Vous êtes sur la page 1sur 38

Matière: Droit sacramentaire – mariage

Enseignant: Monseigneur Elias Haddad.

Jeudi 2 octobre 2008

DDC: Dictionnaire de droit canonique.


Les termes du premier canon (776) résument quasiment la moitié
du cours.
L'alliance matrimoniale: le terme qui définit le terme mariage en
droit latin c’est contrat et non pas l'alliance. Cette distinction entre
les 2 est très grande. Le droit romain définit le mariage comme
foeudus: contrat. Pour les occidentaux, ce contrat est sacrement par
le fait du oui des époux. C’est la coopération de l’homme à l’acte
créateur de Dieu et le fait d’accepter cette co-création avec le
créateur ça rend le mariage sacrement. Par conséquent, les
célébrants du mariage en Occident ce sont les époux et non le
prêtre. Ce dernier est simplement un témoin de l’Église, témoin
officiel public sur le contrat ou le oui entre les époux. Ceci dit, la
perspective orientale est basée sur le droit naturel, en ce sens que
tout est invité à cet acte matrimonial naturel, tel créé par Dieu.
Personne ne peut supprimer ce droit naturel à l’homme et l’interdit
de marier. Cette base de droit naturel est commune à la conception
canonique du droit latin. Cette conception latine occidentale est
réponse directe à la laïcisation du droit romain où le mariage
romain est un contrat civil romain.
 
L’Église a christianisé ce contrat civil romain. Comment? Au
début du christianisme on avait honte de parler d'une
sacramentalité et d'une grâce dans le mariage car c’est un acte
charnel introduit dans la pornographie romaine. C’est avec le
verset de Paul dans la lettre première aux Corinthiens 7/12-15 que
la notion de sacramentalité a vu le jour. Il y a eu un début
d’interprétation de ce verset interprété dans la bénédiction du
prêtre dans le mariage. Ça durait quasiment 9 siècles sans que la

1
bénédiction soit un rituel canonique. Lui même Constantin a
permis cette bénédiction et l’a reçue.
St thomas a osé parler pour la première fois de cette sacramentalité
du mariage comme un objet de grâce produit de cet acte charnel.
Le mariage était en Occident une simple bénédiction et c’est avec
le concile de Trente qu’on a institutionnalisé sacramentellement le
mariage.
La révolution industrielle française a divisé la famille en 3:
- Famille germanique: oppose État et Église. C’est le cheminement
du droit civil romain à la christianisation du mariage à la
révolution française industrielle.
- Famille anglo-saxonne: tolérance des 2 systèmes c’est à dire
liberté de choix.
- Famille confessionnelle: c’est notre Moyen Orient, il a pu
conserver, grâce à l'Islam et face à ce dernier, ces 2 religions et
aussi le mariage dans les confessions islamique et chrétienne.
 
A lire l’encyclique "familiaris consortio" JPII.
Pour les mariés civils on a donné l’interdiction de la communion.
 
Par rapport à l'Orient, la démarche dès le début avec le verset de St
Paul. On invite les chrétiens à se marier dans le Seigneur. On se
référait aux pères de l'Église. Au début du 3 e siècle, la même
bénédiction qu’avait eu lieu en Occident, on l’adoptait en Orient.
Mais dans le 4ème siècle, avec Basile et tous les pères après ont
osé parler du mariage - sacrement.
La perspective sacramentelle des orientaux n’est pas la même de la
perspective occidentale. St basile a dès le début osé parler d’un
acte charnel qui peut régénérer la grâce de Dieu. Car il a parlé du
co-créateur. Ce n’est pas les époux qui sont les célébrants du
mariage, ce n’est pas le Oui des époux qui fait 2 créateurs. C’est la
grâce elle même qui les rend époux et épouse, qui bénit leur
volonté pour devenir un seul corps, une seule âme. Mais le
représentant de l'Église c’est le prêtre. Le mariage est un acte de
grâce de l'Église et de Dieu. C’est Dieu le célébrant.

2
 
Un mariage conclu en Orient sans le prêtre est invalide; en
Occident, un mariage conclu sans le prêtre mais pour des raisons
nécessiteuses, alors on se marie devant des témoins, donc c’est un
mariage valide. Le prêtre est célébrant du mariage en Orient alors
qu'en Occident il est témoin.
 On travaille à fusionner les 2 perspectives catholiques en une
seule. Mais les membres de la Commission se divisent en 2
groupes. Et le groupe oriental a refusé car il veut maintenir la
perspective orientale et il a mis fin à une ère de latinisation de la
sacramentalité matrimoniale. C’est une source de grâce bénie par
le Seigneur comme tous les autres sacrements.
Dans ce sacrement il y a une épiclèse, chose qui n’est pas existante
dans la cérémonie latine. On n’achève pas comme chez les
occidents la cérémonie par oui mais on la commence par le oui. La
cérémonie orientale se termine par l’encourronnement et ce dernier
est symbolique chez les occidents comme si les mariés sont reins
de leur nouveau foyer conjugal. Les couronnes en or c’est
l’épiclèse instituée par les couronnes. C’est l’Esprit Saint qui est
entrain de joindre le couple, l’un à l’autre.
La formule épiclétique n’est pas si claire dans le rite maronite et
c’est dû à la latinisation. Par conséquent chez les byzantins, la
formule est très claire.

Le terme alliance se diffère dans ce tableau. L’alliance signifie


l’intervention directe de Dieu dans la vie du couple. C’est Dieu qui
fait la famille, l’alliance. Ce dernier passe par la volonté de Dieu.
C’est un terme biblique. Pour rapprocher les 2 codes l’un de
l’autre, les occidents ont utilisé eux aussi le terme alliance mais
pour signifier contrat, pour dire que dans le terme alliance il y a un
foedus = contrat. Donc une différente interprétation du terme
alliance dans les 2 perspectives. Cette théorie occidentale poussée
à l’extrême devient un mariage civil.
Le sacrement pour un orthodoxe n’est pas une institution figée par
des lois de lesquelles elle ne peut pas en sortir.

3
Pour les latins ces lois sont aussi régénératrices de grâce c'est-à-
dire on ne peut pas recevoir ces grâces dans l’anarchie
sacramentaire. C’est pourquoi il y a des limites et lorsqu'on
dépasse ces limites nous sommes en dehors du sacrement.
Alors que la sacramentalité pour les orthodoxes est une spiritualité.
Elle est source de grâce si votre intention est bonne et conforme à
l’esprit de l'Église. Et il y a ce principe de l’economia de sorte
qu’un évêque considère ton comportement conforme ou non aux
principes de l'Église. L'homme est plus important que le Sabbat.
Les orthodoxes peuvent pour 2 couples similaires dans leur
adultère, le même évêque peut dire que ce couple est divortiable
car l’amour est mort donc le sacrement est mort et il n’y a plus
source de grâce. Dans l’autre cas, le même évêque peut dire il y a
un petit espoir pour régénérer l’amour conjugal.
 
Dans le canon 776, il faut parler du but du mariage: le bien des
conjoints; Amour-Partenariat; Paternité-Maternité-Entrainte;
Dévouement-Confiance-fidélité; Totalité-Sanctification-Respect;
Responsabilité-Cté de vie- Stabilité; Éducation-Sexualité.

Jeudi 9 octobre 2008

Autrefois était éducation et procréation maintenant c’est le bien


des conjoints. Par contre ce qu’on appelle but le bien des conjoints
correspond aux caractéristiques du mariage. Les caractéristiques du
mariage paragraphe 3 de 776.
Les propriétés essentielles du mariage sont l’indissolubilité et
l’unité qui dans le mariage entre baptisés acquiert en raison du
sacrement une fermeté particulière. L’unité en réponse au divorce
et la polygamie dans les anciennes religions et civilisations jésus
s’est prononcé dans Mathieu19, 9 « qui répudie sa femme commet
l’adultère » l’unité du mariage, marié à une seule femme un seul
homme il n’y a pas de polygamie multiplicité des femmes ou
polyandrie multiplicité des hommes.

4
Quand à l’indissolubilité réponse vis-à-vis du divorce pour la
dureté de votre cœur Moise a permis le divorce. L’intention de
l’église est d’interpréter Mathieu 19,9 à la lumière de ce qu’a dit st
Paul sur le mariage surtout au niveau de la ressemblance entre
église et Christ époux et épouse cette union matrimoniale entre
l’époux et l’épouse allait à la ressemblance entre l’église et le
Christ c’est un changement ontologique et christologique ce n’est
pas un contrat c’est une alliance Dieu est au milieu. Dieu est
dedans selon st Paul dans Éphésiens et Corinthiens il met le
mariage au niveau de cette union indéfectible entre l’église et le
Christ d’où la sacramentalité du mariage le lien entre le Christ et
église est indissoluble permanent.
La sacramentalité du mariage adoptée dans l’église au début c’était
un dogme non déclaré à cause du tabou sexuel qui a envahit le
monde païen seul Thomas d’Aquin a interprété les textes de Jésus
et de Paul. Et aussi St Augustin a parlé de la sacramentalité du
mariage sans influencer l’église.

