Vous êtes sur la page 1sur 40

Thermodynamique GMI/ESTC Pr. H.

SALHI

Cours et travaux dirigés de

Thermodynamique
Fait par Pr. H.SALHI

H.SALHI 1
Thermodynamique GMI/ESTC Pr. H. SALHI

Table des matières


Chapitre I : Notions fondamentales ............................................................................. 4
1- Introduction : ..................................................................................................... 4
2- Notions fondamentales : .................................................................................... 5
2-1 La température : ........................................................................................... 5
2-2 L’énergie ...................................................................................................... 5
2-3 La puissance :............................................................................................... 5
2-4 La pression ................................................................................................... 5
2-5 La chaleur .................................................................................................... 5
2-6 Le travail ...................................................................................................... 5
3- Notion de chaleur : ............................................................................................ 5
3-1 La chaleur, notée Q, est une forme d’énergie (en Joules). ............................. 5
3-2 Chaleur grandeur physique mesurable : ........................................................ 5
3-3 La chaleur latente : ....................................................................................... 6
3-4 Changement de phases : ............................................................................... 6
3-5 Diagramme de phase d’un élément pur : P= f(T) .......................................... 6
Série de TD du chapitre 1 .......................................................................................... 7
Chapitre II : Travail et Diagramme P(V) ..................................................................... 8
1- Notion de travail : .............................................................................................. 8
2- Représentation graphique de travail w : ............................................................. 8
3- Travail de la force de pression : ......................................................................... 8
4- Diagrammes P(V) (Diagramme de Clapeyron) :................................................. 9
5- Systèmes thermodynamiques : ......................................................................... 10
6- Etat d’un système : .......................................................................................... 10
7- Transformation d’un système : ......................................................................... 10
8- Types de systèmes : ......................................................................................... 10
9- Exemples de systèmes : ................................................................................... 11
10- Equations d'état :............................................................................................ 11
11- Cycle de transformations : ............................................................................. 12
12- Types de Transformations .............................................................................. 12
12-1 Transformation isochore : ......................................................................... 12
12-2 Transformation isobare ............................................................................. 13
12-3 Transformation isotherme :....................................................................... 13
13-4 La transformation adiabatique .................................................................. 14
Série de TD du chapitre 2 ........................................................................................ 15
Chapitre III : Premier principe de la thermodynamique.............................................. 16
1- Introduction : ................................................................................................... 16
2- Énergie interne U :........................................................................................... 16
3- Le 1er principe de la thermodynamique : .......................................................... 16
4- Implications du 1er principe : ........................................................................... 16
5- Enthalpie : ....................................................................................................... 17

H.SALHI 2
Thermodynamique GMI/ESTC Pr. H. SALHI

Série de TD de thermodynamique du chapitre 3....................................................... 18


Chapitre IV : Les gaz parfaits .................................................................................... 21
1-Définition : ....................................................................................................... 21
2- Energie interne U d’un G.P. (1ère loi de Joule) :................................................ 21
3- Enthalpie H d’un G.P. (2ème loi de Joule) : ....................................................... 21
4- Capacité thermique : ........................................................................................ 22
5-Bilan des grandeurs énergétiques pour les différentes transformations : ............ 23
5.1. Transformation isochore V = Cte, P et T varient ........................................ 23
5.2. Transformation isobare P = Cte, V et T varient : ........................................ 23
5.3 Transformation isotherme T = Cte, P et V varient (PV=Cte) ........................ 23
5.4. Transformation adiabatique P, V et T varient (avec γ = Cp/Cv) ................... 23
Série de TD du chapitre 4 ........................................................................................ 24
Chapitre V : Le second principe de la Thermodynamique .......................................... 26
1- Insuffisance du 1er Principe de la Thermodynamique ....................................... 26
2- 2nd principe de la thermodynamique (de Carnot): ............................................. 26
3- Définitions : ..................................................................................................... 26
4- Entropie : ......................................................................................................... 27
5- 2nd principe de la thermodynamique (énoncé mathématique) : ..................... 28
6-Calcul des variations d'entropie : ................................................................... 28
7-Inégalité de Clausius. .................................................................................... 28
7- Rendement maximal d'un moteur thermique. ................................................ 28
Chapitre VI : Machines thermiques ........................................................................... 29
1-Définition : ....................................................................................................... 29
2- Applications pratiques du 1er et 2ndprincipe : .................................................... 29
2-Machines thermodynamiques :.......................................................................... 29
2-1- Moteur réversible ditherme ....................................................................... 29
2-2-Exemples d’un moteur ditherme réel : ........................................................ 30
3- Machines dynamo-thermiques ......................................................................... 32
3-1 Réfrigérateurs (ou climatiseurs):................................................................. 32
Série de TD du chapitre 6 ........................................................................................ 34
Méthodologie de travail: ...................................................................................... 34

