Vous êtes sur la page 1sur 16

Chronique

Le Japon
pourra-t-il
financer sa
reconstruction ?
Les estimations Hebdomadaire d’information et d’analyse économique N° 95 du 21 au 27 Mars 2011 - Prix: 1.000 Ar
du coût direct
et indirect de
la catastrophe
s’élèvent à au
moins 180 mil-
liards d’euros !

A ctualites
Page 16 250 000
SEMAINE
DU GOÛT
Du 04 au 09 avril 2011

touristes
E conomie
AUTONOMIE
Page 3 en 2011
Un gros défi
FINANCIÈRE
La Grande Ile est-elle
prête à intégrer le pro-
jet africain ?

S ecteurs
MANIFESTATIONS
SUR L’EXPORTA-
Page 4

TION AFRICAINE EN
CHINE
en perspective! Pages 8,9

SOLUTIONS DE VEILLE
La Grande Ile y parti-
cipera

COMMERCE
INTERNATIONAL
Page 4

Le textile déséquilibre
Projets labellisés
la balance commerciale

Garder un oeil vvigilant sur


environnemme surveiller
son environnement,
ses concurrents
concurren nts c’est souvent

E ntreprises
Page 5 Temergie avoir un don d’

SOLUTIO
SOLUTION
ON
ub
d’ubiquité

LOGO RÉACTUALISÉ
DE THB
Se rajeunir tout en
a bien grandi Page 12
DE VEILLE
E:

Recherchhe et acquisition
Recherche
Validationn eet stockage
gardant les bases
historiques de la DEVISES Euro : Ar 2 815,05 / Dollar : Ar 2006,56
marque Analyse ete synthèse
18/03/11 17/03/11 16/03/11 15/03/11 14/03/11
Diffusion
2 815,05 2 802
802,59
59 2 796
796,40
40 2 787
787,86
86 2 786
786,58
58
12,46 6,19 8,54 1,28 33, rue Ratsimilaho
Antaninarenina
2 006,56 2 005,68 2 004,34 2 005,04 2 004,61 Antananarivo 101
0,88 1,34 - 0,7 0,43 Tel. 020 24 800 07
contact.consilio@gmail.com
Page 11
10 Journal de l’Economie - N° 95 du 21 au 27 Mars 2011
Secteurs
Matières premières donc difficile pour ses acteurs qu’ils
soient acheteurs ou vendeurs. « Il est
toujours aussi compliqué pour les in-
dustriels d’augmenter leurs prix car
grands pneumatiquiers comme Brid-
gestone, qui a cinq usines au nord
du pays, ou Michelin n’auraient pas
été endommagées, a annoncé mardi

Le Robusta monte, le caoutchouc


la distribution dans son ensemble le l’Association des pays producteurs
refuse. » Dans les pays producteurs de caoutchouc naturel. Il n’y aurait
africains, les prix pour les fèves AA pas eu non plus de dégâts chez Toyo
en Tanzanie, la meilleure qualité, se Tire & Rubber, ni chez Sumitomo
sont inscrits en hausse cette semaine, Rubber Industries et Yokohama Ru-

ne s’inquiète pas de la crise japonaise


à $ 350 les 50 kilos contre le précé- bber. Certes, des usines ont fermé
dent record qui avait été de $ 339,80 mais cela serait sans grandes consé-
en janvier. quences en terme de volumes. Rap-
pelons que le Japon représente 7%
Sucre de la demande mondiale en caout-
Tendance baissière chouc naturel. Quelques jours avant
Vanille tonnes (t) entre le début de la campa- le séisme, le groupe international
Des stocks invendus gne en octobre dernier et le 3 mars, d’études sur le caoutchouc (IRSG
qui plombent le cours selon les chiffres publiés par le Co- Le sucre est demeuré encore ferme de son sigle anglais) avait souligné
cobod. Ceci représente une hausse de mais serait sur une tendance bais- que la demande mondiale en caout-
39,9% par rapport à la même pério- sière, la récolte en Thaïlande se pré- chouc naturel et synthétique devrait
Le prix de la vanille sur le marché de l’année dernière. Au Cameroun, sentant plus importante que prévue. augmenter à 26,1 millions de tonnes
international reste encore très bas se le prix bord champ a baissé de 15% En outre, l’Inde pourrait prochaine- (Mt) en 2011 contre 24,4 Mt l’année
situant entre 15 et 22 dollars amé- cette semaine car la campagne tire à ment exporter et on attend une forte dernière. Le caoutchouc naturel de-
ricains sont dus à l’existence de la sa fin. A noter que le seul broyeur de récolte brésilienne 2011/12dans la vrait augmenter de 4,6% en 2011 et
qualité importante de stocks inven- fèves du pays, Sic-Cacaos, filiale de principale région centre-sud. Cette de 3,8% en 2012, tandis que le syn-
dus lors de la campagne de vanille, Barry Callebaut, a acheté 424 t en tendance à la baisse devrait réjouir thétique progresserait de 8,6% et de
l’année dernière. On commente février contre 1 218 t en janvier et en les opérateurs malgaches de la filière 6,4% ces deux années.
également que la décision de l’ Etat baisse de 30% par rapport à février qui sont « frappés » d’une mesure de
malgache de fixer un prix de 27 dol- 2010. Toutefois, l’entreprise aurait suspension des exportations à cause L’organisation avait donc revu à la
lars américains ont « bouleversé » acheté 26 148 t depuis le début de d’une hausse sensible du prix de ce hausse ses prévisions qui auparavant
les opérateurs en vanille qui ne pour- la campagne 2010/11 qui démarre le produit sur le marché local. portaient cette demande à 25,5 Mt.
raient rapatrier les devises qu’ à 15 à 1er août au Cameroun, soit en nette Seul l’avenir permettra de dire quel-
22 dollars par kilo vendu. Les expor- hausse par rapport aux 16 963 t sur Thé le conséquence aura la catastrophe
tateurs qui n’ont pas pu écouler tou- la même période en 2009/10. Rap- Besoin de 50 à 60 000 au Japon sur cette demande à venir.
t supplémentaires…
te leur production l’ année dernière pelons que l’entreprise vend ses
sont alors obligés de baisser les prix produits sur le marché régional mais Les prix sur les marchés à terme ont
et tous les producteurs malgaches que son principal acheteur est la cho- été très perturbés cette semaine, avec
seront contraints de suivre les prix colaterie basée à Douala, Confiserie Pour la troisième semaine consécuti- tout d’abord une baisse à l’instar de
proposés. Outre le prix de 26.000 Camerounaise (Chococam), filiale ve, les prix du thé aux ventes aux en- l’ensemble des matières premières
Ariary le kilo jugé trop bas pour les du sud-africain Tiger Brand. chères du Kenya ont baissé notam- tout de suite après le séisme, puis une
vanilles préparées, la production lo- ment pour les meilleures variétés que reprise, le marché s’inquiétant des
cale de vanille a subi une baisse en Café sont les Best BP1 qui sont tombées à approvisionnements. La Thaïlande,
raison d’une maladie qui s’attaque Le Robusta poursuit $ 3-3,40 contre $ 3,20-3,60. Mais les l’Indonésie et la Malaisie, les trois
sa montée
aux plantes et qui ne motivent pas invendus ont été plus faibles qu’au plus importants acteurs sur la scène
les paysans à produire mieux. L’an- cours des ventes précédentes. Les mondiale du caoutchouc naturel, de-
née dernière, 1.300 tonnes de vanille acheteurs d’Egypte, du Pakistan, du vaient se réunir d’urgence.
ont été produites contre 2.000 tonnes Le Robusta s’est inscrit en fin de se- Yémen, du Kazakhstan, de Russie et
en 2009. On s’attend cependant à ce maine à son plus haut en 3 ans sur d’Iran se sont révélés plus intéressés
que le cours de la vanille connaisse des achats d’investisseurs, tandis tout en demeurant moins actifs que
une hausse sensible dans les mois que sur le marché du physique les les Britanniques qui, quant à eux, ont
qui viennent surtout que les prévi- origines Vietnam se faisaient rares. été très sélectifs dans leurs choix. A
sionnistes estiment que la Grande Ile La récolte est achevée mais les ex- noter que Mcleod Russel, entreprise
ne pourra par exporter plus de 1300 portateurs estiment que les prix de- cotée en Inde, serait intéressée à Hebdomadaire d’information et d’analyse économique

tonnes pour la prochaine campagne. vraient encore augmenter et atten- acheter des terres en Afrique pour
Hebdomadaire
dent pour vendre. Après avoir touché développer ses plantations de thé, d’information et
Cacao 298 cents la livre à New York, la selon une information publiée lundi d’analyse économique

Marché en baisse livre d’Arabica s’est écroulée jeudi 14 mars dans le Times of London.
DIRECTEUR DE PUBLICATION
à 265. Il est difficile d’en saisir les Selon son directeur, Aditya Khaitan, Liva Rakotondrasata
raisons, souligne un trader : prix trop le monde aurait besoin de 50 à 60
La scène cacaoyère est toujours do- elevés, ventes agressives de café 000 t supplémentaires chaque année PUBLICITÉ
020 24 800 07
minée par la violence chez le numéro lavé d’Amérique centrale sur le rap- pour satisfaire la demande croissan- 034 19 925 73
un mondial. Mais, « le marché est en proché, lassitude des fonds. Quant te. L’Ouganda et le Rwanda seraient journaldeleconomie@gmail.com
baisse depuis trois semaines », souli- au Robusta à Londres, « il s’est mis particulièrement convoités. Notons
Imp°. L’Express de Madagascar
gne un trader, « car Laurent Gbagbo jeudi à divaguer avec une prime de $ que le mois dernier, la société avait Tirage . 5.000 ex
faiblit. » Cela suscite l’espoir que le 170 la tonne entre le mai et le juillet, annoncé avoir signé un accord avec
cacao recommence à sortir de façon sans toujours aucune explication car Rwanda Development Board et D.L: 5360 04/10
normale, mais tout retournement de les stocks de Robusta certifié sont Rwanda Tea Authority pour le rachat
situation ou de sentiment peut faire très élevés. Ce qui est à nouveau un de 60% d’une entreprise de thé.
regrimper la tonne de fèves de £ 200 gros soucis pour les négociants. »
sans difficulté. L’absence de l’ori- L’activité physique reste très ponc- Caoutchouc
gine ivoirienne -ou du moins des vo- tuelle et se limite au strict nécessaire Il n’y a pas à paniquer
lumes moindres car chacun sait que car les origines du Brésil sont très 33, rue Ratsimilaho
les fèves sortent tout de même, ont chers. Quant aux cafés lavés d’Amé- Antaninarenina
Antananarivo
conduit les opérateurs à puiser dans rique centrale, il est plus abordable Le séisme au Japon et le tsunami ne 020 24 800 07
les stocks certifiés des marchés à ter- mais toujours en prime sur le terme. devraient avoir que peu d’impact contact.consilio
me, ce qui soutient aussi les prix. Au La situation sur ce marché du café, sur la demande des industriels en @gmail.com
Ghana, les achats ont atteint 713 655 Robusta comme Arabica, demeure caoutchouc naturel car les usines des
Entreprises/Secteur 11
Journal de l’Economie - N° 95 du 21 au 27 Mars 2011

