Vous êtes sur la page 1sur 121

U N I V E R S I T E P A R I S 8

Diplôme d’Etudes Supérieures d’Université

Pratiques du coaching

De la demande exprimée à la demande implicite


Des Eléments explicatifs
de l’évolution de la demande en coaching

Sous la direction de Mr Frédéric ROUSSEAU

Mémoire pour l’obtention du DESU Pratiques du coaching

Présenté et soutenu publiquement par


Bruno BOUSSUGE
Le 4 avril 2009

JURY DE SOUTENANCE :

 Mr. Frédéric ROUSSEAU, Maître de conférences en psychologie du développement à


l’Université Paris 8, psychanalyste, directeur du mémoire
 Mr. Michaël PICHAT, Maître de conférence en psychologie de développement et de
l’éducation à l’Université Paris 8, Responsable pédagogique du DESU Pratiques du
coaching, Président du Jury
 Mme. Dominique MATTAR, Psychologue du travail, Coach, Rapporteur du Jury
Remerciements

Je remercie mes camarades de promotion du DESU pour les formidables échanges que
nous avons pu avoir au cours de ces nombreux week-ends. Une pensée particulière à mes
partenaires du groupe de pairs et aux compagnons de Lozère. De belles relations se sont
tissées à cette occasion.

Je remercie les intervenants universitaires et professionnels d’avoir éclairés les nombreux


champs de connaissance auxquels se source le coaching. Cette approche pluridisciplinaire
m’a ouvert l’esprit. Les lectures suite aux différentes suggestions bibliographiques m'ont
littéralement enthousiasmé et fait grandir.

Je remercie tout particulièrement l'équipe pédagogique et administrative qui a animé ce


cheminement universitaire en disponibilité, en souplesse et en exigence. Je suis notamment
gré à Odile Bernhardt et Michaël Pichat d'avoir proposé une deuxième session de
présentation de mémoire. Ceci m’a permis de concilier plus harmonieusement la fin de ce
DESU avec les contingences de ma vie professionnelle actuelle et de ma vie familiale.

Je remercie mon directeur de mémoire pour son accompagnement et sa disponibilité ainsi


que les membres du jury de soutenance.

Je suis reconnaissant à Anwar, Jérôme(s), Isabelle, Géraldine, Gina de m’avoir fait


confiance pour les accompagner à travers 60 entretiens de coaching dans le cadre des six
mises en situations professionnelles réalisées dans le cadre de ce DESU. Ce fut pour moi
des moments intenses humainement, riches d’enseignement et très éclairants sur les
fondamentaux du coaching, notamment la supervision et la notion de demande.

Je remercie Mme M. de m’avoir donné son consentement à l’enregistrement de la séance de


coaching qui fait l’objet d’une analyse développée.

Et comment remercier mon épouse, Muriel, précieux soutien de tous les instants au cours de
l’année 2008 charnière, emplie d’émotions; la première brique de ma réorientation
professionnelle à travers ce DESU, la naissance de mon premier enfant, ma fille, Marie-Lou
et le décès de mon père, Robert. Je leur dédie ce mémoire.

De la demande exprimée à la demande implicite DESU Pratiques du coaching Paris 8 Boussuge, B. (Mars 2009) 2/121
Table des matières

INTRODUCTION ........................................................................................................ 3
A - REVUE DE LA LITTERATURE GENERALE DU COACHING ............................ 3
A-1) Histoire du coaching .................................................................................................................... 3
A-1.1) Etymologie du vocable coach............................................................................................................... 3
A-1.2) Contexte social de l’émergence du coaching....................................................................................... 3
A-1.3) Le coaching de la naissance à nos jours ............................................................................................. 3
A-2 ) Délimitations théorico-pratiques du coaching............................................................................. 3
A-2.1) Définitions et mots-clés du coaching.................................................................................................... 3
A-2.1.1) Définitions, objets, finalités, et principes du coaching................................................................... 3
A-2.1.2) Définitions des mots-clés du coaching.......................................................................................... 3
A-2.2) Comparaison du coaching.................................................................................................................... 3
A-2.2.1) coaching et psychothérapie .......................................................................................................... 3
A-2.2.2) coaching et conseil ....................................................................................................................... 3
A-2.2.3) coaching et mentorat .................................................................................................................... 3
A-2.2.4) coaching et management.............................................................................................................. 3
A-2.2.5) coaching et bilan de compétences................................................................................................ 3
A-3) Les fondements théoriques et conceptuels du coaching ............................................................ 3
A-3.1) fondements et influence de la sociologie ......................................................................................... 3
A-3.2) fondements et influence du courant psychanalytique ...................................................................... 3
A-3.3) fondements et influence du courant comportementaliste................................................................. 3
A-3.4) fondements et influence du courant cognitiviste .............................................................................. 3
A-3.5) fondements et influence du courant humaniste ............................................................................... 3
A-3.6) fondements et influence du courant systémique.............................................................................. 3
A-3.7) fondements et influence du courant constructiviste ......................................................................... 3
A-4) Les paramètres actuels du coaching........................................................................................... 3
A-4.1) les organisations et fédérations de coachs .......................................................................................... 3
A-4.2) les différentes formes de pratique du coaching.................................................................................... 3
A-5) éthique et déontologie ................................................................................................................. 3
A-5.1) les rôles, le cadre ................................................................................................................................. 3
A-5.2) les principaux codes de déontologie .................................................................................................... 3
A-5.3) Contre indications au coaching ............................................................................................................ 3
A-5.4) travail sur soi du coach et supervision ................................................................................................. 3
A-5.5) la formation professionnelle du coach.................................................................................................. 3
A-5.6) Contrat de coaching personnel ............................................................................................................ 3
A-5.7) charte déontologique personnelle ........................................................................................................ 3
A-6) De la demande exprimée à la demande implicite ....................................................................... 3
A-6.1) contexte, enjeux, perspectives ............................................................................................................. 3
A-6.1.1) Demande : une première définition............................................................................................... 3
A-6.1.2) Au commencement une première demande exprimée ................................................................. 3
A-6.1.3) La(es) demande(s) implicite(s) ..................................................................................................... 3

De la demande exprimée à la demande implicite DESU Pratiques du coaching Paris 8 Boussuge, B. (Mars 2009) 3/121
A-6.2) Théories, concepts, auteurs ................................................................................................................. 3
A-6.2.1 Le point de vue psychanalytique.................................................................................................... 3
A-6.2.2 La question identitaire.................................................................................................................... 3
A-6.2.3 Le questionnement existentiel........................................................................................................ 3
A-6.2.4 le point de vue constructiviste ........................................................................................................ 3
A-6.2.5 les axes d’évolution de la demande. .............................................................................................. 3
A-6.3) démarches, pratiques, méthodologies, et techniques .......................................................................... 3
A-6.3.1) Lenhardt et la grille RPBDC.......................................................................................................... 3
A-6.3.2) Kourilsky et l’approche de Palo Alto ............................................................................................. 3

B- PROBLEMATIQUE ............................................................................................... 3
C- METHODOLOGIE ................................................................................................. 3
C-1) Contexte du recueil de données.................................................................................................. 3
C-2) Les sujets impliqués .................................................................................................................... 3
C-2.1) La coachée .......................................................................................................................................... 3
C-2.2) Le coach .............................................................................................................................................. 3
C-3) Grille d’analyse de la séance de coaching observée .................................................................. 3
Catégorie C1 : Renforcement et maintien de l’alliance ................................................................................... 3
Catégorie C2 : Exploration du réel, du contexte ............................................................................................. 3
Catégorie C3 : Exploration de la vision du monde .......................................................................................... 3
Catégorie C4 : Exploration de(s) problème(s) potentiel(s) .............................................................................. 3
Catégorie C5 : Exploration de la situation souhaitée ...................................................................................... 3
Catégorie C6 : Travail sur la demande ........................................................................................................... 3
Catégorie C7 : Mise en évidence des ressources........................................................................................... 3
C-4) Type d’analyse des données recueillies...................................................................................... 3
C-4-1) Analyse quantitative des données ....................................................................................................... 3
C-4-2) Analyse qualitative des données ......................................................................................................... 3

D- PRESENTATION ET ANALYSE DES DONNEES EXTRAITES ........................... 3


D-1) Tours de parole et temps de parole ............................................................................................ 3
D-2) les interventions du coach pendant la séance ............................................................................ 3
D-3) les interventions du coach par période........................................................................................ 3
D-5) Catégorie C1 : l’alliance............................................................................................................... 3
D-6) Catégorie C2 : le contexte ........................................................................................................... 3
D-7) Catégorie C3 : la vision du monde .............................................................................................. 3
D-8) Catégorie C4 : Le problème ........................................................................................................ 3
D-9) Catégorie C5 : La situation souhaitée ......................................................................................... 3
D-10) Catégorie C6 : la demande ....................................................................................................... 3
D-11) Catégorie C7 : Les ressources .................................................................................................. 3
E- DISCUSSION ET PERSPECTIVES PROFESSIONNELLE................................... 3
E-1) synthèse des données obtenues ................................................................................................. 3
E-2) confrontation des principaux résultats à la revue de littérature ................................................... 3
E-2.1 ) l’alliance .............................................................................................................................................. 3
E-2.2 ) le contexte........................................................................................................................................... 3

De la demande exprimée à la demande implicite DESU Pratiques du coaching Paris 8 Boussuge, B. (Mars 2009) 4/121
E-2.3 ) la vision du monde .............................................................................................................................. 3
E-2.4 ) la demande ......................................................................................................................................... 3
E-2.5 ) Les ressources.................................................................................................................................... 3
E-3) confrontation des principaux résultats à la problématique .......................................................... 3
E-4) confrontation des principaux résultats à la pratique .................................................................... 3
F-CONCLUSION ........................................................................................................ 3
F-1) Synthèse de « discussion et perspective professionnelle » ....................................................... 3
F-2) Critiques, limites et pistes d’approfondissement du travail de mémoire...................................... 3
F-3) Apport du travail de mémoire à ma pratique professionnelle ...................................................... 3
REFERENCES BIBLIOGRAPHIQUES ...................................................................... 3
ANNEXES .................................................................................................................. 3
Annexe 1 : Retranscription de la séquence de coaching étudiée ....................................................... 3
Annexe 2 : Glossaire des mots-clés du coaching ............................................................................... 3
Alliance en coaching................................................................................................................................... 3
Analyse de la demande en coaching.......................................................................................................... 3
Cadre en coaching ..................................................................................................................................... 3
Changement et coaching............................................................................................................................ 3
Coach ......................................................................................................................................................... 3
Coaché ....................................................................................................................................................... 3
Coaching .................................................................................................................................................... 3
Coaching de dirigeants............................................................................................................................... 3
Coaching individuel / d’équipe.................................................................................................................... 3
Coaching personnel et caoching professionnel .......................................................................................... 3
Coaching interne / externe ......................................................................................................................... 3
Coaching intégratif...................................................................................................................................... 3
Coaching centré sur la résolution de problème .......................................................................................... 3
Commercialisation de la prestation de coaching ........................................................................................ 3
Contrat de coaching ................................................................................................................................... 3
Contre-indications au coaching .................................................................................................................. 3
Construction de sens et coaching............................................................................................................... 3
Déontologie du coaching ............................................................................................................................ 3
Deuil et coaching ........................................................................................................................................ 3
Ethique et pratique professionnelle ............................................................................................................ 3
Evaluation des résultats de la prestation de coaching................................................................................ 3
Fondements théoriques et conceptuels du coaching.................................................................................. 3
Gestion des ressources humaines ............................................................................................................. 3
Management et coaching ........................................................................................................................... 3
Objectif en coaching ................................................................................................................................... 3
Prescripteurs de coaching .......................................................................................................................... 3
Processus en jeu dans la dynamique du coaching..................................................................................... 3
Séance de coaching ................................................................................................................................... 3
Secteurs d’application du coaching ............................................................................................................ 3
Supervision du coach ................................................................................................................................. 3

De la demande exprimée à la demande implicite DESU Pratiques du coaching Paris 8 Boussuge, B. (Mars 2009) 5/121
Annexe 3 : Principaux codes de déontologie ...................................................................................... 3
Annexe 3.1 Code de déontologie de la SF Coach .......................................................................................... 3
Annexe 3.2 Code de déontologie de l’ICF ...................................................................................................... 3
Annexe 3.3 Charte de déontologie de l'AEC................................................................................................... 3
Annexe 4.4 : Charte de Déontologie en coaching du Syntec.......................................................................... 3
Annexe 4 : code de déontologie personnel ......................................................................................... 3
Annexe 5 : contrat personnel pour un coaching bipartite.................................................................... 3

De la demande exprimée à la demande implicite DESU Pratiques du coaching Paris 8 Boussuge, B. (Mars 2009) 6/121
Introduction
Ce mémoire, partie intégrante du cursus du DESU « Pratiques du coaching » de l’Université
Paris 8, est pour moi l’opportunité d’approfondir les nombreuses approches théoriques
exposées pendant cette année de cours et d’expériences. Cette pluralité de points de vue,
tradition universitaire, justifie pleinement le pluriel de pratiques dans l’intitulé du DESU.

Il me permet également de creuser un sujet qui me tient particulièrement à cœur : la notion


d’évolution de la demande. En parallèle du DESU, j’ai commencé une formation à l’approche
constructivo-systémique de Palo Alto avec Irène Bouaziz (Ecole du Paradoxe). Lorsque
j’évoquais avec elle la notion de demande latente, ce vers quoi la demande exprimée en
première intention évolue, j’ai pris conscience que l’adjectif « latent » associé à la demande
n’était pas neutre, et présupposait un certain type de modélisation. Il existait des approches
où la notion de latence de la demande n’était pas prise en compte. Ceci m’a profondément
interrogé et compte tenu de la place centrale que prend la demande en coaching, j’ai
souhaité consacrer mon mémoire à questionner la notion de demande latente.

La demande est un sujet en soi dont je rappellerai les grandes lignes et je m’efforcerai de
mettre en évidence les différentes raisons, selon les référentiels théoriques, qui expliquent
qu’une demande évolue pendant un coaching. Quelles hypothèses peut-on formuler pour
tenter d’expliquer ce mouvement de la demande et comment l’utiliser ? Pour illustrer ce
sujet, j’ai choisi un enregistrement d’une première séance. Séance de découverte donc,
plutôt centrée sur l’exploration de la situation, de la vision du monde du coaché et de sa
perception des difficultés rencontrées.

Avant d’aborder le sujet spécifique de ce mémoire, j’établirai dans un premier temps une
revue de littérature qui définira les notions-clés du coaching. Puis j’aborderai le sujet en
rappelant les enjeux, puis en citant différents auteurs, puis enfin en analysant la
retranscription de la séance de coaching.

De la demande exprimée à la demande implicite DESU Pratiques du coaching Paris 8 Boussuge, B. (Mars 2009) 7/121
A - Revue de la littérature générale du coaching

A-1) Histoire du coaching

A-1.1) Etymologie du vocable coach

Le mot anglo-saxon coach est issu du français coche qui, nous dit Le dictionnaire Le Petit
Robert, désigne une grande voiture tirée par des chevaux. Introduit en français dès 1535, il
est emprunté au hongrois kocsi employé dans le même sens. En anglais le mot « coach »
apparaît en 1832 et désigne une diligence. Bien avant cela le cocher désignait « le guerrier,
qui, dans l’antiquité se tenait debout aux côtés du prince et était chargé de diriger le char au
cours de la bataille ». Au cours de l’histoire le mot « coche » s’est déplacé dans différents
pays « pour faire souche en Amérique où il a acquis un sens inédit d’entraîneur, de
préparateur, d’accompagnateur ». (Lenhardt, 2007b, p 4). On retrouve dans l’étymologie la
notion de conduire, d’accompagner d’un point à un autre et aussi celle de supporter dans la
difficulté.

A-1.2) Contexte social de l’émergence du coaching


L’accélération de la vie économique, la mondialisation des échanges, la désindustrialisation
au profit de pays moins développés économiquement, l’augmentation de la durée de la vie,
la précarisation des emplois, les déficits publics des systèmes de santé et de retraite, les
bouleversements climatiques, les dérèglements écologiques, la raréfaction de certaines
matières premières critiques comme les énergies fossiles, l’expansion démographique
mondiale, font peser de lourdes incertitudes sur l’avenir. Incertitudes anxiogènes qui trouvent
dans la crise mondiale actuelle une caisse de résonance aigüe. Le contexte de croissance
continue, héritée de l’après-guerre, entretenue par les espoirs de la chute de mur de Berlin
en 1988, puis par ceux suscités par l’effondrement de la techno-structure soviétique, et enfin
par les promesses des nouvelles technologies de l’information, semble brutalement contesté
et laisse place à de nombreuses interrogations sur la nécessaire adaptation des
organisations économiques et sociales à un nouveau contexte de pénurie.

Dans les sociétés occidentales, la tendance à la disparition des repères traditionnels,


sources de sens existentiel et lieux d‘échange, est porteuse d’un certaine angoisse
existentielle. Au nombre des repères bouleversés, on peut citer par exemple le cas de la
religion avec les sacrements qui rythmaient le temps quotidien (la prière quotidienne et la
messe dominicale) et le temps humain (baptême, communion, confirmation, mariage,
enterrement).

De la demande exprimée à la demande implicite DESU Pratiques du coaching Paris 8 Boussuge, B. (Mars 2009) 8/121
Dans ce contexte complexe et incertain, où les repères porteurs de sens viennent à
manquer, un investissement dans le travail peut structurer une existence à travers une
carrière. Une recherche de performance peut (donner l’illusion de) combler les vides laissés
dans l’espace existentiel. Mais l’évolution du contexte professionnel est si parfois rapide qu’il
devient de plus en plus difficile de s’y adapter. Les cycles économiques se raccourcissent.
Les résultats des entreprises cotées en bourse sont annoncés trimestriellement, les cycles
de vie des produits et des technologies sont de plus en plus courts. La société Google, une
des premières capitalisations boursières de la place financière de New-York vient à peine de
fêter son dixième anniversaire.

Ce contexte favorise l’émergence des relations d’aide en général et du coaching en


particulier dans ce qu’il peut apporter comme surcroît de sens. Mr Lustinger (Missika &
Volton, 2006) pour illustrer le retrait du religieux dans la société française et le glissement
opéré vers d’autres formes d’accompagnement, comparait les thérapeutes à des
rédempteurs laïcs, prêchant l’absolution des blessures intérieures. On pourrait en
transposant cette pensée, comparé le coach à un (furtif) accompagnateur de conscience
aidant à la mobilisation des ressources intérieures. Je mets cela en relation avec la célèbre
phrase de Malraux « « Le XXIème sera religieux ou ne sera pas » en la considérant dans sa
dimension spirituelle.

Ce point de vue du rôle du coach a des détracteurs, comme Gori & Le Coz (2006) qui parlent
de « l’ emprise insidieuse de ces managers de l’âme dont les pratiques, sous prétexte
d’épanouissement personnel, visent avant tout à normaliser les sujets et à anéantir toute
capacité critique ». Il y a lieu de se prévenir de toutes dérives, ce en quoi les auteurs ont
raison. Mais ces propos, sur-généralisant, caricaturent la pensée de leur auteur et en
affaiblissent la portée. A leur décharge, il est vrai que le vocable coaching embrasse une
réalité pour le moins hétérogène.

68 millions de réponses à une requête sur le mot « coaching » sur Google, 145 millions sur
« therapy ». Si on recentre les recherches aux seules pages francophones la requête
« coaching » donne 1,42 millions de réponse contre 2,24 millions sur la requête
« thérapie ». Compte tenu de l’antériorité de la notion de thérapie, on peut comprendre une
croissance très forte du coaching qui nécessitera des temps de consolidation, de
clarification. La SFCoach n’a que 14 ans, L’AEC va avoir 4 ans. C’est une activité qui n’a
probablement pas encore atteint sa maturité.

De la demande exprimée à la demande implicite DESU Pratiques du coaching Paris 8 Boussuge, B. (Mars 2009) 9/121
A-1.3) Le coaching de la naissance à nos jours

Au Vème siècle avant Jésus-Christ, Socrate en tant que précurseur de la maïeutique ( l’art
d’accoucher les esprits ) est consensuellement cité au titre de premier coach, voire comme
« saint patron dont rêvent les coachs » pour reprendre l’expression de Thierry Chavel (2007,
p 346). Lenhardt précise que « par la suite au fil des siècles, philosophes, maîtres à penser,
guides spirituels, confesseurs, éminences grises, Pygmalion, Mentor, fous du roi, sages de
village, compagnons initiant les apprentis, éducateurs, ont joué un rôle d’éveilleur de
conscience, pratiquant ce qu’on pourrait a posteriori appeler du coaching, sans même
connaître le mot, comme le Monsieur Jourdain de Molière s’adonnant à la prose sans le
savoir. » (2007b, p 5).

Au début du XXème siècle, en gardant le sens du cocher qui conduit le coche, le sens anglo-
saxon de coach désigne un entraîneur sportif. Vers les années 1950 , il devient « au delà de
l’entraînement physique […] une approche holistique qui inclut les dimensions […] du mental
et de l’émotionnel » comme le formulent Angel & Amar (2005, P 10). Il franchit la porte des
vestiaires pour gagner celui de l’entreprise dans le courant des années 70. Popularisé en
France par Vincent Lenhardt » dans les années 80, il désigne « un accompagnement dans le
cadre de la vie professionnelle d’une entité (personne, équipe, organisation) d’une situation
initiale vers une situation de réussite en l’aidant à trouver ses propres solutions ». (Lenhardt
2007, P 37)

En 1993 aux Etats-Unis, L’ICF (International Coaching Federation) définit des critères et des
modalités d’accessions au statut de Coach. En 1995, la SFCoach (Société Française de
coaching), regroupant principalement des indépendants est créée en France. En 2001, la
branche française de l’ICF (ICF France) est également créée. Le Syntec, qui regroupe non
des individus, mais des cabinets de coaching, a élaboré sa charte de déontologie. Enfin en
2005, s’est créé l’AEC (Association Européenne de Coaching ). On le voit la structuration
professionnelle du marché du coaching est encore très récente et probablement pas encore
achevée.

A-2 ) Délimitations théorico-pratiques du coaching

A-2.1) Définitions et mots-clés du coaching

A-2.1.1) Définitions, objets, finalités, et principes du coaching


Le coaching n’a pas de théorie définie mais s’inspire de modèles théorico-pratiques plus ou
moins développés. Angel et Amar consacrent un chapitre (2006 pp.27-65) aux champs

De la demande exprimée à la demande implicite DESU Pratiques du coaching Paris 8 Boussuge, B. (Mars 2009) 10/121
théoriques du coaching où ils récapitulent les influences théoriques dont hérite cette nouvelle
pratique. Il n’y a pas une pratique du coaching mais des pratiques comme le souligne
l’intitulé du DESU de Paris 8. Ces pratiques variées reposent sur plusieurs fondements et
des méthodes plurielles. L’influence des courants de pensée (sociologie, psychologie,
cognitiviste, comportementaliste…), les outils d’intervention, la conduite du coaching mais
aussi la rencontre entre le coach et le coaché interfèrent dans la conduite du coaching. Le
coaching en tant qu’« accompagnement d’une personne à partir de ses besoins
professionnels pour le développement de son potentiel et de ses savoir-faire. » n’est pas une
théorie au sens scientifique mais un processus structuré qui tend à faire émerger la
singularité de l’individu et ses potentialités.

Le coaching ne prétend pas savoir, répondre à tout, lorsqu’il est pratiqué par des coachs qui
font preuve de conscience professionnelle. Pour reprendre Lacan, le coaché est dans une
posture de supposé savoir alors que le coach est dans une position de non-savoir, non-
vouloir, non-pouvoir. Il est là pour catalyser le processus, le métaboliser. C’est un
accompagnement vers l’autonomisation du sujet. Pour permettre au coaché de développer
ses capacités par lui-même, « le coach s’attache à nouer des relations de partenariat, c’est à
dire d’autonomie dans l’interdépendance » (Lenhardt, 2007c, P 220). Mais accompagner
l’autre suppose une éthique comme le souligne Beauvais « L’accompagnant doit assumer la
responsabilité des choix et des actes qu’il pose, et/ou ne pose pas, en vue d’aider l’autre à
choisir et à agir…L’accompagné est aussi responsable de l’usage qu’il choisit de faire du
cadre d’accompagnement qui lui est proposé. Toutefois, il ne pourra bien user de ce cadre
que dans la mesure où il l’aura suffisamment et pertinemment appréhendé. Et cette fois,
c’est la responsabilité de l’accompagnant qui est en jeu. C’est à lui qu’il revient de créer les
conditions susceptibles chez l’autre de l’élucidation de ce cadre…» (2004, p. 99-113).
L’éthique de la pratique du coaching est nécessaire pour ce métier fragilisé, dans son image,
par des coachs qui abusent de leur titre en « manipulant » leurs clients sans formation, sans
supervision, sans code déontologique nécessaires à l’exercice de cette profession. Les
dérives du coaching ne sont pas inhérentes à sa pratique comme l’avancent de façon
polémique Gori & Le Coz (2006) mais à l’usage abusif et manipulatoire qui décrédibilise
cette nouvelle profession.

A-2.1.2) Définitions des mots-clés du coaching


cf annexe 2 glossaire sur coaching

De la demande exprimée à la demande implicite DESU Pratiques du coaching Paris 8 Boussuge, B. (Mars 2009) 11/121
A-2.2) Comparaison du coaching

A-2.2.1) coaching et psychothérapie


Le coaching se distingue de la psychothérapie même si la demande peut être la même
« Aidez moi à mieux vivre ma vie personnelle, professionnelle », le processus pour répondre
à cette demande est distinct. La psychothérapie vise à apaiser la souffrance du sujet, elle
interroge l’origine des souffrances psychiques, et puise dans le passé. La psychothérapie en
tant qu’introspection de la vie psychique aide le sujet à réaliser ses difficultés et à mettre à
jour des zones d’ombre. Le coaching n’est pas une thérapie en tant que démarche de soins
mais un processus pour aider le coaché à développer au mieux ses potentialités, il vise une
performance. C’est un processus actif qui ne s’appuie pas sur l’introspection mais sur
l’action. La psychothérapie travaille sur le passé, les souvenirs, l’histoire infantile, le coaching
s’intéresse au présent à « l’ici et maintenant » en vue de l’avenir. Le coaching se focalise
sur les demandes explicite et implicite du client dans un temps déterminé en fixant par un
contrat des objectifs. Le coach n’est pas un thérapeute, il vise à mobiliser et non à soigner, il
ne répond pas au « Pourquoi ? » mais au « Comment ?». La posture de coach n’est pas
celle du thérapeute mais a besoin d’une « posture spécifique qui permette de nouer un
dialogue fructueux avec les autres professionnels de la relation d’aide, notamment les
thérapeutes (Delivré, 2004).

Si ces deux pratiques divergent, toutes les deux font preuve de neutralité et de bienveillance
à l’égard des sujets et basent leur travail sur l’écoute. Etre à l’écoute, ce n’est pas seulement
entendre et discuter avec l’autre de sa vie. « L’écoute est, d’une certaine manière, toujours
active ou elle n’est pas. Elle est à la fois une posture philosophique et technique…Dans
l’optique de Carl Rogers, c’est accepter l’autre tel qu’il est, comme un sujet en
développement, non figé mais en devenir. » (Angel et Amar, 2006 p.85-86). La qualité
d’écoute du coach est essentielle pour « s’imprégner du cadre de référence du coaché et de
ses enjeux (…) et de l’accueillir et l’accepter dans ses spécificités existentielles, sans
préconception de lui. » (Angel et Amar, 2006 p.86).

Le coach crée une situation de confiance, une alliance nécessaire au bon déroulement de
son intervention. Comme le souligne Devillard « L’insuffisance du travail sur soi est une des
causes de surdité qui restreint la capacité professionnelle d’un coach.» (2006, p.62).
Déontologiquement, le coach est supervisé et peut ainsi plus facilement repérer les
phénomènes de transfert et de contre-transfert propres à toute relation humaine : « Le contre
transfert est d’autant inévitable que nécessaire comme condition de l’altérité sur laquelle se
fonde le coaching ; pour autant il ne doit pas envahir le coach, ce qui serait au détriment du

De la demande exprimée à la demande implicite DESU Pratiques du coaching Paris 8 Boussuge, B. (Mars 2009) 12/121
coaché et de son travail. Ce point souligne…l’indispensable travail approfondi de
développement personnel que doit avoir réalisé le coach professionnel. » (Bigot, 2003, p.47).

A-2.2.2) coaching et conseil


Le coaching se distingue des « métiers du conseil », le coach ne donne pas de conseils à
son coaché et il doit veiller à ne pas le faire. Le coach aide le coaché à utiliser ses
compétences en développant son autonomie. Par définition, le conseil est une
recommandation d’une certaine forme de conduite contradictoire avec l’autonomisation du
sujet. Mais pourquoi ne pas conseiller les sujets lorsqu’ils viennent chercher des solutions ?
Cette question est à mettre en lien avec l’inefficacité des conseils sur le plan du
développement du potentiel des sujets. L’essence du coaching est une intervention qui
« vise à développer chez une personne, ou dans une équipe, les éléments de potentiel liés
au talent, au style ou aux synergies, au delà des obstacles qui les contraignent. » (Devillard,
2005, p.21). Ses principes sont différents de ceux du conseil : « En coaching, c’est le client
qui sait et non le consultant » (Devillard, 2005, p.26), le coach ne doit pas influencer son
coaché. Ce processus est d’autant plus complexe que le coaché voit en son coach l’image
de celui qui sait et apporte des solutions à sa demande. Le coach fait émerger le savoir de
son coaché qui reste acteur de son cheminement ; le processus du coaching est un « savoir
faire réussir » (Moral, cours DESU, Paris 8), ce processus met le coach dans une position de
« catalyseur, au sens d’une substance qui rend possible ou accélère une réaction chimique
sans la modifier » (Angel et Amar, 2006, p.88).

A-2.2.3) coaching et mentorat


Le mentorat est une gestion des ressources humaines, un outil organisationnel qui propose
une prise en charge individuelle ou collective des personnes, suivant des techniques de
conseil et d’accompagnement personnalisées, en vue d’améliorer des comportements, de
surmonter des difficultés et d’atteindre des objectifs professionnels ou de trouver un
épanouissement personnel. Au Canada, le mentorat est en pleine expansion et utilisé dans
le monde de l’entreprise et du marketing. Cette pratique vise à accompagner le changement
au bénéfice d'une amélioration attendue et durable. La transmission et la capitalisation des
connaissances proposées par le mentorat dans les entreprises reposent sur des mentors qui
influencent par leurs savoirs : « Apprends-lui tout ce que tu sais » avait demandé Ulysse à
Mentor. » Les mentors interviennent dans leurs domaines de compétences et sont en
position haute pour propager leurs savoirs. Les « coach décorateur », « coach relookeur »
sont des mentors qui détiennent la solution du coaché et apportent leur savoir-faire. La
dérive du mentoring par association au marketing porte préjudice médiatiquement à l’emploi
abusif et inapproprié du « coaching » qui ne repose pas sur les mêmes principes. Le coach a

De la demande exprimée à la demande implicite DESU Pratiques du coaching Paris 8 Boussuge, B. (Mars 2009) 13/121
besoin de prendre du recul dans son champ d’intervention, de faire preuve de neutralité pour
faire émerger les capacités du coaché et non les siennes. Le coach vis à vis du coaché n’est
pas un expert : « moins le coach sait , plus il crée un espace ; plus le coach sait, plus il prend
le risque de ne faire qu’imposer sa vision, sa réalité à l’autre. » (Angel et Amar, 2006, p.24).

A-2.2.4) coaching et management


Le manager accompagne et motive son équipe pour développer l’efficacité, la créativité en
vue de la réussite de l’entreprise. Contrairement au coaching, le management se base sur
un « savoir faire faire » (Moral DESU Paris 8). Le manager a pour objectif l’amélioration de
l’entreprise, « Il est évalué sur les résultats que produit son équipe…et sur sa capacité à
obtenir le meilleur de ses collaborateurs … L’entreprise doit être intransigeante sur la
nécessité du changement pour tous. Le coaching est le moyen privilégié qui est proposé aux
managers pour les aider à mettre en œuvre ce changement. » (Albert, Emery, 1999, pp.23-
24). Le coaching permet d’obtenir le meilleur de ses collaborateurs, de les rendre plus
autonomes (changer, s’adapter, réagir vite) et « vise à aider les cadres à être plus
performants dans leur rôle de responsable d’équipe » (Delivré, 2007, p.288). Cela suppose
une certaine pratique éthique du coaching où « l’objectif doit être principalement un
apprentissage » (Albert et Emery, 2003 p.18) ce qui suppose un cadre précis et des critères
d’atteinte des objectifs, pour faciliter le changement et faire progresser ses collaborateurs.

A-2.2.5) coaching et bilan de compétences


Le bilan de compétences a pour objet de permettre à des personnes d’analyser leurs
compétences professionnelles ainsi que leurs aptitudes et leurs motivations afin de définir un
projet professionnel. Il se déroule en plusieurs phases : la phase préliminaire permet de
définir les objectifs de bilan spécifiques au salarié, la planification des étapes du travail. La
phase d’investigation, à l’aide d’outils et de travail personnel du salarié, analyse la
dynamique du salarié permettant de clarifier ses ressources ou ses freins au regard des
perspectives d’évolution internes ou externes à l’entreprise. Seules les activités les plus
fortement représentatives en compétences sont étudiées. L’analyse de l’activité permet au
salarié de clarifier les ressources qu’il peut mobiliser dans son projet. La phase de
clarification des motivations permet au salarié d’identifier les pistes sur lesquelles il souhaite
se centrer, les besoins et compléments d’informations nécessaires à toute prise de décision :
la programmation des démarches à mener et des contacts à établir. La précision des pistes
professionnelles est une autre phase qui aide le salarié à se situer vis à vis de ses
ressources mobilisables : les données économiques si le bilan est externe, l’entreprise ou les
données propres à l’entreprise si le projet est interne. Dans la dernière phase, le salarié

De la demande exprimée à la demande implicite DESU Pratiques du coaching Paris 8 Boussuge, B. (Mars 2009) 14/121
étudie les stratégies retenues et les conditions de mise en œuvre de son projet et participe à
la rédaction du document de synthèse donné à la fin du bilan.

A-3) Les fondements théoriques et conceptuels du coaching

A-3.1) fondements et influence de la sociologie

La sociologie étudie l'impact du social sur les comportements humains, son objet de
recherche dépend de l'angle d'analyse du chercheur. La sociologie est une discipline
éclatée, qui fait coexister différentes théories, différents objets d'études et différentes
pratiques professionnelles, naturelles et culturelles. Les principaux courants sociologiques
sont : la sociologie des organisations, la sociologie juridique, la sociologie politique, la
sociologie du travail, la sociologie de la famille, la sociologie de l’art, et la sociologie urbaine.
Ce pluralisme de la sociologie montre, d’une part la multiplicité et la diversité des objets
d’études ; et d’autre part son adaptabilité aux mouvements sociétaux. Les rapprochements
entre sociologie et coaching sont compréhensibles. Le sociologue montre les faits sociaux,
les analyse, les interprète, et apporte des éléments de réponse. Le coach s’appuie entre
autres, sur les études sociologiques ; à la lumière de ses observations elles invitent le coach
à analyser, à interpréter puis à résoudre sa problématique. Mais, le raisonnement
épistémologique est considérablement différent dans la posture.

