Vous êtes sur la page 1sur 57

See discussions, stats, and author profiles for this publication at: https://www.researchgate.

net/publication/329701321

ETUDE GRAVIMETRIQUE DE LA MITIDJA OCCIDENTALE

Thesis · February 2011

CITATIONS READS

2 530

1 author:

Lamine Hamai
Center for Research in Astronomy and Astrophysics Geophysics
15 PUBLICATIONS   27 CITATIONS   

SEE PROFILE

Some of the authors of this publication are also working on these related projects:

Flexural state of the lithosphere and strain localisation View project

All content following this page was uploaded by Lamine Hamai on 16 December 2018.

The user has requested enhancement of the downloaded file.


N° d'ORDRE : 11/2011-M/S.T

République Algérienne de Démocratique et Populaire


Ministère de l’Enseignement Supérieur et de la Recherche Scientifique
Université des Sciences et de la technologie Houari Boumediene (USTHB)
Faculté des Sciences de la Terre, de la Géographie et de l’Aménagement du Territoire
(FSTGAT)

MEMOIRE

Présenté pour l'obtention du diplôme de MAGISTER

En : SCIENCES DE LA TERRE

Spécialité : GEOPHYSIQUE

Par : HAMAI Lamine

THEME

ETUDE GRAVIMETRIQUE DE LA MITIDJA CENTRALE

Soutenu publiquement le 07 / 02 / 2011, devant le jury composé de :

Mr- M.A BOUNIF Professeur à l’USTHB Président


Mr- A. BOUDELLA Professeur à l’USTHB Directeur de thèse
Mr- D. BELHAI Professeur à l’USTHB Examinateur
Mr- M. IDRES Professeur à l’USTHB Examinateur
Mme- Z. BENAISSA Maitre de Conférence/A à l’USTHB Examinatrice
Mr- A.ABTOUT Maitre de Recherche/A au CRAAG Examinateur
Remerciements,

Au terme de ce travail, je tiens à exprimer toute ma reconnaissance à toutes les personnes qui ont
de quelque façon que ce soit, contribué à le mener à bien.

Je remercie en premier lieu, le Pr Mouhand Ouabdallah BOUNIF qui me fait l’honneur,


aujourd’hui, de présider le jury.

Je remercie le Pr. Amar BOUDELLA (USTHB), qui a dirigé et encouragé ce travail, il a


également été pour moi un guide précieux. Je n’ai jamais manqué de tenir compte de les
remarques et ses conseils éclairés qu'il m’a prodigué.

Ma gratitude va aussi au Dr. Abdeslam ABTOUT (CRAAG), dont la bienveillante direction et


les précieuses orientations m’ont constamment accompagnées et soutenues durant le
développement de cette étude.

Mes respects vont aux Pr Djelloul BELHAI, Dr Mouloud IDRES et Dr Zahia BENAISSA qui
m’ont fait l’honneur de juger ce travail.

Mes vifs remerciements vont au Dr. Abdelkrim YELLES CHAOUCHE, Directeur du CRAAG,
pour avoir mis à ma disposition tous les moyens nécessaires pour mener à bien ce travail.

Je remercie particulièrement, le Dr. Hassina BOUKERBOUT qui m'a offert sa précieuse aide
durant la période de réalisation de ce travail.

Je tiens à exprimer ma profonde gratitude au Dr. Azzedine BOUDIAF pour son aide, ses
remarques et discussions très instructives.

Mes remerciements les plus sincères s’adressent au Dr. Hamou DJELLIT pour les longues
discussions que nous avons eu, qui m’ont montré qu’il y avait aussi d’autres manières de voir les
choses.

Merci au Dr Saïd MAOUCHE pour sa disponibilité et ses conseils très enrichissants.

M'ont également apporté une aide précieuse, Hamza BOUABDALLAH, Boualem


BOUYAHIAOUI, Said Sofiane BOUGCHICHE et surtout Wahab BACHA. Grace a qui, les
moments passés sur terrains resterons inoubliables.

Mes remerciements vont également à tous mes collègues pour leur support moral et leurs
encouragements.

Enfin, je ne saurai omettre ma famille qui a fait preuve de patience et m’a encouragé et soutenu
tout le long de mes études ; et bien sur mes amis de toujours (qu'ils me pardonnent d'avoir fait le
choix de ne pas les citer nommément car la liste serait bien longue) ils ont été chaleureux,
encourageants, embêtants parfois (ils se reconnaîtront) mais toujours présents. Je les associe tous
dans la même pensée reconnaissante.
Etude gravimétrique de la Mitidja Occidentale

Sommaire

1. Présentation générale de la région et but de l‟étude ............................................. 6

2. Cadre géographique .............................................................................................. 7

3. Tectonique de la région du Sahel ......................................................................... 7

4. Aperçu théorique de la méthode gravimétrique ................................................. 11

5. Acquisition des données gravimétriques ............................................................ 12

6. Acquisition topographique ................................................................................. 17

7. Traitement des données gravimétriques ............................................................. 22

7.1. Choix de la densité ......................................................................................... 22

7.2. Calcul de la gravité absolue ............................................................................ 24

a. Facteur d‟échelle de l‟instrument ..................................................................... 24

b. Correction luni-solaire ...................................................................................... 24

c. Hauteur de l‟instrument .................................................................................... 25

d. Correction de dérive ......................................................................................... 25

e. Valeur absolue de la pesanteur ......................................................................... 26

7.3. Calcul de l‟anomalie de BOUGUER .............................................................. 26

a. Correction de la latitude.................................................................................... 26

b. l‟anomalie à l‟air libre ...................................................................................... 26

c. Anomalie de Bouguer ....................................................................................... 27

7.4. Anomalie de Bouguer complète ..................................................................... 27

7.5. Correction de terrain ....................................................................................... 28

7.6. La Précision : .................................................................................................. 31

8. Carte de l‟anomalie de Bouguer ......................................................................... 32

9. Carte de l‟anomalie résiduelle d‟ordre 1 ............................................................ 33

2|Page
Etude gravimétrique de la Mitidja Occidentale

10. Carte de l‟anomalie résiduelle d‟ordre 2 ............................................................ 34

11. Carte de l‟anomalie résiduelle d‟ordre 3 ............................................................ 35

12. Cartes des prolongées ......................................................................................... 36

13. Carte de la différence entre l‟anomalie de Bouguer et la prolongée à 100m ..... 38

14. Carte du gradient vertical ................................................................................... 40

15. Carte de la dérivée seconde ................................................................................ 41

16. Cartes des gradients horizontaux........................................................................ 42

17. Carte des axes gravimétriques ............................................................................ 44

18. Détermination de la profondeur des sources à partir de la méthode d‟Euler 3D 44

19. Sismicité de la région d‟étude ............................................................................ 46

20. Modélisation et inversion 2D des données gravimétriques ................................ 48

21. Modélisation et inversion 3D des données gravimétriques ................................ 50

22. Conclusion et recommandations ........................................................................ 51

Bibliographie ................................................................................................................ 52

Figure 1. Localisation du bassin de la Mitidja . ............................................................. 6

Figure 2. Stations de mesures gravimétriques délimitant la zone d‟étude. .................... 7

Figure 3. Carte structurale de la région d'Alger ............................................................ 8

Figure 4. Carte morphogéologique du bassin de la Mitidja et ses environs ................... 9

Figure 5. L‟équipe de terrain ........................................................................................ 12

Figure 6. Le gravimètre CG-3 utilisé sur le terrain. ..................................................... 13

Figure 7. Matérialisation des stations de mesures gravimétrique sur terrain. .............. 14

Figure 8. Fichier brute du gravimètre CG-3. ................................................................ 15

Figure 9. Histogramme des fréquences cumulées de l‟écart type des réitérations. ...... 16

3|Page
Etude gravimétrique de la Mitidja Occidentale

Figure 10. Positionnement des satellites autour de la terre. ......................................... 17

Figure 11. Station GPS de référence………………………………………………….18

Figure 12. Récepteur GPS mobile…………………………………………………….18

Figure 13. Positionnement des différentes bases GPS ................................................. 19

Figure 14. Base GPS de Club des Pins.. ....................................................................... 20

Figure 15. Base GPS de Boufarik…………………………………………………….20

Figure 16. Base GPS de Chebli. ............................................................................... 20

Figure 17. Base GPS d‟Oued El Alleug………………………………………………20

Figure 18. Base GPS de Mahelma. ........................................................................... 20

Figure 19 . Base GPS de Douaouda……………………………………………….. .20

Figure 20. Base GPS de Khrecia……………………………………………………...20

Figure 21. Base GPS de Bousmail. …………………………………………………20

Figure 22. Logiciel de traitement GPS. ........................................................................ 21

Figure 23. Histogramme des fréquences des réitérations GPS..................................... 22

Figure 24. Détermination de la densité en utilisant la méthode de Parasnis. ............... 23

Figure 25. Détermination de la densité en utilisant la méthode des triplets. ................ 24

Figure 26. Principe de mesure SRTM. ......................................................................... 28

Figure 27. MNT utilisé pour la correction de terrain ................................................... 29

Figure 28. Méthode de calcul pour la zone proche. ..................................................... 29

Figure 29. Méthode de calcul pour la zone intermédiaire. ........................................... 30

Figure 30. Méthode de calcul pour la zone lointaine. .................................................. 30

Figure 31. Carte de l‟anomalie de Bouguer.................................................................. 32

Figure 32. Carte de l‟anomalie résiduelle d‟ordre 1. .................................................... 33

Figure 33. Carte de l‟anomalie résiduelle d‟ordre 2. .................................................... 34

4|Page
Etude gravimétrique de la Mitidja Occidentale

Figure 34. Carte de l‟anomalie résiduelle d‟ordre 3 ..................................................... 35

Figure 35. Carte de l‟anomalie prolongée à 200m ....................................................... 36

Figure 36. Carte de l‟anomalie prolongée à 500m ....................................................... 37

Figure 37. Carte de l‟anomalie prolongée à 3000m. .................................................... 38

Figure 38. Carte de la différence entre l‟anomalie de Bouguer et prolongée à 100m. . 39

Figure 39. Carte du gradient vertical ............................................................................ 40

Figure 40. Carte de la dérivée seconde ......................................................................... 41

Figure 41. Carte du gradient horizontal suivant X. ...................................................... 42

Figure 42. Carte du gradient horizontal suivant Y ....................................................... 43

Figure 43. Carte des axes gravimétriques ..................................................................... 44

Figure 44. Solution d‟Euler .......................................................................................... 45

Figure 45. Carte de la sismicité de la région d‟étude sur fond topographique. ............ 46

Figure 46. Carte des répliques du séisme d‟Ain El Bénian 1996 ................................. 47

Figure 47. Carte synthétique des mouvements subverticaux ....................................... 48

Figure 48. Profil de modélisation 2D. .......................................................................... 49

Figure 49. Modèle 2D traversant le bassin de la Mitidja. ............................................ 49

Figure 50. Modélisation et inversion de l‟anomalie du Pli du Sahel............................ 50

Figure 51. Carte de positionnement des différents modèles inversés .......................... 51

Tableau 1. Positionnement et G0 des bases gravimétriques.......................................... 14

Tableau 2. Différentes bases GPS utilisées dans l‟acquisition de données. ................ 19

5|Page
Etude gravimétrique de la Mitidja Occidentale

1. Présentation générale de la région et but de l’étude

Située dans la zone d'Alger, la plaine de la Mitidja se présente comme une vaste
dépression recouverte par des dépôts alluvionnaires d'âge Quaternaire. Elle correspond à un
bassin allongé Est-Ouest de 100 km environ de long et de 20 km de large (Figure 1). La
bordure méridionale orientée E-W puis NE-SW, est représentée par l'Atlas Blidéen dont le
relief est de 1500 m environ. Sa bordure nord est formée par l'anticlinal du Sahel dont
l'altitude maximale n'excède pas les 200 m. Cette plaine est légèrement inclinée du Sud vers le
Nord. L'altitude moyenne dans la bordure Sud est de 200 m environ alors que dans la cluse du
Mazafran, celle-ci est de 14 m. Cette pente est soulignée par le réseau hydrographique qui est
dominé par les affluents qui s'écoulent de la bordure septentrionale de l'Atlas Blidéen en
direction du Sahel vers la cluse de l'oued Mazafran (Boudiaf, 1996).

