Vous êtes sur la page 1sur 47

CENTRE DOCUMENTATION - VEILLE RÉGLEMENTAIRE : DOCUMENTS TECHNIQUES RÉGLEMENTAIRS

MINISTERE DE L'HABITAT

DOCUMENT TECHNIQUE REGLEMENTAIRE


D.T.R. B.C. 2.32

METHODES DE
SONDAGES
ET D'ESSAIS DES SOLS

USAGE EXCLUSIF AU CTC CENTRE


CENTRE DOCUMENTATION - VEILLE RÉGLEMENTAIRE : DOCUMENTS TECHNIQUES RÉGLEMENTAIRS

USAGE EXCLUSIF AU CTC CENTRE


CENTRE DOCUMENTATION - VEILLE RÉGLEMENTAIRE : DOCUMENTS TECHNIQUES RÉGLEMENTAIRS

" Composition du Groupe de Travail


Spécialisé G.T.S. "
" Méthodes de sondage et d'essais des sols "
D.T.R. B.C. 2.32

Président d'honneur :
Président du groupe : Mr. Benabdellah
Président Directeur Général du
L.T.P.C.

Membres : Chef de département de la réglemen-


Mr. Ameur B.: talion technique et de la réduction du
risque sismique.

Mlle. Ait Meziane Y.: Ingénieur C.G.S.


Mmes. BOUCHEFA O. :Chef de service de la réglementation
technique.
DEBICHE Ingénieur L.T.P.C.

Mrs. OULD CHEIKH Ingénieur L.T.P.C


ABBAS Ingénieur C.T.C. Centre.
ZIOUI Ingénieur E.N.GO.A.
ABDESSEMED Ingénieur S.AP.T.A.
TIAR Ingénieur E.C.A.
AMEUR Ingénieur S.A.E.T.I.
FERKOUS Ingénieur C.T.C./Est

USAGE EXCLUSIF AU CTC CENTRE


CENTRE DOCUMENTATION - VEILLE RÉGLEMENTAIRE : DOCUMENTS TECHNIQUES RÉGLEMENTAIRS

ARRETE DU 10 JUIN 1992 PORTANT APPROBATION DU


DOCUMENT TECHNIQUE REGLEMENTAIRE
RELATIF A LA
"METHODES DE SONDAGES ET D'ESSAIS DES SOLS"
D.T.R. B.C. 2.32

Le Ministre de l'Habitat,

− Vu le décret présidentiel N° 91-199 du 18 Juin 1991 portant


nomination des membres du gouvernement, modifié et complété
par le décret présidentiel N° 92-76 du 22 février 1992.

- Vu le décret N° 85-71 du 13 Avril 1985 portant création du


Centre National de Recherche Appliquée en Génie
Parasismique (C.G.S.), modifié et complété par le décret N° 86-
212 du 19 Août 1986.

− Vu le décret N°86-213 du 19 Août 1986 portant création d'une


commission technique permanente pour le contrôle technique
de la construction.

− Vu le décret exécutif N° 92-176 du 4 Mai 1992 portant


composition de la commission technique permanente pour le
contrôle technique de la construction.

USAGE EXCLUSIF AU CTC CENTRE


CENTRE DOCUMENTATION - VEILLE RÉGLEMENTAIRE : DOCUMENTS TECHNIQUES RÉGLEMENTAIRS

ARRETE

ARTICLE 1 : Est approuvé le document technique règlemen-


taire D.T.R.C. 2.31 intitulé METHODES DE SONDAGES ET
D'ESSAIS DES SOLS, annexé à l'original du présent arrêté.

ARTICLE 2 : Les maîtres d'ouvrages, les maîtres d'oeuvres,


les organismes de réalisation, d'expertises et de contrôle,
sont tenus de respecter les dispositions du dit document.

ARTICLE 3 : Les dispositions du document technique -règle-


mentaire sont applicables après la publication du présent
arrêté au journal officiel de la République Algérienne
Démocratique et Populaire, pour toutes nouvelles études et
réalisations.
Toutefois, les études en cours, ainsi que les projets types
déjà élaborés demeurent régis par les textes antérieurs et
ce, à titre transitoire durant deux ans à compter de la date de
publication du présent arrêté.

ARTICLE 4 : Des décisions, instructions et circulaires


ministérielles ou des notes techniques d'interprétation
émanant du Centre National de Recherche Appliquée en
génie Parasismique (C.G.S.) complèteront, en tant que de
besoin, le document technique règlementaire.

ARTICLE 5 : Le Centre National de recherche Appliquée en


Génie Parasismique (C.G.S.) est chargé de l'édition et de la
diffusion du présent document technique règlementaire.

ARTICLE 6 : Le présent arrêté sera publié au journal officiel


de la République Algérienne Démocratique et Populaire.
Fait à Alger, le
LE MINISTRE DE L'HABITAT
5

USAGE EXCLUSIF AU CTC CENTRE


CENTRE DOCUMENTATION - VEILLE RÉGLEMENTAIRE : DOCUMENTS TECHNIQUES RÉGLEMENTAIRS

Sommaire

CHAPITRE - I - ........................................................................................8
I - PREAMBULE .....................................................................................8

CHAPITRE - II - .......................................................................................8
2 - ROLE ET RESPONSABILITE DE CHAQUE INTERVENANT ..........8
2 - 1. Bureau d'étude ou Maître d'ouvrage .....................................8
2 - 2. Laboratoire de sol ...................................................................9
2 - 3. Entreprise de réalisation ......................................................10
2 - 4. Organisme de contrôle technique .......................................10

CHAPITRE - III - ....................................................................................11


3 - NATURE ET OBJECTIFS DES DIFFFERENTS TYPES DETUDE DE
SOL ...................................................................................................11
3 - 1. Reconnaissance préliminaire (enquête préalable) .............11
3 - 2. Reconnaissance proprement dite (étude complémentaire) 12
3 - 3. Etude spécifique .....................................................................12
3-3.1.Nature du sol ......................................................................13
3 - 3.2. Méthode de mise en oeuvre ............................................13
3 - 3.3. Fondations exceptionnelles .............................................13
3 - 4. Recommandations en vue du bon déroulement des études de sol
..........................................................................................................13

CHAPITRE - IV - ...................................................................................14
4 - MOYENS DE RECONNAISSANCE .................................................14
4 - 1. Sondages .................................................................................14

USAGE EXCLUSIF AU CTC CENTRE


CENTRE DOCUMENTATION - VEILLE RÉGLEMENTAIRE : DOCUMENTS TECHNIQUES RÉGLEMENTAIRS

4 - 1.1. Définition et but .................................................................14


4 - 1.2. Présentation des résultats d'un sondage ..........................15
4 - 2. Essais en place .....................................................................16
4 - 2.1. Essais pressiométrique .....................................................16
4 - 2.2. Essais de pénétromètre statique ......................................20
4 - 2.3. Essais de pénétromètre dynamique .................................22
4 - 2.4. Essais S.P.T. (standard pénétration test) .........................24
4 - 2.5. Essais de scissomètre de chantier ...................................25
4 - 2.6. Autres essais in-situ ..........................................................27

CHAPITRE - V - .....................................................................................28
5 LES ESSAIS DE LABORATOIRE .......................................................28
5 - 1. Les essais d'identification et de classification ..........................28
5 - 1.1. Caractéristiques physiques des sols .................................28
5 - 1.2. Analyse granulométrique ..................................................30
5 - 1.3. Limites d'A'TTERBERG ....................................................31
5 - 1.4. Classification des sols fins ................................................32
5 - 2. Les essais mécaniques ............................................................34
5 - 2.1. Les essais de compressibilité ...........................................34
5 - 2.2. Les essais de résistance au cisaillement ..........................37
5 - 3. Autres essais de laboratoire .....................................................41