Le sociologue observe et tente de minimiser son impact d’observateur dans la situation.


Alors que le coach, de par sa méthode interventionniste, concourt activement à ce qui se
passe. Le sociologue cherche à être neutre en se portant absent d’une situation à laquelle il
participe. Le coach cherche à être neutre par une double réflexivité : l’une consiste à
renvoyer le coaché à lui même, l’autre vise à s’interroger dans les modalités d’intervention.
« La neutralité est un véritable rapport de sociabilité. Etre neutre revient en somme à adopter
le rapport de sociabilité coopérative qui prévaut dans le groupe ou la société étudiés »
(Blanchet & al, 1985, p.165). En coaching, cette adaptation caméléon passe par une
utilisation de la phraséologie de l’autre et par une synchronisation des attitudes. Le
sociologue soulève les questions, les pose, y répond, le coach dans son attitude miroir invite
le coaché à se poser des questions, à sélectionner celles à approfondir, à formuler des
hypothèses de solution.

A-3.2) fondements et influence du courant psychanalytique

La psychanalyse créée par Freud est une technique d'investigation psychologique fondée
sur l’émergence de l’inconscient dans les actes conscients. Elle a pour objectifs d’aider le
patient à développer sa capacité à prendre conscience, de faire une place à ses états
affectifs et à ses propres pensées et de les communiquer, de développer sa capacité à

De la demande exprimée à la demande implicite DESU Pratiques du coaching Paris 8 Boussuge, B. (Mars 2009) 15/121
diminuer son contrôle conscient par la « libre association », permettant au sujet de se laisser
surprendre par des liens inattendus. La psychanalyse prend appui sur le transfert :
processus par lequel les désirs inconscients s’actualisent sur certains objets dans le cadre
de la relation établie avec eux, répétitions de prototypes infantiles réactualisés (Rousseau,
DESU Paris 8).

Les apports de la théorie psychanalytique sont nombreux : le cadre en tant que rencontre
interpersonnelle, les règles techniques comme la durée des séances, la position de
neutralité bienveillante et les règles déontologiques comme la confidentialité. Amar et Angel
montrent l’importance des éléments transférentiels et contre-transférentiels dans la relation,
l’intérêt d’une position de neutralité bienveillante pour l’aidant, l’apport diagnostic des
typologies psychiques, l’identification de mécanismes de défense (notamment la projection
ou l’identification),pour une meilleure compréhension de l’action de l’autre. Enfin, il est
fortement conseillé au coach d’entreprendre un travail personnel « ce travail personnel doit
permettre au coach d’explorer son propre fonctionnement psychique, d’analyser les
processus répétitifs de perception et d’action dans son environnement, de se libérer des
schémas compulsifs ou limitants et de gagner une plus grande autonomie » (Angel et Amar,
2007, pp. 70-71).

A-3.3) fondements et influence du courant comportementaliste


Le modèle comportemental, décrit par les travaux de J.B. Watson puis par ceux de B.F.
Skinner, postule que les comportements sont sélectionnés en fonction du pouvoir
d’adaptation qu’ils confèrent à l’individu vis à vis de son environnement (Fouques, DESU
2008). Selon ce paradigme, le fonctionnement humain peut être décrit et expliqué en
s’intéressant uniquement aux stimuli (ou entrées, input) et aux réponses correspondantes
(ou sorties, output ) (Angel Moral, 2007, p.144). Ce modèle invite à favoriser le changement
par des renforcements positifs de la direction que le changement va prendre et à prendre
conscience de chaque comportement pour en valider la pertinence Le comportement ne se
voit pas, il se déduit d’un certain nombre d’attitudes, de manières de faire. Prenons par
exemple la timidité, quelqu’un de timide, sera repéré par exemple, par une élocution peu
sûre, des rougissements, des regards fuyants ou par d’autres manières de faire. Ces
manières de faire se différencient des comportements par leurs rapports aux
représentations.

A-3.4) fondements et influence du courant cognitiviste


Le courant cognitiviste est né dans la fin des années 1960 à partir des travaux de Aaron
Beck, dans le prolongement du courant comportementaliste, et remplace le modèle stimulus-
réponse par une analogie avec le modèle de l’ordinateur selon un schéma stimuli-traitement

De la demande exprimée à la demande implicite DESU Pratiques du coaching Paris 8 Boussuge, B. (Mars 2009) 16/121
-réponse. La cognition est ce qui renvoie à la connaissance. Identifier la cognition c’est
analyser ce que construisent l’acquisition, l’organisation et l’utilisation du savoir. Pour Beck,
un des fondateurs de la thérapie cognitive, la cognition est centrale : « les problèmes du
patient sont envisagés sous la forme d’un questionnement ; des hypothèses concernant les
croyances et les prédictions du patient sont établies. Les évidences empiriques sont
rassemblées pour tester la validité des croyances dysfonctionnelles du patient » (Albert et
Piroux, 2007, p.142). Beck met l’accent sur la notion de « schémas » qui orientent tels des
filtres, de façon souvent automatique et parfois pathogène, la perception du monde pour un
individu donné. Il a ainsi identifié un certain nombre de traitements automatiques de
l’information qui induisent des distorsions importantes de la perception de l’environnement :
inférence arbitraire (conclusion sans preuve) ; abstraction sélective (conclusion sur la base
d’un détail), sur-généralisation (extension à toutes les situations possibles d’une expérience
isolée) ; pensée dichotomique absolue (tout ou rien, blanc ou noir) (Fouques, DESU, Paris
8). Angel et Amar relèvent quelques-unes des questions susceptibles de retenir, l’attention
du coach en lien avec cette approche : « Quelle est la perception globale du problème par le
coaché ? Quels sont les aspects qui retiennent particulièrement son attention ? A-t-il un
mode récurrent de traitement de l’information fondé sur des postulats sous-jacents sur lui
même, les autres ou l’environnement ? » (2006, p.47).

L’application potentielle au coaching des thérapies comportementales et cognitives (TCC)


définies comme une approche limitée dans le temps, souvent contingentées (12 à 20
séances) est envisageable. Les TCC mais peuvent être plus longues lorsqu’il s’agit de traiter
des pathologies plus graves. Approche structurée dans laquelle thérapeute et patient suivent
un agenda défini au début de la thérapie, chaque séance ayant un but ou un thème précis.
Cette approche est centrée sur les problèmes actuels et les moyens de faire face aux
difficultés quotidiennes. Les TCC ont pour but d’amener le patient à construire une nouvelle
manière de percevoir l’environnement et d’agir sur la réalité. Une fois les objectifs définis, le
praticien encourage le patient, à observer ses propres pensées automatiques, ceci afin de
l’aider à prendre conscience des conséquences que ces pensées ont sur ses émotions et
ses comportements et des biais cognitifs qui contribuent à maintenir ses croyances
erronées, expliquant les aspects pénibles de son vécu. Le patient va ensuite apprendre à
remettre en question et à modifier sa façon de percevoir les choses, grâce à l’utilisation
d’outils très transférables au coaching comme par exemple l’utilisation de plans d’activités,
de tâches d’observation, ou de pensées alternatives.

De la demande exprimée à la demande implicite DESU Pratiques du coaching Paris 8 Boussuge, B. (Mars 2009) 17/121
A-3.5) fondements et influence du courant humaniste

Le courant de la psychologie humaniste se développe à partir des années 1930 et après la


seconde guerre mondiale en grande partie en réaction aux présupposés de la psychanalyse
et du comportementalisme. Angel et Amar relèvent que « l’approche humaniste voit l’humain
en quête d’une plus grande réalisation de soi. Un des principaux représentants de cette
approche est Carl Rogers pour qui la personne est fondamentalement bonne et tend vers
son plein épanouissement. Pour permettre la réalisation de soi, il faut que l’individu
grandisse dans la considération positive inconditionnelle (…) Maslow, dans la même veine,
parle d’un objectif de réalisation des potentialités chez l’homme qu’il nomme « actualisation »
et qui se poursuit toute sa vie » (Angel et Amar 2006, p 49). Les auteurs du courant
humaniste sont nombreux : Jacob Moreno (psychodrame) ; Kurt Lewin (dynamique de
groupe) ; Carl Rogers (non-directivité) ; Wilhelm Reich (analyse caractérielle) ; Alexander
Lowen (bio-énergie) ; Friedrich Perls ( Gestalt-thérapie) ; Milton Erikson (hypnose) qui a pour
disciples Richard Bandler et John Grindler (PNL) ; Erich Fromm (psychologie existentielle) ;
Alfonso Caycedo (sophrologie) ; Victor Frankl (logothérapie) ; Eric Berne (Analyse
transactionnelle). Ces approches riches et variées du courant humaniste proposent « Une
conception de l’homme qui revendique une présomption de compétences, de capacités, de
potentiel à développer …Cette attitude de confiance dans l’autre fonde le travail de co-
construction à l’œuvre dans le coaching. …Cette conception est aussi un appel à la
responsabilité de l’autre, dans ses valeurs, et dans ses choix » (Angel et Amar, 2006, p.
50).

A-3.6) fondements et influence du courant systémique


L'approche systémique, née de la convergence de la théorie des systèmes et des théories
de la communication, « part d’un présupposé fondamental selon lequel le groupe est
beaucoup plus que la somme de ses parties, et que les lois de fonctionnement du système
prévalent sur celles de l’individu agissant sur son environnement. » (Moral et Angel, 2007,
p.49). La systémique s’intéresse aux interactions entres individus ou au sein d’une équipe et
influence la pratique du coaching d’équipe : « le coach d’équipe s’inscrit dans un système
…qui comporte trois caractéristiques très utiles à connaître. Tout système est autonome par
rapport à son environnement ; tout système entretient des liens de dépendance avec les
autres systèmes ; tout système définit des modes de fonctionnement qui visent le non-
changement, le maintien du statu quo et de l’équilibre (homéostasie) » (Giffard et Moral
2007, p 44-5). Cette nouvelle approche donne ainsi une riche représentation tout à la fois
des phénomènes individuels, en interaction avec l’environnement, et des phénomènes
collectifs. Elle permet également de comprendre l’intérêt d’associer coaching individuel et
coaching de groupe. Nous vous renvoyons à la partie de notre sujet d’étude dans laquelle

De la demande exprimée à la demande implicite DESU Pratiques du coaching Paris 8 Boussuge, B. (Mars 2009) 18/121
nous avons développé l’approche systémique dans le coaching individuel .

A-3.7) fondements et influence du courant constructiviste


L’approche systémique est fondamentalement constructiviste : le sujet est acteur et
constructeur de sa réalité. Le constructivisme, théorie de l’apprentissage, met en avant
l’activité et la capacité inhérentes à chaque sujet, ce qui lui permet d’appréhender la réalité
de son environnement qui n’est pas tant une réalité observable qu’une construction
subjective et interprétative. « Ces théories insistent sur la façon dont les acteurs se
positionnent par rapport à cet environnement complexe, incertain …qui néanmoins n’est pas
subi mais, en partie, co-crée et intégré dans leur action » (Angel et Amar, 2006, p. 37).

A-4) Les paramètres actuels du coaching

A-4.1) les organisations et fédérations de coachs

La fédération internationale de coaching (ICF) est l’organisme le plus représentatif aux


Etats-Unis et a été fondée en 1995 par « La fédération a pour objectif de développer ,
soutenir et promouvoir le coaching partout où elle est présente, d’encourager la pérennité
d’un réseau international et multiculturel de coachs, de travailler à l’application et à la
reconnaissance d’une déontologie internationale (…) Un processus d’accréditation à trois
niveaux , organisé à l’échelon mondial a pour objet de valider à la fois le niveau de formation
et celui de l’expérience professionnelle des candidats. ». En 2006, la société compte environ
8500 coachs accrédités dans le monde entier (Colnot, 2007, p 105). La Société Française
de Coaching (SFCoach) dont les buts sont de définir, valider, promouvoir le coaching a été
la première association professionnelle à rassembler, dés 1997, des spécialistes unis par
une même vision du métier. La fédération Francophone de Coaching (FFC) a été créée
par Alain Cayrol en 1999 pour mettre en œuvre une vision humaniste du coaching, tournée
vers la coopération et le soutien sans lourdeur bureaucratique. L’Association européenne
de coaching (AEC) est une association loi 1901, fondée en mai 2005, qui se définit comme
un lieu de rencontre et d’échange pour tous les professionnels du coaching avec pour
objectif la promotion et la valorisation du métier de coach dans un cadre déontologique et
humaniste. L’AEC a crée le concept de « coaching solidaire » qui permet d’accompagner
gratuitement des personnes au moment où elles en ont besoin. La fédération Syntec est
une organisation patronale qui représente près de 1250 groupes et sociétés françaises
spécialisées dans les professions de l’ingénierie, des services informatiques, du conseil et
de la formation professionnelle et inclut le coaching dans le champ des métiers du « conseil
en évolution professionnelle » et propose un code de déontologie.

De la demande exprimée à la demande implicite DESU Pratiques du coaching Paris 8 Boussuge, B. (Mars 2009) 19/121
A-4.2) les différentes formes de pratique du coaching

Delivré établit une typologie de quatre coachings et distingue le coaching centré sur la
personne (niveau personnel) de celui centré sur les relations (niveau interindividuel) et du
coaching des managers (niveau du groupe) de celui des dirigeants (niveau de la structure).
Le coaching personnel vise à « accompagner la personne vers plus de réussite » (Hévin,
Turner, 2006, p.46) et répond à « une véritable demande des individus, soucieux en ce
début de XXIe siècle de prendre leur vie en mains » (Bernhardt et al., 2008, p.9) et se
pratique par « un coach de vie…qui permet à l’autre de réfléchir sur la place qu’il occupe
aujourd’hui dans les sphères sociale, culturelle, économique, qui l’invite à prendre du recul,
de la hauteur, à se poser les bonnes questions sur le sens, l’opportunité, les risques
éventuels d’un changement pour lui et son entourage. Ce coaching centré sur la personne
est en pleine expansion. Aux Etats-Unis « le life coaching » propose « une gamme de
demandes hétéroclites, parfois strictement de conseil au sens large. » (Bernhardt et al.,
2008, p.4). Le coaching d’équipe (Hévin et Turner, 2006, p.47) cherche à créer une cohésion
et à renforcer le leadership. Le coaching de groupe vise « à mettre en commun des
stratégies de succès (…) pour les groupes en intra ou en inter-entreprise. Ce mode de
coaching s’apparente à un coaching individuel pratiqué devant le groupe. Il sert de carrefour
d’échanges et de réflexions. » (Hévin et Turner, 2006, p.47). Le coaching de dirigeant
intervient majoritairement dans les secteurs de l’entreprise. Le coach en tant qu’intervenant
extérieur propose d’accompagner les managers pour les aider « à résoudre des problèmes,
à lever des obstacles, de suivi à effectuer, de compétences à développer etc. mais aussi
pour favoriser le meilleur feedback. » (Whitmore, 2007, p.160)

A-5) éthique et déontologie

A-5.1) les rôles, le cadre

« le cadre du coaching est constitué d’un dispositif spatio-temporel, de règles, de rituels et


autres pratiques explicites et implicites. Il va varier en fonction du contexte et notamment la
nature bipartite ou tripartite de la relation. » nous dit Patrick Amar ( 2007, p 86) ». Souvent
explicité en tout ou partie dans le contrat qui lie les parties, le cadre organise la rencontre et
l’échange. « Le dispositif et les règles structurent et conditionnent l’interaction en créant un
espace solennel où ce qui s’échange revêt, par construction et anticipation, un surcroît de
sens. » Font ainsi partie du cadre le lieu de la rencontre, la durée des séances, la nombre et
la périodicité des séances. « Les règles sont liberté d’expression et d’expérimentation,
authenticité des échanges, co-construction qui suppose un rôle actif et responsable des
acteurs, travail en séance et hors séance, respect d’une déontologie, à double sens, mais
qui inclut notamment pour le coaché le respect du dispositif ou, pour le coach, d’être, à

De la demande exprimée à la demande implicite DESU Pratiques du coaching Paris 8 Boussuge, B. (Mars 2009) 20/121
chaque instant, au service du développement et de l’autonomisation du coaché ainsi que la
confidentialité de ce qui est échangé. » (Amar, 2007, p 87)

A-5.2) les principaux codes de déontologie

voir annexe 3

A-5.3) Contre indications au coaching

« Un grand nombre de problèmes, de type personnel, relationnel, professionnel, peuvent


faire l’objet d’un coaching. Ce processus s’appuie sur un certain nombres de postulats, parmi
lesquels celui-ci, fondamental : le coaché dispose des compétences et du potentiel
nécessaire pour améliorer ses performances. » (Angel, 2007, p 303). C’est ce à quoi le
coach doit être vigilant. Le questionnement est de mise : le contexte d’intervention est-il
approprié à un travail de coaching avec le coaché ? La situation représente-t-elle une contre-
indication absolue ou relative qui justifie de ne pas accepter ou de différer la mission de
coaching ?
Dès le premier entretien, il est nécessaire que le coach repère les situations qui pourraient
relever d’un accompagnement de type thérapeutique, et oriente son client, comme le précise
les chartes déontologiques, vers un collègue compétent. Parmi les exemples cités par Pierre
Angel (2007), les problèmes d’addiction à une substance, les crises de larmes pour des
motifs anodins, une anxiété incontrôlable, des douleurs physiologiques inexplicables. «la
personne souffrant d’autant plus qu’elle comprend mal les raisons de ses peurs, de ses
angoisses, de ses douleurs. Parfois une idée folle ou une obsession s’impose et donne à la
personne l’impression de ne plus maîtriser sa vie et de subir les événements de manière
passive. Tous ces signes peuvent dénoter une souffrance mentale dont la prise en charge
n’est pas du ressort du coaching. » (Angel, 2007, p 304) De façon générale, le coaching
n’est pas approprié avec les individus à structures psychiques perverses ou psychotiques,
pas plus qu’avec les personnes dépressives. Ceci étant les contre-indications liées au
contexte intra-coaché.
Si on se place désormais, sur le versant organisationnel du contexte, il s’agit de veiller à ce
que la mission puisse se dérouler dans le respect du cadre, du contrat, des règles
déontologiques et des intérêts de l’ensemble des parties prenantes.
Ainsi les absences de demande, les demandes contraintes, les demandes irréalistes ou
manipulatrices sont autant de motifs de refus de missions.

A-5.4) travail sur soi du coach et supervision

Pour Patrick Amar (2007, p 130) « le savoir être, plus encore que le savoir-faire est au centre
de la pratique du coaching. Le coach doit pouvoir prendre appui sur une maturité individuelle

De la demande exprimée à la demande implicite DESU Pratiques du coaching Paris 8 Boussuge, B. (Mars 2009) 21/121
assise sur un parcours de vie personnel et professionnel riche, une sécurité ontologique qu’il
a su développer ainsi qu’une réflexion poussée sur lui-même ». Pour Vincent Lenhardt
(2007, p 181), il s’agit d’être OK, dans le sens transactionnaliste du terme. « Savoir
suffisamment qui on est, et s’accepter comme tel pour ne pas être à tout moment déstabilisé.
Cela veut dire se considérer comme quelqu’un digne d’être aimé fondamentalement et
inconditionnellement malgré les limites évidentes qui nous caractérisent, malgré le mal qu’on
a pu faire et la souffrance qu’on a pu causer. ». L’auteur, dans une perspective existentielle,
poursuit en affirmant : « pour être bien ici et maintenant, cela suppose que j’ai assumé le
problème de la mort ». On retrouve ici les enjeux liés au sens de l’existence, très présents
dans les ouvrages de l’auteur qui ne cache pas sa foi catholique. Pour en revenir à un
niveau humain, être OK c’est « avoir en moi suffisamment de force de guérison, de
croissance et d’amour pour me réapproprier ma liberté et la responsabilité de ma
croissance ».

Les autres dimensions du travail sur soi, suppose d’être OK par rapport aux autres. « Je ne
peux aimer tout le monde, mais je dois être capable d’identifier le moment où je ne suis plus
OK avec une personne à un degré tel que la relation professionnelle avec cette personne
risquerait d’être compromise ». Et le cas échéant « être capable de dire non à un client sans
lui en vouloir, pouvoir assumer l’échec de telle ou telle action sans se sentir « victime ». »
(Lenhardt, 2007, p 182). L’auteur précise qu’intervenir en entreprise suppose d’être
également au clair avec le pouvoir et l’argent.

Une reformulation synthétique proposée par l’auteur revient à avoir trouvé son « identité
managériale » qui s’analyse sur quatre pôles : la reconnaissance interne ( la compétence
que s’attribue la personne) ; - le reconnaissance externe ( signes envoyés par ses clients,
ses pairs, ses collègues, …) ; - le moi-peau (les signes factuels représentés par le diplôme,
le local, le statut juridique, ..) ; et enfin les référents qui constituent la dimension
transcendantale de la personne ( ce au nom de quoi on agit, au nom de quoi on est là. Le
sens que l’on accorde à sa vie en quelque sorte).

Pour parvenir à cet état de OKness, le travail personnel du coach, indispensable, lui permet
« d’explorer son propre fonctionnement psychique, d’analyser les processus répétitifs de
perception et d’action dans son environnement, de se libérer de schémas compulsifs ou
limitants et de gagner une plus grande autonomie. En améliorant la connaissance de soi, il
évite de trop « contaminer » la relation de coaching par ses propres interrogations, ou
problématiques et de valider que ses théories ou croyances ne font pas obstacle à sa
capacité à entendre et à accueillir le cadre de référence de l’autre. » (Amar, 2007, p 131).

De la demande exprimée à la demande implicite DESU Pratiques du coaching Paris 8 Boussuge, B. (Mars 2009) 22/121
Pour John Whitmore le travail sur soi du coach lui permet de « rester en contact étroit avec
sa propre réalité intérieure, pour pouvoir au fil du dialogue, contrôler ses réactions par rappor
à lui-même, sans oublier que son passé et ses préjugés peuvent à tout moment interférer
avec l’objectivité de son écoute. » (1998, p 48). Pour Oliver Devillard, la connaissance de
soi-même est la sixième des compétences cardinales d’un coach (2005, p 51).

Le travail personnel du coach est au long cours, et nécessite un entretien constant. C’est
précisément le rôle de la supervision de faire vérifier par l’intervention d’un pair aguerri que
le processus de coaching, les interventions du coach, ne sont pas entachés de biais auraient
échappés à sa vigilance. La supervision constitue un lieu de perfectionnement permanent de
ses pratiques. Pour Delivré (2007, p 374) le « superviseur est un coach de coach ». La
supervision peut être conçue comme une intervention ponctuelle an cas de difficulté ou de
façon régulière comme un lieu d’apprentissage dans une perspective de perfectionnement.
C’est le discours d’Olivier Devillard quand il dit que la supervision « permet d’une part
d’appréhender ses points aveugles personnels et d’autre part de développer sa pratique. »
(2005, p 69).

A-5.5) la formation professionnelle du coach

Pierre Blanc-Sahnoun, rapporte un propos attribué à Catherine Caillard, fondatrice de la SF


Coach qu’il reprend à son compte : « il n’est ni nécessaire, ni suffisant d’avoir fait une
formation pour être coach ». (2006, p 47). Pas nécessaire parce que « le coach est un
éternel non expert, qui n’oublie jamais que chaque client est expert de sa vie ». Pas suffisant
car « la formation d’un coach est bien plus complexe et délicate que la délivrance d’un
corpus et d’un diplôme, aussi pertinents (et rassurants) soient-ils. » et de mettre l’accent sur
ce qui lui paraît essentiel. La formation d’un coach est « intérieure, et implique d’avoir
travaillé sur soi, d’avoir pris des tôles dans sa vie et de s’en être relevé, d’avoir réfléchi,
beaucoup, d’avoir fait des deuils, d’accepter ses émotions et ses limites… C’est un travail de
l’esprit, mais aussi du corps, de l’âme, de l’imaginaire. ».

La formation spécifique au coaching « permet de prendre en compte les spécificités de ce


mode de relation d’aide, de mettre en œuvre une stratégie d’intervention, faisant émerger la
demande réelle de l’autre et un contrat de partenariat, et d’avoir recours à des outils de
façon pertinente » (Angel et Amar, 2005, p. 70).

Bien que fort différentes, les nombreuses formations disponibles sur le marché en France,
qu’elles soient privées ( Mediat-coaching, International Mozaïk, Transformance, Académie

De la demande exprimée à la demande implicite DESU Pratiques du coaching Paris 8 Boussuge, B. (Mars 2009) 23/121
du coaching) ou universitaires (Paris 8, Paris 2, Aix-Marseille 2, …), s’accordent sur
plusieurs points essentiels « du processus pédagogique : l’acquisition de connaissances
théoriques, l’apprentissage de techniques, l’exigence d’un travail sur soi, afin de comprendre
son propre fonctionnement mental et, ainsi, d’éviter de lui laisser perturber le processus ;
enfin, l’engagement dans une démarche de supervision ». (Angel, 2007, p 99).

A-5.6) Contrat de coaching personnel

voir annexe 5

A-5.7) charte déontologique personnelle

voir annexe 4

De la demande exprimée à la demande implicite DESU Pratiques du coaching Paris 8 Boussuge, B. (Mars 2009) 24/121
A-6) De la demande exprimée à la demande implicite

A-6.1) contexte, enjeux, perspectives

Le sujet spécifique au présent mémoire est la notion d’évolution de la demande : de la


demande exprimée à la demande implicite. Pourquoi ce sujet ?

La notion de demande m’apparaît fondamentale dans un processus de coaching. Elle est


avec l’alliance et le cadre, une composante forte du socle sur lequel va se dérouler le
processus d’échange entre le coach et le coaché. « L’étape la plus importante est de
comprendre ce que veut le coaché à travers la relation avec le coach, en d’autres termes
analyser sa demande » dit Moral (2007, p 311).

Lorsque j’ai commencé à expérimenter le coaching, j’ai été frappé par la difficulté d’identifier
la demande d’un(e) coaché(e) et plus encore par son apparente instabilité. J’ai été rassuré
par le fait que « cette étape, la plus délicate, est celle sur laquelle buttent nombre de coachs
en formation » comme le rappellent Moral et Angel (2007, p 66). Rassuré provisoirement, je
restais toutefois en proie au questionnement. Qu'est ce qui fait qu'une demande évolue ?
Quels sont les facteurs d'influence ?

Qu’une demande soit souvent confuse et qu’elle nécessite d’être clarifiée, cela me semblait
à peu près évident. C’est même une des justifications du métier de coach. Qu’elle nécessite
que la relation entre coach et coachée soit établie, de bonne qualité, et entretenue cela me
semblait tomber sous le sens. Qu’elle doive être circonscrite dans un cadre et faire l’objet
d’un contrat me semblait chose entendue. Mais qu’elle ne cesse d’évoluer, tout ceci étant
posé, m’interpellait bien davantage. « En fin de compte qu’est qu’il veut ? » comme le
formule François Delivré (2007, p 100). Ou comme le proposent Bernard Hévin et Jane
Turner (2006, p 235) : « Que demande-t-il quand il demande ce qu’il demande ? ».

Quel rôle joue le cadre de référence dans l’appréhension de la demande ? Les expressions
"demande cachée", "demande latente", "demande implicite" désignent-elles la même chose
? Dans certains modèles (Palo Alto), elles peuvent même n'avoir aucun sens. Il ne reste
qu'un processus de co-construction, de co-élaboration de la demande tout au long du travail
sans présupposé d'une dimension cachée ou latente de la demande.

Je reste frappé d'une déclaration prêtée à Richard Fish du Mental Research Institute de
Palo Alto, et rapportée par Irène BOUAZIZ, Directrice de l'Ecole du Paradoxe : « sur 10

De la demande exprimée à la demande implicite DESU Pratiques du coaching Paris 8 Boussuge, B. (Mars 2009) 25/121
séances, on en passe 9,5 à savoir quel est le problème et la demie restante à le régler ».
Selon Fish, l’élaboration de la demande, en l’occurrence celle consistant à régler un
problème, serait à ce point centrale dans le processus d’échange qu’on 95% du temps de
face à face lui serait consacré !

Ma perplexité était à son comble. Comment travailler sur un objet en mouvement


permanent comme semble l’être la demande ? Cela avait-il à voir avec la cybernétique ?
Cela avait-il à voir avec la qualité de clarification de la demande initiale ? Comment se fait-il
qu’une demande clarifiée poursuive son évolution au cours du travail ? Dans quelle mesure
doit-on accepter une évolution en gardant un souci d’efficacité dans le travail ? Si cette
évolution est naturelle, comment l’accompagner et l’utiliser dans le processus d’échange ?
Telles étaient les principales questions qui allaient guider ma démarche d’investigation

A-6.1.1) Demande : une première définition


Mais avant d’étudier ce mouvement de la demande, posons une définition extraite du
Dictionnaire Le Robert (2002, p 674). La demande est une « action de demander, de faire
connaître à quelqu’un ce qu’on désire obtenir de lui ». Apparaissent dans cette définition,
un demandeur, un contenu (la chose demandée), une action (le fait de demander) et un tiers
à qui le demandeur adresse sa demande. Frédéric Rousseau (2008a, p 1) dans un
document de travail transmis au cours des supervisions, précise que la demande, dans le
langage courant, est d’une part une formulation, un énoncé, et, d’autre part, un état, une
disponibilité sans qu’il n’y ait forcément de contenu explicite. Dans son axiomatique de la
communication, Paul Watzlawick formule son deuxième axiome : « toute communication
présente deux aspects : le contenu et la relation, tels que le second englobe le premier et
par suite est une méta-communication. » (1979, p 52). La demande considérée comme un
acte de communication respecte cet axiome.

Je retiens de cela que la demande implique l’interaction d’un demandeur et d’un tiers à qui la
demande est adressée. La demande est de deux ordres car elle est contenu (la chose
demandée plus ou moins explicitement) et processus (l’action de demander).

Avant de poursuivre, je ressens le besoin d’interroger les adjectifs. « manifeste »,


« implicite », « latent » et « caché » à l’aide du Dictionnaire Le Petit Robert (2002).
Est manifeste ce qui « est avéré par le fait, dont l’existence ou la nature est évidente ». Les
synonymes proposés sont : certain, patent, visible. Nous sommes clairement dans le registre
de l’explicite, de l’exprimé. Les contraires proposés sont : caché, douteux, obscur. Le terme
« manifeste » convoque en creux, par les contraires associés, un versant plus sombre.

De la demande exprimée à la demande implicite DESU Pratiques du coaching Paris 8 Boussuge, B. (Mars 2009) 26/121
Est explicite ce qui « est réellement exprimé, formulé ». Les synonymes sont : exprès,
formel, clair, net, précis. Les contraires du terme « explicite » sont : implicite, tacite, allusif,
confus, évasif, sous-entendu. Il me semble que par ses contraires, le terme « explicite »
évoque moins que « manifeste » une intention de ne pas dire, mais plus une difficulté à
exprimer clairement.
Est caché ce qui « est soustrait, dérobé à la vue, mis dans un lieu où on ne peut trouver ».
Les sens proches proposés sont dans le registre de l’intentionnalité : dissimuler, déguiser,
enfouir, étouffer, masquer. Les contraires sont : montrer, déceler, découvrir, avouer,
exprimer. Comme « manifeste », me semble-t-il, « caché » porte une part d’intentionnalité.
Latent vient du latin latens, latere qui signifie être caché. En langage commun actuel est
latent ce qui demeure caché, qui ne se manifeste pas mais qui est susceptible de le faire à
tout moment. Les sens proches proposés sont : secret, larvé. Les contraires sont : apparent,
manifeste, patent.
Est implicite ce qui est virtuellement contenu dans une proposition, un fait, sans l’être
formellement, et peut en être tiré par déduction, induction. Exemple de la volonté implicite,
non formulée mais que la conduite de la personne permet de supposer. Les contraires sont :
explicite, exprès, formel.

On le voit à travers cet exercice de définitions, au-delà du sens, les mots sont porteurs d’une
intention, elle-même esquissant un modèle. Par ma part, j’utiliserai les termes de « demande
exprimée » et de « demande implicite » qui séparent le « dit » du « non (encore) dit » sans
présumer du pourquoi du non-dit, en considérant que la co-élaboration de la demande, au
travers des échanges coaché-coach, n’a pas encore fait émerger le « non (encore) dit ».

Dans le coaching comme dans toute relation d’aide se posent les questions de fond
suivantes : « Quelle chose veut la personne ? » ; « Que recherche-t-elle en faisant action de
s’adresser à un tiers professionnalisé ? ». La première demande exprimée dit l’insatisfaction
de la situation actuelle vécue et son attente de passer à une situation différente jugée
souhaitable. « Derrière cette demande manifeste se profile une autre demande, non
exprimée celle-ci, que le coach doit discerner. Selon les auteurs, on parle de demande
latente, implicite, cachée, qui reflète le véritable désir du coaché, mais révèle aussi ses
principales limitations […] En arrière plan de la demande latente se profile le désir du
coaché, mais aussi son besoin (…) L’écart entre demande latente et désir est souvent défini
comme problématique du coaché ». (2007, p 310-311). J’ai retenu cette proposition de
Michel Moral car elle présente tout un ensemble de notions - Réel, demande manifeste,
demande latente, désir, besoin, problème, problématique - reliées les unes aux autres et
articulées autour de la notion de demande. Notions sur lesquelles je reviendrai

De la demande exprimée à la demande implicite DESU Pratiques du coaching Paris 8 Boussuge, B. (Mars 2009) 27/121
ultérieurement. Je retiens à ce stade qu’à une demande exprimée correspondrait une
demande implicite associée.

Sur un document fourni par Frédéric Rousseau ( 2008, p 7) figure la phrase suivante : « une
demande en cache toujours une autre parce qu’elle est toujours demande d’autre chose ».
La demande vue comme une mise en abyme, un mouvement permanent. Cela pose alors la
question du travail à faire sur la demande ? En effet quand une demande implicite est
explicitée elle serait alors associée à une nouvelle demande implicite et ainsi de suite, sans
fin. Cela m’amène à faire le lien, d’une part, entre la nécessité de poser un cadre et un
contrat pour circonscrire ce champs immense (infini ?) qu’est la demande et d’autre part,
avec cette composante de la systémique que sont les boucles de rétroaction proposées par
l’approche cybernétique qui permettent un ajustement permanent à la demande en
constante évolution.

