points traités dans la troisième partie de ce premier chapitre touchent à la Confidentialité
juridique en entreprise. La Fidélité à l’entreprise. La Responsabilité au sein de l’entreprise,
Conflits d'intérêt. L’Intégrité (corruption dans le travail, ses formes, ses conséquences, modes
de lutte et sanctions contre la corruption)

Éthique du travail (éthique professionnelle)

Introduction
La gestion des ressources humaines est, sans aucun doute, un des principaux domaines de
l’entreprise où l’éthique apparaît comme incontournable.
Concernant tous les acteurs de l’entreprise : décideurs, managers, salariés, elle est au cœur des
confrontations entre logique économique et logique sociale.
Elle apparaît comme la clé de voûte de la motivation du personnel et doit, de ce fait, faire
l’objet d’une attention particulière.
Depuis quelques années, l’éthique se déploie dans tous les secteurs de l’entreprise, et est
accompagnée par un recours à de nouveaux procédés de management : chartes éthiques, codes
de bonne conduite…
Le risque serait alors d’assister à une instrumentalisation de ces outils, accompagnée d’une
dilution des principes fondateurs du management.
C’est pourquoi, il semble nécessaire de consolider les fondations que représentent les valeurs,
partagées au sein de l’entreprise, afin d’y incorporer par la suite des outils de gestion adaptés,
cohérents et efficaces.
Ils reposeront ainsi sur des bases solides et seront mieux à même à faire face à la diversité des
problèmes éthiques de l’entreprise de demain.

Définition
Partie de l'éthique sociale qui a pour objet d'étudier les valeurs morales afférentes au travail et
aux collectivités et de proposer des normes d'action pour la conduite des individus et des
groupements. Note(s) : L'éthique du travail, réalité pratique, se distingue de l'éthique
professionnelle en ce que cette dernière n'est qu'un aspect de l'éthique individuelle.

En éthique professionnelle, la réflexion porte sur les valeurs qui motivent les conduites des
professionnels et qui sont actualisées dans les codes de déontologie. Les valeurs des
ingénieurs définissent un idéal général de pratique.

Une sentence étique suppose l’élaboration d’un jugement moral et une norme qui détermine
comment devraient agir les personnes intégrant une société.
L’éthique professionnelle (ou la déontologie) a pour but de réglementer les activités qui ont
lieu dans le cadre d’une profession. À ce titre, il s’agit d’une discipline qui est comprise au
Chap01. Notions d’Ethique et de Déontologie/FSI/UMBB/M.Hamiane 8
Module : Ethique, déontologie et propriété intelectuelle

sein de l’éthique appliquée étant donné qu’elle fait allusion à une partie concrète de la réalité.
Il y a lieu de souligner que l’éthique, en général, n’est pas coercitive (elle n’impose pas de
sanctions légales ou normatives). Cependant, l’éthique professionnelle peut être, dans une
certaine mesure, dans les codes déontologiques régissant une activité professionnelle. La
déontologie fait partie de ce que l’on appelle l’éthique normative et présente une série de
principes et de règles devant être obligatoirement respectés.
Il y a donc lieu de dire que l’éthique professionnelle étudie les dispositions contraignantes de
la déontologie professionnelle. L’éthique suggère ce qui est souhaitable et condamne ce qui
ne doit pas se faire tandis que la déontologie compte sur les outils administratifs afin de
garantir que la profession soit exercée en toute éthique.
L’éthique journalistique, par exemple, condamne tout journaliste recevant de l’argent pour
publier une information tendancieuse en faveur d’une certaine personne, organisation ou
société. Dans le monde des affaires, par ailleurs, l’éthique établie qu’un vendeur ne peut pas
réaliser des transactions hors du contexte de la société pour laquelle il travaille en tant
qu’employé.

L’éthique professionnelle apparaît comme l’ensemble des règles, principes moraux


fondamentaux et valeurs traçant la ligne directrice de chaque entreprise. Comme le
contexte global et la conjoncture économique sont en perpétuelle fluctuation, l’éthique peut
être amenée à évoluer pour cadrer avec la situation et l’activité de la société. Avoir une
éthique établie et non figée permet d’attester de la crédibilité de toute structure et de lui
confirmer une image et un positionnement.