ANNEXE-1- ............................................................................................... 42
A - I - I - Efficacité des principaux moyens de reconnaissance en
fonction de la nature des sols ..................................................42

A - I - Il - Efficacité des principaux moyens de reconnaissance en fonction


des caractéristiques recherchées ...........................................43

A - I - III - Domaine d'utilisation des essais de laboratoire ......................44

USAGE EXCLUSIF AU CTC CENTRE


CENTRE DOCUMENTATION - VEILLE RÉGLEMENTAIRE : DOCUMENTS TECHNIQUES RÉGLEMENTAIRS

CHAPITRE - I -

I - PREAMBULE
Le présent document réglementaire a pour but d'informer d'une part le
maître d'ouvrage et le bureau d'étude sur :

- l'objet d'une étude de sol,


- les différents essais et sondages de reconnaissance disponibles, et de
définir d'autre part :
- le rôle et les limites d'intervention de chaque intervant, - les
conditions d'un bon déroulement d'une étude de sol.

CHAPITRE - II -

I- ROLE ET RESPONSABILITE DE CHAQUE INTERVENANT


2 - 1, Bureau d'étude ou maître d'ouvrage
Le maître d'ouvrage et/ou le bureau d'études doivent collaborer avec le
laboratoire et lui fournir les documents suivants :

− un plan de topographie,
- un plan d'implantation (1),
- une description sommaire des constructions,
− une descente de charge (2),
− les tassements admissibles et les contraintes spécifiques imposées par
l'utilisation de la construction.
Le bureau d'études aura pour tâches :
− de collaborer avec le laboratoire à la définition du contenu de la
campagne de reconnaissance,
- d'analyser et d'interpréter les conclusions du rapport de sol pour le choix
définitif du système de fondations (3).
− de superviser l'exécution des travaux de fondations.

USAGE EXCLUSIF AU CTC CENTRE


CENTRE DOCUMENTATION - VEILLE RÉGLEMENTAIRE : DOCUMENTS TECHNIQUES RÉGLEMENTAIRS

Commentaire :
(1) Ce plan doit aider l'ingénieur du laboratoire à implanter les
sondages de reconnaissance sous les ouvrages, selon leur im-
portance.
Ce plan ne doit en aucun cas être considéré comme définitif une
réimplantation des ouvrages est toujours possible selon les
conditions de sol locales rencontrées.

(2) Les résultats de la descente de charge à transmettre au sol ainsi


que leur répartitions sur l'emprise de l'ouvrage permettent de faire
un premier choix du système de fondations qui guidera l'ingénieur
du laboratoire avec la collaboration du maître de l'ouvrage ou de
son représentant à décider du type et du nombre d'essais à réaliser
ainsi que la profondeur d'investigation.
Dans la descente de charge, on doit distinguer séparément les
charges permanentes, les charges d'exploitation et les charges
accidentelles.

(3) Le choix définitif du système de fondations relève de la res-


ponsabilité du bureau d'études. aussi, il doit pouvoir analyser et
exploiter les résultats de l'étude de sol afin d'élaborer un projet de
fondation en veillant à la sécurité et à l'économie.

2.2 - Laboratoire de sol :


Le laboratoire de sol doit :

- arrêter en collaboration avec le maître d'oeuvre et/ou le bureau


d'études le contenu de la campagne de reconnaissance,

− exécuter avec soin et rigueur et sous la supervision et la respon-


sabilité de personnel technique qualifié le prélèvement, le transport et
la conservation des échantillons, les essais de laboratoire et les essais
"in situ",

− traiter les observations et les données expérimentales en vue de la


définition de la stratigraphie, des caractéristiques de résistance et de
déformabilité des couches de soi ainsi que des conditions
hydrogéologiques du site,

− attirer l'attention sur les risques que peut présenter le site (glis-

USAGE EXCLUSIF AU CTC CENTRE


CENTRE DOCUMENTATION - VEILLE RÉGLEMENTAIRE : DOCUMENTS TECHNIQUES RÉGLEMENTAIRS

sement, présence des poches de dissolution, susceptibilité à la li-


quéfaction etc...),

− recommander une profondeur et un mode de fondation,

− attirer l'attention sur les précautions à prendre concernant l'exé-


cution des travaux de terrassements et de fondations, (drainage,
rabattement de nappe, soutènement, étaiement, talutage, enlèvement
de certaines couches, protection contre la venue des eaux, cuvelage,
utilisation de ciment spécial en milieu agressif etc...).

2 - 3. Entreprise de réalisation :
L'entreprise de réalisation doit :

analyser et exploiter le rapport de sol et l'étude de fondation en vue


d'une exécution correcte des travaux,

− exécuter les travaux de terrassements compte tenu des précautions


nécessaires et des régies de l'art (D.T.R. B.E. 1.2),

− saisir l'organisme de contrôle technique pour la réception des


fouilles,

- exécuter les fondations conformément aux plans approuvés et aux


régies de l'art.

2 - 4. Organisme de contrôle technique :

L'organisme de contrôle a pour responsabilité de :

− examiner de manière critique le rapport de sol :


programme de reconnaissance (type et nombre d'essais et de
sondages, profondeur d'investigations) en rapport avec le type
d'ouvrage envisagé,
recommandations et conclusions formulées,
- examiner les justifications du système de fondations définitif,
choisi par le bureau d'études et vérifier la sécurité vis à vis des
différents modes de ruine, ainsi que le respect des contraintes
spécifiques. d'exploitations de l'ouvrage,

10

USAGE EXCLUSIF AU CTC CENTRE


CENTRE DOCUMENTATION - VEILLE RÉGLEMENTAIRE : DOCUMENTS TECHNIQUES RÉGLEMENTAIRS

− contrôler la conformité du sol sur le site avec les hypothèses sur les
conditions de sol, retenues dans les calculs justificatifs de fondations
sur la base des résultats de l'étude de sol,

− contrôler l'exécution des fondations et s'assurer du respect des


recommandations formulées dans le rapport de sol éventuellement sur
les précautions à prendre lors de l'exécution des fondations.

CHAPITRE - III -

III - NATURE ET OBJECTIFS DES DIFFERENTS TYPES D'ETUDE DE SOL

3 - 1, Reconnaissance préliminaire (enquête préalable) :


Sur la base des renseignements fournis par le maître d'ouvrage ou
le bureau d'études, le laboratoire chargé d'une reconnaissance
préliminaire tente de se faire une idée de la stabilité géologique du site
étudié, de la stratigraphie et de la nature probable des
couches de sol, du toit du substratum rocheux et de l'écoulement des eaux.

Cette étape comprend :


− l'exploitation d'études de sols existantes au voisinage du site
considéré, et des cartes géologiques,

- l'enquête sur place relative aux sources, aux puits, à l'écoulement des
eaux et aux zones de glissements visibles,

− la mise en oeuvre des moyens de reconnaissance rapides, des-


sais mécaniques ou d'essais "in situ" peu coûteux (pénétromètre dynamique,
SPT, forage à la tarière...).

Cette étape doit fournir des résultats d'ordre indicatif concernant la


nature probable du type de fondation. Elle peut également

11

USAGE EXCLUSIF AU CTC CENTRE


CENTRE DOCUMENTATION - VEILLE RÉGLEMENTAIRE : DOCUMENTS TECHNIQUES RÉGLEMENTAIRS

aboutir à une recommandation de changement de site ou encore


préciser le contenu de la reconnaissance normale qui serait néces-
saire.