A-6.1.2) Au commencement une première demande exprimée

Le grand dictionnaire de la psychologie Larousse définit la demande comme « La forme


ordinaire que prend l’expression d’un souhait, dans le cas où il s’agit d’obtenir quelque chose
de quelqu’un, et à partir de laquelle le désir se distingue du besoin. Le terme de demande
est devenu d’un usage courant dans le champ non seulement de la psychanalyse mais aussi
des diverses psychothérapies qui s’en inspirent de prés ou de loin. Il n’est pas rare
notamment d’évaluer la possibilité de commencer une cure en se reportant à la force de
la demande ou à sa qualité : s’agit-il, par exemple, d’un simple souhait de comprendre, qui
ne résistera pas aux difficultés du travail psychanalytique ? Ou s’agit-il d’une véritable
aspiration à un changement, dés lors que le sujet se trouve ne plus pouvoir supporter ce qui
constitue son symptôme ? » (2007, p 245). On retrouve ici l’idée de socle du travail, support
sur lequel repose le travail.

Cette idée est partagée par Angel & Amar : « La demande conditionne l’interaction en étant
une indication du degré d’adhésion du coaché au processus […] un premier objectif est donc
de faire émerger une demande qui puisse servir de support à un travail. » (2005, p 79). Il
s’agit ici d’une première demande pour enclencher le processus de coaching. « Le travail de
coaching s’appuie sur cette première demande, explicite, exprimée souvent en termes
opérationnels. […] l’expression d’une demande explicite exploitable permet, dans un premier
temps, de valider l’adhésion du client au processus et d’établir un contrat sur des bases
solides ». (2005, p 80).

De la demande exprimée à la demande implicite DESU Pratiques du coaching Paris 8 Boussuge, B. (Mars 2009) 28/121
Je retiens également la formulation proposée par Frédéric Rousseau (2008a, p1) de « mettre
la demande au travail » à partir des éléments exposés par le coaché.

La notion de demande est plurielle et dynamique. La demande exprimée apparaît comme le


premier maillon de la séquence de demandes, le premier temps du mouvement évolutif de la
demande.

Dans son ouvrage sur Lacan, Paul-Laurent Assoun précise que « La demande serait un
dérivé du désir, une demande abyssale d’amour. La demande, qui surgit à l’occasion de la
satisfaction du besoin, s’adresse à l’Autre et s’avère indéfinie. Elle est proprement sans fond
tel le tonneau des Danaïdes, puisque le sujet demande au-delà de la satisfaction du besoin.
Elle procède d’une déviation des besoins de l’homme du fait qu’il parle, en ce sens que ses
besoins sont assujettis à la demande, lui reviennent aliénés. » (2003, p 67). Dans cette
perspective psychanalytique, la demande profonde serait donc d’amour, d’amour infini,
expression d’un manque.

A-6.1.3) La(es) demande(s) implicite(s)


Angel & Amar poursuivent « cette demande explicite cache souvent d’autres niveaux de
demandes implicites qui se dévoileront au cours du processus ». Il n’y aurait pas une mais
plusieurs demandes implicites, une succession de demandes en quelque sorte. Les
auteurs de préciser « la psychanalyse parle de demande manifeste qui cache une demande
latente, inconsciente. Dans un autre registre les approches systémiques familiales parlent de
demandes officielles qui masquent une demande cachée ». (2005, p 80). Par rapport à l’idée
selon laquelle une demande en cache toujours une autre, nous avons ici deux nuances, il y
aurait au bout du bout une demande cachée ou latente avec des demandes intermédiaires
implicites. Il n’est pas fait mention de demandes sans fin. « Avec le temps, et le
renforcement de l’alliance, la mise en lumière de modes de fonctionnement et de
représentations va faire émerger d’autres demandes, plus profondes, du client ». Demandes
profondes dont la nature n’est pas ici explicitée mais qui rappelle la métaphore de la
demande-iceberg, avec sa partie visible et ses 90% immergés se dérobant au regard
immédiat. « Ainsi un problème relationnel avec un supérieur hiérarchique est-il le signe d’un
besoin de reconnaissance et de validation qui renvoie à des expériences de vie ou des
schémas de pensée acquis précocement. De même, une nouvelle prise de poste fait naître
un degré d’anxiété, d’agressivité, de problèmes relationnels qui cachent une peur de
l’imposture et un déficit d’estime de soi dont le client va percevoir les effets répétitifs dans
d’autres situations de sa vie. (…) Cette demande (explicite) a souvent vocation à évoluer

De la demande exprimée à la demande implicite DESU Pratiques du coaching Paris 8 Boussuge, B. (Mars 2009) 29/121
dans le coaching au fur et à mesure que les enjeux plus profonds du client sont mis à jour ».
(2005, P 80).

Plusieurs axes d’évolution de la demande sont ici proposés :


- l’alliance (la relation de confiance qui lie le coach et le coachée)
- la prise de conscience de modes de fonctionnement, de comportement
- la mise en évidence de représentations ou vision du monde, de schémas de pensée.

Ces ingrédients vont permettre au demandeur de faire évoluer sa demande pour


l’approfondir dans le sens où il reliera, avec l’aide du coach, ses problèmes opérationnels
avec des problématiques plus intimes.

Dans le même registre Jacques-Antoine Malarewicz (2005, p 132) dit que « pour chaque
situation, coexistent en fait une demande officielle, en quelque sorte un prétexte, et une ou
plusieurs demandes cachées auxquelles il s’agit également de répondre selon les modalités
qui vont être décrites. Cela signifie que la quasi-totalité des demandes de coaching
correspondent à l’une des sept demandes officielles et qu’elles recouvrent également un
certain nombre d’autres demandes qui, même si elles ne sont pas énoncées ou explicitées
sont immédiatement présentes dans la situation du client.. »

Dans un autre ouvrage publié deux ans plus tard, J.A. Malarewicz précise et nuance (2007,
p 61- 63) « pour chacune des demandes (…) officielles, au moins une autre demande doit
être identifiée. (…) la ou les demandes cachées. L’une ne va pas sans l’autre. La première
justifie la démarche, les secondes l’expliquent. L’une est un prétexte, les autres motivent
clandestinement la personne ». L’auteur propose un autre tableau de huit correspondances
entre demande officielle et demande cachée, présentées comme autant de points de repères
et non comme une procédure systématique.

Demande officielle Demande(s) cachée(s)


Recherche d’expertise Recherche de compétences relationnelles
Problème de confrontation Absence de lien de parité
Problème de conduite de réunion Recherche de consensus et ignorance de la dynamique de
groupe
Problème de prise de décision Absence de confiance en soi
Problème de gestion du temps Absence de confiance en soi
Nouvelles Responsabilités Problème de reconnaissance et d’imposture
Problème individuel recherche de médiation
Problème de deuil Travail de deuil

Tableau 1 : Correspondance demande officielle – demande cachée ( Malarewicz, 2007, P 62)

De la demande exprimée à la demande implicite DESU Pratiques du coaching Paris 8 Boussuge, B. (Mars 2009) 30/121
Selon l’auteur, la dimension explicite de la demande ne serait qu’une fausse barbe. La
« vraie » demande, plus intime, non immédiatement « dévoilable » ou non connue
consciemment, serait à découvrir en arrière-plan. A titre personnel, je ressens une grande
réserve sur les notions de « caché » ou de « clandestin » proposées par l’auteur. Ces
notions présupposent beaucoup, une certaine intentionnalité de masquer par exemple, et
risquent d’induire de façon significative que la personne a quelque chose à cacher.

La grille RPBDC proposée par Vincent LENHARDT (2007, p 169) propose une échelle de
demandes allant de « explicite » à « latente » en passant par « non demande », « contre
demande », « anti-demande », « demande confuse », « demande ambiguë »,
« ambivalente » et « paradoxale ». Dans ce cas, la demande latente est définie comme le
« niveau préconscient ou inconscient de demande, qui ne pourra émerger qu’avec le temps,
une clarification des points précédents (réel, problème, besoin) et une position du client de
plus en plus consciente dans sa relation à lui-même et au coach »

A-6.2) Théories, concepts, auteurs

Selon la perspective théorique dans laquelle on se place, la notion de demande sera prise
en compte différemment. Ainsi dans une perspective psychanalytique, (très présente chez
des auteurs référents sur le coaching comme Devillard ou Moral), il sera bon d’étudier la
demande à la lumière du tryptique « demande-besoin-désir » dans lequel le désir représente
en quelque sorte l’attracteur de la demande non manifeste. Dans une perspective
comportementalo-cognitive, (approche présente chez Amar) l’accent sera porté sur la mise
en évidence de représentations ou de fonctionnements liés au vécu de la personne, et la
possibilité qui en découle de modifier ou d’enrichir sa gamme de comportements ou de
pensées par de nouveaux apprentissages. Enfin dans une perspective constructiviste, les
modèles précédents sont perçus comme autant de constructions qui n’ont pas de réalité plus
vraie qu’une autre réalité construite à partir d’un modèle différent. L’accent sera alors placé
sur une co-construction entre coach et coaché sans modèle de lecture pré-établi. C’est
l’exemple du modèle de Palo Alto qui combine systémique et constructivisme. Jugeant qu’un
modèle de lecture trop marqué peut influencer le regard, Paul Watzlawick (1978, p53) citant
Einstein rappelle que « C’est la théorie qui décide de ce que nous sommes en mesure
d’observer ». Alors ne pas avoir de modèle trop marqué (voire pas de modèle du tout pour
les plus radicaux) est l’option proposée par le constructivisme. Pour pouvoir, à la façon
d’Aristote, rester étonné, faire « du Kairos, l’art de saisir le moment opportun, un critère de la
vertu du coach », comme le rappelle Maurice Matthieu (2009, p.1).

De la demande exprimée à la demande implicite DESU Pratiques du coaching Paris 8 Boussuge, B. (Mars 2009) 31/121
A-6.2.1 Le point de vue psychanalytique

A quoi correspondent le Besoin et le Désir et comment s’articulent-ils avec la demande ?

A-6.2.1.1 le besoin
Le besoin est défini dans le grand dictionnaire de psychologie Larrousse (2005, p 122) par
un « état de l’organisme résultant d’un déséquilibre entre d’une part, des normes
physiologiques et culturelles et, d’autre part, des informations sur l’état du milieu intérieur ou
extérieur, ou des représentations. ». Paul Laurent Assoun (2007, p 67) dit que « le besoin
est défini et matériel, au plan biologique ». Dans des notes transmises dans le cadre du
travail de direction de mémoire, André (2008, p 1) écrit « le mot besoin sent la disette ; son
exigence de satisfaction, il la tient de la nature. Le besoin n’a ni envers, ni dessous, il est
simple comme la misère, triste comme la pénurie, lourd comme la nécessité ». Le besoin est
actuel, immédiatement présent.
Il y a une distinction entre les besoins primaires et secondaires. Les besoins primaires sont
les besoins organiques fondamentaux, qui touchent à la survie de l’individu et de l’espèce.
Ils sont liés à différents facteurs :
• l’équilibre homéostatique du milieu intérieur (boire, manger, uriner, …) ;
• le maintien de l’intégrité corporelle (éviter la douleur) ;
• assurer la pérennité de l’espèce (reproduction, soins parentaux) ;
• le bon développement et le bon fonctionnement psychique et mental (contact,
sommeil, stimulation).

Les besoins secondaires qui se greffent ou se superposent, par généralisation ou


conditionnement sur le besoin primaire, sont « d’autant plus nombreux et variés que le
système nerveux est plus complexe : tels sont la plupart des besoins sociaux, cognitifs ou
culturels. » (Grand dictionnaire Larrousse de Psychologie, 2005, P 122).

On retrouve cette même hiérarchisation des besoins dans les approches de motivation
satisfactionnelle de Abraham Maslow avec la pyramide des besoins (fig 1), où le principe est
que pour satisfaire un besoin, il faut avoir satisfait les besoins de rang inférieur. Très
prosaïquement, c’est la transcription de l’adage populaire « ventre affamé n’a pas d’oreille ».

De la demande exprimée à la demande implicite DESU Pratiques du coaching Paris 8 Boussuge, B. (Mars 2009) 32/121
figure 1 : pyramide des besoins de Maslow

A-6.2.1.2 Le désir
Le grand dictionnaire de la psychologie (2007, p 261) qui décrit le désir sur plus de six
colonnes, donne quelques clés pour cerner la notion de désir en prenant l’exemple du
nouveau-né : « au cri de l’enfant, la mère répond en l’interprétant comme une demande,
c’est-à-dire un appel signifiant à la satisfaction. L’enfant se trouve donc dépendre dès les
premiers jours d’un Autre dont la conduite procède du langage. S’il revient à la mère de
répondre à la demande, elle tente de la satisfaire parce qu’au-delà du cri elle suppose la
demande de l’enfant. Cette demande n’a de signification que dans le langage. Mais l’enfant
n’accède au désir proprement dit qu’en isolant la cause de sa satisfaction, qui est l’objet,
cause du désir : le mamelon. Or il ne l’isole que s’il est frustré, c’est à dire si la mère laisse
place au manque dans la satisfaction de la demande. Le désir advient alors au-delà de la
demande comme manque d’un objet. C’est par la session de cet objet que l’enfant se
constitue comme sujet désirant. Le sujet entérine la perte de cet objet par la formation d’un
fantasme qui n’est autre que la représentation imaginaire de cet objet supposé perdu. Car
c’est une coupure symbolique qui sépare désormais le sujet d’un objet supposé perdu. Cette
coupure est simultanément constitutive du désir, comme manque, et du fantasme qui va
succéder à l’isolement de l’objet perdu (…). L’existence du sujet désirant par rapport à l’objet
de son fantasme est un montage, qui procède de l’inscription du manque dans le désir de la
mère puisqu’il revient d’abord à la mère, puis au père, d’inscrire ce manque pour l’enfant, un
manque non pas naturel mais propre au langage. Le langage et la coupure dont il est le
porteur sont reçus comme Autres par le sujet. Ils portent avec eux le manque. C’est pourquoi
Lacan dit que le désir du sujet est le désir de l’Autre ». Tout se passe, me semble-t-il, dans
cette approche, comme si l’individu en devenir qu’est ce nouveau-né, avait intériorisé
l’extériorité de « ce lieu d’où ça parle », l’Autre lacanien. Comme si « ça » parlait en lui-
même, comme lorsque sa mère parlait pour lui aux premiers temps en interprétant ses cris.

De la demande exprimée à la demande implicite DESU Pratiques du coaching Paris 8 Boussuge, B. (Mars 2009) 33/121
Rousseau (2008a, p 2) écrit que l’objet du désir est du côté du symbolique , « son manque
c’est la castration. Ne pas être tout. C’est ce qui permet et entretient le désir ». Le désir naît
de la séparation de la mère et de l’enfant. Retrouver la complétude de la vie intra-utérine,
paradis perdu où les besoins sont satisfaits sans efforts, sans avoir à l’exprimer, serait la
quête inaccessible. Le manque incomblable, le désir inassouvissable, l’attracteur de la
demande au fond. Effectivement, ainsi défini, le désir ne peut pas se demander directement.
Comment combler l’incomblable ? « Le désir s’introduit comme au-delà de la demande : de
fait, le désir ne se demande pas. » Assoun ( 2007, p 67). « La demande est, ce qui du désir,
s’adresse à l’autre, par le champ du langage » Lacan, Seminaire IV – la relation d’objet.

« Le Wunsch est hypothétique, qu’on le traduise par « désir », « vœux » ou « souhait » ; il


conjugue le passé futur au conditionnel ; sa langue primitive est celle du fantasme». (André
2008, p1). Selon Lacan : « il n’y a pas d’autre bien que ce qui peut servir à payer le prix pour
accéder au désir ».

Selon ma compréhension, le désir serait en quelque sorte une quête éperdue d’un objet
perdu, fantasmé. Ce manque structurel, puisque inassouvissable, projetterait son ombre sur
les demandes adressées à autrui, illusoire intermédiaire entre le sujet et l’objet perdu,
Intermédiaire incarnant le secours extérieur, évocation de la toute puissance parentale
passée. Car, dès la naissance, le secours vient de l’extérieur, de la mère, des parents qui
fournissent à l’enfant, nourriture, soins, affection et secours.

A-6.2.2 La question identitaire


La notion de question racine ou question fondamentale est : « Qui suis-je ? ». Cette question
se décline selon la structure psychique de la personne concernée. C’est la position formulée
par Roland Brunner : « Dans la réalité, dans la vie sociale, dans le monde des entreprises,
la structure psychique détermine plus ou moins le style de management, en fonction de la
question fondamentale que se pose l’individu, celle de sa structure : « Suis-je un homme ou
une femme ? » se demande l’hystérique. « Suis-je mort ou vivant ? » se demande
l’obsessionnel. « Puis-je fuir mon angoisse ? » se demande le sujet narcissique. « Puis-je
jouir ? » se demande le pervers. « Est-ce que j’existe ? » se demande le psychotique ».
(2002, p 4). L’attracteur profond de l’évolution de la demande serait donc la question du
« moi » : « Qui suis-je ? ».

De la demande exprimée à la demande implicite DESU Pratiques du coaching Paris 8 Boussuge, B. (Mars 2009) 34/121
Vincent Lenhardt rappelle que le développement de l’identité managériale est différent du
développement de l’identité personnelle. (2007, p 185) « Cette différence prise en compte
par le coach l’amène à bien connaître les limites de son client, les siennes et celles de la
relation. Il doit ainsi éviter que le client régresse et s’investisse trop émotionnellement (…).
Cependant cette limite n’est pas toujours facile à trouver car le rôle du coach, justement, est
d’aider les personnes à prendre conscience d’un certain nombre de choses, et notamment à
laisser émerger jusqu’à un certain point une demande latente ». Cette formulation pose la
question de la frontière entre thérapie et coaching. Question à laquelle Vincent Lenhardt
propose ces éléments de réponse : « Le coach doit toujours être prudent, afin de ne pas
transformer le travail de coaching en une autre relation : soit trop intime, soit trop
éprouvante, soit trop dépendante pour le client ».

A-6.2.3 Le questionnement existentiel


Dans un registre proche, Victor E. Frankl (2006, p 100) défend l’idée du sens de la vie
comme « motivation fondamentale de l’être humain ». Derrière une demande d’un individu
serait affleurante la question de « la raison de vivre, unique car révélée qu’à lui seul ». Et
selon l’auteur c’est seulement à partir du moment qu’est identifiée cette raison de vivre
« qu’elle prend un sens pouvant satisfaire son besoin existentiel ». Et cette recherche de
sens nourrirait d’une certaine façon une force d’évolution de la demande. Irvin Yalom (2008,
p 9-40) dans l’introduction de son ouvrage consacré à la thérapie existentielle, met l’accent
sur l’importance cardinale de « la conscience des enjeux ultimes ». Enjeux ultimes que sont
la relation à la mort, à la liberté, à l’isolement et à la relation, et au sens, ce en quoi il rejoint
Frankl. Bien que notre propos s’inscrive dans le champ du coaching et non dans celui de la
thérapie, nous disposons ici d’autres hypothèses d’explication de l’évolution de la demande.

A-6.2.4 le point de vue constructiviste


La célèbre phrase de Korzybski « une carte n’est pas le territoire » rappelle la prudence qu’il
est bon de conserver lorsqu’une situation humaine est analysée à l’aide d’un modèle. On
retrouve régulièrement la métaphore des lunettes du coach pour souligner ce fait.

Le postulat constructiviste affirme qu’on ne peut pas connaître la vérité en dehors de nous.
C’est à dire qu’il n’y a pas de vérité en soi. Sont différenciés deux ordres de réalité, celui du
premier ordre, le niveau perceptuel, factuel et celui du sens attribué à ce qui est perçu, celui
du second ordre. La formulation d’Epictecte qui date de près de 2000 ans « ce ne sont pas

De la demande exprimée à la demande implicite DESU Pratiques du coaching Paris 8 Boussuge, B. (Mars 2009) 35/121
les choses qui troublent les hommes mais l’opinion qu’ils en ont » ne dit finalement pas autre
chose . La réalité vécue est donc une construction.
Ceci implique le respect de la réalité de l’autre car une construction n’est ni meilleure ni plus
vraie qu’une autre, elle est adaptée ou non au contexte par rapport à l’objectif souhaité.

Je trouve intéressant de s’arrêter un instant sur ce point. Paul Watzlawick, de l’école de Palo
Alto, en filiation directe avec Milton Erickson et Grégory Bateson, va proposer une autre
approche psychologique et remettre en cause les modèles établis alors. Vont être
contestées les instances psychiques, et la modélisation de l’inconscient au sens
psychanalytique, perçus comme une construction de deuxième ordre, comme un modèle
parmi d’autres possibles. De même, les apports de la cybernétique et de la systémique aux
interactions humaines vont définitivement remettre en cause les lois de causalité directe, en
imposant les concepts de causalité circulaire, de boucle de rétroaction, d’homéostasie,…

Pour revenir à la notion de demande latente, implicite, ou cachée, explorée préalablement, il


me semble que l’utilisation de ces termes « latente », « implicite » ou « cachée » présuppose
une lecture a priori de la situation, convoque un modèle. Dans le chapitre « les principes
thérapeutiques » de son ouvrage « créer le réel », Thierry Melchior revisite nombre de
croyances à l’œuvre dans une relation d’aide. L’auteur interroge la notion de problème
exprimée par le client et la façon dont l’aidant réagit à ce problème. En l’acceptant d’emblée
comme tel sans prendre suffisamment en compte la dimension subjective ( ce que le client
considère comme un problème), il risque de lui donner « plus » de réalité. Et l’auteur de
conclure (2008, p 347) : « on pourrait dire que le client a des difficultés, mais qu’il s’agit de
réaliser avec lui une construction thérapeutique du problème». En transposant ceci au
coaching on pourrait remplacer « construction thérapeutique du problème » par « co-
construction de la demande ». Je citerais une autre croyance évoquée par l’auteur, relative à
l’inconscient et l’insight (2008, p 351) : « Si on entend par prise de conscience le fait de se
rendre compte de quelque chose d’inconscient, alors il faut bien se dire que « l’inconscient »
est une superbe bouteille à encre et qu’on ne saura jamais avec certitude ce qui existe
«vraiment » en lui. La seule chose que l’on puisse affirmer en toute rigueur, c’est que parfois
le patient donne une autre signification à quelque chose en ayant l’impression de « se rendre
compte de » et que ce changement de signification peut avoir des effets importants. Cela
n’autorise pas à en conclure que les significations « trouvées » ne sont pas tout autant
« inventées », « créées » que « trouvées ». Cela n’autorise pas non plus à en conclure
qu’on a « pris conscience » de quelque chose de latent, déjà là dans l’inconscient. »

De la demande exprimée à la demande implicite DESU Pratiques du coaching Paris 8 Boussuge, B. (Mars 2009) 36/121
L’auteur propose une autre hypothèse sur l’insight – la révélation du latent - qui serait une
co-élaboration qui émergerait des interactions entre client et aidant.

L’absence de théorie préconçue de la personnalité humaine, défendue par Milton Erickson,


« se justifie par le fait que pour pouvoir observer, apprendre, il est important de ne pas être
prisonnier d’une grille de lecture préalable trop déterminée ». (2008, p 380) Ainsi, un aidant
qui « adhère étroitement à une théorie de la personnalité, de son évolution, des causes des
troubles, ne verra jamais que ce que sa théorie lui permet de voir ». (Melchior, 2008, p 381).
Martine Boulard (2007, P 227) exprime un point vue similaire : « quand on demandait à
Milton Erickson quelle était sa représentation du fonctionnement de la psyché, il répondait
« Chaque patient est un modèle ». Il vit une expérience qui modèle d’une façon particulière
sa représentation du monde. Comment y accéder et la modifier ? Le coach va d’abord
écouter afin d’utiliser ses mots, ses images, ses croyances pour ensuite proposer à son
inconscient de se donner de nouvelles options, grâce à l’art de la métaphore ».

A-6.2.5 les axes d’évolution de la demande


En compilant les différentes hypothèses explicatives de l’évolution de la demande, je
retiendrais : l’alliance établie entre le coach et le coaché, la co-construction dans
l’interaction, la mise en évidence des représentations et des modèles de comportement,
l’expression d’aspirations à un surcroît de sens, à une identité mieux définie, et à un meilleur
positionnement vis à vis d’enjeux ultimes tels que le rapport à la mort.

A-6.3) démarches, pratiques, méthodologies, et techniques

La notion de demande cachée ou latente fait référence à des théories intrapsychiques de


l’humain. Dans le cas d’approches purement interactionnelles, la notion de demande cachée
est hors champ, on privilégie la notion de co-construction du problème comme le fruit d’un
travail intersubjectif émergent de la relation coach-coaché. Il ne s’agit donc pas de révéler
une demande inconsciente mais de co-construire.
Pour illustrer, nous avons choisi de détailler deux méthodes d’intervention.
La première méthode est celle de Vincent Lenhardt. Le modèle RPBDC, reposant sur une
théorie de l’humain utilisant l’analyse transactionnelle, et très influencé par les pensées
humanistes développées par Frankl et Shultz entre autres.
La seconde méthode exposée par Françoise Kourilsky s’inscrit dans une perspective
constructiviste et systémique. Elle repose principalement sur la méthode développée à Palo

De la demande exprimée à la demande implicite DESU Pratiques du coaching Paris 8 Boussuge, B. (Mars 2009) 37/121
Alto par Watzlawick, Weakland, Fish, Don Jackson à partir des travaux de Grégory Bateson
et de la pratique de Milton Erickson.

A-6.3.1) Lenhardt et la grille RPBDC


Déjà exposée ci-avant, la grille RPBDC de Vincent Lenhardt, à laquelle Delivré adhère
également, est une méthode pour analyser et travailler la demande.
Elle comporte cinq principales entrées détaillées en illustration 1. Chacune d’elles comporte
un questionnement particulier.

Illustration 1 : grille RPBDC (Lenhardt, 2007, p169)

L’illustration 2 souligne la dynamique de cette technique d’intervention. Il ne s’agit pas de


passer linéairement d’une thématique à l’autre mais en procédant par itérations, de co-
construire la demande avec le coaché.

De la demande exprimée à la demande implicite DESU Pratiques du coaching Paris 8 Boussuge, B. (Mars 2009) 38/121
Illustration 2 : grille RPDC en action ( Lenhardt, 2007, p 173)

Au-delà de l’outil que représente la grille RPBDC, Lenhardt indique (2002, p 179) « … je
suis arrivé à la conclusion que les éléments de la grille RPBDC étaient loin d’être suffisants »
et précise « l’expérience de la conduite de milliers d’entretiens de coaching, de réunions et
de supervisions de professionnels de la relation d’aide, m’a amené à considérer au moins
quinze paramètres qui représentent autant de voyants lumineux sur le tableau de bord du
coach ». Dans cette grille étendue de 15 paramètres, présentée comme un tableau de bord
de la relation, on retrouve notamment l’alliance, le contrat, le cadre, l’ici et maintenant,
l’OKness. Ceci montre l’interrelation entre la demande et de nombreux paramètres qui sont à
l’œuvre dans le système complexe qu’est une relation coach-coaché.

A-6.3.2) Kourilsky et l’approche de Palo Alto

Pour Kourilsky, la notion de demande latente, expression impliquant une théorie de l’humain,
n’est pas intégrée. Elle l’explique en faisant référence à la définition que donne Erickson de
l’inconscient : « L’inconscient correspond selon lui à ce que nous savons mais qui n’est pas
directement conscient pour nous ; il s’exprime, pour lui, au travers des micro-signaux para-
verbaux et non verbaux que nous émettons sans nous en rendre compte . Pour Erickson,
l’inconscient n’est surtout pas cet adversaire qu’en a fait Freud ; il est au contraire notre allié
et notre guide le plus précieux. Il le considère en effet comme la partie la plus riche de
l’individu, celle qui emmagasine tous les apprentissages et toutes les ressources
nécessaires à notre développement. Il rejoint néanmoins Freud sur le fait qu’il est, lui aussi,
convaincu que nos conduites et nos processus sont essentiellement régis par notre
inconscient mais s’en écarte par le fait qu’il s’est refusé à élaborer toute théorie sur les motifs
les plus profonds de la conduite humaine ». (2008, p 96)

De la demande exprimée à la demande implicite DESU Pratiques du coaching Paris 8 Boussuge, B. (Mars 2009) 39/121
L‘approche de Palo Alto, dont Françoise Kourilsky se revendique, est une approche de
résolution des problèmes humains. La demande est de résoudre un problème. Le travail sur
la demande va consister à examiner, clarifier ou redéfinir l’énoncé du problème : « aider
l’interlocuteur à clarifier son problème de telle sorte qu’il soit possible à résoudre, explorer
avec lui les solutions tentées qui ont participé à maintenir le problème, construire son désir
de changer en projetant le futur souhaité ; exploiter ses ressources et la fonction utile de ses
résistances. Toutefois, selon la nature du problème, le profil de la personne concernée, un
conseil direct, un simple recadrage ou une tactique indirecte d’intervention peuvent s’avérer
suffisants ». (2008, p225). Parmi les exemples de travail sur le problème, sont cités (2008,
pp226-238) :
- l’énoncé du problème est vague ;
- le cadre de l’énoncé est trop restrictif ;
- le niveau logique est inadéquat ;
- l’interprétation rend le problème insoluble ;
- des présupposés limitants sont masqués dans l’énoncé ;
- le problème résulte d’une prédiction limitante.

Et l’auteur de conclure : « un mauvais énoncé se reconnaît lorsqu’il est flou, mal cadré,
exprimé en termes de dilemme, posé en double contrainte, formulé en termes de solutions et
non d’objectifs à atteindre et qu’il découle d’une illusion de contrôle ». (2008, p 238).

On retrouve ici l’idée de Fish (infra A.6.1) selon laquelle on consacre 9,5 séances sur 10 à
savoir quel est le problème et la demi-séance restante à le régler.

On voit bien à travers ce modèle d’intervention que l’accent est mis sur un travail logique
autour de l’énonciation du problème à résoudre, objet de la demande. Cette méthode
d’intervention semble moins appropriée si la demande ne peut s’exprimer sous la forme d’un
problème à résoudre. Nous prenons comme signification du mot « problème », la
persistance et la récurrence de difficultés résistantes aux essais de résolution tentés par le
coaché. « La vie est une succession de difficultés, une difficulté qui se répète est un
problème » (Watzlawick, et al., 1975, p 50 ).

Peut-être pourrait-il y avoir un biais à problématiser une situation pour pouvoir intervenir en
mode de résolution de problème. C’est potentiellement une limite de cette approche.

De la demande exprimée à la demande implicite DESU Pratiques du coaching Paris 8 Boussuge, B. (Mars 2009) 40/121
B- Problématique
La problématique étudiée lors de la séance de coaching concerne la demande et plus
précisément comment la première demande exprimée par la coachée, Mme M., évolue au fil
des interactions avec le coach. Nous l’avons vu, quels que soient les référentiels théoriques,
l’ensemble des auteurs s’accorde pour dire que la qualité du cadre et de l’alliance,
l’exploration du réel et du besoin, sont des facteurs d’évolution de la demande. En revanche,
les auteurs divergent sur la nature de la demande implicite et parfois même sur son
existence. Par conséquent, ils divergent également sur la façon d’aborder ce travail de la
demande. Recherche d’insight pour les coachs influencés par la psychanalyse, recherche
des mécanismes cognitifs ou comportementaux pour les coachs influencés par les TCC,
recherche de la réalité de deuxième ordre et travail sur l’énoncé du problème pour les
coachs constructivistes.

Cet entretien de coaching est réalisé après le début de ma formation à l’approche de Palo
Alto. Je suis fortement influencé par les concepts constructiviste et systémique sur lesquels
s’appuie cette méthode. Je m’efforce de ne pas présupposer des difficultés de la coachée,
de ne pas plaquer ma vision du monde sur la situation et de suivre la grille de
questionnement en 4 zones : problème, objectif, vision du monde, tentatives de solutions.

Dans l’analyse de cette séance, je vais tenter de mettre en évidence les évolutions de la
demande, entre la première demande exprimée et les demandes successives qui vont
émerger des interactions. Je vais souligner l’influence des reformulations, des recadrages,
des questions exploratoires, du travail sur le contexte, sur le réel, sur les besoins, sur les
ressources et évidemment sur la demande.

De la demande exprimée à la demande implicite DESU Pratiques du coaching Paris 8 Boussuge, B. (Mars 2009) 41/121
C- Méthodologie

C-1) Contexte du recueil de données


L’entretien a été réalisé à Paris, au mois de juillet 2008, dans les locaux de la société dont
Mme M. assure la direction. Plus précisément l’échange se déroule dans le bureau de Mme
M.. L’enregistrement de l’entretien s’est effectué, avec l’accord de Mme M., à l’aide d’un
baladeur audio numérique de dimension fort discrète. L’entretien de 1h10 est intégralement
retranscrit pour les besoins de ce travail d’étude. C’est le premier entretien de ce coaching. Il
a néanmoins été précédé plusieurs mois auparavant d’un déjeuner d’échange professionnel,
auquel Madame M. fait allusion au cours de la séance, et au cours duquel j’ai exposé à Mme
M. ma démarche de formation au coaching. Exposé qui a retenu son attention puisqu’elle
m’a sollicité ensuite afin d’effectuer un travail d’accompagnement de réflexion pour le
développement de son entreprise. Avant l’enregistrement, j’ai expliqué à Mme M. les
principes du travail : nombre de séances, durée des séances,… L’enregistrement
commence, le cadre ayant été préalablement posé.

C-2) Les sujets impliqués

C-2.1) La coachée

Mme M. a 50 ans. Après avoir quitté son pays d’origine, elle s’est installée en France, où elle
a épousé un français. Elle est mère de 3 grands enfants. Elle a fondé, il y huit ans et dirige
depuis sa création une agence de relation media appelée dans la retranscription « la grande
société » pour des raisons de confidentialité. Elle travaille avec une stagiaire qu’elle
renouvelle tous les 6 mois environ. La motivation exprimée initialement par Mme M. est
d’être accompagnée dans la réflexion du développement de son entreprise. Autodidacte, elle
a une expérience et un professionnalisme reconnus, qui font référence sur la place de Paris.
Elle travaille 70 heures par semaine et aimerait repenser son activité pour dégager
davantage de sens, de plaisir, mieux contrôler son temps et mieux gagner sa vie. Pour
information, Mme M. a suivi une thérapie analytique d’une dizaine d’années, qu’elle a arrêtée
au moment de la création de son entreprise. Elle est francophone de naissance mais il y a
eu pendant les séances, des petites ambiguïtés liées à des compréhensions différentes des
mêmes mots. Bien que Mme M. vive en France depuis une vingtaine d’années, apparaît au
cours des échanges un filigrane interculturel.