Canon 776 : c’est un canon introductoire qui résume la définition


du mariage, le cheminement historique du mariage, la théologie du
mariage, l’alliance, ensuite le but du mariage, les propriétés
essentielles du mariage et la sacramentalité c’est un canon central.
Le mariage entre baptisés est un sacrement et le mariage entre une
partie baptisée et une autre non baptisée est un contrat.
Chez les latins le contrat du mariage est sacramentel.

Canon 777 : ce canon est une réponse au décalage de niveau entre


homme et femme. L’église professe l’égalité entre homme et
femme. « Celui qui est sans péché qu’il la lapide », Jésus a mis la
femme à titre d’égalité avec l’homme. Quand on dit égalité c’est
dans tout les droits conjugaux. L’église selon St Paul a été accusé
de donner la priorité aux hommes, il ne faut pas séparer ce verset
des Éphésiens de l’autre « hommes aimez vos femmes comme le
Christ a aimé son église ». Obéissance, amour et responsabilité.
Amour dévoué. Ils deviennent même chair même corps. Se donner

5
à l’autre aimer et obéir deviennent synonyme quand on aime
quelqu’un on l’obéit, l’amour est un élément d’obéissance jusqu'au
dévouement total. Obéissance et amour chez St Paul sont
synonymes.
L’église a une attitude claire vis-à-vis des courants féministes,
attitude réservée, déclarer l’égalité entre homme et femme ne veut
pas dire créer un décalage, les femmes exagèrent dans leur
revendication elles chevauchent au droit du père dans la famille
jusqu'à l’extrémisme annuler le rôle du père dans la famille. Le
droit de la famille poussé à l’extrême devient une nouvelle
servitude, garder l’équilibre entre le rôle de la mère et du père dans
la vie conjugale. La femme est créée pour être mère et tous ses
droits doit les acquérir en fonction de sa maternité, l’église était
rénovatrice dans la charte des états unis vis-à-vis des droits de
l’homme, l’église avait son mot à dire dans cette charte. Elle a
entravé l’extrémisme féminin dans la charte du droit de l’homme.

Canon 778 : pourquoi le droit se permet-il d’empêcher certaines


personnes de se marier c’est surtout conformément au droit naturel
lui-même, qui sont ces personnes interdites par le droit naturel?
C’est ceux qui n’ont pas la volonté et les capacités naturelles
d’assumer les obligations du mariage, les capacités naturelles sont
raison, volonté, corps, psyché.

Canon 779 : norme générale à retenir. Le mariage jouit de la faveur


du droit, personne n’est sensé déclarer son propre mariage avant
que l’église ne le déclare, une fois nulle il est invalide. Le droit
consolide le mariage institutionnel, dans l’église catholique
institutionnel c’est un ensemble d’obligation respecté par les autres
institutions. Pourquoi on a déclaré ce principe? Car à un certain
moment de l’histoire surtout au Moyen Age il y avait beaucoup
d’auto déclaration de l’unité du mariage et de contracter de
nouveaux mariages. Par exemple : J’ai découvert que ma femme a
été opprimé par ces parents quand elle a dit oui. Il y a eu beaucoup
de cas l’église est intervenue pour mettre fin à ce chaos.

6
Canon 780 : on parle du mariage avec une partie baptisée et une
autre non baptisée :
(2 baptisés catholiques c’est un sacrement régi par le droit
catholique et le mariage entre baptisé catholique et baptisé
orthodoxe c’est mixte régi par le droit catholique et orthodoxe (et
aussi pour les protestants) la femme est régi par le statut libre.
Baptisé catholique avec non baptisé avec des musulmans c’est le
droit catholique pour la partie catholique et musulmane pour la
partie musulmane restant sauf le droit naturel. Le droit naturel
signifie aussi droit Divin dans Mathieu 19,9.
Baptisé catholique avec civil non baptisé non musulman c’est le
droit catholique avec droit civil restant sauf droit divin.
Tout mariage contrat est appelé à devenir sacrement.

Canon 781 : on parle d’une chose qui ne concerne pas le mariage


directement mais la validité d’un mariage non catholique baptisé
c’est dans le cas où une partie orthodoxe ou protestante vont se
marier avec une partie baptisée catholique. Nous considérons le
mariage protestant et orthodoxe comme sacramentel. En provenant
d’une église protestante ou orthodoxe on demande le statut libre, si
dans le statut libre on a mis divorcé l’église catholique applique le
781 doit juger la validité du mariage protestant ou orthodoxe. C’est
à la ressemblance du lien du Christ avec son église, c’est une seule
sacramentalité.
Si le statut libre est divorcé orthodoxe ou protestant doit passer par
le tribunal catholique pour appliquer les lois catholiques pour juger
son invalidité et non pas les éléments de divorce. S’il est invalide
on déclare sa nullité et non pas son divorce.
Les éléments requis par le jugement catholique sur un mariage
orthodoxe, le respect du droit divin, l’unité, indissolubilité, les
biens des conjoints c’est le canon 776 liaison entre 781 et 776. Les
points de divergences avec les protestants et les orthodoxes c’est le
divorce.

7
Canon 782 : les fiançailles sont mis dans la partie juridique et non
pastorale, il y a un coté juridique géré par le droit particulier, dans
chaque fiançailles il faut inscrire les fiançailles et sont fiancés
devant le prêtre, il ne suffit pas de dire qu’ils se sont fiancés mais
dire quels sont les cadeaux respectifs chaque fiancé a le droit de
restituer ces propres cadeaux. Il faut enregistrer les fiançailles dans
un registre spécial uniquement pour restituer les cadeaux.

Jeudi 16 octobre 2008


Canon 783 ces canons parlent du soin pastoral du mariage, ces
canons sont nouveaux par rapport à la normative matrimoniale,
l’ancien code c’était en 1949, (Crebrae Allatae Sunt) qu’ils soient
heureux les conjoints qui se marient à l’Église, dans ce motu
proprio n’existait pas une normative pastoral. Pour la première fois
un code utilise des normes pastorales, autrefois les normes étaient
des normes juridiques ce qu’il faut faire et ce qu’il ne faut pas
faire. C’est le code des Églises orientales qui ont introduit dans
chaque partie du code une partie pastorale parfois dans les
préparations spirituelles au mariage une partie notoire du canon.
Canons 783-789 sont d’ordres pastoraux.
783 : préparation à plusieurs étapes pré matrimoniales lointaines a
l’age de la jeunesse et d’adolescence, préparation adéquate du
mariage simultanément au mariage et une suite au mariage un
accompagnement du couple. Dans chaque diocèse créer des
initiatives pour aider les couples à la vie conjugale bien réussite.
Expliquer dans les homélies ce que c’est que le mariage.
La préparation adéquate au temps des fiançailles est un nouvel
élément tenant compte du droit naturel, qu’est ce que c’est que le
mariage en droit naturel, expliquer le champ de droit naturel. On
choisit le mariage car c’est un bien. Droit social échange donner et
recevoir à l’autre. Ensuite il y a la sainteté du mariage. Puis droit
canonique, psychologie sexuelle.
L’accompagnement des couples après le mariage doit être collectif
en tenant compte des cas spéciaux on ne peut pas dire que la

8
préparation collective est suffisante il faut écouter les couples
consacrer du temps pour chaque couple il faut que le couple parle
entre eux dialoguer ensemble, laisser un temps dans la préparation
collective au couple, les mouvements qui entretiennent cette
préparation comme les fokolarie les charismatiques, ça pourrait
être une initiative diocésaine jamais ne laisser ce champ vide. Il y a
peu de couples intéressés pour écouter les sessions, l’initiative est à
son début, la laïcisation influe sur le religieux.
Dans la préparation du mariage il y a des éléments juridiques. Il y a
des Églises qui commandent la divine eucharistie pendant la
célébration du mariage comme les arméniens, recommander cela
est décidé dans le droit particulier ou propre. Laisser à chaque
Église, c’est l’unique élément juridico pastorale.

