Vous êtes sur la page 1sur 12

FESTIVAL DE LA CERISE

SEFROU
91ème EDITION

ASSOCIATION : SEFROU EVENT

2ème RAPPORT

Réalisé par : MALKI FATIMA ZOHRA

Encadré par : Mr JAMAL TAZI ( SEFROU EVENT)

Année
2010/2011
INTRODUCTION

I/ Les festivals du Maroc :

II/ Les principaux festivals :

1- Festival de culture Asilah (août)


2- Festival des Musiques Sacrées du Monde de Fès (mai / juin)
3- Festival de Musique Gnaoua d'Essaouira (Juin)
4- Festival des Musiques populaires d’Agadir (juillet)
5- Festival International du Film de Marrakech (septembre)

III/ Province de sefrou


1- Historique de festival de la cerise
2- Historique de cerisiers à Sefrou

IV/ Patrimoine artisanal et naturel


1- La richesse Artisanale de la province de sefrou
2- Diversité naturelles de la province de sefrou
3- Patrimoine forestier

V/ Les infrastructures touristiques : province de sefrou

1. Les hôtels classés :


2. Les hôtels non classés :
3. Les fermes d’hôtes :
4. Les autres infrastructures d’accueil
INTRODUCTION

La vie culturelle a une telle diversité de tons, de formes et de sujets qu’il est difficile d’aller
voir tout ce qui se fait. De même, il est tout aussi ardu pour une association de montrer à tous
son engouement pour la culture et l’art en général, Comment, alors, se faire plaisir tout en se
faisant connaître ? L’idée de se regrouper, d’innover ensemble et d’exposer en commun est
une solution envisageable.

Les festivals regroupe une multitude de projets dans le but de promouvoir, d’exposer ou de
proposer différentes œuvres et activités de la ville qui accueil cet événement. C’est aussi le
moyen de faire se rencontrer différentes activités culturelles, musicales et arts poupulaires, de
rassembler des associations de même caractère ou autour d’un même thème et d’échanger des
relations. Le festival est l’occasion d’une manifestation à caractère joyeux, ludique, autant
qu’informatif.

I/ Les festivals du Maroc :

Chacun son intitulé, son thème et ses valeurs. Ils ont tous pour objectif de créer une ambiance
de fête dans les différentes villes du Maroc. Cela fait une dizaine d'années que la scène
artistique marocaine connaît un véritable essor de festivals. « Ce mouvement ne peut être que
positif pour le Maroc. Cette vivacité prouve l'implication des pouvoirs publics et des sociétés
privées dans les événements culturelle, artistique et populaire.

Cela montre une prise de conscience générale sur la nécessité des festivals. Il faut dire qu'il y
a des régions qui ne vivent que des festivals de cette manière les noms de certaines villes sont
devenus indissociablement liés aux évènements qu'elles abritent et leur ont même donnés une
renommée internationale, il est devenus un Véritable vecteur de développement culturel,
économique et social, pour le Maroc qui trace son chemin vers l'évolution. Cette célébrité ne
la doivent pas uniquement à la musique le cinéma y a contribué largement.
Une dynamique qui bénéficie aussi bien aux petits commerces que les grands groupes
hôteliers et touristiques. Même les particuliers, très heureux de louer leurs maisons, y trouvent
leur compte. En outre, l’impact de ce type de manifestations n’est pas seulement direct.
L’effet d’entraînement ne se limite pas seulement à l’hôtellerie, mais aussi, ce qui est évident,
aux secteurs de l’artisanat et du commerce. Ces nombreux festivals qui animent la vie
culturelle et artistique estivale au Maroc revêtent également un autre aspect. Celui de
véhiculer une image de tolérance et de modernité, et ce à travers la large médiatisation dont
bénéficient certains événements, La retransmission dans de grandes chaînes internationales,
notamment françaises et espagnoles, ainsi que l’audience auprès des magazines et journaux à
grands tirages contribuent à la promotion de l’image du Maroc.

Outre ses bienfaits sur l’économie national et le développement touristique du pays, un


festival crée également une dynamique artistique par la présence des artistes qui sont en
contact avec le public et qui viennent leur présenter directement leurs productions.

A travers les différentes valeurs véhiculées par chacun de ces évènements, le Maroc renforce
son image de pays qui conserve ses traditions et son patrimoine tout en s'ouvrant sur le
monde.

II/ Les principaux festivals du Maroc :

1- Festival de culture Asilah (août)

Un moment de brassage culturel : Le festival culturel d'Asilah a lieu dans cette localité du
nord du Maroc, et réunit chaque année un grand nombre de penseurs, chercheurs
académiciens et artistes-peintres de divers pays.