IMPACT DE L’ÉTHIQUE PROFESSIONNELLE SUR LE MANAGEMENT


SALARIAL
Parce que l’éthique n’est pas un phénomène de mode et qu’il est très important d’exister au
travers de son travail, la déontologie prend une part prédominante dans la gestion des
ressources humaines et du management. Ainsi, l’éthique intervient positivement à tous les
niveaux du management. Les grandes lignes consenties dans le code de conduite de chaque
structure vont décider des mesures à prendre en cas de résolution de conflits, de gestions
d’opinions divergentes des différents acteurs de l’entreprise, de leur responsabilisation ou
encore de la gestion des objectifs ou de l’aide à la décision. Tous ces domaines et bien
d’autres ont pour but de conduire vers une sorte de maturité relationnelle dans les rapports des
différents intervenants dans l’activité de l’entreprise.
Cet enrichissement des échanges au travers des codes de la déontologie fait que le profit n’est
pas la seule motivation de toute entreprise soucieuse de son image, et qui se doit
d’accorder l’importance de mise à ses équipes et collaborateurs. Le non éthique est en effet un
facteur de risque à des phénomènes comme la chute de la notoriété ou la régression des parts
de marché. Un bon management ne peut pas se dissocier d’une éthique claire et cohérente qui
fera gagner en pérennité, crédibilité, créativité et solidarité.

Ce qu'il est important de savoir, c’est qu’une ligne éthique vise à faire prendre à chacun
conscience de ses responsabilités et des répercussions de ses actes. Avoir une éthique, n’est
pas renoncer à ses profits, son développement, ses bénéfices ou ses challenges.

Une éthique, c’est aussi des engagements vis-à-vis de ses partenaires. Ainsi, votre déontologie
doit s’appliquer aussi bien en interne qu’en externe. La déontologie c’est aussi des
engagements envers vos clients et fournisseurs. Les relations mutuellement bénéfiques
imposent des règles partagées de fonctionnement et des principes éthiques.

Chap01. Notions d’Ethique et de Déontologie/FSI/UMBB/M.Hamiane 9


Module : Ethique, déontologie et propriété intelectuelle

En somme, le management éthique est non seulement envisageable mais demeure rentable car
la valeur génère la performance.

l’éthique est ce qui va contribuer à estimer la qualité de l’environnement


professionnel qui déterminera performance et productivité. Il est donc crucial d’impliquer ses
salariés dans ses prises de décisions, d’établir un climat de transparence et de confiance, de
mettre l’accent sur la formation, l’écoute et l’accompagnement de ses équipes pour un
management qui replace le salarié au cœur de l’entreprise. Parce que l’entreprise a le souci
d’attirer les meilleurs et de continuer à faire du profit, son souci se portera sur l’amélioration
des performances tout en veillant à l’autonomie de conduite de ses équipes pour valoriser
leurs acquis et consolider leurs aptitudes.

Ainsi, la qualité d’une entreprise passe par son éthique qui est une question aussi bien
individuelle que collective. Cette éthique est aussi une question organisationnelle qui définit
les responsabilités et donne les moyens de forger les compétences.

On peut donc résumer en disant que l’éthique est un développement personnel visant un
progrès et un résultat collectif. Toute approche éthique se doit d’être construite pour concilier
l’autonomie de l’individu et son engagement pour l’organisation. Une charte éthique ne
saurait donc être mise en place sans une approche tridimensionnelle portant sur des
questionnements sur le soi, autrui et l’entreprise.