784 : élément pastorale mais très juridique, c’est le canon du statut


libre ‫ مطلق الحال‬il est libre des empêchements dirimant (interdisant
le mariage), après l’interrogatoire des 2 époux aucun empêchement
ne figure sur les 2 époux, le statut libre est un élément juridique, le
statut libre devrait comprendre un interrogatoire sur 2 choses
principales, l’unité du mariage et l’indissolubilité, c'est-à-dire est-
ce qu’il a été marié avant, il y a une partie juridique et une autre
théologique convictionnelle, qu’est-ce qu’on interroge chez le type
on interroge son identité s’il est marié ou pas, baptisé ou pas
résident ou pas. Qu’est-ce qu’il a comme profession son statut
social, divorcé célibataire.
La seconde catégorie de questions, question d’aptitude, aptitude
personnelle de santé, les maladies graves interdisent le mariage,
maladies de mort. L’existence de tous les membres du corps,
impuissance sexuelle, examen non précis mais général. La
médecine ne prévoit pas tout les cas de stérilité.
Aptitude morale, santé morale et psychique. Dans la morale il y a
la liberté si elle est libre ou pas.
Les convictions personnelles religieuses ou aptitude religieuse, s’il
a exclu l’une des qualités caractéristiques du mariage il a exclu

9
tout le mariage (comme exemple s’il a dit je ne veux pas avoir des
enfants, ou je ne veux pas de vie sexuelle).
Il y a d’autres questions à poser (exemple pourquoi il a rompu les
fiançailles). Parfois il y a des interdictions civiles comme un
gendarme qui était en prison et qui est sorti par un papier, pour se
marier il a besoin de la permission de son responsable. Si un
prisonnier n’a pas la permission de se marier juridiquement il ne
peut pas se marier.

Canon 785 : précaution prise par l’évêque et le curé de la paroisse


et en danger de mort le mariage est permis sans aucun
empêchement. Il suffit 2 témoins, les cas illicite et invalide sont
déférés devant l’évêque, s’il y a un problème social ou autre doit
être présente devant l’évêque.

786 et 787 : la première question relève du droit particulier par sa


formalité comment faire une enquête et comment les fidèles sont
tenus à révéler au prêtre leur empêchement. Il y a l’obligation au
curé de faire les annonces officielles. Une enquête est toujours
nécessaire.
787 : ce qui est ramassé devant le curé doit être déféré devant
l’évêque. Lorsqu’il y a un curé de l’époux maronite et la femme
non maronite l’enquête se fait par le curé melkite.

789 : abstener de donner le statut libre pour les vagabonds qui


n’ont pas une résidence, le responsable direct n’est pas le curé de
la paroisse mais l’évêque directement car il est responsable de tout
le territoire.
Le cas d’un soldat pas de permission de mariage sans l’autorisation
de son responsable… il n’y a pas la permission d’un jeune de se
marier moins que de 18 ans selon le droit civil. L’extrait judiciaire
on le demande dans des cas difficiles.
En France c’est interdit de célébrer un mariage religieux avant le
mariage civil.

10
Si tu es concubin avec une femme et tu as une relation notoire et
parfois des enfants c’est un lien naturel pas de mariage avant de
rompre le lien naturel, le mariage se réalise après déclaration
garantir toutes les conséquences financières et une approbation
écrite de la femme.
Il est interdit le mariage d’un enfant mineur entre 14 et 18.
Si vous êtes coupable dans votre mariage comme exemple une
personne qui déclare qu’elle veut être toujours infidèle.
Rejeter la foi ou une vérité de la foi, toute la foi c’est un hérétique
ou nier la sacramentalité du mariage.

Canon 790 : l’empêchement est une circonstance qui se pose à la


validité ou à la licéité du mariage, il peut être inhérent à la
personne humaine ou externe ces circonstances peuvent être
l’absence de qualité ou des circonstances externes une oppression.
Attestation falsifiée (elle est baptisée ou non), si l’empêchement
n’affecte qu’une seule personne tout le mariage est invalide.
Empêchement dirimant c'est-à-dire invalide.

791 : for interne c’est au niveau de la propre conscience de la


personne elle n’est pas dévoilée à aucune personne. La confession
sacramentelle est d’ordre for interne. Le comportement social est
de for externe, il y a des empêchements d’ordre caché, soit
sacramentel ou non sacramentel. For interne qui ressort du péché et
quand le péché est déclaré c’est le for externe, tuer quelqu’un est
un péché for interne et quand c’est à l’extérieur c’est le for externe.
Si tu as fais une chose qui n’est pas péché comme se marier et
quand tu viens pour se marier une seconde fois c’est le for occulte.
L’empêchement est parfois occulte ou externe, occulte est
découvert après le mariage et externe avant le mariage. Il faut
s’appliquer à révéler tout empêchement dans le for externe, révéler
ce qui est occulte dans le for externe. Economia
(convalidation=rendre valide un mariage invalide) et
Akribia=rigueur de la loi.

11
792 : ce canon donne l’autorité de créer des empêchements
dirimants.

793 : la coutume source de loi n’a pas pu introduire aucun


empêchement. Le mariage avec rapt est invalide, coutume du
Moyen Age ce canon dit annuler toutes les coutumes.

794 : l’évêque a le droit d’interdire le mariage s’il y a un problème,


et tant que le problème perdure (durer).

795 : ce canon cite les empêchements, l’ordre sacré, l’âge, parenté,


conjugicide, honnêteté publique (concubinage). La dispense est
donné de ces empêchements sauf la conjugicide est donnée par le
pape, les vœux dans les ordres par Rome et dans les congrégation
par le patriarche.

Jeudi 23 octobre 2008

796 : la dispense en cas régulier et en cas de danger de mort. En


danger de mort imminente qui viendra sur, il faut donner des
dispenses même le curé peut la donner sauf dans les vœux
perpétuels. Le confesseur dans le for interne peut aussi donner des
dispenses, quand on parle de mort imminente il s’agit d’une
expertise médicale.

797 : le curé de paroisse ne peut pas dispenser des vœux perpétuels


ni du sacerdoce. Ces 2 empêchements sont réservés au pape.

798 : affaire administrative, informer le Hiérarque du lieu le plutôt


possible, car c’est une mort imminente informer les registres avant
la mort.

799 : parfois le même empêchement occulte devient public on le


transfère au registre publique. Le registre dans une paroisse est la

12
description du statut de la vie de chaque fidèle, statut de baptisé,
marié, concubin…

Article III : Les empêchements en particulier : (partie juridique) :


800 : empêchement d’âge, l’un pour la validité et l’autre pour la
licéité, l’âge de la validité c’est 16 pour l’homme et 14 pour la
femme. On a respecté le droit naturel au niveau international. A
l’âge de 16 ans un homme peut procréer et la femme à l’âge de 14
ans. Pour la licéité c’est d’ordre pastoral, dans le mariage il y a la
maturité, l’éducation, le psychique, un processus humain de
maturité, l’Église a divisé l’âge entre valide et licite pour la licéité
c’est 18 ans, moins que 16 et 14 il faut donner la dispense rarement
on donne la dispense car il n’y a pas de justification suffisante. Il
faut accompagner ce couple les orienter spirituellement
humainement jusqu’à l’âge naturel, ainsi il faut la permission de
l’évêque et des parents, la permission est pour la licéité et la
dispense pour la validité. Il faut respecter l’âge naturel et l’âge de
maturité humaine. Le droit particulier de l’Église, un évêque peut
lever l’âge.

801 : impuissance copulative, c’est un empêchement diriment.


L’impuissance copulative c’est une circonstance organique ou
psychique, qui empêche la copulation. 90% elle est psychique et
10% est organique. Quand on dit organique signifie dimension
disproportionnelle des organes, quand on dit psychique c’est le
tout, un refus total de copuler.
Copulation signifie 3 actes, chez l’homme érection, pénétration et
éjaculation, toute maladie ou toute impuissance qui affecte chez
l’homme l’un des 3 affecte les 3. S’il y a érection, éjaculation pas
de pénétration.
Chez la femme il y a le vaginisme et la frigidité (refus total de
toute copulation possible). C’est plutôt les causes psychiques et
non pas organiques.
L’impuissance relative et l’impuissance absolue.

13
L’impuissance relative, dans ce couple là pas de copulation, pour
des questions psychiques, surtout quand il y a des dimensions
disproportionnelles, le doute peut être une maladie psychique.
Impuissance absolue dans n’importe quel couple je ne peux pas
copuler. Dans les deux cas c’est un handicap. Qui détermine la
nature de l’impuissance ce sont les psychiatres et les gynécologues.
Il faut 2 expertises une du gynécologues et l’autre du psychiatre.
C’est rare qu’il y ait les 2 empêchements, cette impuissance
copulative soit antécédente au mariage. Après le mariage il y a un
nouveau élément introduit dans le mariage il y a la responsabilité
c’est d’ordre psychique. L’impuissance organique est facilement
remédiable alors que l’impuissance psychique est difficilement
remédiable. Le psychologue a un rôle important dans cette affaire,
cette impuissance est incurable elle est antécédente au mariage.
Parfois un homme se connaît bien impuissant et contracte le
mariage c’est une impuissance doleuse (menteuse), c’est un
mariage 2 fois nul.
La stérilité qui est un cas différent de l’impuissance, on est dans
une phase copulative normale, la stérilité est le manque de capacité
procréative et non pas copulative chez l’homme ou chez la femme,
parfois on ne trouve pas de raisons claires et nettes. La question de
l’incompatibilité entre les époux relève des cas psychiques.
La stérilité n’annule pas le mariage car la procréation n’est pas
l’unique bien des conjoints. La copulation n’est pas l’unique but du
mariage. L’Église prend les 2 symptômes à titre d’égalité car ce
sont des symptômes physiques. L’Église a accepté de séparer les
couples impuissants. C’est d’ordre pratique et non pas dogmatique
car il y a une attraction physique sans atteindre le but naturel c’est
une vie infernale. Dans la plupart des cas, il y eu une dispute suite
à l’impuissance copulative. Dans la stérilité tout est normale mais
pas de fruit au niveau de la procréation, donc ce n’est pas l’unique
bien des conjoints. Toute stérilité doleuse est un empêchement.
Ces questions sont toujours débattues.
Le principe de l’economia dans ce canon entre en jeu.

