Vous êtes sur la page 1sur 14

Couv Musique et mysticisme:1 5/12/11 17:29 Page 1

Œuvre collégiale
La musique a exercé depuis les temps les plus reculés
une telle fascination sur l’esprit humain que l’homme
n’a eu de cesse de créer des instruments nouveaux, de
les perfectionner, de travailler sa voix pour lui donner la
plus parfaite expression, de rechercher de nouvelles har-
monies, de se laisser guider par son inspiration afin de
concevoir les plus belles œuvres.
Mais d’où vient cette inspiration qui permit à certains
Musique
êtres de léguer à l’humanité des chefs-d’œuvre qui, plu-
sieurs siècles après leur naissance, continuent à élever
notre âme ? Quel est, ou quel devrait être, le rôle vérita-
ble de la musique ?
et
mysticisme
Les articles de cette œuvre collégiale, conçue dans le cadre

Musique et mysticisme
de l’Université Rose-Croix Internationale, apportent un
éclairage original et vécu sur le rôle de la musique dans le
domaine spécifique de la spiritualité. Ils explorent l’ap-
port de musiciens de génie et se penchent également sur
le comportement de l’auditeur, qui ne peut être purement
passif s’il veut bénéficier pleinement des influences les
plus subtiles de la musique. Par ailleurs, ces articles ana-
lysent l’importance de l’interprétation, qui est essentielle,
tant pour la transmission que pour la réception de l’œuvre
musicale.

Œuvre collégiale

ISBN 978-2-914226-47-9

-:HSMJLE=WW[Y\^: 18 €
Ce livre, qui n’engage que les idées de son auteur,
est publié par la Diffusion Rosicrucienne
et sous l’égide de l’Université Rose-Croix Internationale.
musique_table_matieres:Mise en page 1 25/11/2011 16:17 Page 5

TABLE DES MATIÈRES

PRÉFACE ...................................................................... 9

LA FONCTION DE L’ARTISTE
par Bernard COUSIN ............................................. 11

MUSIQUES SAVANTES ET POPULAIRES


par Gilbert BASTELICA . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 13
1 – L’auditeur de musiques populaires . . . . . . . . . . . . . 15
2 – L’auditeur de musiques savantes . . . . . . . . . . . . . . . . 15
3 – L’exécutant de musiques populaires . . . . . . . . . . . . 19
4 – L’exécutant de musiques savantes . . . . . . . . . . . . . . 19
5 – Le chant choral amateur . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 21
6 – Le compositeur de musiques populaires . . . . . 23
7 – Le compositeur de musiques savantes . . . . . . . . . 29
8 – La musique électroacoustique . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 32
9 – Voici arrivé le moment de conclure . . . . . . . . . . . . . . 35

LES ORIGINES DE LA MUSIQUE


par Bernard COUSIN . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 37
1 – Origines du chant et de la parole . . . . . . . . . . . . . . . . . 37
2 – Les instruments primitifs . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 38
3 – Ces lois physiques qui gouvernent les sons 39
4 – Les harmoniques . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 45
5 – Ces lois psychiques qui nous gouvernent . . . . 52
6 – La rythmique grecque . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 58
7 – De nos jours en Occident . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 59
8 – L’ère « dite » du Verseau et la musique . . . . . . . . 59

© Diffusion Rosicrucienne – www.drc.fr – ISBN : 978-2-914226-47-9


musique_table_matieres:Mise en page 1 25/11/2011 16:17 Page 6

6 Musique et mysticisme

L’ÉTUDE ACOUSTIQUE DES VIBRATIONS


UN LIEN ENTRE SYMBOLISME, MUSIQUE ET ARCHITECTURE
par Jean PUAUD . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 63
1 – L’analogie espace-temps . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 63
2 – L’harmonie, du point de vue acoustique . . . . 66
3 – Un lien entre la musique et l’architecture 69
4 – Un profond symbolisme . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 70

LE CHANT ET SON POUVOIR MYSTIQUE


par Gilbert BASTELICA . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 75
1 – Le pouvoir mystique du chant . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 75
2 – L’origine du chant . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 81
3 – La nature du chant . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 82
4 – La pratique du chant . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 84
5 – Le chant choral . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 87

