Vous êtes sur la page 1sur 18

Sacrement de l’initiation chrétienne

La justice dans le sens morale, être juste


La richesse du baptême
Pour les pères de l’église, pas de différence entre la confirmation et l’eucharistie
Lorsque nous sommes pêcheurs Dieu nous aimé
Le principal symbole dans le baptême c’est la mort et la résurrection du Christ
On ne pas imaginer une séparation entre confirmation et baptême
Il n y a de sacrement ou l’auteur est l’homme
Le sens de la confirmation, c’est que Dieu nous Donne son esprit.
Dieu qui nous confirme par son amour, par sa fidélité
Le baptistère, il est comme un sein maternel.
Tout ce qui est nous en passa à l’incorruptible
Quoi qu’il nous arrive, nous restons le temple de l’Esprit
Tu te nourris du corps et du sang du Christ
L’esprit ne peut agir qu’à travers nous
L’esprit c’est l’âme, l’amour de Dieu qui est en nous
La spirituelle c’est du réel.
Il y a des gens dans le monde qui nous communique des énergies positives, d’autre
qui communique des énergies négatives
Le spirituelle se trouve dans l’être humain
Est-ce qu’un être spirituel est capable d’aimer
Il ne faut pas confondre entre la magie et la vie spirituelle, la guérison spirituelle
n’est pas l’œuvre d’une magie.
Le temple de l’Esprit, c’est le corps du Christ.
Toi tu reçois la grâce progressivement
On devient fils nous sommes à l’image de Dieu
Là où est l’esprit, l’est l’église, là où l’église est l’esprit
Le christ n’a plus de corps que nous après l’ascension
Si vous voulez être spirituelle, il faut être témoin du Christ
Le Christ est la plénitude de la révélation.

Foi et baptême
1e point la conversion : une instruction 
 La foi exige un repentir, qui doit être authentique comme signe  ascèse.
Foi (instructions + vie «valeurs morales»)
e
Au 4 siècle, il y a 4 étapes :
 Appel des catéchumènes (des païens et des hérétiques)
 1e partie de la messe (la liturgie de la parole)
 La préparation immédiate photizomenie (illuminés)
 Explication des sacrements (Evêque)  carême / semaine Sainte.
 (catéchèses mystagogiques)

Foi + vie  Nouvelle homme


Dogme + morale  christianisme

Origène considère que par la foi, les catéchumènes s’approchent de la pénitence.


La repentir répare le cœur des catéchumènes.

La foi comme condition et don du baptême

Foi et baptême sont inséparables.


Ascèse sans foi, pas de sens.

La profession de foi = rencontre avec Dieu

Il y a la réalité du sacrement
Dans le baptême, ce n’est pas un bain, mais tu deviens réellement le fils de Dieu.
Dans l’eucharistie c’est une présence réelle, tu rencontres Dieu comme Père.
Le mémorial c’est une actualisation, anamnèse.
La foi guidait par l’esprit a l’illumination.

Pas de séparation entre théologie et liturgie


Epiphanie 
ً‫ فإن صوت اآلب تقدم لك بالشهادة مسمياً إياك ابنا‬،‫ ظهرت السجدة للثالوث‬،‫باعتمادك يا رب يف هنر األردن‬
.‫ فيا من ظهر وأنار العامل أيها املسيح اإلله اجملد لك‬،‫ والروح هبيئة محامة يؤيد حقيقة الكلمة‬،ً‫حمبوبا‬
L’Epiphanie est une transfiguration
La transfiguration est lié à la mort et à la résurrection de J.C., apparait sous une
autre figure
Le fils confirme la parole du père, le père confirme le fils, l’Esprit confirme le père
et le fils (la périchorèse)
Le fils est la lumiere du père, envoyer par le père est le reflet terrestre de la source
du père, le fils nous revele la lumiere du père. Le fils nous introduit dans le
.mystere du père
Vatican II affirme « le christ est lumiere des nations », le Christ est sacrement du
monde, lumiere de lumiere, qui vient de la source.
Il y a une architecture dans les icones.

Tous les évangiles commencent par un epiphanie.