Logo réactualisé de THB


Se rajeunir tout en gardant les bases historiques de la marque
L
Antsa Ramaroson chef de produit a déclaré qu’il s’agit
d’une preuve de dynamisme pour
a THB a depuis une marque forte qui est à la recher-
longtemps dépassé che constante d’innovation afin de
le stade de simple conforter sa position de leader sur le
boisson désalté- marché.
rante. Depuis 1958,
la bière Three Hor- A l’instar des grandes marques, cette
ses Beer fait partie du quotidien des réactualisation montre ainsi que
Malgaches. Au fil des années, elle THB évolue dans le temps, sans pour
a acquis une notoriété certaine au autant perdre ses valeurs fondamen-
sein de la société. Du fin fond de la tales. “Les logotypes les plus iden-
brousse aux bistrots les plus animés tifiables et les mieux mémorisables,
des grandes villes de Madagascar, il sont ceux qui ont fait le choix gra-
ne se passe pas une rencontre entre phique de formes simples avec des
amis, membres d’une famille ou col- couleurs tranchées et spécifiques”,
lègues de travail qui ne soit arrosée selon Fabrice Peltier, Fondateur de
des “trois chevaux”. Cet engouement la Design pack Gallery. La bière
s’explique. Elle constitue même un Signature historique malagasy décide donc de garder les
« véritable symbole du Fihavanana » de la marque THB, bases historiques de sa marque. Les
selon les Brasseries Star qui n’a pas Soa Ny Fiarahant- trois chevaux sont toujours là et les en valeur, ils se présentent désormais couleurs : rouge, grenat, jaune or ;
choisi par hasard son slogan “Soa sika garde égale- promoteurs de la marque affirment sous une autre forme dans le cadre les chevaux et la typographie sont
Ny Fiarahantsika”. ment sa place qu’ils sont plus que jamais détermi- d’un logo réactualisé. Questionné restés les mêmes. Mais, le dessin des
à côté du logo. nés à satisfaire les amateurs de bon- sur la raison de cette opération de chevaux devient plus simple, dans
Plus d’un demi-siècle plus tard, les nes mousses. Et, pour être plus mis réactualisation du logo de la THB, le un souci de visibilité et de lisibilité.
Désormais, les trois chevaux légen-
daires gagnent en dynamisme et

Piment regardent encore plus vers l’avenir


puisque THB entend toujours antici-
per les besoins des consommateurs
et ceux du marché. Le but avoué de

Une filière qui ne manque pas de piquant


la Star, à travers ce nouveau logo,
est de donner à la marque phare de
la société une image plus affirmée,
plus forte, sur un marché devenu
concurrentiel.

S
Mbola Ranarivelo sur la Grande Ile mais on l’estime 21 tonnes de piment à partir de 30 Signature historique de la marque
entre 75 et 100 tonnes par an. Les ha de culture. La production a une THB, Soa Ny Fiarahantsika garde
elon les chiffres variétés les plus cultivées sont le vocation à l’export mais les entre- également sa place à côté du logo.
les plus récents piment pili pili et bec d’oiseau. Le prises de la filière sont encore loin
(2008/2009), le rendement moyen est de 1.2 à 2 T/ de pouvoir assurer le volume exigé. Le langage
prix moyen aux Ha de piment sec. A noter qu’il faut La dernière à avoir fait un tapage des signes
producteurs varie entre 2,5 et 4 kg de fruits mûrs frais médiatique de son projet sur ce cré-
pour les piments pour avoir 1kg de piments secs. neau est le groupe Axius. Mais ap-
de 1.04 à 2.08 USD/ kg selon l’éloi- paremment, aucune expédition n’a Le logo réactualisé a été présenté,
gnement des centres de collecte et Dans la région Analanjirofo, la fi- encore pu être effectuée jusqu’ici. le mercredi 16 mars dernier, à l’hô-
la qualité de produit. Les principa- lière a bénéficié d’une structuration. Notons que cette filière se structure tel Carlton. Selon ses représentants,
les contraintes rencontrées par les On peut distinguer deux systèmes autour d’un nombre limité d’inter- changer de logo est une preuve de
entreprises au niveau national sont de culture. La culture villageoise venants : producteurs, exportateurs réactivité. Néanmoins, la « bière
le manque d’intrants agricoles (in- dont la production est destinée à et quelques intermédiaires (bouti- malagasy » a décidé de ne pas pro-
suffisance de production de semen- l’autoconsommation et à la vente. quiers, grossistes). Le piment est céder à une véritable rupture avec
ces surtout les gammes améliorées, Les pieds peuvent être de bonne pourtant considéré comme un pro- le passé. Les couleurs, les chevaux
système d’approvisionnement des présentation quand ils bénéficient duit très intéressant au niveau ren- et la typographie sont restés les mê-
engrais défaillant), l’inexistence de de matière organique apportée par tabilité car une fois implantés, les mes. Mais le dessin des chevaux de-
mécanismes de financement pour les déchets ménagers. Le second pieds donnent des piments tout au vient plus simple, visant la visibilité
les producteurs et les exportateurs, système est la culture semi extensi- long de l’année. Cet aspect est par- et la lisibilité. Rappelons que ces
un système de commercialisation ve développée par des micro-entre- ticulièrement intéressant durant la trois chevaux se tournaient vers la
désorganisé entraînant des prix non preneurs ruraux. Les plantations ont période de soudure. Cependant, de gauche auparavant. Sur le nouveau
attractifs pour les producteurs. A des tailles plus importantes, plus de nombreux problèmes résident. Le logo, ils se tournent vers la droite.
Madagascar, les régions d’Anjozo- 700 pieds, est sont régulièrement niveau de production est faible, les D’après les présentateurs, cela signi-
robe, Fénerive Est, Itasy, Vakinan- entretenues. Elles sont constituées volumes dégagés intéressent encore fie que THB regarde vers l’avenir et
karatra et Lac Alaotra sont les prin- d’une seule variété et la produc- peu les exportateurs qui souhaitent entend toujours anticiper les besoins
cipales productrices de piments. Il tion est principalement destinée à des quantités équivalentes à plu- des consommateurs et de ceux du
n’existe pas des chiffres précis sur la la vente. Les régions Analanjirofo sieurs dizaines de tonnes par livrai- marché.
production de piments exportables et Atsinanana produisent environ son.
12 Vie des entreprises
Journal de l’Economie - N° 95 du 21 au 27 Mars 2011

Dix projets doivent être labellisés en 2011


Temergie a bien grandi
Spécialisée dans les énergies renouvelables, la maîtrise et le stockage de l’énergie,
l’association Temergie vient de faire labelliser quatre projets locaux par le pôle de
compétitivité métropolitain Capenergies. Six autres pourraient suivre avant fin 2011
avec peut-être des financements à la clef.

T
emergie a fait
aussi bien en deux
mois qu’au cours
des trois années
précédentes. Pré-
sidée par Michel
Dijoux, l’association a été créée
en 2007 afin d’assister le montage
de projets réunionnais innovants
dans trois domaines : les énergies
renouvelables, la maîtrise de la
demande en énergie ainsi que le
stockage de l’énergie. Temergie,
qui regroupe des entreprises, des
laboratoires de recherche, des
organismes de formation, des
associations et des collectivités
(56 membres fondateurs) a fait
labelliser entre 2008 et 2010 qua-
tre projets par Capenenergies, le
pôle de compétitivité de Proven-
ce-Alpes-Côte d’Azur (énergies
non génératrices de gaz à effet de risation de lever le voile sur trois Michel Dijoux, jectif de cette pompe hydraulique jets des « grappes d’entreprises
serre), dont il est le représentant à d’entre elles. Porté par la Saphir Président de : refouler l’eau d’un réseau d’ir- » (cluster) lancé par le ministère
La Réunion. En ce début d’année et DBE, le projet Galatee vise à Temergie rigation jusqu’à des exploitations de l’Aménagement du territoire.
2011, Temergie en est déjà à quatre faire fonctionner un moteur à par- (1er à droite) agricoles dont le raccordement «Jusqu’ici, Temergie a pris ses
labellisations... et a obtenu l’auto- tir d’un chauffe-eau solaire. Ob- par des moyens habituels nécessi- marques. Le cluster atteint à pré-
terait une importante consomma- sent sa vitesse de croisière, confie
tion d’énergie. Le projet Soleka Michel Dijoux. L’objectif est
tombe à pic au moment où la filiè- d’atteindre 10 projets labellisés en
re photovoltaïque est au plus mal 2011 afin de leur permettre de bé-
Opportunités : initié par la société Réuniwatt en néficier de l’accompagnement fi-
de partenariat régional collaboration avec le laboratoire
Piment (physique et ingénierie
nancier dont ils ont besoin. » Outre
des partenariats, être labellisé par
mathématique pour l’énergie et un pôle de compétitivité permet
l’environnement) de l’université, de bénéficier de subventions ma-
Le succès du cluster Temergie montre que des entreprises il vise à faire sauter le plafond de jorées dans le cadre des appels à
de la région COI ont un savoir-faire certain et un avenir 30 % d’énergies intermittentes projets de l’Agence nationale de
dans le domaine du développement énergétique. Et des sur le réseau EDF en proposant la recherche, de répondre à ceux
collaborations régionales afin d’exploiter efficacement ces de nouveaux outils de prédictions du Fonds unique interministériel
acquis comme les projets labellisés est possible et néces- des ressources en énergie solaire ou encore de postuler aux appels
alimentant les modules photovol- à manifestation de l’Ademe dans
saire. Les résultats de l’île de La Réunion dans le domaine
taïques. Enfin, le pôle 3E (Espa- le cadre du grand emprunt (inves-
de la recherche et développement sont aujourd’hui recon- ces bâtis, énergie, environnement tissements d’avenir). Le pôle 3E a
nus. Et les besoins de Madagascar et ses 580 000 km2 de en milieu tropical), qui réunit une déposé un dossier pour ce dernier.
surface dans le domaine de l’énergie sont énormes surtout petite dizaine de partenaires, vise Il attend une réponse mais Mi-
si le pays souhaite développer très rapidement son écono- la structuration de l’activité de chel Dijoux se dit optimiste tout
mie rurale. Pourtant, un succès malgache dans le dévelop- recherche&développement dans comme il croit dur comme fer aux
le domaine du bâtiment en zone résultats de Temergie : «En 2012
pement rural et industriel sera très bénéfique pour toute la
intertropicale. ou en 2013, la première industrie
région surtout que la sécurité alimentaire est devenue une devrait sortir avec les premières
préoccupation commune. Aussi, il est certainement temps Des emplois en créations d’emplois.» Le sec-
que des partenariats innovants soient conclus entre les en- 2012 ou 2013 teur attend avec impatience cette
treprises et les différents acteurs du développement de la bouffée d’oxygène.
région car les opportunités existent. Temergie ne compte pas s’arrêter
en si bon chemin, elle qui vient Cédric BOULLAND
d’être l’une des 41 lauréates (sur Le Quotidien de La Réunion
112 candidates) de l’appel à pro-
Vie des entreprises 13
Journal de l’Economie - N° 95 du 21 au 27 Mars 2011