3 - 2. Reconnaissance dite (étude complémentaire)


Après une reconnaissance préliminaire, il peut être jugés né-
cessaire, suivant l'importance de la construction et les conditions de sol
rencontrées, de réaliser une reconnaissance ou étude complémentaire.
Une telle étude a pour objectifs la détermination des caractéristiques
mécaniques et physiques des couches de sol en particulier leur
résistance et leur déformabilité ainsi que la description éventuelle des
conditions hydrogéologiques du site.

Cette reconnaissance comprend :


la définition d'un programme de reconnaissance, compte tenu de
l'importance de la construction, du degré d'hétérogénéité du sol et du
type de fondations envisagé : (prélèvements pour sols échan-
tillonables,` essais "in-situ" dans les autres cas); nature, nombre,
implantation et profondeur des essais; essais de laboratoire (type,
nombre),

− l'exécution du programme ainsi défini,


− l'interprétation et l'exploitation des données recueillies,
− les recommandations sur le système de fondations et les conditions
d'exécution des travaux de fondations.

Cette étude doit aboutir à une synthèse regroupant des coupes


géologiques en nombre suffisant, des propositions en matière de
fondations et des recommandations éventuelles pour les problèmes
pratiques que la réalisation peut poser.

3 - 3. Etude spécifique :
Lorsque la nature du sol, la méthode de mise en oeuvre, le type de
fondation ou l'importance de la construction présentent un caractère
exceptionnel, il peut être nécessaire d'effectuer une étude spécifique
approfondie dont l'objectif et le contenu dépendent du cas d'espèce.
Une liste non exhaustive de tels cas permet de fixer les idées :

12

USAGE EXCLUSIF AU CTC CENTRE


CENTRE DOCUMENTATION - VEILLE RÉGLEMENTAIRE : DOCUMENTS TECHNIQUES RÉGLEMENTAIRS

3-3.1.Nature d u s o l :
- Potentiel de liquéfaction des sables saturés en zone sismique.
- Présence de cavités.
- Présence d'argiles gonflantes.
- Présence d'eaux et sols agressifs.
- Présence de pentes instables.
- Présence de sols mous très compressibles.

3 - 3.2.Méthodes de mise en oeuvre :


− Rabattement de nappe.
- Mise en place d'un réseau de drainage.
− Préchargement de couches compressibles par remblais.
− Emploi de déblais en remblais.
− Injections.
- Blindage des grandes excavations.
− Compactage dynamique.

3 - 3.3. Fondations exceptionnelles :


- Pieux, groupes de pieux, barrettes.
− Parois moulées, ancrées par tirants.
− Rideaux de pieux ancrés par tirants.
- Fondations reprises en sous oeuvre.
- Fondations de machines vibrantes.

3 - 3.4. Constructions exceptionnelles :


− Etude de l'influence des couches de sol surmontant le substratum sur
les caractéristiques du mouvement sismique.

- Détermination des caractéristiques dynamiques des sols pour l'étude


d'interaction sol-fondation-structure.

3 - 4. Recommandation en vue du bon déroulement des études


de sol :
Il y a lieu tout d'abord d'insister sur le caractère obligatoire de l'étude
de sol et sur la nécessité pour chacun des intervenants de jouer son rôle
pleinement et à temps :

− Le maître d'oeuvre ou le bureau d'études doit passer commande de


l'étude de sol suffisamment à l'avance. II doit également participer
activement à la définition de la reconnaissance.

13
USAGE EXCLUSIF AU CTC CENTRE
CENTRE DOCUMENTATION - VEILLE RÉGLEMENTAIRE : DOCUMENTS TECHNIQUES RÉGLEMENTAIRS

- Le laboratoire doit travailler avec rigueur et soin et assurer la


présence d'un ingénieur sur les chantiers lors des reconnaissances:

Par ailleurs, le programme de reconnaissance doit permettre


d'apporter les réponses à tous les problèmes d'étude et de réalisation
des fondations. Il est illusoire de vouloir définir un programme type mais
il faut retenir que les essais classiques de laboratoire ne conviennent
qu'aux sols échantillonables et que dans les autres cas, il faut recourir
aux essais "in-situ".

En tout état de cause, il importe de connaître le domaine d'ap-


plication, les limites de chaque type d'essai et éventuellement les
corrections à apporter pour tenir compte de leurs erreurs inhérentes,

CHAPITRE - IV –

IV- MOYENS DE RECONNAISSANCE


Parmi les moyens de reconnaissance à la disposition des labo-
ratoires, nous pouvons distinguer :

- Les sondages avec ou sans prélèvement d'échantillons.


− Les essais en place.
− Les essais de laboratoire.

4 - 1. Sondages :

- 1.1. Définition et but :


Un sondage consiste à réaliser un trou dans le sol au moyen de :

− tarière à main : cas d'un sondage manuel pour reconnaître les


couches dures en surface.

− pelle mécanique : réalisation de puits de reconnaissance (4 à 5 ni de


profondeur).

14

USAGE EXCLUSIF AU CTC CENTRE


CENTRE DOCUMENTATION - VEILLE RÉGLEMENTAIRE : DOCUMENTS TECHNIQUES RÉGLEMENTAIRS

- outil d'attaque fixé à un tram de tiges : récupération en profondeur


d'échantillons pour essais, dans les forages dont les parois sont en
général maintenues par tubage. Pour ce type de sondage, 'nous
distinguons :
- Forages destructifs. -
Sondages carottés.

Ce type de sondages sert en principe à extraire des échantillons de


sol sans en modifier ni l'état, ni la structure; ces derniers serviront à la
détermination en laboratoire des caractéristiques mécaniques
(résistance, compressibilité...). Le prélèvement de ces échantillons
nécessite l'usage de carottiers spéciaux.

4 - 1.2. Présentation des résultats d'un sondage :


Les résultats de sondage sont consignés sur une feuille de son-
dage comportant les indications suivantes :

1. Identifications du chantier :
− désignation du chantier, - numéro du forage repéré
sur le plan de chantier, - date de début et fin de
forage.

2. Appareillage_:
− méthode de forage,
- diamètre des trous,
- protection du forage,
- type de l'échantillonneur.

3. Log de sondage :
− niveaux de prélèvement,
- pourcentage de carottage,
- coupe du forage et identification provisoire,
− niveau de l'eau.

4. Observations :
− vitesse d 'avancement (appréciation de !'interface des
différentes Couches rencontrées).
− incidents (perte ou rupture d'outil, éboulement...).
− pertes ou venues d 'eau.
− résultats d'essais SPT.

15

USAGE EXCLUSIF AU CTC CENTRE


CENTRE DOCUMENTATION - VEILLE RÉGLEMENTAIRE : DOCUMENTS TECHNIQUES RÉGLEMENTAIRS

4 - 2. Essais en place :
Les principaux essais en place décrits, ayant pour but de fournir les
renseignements sur la résistance et la compressibilité des sols sont :

− essai préssiornétrique,
− essai de pénétration statique,
− essai de pénétration dynamique,
− essai SPT,
− essai au scissomètre de chantier.

4 - 2.1. Essai préssiométrique :


1 - Définition :
L'essai au préssiomètre consiste à charger rapidement le sol par
expansion d'une cellule cylindrique mise ne place dans le terrain par
fonçage ou battage ou dans un avant trou.