14
802 : il y a 3 cas, le premier catholique catholique; puis catholique
+non catholiques et mariage catholique avec non chrétiens. On ne
peut pas célébrer un mariage pour un type qui est marié soit cath.
Cath ou cath avec des orthodoxes ou protestants soit avec non
chrétiens. Le catholique avec catholique divorcé vient avec
annulation de mariage et le second catholique avec orthodoxe vient
avec une annulation et le catholique avec islam s’ils ont fait le
divorce vient avec une convalidation romaine de Rome (privilège
pétrin=pierre). C’est un mariage devant Dieu mais non pas
sacramentaire.
Pour le mariage civil le divorce est suffisant car Dieu n’est pas.

803 : on parle d’un empêchement qui est la disparité du culte. Un


baptisé et un non baptisé il faut une dispense de l’évêque qui exige
une promesse de la part de l’époux non catholiques pour baptiser
les enfants et leur donner l’éducation catholique.
Un mariage pareil sans la dispense est invalide. Le magistère
depuis 1967 a déclaré que ce type de mariage est contrat. Le
sacrement c’est l’union entre 2 baptêmes, c’est dans le catéchisme
de l’Église catholique, c’est l’union du baptême qui fait le
sacrement du mariage. Un baptisé et un autre non ce n’est pas un
sacrement. Pour le mariage de la disparité du culte comment
éduquer les enfants si la femme est musulmane. Si l’homme est
musulman et la femme est chrétienne les enfants sont pro chrétien.
Dans nos religions orientales on suit les gens dispares.

804 : le célibat sacerdotale, un prêtre marié et il est veuf ne peut


pas se marier.

805 : pareil les vœux publics perpétuels de chasteté. Les vœux


devant l’autorité ecclésiastique et acceptée par cette autorité.

806 : l’enlèvement de la femme, il ne s’agit pas d’enlever un


homme, le droit canonique occidental parle d’une femme enlevée il
est exclut d’enlever un homme. En orient il se peut que les

15
registres ont affiché un enlèvement d’un homme. L’enlèvement
c’est obliger une femme à se marier malgré elle. En la retenant
dans un lieu fermé malgré sa volonté. Pour remédier à ce cas
d’enlèvement :
-il faut séparer la femme du lieu où elle est retenue, une fois isolée
et aussi protégée pour l’interroger.
-elle est interrogée, si elle accepte le mariage on continue les
papiers si elle refuse il faut voir les papiers. Ces procédures s’ils
aboutissent au oui libre du mariage si la femme dit non le mariage
ne continue pas. L’enlèvement est un empêchement.

807 : il s’agit d’une intention prématurée de tuer en vue de


mariage. Si on tue sans l’intention de se marier et après la mort du
conjoint on est tombé amoureux du meurtre, ils se sont mariés
alors ce mariage est nul. L’intention de tuer en vue du mariage est
un problème. Les prêtres régleront les problèmes juridiquement et
non pas pour l’État.

Jeudi 30 octobre 2008

Le canon 807 il s’agit d’un conjugicide, se mettre d’accord avec


quelqu’un pour tuer le mari, ou pour épouser la femme,
conjugicide (conjoint et génocide c’est le fait de tuer). S’il y a une
occurrence préalable c’est un empêchement. S’il y a un cas de
meurtre non intentionné au mariage ça crée un empêchement. La
tentative non réussie de tuer quelqu’un, la tentative qui a été
entravé par un acte au delà de la volonté est un empêchement. La
tentative est liée à l’acte de volonté. Le mariage jouit de la
faveur du droit. Le tribunal est compétent de déclarer la nullité
du mariage. Avant que le tribunal ne le déclare le mariage est
annoncé comme valide.

808 : parle de l’empêchement de la parente consanguinité c’est la


parente qui naît du lien de sang c'est-à-dire issue d’un mariage qui

16
a aboutit à une procréation, un mariage qui n’aboutit pas à la
procréation ne crée pas un lien de consanguinité. Le lien de
consanguinité est un instrument pour protéger la famille. Il y a
plusieurs types d’empêchement de parenté comme la consanguinité
cela est empêché pour des raisons médicales car les enfants
peuvent naître anormaux cela à cause d’un manque de
chromosome. Les relations intimes qui existent naturellement au
sein de la famille, les relations sexuelles sont entravées par
l’intimité familiale. Ça n’existe pas autant de nos jours mais
surtout au Moyen Age. L’intimité familiale actuellement n’existe
plus.
Pour mesurer l’empêchement il y a la ligne directe et la ligne
collatérale, tout le monde est parent de tout le monde selon les 2
lignes. La ligne directe est la ligne de parenté entre père, fils et
petit fils en ascendant et en descendant, aucun mariage n’est valide
dans la ligne directe. Cela est zéro tolérante pas de mariage en
ligne directe.
En ligne collatérale ça commence entre frères il est interdit de se
marier entre frères, le fait de dépasser la relation entre frères ça
commence la dispense. La règle de compte est chaque personne
équivaut à un degré, moi le premier degré, et le second degré en
ligne directe c’est mon père ou ma mère et mon frère en ligne
collatérale. 3e et 4e degré ça demande une dispense.
Le terme inceste n’est pas juridique mais un terme moral. Tous ces
mariages sont des mariages d’incesture.
La multiplication de degré, je suis parent de ma cousine maternelle
et paternelle du 4e degré.

809 : affinité est le lien de parenté qui surgit d’un mariage valide,
et engendre une parenté entre l’homme et la femme et les parents
de sang de chacun d’eux. Le problème de l’affinité existe dans le
cas d’une femme puisse se marier du frère de son mari décédé. Ce
n’est pas permis. Homme et femme même degré, les parents de
l’homme sont les parents de la femme. Au second d’affinité est

17
dispensable. Un autre exemple le gendre et la belle mère, car la
belle mère est de second degré en ligne directe.
Le mari et la fille de son épouse, empêchement de mariage comme
si c’est sa fille.
L’empêchement d’affinité ne se multiplie pas.

810 : l’empêchement d’honnêteté crée un lien juridique, invalide


selon le droit canonique, c’est le mariage des baptisés en dehors de
l’Église c’est le mariage civil. Tout mariage en dehors de la forme
canonique est invalide.
D’un concubinage affecte l’honnêteté publique que ce soit officiel
reconnu par les états ou concubinage spontané où on vit ensemble.
L’empêchement de l’honnêteté publique c’est à cause d’un baptisé
qui se marie dans un concubinage, ou d’un mariage civil, ou d’un
mariage musulman, en dehors de l’Église, c’est l’empêchement de
l’honnêteté publique. Ces couples sont invités de se marier dans
l’Église. Ils sont appelés à se rapprocher de l’Église,
l’empêchement s’applique sur leur consanguins pour ne pas créer
une suite de génération qui se marie en dehors de l’Église. Les
enfants ne sont pas capables de se marier entre eux. Le fruit d’un
mariage invalide est aussi invalide, il faut remédier la source qui
est invalide. L’honnêteté publique et l’affinité se sont annulés de
l’occident sauf ils sont encore dans l’Orient.

811 : lignes de parentés sont consanguinité, affinité, honnêteté


publique et spirituelle, entre le parrain et le baptisé et entre le
parrain et les parents du baptisé.

812 : pour les fils adoptifs, en ligne direct aucun mariage avec un
fils adoptif, en ligne collatérale jusqu’au second degré ne peuvent
pas se marier, c’est comme le cas de consanguinité. La différence
entre l’adoption et la consanguinité c’est que dans le cas de
l’adoption le 3e degré n’a pas besoin de dispense.

Les mariages mixtes :

18
813 : le mariage mixte entre baptisé catholique et baptisé non
catholique soit orthodoxe ou protestant, dans le mariage protestant
il y a des mariages connus par l’Église catholique. Mixte dans le
baptême, il ne s’agit pas d’une dispense mais d’une permission de
la part de l’évêque, la dispense est pour la validité et la permission
est pour licéité.
Conditions : signature de la partie non catholique et de la partie
catholique, pour le baptême des enfants et éducation catholiques,
pour que l’évêque donne la permission. L’évêque peut ne pas
donner une permission dans des cas précis où il y a un doute sur le
mariage mixte que ce n’est pas mixte mais la disparité du culte.
Pour le mariage mixte dans les canons 814-815-816 nous donnent
les conditions du mariage mixte. En 1996 le synode de cherfet des
patriarches catholiques et orthodoxes a demandé de suspendre cette
procédure pour des raisons oeucumeniques les conditions du canon
814 en disant on suit le statut personnel du mari. On baptise et on
éduque selon la foi de l’époux. Le droit canonique oriental devrait
suspendre le 814-816 vis-à-vis du mariage mixte et l’appliquer
dans la disparité du culte. Rome jusqu’à maintenant n’a rien dit. Le
silence signifie l’acceptation. Actuellement 814-816 sont
suspendus vis-à-vis des mariages mixtes.