La transfiguration est la ressurection anticipé dans l’evangile
Le mystère de la trinité
Le baptême c’est le mystère de la trinité
L’illumination est la foi et la vie
Dieu qui se donne à l’homme dans le baptême.
L’alliance est une promesse qui devient don, qui s’accomplit.
C’est la relation entre le baptême comme alliance, et l’eucharistie comme
célébration.
Une alliance est un morceau coupé en 2, chaque personne prend une partie de ce
morceau.
La priorité du sacrement appartient à l’acte de Dieu, le baptême est un acte du
Christ.
La grâce est en même temps pardon des péchés et naissance à la vie divine.
Sacramentel c’est-à-dire réel, la connaissance c’est la réalité.
On ne peut jamais rester au seuil, il faut rentrer dans le mystère.
Le baptême est le sceau ‫ختم‬
L’eucharistie, pour maintenir la vie de Dieu en nous.
Le baptême est un acte de l’Esprit.
L’Epiclèse est une supplication.
Toutes les doxologies sont trinitaires.
Enfin, le baptême est un néophyte.
Incorporation dans l’Eglise, est une relation organique
Pour vivre la communion en tant que : illumination, la vie de la trinité
Connaissance et vie sont intimement liées.
L’Eglise est une épiphanie constante.

Ce n’est pas nous qui confirme, c’est l’Esprit qui nous confirme.
C’est le baptême qui donne la foi.
La paternité est toujours un acte d’adoption.

Le père qui donne le nom, c’est un acte de reconnaissance.


Au nom de l’Eglise je t’accueil
Comme la veillée pascal commence a l’Exterieur.
C’est Dieu qui vient a l’homme, c’est l’homme qui repond.

L’illumination est un aboutissement


L’esprit c’est l’œil intérieur. Qui nous aide a contemplé le divin.
Avec l’Esprit Saint nous pouvons voir Dieu sans mourir.
Nous avons vu la vraie lumiere.
)‫لقد نظرنا النور الحقيقي (يسوع‬
)‫ووجدنا الروح السماوي (الروح القدس‬
)‫ووجدنا اإليمان الحق (اآلب‬
Baptise nous sommes illuminés

Quand tu seras adulte, le visage de l’Eglise aura changé. Sa


refonte n’est pas terminée, et chaque essai de la doter
prématurément d’une puissance organisatrice accrue ne peut
que retarder sa conversion et sa purification.
Ce n’est pas à nous de prédire le jour -mais ce jour viendra -où
des hommes seront appelés de nouveau à prononcer la Parole
de Dieu de telle façon que le monde en sera transformé et
renouvelé. Ce sera un langage nouveau, peut-être tout à fait a-
religieux, mais libérateur et rédempteur, comme celui du
Christ ; les hommes en seront épouvantés et néanmoins, vaincus
par son pouvoir ; ce sera le langage d’une justice et d’une
vérité nouvelles, qui annoncera la réconciliation de Dieu avec
les hommes et l’approche de son royaume. « Ce sera pour moi
un sujet de joie, de louange et de gloire auprès de toutes les
nations de la terre, qui apprendront tout le bien que je vais leur
faire et qui seront étonnées et stupéfaites de tout le bonheur et
de toute la prospérité que je vais leur accorder » (Jér. 33, 9).
Jusqu’à ce jour, la vie des chrétiens sera silencieuse et cachée ;
mais il y aura des hommes qui prieront, agiront avec justice et
attendront le temps de Dieu. Puisses-tu être de ceux-là et
puisse-t-on dire de toi : « La voie des justes est comme la
lumière brillante, dont l’éclat augmente jusqu’à ce que le jour
soit dans sa splendeur » (Prov. 4, 18).
Des gens annoncés la parole il faut prier, agir selon la justice.
L’auteur décrit l’espérance.
Une situation de desespoir, ce qu’il espere est tres beau.
En 1944 un chretien allemand, heologien luterien, Dietrich Bonhoefer, il est mort
juste apres la liberation, la presence de l’Esprit Saint tres fort et tres discrete.
Le bapteme est le sacrement qui commence.

« Un chrétien qui a quelque conscience de ce qu'il est ne peut être qu'un rebelle.
Rebelle à quoi? Aux mœurs du monde, à son réalisme qui est la forme de ses illusions,
à sa boulimie d'images, à ses mensonges et lâchetés devenus si consubstantiels au
mondain qu'il les nomme culture, compréhension, charité... Un homme ne peut pas ne
pas être défait par le monde. Il peut une chose: prendre ses distances, tenir son regard,
refuser. Dans les sociétés de proclamations, de publicité, d'assurances, loteries, les
rebelles sont le levain du monde. Ils ne s'absentent que pour être autrement présents,
constituer des sociétés réelles d'amis. Appelle-les, si tu veux, étrangers, passants,
comme dans l'apôtre Pierre; ils se tiennent aux profondeurs, durs et silencieux,
ironiques pour voiler leur douceur terrible, destructeurs pour une nouvelle naissance. »

Jean SULIVAN

Tout ce que l’on fait on le fait pour les enfants.