2- Festival des Musiques populaires d’Agadir (juillet) :

C’est la ville d'Agadir qui abrite ce festival des musiques populaires et nomades. Un rendez-
vous authentique qui met en valeur les musiques et les traditions chansonnières du Maroc
profond, et pluriel cette culture si riche mêle musique, poésie, faits de société et spiritualité
accompagné des conférences ainsi que des projections de films éclairent les thèmes
développés dans le festival.

3- Festival de Musique Gnaoua d'Essaouira : (Juin)

Cet événement a pour objet de rassembler les meilleures formations de la Musique Gnaouie,
ainsi qu'une multitude de groupes de Jazz américains et européens. Ce spectacle a vu le jour
pour la première fois en 1960, ce fut une telle révélation que, tout de suite, ce festival prit
place parmi les grands «Shows" de classe mondiale.

4- Festival des Musiques Sacrées du Monde de Fès (mai / juin)

Fès, capitale spirituelle du pays, devient le lieu, chaque année, de rassemblement et de


convergence qui se côtoient dans le monde, sans se connaître. Placé sous le thème de la
mondialisation, cet événement né en 1994, a d'ores et déjà acquis une aura internationale.

5- Festival International du Film de Marrakech (septembre)

Né en 2000, Cet événement solennel permet, au delà de son impact substantiel sur les plans
économique et touristique, la création non seulement d'une plate-forme de rencontres,
d'échanges et de dialogue mais également une promesse de collaboration entre ceux qui font
et aiment le 7ème art. Le festival est organisé par la Fondation du festival international du
film de Marrakech et présidé par le Prince Moulay Rachid.
III/ Province de sefrou

La province de Sefrou à été Créée en vertu du décret n° 90 – 291 en date du 14 Joumada


1411 (1er Janvier 1991) modifiant et complétant le Dahir n° 1-59-351 en date 1er joumada
II 1379 (2 Décembre 1959) relatif au découpage administratif du Royaume. Elle s’étend sur
un territoire de 4008 Km² et chevauche entre la plaine de Saïs et le Moyen Atlas. Le point
culminant est à 2911m.

Selon le RGPH de 2009 la population de la province de Sefrou est de 459 577 habitants. Elle
est caractérisée par la coexistence d’une mosaïque de tribus berbérophones et arabophones
dont les principales sont : Aït Youssi, Aït Seghrouchen, Aït Ayach, Aït Sadden, Béni
Ouaraène, et les Ahl-Sefrou, les Béni Yazghas, les Bahloulis, les Béni Aalahems, les azzabis,
les Kandris..

La province de Sefrou occupe la zone centrale de la région Fès-Boulemane dont elle relève.
Elle est limitée au Nord par la préfecture de Fès et la province de Moulay Yacoub, à l’Ouest
par la province d’El Hajeb, au Sud par les provinces de Boulemane et d’Ifrane, à l’Est par la
province de Taza et au Nord-Est par la province de Taounate.

Selon le découpage communal de 1992, la province de Sefrou compte 5 municipalités et 18


communes rurales. La diversité de ses compartiments physiques, sa richesse relative en eau et
en forêts font de cette province une région à vocation culturelle et touristique.

1- Historique de festival de la cerise:

Sefrou se présente comme une oasis sans palmier mais un nid de verdure, reposant dans une
terre fertilisée par les eaux de l’Ouad aggai, elle dispose aussi d’un immense jardin dans
lequel toutes les espèces d’arbres fruitiers y trouvent les cerisiers en particulier qui sont
renommés dans le royaume.

La fête des cerises est créée en 1920 et célèbre à la fin du moi de mai sinon au début du moi
de juin, elle est devenue une tradition c’est aussi une occasion qui permet un mariage de
couleur folklorique (fantasias, chant, dance berbère, et ahidous) manifestation culturelle,
artistiques et sportives ce qui constitue un spectacle rare a cette époque sous les
applaudissements des serfouis et la clarté des ampoules multicolores.
En 1933, la cerisette de sefrou est créée, c’étai une marionnette habillai des couleurs de cerise
naturellement puisqu’elle symbolisait aux yeux de comité de fêtes de l’époque « la fête de
sefrou ».

En 1935, la féte est symbolisés suivant une nouvelle formule : une cerisette vivante et une
cerisette marionnette qui toutes deux sont habillées de façon semblable, la miss est assisté de
deux charmantes demoiselle filles qui ne sont que des demoiselles d’honneur. Plus tard la
miss et ses dauphines seront accompagnées d’une mariée rivalisant le trio en charme et en
tenue traditionnel, offrant les roses de nos jardin dans des paniers rouge sous forme de cerise.