2 - Principe :
L'essai comporte une phase de mise en place de la sonde et une série
d'essais de chargement réalisés tous les mètres. Le chargement, se fait en
dix paliers maintenus chacun pendant une minute. L'increment de charge
est déduit d'une première estimation grossière de la pression limite au vu
des observations recueillies pendant la mise en place de la sonde.

Pour chaque essai à:un niveau donné, les courbes préssiométri-


ques V/P et A V/P permettent de déduire après correction, les valeurs des
paramètres préssiométriques :

- module préssiométrique E défini comme la pente de la partie linéaire de


la courbe corrigée (V = F(P)) :

E = 2.66 (Vo + Vm) ∆ P/∆ V

Vo : volume de la sonde au début de l'essai.


Vm : volume injecté au milieu de la partie linéaire de la courbe.
(∆ V = F (P).
∆ P/ ∆ V : Pente de la partie linéaire de la courbe V = F (P).

16

USAGE EXCLUSIF AU CTC CENTRE


CENTRE DOCUMENTATION - VEILLE RÉGLEMENTAIRE : DOCUMENTS TECHNIQUES RÉGLEMENTAIRS

− Pression limite PL définie comme l'abscisse de l'assymptote à


la courbe corrigée (∆ V- F(P) ou comme la pression pour laquelle le
volume de la sonde a doublé pendant l'essai,

− pression de fluage définie comme la fin de la partie linéaire de la


courbe corrigée (∆ V = F(P)) ou comme abscisse du coude de la
courbe de fluage (∆ V = F(P) ),

L'ordre de grandeur du volume injecté pour recomprimer le sol et le


rapport E/PI permettent de s'assurer de la validité de l'essai.

3 - Domaine d'application :
Cet essai est recommandé dans les formations peu compressibles
pour tous les types courants de fondations (semelles, pieux, radiers).

Par contre, il n'est pas approprié pour un certain nombre de


problèmes en particulier

− détermination des tassements de consolidation,


− détermination du frottement négatif,
− problème de stabilité et de glissement.

4 - Présentation des résultats :


Les résultats d'un essai préssiométrique sont présentés sous la
forme suivante :

17

USAGE EXCLUSIF AU CTC CENTRE


CENTRE DOCUMENTATION - VEILLE RÉGLEMENTAIRE : DOCUMENTS TECHNIQUES RÉGLEMENTAIRS

FORAGE
Chantier

Présentation des résultats d 'une reconnaissance


préssiométrique

18

USAGE EXCLUSIF AU CTC CENTRE


CENTRE DOCUMENTATION - VEILLE RÉGLEMENTAIRE : DOCUMENTS TECHNIQUES RÉGLEMENTAIRS

Courbe pressiométrique

1/V0 (en cm-3)

Pressions
(en bars)

Courbe pressiométrique inverse

19

USAGE EXCLUSIF AU CTC CENTRE


CENTRE DOCUMENTATION - VEILLE RÉGLEMENTAIRE : DOCUMENTS TECHNIQUES RÉGLEMENTAIRS

Courbe de fluage

4 - 2.2. Essai de pénétromètre statique :


1 - Définition :
L'essai de pénétration statique consiste à faire pénétrer dans le sol,
par vérinage à vitesse constante (1 cm/sec), une pointe cônique
portée par un train de tiges et à mesurer de manière continue à des
intervalles déterminés (20 ou 25 cm) la résistance à la pénétration du
cône qc ou Rp.

2 - Principe .
Les paramètres mesurés en cours d'enfoncement sont l'effort
de pointe et l'effort total; L'effort latéral est alors obtenu par diffé-
rence des deux efforts mesurés. Nous distinguons dieu' catégories
d'appareils :

20

USAGE EXCLUSIF AU CTC CENTRE


CENTRE DOCUMENTATION - VEILLE RÉGLEMENTAIRE : DOCUMENTS TECHNIQUES RÉGLEMENTAIRS

* Pénétromètre à cône mobile : la pointe n'étant pas


solidaire du fût extérieur, l'effort de frottement latéral de
pointe sont alors mesurés de façon séparée et discontinue.

* Pénétromètre à cône fixe : la pointe reste solidaire du fût ce


qui permet de mesurer d'une façon continue et simultanée les
efforts de pointe et de frottement latéral.

La variation des efforts de pointe et de frottement latéral


en fonction de la profondeur permettent de présenter les
résultats sous forme de digramme de pénétration.
qc
qc ou Rp =
Ac

qc : effort total de pointe

Ac : section droite de la pointe.

L'exploitation des résultats nécessite la connaissance des


caractéristiques de l'appareil utilisé (type, vitesse de
pénétration, section du cône).

3 - Domaine d'application :
Le pénétromètre statique est surtout utilisé pour le
dimenssionnement des fondations profondes dans les sols
fins. Il est aussi utilisé pour :

− une reconnaissance rapide et extensive d'un site grâce à


des corrélations avec d'autres essais en place,
− la recherche d'hétérogénéités,
− la détermination de l'épaisseur et de la capacité des
couches traversées,
− la détermination de la cohésion non drainée (Cu) des sols
purement cohérents.

4 - Présentation des résultats :


Les résultats d'un essai de pénétration statique sont
présentés sous la forme suivante :

21

USAGE EXCLUSIF AU CTC CENTRE


CENTRE DOCUMENTATION - VEILLE RÉGLEMENTAIRE : DOCUMENTS TECHNIQUES RÉGLEMENTAIRS

22

Diagramme d'essai de pénétration statique

4 - 2 3 . Essai de pénétromètre dynamique :


1 - Définition :
L'essai de pénétration dynamique consiste à faire pénétrer
dans le sol par battage une pointe cônique portée par un
train de tiges et à compter le nombre de coups nécessaires
pour obtenir un enfoncement déterminé (20 cm).

2 - Principe
La mise en oeuvre de cet essai est simple, et ne nécessite
aucun forage préalable. L'appareil étant installé, il s'agit de
noter

22

USAGE EXCLUSIF AU CTC CENTRE


CENTRE DOCUMENTATION - VEILLE RÉGLEMENTAIRE : DOCUMENTS TECHNIQUES RÉGLEMENTAIRS

sur 20 cm. Le battage se fait en continu (30 coups/min) au


moyen d'un mouton de masse donnée (63 kg) tombant en chute
libre sur une hauteur donnée (0,75 m).

La résistance à la pénétration enregistrée est la somme de deux


résistances : la résistance de pointe et le frottement latéral dont la
mesure séparée est difficile à obtenir.

3 - Domaine d'application
L'essai de pénétration dynamique est un moyen rapide et éco-
nomique d'investigation destiné particulièrement à la recherche de
couches résistantes situées sous des terrains compressibles. La
profondeur d'investigation est fonction de la puissance et du type
d'appareil (appareil équipés de système d'injection de bentonite ou
de manchons destinés à neutraliser le frottement latéral).

L'essais ne doit pas être utilisé seul au cours de la reconnais-


sance. Il peut être étalonné sur les forages voisins ou d'autres es-
sais en place pour une étude extensive d'un site.

L'essai de pénétration dynamique n'est pas adapté à l'étude des


sols cohérents saturés, ni à celle des sols pulvérulents fins lâches. Il
faut aussi éviter de l'utiliser dans les formations contenant des
blocs de gros diamètres en raison du risque de faux refus absolus.

Par ailleurs, il peut servir à l'estimation de la force portante


uniquement de pieux battus à partir des formules de battage (for-
mule des HOLLANDAIS ou de CRANDALL).