Et ce sont les enfants qui font tout faire.
Tout ce que l’on fait.
Comme si ils nous prenaient par la main.
Ainsi tout ce que l’on fait, tout ce que tout le monde
fait on le fait pour la petite espérance.

« Tout ce qu‘il y a de petit


est tout ce qu’il y a de plus beau et de plus grand..
Tout ce qu’il y a de neuf
est tout ce qu’il y a de plus beau et de grand..
Et le baptême est le sacrement des petits.
Et le baptême est le sacrement le plus neuf.
Et le baptême est le sentiment qui commence.
Tout ce qui commence a une vertu
qui ne se retrouve jamais plus
Une force, une nouveauté, une fraîcheur comme l’aube .
Une jeunesse, une ardeur.
Un élan.
Une naïveté.
Une naissance qui ne se trouve jamais plus.
Le premier jour est le plus beau jour.
Le premier jour est peut-être le seul beau jour.
Et le baptême est le sacrement du premier jour .
Et le baptême est tout ce qu’il y a de beau et de grand .
S’il n’y avait pas le sacrifice.
Et la consommation du corps de Notre Seigneur.

Il y a dans ce qui commence une source,


une race qui ne revient pas.
Un départ, une enfance que l’on ne retrouve,
qui ne se retrouve jamais plus.
Or la petite espérance
Est celle qui toujours commence ».

Extrait ''Le Porche du Mystère de la deuxième vertu'' de Charles Peguy

Avant dans le rite latin, le bapteme de l’enfant était dans le meme jour de sa naissance.
Dans le rite Byzantin, le parrain et la marraine ne sont pas dans la même famille.

Ce qu’il y a de plus beau dans l’amour c’est l’adoption, le mystère de la fraternité.


Quand tu acceptes, d’être parrain et marraine, il faut qu’il soit une adoption.
Il veille à l’évolution humaine et spirituelle de l’enfant.

Parfois, le problème ce n’est pas l’amour, c’est la relation.


Donner un nom au baptême, c’est reconnait l’enfant qu’il est fils de Dieu.

La foi est un engagement dans la vie

Depuis l’anthropologie chrétienne, la nature est mauvaise et ne peut pas collaborer qu’avec la
grâce. (Luthérienne)
L’église catholique, affirme a l’inverse des protestants, que la nature est bonne.
La théologie de la grâce a conduit à la réforme protestante, seul la grâce sauve l’homme.
Seuls les adultes peuvent tomber dans le péché, parce que seulement un acte libre peut conduire
au péché.
Au-delà du rite il faut aller à la théologie.

 Le début c’est la purification


 Rappel vie de Jésus
Le fondement théologique du Baptême c’est d’aller de la mort à la résurrection.

La liturgie est un service, la liturgie dépend de la théologie.

Sacrement de la confirmation

L’épiclèse est le moment ultime du sacrement, la confirmation est le sacrement de l’Esprit.


Le baptême est célébré dans l’invocation de l’Esprit.
L’Eglise appartient à l’Esprit Saint.
Le christ a toujours l’Esprit en lui, l’Eglise doit toujours demander l’Esprit, pour agisse en elle.
L’église rejoint en elle l’humain et le divin, c’est pourquoi elle a besoin de l’Esprit Saint.
L’épiclèse est toujours liée à la résurrection.
Tout ce qu’on offre au christ le sanctifie.

Les arts de L’Esprit Saint, les promesses


Celui qui de la chair nait de la chair.
Passible : ‫قابل للعذاب‬
Ce qui est propre à la nature divine, ce sont les caractéristiques de la nature divine.
Ce qui est propre à la nature humaine, ce sont les caractéristiques de la nature humaine.

Theodore de monpsuest, dans le baptême nous portons les promesses de la vie éternelle.

Nous confondons entre les fruits naturels et les fruits spirituels.


Le signe de la maturation spirituelle se voit.
Le sacerdoce n’est pas l’ordination, mais c’est tout ce qu’on vit après l’ordination, allez jusqu’au
bout, Rester serviteur.

L’Esprit agit plus avec les sacrements.


L’esprit du sacrement agit en veilleuse.
Un chrétien est toujours incorporé dans une Eglise local.

L’inconnu de Dieu est beaucoup plus efficace, que le connut des hommes.

Toujours dans le mystère chrétien, l’eschatologie, l’espoir c’est l’espoir humain. Et l’espérance
est spirituelle, voir au-delà du visible.
Toute la vie spirituelle constitue sur le discernement.

Le sacrement de la confirmation rend les hommes libres.


Le sceau est une identité.