L’IMPORTANCE DE LA MUSIQUE POUR LE MYSTIQUE


par Gérard MOINDROT ......................................... 91

LE POUVOIR MYSTIQUE DE L’ORGUE


par Maryvonne CONAN ........................................ 97

ÉCOUTE INSPIRÉE DES MUSIQUES INSPIRÉES


par Bernard COUSIN ............................................ 105

WAGNER, MUSICIEN DE L’INCONSCIENT


par Bernard COUSIN ............................................ 111

LE GÉNIE OU L’INSPIRATION CHEZ RICHARD WAGNER


par Bernard COUSIN . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 119
1 – Présentation historique . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 120
2 – Le doute et la misanthropie . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 122
3 – Le sentiment de légèreté . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 123

© Diffusion Rosicrucienne – www.drc.fr – ISBN : 978-2-914226-47-9


musique_table_matieres:Mise en page 1 25/11/2011 16:17 Page 7

Table des matières 7

4 – Cosima inspiratrice . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 124


5 – La richesse d’inspiration . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 126
6 – L’écrasement par le travail . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 126
7 – L’écrasement par l’inspiration . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 127
8 – L’inspiration proprement dite . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 129
9 – Difficulté de l’inspiration . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 134
10 – Création et sexualité . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 135
11 – L’achèvement du Ring . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 137
12 – Conclusion . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 143

LE SYMBOLISME DE PELLÉAS ET MÉLISANDE


par Gérard MOINDROT . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 147
1 – L’argument . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 149
2 – Les personnages . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 150
3 – La partition . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 151
Bibliographie . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 163

ÉSOTÉRIK SATIE
par Christian REBISSE . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 165
1 – Art et occultisme . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 165
2 – Le maître de chapelle de la Rose+Croix . . . . 167
3 – Le Fils des étoiles . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 169
4 – Le Prince de Byzance . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 171
5 – L’Église métropolitaine d’art . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 172
6 – Mystique et mystificateur . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 173
7 – Le seul musicien qui avait des yeux . . . . . . . . . . 174
8 – Satie rosicrucien ? . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 175

LA MUSIQUE D’ANDRÉ JOLIVET


UN CHEMIN SPIRITUEL
par Gérard MOINDROT . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 177
1 – Qui est André Jolivet ? . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 177
2 – Les conceptions spiritualistes
d’André Jolivet . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 178

© Diffusion Rosicrucienne – www.drc.fr – ISBN : 978-2-914226-47-9


musique_table_matieres:Mise en page 1 28/11/2011 09:59 Page 8

8 Musique et mysticisme

3 – Les premières œuvres


de musique « magique et incantatoire » . . . . . 180
4 – Du rituel au religieux . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 183
5 – Vers la pensée teilhardienne . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 185
6 – Vers l’unité . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 189
Bibliographie . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 193

LA MUSIQUE DES SPHÈRES SELON KEPLER


par Bernard COUSIN . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 195
1 – Les sources . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 196
2 – Les gammes planétaires de Kepler . . . . . . . . . . . . 199
3 – Élargissement de la notion d’harmonie
des sphères à la radioastronomie . . . . . . . . . . . . . . . 211
4 – Élargissement au niveau symbolique
et particulièrement à la kabbale ancestrale 217
Conclusion . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 224

OISEAUX, COULEURS ET MUSIQUE


LA SPIRITUALITÉ D’OLIVIER MESSIAEN
par Mireille GUIGOU . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 227
Bibliographie . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 243
Petit catalogue de quelques œuvres
d’O. Messiaen . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 244