De la demande exprimée à la demande implicite DESU Pratiques du coaching Paris 8 Boussuge, B. (Mars 2009) 42/121
C-2.2) Le coach

Pour ma part, marié, 42 ans, jeune papa d’une petite fille de 12 mois, j’ai une double
formation ingénieur et marketing, et 20 ans d’expérience dans les nouveaux médias et les
services interactifs dans différents domaines d’activité. Je suis actuellement Manager d’une
équipe marketing dans un important groupe financier. Au cours des dix dernières années j’ai
suivi une psychanalyse freudienne pendant 6 ans, je me suis formé à différentes techniques
de développement personnel et de management. En parallèle du DESU, je suis en formation
avec Irène BOUAZIZ à l’école du paradoxe, où je me forme à l’intervention stratégique brève
selon le modèle de Palo Alto. Ce travail de coaching est le septième depuis que j’ai
commencé le DESU et le premier depuis le début de ma formation à Palo Alto. Passionné
par l’approche systémo-constructiviste, je m’efforce de comprendre la vision du monde de
Mme M., d’appréhender ce qui fait problème pour elle et de co-élaborer avec elle la
demande sur laquelle nous allons travailler.

C-3) Grille d’analyse de la séance de coaching observée


A partir de cette séquence de coaching, ont été établies 7 catégories relatives à la demande
dans une perspective constructivo-systémique sans présumer d’une dimension latente de la
demande. Les interventions du coach sont réparties de la manière suivante :

Catégorie 1 (C1) : Renforcement et maintien de l’alliance


Catégorie 2 (C2) : Exploration du réel / contexte
Catégorie 3 (C3) : Exploration de la vision du monde
Catégorie 4 (C4) : Exploration du(es) problème(s) potentiel(s)
Catégorie 5 (C5) : Exploration de la situation souhaitée
Catégorie 6 (C6) : Travail sur la demande
Catégorie 7 (C7) : Mise en évidence des ressources

Catégorie C1 : Renforcement et maintien de l’alliance

L’alliance désigne la qualité de la relation entre le coach et le coaché. Qualité qui se traduit
par une confiance mutuelle, « un engagement bilatéral entre coach et coaché pour vivre une
fidélité réciproque et une capacité à maintenir la relation malgré les frustrations inévitables »
Lenhardt ( 2005, p 401). Le coach construit et renforce l’alliance par différentes techniques
spécifiques d’écoute : le questionnement, la reformulation, la synchronisation, la réitération
et ses silences. Il s’agit de laisser se développer la parole du sujet ainsi accueillie. L’alliance
est également nourrie par une posture de neutralité bienveillante, sans jugement et
respectueuse des valeurs et de la vision du monde du coaché.

De la demande exprimée à la demande implicite DESU Pratiques du coaching Paris 8 Boussuge, B. (Mars 2009) 43/121
La définition opératoire de cette catégorie pose comme critères de codification que chaque
parole du coach adopte une attitude bienveillante, respectueuse de la parole du coaché
permettant de maintenir l’alliance. Ainsi, les questionnements, les reformulations (« écho »
« reflet » « résumée »), la confrontation respectant ces principes seront codés dans cette
catégorie, tout comme la communication non-verbale du coach (sourire, rire,
synchronisation, silence) relative au maintien de l’alliance.

Catégorie C2 : Exploration du réel, du contexte

L’exploration du réel ou contexte consiste à prendre connaissance des faits. C’est le R de la


grille RPBDC par Vincent Lenhardt. « Quelle est la situation ? » , « De quoi s’agit-il ? » sont
les questions socles de cette catégorie.
La définition opératoire de cette catégorie pose comme critères de codification que chaque
parole du coach est destinée à recueillir une information factuelle ou à explorer le contexte
de la situation. Les questionnements avec les marqueurs : qui, quoi, où, quand, comment,
pourquoi, combien, pour quoi , seront codés dans cette catégorie.

Catégorie C3 : Exploration de la vision du monde

Il s’agit de permettre au coaché d’exprimer ses croyances, ses principes, ce sur quoi il
construit sa réalité de deuxième ordre. Cette exploration sera respectueuse, la vision du
monde du coachée est acceptée inconditionnellement, puisqu’elle est aussi vraie que celle
du coach. La compréhension par le coach des représentations du monde du coaché lui
permettra d’intervenir de façon respectueuse, écologique, efficace pour amorcer un
changement à partir de la réalité du coaché.
La définition opératoire de cette catégorie pose comme critères de codification que chaque
parole du coach est destinée à appréhender le système de valeurs et de croyances du
coaché, à questionner la réalité de deuxième ordre du client. Les questionnements sont du
type : « Comment savez-vous que … ? », « A quoi reconnaissez-vous que … ? », « Que se
passerait-il si … ? », « En quoi est-ce important / intolérable / formidable… ? » La posture
est proche de celle de l’anthropologue car des termes tels que, par exemple, « famille »,
« autorité », « pouvoir », font appel à des représentations personnelles qu’il est nécessaire
d’interroger au risque de plaquer les représentations du coach sur la situation exposée. Le
questionnement est alors du type : « C’est-à-dire ? », « Quelle signification donnes-tu
à …? », « Qu’entends-tu par …? ».

De la demande exprimée à la demande implicite DESU Pratiques du coaching Paris 8 Boussuge, B. (Mars 2009) 44/121
Catégorie C4 : Exploration de(s) problème(s) potentiel(s)

Partir de ce qui est exposé comme un problème par le client pour travailler cette notion de
problème, la questionner, l’affiner. L’aboutissement de cette démarche d’exploration permet
de travailler sur ce qui reste du problème.
La définition opératoire de cette catégorie pose comme critères de codification que chaque
parole du coach est destinée à travailler ce qui est présenté comme posant problème. Les
questions marqueurs sont du type : « En quoi est-ce un problème ? », « Pour qui est-ce un
problème ? », « Si cet aspect était résolu que resterait-il du problème ? », « Quel lien faites-
vous entre cet aspect du problème et cet autre ? », « Qu’avez-vous déjà tenté pour essayer
de le résoudre ? ». Cette dernière question pourrait entrer dans une catégorie d’exploration
des tentatives de solutions. Catégorie que nous n’avons pas retenue pour cette analyse. La
demande relevait davantage d’un accompagnement de réflexion que d’une résolution de
problème.

Catégorie C5 : Exploration de la situation souhaitée

Associée en opposition aux problèmes supposés, la situation souhaitée est la situation sans
le problème. Le travail sur la situation souhaitée, qui peut évoluer, permet de dégager un
objectif. Le travail sur le couple problème-objectif, c’est-à-dire les allers-retours entre
l’expression des difficultés et la visualisation de la situation expurgée de ces mêmes
difficultés, permet, en redonnant de la liberté au système de pensées du coaché, de
considérer différemment la situation. Les interventions retenues pour cette catégorie sont
des questions de type : « Comment saurez-vous que cette difficulté est réglée ? »,
« Imaginez que cette difficulté soit résolue, comment serait alors la situation ? ».

Catégorie C6 : Travail sur la demande

Il s’agit dans cette catégorie d’interroger ce que le coaché attend du coach, en quoi ce
dernier peut l’aider à répondre à ses attentes. La demande et plus particulièrement
l’évolution de la demande, nous l’avons vu, est un élément clé du travail de coaching.
Le travail sur la demande relatif au contenu sera du type : «Que souhaitez-vous ? », « De
quoi souhaitez-vous parler ? ».
Le travail sur la demande, relatif au processus vise à responsabiliser le coaché sur ce qui
relève de son initiative. Une transposition, de la thérapie au coaching, d’une phrase de Milton
Erickson rapportée par Thierry Melchior (2008, p 378) donnerait « c’est le client qui fait le
coaching, le coach fournit seulement le climat, l’atmosphère, c’est tout. Le coaché fait tout le
travail ». La codification de ces interventions sont de type : « En quoi pensez-vous que je

De la demande exprimée à la demande implicite DESU Pratiques du coaching Paris 8 Boussuge, B. (Mars 2009) 45/121
puisse vous aider ? », « Qu’attendez-vous du travail que nous faisons ensemble ? »,
« Qu’attendez-vous de moi ? ».

Catégorie C7 : Mise en évidence des ressources

Le coach mobilise les ressources du coaché pour qu’il s’adapte à de nouvelles situations.
« On appelle « ressources » tous moyens, psychologiques, émotionnels, relationnels,
matériels ou techniques permettant d’atteindre l’objectif souhaité. » (Kourilsky, 2008, p. 257).
« Il s’agit de penser la situation en termes de ressources, c’est-à-dire ce que sait déjà faire
(le client) qui, d’une façon ou d’une autre puisse contribuer efficacement à la résolution de
ses difficultés. » (Melchior, 2008, p 400). Sur le plan de la définition opératoire de cette
catégorie, nous posons comme critères de codification que chaque verbalisation du coach
fait référence à la manière dont le coaché s’est adapté à différents contextes en vue
d’atteindre un objectif.

C-4) Type d’analyse des données recueillies

C-4-1) Analyse quantitative des données

L ‘entretien a été intégralement retranscrit. Apparaissent l’ensemble des verbalisations du


coach et de la coachée, les silences, et quelques éléments non verbaux tels que les
sourires. La retranscription a été intégralement codée en utilisant la grille d’analyse en 7
catégories précédemment détaillée. Pour l’analyse quantitative, nous nous intéresserons en
préliminaire à la répartition des tours de parole entre le coach et la coachée et aux temps de
parole respectifs.
Pour les tours de parole, nous procéderons au dénombrement des interventions du coach et
de la coachée. Seront également notées les plages de silence. Le pourcentage est calculé
en divisant les occurrences de chaque catégories par le nombre total d’occurrences.
Pour estimer le temps de parole, nous avons utilisé le nombre de caractères et le nombre de
mots figurant dans la retranscription. Cela ne prend pas en compte la vitesse d’élocution.
Compte tenu du débit hésitant de la coachée lors de cet entretien, je pense que la mesure
effectuée minore son temps de parole.
Pour l’analyse selon la grille des sept catégories d’intervention, nous recenserons le nombre
d’interventions du coach par catégorie. Nous calculerons la fréquence d’apparition (exprimé
en pourcentage) des interventions de chaque catégorie rapporté à l’ensemble des
interventions toutes catégories confondues.

De la demande exprimée à la demande implicite DESU Pratiques du coaching Paris 8 Boussuge, B. (Mars 2009) 46/121
Pour mettre en évidence la dynamique de progression au cours de l’échange, l’entretien est
divisé en trois périodes de temps identiques. Nous comparerons la vue globale sur
l’ensemble de la séance et les vues partielles de chacune des trois périodes.

C-4-2) Analyse qualitative des données

Nous analyserons qualitativement à l’aide des verbalisations du coach le processus


d’évolution de la demande dans cette séquence de coaching et tenterons de dégager
l’efficience de ce processus.

De la demande exprimée à la demande implicite DESU Pratiques du coaching Paris 8 Boussuge, B. (Mars 2009) 47/121
D- Présentation et analyse des données extraites

D-1) Tours de parole et temps de parole


On observe à la lecture du tableau 1 représentant les tours de parole respectifs du coach et
de la coachée, que le nombre d’interventions du coach (47% des occurrences), est proche
mais légèrement inférieur, au nombre de tours de parole de la coachée ( 49%). Les silences
supérieurs à 5 secondes représentent 4% des occurrences.

SEANCE DE 1H10 OCCURRENCES POURCENTAGE


Tours de parole de la coachée 121 47%
Tours de parole du coach 125 49%
Silence > 5 sec 10 4%
TOTAL 256 100%
Tableau 1 : Répartition des tours de parole coach-coachée

Si l’on considère que le silence est un espace laissé au coaché, les tours de parole de la
coachée représentent 53% des occurrences répertoriées.

coach
coaché
silence

Graphe 1 : Répartition des tours de parole coach-coachée

En analysant le nombre de caractères des interventions du coach et de la coachée avec la


fonction statistique du logiciel Microsoft Office Word, on obtient 9.527 signes (caractères et
espaces) pour les interventions du coach contre 36.585 signes pour celles de la coachée (cf.
tableau 2). Ceci n’est pas le reflet de la réalité du temps de parole mais une approche
estimative à travers cet indicateur qu’est le nombre de signes des interventions. Il manque la
notion de débit verbal. Autre élément de simplification, les silences ne sont pas pris compte.
Pour encadrer cette estimation, nous avons également mesuré le nombre de mots contenus
dans les interventions respectives du coach et de la coachée. Ces précautions étant posées,

De la demande exprimée à la demande implicite DESU Pratiques du coaching Paris 8 Boussuge, B. (Mars 2009) 48/121
que l’on considère l’un ou l’autre des deux indicateurs, les deux mesures sont convergentes
et indiquent que 80% du temps de parole est utilisé par la coachée.

NOMBRE DES SIGNES NOMBRE DE MOTS

CATEGORIE NOMBRE % NOMBRE %


Interventions du coach 9527 20,66% 1734 20,40%
Interventions de la coachée 36585 79,34% 6766 79,60%
Total 46112 100,00% 8500 100,00%
Tableau 2 : répartitions du temps de parole du coach et de la coachée.

Cette mesure estimative minorée du temps de parole illustre (graphe 2) que le temps de
parole laissé à la coachée est au minimum de 80%. Intuitivement, compte tenu des
nombreuses hésitations de la coachée pendant la séance, je pense que la répartition
effective est probablement plus proche de 85-15 que 80-20.

coach
coaché

Graphe 2 : répartition du temps de parole du coach et de la coachée.

De la demande exprimée à la demande implicite DESU Pratiques du coaching Paris 8 Boussuge, B. (Mars 2009) 49/121
D-2) les interventions du coach pendant la séance
Pour le tableau 3, les silences sont réintégrés dans les interventions du coach dans la
catégorie (C1) renforcement et maintien de l’alliance, considérant que le silence est un
espace proposé par le coach à la coachée.

CATEGORIE TITRE DE LA CATEGORIE OCCURRENCES POURCENTAGE


Catégorie C1 Renforcement et maintien de l’alliance 26 20%
Catégorie C2 Exploration du réel, du contexte 39 30%
Catégorie C3 Exploration de la vision du monde 29 22%
Catégorie C4 Exploration de(s) problème(s) potentiel(s) 7 5%
Catégorie C5 Exploration de la situation souhaitée 11 8%
Catégorie C6 Travail sur la demande 10 8%
Catégorie C7 Mise en évidence des ressources 9 7%
Total 131 100%
Tableau 3 : répartition globale des interventions du coach par catégories.

A la lecture des graphes 3 et 4, il apparaît que la distribution des interventions est


concentrée sur trois catégories (C1), (C2), (C3) qui représentent à elles seules 72% des
interventions. Ceci est cohérent avec un premier entretien qui met l’accent sur 3 phases
principales de création d’alliance (C1) avec 26 occurrences pour 20% des interventions,
d’exploration du contexte (C2) avec 39 occurrences et 30% des interventions, et
d’exploration des croyances et représentations de la coachée (C3) avec 29 occurrences et
22% des interventions.

45

40 EFFECTIF
39
35

30
29
25 26
20

15

10 11 10 9
5
7
0
Catˇgorie C1 Catˇgorie C2 Catˇgorie C3 Catˇgorie C4 Catˇgorie C5 Catˇgorie C6 Catˇgorie C7

Graphe 3 : Polygone d’effectifs des interventions du coach par catégorie sur l’intégralité de la séance

De la demande exprimée à la demande implicite DESU Pratiques du coaching Paris 8 Boussuge, B. (Mars 2009) 50/121
En observant les graphes 4 et 5 on voit que le deuxième groupe d’interventions constitué
des catégories (C4), (C5), (C6) et (C7), représente 28% des occurrences.

35%

30% POURCENTAGE
30%

25%
22%
20%
20%

15%

10% 8% 8%
7%
5%
5%

0%
Catégorie C1 Catégorie C2 Catégorie C3 Catégorie C4 Catégorie C5 Catégorie C6 Catégorie C7

Graphe 4 : Histogramme de pourcentage des interventions du coach par catégorie sur l’intégralité de la séance

Ce travail sur la situation souhaitée (C5) et sur la demande (C6) représente chacune 8% des
interventions pour respectivement 11 et 10 occurrences. La mise en évidence des
ressources de la coachée (C7) correspond à 7% des interventions pour 9 occurrences. Enfin
le travail sur le problème (C4) regroupe 5% des interventions pour 7 occurrences.

45

40 39 EFFECTIF

35

30 29
26
25

20

15
11
10
10 9
7

0
Catégorie C1 Catégorie C2 Catégorie C3 Catégorie C4 Catégorie C5 Catégorie C6 Catégorie C7

Graphe 5 : Histogramme d’effectif des interventions du coach sur l’intégralité de la séance

De la demande exprimée à la demande implicite DESU Pratiques du coaching Paris 8 Boussuge, B. (Mars 2009) 51/121
D-3) les interventions du coach par période
En scindant la séance en trois périodes de temps identiques (tableau 4), on remarque que le
nombre d’interventions est réparti de façon assez homogène entre les périodes. On note un
léger pic en période 2 avec 47 prises de parole au lieu de 42 pour les périodes 1 et 2. En
revanche, en observant la distribution des interventions du coach sur les catégories, de
fortes variations apparaissent. A titre d’exemple, les interventions sur l’alliance (C1)
représentent 38% des occurrences en période 1, seulement à 5% en période 3.

1ERE PERIODE 2EME PERIODE 3EME PERIODE


CATEGORIE NB OCC % NB OCC % NB OCC %
Catégorie C1 16 38% 8 17% 2 5%
Catégorie C2 9 21% 14 30% 16 38%
Catégorie C3 8 19% 8 17% 13 31%
Catégorie C4 0 0% 5 11% 2 5%
Catégorie C5 0 0% 5 11% 6 14%
Catégorie C6 5 12% 3 6% 2 5%
Catégorie C7 4 10% 4 9% 1 2%
Total 42 100% 47 100% 42 100%
Tableau 4 : Evolution de la répartition des interventions au cours de la séance

A la lecture des graphes 7 et 8, on observe que la catégorie (C5) absente en période 1,


apparaît en période 2 avec 11% des occurrences et se renforce en période 3 avec 14% des
interventions. La catégorie (C4) absente également en période 1, a son temps fort en
période 2 avec 11% des interventions et se rétracte à 5% en période 3.

18

16
EFFECTIF
14

12

10

8 Pˇriode 1
Pˇriode 2
6 Pˇriode 3

0
Catˇgorie C1 Catˇgorie C2 Catˇgorie C3 Catˇgorie C4 Catˇgorie C5 Catˇgorie C6 Catˇgorie C7

Graphe 7 : Polygone d’effectifs des interventions du coach ventilées par catégorie et par période.

De la demande exprimée à la demande implicite DESU Pratiques du coaching Paris 8 Boussuge, B. (Mars 2009) 52/121
Les interventions en (C2) et (C3) augmentent au fil du temps. 40% des occurrences leur sont
attribuées en période 1, Près de 69% en période 3. Le travail sur la demande (C6) est plus
présent en période 1 et décroît au fil de la séance pour passer de 12%, à 6% en période 2
puis à 5% des interventions en période 3.

40% 38% 38%

35%
31% POURCENTAGE
30%
30%

25%
21%
19%
20%
17% 17%
Pˇriode 1
14% Pˇriode 2
15%
12% Pˇriode 3
11% 11%
10%
10% 9%
6%
5% 5% 5%
5% 2%
0% 0%
0%
Catˇgorie C1 Catˇgorie C2 Catˇgorie C3 Catˇgorie C4 Catˇgorie C5 Catˇgorie C6 Catˇgorie C7

Graphe 8 : fréquence des interventions du coach ventilées par catégorie et par période.

Les graphes 7 et 8 mettent en évidence que les interventions du coach changent de nature
d’une période à l’autre.

De la demande exprimée à la demande implicite DESU Pratiques du coaching Paris 8 Boussuge, B. (Mars 2009) 53/121
D-5) Catégorie C1 : l’alliance
Les 20% d’interventions concernant le maintien de l’alliance par le coach, comprenne des
communications verbales et non-verbales que nous avons classées selon le nombre
d’occurrences.

Période 1
Période 2
8% Période 3

31%

61%

Graphe 9 : fréquence des interventions de type (C1) par période.

Dans le graphe 9, on note que la période 1 représente 61% des interventions de type C1
réalisées pendant la séance. La période 2, 31% et la période 3, 8%. Dans le cadre d’une
première séance, le temps de construction de l’alliance, très marqué en début d’entretien,
évolue vers un maintien de l’alliance nécessitant moins d’interventions. Ce phénomène très
net est bien illustré par ce graphique.

Qualitatif : Verbatim des interventions du coach


Dans la communication verbale : On dénombre des marqueurs de bienveillance et des
espaces laissés à la coachée, dont des silences.
Marqueurs de bienveillance (10) : « Bonjour » « D’accord » « ok » « On a du temps, on
va en prendre. » « Le temps qu’on prend là, c’est ça » « On a tous besoin d’amour »
« Petites pensées que tout le monde doit partager à un moment ou à un autre.»
Espace laissé au coaché (4) : « hum » pour permettre à la coaché de prolonger sa
pensée.
Silences (10) : dont 7 interrompus par la coachée et 3 par le coach. Ces silences ont pour
but de laisser s’épanouir une émotion, une pensée, de laisser la coachée prendre l’espace.
La synchronisation (4) du coach soutient le discours de la coachée par un « sourire ».
Plusieurs échanges de sourire interviennent dans le déroulé de la séance.

De la demande exprimée à la demande implicite DESU Pratiques du coaching Paris 8 Boussuge, B. (Mars 2009) 54/121
D-6) Catégorie C2 : le contexte
La catégorie (C2) comporte le nombre d’occurrences le plus important avec 30% des
interventions réalisées. Les questions relèvent du questionnement factuel. Les outils sont
des questions ouvertes exploratoires, des reformulations, des clarifications

Période 1
Période 2
Période 3

23%

41%

36%

Graphe 10 : fréquence des interventions de type (C2) par période.

Le graphe 10 montre que les interventions de type (C2) suivent une évolution inverse de
celles de type (C1). C’est-à-dire que leur fréquence augmente au cours de la séance. La
période 1 représente 23% des interventions de type (C2) réalisées dans la séance, puis 36%
réalisées en période 2, et enfin 41% en période 3.

Qualitatif : Verbatim des interventions du coach


Questionnement d’investigation : « Pour quoi ne pas attendre l’automne ? ». « Dans ton
activité quotidienne, tu te présentes professionnellement …? », « Comment te présentes-tu
à l’autre alors ? », « Tu as déjà eu l’occasion de débriefer avec un client de votre relation
professionnelle ? », « Suite aux événements récents, tu t’es dit … ? »
Reformulation écho : « Gérald ? », « Disproportionné ? », « Par bouche à oreille ? »
Clarification : « Tu t’es livrée à l’exercice ? », « C’est à dire ? », « La conception du plan,
qui l’opère ? », « Quand tu es recommandée ? », « Tu fais œuvre de te présenter ? »,
« Coacher, dans quel sens ? », « Tu ne sais pas bien ou tu ne leur dis pas ? », « C’est une
demande de leur part que tu les accompagnes ? », « Quand ils te sollicitent pour une
interview ? », « En termes de temps consacré au travail ? ».
Concret : « Tu as des exemples d’un moment où tu n’as pas confronté ? », « Tu ne m’as
pas donné un exemple où le fait ne pas dire les choses… », « Donne-moi un exemple ».

De la demande exprimée à la demande implicite DESU Pratiques du coaching Paris 8 Boussuge, B. (Mars 2009) 55/121
D-7) Catégorie C3 : la vision du monde
La catégorie C3, exploration de la vision du monde, regroupe 22% des interventions globales
du coach. Ces interventions permettent à la coachée d’exprimer ses représentations et ses
croyances.

Période 1
Période 2
Période 3

28%

44%

28%

Graphe 11 : fréquence des interventions de type (C3) par période.

Le graphe 11 illustre que les interventions de type C3 sont plus présentes en fin de séance,
en période 3 avec 44% des occurrences. On peut cependant observer qu’elles sont
significativement présentes en période 2 et 3, avec 28% des interventions pour chacune des
périodes.

Qualitatif : Verbatim des interventions du coach


Reformulation : « Le fait de ne pas attendre c’est déjà un premier déverrouillage ? », « Tu
ne te vois pas comme une consultante, comment te vois-tu alors? », « La conception du
plan, c’est une prestation de service ? », « Le consultant, c’est celui qui travaille seul ? »,
« Si je reformule, la différence est que tu as la même capacité d’analyse et de conseil et que
tu as une capacité à faire en plus ? ».
Confrontation : « Ces mots-là relèvent d’une prestation qui s’apparente à du conseil… »,
« La course à pied est un exemple extra-professionnel… ».
Propositions : « Pour ne pas être démasquée ? Dans ce sens là ? », « C’est une envie que
tu aurais réfrénée ? ».
Exploration des représentations : « Quelle différence fais-tu entre un consultant qui
travaille seul et une structure de deux personnes ? », « Quelle différence cela fait ? »,
« C’est quoi l’argent ? », « C’est quoi des challenges par exemple ? », « Explorer de

De la demande exprimée à la demande implicite DESU Pratiques du coaching Paris 8 Boussuge, B. (Mars 2009) 56/121
nouvelles voies, c’est quelque chose qui trouve des résonances en toi ? », « Pour quelles
raisons selon toi ? »

D-8) Catégorie C4 : Le problème


La catégorie C4, exploration des problèmes potentiels, regroupe 5% des interventions
globales du coach avec 7 occurrences. Ces interventions visent à déterminer si ce qui est
présenté par la coachée peut être retenu comme problème à résoudre dans le cadre du
travail.

Période 1
Période 2
0% Période 3

29%

71%

Graphe 12 : fréquence des interventions de type (C4) par période.

Sur le graphe 12, on peut voir que la catégorie (C4) est totalement absente de la période 1.
Les interventions de type (C4) sont principalement utilisées en période 2 et représentent
71% des interventions réalisées pendant la séance. On trouve les 29% restantes en période
3. La demande initiale n’est pas formulée comme un problème à résoudre mais comme une
demande d’accompagnement dans la réflexion. Certains problèmes potentiels apparaissent
au fil des échanges notamment en période 2.

Qualitatif : Verbatim des interventions du coach


« Si c’est satisfaisant en l’état ? », « Je m’interroge sur la perception du périmètre fourni ? »,
« Il ne me semble pas que ce soit là que se trouve la valeur ajoutée ? », « Comment tu
définirais le tabou dont tu parles ? », « Quel risque ? », « Je ne comprends pas bien en quoi
le développement de la grande société se heurterait à un tabou ? », « Parmi les autres
choses qui pourraient être un frein au projet de développement , que verrais-tu d’autre ? ».

De la demande exprimée à la demande implicite DESU Pratiques du coaching Paris 8 Boussuge, B. (Mars 2009) 57/121
D-9) Catégorie C5 : La situation souhaitée
La catégorie C5, exploration de la situation souhaitée, regroupe 8% des interventions
globales du coach. Ces interventions permettent à la coachée de décrire la situation
expurgée du problème ou de formuler l’objectif souhaité.

Période 1
Période 2
0% Période 3

45%

55%

Graphe 13 : fréquence des interventions de type (C5) par période.

La catégorie C5, absente de la première période, regroupe 8% des interventions globales du


coach. Ces interventions permettent à la coachée d’exprimer son objectif, son souhait, de
décrire la situation future à laquelle elle aspire.

Qualitatif : Verbatim des interventions du coach


« A ton avis cela pourrait être quoi d’autre la présentation ? », « Imaginons que tu fasses un
retour après interview, qu’est-ce qui pourrait se passer ? », « Ce serait comment si tu ne le
faisais pas mollement ? », « Ça, c’est une façon dont tu pourrais le faire ? », « Il y a quelque
chose qui gêne pour le mettre en place ? », « Elle est probablement multiforme cette
motivation ? », « Si tu es au clair avec tes envies, ça te permettra de faire un pas vers ce à
quoi tu tends ? », « Ca veut dire que tu penses augmenter tes tarifs ? », « Ce sont des
choses possibles ? », « Si tu avais deux stagiaires, tu pourrais en prendre davantage ? ».

De la demande exprimée à la demande implicite DESU Pratiques du coaching Paris 8 Boussuge, B. (Mars 2009) 58/121
D-10) Catégorie C6 : la demande
La catégorie C6, travail sur la demande, regroupe 8% des interventions globales du coach.
Ces interventions permettent à la coachée d’exprimer le contenu de sa demande et de
préciser ses attentes vis-à-vis du coach.

Période 1
Période 2
Période 3
20%

50%

30%

Graphe 14 : fréquence des interventions de type (C6) par période.

Très présente en période 1, avec la moitié des interventions, la demande est interrogée au
cours de l’entretien de façon stable avec 3 occurrences en période 2, et 2 occurrences en
période 1.

Qualitatif : Verbatim des interventions du coach


« Qu’est-ce qui fait que tu as envie que nous travaillons ensemble ? », « En quoi penses-tu
que je puisse t’aider dans cette réflexion ? », « Pour toi ? Un projet à toi, pour toi. Tu le fais
pour toi-même ? », « Faire des choses parce qu’elles te plaisent sans te soucier de savoir si
cela plairait ou non ? », « L’idée, c’est de libérer du temps pour quoi …? », « L’idée, c’est de
choisir ? De se donner des éléments pour choisir davantage ? ».

De la demande exprimée à la demande implicite DESU Pratiques du coaching Paris 8 Boussuge, B. (Mars 2009) 59/121
D-11) Catégorie C7 : Les ressources
Les interventions de la catégorie (C7) visent à mettre en évidence les ressources de la
coachée. En ayant un regard différent, revalorisé sur les capacités dont elle a fait preuve lors
d’expériences passées, le coach permet à la coachée de reconsidérer la situation actuelle de
façon plus favorable. La catégorie (C7) représente 7% des interventions.

Période 1
Période 2
11% Période 3

45%

44%

Graphe 15 : fréquence des interventions de type (C7) par période.

Qualitatif : Verbatim des interventions du coach


« Donc tu as déjà commencé en fait », « C’est aussi l’expression d’une reconnaissance de
compétence », « …Sûr des compétences de la personne. », « C’est intéressant comme
point d’appui. », « Ca prouve que c’est solide. », « Tu le fais déjà en fait. », « Ce processus
ne se déroule peut-être pas de façon formelle, mais il se déroule », « C’est intéressant, tu as
développé un savoir-faire spécifique. », « On a du temps . »

Ici, les intervention sont principalement des recadrages.

E- Discussion et perspectives professionnelles

E-1) synthèse des données obtenues


L’analyse de la séance souligne l’importance de l’alliance, de l’exploration du contexte et des
représentations de la coachée (72% des interventions). Cette première séance de travail
illustre l’importance de bien cadrer la demande en termes de contenu et de processus (8%
des interventions). A noter également, la recherche de sens, très présente dans le discours
de la coachée. Toutefois, la première demande exprimée « être accompagnée dans la

De la demande exprimée à la demande implicite DESU Pratiques du coaching Paris 8 Boussuge, B. (Mars 2009) 60/121
réflexion », nécessite d’être affinée pour être plus facile à travailler. Enfin, le temps de parole
estimé à 80% a minima pour la coachée pourrait être augmenté pour lui laisser encore plus
de place.

E-2) Confrontation des principaux résultats à la revue de littérature

E-2.1 ) L’alliance

Avec 20% des interventions, cette catégorie est en troisième position des catégories les plus
importantes. Dans cette séquence, il y a un léger biais puisque j’avais déjà fait connaissance
avec Mme M. avant le coaching à l’occasion d’un déjeuner. L’alliance était en quelque sorte
pré-établie. L’écoute neutre bienveillante et le non jugement des formulations de Mme M. a
consolidé l’alliance et lui a permis d’évoquer différents thèmes personnels. On voit ainsi que
l’enrichissement de l’alliance permet à la coachée de verbaliser. Une fois la verbalisation
libérée, il faut veiller à ne pas être submergé par un flot d’informations. D’où l’importance de
poser un cadre pour délimiter sa zone d’intervention. Dans le cas présent, la demande est
une demande de questionnement, d’exploration, dans le cadre d’une première séance,
beaucoup de pistes de réflexion sont donc ouvertes. Parmi les précautions prises relevant du
cadre, Mme M. m’a indiqué qu’elle avait suivi une analyse pendant 10 ans, thérapie à
laquelle elle a mis fin au moment de la création de son entreprise. Les thèmes qu’elle aborde
pendant la séance ont été travaillés précédemment en thérapie.

E-2.2 ) le contexte

L’exploration du contexte (30% des interventions) regroupe le plus grand nombre


d’interventions de cette première séance. Se connecter au réel, à un exemple concret
permet parfois de supprimer une difficulté apparente. Par exemple le sentiment
d’incompétence pour debriefer d’un interview, qui selon la coachée, serait une lacune
professionnelle. Cette impression disparaît en cours de séance : « en fait c’est facile (rire), il
suffit de préparer l’interview avant », dit la coachée.
En « insistant » pour que la coachée donne un exemple récent, elle répond « récemment
moins, je pense que c’est plus des vieux schémas que je traîne ».
Cette exploration peut être aussi l’opportunité de réaliser quelques recadrages. Ainsi dans
l’exemple suivant :
Coachée : « Je ne sais pas me présenter parce qu’on est toujours venu me chercher »
Coach : « Par recommandation, par bouche à oreille ? »
Coachée : « Toujours, ça c’est le confort de la personne qui a toujours voulu faire plaisir ».
Coach : « C’est un confort et c’est aussi l’expression d’une reconnaissance de compétence »

De la demande exprimée à la demande implicite DESU Pratiques du coaching Paris 8 Boussuge, B. (Mars 2009) 61/121
E-2.3 ) la vision du monde

Explorer la vision revient à prendre une posture d’anthropologue. C'est-à-dire, à questionner


les mots de la coachée et appréhender sa réalité « pour moi un consultant c’est quelqu’un
qui travaille seul ». « Moi, qui étais assez bonne élève, faut pas se tromper… donc là ça fait
du bien aussi de se dire qu’on peut être le cancre de la classe et finalement… ».
Comprendre les croyances et pensées limitantes de la coachée permet de réaliser des
interventions dans le but d’assouplir des éléments de sa vision du monde. Elles donnent
aussi les clés pour parler le langage de la coachée et donner davantage d’efficacité aux
interventions du coach. Avec 22% des interventions, c’est la deuxième plus importante
catégorie de la séance.

E-2.4 ) La demande

Dans cette séance, la coachée ne formule pas d’emblée une performance à atteindre, un
projet à réaliser ou un problème à résoudre. La demande exprimée relève d’un
accompagnement dans la réflexion de reformulation du projet d’entreprise. Dans une
certaine mesure, cela impacte aussi son projet de vie, car elle consacre beaucoup de temps
à son travail et n’a d’autres employés qu’une stagiaire.
Cette demande, inédite pour moi, m’a amené à faire préciser, à essayer de dégager des
aspérités dans cette demande, à la problématiser, à l’angler davantage. Lors de cette
première séance, l’exploration ne permet pas encore de dégager une problématique précise.
Au fil des échanges, Mme M. a abordé nombre de sujets tels que la difficulté du
déracinement, la difficulté de se faire accepter dans son pays d’accueil, le sentiment
d’usurpation en tant qu’autodidacte, un manque de confiance et d’assertivité, celui du sens,
savoir quoi faire, savoir dans quel but faire, celui du manque de temps, du manque d’argent.
Mais cela ne constituait pas pour autant une demande. Cela pouvait nourrir différentes
hypothèses sur des problèmes potentiels.
Quand Mme M. parle de l’énergie dont elle dispose, du sens qu’elle a envie de donner à son
engagement professionnel, quand elle dit qu’elle « «a envie de faire quelque chose de plus
amusant », nous sommes dans un autre registre qui pourrait être de l’ordre de la
performance ( être plus efficace dans la dépense de cette énergie) ou de l’ordre de la
réflexion existentielle ( faire quelque chose d’amusant avant que mon énergie ne me quitte).
Il s’agit ici d’un autre type de demande.