Politique sur l'éthique au travail


Tout employé doit adhérer au code d’éthique et de déontologie adopté par l’entreprise. Plus
particulièrement, l’employé :
• s’engage envers l’entreprise à donner des services de qualité, à répondre aux
demandes adressées à l’entreprise ainsi qu’à avoir un rendement efficient;
• accepte d’éviter toute action qui porterait préjudice aux intérêts, à l’image et à la
réputation de l’entreprise ou de ses clients;
• s’engage à respecter le caractère strictement confidentiel de son mandat. Toutes les
données, informations et connaissances confidentielles portant sur l’entreprise, ou
faites dans le cadre d’un projet, ou encore acquises par l’employé au cours de son
mandat ne pourront être divulguées ou utilisées à d’autres fins que celles prévues au
présent contrat. Toute divulgation nécessite l’autorisation écrite du client;
• s’engage, à la fin d’un projet, à remettre tous les documents, rapports, notes, fichiers
électroniques ou toute autre pièce documentaire, produits en vertu du projet, ceux-ci
étant la propriété exclusive de l’entreprise.

L’éthique professionnelle au cœur du management des Hommes repose sur un ensemble


de valeurs
Le respect de la dignité humaine constitue le socle de toute relation en société.
Sa transgression, quel qu’elle soit, est à l’origine des principaux problèmes éthiques.
Ainsi, promouvoir l’éthique professionnelle, c’est intégrer la dimension humaine dans
chacune de ses décisions, de ses actes.
Appliquée aux ressources humaines, le management éthique définit une gestion qui met
l’homme au cœur de l’entreprise.
Dès lors, nous voyons bien qu’une telle démarche n’est pas simple. Surtout, elle ne doit pas
simplement résulter d’une généralisation des valeurs individuelles du dirigeant.
Mais au fait, qu’est-ce qu’une valeur ?
La notion de « valeur » semble aujourd’hui bien synonyme de celle de la morale.

Chap01. Notions d’Ethique et de Déontologie/FSI/UMBB/M.Hamiane 10


Module : Ethique, déontologie et propriété intelectuelle

Le management par les valeurs dispose d’un certains outils efficaces


Les principes moraux et les valeurs sont principalement des valeurs abstraites laissant libre
cours à l’interprétation.
Faut-il alors les codifier ?
Marvin Bower a remarqué que les entreprises qui réussissent le mieux dans la démarche
éthique sont celles qui ont codifiées, formalisées leurs valeurs.
C’est de cette manière qu’elles permettent aux salariés de disposer d’un « guide » leur
permettant de choisir quel comportement à adopter vis-à-vis d’une situation délicate. Mais
une charte éthique ne doit pas être un simple objet de communication mais un véritable outil
de gestion.Il paraît judicieux de clarifier les règles de réalisation.
Une élaboration participative des codes éthiques constitue en cela un moyen d’impliquer le
collaborateur au cœur de la démarche éthique de l’entreprise.
Ainsi, code de bonne conduite, charte éthique constituent la « pierre angulaire du management
éthique ».

Travailler ensemble:
Mettre l’éthique en pratique
(Exemple de Guide de travail de l’Organisation des Nations Unies)

Les valeurs fondamentales

Intégrité
L’intégrité est une valeur fondamentale qui s’applique à tous les aspects de notre vie
professionnelle et privée. La notion d’intégrité recouvre, sans que cette énumération soit
limitative, la probité, l’impartialité, l’équité, l’honnêteté et la sincérité pour toutes les
questions d’ordre professionnel. Ces qualités constituent le fondement éthique de la prise de
décisions

Respect de la diversité
Toute forme de discrimination ou de harcèlement est inacceptable et ne peut être tolérée.
Nous devons faire preuve de respect et de tolérance dans nos relations avec nos collègues.

Professionnalisme
Nous devons avoir à l’esprit que les fonctionnaires doivent servir la communauté aussi
efficacement que possible

Le cadre de travail
On doit s’attache à créer et à maintenir un climat harmonieux dans lequel tous les
fonctionnaires peuvent travailler en bonne entente et sont traités dignement et avec respect.
Nous devons contribuer à cet effort en nous montrant équitables, tolérants, courtois et
respectueux des différences dans nos relations avec autrui, notamment avec nos collègues et
nos clients. Nous devons placer les intérêts de l’entreprise, établissement ou Organisation
avant les nôtres et utiliser ses ressources de façon responsable.

La conduite personnelle
La frontière entre le comportement professionnel et la conduite personnelle n’est pas toujours
très nette
Il faut renforcer la confiance qu’inspirent notre intégrité et celle de l’Organisation au public.