Jeudi 6 octobre 2008

817 : pas de mariage sans acte de volonté, cet acte de volonté


devrait être sans aucun vice de volonté, un acte de volonté cet acte
de volonté devrait être irrévocable ne peut pas être changé, c’est un
acte qui correspond au but du mariage le bien des conjoints, la
nature de cet acte de volonté ne correspond pas à un acte profane,
l’objet de l’acte de volonté c’est le don de soi une fois accepter le
don de l’autre. Ce n’est pas un acte comme n’importe quel acte de
contrat c’est la théologie de l’alliance qui indique l’acte de volonté,
l’objet ici est l’homme lui-même, l’objet est le sujet lumen
gentium 48-50 reflète l’enseignement de l’église sur cet acte de
volonté irrévocable.

19
Quels sont les vices qui rendent nul le mariage à cause d’une
volonté vicieuse.
818 : ce canon est nouveau par sa formulation au canon oriental,
c’est l’ajout du troisième paragraphe sur la nature psychique, la
psychologie et la psychiatrie sont entrées en jeu. Autrefois l’église
catholique ne connaît pas la dimension psychique la science
psychiatrique s’est développée dans les années soixante, la
psychologie pour la science moderne est une science exacte surtout
la psychiatrie.
On utilise le terme démence dans l’ancien canon, c’est un terme
péjoratif pour designer ceux qui ne sont pas normaux dans l’usage
de la raison et le canon a corrigé en ajoutant un terme respectable,
cette catégorie de gens sont ceux reconnus par la masse de la
société comme étant « fous » tout le monde est d’accord sur le fait
que cet homme n’est pas normal et ne peut pas assumer aucune
obligation. La psychologie a aussi englobé toute sorte de malade
atteint par la raison qui ne peut fabriquer aucun raisonnement
logique, le critère c’est le consensus commun de tout le monde. Il
ne jouit pas de la suffisance de la raison. Lorsqu’il y a une seule
personne à part la maman qui dit le contraire on se pose la question
est ce qu’il est malade ou pas.
Ce canon ne crée aucun problème dans le discernement on refuse
cette catégorie de gens sans aucun problème et pourtant il y a des
gens qui se marient malgré cette situation.
Le second volet parle de ceux qui perdent la raison
momentanément comme celui qui est ivre se marie sous cette
influence, les drogués se marient pendant qu’ils sont ivres ou
drogués ou bien l’hypnose les faire dormir dans leur subconscient.
Conscient de qui est autour d’eux mais pas comme un homme
éveillé. Il y a des médicaments qui peuvent déculpabiliser le type
en faisant dormir le subconscient.
Le problème c’est que le tribunal compétent doit juger de la
simultanéité de l’état de l’époux au moment du mariage s’il avait
la conscience ou pas c’est une affaire judiciaire qui nécessite des
preuves tangibles.

20
L’usage non suffisant de la raison peut être perpétuel ou
momentané, c’est au tribunal de prouver s’il est momentané et le
curé de paroisse ou l’évêque devront juger pour le mariage pour
tenir sa décision il donne le dossier à l’évêque.
Paragraphe 2 : c’est un paragraphe nouveau dans le code qui
n’existe en aucune législation on a découvert dans la jurisprudence
une catégorie de gens qui sont bien réussis dans leur vie
professionnel, social, amical en tant que fils mais ils sont atteints
par rapport à toute obligation matrimonial dans un couple ils ne
peuvent pas se donner et accepter l’autre ils sont fermés sur eux-
mêmes ils ne peuvent ouvrir ni leur corps, ou leur vie à l’autre.
Normalement il ne s’agit d’aucune maladie psychique, toute leur
relation sont acceptables comme les grands philosophes ils ne sont
pas habitués à partager leur idée comme Socrate, Einstein, ce sont
des sources.
-Ce couple là est affecté par 3 éléments, le premier la maturité
d’ordre relationnel surtout maturité sexuelle, ils apprécient mal le
mariage au niveau pratique et théorique, au niveau de
discernement.
- Un auto regard critique du sujet concernant ces propres capacités,
vis-à-vis des obligations du mariage. Il n’assume pas les
obligations.
-Manque d’une liberté intérieure et manque de motivation
d’assumer les obligations matrimoniales (sexuelle, éducative), il ne
trouve pas le pourquoi de se comporter en époux. Cette liberté
intérieure signifie qu’il y a quelque chose qui le capte plus que le
mariage. Ce oui qu’il a dit est vicieux.
3e paragraphe, dans la législation catholique ce n’est que après
Vatican II que l’église a adopté l’aspect psychique, une vraie
révolution juris prudentielle de la part de la rote romaine. Autrefois
on considérait que cela est une hérésie et maintenant c’est de la
science exacte, même la psychologie dit que l’exactitude est à
50%. Ici il s’agit de la volonté humaine car il y a l’homme.
Dans la nature psychique l’important c’est de recourir à des
psychiatres et parfois des psychologues et des psychanalystes. Ça

21
dépend des cas de la maladie et la diagnostic des maladies lorsque
le psychiatre dit je suis incapable de diagnostiquer il n’y a pas de
maladie selon la psychiatrie tout ce qui est névrose ou psychose,
mais il y a des cas qui ne relèvent ni d’une psychose ni d’une
névrose mais d’une immaturité affective qui n’atteint pas toute la
neurologie humaine, mais l’affectivité qui perturbe le mariage il
faut un entretien d’un connaisseur dans la psychologie humaine
c’est le psychologue et malgré ça le psychologue n’arrive à aucun
résultat il recourt à un psychanalyste il approfondit l’entretien avec
le type pour fouiller plus dans l’enfance du type. Les tribunaux
évitent les psychanalystes, on a recours à un psychanalyste quand
la diagnostic faite chez le psychologue n’est pas satisfaisante, pour
les cas d’homosexualité ce n’est pas une maladie somatique on a
recours à un psychologue ou psychanalyste car c’est un défaut dans
le comportement. L’homosexualité est une anomalie psychique, la
rote dit que ce soit une maladie ou pas l’homosexualité que ce soit
génétique ou pas, l’important pour nous c’est le oui vicieux il ne
peut pas assumer les obligations matrimoniales, le bisexuel ne peut
pas être fidèle, un jour ou un autre le bisexuel deviendra
homosexuel, ces gens affirment leur personnalité dans la relation
sexuelle. Ils sont des gens malheureux. Il n’y a pas d’amour mais
seulement une relation.
Par rapport aux maladies psychiques il faut relever une maladie
selon la liste classique de la psychiatrie et du psychiatre, il ne faut
pas prévoir un cas qui n’existe pas dans le bilan des psychiatres.
C’est pourquoi la référence c’est toujours le psychiatre en premier
lieu. Si le psychiatre dit pas de maladie il faut se référer au
psychologue, le psychiatre se réfère en même temps au
psychologue. Le psychologue fait des tests le fameux test de
Rorschach. Il faut que le psychiatre l’expert se prononce sur la
question suivante :
-présence d’une maladie (oui ou pas)
-en quel degré ceci affecte la volonté humaine. Si la réponse du
psychiatre est négative le mariage est valide. Le juge doit en faire
une synthèse et dire selon la juris prudence et dire entre 2

22
schizophrènes il y a incompatibilité de vie commune. Il faut
étudier tout le dossier pour que le juge puisse se prononcer sur la
nullité du mariage.
Incompatibilité dans la vie commune, quels sont les cas
incompatibles de vivre ensemble, certains cas ressortant d’une
maladie ou d’anomalie ou de droit. On ne peut pas vivre ensemble
entre un témoin de jéhova et un catholique.
Entre 18 et 35 ans c’est l’age où s’éveillent les maladies
psychiques et la racine des maladies psychiques a leur racine dans
l’enfance.
Ce paragraphe 3 est important basé sur la science moderne cela
veut dire que l’Église évolue.

819 : on parle de l’ignorance du but et des caractéristiques du


mariage, est-ce que l’ignorance annule ou pas. Normalement
l’ignorance ne justifie pas l’erreur, nul n’est censé ignorer la loi.
Dans des cas exceptionnels, le mariage est l’un de ces cas, où
l’ignorance du but et des caractéristiques est possible, mais il faut
la justifier, la jurisprudence rotale a noté qu’il y a des gens qui ont
été mal éduqué sexuellement à cause des tabous, de certaines
déviances comme en Afrique par exemple il y a des tribus où les
gens naissent d’une relation sexuelle sans le mariage celui-ci entrer
en mariage il n’est pas capable de distinguer ce qui est obligation
matrimoniale de ce qui est extra matrimonial il confond les rôles.
Cette société a influencé le type pour ignorer les obligations
institutionnelles du mariage. L’ignorance est aussi du à certains
milieux fermés où on ne parle pas du sexe et de la relation
sexuelle. L’ignorance est injustifiée sauf en cas du mariage.