H.SALHI 3
Thermodynamique GMI/ESTC Pr. H. SALHI

Chapitre 1

Notions fondamentales
1- Introduction :

La thermodynamique est la science qui étudie les échanges chaleur / travail sur
un corps :

 Le déplacement des corps (dynamique : travail) soumis à la chaleur (thermo)


: moteurs thermiques ;
 Inversement, la chaleur captée ou rejetée par un corps soumis à une
déformation ou un déplacement (réfrigérateurs).
La thermodynamique décrit le comportement des systèmes et leurs évolutions en
fonction de :

 Température T :
 Energie (sous deux formes chaleur Q et travail W).
L'objet de la thermodynamique est d’étudier :

 Le fonctionnement et le bilan d'énergie des machines thermiques ;


 Les échanges ou transferts de chaleur dans un système ou entre deux
systèmes.
Les applications de thermodynamique :

 Les machines thermodynamiques (TD): c’est un mécanisme permettant


d’effectuer un travail à l’aide d’une source de chaleur. Ex : Moteurs à
combustion, machines à vapeur, centrales thermiques ou nucléaires…

H.SALHI 4
Thermodynamique GMI/ESTC Pr. H. SALHI

 Les machines dynamo-thermiques (DT) : il y a transfert de chaleur d'une


source chaude à une source froide grâce à un apport de travail dans le système
ou entre deux systèmes. Ex: les machines frigo, les liquéfacteurs...
Les applications de ces transferts de chaleur concernent les domaines de:
 l'isolation thermique et du stockage des gaz liquéfiés (cryogénie)
 chauffage et de la climatisation des locaux ;
 la conception et du choix des échangeurs de chaleur.
2- Notions fondamentales :

2-1 La température : est une mesure de l’état d’agitation des particules de tout
corps.
2-2 L’énergie : représente la capacité d’un corps à fournir du travail et de la
chaleur (en Joule ou calories : 1 cal = 4.18J donc Q (cal) = Q(J)/4.18)
2-3 La puissance : représente un débit d’énergie dans le temps. Son unité SI est
le Watt = J/s : le Joule par seconde.
2-4 La pression correspond à la poussée exercée par un fluide (gaz ou liquide)
sur le corps (récipient) avec lequel il est en contact.
2-5 La chaleur : notée Q, est une forme d’énergie apporté lors de l’élévation de
la température.
2-6 Le travail : noté W est l’énergie nécessaire au déplacement d’un corps.

3- Notion de chaleur :

3-1 La chaleur, notée Q, est une forme d’énergie (en Joules).

La chaleur est une forme d'énergie, exprimée en joule [J] ou [cal]. A l'échelle
microscopique, elle traduit la propagation de l’agitation interne des molécules
d’un corps. La chaleur s'écoule toujours d'une source chaude vers une source
froide (Figure1).

3-2 Chaleur grandeur physique mesurable :

H.SALHI 5
Thermodynamique GMI/ESTC Pr. H. SALHI

3-3 La chaleur latente : l'énergie échangée lors d'un changement de phase d'un
corps pur. Ces changements d'état libèrent d'importantes quantités de chaleur :
ceci permet de réduire sensiblement la taille des échangeurs et des compresseurs.

3-4 Changement de phases : Les différentes phases (gaz, liquide et solide) d’un
élément varient en fonction de sa pression et de sa température. La distinction
gaz/liquide n’est possible qu’en dessous d’une certaine pression et d’une certaine
température dites critiques. Il est donc impératif pour liquéfier un gaz d’être sous
la température et la pression critiques.
3-5 Diagramme de phase d’un élément pur : P= f(T)

H.SALHI 6
Thermodynamique GMI/ESTC Pr. H. SALHI

Série de TD du chapitre 1
Exercice 1 : Calculez la quantité de chaleur Q nécessaire pour commencer à faire
bouillir 1 L d'eau initialement à 10°C. On donne la valeur moyenne de la capacité
calorifique massique de l'eau : C ≈ 1 kcal·kg-1 K-1 et la masse volumique
moyenne de l'eau μ ≈ 1kg/dm3. Rép: 90 kcal.