Chap01. Notions d’Ethique et de Déontologie/FSI/UMBB/M.Hamiane 11


Module : Ethique, déontologie et propriété intelectuelle

Toute déclaration mensongère d’un fonctionnaire de l’Organisation au sujet de son titre ou de


ses fonctions dans le but d’en tirer un avantage personnel constitue un abus de fonctions et un
abus de confiance. Nous devons en toutes circonstances éviter d’avoir un comportement qui
constitue un usage abusif des privilèges

Les conflits d’intérêts


Un conflit d’intérêts surgit lorsque nos intérêts privés et relations professionnelles ou avoirs
financiers personnels, par exemple pourraient être inconciliables avec nos obligations
professionnelles
Il est de la plus haute importance que l’indépendance et l’impartialité de ceux qui sont
officiellement chargés de prendre les décisions soient préservées en toutes circonstances. Les
conflits d’intérêts ne peuvent être évités ou surmontés que si les intérêts de l’Organisation
priment sur les nôtres.

Utilisation de renseignements confidentiels


Nous devons promouvoir l’esprit d’ouverture et la transparence et encourager résolument
nos partenaires, que ce soit à l’intérieur ou l’extérieur de l’Organisation, à faire de même.
Toutefois, toute l’information à laquelle nous avons accès de par nos fonctions ne peut pas
être rendue publique, même lorsqu’elle n’est pas expressément qualifiée de «
confidentielle ». La divulgation ou l’utilisation inappropriée de certains renseignements
peut nuire à l’efficacité et la crédibilité de l’Organisation et entraver sa capacité à atteindre
ses objectifs.

Utilisation des biens et avoirs de l’Organisation


Chacun de nous est responsable de la bonne utilisation et de la protection des biens et avoirs
de l’Organisation , à savoir des ressources humaines et financières et des biens matériels tels
que les installations, le matériel, les fournitures et tout autre type de ressources. Les
ressources de l’Organisation doivent être utilisées avec soin pour les fins qui sont directement
liées aux tâches et aux objectifs officiels

Dénoncer les abus


Il est de notre devoir de fonctionnaires de dénoncer rapidement toute violation présumée des
normes de conduite. Nous devons connaître les différentes voies ouvertes à cet effet : nos
supérieurs hiérarchiques et chefs de Département, le Bureau de la gestion des ressources
humaines et le Bureau des services de contrôle interne. Nous devons concourir aux enquêtes à
la demande des responsables autorisés et bénéficions d’une protection contre d’éventuelles
représailles si nous avons dénoncé, de bonne foi, des manquements à l’obligation d’intégrité.

Donner l’exemple
Chacun de nous apporte sa contribution à la culture de l’Organisation en s’appropriant les
valeurs fondamentales et les normes de conduite requises des fonctionnaires de l’Organisation
et en les appliquant concrètement dans son travail

Code de conduite et d’éthique professionnelle


À l’intention des employés et des administrateurs
(Exemple de cas d’une entreprise : TD)

Introduction
Le Code de conduite et d’éthique professionnelle (le « Code ») établit les normes régissant
nos interactions avec les autres employés, les clients, les actionnaires, les gouvernements, les

Chap01. Notions d’Ethique et de Déontologie/FSI/UMBB/M.Hamiane 12


Module : Ethique, déontologie et propriété intelectuelle

organismes de réglementation, les fournisseurs, les concurrents, les médias et le public en


général.

Application du Code
Le Code ne peut traiter expressément chaque situation. Nous devons appliquer les principes
exposés dans le Code lorsque nous sommes appelés à utiliser notre jugement devant une
question, une préoccupation ou une difficulté pour laquelle il n’existe aucune réponse correcte
évidente

• Respect de la loi
- Prendre la bonne décision
Le souci de ce qui est bien devrait être le premier facteur à prendre
en considération dans le cadre de toute décision et action
d’affaires, et cette préoccupation comprend le respect de la loi.