A travers cette énumération, on le voit, il y a matière à rendre confuse la demande. En fait,


selon ma lecture, cette investigation permet de consolider l’alliance et de co-construire le
thème de coaching. A mi séance, à la question « en quoi penses-tu que je puisse t’aider

De la demande exprimée à la demande implicite DESU Pratiques du coaching Paris 8 Boussuge, B. (Mars 2009) 62/121
dans cette réflexion ? », Mme M répond en substance « percer un tabou sur le devenir de la
grande société ». Tabou qui serait de prendre le risque de déplaire. Un peu plus tard elle
parle de « tous ces schémas qui m’emprisonnent » puis d’« un doute fondamental (…) je
suis une usurpatrice ». Ces diverses formulations ne sont pour autant des demandes
différentes à prendre en compte, mais l’expression de la vision du monde de la coachée.

En fin de séance, toujours à la recherche d’éventuels freins à l’atteinte de son objectif de


développement de la grande société, je pose la question suivante : « Parmi les choses qui
pourraient être un frein au projet de développement, que verrais-tu d’autres ? ». Et la
coachée de répondre : « Le frein on le lève, c’était prendre le temps d’y réfléchir. C’était ça.
Je me piège avec le temps et avec l’argent. Les autres freins, euh, hormis moi d’être au clair,
je ne vois pas» .

Autre précaution, je me suis attaché à ne jamais considérer les explications de Mme M. sur
la situation actuelle comme des explications « réelles » mais comme éléments de sa
représentation du monde.

E-2.5 ) Les ressources

Le travail consiste à « reconnecter » Mme M. à ses ressources. Elle considère par exemple
que le fait d’avoir été systématiquement recommandée par d’anciens clients l’a empêché de
se développer commercialement puisqu’elle n’a pas eu à démarcher pour trouver de
nouveaux contrats. Elle considère de plus, avoir suffisamment de contacts par son réseau,
pour pouvoir sélectionner ses clients. Mme M. m’explique cela sans intégrer dans son
discours, que cette recommandation est la preuve d’une reconnaissance de ses
compétences. Ce sera l’objet d’un recadrage de ma part.

E-3) confrontation des principaux résultats à la problématique


La demande est un construit, une co-construction intersubjective qui s’inscrit dans la relation
coach-coaché. Elle est évolutive notamment en fonction de la qualité de l’alliance, et
imprégnée des mécanismes interrelationnels d’influence mutuelle, propres à toute relation
humaine. Nous avons présenté les approches, méthodes et outils relatifs au travail de la
demande. La difficulté de dégager une demande claire est ici bien illustrée. La demande
d’accompagnement initiale demeure imprécise ; la question posée n’est pas « dois-je
embaucher ou non ? » mais plutôt, « pour embaucher, il me faut certes le contexte matériel,
l’argent et le volant d’affaire, mais j’ai surtout besoin de comprendre pourquoi je devrais le
faire ». Il s’agit de préciser le sens de l’action avant d’étudier les modalités. En parallèle, se

De la demande exprimée à la demande implicite DESU Pratiques du coaching Paris 8 Boussuge, B. (Mars 2009) 63/121
font jour des envies de se faire davantage plaisir, de mieux se vendre, de mieux gérer son
temps, de travailler sur la confiance en soi, le sentiment d’usurpation,… La question « en
quoi penses-tu que je puisse t’aider dans cette réflexion ? » permet à la coachée de préciser
son attente : « par les questions, il y a des choses, je suis sûre que je n’arrive pas à aller au
bout de mes questionnements ». Ensuite, aux questions « comment », « comment tu
ferais ? », la coachée répond : « Je pense que j’ai un tabou sur le devenir de la grande
société. Certainement de percer ça ». Quand le coach demande « comment définirais-tu le
tabou dont tu parles ? » la coachée évoque une représentation « limitante » : « En affirmant
son point de vue, on prend le risque de déplaire, et déplaire ce serait prendre le risque de se
faire rejeter ». L’exemple de cette séquence montre que le travail sur la demande participe à
la faire évoluer. Il est alors possible de dégager une nouvelle hypothèse de problématique et
donc d’envisager une exploration factuelle dans cette direction, source de recadrages
potentiels. L’exploration d’expériences passées, où le fait d’affirmer son point de vue ne s’est
pas traduit par une rupture de la relation, est également un axe de travail.
Dans cet exemple, les formulations de la coachée ne sont pas prises comme des
explications mais comme des éléments de sa vision personnelle de sa situation.

Malgré son imperfection et son incomplétude, cette analyse quantitative a incontestablement


contribué à éclairer la problématique présente. On dénombre 10 interventions répertoriées
dans la catégorie (C6 ), travail sur la demande, soit 8% des interventions globales. Je pense
que j’aurais pu travailler davantage ce point, par exemple, en reformulant pour préciser la
demande exprimée et le contrat. « Ton souhait est que nous travaillons sur ton rapport à
l’argent ? » ou « ton souhait est que nous travaillons pour tu passes moins de temps à ton
travail ? ». Ces formulations appelleraient à être développées en termes d’objectifs et
d’indicateurs mesurables. Cela prendra 5 séances pour arrêter le thème de travail.

E-4) confrontation des principaux résultats à la pratique


Au fil des nombreuses relectures de la retranscription, du temps passé au codage et à
l’analyse de cette séance, il m’est apparu que le travail sur la demande aurait pu être plus
précis, plus anglé au cours de cette première séance. Il sera d’ailleurs poursuivi au cours
des séances ultérieures.
Pour ma pratique, j’en retiens une vigilance accrue pour bien circonscrire une première
demande dans ses deux dimensions ; le contenu et l’attente vis à vis de ma contribution.
Cette délimitation initiale permet de construire différentes hypothèses sur les champs
d’investigation du contexte ou les représentations limitantes, afin de travailler la demande
exprimée.

De la demande exprimée à la demande implicite DESU Pratiques du coaching Paris 8 Boussuge, B. (Mars 2009) 64/121
Autres points d’attention : je dois être attentif à mon temps de parole (je juge en effet
nécessaire de resserrer davantage la formulation de mes questions) et à ne pas interrompre
les silences ( 3 silences sur 10 interrompus à mon initiative sur cette séance). Enfin, il me
semble également important de mieux choisir certaines de mes formulations. Par exemple,
la question « il y a quelque chose qui gêne pour le mettre en place » aurait pu être formulée
comme suit : « De quoi as-tu besoin pour le mettre en place ? » que je trouve plus neutre et
peut-être plus appropriée.

A la lecture de la séance, l’utilisation de reformulations échos ou reflets m’apparaît


insuffisantes. En effet je privilégie des reformulations résumées ou des formules
interprétatives.
séquence exemple (vers la cinquantième minute d’entretien) :
1/ Coach : « Je ne comprends pas bien, en quoi le développement de la grande société se
heurterait à un tabou, qui serait le risque de déplaire ? »
Coachée : « Ce qui est certain c’est que j’aime le type d’énergie dans lequel je suis. Et
honnêtement, je pense que je vais dans un mur si je continue à travailler comme je fais ».
2/ Coach : « En terme de temps de consacré au travail ? »
Coachée : « Je pense que c’est disproportionné et que ce type d’énergie mériterait à être
consacré à développer des choses plus stimulantes et plus intéressantes ».
3/ Coach : « Disproportionné, par rapport au volume horaire consacré ? »

Dans cette séquence, l’intervention N°2 aurait pu être « dans le mur … », l’intervention N°3
« disproportionné… ». L’utilisation de l’écho aurait permis d’ouvrir encore davantage
l’espace.
Autre élément intéressant, l’attention portée aux signes non verbaux tels que les sourires, les
regards, la posture corporelle (bras, jambe, mains, tenue du corps), la rapidité et la
profondeur du rythme respiratoire. Cet ensemble d’indicateurs (peu utilisés au cours de cette
séance hormis les sourires) peuvent permettre de nourrir des hypothèses ou éventuellement
d’interpeller la coachée sur une incohérence entre un signe non-verbal et une verbalisation.

Ce coaching a été aussi pour moi l’occasion d’être sensibilisé aux dimensions
interculturelles. La langue native de Mme M. est le français, mais un français d’outre-
atlantique. Exemple, l’expression « ça cogne un peu à l’intérieur là » traduisait une émotion
forte (des palpitations cardiaques marquées), à l’évocation d’un exemple pour expliquer le
risque de déplaire. Aussi n’ai-je pas questionné l’expression faute de l’avoir immédiatement
comprise. Emotion qui, de fait, n’a pas été suffisamment accueillie.

De la demande exprimée à la demande implicite DESU Pratiques du coaching Paris 8 Boussuge, B. (Mars 2009) 65/121
C’est là un autre point important pour moi : être à l’écoute des émotions de la personne, à
travers les signes non verbaux on l’a vu, mais également à travers mon propre ressenti. Ce
que Lenhardt (2008, 115) appelle la troisième écoute. Ecoute qui sonde les processus
parallèles. C’est-à-dire les émotions du coaché qui se jouent à l’intérieur du coach. Ce n’est
pas là un effet contre-transférentiel mais une capacité à entendre les émotions de l’autre
avec « le ventre ». Dans l’exemple que je cite, je considère que j’aurais pu être davantage à
l’écoute, accueillir les émotions par un silence ou une verbalisation. Par exemple : « il me
semble ressentir comme une émotion, que se passe-t-il ? ». J’ai travaillé ce point en
supervision car il me renvoie à ma capacité à accueillir mes propres émotions. Après un
coaching de 20 minutes en aquarium réalisé en janvier 2009, chez Transformance devant
Vincent Lenhardt, au cours d’un stage découverte de la formation Coach&Team, coaching
que j’ai mené avec la grille de Palo Alto, Lenhardt m’a fait un débriefing intéressant. Je cite
de mémoire : « C’est bien ton truc, tu l’as aidée, sans conteste. Mais ça pourrait être plus
rapide si tu écoutais ton ventre. Elle a envie que tu lui donnes la permission de s’amuser,
elle s’ennuie, c’est ça qu’elle attend». Après avoir exprimé des réserves sur la dimension
interprétative de cette intervention, j’ai dit que je ne me sentais pas capable pour l’instant de
m’appuyer sur mes émotions pour intervenir directement. Je me suis fait féliciter pour ne pas
avoir dépassé mes limites et chaleureusement encourager à les questionner pour gagner en
puissance. Je suis aujourd’hui convaincu que l’écoute de mes propres émotions contribuerait
considérablement à améliorer ma pratique du coaching. C’est un axe que je vais travailler en
développement personnel.

Je vais maintenant donner un retour sur les autres mises en situation (MES) réalisées à
l’occasion du DESU.
MES Anwar : création de projet
A 53 ans, Anwar, professionnel de la presse, artiste sculpteur amateur, français d’origine
libanaise marié à une argentine, est porteur d’un projet culturel : monter une exposition. Le
projet bénéficie d’un soutien financier dans le cadre de sa démarche de création
d’entreprise. Compte tenu de son âge, Anwar est convaincu qu’il a intérêt à créer son propre
emploi. Il a également envie de réaliser un rêve. Anwar est un ancien collègue.
Pour cette MES débutée en Décembre 2007, la demande exprimée était d’être accompagné
dans cette démarche de création de projet pour briser la solitude de celui qui travaille sans
équipe et permettre de mettre en mots les difficultés. L’approche de coaching a été de deux
ordres : un travail sur la légitimité de « patron » d’un projet et un autre sur la confiance en soi
(suis-je capable ?). Le travail a consisté à faire ressortir les ressources utilisées lors des
précédentes réalisations professionnelles et à mettre en perspective ce projet culturel avec
l’ensemble des réalisations précédentes professionnelles et personnelles.

De la demande exprimée à la demande implicite DESU Pratiques du coaching Paris 8 Boussuge, B. (Mars 2009) 66/121
J’ai retenu de cette première MES, la nécessité de réduire mon temps de parole et de ne pas
plaquer ma façon de penser sur la situation. Cela m’a amené à questionner et à quitter une
posture un peu trop marquée par mon expérience de consultant. J’ai appris, expérimenté, la
posture du non-savoir, et du non-vouloir. J’ai également pris conscience de l’impérieuse
nécessité de la supervision.

MES Jérôme 1 : création d’entreprise


Accompagnement dans un processus de création d’entreprise qui réunit de nombreux
actionnaires et co-décisionnaires. Le travail de coaching porte sur l’amélioration du
relationnel et sur la confiance en soi.
Jérôme, 45 ans, est un entrepreneur dans l’âme, il a déjà créé ou repris 3 sociétés dont celle
qu’il dirige actuellement. Le syndicat professionnel du secteur d’activité de son entreprise lui
a confié la mission de créer une société qui fédérerait les intérêts des membres du syndicat
et dont les membres seraient actionnaires.
Cette MES fut passionnante car, en plus de travailler sur les aspects de motivation avec
Jérôme, il a fallu aborder par une lecture systémique large avec un nombre importants
d’acteurs, les tenants et aboutissants de ce dossier très politique. Pour Jérôme, le contexte
était différent de ces expériences précédentes puisqu’il n’était pas le seul décisionnaire et
devait être en relation avec un nombre important d’intervenants en prenant une posture de
dirigeant de l’ensemble. L’entreprise n’a finalement pas vu le jour, empêtrée dans des
conflits d’intérêts et des atermoiements sans fin. La fin du travail de coaching a permis de
tirer profit de cette expérience en notant les points positifs de la démarche, et les points sur
lesquels une amélioration serait avantageuse.
Aux dernières nouvelles, Jérôme a décidé de créer une entreprise similaire avec d’autres
partenaires. Cette nouvelle société est annoncée dans le courant d’année 2009.

MES Isabelle : Prise de poste au niveau DG.


L’approche de coaching repose sur un travail de gestion du stress, de reconsidération de
croyances de perfection et d’amélioration de l’assertivité. Isabelle était une collègue de mon
épouse.
Cette MES m’a permis de faire un gros travail de clarification de demande et de maintien du
cadre. L’excès de stress d’Isabelle venait selon son propre énoncé, exprimé en fin de
huitième séance, de la pression qu’elle se mettait suite à l’assassinat de son frère unique.
Puisqu’elle était survivante, elle devait donc « être parfaite », c’est-à-dire perpétuellement
insatisfaite et sans arrêt sous tension. Le travail répété sur le cadre, qui faisait bien la
différence entre ce qui était à l’intérieur du champ de travail du coaching et ce qui était à
l’extérieur a permis de débloquer la situation. La souffrance liée au deuil de ce frère

De la demande exprimée à la demande implicite DESU Pratiques du coaching Paris 8 Boussuge, B. (Mars 2009) 67/121
assassiné était hors cadre du travail du coaching. Souffrance que Isabelle a travaillé en
commençant une psychothérapie entre la neuvième et la dixième séance de coaching. Une
forme de fondu-enchaîné entre le coaching et la thérapie. En maintenant hors cadre cette
souffrance, nous avons pu travailler sur les difficultés qui relevaient du coaching et
notamment les pensées limitantes du type « « je ne suis pas assez bien », « ce que je fais
est nul »… Isabelle a pleinement réussi sa prise de poste et à ma connaissance poursuit son
travail thérapeutique.

MES Gina : Reprise d’activité professionnelle


Suite à une expérience fragilisante suivie de 4 mois d’inactivité, accompagner la reprise
d’activité en travaillant sur la mise en évidence des ressources personnelles et la reprise de
confiance. Gina m’a été envoyé par une collègue du DESU, psychologue clinicienne.
Lorsque je l’ai rencontrée pour la première fois, Gina, d’origine roumaine, diplômée de lettres
modernes, me semblait toute timide, réservée. A tel point que je me suis interrogé sur le fait
que le coaching était approprié ou non. En dialoguant avec ma collègue psychologue, j’ai
décidé que c’était ok. Ce fut pour moi une belle expérience de travail sur l’alliance. La
mission a évolué rapidement puisque la recherche d’emploi s’est transformée en prise de
poste à partir du deuxième rendez-vous. Le travail de consolidation, de prise de confiance,
de mise à jour des ressources a été passionnant. La coachée, chrétienne pratiquante, m’a
demandé si j’étais croyant. Je l’ai interrogée sur l’intérêt de cette question, par rapport au
travail effectué ensemble. Elle me répondit que la bienveillance qu’elle ressentait dans nos
interactions l’aidait à prendre confiance. Je n’ai pas répondu à la question, mais je crois
pouvoir dire ma croyance en une certaine vision humaniste. Evoquant cette situation en
supervision, mon superviseur m’a mis en garde contre une posture et une écoute
« trop enveloppante » qui risque de faire glisser la relation vers trop d’intimité thérapeutique,
c’est-à-dire hors du cadre. J’y prête désormais davantage attention. Aux dernières nouvelles,
Gina a l’intention de passer un concours administratif pour gagner en responsabilité.

MES Géraldine : Prise de poste


Salariée d’un grand groupe pharmaceutique, Géraldine a pris la responsabilité d’une équipe
de chefs de produit dont elle faisait préalablement partie. Passée par le poste de visiteuse
médicale, elle a franchi les échelons en interne jusqu’à cette dernière promotion. Elle a
souhaité suivre un coaching en attendant la formation management programmée cinq mois
plus tard. L’objectif était de se donner de la réassurance, de faire le point sur sa carrière, et
de s’interroger sur le dialogue vie privée – vie publique après son divorce.
Cette MES m’a permis de mettre l’accent sur la notion d’identité, sur la demande et sur le
cadre. L’identité car une prise de responsabilités nécessite de redéfinir, de repenser son

De la demande exprimée à la demande implicite DESU Pratiques du coaching Paris 8 Boussuge, B. (Mars 2009) 68/121
identité professionnelle. Le cadre car ce que nous allions faire n’était ni une formation, ni un
bilan de compétence, ni une thérapie. La demande portait plus spécifiquement sur les
difficultés supposées liées au management. Après exploration du contexte, cela ne semblait
pas poser de difficultés particulières malgré la spécificité d’être issue de l’équipe dont elle
avait désormais la charge. La demande a ensuite évolué vers une recherche d’emploi pour
quitter l’entreprise. Au détour d’un travail sur le blason et sur les scénarios de réussite
(exercices indiqués par Mme CHONIK, TP DESU, 2008) pour orienter sa recherche
d’emploi, Géraldine en commentant le scénario de réussite personnel, lié à son divorce, s’est
effondrée en larmes. C’était comme si elle avait simplement envie de donner davantage de
sens à sa vie. J’ai beaucoup travaillé l’accueil des émotions sur cette séance. Je l’ai
remercié de la confiance dont elle me témoignait en partageant ainsi ce qui lui posait
problème. Le travail de coaching a mis à jour des motivations jusqu’alors non exprimées, et
cela lui a permis de dégager de nouvelles perspectives et de construire de nouveaux projets.
Aux dernières nouvelles, Géraldine a pris un nouveau poste en interne à l’international, ce
qui correspondait à ses souhaits, et a décidé de commencer une psychothérapie.

MES Jérôme 2 Création d’une activité en free lance


Diplômé de l’école des beaux-arts de Paris, Jérôme est actuellement Directeur Artistique en
Agence de communication. Insatisfait de sa situation, artistiquement parlant, il souhaite
repenser sa situation professionnelle et aspire à développer une activité de free-lance en
remplacement de son activité salariée. Le travail de coaching consiste à explorer les
dimensions de ce projet et à aider à lui donner corps si tel est le souhait après exploration.
La demande initiale de Jérôme était d’explorer la possibilité de devenir travailleur
indépendant (free-lance), statut supposé plus libre, plus diversifié en termes d’activités mais
également plus risqué. Le travail qui aurait pu s’orienter vers une aide à la prise de décision,
a finalement évolué vers ce que souhaitait vraiment faire Jérôme. Cette réflexion fut menée
en utilisant un support image, différent du photo-langage. J’ai demandé à Jérôme,
professionnel de l’image, de représenter graphiquement sa situation souhaitée et nous
avons travaillé à partir de là. L’envie d’une activité artistique est ressortie comme prioritaire
en tant que moyen d’expression personnel porteur de sens. Le projet de Jérôme s’est
réorienté vers deux pôles : un premier, artistique, lui permettant de créer selon ses envies, et
de mettre en vente ses créations ; un second professionnel en tant que salarié et/ou free
lance, pour gagner sa vie, mais en essayant de varier les techniques utilisées. Nous avons
beaucoup travaillé en recadrage, pour assouplir une vision du monde très rigide.

De la demande exprimée à la demande implicite DESU Pratiques du coaching Paris 8 Boussuge, B. (Mars 2009) 69/121
Aux dernières nouvelles, Jérôme, toujours salarié de son agence, vient d’installer son atelier
d’artiste, a fini son book pour prospecter en tant que free-lance, et déjà réalisé une première
exposition sous son nom d’artiste.

F-Conclusion

F-1) Synthèse de « discussion et perspective professionnelle »


Les mises en situation professionnelles m’ont permis de toucher du doigt concrètement, de
ressentir presque charnellement l’importance des concepts-clés exposés théoriquement à
travers les cours ou les lectures d’approfondissement. Face à l’autre, quel que soit son
niveau de connaissance théorique, ce sont deux mondes humains, uniques qui se font face.
Il y a une singularité dans la rencontre. S’il est important de maîtriser un ou plusieurs
modèles théoriques, il est tout aussi essentiel de vivre cette relation à l’autre dans toute sa
dimension émotionnelle, tout en la contenant dans le cadre approprié.

La demande, sa première expression et sa constante évolution dans le cadre de la relation


est le fil rouge qui permet d’être présent à l’autre à travers une alliance renforcée, et
d’accompagner le changement souhaité par l’autre.

Très sensibilisé par l’approche constructivo-systémique de Palo Alto, j’en ai aussi perçu les
limites liées à l’absence d’une théorie de l’humain. Vincent Lenhardt m’avait dit après la
conférence donnée à Paris 8 dans le cadre du DESU, « dans votre modèle d’intervention, il
vous faut une théorie de l’homme ». Pour sa part, il est sensible au mouvement humaniste
porté entre autres par Frankl, Schultz, on encore Berne. En échangeant sur le même sujet
avec Michel Moral à l’issue d’un cours à Paris 8, il m’avait donné un point de vue assez
similaire « la systémique c’est très intéressant, mais ça manque de bonhomme ». Pour sa
part ; Michel Moral se dit « biberonné » à la psychanalyse pour laquelle il dit garder « l’œil
mouillé ». Trouver une articulation entre la systémique, le constructivisme et un modèle
humain, tel serait le challenge. Ceci me semble rejoindre des éléments de la troisième
systémique tels que l’évoque Varela avec le concept d’énaction. C’est une des pistes que je
creuserai.

J’avoue que l’idée de travailler avec la grille d’analyse du modèle de Palo Alto me convient
bien pour l’instant. Si on met de côté l’arrêt des tentatives de solutions qui nécessite une
maîtrise plus importante, c’est un modèle puissant d’exploration et d’analyse avec lequel on
peut ne pas aller jusqu’à travailler en mode paradoxal. La grille d’exploration du contexte, de

De la demande exprimée à la demande implicite DESU Pratiques du coaching Paris 8 Boussuge, B. (Mars 2009) 70/121
la vision du monde, des problèmes candidats et de l’objectif recherché est une méthode
d’analyse de la demande qui me parait très solide.

Enfin la focalisation réalisée en décodant minutieusement une séance, m’a permis de


prendre conscience de mon style, et des approximations techniques de certaines de
interventions. Je suis bien conscient du chemin qu’il me faut encore parcourir pour parvenir à
un exercice performant du coaching. A des fins de travail personnel, j’enregistre et réécoute
la plupart des séances de coaching que je mène. J’avais donc une idée sur la façon dont je
procédais. Mais la codification détaillée m’a permis de me confronter à la méthodologie
suivie. Ce fut un exercice parfois fastidieux mais sans conteste riche pédagogiquement.

F-2) Critiques, limites et pistes d’approfondissement du travail de mémoire


La critique principale que je formulerais par rapport à ce présent mémoire est de ne pas
avoir pu y consacrer davantage de temps pour l’enrichir encore d’autres lectures d’autres
points de vue. J’aurais aussi aimé y creuser d’autres dimensions de l’évolution de la
demande et pousser plus loin l’analyse de la séance retranscrite.

La complexité du coaching, qui est aussi sa richesse, est de se trouver à l’intersection de


multiples champs de connaissance tels que la sociologie des organisations, la
psychosociologie, le management, la psychologie comportementale et cognitive, la
psychologie humaniste, et la psychologie des profondeurs. Faute d’une maîtrise de
l’ensemble de ces influences, je n’ai eu qu’une approche partielle du sujet.

Le coaching est traité ici dans sa dimension de coaching personnel et plus particulièrement
de coaching personnel dans le cadre d’un contrat bipartite. Les coachings tripartites ou les
coachings d’équipe ne sont abordés qu’à travers la revue de littérature générale. Il aurait été
intéressant de questionner la notion d’évolution de la demande dans le cas d’un coaching
d’équipe ou encore de comparer l’évolution de la demande dans un coaching personnel
entre un contrat bipartite ou tripartite.

La retranscription écrite d’un entretien audio enregistré ne rend pas bien compte des aspects
para-verbaux, non verbaux et a fortiori des aspects émotionnels. Cela dit, mettre en place un
tel dispositif aurait pris un temps considérable à l’enregistrement, au codage et à l’analyse.
Temps qui aurait largement dépassé le cadre d’un DESU.

Il aurait été intéressant compte tenu de la dynamique induite par le thème du mémoire, de
travailler sur plusieurs séances pour bien évaluer la façon dont la demande évolue d’une

De la demande exprimée à la demande implicite DESU Pratiques du coaching Paris 8 Boussuge, B. (Mars 2009) 71/121
séance à l’autre et pas seulement à l’intérieur d’une séance. Le temps d’intersession est
aussi probablement propice à l’évolution de la demande.

F-3) Apport du travail de mémoire à ma pratique professionnelle


Malgré le côté scolaire de la revue de littérature, j’ai trouvé intéressant de parcourir les
thèmes clés du coaching à travers les différents écrits des théoriciens ou praticiens du
coaching ou de la relation d’aide. Cela m’a permis d’imprimer une véritable carte mentale
des points-clés liés aux différentes influences des pratiques du coaching. Je reviens sur
cette notion plurielle. Derrière les différentes théories plus ou moins complémentaires ou
exclusives, les outils qui en découlent, il reste la part de l’interaction de deux individus, de
deux humanités. Cette dimension complexe à modéliser nécessite de travailler sur soi non
seulement pour éviter le parasitage de son ressenti intérieur mais pour utiliser le puissant
outil de la relation qu’est justement ce ressenti intérieur. Le travail de mémoire m’a permis de
comprendre cela même si je ne me sens pas encore l’agilité suffisante pour l’utiliser.
Autre apport important : ce travail d’analyse des interventions qui permet de prendre
conscience de son style, de ses erreurs, des imprécisions, mais aussi de la justesse de
certaines verbalisations. Cette exigence que chaque intervention doit avoir son utilité et
s’inscrire dans un cadre structuré se révèle dans l’analyse de la retranscription.
Surtout, j’ai pris conscience de la nécessité de prendre du temps pour me former
sérieusement à plusieurs méthodes pour être très mobile mentalement, ne pas être enfermé
dans un modèle. Mon ambition est de connaître les principaux modèles même si je ne les
utilise pas tous, d’en connaître le spectre d’efficacité, les limites aussi. De façon à ne jamais
oublier qu’un modèle n’est qu’une façon d’organiser ses perceptions du monde, qu’il
comporte des zones aveugles et des simplifications, et pour finir que ce n’est qu’une façon
de cadrer la relation de coaching.

Enfin, et c’est en quelque sorte un prolongement de la formation, j’ai mis en place une
structure de supervision de trois ordres :
1) collective avec la méthode de Palo Alto, méthode à laquelle je continue de me former. (1
fois tous les deux mois) ; 2) individuelle avec une méthode faisant appel à une théorie de
l’humain avec une séance minimum en début de chaque mission; 3) en mode d’intervision
entre pairs pour échanger sur les différentes façons de faire, les techniques, partager les
doutes. Dans ce dernier cas, nous nous réunissons mensuellement.

En mot de la fin, je dirais que ce travail de mémoire et le DESU en général sont une longue
et enrichissante introduction à une démarche de formations complémentaires et de

De la demande exprimée à la demande implicite DESU Pratiques du coaching Paris 8 Boussuge, B. (Mars 2009) 72/121
professionnalisation. Je sens que ce travail d’ouverture pluridisciplinaire universitaire
m’accompagnera longtemps.

Références bibliographiques
ALBERT, E. & EMERY, J-L. (1999). Au lieu de motiver, mettez-vous donc à coacher ! .
Paris : Editions d’organisation.
AMAR, P. (2007). Cadre du coaching, In ANGEL, P., AMAR, P., DEVIENNE, E. & TENCE. J.
Dictionnaire des coachings (pp 86-87). Paris : Dunod.
AMAR, P. (2007). Supervision, In ANGEL, P., AMAR, P., DEVIENNE, E. & TENCE. J.
Dictionnaire des coachings (pp 129-130). Paris : Dunod.
ANDRE, J. (2008). J’ai besoin de vous. Notes de travail fournies par Frédéric ROUSSEAU
ANGEL, P. (2007). Formation. In ANGEL, P., AMAR, P., DEVIENNE, E. & TENCE. J.
dictionnaire des coachings (pp 97-99). Paris : Dunod.
ANGEL, P. (2007). Contre-indications, In ANGEL, P., AMAR, P., DEVIENNE, E. & TENCE.
J. Dictionnaire des coachings (pp 303-304). Paris : Dunod.
ANGEL, P. & AMAR, P. (2005). Le coaching. Paris : Presses Universitaires de France.
ASSOUN, P-L. (2007). Lacan. Paris : Presses Universitaires de France.
BERNARDT, O., COLNOT, F. & VITRY, F. (2008). Le coaching personnel, Paris :
InterEditions.
BLANC-SAHNOUN, P. (2005). L’art de coacher. Paris : Eyrolles.
BOULARD, M. (2007a). Alliance. In ANGEL, P., AMAR, P., DEVIENNE, E. & TENCE. J.
dictionnaire des coachings (pp 290-292). Paris : Dunod.
BOULARD, M. (2007b). Ecoute. In ANGEL, P., AMAR, P., DEVIENNE, E. & TENCE. J.
dictionnaire des coachings (pp 290-292). Paris : Dunod.
BRUNNER, R . (2004). La psychanalyse expliquée aux managers. Paris : Editions
d’organisation.
CHAVEL, T. (2007). Socrate. In ANGEL, P., AMAR, P., DEVIENNE, E. & TENCE. J.
dictionnaire des coachings (pp 346-347). Paris : Dunod.
DELIVRE, F. (2007). Le métier de coach. Paris : Eyrolles.
DEVILLARD, O. (2005). Coacher. Paris : Dunod.
DUPONT, D. & MARECHAL, J-F. (2007). Coaching d’équipe, in ANGEL, P., AMAR, P.,
DEVIENNE, E. & TENCE. J. Dictionnaire des coachings (pp 15-19). Paris : Dunod.
Dictionnaire Le Petit Robert. (2002). Paris : Dictionnaire le Robert
Von GLASERFELD, E. (1999). introduction à un constructivisme radical, in P. Watzlawick,
L’invention de la réalité (pp 19-43). Paris : Points.
Grand Dictionnaire de la psychologie, (2008). Paris : Larousse.

De la demande exprimée à la demande implicite DESU Pratiques du coaching Paris 8 Boussuge, B. (Mars 2009) 73/121
FRANKL, V. E. (2006). Découvrir un sens à sa vie. Paris : Les éditions de l’homme
GORI, R. & Le COZ, P. (2006). L’empire des coachs. Paris : Albin Michel.
GIFFARD, M. & MORAL, M. (2007). Coaching d’équipe. Paris : Armand Colin
HEVIN, B. & TURNER, J. (2006). Pratique du coaching. Paris : Intereditions.
KOURILSKY, F. (2008). Du désir au plaisir de changer. Paris : Dunod.
LACAN, J. (1994). Le séminaire livre IV. La relation d’objet. Paris : Seuil
LENHARDT, V. (2007). Les responsables porteurs de sens. Paris : INSED
LENHARDT, V. (2007b). introduction historique, In ANGEL, P., AMAR, P., DEVIENNE, E. &
TENCE. J. Dictionnaire des coachings (pp 217 - 221). Paris : Dunod
LENHARDT, V. (2007c). autonomie, In ANGEL, P., AMAR, P., DEVIENNE, E. & TENCE. J.
Dictionnaire des coachings (pp 217 - 221). Paris : Dunod.
LENHARDT, V. & BURATTI, L. ( 2007). Le coaching. Paris : InterEditions.
LENHARDT. V. (2008). Au cœur de la relation d’aide. Paris : InterEditions.
NATHAN, T., BLANCHET, A., IONESCU, S. & ZAJDE N. Psychothérapies. Paris : Odile
Jacob
MALAREWICZ, J.A. ( 2007). Réussir son coaching, Paris : Village Mondial.
MALAREWICZ, J.A. (2005). Systémique et entreprise, Paris : Village Mondial.
MATHIEU, M. (2008). Aristote, maître d’étonnement. 7ème journée de rencontre association
Paradoxe oct 2008. www.paradoxe.asso.fr
MELCHIOR, T. (2008). Créer le réel. Paris : Seuil
MORAL, M. & ANGEL, P. (2005). Le Coaching. Paris : Nathan.
MORAL, M. (2007). la demande. In ANGEL, P., AMAR, P., DEVIENNE, E. & TENCE. J.
Dictionnaire des coachings (pp 310 - 311). Paris : Dunod.
PICHAT. M, (2008). N’ayons pas peur. In BERNARDT, O., COLNOT, F. & VITRY, F. (2008).
Le coaching personnel, Paris : InterEditions.
ROUSSEAU, F (2008a). Besoin, Désir, Demande et Ecoute. Notes de travail
ROUSSEAU, F (2008b). Lacan, désir besoin, demande. Notes de travail
VERGNE-CORDONNIER, C. (2003). Enquête de terrain sur le coaching. Paris
WATZLAWICK, P. (1978). La réalité de la réalité. Paris : Seuil.
WATZLAWICK, P., HELMICK BEAVIN. J, & JACKSON, Don D. (1979). Une logique de la
communication. Paris : Seuil.
WHITMORE, J. (1998). Le guide du coaching. Paris : Maxima
WITTEZAELE, J-J. & GARCIA, T. (2006). A la recherche de Palo Alto. Paris : Seuil.
YALOM, I. (2008). Thérapie existentielle. Paris : Galade Editions.