Exercice 2 : Une bouilloire électrique a pour puissance P ≈ 1 kW lorsqu'elle est


alimentée par la prise secteur (tension efficace de 230V). On y place 1 L d'eau à
10°C. En combien de temps l'eau va bouillir ? On rappelle que l'énergie Q
développée par tout système qui développe pendant Δt une puissance P constante
vaut Q = P·Δt.. Rép : 6 min 16 s.

Exercice 3 : A une masse m1 = 100 g d’eau à T1 = 10°C on ajoute une masse m2


= 60 g d’eau à T2 =55°C. Calculer la température finale du mélange.

Exercice 4 : Nous possédons Mess≈ 260 g d'essence que l'on brûle pour échauffer
M ≈ 4 kg de glace initialement à -20°C sous la pression atmosphérique : quelle
est la température finale de la vapeur obtenue ?

Données : chaleur latente de fusion de la glace : LF ≈ 352 kJ/kg, pouvoir


calorifique de l'essence : Less≈ 48.103 kJ/kg, chaleur latente de vaporisation de
l'eau : LV ≈ 2256 kJ/kg, capacité calorifique massique de la glace : C glace≈ 2000
J.kg-1. K-1, capacité calorifique massique de l'eau : Ceau≈ 4185,5 J.kg-1. K-1 et
capacité calorifique massique de la vapeur d'eau Cvap≈ 2020 J.kg-1. K-1.

Rép: Tf = 127°C
Exercice 5 : Dans un calorimètre de masse µ = 20 g et contenant une masse m1
de 500 g d’eau à T1 = 20° C, on introduit une masse m2 = 200 g de glaçons à T2
de - 20° C. On prend comme température finale Tf = 0° C.
1. Calculer la chaleur Q1 cédée par l'ensemble calorimétrie + eau ;
2. Calculer la chaleur Q2 reçue par la glace. Interpréter
3. Calculer la masse de glace fondue m’.
Données : Chaleurs massiques : eau : 4185 J/kg. K, Chaleur latente de fusion de
la glace : 330 kJ/kg, Cg = 0,5 cal / g °K.
Rép: Q1= -43524J, Q2= 8000J, m’=107g
Exercice 6 : On considère 458 g d’eau à la température T1 = 52 °C qu’on
mélange à 368 g de glace à la température T2 = - 17 °C. Déterminer les masses
finales respectives d’eau et de glace dans le cas où la température d’équilibre Tf
est supposée nulle. On donne : Ce = 1 cal / g °K, Cg = 0,5 cal / g °K, Lf = 80cal/g.

H.SALHI 7
Thermodynamique GMI/ESTC Pr. H. SALHI

Chapitre 2

Travail et Diagramme P(V)


1- Notion de travail :

Le travail est une autre forme (mécanique) de l'énergie (J ou kcal). C'est l'énergie
qui intervient dès qu'il y a mouvement ou déformation d'un corps. Pour bouger
un corps sur une distance L=1 mètre, soumis à une force constante F=400N.

2- Représentation graphique de travail w :

3- Travail de la force de pression :

La pression d'un gaz sera à l'origine du travail effectué par le gaz, ce qui aboutira
au déplacement d'un piston (moteurs thermiques). Le gaz est un système dont le
volume varie beaucoup en fonction des échanges de chaleur.

H.SALHI 8
Thermodynamique GMI/ESTC Pr. H. SALHI

Il faut appuyer avec la force F2 pour comprimer le gaz sous la pression F2/S. Le
Travail reçu par le gaz:

Lors du déplacement de la position 1 à la position 2 :

W12 est > 0 si le volume du fluide diminue : on a une machine qui reçoit du
travail de l'extérieur, la transformation est résistante).

W12 est < 0 si le volume du fluide augmente : on a une machine qui fournit du
travail à l'extérieur, la transformation est motrice.