2 sacrements liés, confirmation et baptême, mais non pas intégré.


Dans la cérémonie du baptême on commence la confirmation.
L’ordination est le rite de la prière.
Le ministère n’est pas à moi de choisir.

Geste de l’imposition des mains.


Le sceau / onction
Rite/ parole

Le rôle d’un prêtre


Le service n’est pas un monopole personnel.

L’onction et l’imposition des mains


L’imposition des mains c’est un « Baraka » c’est une transmission.
Le Don de l’esprit se fait dans la confirmation.
Dans le baptême, on est baptisé au nom du père, et du fils et du Saint Esprit.
Les Apôtres ont été baptisés par la force de l’Esprit.
Il y a une différence entre Epiclèse et exorcisme.

La piété en soi n’est pas mauvaise, mais c’est le début de notre foi.
L’Epiclèse c’est toute l’Eglise
Le lien entre connaissance et foi, illumination
Celui qui connait a la foi.
Toute prière est Epiclètique.
L’Eglise définit le ministre ordinaire.

Le Bapteme des heretiques : validité et efficacité.


Re- baptisé
Re-coller l’Esprit

Il y a 2 traditions
Ce qui a donné le lien à la confirmation et à l’Eglise.
L’Efficacité est liée à l’Eglise local.

Chez les hérétiques il n y a pas de sacrement.


3 catégories d’Eglise qui rebaptise :
 Grecs orthodoxe de Grec et certaines Russe.
 Les Coptes ont commencé à rebaptisé avec le pape chnouda.
 Le mouvement évangéliste, (borne again)
o Il faut que quelqu’un qui doit être baptise à l’âge de 30 ans.
o Il faut qu’il y ait une conversion.

Triple Immersion

Avant Nicée, il n’y avait pas de rite de confirmation.


Le passage de « Je » au « nous », c’est ça la confirmation.
Par le baptême nous avons l’essentiel, la confirmation vient pour rendre active le bapteme.

On parle du sacrement ou l’Esprit se confirme.


Le fidèle (baptisé) qui confirme sa foi.
Avant c’était l’imposition des mains ou bien la chrismation.

1 Co 12 le corps du Christ.
Il y a une unité dans le sacrement de l’initiation.
Le christ vient a ma rencontre, c’est l’Esprit qui assure se passage.
Le bapteme implique une dimension Ecclésiologique.
Le mode de la visibilité du Christ passe par l’Esprit Saint.
Dans le bapteme, je deviens chretien.

Le lien entre un membre et les autres membres.


Il n y a pas un sacrement sans le « nous »
Dans le tropos Sacramental se trouve l’aspect visible.

Tout sacrement visible de la grâce invisible.


Un sacrement est pour vivre.

Le discours de Saint Basile sur l’Esprit


Toute la pneumatologie a sa fondement dogmatique.
La réconciliation des hérétiques à partir du Ive siècle.
Dans la confirmation, c’est l’Esprit qui nous est donné en personne, l’Esprit de Jésus Christ.
La confirmation c’est le sacrement de l’Esprit. C’est le don de l’Esprit.
Mort résurrection ascension et Pentecôte sont le même évènement.

C’est l’évolution historique qui compte.


Le sacrement agit par lui-même, non par le mérite de celui qui le reçoit.

Seul le sacrement de la confirmation nous donne l’Esprit.


Croire à la résurrection, c’est adhérer à la résurrection.
Chacun adhère à tous les économies du salut.
Dans la catéchèse des jeunes il faut revenir à la bible.

Une christologie qui est le controverse


Etudier la christologie sans rentrer en relation avec le J.C., ça ne sert à rien.
La catéchèse doit être une catéchèse biblique. Partir du texte de l’Evangile.
Dans le NT, il y a l’Esprit Saint dans chaque page.

La liturgie c’est la bible.


Toute l’histoire de la bible.

C’est Jésus lui-même qui est notre providence.


Le seau désigne l’alliance divine.

Image et ressemblance au Christ dans le Baptême.


Le baptême et l’eucharistie est le sacrement de l’initiation chretienne.

L’Eucharistie

 Dans l’Eucharistie on est con-corporé a l’Eglise.


 Con-corporé, Adoption et incorporation.
Sun-soma= être ensemble le corps du Christ.
Le nom de l’Eucharistie c’est rendre grace, le nom le plus ancien c’est la fraction du pain
 Ignace d’Antioche a utilisé ce mot :
 Soit la célébration en tant que tel
 Soit le fait de l’incarnation de Fils
 Soit l’unité des chretiens
 Il y a une très belle image pour chanter la gloire des Seigneurs.
 Ces pas le pain du Christ, c’est la communauté le corps du Christ

Saint Justin : a Employé, Le nom anamnese est le mémoire, memorial


Au 4e siecle, ils ont commencé a utilisé le terme mystere.
La liturgie Syriaque : on parle de L’offrande
La Synaxe Eucharistique : l’assemblée Eucharistique. Du mot sinaxix, réunion liturgique.

