Vous êtes sur la page 1sur 4

T.A.S.S.

2BIOPHY 30/11/2015

Correction DST 1
Techniques Spectrales et Séparatives
(1h00)

Documents non autorisés - Calculatrice autorisée


Justifier les calculs
Séparer calcul littéral et numérique

Questions de cours : (6 points)

1/ Rappeler les principales limitations à la loi de Beer-Lambert. (2 points)

La loi de Beer ne décrit correctement les propriétés d’absorption que pour des solutions
diluées.
Des écarts apparents à la loi de Beer s’observent lorsqu’un analyte se dissocie, s’associe ou
réagit avec le solvant pour donner un produit qui a un spectre d’absorption différent de celui
de l’analyte.
La loi de Beer ne s’applique parfaitement que pour un rayonnement absolument
monochromatique.
On remarque qu’aux concentrations les plus élevées et pour les plus grandes longueurs du
trajet d’absorption, le rayonnement parasite cause également des écarts à la relation linéaire
qui lie l’absorbance à la longueur du trajet d’absorption.

2/ On montre que l'absorbance mesurée pour un rayonnement bichromatique est donnée par la
relation suivante :

A   =  log(P!!   +   P!! )   −  log(P!! . 10!!! .!.!   +   P!! . 10!!! .!.! )

Où 𝑃!! et 𝑃!! représentent respectivement les puissances lumineuses aux longueurs d'onde λ1
et λ2 ; ε1 et ε2 les coefficients d'absorption molaire correspondants ; b l'épaisseur de cuve et C
la concentration molaire.

- a - Que dire de la linéarité de A en fonction de C ? (1 point)

A n'est pas une fonction linéaire de C mais une fonction logarithmique.

- b - Réécrire cette expression dans le cas où ε1 = ε2. Que constatez-vous ? (1 point)

Lorsque ε1 = ε2 = ε, alors :

A   = log P!!   +   P!! − log P!!   +   P!! . 10!!.!.!


=  log(P!!   +   P!! )   −  log(P!!   +   P!! )   −  log(10!!.!.! )     =  ϵ. b. C

ETSL, 95 rue du Dessous des Berges, 75013 PARIS 1/4


T.A.S.S. 2BIOPHY 30/11/2015

- c - Expliquer l'intérêt de travailler à la longueur d'onde maximale λmax. (1 point)

Les écarts à la linéarité st d’autant plus importants que la différence entre ε1 et ε2 est
importante.
On a vérifié expérimentalement que les écarts à la loi de Beer-Lambert qui résultent de
l’utilisation d’un rayonnement polychromatique sont négligeables, si le rayonnement
utilisé ne couvre pas une région spectrale où l’absorbant présente de grandes variations
d’absorbance en fonction de la l.o., c'est la raison pour laquelle, il faut travailler à la
longueur d'onde maximale λmax.

3/ Donner l'expression pratique de la pression osmotique en fonction de la constante des gaz


parfait R, de la température T, du coefficient de Van't Hoff i et de la concentration molaire
CB. (1 point)
Π = R.T.i.CB

Exercice 1 : (8 points)

À l'aide d'un spectrophotomètre, on réalise une série de mesure d'absorbance A de solutions


de violet cristallisé, à la longueur d'onde λ = 580 nm. La cuve a une épaisseur b = 1 cm. On
obtient les résultats suivants en fonction de la concentration massique Cm des solutions :

Cm (mg.L-1) 0,6 1,5 2,4 3,0 4,5 6,0


A 0,095 0,25 0,42 0,515 0,775 1,04

Données : violet cristallisé C25H30N3 ; M = 408,19 g.mol-1.

1/ Définir la transmittance T et l'absorbance A d'une solution. (1 point)

P P!
T   =            et          A   =   −  logT   =  log
P! P

Où P représente la puissance lumineuse transmise par l'échantillon absorbant, et P0, la


puissance lumineuse incidente.

2/ Énoncer la loi de Beer-Lambert ; expliciter tous les termes et donner leurs unités. (2 points)

A = ε.b.C

Où ε représente la coefficient d'absorption molaire s'exprimant classiquement en mol-1.L.cm-1,


b la longueur du chemin optique en cm,
C la concentration molaire de l'espèce absorbante en mol.L-1.