Les oueds de la Chiffa et de Bou Roumi, de direction N-S, se rejoignent pour former
l'oued Mazafran qui traverse l'anticlinal du Sahel, au niveau de la cluse du Mazafran pour se
jeter ensuite dans la mer Méditerranée.

Figure 1. Localisation du bassin de la Mitidja (image googlemaps).

Les massifs primaires du Chenoua et d'Alger et l'Atlas de Blida dominent l'ensemble


de cette région. Toutefois, la profondeur du substratum au centre du bassin ainsi que les
épaisseurs du Quaternaire demeurent inconnues. Au centre du bassin, aucun sondage n'a
atteint la base du Quaternaire. Aussi, aucune campagne géophysique profonde n'a été faite
jusqu'à présent.

Le but de cette étude est de fournir des éléments d‟appréciation sur la nature,
l‟organisation, la structuration des ensembles géologiques qui constituent les terrains sur la
partie occidentale de la Mitidja.

Notre intérêt sera focalisé sur les zones qui montrent une activité sismique et qui ont
fait l'objet de plusieurs travaux géologiques. Il s'agit de la bordure septentrionale qui
correspond à l'anticlinal du Sahel ainsi que la jonction de celui-ci avec le massif de bouzareah.

6|Page
Etude gravimétrique de la Mitidja Occidentale

Pour cela nous avons choisi la méthode gravimétrique pour définir les axes structuraux
et les limites des structures ainsi que leurs dimensions.

2. Cadre géographique

D‟un point de vue administratif, La zone d‟étude est située dans les wilayas d‟Alger,
Blida et Tipaza. Elle englobe les cartes topographiques 1/50000 de Chéraga et de Koléa, avec
une extension vers les piedmonts de Blida. Les deux cartes concernées par cette étude
géophysique ont au total une superficie de 800 Km².

Les stations de mesure sont localisées sur un assemblage de cartes topographiques au


1/50000 du bassin de la Mitidja (Figure 2).

D‟une manière générale, la région d‟étude est traversée par des routes principales à
grande circulation (RN) et secondaires (CW), des pistes et des chemins carrossables ainsi que
des sentiers. Cependant, l‟accès à certaines zones et à certains endroits peut s‟avérer difficile
de part la nature de la zone (terrain privé, terrain gouvernemental, oueds, terrains
cultivés,...etc). Dans ces zones, les mesures ont été faites à pied ou bien avec des
d‟autorisations.

Figure 2. Stations de mesures gravimétriques délimitant la zone d’étude.

3. Tectonique de la région du Sahel

Le Sahel localisé à l'Ouest d'Alger, est situé entre les massifs internes du Chenoua et
d'Alger. Ses reliefs peu imposants persistent jusqu'à son extrémité occidentale dans la région
de Nador. Il forme la bordure nord de la plaine de la Mitidja. Il s'agit d'une structure
anticlinale pliocène (Plaisancien) allongée sur plus de 70 km le long de la côte. Le flanc nord
présente un système de terrasses marines d'âge Pléistocène, disposées en gradins dont
l'altitude varie de 18m pour la plus récente à 160 m pour la plus ancienne. La carte géologique
au 1/50 000 (Aymé, 1962) et les travaux de Saoudi (1989) montrent l'existence de trois paliers

7|Page
Etude gravimétrique de la Mitidja Occidentale

morphologiques correspond à un palier tyrrhénien de 10 à 25 m d'altitude, un palier sicilien


entre 60 et 160 m et enfin un palier calabrien entre 160 et 200 m. (Boudiaf, 1996)

Saoudi (1989) note que dans la région nord, située à 4 km à l'Est de Tipasa, les marnes
plaisanciennes de pendage régulier de 7°N, supportent une terrasse marine sicilienne
complètement démantelée alors que plus à l'Est, cette dernière est inclinée normalement de
l'altitude 30 m jusque 120 m.

Cette disposition est liée au soulèvement de l'anticlinal du Sahel. Ceci a favorisé le


plissement et la fracturation de la dalle sicilienne dont les blocs se mettent à glisser sur une
pente devenue de plus en plus raide. Ces déformations montrent l‟existence de mouvements
tectoniques quaternaires qui affectent l‟ensemble des unités qui forment les terrasses du flanc
nord du sahel.

Glangeaud et al. (1952) avait déjà reconnu l'existence d'une importante déformation
dans la région de Mahelma (Figure 3) où les terrasses marines qui forment un palier régulier à
l'Est de cette région, sont complètement déformées et redressées à la verticale. Il montre
l'existence de plusieurs anticlinaux post-astiens notamment l'existence d'un pli anticlinal dans
l'axe Mahelma-Ouled Fayet selon une direction N40° et un autre entre Mahelma et Birtouta à
El Harrach selon une direction WSW-ENE. Glangeaud démontre ainsi l'existence d'une phase
tectonique post-astienne compressive. Ces mouvements ont continué pendant le Quaternaire
(Boudiaf, 1996).

Figure 3. Carte structurale de la région d'Alger (modifiée d'après Yelles et al., soumis,
Kieken, 1962, Wildi, 1983, et Boudiaf, 1996). SA : anticlinal du Sahel, BF: faille de Blida,
ThF: faille de Thénia, MF: faille de Mahelma, X: socle métamorphique kabyle, zones
internes, F: Flyschs, omk: Oligo-Miocène Kabyle, c: Crétacé, m: Miocène, q:
Quaternaire, p: Pliocène, v: volcanisme. (Domzig, 2006)

Dans ce travail, nous présentons une synthèse stratigraphique des dépôts du bassin de
la Mitidja basée sur les travaux antérieurs réalisés dans cette région. Une carte géologique
synthétique est ainsi présentée (figure 4).

8|Page
Etude gravimétrique de la Mitidja Occidentale

Le massif de Blida fait partie des zones externes de la chaîne alpine tellienne en
Algérie. Il se situe au Sud des massifs internes (Chenoua, Alger et Kabylie) dont il est séparé
par la dépression de la Mitidja.

Les massifs d'Alger et du Chenoua forment les affleurements du socle primaire. Les
niveaux autochtones à parautochtones d'âge crétacé forment des anticlinaux orientés NE-SW
(massif de Blida) dont la déformation est liée aux différentes phases tectoniques post nappes.
Dans la bordure sud de la plaine les niveaux autochtones chevauchent le Miocène post-nappe,
le Pliocène supérieur marin et le Villafranchien. L'anticlinal du Sahel d'Alger présente les
principaux affleurements du Pliocène supérieur marin. Les niveaux villafranchiens et
alluvionnaires du Quaternaire récent forment la plaine de la Mitidja.

Figure 4. Carte morphogéologique du bassin de la Mitidja et ses environs, (Guemache,


2010) (données topographiques SRTM-3 et carte géologique d’Algérie au 1/500'000).
Seuls les terrains géologiques sont mentionnés, les failles majeures n’étant pas
représentées. 1 : Terrains métamorphiques ; 2 : Socle primaire ; 3 : Trias ; 4 :
Jurassique ; 5 : Crétacé ; 6 : Eocène ; 7 : Oligocène ; 8 : Miocène anté-nappes ; 9 :
Miocène post-nappes ; 10 : Pliocène ; 11 : Villafranchien ; 12 : Calabrien ; 13 :
Quaternaire marin ; 14 : Quaternaire continental ; 15 : Magmatisme indifférencié.

- Le Socle interne

Il affleure principalement à Alger et au Chenoua. A Alger il est connu sous


l'appellation du "massif de Bouzaréah". Il est constitué d'un socle gneissique fortement
métamorphisé (gneiss oeillé, gneiss fin), surmonté par une série de schistes faiblement
métamorphique (séricitoshistes et chloritoschistes).

9|Page
Etude gravimétrique de la Mitidja Occidentale

- Le Mésozoïque

On peut distinguer

- les calcaires de l'oued Sidi El Kebir : calcaire massif, cristallins d'âge jurassique
- calcaires et grès de la Chiffa d'âge néocomien à aptien
- flyschs argilo-gréseux de Takitoun d'âge albien.
- flysch (marnes et calcaires) d'âge albien supérieur à sénonien.

- Le Miocène post-nappe

Dans la région de Blida, le Miocène est bien développé dans le secteur de Hammam
Melouane. Il s'agit principalement des séries post-nappes suivantes:

- des conglomérats rouges azoïques de 200 m d'épaisseur. Il a été attribué avec doute au
Miocène continental d'âge Burdigalien supérieur (Lepvrier et Magné,1975).
- une série marine qui débute par des calcaires massifs très riches en faune dont
l'épaisseur varie de 50 à 200 m. Ce niveau est surmonté par des marnes grises riches
en huîtres dont l'épaisseur est de 100 m environ. Ces niveaux marins sont parfois
entrecoupés par des niveaux éruptifs calco-alcalins datés de -15,9 M.a. (Burdigalien
sup) et -8,9 M.a. (Tortonien) (Bellon, 1976).

- Le Pliocène

Après maintes controverses quant à l'âge de ce niveau, Dalloni (1940) a établi l'âge
plaisancien des marnes grises du Sahel d'Alger. Les travaux de Glangeaud et al. (1952)
montrent que le faciès astien argilo-sableux termine l'épisode pliocène. Selon Bonneton
(1979), dans la Mitidja, le Pliocène repose en discordance sur le Miocène post-nappes plus
plissé.

a/ Le Plaisancien

Il est formé par d'importants affleurements de marnes grises qui sont parfois
entrecoupés par quelques bancs de grès glauconieux. Son épaisseur a été estimée à 1000 m
environ (Glangeaud et al., 1952). Au plan morphologique, ce niveau forme la morphologie
très vallonnées des "collines d'Alger" situées à l'Ouest d'Alger.

b/ L'Astien

Composé de plusieurs faciès, il est séparé du Plaisancien par un niveau repère


glauconieux de 4 m à quelques centimètres d'épaisseur. Le faciès marno-sableux jaunâtre à
blanchâtre est le plus répandu et les fossiles sont très abondants. Le faciès calcarogréseux est
représenté par de larges dalles fossilifères (bivalves et gastéropodes). Le faciès gréseux à
sableux termine le niveau astien. Son épaisseur est de 30 m environ.

Dans la bordure sud du bassin, entre Bouinan et Soumâa, les affleurements de ces
niveaux sont très peu développés. Le seul affleurement de Pliocène dans la région de Soumâa,
montre des niveaux sableux à pendage 45°N (Bonneton, 1979). Plus à l'Est, il est présent dans

10 | P a g e
Etude gravimétrique de la Mitidja Occidentale

la région de Meftah où ces niveaux ont des pendages de 75°N et sont parfois fortement
redressés presque à la verticale.