Pourquoi on ne peut pas communiquer chez un orthodoxe ?


La communion entre les Eglises, derrière ca il y a une grande problématique

Dans le mouvement œcuménique, il y a le dernier repas.


Avant le dernier repas, il faut parler du repas.
Est-ce que le corps du Christ est détache de la communauté ?
Le corps mystique ce n’est pas l’Eglise, l’Eglise c’est le corps mystique c’est l’Eglise. Henri de
Lubac.

I. On doit mettre les bases bibliques


 Le symbolisme du repas.
 On commence de la réalité humaine, un repas quotidien, pourquoi on mange ?
pour vivre, le repas est une expression pour lutter contre la mort
 La communion de vivre, on vit la solitude de créateur.
 Du repas en Israël
 Abraham qui accueille les 3 anges, une scène autour de la table
 Le message de l’accueil des étrangers, c’est l’accueil de Dieu lui-même.
 Aussi on peut accueillir un ennemi pendant le repas
 L’hospitalité d’Abraham, c’est l’union de Dieu lui-même.
 Dans l’AT, il n y a pas égalité entre Dieu et le partenaire
 Le message du sacrifice avec Moise, quand on invite quelqu’un on égorge un
animal qui a un symbole de l’Alliance.
 Il faut expliquer les sens du sacrifice et sa relation avec l’alliance.
 On Israël, il y a la prière du repas, dans le repas, il y a l’anamnese.
 Le mémorial central est dans La pâque juive.
 Avant c’était la fête de la moisson.
 Dt 8, 7-18, sollicitude de Dieu avec le manger, le boire…
 L’Exode à donner une nouvelle compréhension
 Durant le repas, l’enfant pose la question à son père, qu’est ce qui est arrivé
avec nous? c’est le mémorial.
 Le repas Pascal a une connotation d’Esperance, retour à la terre promise.
 L’Exil qui est le temps le plus fort, il y a l’idée que :
 La nuit de la pâque, le messie va revenir
 Isaïe : le banquet de tous les peuples à Jérusalem Is 25 : 6 sur le mont Sion.
 Quand on parle du Calice, c’est un motif de joie dans L’ AT, dans le psaume
le Seigneur est mon berger
 Le Calice de la colère qui désigne un dessin qui fait peur.
 Le Calice c’est l’image de destin (Jésus quand il boit le calice).

II. Le concept du banquet dans la prédication de Jésus


 Selon les Exegetes, c’est pas sur que Jesus a fait le repas avec ses disciples
 Ce sont les disciples qui ont comprendre la vie de Jesus.
 Le banquet :
 Jésus il allait manger avec les pécheurs, les publicains, c’est un scandale pour les
juifs.
 Dans la pratique de Jésus c’est le 1e concept qui a scandalisé les juifs.
 La 2e scène c’est le banquet chez Simon, la pècheresse qu’elle a venu laver les
pieds de Jésus.
 « l’eucharistie c’est le lieu du pardon »
 Le concile de trente a beaucoup influencé dans la pratique de l’Eucharistie.
 les images que Jésus a données
 Les paraboles de Jésus, le royaume de Dieu
 Le banquet est l’image du royaume de Dieu.
 La parole du grand banquet « l’enfant prodigue »
 La demande de fils de Zebedée.
 Les noces de Cana

Résumé de la séance précédente


 Dans la problématique l’emploi du concept Eucharistie est Un changement :
 AT
 NT
 Repas en Israël (pratique et image)
 Pratique (Abraham et les 3 Anges)
 Images
 Banquet dans la prédication de Jésus.
 Jésus mangeait avec les pécheurs.
 Il compare le royaume de Dieu à un repas.
 Le calice.