De la demande exprimée à la demande implicite DESU Pratiques du coaching Paris 8 Boussuge, B. (Mars 2009) 74/121
ANNEXES

Annexe 1 : Retranscription de la séquence de coaching étudiée

Catégorie 1 (C1) : Renforcement et maintien de l’alliance


Catégorie 2 (C2) : Exploration du Réel / contexte
Catégorie 3 (C3) : Exploration de la vision du monde
Catégorie 4 (C4) : Exploration du(es) problème(s) potentiel(s)
Catégorie 5 (C5) : Exploration sur la situation souhaitée
Catégorie 6 (C6) : Travail sur la demande
Catégorie 7 (C7) : Mise en évidence des ressources C1 C2 C5 C3 C7 C4 C6

Coach Bonjour. Qu’est ce qui fait que tu as envie que nous travaillons ensemble ? C6

Coaché l’envie de travailler ensemble, c’est par rapport à mon entreprise « la grande
société », que j’ai créée il y a 8 ans. Et je pense que je suis à un stade où il
faut que je change ma façon de travailler. J’adore ce que je fais mais je
travaille 60 à 70 heures par semaine, c’est devenu un peu monomaniaque au
point qu’il n’y a plus vraiment autre chose qui existe hormis la famille et le
travail. C’est un peu… Je n’en souffre pas mais je me dis qu’à moyen terme
ce n’est pas sain. Et que ça doit cacher des choses aussi, le fait que je ne
dois pas demander assez cher pour pouvoir embaucher quelqu’un
éventuellement, si c’est ça, pour me décharger. Y’a… bon. D’une part c’est
de remettre un peu en question hum…

Silence (5 sec) C1

Coaché ma façon de travailler et comment aussi je , je … en fait, voilà je suis dans


des questionnements. je me dis que la grande société pour l’instant, ça a été
… un outil pour…euh… m’assurer un revenu. Mais je ne me suis jamais tout
à fait vue comme une consultante, je veux dire quelqu’un qui travaille seul, et
puis je n’ai jamais non plus fait un plan de développement pour me dire voilà
dans 5 ans je voudrais que la grande société elle soit là. Je suis un peu à
che…, pas à cheval, mais un peu nulle part par rapport à un projet par
rapport a ma société, sinon que de pouvoir me nourrir et donc, euh, … Je me
dis que peut-être là il faudrait que j’embauche parce qu’il y a du boulot on est
2 à temps plein. […]

De la demande exprimée à la demande implicite DESU Pratiques du coaching Paris 8 Boussuge, B. (Mars 2009) 75/121
Coach Hum, C1

Coaché Il y a peut-être une façon de revoir le problème. Et l’autre chose que je


voulais dire oui, Je travaille beaucoup beaucoup pour le client, j’essaye
d’améliorer le travail, j’aime ce que je fais. Il a peut-être une opportunité pour
que je prenne du temps (…), pour développer quelque chose pour la grande
société, donner plus de sens. Essayer d’engager, d’aller vers… ex de mon
client X ça m’ouvre énormément, ça m’ouvre, ça m’alimente, pour ma
démarche personnelle, je suis en train, par rapport à ma démarche
personnelle, de délaisser plus la culture, (…il y a 25 ans, la culture était
l’épanouissement,) c’est plus aller vers des structures, des clients qui ont du
sens, qui portent du sens et moi les aider (…) à aller vers les medias et moi
les aider dans ce lien dont il ont besoin pour se faire connaître par rapport au
média. Ou ça pourrait être autre chose mais pour l’instant mon savoir faire,
c’est d’être attachée de presse. Donc à un moment donné, je me disais peut-
être il faut que j’embauche, mais je ne suis pas certaine que ce soit la bonne
question, parce que… parce que je ne sais pas où aller.

Coach D’accord C1

Coaché ma société ne sait pas où aller, ne sait pas vers quoi, c’est sensé être une
étoile, vers où guider ses pas en gros. C’était le démarrage pour … un peu…

Coach l’idée c’est de choisir ? de se donner des éléments pour choisir davantage? C6

Coaché …peut-être pour déjà me donner la permission de réfléchir aussi

Coach D’accord. Une remarque ; le temps qu’on prend là, c’est ça, (sourire) C1

Coaché Oui, Oui ben là je suis mûre, Là ,c’est bon (sourire)

Coach C’est déjà une réflexion en soi C1

Coaché Oui, oui

Coach Donc tu as déjà commencé en fait. (sourire) C1 C7

Coaché Depuis qu’on s’est vu en fait ( …) et après quand j’ai été à un congrès, j’ai
rencontré quelqu’un qui fait du coaching, on a commencé à bavardé, je me
dis quand même, il faut que ça… je sens qu’il faut que ça avance et donc
voilà et je me suis dis au lieu d’attendre l’automne, l’été j’ai moins d’activité

Coach et justement qu’est ce qui a précipité, alors pourquoi ne pas attendre C6


l’automne, pour quoi maintenant ?

Coaché il y a plusieurs choses qui sont intervenues, d’une part une phrase que tu as
relevée où j’ai dit « le boulot d’attaché de presse n’importe qui peut le faire »
et tu as dit « Mais il y a quand même des savoir-faire, ce n’est pas n’importe

De la demande exprimée à la demande implicite DESU Pratiques du coaching Paris 8 Boussuge, B. (Mars 2009) 76/121
qui, un ingénieur par exemple ne pourrait pas le faire ». Donc je me suis dit
vraiment je suis dans une vision de mon travail qui est quand même
réductrice. Il y a un vrai savoir-faire.(…) Après ça en discutant avec Gérald

Coach pardon Gérald ? C2

Coaché la personne qui fait du coaching.

Coach Ok C1

Coaché un exercice qui a été proposé pendant le congrès : la terre va être détruite
demain, qu’est-ce que vous devez préserver si vous mourrez demain, erreur
dans 3 ans, erreur c’est faux. (…) qu’est ce vous faites aujourd’hui

Coach tu t’es livrée à l’exercice ? C2

Coaché non je suis arrivé après mais j’ai vu les réactions, Spontanément je pense
que je ne regrette rien, et puis je me dis est-ce que je dis la vérité, est-ce que
c’est vraiment vrai ? Je pense que en quelque part, ma réponse est exacte
c’est à dire …que je pense avoir réglé mes trucs, que ce je fais est correct, et
si je meurs demain et ben tant pis.

Coach hum… (sourire) C1

Coaché mais admettons que j’ai le choix (rire)

Coach hum (rire) C1

Coaché donc de fil en anguille, ben ce serait de faire un truc avec ma société

Coach Hum, hum C1

Coaché après ça j’ai commencé à faire des mauvais rêves, ce que je ne fais plus,
depuis des années comme quoi ça travaille pas mal, et donc je me suis dit
que, …dans ma vie… et c’est pour ça que je retarde je pense, dans ma vie,
jusqu’à présent, j’ai fait en sorte vu mon histoire personnelle, de me faire
adopter, de me faire aimer, comme beaucoup de gens

Coach on a tous besoin d’amour C1

Coaché mais il y a peut-être des histoires qui marquent plus que d’autres et
manifestement avec ma belle famille ça a été ça, dans mon travail c’est ça.
Je ne fais jamais de heurt, je suis toujours dans la liaison. Je suis toujours ….
Lier des choses. Mais un projet à moi, qui serait …voilà c’est un peu….

Coach pour toi ? C6

Coaché Voilà

Coach un projet à toi, pour toi, tu le fais pour toi-même ? C6

De la demande exprimée à la demande implicite DESU Pratiques du coaching Paris 8 Boussuge, B. (Mars 2009) 77/121
Coaché oui. Alors je pense qu’il y a un verrou. Qu’il y a quelque chose qui fait que Je
tourne autour depuis des années. Que je suis prêt à le faire. Déjà la création
de ma société c’était ça aussi faut dire mais j’ai eu 2 mois à résister, à faire
des trucs administratifs que j’ai du recommencer tellement je les avais mal
fait. Je résistais, je résistais énormément. Là je ne pense pas être en aussi
grande résistance mais euh… voilà…. Je me sens en possession de mes
moyens, j’ai envie de faire des choses, je sais faire des choses.

Coach suite aux évènements récents, tu t’es dit… C2

Coaché Ben voilà pourquoi pas essayer de lancer des pistes, pour dans le cerveau
les connections se fassent

Coach si je reformule, le fait de ne pas attendre, c’est déjà un premier C3


déverrouillage.

Coaché oui… (ton hésitant )

Coach Tu es d’accord avec ça ? C1

Coaché Oui, oui, je suis d’accord.

Coach J’ai une question. Tu as dit « je ne me vois pas comme une consultante », tu C3
te vois comment alors ?

Silence C1

Coaché … je me vois comme patron d’une TPE, ça a été ça dès le départ, ça ne


porte pas mon nom, c’était une structure qui pouvait éventuellement grandir,
et donc j’ai créé une EURL…

Coach ça s’appelle la grande société C1

Coaché la grande société

Coach la G R A N D E C1

Coaché oui grande, grande (rires). Et donc …une EURL en me disant


qu’éventuellement je pouvais m’associer, un, je suis maître à bord, mais si je
rencontre quequ’un ou une structure et on se dit on va s’associer, c’est
possible, et puis d’autre part l’idée de faire grandir quelque chose et un jour
de pouvoir m’en séparer. Construire un savoir faire, un savoir je ne sais pas
quoi, et puis éventuellement que ce soit pérenne, mais que ce ne soit pas
mon nom, quand tu pars, t’enlève le nom, il n’y a plus rien. C’était ça déjà il y
a 8 ans quand j’ai monté la structure.

Coach dans ton activité quotidienne, tu te présentes professionnellement … ? C2

Coaché attachée de presse, Directrice d’une agence de relation presse.

De la demande exprimée à la demande implicite DESU Pratiques du coaching Paris 8 Boussuge, B. (Mars 2009) 78/121
(hésitations…)

Coach au-delà du nom de la structure juridique en ton nom propre ou sous un nom C3
commercial, qu’est-ce que ça change dans la présentation à l’autre

Coaché en fait je me suis rendu compte que je ne m’étais jamais présentée comme
consultante (…) je fais partie d’une association d’attachées de presse, à une
rencontre il y avait qqn qui présentait « vendre du consulting », j’ai appris des
choses sur ça et c’est là que j’ai réalisé que je ne m’étais jamais présentée.
Certainement que je suis conseil, mais il y a une partie dans mon métier de
pouvoir d’exécution, qui est de pouvoir le faire. Voilà, j’avais jamais pensé

Silence C1

Coaché Voilà je ne vends pas du conseil

Coach tu vends quoi alors ? C3

Coaché une prestation. Une prestation de services qui est de pouvoir… par ex : faire
mieux connaître un client, un plan de communication, un plan de relation
presse avec des actions que je mène de A à Z.

Coach la conception du plan, qui l’opère ? C2

Coaché C’est moi.

Coach D’accord, la conception du plan, pour toi, c’est une prestation de service C3
également ?

Coaché Ca fait partie de l’ensemble, ça fait le tout. Si on travaille ensemble, il y a


l’analyse de la situation, une proposition, …

Coach ces mots là relèvent d’une prestation intellectuelle qui s’apparente à du C3


conseil.

Coaché oui, mais pour moi, un consultant c’est quelqu’un qui travaille tout seul.

Coach D’accord, dans ta définition du consultant, c’est celui qui travaille tout seul C3

Coaché c’est le professionnel qui va vendre, c’est certain que c’est la partie
intéressante de pouvoir essayer de capter au mieux les besoins, de proposer
quelque chose qui corresponde à la réalité, c’est ça qui est intéressant, après
se coltiner les communiqués, les contacts au téléphones… Je me dis
qu’effectivement j’ai semblé balayer ça du revers de la main mais je me
disais qu’il faudrait que dans ma façon d’aller voir les clients j’ai quand même
cette notion, cette dimension.

Coach Comment tu te présentes à l’autre alors ? prestation de services ? C2

Coaché Ben en fait, je ne sais pas me présenter parce qu’on est toujours venu me

De la demande exprimée à la demande implicite DESU Pratiques du coaching Paris 8 Boussuge, B. (Mars 2009) 79/121
chercher.

Coach par bouche à oreille, par recommandation ? C2

Coaché Toujours. Oui, ça c’est le confort de la personne qui a toujours voulu faire
plaisir (rires)

Coach c’est un confort et c’est aussi l’expression d’une reconnaissance de C7


compétence.

Coaché oui mais ça reste que je n’ai que cinq ou six clients par année, qui me
donnent énormément de boulot. Donc je n’ai pas développé. Le bouche à
oreille pour l’instant fonctionne bien pour faire vivre deux personnes, non,
pour faire travailler deux personnes, faire vivre une personne. (rires)

Coach J’entends bien que tu ne cherches pas à pousser commercialement, mais C7


néanmoins, c’est intéressant d’observer que si on recommande quelqu’un sur
ce genre de sujets, c’est qu’on est sûr des compétences de la personne. Ils
prendraient un risque professionnel dans le cas contraire, s’ils le font, c’est
qu’ils…

Coaché Ils ont confiance

Coach C’est intéressant comme point d’appui. Quelles perceptions ont tes clients de C7
ce que tu fais pour eux ?

Coaché Il y a l’enthousiasme, peut-être mon côté ( de mon pays) aussi, il y a la


personnalité qui va avec, et puis …

Coach il doit y avoir autre chose ? C3

Coaché les compétences et savoir-faire, non ? c’est ça ?

Coach L’enthousiasme c’est sympa mais si les idées qui sont apportées ne sont pas C7
pertinentes même si elles sont bien emballées, au bout d’un moment ça
s’arrête, ça ne dure pas plusieurs années, avec des recommandations
successives, ça prouve que c’est solide.

Coaché oui, Mais il y a un manque de confiance ça c’est certain, de ma part, il y a


une posture que je n’ai pas que je n’ai pas prise, comme tout se fait par
bouche à oreille que je n’avais eu à défendre mon bout de gras, jamais quoi.

Coach quand tu es recommandée ? C2

Coaché mais tout de suite on est dans une relation on a pas…. Les écueils sont en
partie levés, une bienveillance.

Coach il y a une posture favorable, elle te reçoit, elle pense que tu sais faire sinon C2
elle ne te recevrait pas. Non ?

De la demande exprimée à la demande implicite DESU Pratiques du coaching Paris 8 Boussuge, B. (Mars 2009) 80/121
Coaché Oui

Coach Tu fais œuvre de te présenter, de vendre ton service ? C2

Coaché En général, je ne sais pas si je me vends, j’écoute la personne je réagis à ce


que je pense qu’on pourrait faire, je repars et je fais une proposition écrite.

Coach A ton avis ça pourrait être quoi d’autre la présentation ? C5

Silence C1

Coach Si c’est satisfaisant en l’état. C4

Coaché ben pour l’instant oui, si demain on me disait tu dois présenter la grande
société, il faudra certainement que je revois…

Coach tu le fais déjà en fait C7

Coaché oui, oui,

Coach mon sentiment est que tu le fais déjà, (…), quand la personne te reçoit elle C7
fait ta connaissance au moment où tu la rencontres, tu lui dit qui tu es,
comment tu travailles, ta façon d’envisager les choses, tout cela fait partie du
premier échange, parce qu’elle n’a pas signé le contrat avant de te voir.

Coaché Oui, oui

Coach Ce processus là, se déroule sous une forme peut-être pas formelle, mais il se C7
déroule néanmoins.

Coaché Oui

Silence C1

Coach tu as déjà eu l’occasion de débriefer avec un client de votre relation C2


professionnelle

Coaché Non

Silence C1

Coaché en général ce sont mes anciens clients qui me réfèrent, ce ne sont pas des
amis mais j’ai gardé des rapports plutôt cordiaux, quoique avec certains j’ai
coupé les ponts. Je ne sais pas. Mais je pense, non je ne sais pas, ( gênée)
qu’ils pensent que je suis professionnelle,

Silence C1

Coach Oui. Je m’interroge sur la perception du périmètre de la prestation fournie. A C4


mon avis, ils doivent avoir une perception plus large que ce que tu me dis
quand tu parles de prestations de services

De la demande exprimée à la demande implicite DESU Pratiques du coaching Paris 8 Boussuge, B. (Mars 2009) 81/121
Coaché A quoi tu penserais par exemple ?

Coach A toute la partie accompagnement, conseil, à la phase amont à la réalisation. C4


A mon avis la partie de prestation est assez interchangeable, il ne me semble
pas que ce soit là où se trouve la valeur ajoutée.

Coaché Quoique, je le vois par exemple pour le client X, et c’est assez stimulant, je
ne sais pas si c’est interchangeable, avec le temps tu apprends à connaître
finement la structure, avec l’expérience tu gagnes en souplesse, là
aujourd’hui, j’ai eu deux journalistes qui m’ont appelée pour l’heure suivante.
Je revois des attachées de presse que je connais, elles pesteraient. Là on
accueille, on trouve le temps, c’est possible. C’est presque jouissif, c’est un
vrai plaisir, ce n’est pas un frein, Ce n’est pas si interchangeable que ça,
l’accueil des urgences, savoir les gérer. Il y a un vrai savoir-faire.

Coach c’est intéressant, tu as développé un savoir faire spécifique y compris sur ces C7
aspects là (gestion urgence, disponibilité, réactivité) que les autres
professionnels de la relation medias ne sauraient pas faire.

Coaché oui je le vois maintenant exemple de cet autre client. (…) elle pestait, c’est
tous ces cons, ils m’emmerdent. Moi, ce n’est pas mon carburant. Moi je me
dis chouette, le projet est intéressant.

Coach Quelle différence fais-tu entre un consultant qui travaille seul et une structure C3
de deux personnes ?

Coaché toute la différence quand j’ai pu prendre quelqu’un.

Coach Quelle différence cela fait ? C3

Coaché ca fait … deux choses…je n’ai pas été salariée longtemps dans ma vie.
Quand tu es à ton compte, il y a des matins où tu as du mal à te lever. Tu te
dis est-ce que je vais avoir de l’argent, est-ce que je vais pouvoir payer mon
loyer… Quand j’ai créé la Grande Société, il fallait une espèce de force de
caractère en se disant bon je m’assoie, je vais trouver du boulot… et des fois
j’avais vraiment des hauts et des bas. Depuis qu’il y a quelqu’un il n’y a plus
de bas. J’ai l’impression que je suis tout de suite dans l’échange, il y a plus
de place pour se dire j’ai des petits bobos, ça fait mal. Je suis rendu au point
que je sais déléguer. Mentalement, tu n’es plus tout seul. Cela donne une
assise. Tu peux te concentrer sur des trucs un peu plus lourds. (…)Et puis on
est pas seul, force mentale, plus de bas, essentiel, je ne travaillerai pas
seule. C’est une vraie liberté, une vraie respiration. Vraiment, vraiment.

Coach Si je reformule, la différence tu as la même capacité d’analyse et de conseil C3


et tu as une capacité à faire en plus.

De la demande exprimée à la demande implicite DESU Pratiques du coaching Paris 8 Boussuge, B. (Mars 2009) 82/121
Coaché et c’est une vraie respiration et puis mental, on est pas seul. C’est fou.
Forcément quand il faut que tu nourrisses l’autre personne, tu structures le
travail. C’est essentiel l’échange. Je ne travaillerai pas seule.

Coach En quoi tu penses que je peux t’aider par rapport à cette réflexion? C6

Coaché Par les questions. Il y a des choses, je suis sûre que je n’arrive pas à aller au
bout de mes questionnements. Et après ça les questions vont arriver à
« comment ». « comment tu ferais ». Je pense que j’ai un tabou sur le
devenir de la Grande Entreprise. Certainement de percer ça.

Coach comment tu définirais le tabou dont tu parles ? C4

Coaché Je crois que ça tient à ce que j’évoquais tout à l’heure, c’est à dire que…

Silence C1

Coachée …. mon existence est passée prioritairement par le fait d’être acceptée.

Coach hum, hum C1

Coaché Et donc je pense que toutes les antennes étaient en sorte de trouver
toujours, de pas être en révolte , de pas être en confrontation.( tape le poing
dans la main)

Coach de s’adapter pour que les relations soient harmonieuses ? C3

Coaché Voilà. A un moment , je pense que si tu veux construire un projet, tu ne peux


pas être toujours dans cette attitude. Tu es obligé de prendre des risques.
J’en prends des risques évidemment mais ce risque-là, je ne pense pas
l’avoir vraiment pris.

Coach quel risque ? C4

Coaché celui de déplaire

Coach d’accord. C1

Coaché Je fais un métier de communication fait beaucoup par des femmes. Ce n’est
pas ça que je voulais plus jeune, d’ailleurs je ne savais pas ce que je voulais.
Ce n’était pas nécessairement ça. Comme mes beaux-parents sont malades,
que je suis près d’eux, je me suis dit … mes belles sœurs sont en
confrontation, jamais je n’ai été en confrontation, jamais ! tout a été fait pour
je me fasse adopter dans ce pays, que je fasse ma place dans ce pays. Il y a
eu énormément d’efforts de fait. Avec un résultat qui est plutôt plaisant pour
l’instant. Mais il y a peut-être sans doute…. Ça cogne un peu à l’intérieur là.
(émotions)

Coach A ton avis, le développement de la grande société passe par des chemins qui C3

De la demande exprimée à la demande implicite DESU Pratiques du coaching Paris 8 Boussuge, B. (Mars 2009) 83/121
nécessiteraient de déplaire à … ?

Coaché à moi. A l’image que j’ai de comment on rentre en relation. Je pense que je
suis dans des schémas qui m’emprisonnent. De toute façon je pense qu’on
n’a pas besoin d’être en confrontation. Maintenant, je sélectionne mes clients
pour être en phase avec des choses qui me motivent, c’est ça que je
voudrais continuer à développer….

silence 5 sec C1

Coaché Peut-être l’autre chose, malgré toute l’assurance que je dois dégager par
rapport à mon boulot, mon expérience, il y a eu un doute fondamental,
comme peut-être plusieurs personnes, je ne suis pas à ma place, je suis un
usurpateur.

Coach Petites pensées que tout le monde doit partager à un moment ou à un autre. C1

Coaché Voilà, cela a fait que très souvent si j’ai pensé des choses je ne les ai pas
dites.

Coach Pour ne pas être démasquer ? dans le sens là ? C3

Coaché Oui. Voilà. Je pense qu’il y a tous ces schémas.

Coach Tu as des exemples d’un moment où tu n’as pas confronté, tu n’as exprimé C2
un désaccord et le fait de ne pas l’exprimer aurait pu être une gêne au
développement de la grande société ?

Coaché là par exemple. Je dois aider les clients à aller faire des interviews. Dans
mon expérience jusqu’à présent je n’avais pas à coacher mes clients pour les
interviews.

Coach coacher ? dans quel sens ? C2

Coaché à les entraîner à aller faire des interviews. On pense que attaché de presse
est un métier assez simple. Mettre en relation des projets, des personnes ou
des produits avec les medias. En gros c’est ça, mais après ça, Il y a tellement
de façons de faire différentes. Dans ce que j’ai fait pendant plusieurs années,
je travaillais avec des gens qui avaient l’habitude, des directeurs de
festivals… des gens qui ont l’habitude de parler. Et là je suis avec des gens
que souvent je dois débriefer après et je suis souvent démunie, je ne sais
pas bien s’ils ont fait bien ou mal, comment ils auraient dû faire, sur quoi ils
auraient dû pousser.

Coach tu ne sais pas bien ou tu ne leur dis pas. C2

Coaché Je pense que je botte un peu en touche en fait.

De la demande exprimée à la demande implicite DESU Pratiques du coaching Paris 8 Boussuge, B. (Mars 2009) 84/121
Coach pour quelles raisons selon toi ? C2

Coaché Parce que je ne sais pas quoi dire.

Coach Imaginons que tu fasses un retour après interviews. Qu’est ce qui pourrait se C5
passer ?

Coaché Là ce n’est peut-être le bon exemple, c‘est pas quelque chose que je ne dis
pas. J’arrive pas là à analyser. C’est peut-être une lacune professionnelle.

Coach C’est une demande de leur part que tu les accompagnes ? C2

Coaché Oui et c’est quelque chose de passionnant.

Coach A ton avis, quand quelqu’un demande à quelqu’un d’autre une prestation de C3
ce type là qu’est-ce qu’il pense de ce quelqu’un ?

Coaché mais ils n’y connaissent rien. Ils remettent entre les mains de la personne
dont ils pensent qu’elle sait.

Coach Quand ils te sollicitent sur un interview, C2

Coaché Je le fais mollement mais je me sens mauvaise élève.

Coach ça veut dire quoi le faire mollement ? C2

Coaché je réponds en disant là ça a été bien là j’ai moins bien compris. Mais j’ai
l’impression qu’il faudrait que je prenne en mains les choses mais je ne les
prends pas en mains.

Coach Ce serait quoi si tu ne le faisais pas mollement ? C5

Coaché Plus directif

Silence 10 sec C1

Coaché ce serait de … en fait c’est facile, (rire) il suffit de préparer l’interview avant.
Et pas de répondre après. De dire voilà quels sont les messages à faire
passer. Et après ça c’est facile de demander si ce qui était prévu a été fait.

Coach ça c’est une façon dont tu pourrais le faire ? C5

Coaché Oui en fait c’est ça.

Coach il y a quelque chose qui gêne pour le mettre en place ? C5

Coaché non (…) sourire. La prochaine interview, je le préparerai aux messages qu’il
doit faire passer et nous en reparlerons ensemble.

Coach tu ne m’as pas donné un exemple où le fait de ne pas dire les choses pose C2
souci.

Coaché en fait je ne sais pas si ça pose tant souci par rapport à l’autre que le

De la demande exprimée à la demande implicite DESU Pratiques du coaching Paris 8 Boussuge, B. (Mars 2009) 85/121
sentiment que moi j’ai. A ce moment-là, je me désengage

Coach c’est-à-dire … C2

Coaché Si je me sens pas à la hauteur, ça peut vouloir dire que j’ai peut-être pas
…préparé avant. Et donc je m’étais fait une haute idée de ce que serait mon
rôle. Alors que la personne ce n’était pas ce qu’elle attendait et je me suis
coincée par moment, ça c’est évident. Le nombre de fois, c’est beaucoup
moins maintenant, où je me sentais usurpateur avec le sentiment de ne pas
être à ma place…

Coach donne moi un exemple récent précis de ça C2

Coaché récemment moins, je pense que c’est plus des vieux schémas que je traîne
encore.

Coach selon toi, ils ne seraient plus très actifs aujourd’hui… C3

Coaché à l’heure actuelle, je travaille plutôt bien. il y a pas vraiment de remise en


cause. si j’essaye de reformuler, cette énergie qui est déployée par rapport
au travail, j’aimerais qu’il y en ait une partie qui soit prise pour développer un
truc plus personnel mais professionnel.

Coach Ce que je ne comprends pas bien c’est en quoi le développement de la C4


Grande Entreprise se heurterait à un tabou qui serait le fait de risquer de
déplaire…

Coaché ce qui est certain c’est que j’aime le type d’énergie dans lequel je suis. Et
honnêtement, je pense que je vais vers un mur si je continue à travailler
comme je fais.

Coach en termes de temps consacré au travail ? C2

Coaché Je pense que c’est disproportionné et que ce type d’énergie mériterait à être
consacré à développer des choses plus stimulantes et plus intéressantes.

Coach disproportionné, c’est par rapport au volume horaire consacré ? C2

Coaché Oui

Coach l’idée c’est de libérer du temps, pour quoi ? C6

Coaché pour développer des trucs plus amusants pour la Grande Entreprise. Mais je
sais pas quoi, des projets, de transférer un peu de cette énergie dans des
choses que je choisirais davantage. Jusqu’à présent, on est venu me
chercher, ça se passe bien en général… Maintenant que mes enfants sont
grands, que j’ai un savoir faire, je me demande à quoi je pourrais être utile à
ma mesure ? Cette énergie, j’ai l’impression qu’elle ne sera pas toujours là,
et peut-être qu’il faudrait que je rende pérenne la Grande Société pour

De la demande exprimée à la demande implicite DESU Pratiques du coaching Paris 8 Boussuge, B. (Mars 2009) 86/121
pouvoir un jour m’en dégager sainement et donc, ce type d’énergie… voilà,
faire des choses amusantes, des choses que je ne me suis jamais permises
réellement.

Coach faire des choses parce qu’elles te plaisent sans te soucier de savoir si cela C6
plairait ou non à d’autres ?

Coaché c’est ça l’objectif mon cher.

Coach pour rendre ça possible, il faut dégager du temps ? La possibilité C2


d’embaucher vraiment, d’avoir de l’argent pour ça ?

Coaché un autre de mes tabous c’est l’argent.

Coach c’est quoi l’argent ? C3

Coaché demander, négocier des contrats. J’arrive à en vivre mais pas plus. Avec ce
que je gagne, je ne peux pas embaucher. Pour embaucher, il faudrait que
j’en demande davantage… ma relation à l’argent n’est pas … fluide. Peu
importe l’argent, on fait le boulot quel que soit le temps.

Coach C’est toi qui paies en temps. Ce que tu ne souhaites plus ? C2

Coaché Oui. Je voudrais des challenges, qui ne soient pas angoissants mais
stimulants.

Coach C’est quoi des challenges par exemple ? C3

Coaché Ah, là… Je ne suis pas allée jusqu’à cette question là.

Coach même si c’est imprécis, ça pourrait être quoi ? C3

Coaché C’est indirect ce que je vais répondre mais dans ces dernières semaines j’ai
mangé avec deux attachées de presse. L’une d’entre elles me parle d’une
mission humanitaire au Sénégal, où il faut courir chaque jour 10 km en
faisant une mission. Hier je suis allée voir mon médecin voir si je pouvais
courir. Ça pourrait être un challenge comme ça. Là c’est perso mais je sens
bien que ça c’est possible, jusqu’à présent ça n’aurait pas été possible.

Coach C’est une envie que tu aurais réfrénée ? C3

Coaché En fait j’ai toujours eu des enfants. Je ne sais absolument pas ce que c’est
que d’avoir du temps pour soi. Jamais.

Coach En ce moment tu ne les as pas ? C2

Coaché Non, et j’arrive absolument pas à me donner du temps. Est-ce que c’est une
frustration, je ne sais pas, mais je me dis que c’est bête. J’aurais envie de
donner plus de sens à cette énergie, de faire des choses plus amusantes.

De la demande exprimée à la demande implicite DESU Pratiques du coaching Paris 8 Boussuge, B. (Mars 2009) 87/121
Coach La course à pied est un exemple extra-professionnel... C3

Coaché Oui, et pour le professionnel je n’y arrive pas. Je vais te donner un contre
exemple. Par rapport à un moment donné si j’avais imaginé faire un
événement pour (mon pays d’origine) en France je me sentirais usurpatrice,
pas à la hauteur. C’est dingue

Coach récemment ? C2

Coaché Oui.

Coach c’est à dire ? C2

Coaché je pense que c’est les attentes que je mets. C’est un truc tout de suite qui
stoppe l’énergie et je ne me sens pas la professionnelle qu’il leur faut. Je
pense que les attentes sont telles que…

Coach Les attentes de qui ? C2

Coaché De (mon pays d’origine) par exemple.

Coach qu’est-ce qui te fait penser que leurs attentes seraient… C2

Coaché Quand il y avait eu, il y a plusieurs années, un événement pour (mon pays
d’origine), là on remonte à plusieurs années, ils cherchaient une attachée de
presse aussi, en tout cas… Souvent jusqu’à présent dans les trucs, sauf, la
dernière fois pour un événement pour (mon pays d’origine) où j’avais fait un
truc très circonscrit, souvent ça me déstabilise, je me sens pas à ma place.

Coach à cause de la dimension « (ton pays d’origine)» ? C2

Coaché Oui. De l’identité, de l’effet miroir, c’est un peu l’imbroglio. Donc des choses
dans lesquelles je me sentirai stimulée…

Coach Cette stimulation tu l’exprimerais en termes de sujet ou en termes de générer C5


du revenu dans un temps limité ?

Silence C1

Coach Elle est probablement multiforme cette motivation ? C’est un ensemble de C5


choses ? Si ça concerne quelque chose de sympa mais de peu rémunéré…

Coaché J’aurais pu avoir tendance à le prendre quand même. Mais comme là


effectivement, le scénario serait de gagner plus pour pouvoir me dégager du
temps…

Coach Si tu es au clair avec ce dont tu as envie dans le fond, ça permettra de faire C5


des choix écologiques, de faire un pas vers ce sur quoi tu tends.

Coaché Je vais te donner un exemple. Toujours le client X. Moi je suis assez bluffé
c’est surtout des hommes. Ils sont chefs d’entreprise, ils ont créé leur boîte,

De la demande exprimée à la demande implicite DESU Pratiques du coaching Paris 8 Boussuge, B. (Mars 2009) 88/121
mais ils ont un groupe de rock, ils font du théâtre, ils ne se limitent pas, ils
sont novateurs et en 2006, ils ont eu l’idée de construire un mono coque pour
faire la route du rhum. Ils ont eu 100 000 problèmes et finalement, ils ont
réussi à se mobiliser et ils étaient 650 au démarrage de la route du Rhum, à
leurs couleurs et en plus ils ont fait un bateau accessible aux handicapés.
Voilà et avec un rêve aussi fou, ils ont réussi à faire le truc et moi là je dois
dire que j’en suis… Et là ils sont partis sur un truc et j’y suis associée alors je
sais pas si on va y arriver. C’est avec un marathonien qui a déjà fait le
monde, l’Afrique, l’Asie… et là, son projet ultime c’est le tour du monde en 18
mois, 80 km par jour. Et donc j’ai assisté à la première réunion et l’idée c’est
de le faire avec lui. De trouver de l’argent. Lui il estime son projet à 1 600
000, parce qu’il y a des gens qui filment… Les gens avec qui je travaille se
disent nous on va peut-être pouvoir fournir 200.000 euros. Là, à la réunion à
laquelle j’étais certains disaient si c’est juste pour donner de l’argent
personne va contribuer. Qu’est-ce qui va faire que nous on a envie de se
défoncer. Pour eux, l’argent n’est jamais un problème. Pour eux, il faut avoir
la vision du truc. Le président lui, sa vision c’est de faire un film. Il en a jamais
fait mais je l’ai vu faire des trucs il est assez bluffant. Lui, contrairement au
film d’Al Gore qui dit la planète ça va mal, lui il veut faire un film sur les
solutions, les possibilités d’avenir, les nouvelles voies. Son projet, avec ce
marathonien qui sert de fil rouge serait d’aller à la rencontre des gens qui font
les choses autrement. Moi je trouve qu’il y a des gens qui sont capables de

Coach ils sont plusieurs, ils sont ensemble dans ce cas là. C2

Coaché Oui et ils parlent beaucoup d’intelligence collective. J’avais jamais entendu…
Ça commence à me parler là.