4- Diagrammes P(V) (Diagramme de Clapeyron) :

P(V) est une représentation privilégiée de la pression du gaz en fonction de son


volume si l'on veut trouver graphiquement le travail développé par le gaz. W12est
donné par la "surface" du trajet effectué dans le plan P(V)

H.SALHI 9
Thermodynamique GMI/ESTC Pr. H. SALHI

5- Systèmes thermodynamiques :

Le corps étudié est appelé "système". Pour décrire un système, il faut à la fois :

 Définir le système en délimitant ses frontières par rapport au milieu


extérieur ;

Milieu extérieur

 Déterminer l'état du système défini par ses variables.


6- Etat d’un système :

L'état du système est défini ou décrit par ses variables dites aussi variables d'état
(P, V, T, n.…). A un système donné est associé tout un ensemble d'états
possibles.

 La température T exprimée en kelvin (K) (Tabsolue= 0°C = 273 K) ;


 Le volume V occupé par le fluide exprimé en m3 ;
 La quantité de matière n exprimée en mole.
 La pression P exprimée en pascal (Pa) (Patm=105Pa =1bar ; 1 Pa= 1N/m2 ;
1atm=1.013 bar= 75.0 cm de Hg).

On dit qu'un système est à l'état d'équilibre thermodynamique, si ces variables


d'état ont des valeurs bien définies et constantes.
7- Transformation d’un système :

Sous l'influence transferts d'énergie entre le système et le milieu extérieur, le


système évolue et les variables d'état du système sont modifiés. On dit que le
système se transforme ou change d'état, en passant d'un état d'équilibre (1) à un
autre état d'équilibre (2).

8- Types de systèmes :

 Système ouvert : se transforme en échangeant de la matière et de l‘énergie


avec le milieu extérieur.

H.SALHI 10
Thermodynamique GMI/ESTC Pr. H. SALHI

 Système fermée : aucune masse ne peut ni s'échapper ni pénétrer dans le


système (m=Cte) mais les échanges d’énergie avec le milieu extérieur sont
possibles.
 Système isolé : les frontières empêchent tout échange d'énergie (ni travail ni
chaleur) et de matière avec l'entourage.
 Système adiabatique : isolé thermiquement : Q = 0 (Text ≠ Tint) ;
 Système rigide : indéformable : W = 0 (Pext ≠ Pint) ;
 Système stationnaire : Si tous les paramètres sont constants/ temps.
9- Exemples de systèmes :

10- Equations d'état :

Soit une masse m d’un gaz enfermé dans un volume V à une température T
exerçant une pression P. L’équation d'état d'un système à l'équilibre
thermodynamique est une relation entre différents paramètres physiques qui
déterminent son état du type : f (P, V, T) = 0.

Le gaz parfait est un gaz imaginaire dont les molécules n'ont aucune action
mutuelle. C’est un modèle décrivant le comportement de tous les gaz réels à
basse pression. L’équation la plus couramment utilisée est l'équation des gaz
parfaits :
PV = n R T

• n est la quantité de matière (en mole): n=N/NA= m/M= V/Vm;


• N est le nombre de particules, NA : nombre d'Avogadro =6,022×1023 mol-1
• R est la constante des gaz parfaits R = 8,314 472 J·K-1·mol-1,

H.SALHI 11
Thermodynamique GMI/ESTC Pr. H. SALHI

11- Cycle de transformations :

Afin d'obtenir des dispositifs qui fonctionnent en permanence, on est amené à


utiliser des transformations répétitives. Lorsque l'état final, après un certain
nombre de transformations, est identique à l'état initial, la série de
transformations est alors dite "cyclique" : il faut au moins 2 transformations pour
effectuer un cycle :

12- Types de Transformations : Il existe quatre transformations simples qui


peuvent modéliser n'importe quelle transformation compliquée et donnent une
expression simple de W et Q ce qui fait leur intérêt.

12-1 Transformation isochore : le volume du système reste constant lors de la


transformation : W = 0

H.SALHI 12
Thermodynamique GMI/ESTC Pr. H. SALHI

12-2 Transformation isobare : la pression du système reste constante lors de la


transformation.

12-3 Transformation isotherme : la température du système reste constante lors


de la transformation.

H.SALHI 13
Thermodynamique GMI/ESTC Pr. H. SALHI

13-4 La transformation adiabatique concerne toutes les transformations pour


lesquelles le système est thermiquement isolé : Qéchangée ≈ 0, c'est-à-dire les
calorifugées et/ou suffisamment rapides devant l’échange thermique du système
(souvent < 1 min), le seul échange avec l’extérieur se fait uniquement sous forme
de travail.