• Intégrité personnelle
- Casier judiciaire
Les employés doivent informer leur gestionnaire ou leur partenaire des Ressources humaines
s’ils sont accusés d’un acte criminel de même que s’ils sont reconnus coupables ou qu’ils
plaident coupables ou qu’ils ne contestent pas l’accusation. Ils doivent également fournir des
renseignements concernant la situation
- Cadeaux et activités de divertissement
Nous ne devons jamais accepter, proposer ou donner directement ou indirectement, pour
nous-mêmes ou quelqu’un d’autre, un cadeau, un divertissement ou tout autre avantage
(désignés collectivement sous le terme « cadeaux » dans le présent article) dont la valeur est
autre que symbolique. L’interdiction touche les employés, les candidats à l’emploi, les clients,
les fournisseurs actuels et potentiels et toute autre personne qui fait ou veut faire affaire avec
l’entreprise
- Droits de la personne, diversité, inclusion et prévention de la violence en milieu
de travail
L’entreprise s’engage à mener toutes ses affaires avec équité et impartialité et à favoriser
une culture inclusive à nulle autre pareille en créant un milieu de travail sécuritaire et
respectueux dépourvu de harcèlement, de discrimination, de violence ou d’autre
comportement inacceptable défini dans sa Politique de respect en milieu de travail.
- Utilisation d’Internet, du courrier électronique et des médias
électroniques et sociaux
Nous devons communiquer de manière respectueuse, raisonnable et professionnelle et nous
conformer au Code, à la Politique sur les communications électroniques et les médias
sociaux ou aux autres politiques applicables, notamment celles sur la protection de la vie
privée des clients et des employés.
- Comportements professionnels inadéquats
Les comportements professionnels inadéquats (y compris les actes criminels, frauduleux ou
illégaux, les pratiques répréhensibles, le manque de professionnalisme ou la malhonnêteté) ne
seront tolérés en aucune circonstance. Ces comportements peuvent non seulement faire l’objet
de mesures disciplinaires internes, mais ils peuvent également donner lieu à une poursuite
criminelle ou civile, ou encore à des mesures réglementaires.
Certaines des infractions les plus graves :
- Comportement anticoncurrentiel
- Corruption
- Partage des commissions

Chap01. Notions d’Ethique et de Déontologie/FSI/UMBB/M.Hamiane 13


Module : Ethique, déontologie et propriété intelectuelle

- Fraude et falsification de comptes, de documents et de dossiers


- Opération d’initié ou divulgation interdite d’information
- Blanchiment d’argent
- Manquement à l’éthique commerciale
- Matériel protégé par un droit d’auteur
- La reproduction et l’utilisation de logiciels, de vidéos, de musique ou de tout autre
matériel protégé par des droits d’auteur
- Cadre de contrôle des dépenses de la TD et frais raisonnables
Tous les employés doivent respecter le Cadre de contrôle des dépenses de l’entreprise, qui
décrit les mesures de prévention et de détection visant à réduire le risque de pertes causées
par l’erreur et la fraude, et doivent assumer les responsabilités qui leur sont confiées dans leur
mise en œuvre.
- Collaboration dans le cadre des audits et des enquêtes
Tous les employés et les administrateurs sont tenus de collaborer pleinement avec la Direction
de l’audit, le Service de la sécurité et des enquêtes, le Service juridique, le Service de la
conformité, le groupe Lutte mondiale contre le blanchiment d’argent,

