Vous êtes sur la page 1sur 2

Son et musique

Chapitre 4.2 LA MUSIQUE OU L’ART DE FAIRE ENTENDRE LES NOMBRES

I – DE LA NOTE A L’INTERVALLE

Un intervalle musical est un écart entre deux notes, défini par le rapport des fréquences de ces deux notes.

Notre oreille est sensible aux intervalles, les intervalles agréables sont dits consonants, les autres dissonants.

Des intervalles consonants séparent des notes ayant des rapports de fréquence simples car elles ont alors des
harmoniques communs, comme l’octave, rapport de fréquence 2 et la quinte, rapport de fréquence 3/2.

Pour écrire une musique agréable à l’oreille, on a besoin d’un ensemble de notes qui peuvent s’harmoniser, appelé une
gamme.

Une gamme est une suite finie de notes réparties sur une octave.

Intervalle entre deux notes Octave Quinte


Rapport de fréquences 2 3/2
Exemple do-do do-sol
3
Lien entre les fréquences f(do2) = 2 f(do1) f(sol4) = 2 f(do4)

II – LES GAMMES DITES DE PYTHAGORE ( 500 ans avant J.C.)

Elles sont constituées de notes sautant de quinte en quinte, elles sont dites aussi gammes naturelles.

Si la nouvelle note n’est plus dans l’octave de la gamme, on la ramène en divisant par 2 sa fréquence fondamentale.

Les rapports de fréquences des notes de ces gammes s’expriment en fonction de nombres rationnels.

Comme le cycle de quintes ne se boucle pas parfaitement, la dernière quinte n’est pas juste.

III – LA GAMME TEMPEREE, UN COMPROMIS NECCESAIRE

Les gammes naturelles présentent un inconvénient majeur :


- l’intervalle entre deux notes d’une octave n’est pas parfaitement constant et rend difficile la transposition.

Pour régler le problème de la dernière quinte fausse, la gamme tempérée est mise au point à la fin du 17ème siècle.

Cette gamme est formée de 12 intervalles égaux appelés demi-tons, correspondant à un rapport de fréquence de
𝟏𝟐
21/12 = √𝟐 racine douzième de 2.

Les rapports de fréquences des notes de ces gammes s’expriment en fonction de nombres irrationnels.

Les petits défauts de justesse de cette gamme sont compensés par une grande facilité d’utilisation.

Savoir-faire :

- Calculer des puissances et des quotients en lien avec le cycle des quintes.

- Mettre en place un raisonnement mathématique pour prouver que le cycle des quintes est infini.

- Utiliser la racine douzième de 2 pour partager l’octave en douze intervalles égaux.