- le Quaternaire

Mis à part les dépôts alluviaux de la plaine de la Mitidja dont on ne connait pas
l'épaisseur, le Quaternaire est également représenté par des terrasses marines en gradins
localisées sur le flanc nord du Sahel.

Ces terrasses sont représentées par des dalles calcaires à calcaro-gréseuses riches en
faune. Ces terrasses ont été très bien décrites par Saoudi (1989). Leur disposition en gradins
(dalle tyrrhénienne à 10 m environ; dalle sicilienne à 60 m environ et la dalle calabrienne à
185 m) correspond vraisemblablement à des soulèvements tectoniques du Sahel (Saoudi,
1989).

le Villafranchien

Ce niveau repose en discordance sur les niveaux gréseux de l'Astien et représentent les
premiers remblaiements Villafranchiens dans la plaine de la Mitidja (Glangeaud et al.,1952).
Il est présent dans la bordure sud dans la région de Bouinan où il est fortement plissé avec des
pendages de 60 à 80°N. Il est formé par une succession de niveaux décimétriques de
conglomérats et sables non consolidés.

4. Aperçu théorique de la méthode gravimétrique

Le principe de la prospection gravimétrique est de mesurer la variation du champ de


pesanteur. L'interprétation des anomalies gravimétriques, causées par les hétérogénéités de la
densité et de l'épaisseur de la croûte, permet de distinguer les structures géologiques.
L'objectif de l'interprétation est de retrouver les caractéristiques des sources (forme,
profondeur, dimensions, densité, etc.) responsables des anomalies significatives à partir des
données mesurées sur le terrain.

Les mesures relatives de gravité visent à déterminer les variations de l‟accélération de


la pesanteur g d'une station à une autre. La variation de g pour chaque station est mesurée par
rapport à une station de base. Les mesures gravimétriques sont réalisées en utilisant un
gravimètre. Le gravimètre le plus simple est un pendule dans lequel une masse est suspendue
à un ressort. La variation de g entre deux endroits cause un allongement du ressort. Comme
l'allongement du ressort est proportionnel à la gravité, la variation de g entre la base et les
stations successives permet la détermination de la valeur de g pour chaque station.

Les mesures gravimétriques sont corrigées des effets de la latitude, de l'altitude, de


l‟effet du relief environnant ainsi que des effets astronomiques et de la marée terrestre. Pour
cela, nous avons besoin de connaitre, avec précision, les coordonnées de chaque station de
mesure. Ces corrections permettent d‟établir la carte de l‟anomalie de Bouguer sur laquelle
sont mises en évidence les anomalies gravimétriques à étudier.

Durant ce travail, 1289 stations de mesures gravimétriques sont réalisées, à l‟aide de


gravimètres de type Scintrex CG3. Le positionnement des stations a été effectué par GPS
(Global Positionning System) différentiel bi-fréquence.
11 | P a g e
Etude gravimétrique de la Mitidja Occidentale

L‟interprétation a permis de corréler les différentes anomalies gravimétriques aux


données géologiques. Un ensemble d‟axes structuraux a été mis en évidence, ils coïncident
avec les failles et les contacts anormaux, tel qu‟il est représenté sur la carte des axes
gravimétriques. Ce travail nous a permis de mieux comprendre, de mieux schématiser les
évolutions du bassin de la Mitidja et d‟apporter des preuves physiques aux observations
géologiques.

5. Acquisition des données gravimétriques

Les mesures ont été acquises au cours de cinq campagnes de mesures entre 2006 et
2010. Les mesures gravimétriques et topographiques ont été effectuées en même temps en
chaque station (figure5). Cette longue période s‟explique par la difficulté de faire une
campagne sans interruption, essentiellement à cause des moyens humains et matériels.

Figure 5. L’équipe de terrain.

Les instruments utilisés pour l‟acquisition des mesures gravimétriques sont deux
gravimètres Scintrex de type CG-3 (figure 6) ; l‟un de l‟USTHB un micro-gravimètre noté
Mig et l‟autre du CRAAG noté Crag.

12 | P a g e
Etude gravimétrique de la Mitidja Occidentale

Figure 6. Le gravimètre CG-3 utilisé sur le terrain.

Ces gravimètres ont été étalonnés une première fois avant la première campagne à
partir des bases d‟étalonnage gravimétriques de Bouzaréah. Ensuite un étalonnage a été
effectué avant chaque campagne de mesures.

L‟exécution des mesures d‟étalonnage a toujours suivi le même protocole, à savoir


l‟occupation successive des 2 bases, en cinq liaisons c‟est à dire A-B-A-B-A-B. Ceci nous
permet de déterminer 6 deltas G. En chaque base, nous effectuons 3 séries de 60 mesures, si
une des séries présente un écart supérieur à 10 microgals par rapport aux autres mesures, une
autre série de mesures est effectuée. Après la correction lunisolaire, nous déterminons les
différents deltas G. En calculant par interpolation linéaire les lectures qu‟on aurait pu avoir
simultanément avec le même gravimètre à deux bases gravimétriques différentes. Le
coefficient de calibration K du gravimètre est calculé par le rapport entre les deltas G connus
et les deltas G mesurés K = dGa/dGm

L‟écart quadratique a toujours été inférieur à 10 microgals.

Les coefficients de calibration déterminés après étalonnage sont :


KCrag =0,999907 et KMig = 0,999041.

Nous remarquons, d‟une part, que cette constante est proche de 1 et, d‟autre part, que
ce coefficient n‟a pas varié au cours des différents étalonnages.

Pour permettre de suivre l‟évolution de la dérivé du gravimètre et la qualité de ces


mesures, il est nécessaire de réoccuper une station connue en G (base) avec une périodicité
inférieure à 4 ou 5 heures. Pour cela, il est impératif d‟avoir aux alentours de la zone d‟étude
des bases gravimétriques dont la valeur de G est connue avec une bonne précision ou bien,
d‟installer soi-même un réseau de bases. Ces dernières doivent être bien réparties sur la zone
d‟étude pour que l‟nous puissions y revenir rapidement. Dans notre étude nous avons utilisé le
réseau de base déjà installé après le séisme de Zemmouri 2003 par Fodhil-Bey (Fodhil Bey,
2005).

13 | P a g e
Etude gravimétrique de la Mitidja Occidentale

Les bases sont celles de :

X
bases Y(lambert) φ λ G0
(lambert)
Bouzaréah 529689 388378 36,79628 3,03274 979900,517
Chéraga 523250 385211 36,76791 2,96048 979925,960
Zéralda 512930 378536 36,70794 2,84475 979921,350
Koléa 506839 371430 36,64394 2,77650 979872,250
Douéra 521768 374023 36,66710 2,94356 979863,190
Baba Ali 531718 373184 36,65926 3,05486 979881,390
Boufarik 518842 363654 36,57369 2,91057 979856,310
Tableau 1. Positionnement et G0 des bases gravimétriques.

Le tableau 1 résume l‟ensemble des informations spécifiques aux différentes bases


gravimétriques utilisées lors de la campagne de mesures :

Ce réseau de bases local a été rattaché à la base absolue d‟Alger (CRAAG,


Bouzaréah).

La majorité des stations de mesures gravimétriques ont été matérialisées à l‟aide de


peinture rouge sur le sol (figure 7). Les empreintes du trépied du gravimètre ainsi que la
position de son milieu et le numéro de la station ont été marqués.

Figure 7. Matérialisation des stations de mesures gravimétrique sur terrain.

Les mesures gravimétriques sont réalisées à l‟aide d‟un gravimètre Scintrex de type
CG-3, cité précédemment. Après le nivellement de l‟appareil par les niveaux
galvanométriques et digitaux, les mesures sont faites automatiquement. Les petites erreurs
d‟horizontalité sont corrigées automatiquement. Pour chaque mesure, un contrôle statistique
est effectué. Les valeurs jugées en dehors d‟une certaine limite de sensibilité sont
automatiquement éliminées. La dérive instrumentale est directement compensée par

14 | P a g e
Etude gravimétrique de la Mitidja Occidentale

l‟introduction d‟un coefficient de dérive préalablement évalué lors des tests de réglage du
gravimètre.

Les données numériques sont alors, stockées dans la mémoire du gravimètre.

Le fichier enregistré (figure 8) comprend pour chaque journée réalisée les


informations suivantes :

- une têtière sur laquelle sont données les informations spécifiques sur les différentes
constantes de calibration du gravimètre, les coordonnées géographiques moyennes de
la région d‟étude, les numéros de série du gravimètre, de l‟opérateur ainsi que de la
campagne.
- les données proprement dites des stations gravimétriques effectuées.
Ainsi, pour chaque station, nous avons :
- le numéro de la station
- la mesure relative gravimétrique
- la déviation standard de la mesure
- les valeurs du contrôle de l‟horizontalité (« Tilt » X et tilt Y) liées au nivellement
- le coefficient de température
- la valeur de la correction luni-solaire
- le nombre de mesures rejetées
- la durée de la mesure
- l‟heure locale d‟enregistrement de la mesure

Un exemple de fichier est donné ci-après.

Figure 8. Fichier brute du gravimètre CG-3.


15 | P a g e
Etude gravimétrique de la Mitidja Occidentale

Aussi, la numérotation de chaque station est composée de deux parties. Si on prend à


titre d‟exemple la station 41645, nous pouvons lire 41 qui est l‟indicatif de la carte
topographique 1/50000 de Koléa et 645 le numéro d‟ordre de la station.

Les stations de mesures ont été choisies à l‟aide d‟un GPS de navigation en fonction
des accès sur terrain, en respectant les limites des distances entre stations fixées, à savoir 1000
m ± 200 m. Aussi, il a été tenu compte des inégalités topographiques afin de minimiser les
corrections de relief, surtout, des zones proches. A cet effet, l‟opérateur a estimé sur terrain à
l‟aide d‟un inclinomètre les dénivelées moyennes des zones proches de Hammer (Hammer,
1939) (A et B de 0 à 53 m).

Le nombre de mesures effectués est de 1289 avec 63 répétitions.

Chaque opérateur prend systématiquement la hauteur du gravimètre pour la réalisation


des corrections de Bouguer.

Le premier contrôle de la précision des mesures est lié à la répétitivité des valeurs lors
de l‟acquisition. Pour cela, l‟opérateur réalise en une seule station deux séries de mesures de
30 secondes, de façon que l‟écart, entre les mesures, ne dépasse pas les 10 microgals.
Cependant, si celui-ci est supérieur à cette valeur l‟opérateur effectue une troisième, voire
même plus de mesures. Par ailleurs, l‟opérateur est tenu de veiller au bon déroulement de
l‟acquisition par le choix de l‟environnement de la station. Dans certains cas, les opérateurs
ont dû changer d‟emplacement à cause de la proximité de sources de bruit.

Aussi, un autre contrôle de la qualité des mesures est donné par la dérive instrumentale
journalière, définie pour chaque gravimètre. Celle-ci est inférieure à 30 micros gals/heure. Par
ailleurs, la dérive de la fermeture à la base permet de vérifier la précision des mesures. Dans
notre cas, le plus souvent, deux fermetures sont réalisées : une à la mi-journée et l‟autre en fin
de journée. L‟exception pour une seule fermeture est faite, lorsque les mesures sont effectuées
à pied et où la station base se situe loin de la zone de travail. Enfin, le dernier contrôle est lié
aux réitérations des mesures. Celles-ci, qui ne doivent pas être inférieures à 5%, sont
exécutées le lendemain des mesures. L‟écart entre deux points réitérés est toujours inférieur à
0.03 mgals. Aussi, pour les mesures réitérées, la précision des mesures est telle que l‟écart
quadratique est égale à 0.02 mgals pour les 63 points réoccupés. Un histogramme des
fréquences cumulées de l‟écart type des réitérations est donné en figure 9.