4 - Présentation des résultats :


Les résultats d'un essai de pénétration dynamique sont présen-
tés graphiquement avec en ordonnées la profondeur de la pointe et
en dynamique qd ou Rd déduite d'une formule de battage (For-
mule des HOLLANDAIS ou de CRANDALL).

23

USAGE EXCLUSIF AU CTC CENTRE


CENTRE DOCUMENTATION - VEILLE RÉGLEMENTAIRE : DOCUMENTS TECHNIQUES RÉGLEMENTAIRS

Diagramme d’essai de pénétration dynamique

2.4 Essai S.P.T (Standard pénétration test)


1 - Définition :
L’essai SPT consiste à faire pénétrer dans le sol par
battage un carottier de dimension~ normalisées porté par
un train de tiges et à compter le nombre de coups 30 cm.

24

USAGE EXCLUSIF AU CTC CENTRE


CENTRE DOCUMENTATION - VEILLE RÉGLEMENTAIRE : DOCUMENTS TECHNIQUES RÉGLEMENTAIRS

2. Principe :
Les essais SPT sont fréquemment exécutés dans les
forages tubés ou non. Dans un premier temps, le carottier est
descendu en fond de trou puis mis en place par battage
jusqu'à un enfoncement de 15 cm dans la couche étudiée.
Une marque est faite sur le train de tiges puis le battage est
repris à l'aide d'une masse de 63,5 kg tombant d'une hauteur
de 76,2 cm. Le nombre de coups nécessaire pour enfoncer le
carottier de 30 cm dans la couche étudiée est alors noté.

3 - Domaine d'application :
L'essai SPT est un essai de pénétration dynamique qui
permet de prélever des échantillons remaniés pour
l'identification des sols traversés. La profondeur
d'investigation se limite à 15 m. L'essai SPT est
particulièrement adapté aux terrains pulvérulents mais
d'interprétation plus difficile dans le cas des terrains cohé-
rents.

4 - Présentation des résultats :


Les résultats sont présentés sous forme d'une coupe
indiquant :

− la nature des couches traversées, leur épaisseur et leurs


caractéristiques,
- les niveaux d'eau éventuels,
− les profondeurs des essais et les valeurs de n mesurées.
− les méthodes de perforation et les caractéristiques de
l'appareillage employé.

4 - 2.5. Essai de scissomètre de chantier :


1 - Définition :
L'essai consiste à faire pénétrer dans le sol par vérinage
ou battage 2 pâles disposées en croix et portées par un train
de tiges puis appliquer un couple de torsion pour cisailler le
sol et en mesurer la cohésion non drainée.

2 - Principe :
L'essai peut être exécuté au tond d'un forage, les pâles
sont arrêtées dans la couche à étudier. Un couple de rotation
est créé au niveau des pâles; A chaque instant la réaction du
sol à la rotation
25

USAGE EXCLUSIF AU CTC CENTRE


CENTRE DOCUMENTATION - VEILLE RÉGLEMENTAIRE : DOCUMENTS TECHNIQUES RÉGLEMENTAIRS

des pâles est mesurée à l'aide d'un dynamomètre. Au


moment de la rupture, l'effort maximum nécessaire au
cisaillement du sol est mesuré. Cet essai est un essai non
drainé qui fournit la résistance au cisaillement égale à la
cohésion non drainée (Cu).
3 - Domaine d'application :
Cet essai est adapté aux sols cohérents et aux argiles
molles en particulier où il permet de mesurer Cu jusqu'à des
profondeurs de 60 m. Il est aussi adapté à l'étude des
remblais sur sols compressibles ainsi qu'à celle de la
stabilité des pentes.
4 - Présentation des résultats :
Les résultats sent présentés sous forme d'un graphique
donnant en abscisses l'angle de rotation et en ordonnées la
cohésion non drainée Cu. Ce graphique permet d'obtenir la
valeur de pic et la valeur résiduelle de Cu, particulièrement
importante pour les études de stabilité.

Co
urb
e
cla
ssi
qu
e
d'u
n
es
sai scissométrique

26

USAGE EXCLUSIF AU CTC CENTRE


CENTRE DOCUMENTATION - VEILLE RÉGLEMENTAIRE : DOCUMENTS TECHNIQUES RÉGLEMENTAIRS

4 - 2.6. Autres essais "in-situ" :


En plus des essais géotechniques en place décrits
précédemment le laboratoire dispose d'autres méthodes
d'investigations :

- les méthodes géophysiques,


− les méthodes hydrologiques.

Parmi les méthodes géophysiques couramment utilisées, nous


distinguons :

− la méthode desismique réfraction, -


la méthode électrique de résistivité, -
la méthode microgravimètrique.

Les renseignements tirés d'une étude géophysique sont les sui-


vants :

- la localisation, nature et épaisseur des différentes couches cons-


tituant un site,
- la mise en évidence d'hétérogénéités,
− la présence de cavités ou faille,
- la localisation d'une nappe phréatique.

D'autre part, les méthodes hydrologiques permettent d'obtenir


les données nécessaires au choix du type de fondations d'ouvrage
implanté sur un site caractérisé par la présence d'un ou plusieurs
nappes telles que :

− le type de nappe,
- son niveau statique et ses variations saisonnières,
- l'alimentation de la nappe,
− la perméabilité et la transmissivité des couches aquifères.

Parmi les essais hydrologiques, nous distinguons :


* Les essais au pièzoniètre permettent :

− déterminer la surface d'une nappe libre ou captive.


− suivre un essai de pompage.

L'essai LEFRANC permet de mesurer la perméabilité locale d’un


sol en place.

27

USAGE EXCLUSIF AU CTC CENTRE


CENTRE DOCUMENTATION - VEILLE RÉGLEMENTAIRE : DOCUMENTS TECHNIQUES RÉGLEMENTAIRS

* L'essai LUJEON permet e mesurer la perméabilité et


apprécier l'état de fissuration des roches.

CHAPITRE - V -

V - ESSAIS DE LABORATOIRE
Les essais de laboratoire se divisent en deux grandes
catégories :

- Les essais d'identification et de classification des sols,


- les essais de détermination des caractéristiques
mécaniques des sols.

5 - 1. Les essais d'identification et de classification


Les essais d'identification et de classification des sols en
laboratoire, ont pour but de confirmer et/ou de compléter
l'identification et la dénomination provisoire des sols
effectués sur site (D.T.R. B.C. 2.31).

5 - LI. Caractéristiques physiques des sols :


Des essais de laboratoire courants permettent, pour tous
les types de sols ayant fait l'objet d'échantillons, de
déterminer les paramètres nécessaires, en particulier au
calcul des états de contrainte dans le sol.

1. Définitions :
* Poids volumique humide ou apparent (yh ou y).
Compte tenu de l'existence de plusieurs phases dans un
sol, on définit le poids volumique humide ou apparent comme
le poids de matériaux (phase liquide + phase solide) par unité
de volume de l'échantillon.

* Poids volumique sec (yd).

28

USAGE EXCLUSIF AU CTC CENTRE


CENTRE DOCUMENTATION - VEILLE RÉGLEMENTAIRE : DOCUMENTS TECHNIQUES RÉGLEMENTAIRS

Le poids volumique sec est défini comme le poids des élé-


ments solides par unité de volume de l'échantillon.

* Poids volumique des grains (y s).


Le poids volumique des grains est défini comme le poids d'une
unité de volume des éléments solides.