Séance 18/11/2013
 la dernière cène, le repas du Seigneur dans la communauté chrétienne.
 Le point culminant de la vie de Jésus.
 Dans tous les banquets, Jésus était face à un danger.
 La dernière cène c’est le don de soi, surtout dans la mentalité de Luc et Jean.
 Le corps c’est le don de soi même.
 Le sang c’est le don de la vie
 C’est un cène d’Adieu.
 Pourquoi la présence réelle ?
 C’est dans le concile de tridentine
 Qu’est-ce qu’un symbole ?
 Symbolum (signe et symbole)
 Le corps mystique et le corps réel
 Le corps réel c’est la communauté
 La Date de la dernière Cène. Reconstruction historique
 Selon les synoptiques, c’était la date de pâque juif.
 Selon Saint Jean, c’était le jour avant pâque.
 Jean voulait naitre l’Agneau de Dieu, parce qu’on égorge l’agneau le jour de pâque.
 Le déroulement de la Cène.
 Chez Luc, il y a 2 coupes
 L’Eglise fait l’Eucharistie, et l’eucharistie fait l’Eglise
 La communauté chrétienne a vécu le repas de Seigneur.
 Dans la liturgie Eucharistique, c’est faux de célébrer seul.
 On ne peut pas catéchiser son prendre en considération l’histoire des gens, la réalité des gens
 Les pratiques des gens changent, quand les mentalités changent.

La dernière partie du fondement biblique


 1 Co 10 ; 1Co 11
 Ouvrage : Chair de l’Eglise, Chair du Christ (Teilhard de Chardin)
 On célèbre l’Eucharistie durant le repas.
 Le cadre de l’eucharistie c’est la vie communautaire.
 Le partage des biens est le symbole du partage du Seigneur.
 Il y a 2 traditions dans l’Eglise
 Dans le cadre du repas.
 Apres le repas.

L’interprétation théologique :
 Le rassemblement (synaxis)
 Saint jean Chrysostome : « l’autel de la messe se sont les pauvres ».
 « La messe est comme une image de l’Eglise » Teilhard de Chardin.
 Participation au corps du Christ
 Le corps du Christ selon 1 Co 11, est :
 la communauté chrétienne
 le pain et le vin
 le don de soi de Jésus.
 Quand on parle de l’Alliance on se rappelle de l’AT.
 Dans La nouvelle Alliance on se rappelle de Jérémie, la nouvelle alliance qui se fait dans le
cœur de l’homme.
 Annonce de la mort
 Le repas du Seigneur est célébré dans ce don de soi jusqu’à la fin.
 Ce mémorial n’est pas séparé de la participation des fidèles.

Expérience de la résurrection du Christ


 les disciples d’Emmaüs.
 Pas de limite entre le repas et l’eucharistie.
 Ce n’est pas la communauté qui prépare le repas, mais c’est le Christ qui prend
l’initiative.
 Maranata : sa signifie le Seigneur vient, mais encore il signifie le Seigneur viendra.
 Signe eschatologique
 Le pardon des péchés.

 Yves congar : « vrai et fausse réforme de l’Eglise »

 Eucharistie et Royaume
 L’Eucharistie est le mystère du Royaume
 Transsubstantiation= transformation le pain et le vin en corps et sang du Christ.
 Aristote fait la différence dans tout ce qui existe entre Essence (substance) et Accident
(apparence).
 Tout ce qui est existé c’est à partir du correspondant entre Essence et Accident.
 Avec les scolastiques et après la parole de l’institution : ceci est mon corps
 Avant : le Pain : essence + Accident
 Apres : Le Pain : Chair – Accident (la présence réelle)
 Pas de présence réelle sans la transsubstantiation.
 Nous vivons dans un monde du symbole et le symbole vit en nous Paul Ricœur.
 Le symbole du Pain c’est la vie.
 Le mystère du Royaume : dans l’Eucharistie nous célébrons le mystère de la trinité.
 Tout le mystère du Christ.
 La liturgie divine et la divine liturgie.
 Toute la symbolique tourne au tour la vision d’Isaïe.
 Un lien entre eucharistie et conversion.

Alexandre Schmemann Eucharistie ouvrage traduit en Arabe. ‫أسعد عبود‬

 Le repas du Seigneur dans les Ecrits néotestamentaire


 Pratique
 Interprétation théologique
 Rassemblement
 Participation
 Nouvelle Alliance
 Annonce de la mort en croix
 Expérience de la résurrection
 Signe Eschatologique
 Pardon des péchés
 Croire- aimer- manger ensemble
 L’Eglise est transfigurée pendant l’Eucharistie.
 Le pardon des péchés et très important pour l’aspect communautaire
 « Une âme s’élève, élève le monde »

 Croire – aimer - manger ensemble


 Jean 6, Jésus avec le discours du Pain
 Jean 13, Jésus avec le lavement des pieds.
 Le 1e pas c’est croire en J.C.
 Manger le corps et boire le sang de J.C.
 Il n y a pas seulement la dimension personnelle.