Usine minière de Toamasina bres de 38 espèces différentes ont


été plantés sur une superficie de 1,
200 ha. Sur ce chapitre, Ambatovy

ALBI valorise les bois


a fourni en février dernier, 20 000
jeunes plants à la Région Atsinana-
na afin de contribuer à l’atteinte de
l’objectif régional s’inscrivant dans
le cadre du reboisement à grande

D
Mbola Ranarivelo échelle prônée par l’Etat.

ans le cadre du pro- Des « ponts pour


gramme de Amba- lémuriens »
tovy Local Business
Initiative (ALBI), en Toujours dans le domaine de la
matière de recyclage conservation de la nature, sept ponts
des matières usagées suspendus pour lémuriens ont été
du Plant Site, les bois ayant servi à érigés dans les forêts entourant le
la phase de construction sont livrés site minier d’Ambatovy et où sont
gratuitement aux deux communes recensées pas moins de 13 espèces
voisines de l’usine à Toamasina de lémuriens. Il s’agit de fournir à
moyennant un plan d’utilisation pro- ces derniers des ouvrages leur per-
posé par les bénéficiaires. Selon les mettant de franchir temporairement
règles convenues entre les parties les routes d’accès dans l’enceinte
concernées, à savoir ALBI, le Dé- de la mine et le long du pipeline
partement Environnement du Projet qui traversent les forêts. Cela, afin
Ambatovy, et les Communes, ces de réduire efficacement les impacts
bois sont prioritairement destinés à et carton grâce liés à la fragmentation de leur habi-
la confection de mobiliers ou d’in- au recyclage tion du Projet Ambatovy a été choisi tat, jusqu’à ce que la réhabilitation
frastructure à usage collectif. Ainsi par la Commune suburbaine de To- forestière puisse leur permettre de
de juin 2010 à ce jour, les commu- Le Projet Ambatovy a annoncé qu’il amasina comme lieu de célébration traverser les routes via la canopée
nes d’Amboditrandroho et de To- fait de la réutilisation et du recy- de la Journée mondiale de la Femme. forestière. Après observations, une
amasina Suburbaine ont bénéficié clage sa priorité majeure en matière Plusieurs manifestations ont marqué augmentation de la fréquentation des
de plus de 4600 m3 de bois qui ont de gestion des déchets. Depuis août ladite journée avec le concours actif ponts par six espèces de lémuriens a
été transformés en armoires, tables, 2010, le Projet travaille avec la pa- du Projet qui a octroyé, entre autres, été constatée depuis leur construc-
bancs d’école et d’église, ou utilisés pèterie PAPMAD à qui il fournit 3000 plants d’eucalyptus pour un re- tion en janvier-février 2009. Ce qui
à la réhabilitation des établissements régulièrement des tonnes de déchets boisement organisé par la commune. montre également qu’une certaine
scolaires et des édifices religieux. de papier et de carton. 259 employés d’Ambatovy ont aussi période de temps s’avère nécessaire
participé à un reboisement à Anta- aux lémuriens pour localiser les nou-
Réduction Notons par ailleurs que Vohitram- nimietrikely, dans la partie sud de velles structures de franchissement
des déchets de papier bato qui abrite le site de relocalisa- la zone de bail du Projet. 1931 ar- et pouvoir s’y habituer.

Entreprenariat de les adhérer à cette initiative interna-


tionale d’échanges sur les pratiques de
chacun. Cette année, le CEE – RE (Club
Entrepreneurs Étudiants du Rendez-
vous des Entrepreneurs), le CEE - UCM

L’ISPE à l’œuvre (Club d’Entrepreneurs Étudiants de


Université Catholique de Madagascar),
l’EFAM (Entreprendre au Féminin à
Madagascar), l’ABD Madagascar (Act
for Developing Business Madagascar)
ont participé à ce rendez-vous. Tous les

D
Zo Tsitohaina participants ont partagé différentes réa-
lisations ou stratégies mises en œuvre et
epuis 7 années consé- expérimentées dans leurs milieux res-
cutives, l’ISPE (Ins- pectifs. Le partage et la solidarité sont
titut de stratégie et de à la base de ces Rendez-vous qui sont
pédagogie en entre- essentiellement des lieux de partage et
preneuriat) organise d’échange autour de pratiques et d’ex-
chaque année, dans le périences vécues. C’est dans un contexte
cadre de la Semaine de la Francophonie, d’égal à égal que sont animées ces ren-
le « Rendez-vous entrepreneurial de la contres dans lesquelles on vise à mettre
Francophonie ». Pour cette année 2011, en commun des pratiques qui doivent
la 8e édition de ce rendez-vous a eu lieu être perçues comme autant de pistes de
le jeudi 17 mars 2011, au Madagascar travail, de sources d’inspiration, plutôt
Development Learning Center à Anosy. neurial de la Francophonie » est aussi (Agence universitaire de la Francopho- que des formules toutes faites à appli-
Cette manifestation regroupe plusieurs l’occasion d’annoncer le récipiendaire nie) pour le développement de la culture quer intégralement.
pays qui se regroupent en 20 plateaux du prix « Jean Marc Leger » décerné au entrepreneuriale à Madagascar.
pour pouvoir discuter via visioconfé- meilleur projet de diffusion de la culture Dans le cadre de la Semaine de la Fran-
rence. Son objectif est le développement entrepreneurial. En mars 2010, ce prix L’A.IFE.M et l’INSCAE, contact de cophonie, cette activité internationale
de la culture entrepreneuriale et de l’en- international a été décroché par le « Ren- l’ISPE pour l’organisation du « Rendez- de nature socioéconomique invite à
trepreneuriat par l’échange et le partage dez-vous des entrepreneurs », une table vous Entrepreneurial de la Francopho- l’action, à la création de richesse et au
des bonnes pratiques développées dans ronde initiée par l’A.IFE.M (Anciens de nie » chaque année, se sont rapproché développement endogène des villes, des
les différents pays participants. Il est à l’Institut de la Francophonie pour l’En- d’autres organisations s’intéressant au régions et des pays, par l’implication des
rappeler que le « Rendez-vous entrepre- trepreneuriat à Madagascar) et l’AUF développement de l’entrepreneuriat afin jeunes et des adultes de ces pays.
14 Technologie
Journal de l’Economie - N° 95 du 21 au 27 Mars 2011

Jeux vidéos
Modéliser le concept de jouabilité
Quelles caractéristiques doit posséder un jeu vidéo pour qu’il soit amusant ? Pourquoi certains jeux vidéo
triomphent et d’autres laissent le joueur insatisfait au point d’être vite abandonnés ? Quelle différence
existe-t-il entre un jeu et une unité didactique multimédia ? Une recherche réalisée au Département de
Langages et de Systèmes Informatiques de l’Université de Grenade, en Espagne, par M. José Luis González
Sánchez, et dirigée par le professeur M. Francisco Luis Gutiérrez Vela, a répondu à toutes ces questions.

C
ar, si les tendances Le travail réalisé à l’UGR a démarré
sont dans le vrai, «les à partir du plus simple: Qu’est-ce
jeux vidéo seront uti- qu’un jeu vidéo, de combien de par-
lisés dès l’enfance ties se compose-t-il, comment s’éta-
jusqu’à la vieillesse. blit un rapport entre ces parties pour
C’est la raison pour commencer à tout construire dessus.
laquelle nous devons savoir quels En définitive, «nous sommes arrivés
standards ils doivent remplir.» à modéliser les jeux vidéo, c’est-à-
dire à créer un modèle de jeu vidéo
D’après les résultats de cette recher- théorique qui nous servira à étudier
che, les scientifiques concluent que n’importe quel aspect se rapportant
«les jeux vidéo ont aussi leurs pro- à lui.»
pres règles afin de se formaliser et
de s’évaluer. Nous croyons qu’avec Les jeux vidéo représentent l’in-
cette étude nous aidons à rendre plus dustrie des loisirs qui génère le plus
connu et standardisé ce qui aupara- d’argent au monde, plus que la musi-
vant était inconnu de tous.» que et le cinéma, par exemple.

iPhone 5
NFC ou pas NFC ?
Les rumeurs se multiplient quant à l’intégration d’un composant NFC dans le prochain iPhone, sans doute
présenté en juin.

