Vous êtes sur la page 1sur 2

Fonctionnement d’un automate

L. CUVELIER

La majorité des automates programmables ont un fonctionnement cyclique asynchrone


basé sur un cycle de 3 étapes successives :

Dans cette étape d’acquisition, l’automate programmable


recopie dans une zone mémoire spécifique l’état de
toutes ses entrées. C’est à partir de cette recopie qu’il
travaillera par la suite. On peut dire qu’il « prend une
photo » de l’état de ses entrées.

A partir de l’état des entrées mémorisées, l’automate


programmable exécute le programme qui a été écrit. Il
réalise les différents traitements prévus et prépare ,
dans une zone mémoire spécifique, l’état des différentes
sorties.

Le traitement étant achevé, l’automate va « recopier »


sur ses sorties physiques les états qui ont été
déterminés et mémorisés précédemment.

La durée du cycle dépend de l’automate et de la complexité du programme (sa longueur


et les traitements demandés). Cette durée va de quelques millisecondes à quelques dizaines
de millisecondes. Elle est cependant limitée par une sécurité (le « chien de garde » ou
« watch dog ») qui interrompt le cycle et déclenche une procédure d’alerte lorsque le
temps de traitement est jugé trop long.

Source  : «  Le Guide des Automatismes  » 1/2


Fonctionnement d’un automate
L. CUVELIER

Inconvénients du fonctionnement cyclique

Pendant la phase de traitement, le changement d’état d’une entrée ne sera pris en


compte avant le prochain cycle. Si ce changement d’état est fugace (et d’une durée
inférieure au temps de cycle), l’automate ne le prendra jamais en compte (ou de
manière totalement aléatoire).

Ce fonctionnement est particulièrement préjudiciable dans le cas de signaux émis à


fréquence élevée (cas des codeurs incrémentaux lorsque la vitesse de rotation est
importante).

Solutions mises en œuvre

Pour palier à cet inconvénient, certains automates disposent de cartes d’entrée


rapides qui utilisent des interruptions du processeur : ce sont des entrées spéciales
capables d’interrompre le déroulement du programme normal pour déclencher
instantanément un autre programme adapté.

Source  : «  Le Guide des Automatismes  » 2/2