Coach Toutes ces mises en mouvement que tu observes, explorer de nouvelles C3


voies c’est quelque chose qui trouve des résonances en toi ?

Coaché Oui, c’est vrai.

Coach Pour moi le nom de ton entreprise cela fait penser à un rêve. Il y a quelque C3
chose de l’ordre du rêve au départ ?

Coaché Alors, plus prosaïquement, c’est un ami qui m’a trouvé ce nom. Il m’a connu
j’avais 20 ans, il a fait un jeu de mot (…). Pour moi ce nom évoquait le guide
et ça je trouvais que ça collait bien. Les couleurs du logo bleu et vert
correspondaient à l’ouverture et à la communication. Mais au fil des années
c’est plus devenu (…) Donc tout ça m’alimente, je me dis qu’il y a des gens
qui ont des rêves, qui les réalisent, je les côtoie. Et je vois qu’il y a une

De la demande exprimée à la demande implicite DESU Pratiques du coaching Paris 8 Boussuge, B. (Mars 2009) 89/121
espèce d’énergie qui circule.

Coach qui peut te nourrir aussi ? C3

Coaché Oui, pour te dire, j’ai quand même fait la fête pendant deux nuits avec eux,
j’ai pas dormi et je n’étais pas fatiguée. Oui, l’intelligence collective, c’est
intéressant. Et puis Internet le permet… voilà, ça serait dans ce sens là
que… Et puis surtout ils essaient, ils se trompent, ils essaient encore, on est
dans la culture d’entreprenariat. Et puis moi qui étais assez bonne élève, faut
pas se tromper… donc là ça fait du bien aussi de se dire qu’on peut être le
cancre de la classe et finalement…

Coach d’accord, donc les deux tabous qu’on a vus c’est le fait de déplaire, même si C4
c’est pas vraiment déplaire car c’est en rapport avec une image de toi, ce
n’est pas ce dont tu as envie mais elle est quand même là, c’est ce que j’ai
compris même si je ne saurais pas à le reformuler. Mais du coup je n’ai pas
envie de retenir cette idée là maintenant, il faudrait qu’on le reprenne et qu’on
trouve une autre façon de le dire. Et puis l’argent, qui est aussi un moyen
pour développer tes projets.

Coaché je suis d’accord.

Coach l’argent, qu’est-ce que ça évoque, le fait de prendre 10, 20, 30… unités C3
d’argent pour une prestation, ça renvoie à la valeur qu’on attribue à ce que
l’on fait ?

Coaché je suis d’accord.

Coach c’est pas tant l’argent en tant que tel, c’est ce à quoi ça renvoie qui peut être C3
intéressant d’explorer. Parce que plus tu es au clair avec la valeur de ce que
tu proposes…

Coaché plus ça va de soi. Y a des fois où j’ai négocié de façon admirable, j’étais prête
à arrêter et j’ai obtenu plus que je ne pensais. Il y a des fois où j’y arrive.

Coach Alors comment ça se passe ces fois là ? C2

Coaché et bien, c’est à dire que c’est pas grave si ça ne marche pas. Mais je ne suis
pas fermée non plus… Mais là dernièrement, pour un travail je l’ai pas trop
fait… J’ai fait un devis. Mais je pense être dans les prix du marché, parce que
l’association des attachées de presse avait fait un baromètre.

Coach Tu te situes où ? C2

Coaché moyenne haute mais ils avaient fait des distinctions entre ceux qui travaillent
seuls, les plus gros et les grosses agences.

Coach et tu es dans la moyenne haute par rapport à quelle catégorie ? C2

De la demande exprimée à la demande implicite DESU Pratiques du coaching Paris 8 Boussuge, B. (Mars 2009) 90/121
Coaché seul ou deux trois personnes.

Coach ça veut dire que tu penses que tu peux augmenter tes tarifs ? C5

Coaché si je suis en moyenne haute c’est qu’il y a un vrai problème, soit je travaille
trop… en tout cas le budget ne correspond pas au temps passé. Donc il y a
un souci.

Coach trop de temps consacré par rapport au budget. C3

Coaché Oui

Coach ce n’est pas forcément que tu ne vends pas assez cher, à en croire cet C2
élément de repère.

Coaché cette année j’ai fait un truc pour un festival que j’aime bien. Ils avaient tiqué
sur mon prix et je m’aperçois que par rapport à toutes les attachées de
presse festival c’est vrai que c’était plus cher. Du coup j’ai facturé moins. Je
devrais essayer de plus travailler avec les clients qui paient mieux.

Coach ce sont des choses qui sont possibles ? C5

Coaché Oui

Coach et tu parlais de choisir des sujets, des clients… aujourd’hui les clients te C2
viennent toujours par recommandation.

Coaché Oui, il y a même des choses que je refuse.

Coach C’est très confortable. Tu les refuses parce qui paient pas assez cher ? C2

Coaché soit parce que c’est un secteur que je n’ai pas développé… Des fois
j’accepte, c’est beaucoup d’énergie pour des choses pas trop chères mais
qui peuvent être intéressantes… Ou soit la thématique ne m’intéresse pas ou
ce n’est pas mon champ de compétences… parfois je le prends et je le
donne à la stagiaire en sachant que c’est pas cher mais que ça va être
intéressant pour elle.

Coach si tu avais deux stagiaires tu pourrais en prendre davantage ? C5

Coaché oui. Là cette année je ne suis pas sûre, j’ai rendez-vous avec ma
comptable… J’ai fait le choix de prendre plein de petits contrats. Y a les gros
et en plus je prends les plus petits.

Coach c’est quoi l’idée ? C2

Coaché d’une part car il y avait un lien avec le Québec et les deux autres un lien avec
l’audiovisuel, ça faisait longtemps que je n’avais pas travaillé dans ce
domaine et ça me permet de rester en contact avec les journalistes. Y en a
ça fait 4, 5 ans que je ne leur ai pas parlé mais quand je leur parle voilà, le

De la demande exprimée à la demande implicite DESU Pratiques du coaching Paris 8 Boussuge, B. (Mars 2009) 91/121
contact est là… J’ai pas été oublié, il sont contents de me parler… c’est pour
ne pas perdre ce fichier de contacts que j’ai depuis plusieurs années.

Silence C1

Coach parmi les autres choses qui pourraient être un frein au projet de C4
développement, que verrais-tu d’autre ?

Coaché le frein on le lève, c’était de prendre le temps d’y réfléchir. C’était ça. 1, je me
piège avec le temps. 2 avec l’argent. Les autres freins, euh, hormis moi d’être
au clair je ne vois pas.

Coach Alors ma contribution c’est d’aider à explorer, de clarifier, d’essayer de C6


problématiser ce qui va être retenu comme étant ce sur quoi on va travailler.

Coaché je veux que tu m’aides à faire un pas de côté pour mon entreprise. Un truc
qui va m’engager pour les prochaines années. Je me répète, mais je l’ai
jamais dit comme ça, j’aime ce type d’énergie.

Coach c’est un pas de côté ou un pas en avant ? C3

Coaché je sais pas, c’est un pas de côté parce que là pour l’instant mon entreprise
avance comme ça. (les mains sur les yeux)

Coach L’énergie est un peu contrainte en avançant comme ça ? C3

Coaché elle est aveugle pour l’instant, l’énergie ne sait pas où elle va. Elle avance au
bon vouloir des gens. Je dis un pas de côté parce que des fois il s’agit juste
d’un petit pas de côté pour que change la perspective. C’est la posture. Donc
le déséquilibre… marcher c’est être déséquilibré. Je trouve ça stimulant mais
je ne sais pas encore…

Coach on a du temps, on va en prendre C1 C7

Coaché oui. On va en prendre.

Le fin de ce premier entretien, qui avait valeur d’entretien test pour déterminer si nous
décidions de faire un bout de chemin ensemble, a été consacré à la définition des modalités
pratiques de la mission de coaching.

De la demande exprimée à la demande implicite DESU Pratiques du coaching Paris 8 Boussuge, B. (Mars 2009) 92/121
Annexe 2 : Glossaire des mots-clés du coaching

Alliance en coaching
L’alliance dont le contenu étymologique traduit le fait d’ « être en lien », est un terme fort :
L’alliance des mariés, l’alliance du Dieu immanent avec le peuple de la Bible. Posture de
base du coaching, ce lien, sorte de contrat relationnel passé entre l’intervenant et le client,
repose sur la confiance que le client accorde à l’intervenant et sur la garantie de
confidentialité, l’attitude de bienveillance, de non-jugement et d’acceptation inconditionnelle
du client par l’intervenant. C’est un engagement mutuel à ne pas rompre la relation malgré le
degré de frustation éventuellement très élevé qu’elle comportera. Pour Martine Boulard
(2007, p 291), ce lien permet au client et à l’intervenant de « croire ensemble à un processus
de changement qui sera favorable au client ». Pour l’auteur, le second pilier du changement
est « la volonté du client de changer. Les outils ne représentent finalement qu’une
contribution mineure au changement ». Il faut choisir et maîtriser (au moins) un outil
d’intervention, mais une des qualités cardinales du coach va être d’établir une alliance de
qualité, trame du travail de changement à co-construire.

Analyse de la demande en coaching


Processus de questionnement réalisé par l’intervenant par lequel, à partir de la demande
initiale du client, l’intervenant et le client vont co-construire la demande et l’objectif qui
serviront de base au travail de coaching. La notion de demande latente ou implicite, qui fait
l’objet d’un développement dans ce mémoire, exprime le fait que l’analyse de la demande
est un processus permanent, reflet des interactions entre l’intervenant et le client. La
première demande exprimée, clarifiée, est le point d’ancrage à partir duquel le processus de
travail de la demande va se dérouler. Pour reprendre ici, une phrase de Frédéric Rousseau
(2008a, p 2 ), le travail d’analyse de la demande consiste à « mettre la demande au travail ».

Cadre en coaching
Dispositif d’intervention qui regroupe la posture de l’intervenant, position haute sur le
processus d’échange et sur l’environnement (lieu et durée des séances), et la position basse
sur le contenu échangé. Font partie du cadre également que les règles déontologiques et
éthiques de l’intervenant (confidentialité, supervision, formation initiale, formation
permanente de perfectionnement, travail personnel, capacité d’expliquer les fondements
théoriques des interventions, lucidité quant aux domaines de compétences du coach,…)

De la demande exprimée à la demande implicite DESU Pratiques du coaching Paris 8 Boussuge, B. (Mars 2009) 93/121
Changement et coaching

De par sa nature d’accompagnement d’une situation qui pose problème vers une situation
autre, jugée préférable par le client, le coaching induit par essence un mouvement, un
changement. Si le mode de fonctionnement habituel du client s’avérait efficace dans cette
situation, le coaching n’aurait pas lieu d’être. Le coaching induit un changement du client
dans sa façon d’appréhender la situation qui pose problème, changement qui lui permet de
trouver d’autres solutions plus appropriées. Le changement privilégié sera durable et
écologique pour le client. La qualité de l’alliance, associée à la volonté de changement du
client, ainsi que le talent du coach à travailler la demande, sont des points déterminants dans
la réussite du changement.

Coach
Intervenant dans le cadre d’une relation d’aide spécifique appelée coaching ou
accompagnement personnalisé au changement. Les interventions sont le plus souvent
réalisées dans un contexte professionnel et sont centrées sur des objets relatifs à l’exercice
d’une activité professionnelle. Mais se développent des coachs personnels ou coachs de vie,
qui se distinguent des psychothérapeutes en ne travaillant pas sur les origines de la
souffrance psychique, mais en se concentrant à aider leurs clients « à construire, par lui-
même, des objectifs de vie efficients et atteignables mais également de créer des solutions
innovantes et personnelles afin de les atteindre. ». «(Pichat, 2008). Les coachs sont la
plupart du temps des intervenants extérieurs, mais dans des entreprises de taille importante,
se développent des coachs internes, salariés de l’entreprise.

Coaché
Personne ou groupe de personnes bénéficiant d’une démarche de coaching. Le coaché
contractualise avec le coach, soit directement s’il s’agit d’un coaching bipartite, soit de façon
triangulaire avec le commanditaire et le coach, s’il s’agit d’un coaching tripartite. Comme en
thérapie, la condition nécessaire (mais non suffisante) pour initier un coaching est que le
coaché soit motivé pour évoluer vers la situation cible, objet du coaching. Sans ce désir de
changement, sans cet indispensable carburant, il n’y a pas de coaching possible.

Coaching
Relation d’aide spécifique qui consiste à accompagner une personne ou un groupe de
personnes pour leur permettre de trouver eux-même, à partir de leurs propres ressources,
soit une solution au problème posé, soit des pistes pour gagner en performance, ou pour
remporter un défi, selon les cas. Devillard (2007) distingue trois niveaux de coaching :
personne, entreprise et équipe. Au niveau de la personne trois types sont distingués

De la demande exprimée à la demande implicite DESU Pratiques du coaching Paris 8 Boussuge, B. (Mars 2009) 94/121
coaching de développement, de performance, et le coaching technique. Au niveau de
l’entreprise, le coaching stratégique est cité. Enfin au niveau de l’équipe sont distingués trois
types : le team building, le team developpement et les systèmes d’action. Certains auteurs
distinguent coaching d’équipe et team building. Pour Giffard et Moral (2007), la finalité d’un
coaching d’équipe est - d’optimiser les processus et mode de fonctionnement collectif de
partage d’information, de décision, et d’action ; - de développer sa maturité ; - d’accroître ses
performances collectives. Pour les auteurs, les actions de construction de cohésion ou de
dynamisation d’équipe (parfois appelées team building ou team developpement) sont
centrées sur le résultat à atteindre. Ce sont pour les auteurs des modes d’intervention
distincts du coaching d’équipe. Un coaching pouvant intégrer des actions de team building
dans sa démarche. En parallèle de ces types de coaching, il faut ajouter le coaching
personnel, qui élargit le périmètre du coaching aux aspects de vie.

Coaching de dirigeants
Selon Lenhardt (2006, pp. 47-8) « Il y a une spécificité du coaching de dirigeants parce qu’ils
sont par fonction, des personnalités isolées, alors qu’ils auraient, de par leur métier,
davantage besoin que d’autres de distance réflexive par rapport à leur activité. Le coaching
offre au dirigeant un accompagnement sur mesure épousant ses contraintes et ses rythmes.
Il l’invite à élaborer ses propres solutions en fournissant l’espace, l’appui et la respiration
nécessaires pour y voir clair dans ses priorités. Enfin, et surtout il lui permet de sortir de sa
solitude. Le coaching ouvre au dirigeant un espace de parole protégé qui répond à son
besoin de (re)construction identitaire, un besoin de réflexion sur soi-même et sur la raison
d’être de son travail, auquel fait écho l’essor du coaching. ». Prendre de la distance et
évoluer dans la complexité et l’incertitude en conservant son humanité, telle pourrait être
l’utilité d’un coaching de dirigeant.

Coaching individuel / d’équipe


Entré en force dans l’entreprise après avoir fait ses preuves dans les mondes du sport et de
la politique, le coaching d’équipe, est « une forme d’accompagnement qui se donne pour
objet l’amélioration de la performance collective par le renforcement de la cohésion de ses
membres » ( Dupont & Maréchal, 2007, p 15-19). Pour obtenir une vision partagée, le coach
d’équipe s’efforcera que les équipiers se connaissent mieux, se comprennent mieux et
acceptent leurs différences. Des interventions de régulation comme la résolution des conflits
et des points de blocage font partie des tâches du coachs. « Il ne s’agit pas de coaching
individuel du manager de l’équipe même si celui-ci détient souvent le code génétique »
(Giffard & Moral, 2007, p 7), même si la démarche suivie par le coach d’équipe s’apparente à
celle d’un coaching individuel. « La principale différence réside dans la nature du sujet

De la demande exprimée à la demande implicite DESU Pratiques du coaching Paris 8 Boussuge, B. (Mars 2009) 95/121
coaché : un groupe est perçu comme beaucoup plus complexe qu’un individu seul car il
présente un niveau de réactivité supérieure ». Un coach d’équipe est d’abord formé au
coaching individuel car les compétences de base sont les mêmes et certaines situations
bilatérales peuvent nécessiter une action de coaching individuel.

Coaching personnel et caoching professionnel


Selon l’ICFF, le coaching personnel est l’accompagnement professionnalisé d’une personne
dans l’élaboration, la mise en œuvre et l’évaluation de son projet de vie en prenant en
compte l’individu dans sa globalité et couvre tous les domaines de sa vie.
Dans le sens de coaching d’une personne en situation professionnelle, le coaching
professionnel se distingue du coaching personnel en étant centré sur une problématique
professionnelle et souvent sur un mode tripartite.
Dans un coaching professionnel bipartite, les différences entre coaching professionnel et
coaching personnel sont moindres tant sont nombreuses les passerelles entre vie
personnelle et vie professionnelle.

Coaching interne / externe


Dans le cadre d’une intervention en entreprise ou en institution, un coaching interne est
caractérisé par le fait que l’intervenant coach soit salarié de l’organisation demandeuse.
Dans les grandes entreprises, on trouve parfois des coachs internes. Quand l’intervenant est
non salarié de l’organisation, on parle alors de coaching externe. Le cas des coachs internes
interroge davantage la déontologie, car en tant que salarié de la même structure, ils ont le
même lien de subordination ( le contrat de travail) que le coaché vis à vis de l’employeur. Ce
constat nécessite la plus grande vigilance.

Coaching intégratif
Caractérise un coaching utilisant des techniques issues de différents modèles théoriques.
(cognitifs, systémiques, psychanalytiques, comportementalistes…). Les techniques peuvent
être l’analyse transactionnelle, la programmation neuro-linguistique, l’approche paradoxale
de Palo Alto, les outils de typologie de la personnalité ( Golden, MBTI, …) ou de typologie
comportementale (PCM). Dans ce cas, il faut veiller à ce que les techniques s’articulent
harmonieusement et les modèles théoriques soit compatibles. Par exemple, il n’est pas
possible d’allier une technique qui va dans le sens de la solution et les techniques qui
cherchent à arrêter les tentatives de solution. Dans ce cas, des risques d’incohérence,
d’incompréhension de la part du client, pourraient compromettre le bon déroulement du
coaching, notamment en abîmant l’alliance.

De la demande exprimée à la demande implicite DESU Pratiques du coaching Paris 8 Boussuge, B. (Mars 2009) 96/121
Coaching centré sur la résolution de problème

D’après Devillard (2005, p. 22), ce type de coaching « est utilisé dans le cadre d’une
problématique ponctuelle ou récurrente rencontrée par un professionnel. Il couvre des
domaines aussi divers que l’efficacité individuelle, la relation ou la communication avec
autrui, le management, le stress, la prise d’un poste, ... Les méthodes utilisées découlent
des champs théoriques de la psychologie, l’Analyse Transactionnelle, la programmation
neurolinguistique ou de l’analyse systémique. Il se découpe généralement en trois temps :
diagnostic, élargissement du champ de conscience et mise en œuvre. Il se termine par la
solution et la difficulté comportementale ou situationnelle qui était son objectif. »

Commercialisation de la prestation de coaching


Le choix d’un coach il y a quelques années se faisait la plupart du temps de façon empirique,
que ce soit sous l’influence d’un manager opérationnel ou d’un responsable RH. L’évolution
du marché ces dernières années, a amené les entreprises à mettre en place une démarche
d’achat plus systématisé et les coachs une démarche commerciale plus structurée. Des
critères de sélection, de validation des candidatures et de négociations des conditions
financières se sont mis en place. La réponse aux appels d’offres est une procédure de plus
en plus courante, et obligatoire pour l’obtention de marchés publics.

Contrat de coaching
Malarewicz (2007, p.49) souligne que « Le coach doit être particulièrement attentif aux
termes du contrat qui va être passé entre lui-même et ses clients. Ce contrat va
« configurer »la situation de coaching. » Pour la SFCoach « Que doit prévoir le contrat de
coaching ? Les objectifs, les critères et le processus d'évaluation, le lieu, le nombre et la
durée des séances, la qualité professionnelle et la déontologie de l'intervenant, les règles de
confidentialité, le prix et les conditions de facturation. Lorsque la démarche s'effectue en
accord entre le bénéficiaire et son organisation, un contrat tripartite est établi entre le
coaché, son responsable (hiérarchique ou RH) et le coach. »

Contre-indications au coaching
Un grand nombre de problèmes, de type personnel, relationnel, professionnel, peuvent faire
l’objet d’un coaching. Ce processus d’accompagnement s’appuie sur un certain nombre de
postulats, parmi lesquels celui-ci : le coaché dispose de compétence et du potentiel pour
améliorer ses performances. Cette condition doit être exprimée par le coach avec beaucoup
de soin : en effet, un grand nombre de situations représentent des contre-indications
absolues ou relatives, qui justifient de ne pas accepter ou de différer une mission de
coaching. Brunner (compte rendu de la SFCoach) souligne que dans le coaching il y a une

De la demande exprimée à la demande implicite DESU Pratiques du coaching Paris 8 Boussuge, B. (Mars 2009) 97/121
contradiction à concilier la culture commerciale et la culture clinique (on travaille sur du
vivant). Ce n’est pas parce qu’il y a demande qu’il faut accepter ! Pour prendre sa décision, il
convient d’analyser la demande selon la structure psychique, ou en langage courant aux
types de personnalité. Ceci implique d’avoir une idée de qui on a en face de nous.
1/ La structure de la normalité est névrotique. On ne s’engage que s’il y a une structure
névrotique normale en face de nous. Elle peut être hystérique, narcissique ou
obsessionnelle. Dans la structure hystérique, il y aura des nuances amour-relationnel à
calmer. Dans la structure narcissique, il y aura une hyperactivité (dont la fonction est de
calmer l’anxiété) à clarifier. Dans la structure obsessionnelle, il y aura une orientation tâche,
organisation, délais à respecter et à calmer.
2/ Toutes les structures perverses ou psychotiques (où il peut y avoir une décompensation
psychiatrique si on appuie sur le bouton rouge) sont des contre- indications au coaching. Il
convient dans cette hypothèse à trouver une parade élégante pour ne pas prendre.
3/ Les pathologies avérées. Le coaching n’est pas une psychothérapie ! Toute psychose,
pathologie mentale ou dépression grave sont également à exclure du champ du coaching.
En ce qui concerne une dépression névrotique jugée peu grave, (ce qui sur un plan
pathologique comparé à la médecine générale, équivaut à une grippe, tout en gardant à
l’esprit qu’une grippe peut tuer !), l’acceptation dépend de la capacité du coach à
accompagner la personne et à prendre en charge sa souffrance. Il est préférable dans ce
cas, d’utiliser l’approche Rogérienne, reformulation en miroir, qui permet de commencer un
travail thérapeutique sans que la personne s’en aperçoive. Ce travail sur 10 à 12 séances
équivaut aux entretiens préliminaires de Freud, et de permettre à la personne de s’orienter
vers une thérapie à la fin si les mêmes questions persistent. L’objection pourrait être que
cela aille trop loin : non, en 12 séances, on ne le peut pas, mais si cela débouche sur le fait
que la personne commence à se soigner, c’est déjà une énorme avancée.
En tant que coach, nous devons avoir conscience d’être le premier maillon de la chaîne.

D’autres situations peuvent conduire le coach à refuser ou à se retirer d’une mission :


Le cas d’un contrat tripartite qui ne respecte pas les intérêts de chacun.
Le cas où le cadre contractuel ou relationnel se déploie en dehors du cadre légal
Une absence de demande, une demande « sous contrainte » d’un employeur ou d’un parent,
une demande irréaliste ou manipulatrice.

Construction de sens et coaching


Pour Varillon le terme de sens a au moins trois acceptations : le sens comme direction (qui
correspond en entreprise aux objectifs), le sens comme signification (qui correspond en
entreprise aux valeurs), le sens comme expérience qui affecte l’ensemble de notre

De la demande exprimée à la demande implicite DESU Pratiques du coaching Paris 8 Boussuge, B. (Mars 2009) 98/121
conscience et de notre système de représentations et, qui en entreprise correspond à la
motivation.
D’après Lenhardt (2004, p123), la notion de sens ne peut être perçue qu’en acceptant le
mystère de la conscience individuelle. Cette notion est faite de l’ensemble des objectifs, des
valeurs et des expériences qui résonnent dans la conscience de l’individu. Partager ce sens
est le cœur même du rôle difficile et ambigu des responsables afin de mobiliser les équipes
autour d’un minimum de consensus et « d’une vision partagée ». Il existe neuf niveaux de
sens : le psychologique inconscient, le psychologique conscient, niveau social ou
opérationnel, la fonction, l’institution, l’environnement, le méta-sens, le pouvoir et la façon
dont la personne s’en sert, l’identité de la personne. Ces niveaux de sens et le schéma y
afférant, constituent un modèle d’une grande utilité. Ces neufs niveaux de sens sont vécus
en même temps par la personne ; cependant sa conscience est plus particulièrement
focalisée, suivant les moments, à tel ou tel niveau ; et c’est celui là qui en situation de
coaching nécessitera une plus grande attention. Le coach devra tenir compte que du fait le
discours explicite n’est jamais réductible à lui même et toujours porteur d’un discours latent
porteur de sens.

Déontologie du coaching
Selon Angel et Amar (2006, p74)« Avant l’acceptation d’une mission, le coach doit établir
avec son mandant la nature, les limites et les contraintes de son intervention. Respect des
droits, de la liberté et des valeurs propres du coaché interdisant tout abus d’influence.
Compétence professionnelle assise sur une formation théorique et supervisé et contrôlé.
Respect d’une confidentialité qui interdit communication d’informations à un tiers sans
l’accord du client. Un devoir de respect et de non ingérence du coach dans les usages et les
pratiques de la société du client. Obligation morale pour le coach de se retirer si le cadre
contractuel ou relationnel ne souscrit pas aux règles déontologiques… »

Deuil et coaching
Selon Angel et Amar ( 2006, p. 94)« Phases de deuil du coaché à repérer par le coach pour
l’accompagner dans ces moments de transition et préparer le travail sur l’avenir. Déni : sert
d’amortisseur devant le risque de sidération, de choc anxieux ou dépressif mettant en scène
des stratégies de silence, de fuite, de minimisation de la perte, voire de surinvestissement
dans le travail. La colère : sentiment d’injustice et peut donner lieu à des projections
agressives sur environnement professionnel. Marchandage : scénario sous la forme « Et
si… » « Si seulement… » autre tentative de combattre la douleur de la perte. Coaché par sur
le mode du regret de la culpabilité ce qui aurait pu être fait. La dépression : repli sur soi, un
désinvestissement de l’environnement avec la pleine conscience de la perte. S’accompagne

De la demande exprimée à la demande implicite DESU Pratiques du coaching Paris 8 Boussuge, B. (Mars 2009) 99/121
de sentiments de dévalorisation, de ralentissement et de pessimisme. L’acceptation :
Décision de faire face à la nouvelle situation avec pardon de soi et de l’autre, baisse de la
culpabilité et de la peur. Phase de réinvestissement et de découverte des nouvelles
possibilités qu’apporte la situation. Le coaché voit souvent que l’expression de son potentiel
est freinée par des deuils non-faits ou incomplets qui l’empêchent de s’investir sans peur,
ambivalence ou regret. Le rôle du coach est de créer de l’espace pour accompagner le
coaché, en respectant le rythme particulier de ce processus… Il fera preuve d’empathie, de
soutien mais aussi de maîtrise en encourageant le coaché à reconnaître et exprimer ses
émotions, à faire un examen plus nuancé de la situation et à mobiliser ses ressources pour
avancer. Le coach connaît bien certains deuils qu’il doit faire lui aussi : volonté de changer le
coaché, deuil de sa toute puissance, de l’excellence de ses théories, de sa position d’expert,
de sa capacité de réparation». On retrouve ce cycle du deuil, emprunté à Elisabeth Kubler-
Ross chez de nombreux auteurs référents en coaching tels que Lenhardt, Délivré, Hévin et
Turner, …

Ethique et pratique professionnelle


L’éthique, du grec éthique = mœurs, est classiquement la science de la morale, au sens
large de la discipline qui s’intéresse à l’action humaine préoccupée par les finalités et les
valeurs de l’existence, le concept de bien, les questions de mœurs ou de morale. La
déontologie se distingue de l’éthique qui a en principe une vocation universelle, en
représentant de façon plus spécifique un ensemble de règles d’un exercice professionnel, un
code de conduite, proposé par des représentants d’une profession dans un effort normatif de
contrôle des pratiques. Toute relation d’aide adopte des règles déontologiques claires pour
protéger les intérêts de ses clients et de son entourage.
La responsabilité du coach est engagée dans ce processus où se jouent des phénomènes
d’influence, de pouvoir, et où l’être humain, dans un acte de confiance, se révèle dans ses
ambivalences. Le coaching rentre dans l’ère de maturité et il est nécessaire de mettre en
avant certains principes :
• Le respect des droits, de la liberté et des valeurs propres du coaché interdisant tout
abus d’influence et le laissant maître et responsable de toutes ses décisions.
• La compétence professionnelle fondée sur une formation théorique et pratique de
qualité et qui fait l’objet de perfectionnements continus.
• L’engagement à se soumettre à un cadre de supervision et de contrôle de sa pratique
par un tiers qualifié
• Un devoir de notification au client si le coach reconnaît qu’il atteint ses limites ou que
l’intervention dépasse son champs de compétences

De la demande exprimée à la demande implicite DESU Pratiques du coaching Paris 8 Boussuge, B. (Mars 2009) 100/121
• Une responsabilité et un devoir de probité du coach dans ses relations, eu égard aux
enjeux personnels et transférentiels qui peuvent fragiliser le coaché ; ce devoir interdit
toute fausse représentation de qualités, d’expérience ou de compétences usurpées,
toute confusion ou conflit de rôle au-delà du cadre contractuel du coaching.
• Une capacité à expliquer les fondements théoriques et les interventions du coach qui
doivent pouvoir être formulé à l’attention du coaché ou d’un tiers de façon raisonnée.
• Le respect d’une confidentialité qui interdit la communication à un tiers sans l’accord
du client. Dans le cas du contrat tripartite où le coach a deux clients( coaché et
institution) il est important de s’assurer d’un minimum de convergence dans les
objectifs de ces deux parties pour agir dans le sens de l’intérêt du système dans son
ensemble et clarifier les modes d’information.
• un devoir de respect et de non-ingérence du coach dans les usages et les pratiques de
la société cliente.
• une obligation morale pour le coach de ne pas accepter ou de se retirer de la mission
si le cadre contractuel ou relationnel imposé ne souscrit pas aux règles déontologiques
qu’il s’est fixées ou se déploie en dehors du cadre légal.

L’éthique professionnelle propose une théorie rationnelle de la conduite des hommes


permettant de défendre ou de prendre en compte trois grands types d’intérêts, l’intérêt
collectif, l’intérêt général et l’intérêt public.

Evaluation des résultats de la prestation de coaching


L'évaluation de la prestation sera faite lors de la dernière séquence de coaching. Mais elle
se prépare dès la définition de l'objectif avec le client et notamment grace à la détermination
des indicateurs de réussite. Les résultats se mesurent par rapport à la demande initiale du
coaché. Le problème doit être réglé et il doit y avoir une mise en oeuvre de l'objectif pour
pouvoir dire qu'il y a réussite. L'évaluation renvoie directement à l'importance d'un contrat
clair avec des objectifs précis et acceptés de tous.

Fondements théoriques et conceptuels du coaching


D’après Jacques Tencé, le coaching n’a pas développé de modèle théorique propre il a
emprunté ses fondements aux différentes écoles de psychologie, de psychothérapie et de
management. Nous retrouvons donc en coaching les trois grandes écoles de lecture de
l’intra-psychique et de l’interpersonnel :
• La psychanalyse est souvent mise en œuvre à travers les modèles de l’analyse
transactionnelle, ou en conjonction avec les approches humanistes à travers les modèles
de la gestalt ;

De la demande exprimée à la demande implicite DESU Pratiques du coaching Paris 8 Boussuge, B. (Mars 2009) 101/121
• Les concepts de base du cognitivo-comportementalisme permettant de découper les
phénomènes humains en cognitions, émotions et comportements à travers une approche
objective et quantifiées ;
• L’approche systémique et l’école de Palo Alto sont omniprésentes à travers la PNL,
l’approche narrative, le dialogue intérieur.
Appliquée à l’entreprise, le coaching va également chercher ses racines dans différentes
écoles de management : centrée au départ sur les tâches à accomplir, elles ont déplacé
leur projecteur sur les relations humaines pour arriver à une synthèse où les valeurs
prennent de plus en plus de place.

Gestion des ressources humaines


Les ressources humaines sont un ensemble de fonctions et de pratiques ayant pour but de
mobiliser et de développer les ressources du personnel pour une plus grande efficacité et
efficience, en soutien de la stratégie d’une organisation. C’est une activité fonctionnelle de
l’entreprise, de nature transverse (horizontale) par opposition à une activité hiérarchique
(verticale).
Elle se divise en deux grandes branches en simplifiant, d’un coté l’administration des
ressources humaines (paye, juridique, contrat) qui est une activité plus verticale et de l’autre
la gestion des ressources humaines (gestion des personnes, carrière, formation) qui est
transversale par nature. Service de l’entreprise qui a pour responsabilités l’administration du
personnel, la formation, les relations sociales et syndicales, le recrutement, la gestion des
carrières et des compétences, la communication interne et/ou externe, les systèmes de
gestion des ressources humaines.

Management et coaching
Les exigences liées aux pressions exercées par l’économie mondiale et la concurrence
internationale obligent les entreprises à développer de nouvelles capacités d’adaptation, de
flexibilité et de réactivité. Les mutations économiques, modifient les relations de l’entreprise
avec ses clients et la diffusion du savoir interne touchent l’essence même des relations de
travail, bouleversant ainsi profondément les relations interpersonnelles.
Il ne suffit plus de bouleverser les contraintes internes du secteur, il faut également maintenir
l’équilibre des ressources internes de la structure. Mobiliser les hommes autour d’une culture
significative et révélatrice de sens, vecteur d’intégration et d’identité, ne peut qu’améliorer la
mobilisation, augmenter la motivation, la créativité et générer une performance optimale.
L’entreprise tend à développer une dynamique fondée sur la coopération, sur l’implication de
l’individu et la préservation de son identité personnelle à travers l’équilibre vie
personnelle/vie professionnelle.