D
parfois de fait. Ensuite, si le NFC
epuis maintenant ne fait pas encore l’objet d’un stan-
trois ans, l’appro- dard mais de spécifications, il suffit
che de l’été signifie à Apple et Google se s’accorder sur
également l’arrivée des spécifications identiques pour
d’un nouveau modèle donner plus qu’un signal fort au
d’iPhone. Et selon toute vraisem- marché, compte tenu de leurs poids
blance l’iPhone 5 ou 4S devrait respectifs sur le marché des mobi-
être présenté dans quelques mois. les.
Tous les limiers de la planète sont
en chasse pour découvrir quelles C’est pour cette raison que nous ne
seront les caractéristiques essen- souscrivons pas à l’analyse de no-
tielles de la nouvelle bestiole. Pour tre confrère britannique et pensons
le processeur, on parle de l’A5 comme d’autres que le prochain
comme l’iPad2, on spécule sur la iPhone intégrera un composant de
taille de l’écran, sur la résolution ce type. Plusieurs personnes im-
des caméras. Toutefois, l’interro- naie électronique. l’industrie. Cette raison évoquée pliquées dans le NFC déclarent
gation la plus cruciale concerne a surpris beaucoup de monde, nous d’ailleurs sous couvert d’anony-
l’intégration – ou non – d’une puce Un article de The Independant indi- y compris, pour plusieurs raisons. mat que de nombreuses discussions
de type Near Field Communication quait en début de semaine qu’Ap- Tout d’abord, Apple ne se préoccu- sont actuellement en cours avec
(NFC) laquelle ouvrirait la voie à ple avait pris la décision de ne PAS pe pas plus que cela des standards Apple autour de ce sujet. Réponse
de nouvelles applications et tout intégrer de composant NFC car avant de lancer une innovation dans quelques mois, voire quelques
particulièrement le paiement via le l’entreprise était préoccupée par mais cherche plutôt à imposer ses semaines. Mais, pour nous, la ten-
mobile au travers d’un porte-mon- l’absence de standard clair dans propres choix comme standards, dance est au oui.
Océan Indien 15
Journal de l’Economie - N° 95 du 21 au 27 Mars 2011

Comores
Trois jours pour la promotion du made in Comores
L
rience, nous avons décidé de com-
’expo-vente de cet- mencer avec une taille modeste et
te édition de “Made maitrisable”, fait savoir le prési-
in Comoros” verra dent Bazi. L’expo-vente de cette
le concours d’ar- édition de “Made in Comoros” a
tisans, de respon- vu le concours d’artisans, de res-
sables d’unités de ponsables d’unités de production
production et de transformation et de transformation ainsi que des
ainsi que des gérants d’entrepri- Ahmed Ali Bazi, gérants d’entreprises qui offrent
ses qui offrent des services. La président des services.
conduite de la partie opérationnel- par intérim
le de la foire a été confiée à la so- de l’Uccia En plus de l’expo-vente, des dé-
ciété Synercom pour, selon Ahmed monstrations, des conférences sur
Ali Bazi, président par intérim de le thème de la foire et des concours
l’Uccia “faire la promotion des sur la créativité étaient au pro-
services dans le pays et apporter gramme. L’évènement pourrait re-
du professionnalisme”. vêtir, dans les prochaines années,
une dimension régionale. “Si cette
La première foire nationale sur les à la société Synercom pour faire dans le pays et il faudrait donc dé- première foire réussit, nous pour-
produits comoriens a ouvert ses la promotion des services dans le velopper et diversifier les produits rions mieux nous préparer à expo-
portes mardi 15 mars dernier au pays et apporter du professionna- à exporter”. Le thème principal est ser à l’étranger comme nous som-
palais du Peuple. “Made in Co- lisme”, affirme Ahmed Ali Bazi. “la redynamisation du secteur de mes souvent invités”, a déclaré le
moros” (fabriqué aux Comores, la petite industrie et de l’artisanat président de l’Uccia. Sur le plan
ndlr) s’est tenue du 15 au 17 mars Le président intérimaire de l’Uccia dans le cadre du développement national, outre les objectifs com-
à l’initiative de l’Union des cham- juge que “cette foire s’inscrit dans national”. merciaux escomptés, “Made in
bres de commerce, d’industrie et la politique de promotion de l’en- Comoros” devrait aboutir à la mise
d’agriculture (Uccia). L’objectif vironnement et activités écono- Quarante participants ont ex- en place d’un centre de formation
de l’événement, selon ses orga- miques. Nous voulons inciter les posé leurs produits au palais de sur ces métiers de production dont
nisateurs, est de “faire connaitre gens à produire et consommer lo- Hamramba pour cette première les Comores ont besoin.
au public le savoir-faire local“. cal au lieu de dépendre des impor- foire. “Il est vrai, le nombre d’ex-
“L’Uccia a choisi d’attribuer la tations”. Il indique également que posants est réduit mais c’est voulu. Src: Al Watwan
partie opérationnelle de la foire “la production crée une richesse Comme c’est une première expé-

La Réunion : GHF Futures organise une compéti- valide. Tous les étudiants peuvent par-
ticiper, peu importe leur domaines
d’apprentissage. Les intéressés doivent

tion destinée aux étudiants sur les opérations financières s’enregistrer sur Trade Mogul. Il y aura
une période d’entraînement avant le
concours.

T
La Trade Mogul Online Trading Com- revendre à plus cher. L’objectif du Le premier prix est de Rs 50 000 et le
rade Mogul Online Tra- petition est organisée par GHF Futures, concours est de vulgariser les trading deuxième est de Rs 25 000 et le troi-
ding Competition, orga- qui est une joint venture entre GHF jobs, auprès des étudiants et du public sième est de Rs 10 000. Les participants
nisée par GHF Futures Holdings et MCB Capital Markets. Ce en général. classés de la 4ème à la 10ème place re-
se tiendra du 21 mars au concours a été présenté hier, jeudi 17 cevront chacun Rs 5 000.
15 avril. Cette compéti- mars aux étudiants de l’Université de Durant la Trade Mogul Online Trading
tion qui vise les étudiants Maurice (UoM). Mais il est également Competition, les participants pourront La Trade Mogul Online Trading Com-
mauriciens demande aux participant de ouvert à ceux de l’Université de Tech- vivre ce qu’impliquent ces métiers. Ce petition se tiendra pendant quatre se-
réaliser des opérations financières en nologie de Maurice (UTM), du Centre sera un test de leurs facultés analyti- maines et chaque semaine, le meilleur
ligne. d’Etudes de la CCIM, du Charles Telfair ques, de leurs capacités à prendre des participant aura droit à un Ipod Nano.
Institute et autres universités locales. risques réfléchis et de relever les défis Les 50 meilleurs auront droit à chacun à
La Trade Mogul Online Trading Compe- posés dans le trading sur les marchés une interview avec GHF Futures à la fin
tition est un concours sur les opérations Les participants devront effectuer des mondiaux. de leurs études, concernant des perspec-
financières. Cette compétition, qui aura opérations financières (dans un contexte tives d’emplois dans cette compagnie.
lieu pour la première fois à Maurice, du de simulation en ligne) sur la base des Les étudiants qui y participeront de-
21 mars au 15 avril. Elle s’adresse aux informations qui leur seront fournies. vront être doués en calcul, avoir une GHF Futures compte faire de Trade
étudiants mauriciens. C’est ce qui res- Les opérations financières (futures ou bonne mémoire, des esprits vifs et ra- Mogul Online Trading Competition, un
sort d’une conférence de presse animée options) auront trait aux marchés du pé- pides et être capables de résoudre des évènement annuel. Pour cette première
par des représentants de GHF Futures, trole, de l’or, des devises et des actions problèmes complexes. édition, il s’attend à 15 000 partici-
une société spécialisée dans des opéra- ordinaires. pants.
tions financières en ligne, au MCB Cen- Pour participer, il faut être un étudiant
tre à Port-Louis. Le trading c’est acheter à prix bas et mauricien ayant une carte d’identité Src: Clicanoo
16 Chronique et culture
Journal de l’Economie - N° 95 du 21 au 27 Mars 2011

Chronique que le PIB japonais. Ces deux rai-

Le Japon pourra-t-il
sons ensemble font que – malgré
son endettement – le Japon arrive
toujours à financer sa dette publi-

financer sa reconstruction ?
que. En plus, il la finance à des taux
d’intérêt très bas, de l’ordre de 1,2
à 1,3%.

L
Par Amid Faljaoui déjà le pays le plus endetté au mon- énorme, le Japon pourra financer Il ne faut pas non plus oublier que
de parmi les pays développés, sa tout seul sa reconstruction. Com- la banque centrale du Japon dis-
a question se pose dette publique équivaut à 226% de ment est-ce dès lors possible ? Tout pose d’un énorme matelas, à savoir
d’autant plus que son PIB. Autrement dit, sa dette pu- simplement, parce que le Japon ne ses réserves de change qui sont de
déjà aujourd’hui, les blique vaut plus de deux fois la créa- dépend pas des investisseurs étran- l’ordre de 1000 milliards de dollars.
estimations du coût tion de richesse annuelle du Japon, gers pour financer sa dette publique C’est ce trésor de guerre qui lui per-
direct et indirect de la cette dette publique a d’ailleurs été : 95% de ses dettes sont détenues met d’assurer la liquidité des ban-
catastrophe s’élèvent pointée du doigt par des institutions par des Japonais, et plus de la moi- que et sans doute demain d’acheter
à au moins 180 milliards d’euros ! comme le FMI qui ont demandé au tié de cette dette publique est aux les obligations que l’Etat japonais
D’où la question, le Japon peut-il gouvernement japonais de réduire mains des banques japonaises. va émettre pour financer la recons-
s’en sortir seul ou aura-t-il besoin au plus vite cette dette. truction des régions sinistrées. Cet
de l’aide financière internationale De plus, le stock d’épargne des autofinancement du Japon est pro-
? Mais aussi étonnant que cela puisse japonais est considérable. Cette bablement la seule bonne nouvelle
Comme vous le savez, le Japon est paraître, malgré cette dette publique épargne est deux fois plus élevée de cette horrible tragédie.

Prix Musique de Chers lecteurs, abonnez-vous

l’Océan Indien à 48.000 Ar


pour 52 numéros (1 an) au lieu de 52.000Ar

Relever les « talents régionaux »


Hedomadaire d’information et d’analyse économique

BON D’ABONNEMENT
à retourner avec votre paiement
à Consilio Sarl - 33, rue Ratsimilaho Antaninarenina

