Vous êtes sur la page 1sur 3

Victor Hugo

(1802-1885)

I – Sa vie civile :
Victor Marie Hugo est né en 1802 à Besançon dans un milieu bourgeois, fils
d’un général d’Empire et d’une mère royaliste et catholique. Il a deux
frères. Lorsque ses parents divorcent, il s’installe à Paris, où il y passera une
grande partie de sa vie. Il voyage beaucoup entre Paris et l’Espagne puis
l’Italie où réside son père qui a de nombreuses maîtresses.
Il arrête rapidement ses études pour se consacrer à la littérature.
Il épouse Adèle Foucher en 1822, avec qui il aura quatre enfants.
En 1843, la mort de sa fille aînée Léopoldine plonge Hugo dans le désespoir.
En 1848, il se lance dans l’action politique. Suite à un coup d’Etat en 1851, il
doit s’exiler en Belgique, puis Guernesey et Jersey. Il ne reviendra en France
qu’en 1870. Il meurt le 22 mai 1885, la République organise au poète des
funérailles nationales suivies par une foule immense.

II – Sa vie sentimentale :
Le 12 octobre 1822, Victor Hugo épouse le premier amour de sa vie, Adèle
Foucher. Pendant des fiançailles longues et chastes de plus de trois ans, les
deux amis d'enfance attendent que leurs familles respectives veuillent bien
agréer leur union. Un drame obscurcit leur union : Eugène, un frère de
Victor, déséquilibré et secrètement épris d'Adèle, sombre dans la folie et
doit être interné à vie. Victor a eu 4 enfants avec Adèle Foucher mais ils se
sont séparés tout en restant mariés et amis.
Victor Hugo avait de nombreuses maîtresses. En 1833, il rencontre la
comédienne Juliette Drouet qui devient sa maitresse et le reste jusqu’à sa
mort. Elle a sauvé Hugo de l’emprisonnement après le coup d’Etat de
Napoléon III.

III – Sa vie socio-politique :


Victor Hugo a toujours été un homme de combat sans retenue comme en
témoigne sa lutte incessante pour l’abolition de la peine de mort. Il lutte
également pour protéger le patrimoine architectural, s’insurgeant contre
l’état de délabrement de Notre Dame de Paris. Son combat prend une plus
grande ampleur lors de sa vie politique dans la décennie 1840-1850, en
particulier sur « la question sociale » et la justice.
En 1843, il devient pair de France (grand féodal, directement vassal du roi de France). En 1848,
il est élu député de la seconde république, il se présente aux élections
présidentielles, puis soutient Napoléon Bonaparte dans sa campagne
présidentielle.
En décembre 1848, Louis Napoléon Bonaparte est élu président de la
République. En décembre 1851, le coup d'Etat et la révolte populaire qu'il
provoque (révolte écrasée dans le sang par l'armée) divisent les députés.
Victor Hugo choisit le camp de l'opposition et doit prendre le chemin de
l’exil pour fuir la répression. Muni d'un faux passeport il part pour
Bruxelles. L'année suivant son exil se poursuit sur l'île anglo-normande de
Jersey puis en 1855 à Guernesey. Il est plus que jamais anti bonapartiste,
républicain et démocrate, au point de refuser la grâce impériale en 1859.
Ce n'est qu'en 1870, après la chute de l'empereur (abolition du Second
Empire), qu'il accepte de regagner la France. Il y est reçu comme un héros
national et devient député de Paris en 1871 puis sénateur en 1875.

IV – Sa vie littéraire :
Victor Hugo explore tous les genres : le roman (Han d’Islande 1823), la
poésie (Odes et ballades 1826), le théâtre (Cromwell 1827).
Chef de file du mouvement romantique, fondateur du Cénacle (groupe
d’intellectuels de la Comédie humaine d’Honoré de Balzac, formé en 1819
et qui devient le berceau du romantisme).
En 1829, Victor Hugo édite le recueil de 41 poèmes « Les Orientales » et le
roman « Le Dernier Jour d’un condamné » qui est un réquisitoire contre la
peine de mort.
En 1830, il créé la pièce de théâtre « Hernani » (ou « l’Honneur castillan »)
qui plut énormément au poète et romancier Théophile Gautier.
En 1831, Victor Hugo publie le recueil de poèmes « Les Feuilles
d'automne » qu'il a écrit au Château des Roches dans l'Essonne, mais c'est
surtout la publication du roman « Notre-Dame de Paris » qui marqua cette
année-là.
A la mort de son frère en 1837 Victor Hugo publia le recueil de 32 poésies
« Les Voix intérieures » dont le poème 29 rend hommage à son frère
Eugène : « À Eugène vicomte H. ».
En 1843, la mort de sa fille Léopoldine le plonge dans le désespoir : il ne
publiera plus rien jusqu’en 1852. Ce drame lui inspira « Les
Contemplations » publié en 1856.
Lors de son exil en 1853, Victor Hugo écrit le recueil de poèmes satiriques
« Les Châtiments » dans le but de condamner le régime illégitime de
Napoléon III et le second Empire d'une manière générale.
En 1862 Victor Hugo publie son célèbre roman « Les Misérables » qui
devient l’une des plus emblématiques œuvres de la littérature française.
Lien à garder IMPORTANT car très bien expliqué
http://www.jesuismort.com/biographie_celebrite_chercher/biographie-
victor_hugo-670.php
http://www.franceculture.fr/litterature/victor-hugo-lexil-anglo-normand