REGARDS VERS L’AVENIR DE LA MUSIQUE


par Thierry GUINOT ............................................. 247

© Diffusion Rosicrucienne – www.drc.fr – ISBN : 978-2-914226-47-9


chant_pouvoir:Mise en page 1 25/11/2011 16:32 Page 75

LE CHANT ET SON POUVOIR MYSTIQUE


par Gilbert BASTELICA

1 – LE POUVOIR MYSTIQUE DU CHANT

Il n’est nullement nécessaire d’avoir accès à un ensei-


gnement secret pour apprendre que le chant possède un
pouvoir mystique. N’importe quel dictionnaire de la lan-
gue française en témoigne :
– Chanter a pour racine cantare, et signifie « pro-
duire avec la voix des sons mélodieux ».
– Enchanter vient d’ incantare et se définit par « pro-
noncer des formules magiques, chantées ou récitées,
pour obtenir un effet surnaturel ». Ce verbe donne l’idée
de « remplir d’un vif plaisir, charmer, ravir ». Le préfixe
in signifie ici le mélange, l’incorporation d’une intention
qui assure l’efficacité de la formule. La relation entre le
chant et l’enchantement s’affirme donc déjà dans l’origine
étymologique.
Dépassons maintenant le vocable souvent discrimi-
natoire de « magie » pour y substituer celui d’« effet para-
normal », qui, dans la terminologie rosicrucienne, se
nomme « pouvoir mystique », et cette relation se trouve
consolidée. La langue allemande est aussi très large-
ment allusive, quand elle utilise les mots Stimme pour
« voix » et Stimmung pour « état d’âme, état d’être, état
d’esprit » ; sich einstimmen pour « s’harmoniser » et etwas
stimmt pour désigner une chose juste. Point n’est besoin,
d’autre part, d’insister sur le caractère privilégié de la

© Diffusion Rosicrucienne – www.drc.fr – ISBN : 978-2-914226-47-9


chant_pouvoir:Mise en page 1 25/11/2011 16:32 Page 76

76 Musique et mysticisme

relation à la musique qu’entretiennent nos voisins d’outre-


Rhin...
Tous les phénomènes musicaux génèrent un pouvoir
mystique, pas seulement le chant. Mais le chant est la
relation la plus directe que l’homme puisse avoir avec la
musique et son pouvoir mystique ; il facilite la commu-
nication entre l’homme et la partie divine qui est en lui.
De cet accord émane une puissance qui aide à surmon-
ter la tristesse ou le caractère tragique d’une situation,
à entreprendre une démarche courageuse et à y persé-
vérer.
« Tout est vibration », nous le savons. Mais le carac-
tère vibratoire des choses ne nous est pas toujours aisé-
ment perceptible, tant s’en faut. La densité des objets
solides, par exemple, ne nous donne pas directement la
sensation tactile vibratoire de ce qui les sous-tend. Notre
perception des odeurs ne l’évoque pas non plus. Le goût,
pas davantage. Bien que nous connaissions intellec-
tuellement le double aspect corpusculaire et ondulatoire
de la lumière visible par nos yeux, nous sommes évi-
demment incapables de ressentir, en tant que telles, les
vibrations extrêmement rapides qui la produisent.
Le son, et plus particulièrement le son chanté, fait,
d’une certaine manière, exception à la règle. Certaines
fréquences donnent à la fois une sensation audible et
une sensation vibratoire tactile. Notre propre voix nous
est ainsi perceptible de ces deux manières : en l’écoutant
d’une part avec nos oreilles et en plaçant d’autre part, tan-
dis que nous chantons, une main sur notre gorge.
Mais plus encore que la perception de vibrations,
c’est l’harmonie vibratoire que le chant permet de ren-
contrer.

- Fin de l'extrait -

© Diffusion Rosicrucienne – www.drc.fr – ISBN : 978-2-914226-47-9


esoterik_satie:Mise en page 1 28/11/2011 09:08 Page 165

ÉSOTÉRIK SATIE
par Christian REBISSE

Érik Satie (1866-1925) a marqué son époque, autant


par sa musique que par sa personnalité excentrique.
Aussi plus d’un mélomane aura-t-il été frappé de trouver
parmi ses œuvres une référence au rosicrucianisme avec
Les Sonneries de la Rose+Croix. Faut-il pour autant faire
de lui un musicien rosicrucien ? Alphonse Allais, humo-
riste de la Belle Époque, avait surnommé cet artiste « Éso-
térik Satie », qualificatif qui montre bien l’ambiguïté de
l’ésotérisme qu’il convient de lui associer. Il est en effet
assez difficile d’imaginer que l’auteur des Mémoires d’un
amnésique, le compositeur des Airs à faire fuir, l’inventeur
de la « musique d’ameublement » ait pu éprouver un réel
intérêt pour l’ésotérisme. Nous allons donc tenter de
montrer comment son nom a pu être associé à la Rose-
Croix.