L
’événement a été fondé en 2006 une tournée internationale dans de grands fes- Oui, je m’abonne à 48.000 Ar pour 52 numéros
dans le but de mettre en valeur tivals partenaires comme Babel Med Music
la richesse et la diversité musi- (Marseille - France), Sakifo (Saint Pierre - La Adresse de reception Mode de paiement
cale de la zone Océan Indien. Réunion), Musiques métisses (Angoulême - de l’abonnement par cheque
Organisé en biennale (Sélection France), Timitar (Agadir - Maroc)… La finale ci-joint a l’ordre
du lauréat les années impaires du 3ème Prix Musiques de l’Océan indien se de Consilio Sarl
et Développement du lauréat au travers de déroulera à Chiconi (Mayotte) dans le cadre Nom : .....................................................
ci joint
festivals partenaires les années paires), il a du Festival Milatsika. en espece
pour vocation de révéler les artistes de la zone Prénom : ................................................
Océan Indien. Ses objectifs principaux por- Mamy Bastah Date : ...............................
tent sur la promotion des écritures musicales Adresse : ...............................................
de l’Océan Indien, le développement, pour les Auteur, compositeur et interprète, Mami Bas-
Tel. ..........................................................
lauréats, d’une carrière à l’international et la tah, de son vrai nom RANAIVO Maminirina
diffusion des œuvres et des artistes lauréats. Ramiandraharisoa, est né en 1962 à Antana- Email: .....................................................
Lors de la première édition, les organisateurs narivo. Il réside à Antsirabe dans la région
Signature obligatoire
ont, parmi 95 candidats, retenu trois finalistes Vakinankaratra. Adepte du Folksong, parolier
: Menwar (Réunion), Mikéa (Madagascar) et hors pair, il écrit des textes ayant pour thè-
Maalesh (Comores), ce dernier emportant ce mes l’amour et le quotidien. Autodidacte, il a
prix pour sa première édition. commencé à jouer de l’harmonica à l’âge de cale. Il fait revivre le « Tandonaka », un genre
9 ans et s’est initié à la guitare à l’âge de 12 presque oublié de chanson traditionnelle vil-
La deuxième édition a vu la candidature de ans. 1982 : membre du groupe Remy, groupe lageoise, propre à la région Vakinankaratra.
135 artistes. Les trois finalistes - Fabrice Le- très populaire à Madagascar. 2000 : décide de Après des années d’efforts et de recherches,
gros (Réunion), Mami Bastah (Madagascar) faire cavalier seul et devient Mami Bastah. Mami décide de promouvoir ce style musical
et Jimmy (Mayotte) - se sont « opposés » à 2005 : participe aux Rencontres Francopho- et de le remettre au goût du jour en le moder-
l’Alliance française d’Antananarivo et Mami nes Voix du Sud organisées à l’Alliance Fran- nisant à l’aide d’instruments actuels. Le Tan-
Bastah, artiste malgache d’Antsirabe l’a em- çaise d’Antsirabe. 2009 : s’entoure de jeunes donaka : au XIXème siècle, il était pratiqué
porté, à la plus grande fierté du public venu musiciens d’Antsirabe avec qui il se produit lors de fêtes familiales et chanté a capella par
nombreux le soutenir et l’applaudir. Suite à actuellement. un groupe de jeunes battant le rythme en ta-
deux résidences artistiques d’une semaine à la pant des mains. Des groupes se livraient à une
Réunion et en France, Mami Bastah a débuté Mami Bastah porte haut son identité musi- véritable compétition.
2 Actualités
Journal de l’Economie - N° 95 du 21 au 27 Mars 2011

Crise au Japon
Les impacts possibles sur l’économie malgache
T
Zo Tsitohaina
planteuses et roues semeuses pour BV-
andis que le Japon ac- Lac, broyeurs et batteuses pour la JICA.
cuse le coup de la dou- Certes, les observateurs estiment qu’il
ble catastrophe qui l’a y a peu de risque que les Japonais sup-
frappé avec le tremble- priment ou baissent sensiblement leur
ment de terre suivi d’un aide en faveur de Madagascar à cause
tsunami et la crise qui de ce malheureux événement. Toutefois,
a touché en conséquence ses réacteurs certains proposent d’attendre que soit
nucléaires, il semble peu probable que dressé le bilan définitif de la catastrophe
cet événement donne un coup d’arrêt à sur l’économie de ce pays avant de se
la reprise économique mondiale. Il est prononcer. En effet le Japon aura besoin
donc probable que les impacts sur l’éco- de plusieurs centaines de milliards de
nomie malgache des conséquences de le FOFIFA sur des variétés de riz et des leil levant sans oublier les formations dollars pour se reconstruire et le fait que
la catastrophe sur l’économie mondiale méthodes de lutte biologique contre les comme celle qui aide les techniciens son économie soit déjà en déclin avant
soient importants. En effet, le Japon, maladies des cultures (utilisation d’ex- de vulgarisation sur la riziculture et les le séisme pourrait l’amener à être beau-
contrairement à d’autres pays asiatique, traits de plantes) ont également pu être agriculteurs à la fabrication et à l’utili- coup moins généreux vis-à-vis des petits
n’est pas depuis des années un moteur de menés grâce au soutien du pays du so- sation de petit outillage agricole : cannes pays comme Madagascar.
la croissance mondiale, ce qui atténuera
vraisemblablement les conséquences de
ce sinistre sur les Etats-Unis, l’Asie et le
reste du monde. «Il faudrait probable-
Entreprises, institutions publiques et privées, orga-
ment deux séismes de plus, et il faudrait nismes, pour être sûr que vos appels d’offres, vos
qu’ils aient lieu dans la baie de Tokyo,
pour entraîner ce genre de conséquences
communiqués et vos petites annonces soient vus et
mondiales», estime James F. Smith, éco- lus par les opérateurs économiques, les décideurs,
nomiste en chef de Parsec Financial. Il les cadres privés et publics du pays,
n’y a aucun doute cependant sur le fait
que cette situation ait eu un impact sur
le court terme. le Journal de l’Economie
se propose d’être votre support.
Hebdomadaire d’information et d’analyse économique

Au plan financier, les actions américai-


nes ont plongé de près de 300 points en
début de séance mardi, avant de rebon-
dir légèrement. Dans le même temps, le Appels d’offres et communiqués :
Nikkei japonais a subi un courant ven-
deur provoquant les pertes les plus for- - Noir et blanc
tes qu’il ait connu en deux jours depuis
une quarantaine d’années. Le Nikkei a Format 1 : (1/8) 8x12cm ........... 70.000 ArTTC
marqué mercredi un rebond de près de Format 2 : (1/4) 12,5x16,5cm ........ 120.000 ArTTC
6 points, qui ne suffit pas cependant à
compenser les pertes du début de la se-
Format 3 : (1/2) 16,25x25,25cm ...... 200.000 ArTTC
maine. Ce courant vendeur s’inscrit dans Format 4 : (1/1) 24,5x34cm ........... 350.000 ArTTC
le contexte d’incertitudes des investis-
seurs sur l’issue de la crise du réacteur
nucléaire au Japon. Il est peu probable
Petites annonces :
que ces revers économiques aient des - Noir et blanc
conséquences majeures à l’étranger,
néanmoins l’économiste monde du grou- Format 1 : (1/64) 4x4cm .................. 12.000 ArTTC
pe Economic Outlook, Bernard Baumo-
hl, fait valoir que la troisième économie Format 2 : (1/32) 8x4cm .................. 22.500 ArTTC
mondiale pourrait pour sa part y perdre Format 3 : (1/24) 12x4cm .................. 35.000 ArTTC
0,2 % de croissance cette année. Format 4 : (1/16) 8x8cm .................. 45.000 ArTTC
Relations
Format 5 : (1/8) 12x8cm .................. 70.000 ArTTC
malgacho-nippones

Cependant, Madagascar entretient des


Contact :
relations économiques avec le Japon.
Ce dernier lui octroie chaque année des Tel: 020 24 800 07 | 034 19 925 73
financements notamment pour moderni- journaldeleconomie@gmail.com
ser ses infrastructures. Au Lac Alaotra
(région Alaotra-Mangoro), des program-
33, rue Ratsimilaho Antaninarenina
mes de développement agricole et rural
(en face du parking du pergola)
sont soutenus par la JICA. A Toamasina,
le Japon s’est engagé à moderniser le ANTANANARIVO | MADAGASCAR
premier port du pays. Les programmes
de recherche agronomique financée avec
Actualités 3
Journal de l’Economie - N° 95 du 21 au 27 Mars 2011

Semaine du goût
Du 04 au 09 avril 2011
L
Zo Tsitohaina
vège, Italie, Monaco, Angleterre,
es promoteurs de cet Australie, Guadeloupe.
événement à la fois
culturel et économi- La Semaine du Gout s’articule
que souhaitent faire autour de 4 axes. Premièrement,
découvrir à tous et il y a la Restauration : des menus
promouvoir le gout des produits et des activités sont programmés
traditionnels de Madagascar et dans les restaurants membres de
des artisans qui les fabriquent. Le la FHORM. Deuxièmement, il y
gout mérite donc de retrouver sa a le volet commercial : le Mar-
place et la semaine qui lui est dé- ché du Goût qui se tiendra sur 3
diée veut encourager les événe- jours au hall de la Gare permet-
ments en valorisant le plaisir de tra de proposer des produits à un
« bien manger et la convivialité tarif préférentiel. Troisièmement,
autour de la table ». Cette pre- les organisateurs valorisent l’as-
mière édition de la Semaine du pect culturel : participation de
Gout se passera dans Tana. Hôtel l’Alliance Française, concours
Consulting Madagascar, Market de nouvelles, exposition de pho-
Place et l’Agence Epure sont les tos…
principaux organisateurs de cette
manifestation. Enfin, quatrièmement, le côté pé-
dagogique : des visites des Chefs
En France, la Semaine du Goût dans les écoles et lycées (français
existe depuis 21 ans, en 2009 et homologués) sont prévues Des
plus de 1 300 Ateliers du Goût sorties scolaires sont également
ont permis de rassembler petits En Suisse, ce fut en 2001 que la plus de 1400 événements au ni- au programme pour découvrir
et grands, curieux et gourmands, Semaine du Goût lança sa pre- veau national. La Semaine du différents sites tels que les cuisi-
pour partager un moment convi- mière édition avec 150 événe- Goût existe également en Belgi- nes professionnelles, les ateliers
vial de plaisir et de découverte. ments. Elle propose à présent que, Hollande, Allemagne, Nor- de fabricants agro-alimentaire...