Depuis 1980 la fête de cerise est marquée par le couronnement de miss cerisette, les défilés
reflètent les diverses activités et événement au niveau local, régional et national,
l’organisation des soirées dansantes des expositions des compétitions sportives, culturelles et
artistiques. En plus chaque fête réserve des surprises qui méritent les déplacements des
touristes, ce qui fait de sefrou une ville de rencontre et d’échange d’idée.

2- Historique de cerisiers à Sefrou :

Dans l’oasis de sefrou et avant le protectorat il n’avait que des cerisiers beldi arbre robuste
obtenu par semis et peu atteindre 12 à 15 mètres d’hauteur , il résiste à toutes les maladie et
attaques d’insectes nuisible malgré le manque d’entretien phytosanitaire et l’apport des
fumures nécessaires, la récolte à toujours été bonne. L’abondance des foyers d’implantation
se trouve spécialement sur des terres calcaireuses autour de la ville, la récolte se faisait dans
des paniers cylindriques confectionnés en roseau et transportée pour être vendue à Fès où ce
fruit est très apprécié.

A l’arrivée du protectorat des études on été effectuées par MM Fantanan et Flous et qui ont
démontrés que la région de sefrou est très favorable à l’arboriculture en général, ce qui à
donné lieu à la création de la 1ère pépinière de 6 har sur le terrain ben seffar appelé jardin de
saiss. de la les première plan de cerisiers ont été répartis sur la place Société indigène de
prévoyance (S.I.P) , les emplacement actuelles du lycée sidi Lachen Lyoussi , école jnane
mondaine et la piscine municipale.

Par la suite, plusieurs agriculteurs ont été sensibilisés sur la création de vergers et sans aucune
difficulté la plantation du cerisier à été généralisé à la lumière des résultats obtenus par leur
voisin.
A la première récolte des cerisiers une fête à été organisée au bar de l’hôtel des cerises devant
la municipalité et de là la fête annuelle de cerises est devenue officielle.

En 1950-51 il a été observé un début d’attaque de capnode. Des traitements à la HCH ont été
effectués à raison de 50grs/arbre.

en 1956, l’attaque s’est généralisée sur toutes les plantations et les arbres commencèrent à
périr en grande partie malgré la compagne de lutte organisée par les services techniques. il a
même été octroyé des primes aux ramasseurs de capnodes pour mettre fin à ce fléau, mais le
résultat était négatif et l’arrachage des arbres été imposé.

sur les 36.652 cerisiers qu’existaient, les arrachaient étaient à l’ordre de 70%, quelque
nouvelle plantation on vu le jour ainsi que des extensions à imouzer –kander et l’anoucer ce
qui à reporté le nombre d’arbres en 1980 à 24377 dont 3238 à l’oasis de Sefrou soit une
superficie de 91 Har ( 67 har à IMOUZER –KANDAR ,18 Har à sefrou et 6 har à Anoucer) à
signaler que le desséchement des arbres continue et le capnode existe toujours, il attaque
même aux fruitiers à pépins qui résistent pour le moment.

IV/ Patrimoine artisanal et naturel:

Les types d’architecture dans la province sont variés et riches. Ils vont de l’architecture
urbaine traditionnelle des médinas exprimée dans l’habitat musulman et juif ainsi que dans
les autres édifices urbains, l’architecture moderne de type européen et l’architecture
traditionnelle rurale (sous forme de constructions et de Khaymas « tente ») , La province
dispose de plusieurs sites archéologiques qui nécessitent de faire l’objet de fouilles pour être
valorisés.

2- La richesse Artisanale de la province de sefrou :

La province de Sefrou compte plus de 4520 unités artisanales occupant 8 000 artisans soit
22,50% du nombre total de la région de Fès-Boulemane. Le secteur emploie environ 13% de
la population active. L’activité artisanale dominante dans la province est la confection des
boutons à soie commercialisés à l’échelle nationale. La province est connue, également, par le
tissage des tapis, la sculpture du bois, la broderie ainsi que l’artisanat agricole.
Le nouveau plan artisanal consiste à se focaliser sur l'intégration de l'artisanat local dans le
produit touristique provincial, l'incitation au regroupement des artisans dans des coopératives
et la généralisation du système de formation des artisans par apprentissage.