Comment les Peres ont compris l’Eucharistie, le repas du Seigneur et l’Ethique


Développement Historico- Dogmatique
Assemblée pour l’Eucharistie
Avec le 1e siècle a préparé à la liturgie Eucharistique :
Le terme eucharistie, une action de grâce
 Dans cette appellation il y a une action Catabatique
 Mouvement du haut vers le bas (Catabatique) et l’anaphore (remerciement Dieu).
 Dans la didake la division detruit la cene du Seigneur.

Ouvrage : Jean-Marie Thiard, l’Eglise catholique

 Évêque, signifie celui qui va veiller à la communauté


 Au 2e siècle, les pécheurs publics ne pouvaient pas s’approcher a la communion
 Séparation entre la communion et le repas du Seigneur.
 Ignace d’Antioche, la préoccupation principale c’est l’unité de l’Eglise.
 Le souci d’Ignace c’est la relation entre l’Eucharistie et l’unité de l’Eglise.
 Justin : il est le 1e qui a donné le jour du Seigneur le Dimanche il décrit la liturgie de la parole
et la liturgie du sacrement
 Iréné : le Pain et le vin devient la véhicule de la grâce de Dieu, il porte en eux corps et sang
du Christ qui nous donne le salut.
 Cyprien de Carthage : comment les épis sur les collines, chacun de nous est un grain de blé
 Dans la mentalité des Peres Grecs, la mentalité symbolico réelle.
 Ambroise de Milan : A peine après la parole du Christ sur le pain et le vin, il y a
transformation du corps et du sang du Christ.
 Augustin : si vous êtes corps du Christ, sur la table de Dieu recevez le mystère.

La concentration sur la présence réelle


 Symbole ou réalité ?
 La liturgie latine surtout chez les Francs.
 Le moyen âge voit dans l’Eucharistie un médicament, parce qu’il cherchait surtout les
miracles.
 Au 11e on a commencé à préparer l’hostie.

 Toute la pensée de l’Eglise est une pensée symbolico-reelle.


 Quand on parle de la typologie on ne parle de l’image mais plutôt de l’image
réelle.
 Un symbole c’est la moitié du cœur, un morceau coupait en 2. Une partie
visible qui nous mené a une partie invisible.
 La grande question : Image ou réalité.
 Déplacement d’une pensée typologique symbolico réelle, maintenant c’est
image ou réel ?
 On a abandonné l’idée du banquet du Seigneur ou les gens participent au corps
et au sang du Christ.
 Image ou realité ?
 859 1 e controverses, identité entre le corps eucharistique et le corps réel du Christ.
 1088 2e controverse, d’une mentalité symbolique a une mentalité réelle.
 Entre le sacramentel est le sensible
 Latran IV transsubstantiation.
 La loi pour arriver à un grand bien.

TP : Sujet : Le sacrement de l’Eucharistie


Numéro de pages 2-3 pages
- Présentation (Résumé)
- Rédaction
- Point de vue en comparaison avec le cours.
(Dernier délais 10 janvier)

 Dans le monde sacré, rien n’est profane.


 Tout est vu avec l’œil celeste.
 La liturgie est un objet de foi.
 L’action a travers l’œuvre de l’Esprit contribue a notre divination.
 La difference entre Keros et krenos
 l’autel c’est le Christ.

 Louis bouyer, Eucharistie.


 Chair de l’Eglise chair de croire Jean-Marie Roger Theillard
 Entre l’Eucharistie et l’Eglise J. zizioulas.
 Amin Maalouf, les identités meurtrières.

 Avec Saint thomas d’Aquin, on a fait la différence entre sacrement et sacrifice.


 Avec les réformateurs, il s’appelle l’Eucharistie, la fraction du Pain.
 Durant le concile de trente (1545-1563).
 Le sensus fidelium, c’est le sens de la foi chez les croyants.
 Re- presenter.

 Renouveau liturgique et la convergence œcuménique.

 Conception du sacrifice :
 Le lien entre le sacrifice de la croix et le sacrifice eucharistique
 Le 1e sanglant (réalité historique).
 Le 2e sanglant (réalité spirituelle).
 Anamnese : une memoriale
 Difficulte de la presence reelle ou symbolique.
 Est-ce qu’est une memorial de grace ou de sacrifice ?
 Le lien entre les 2 sacrifices.
 Tout le probleme est l’institution et la transsubstantiation.
 Est-ce que l’Eglise se reuni pour le memorial du Christ seulement ou pour
vivre les evenements du Christ.
 La question du ministre par rapport a la question du ministere du christ.
 Le probleme de reconnaissance la validite de l’Eucharistie.
 La reconnaissance de l’Eucharistie est liee a la reconnaissance du ministere
Apostolique.
 Le probleme de l’intercommunion
 La communion pleniere dans la foi est une condition prealable et non le fruit
de la communion (hospitalite eucharistique).
 Rome Affirme qu’il n y a pas eucharistie valide chez les orthodoxes.
 Pas d’eucharistie en dehors de l’Eglise.
 Dans la liturgie Bysantin:
 Anamnèse (recit)
 Actualisation (repetition)
 Anticipation.
 Au ciel, il y a la liturgie divine.