Programme Marché du goût


de la semaine du goût avec les participants
suivants :
Ils ont dit...
- Dans plus de 20 restaurants à An-
tananarivo, des menus spéciaux et offres « L’une des premières choses que les
spéciales du 4 au 9 avril 2011 • Star colons ont effectuée a été la mise en
• Sopromer place d’un service topographique. Ils ont
- Dans les écoles françaises et homo- ainsi procédé à l’immatriculation des
loguées, visite de Chefs dans les classes • Royal Spirits
meilleures terres de la Grande Ile qui
• Avitech sont actuellement bornées et titrées à leur
- Des activités à l’Alliance française • Codal nom. Ce cas est fréquent à Morondava et
de Tana • Cinagra Soavinandriana ».
• Soredim Landy Razafindrakoto, coordonna-
- Un concours de nouvelles/essai pour
• Bongou teur de Ezaka ho fampandrosoana
les écrivains en herbe
• Eoah any Ambanivohitra (EFA), ou Ef-
- Soirée de lancement style café théâ- • Floribis fort pour le développement rural.
tre à la salle de l’Horloge au Café de la Gare • Arche de Noe
le 4 avril 2011 • Bernadette De Lavernette « La déclaration des marchandises dans
ces 36 conteneurs n’a pas été effectuée
• Fhorm
- Soirée de clôture gastronomique dans l’enceinte du port (de Mahajanga).
• Tsiro Et elles ne sont pas encore mises en
avec 5 grands chefs au Carlton avec le Ro-
tary Club le 9 avril 2011 • Caramiel conteneur. Nous venons de les constater
• Cite dans ces dépôts. Après vérification, on
- Des cours de cuisines dans les restos • Fruits secs a constaté que les produits déclarés ne
de Tana Holy RAZAFINDRALAMBO sont pas conformes aux caractéristiques
définis par l’agrément et dans l’autorisa-
• Patchwork Création
- Des activités et dégustations chez les tion. Ils concernent surtout les dimensions
• Ferme d’Ivato et la taille ainsi que la qualité en tant que
partenaires
• SIB produits finis »
Hery Rajaonarimampianina,
Ministre des Finances et du Budget
4 Journal de l’Economie - N° 95 du 21 au 27 Mars 2011
Economie
Autonomie financière
La Grande Ile est-elle prête
à intégrer le projet africain ?
A
Mbola Ranarivelo cile et peu engageant selon même
certains analystes économiques
partir de l’année malgaches. Enfin, il est ressorti
prochaine, le Fonds de la réunion des ministres une re-
monétaire africain commandation aux pays membres,
(FMA) devrait pour choisir des 8 « sources inno-
être mis en œuvre. vantes » de financement de l’UA,
Les ministres de celles qui leur conviendraient le
l’Economie et des Finances des mieux. Elles seraient constituées,
pays africains en ont convenu en entre autres, d’un prélèvement
décembre dernier à Yaoundé. Le de 0,5 % sur les biens importés,
continent africain va donc se doter 0,2 % sur les polices d’assurance,
d’une institution financière inter- 0,5 % sur les principaux produits
nationale supplémentaire, devant d’importation et 0,5 % sur les ex-
accélérer le processus de créa- portations d’hydrocarbures.
tion du marché commun africain.
Les argentiers des différents pays Aucune institution
ont adopté le Protocole relatif au basée dans la COI
Fonds monétaire africain (FMA).
Relativement au planning de sa Cette décision de création du
constitution effective, les minis- FMA est perçue par nombre d’ob- de la politique macro-économique différents acteurs économiques à
tres de l’économie et des finances servateurs comme une étape vers de l’Afrique, devrait garantir au débattre d’abord sur la meilleure
examineront les statuts du FMA l’autonomie monétaire de l’Afri- continent une croissance pérenne. politique économique et financiè-
en mars 2011 et détermineront les que. Pour mémoire, le FMA, dont On remarquera qu’aucune institu- re pour Madagascar avant de s’en-
quotes–parts des pays membres. le siège est à Yaoundé, fait partie tion prévue dans ce projet d’auto- gager dans des projets régionaux
Mais auparavant, le protocole sera des 3 institutions financières dont nomie financière n’est prévue être dont les tenants et aboutissants
remis aux chefs d’Etat et de gou- la création est prévue par l’Acte implantée dans notre région. Un sont toujours flous. Notons que
vernement pour son adoption dé- constitutif de l’UA. Les 2 autres constat qui pourrait dissuader da- les projets d’intégration économi-
finitive. Mais comme Madagascar sont la Banque centrale africaine, vantage les décideurs malgaches que de la Sadc lancé il y plus de
n’est pas encore « en bon terme » qui sera basée au Nigeria, et la de jouer le jeu bien que certains 10 ans n’ont toujours pas abouti
avec ceux qui font actuellement Banque africaine d’investisse- affirment que le projet n’est pas jusqu’à maintenant et quelques
l’avenir du continent, il n’est pas ments qu’abritera la Libye. Parmi mauvais en soi. D’ailleurs, les pays membres semblent même ne
pour l’instant partie prenante dans ses missions, le FMA sera chargé événements politiques qui ont se- plus y croire pour différentes rai-
ce processus difficile. Trop diffi- de faire des études sur l’évolution coué la Grande Ile vont inciter les sons.

Manifestations sur l’exportation africaine en Chine


La Grande Ile y participera

M
Mbola Ranarivelo oeuvrant dans les exportations des par l’organisateur, les participants
divers produits vont pouvoir exposer s’occuperont toutefois des frais cor-
adagascar sera pré- les spécificités du pays, sur un stand respondant à cet événement dont le
sente aux mani- de 100m² avec ceux des 49 pays afri- transport de séjour et de transport,
festations sur l’ex- cains hôtes de la Chine . les frais d’installation ainsi que l’ex-
portation africaine pédition des produits.
organisées à Yiwu Ainsi, afin de promouvoir les expor-
dans la province tations africaines, le gouvernement L’année dernière, Madagascar a déjà
orientale du Zhejiang à compter du chinois, à l’issu de la quatrième participé à l’exposition universelle
mois d’avril jusqu’à la fin de l’année réunion ministérielle du Forum de de Shanghai 2010 qui s’est déroulée
2011, apprend-on jeudi du ministère coopération Chine-Afrique en 2009, du 1er mai au 31 octobre, où la gran-
du Commerce de la transition mal- a proposé de mettre en place un Cen- de île a eu l’opportunité de présenter
gache. tre d’exposition et de vente des pro- ses valeurs socioculturelles, ses res-
duits africains basé à Yiwu. sources humaines et ses potentialités
En effet, tous les opérateurs éco- économiques.
nomiques malgaches intéressés et A part les stands donnés gratuitement Source : Xinhua
Secteurs
Journal de l’Economie - N° 95 du 21 au 27 Mars 2011
5

Commerce international
Le textile déséquilibre la balance commerciale
Dans le secteur textile, le niveau des exportations peine à retrouver son lustre d’il y
a quelques années. Et pourtant, les importations risquent d’augmenter sensiblement
puisque le pays poursuit sa politique d’ouverture vers des pays où l’industrie textile est
reconnue pour sa grande capacité offensive en matière d’exportation. Dernièrement,
un protocole d’accord a été signé entre l’administration douanière de Madagascar et
celle de la Thaïlande.

A
Antsa Ramaroson coopération signé avec la Thaïlande
visant à favoriser le commerce entre
près la suspension les deux pays et à se partager les in-
de Madagascar de formations devrait dans un premier
l’AGOA (Africa temps, selon les analystes, booster
Growth and Op- surtout les exportations de vêtements
portunity Act), les et de chaussures made in Thaïlande
exportateurs de pro- vers l’île. Pur Vola Razafindramian-
duits textiles de la Grande-île ont dé- dra, directeur général des Douanes
cidé de miser davantage sur le mar- malgaches, les échanges de données
ché européen. Notons, par exemple, entre les deux parties signataires
pour le groupe Textile Mada, que permettront surtout de lutter contre
80% de ses produits sont destinées les trafics de devises, de pierres pré-
pour la France. Vers la fin de l’année cieuses et de produits de la faune
dernière, il a commencé à conquérir et de la flore. Pour sa part, Prasong
le marché des autres pays de l’Eu- Pootaneat, directeur général des ser-
rope. Néanmoins, l’AGOA avait vices des douanes de la Thaïlande a
permis à Madagascar de se faire une exprime sa volonté de renforcer la
petite place sur le marché du textile relation de son département avec les
américain. En effet, Madagascar a responsables malgaches. « Souhai-
Importations
encore exporté en 2009 aux Etats- tons que cette signature rendra notre
favorisées
Unis des produits textiles pour une La majorité des moins de produits textiles de Ma- relation plus forte et plus bénéfique
valeur de 212 millions USD. En produits importés dagascar et ils ont commandé plus à », a déclaré Prasong Pootaneat.
2010, ce chiffre a diminué jusqu’à de la Thaïlande l’île Maurice. Les exportations de ce
sont des produits
55 millions USD, soit une baisse de textiles dernier vers les Etats-Unis ont aug- Pour ce qui est de son marché lo- Le textile
74,3%. D’après les données du ser- menté de 18,2% entre 2009 et 2010. cal des habillements, Madagascar de la Thaïlande
vice des douanes, cette année 2011 Il faut remarquer qu’en 2009, l’île dépend beaucoup des importations. va s’imposer
ne sera pas mieux que 2010. En ef- Maurice exportait près de 102 mil- D’après les opérateurs du secteur, les
fet, en matière de textile et habille- lions USD de produits textiles vers produits importés ont bien meilleur Vola Razafindramiandra n’a pas
ment, le pays n’a pu exporter que 1,7 les Etats-Unis, soit moins de la moi- rapport qualité-prix. Tout le monde manqué de souligner que la majorité
millions USD en janvier 2011, alors tié de ce que Madagascar y exportait sait en effet que les produits textiles des produits importés de la Thaïlan-
que janvier 2009 a permis de réaliser à la même période. En 2010, les rô- en provenance des pays de l’Asie de sont des produits textiles. Il a
10,7 millions USD d’exportation. les se sont inversés car Madagascar sont à très bas prix. Actuellement, les également ajouté que la valeur de
n’exportait que près de 55 millions statistiques montrent que la Chine ces importations est estimée à 100
Devancé de loin par USD, soit moins de la moitié des domine largement le marché mal- milliards d’Ariary pour l’année der-
l’île Maurice 120 millions USD que l’île Maurice gache. Ces produits chinois risquent nière. « Il est évident que l’augmen-
a réussi à exporter sur la même pé- pourtant d’être dépassés, du moins tation de cette valeur est envisagée
Les Etats-Unis n’ont pas cherché riode. en valeur à l’exportation, par les pour cette année 2011 car le com-
loin. En effet, s’ils ont importé produits thaïlandais. Le protocole de merce sera favorisé », a –t-il conclu.