H.SALHI 14
Thermodynamique GMI/ESTC Pr. H. SALHI

Série de TD du chapitre 2
Exercice 1 : Etude d’une compression : Une masse d’air de 1 kg subit la
transformation suivante :

La transformation 1-2 est telle que le produit P.V = Cte.


1. Tracez avec précision, sur une feuille quadrillée, la courbe représentative de
la transformation dans le plan P(V).
2. Calculez le travail échangé lors de cette transformation, d'une part
graphiquement et d'autre part algébriquement. (On rappelle qu'une primitive de
1/x est ln x). Rép : W12=135kJ
Exercice 2 : calcul du travail échangé lors de trois transformations
différentes.
On effectue, de 3 façons différentes, une compression qui amène du diazote N2
(air) de l'état 1 (P1= Po=1 bar, V1= 3. Vo) à l'état 2 (P2 = 3. Po, V2 = Vo=1 litre).
La première transformation est isochore (volume constant) puis isobare (pression
constante), la seconde est isobare puis isochore, la troisième est telle que P.V =
Cte.
1. Représentez dans le plan P(V) les 3 transformations.
2. Quelles sont les travaux reçus dans les 3 cas ?
3. Quelle transformation choisira-t-on si l'on veut dépenser le moins d'énergie
motrice ? Rép : 2 :600 J, 200 J, 329 J ; 3 : la seconde.
Exercice 3 : travail reçu par un gaz pour différents chemins suivis.
On considère deux moles de dioxygène, gaz supposé parfait, que l’on peut faire
passer réversiblement de l’état initial A (PA, VA, TA) à l’état final B (PB = 3 PA,
VB, TB = TA) par trois chemins distincts :
1. chemin A 1 B : transformation isotherme ;
2. chemin A 2 B : transformation représentée par une droite en diagramme de
Clapeyron (P, V) ;
3. chemin A 3 B : transformation composée d’une isochore puis d’une isobare.
Représenter les trois chemins en diagramme de Clapeyron.
Calculer dans chaque cas les travaux mis en jeu en fonction de TA (A.N : TA =
300 K). Rep : W1 = 2 R TA ln 3 = 5,48.103 J ; W2 = 3/8 R TA = 6,65.103 J ; W3
= 4 R TA = 9,98.103J.

H.SALHI 15
Thermodynamique GMI/ESTC Pr. H. SALHI

Chapitre 3

Premier principe de la thermodynamique


1- Introduction :

Les transformations réelles, généralement complexes, peuvent être décomposées


en une succession de transformations élémentaires, simples voire basiques. Cette
décomposition permet d'effectuer des calculs élémentaires de transfert de
chaleur, de travail, de variation de température… afin d’avoir une approximation
du résultat d’une transformation réelle.

2- Énergie interne U :

On appelle "énergie interne U " l'énergie thermique totale contenu en énergie de


ce système. Elle exprime l'état de mouvement des molécules d'un corps.

L'énergie interne U d'un système peut varier par suite d'échanges d'énergie avec
le milieu extérieur. S'il y a variation d'énergie interne ΔU, c'est que le corps a
reçu ou perdu de l'énergie (sous forme de chaleur (Q) ou travail(W)).

3- Le 1er principe de la thermodynamique :

Ce principe, exprime la simple conservation d'énergie d'un système fermé (rien


ne se perd, rien ne se crée). L’énergie est conservée quand un système reçoit une
énergie. Il peut soit l’emmagasiner ou la refournir à l’extérieur mais ne pas la
détruire.

La quantité W + Q, mesure la variation d‘énergie interne du système ΔU. On ne


tient pas compte des énergies cinétique et potentielle.