* Teneur en eau.
La teneur en eau d'un sol se définit comme étant le rapport en
pourcentage du poids d'eau libre au poids des éléments solides.

W%=Pwx 100
Ps

- Pw = poids d'eau libre.


- Ps = poids des éléments solides.

2 - Compacité des sols pulvérulents :

Compacité du sol Dr Ø NSpt

Très lâche < 15 < 29 <4

Lâche 15-35 24 3D 4-10

Moyennement dense 35-65. 35-30-36 10-30

Dense 65-85 36-41 30-50

Très dense 85-100 41-45 > 50

Ø : angle de frottement interne - Dr : densité relative.


NSpt : résultats du S.P.T.

Dr% = e max – e x 100 = yd – Ydmin x ydmax x 100


e max – e min y dmax - ydmin ycl
e max et yd min : indice des vides et poids volumique sec
correspondant à l'état lâche

29

USAGE EXCLUSIF AU CTC CENTRE


CENTRE DOCUMENTATION - VEILLE RÉGLEMENTAIRE : DOCUMENTS TECHNIQUES RÉGLEMENTAIRS

e min et yd max : indice des vides et poids volumique correspon-


dant à l'état le plus dense.
e et y d : indice des vides et poids volumique correspondant à
l'état de compacité en place.

5 - 1.2. Analyse granulométrique :


Cette analyse étudie la répartition des grains constituant un
sol donné selon leur taille.

Elle s'effectue à l'aide d'un tamisage mécanique pour les


grains dont la taille est supérieure à 0,1 mm.

Pour les grains de taille inférieure, l'essai de sédimentation est


plus approprié.

Les résultats de cette analyse sont présentés sous forme


d'une courbe granulométrique ayant en ordonnées les tamisas
cumulés et en abscisses les diamètres équivalents.

30

USAGE EXCLUSIF AU CTC CENTRE


CENTRE DOCUMENTATION - VEILLE RÉGLEMENTAIRE : DOCUMENTS TECHNIQUES RÉGLEMENTAIRS

5 - 1.3. Limites d'ATTERBERG :

Les limites d' ATTERRPRG caractérisent les différents états


de consistance d'un sol fin.

Etat solide Etat plastique Etat liquide

Wp Wl teneur en eau

− Wp = limite de plasticité
− Wl = limite de liquidité
− Ip = indice de plasticité
− Ip=Wl -Wp.

l'indice de consistance est défini comme suit :

Ic= Wl - W
Ip

W = teneur en eau naturelle (déterminer sur des


échantillons paraffinés).

W Wl Wp

Ic O 0,25 0,50 0,75 1

Très
Raide
Très Mi-
CONSISTANCE Liquide Molle Raide
Molle Raide

31

USAGE EXCLUSIF AU CTC CENTRE


CENTRE DOCUMENTATION - VEILLE RÉGLEMENTAIRE : DOCUMENTS TECHNIQUES RÉGLEMENTAIRS

5 - 1.4. Classification des sols

La classification telle qu'elle est décrite dans les tableaux ci-après


se base sur les caractéristiques suivantes :

Composition granulométrique (courbe granulométrique).


Plasticité (limite d'ATTERBERG). - teneur en matière organiques.

Classification de laboratoire des sols fins

32

USAGE EXCLUSIF AU CTC CENTRE


CENTRE DOCUMENTATION - VEILLE RÉGLEMENTAIRE : DOCUMENTS TECHNIQUES RÉGLEMENTAIRS

CLASSIFICATION DE LABORATOIRES
DES SOLS A GROS GRAINS

(Plus de 50 % des éléments > 0,08 mm )

Symb
Définitions CONDITIONS Appellations
ole

Cu = D60 > 4
Plus de 50% de éléments > 0.08mm

d’éléments < 0.08mm


grave
D10
Gb propre
ont un diamètre de < 2mm

et Cc = (D30)² Compris entre


bien graduée
Moins de 5% D10 x D60 1 et 3
GRAVES

grave
Une des conditions de Gb
Gm propre
non satisfaite
mal graduée

Limite d'Atterberg grave


Plus de 12%
d’éléments

GL
< 0.08mm

au-dessous de A limoneuse

Limite d'Atterberg grave


GA
au-dessus de A argileuse
d’éléments < 0.08mm

Cu = D60 > 6
Plus de 50% de éléments > 0.08mm

sable
D10
Moins de 5%

Sb propre
et Cc = (D30)²
ont un diamètre de < 2mm

Compris entre
bien gradué
D10 x D60 1 et 3

sable propre
SABLES

Une des conditions de Sb


Sm mal
non satisfaite
gradué

Limite d'Atterberg Sable


Plus de 12%
d’éléments
< 0.08mm

SL
au-dessous de A limoneux

Limite d'Atterberg Sable


SA
au-dessus de A argileux

Lorsque 5 % < % inférieur à 0,08 mm < 12 % -- on utilise un double symbole.

LEGENDE :
Cu : coefficient d'uniformité
Cc : coefficient de courbure
Dn . diamètre des éléments correspondants à n % de tamisas cumulés.

33

USAGE EXCLUSIF AU CTC CENTRE


CENTRE DOCUMENTATION - VEILLE RÉGLEMENTAIRE : DOCUMENTS TECHNIQUES RÉGLEMENTAIRS

5 - 2. Les essais mécaniques


Les essais mécaniques comprennent : - les essais de
compressibilité,
- les essais de résistance au cisaillement.

5 - 2.1. Les essais de compressibilité (essai oedométrique) :


1. Définition :
Le but de l'essai est de déterminer en laboratoire sur des
échantillons intacts, les caractéristiques nécessaires :

au calcul des tassements du sol en place sous le poids d'une


charge verticale donnée.

- au suivi de l'évolution dans le temps, de ces mêmes tasse-


ments.

2. Principe :
L'éprouvette ayant été placée dans une enveloppe rigide, on
exerce à sa partie supérieure une pression à l'aide d'un piston et
l'on mesure les affaissements résultants au cours du temps. On
détermine ainsi les relations entre :

déformations et temps sous une charge constante,


contraintes et déformations après répétition de l'essai pour des
pressions verticales croissantes.

3. Présentation des résultats :


Cet essai donne lieu à deux types de résultats présentés sous
forme graphique :

- La courbe de consolidation permet de déterminer la valeur du


coefficient de consolidation Cv.

la courbe de compressibilité permet de déterminer l'indice de


compression Cc et la pression de consolidation (σ'c) nécessaires
au calcul du tassement total de consolidation.

34

USAGE EXCLUSIF AU CTC CENTRE


CENTRE DOCUMENTATION - VEILLE RÉGLEMENTAIRE : DOCUMENTS TECHNIQUES RÉGLEMENTAIRS

ESSAI DE COMPRESSIBILITE
ET CONSTRUCTION DE

σc pression de consolidation (Pc)


Cc indice de compression (Ct)
C’c indixe de décompression (cg)

35

USAGE EXCLUSIF AU CTC CENTRE


CENTRE DOCUMENTATION - VEILLE RÉGLEMENTAIRE : DOCUMENTS TECHNIQUES RÉGLEMENTAIRS

CONSTRUCTION DE CASAGRANDE
La courbe est tracée pour une valeur constante de la charge appliquée à
l'éprouvette.

NOTA : t50 et t90 dési-


gnent les temps correspon-
CONSTRUCTION DE TAYLOR dant à Uv = 50 ou 90 %

36

USAGE EXCLUSIF AU CTC CENTRE


CENTRE DOCUMENTATION - VEILLE RÉGLEMENTAIRE : DOCUMENTS TECHNIQUES RÉGLEMENTAIRS

Commentaire :
Les courbes de consolidation ne sont données par le
laboratoire que sur commande du maître d'ouvrage.