3/ Quel est le critère de choix de la longueur d'onde à laquelle s'effectue les mesures ?
(1 point)

Il faut travailler à la longueur d'onde d'absorbance maximale pour les raisons indiquées à la
réponse de la question 2) - c - des questions de cours.

ETSL, 95 rue du Dessous des Berges, 75013 PARIS 2/4


T.A.S.S. 2BIOPHY 30/11/2015

4/ Montrer que la loi de Beer-Lambert est vérifiée pour cette série de solutions, pour cela vous
!
calculerez le rapport ! . (1 point)
!

! !.!
Pour montrer que la loi de Beer-Lambert est vérifiée, il faut vérifier que le rapport !!
  =   !
soit une constante :

Cm (mg.L-1) 0,6 1,5 2,4 3,0 4,5 6,0


A 0,095 0,25 0,42 0,515 0,775 1,04
! 0,158 0,167 0,175 0,172 0,172 0,173
!
(mg-1.L)
!

On peut dire que la loi de Beer-Lambert est vérifiée puisque le rapport est sensiblement
constant.

5/ Déterminer la valeur du coefficient d'absorption molaire du violet cristallisé. (1,5 points)


!
On utilise la moyenne du rapport précédent < ! > = 0,1695 mg-1.L.
!
L'expression littérale du coefficient d'absorption molaire s'écrit :

! ! !"#,!".!"!  !".!"!!!
ε   =   ! . < ! >  =   !  !"
. 0,1695  mg !! . L. cm!! = 169,5 g-1.L.cm-1
!

Finalement, ε = 69190 mol-1.L.cm-1

6/ La mesure de l'absorbance d'une solution de violet cristallisé de concentration inconnue,


réalisée dans ces conditions, donne A' = 0,531. Calculer la concentration molaire C' et la
concentration massique C'm de cette solution. (1,5 points)
!" !,!"#
D'après la loi de Beer-Lambert : C′   =   !.!   =   !"#"$  !  !

Finalement, C' = 7,67 µmol.L-1, et Cm = 3,13 mg.L-1

Exercice 2 : (6 points)

Données : Coefficients de Van't Hoff : i = 1,86 pour NaCl et i = 1,00 pour le saccharose.
R = 82,1 atm.cm3.mol-1.K-1 ; M(NaCl) = 58,5 g.mol-1.

1 atm = 1,013.105 Pa. T(en K) = 273,15 + θ (en °C).

1/ Calculer la pression osmotique pratique due à une solution de 10,0 mmol.L-1 de saccharose
à 20 °C. (1,5 points)

Πsaccharose = R.T.i.CSaccharose =
82,1 x 1,013.105 Pa x 10-3 dm3.mol-1.K-1 x 293,15 K x 10.10-3 mol.L-1.

Finalement, Πsaccharose = 244 hPa.

ETSL, 95 rue du Dessous des Berges, 75013 PARIS 3/4


T.A.S.S. 2BIOPHY 30/11/2015

2/ Calculer la pression osmotique pratique due à une solution de 10,0 mmol.L-1 de NaCl à la
même température de 20 °C. (1,5 points)

ΠNaCl = R.T.i.CNaCl =
82,1 x 1,013.105 Pa x 10-3 dm3.mol-1.K-1 x 293,15 K x 1,86 x 10.10-3 mol.L-1.

Finalement, ΠNaCl = 453 hPa.

3/ Calculer l'osmolarité d'un mélange des deux solutions précédentes. (1,5 points)

L'osmolarité du mélange est la somme de l'osmolarité de chacune des solutions :

ξtotale = ξsaccharose + ξNaCl = i.CSaccharose + i.CNaCl = 10.10-3 + 1,86 x 10.10-3 = 28,6 mosmol.L-1

4/ Calculer la différence de pression osmotique Δπ d'une solution A contenant 10,0 mmol.L-1


de saccharose séparé par une membrane semi-poreuse d'une solution B contenant 10,0
mmol.L-1 de NaCl. En déduire le sens dans lequel a lieu le mouvement d'eau entre les deux
compartiments. (1,5 points)

La différence de pression osmotique crée un mouvement d'eau de A vers B.

ETSL, 95 rue du Dessous des Berges, 75013 PARIS 4/4

Vous aimerez peut-être aussi