Statistiques de précision des


mesures gravimétrique
Fréquence

30
20
10
0 Déviation standard
0-20 20-40 40-60 >60

Ecart type

Figure 9. Histogramme des fréquences cumulées de l’écart type des réitérations.


16 | P a g e
Etude gravimétrique de la Mitidja Occidentale

6. Acquisition topographique

La détermination des coordonnées (Longitude, latitude et altitude) des stations est


extrêmement importante en gravimétrie. En plus du rôle de positionnement, ces coordonnées
sont nécessaires pour corriger la gravité. Ces corrections sont surtout sensibles à la variation
de l‟altitude. Ainsi, une erreur importante dans la mesure des élévations introduit une erreur
dans la valeur corrigée de la gravité qui peut être de l'ordre des anomalies recherchées.

Les méthodes de positionnement classique (théodolite et niveau) sont inadaptées et


peu précises pour la configuration des stations de cette campagne, nous avons alors utilisé un
système fiable et précis de mesure de coordonnées : le GPS (Global Positionning System).

Le GPS est un système de localisation par satellite mis en place par le département
américain de la défense dans les années 1970. Il permet de déterminer les coordonnées
géographiques d'un point (latitude, longitude et altitude). Les coordonnées d'un point sont
obtenues en mesurant, à l'aide de signaux radar, sa distance par rapport à un certain nombre de
satellites et en appliquant le principe de triangulation. Le système est composé d'une
constellation de satellites suffisamment nombreux (24 satellites orbitant à 20000 Km
d'altitude, répartis sur 6 plans orbitaux (figure 10)). Quatre satellites au moins sont nécessaires
pour établir les coordonnées x, y et z de ce point. Pour des raisons de sécurité, le département
américain de la défense a jusqu'à maintenant brouillé les signaux des satellites. Du fait de ce
brouillage, la position d'un point déterminée à l'aide d'un appareil de terrain ne pouvait être
connue qu'à 20 m près.

Figure 10. Positionnement des satellites autour de la terre.

Le développement de la technique de correction différentielle a permis de réduire les


effets du brouillage pour arriver à une précision centimétrique. Ce type de positionnement est
fondé sur l‟utilisation d‟au moins deux récepteurs GPS, observant simultanément les signaux
de satellites. Un des récepteurs est installé en un point connu. Le second récepteur statique ou
mobile détermine sa position en même temps que le récepteur de référence. La différence de
positions entre les coordonnées réelles et les coordonnées mesurées permet de déterminer le
décalage en x, y et z. Ce décalage à un moment „t‟étant connu, la correction à appliquer à la
mesure effectuée par un récepteur mobile de terrain à un même moment t est alors connue.
 
 
    
Ri   X i , Yi , Zi  ; r j  X j ,Y j , Z j ;  ij  r j  Ri ; B  R2  R1

17 | P a g e
Etude gravimétrique de la Mitidja Occidentale

Tel que Ri : est la distance entre le centre de la terre et le récepteur i.

 i j : est la distance entre le satellite j et le récepteur i

rj : est la distance entre le centre de la terre et le satellite j

B : est la distance entre les deux récepteurs.

La précision du positionnement dépend de la précision de la position des satellites,


de la précision de la mesure, de la distance satellite - récepteur (précision instrumentale, du
type de mesure, durée d‟observation, correction d‟observation), de la géométrie des satellites,
des dégradations volontaires et des calculs effectués.

Le matériel de positionnement par satellites est composé de deux récepteurs GPS


(figure 11, figure 12) : l‟un pour la référence et l‟autre mobile. Nous avons utilisé deux types
de GPS :

- Ashtech Z12 bi-fréquences.


- Leica 1200 Pro bi-fréquences.

Figure 11. Station GPS de référence. Figure 12. Récepteur GPS mobile.

La technique GPS utilisée est le système GPS différentiel où deux récepteurs sont
exploités, l‟un est immobile servant de base de référence et l‟autre mobile se déplace sur les
stations. Les coordonnées des stations sont calculées relativement aux coordonnées de la
station du récepteur immobile (Base). Les différentes bases GPS ont été rattachées au réseau
GPS mondial via la station permanente d‟El Marsa (figure 13).

Pour ce faire, un réseau de base GPS (tableau 2) a été réalisé avant le début de la
campagne des mesures gravimétriques. Par commodité, les bases GPS ont été installées sur
les toits des édifices publics tels que Daira, APC et protection civile. Les bases ont été
construites en béton armé avec une référence en bronze (figure 14-21). Les lignes de base des
références GPS sont de l‟ordre de dix Kilomètres maximum. Le GPS était stationné en

18 | P a g e
Etude gravimétrique de la Mitidja Occidentale

continu pendant toute la durée de l‟acquisition au niveau de la base, la cadence des mesures
était 5 secondes.

BASE GPS X Y Z latitude longitude


EL MARSA 522566,74 4073778,56 88,42
BOUZAREAH 502968,85 4072255,72 388,46 36° 47' 46,01610" N 3° 01' 59,80134" E
CLUB DES PINS 489532,95 4069435,12 58,75 36° 46' 14,28769" N 2° 52' 57,76482" E
MAHELMA 488578,06 4059157,66 250,46 36° 40' 40,70946" N 2° 52' 19,79814" E
BOUFARIK 492151,60 4047396,22 110,14 36° 34' 19,13470" N 2° 54' 44,21235" E
CHEBL 500795,38 4047947,69 115,95 36° 34' 37,14727" N 3° 00' 32,00495" E
BOUSMAIL 472924,15 4056117,78 60,11 36° 39' 0,91424" N 2° 41' 49,47822" E
DOUAOUDA 481269,69 4058725,82 172,88 36° 40' 26,27770" N 2° 47' 25,37587" E
KHRECIA 498450,05 4059057,24 226,82 36° 40' 37,69314" N 2° 58' 57,55145" E
OUED EL ALLEUG 481207,63 4045328,02 105,33 36° 33' 11,46333" N 2° 47' 24,05543" E
Tableau 2. Différentes bases GPS utilisées dans l’acquisition de données.

Ce réseau de base a été utilisé en partie et enrichi avec d‟autres bases pour l‟étude de
la déformation au niveau du bassin de la Mitidja (Bacha, 2007).

Aussi, nous avons employé la projection UTM associée au référentiel géodésique


WGS84, donc l‟ellipsoïde IAG GRS 1980 pour les différents calculs de positionnement.

Figure 13. Positionnement des différentes bases GPS sur carte topographique 1/200 000.

19 | P a g e
Etude gravimétrique de la Mitidja Occidentale

Figure 14. Base GPS de Club des Pins. Figure 15. Base GPS de Boufarik.

Figure 16. Base GPS de Chebli. Figure 17. Base GPS d’Oued El Alleug.

Figure 18. Base GPS de Mahelma. Figure 19 . Base GPS de Douaouda.

Figure 20. Base GPS de Khrecia. Figure 21. Base GPS de Bousmail.

20 | P a g e
Etude gravimétrique de la Mitidja Occidentale

Le récepteur mobile est transporté de station en station. A chaque station, après avoir
centré le récepteur sur le gravimètre, il est nivelé. Ensuite, la hauteur du trépied est mesurée à
l‟aide d‟un mètre ruban. L‟observation dure au minimum 10 minutes avec un pas
d‟échantillonnage de 5 secondes et ceci dans les meilleures conditions, c‟est à dire un
maximum de satellite, un bon GDOP (indicateur de la géométrie de la constellation des
satellites) et une petite distance entre les deux récepteurs. Dans le cas défavorable la durée
d‟observation peut atteindre une demi-heure.

Après téléchargement des fichiers du récepteur sur l‟ordinateur, le logiciel de


traitement des données GPS Ashtech Solutions 2.70 (figure 22) permet de calculer les
positions des différents points, par rapport aux coordonnées de la base. Il calcule d‟abord les
vecteurs différences entre les deux récepteurs (dX, dY et dZ). Ensuite, il calcule par rapport à
la base de référence les coordonnées des stations. Au cours du traitement, plusieurs erreurs et
ambiguïtés sont levées par un choix judicieux des satellites ou des époques de mesures. Le
calcul nous fournit un tableau: un fichier brut mobile, un fichier brut fixe, un point de
contrôle, le calcul des vecteurs et les coordonnées des points avec leurs précisions internes.

Figure 22. Logiciel de traitement GPS.

Le logiciel (figure 22) nous fournit la précision des mesures basée sur la statistique des
observations. Cette précision est inférieure à la dizaine de millimètres. Nous ne nous sommes
pas contentés de cette précision interne, mais nous avons recherché aussi la répétitivité de nos
mesures en une même station à des époques différentes, de cet échantillon représentatif de la
population de nos mesures, nous obtenons un histogramme régi par une loi gaussienne.

Les deux tiers des mesures présentent un écart type inférieur à 10 cm. Un histogramme
des fréquences cumulées de l‟écart type des réitérations est donné (figure 23).

21 | P a g e
Etude gravimétrique de la Mitidja Occidentale

Figure 23. Histogramme des fréquences cumulées de l’écart type des réitérations GPS.

7. Traitement des données gravimétriques

Le but des mesures gravimétrique est de connaitre la distribution de la densité dans le


sous sol, pour cela, l‟anomalie de Bouguer qui est la différence entre la distribution de la
densité réelle d‟une part et la distribution de la densité d‟une terre de référence homogène est
calculée. Ce calcul nécessite essentiellement la connaissance de la latitude, de l‟altitude et de
la densité de correction. Si les deux premiers facteurs sont déterminés par mesures
topographiques, la densité est déterminée par plusieurs méthodes.

7.1. Choix de la densité

Cette densité représente la densité moyenne des roches de la zone d‟étude. Elle est
choisie de façon à ce que l‟anomalie de Bouguer reflète l‟effet gravimétrique des éventuelles
structures présentant des contrastes de densité en profondeur et non la topographie du terrain.

Lorsque la densité de correction est bien choisie, la carte d‟anomalie de Bouguer n‟est
plus corrélée à la topographie et reflète les variations de densité dans le sous sol (H.
Gunawan, 2005). Les roches affleurantes ne sont pas forcément représentatives de l‟ensemble des
roches d‟une zone d‟étude donnée. Par conséquent, la moyenne des mesures de densité effectuées
en laboratoire ne peut pas être utilisée comme densité de correction.

Il est possible alors de recourir aux mesures gravimétriques elles-mêmes sous


certaines conditions (Dubois et Diament, 1997). Si d‟après la géologie, le terrain est
homogène sous un relief topographique donné (ce qui suppose que le relief ne soit dû qu‟à
l‟érosion), on peut alors énoncer le problème posé de la façon suivante : trouver la densité
pour laquelle l‟effet de la topographie soit minimal sur l‟anomalie de Bouguer. La méthode
Parasnis (1952) est la plus probable. L‟hypothèse de cette méthode suppose une densité
homogène de la région d‟étude, sans composante régionale trop importante. L‟approche pour

22 | P a g e
Etude gravimétrique de la Mitidja Occidentale

trouver la bonne densité revient à déterminer la valeur de densité telle que l‟anomalie de
Bouguer soit statistiquement nulle (Mikhailov, V., 2004) :

gobs – gth + 0,3086 h= ρ (0,0419 h – Ct) tel que Ct est la correction de terrain.