1 – ART ET OCCULTISME

La fin du XIXe siècle est marquée par le symbolisme,


mouvement artistique qui tente de s’opposer au réalisme
naturaliste. S’attachant à l’essence des choses et des
êtres, les symbolistes cherchent les équivalences plas-
tiques existant entre la nature et la pensée. Nombreux
sont ceux qui tentent alors de jeter des ponts entre l’art,
l’ésotérisme et la spiritualité. En littérature, Auguste
de Villiers de L’Isle-Adam puise dans Dogme et Rituel de
haute magie d’Éliphas Lévi ; Charles Baudelaire lit

© Diffusion Rosicrucienne – www.drc.fr – ISBN : 978-2-914226-47-9


esoterik_satie:Mise en page 1 28/11/2011 09:08 Page 166

166 Musique et mysticisme

Emmanuel Swedenborg et popularise sa théorie des


« correspondances ».
En peinture, les salons indépendants se multiplient,
en opposition à l’art officiel, jugé trop matérialiste. Les
artistes symbolistes, écrivains, peintres ou musiciens,
se rencontrent dans les librairies parisiennes, qui devien-
nent des lieux d’échanges. Dans l’une d’elles, L’Art indé-
pendant, symbolistes et occultistes se côtoient. Claude
Debussy, Érik Satie, Stéphane Mallarmé, Auguste de
Villiers de L’Isle-Adam, Augustin Chaboseau, Victor-
Émile Michelet, Pierre Louÿs, Odilon Redon, Félicien
Rops, Papus, Stanislas de Guaita, Joséphin Péladan et
bien d’autres s’y retrouvent fréquemment 1. Claude
Debussy, Érik Satie et Villiers de L’Isle-Adam, qui est
musicien à ses heures, aiment à jouer sur le piano trô-
nant dans l’arrière-boutique de la librairie. Son pro-
priétaire, Edmond Bailly, est lui-même un mélomane
averti. Il est d’ailleurs le rédacteur d’une revue musicale,
La Musique populaire, et s’intéresse beaucoup aux ver-
tus magiques du son, en particulier au pouvoir du chant
comme « invocation aux dieux planétaires 2 ».

- Fin de l'extrait -

1. Sur cette célèbre librairie, voir MICHELET (Victor-Émile), Les Com-


pagnons de la hiérophanie, Paris, Dorbon-Aîné, 1937, p. 65-78.
2. BAILLY (Edmond), Le Chant des voyelles comme invocation aux
dieux planétaires, suivi d’une restitution vocale avec accompa-
gnement, Paris, Librairie de l’Art indépendant, 1912. Sur ce per-
sonnage, voir GODWIN (Joscelyn), L’Ésotérisme musical en France :
1750-1950, Paris, Albin Michel, coll. « Bibliothèque de l’Hermé-
tisme », 1992, p. 168-177.

© Diffusion Rosicrucienne – www.drc.fr – ISBN : 978-2-914226-47-9


musique_spheres:Mise en page 1 02/12/2011 11:57 Page 195

LA MUSIQUE DES SPHÈRES


SELON KEPLER
par Bernard COUSIN

De tout temps ont existé diverses théories établissant


des correspondances entre telle note et telle planète. La
variété de ces associations, leur fantaisie et leurs diver-
gences ne peuvent qu’intriguer le chercheur des vérités
éternelles.
Dans l’histoire des civilisations, l’acharnement des
hommes à rechercher l’harmonie du monde et à vouloir
attacher des notes aux planètes revient comme une cons-
tante.
Dans son ouvrage l’Harmonia mundi, publié en 1619,
Kepler propose des gammes planétaires. Cet article a
pour but d’expliquer les connaissances sur lesquelles
s’est basé Kepler pour les établir, de rappeler son apport
à l’astronomie et de proposer deux débouchés, l’un en
fonction d’une branche particulière de l’astrophysique
contemporaine, la radioastronomie, l’autre en proposant
un élargissement par le monde du symbolisme, et par-
ticulièrement celui de la kabbale. Cette étude traitera
donc à la fois de musique, d’acoustique et d’astronomie.

