Vous êtes sur la page 1sur 5

Malaide compte de la morphologie de l'individu même s'il peut

être exceptionnellement biaisé dans le cas de sportifs


L'obésité est l'état d'une personne, ou d'un avec une masse musculaire très importante.
animal, souffrant d'une hypertrophie de la masse
adipeuse[1], qui se traduit par un excès de poids, Pour les adultes, l'indice de masse corporelle est égal à
réparti de façon généralisée dans les diverses la masse (exprimée en kilogrammes) divisée par le
zones grasses de l'organisme. carré de la taille de la personne (en mètres) :

L'obésité humaine a été reconnue comme une


maladie en 1997 par l'OMS. Cette organisation
définit « le surpoids et l'obésité comme une
accumulation anormale ou excessive de graisse exemple : 75kg / (1,75m)² = 75kg / 3.0625m² = 24,49
corporelle qui peut nuire à la santé ». Sa (le résultat est en kg/m², mais la plupart du temps, on
prévention est un problème de santé publique n'écrit pas l'unité)
dans les pays développés. Elle peut avoir des
répercussions importantes sur la santé de • Un IMC entre 18,5 et 25 est considéré comme
l'individu. normal chez un adulte.
• Entre 25 à 30, on parle de surpoids (surcharge
Cette maladie multifactorielle est considérée pondérale).
aujourd'hui par abus de langage comme une • Au-delà de 30, on parle d'obésité.
pandémie, bien qu'il ne s'agisse pas d'une • De 35 à 40,
maladie infectieuse. on parle d'obésité
sévère et, au-
Le choix des indicateurs [modifier] delà de 40,
d'obésité
Silhouettes représentant un homme sain, en morbide.
surpoids, et obèse.
Cela dit il ne faut pas
Les graisses (et autres lipides), tout comme les confondre
sucres (glucides), servent à stocker l'énergie l'I.M.C avec l'indice de masse graisseuse, qui lui ne
dans le corps. Les sucres fournissent une énergie prend pas mesure de la proportionnalité entre taille et
rapidement utilisable , les graisses permettent de poids mais simplement du taux de graisse et de muscle
stocker beaucoup d'énergie dans peu d'espace. contenu dans le corps de l'individu.

La graisse est stockée dans des cellules appelées On peut le calculer grâce à une balance spécifique à
lipocytes ou adipocytes. En cas de stock impédancemétrie ou bien par un calcul assez complexe
important, on distingue deux situations : basé sur les diamètres des bras, avant-bras, cuisses,
fessiers et hanches. Un taux normal de graisse se situe
• le surpoids : les adipocytes stockent de entre 17 et 22 %. Toutefois, l'I.M.C. présente une
plus en plus de graisse et grossissent ; variation non négligeable à l'échelle planétaire. La
• l'obésité : lorsque les adipocytes arrivent norme de l'I.M.C. se base principalement sur une
à saturation, ils se multiplient. population de type européen. Cet indice n'est donc pas
applicable à d'autres types de population. Les
Les évaluations courantes de l'obésité font asiatiques, les africains ou encore les océaniens
intervenir la masse (que l'on appelle souvent le présentent des indices de masse corporelle différents de
« poids ») et la taille. ceux des populations européennes.

L'indice de masse corporelle [modifier] On sait également aujourd'hui que l'I.M.C. n'est qu'un
outil de mesure du rapport poids/taille et n'est pas
Le principal indicateur de mesure utilisé est suffisant pour évaluer un risque de morbidité chez la
l'indice de masse corporelle (IMC). Il tient personne obèse.
Le cancer Une pneumopathie est une pathologie du tissu
pulmonaire. Étymologiquement, il s'agit d'une maladie
Le cancer est une maladie caractérisée par une (-pathie) des poumons (pneumo-) ou pneumopathique
prolifération cellulaire anormale et anomique au au sens général du terme. Communément, le terme est
sein d'un tissu normal de l'organisme. Ces souvent utilisé pour désigner une infection des
cellules dérivent toutes d'un même clone, cellule poumons.
initiatrice du cancer qui a acquis certaines
caractéristiques lui permettant de se diviser La pneumonie est une inflammation des poumons
indéfiniment. Au cours de l'évolution de la causée le plus souvent par une infection ou, rarement,
maladie, certaines cellules peuvent migrer de par un agent irritant chimique ou physique. Ce terme
leur lieu de production et former des métastases. désigne les infections pulmonaires dues à des bactéries,
Pour ces deux raisons, le dépistage du cancer des virus, des germes atypiques, des mycoses ou
doit être le plus précoce possible. d'autres parasites.