Le résultat de cette équation linéaire de pente ρ (densité) est donné sur la figure 24 :

Figure 24. Détermination de la densité en utilisant la méthode de Parasnis.

La pente de la droite qui reflète la densité moyenne des terrains prospectés est ρ =
2.45. Nous remarquons que les points ne sont pas tout à fait alignés sur une même droite. Ceci
est lié à un terrain non homogène. En effet, la zone d‟étude est constituée de deux domaines :
l‟un dense (massif de Bouzaréah) de densité 2.6 et l‟autre moins dense (bassin de la Mitidja)
de densité 2.2 environ.

Aussi, la méthode des triplets (Figure 25) qui consiste à chercher des groupements de
trois points de mesure alignés et à peu près équidistants, tel que le point central présente une
dénivelée importante par rapport aux points extrêmes, donnera des valeurs distinctes entre la
densité du bassin et celle du massif selon le choix de la position du triplet.

La méthode de Nettleton, (1976) qui n‟a pas été appliquée renseignera exclusivement
sur la densité du massif vu que les courbes de comparaisons seront effectuées sur le massif de
Bouzaréah essentiellement. En effet, cette méthode demande une importante dénivelée entre
les points de mesures. Le bassin de la Mitidja présente un relief topographique assez calme.

23 | P a g e
Etude gravimétrique de la Mitidja Occidentale

Figure 25. Détermination de la densité en utilisant la méthode des triplets.

De ce fait, nous estimons que la densité trouvée avec la méthode de Parasnis (Figure
24) est une densité moyenne acceptable à adopter pour ce genre d‟étude régionale où la
densité n‟est pas homogène sur toute la superficie de la zone d‟étude. Choisir une densité
spécifique pour chaque zone serait de privilégier une zone sur une autre.

Pour la suite de l‟étude, une densité de 2.4 g/cm3 est appliquée pour la correction de
terrain ainsi qu‟au calcul des anomalies de Bouguer.

7.2. Calcul de la gravité absolue

Les étapes suivantes expliquent les différents traitements pour le calcul de la


correction luni-solaire et la valeur absolu de la pesanteur Ga pour chaque station de mesure :

a. Facteur d’échelle de l’instrument

Le facteur d‟échelle de l‟instrument corrige les lectures relatives R en milligals basé


sur la constante de calibration K du gravimètre.

Rc = R * K ou,

Rc lecture corrigée en milligals.


R lecture de l‟instrument en unités de base.
K constante de calibration.

b. Correction luni-solaire

La correction luni-solaire corrige l‟effet de la position de la lune et du soleil par


rapport à la position de la station de mesure. Ce changement de gravité est donné par la loi de
Longman (Longman, I. M., 1959) :

Gt = 3Gr/2{2M/3dtl2(sin2 p-1) + Mr/dtl4(5cos3 p – 3cos p) + 2S/3Dts3(3cos2 q-1)}

24 | P a g e
Etude gravimétrique de la Mitidja Occidentale

où,

Gt = correction luni-solaire,
p = angle zénithal de la lune,
q = angle zénithal du soleil,
M = masse de la lune,
S = masse du soleil,
dtl = distance entre la Terre et la Lune,
Dts = distance entre la Terre et le Soleil.

Et donc la correction appliqué Rt = Rc + Gt ou,

Rt lecture corrigée de la correction luni-solaire.


Rc lecture corrigée en milligals (calculée de a).
Gt la correction luni-solaire.

c. Hauteur de l’instrument

La correction de l‟effet de la hauteur h de l‟instrument est 0.308596 * h. Par


conséquent, les mesures Rh corrigées de l‟effet de cette hauteur du gravimètre sont exprimées
par :

Rh = Rt + 0.308596 * h

où,

Rh lecture corrigée de la hauteur de l‟instrument.


Rt correction lunisolaire (calculée de b).
h hauteur de l‟instrument.

d. Correction de dérive

La correction de dérive est calculée à partir de l‟écart de fermeture entre deux bases
absolues connues :

D = [(Rb2 - Rb1) - (Gb2 - Gb1)] / (Tb2 - Tb1)

où,

D dérive en milligals/heure,
Rb1 lecture corrigée de la luni-solaire et de la constante de calibration au niveau de
la base 1,
Tb1 temps de lecture de la base 1,
Gb1 valeur absolue de la base 1,
Rb2 lecture corrigée de la luni-solaire et de la constante de calibration au niveau de
la base 2,
Tb2 temps de lecture de la base 2,
Gb2 valeur absolue de la base 2.

25 | P a g e
Etude gravimétrique de la Mitidja Occidentale

e. Valeur absolue de la pesanteur

La valeur de la pesanteur au niveau de la station de mesure est donnée par la relation:

Ga = Gb1 + (Rh - Rb1) - (T - Tb1) * D ou,

Ga pesanteur absolue en millligals,


Gb1 valeur de G absolue au niveau de la base 1,
Rh lecture corrigée de la hauteur de l‟instrument,
Rb1 lecture au niveau de la base 1,
T temps de lecture,
Tb1 temps de lecture au niveau de la base 1,
D Correction de dérive en milligals/heure.

7.3. Calcul de l’anomalie de BOUGUER

a. Correction de la latitude

Cette correction n‟est autre que la valeur théorique de la pesanteur au niveau de la


station de mesure. Pour cela, la connaissance de la latitude φ de la station de mesure par
rapport à un modèle sphérique de la terre est nécessaire. Il existe plusieurs formules de calcul
parmi lesquelles nous citons :

Formule de 1930 :
Gl = 978049 * [ 1 + 0.0052884 sin2φ - 0.0000059 * sin2(2φ)] (Blakely Richard, 1995).

Formule de 1967:
Gl = 978031.846 * [ 1 + 0.005278895 sin2φ + 0.000023462 * sin4φ] (Sheriff, 1984).

Formule de 1984 :
GI = 978032.67714 * [1+0.00193185138639*sin2φ/sqrt(1-0.00669437999013*sin2φ]
(Blakely Richard, 1995).

Où, Gl valeur théorique de la pesante en milligals,


φ la latitude de la station de mesure.

Dans notre étude, nous avons utilisé la formule de 1984.

b. l’anomalie à l’air libre

La correction à l‟air libre s‟effectue en corrigeant l‟effet de la correction de latitude à


la valeur de la pesanteur absolue et en ajoutant la valeur de la correction d‟élévation de la
station de mesure :

Gf = Ga - Gl + 0.308596 * Hs
Gf = Ga - Gl + 0.3086 * Hs (Sheriff, 1991).
Gf = Ga - Gl + (0.308767763-0.000439834*(sin2φ)-0.000000072124602*Hs)*Hs
(Heiskanen and Moritz, 1967)

26 | P a g e
Etude gravimétrique de la Mitidja Occidentale

Cette dernière formule est utilisée pour corriger l‟effet non linéaire de l‟anomalie à
l‟air libre qui est une fonction de la latitude et de la hauteur par rapport au géoïde.

Avec,
Gf anomalie air libre en milligals,
Ga la valeur de la pesanteur absolue,
Gl correction de latitude,
Hs hauteur de la station en mètres,
φ la latitude de la station.

c. Anomalie de Bouguer

D‟une façon générale, l‟anomalie de Bouguer corrige l‟anomalie à l‟air libre des effets
de masses des roches situées entre le niveau de la station de mesure et le niveau du sphéroïde
de référence :

Gb = Gf - 0.0419088 * [ρ*Hs + (ρw - ρ)Hw + (ρi - ρw)Hi] + Gc

avec,
Gb l‟anomalie de Bouguer,
Gf anomalie a l‟air libre,
ρ densité du sol en g/cm3,
ρw densité de l‟eau en g/cm3,
ρi densité de la glace,
Hs hauteur de la station de mesure en mètres,
Hw profondeur de l‟eau en mètres,
Hi épaisseur de la glace en mètres,
Gc correction de courbure (Bullard B),

d. Correction de courbure (Bullard B) Gc:

Cette correction permet de corriger l‟effet de la sphéricité de la terre. Elle tend à


corriger l‟arc de la sphère en un plateau d‟épaisseur égale à l‟élévation de la station de mesure
et de longueur égale à un arc (166,735 mètres). Cette correction dépend donc de l‟élévation de
la station de mesure ainsi que sa latitude. La formule utilisée dans le calcul est celle de LaFehr
(T.R.LaFehr, 1991).

7.4. Anomalie de Bouguer complète

L‟anomalie de Bouguer complète corrige l‟effet de la topographie au voisinage de la


station de mesure.

Gcb = Gb + Gt ou,
Gcb anomalie de Bouguer complète,
Gb anomalie de Bouguer,
Gt correction de terrain en milligals.
27 | P a g e
Etude gravimétrique de la Mitidja Occidentale

7.5. Correction de terrain

La correction de terrain utilisée est la combinaison de deux méthodes décrites par


(Nagy, 1966) et (Kane, 1962). La correction est basée sur la contribution des zones proche,
intermédiaire et lointaine. Pour cela, il faut un modèle de terrain régionale (MNT couvrant
100Km au-delà de la zone de mesures) et un modèle de terrain local plus précis dans la zone
de mesure.

Nous avons utilisé pour la correction topographique le SRTM 90m (figure 26) pour le
MNT régionale et le ASTER 30m pour la correction proche et intermédiaire. Au niveau de la
mer, nous avons utilisé les données bathymétriques de la campagne MARADJA (2003) avec
une résolution horizontale de 25m (figure 27).

Figure 26. Principe de mesure SRTM.

28 | P a g e
Etude gravimétrique de la Mitidja Occidentale

Figure 27. MNT utilisé pour la correction de terrain en rouge les point de mesures de la
zone d’étude.

Pour la zone proche l‟algorithme de calcul somme les effets de quatre sections
triangulaires inclinées, qui décrivent une surface entre la station de mesure et l‟élévation à
chaque point diagonale (figure 28).

Figure 28. Méthode de calcul pour la zone proche.

29 | P a g e
Etude gravimétrique de la Mitidja Occidentale

Pour la zone intermédiaire, l‟algorithme calcul l‟effet d‟un prisme (figure 29) décrit
par –Nagy, 1966).

Figure 29. Méthode de calcul pour la zone intermédiaire.

Pour la zone lointaine, l‟effet de terrain est calculé par l'approximation du segment
annulaire à un prisme carré (Kane, 1962) (figure 30).

Figure 30. Méthode de calcul pour la zone lointaine.


30 | P a g e
Etude gravimétrique de la Mitidja Occidentale

Système de référence géographique UTM (Universel Transverse Mercator)

Le système de projection adopté pour cette étude est l‟UTM. Cette projection est dite
global en comparaison à d‟autres projections du type local Lambert. La projection Lambert
est par exemple précise que dans une zone d‟environ 150Km de part et d‟autre du parallèle
d‟origine. Plus loin que cette zone, il y a des corrections à apporter à la valeur (constante de
correction).

Pour définir complètement le système géographique, il y a lieu de définir un


ellipsoïde de référence associé à cette projection. Traditionnellement, l‟ellipsoïde d‟Hayford
1909 est associé à la projection UTM, mais depuis l‟avènement des satellites, il est plus
commode d‟utiliser le même ellipsoïde que celui du WGS84 (world geodetic system „système
géodésique mondial‟), pour une meilleure cohérence des mesures et des positionnements
réalisés avec le GPS.