 La presence reelle :
 Le symbole est plus important que la réalité car un symbole donne un sens à la
réalité.
 le concile de trente a compris la presence reelle a partir de la
transsubstantiation, la presence reelle devient chair.
 Qu’est ce qui est present dans Jesus dans l’Eucharistie.
 Tropos : le mode sacramentel
 La presence n’est pas uniquement un presence charnel.
 Chair, corps, personne
 Le pain (Accident), chair (substance)
 Corps= qui doit arriver à la personne il faut passer par la chair.
 Pour Luther, le christ est présent comme personne, non pas comme Chair (le
pain est signe).
 Pour Calvin, le pain est symbole.
 3 aspects :
 Aspect charnel, présence réelle (physique)
 Répétition (mort et résurrection)
 Christomonisme.
 L’eucharistie c’est l’affaire Trinitaire
 L’eucharistie c’est L’Eglise.
 Ce qui est actuel c’est l’Epiclese, qui rend le Christ present dans le corps et le
sang, et dans notre corps.
 Tous les dialogues oeucumeniques ont aborde la question eucharistique.

 3 dialogues qui ont approfondi dans ce dialogue

 4 thèmes principaux
 Action de grace (concept Eucharistie)
 Memorial (mort et ressurection)
 Epiclese.
 Anticipation du royaume.
 C’est un retour a la communion Trinitaire.
 On a sorti du christomonisme dans l’Eucharistie.
 Dans le concept oriental c’est la divine liturgie.
 Rendre culte au Père par le Fils dans l’Esprit, c’est l’eucharistie.
 Le document de Lima c’est une recherche théologique, dans la constitution foi
de 1927- 1992. C’est un texte de base, théologie commune de l’Eucharistie.
 Xavier leon dufourd un grand bibliste

Récapitulation du cours
 av. vatican II on a decouvert
 l’importance de la theo. Liturgique.
 L’importance du mystere
 Les Signes et symboles
 Vatican II c’est le retour aux sources.
 Sacrum concilum 7, La revisitation de la presence reelle :
 Sacrum concilum 48, la table de la parole et la parole de l’eucharistie, la
correlation entre les deux.
 Re- presentation
 Evenement, celebration
(L’initiative c’est le christ qui anticipe).
(Tout language theologique est un language analogique).
 Ouvrage : Vrai et fausse réforme de l’Eglise, Yves Congar

 Initiation chretienne
 Eucharistie, mystere Pascal.
 Interraction entre Eglise et eucharistie.
 La participation active
 L’eucharistie est la source des fideles.

Recapitulation
 On a parlé du repas en Israël, avec Abraham
 L’influence de l’AT est eschatologique, chez Isaie, tous les peuples se
rassemblent dans le mont Sion.
 Dans la derniere Cene il y a 2 coupes ou est la verite, chez les corintiens c’est la
communauté.
 Dans la pratique du repas du Seigneur il y a le rassemblement.
 La participation au corps du Christ.

Eucharistie
- La dimension Trinitaire (mystère du Royaume)
o Incarnation
 Liturgie divine
 Liturgie sacramentelle.
- La dimension Ecclésiale.
o Eglise – Eucharistie
- La dimension sacramentelle.
o Anamnèse (récit)
o Action de grâce mémorial
o Epiclèse
o Anticipation.
- La dimension Eschatologique
o Déjà la/ pas encore
- La dimension personnelle/ spirituelle.
 Ce n’est pas nous que nous venons à l’Eucharistie, c’est Dieu qui
vient à nous.
On a passé de l’insistance à la substance, vers l’insistance à la
personne.

Commission catholique/orthodoxe, Le mystère de l’Église et de l’Eucharistie à la lumière


du mystère de la Sainte Trinité, Munich, 6 juillet 1982.
- Sacrement du Christ  Trinitaire
- L’Eglise et le Christ  Eucharistie
- Le ministere Apostolique (l’Eglise ordonne des pastorat - Presidence).
- Eglise locale.
- L’Eglise universelle est la communion des Eglises Locales.

Preparer l’exposé oral comme TP


Question du cours.