« Cancer » est un terme général désignant toute La pneumonie peut atteindre des personnes de tout âge,
maladie pour lesquelles certaines cellules du mais le plus grand risque concerne les jeunes enfants,
corps humain se divisent d'une manière les personnes âgées, et les patients immunodéficients.
incontrôlée. Les nouvelles cellules résultantes Pour traiter les pneumonies, on utilise souvent des
peuvent former une tumeur maligne (un agents antimicrobiens.
néoplasme) ou se propager à travers le corps.
Les étiologies sont nombreuses et variées, et diverses
Les facteurs de risques sont internes (génome, sources peuvent additionner leurs effets :
mutation,[1]), induction par un agent infectieux...
et/ou externes (alimentation, irradiation..) • Infection bactérienne ou virale, les plus
fréquentes (80 à 90 %). Les germes les plus
Plusieurs types de cancers semblent en souvent retrouvés, sont, par ordre décroissant, le
augmentation, pour des raisons Streptococcus pneumoniae, l'Haemophilus
environnementales ou de modes de vie, ainsi influenzae, Legionella pneumophila,
que - pour une partie des cas seulement - en Mycoplasma pneumoniae et le virus Influenzae
raison du vieillissement de la population. Les A.
taux de cancers détectés augmentent dans • Les pneumopathies atypiques (10 à 20 %) :
chaque tranche d'âge, une meilleure détection Mycoplasma pneumoniae, Legionella
qu'autrefois ayant aussi un rôle dans cette pneumophila et Chlamydiae pneumoniae
augmentation. • Exceptionnellement, pneumopathie des éleveurs
d'oiseaux, post radique, lipidique, parasitaire,
Les cardiopathies coronariennes (ou immunologique, tuberculeuse…
cardiopathies ischémiques) correspondent à un • L'air pollué, notamment par les véhicules, est
groupe de pathologies cardiaques engendrées aussi un facteur de risque et d'aggravation des
par une ischémie myocardique, secondaire à un pneumonies. Un excès significatif de mort par
rétrécissement des artères coronaires. pneumonie a été constaté au Royaume-Uni,
chez des Britanniques plus exposés aux
Elles regroupent principalement l'angor (angine émissions de pots d'échappement (surmortalité
de poitrine), l'infarctus du myocarde. mesurée en croisant les données de pollution et
les autres causes de décès observées et attendues
La cardiopathie coronarienne cause la sténose pour 352 collectivités locales anglaises de 1996
de certaines sections d'une ou de plusieurs à 2004) ; les pneumonies, mais aussi les
artères. Les diabétiques risquent quatre à six fois maladies cardiaques et les cancers de l'estomac
plus de succomber à une cardiopathie ont pu être statistiquement corrélées à certaines
coronarienne (CAD) que les non diabétiques. émissions polluantes, au tabagisme et/ou à une
consommation élevée d’alcool. Les morts par
pneumonie étaient le plus fortement corrélables
aux fumées d’échappement des véhicules (avec
également une surmortalité par d'autres atteinte de diabète (7,8%). Dans 20 ans, ce chiffre
maladies pulmonaires et cardites devrait atteindre 1 sur 10)
rhumatismales). Selon cette étude, le
taux de mortalité annuel lié à la pollution Un accident vasculaire cérébral (AVC), parfois appelé
dans ces 352 collectivités est comparable « attaque cérébrale », est un déficit neurologique
à celui entraîné par le smog de Londres soudain d'origine vasculaire.
de 1952 («great London smog»)[1], bien
que les manifestations de la pollution ne L'apoplexie ou attaque d'apoplexie est un terme
soient plus aujourd'hui aussi visibles. anciennement employé, plus général. C'est en fait l'effet
Les nanoparticules des échappements visible de l'AVC : perte de connaissance, avec arrêt
pourraient être aujourd'hui en cause, partiel ou complet des fonctions cérébrales, ou une
alors que les suies l'étaient sans doute attaque provoquant la perte de conscience ou la mort
dans les années 1950 et depuis soudaine du patient (apoplexie foudroyante).
l'avènement du charbon au XIXe siècle.
• Les Pneumonies Acquises sous
Ventilation Mécanique ou PAVM