Nous avons donc pour nos calculs, employée la projection UTM associée au
référentiel géodésique WGS84.

7.6. La Précision :

Comme les altitudes sont connues à 10 cm prés, le g est déterminé à 20 µgal. Les
valeurs de l‟anomalie de Bouguer sont donc déterminées à 30 µgals.

31 | P a g e
Etude gravimétrique de la Mitidja Occidentale

8. Carte de l’anomalie de Bouguer

Une meilleure représentation des données gravimétriques repose sur les cartes
composites dans lesquelles, sont superposées l‟image couleur qui reflète la distribution
spatiale des anomalies et l‟image en relief ombré, souvent en grisé, qui accentue la signature
des structures gravimétriques perpendiculaires à la direction de l‟ombrage. Cette technique
d‟imagerie permet ainsi d‟obtenir une interprétation qualitative visuelle, à la fois lithologique
et structurale (Hamai, 2009).

La carte de l‟anomalie de Bouguer est l‟anomalie corrigée de toutes les corrections


topographiques proches et lointaines.

La carte ainsi obtenue (figure 31) montre une progression du champ de gravité du Sud
vers le Nord avec une variation de 8 à 103 mGals. Ces valeurs sont positifs car la zone est
proche de la mer. Par ailleurs, elle montre une grande anomalie négative au Sud. Celle-ci est
attribuée au bassin de la Mitidja.

L'anomalie de Bouguer ainsi calculée est dite "intégrante" car elle englobe tous les
effets superficiels, semi profonds et profonds. D'où la nécessité de traiter les valeurs de
l'anomalie de Bouguer afin de séparer les différentes anomalies.

Figure 31. Carte de l’anomalie de Bouguer (densité 2,4, + : points de mesures).

32 | P a g e
Etude gravimétrique de la Mitidja Occidentale

L'idée de séparation des anomalies régionales et locales remonte à bien longtemps.


Nettleton (1954) a proposé de lisser les anomalies gravimétriques pour séparer les anomalies
régionales de celles locales. Oldham et Sutherland (1955) ont introduit des polynômes pour
estimer l'effet régional. Récemment, Jacobsen (1987) a utilisé le prolongement vers le haut
pour séparer les composantes régionales et résiduelles.

L‟anomalie de Bouguer étant la superposition d‟un effet régional R dû aux grandes


longueurs d‟onde et d‟un effet résiduel S lié aux courtes longueurs d‟onde. Il est indispensable
de séparer ces deux effets. Comme nous nous intéressons à l‟effet résiduel, nous éliminons
l‟effet régional en utilisant la méthode polynômiale à différents degrés. Cette technique fait
approcher le champ mesuré par un polynôme en (x, y), dont le degré est choisi en fonction de
la courbure désirée de la régionale. AB= R + S.

Les résiduelles à différents ordres caractérisent la distribution de la densité, dans le


sous-sol, à différentes profondeurs.

9. Carte de l’anomalie résiduelle d’ordre 1


La carte de l‟anomalie résiduelle d‟ordre 1 (figure 32) donne des valeurs du champ de
pesanteur variant entre -26 et +20 mGals. Elle montre la distribution spatiale des anomalies
gravimétriques d‟origine profondes. On observe sur cette carte deux zones distinctes : une
zone d‟anomalie positive qui couvre le massif de Bouzaréah au Nord, et une autre négative
qui est située sur le bassin de la Mitidja au Sud.

Figure 32. Carte de l’anomalie résiduelle d’ordre 1 (densité 2,4, + : points de mesures).
33 | P a g e
Etude gravimétrique de la Mitidja Occidentale

La zone négative semble être constituée de deux lobes. Le plus important se situe au
NW de Boufarik. Un axe structural semble se dessiner entre Khrecia et Mahelma pour séparer
les deux anomalies.

Aussi nous remarquons un axe de direction E-W entre Bouzaréah et club des pins.

10. Carte de l’anomalie résiduelle d’ordre 2

La carte de l‟anomalie résiduelle d‟ordre 2 (figure 33) montre essentiellement trois


domaines. Il s‟agit de la plaine de la zone côtière entre Rais Hamidou à l‟est et Club des Pins
à l‟ouest, le massif de Bouzaréah au centre et la plaine de la Mitidja au sud. Les deux plaines
sont représentées par des anomalies négatives.

Dans sa partie occidentale, le massif de Bouzaréah semble être affecté par un axe
structural important de direction NW-SE.

Figure 33. Carte de l’anomalie résiduelle d’ordre 2 (densité 2,4).

De plus, le lobe important de l‟anomalie négative de la plaine de la Mitidja est


constitué de plusieurs petites anomalies de direction NE-SW.

34 | P a g e
Etude gravimétrique de la Mitidja Occidentale

11. Carte de l’anomalie résiduelle d’ordre 3

Sur cette carte, le massif de Bouzaréah est bien représenté par l‟anomalie positive au
nord, avec les différents axes définis précédemment. L‟axe de l‟Oued Béni Messous semble
s‟atténuer en surface. Cependant, celui de direction NW-SE semble se confirmer même en
surface ce qui confirme sa nature profonde.

Aussi, l‟axe au niveau de l‟Oued Mazafran de direction NW-SE sépare, d‟une part, le
massif de Bouzaréah et, d‟autre part, le pli du Sahel et le bassin de la Mitidja.

Figure 34. Carte de l’anomalie résiduelle d’ordre 3 (densité 2,4).

Nous remarquons aussi, un axe de direction NE-SW entre la localité de Douaouda et


Bousmail. Celui-ci est relativement important et semble s‟arrêter net au niveau de l‟axe de
l‟Oued Mazafran. Aussi, le bassin de la Mitidja semble fonctionner en un seul lobe dans la
partie SW.

35 | P a g e
Etude gravimétrique de la Mitidja Occidentale

12. Cartes des prolongées

Afin de filtrer les hautes fréquences (courtes longueurs d'onde), nous avons appliqué le
prolongement vers le haut et ce, dans le but de s'éloigner des sources causatives des anomalies
et d'éliminer le bruit.

Prolonger les cartes à différentes altitudes permet d'estomper les anomalies d'origine
locale ou superficielle et mettre ainsi en évidence les sources profondes. Nous avons calculé
plusieurs prolongées à différentes altitudes. Nous nous contentons de publier dans ce travail
les prolongées à 200m, 500m et 3000m, qui montrent respectivement une atténuation des
petites anomalies pour obtenir une variation régulière à partir de 3000m.

Sur la carte de la prolongée à 200m (figure 35), nous remarquons la persistance des
différentes anomalies déjà discutées sur la carte résiduelle d‟ordre 2, à savoir : l‟anomalie
positive au nord qui représente le massif de la Bouzaréah traversée par des contacts et des
axes gravimétriques au niveau de Ain El Benian et de l‟Oued Beni Messous.

Figure 35. Carte de l’anomalie prolongée à 200m (densité 2,4).

36 | P a g e
Etude gravimétrique de la Mitidja Occidentale

Une anomalie positive, représentant le pli du sahel, qui s‟allonge de Douaouda jusqu'à
Bousmail, est séparée de l‟anomalie du massif du Bouzaréah par le contact anormal de l‟Oued
Mazafran.

Une anomalie négative qui représente le bassin de la Mitidja au sud de la carte,


atténuée à l‟Est et bien marquée à l‟Ouest, est entrecoupée par des contacts au niveau d‟Oued
El Alleug.

Figure 36. Carte de l’anomalie prolongée à 500m (densité 2,4).

La carte de l‟anomalie prolongée à 500m (figure 36), montre les mêmes anomalies que
la carte prolongée à 200m (figure 35). Cependant les différentes anomalies semblent plus
lissées et plus atténuées.

Les différents contacts anormaux sont bien visibles sur la carte ce qui dénote de leur
grande profondeur et de leur importance struturale.

Aussi, la limite entre le massif de Bouzaréah et le bassin de la Mitidja est bien définie
sur la carte. Elle est marquée par un fort gradient au niveau de Douaouda et de Bousmail. Elle
est à un niveau moindre entre Khrecia et Mahelma.

37 | P a g e
Etude gravimétrique de la Mitidja Occidentale

La carte de la prolongée à 3000m (figure 37) montre une très forte atténuation des
différentes anomalies et des discontinuités gravimétriques ou contacts anormaux. Elle reflète
l‟allure régionale de l‟anomalie de Bouguer.

Figure 37. Carte de l’anomalie prolongée à 3000m (densité 2,4).

13. Carte de la différence entre l’anomalie de Bouguer et la prolongée à 100m

La carte de la différence entre l‟anomalie de Bouguer et la prolongée à 100 m montre


les effets retranchés de la carte de l‟anomalie de Bouguer pour obtenir la prolongée à 100m.

Cette carte nous montre les différentes anomalies créées par les sources superficielles
dans la zone d‟étude. On remarque que les limites entre le massif de Bouzaréah, le pli du
Sahel et le bassin sédimentaire de la Mitidja sont marqués par plusieurs contacts anomaux.
Certains contacts affectent même les différentes structures.

38 | P a g e
Etude gravimétrique de la Mitidja Occidentale

Figure 38. Carte de la différence entre l’anomalie de Bouguer et la prolongée à 100m


(densité 2,4).

39 | P a g e
Etude gravimétrique de la Mitidja Occidentale

14. Carte du gradient vertical

Afin de mieux délimiter les sources génératrices des anomalies gravimétriques, nous
avons appliqué le filtre de la dérivée verticale d‟ordre 1 à la carte de l‟anomalie de Bouguer.
Les courtes longueurs d‟onde sur cette carte du gradient vertical (figure 39) sont dues au bruit
initial accentué par le filtre de dérivée verticale.

Nous pouvons remarquer sur la carte (figure 39) les différents axes gravimétriques qui
délimitent les différentes anomalies positives du massif de la Bouzaréah. L‟axe de direction
N-S à l‟aplomb de la ville de Bouzaréah, l‟axe de direction N-S au niveau d‟Ain El Benian
ainsi que l‟axe de direction E-W au niveau de l‟Oued Béni Messous. Aussi un axe de
direction NW-SE qui traverse Ain El Benian jusqu‟à Khrecia et qui coupe le massif de
Bouzaréah dans sa partie occidentale. Aussi, l‟axe de direction E-W entre Khrecia et
Mahelma apparait clairement comme étant un axe positif dense au milieu d‟un encaissant
moins dense.

Au niveau du pli su Sahel, on distingue plusieurs axes de direction NE-SW entre


Douaouda et Bousmail.

Figure 39. Carte du gradient vertical (densité 2,4).

40 | P a g e
Etude gravimétrique de la Mitidja Occidentale

15. Carte de la dérivée seconde

La carte de la dérivée seconde (figure 40), montre trois ensembles bien distincts.

Un ensemble relativement positif au NE représentant le massif de la Bouzaréah. Il est


traversé par l‟accident reliant Ain El Benian à Khrecia.

Un ensemble au NW attribué au pli du Sahel. Celui-ci est globalement positif. Il est


bordé à l‟Est par un axe de direction NW-SE et au Sud par celui de direction NE-SW.

Un troisième ensemble est celui négatif au sud de la carte, caractérisant le bassin


sédimentaire de la Mitidja.

Figure 40. Carte de la dérivée seconde (densité 2,4).