820 : l’erreur comme définition consiste en un défaut de l’acte de


l’intelligence, par lequel on a un jugement faux ou une
appréciation erronée sur un objet, soit le tout partenaire est objet de
défaut dans toute son identité comme les jumeaux, ou bien
connaissance par correspondance.

23
Paragraphe 2 est plus fréquent, il s’agit d’un défaut sur les qualités
d’une personne avec laquelle on va se marier et non pas sur la
personne toute entière. Les qualités sont de 3 ordres : ordre
corporel, ordre moral, et ordre psychique.
L’ordre corporel physique, tout homme a le droit d’épouser un
type normal dans son physique tout défaut majeur dans le corps
humain doit être dévoilé, le cas de ne pas le dévoiler est une erreur
commise volontairement, erreur doleuse, mais la qualité qui
n’existe pas à l’insu des 2 couples est une erreur qui annule le
mariage mais sans dole. Il faut que tout les membres du corps
existent comme par exemple l’absence du rein doit être gravement
absente on doit mesurer l’absence de ce membre avec la
perturbation de la vie conjugale.
Totalité et intégrité des membres, si l’absence de certains membres
annulent le mariage.
Les qualites morales, on ne demande pas de se marier avec un st
homme ou ste femme, ce sont les qualités requises ou la réussite
d’un couple dans la vie commune toujours en relation avec les
obligations matrimoniales. Les qualités essentielles pour bien
réussir les biens du conjoint entraide, responsabilité, travail,
fidélité, et l’absence de l’une de ces qualités est un défaut.
Qualités psychiques : on se réfère au canon 818 paragraphe 3. Il
faut une expertise, avoir recours au psychiatre.

Jeudi 13 novembre 2008

Canon 821 : Ces erreurs peuvent être doleuses comme elles ne


peuvent être doleuses, c'est-à-dire intentionnés orientés, la partie
qui fait semblant d’avoir cette qualité, est un acte dolleux. Créer
une circonstance qui n’existe pas basée sur une qualité qui n’existe
pas pour tirer le oui de l’autre arracher ce oui basé sur un
mensonge, l’erreur peut être doleuse à l’insu du type comme elle
peut être doleuse comme le type est au courant. Ce canon est
nouveau par rapport à la nouvelle législation. L’acte dolleux c’est

24
soit de créer une qualité qui n’existe pas ou de cacher un défaut qui
n’existe pas.
Le canon 821 est lié au 820 mais le 820 n’est pas lié au 821.

Canon 822 : l’une des qualité requise c’est la qualité morale la


connaissance théologique du mariage concernant l’unité et
l’indissolubilité, tout acte ignorant l’unité et l’indissolubilité n’est
pas justifié il n’annule pas le mariage à moins que cet acte n’est
pas prouvé comme étant élément décisif déterminant la volonté de
l’autre qui a dit oui (comme par exemple un musulman ou
musulmane qui ignorent les propriétés du mariage).

823 : parfois il y a des avocats, juges formés le comment célébrer


un mariage nul invalide.

824 : ce canon parle de la fameuse simulation (ataljiaa, takhbiat


alnia), il s’agit d’une discordance entre les signes et les paroles
manifestées extérieurement, et la volonté authentique interne des
contractants, des époux ou bien de l’un des deux. Le oui signifie
non, l’acceptation signifie refus il faut que la simulation concerne
les éléments essentiels du mariage. La simulation va d’orienter
vers 3 choses : l’indissolubilité, l’unité et la procréation. Celui qui
dit oui à la totalité de ces éléments est une simulation totale qui
annule le mariage.
Simulation totale ou partielle lorsqu’on exclut un de ces 3 éléments
ou bien 2 de ces éléments.
Remettre la procréation à un temps ultérieur n’annule pas le
mariage.

825 : on parle de la violence et de la contrainte. 2 actes violence et


peur concordance entre les deux. La contrainte est l’ensemble de
deux éléments violence et peur. La violence est une coercition
réellement matérielle sur les organes externes du sujet pour obtenir
le signe extérieur affirmatif du mariage (c’est le oui).

25
Par contre la peur c’est une réserve de l’esprit du sujet causée par
la pression psychologique ou morale issue d’une violence. Pour
s’en libérer le sujet dit oui. Pour qu’il y ait un acte de violence il
faut un instrument matériel un revolver marteau, bâton, une vraie
menace est un instrument matériel extérieur.
Il faut un lien de causalité proportionnelle entre violence et peur.
Un vrai acte de violence et une vraie peur. Il y a des personnes plus
fragiles que d’autres. La peur est liée à la personnalité, à la nature
psychologique. Pour mesurer ce lien de causette, on a recours à un
psychiatre. Il y a un lien de causalité relatif ou absolu.
Il y a aussi la crainte révérencielle et la crainte morale lorsque une
attitude contraignante oblige les 2 types à se marier.

Jeudi 20 novembre 2008

826 : la condition est une circonstance atténuante de la validité du


mariage autrement dit on ne déclare pas valide le mariage lors du
contrat ou du oui mais plutôt à une phase ultérieure lors de
l’exécution de la condition ce oui devient valide et rend valide le
mariage, exemple je ne vous épouse pas afin que tu as une dote du
mariage, si tu n’étais pas riche je ne t’aurai pas épousé.

827 : ce canon joint le canon 779 le mariage jouit de la faveur du


droit. On parle de la forme du mariage.

828 : la forme du mariage, le contenu du mariage c’est les


caractéristiques et les buts c'est-à-dire biens des conjoints, unité et
indissolubilité, entre autre la procréation. La forme canonique c’est
l’ensemble des rituels, témoins, bénédiction du curé. Ceci est dut
au concile de Trente du cardinal Tametsi (important pour
l’examen), décret de Tametsi, ce cardinal a voulu mettre fin au
mariage clandestin de son temps, suit à une déception
matrimoniale j’ai recours à un autre prêtre pour le mariage qui
n’est pas registré. Au Moyen Age il y avait multiplicité d’hommes

26
et de femmes ce désordre c’est l’absence de registre. Tametsi a dit
il faut adopter la forme comme élément de validité et en particulier
le prêtre qui est le célébrant et la référence de ce mariage c’est le
prêtre dans les registres, il faut enregistrer les mariages. Pendant
150 ans avant trente il y avait polygamie à n’en plus finir, ce décret
a mis fin à ce désordre c’est le fameux décret de Tametsi. Qui est
le prêtre censé à célébrer le mariage?

829 : la nature du prêtre, c’est le hiérarque du lieu évêque


diocésain, le vicaire générale, curé de paroisse dans sa paroisse,
c’est le concept territorial, le vicaire général dans son diocèse. Ces
3 personnes uniquement peuvent célébrer le mariage d’une
manière valide et directe.
Paragraphe 3 donne privilège au patriarche dans le monde entier à
moins que l’un des 2 époux appartiennent à leur église.

830 : ce canon parle de la délégation de la part du hiérarque, du


vicaire générale, du curé. Ensuite les délégations peuvent être
générales ou cas par cas, l’évêque donne la faculté générale à
quiconque qu’il veut, par exemple on la donne à un vicaire
particulier, aussi on peut donner à l’aumônier de famille, au
supérieur d’un ordre, le principe est le suivant la faculté générale
peut être subdélégué cas par cas mais qui est délégué cas par cas ne
peut pas subdéléguer.

831 : licéité du mariage, le premier cas on ne célèbre pas


normalement le mariage à un type qui n’est pas de leur mariage, la
dispense pour la validité et la permission pour la licéité. Le
mariage est illicite lorsqu’on célèbre le mariage en dehors du
territoire des époux il faut le célébrer dans la paroisse de l’époux.
En dehors de ce contexte le mariage est valide mais illicite il faut
une permission. Si le mariage est célébré dans une paroisse
arménienne sans la permission du curé arménien illicite mais
valide.

27
Jeudi 27 novembre 2008

832 : ce canon est une introduction latine dans le système oriental,


dans le sens que la célébration matrimoniale et la bénédiction du
prêtre sont omise donc le mariage est un contrat il n’y a pas une
épiclèse. Pour des nécessités pastorales où on ne peut pas recourir
à un prêtre dans un délai d’un mois, c’est le cas d’une guerre
prolongée comme la guerre de l’Irak, devant les 2 témoins ils
disent oui au mariage. Cependant ils doivent recourir pour registrer
ce mariage comme étant contrat. Il faut recourir après ce délai d’un
mois chez un prêtre pour avoir sa bénédiction on passe du contrat à
l’alliance.