Concombre de mer en milieu naturel tion de l’élevage de concombre de


mer en milieu naturel est l’objectif
du projet d’appui aux communautés
de pêcheurs de Tuléar (PACP), dans
le sud de la grande île, a indiqué son
continue le coordonnateur de PACP.
De plus, un financement des travaux
d’ extension de l’écloserie et du bas-
sin de pré-grossissement ainsi que
le laboratoire utilisés pour les re-

Le nouveau projet sur le feu coordonnateur, le Dr Collin Ratsi-


risija lors de la finalisation de leur
programme d’action récemment. En
effet, la mise en place de débarcadè-
cherches scientifiques a été fait. En
parallèle avec ces travaux, les Or-
ganisations Non Gouvernementales
(ONG) Transmad et Blue Venture se

L
Mbola Ranarivelo res et la construction de bassins d’ chargeront encore de l’encadrement
élevage de concombre de mer afin technique des pêcheurs qui gèrent
Madagascar serait de produire près de 200.000 juvé- leur propre élevage de concombre de
le premier four- niles de trépang par an, est prévue mer en milieu naturel. Cette promo-
nisseur mondial dans ce programme contre 90.000 tion de l’ élevage des concombres de
de concombre de juvéniles dans l’ état actuel. mer en milieu naturel est la consé-
mer issu de ferme quence de la réussite des recherches
d’ élevage pendant Une centaine d’enclos seront mis entamées par l’ Institut halieutique
toute l’ année si dans les autres pays, en place en mer et qui seront gérés et des sciences marines de Tuléar
ce n’ est que saisonnier. La promo- par les communautés des pêcheurs, (IHSM).
6 Secteurs
Journal de l’Economie - N° 95 du 21 au 27 Mars 2011

Pisciculture
Un marché plein de promesse mais…
O
Ranjohanison Rija problèmes que rencontre de la filière
et le côté administratif. Le marché
n constate actuel- est jugé comme étant encore vaste
lement une baisse et très ouvert devrait inciter plus
considérable des d’investissements. Mais force est de
produits de la pêche constater qu’il soit encore un marché
à la fois au niveau à risque, ce qui ne permet aux agen-
mondial, national ces de microfinance de le financer.
ou encore régional. Pourtant pour
Madagascar, l’aquaculture a tou- L’aquaculture présente des avan-
jours été considérée comme un des tages très pratiques, le besoin d’un
secteurs porteurs pour le pays. Pour minimum d’espace, une forte pro-
sa contribution à la rentrée de devi- duction dans le cas d’une bonne ex-
ses, par les exportations de crevettes ploitation, les poissons sont à l’abri
d’élevage et d’algues ainsi que pour de possibles prédateurs et enfin il
sa participation à l’amélioration des est possible d’élever plusieurs espè-
revenus des pisciculteurs paysans ou technique et de connaissances, la démarches administratives à suivre ces en même temps. Mais quelques
particuliers, à l’apport en poissons conférence a été axée sur les pers- pour pouvoir exercer ont été discu- difficultés sont aussi identifiées :
pour le marché local et à l’emploi pectives, les problèmes ainsi que les tés. Cette séance a vu la participa- une demande élevée en oxygène et
qu’elle génère. Dans le cadre de l’ap- recommandations des profession- tion d’un représentant du Ministère un besoin d’un libre écoulement des
pui aux petites et micro-entreprises, nels de cette filière. Les conditions concerné, Razafindrazaka Tony et eaux, des risques de maladies causés
jeudi dernier, au Cite Ambatonakan- tels que l’impact environnemental un pisciculteur professionnel ayant par l’alimentation ou la pollution,
ga s’est tenue une conférence-débat immédiat et à long terme, les condi- fait l’expérience d’un établissement des vols, etc… Associé à la rizipisci-
sur la pisciculture en cage. tions nécessaires pour la bonne ges- fructueux Razakarisoa Eugène, pis- culture, les poissons les plus élevés
tion d’un établissement opérant dans ciculteur dans l’Itasy. Deux sujets sont la carpe (Cyprinus carpio) de
Dans une ambiance de partage de ce domaine ou encore les diverses ont pris le pas sur les autres : les variété royale. Ils ont une croissance
rapide et une adaptation facile au
biotope rizière. Ils sont très appré-
ciés des consommateurs. Ensuite

Sécurité alimentaire viennent le Cyprin doré ou « Tron-


drogasy « (Carassius auratus ) et le
tilapia (Tilapia ). Selon les experts

Le FID au premier rang de la filière, trois points doivent être


pris en compte sérieusement dans la
filière pour que cette dernière puisse

U
Zo Tsitohaina se développer comme il faut. En pre-
mier lieux, il la cherté des matériels
ne opération pilote a comme les filets spéciaux qui à la
été effectuée par le fois combinent praticité et solidité
FID et qui a donné qui sont de surcroit souvent à impor-
des résultats probants ter de l’étranger. Ensuite, il y a les
en matière de sécurité difficultés rencontrées pour la régu-
alimentaire. D’après larisation des papiers administratifs.
leur bilan, 972 microprojets en protec- Nombreux, lors de la conférence, se
tion sociale ont été réalisés en 15 mois et sont plaints de la durée d’attente trop
près de 232 000 personnes ont travaillé longue de la réception des papiers
dans le cadre des microprojets. Aussi, autorisant une exploitation légale en
un protocole d’accord entre le minis- pisciculture, sans oublier que les dé-
tère malgache de la Santé et le Fonds marches sont nombreuses.
d’intervention pour le développement
(FID) concernant la sécurité alimen- Enfin, malgré la mise en place de
taire, financée par la Banque mondiale, la Stratégie Nationale pour le Dé-
à raison de 12 millions de dollars, a été veloppement de l’Aquaculture en
signé la semaine dernière. Dans le cadre 2010, les impacts ne se font pas
de la mise en œuvre des microprojets de encore sentir. Les « zones particu-
protection sociale, un accord visant à lières » où les projets d’aquaculture
créer des emplois temporaires à travers ont réussi sont encore peu. On peut
des chantiers de protection sociale en juste citer Manambato et Itasy. Ce
argent contre travail (ACT) a été jugé A l’instar des autres acteurs interve- crues. Le FID intervient également dans qui empêcherait la réussite de cette
nécessaire dont la réalisation se fera nant en sécurisation alimentaire dans le les bas-quartiers urbains notamment stratégie serait selon les acteurs de
dans les différents districts sanitaires du Grand Sud où une grande partie de la à Antananarivo-Ville où des ménages la filière, le manque de savoir faire
pays. Face à la conjoncture actuelle, ces population souffre de disette chronique, vulnérables doivent faire face à de nom- et de moyens, en cela, une formation
projets vont contribuer à l’amélioration le FID qui est présent depuis un an, in- bre risques liés à la dégradation de leurs sur les rouages de l’aquaculture et
des conditions de vie de la population tensifie ses actions en cette période de situations socioéconomiques surtout en de la pisciculture serait primordiale
défavorisée afin qu’elle puisse subvenir soudure, nonobstant la réponse aux terme de revenus, et partant en terme avant tout souhait de lever une ex-
à leurs besoins quotidiens. dégâts occasionnés par les dernières alimentaire. ploitation.
Secteurs
Journal de l’Economie - N° 95 du 21 au 27 Mars 2011
7

Transport aérien
Le pétrole cher inquiète les compagnies
Avec les soulèvements politiques au Moyen-Orient et en Afrique du Nord ayant fait ex-
ploser le prix du brut à plus de 100 dollars, les prévisions de décembre de l’IATA ont eu
pour base le prix du baril qui se situait encore aux environ de 84 dollars. Cette année,
l’aviation internationale ne manquera pas d’être affectée par la crise géopolitique du
pétrole. Une nouvelle qui n’enchantera pas le secteur touristique.

A
Ranjohanison Rija
ir Madagascar a
annoncé que sa si-
tuation financière
s’améliore et qu’el-
le compte accélérer
son redressement
avec la relance du tourisme. De leur
côté les opérateurs touristiques se
sont félicitées de l’embellie consta-
tée chez la compagnie aérienne na-
tionale car cela devrait se traduire
par un soutien plus actif en faveur
du tourisme. Les autres compagnies
comme CorsairFly ont aussi fait
savoir qu’elles comptent se ren-
forcer sur le marché en multipliant
leur nombre de fréquences. Mais la
flambée du prix du pétrole risque de
changer la donne. Sur le plan interna-
tional, l’IATA revoit ses bénéfices à
la baisse par rapport à leur prévision
annuelle faite en décembre 2010. La
prévision annonçait 9,1 milliards de
dollars, elles seraient réévaluées à
8,6 milliards de dollars actuellement,
du coup leur chiffre d’affaires aussi a
été réévalué à moins de 600 milliards cédemment. Quant à la demande en en Afrique du Nord n’étant qu’un lointaines comme Madagascar ont
de dollars. En 2010, l’IATA a fait un fret, elle devrait augmenter de 6,1% des problèmes actuels, les impacts du toujours souffert de la hausse des prix
bénéfice net de 16 milliards de dol- (contre 5,5% attendus). Malheureu- Tsunami au Japon représentent enco- du baril et que l’Europe demeure son
lars. Représentant plus de 230 com- sement ces progressions, ne seront re de gros nuages en suspens. A noter premier pourvoyeur de touristes.
pagnies à travers le monde dont Air toutefois pas à même de compenser enfin que les destinations touristiques
Madagascar, l’association fait cor- la hausse des coûts.
respondre ces chiffres à la prévision

TERRAIN
des changements des prix pétroliers. L’Europe,
Dans ce sens, l’association anticipe grande perdante
une augmentation des coûts des
compagnies aériennes ainsi qu’une
note de carburant atteignant les 166
Avec l’augmentation des prix, l’asso-
ciation a relevé sa moyenne de réfé-
1HA A TALATA VOLONONDRY
milliard de dollars. Rappelons qu’en rence pour 2011 à 96 dollars le baril 45 minutes du centre ville
1998, la flambée du prix du pétrole soit approximativement une hausse
avait déjà failli emporter la compa- de 20% par an. N’épargnant aucun
Bonne situation
gnie aérienne nationale malgache. transporteur dans le monde, les seuls Titré et borné
qui auront le moins à craindre sont
La répercussion de cette augmen- surement ceux d’Asie-Pacifique.
Contacter : 034 39 733 06
tation sur le prix des billets semble Avec leur marge opérationnelle de
inévitable, néanmoins cette décision 4.6%, qui est extrêmement plus élevé Le meilleur outil
dépendra des compagnies et non de que la moyenne. Les transporteurs de défense individuelle au monde !
l’IATA. Selon les experts du secteur, d’Amérique du Nord eux, selon les Autorisation ministérielle N° 1690/PM/INT/SG/DAPMOSP/SASE
SE
IS
cette éventualité n’influera pas énor- estimations des experts du domaine Le Guardian Angel immobilise instantanément votre agresseur
N
SU

mément sur la demande de la clien- devraient atteindre 3.2 milliards de Sécurité à 4 m. de distance, en moins d‛une seconde, et pour 30 mn minimum FA
BRI
CA
TI
O

tèle, celle-ci étant soutenue par une dollars de bénéfice. L’Europe par Le Guardian Angel est 8 fois plus rapide q‛un spray lacrymogène classique. Il
croissance mondiale dynamique de contre, aura plus de mal, avec une Rapidité propulse à 145 km/h sa substance contre vents ou pluies, et permet d‛atteindre
le(s) agresseur(s), même protégé(s) d‛une cagoule !
3,1%. On voit même dans cela une chute de leur profit d’environ 65% Aucune fuite possible contrairement aux sprays classiques, le Guardian Angel est
augmentation possible du flux de par rapport à 2010 cela causé par
Fiabilité garanti et offre une position de tir instinctive avec prise en main ultra- rapide.