ΔU12 = W12 + Q12

Le premier principe de la thermodynamique exprime que : une variation


d'énergie interne est due à un apport de chaleur et/ou de travail.
4- Implications du 1er principe :

Implication n° 1 : Si le fluide (ou corps) subit une série de transformations pour


finir dans le même état que dans son état initial (cycle). Dans ce cas, l'énergie
interne du système n'aura finalement pas varié :
ΔUcycle = 0

Implication n°2 : la variation ΔU12 est indépendante du chemin suivi. Ainsi il


n'est pas nécessaire de connaître dans ses détails une transformation réelle qui

H.SALHI 16
Thermodynamique GMI/ESTC Pr. H. SALHI

est toujours compliquée, si on connait précisément l'état initial et l'état final du


système. Il est alors correct d'écrire :

ΔU12 = U2 - U1
Implication n°3 : comme U ∝ T on a ΔU ∝ΔT, pour une transformation
isotherme :
ΔUisoth=0

5- Enthalpie :

L'enthalpie est une grandeur thermodynamique (H), fonction d'état définie par la
relation :
H = U + PV

U : énergie interne, P : pression et V : volume.


La variation ΔH d'enthalpie permet d'exprimer la quantité de chaleur mise en jeu
pendant la transformation à pression constante (isobare) d'un système
thermodynamique.
ΔH12 = ΔU12 + Δ (PV)

Application : Une manière de connaître Q12:

ΔH12 = Δ (U + PV)= Δ U + P Δ V= Q12p


Si P = Cte

SiV=Cte : Q12v = Δ (U + PV) = ΔU12

L’enthalpie est donnée sous forme de courbes caractéristiques d'un gaz. Cette
méthode n'est utilisable que si la pression du système reste constante au cours de
la transformation (isobare).

H.SALHI 17
Thermodynamique GMI/ESTC Pr. H. SALHI

Série de TD de thermodynamique du chapitre 3


Exercice 1 : Calculer la variation interne d'énergie de chacun des systèmes
suivants :
1. Un système absorbe 2kJ tandis qu'il fournit à l'extérieur un travail de 500J.
2. Un gaz maintenu à volume constant cède 5kJ.
3. La compression adiabatique d'un gaz s'accomplit par un travail de 80 J
4. Quelle est l'augmentation d'énergie interne d'un kg d'eau liquide transformée
totalement en vapeur à 100°C et sous pression atmosphérique normale ?
On prendra à 100°C et sous pression atmosphérique normale : volume massique
de l'eau liquide : 10-3 m3/kg ; volume massique de la vapeur d'eau : 1,671 m3/kg
; chaleur latente de vaporisation de l'eau L=2,26 106 J/kg

Rép :U=1500 J ;U= -5000 J ;U= +80 J ;U= +2,09 106 J.


Exercice 2 : L’état initial d’une mole de gaz parfait est caractérisé par P0 =
2.105Pa, V0 = 14 L. On fait subir successivement à ce gaz les transformations
réversibles suivantes :
 Une détente isobare qui double son volume ;
 Une compression isotherme qui le ramène à son volume initial ;
 Un refroidissement isochore qui le ramène à l’état initial.
1. A quelle température s’effectue la compression isotherme ? En déduire la
pression maximale atteinte.
2. Représenter le cycle de transformations dans le diagramme (P, V).
3. Calculer les travaux et transferts thermiques échangés par le système au cours
du cycle, soient W1, W2, W3, Q1, Q2 et Q3 en fonction de P0, V0 et γ=Cp/Cv=1.4
(supposé constant dans le domaine de températures étudié).
4. Vérifier ΔU = 0 pour le cycle.
1) Compression isotherme à 2 T0, pression maximale atteinte 2 P0 .

3) W1 = - P0 V0 = - 2,8.103 J ; Q1 =P0 V0 = 9,8.103 J ; W2= 2 P0 V0 ln 2 =


3,9.103 J ; Q2 = - 2 P0 V0 ln 2 = - 3,9.103 J ; W3 = 0 et Q3 = -(1/) P0 V0 = -
7,0.103J.

Exercice 10 : Dans une machine adiabatique arrive 10 m3 d'air à 5 bars. Cet air
effectue dans la machine un travail interne de 6,47 MJ et sort alors à 1bar et avec
un volume de 31,5 m3. Comment varient l'énergie interne et l'enthalpie de l'air
pendant son écoulement

Rép : a) ΔU = - 4,62 MJ et ΔH = - 6,4 MJ

Exercice 4 : enthalpie massique

H.SALHI 18
Thermodynamique GMI/ESTC Pr. H. SALHI

On donne le diagramme d’enthalpie massique de la vapeur d'eau sous différentes


pressions : calculer la chaleur Q12 à apporter à 1 kg de vapeur d'eau pour élever
sa température de 200°C à 300°C sous la pression constante de 1 bar.

Exercice 2 : Etude d’un compresseur.