41 | P a g e
Etude gravimétrique de la Mitidja Occidentale

16. Cartes des gradients horizontaux

La carte du gradient horizontal suivant X (figure 41) met en évidence ou accentue les
anomalies orientées dans la direction perpendiculaire Y.

Cette carte montre surtout les différents axes dans la direction N-S tels que les axes de
Bouzaréah, d‟Ain El Bénian et de l‟oued Mazafran.

La carte du gradient horizontal selon Y (figure 42) permet de distinguer les contacts
dans la direction E-W. Sur cette carte, les axes structuraux bien visibles sont ceux de l‟Oued
Béni Messous et de Mahelma- Khrecia. Aussi, un axe semble se dessiner au niveau de la
localité de Koléa.

Figure 41. Carte du gradient horizontal suivant X (densité 2,4).

42 | P a g e
Etude gravimétrique de la Mitidja Occidentale

Figure 42. Carte du gradient horizontal suivant Y (densité 2,4).

43 | P a g e
Etude gravimétrique de la Mitidja Occidentale

17. Carte des axes gravimétriques

Afin de mieux schématiser les résultats obtenus par les différents traitements
numériques, nous résumons toutes les observations sur une carte interprétative des corps et
linéaments gravimétriques (figure 43). Cette carte montre différentes zones du point de vue
gravimétrique.

Les axes gravimétriques en trait plein sur cette carte sont les axes confirmés par
plusieurs cartes (résiduelles, prolongées et gradients). Ceux en trait pointillé sont des axes
observés sur une seule carte.

Figure 43. Carte des axes gravimétriques (fond : Résiduelle d’ordre 2 densité 2,4).

18. Détermination de la profondeur des sources à partir de la méthode d’Euler 3D

Afin de mieux caractériser les anomalies et les accidents tectoniques de la région, nous
avons appliqué la déconvolution d‟Euler (Thomson 1982 ; Reid et al., 1990) aux données
gravimétriques. La méthode d‟Euler permet l‟estimation de la profondeur des sources
automatiquement, à partir des données de champs de potentiel. Cette méthode est basée sur
l‟équation d‟homogénéité d‟Euler, elle utilise les gradients horizontaux et verticaux mesurés

44 | P a g e
Etude gravimétrique de la Mitidja Occidentale

ou calculés à partir des données. En plus de la profondeur, la déconvolution d‟Euler fournit


une indication sur le type de source en la caractérisant par un indice structural (Hamai, 2009).

Nous avons appliqué la méthode d‟Euler aux données gravimétriques de la zone de la


Mitidja. Plusieurs tests ont été effectués en faisant varier les paramètres de l‟indice structural,
de la taille de la fenêtre et de la tolérance. Nous avons remarqué que les meilleurs résultats ou
regroupement de solutions sont obtenus pour une taille de fenêtre égale à 10, une tolérance de
5% et un indice structural de 0 pour la gravimétrie. Ce qui correspond à un model géologique
en dyke ou à l‟existence d‟un contact anormal (Reid et al., 1990).

La carte ainsi obtenue (figure 44) montre plusieurs regroupements de solutions au


niveau des axes gravimétriques déjà cités précédemment.

Figure 44. Solution d’Euler (fond : gradient vertical densité 2,4). Structural Index : 0,
Windows Size : 10, Tolérance: 5%.

Nous pouvons citer l‟axe d‟Ain El Benian qui donne des solutions de profondeurs
superficielles variant entre 200 m au Nord à 600 m au Sud. Aussi, l‟axe entre Khrecia et

45 | P a g e
Etude gravimétrique de la Mitidja Occidentale

Mahelma est bien défini à une profondeur variant entre 600 m et 2000 m. Cet axe semble
continuer au niveau de l‟axe de Kolea de direction NE-SW d‟une profondeur allant de 800 m
à 2000 m. De plus, l‟axe de Douaouda semble se séparer de l‟axe de Bousmail. Il est
relativement superficiel avec une profondeur d‟environ 600 m.

Aussi, la limite méridionale du massif de Bouzaréah, située au Nord de Mahelma,


montre plusieurs tronçons d‟axes de direction sensiblement E-W se prolongeant jusqu‟au
niveau de Khrecia. Ils se regroupent en deux rameaux de part et d‟autre de l‟axe d‟Ain El
Benian-Khrecia où un décrochement dextre est mis en évidence. Cette analyse permet de
conclure que cet axe, d‟une profondeur dépassant les 3000 m, est plus ancien que celui d‟Ain
El Benain.

19. Sismicité de la région d’étude

La sismicité de la région (figure 45) montre une sismicité diffuse, et ne donne pas un
axe privilégié de sismicité qui pourrait indiquer une direction claire des axes sismiques.

Figure 45. Carte de la sismicité de la région d’étude sur fond topographique.

Cette tendance diffuse peut s‟expliquer par de nombreux facteurs dont nous citons :

 La faible densité de la sismicité.


 La nature des failles (actives ou pas).

46 | P a g e
Etude gravimétrique de la Mitidja Occidentale

 Le pendage possible des failles actives qui pourrait donner une sismicité étalée
lors de la projection en surface.
 L‟imprécision sur la localisation des évènements sismiques

Pour mieux correspondre la sismicité de la région aux axes gravimétriques, nous nous
sommes penchés sur l‟étude des répliques d‟un séisme survenu dans la région le 04 septembre
1996 à Ain el Bénian (Sebaï, 1997).

La carte de la répartition des répliques (figure 46) montre un axe de direction NW-SE
passant par Ain Bénian. Cet axe coïncide avec la discontinuité gravimétrique, de même
direction, passant par Khrecia et Ain El Bénian.

Figure 46. Carte des répliques du séisme d’Ain El Bénian 1996 (Sebaï 1997).

Il semble se prolonger en mer. Cet axe est probablement celui qui a généré le séisme
d‟Ain El Bénian du 04 septembre 1996.

Aussi, nous avons comparé nos résultats avec la carte obtenue par interférométrie
radar de précision, technique des réflecteurs persistants, (figure 47). Cette carte montre une
zone de subsidence au niveau de la faille du Sahel au Sud.

47 | P a g e
Etude gravimétrique de la Mitidja Occidentale

Figure 47. Carte synthétique des mouvements subverticaux obtenue par interférométrie
radar satellitaire de précision (technique des réflecteurs persistants) satellite ERS1 et
ERS2, période 1992-2001 (Burgéap, Me2i, hydro-environnement, 2006).

Cette subsidence indique que la faille du Sahel est de plongement nord. Ainsi, le
compartiment sud plonge sous celui de la partie nord vu la convergence des plaques
eurasiatique-africaine. Cette élévation de la zone nord et caractérisée par les points
d‟élévation en bleu sur la figure 47 ; au niveau Est de Oued Mazafran et au niveau d‟Alger
centre au sud de Bouzaréah.

Aussi le manque de zones sur la carte est dû au nombre de points permanents utilisés
lors du traitement (Burgéap, Me2i, hydro-environnement, 2006).

20. Modélisation et inversion 2D des données gravimétriques

Afin de contraindre et de schématiser les résultats trouvés par les différents


traitements, nous avons effectué une modélisation 2D et une inversion des données
gravimétriques.

La méthode utilisée pour le calcul du modèle gravimétrique est basée sur le principe
de Talwani et al., 1959 et Talwani et Heirtzler, 1964 et sur l‟algorithme décrit par Won et
Bevis, 1987. La modélisation 2.5D est basée sur la méthode Rasmussen et Pedersen, 1979.
Quant à la méthode d‟inversion, elle utilise l‟algorithme de Marqardt, 1963 pour linéariser et
inverser les calculs (Hamai, 2009).

A partir des différentes cartes gravimétriques et afin de mettre en évidence la relation


entre le bassin de la Mitidja et le pli du Sahel, nous avons extrait un profil de direction NW-
SE (figure 48). En considérant un modèle géologique de base et en définissant les paramètres

48 | P a g e
Etude gravimétrique de la Mitidja Occidentale

de densité et de forme des corps causatifs de ces anomalies, nous avons inversé les données
pour ajuster au mieux le modèle (figure 49).

Figure 48. Profil de modélisation 2D.

Le résultat obtenu, figure 49, met en évidence le contact anormal qui sépare le bassin
sédimentaire de la plaine de la Mitidja (densité 2.2) de la zone du Sahel (densité 2.4). Aussi,
ce passage se traduit par un plissement au niveau du Sahel.

Figure 49. Modèle 2D traversant le bassin de la Mitidja.


49 | P a g e
Etude gravimétrique de la Mitidja Occidentale

21. Modélisation et inversion 3D des données gravimétriques

Afin de mieux schématiser les résultats trouvés par les différentes méthodes, nous
avons essayé de modéliser et d‟inverser ensuite les données gravimétriques au niveau du pli
du sahel au sud de Koléa, au niveau de l‟anomalie de Douaouda ainsi qu‟au sud de Mahelma
et de Khrecia (figure 50). Les résultats trouvés sont donnés sur la carte du gradient vertical
(figure 51).

Le programme d‟inversion 2D des données gravimétriques se base sur l‟algorithme de


calcul de Grant et West, 1965 pour le cas d‟un bloc, dyke et prisme polygonal. Le calcul de la
gravité d‟une sphère et d‟un ellipsoïde se fait sur la base de l‟algorithme de Clark, et al., 1986.
Aussi, le calcul du champ gravitationnel se base sur l‟algorithme de Nagy, 1966. Pour le
calcul 3D de la gravité d‟un bloc, dyke ainsi qu‟un prisme polygonal la formule de Cady,
1980 a été utilisée pour les différentes composantes du champ.

Pour mieux isoler l‟anomalie qu‟on veut modéliser, nous avons délimité la zone sur la
carte du gradient vertical. Le résultat de notre modélisation et inversion montre un prisme
rectangulaire d‟azimuth 42° d‟une longueur de 11 km à une profondeur de 1.8 km. Cette
profondeur colle parfaitement avec les résultats trouvés avec la méthode d‟Euler 3D au
environ de 2000 m.

Figure 50. Modélisation et inversion de l’anomalie du Pli du Sahel.

Nous avons modélisé et traité plusieurs anomalies gravimétriques, à chaque anomalie


ses spécificités selon sa forme, sa géométrie et les contraintes géologiques de la région
d‟étude. Nous avons ensuite positionné les différents résultats sur la figure 51, afin de pouvoir

50 | P a g e
Etude gravimétrique de la Mitidja Occidentale

les comparer aux résultats trouvés par l‟interprétation 2D classique. Ainsi, on constate que les
résultats de l‟ensemble des méthodes utilisées sont assez concordants.

Figure 51. Carte de positionnement des différents modèles inversés (fond : gradient
vertical densité 2,4).

22. Conclusion et recommandations

Dans ce travail, nous avons acquit et collecté des données gravimétriques sur
l‟ensemble des deux cartes topographiques 1/50000 de Chéraga et Koléa. Le total des points
de mesures est de 1289 stations gravimétriques. Il couvre toute la région du pli du sahel
jusqu‟à Bousmail à l‟Ouest, le massif de Bouzaréah et une partie de la plaine occidentale de la
Mitidja. La campagne d‟acquisition nous a permis de réaliser un réseau semi permanant de
stations GPS ainsi que de nouvelles bases gravimétriques. Les données réalisées peuvent
contribuer à différentes études ultérieures au niveau du bassin de la Mitidja.

Les différentes méthodes de traitements appliquées sur ces données ont permis de faire
ressortir les traits structuraux au niveau de chaque zone, que ce soit au niveau du massif de
Bouzaréah, du pli du Sahel et/ou du bassin de la Mitidja.