(souvent Infection nosocomiale) sont
contractées chez des patients dépendant
d'un respirateur, généralement intubés ou
trachéotomisés de réanimation.
Multifactorielles, ces pneumonies
résultent de l'inhalation du contenu
gastrique et/ou oropharyngée via le
ballonnet de la sonde trachéale ou
canule.
Image au scanner d'un infarctus sylvien gauche.
Diagnostic [modifier]
L'hypertension artérielle est la principale cause
d'attaque vasculaire cérébrale.
Le diabète dit sucré est une maladie liée à une
défaillance des mécanismes biologiques de Les AVC sont parfois liés à une mauvaise hygiène de
régulation de la glycémie, concentration de vie (tabagisme, obésité), mais ils peuvent aussi survenir
glucose dans le sang. Cette maladie se manifeste du fait de l'hérédité et de certaines maladies spécifiques
par une augmentation sensible de la glycémie, et (hypertension artérielle, hypercholestérolémie,
peut être causée par des facteurs génétiques fibrillation auriculaire, troubles de la coagulation
(voir maladie héréditaire) ou se développer suite sanguine).
à une mauvaise hygiène de vie. Cependant, les
causes du diabète dans la grande majorité des
L'athérome (du grec athérê signifiant « bouillie »)
cas n'ont pas encore d'explication logique.
correspond à un remaniement de l'intima des artères de
gros et moyen calibre (aorte et ses branches, artères
Plusieurs défaillances existent et caractérisent
coronaires, artères cérébrales, artères des membres
des formes de diabète différents. Les
inférieurs) par accumulation segmentaire de lipides,
symptômes et les complications peuvent être
glucides complexes, sang et produits sanguins, tissus
variables selon le ou les mécanismes défaillants.
adipeux, dépôts calcaires et autres minéraux.
En France, on estime que 3,5 % de la population
est atteinte de diabète (dont 10-20 % de La goutte est une maladie chronique fréquente liée au
diabétiques de type 1 et 80-90 % de diabétiques métabolisme de l'acide urique, dont la manifestation
de type 2). clinique la plus caractéristique est une monoarthrite
aiguë du gros orteil. Elle est associée, bien que de façon
(2007 : La Fédération internationale du diabète inconstante, à une augmentation du taux circulant
estime que, en Belgique, 1 personne sur 12 est d'acide urique (hyperuricémie). Son évolution sans
traitement se fait vers le dépôt d'acide urique dans
plusieurs sites de l'organisme avec une Autrefois, le pronostic d'une septicémie était souvent
prédilection pour les articulations (arthrite fatal. L'arrivée des antibiotiques modernes a permis aux
goutteuse), la peau (tophus) et les reins équipes médicales de combattre efficacement ces
(néphropathie uratique), conduisant au infections qui restent néanmoins très dangereuses sur
maximum à des destructions articulaires un organisme affaibli ou dans le cas de défenses
invalidantes et à une insuffisance rénale immunitaires insuffisantes.
terminale possiblement fatale.
Une pneumopathie est une pathologie du tissu
La cause exacte de la goutte reste inconnue. Une pulmonaire. Étymologiquement, il s'agit d'une maladie
composante génétique est probable du fait de la (-pathie) des poumons (pneumo-) ou pneumopathique
fréquence des formes familiales et de la au sens général du terme. Communément, le terme est
prévalence chez les sujets de sexe masculin, souvent utilisé pour désigner une infection des
mais les facteurs environnementaux jouent un poumons.
rôle non négligeable dans sa survenue :
surpoids, consommation régulière d'alcool, La pneumonie est une inflammation des poumons
alimentation riche en purines (viande rouge et causée le plus souvent par une infection ou, rarement,
abats notamment). Enfin, toutes les causes par un agent irritant chimique ou physique. Ce terme
d'hyperuricémie ne sont pas des causes de désigne les infections pulmonaires dues à des bactéries,
goutte (il y a dans la population un sujet des virus, des germes atypiques, des mycoses ou
goutteux pour dix sujets hyperuricémiques). d'autres parasites.