• Gestion des conflits d’intérêts


- Introduction aux conflits d’intérêts
Conformément aux attentes concernant la rigueur morale dans la conduite des affaires, les
clients et le public méritent que nous fassions preuve d’ouverture et d’honnêteté dans tous
nos rapports avec eux. nous devons éviter les activités ou les circonstances qui risquent de
créer des conflits entre, d’une part, nos propres intérêts et, d’autre part, nos responsabilités
comme employés ou administrateurs, en plus de nous conformer aux politiques et
procédures sur la gestion des conflits potentiels entre les intérêts de l’entreprise et ceux
d’autres parties prenantes, comme les clients et les contreparties.
- Conflits découlant d’un avantage personnel
Un conflit peut survenir lorsque nous avons des raisons d’agir d’une manière qui n’est pas
dans l’intérêt de l’entreprise, de nos clients ou de nos actionnaires. Souvent, cela survient
lorsque nous, ou un parent ou une personne avec laquelle nous entretenons une relation
financière ou avons un lien personnel étroit, sommes susceptibles d’en tirer un avantage
- Occasions favorables
Nous ne devons utiliser ni les biens, ni les renseignements de l’entreprise, que ce soit sur les
employés, les clients actuels ou potentiels, les fournisseurs ou les agents, y compris sur les
comptes, les opérations ou d’autres activités financières, commerciales ou liées au crédit ni
profiter de notre position à l’entreprise, de notre accès à ses systèmes, politiques ou actifs ni
de leur connaissance :
- Relations en milieu de travail
Nous ne pouvons accorder à un parent ou à une personne avec laquelle nous entretenons une
relation financière ou avons un lien personnel étroit, un traitement spécial découlant de notre
emploi ou de nos conditions d’emploi, ni en obtenir un de ceux-ci. Nos décisions
commerciales doivent être fondées sur de solides pratiques commerciales éthiques, et nos
décisions au chapitre des ressources humaines doivent être fondées sur de solides pratiques de
gestion et ne doivent pas être influencées par des questions personnelles.
- Conflits découlant d’activités financières personnelles
Les employés sont tenus d’exercer leurs activités financières personnelles à l’entreprise de
manière transparente. Afin d’éviter tout conflit d’intérêts, en tant qu’employés, nous ne
devons pas accéder à des renseignements sur les comptes, consentir de prêts à nous-mêmes, à
un parent ou à une personne avec laquelle nous entretenons une relation financière ou avons

Chap01. Notions d’Ethique et de Déontologie/FSI/UMBB/M.Hamiane 14


Module : Ethique, déontologie et propriété intelectuelle

un lien personnel étroit, ni exécuter pour eux des opérations financières (même s’il s’agit en
apparence d’opérations courantes).
- Emprunt et prêt personnels
Un employé ne peut pas emprunter des fonds à un autre employé, ni lui en prêter (cela
comprend le fait de cosigner ou de fournir une garantie pour un prêt) si la somme n’est pas
que symbolique. De plus, un employé ne peut pas emprunter des fonds à un client du secteur
d’activité de l’entreprise pour lequel il travaille
- Recommandation d’un fournisseur de services aux clients
À l’occasion, un client peut demander à un employé de lui recommander un fournisseur de
services externe, tels un comptable, un avocat ou un agent d’immeuble. Il peut fournir les
noms de plusieurs fournisseurs de services externes, mais il ne peut pas en recommander un
en particulier. Il ne peut pas lui fournir d’attestation écrite ou de témoignage au sujet d’un
tiers au nom de l’entreprise sans avoir obtenu l’autorisation du service de marketing qui
soutient son secteur d’activité
- Divulgation d’un intérêt et abstention de participation
Afin d’éviter tout conflit d’intérêts réel, potentiel ou apparent, nous devons dévoiler l’intérêt
que nous avons dans un contrat ou une opération d’importance, existant ou proposé, qui met
en cause l’entreprise et sur lequel nous pourrions exercer une influence ou à l’égard duquel
nous pourrions sembler avoir un intérêt. Si nous sommes le dirigeant ou l’administrateur
d’une entité qui est partie à un tel contrat, nous devons aussi le dévoiler.
- Postes d’administrateur, activités professionnelles externes et placements
Les employés ne peuvent occuper un emploi, un poste d’administrateur, une charge, un
métier ou une activité bénévole ou professionnelle à l’extérieur de l’entreprise ni investir
dans une entreprise (sauf une participation inférieure à 10 % dans une société cotée en
bourse) sans avoir au préalable consulté les lignes directrices sur les activités externes, les
conditions d’emploi et les lois et règlements applicables à leur poste et avoir obtenu le
consentement de l’entreprise, au besoin
- Activités politiques et de bienfaisance
En tant qu’employés ou administrateurs, nous pouvons faire des contributions politiques
personnelles ou des dons à un organisme de bienfaisance, à notre discrétion, à condition de
nous assurer qu’il n’existe aucune interdiction d’ordre réglementaire, ni aucune restriction
relative aux obligations d’information à l’égard de telles contributions. Cependant, nous ne
pouvons pas engager l’entreprise à l’égard d’un don de bienfaisance, sans avoir au préalable
obtenu l’approbation du service des Relations communautaires (Marketing)
- Intérêts conflictuels de la TD
l’entreprise est soucieuse d’éviter les conflits majeurs entre ses intérêts et ceux des clients et
des contreparties.