Jeudi 4 décembre 2008

Canon 832 : aspect oriental de ce canon, l’aspect oriental exige une


bénédiction et la bénédiction est requise pour la validité, introduire
un système pareil recourir aux 2 témoins sans la bénédiction du
prêtre n’est pas oriental mais occidental, on a introduit ce canon
dans le code oriental pour unifier les 2 oriental et occidental, dans
ce canon on fait emprunte une normative occidental à l’Orient,
cette emprunte est une méthodologie juridique lorsqu’il s’agit
d’une nécessité pastorale ou juridique, imposer un système latin est
une latinisation, offrir un système latin est une emprunte, on n’a
pas besoin car les registres orientaux n’ont jamais affiché un
mariage pareil. La question n’est pas beaucoup exercer en Orient si
jamais le cas se pose il faut recourir en Orient et non pas en
Occident. Le paragraphe 3 se trouve seulement en Orient et non
pas en Occident, un mariage devant 2 témoins est un contrat.

Canon 833 : si les orthodoxes viennent célébrer le mariage chez les


catholiques si un prêtre orthodoxe figure dans l’entourage il faut
les envoyer chez lui et s’il n’y a pas un prêtre orthodoxe il faut les
envoyer chez l’évêque orthodoxe. Ici c’est le statut personnel, on

28
ne les baptise pas, j’offre le contrat à ce type orthodoxe lors de
l’absence de leur prêtre, ce mariage est sacrement, les restrictions
requises pour ce mariage sont catholiques et orthodoxes,
enregistrer officiellement devant l’état un mariage orthodoxe et
devant l’Église un mariage catholique, ce canon est fait pour les
orthodoxes qui sont en Europe.

Canon 834 : on parle de la forme, la présence du prêtre, le rituel et


les témoins, le prêtre d’une compétence, curé de paroisse, vicaire
général et évêque du lieu. Si un catholique veut se marier chez les
orthodoxes c’est invalide car il n’a pas respecter la forme car il est
catholique il n’a pas la compétence territoriale, ça demande la
dispense pour la validité il faut une dispense et pour la licéité il
faut la permission. Un catholique se marie chez un évêque
orthodoxe son mariage est invalide, (synode de charfé est
important dans la région des orientaux il y a omission de toutes les
dispenses et permission des mariages mixtes).

Canon 835 : si les enfants vont se marier chez les orthodoxes ou


protestants il y a un problème surtout chez les protestants car il n’y
a pas un prêtre il faut la dispense de la forme et cela du patriarche
qu’on reçoit la dispense.

Canon 836 : il y a parfois dans les célébrations, des célébrations


coutumières, on fait parfois des processions ce n’est pas inscrits
dans les livres liturgiques. Une coutume légitime qui ne contredit
pas la loi on la permet.

Canon 837 : mariage par procuration, un type au Canada et ne peut


pas venir au Liban fait une procuration à son père de dire oui à sa
place, il ne jouit pas du oui des époux et de la bénédiction.
L’important dans ce canon c’est la forme de la procuration il faut
qu’elle soit faite devant l’évêque de l’époux, ou bien devant un
notaire, dans ce mariage il n’y a pas de bénédiction c’est un contrat
ici le canon ne dit pas retourner au prêtre pour prendre la

29
bénédiction (comme 832) alors il faut introduire un paragraphe 3
c’est faire recours à un prêtre pour que le mariage soit sacrement
(avec des effets rétroactifs c'est-à-dire du moment du oui).

Jeudi 11 décembre 2008

Canon 838 : le lieu et le temps, lieu dans l’Église de la paroisse


tout Église de la paroisse, pour la licéité le territoire suffit même en
dehors de l’Église, en dehors du carême tout est possible pendant
le carême le mariage est interdit non pour la validité mais pour la
licéité.

840 : le mariage effectif c’est du moment où ils ont pris le mystère.

841 : ce mouvement de registres est important dans la paroisse,


tout mouvement de statut chez les fidèles doit être affiché sur les
registres.

Convalidation
Simple ‫البسيط‬ radicale (‫منذ األصل‬
La convalidation est une procédure administrative qui a pour but
de rendre valide un mariage nul ou invalide, donc le mariage peut
être nul par l’existence d’un empêchement diriment age moins que
14, impuissance copulative, disparité du culte, prêtre ou religieux.
Si le mariage est nul à défaut d’empêchement diriment on
convalide le mariage par la voie simple il faut que l’empêchement
cesse :
1-c’est un acte fait par les époux.
2-renouvellement du oui.
3-cessation de l’empêchement.
4-effets canoniques commencent dès la convalidation c'est-à-dire
la sacramentalité.
La convalidation radicale c’est vice de la forme (Ecclesia supplete)
c’est lorsque :

30
1-l’acte est fait par l’Eglise car l’Eglise qui a commis l’erreur,
même à l’insu des époux.
2-sans renouveler le oui.
3-Dispense de la forme ipso facto.
4-les effets canoniques sont rétro actifs donc depuis les racines du
mariage (le moment où il a été célébré).
Qui est coupable de rendre le mariage nul si ce sont les époux c’est
eux qui doivent convalider. Dans la convalidation radicale c’est
l’Eglise qui est coupable.

La séparation des époux :


Une dissolution du lien et l’autre maintien du lien
Dans le premier mariage conclu non consommé, l’absence de la
copulation rend le mariage non consommé, on a recours à un
gynécologue ou psychiatre, c’est Rome par le privilège pétrin c’est
le pape qui intervient pour résoudre un mariage.
Le second cas de dissolution c’est le privilège Paulin il est basé sur
1 Co 7, 12-15. Le privilège Paulin c’était pour les hommes qui
vont à la guerre et meurent en guerre, la source du mariage était
païen, la femme est devenue chrétienne, alors Paul leur demande
de se marier. Paul donne un privilège si le non croyant ne veut pas
vivre avec un croyant qu’il s’en aille et depuis l’église a appliqué
le privilège Paulin et aujourd’hui est appliqué un mariage conclu
en dehors de l’Eglise entre 2 non baptisés, comme un mariage
musulman. Le privilège Paulin au Moyen Orient n’est pas
applicable car il contredit le statut personnel.
La séparation avec maintien du lien 863 :
Elle consiste dans la suspension des droits et devoirs conjugaux=la
communauté de vie, la vie sexuelle, et l’éducation des enfants,
séparation de la vie commune et ses conséquences et l’évêque doit
régler leur vie matérielle, pension alimentaire, la garde des enfants,
l’éducation des enfants.
Les causes pour aboutir à la séparation du corps :
1-l’infidelite conjugale

31
2-le danger spirituel c'est-à-dire opprimer l’autre à ne pas vivre sa
foi, interdire le culte dans la famille.
3-la violence physique corporelle sur les enfants et sur la femme.
4-l’abandon malicieux du domicile conjugale.
Cette séparation doit être accompagné pastoralement par l’Eglise,
l’Eglise ne peut pas se désister de son rôle pastoral il faut toujours
travailler à les réconcilier ensemble. On applique la séparation, la
séparation seule risque d’aggraver la fissure entre les époux. On
veut remédier le problème. Impliquer la femme et l’homme dans le
travail de l’Eglise dans le travail liturgique… dans le travail
qualitatif pour promouvoir leur foi, les soutenir, les encourager.

Pour les autres sacrements :


-Eléments matériels
-le ministre
-lieu
-temps
-éléments de validité et de licéité.
(Sacrements d’initiation : baptême, confirmation et Eucharistie)

(Pour l’examen final préparer une question et aussi le TP).

2 Caractéristiques du sacrement : indélébile (‫ ال يمحى‬il y a des


sacrements répétibles et d’autres irrépétibles, (une fois le mariage
dissout on peut le répéter dans le cas du privilège Paulin…)
Les sacrements sont toujours publics qui signifie reconnu par
l’autorité. La célébration des sacrements doit être public.

jeudi 18 décembre 2008

Les sacrements se divisent en 2 grandes parties la première


sacrement des vocations tel le mariage et le sacerdoce, les autres
sont inclus sous le titre pénitentiel bien que le baptême
l’eucharistie et la pénitence aident l’âme à se repentir à se

32
renouveler dans le Seigneur, d’où la grande division du magistère
le sacrement et la pénitence. Par rapport au baptême ou sacrements
d’initiation Vatican 2 a repris leur union, avant Vatican 2 courant
fort qui a voulu diviser les sacrements et séparer les 3 sacrements
de ne pas les unir en une seule catégorie baptême chrismation et
l’eucharistie. Tous les sacrements sont unis de la même façon,
Vatican 2 a repris cette ancienne division du concile de Trente qui
disait que les sacrements d’initiation ont un certain lien.