© Diffusion Rosicrucienne – www.drc.fr – ISBN : 978-2-914226-47-9


musique_spheres:Mise en page 1 28/11/2011 09:34 Page 196

196 Musique et mysticisme

1 – LES SOURCES

Depuis la plus haute Antiquité, les hommes se sont


rendu compte que le décor des étoiles fixes revenait iden-
tique à lui-même, chaque saison, chaque année, mais
que des points lumineux se déplaçaient devant les étoi-
les au cours du temps. Ils ont appelé ces points lumineux
les « astres errants », les « planetes », les planètes. Ces
planètes ne se déplacent pas n’importe où, mais toujours
dans la même bande du ciel dans laquelle les Anciens ont
projeté des animaux et certains personnages mytholo-
giques. Ce bestiaire céleste est appelé le zodiaque, une
bande de 18° de largeur, qui comprend, en astronomie,
treize constellations principales : les Poissons, le Bélier,
le Taureau, les Gémeaux, le Cancer, le Lion, la Vierge,
la Balance, le Scorpion, le Serpentaire, le Sagittaire, le
Capricorne, et le Verseau.
Ayant donc constaté que les planètes étaient mobiles
devant le zodiaque, les hommes ont voulu attribuer un
son à leurs déplacements respectifs.
Une première assimilation des notes aux planètes
est faite durant les périodes grecques qu’on appelle
« deuxième et troisième catastases », allant environ du
VIe au IIIe siècle avant J.-C. Aristote et Aristoxène 1 disent
que, sur les deux piliers extérieurs de la tétraktys, doi-
vent être placés le Soleil et la Lune. Ces deux piliers
sont immuables, d’après la tradition grecque.
La tétraktys (ou tétracorde) s’obtient à partir des lois
acoustiques attribuées à Pythagore (VIe siècle av. J.-C).
Elle est basée sur plusieurs arrangements possibles des
quatre sons obtenus à partir d’une corde ou d’un tuyau
sonore, en sachant que :

1. Voir le tableau des dates à la fin de cette étude.

© Diffusion Rosicrucienne – www.drc.fr – ISBN : 978-2-914226-47-9


musique_spheres:Mise en page 1 02/12/2011 12:01 Page 197

La musique des sphères selon Kepler 197

– si une corde de longueur X donne un do, une corde


plus courte de moitié donnera le do supérieur, c’est-à-dire
l’octave, et inversement ;
– une corde sonnant aux trois quarts de sa longueur
donnera la quarte, c’est-à-dire le fa ;
– une corde sonnant aux deux tiers de sa longueur
donnera la quinte, c’est-à-dire le sol.
Telles sont les divisions fondamentales et incontour-
nables de la division sonore. Munis de ces rapports de
quarte et de quinte, nous pouvons déterminer l’intervalle
de seconde, c’est-à-dire le ton. Nous sommes maintenant
en possession des intervalles fondamentaux pour écrire
toutes sortes de gamme.

- Fin de l'extrait -

© Diffusion Rosicrucienne – www.drc.fr – ISBN : 978-2-914226-47-9


Couv Musique et mysticisme:1 5/12/11 17:29 Page 1

Œuvre collégiale
La musique a exercé depuis les temps les plus reculés
une telle fascination sur l’esprit humain que l’homme
n’a eu de cesse de créer des instruments nouveaux, de
les perfectionner, de travailler sa voix pour lui donner la
plus parfaite expression, de rechercher de nouvelles har-
monies, de se laisser guider par son inspiration afin de
concevoir les plus belles œuvres.
Mais d’où vient cette inspiration qui permit à certains
Musique
êtres de léguer à l’humanité des chefs-d’œuvre qui, plu-
sieurs siècles après leur naissance, continuent à élever
notre âme ? Quel est, ou quel devrait être, le rôle vérita-
ble de la musique ?
et
mysticisme
Les articles de cette œuvre collégiale, conçue dans le cadre

Musique et mysticisme
de l’Université Rose-Croix Internationale, apportent un
éclairage original et vécu sur le rôle de la musique dans le
domaine spécifique de la spiritualité. Ils explorent l’ap-
port de musiciens de génie et se penchent également sur
le comportement de l’auditeur, qui ne peut être purement
passif s’il veut bénéficier pleinement des influences les
plus subtiles de la musique. Par ailleurs, ces articles ana-
lysent l’importance de l’interprétation, qui est essentielle,
tant pour la transmission que pour la réception de l’œuvre
musicale.

Œuvre collégiale

ISBN 978-2-914226-47-9

-:HSMJLE=WW[Y\^: 18 €