5 - 2.2. Les essais de résistance au cisaillement :


Ces essais permettent de déterminer la résistance au
cisaillement
des sols caractérisée par la cohésion C et l'angle de frottement O.
Parmi les essais nous distinguons :

− l'essai de cisaillement à la boite,


− les essais de compression triaxial,
− les essais de compression simple.

Ces essais comportent en général deux phases :

− Phase d'application de contraintes normales avec ou sans drai-


nage.
− Phase de rupture proprement dite.

Suivant les conditions retenues pour chacune de ces phases, on


distingue trois types d'essais.

* l'essai UU (non drainé, non consolidé) :


Les deux phases de l'essai sont réalisées à drainage fermé
correspondant au comportement à court terme du sol.

La caractéristique ainsi déterminée est la résistance au cisaille-


ment non drainé du sol, notée Cu (Øu = O).

* L'essai CU (consolidé, non drainé) :


La première phase est faite à drainage ouvert, cependant la
phase de cisaillement se déroule à drainage fermé avec éventuelle-
ment mesure de la pression interstitielle, un tel essai permet :

− d'étudier les variations de Cu en fonction de la pression de


consolidation.
− de déterminer les caractéristiques effectives C' et Ø' si on a
mesuré la pression interstitielle. Les caractéristiques notées Ccu et
Ø'cu déduites de l'essai Cu ne doivent pas être utilisées dans les
formules de force portante et de stabilité.

37

USAGE EXCLUSIF AU CTC CENTRE


CENTRE DOCUMENTATION - VEILLE RÉGLEMENTAIRE : DOCUMENTS TECHNIQUES RÉGLEMENTAIRS

* L'essai C D (consolidé et drainé) :


Les deux phases sont réalisées à drainage ouvert et permettent
de déterminer les caractéristiques effectives du sol(C' et cl')corres-
pondant à un comportement à long terme du sol.

1. Essai de cisaillement â la boite :


L'éprouvette est rompue par cisaillement soit à vitesse contrôlée,
soit à charge contrôlée. La contrainte normale reste constante pen-
dant tout l'essai.

Les conditions de drainage de l'échantillon ne sont pas totale-


ment maîtrisées, le drainage ou le non drainage est alors assuré au
moyen de la vitesse de l'essai.

La mesure de a et de t à la rupture, déterminées sur trois ou


quatre échantillons permet le tracé de la droite.
τ = C ' + σ ' t g Ø'
d'où la détermination des caractéristiques C' et Ø'.

a) Schéma de la Boite de Cisaillement

38

USAGE EXCLUSIF AU CTC CENTRE


CENTRE DOCUMENTATION - VEILLE RÉGLEMENTAIRE : DOCUMENTS TECHNIQUES RÉGLEMENTAIRS

b) Détermination de la cohésion C et de l »angle σ

2. Essai de compression triaxial •


Une éprouvette de forme cylindrique est soumise à un champ
de contraintes uniforme dont les composantes sont :
− Une pression hydrostatique σ 3 qui demeure constante
durant l'essai,
− une contrainte axiale σ 1 - σ 3 qui augmente jusqu'à la
rupture.
Cet essai offre la possibilité de mesurer la pression
interstitielle u à tout instant, et permet par conséquent de
réaliser les trois types d'essais : UU, CU et CD.

Les mesures de σ 3, σ 1 - σ 3 et u à la rupture conduisent au


tracé du cercle de MOHR correspondant en contraintes
effectives.

Par répétition de l'essai sur au moins trois éprouvettes pour


des valeurs de σ 3 croissantes, le tracé de la droite de rupture
permet
alors de déterminer C' et Ø’.

39

USAGE EXCLUSIF AU CTC CENTRE


CENTRE DOCUMENTATION - VEILLE RÉGLEMENTAIRE : DOCUMENTS TECHNIQUES RÉGLEMENTAIRS

USAGE EXCLUSIF AU CTC CENTRE


CENTRE DOCUMENTATION - VEILLE RÉGLEMENTAIRE : DOCUMENTS TECHNIQUES RÉGLEMENTAIRS

3. E s s a i d e compression simple ;
Cet essai consiste à charger une éprouvette de sol jusqu'à la rup-
ture, par compression simple, à charges ou à déplacements
contrôlés.

La mesure de la force P appliquée et du diamètre D de l'éprou-


vette à la rupture permettent de déterminer la résistance à la
compression simple :,

Rc= 4P
πD²

Cet essai convient uniquement aux sols fins, cohérents, saturés,


auquel cas Rc = 2 Cu.

5 - 3. Autres essais de laboratoire :


En plus des essais décrits ci-dessus, il existe des essais chimi-
ques permettant d'estimer l'agressivité des sols et de l'eau vis à
vis des fondations.

Les caractéristiques déterminées sont :


Cas de l'eau : - teneur en C02 agressif
- teneur en sulfate S02-4
- teneur en magnésium Mg2 +
- teneur en Ammonium NH+4
- L'acidité PH.

Cas des sols : teneur en sulfate S0 2 -4.

Pour la reconnaissance de la présence de sol organique, en plus


des critères de couleur (foncées), d'odeur et de texture (structure fi-
breuse), la teneur en matière organique est déterminée par l'essai
de perte au feu. (voir D.T.R B.C 2.31).

41

USAGE EXCLUSIF AU CTC CENTRE


CENTRE DOCUMENTATION - VEILLE RÉGLEMENTAIRE : DOCUMENTS TECHNIQUES RÉGLEMENTAIRS

ANNEXE - I -
A - I - I - EFFICACITE DES PRINCIPAUX MOYENS DE
RECONNAISSANCE EN FONCTION DE LA NATURE DES SOLS

Nature des
d’échantillons intacts et essais

sols Sols cohérents Roche


Sondages avec prélèvement

Sable Alluvions
tendre Rocher
pulvé- gros-
Moyens ou frane
rulent sières Moyens
de recon Mous altérée
en laboratoire

à raides
naissance
Sondage
x x xx xxx xxx xxx
carotte
Puits à la - xxx xx xxx xx
pelle NON VALABLE EN DESSOUS DE LA NAPPE
mécanique
x xx xx xxx - -
Sondage à al
NON VALABLE EN DESSOUS DE LA NAPPE
tarière
(SAUF TARIERE A LA BENTONITE)

Méthodes
x x x x xx Xx
géophysiques

Pénétromètre
x xx x x x -
dynamique
ESSAI IN SITU

Pénétromètre
xxx --- xx xx - -
statique

S.P.T xx x x x x -

Pressiomètre xx xxx x xx xx -

Scissomètre - - xxx - - -

LEGENDE:
- : procédé non efficace
x : procédé donnant une indication plutôt qualitative
xx : procédé relativement précis mais qu'il est prudent de recouper avec d'autres méthodes.
xxx : procédé donnant les résultats les plus fiables dans l'état actuel de nos connaissances.