Canon 675-691 : Le baptême 


Les éléments de validité et de licéité.
Les éléments matériels du baptême : l’eau, l’huile on ne peut pas
baptiser sans ces éléments.
Le ministre : le seul sacrement où le laïc peut baptiser. Dans les cas
réguliers c’est le prêtre et dans les cas irréguliers c’est le laïc.
Lieu : c’est l’Eglise de la paroisse et dans le cas irrégulier c’est
n’importe où, avec l’autorisation de l’évêque ou en cas d’urgence.
Le temps : dépend de 2 facteurs temps liturgiques n’importe quel
temps liturgique on peut baptiser, age des néophytes préfèrent les
baptiser dans les premiers mois de l’enfance. En Europe la
question est posée différemment qui est baptiser un enfant c’est
contraignait sa liberté.
Les éléments de validité c’est l’eau, avec formule trinitaire.
Eléments de licéité, tout le reste des éléments avec le parrain et la
marraine. Leur rôle c’est aider les parents à éduquer le néophyte à
la foi, approbation des parents on ne peut pas baptiser un enfant
malgré la volonté de ses parents.
Le baptême n’est pas inscription dans une Eglise, le baptême est
sacramentel alors que l’inscription est juridique, inscrit dans
l’Eglise de son père. Baptisé dans n’importe quel rite illicitement
mais validement.
Le fœtus avorté doit être baptisé, si on est sur qu’il est encore
vivant.

33
Canon 692-697 La chrismation du saint myrron ou bien la
confirmation a pris ce terme parce que les orientaux l’appelle
chrismation, la confirmation c’est l’effet de la chrismation, par
conséquent il a pour but de confirmer le baptême pour donner au
baptisé la faculté de répandre la foi, d’évangéliser d’être témoin
dans le monde, le baptisé seul reçoit la grâce pour lui-même, il ne
peut pas la donner aux autres, dans les premiers siècles on a trouvé
bon de conférer une nouvelle faculté aux baptisés de pouvoir
répandre la foi. L’huile aromatisée ça se trouve dans les actes des
apôtres, dans Marc 6.
Eléments matériels : l’huile aromatisée (saint myrron) la
confiscation selon le rituel de chaque rite.
Ministre : il y a 2 ministres dans la chrismation l’auteur et le
distributeur. L’auteur c’est le premier agent à confisquer le saint
myrron normalement l’évêque mais en Orient on a conservé cela
au Patriarche si l’évêque le fait il le fait validement mais
illicitement.
On orient c’est le curé de paroisse qui est distributeur, pour les
latins c’est toujours l’évêque qui donne la chrismation, le prêtre en
Orient, en Occident c’est l’évêque.
Le lieu de la confirmation c’est l’Eglise paroissiale et dans des cas
urgents n’importe où.
Le temps à l’oriental simultanément au baptême, en Occident à 14
ans.
Pour la validité il faut l’huile avec formule trinitaire. Il faut
l’enregistrer dans les registres de la paroisse.
Pour la licéité l’évêque peut confisquer l’huile, l’huile peut être
aromatisée d’une seule aromate, le temps simultanément ou
baptême ou ultérieurement, la confirmation donnée par le prêtre en
occident est invalide par l’évêque est valide.

Pour l’eucharistie :

jeudi 8 janvier 2009

34
Canon 698 :
Le sacrement de l’Eucharistie, on utilise comme élément matériel,
le pain azyme ou fermenté, le pain azyme comme le rite latin, le
vin doit être a base de raisin, ces 2 éléments sont pour la validité et
non pas la licéité, on ne peut pas changer ce que le christ a mis.
Tout autre détail soit la couleur ou la saveur est permise. Avec de
l’eau qui est utilisé dans la célébration eucharistique.
Pour le ministre, il y a 2 ministres dans l’eucharistie, le célébrant,
celui qui est muni du degré sacerdotale, c’est le prêtre, l’autre
ministre c’est le distributeur de la communion, il pourrait être
prêtre ou laïc, normalement avec l’accord de l’évêque.
Le choix des laïcs si le cas l’exige si le prêtre est vieux, on confie à
des laïcs de distribuer la communion aux malades. A des diacres,
ou religieux, religieuses, ou laïcs avec l’accord de l’évêque.
Par rapport au lieu et au temps de la célébration eucharistique, le
lieu c’est dans les églises les édifices ensuite avec l’autorisation de
l’évêque du lieu on peut célébrer en plein air comme le pèlerinage,
ce n’est pas pour la validité (doit être mentionné à la fin du canon
l’invalidité) mais pour la licéité (selon la loi, le texte).
La conservation du saint sacrement au tabernacle en matière
opaque bien fermé et placé dans un milieu sur, en dessus de l’autel
pour que tout le monde puisse adorer.
Pour le temps célébrer tous les jours les recommander mais il n’est
pas obligatoire, il est louable de célébrer tout les jours, l’église
latine a trouvé que c’est bon pour les âmes. Si pour des raisons
graves on ne peut pas célébrer ce n’est pas un péché. Pour le temps
il y a une suspension liturgique pendant le carême, sauf les
dimanches,
La formule liturgique pour la validité de la messe pain avec vin et
formule liturgique, la formule liturgique c’est épiclèse +
anamnèse+ liturgie de la parole. On ne peut pas diviser la messe et
la fragmenter. La messe est une seule partie cohérente, on ne
célèbre pas une partie de la messe sans l’autre.
Certains cas d’urgence comme la communion en dehors des
célébrations on peut communier aux malades même s’ils sont ex

35
communiés si la personne le demande spontanément et si elle est
mourante. Parfois le prêtre est ex communié, c’est interdit qu’il
célèbre la messe sauf en cas d’urgence.

Onction des malades est une coutume dans l’Eglise, elle n’a pas
beaucoup de bases bibliques mais une coutume inspirée de la
tradition des apôtres, oindre avec l’huile les malades (Mc 6, 13),
aussi ça remonte aux temps pré chrétiens où les anciens religions
appliquer leur ancienne coutume oint leur corps avec de l’huile
pour se rapprocher de leur divinité, l’Eglise a christianisé une
coutume païenne c’est pour chasser les démons. L’appellation
dernière onction, extrême onction n’est plus utilisé, Vatican 2 a
pris cette attitude pastorale pour dire c’est une onction des malades
même avant que la maladie soit maladie de mort, ou grave ou
mène a la mort imminente tout malade peut demander l’onction
avec de l’huile sainte même un malade psychique, il y a une
progression dans l’onction des malades. L’église veut donner un
aspect positif à l’onction des malades plus que l’aspect fatal.
Elément matériel l’huile d’olive bénite pour ce but, ce n’est pas le
myrron, ce n’est pas une huile aromatisée, le ministre uniquement
le prêtre, pas le laïc.
Dans le temps et lieu dans les hôpitaux et n’importe où, pour le
temps, l’Eglise latine a pris la semaine sainte, de faire une
célébration pour les malades de la paroisse collective pour oindre
les malades alors que pour les nécessités et urgence le prêtre va à
n’importe quel lieu. Pour la validité il faut l’huile bénite, la
formule liturgique trinitaire et le prêtre.
Un malade peut recevoir plusieurs fois l’onction, même plusieurs
prêtres peuvent donner simultanément l’onction des malades.
Eléments de licéité c’est que le prêtre de paroisse ne donne pas
pour les gens d’une autre paroisse.

Jeudi 15 janvier 2009

36
Pénitence :
Elément matériel : confession individuelle, repentance, avec une
petite prédication acte de pénitence qui correspond à la gravité du
péché. On ne peut pas imposer des actes de pénitence bizarre. Dans
la confession on ne peut pas obliger au pénitent de donner de nom.
Ministre : prêtre muni de la faculté de confesser.
Lieu et temps normalement dans l’église et pas de temps déterminé
sauf s’il y a des cérémonies de préparation à la pénitence. Dans le
temps pascal, Au moins une fois par an pour ceux qui ont des
péchés véniels. S’il y a des péchés mortels a chaque fois avant de
communier il faut confesser.
Pour la validité, les éléments, le ministre et puis la formule
trinitaire.
Pour la licéité c’est dans l’église ou ailleurs. Et un prêtre qui n’est
pas muni de la faculté c’est valide mais illicite.
Les péchés réservés au pape l’absolution du complice contre la
chasteté. La violation du secret sacramentel.
A l’évêque, l’avortement.
La violation contre le pape et les évêques est réservée au pape et
aux évêques.

Ordre sacré :
L’élément matériel c’est la kyrotonie imposition des mains,
élément de validité
Ministre c’est l’évêque seulement élément de validité.
Lieu c’est l’église et temps de ce qui relève du candidat de
l’ordonné c’est après les études accomplies puis acceptation par
l’évêque, a 24 ans au minimum, pour la licéité.
Elément de validité aussi liberté, librement adhérent à la
consécration sacerdotale, ensuite capacité psychique car elle a une
influence sur la liberté. L’handicap physique n’empêche pas la
validité mais la licéité. Pour la licéité une bonne santé physique et
l’habileté spirituelle, attitude spirituelle et humaine. La simonie est
cause d’invalidité.

37
Actuellement on ne fait plus l’ordination sur les autels de la
paroisse mais sur les autels de l’éparchie.

38