La prise en charge thérapeutique de la goutte La pneumonie peut atteindre des personnes de tout âge,
comprend un volet symptomatique mais le plus grand risque concerne les jeunes enfants,
(soulagement des crises par les anti- les personnes âgées, et les patients immunodéficients.
inflammatoires non stéroïdiens ou par la Pour traiter les pneumonies, on utilise souvent des
colchicine) et un traitement de fond (règles agents antimicrobiens.
hygiéno-diététiques et dans certains cas
médicaments hypo-uricémiants). La tuberculose est une maladie infectieuse transmissible
et non immunisante, avec des signes cliniques
Une septicémie ou sepsis (du grec Σήψις, variables. Elle est provoquée par une mycobactérie du
putréfaction) est une infection générale grave de complexe tuberculosis correspondant à différents
l'organisme par des germes pathogènes. Ce germes et principalement Mycobacterium tuberculosis
terme signifiant littéralement « infection du (ou Bacille de Koch ; BK).
sang » a été utilisé pour la première fois par le
médecin français Pierre Adolphe Piorry.

Elle est l'association d'une bactériémie (présence


de bactéries vivantes dans le sang) et d'un
syndrome de réponse inflammatoire systémique
(réponse à une agression grave mais pas
forcément infectieuse) présentant au moins deux
signes parmi les suivants : température
inférieure à 36 °C ou supérieure à 38,3 °C,
pulsations supérieures à 90 battements par
minute tachycardie, polypnée ou hypocapnie, Radiographie d'un patient ayant une tuberculose
leucocytose. pulmonaire bilatérale à un stade avancé

La septicémie peut se développer à partir de Autrefois soignée dans les sanatoriums, par des cures
n'importe quelle infection systémique sévère. La de soleil et plein air, elle a été réduite par les
majorité des germes responsables sont des antibiotiques dans les années 1950, mais elle connaît un
germes du tube digestif. regain expliqué par l'apparition de souches multi-
résistantes, ce qui explique que la maladie tue quand elle n'a pu être détectée et prise en charge. Ainsi, près
encore près de deux millions de personnes de 70 % des personnes décédant par suicide en France
chaque année dans le monde (plus de 1,7 souffraient d'une dépression le plus souvent non
million de victimes en 2004 selon l'OMS, diagnostiquée et traitée[3].
l'organisation mondiale de la santé).
• Il ne faut pas confondre la dépression avec ce qu'on
appelle communément « coup de blues » ou
La tuberculose pulmonaire (phtisie) est de loin « déprime » qui traduit une tristesse passagère,
la plus fréquente et la plus répandue, mais il normale dans une situation difficile.
existe des atteintes osseuses (mal de Pott, • Le terme dépression possède une signification ou
tumeur blanche du genou...), rénales, classification différente en psychopathologie et en
intestinales, génitales, méningées, cutanées psychanalyse, où il décrit un processus psychique
(tuberculomes). douloureux lié à une perte sans être nécessairement
pathologique. 10 % des Français présentent des
Les Influenzavirus A sous-type H1N1 désignent signes de dépression[4].
les virus de la grippe appartenant au sous-type
H1N1 de la lignée de type A. Ils sont ----------------------------------------------------------
caractérisés par un pouvoir pathogène élevé Contemporain
pour l’être humain qui les rend responsables de
près de la moitié de toutes les infections de
grippe humaine[1] et notamment d'une grande
fraction des cas de grippe saisonnière.

Certaines souches de H1N1 sont endémiques


aux humains, tandis que d'autres sont
endémiques chez les oiseaux (grippe aviaire) et
chez les porcs (la grippe porcine).

Des virus du sous-type H1N1 sont responsables


des pandémies de grippe en 1918 et en 2009
ainsi que d'une partie des grippes pandémiques
saisonnières.

Le nom H1N1 indique que le virus présente à sa


surface la combinaison de deux molécules-
antigènes :

• l’hémagglutinine de type 1 ;
• la neuraminidase de type 1.

En psychiatrie le terme dépression du latin


depressio[1]. , « enfoncement » désigne une maladie
pour certains, ou un syndrome pour d'autres, dont la
manifestation centrale est un état mental caractérisé
par une lassitude importante, une dépréciation de
soi, un pessimisme qui entraînent des perturbations
importantes dans les rapports psycho-affectifs[2].

C'est une maladie fréquente, qui affecte presque


20 % des gens au cours de leur vie, et qui marque
une rupture avec le fonctionnement psychologique
habituel du patient. Le risque évolutif le plus grave
de cette pathologie est le suicide, en particulier