3- Diversité naturelles de la province de sefrou

La Province de Sefrou contient de sites naturels de grande attraction (lacs, sources, forêts,
gorges, grottes, vues panoramiques), susceptibles de contribuer au développement du
tourisme rural. Parmi ses atouts il y a lieu de citer l’existence de 4 sites d’intérêt biologique et
écologique (forêt de Takaltount, Dayet Iffer, forêt de Taffert et le massif de Bouiablane),
d’un circuit de plans d’eau naturels ( Dayet d’Iffer…) et artificiels (Barrage Allal El Fassi…),
des sources (Aïn Sebou, Aïn Timdrine, Aïn Soltane, Aïn Regrag, Aïn Chiffa, Aïn Jerrah,
Aïn Reggada, Aïn Laz,..) et des sites naturels importants (grottes, falaises, forêts,…).

L’arrière pays de Sefrou est riche par l’histoire très ancienne de ses établissements humains et
de ses sites naturels de grande valeur. Ces atouts rendent les randonnées pédestres, équestres,
à vélos ou par auto très attrayantes. Parmi ce potentiel, on peut citer :

Imouzzer Kandar est un centre d’estivage situé à 30 km à l’Ouest de Sefrou et à la même


distance au Sud de Fès. Sa fraîcheur (1440m d’altitude) attire beaucoup de visiteurs
spécialement en été.

la ville d’imouzzer est attrayante par son paysage urbain typique, la source d’Aïn Soltane, de
renommée nationale, les cascades d’Alla Ou Ichou, la forêt et les montagnes, notamment,
Jbel Kandar qui lui donne son nom et Jbel Abbad situé à 7 km à l’Est
d’Imouzzer Kandar (1767 m d’altitude) offrant une vue sans égal sur Fès , la plaine du Saïs et
le Moyen Atlas.

Bhalil à 4km de Sefrou est classée en tant que patrimoine naturel. Elle est célèbre par son
patrimoine troglodyte, son caractère typique, la singularité de ses habitants par le langage,
l’accent, le teint et le port de Tarf (Drap blanc) par les femmes.

El Menzel est située à 30km à l’Est de Sefrou sur la route de Taffert et de Bouiablane. C’est
un ancien établissement humain comme en témoignent ses Qalàas qui démontrent l’ancrage
dans l’histoire de la tribu des Beni Yazgha dont la ville est la capitale.
4- Patrimoine forestier :

Le couvert forestier couvre plus de 36% de la superficie totale de la province. Il est dominé
par le chêne vert qui occupe plus de 60% de la superficie de la forêt.

Espèce Superficie (En ha)

Cèdre 10.000

Taillis de chêne vert 95.000

Taillis de Cyprès 8.760

Les pastorales 16.240

Total 145.000

IV/ Les infrastructures touristiques : province de sefrou :

La ville de Sefrou est intégrée dans le circuit de la spiritualité englobant les régions de Meknès-
Tafilalt et de Fès–Boulemane, elle abrite des mosquées (La grande mosquée…), des zaouyas
(Zaouyat My Ali Chrif…) des mausolées (Sidi Ali Bousserghine…), des Grottes (la grotte du
croyant) (Kaf El-Moumen…) et une synagogue au sein de l’école de la fédération juive.

C’est dernières années un effort colossal a été consenti dans le sens de l'amélioration de
l'accessibilité aux sites touristiques, l'identification et le balisage des circuits, l'encouragement
des opérateurs privés à investir dans le domaine du tourisme, la mise à niveau des
établissements hôteliers existants et la réhabilitation des maisons anciennes pour qu'elles
intègrent le projet de l'hébergement "chez l'habitant".
1 – Les hôtels classés :

Ville Dénomination Catégorie Nb de Nb


des hôtels chambres de
classés lits

Imouzzer Kandar Chahrazzad 2 étoiles 40 60

Royal 2 étoiles 40 68
Immouzer

Total 80 128

2 – Les hôtels non classés :

Ville Nom de Nb. de Nb. de lits


l’établissement chambres

Sefrou Lahcen Lyoussi 22 38

Les truites 15 21

Kandar 15 32

La Chambote 10 15

Imouzzer Kandar Belle Vue 9 18

Le Centre 12 24

Smara 18 36

Rif 30 63

Total 131 247


4 – Les fermes d’hôtes :

Commune Dénomination Catégorie Nb. de Nb. de


chambres lits

Aïn Cheggag Ksar Fès 1ère 14 30

5- Les autres infrastructures d’accueil

- 02 Campings (Sefrou et Imouzzer de Kandar)

- 28 centres d’estivage et colonies de vacance à Imouzzer Kandar

En outre, cette province est équipée d’une infrastructure d’animation à savoir:

- le Golf Royal d’Aïn Cheggag,

- Les réserves de chasse,

- Les plans d’eau de pêche,

Centres d'intérêt liés