• Protection de la confidentialité des renseignements


Nous pouvons avoir accès à des renseignements confidentiels (non publics) sur
l’entreprise, nos clients, nos fournisseurs, les organismes de réglementation et nos
collègues. En ce sens, nous devons respecter les lois, les politiques et les procédures de
protection des renseignements confidentiels qui sont en vigueur dans notre secteur d’activité
ou notre région.
- Protection des renseignements sur les clients
Les renseignements sur les clients doivent demeurer
confidentiels. Nous ne devons ni laisser sans
surveillance des renseignements sur les clients, ni en
parler, ni les divulguer à quiconque à l’extérieur de
l’entreprise (y compris le fait qu’une personne ou une

Chap01. Notions d’Ethique et de Déontologie/FSI/UMBB/M.Hamiane 15


Module : Ethique, déontologie et propriété intelectuelle

organisation est un client), sauf si la loi l’exige, si le


client y consent.
- Protection des renseignements sur les employés
L’entreprise est autorisée à recueillir, à utiliser et à divulguer des renseignements personnels
sur les employés aux fins de l’administration de l’effectif, conformément aux politiques et aux
lois en vigueur. Les employés ne doivent pas recueillir, utiliser ou divulguer ces
renseignements personnels, sauf s’ils se conforment aux lois et aux politiques et procédures
en matière de protection de la vie privée des employés de l’entreprise qui s’appliquent à leur
secteur d’activité ou leur région. Nous devons également faire preuve de prudence et de
discrétion avec les renseignements
- Protection des renseignements sur l’entreprise
Nous devons protéger les renseignements confidentiels et exclusifs auxquels nous avons accès
avec soin et éviter de les divulguer à quiconque à l’extérieur de l’entreprise ou de les utiliser
sans autorisation appropriée à d’autres fins que l’exécution normale de nos tâches. Nous
devons aussi éviter de les divulguer ou d’en parler à d’autres employés n’ayant pas de raison
légitime de connaître ces renseignements
- Sécurité des systèmes informatiques
Lorsque nous utilisons les systèmes informatiques de l’entreprise et accédons aux
renseignements de l’entreprise, notre identité doit être vérifiée en tout temps. De plus, l’accès
aux mots de passe doit être rigoureusement contrôlé. Il nous incombe de prendre les mesures
nécessaires pour protéger notre code d’utilisateur, nos mots de passe, notre signature
numérique ou tout autre moyen que nous utilisons pour nous identifier sur le réseau
informatique de l’entreprise.

• Divulgation des renseignements sur l’entreprise


L’entreprise s’engage à divulguer en temps opportun, avec précision et de manière
équilibrée tous les renseignements importants la concernant, et elle est également résolue à
faire preuve de transparence dans ses communications avec ses actionnaires et le public.
Tous les employés, les dirigeants et les administrateurs sont tenus de se conformer à la
Politique en matière de communication de l’information de l’entreprise

• Milieu de travail
- Apparence et courtoisie
Pour un client existant ou potentiel, chaque employé avec qui il entre en contact direct
représente l’entreprise. Certains secteurs d’activité de l’entreprise ont adopté des codes
vestimentaires, et nous devons nous y conformer si un tel code s’applique à notre secteur
d’activité. Quoi qu’il en soit, notre choix de vêtements de travail devrait être guidé par ce qui
est approprié pour nos clients. Notre habillement doit être soigné et propre et il doit respecter
les normes de notre secteur d’activité à cet égard, de même que les règles en matière
d’hygiène et de présentation personnelles
- Santé et sécurité
Conformément au programme de santé et de sécurité de l’entreprise, tous les employés sont
responsables de maintenir un milieu de travail sain, sécuritaire et respectueux. Nous devons
tous nous conformer aux politiques, aux règlements et aux pratiques en matière de santé et de
sécurité qui s’appliquent à notre secteur d’activité et à notre région et il nous incombe de
signaler les accidents, les blessures ainsi que les substances, les pratiques, les conditions ou
l’équipement dangereux
- Sécurité physique
L’entreprise a élaboré une Politique sur la sécurité physique pour remplir son engagement