51 | P a g e
Etude gravimétrique de la Mitidja Occidentale

Le massif de la Bouzaréah semble être traversé par plusieurs failles et axes


gravimétriques de direction N-S (Ain El Benian, Bouzaréah), NE-SW (axe Ain El Benian-
Khrecia) et E-W (axe Chéraga – Club des Pins). Aussi la limite méridionale du massif, au sud
de la localité de Khrecia, est marquée par un ensemble de tronçons d‟axes structuraux de
directions E-W.

Du coté Ouest de l‟Oued Mazafran, nous avons mis en évidence plusieurs axes
tectoniques dont les principaux sont : la faille du Sahel où les différents traitements donnent
une profondeur de plus de 1800 m et une direction NE-SW et l‟axe de la localité de Douaouda
de même direction et d‟une profondeur de 300 m environ.

Le bassin de la Mitidja semble être formé de plusieurs lobes séparés par des accidents
de direction NW-SE. Aussi, le passage du bassin vers le massif de Bouzaréah et le pli du
Sahel est marqué par une série de contacts anormaux de NE-SW voire E-W.

Les données sismiques des différentes répliques de la région d‟étude montrent


l‟existence d‟une activité sismique dans la région d‟étude.

Nous avons réussi dans ce travail à faire une cartographie détaillée de la zone
occidentale de la Mitidja. Ce travail contribuera à mieux comprendre la structure complexe du
bassin de la Mitidja ainsi qu‟à localiser les zones susceptibles d‟êtres actives et à
cartographier les microzones sismogènes.

Ce travail peut s‟insérer dans une étude globale de la plaine de la Mitidja où des
traitements complémentaires tels que les traitements par ondelettes pourraient donner mieux
en détail sur les paramètres des différents axes gravimétriques.

Bibliographie
Abtout A., Boudella A. and Al., 2001. Campagne gravimétrique CG6, Tunisie, Office National des
mines.
Abtout A., Boudella A. and Al., 2005. Campagne gravimétrique CG7, Tunisie, Office National des
mines.
Abtout A., Djellit H. and Al., 2006. Etude géologique, géophysique et géotechnique des piémonts Est
et ouest de la ville de Blida, Algérie.
Aymé A. -1962- Carte géologique de Tipasa au 1/50 000.
Bacha, 2007, rapport de mission interne CRAAG.
Bellon H. -1976- Séries magmatiques néogènes et quaternaires du pourtour de la Méditerranée
occidentale, comparées dans leur cadre géochronométrique –implications géodynamiques-.
Thèse de Doctorat présentée à l'Université de Paris-Sud, Centre d'Orsay, Série A, N°1750, 24
novembre 1976.
Blakely Richard, "Potential Theory in Gravity and Magnetic Applications", 1995, Cambridge
University Press, p 135.
Blakely Richard, "Potential Theory in Gravity and Magnetic Applications", 1995, Cambridge
University Press, p 136.
Bonneton J. R. et Truillet R. -1979- Mise en évidence dans la plaine de la Mitidja, d'accidents
profonds. Conséquences hydrologiques et pédologiques (Algérie septentrionale). C. R. Somm.
Soc. Geol. Fr. Fasc 1, pp. 23-25.
Boudella A., 1989, Etude gravimétrique des hauts plateaux sétifiens. Magister. USTHB- Alger.

52 | P a g e
Etude gravimétrique de la Mitidja Occidentale

Boudiaf, A., 1996, Etude sismotectonique de la région d'Alger et de la Kabylie (Algérie): Utilisation
des modèles numériques de terrain (MNT) et de la télédétection pour la reconnaissance des
structures tectoniques actives: contribution à l'évaluation de l'aléa sismique. Thèse de doctorat,
274 pp., Université de Montpellier II.
Bounif M.A., Boudella A. et Lallami A.C., 2008: Application de la méthode gravimétrique à l‟étude
de structures potentielles dans la partie sud occidentale du Sahara algérien, the 4th International
Conference on the Geology of the Tethys, Cairo University, 18-21 November 2008, Egypt.
Bouyahiaoui B., 2010. Etude de la croûte archéenne du môle In-Ouzzal (Hoggar Occidental) par la
prospection gravimétrique: Identification des sources par la transformée en ondelettes.
Magister. UNIVERSITE M‟HAMED BOUGARA- BOUMERDES, 126p.
Burgéap, Me2i, hydro-environnement, 2006, Etude de la vulnérabilité de la Wilaya d‟Alger aux
catastrophes naturelles, rapport de synthèse, septembre 2006.
Cady, J. W., 1980. Calculation of gravity and magnetic anomalies of finite length right polygonal
prisms, Geophysics, 45, 1507–1512.
Clark, T. L., T. Hauf, and J. P. Kuettner, 1986: Convectively forced internal gravity waves: Results
from two-dimensional numerical experiments. Quart. J. Roy. Meteor. Soc.,112, 899–925.
Dalloni M. -1940- Note sur la classification du Pliocène supérieur et du Quaternaire de l'Algérie. Bull.
Soc. Géogr. Archéol., Oran, 1940.
Domzig, A. 2006, Déformation active et récente, et structuration tectonosédimentaire de la marge
sous-marine algérienne. Thèse de doctorat, 332pp, Université de Bretagne Occidentale.
Dubois, J., Diament, M., Géophysique, Masson, Paris, 1997, 205 pp.
Fodhil Bey, 2005, Etablissement d‟un réseau de bases pour la plaine de la Mitidja, étude
gravimétrique de la région d‟Ain Taya. Ingéniorat d‟état en géophysique, Université des
Sciences et de la Technologie Houari BOUMEDIENE, Alger.
Geosoft, Quick start tutorials: Data processing and analysis (DPA) : system for Earth Science
Applications, Geosoft Inc., 1999.
Glangeaud L., Ayme A., Mattauer M. et Muraour P. -1952- Histoire géologique de la province
d'Alger. XIX Congrès Géologique International, Monographies régionales, 1ère série, Algérie,
N°25.
Grant, F. S. and West, G.F., 1965, Interpretation theory in Applied Geophysics, McGraw-Hill, New
York, NY.
Gunawan Hendra, 2005, gravimétrie et microgravimétrie appliquées à la volcanologie : exemples de
la soufrière de Guadeloupe et du Mérapi. Thèse de doctorat, institut de Physique du Globe de
Paris.
Hamai L. 2009, Interprétation des anomalies de champs de potentiel du Sud de l‟Afrique : traitement,
modélisation et inversion. Master 2 recherche, Institut de Physique du Globe de Paris.
Hammer, S., 1939: Terrain corrections for gravimeter stations. Geophysics, 4, 184-194.
Heiskanen and Moritz, 1967, Physical geodesy: San Francisco, Freeman Press.
Idres, M., Aïfa, T. et Idri, A. (1997). Mise en évidence par gravimétrie de roches ultrabasique à
l‟plomb du massif d‟Alger. Bull. serv. Géol. (Algérie), 8, 1, p. 19-28.
Jacobsen B.H., 1987. A case for upward continuation as a standard separation filter for potential field
maps. Geophysics 52, 8, 1138-1148.
Kieken, M. (1962), Esquisse tectonique de l'Algérie (Algérie du Nord) – Exposé sur les connaissances
actuelles de la structure de l'Algérie et présentation d'une carte tectonique, Publ. Serv. Carte
Géol. Algérie, 31, 16 pp.
LaFehr T.R., 1991, An exact solution for the gravity curvature (Bullard B) correction: Geophysics, v
56, pp1179-1184)
Lepervier C. et Magne J. -1975- Le Néogène "post-nappes" du Tell septentrional à l'Ouest d'Alger
(Algérie). Bull. Soc. Géol. de France., (7), XVII, n°4, pp. 612-619.
Longman, I. M. equation, 1959. Formulas for computing the tidal acceleration due to the moon and
the sun. Journal of Geophysical Research, vol. 64, no. 12, 235 1-2355.
MARADJA, 2003: Marge Active de l'Algérie.

53 | P a g e
Etude gravimétrique de la Mitidja Occidentale

Marqardt, D.W., 1963, An algorithm for least squares estimation of non-linear parameters: J.SIAM,
v.11:431-441.
Mikhailov, V., Methodology of the Nettleton and Parasnis approaches application, Tutorial, 2004, 10
pp.
Nagy, D., 1966: The gravitational attraction of a right rectangular prism. Geophysics, 31, 362-371.
Nettleton, L. L., 1976: Gravity and magnetics in oil prospecting. McGraw-Hill, Inc., 464 pp.
Nettleton, L. L., “determination of density for reduction of gravimeter observations”, Geoph., 1939,
Vol4.
Oldham C.W. and Sutherland D.B., 1955, Orthogonal polynomials: their use in estimating the
regional effect, Geophysics 20, pp. 295–306.
Rasmussen, R., and Pedersen, L. B., 1979, End corrections in potential field modeling: Geophysical
Prospecting, 27, 749-760.
Reid A. B., Allsop J. M., Granser H., Millett A. J. and Somerton I. W., 1990. Magnetic
interpretation in three dimensions using Euler déconvolution. Geophysics, vol. 55, NO 1, p. 80-
91.
Saadallah, A. (1981). Le massif cristallophylien d‟El Djazair (Algérie) : Evolution d‟un chariage à
vergence Nord dans les internides des maghrébides. Thèse Doct. 3ème cycle, USTHB, Alger
(Algérie), 192p.
Saoudi N., 1989, Pliocène et Pléistocène inférieur et moyen du Sahel occidental d'Alger. Entreprise
National du Livre, Alger, 1989.
Sheriff, R.E. 1991, Encyclopedic Dictionary of Exploration Geophysics, Third Edition: Society of
Exploration Geophysicists, 384 p.
Sheriff, R.E. 1984, Encyclopedic Dictionary of Exploration Geophysics 2nd Edition, p141.
Sebaï, A. 1997, Analyse sismologique des séismes récents du sahel d‟Alger. Magister. Université des
Sciences et de la Technologie Houari Boumediène Alger.
Talwani, M., and Heirtzler, J. R., 1964, Computation of magnetic anomalies caused by
twodimensional bodies of arbitrary shape, in Parks, G. A., Ed., Computers in the mineral
industries, Part 1: Stanford Univ. Publ., geological Sciences, 9,464-480.
Talwani, M., Worzel, J. L., and Landisman, M., 1959, Rapid gravity computations for two
dimensional bodies ith application to the Mendocino submarine fracture zone: J. Geophys. Res.,
64, 49-59.
Thompson D. T., 1982, EULDPH: A new technique for making computer-assisted depth estimates
from magnetic data. Geophysics, VOL. 47, p. 31-37.
Wildi, W., 1983, La chaîne tello-rifaine (Algérie, Maroc, Tunisie): Structure, stratigraphie et
évolution du Trias au Miocène, Rev. Geol. Dyn. Geogr. Phys., 24, 201-297.
Won, I. J., and Bevis, M., 1987, Computing the gravitational and magnetic anomalies due to a
polygon: Algorithms and Fortran subroutines: Geophysics, 52, 232-238.
Yelles Chauche, A. K., H. Djellit, S. Haned, A. Deramchi, T. Allili, A. Kherroubi, H. Beldjoudi,
F. Semmane, A. Amrani, Z. Haddana, F. Chaoui, A. Aidi, and A. Allili, 2007, The Algerian
digital network.

54 | P a g e

View publication stats