42

USAGE EXCLUSIF AU CTC CENTRE


CENTRE DOCUMENTATION - VEILLE RÉGLEMENTAIRE : DOCUMENTS TECHNIQUES RÉGLEMENTAIRS

A - I - II - EFFICACITE DES PRINCIPAUX MOYENS DE


RECONNAISSANCE
EN FONCTIONS DES CARACTERISTIQUES RECHERCHEES

BUT Caractéristiques à
Recherche Recherche
rupture du sol Elastici-
de d’un Tas
Fondations é module
couches horizon Fondations sement
d’élasticité
SONDAGES

superficiel
molles porteur profondes
les
Sondages
puits tarière
avec
xxx xxx xxx xx xxx xx
prélèvements
d’échantillons
intacts

Méthodes
xx xx - - - -
géophysiques

Pénétromètre
ww www w ww - -
dynamique
ESSAI IN SITU

Pénétromètre
xxx xx xx xxx x X
statique

x
ARGILE x argile
S.P.T x x xx xxsable
SABLE

xxx
Pressiomètre x - xxx xxx xxx
sols
xxx
Scissomètre - - SOLS
MOUS

LEGENDE :
- : procédé non efficace
x : procédé donnant une indication plutôt qualitative
xx : procédé relativement précis mais qu'il est prudent de recouper avec d'autres
méthodes.
xxx : procédé donnant les résultats les plus fiables
s l'état actuel de nos connaissances.

43

USAGE EXCLUSIF AU CTC CENTRE


CENTRE DOCUMENTATION - VEILLE RÉGLEMENTAIRE : DOCUMENTS TECHNIQUES RÉGLEMENTAIRS

A - I - IIl - DOMAINE D'UTILISATION DES ESSAIS DE


LABORATOIRE

Sols pulvérulents
Nature du sol Sols imperméables
perméables*
Sable fin
Sable Mous Moyennement
Essai Type d’essai ou
grossier ** raides à raides
limoneux
Compression Rapide (cu > 0,5 bars)
--- --- ---
simple (Cu) x
Rapide
(UU) --- --- --- x
(Cu)
Consolidé
Boîte de
rapide (Cu) --- --- --- x
cisaillement
(Ccu) ou Ø
Consolidé
lent (CD) x --- --- ---
Ø’, C’
Non
(cu > 1bars)
consolidé
--- --- --- x
Non drainé
Cu (UU)
Consolidé
non drainé
--- --- x x
(CU)
Ccu Øcu
Compression Consolidé
triaxiale non drainé
avec
--- --- x X
mesure de u
(Cu +u)
Ø’, C’
Consolidé
drainé
--- x --- --
(CD)
Ø’, C’
σ c, ct,
Oedomètrique -- -- x x
cg, cv

* Pour les sols pulvérulents, les e s s a i s en place sont plus appropriés.


** Pour les sols fins mous, l'essai au scissomètre de chantier est mieux adapté, pour la
détermination de cu.

44

USAGE EXCLUSIF AU CTC CENTRE


CENTRE DOCUMENTATION - VEILLE RÉGLEMENTAIRE : DOCUMENTS TECHNIQUES RÉGLEMENTAIRS

série représentative
minimum d’une$
TYPE D’ESSAI

Nb d’essais
ESSAI
Caractéristiques
Domaine d’utilisation
déduites
COMPRESSION

- Utilisable pour le calcul à court terme des


cu = Rc/2
RAPIDE
SIMPLE

sols purement cohérents (argiles saturées)


2 ou 3 et consistants (cu > 0,5 bars). γu = 0
- Résistance des Roches (Rc). Rc

RAPIDE Conviennent aux sols fins imperméables et


UU homogènes, moyennement consistants ou C et Ø
consistants, saturés cu cu = 0
BOITE DE CISAILLEMENT

( Ø u = 0) ou non (calcul à court terme).

4
CONSOLIDE
RAPIDE

CU

- Recommandé pour la mesure des


caractéristiques C' et Ø ’ des sables ou
sables limoneux perméables qui se C’ (faible
prêtent mal à la confection d'éprouvettes souvent 0)
pour l'appareil trixial. Ø
Ø ’ est généralement inférieur de 1 à 2°
LENT
CD

au Ø ’ du même sable sec

- Adapté pour te calcul à court terme dans


des sols cohérents saturés (Ø u = 0).
RAPIDE UU

Spécialement recommandé lorsque l e


scissomètre de chantier est inutilisable Cu
(cu > 1 bars). Permet également l'étude Øu
de la cohésion non drainée des sols non
saturés (problèmes de digues et grands
COMPRESSION TRIAXIALE

remblais).

- Recommandé, avec mesure des pressions
CONSOLIDE CU

interstitielles. Permet alors les calculs à


3 court terme et à long terme, dans des sols
RAPIDE

cohérents saturés (essai moins long que


C et c
l'essai dé type CD pour la détermination de Cu et Ø u
c' et Ø ’ ). Particulièrement intéressant dans C
le cas des vases et argiles molles (remblais
d'accès sur sols compressibles).

- Utilisé seulement pour des problèmes spé-


LENT CD

ciaux (stabilité des pentes, cohésion rési-


duelle). Mais la réalisation d'éprouvettes cy-
lindriques élancées est parfois mal aisée; on C’ et 0’
se limitera dans ce cas aux sables grossiers
pour lesquels l'essai à la boîte est inadapté.

45

USAGE EXCLUSIF AU CTC CENTRE


CENTRE DOCUMENTATION - VEILLE RÉGLEMENTAIRE : DOCUMENTS TECHNIQUES RÉGLEMENTAIRS

Titre déjà parus

DOCUMENTS TECHNIQUES REGLEMENTAIRES

D.T.R. - B.C 2.48 Règles Parasismiques Algériennes - R.P.A 88


(1989)

D.T.R. - B.C 2.2 Charges permanentes et charges d'exploitation


(1989)

D.T.R.-B.C 2.1 Principes généraux pour vérifier la sécurité des


ouvrages (1989).

D.T.R - B.E. 2.1 Règles d'exécution des travaux de construction


des ouvrages en béton armé (1991).

D.T.R - B.E 1.2 Règles d'exécution des travaux de terrassement


pour le bâtiment (1991).

D.T.R – B.E 1.31 Règles d'exécution des travaux de fondations


superficielles (1991).

D.T.R- B.E 2.2 Règles d'exécution des travaux de construction


des parois et murs en béton banché (1991).

D.T.R - B.C. 2.42 Règles de conception et de calcul des parois et


murs en béton banché (1991).

D.T.R - B.C. 2.33.1 Règles de calc;il des fondations superficielles


(1992)

D.T.R - B.C 2.31 Dénomination provisoires des sols et des


roches.
D.T.R - B.C 2.32 Méthodes de sondages et d'essais de sols.

46

USAGE EXCLUSIF AU CTC CENTRE


CENTRE DOCUMENTATION - VEILLE RÉGLEMENTAIRE : DOCUMENTS TECHNIQUES RÉGLEMENTAIRS

Autres publications

Contrôle de qualité des ouvrages de Génie Civil*


(1989).

Calcul pratique des structures métalliques *.

Aléa sismique et microzonage « cas de l'Algérie»


(1991).

Vulnérabilité et évaluation du risque sismique, en


Algérie (1991).

Recommandations techniques pour la réparation et le


renfoncement des ouvrages (1992).

Catalogue des méthodes de réparation et de


renforcement

Régies parasismiques Algériennes (R.P.A 88)


EXEMPLES D'APPLICATION

à paraître

D.T.R B.E 1.31 Travaux de fondations profondes.

D.T.R B.C 2.33.2 Méthodes de calcul des fondations profondes.

D.T.R B.E 1.1 Travaux de sondages et d'essais de sol.

D.T.R. B.C. 2.41 Règles de conception et de calcul des


structures en béton armé (C.B.A. 93)

(*) Co-édition OPU / C.G.S

47

USAGE EXCLUSIF AU CTC CENTRE