Chap01. Notions d’Ethique et de Déontologie/FSI/UMBB/M.Hamiane 16


Module : Ethique, déontologie et propriété intelectuelle

à protéger ses employés et ses actifs à l’échelle nationale et mondiale, tout en


réduisant les risques découlant des diverses menaces à la sécurité. l’entreprise
s’attend à ce que ses employés soient vigilants et prennent les mesures raisonnables
pour se protéger, eux, les autres employés et les locaux de l’entreprise, contre
d’éventuelles menaces

• Respect du code de conduite


- Nos responsabilités
Chaque employé et administrateur de l’entreprise, quels que soient leur lieu de travail, leur
poste, leur niveau, et ce, en tout temps doivent protéger la réputation de l’entreprise et
respecter le Code.
- Signalement des infractions
Si nous sommes témoins d’un acte qui constitue une infraction au Code (ou aux politiques
connexes, aux codes complémentaires, aux manuels de conformité, aux responsabilités envers
de l’entreprise, etc.), ou si nous en soupçonnons l’existence, nous avons l’obligation de
signaler de tels actes immédiatement en utilisant tous les moyens à notre disposition
- Représailles
L’entreprise s’engage à protéger contre toutes représailles (aussi appelées
« victimisation » dans certains territoires) les employés, les clients ou les fournisseurs qui, de
bonne foi, signalent une infraction potentielle au Code, y compris auprès d’une instance
gouvernementale. Tout employé qui tente (directement ou indirectement) d’intimider un
employé qui a fait un tel signalement, ou qui tente d’exercer des représailles contre lui, fera
l’objet de mesure
- Omission de se conformer
Nous avons la responsabilité de connaître et de comprendre les dispositions du présent
Code, ainsi que les autres politiques applicables de l’entreprise, y compris celles
nommément mentionnées dans le Code. L’employé qui omet de se conformer au Code ou à
une autre politique applicable pourrait se voir imposer des mesures disciplinaires, une
suspension sans solde y compris recevoir une annotation au dossier des mesures
disciplinaires, et sa cote et sa prime de rendement pourraient également être touché. Les
administrateurs de l’entreprise sont également tenus de se conformer au Code. L’omission
- Attestation annuelle
Sous réserve de toute exemption approuvée par le chef des Ressources humaines, tous les
employés actifs et les administrateurs doivent, puisqu’il s’agit d’une condition de leur
emploi ou de leurs fonctions, selon le cas, remplir une attestation annuelle indiquant qu’ils
ont rempli les obligations décrites dans le paragraphe D ci-dessus
Renonciations
Dans certaines circonstances très restreintes de l’entreprise peut renoncer à appliquer certaines
dispositions du présent Code. En ce qui concerne les employés (autres que les cadres
supérieurs), toute renonciation de cette nature doit faire l’objet de l’approbation explicite d’un
cadre supérieur et du plus haut dirigeant des Ressources humaines du secteur d’activité de
l’employé concerné, ainsi

Les valeurs et l’éthique de la fonction publique


L'un des éléments fondamentaux des activités de la fonction publique est le maintien et le
renforcement de la confiance du public dans les institutions du gouvernement. En qualité de
gestionnaire, vous devez veiller à ce que toutes vos activités, que ce soit à l'égard des
personnes, des fonds publics ou des programmes, soient exercées de manière à assurer le
respect des valeurs de la FP et l'application de normes éthiques élevées aux mesures et
décisions que prennent les employés.

Chap01. Notions d’Ethique et de Déontologie/FSI/UMBB/M.Hamiane 17


Module : Ethique, déontologie et propriété intelectuelle

Chap01. Notions d’Ethique et de Déontologie/FSI/UMBB/M.Hamiane 18