transit, la demande passager gagnera une faible reprise économique. La Parce que votre sécurité n’a pas de prix, Soyez enfin libres de ne plus avoir peur !
ainsi 5,6% contre 5,2% attendus pré- crise politique au Moyen-Orient et Pour tous renseignements - Tél : 032 41 466 46 Disponible chez Burotec Antsahavola - Tél : 22 262 59
8 Dossier
Journal de l’Economie - N° 95 du 21 au 27 Mars 2011

250 000 touristes


en 2011
Un gros défi
en perspective !
conséquences sur la demande tou- l’Afrique (Retosa), elle a fait savoir
ristique mondiale. Rappelons tou- que cette démarche ne suffira pas. Il
tefois que la Grande Ile de l’Océan faudrait, à son avis, l’associer à une
Indien peut désormais compter sur politique de transports aériens favo-
le concept régional des « îles Vanille rable au tourisme. Le Retosa propose
» pour mieux séduire les touristes d’établir des lignes aériennes moins
internationaux. Ce concept propose chères, afin de rendre la région plus
à la clientèle touristique un « pack compétitive dans l’industrie touristi-
» comprenant la visite de plusieurs que.
îles de la région. Toutefois, il néces-
site selon les analystes, pour ren- A noter que Madagascar compte ac-
contrer le succès, une simplification tuellement une vingtaine d’Offices
des formalités de visa pour les pays Régionaux de Tourisme affiliés à
concernés. Or, un projet de la Com- l’Office National. Les découpages
munauté pour le développement du peuvent coïncider avec les Régions
sud de l’Afrique (Sadc), dont sont administratives mais ce n’est point
membres Madagascar, Maurice et une règle : certains haut-lieux du

A
les Seychelles, prévoit justement la Tourisme comme Nosy Be ou Sainte
mise en place d’un visa unique pour Marie ont leurs propres Offices,
fin d’atteindre les
Se remettre de cette organisation internationale. d’autres peuvent se créer suivant les
objectifs fixés, la « catastrophe » Cela pourrait constituer un premier mêmes critères de Promotion...Ces
notamment d’ac- pas vers l’attractivité des îles Vanille, offices régionaux n’ont toujours pas
cueillir 250 000 Attirer 250 000 touristes cette an- à qui il ne resterait d’autres formali- les moyens d’être représentés dans
touristes en 2011, née constitue un défi de taille car les tés que pour les départements fran- les rendez-vous internationaux du
l’Office National tous les « ingrédients » ne sont pas çais de Mayotte et de La Réunion, tourisme malgré les efforts de l’Offi-
du Tourisme Malgache (ONTM) et encore réunis pour garantir le suc- et pour les Comores. Mais le projet ce national pour faciliter les démar-
ses partenaires visent cette année cès. Le budget de promotion reste de groupement régional accuse du ches. Certains souffrent de l’immo-
une présence active de la Grande-île maigre et doit être compensé par retard. Quant à l’Organisation pour bilisme de ses membres.
dans les divers évènements et sa- beaucoup de volonté de la part des le tourisme régional dans le sud de
lons professionnels internationaux. responsables de la promotion de la
Cette promotion s’achèvera par une
participation à l’un des plus grands
salons du tourisme du monde, le
World Travel Market de Londres, du
7 au 10 novembre prochain. D’après
destination Madagascar. Plusieurs
professionnels du secteur ne se sont
pas encore remis de la catastrophe
de 2009 et n’ont pas les moyens
de contribuer à « l’effort national »
Marché touristique chinois
le représentant de l’ONTM, ce pro-
gramme de promotion de la desti-
nation Madagascar fera bénéficier
tous les acteurs du secteur qui sou-
pour redresser le tourisme. Notons
que l’industrie touristique n’a encore
jusqu’ici bénéficié d’aide pécuniaire
de l’Etat pour se relancer. Heureu-
Offensive lancée
haitent faire de 2011, une vraie an- sement qu’il y a des projets comme Le tourisme chinois s’avère aussi être un marché intéressant. De ce fait, le
née de relance. D’autant plus que les celui du CapDev qui vise à financer ministère du Tourisme et de l’Artisanat a évoqué il y a quelques mois dans
promoteurs s’attendent à ce que les les entreprises du secteur membres le cadre de la présentation du plan de redynamisation de la Maison de touris-
opérateurs participent beaucoup à sa des groupements sélectionnés par me malgache en Chine que l’objectif est d’attirer 130.000 touristes chinois.
réalisation. De janvier à novembre le projet. Mais il faut savoir aussi Nombreux sont aussi les tour-opérateurs qui accompagnent l’État dans cette
2011, six grands salons profession- que le budget du programme est li- entreprise. L’entrée des opérateurs chinois comme la société Sogecoa dans
nels leurs permettront de se faire mité. La conjoncture économique la gestion hôtelière de grande envergure comme l’Hôtel Paon d’Or composé
connaitre, de rassurer et surtout de mondiale laisse également planer de 54 villas 5 étoiles, qui vient d’être inauguré montre l’engouement pour
vendre. des doutes qui pourraient avoir des le secteur.
Dossier 9
Journal de l’Economie - N° 95 du 21 au 27 Mars 2011

Promotion touristique en ligne « Le Monde à Paris »


Projet de refonte du site de l’ONTM Une dizaine d’opérateurs
D malgaches au rendez-vous
ans le cadre de sa
mission pour la pro-
motion de la des-
tination Madagas-
car sur les marchés
extérieurs, l’Office
National du Tourisme de Madagascar
(ONTM) recrute un prestataire pour
concevoir et mettre en œuvre la refonte
de son site web www.madagascar-tou-
risme.com. Les objectifs de la mission
sont de concevoir, développer et mettre
en ligne deux parties distinctes « pro-
fessionnel » et « grand public » pour le
site web et de concevoir, développer et solide expérience dans le domaine de le plus efficace pur séduire les touristes
mettre en ligne un design attrayant, des la conception et la mise en ligne de internationaux. Dans de nombreux pays
interfaces interactifs, ludiques et dyna- site web s’adressant à un public profes- les promoteurs de destination et les en-
miques pour chaque type d’utilisateurs. sionnel et non-professionnel, disposer treprises investissent des centaines de
Mais l’ONTM souhaite aussi optimiser d’une forte équipe technique et être af- milliers voire des millions d’euros pour Du 17 au 20 mars 2011 dernier, le Salon Le Monde à
la gestion des newsletters, du backof- filiés à un prestataire basé à Madagas- disposer de plateformes web capable Paris s’est tenu au Parc des Expositions de la Porte de
fice ainsi que le référencement de son car ou disposer d’une représentation à de satisfaire les exigences des touristes Versailles, à Paris. Véritable plate-forme d’informations
site. L’ONTM invite les prestataires de Madagascar. Les prestataires retenus à aussi bien au niveau esthétique que sur et de rencontres avec les principaux acteurs du tourisme,
toutes origines, intéressées par la réa- l’issue de la présélection recevront ulté- le plan fonctionnel. A Madagascar, on le Mondial du Tourisme constitue l’un des temps forts
lisation de ces prestations, à lui adres- rieurement une lettre d’invitation à sou- n’échappe pas à ce phénomène et les in- de l’année. Madagascar, à travers l’Office National du
ser au plus tard ce mardi 22 mars 2011 missionner, accompagnée d’un dossier vestissements web cumulés du secteur Tourisme mené par son Présient du Conseil d’Adminis-
une lettre de manifestation d’intérêt d’appel d’offres restreint. tourisme a décuplé ces 7 dernières an- tration Joël Randriamandranto et le Directeur Exécutif
faisant état de leur souhait d’être pré- nées si auparavant, on se contentait des Vola Raveloson, y a été représenté par une délégation
sélectionné. Pour être présélectionnés, Notons que le web est devenu depuis « petits sites faits maison ». forte de 10 participants dont Madagascar Discovery
les prestataires devront justifier d’une maintenant plusieurs années le terrain Agency, Jacaranda De Madagascar, Madasmiles, Cvo-
mad et six offices régionaux du tourisme.

Les « Îles Vanille » à ITB Berlin 2011


L’Océan Indien à l’honneur
U
n parfum des Mascareignes a flotté, cuter du projet, des ventes et des stratégies marketing à
hier, sur le pavillon de l’île Maurice à adopter.
l’ITB à Berlin, lors de la présentation
officielle du concept « Iles Vanille ». Les premières actions communes ont été définies, en
l’occurrence:
Au stand de Maurice, un cocktail a été
organisé conjointement par les Offices du Tourisme des • la mise en exécution d’un package Iles Vanilles
îles de l’Océan Indien : l’ONTM (Madagascar), la MTPA avec la collaboration des lignes aériennes desser-
(Maurice), l’IRT (La Réunion) et le STB (Seychelles). vant la région: Air Mauritius, Air Seychelles, Air
Un évènement qui a permis aux invités de découvrir ce Madagascar, Air Austral, Air France et Corsairfly.
concept touristique novateur qui met en commun les
attraits et les ressources des îles Maurice, La Réunion, • Voyage de découverte/ voyages de presse réu-
Madagascar et les Seychelles. Avant le cocktail, le re- nissant deux ou trois îles au mois d’avril 2011
présentant de chaque île s’est succédé pour manifester
leur confiance dans ce projet. Selon Joël RANDRIA- entre les îles. Par ailleurs, des programmes de commer- • Roadshow des Iles Vanilles dans 3 ou 4 grandes
MANDRANTO, Président de l’ONTM, ce projet abou- cialisation et de promotion commune seront engagés villes d’Allemagne au mois de mai 2011
tira à des produits touristiques combinés entre les îles de dans les mois à venir. Afin de faire découvrir les stands
l’Océan Indien. des « îles Vanille » aux invités, des pôles de cocktails ont • Mise en place d’un site web Iles Vanilles et
été placés dans chaque stand. d’une académie de formation agents de comptoir
Ce cocktail de présentation a réuni environ 150 agents
de voyage sur l’Europe de l’Est et des représentants de Le lendemain, les représentants des « Îles Vanilles » Les tours opérateurs présents ont exprimé un vif
la presse spécialisée et généraliste allemande. Il a été ont invité les tours opérateurs allemands comme TUI, intérêt pour ce « branding » et comptent soutenir
animé par un groupe folklorique malagasy et réunion- Dertour, Thomas Cook, Meier’s Weltreisen, Trauminsel d’ores et déjà ce développement majeur en consa-
nais ainsi que des danseuses mauriciennes. Reisen, Explorer Fernreisen, Islands4more, reiseAgen- crant des pages dédiées aux Iles Vanilles.
Chaque île a vanté les charmes touristiques des îles de tur brandner et L’Evasion Tours … autour d’un petit-
l’océan Indien et mis en lumière les axes de coopération déjeuner de travail afin de présenter le concept et de dis- Source : Office National du Tourisme de Madagascar