De la demande exprimée à la demande implicite DESU Pratiques du coaching Paris 8 Boussuge, B. (Mars 2009) 102/121
De nouveaux concepts proposent un management plus souple, plus adaptable en fonction
des besoins des collaborateurs et des exigences de la structure. Formé la plupart du temps
à l’expertise, le manager s’est toujours d’avantage révélé par son haut niveau de technicité
que par ses capacités à manager des hommes et à communiquer avec eux. Adopter une
posture de « coach manager » être capable d’écouter son équipe et de révéler ses
ressources collectives et individuelles semble favoriser la créativité et la réactivité,
nécessaires à l’optimisation de la performance. Pour s’adapter aux nouvelles donnes
stratégiques de l’entreprise, le manager doit s’enrichir d’une fonction d’accompagnement
dans ses nouvelles missions :
-révéler les talents des membres de son équipe et de la créativité
-être à l’écoute de ses collaborateurs et les mobiliser sur le projet commun
-développer la communication interpersonnelle et savoir gérer les conflits
-développer une certaine congruence pour une interaction optimale
-mobiliser ses collaborateurs autour de la stratégie de la firme
Le coaching semble un moyen d’aide et d’accompagnement du manager dans ses nouvelles
missions et une dynamique de développement, de coopération, de confiance.
L’évolution des théories du management révèle que l’humain joue un rôle plus central et
plus stratégique au cœur des organisations. Ce qui permet de rapprocher le management du
coaching.

Objectif en coaching
D’après Odile Bernhardt (Cours de DESU Paris 8, 2008) « Il faut rendre la demande
travaillable : passer de la demande à l’objectif. Lorsque le client est bloqué dans sa situation
actuelle il s’agit de l’aider à identifier le problème qui l’empêche de définir ses objectifs : Quel
est le problème ? En quoi est-ce un problème ? Qu’avez-vous tenté pour le résoudre ?
Quand les problèmes sont clairement identifiés et répertoriés, triés : le client peut définir ses
objectifs par problème : Quel objectif minimal vous donnez vous pour ce problème ? Puis le
coach, l’aide à explorer les ressources nécessaires : De quoi avez-vous besoin pour
atteindre cet objectif ? Faire définir clairement l’objectif : identifier le problème qui empêche
le client de définir ses objectifs. Si besoin aider le client à séquencer les étapes pour
atteindre l’objectif général : notion de premier pas. Le coach aide ensuite le client à explorer
les ressources nécessaires pour atteindre l’objectif. Contribuer à faire progresser le client.
Co-construire des solutions avec le client et définir des indications de succès. Les
indicateurs de réussite aide le client à se positionner. En coaching personnel, il faut faire
préciser les indicateurs de succès : « Comment saurez-vous que vous avez bien fait de faire
un coaching ? »

De la demande exprimée à la demande implicite DESU Pratiques du coaching Paris 8 Boussuge, B. (Mars 2009) 103/121
Selon Lenhardt et Buratti (2007) « Le cycle d’approfondissement : définir un objectif –
analyser – explorer - décider – agir – évaluer. Ce cycle amène à définir de nouveaux
objectifs (d’où l’intérêt de l’intersession : laisser du temps entre les séances. Définition
conjointe par le coach et le coaché d’un objectif. Ils analysent la situation actuelle, explorent
les pistes possibles, décident d’un plan d’action, expérimentent et apprennent en agissant,
estiment les progrès accomplis, identifient les nouveaux axes d’amélioration. »

Prescripteurs de coaching
Les prescripteurs de coaching sont généralement plusieurs : les directeurs de ressources
humaines (dans 90% des cas), la direction générale dans (51% des cas), les managers
(dans 21% des cas). Dans 73% des cas de prescription, c’est une décision conjointe de la
direction générale et de la DRH. Si l’entreprise présente un seul niveau de prescription, le
principal souscripteur fait partie des RH à 83%. (Etude Syntec 2004 Syndicat Syntec des
conseils en évolution professionnelle).

Processus en jeu dans la dynamique du coaching


« La question du processus en coaching se situe au carrefour de considérations impliquant
le sujet et l’intersubjectivité le temps et la transformation. Cette complexité n’est pas
spécifique au coaching, elle tient au concept même de processus dans le cadre d’un travail
intersubjectif. » (Chaine, 2007, p. 296)
Dans tout travail individuel la question du processus est considérée comme essentielle pour
penser les liens entre démarche et l’apparition de changements, et de transformations.
Pour (Délivré, 2007) le processus est un ensemble de phénomènes conçu comme actif et
organisé dans le temps ». Avoir la compétence de processus c’est comprendre ces
mécanismes et en tirer une interprétation opératoire.
Passer au niveau du processus, c’est mettre en œuvre une faculté mentale d’abstraction.
Délivré distingue les processus intrapsychiques, c’est la façon dont le client se débrouille
pour utiliser les divers éléments de sa réalité ; les processus relationnels qui peuvent être
négatifs ou positifs ; les processus de groupe : gestion des frontières, les conflits de
leadership, la régulation et les processus des organisations.

Séance de coaching
« Il faut toujours commencer une séance de travail en se fixant un ou plusieurs buts.
Demander au coaché ce qu’il attend de la séance. » (Withmore, 1998, p. 80)
« Une fois le contrat conclu, le coach rencontre son client si possible à intervalles réguliers,
pour des séances de travail dont le nombre et la durée varieront en fonction du client, de la
nature du coaching et l’importance de la mission. Il s’agit généralement d’entretiens en face

De la demande exprimée à la demande implicite DESU Pratiques du coaching Paris 8 Boussuge, B. (Mars 2009) 104/121
à face, mais lorsque la personne coachée, est éloignée ou a une activité internationale, il est
également possible d’organiser des séances téléphoniques ou par Internet. Ces séances
sont consacrées à un travail de co-élaboration susceptible de prendre les formes
extrêmement diverses, qui débouchera, selon les cas, sur des clarifications, des prises de
décision, des résolutions de problèmes, ou la définition de plans d’action. Il n’y a pas de
règle du rythme des séances qui est donné par la nature du coaching et de son évolution.
Les séances sont souvent rapprochées en période de démarrage, pour lancer la dynamique
d’accompagnement, puis espacées. » (Lenhardt, 2006, p.104)

Secteurs d’application du coaching


Dans son acception déployée, le coaching individuel ou collectif, professionnel et personnel
couvre un large spectre d’applications en termes de secteurs. Issu du sport, trouvant ses
marques dans l’entreprise, il prend sa place dans tout type d’organisation à finalité
marchande ou non-marchande car toute organisation tend à un meilleur fonctionnement. Je
pense au milieu associatif, aux syndicats professionnels, aux services publics, aux
organismes transnationaux, … Je n’y vois pas de limites autres qu’éthiques et
déontologiques. Ainsi une association caritative cultive la performance orientée vers la
maximisation de la redistribution des sommes collectées. Ainsi un service public tend vers
une meilleure satisfaction du public à partir des ressources disponibles. Le coaching est tant
que catalyseur de sens et de progrès a de beaux jours devant lui.

Supervision du coach
Travail effectué par le coach avec un pair aguerri, le superviseur, par lequel le coach réfère
de ses pratiques et aborde les difficultés qui se posent à lui dans l’exercice de son activité de
coach et reçoit du superviseur des décryptages et des points de vigilance. Cette réflexion
approfondie du coach vise à « l’amélioration de ses compétences personnelles et
professionnelles ». (Amar, 2007, p 129). Patrick Amar précise que la supervision est « un
espace de confrontation où le coach, stimulé par le superviseur va s’interroger sur ses
attitudes, ses perceptions, ses émotions, ses actions. Il devient, l’espace d’un instant,
coaché par un coach des coachs, ce qui lui permet, par un jeu de chaises musicales,
d’approfondir son identité ».
La supervision peut être individuelle ou collective. Les supervisions collectives regroupent
plusieurs coachs avec un même superviseur. J’apprécie également beaucoup les séances
d’intervision où plusieurs coachs échangent sur leur pratique respective. Pour ma part,
j’utilise les trois modes de supervision.

De la demande exprimée à la demande implicite DESU Pratiques du coaching Paris 8 Boussuge, B. (Mars 2009) 105/121
Travail sur soi du coach
Pierre angulaire du professionnalisme du coach. La connaissance de soi. Un travail
personnel de fond permet au coach d’être au clair avec ses émotions, les fragilités liées à
son vécu. Par cette connaissance, il se donne le moyen d’éviter de polluer le travail du
coaché avec ses propres problèmes. Le but de ce travail indispensable est de gagner en
connaissance de son principal outil de travail, lui-même, dans le but de gagner en efficacité
et d’éviter de parasiter la relation avec son client.

De la demande exprimée à la demande implicite DESU Pratiques du coaching Paris 8 Boussuge, B. (Mars 2009) 106/121
Annexe 3 : Principaux codes de déontologie

De la demande exprimée à la demande implicite DESU Pratiques du coaching Paris 8 Boussuge, B. (Mars 2009) 107/121
Annexe 3.1 Code de déontologie de la SF Coach

Ce code est établi par la Société Française de Coaching exclusivement pour la pratique du coaching professionnel. Il
est opposable à tout membre de la Société Française de Coaching. Il vise à formuler des points de repère
déontologiques, compte tenu des spécificités du coaching en tant que processus d'accompagnement d'une personne
dans sa vie professionnelle. Ce code de déontologie est donc l'expression d'une réflexion éthique; il s'agit de principes
généraux. Leur application pratique requiert une capacité de discernement.

Titre 1 - Devoirs du coach

-->Art. 1-1 - Exercice du Coaching


Le coach s'autorise en conscience à exercer cette fonction à partir de sa formation, de son expérience et de sa
supervision initiale.
-->Art. 1-2 – Confidentialité
Le coach s'astreint au secret professionnel.
-->Art. 1-3 - Supervision établie
L'exercice professionnel du coaching nécessite une supervision. Les Membres accrédités de la Société Française de
Coaching sont tenus de disposer d'un lieu de supervision, et d'y recourir à chaque fois que la situation l'exige.

-->Art. 1-4 - Respect des personnes


Conscient de sa position, le coach s'interdit d'exercer tout abus d'influence.
-->Art. 1-5 - Obligation de moyens
Le coach prend tous les moyens propres à permettre, dans le cadre de la demande du client, le développement
professionnel et personnel du coaché, y compris en ayant recours, si besoin est, à un confrère.

-->Art. 1-6 - Refus de prise en charge


Le coach peut refuser une prise en charge de coaching pour des raisons propres à l'organisation, au demandeur ou à
lui-même. Il indique dans ce cas un de ses confrères.

Titre 2 - Devoirs du coach vis à vis du coaché

-->Art. 2-1 - Lieu du Coaching


Le coach se doit d'être attentif à la signification et aux effets du lieu de la séance de coaching.
-->Art. 2-2 - Responsabilité des décisions
Le coaching est une technique de développement professionnel et personnel. Le coach laisse de ce fait toute la
responsabilité de ses décisions au coaché.
-->Art. 2-3 - Demande formulée
Toute demande de coaching, lorsqu'il y a prise en charge par une organisation, répond à deux niveaux de demande :
l'une formulée par l'entreprise et l'autre par l'intéressé lui-même. Le coach valide la demande du coaché.

-->Art. 2-4 - Protection de la personne


Le coach adapte son intervention dans le respect des étapes de développement du coaché.
Titre 3 - Devoirs du coach vis à vis de l'organisation

-->Art. 3-1 - Protection des organisations


Le coach est attentif au métier, aux usages, à la culture, au contexte et aux contraintes de l'organisation pour laquelle il
travaille.
-->Art. 3-2 - Restitution au donneur d'ordre
Le coach ne peut rendre compte de son action au donneur d'ordre que dans les limites établies avec le coaché.

-->Art. 3-3 - Equilibre de l'ensemble du système


Le coaching s'exerce dans la synthèse des intérêts du coaché et de son organisation.

Titre 4 - Devoirs du coach vis à vis de ses confrères

-->Art. 4-1-1 - Les Membres Postulants peuvent, dans toute communication professionnelle les concernant, faire état de
leur "engagement écrit à respecter la Déontologie de la Société Française de Coaching".

-->Art. 4-1-2 -Selon l’accréditation qu’ils ont reçue, les autres membres ont le droit d’utiliser les appellations déposées
ci-dessous dans toute communication professionnelle les concernant :
pour les membres Titulaires : « membre Titulaire de la SFCoach® » (logo déposé)
pour les membres Associés : « membre Associé de la SFCoach® » (logo déposé)

-->Art. 4-1-3 - Les droits ci-dessus sont conditionnés au versement effectif par le Membre concerné de sa cotisation
annuelle appelée.
-->Art. 4-2 Obligation de réserve
Le coach se tient dans une attitude de réserve vis à vis de ses confrères.

Titre 5 - Recours

-->Art. 5-1 - Recours auprès de la SF Coach®


Toute organisation ou personne peut recourir volontairement auprès de la Société Française de Coaching en cas de
manquement aux règles professionnelles élémentaires inscrites dans ce code ou de conflit avec un coach de la SF
Coach®.

De la demande exprimée à la demande implicite DESU Pratiques du coaching Paris 8 Boussuge, B. (Mars 2009) 109/121
Annexe 3.2 Code de déontologie de l’ICF

La philosophie du coaching à l'ICF

L'International Coach Federation (ICF) conçoit le coaching comme un partenariat. Le coach et le client
déterminent ensemble l’objectif, le cadre, et les résultats escomptés et le client reste le seul responsable de ses
propres objectifs.

Le rôle du coach est de :

Découvrir et clarifier sur ce que le client souhaite accomplir pour établir un contrat fondé sur un
objectif mesurable et daté.
Aider le client à définir ses motivations, ses stratégies et ses compétences.
Dévoiler au client l’ensemble des options qui s’offrent à lui.
Confronter le client à ses engagements ou à sa problématique, si cela peut le faire progresser.

La définition du coaching pour l'ICF

Le coaching professionnel se définit comme une relation suivie dans une période définie qui permet au client
d’obtenir des résultats concrets et mesurables dans sa vie professionnelle et personnelle. A travers le
processus de coaching, le client approfondit ses connaissances et améliore ses performances.

Le client clarifie ses objectifs et s’engage dans l’action grâce à l’interactivité établie entre le coach et lui.
L’accompagnement permet au client de progresser plus rapidement vers la réalisation de ses objectifs, car la
relation de coaching l’invite à se centrer sur ses priorités et ses choix. Le processus de coaching se concentre
sur la situation présente du client et sur ce qu’il est prêt à mettre en œuvre pour atteindre ses objectifs.

Le coaching individuel s’adresse à une personne qui désire atteindre l’un ou plusieurs des objectifs suivants :

Donner à son entreprise une orientation pertinente, choisir ses alliés et définir les structures ad
hoc.
Mettre en place une délégation réussie qui permette de se concentrer sur les missions
fondamentales.
Animer son équipe avec le maximum d'efficacité et d'enthousiasme.
Concilier ses obligations professionnelles et personnelles.
Exercer ses responsabilités avec plus d'efficacité.
Faire face à des évolutions plus ou moins importantes de son environnement.
Rétablir une situation managériale difficile.
Réorienter sa carrière.

De la demande exprimée à la demande implicite DESU Pratiques du coaching Paris 8 Boussuge, B. (Mars 2009) 110/121
Le coach est un expert du processus de coaching et reste maître du cadre. Son rôle de partenaire requiert qu’il
soit dans la position de comprendre les enjeux professionnels de son client sans toutefois être l’expert du
métier de celui-ci. Le coach posera les bonnes questions, le client trouvera ses réponses.

Les repères déontologiques de l'ICF

Conduite professionnelle générale

En tant que coach :

1-Je me conduirai de manière à présenter une image positive de la profession de coach et je m'abstiendrai
de comportements ou de déclarations qui portent atteinte à la compréhension ou à l'acceptation par le
public du coaching en tant que profession.

2-Je ne ferai pas volontairement de déclarations publiques qui soient fausses ou trompeuses, ni de fausses
promesses dans quelque document que ce soit se rapportant à la profession de coach.

3-Je respecterai les diverses approches de coaching. Je traiterai avec respect les travaux et les
contributions de tiers et ne les présenterai pas comme miens.

4-Je serai attentif à toute incidence potentiellement néfaste en reconnaissant la nature du coaching et son
impact sur la vie des autres personnes.

5-En toutes circonstances, je chercherai à reconnaître les incidences personnelles qui pourraient
influencer, entrer en conflit ou interférer avec la performance de mon coaching ou mes relations
professionnelles. Quand les faits ou les circonstances l'imposent, je chercherai rapidement une assistance
professionnelle et déterminerai l'action à suivre, y compris si cela est approprié de suspendre ou de
terminer mes relations de coaching.

6-Comme formateur ou superviseur de coachs potentiels ou accomplis, je me conduirai en accord avec le


code déontologique de l'ICF dans toutes les situations de formation et de supervision.

7-Je conduirai et rendrai compte de recherches avec compétence, loyauté et dans le cadre de standards
scientifiques reconnus. Ma recherche sera conduite avec l'approbation ou le consentement nécessaire des
personnes impliquées, et avec une approche qui protège raisonnablement les participants de quelque
risque potentiel.

8-Avec précision, je créerai, entretiendrai, archiverai et détruirai toute trace du travail effectué en rapport
avec la pratique du coaching d'une façon qui assure la confidentialité et satisfait toutes les lois en vigueur

9-J'utiliserai l'information qui relève de l'annuaire de l'ICF (adresses Internet, numéros de


téléphone, etc.) seulement de la façon et dans le cadre autorisés par l'ICF.

De la demande exprimée à la demande implicite DESU Pratiques du coaching Paris 8 Boussuge, B. (Mars 2009) 111/121
Conduite professionnelle à l'égard des clients

10-Je me tiendrai responsable de déterminer les limites claires, pertinentes et culturellement adaptées qui
gouvernent quelque contact physique que je puisse avoir avec mes clients.

11-Je n'engagerai de relation sexuelle avec aucun de mes clients.

12-Je construirai des accords clairs avec mes clients et j'honorerai tous les accords pris dans le contexte de
relations professionnelles de coaching.

13-Je m'assurerai que, au cours de la première séance, ou préalablement, mon client comprend la nature
du coaching, le cadre de la confidentialité, les accords financiers et les autres termes du contrat de
coaching.

14-J'identifierai avec précision mes qualifications, mon savoir-faire et mon expérience de coach.

15-Je n'orienterai pas intentionnellement mon client ni ne formulerai de fausses promesses sur ce que
mon client pourrait obtenir d'un processus de coaching ou de moi en tant que coach.

16-Je ne donnerai à mes clients ou prospects quelque information ou avis que je sais ou crois trompeur.

17-Je n'exploiterai pas en connaissance de cause quelque aspect de la relation coach-client à mon profit
ou à mon avantage personnel, professionnel ou financier.

18-Je respecterai le droit du client de terminer le coaching en quelque point du processus. Je serai attentif
aux signes que le client ne tire plus parti de notre relation de coaching.

19-Si je crois que le client serait mieux accompagné par un autre coach, ou par une autre ressource,
j'encouragerai le client à entreprendre ce changement.

20-Je suggèrerai que mes clients recherchent les services d'autres professionnels lorsque cela apparaît
pertinent ou nécessaire.

21-Je prendrai toutes les mesures utiles pour informer les autorités compétentes dans le cas où mon client
déclarerait une intention de mettre en danger lui-même ou des tiers.

Confidentialité

22-Je respecterai la confidentialité des propos de mon client, sauf autorisation expresse de sa part ou
exigence contraire de la loi.

23-J'obtiendrai l'accord de mes clients avant de mentionner leur identité ou toute information permettant
de les identifier.

24-J'obtiendrai l'accord du bénéficiaire du coaching avant de dévoiler quelque information le


concernant à quiconque rémunère ma prestation.

De la demande exprimée à la demande implicite DESU Pratiques du coaching Paris 8 Boussuge, B. (Mars 2009) 112/121
Conflits d'intérêts

25-Je veillerai à éviter tout conflit entre mes intérêts et ceux de mes clients.

26-Pour tout conflit d'intérêt, en cours ou potentiel, j'exposerai ouvertement la situation et délibèrerai
pleinement avec mon client comment en traiter de quelque façon qui le serve le mieux.

27-Je tiendrai mon client informé des rémunérations que je pourrais recevoir de tiers pour des
recommandations ou conseils le concernant.

28-Je pratiquerai l'échange de prestations contre des services, des biens ou toute autre
rémunération non financière seulement lorsque cela n'affecte pas la relation de coaching.

L'engagement déontologique à l'ICF

En tant que coach professionnel, je m'engage à honorer mes obligations déontologiques à l'égard de mes
clients, de mes collègues et du public en général. Je m'engage à respecter le code déontologique de l'ICF, à
traiter les personnes avec respect comme des êtres humains indépendants et égaux, et à revendiquer ces
engagements auprès de ceux que j'accompagne.

Si je contrevenais à cet engagement ou à quelque partie du Code de déontologie de l'ICF, j'accepte que l'ICF,
à sa seule discrétion, m'en tienne responsable. En outre, je conviens que ma responsabilité à l'égard de l'ICF
puisse entraîner la perte de mon adhésion à l'ICF et/ou de mon accréditation ICF.

Date

Nom et signature

De la demande exprimée à la demande implicite DESU Pratiques du coaching Paris 8 Boussuge, B. (Mars 2009) 113/121
Annexe 3.3 Charte de déontologie de l'AEC

Objet de la charte
La charte de déontologie de l’Association Européenne de Coaching engage tous ses
membres, elle est le fondement éthique de leur pratique. Elle repose sur les valeurs portées
par la Déclaration Universelle des Droits de l’Homme.

Son but est d’établir un cadre protégeant le ou les coachés, le coach, et les éventuels
prescripteurs ou tiers qui auraient partie prenante, directement ou indirectement, dans la
relation coach-coaché.

La charte défend par ailleurs le principe d’ouverture qui a présidé à la création de l’AEC et
qui permet d’abord d’accueillir comme membres les coachs pratiquant aussi bien un
coaching professionnel en organisations qu’un coaching personnel, et de permettre ensuite
des adhésions, à l’heure de l’Europe, en dehors de nos frontières. C’est enfin au nom de ce
même principe que l’AEC veut ouvrir l’accès au coaching et demande à chacun de ses
membres de se tenir bénévolement à la disposition de l’AEC pour quelques heures par an,
notamment dans le cadre du coaching dit « solidaire ».

Obligations du coach
1- Formation professionnelle initiale et permanente :

Le coach a reçu une formation professionnelle initiale théorique et pratique de haut niveau
apte à créer une compétence d’exercice du métier de coach.
Il s’engage à régénérer sa formation et son développement personnel tout au long de
l’exercice de sa profession, via des participations à des sessions de formation
complémentaire, à des conférences, ou à des colloques organisés par la profession.

2- Processus de travail sur soi :

Le coach atteste d’une démarche de travail sur lui-même approfondie, achevée ou en cours,
ce travail étant bien distinct de sa formation.

3- Supervision :

Le coach a un lieu de supervision de sa pratique. Cette supervision est assurée en individuel


ou en groupe par un ou des pairs qualifiés.

De la demande exprimée à la demande implicite DESU Pratiques du coaching Paris 8 Boussuge, B. (Mars 2009) 114/121
4- Confidentialité :

Le coach est tenu par le secret professionnel. Il prend toutes les précautions pour maintenir
l’anonymat des personnes qui le consultent et, en particulier, ne communique aucune
information à un tiers sur une personne sans son accord exprès. Toute information sur un
client est traitée de façon strictement confidentielle sous réserve du respect des lois en
vigueur.
Cette règle de confidentialité est essentielle pour l’établissement d’une relation de confiance
sans laquelle le processus de coaching ne peut ni commencer, ni perdurer.
Le client est néanmoins informé que dans certaines circonstances graves, où lui-même
représente un danger pour lui-même ou pour les autres, le coach peut sortir de la
confidentialité et entreprendre une action appropriée.

5- Indépendance :

Le coach se maintient dans une position d’indépendance. Dans un contrat tripartite, sauf
spécification vue ci-dessous, il s’astreint à ne rien communiquer du contenu des séances, ni
à la hiérarchie du coaché, ni à aucun autre tiers, et cela dans le seul intérêt du coaché.
Le coach garde sa liberté de refuser un contrat de coaching pour des raisons personnelles
ou éthiques ou qui le mettrait en porte-à-faux par rapport à l’application de la présente
charte.

6- Respect de la personne :

Une des caractéristiques d’une relation d’accompagnement telle que le coaching est
l’existence d’un lien transférentiel entre coach et coaché. Ce lien peut mettre le coaché dans
une relation de dépendance vis à vis du coach. Le coach n’en tirera pas avantage et
s’abstiendra de tout abus de pouvoir et de passage à l’acte à l’encontre du coaché.

7- Attitude de réserve vis à vis des tiers :

Le coach observe une attitude de réserve vis à vis des tiers, public ou confrères, au travers
d’informations qu’il peut livrer sur l’exercice de son métier, lors d’interviews ou de
conférences, pour éviter, par exemple, tout risque de reconnaissance de ses clients par
autrui, ou encore utiliser ses clients à des fins médiatiques.

Il pourrait toutefois être dérogé à cette règle dans le cadre de programmes pédagogiques,

De la demande exprimée à la demande implicite DESU Pratiques du coaching Paris 8 Boussuge, B. (Mars 2009) 115/121
par exemple, sous réserve de l'accord exprès du ou des coachés et, le cas échéant, de
l'organisation donneuse d'ordre.

8- Devoirs envers l’organisation :

Le coach est attentif au métier, aux usages, à la culture, au contexte et aux contraintes de
l’organisation pour laquelle le coaché travaille. En particulier, le coach garde une position
extérieure à l’organisation et ne prend pas position ni ne s’ingère dans des questions
internes, notamment de gestion des ressources humaines.

9- Obligation de moyens :

Le coach met en œuvre tous les moyens propres à permettre, dans le cadre de la demande
du client, le développement professionnel et personnel de celui-ci, y compris en ayant
recours, si besoin est, à un confrère. Le coaché reste néanmoins seul responsable de ses
décisions.

10- Recours :

Toute organisation ou toute personne peut avoir recours volontairement à l’AEC en cas de
non respect de l’une des règles édictées par la présente charte, ou en cas de conflit avec un
coach de l’AEC.

Seuls les membres de l’Association Européenne de Coaching s’acquittant annuellement de


leur cotisation peuvent se prévaloir de leur appartenance à l’association. Ils peuvent
rappeler, dans toute communication professionnelle, qu’ils sont tenus au respect de la charte
de déontologie de l’AEC.`

De la demande exprimée à la demande implicite DESU Pratiques du coaching Paris 8 Boussuge, B. (Mars 2009) 116/121
Annexe 4.4 : Charte de Déontologie en coaching du Syntec

Coaching : Accompagnement d’un manager, ou d’une équipe, favorisant l’optimisation de leurs atouts humains et
professionnels pour un meilleur exercice de leurs responsabilités au sein de leur entreprise.

1. Exercice du métier 5. Refus d’une mission


Le coach s’autorise à exercer sa fonction à partir de sa Le consultant sera libre de refuser une mission en son âme et
formation et de son expérience validées par les dirigeants de conscience.
son Cabinet pour les spécificités de ses interventions.
Il lui appartient de se développer en permanence dans ses
domaines, son “aptitude” pour intervenir est appréciée par sa 6. Mise en œuvre
Direction générale. Le coach définit et prend tous les moyens propres à permettre,
L’habilitation porte sur son niveau d’expérience dans le conseil dans le cadre de la demande de son client, le développement
ou le management, sa formation spécifique au coaching, et sa professionnel du coaché et peut avoir recours à une expertise
maîtrise de la relation de face à face. complémentaire.

2. Contrats 7. Supervision
Tout coach de Syntec Conseil en Evolution Professionnelle
Le contrat commercial s’effectue entre l’entreprise et le Cabinet, s’engage à recourir régulièrement à un superviseur, c’est-à-
il précise les objectifs de la mission, la durée, le tarif et le dire un pair ou un tiers compétent. Le Cabinet s’engage à lui
périmètre de confidentialité. fournir les moyens pour le faire.
Par ailleurs, un contrat moral s’établit en parallèle à partir dudit
contrat, entre le coach et le coaché et précise les objectifs de
développement et résultats à atteindre ensemble. 8. Interruption de la mission
Dans le cas où le coach constaterait que les conditions de
réussite de sa mission ne sont plus réunies, le coach
s’autorise, en concertation avec l’entreprise, d’interrompre la
3. Confidentialité / Restitution mission.
Le coach s’astreint au secret professionnel pour tout le contenu
de la démarche.
Les objectifs et les préconisations et ouvertures finales peuvent
9. Ethique
en revanche faire l’objet d’une restitution par le coaché selon Le consultant s’interdit tout abus d’influence et reste
des modalités à définir au démarrage de la mission. spécifiquement dans le champ défini par le contrat. En aucun
cas, il ne fait ou ne décide à la place du coaché. La finalité du
coaching consiste à rechercher la meilleure autonomie du
coaché.
4. Adhésion du coaché
Le coaching ne peut se concevoir qu’avec la réelle adhésion 10. Recours
du coaché.
En cas de différend, la Direction du Cabinet, signataire de la
Charte, s’engage à recevoir le coaché en présence de son
coach.

De la demande exprimée à la demande implicite DESU Pratiques du coaching Paris 8 Boussuge, B. (Mars 2009) 117/121
Annexe 4 : code de déontologie personnel

Je soussigné, Bruno Boussuge, m’engage à respecter le code de déontologie de


L’Association Européenne de Coaching, dont je suis adhérent depuis janvier 2008.

Bruno BOUSSUGE

De la demande exprimée à la demande implicite DESU Pratiques du coaching Paris 8 Boussuge, B. (Mars 2009) 118/121
Annexe 5 : contrat personnel pour un coaching bipartite

Entre
Bruno Boussuge, demeurant 13 bis rue Charles Infroit 94500 Champigny sur Marne, ci-après
dénommé « le coach »
Et :
Madame/Monsieur………………………………………demeurant…………………………
…………………………………………………………………………………………………
…………….. ……ci-après dénommé(e) « le coaché »

Il est convenu ce qui suit :

Art 1- Objet du contrat


Le présent contrat, conclu entre Le coach et le(la) coaché(e) engage le coach à réaliser un
programme de coaching selon la demande du coaché et tel qu’il est décrit dans l’article
2 « Modalités d’intervention »

Art 2- Modalités d’intervention


Le programme de coaching comprend …. séances dont la durée varie de 1 heure à 1 heure
30. Le coach s’engage à réaliser à la fois un travail de préparation, et d’analyse après-coup
des interactions.

Art 3- Dates de début et de fin du coaching


Le contrat prend effet du …………..au…………….(fin prévisionnelle). Les séances se
dérouleront dans un délai compris entre 10 jours et trois semaines à partir du ……………
Le lieu de pratique des séances est fixé à …………………….

Art 4- Déontologie du coach


- Le coach s’engage à respecter le code de déontologie de L’association Europeénne
de coaching, association professionnelle dont il est membre. Le code de déontologie
est joint en annexe du présent contrat.
- Le coach s’engage à respecter la confidentialité et à considérer comme
confidentielles les informations de toutes natures relatives à la personne coachée.
- Le coach s’engage à bénéficier d’un lieu de supervision
- Le coach s’engage à respecter les jours, lieu et horaires de rendez –vous.

Art 5- Engagement du bénéficiaire du coaching


Le coaché s’engage à respecter les jours , lieux et horaires des rendez-vous
En cas d’impossibilité, pour une séance, il est impératif de prévenir le coach au moins 48
heures à l’avance. Toute séance non annulée dans ces délais sera due. Si l’ensemble des
séances est déjà programmé, un report de la séance est envisageable selon les
disponibilités du coach.

Art 6- Coût du coaching

De la demande exprimée à la demande implicite DESU Pratiques du coaching Paris 8 Boussuge, B. (Mars 2009) 119/121
Le coût du coaching est établi par devis sur un nombre prévsionnel de séances fixé au
moment de la signature du contrat et s’élève à ……..euros pour …. séances.

Art 7- Conditions de réglement


Le paiement s’effectue pour 40% en début du travail de coaching, 30% à mi-parcours, 30%
de solde à la dernière séance.

Art 8- Arrêt du coaching avant l’issue prévue initialement


Si le bénéficiaire et/ou le coach souhaitent arrêter le coaching avant la date prévue
initialement, le coach s’engage à prévoir une séance de clôture.

Art 9- Interruption de l’action de coaching


En cas de cessation de l’action de coaching avant son terme du fait de……., le présent
contrat se trouve résilié selon les modalités financières suivantes. En cas de cessation de
l’action de coaching , avant son terme ,du fait du coaché, Madame/Monsieur…………...devra
s’acquitter du montant intégral prévu pour cette action d’après le nombre estimé de séances.
En contrepartie elle bénéficiera d’un crédit de séances correspondant aux séances non
utilisées. Ce crédit est utilisable en fonction des dis

Art 10- Litiges


En cas de contestation, de différent ou de litige, le coach et le coaché procèderont à un
règlement à l’amiable. Dans le cas où le règlement ne conduirait pas à satisfaction de part et
d’autre, le tribunal de Créteil serait seul compétent pour régler le litige.

Fait à le

Signature du coach Signature du coaché

De la demande exprimée à la demande implicite DESU Pratiques du coaching Paris 8 Boussuge, B. (Mars 2009) 120/121
DE LA DEMANDE EXPRIMEE A LA DEMANDE IMPLICITE
Éléments explicatifs de l’évolution de la demande

Dans le champ de la pratique professionnelle du coaching, ce mémoire a pour objet l’étude


spécifique de la notion d’évolution de la demande. Cet aspect de la relation est dans un
premier temps examiné d’un point de vue théorique au regard de la notion de demande dans
l’approche psychanalytique et en particulier lacanienne, puis en tant que construction
intersubjective. Cet éclairage théorique porte ensuite sur les aspects de la demande dans le
processus plus spécifique du coaching au travers de la présentation des conceptions de la
demande par deux auteurs praticiens au référents théroriques différents ; Vincent Lenhardt et
Françoise Kourilsky. Suit l’étude d’un processus précis de pratique du coaching au travers de
la question : « de la demande explicite à la demande implicite, pourquoi une demande évolue
? » et à partir de l’analyse des comportements du coach et de leurs effets sur le coaché tels
qu’apparus dans une séance de coaching enregistrée et retranscrite. Les résultats de cette
analyse sont enfin confrontés à l’approche théorique.

Mots-clés : Demande ; demande explicite et latente ; évolution de la demande ;


co-construction; interaction coach – coaché; constructivisme; coaching.

FROM EXPLICIT TO UNDERLYING NEEDS IN THE COACHING PROCESS :


How to explain the evolution of the needs?

In the field of coaching, this dissertation is on the « Evolution of the Need concept ». Firstly,
a theoretical view which examines the part of the relationship compared to the analytical
theory, especially the lacanian, and secondary as intersubjective construction. Then, the
theoretical perspective is focused on the evolution of needs in the coaching process as seen by
two professionals; Vincent Lenhardt and Françoise Kourilsky. Secondly, this paper is on the
analysis of a specific process of coaching, based on a recorded and transcribed session, with
the question «from explicit to underlying needs in the coaching process. How to explain the
evolution? » Finally, the results of this analysis are compared to theoretical view.

Key words : Needs; explicit and underlying needs; evolution of the need;

co-construction; coach-client interaction ; constructivism ; coaching .

De la demande exprimée à la demande implicite DESU Pratiques du coaching Paris 8 Boussuge, B. (Mars 2009) 121/121