Le système étudié est constitué d'un cylindre muni d'un piston, d'une soupape
d'admission des gaz SA et d'une soupape d'échappement SE liée à un ressort fixe
qui maintient une pression P2 constante sur SE. On effectue alors les opérations
suivantes :

H.SALHI 19
Thermodynamique GMI/ESTC Pr. H. SALHI

a) Transformation 0 à 1 : le piston est au fond du cylindre et redescend en


aspirant du gaz sous la pression atmosphérique P1 = 1000 hPa et la température
ambiante T1=300 K. Sous l'effet de la viscosité du gaz SA s'ouvre
automatiquement (SE fermée grâce au piston). Le volume occupé par le gaz vaut
alors V1=0,25 L (volume du cylindre).
b) Transformation 1 à 2 : le piston remonte suffisamment rapidement pour que
la compression soit considérée comme adiabatique. SA se ferme
automatiquement, SE est toujours fermée car P < P2. Le gaz atteint finalement la
pression P2 = 10xP1à la température T2 et occupe le volume V2.
(Pour une transformation adiabatique, on prend P.Vγ= Cte et que T γ.P1- γ=Cte
avec γ= 1,40.)
c) Transformation 2 à 3 : SA étant toujours fermée, le piston poursuit sa course
: la pression tend à être supérieure à P2 et donc la soupape SE s’ouvre, ce qui
refoule le gaz à pression constante P3 = P2.
d) Transformation 3 à 0 : le piston termine sa descente : SE se ferme
automatiquement et SA s'ouvre.
1. Donnez le diagramme P(V) des 4 transformations réalisées.
2. Sachant que la transformation b) est une transformation adiabatique, calculez
T2 et V2.
3. Calculez le travail développé par le système gaz + piston lors d'un aller - retour
du piston : est-il nécessaire de fournir de l'énergie motrice pour réaliser ce cycle
?
Rép : 2 : 579 K, 48,3 mL ; 3 : 81,5 J

H.SALHI 20
Thermodynamique GMI/ESTC Pr. H. SALHI

Chapitre 4

Les gaz parfaits


1-Définition :

Le gaz parfait (G.P) est le modèle simplifié du gaz réel étudié. On suppose qu’il
n’y a aucune interaction mutuelle entre les molécules. L'état d'un gaz est décrit
par la donnée de trois variables d'état P, V et T. L'équation la plus couramment
utilisée est l'équation des gaz parfaits :

PV = n R T

• n est la quantité de matière (en mole): n = N/NA= m/M= V/Vm;

• R est la constante des gaz parfaits R = 8,314 472 J•K -1•mol-1,

On peut l'écrire aussi :


PV = N kBT

• N est le nombre de particules ;

• NA : nombre d'Avogadro = 6,022×1023 mol-1

• kB est la constante de Boltzmann =1,38×10 -23 J·K-1 et R = NA ·kB ;

En pratique on utilise aussi la masse du gaz au lieu de sa quantité de matière :

Avec r ≈ 2077 J. kg-1. K-1


PV = m. r. T
2- Energie interne U d’un G.P. (1ère loi de Joule) :

Dans un gaz parfait, l'énergie interne U ne dépend que de la température T. Pour


N molécules (de masse m) d'un gaz parfait, à la température T: U ≈ 3/2 m. r. ou
U ≈ 3/2 N. kB. T

dU= CvdT

3- Enthalpie H d’un G.P. (2ème loi de Joule) :


Dans un gaz parfait, l’enthalpie H ne dépend que de la température T:

H.SALHI 21
Thermodynamique GMI/ESTC Pr. H. SALHI

dH= CpdT
Conséquences
 Gaz monoatomique (Ar,He,Ne,..): cv = 3/2 nR et cp = 5/2 nR
 Gaz diatomique (H2, N2.O2,..) :cv = 5/2nR et cp = 7/2nR

4- Capacité thermique :
La capacité thermique (ou capacité calorifique) d'un corps est l'énergie qu'il faut
apporter à un corps pour augmenter sa température d’un kelvin. Elle s'exprime
en joule/kelvin (J/K).

On appelle capacité calorifique molaire à volume constant, le rapport de la


quantité d'énergie transmise par chaleur nécessaire pour faire monter la
température d'une mole

La capacité thermique isobare d'un corps est définie à partir de son enthalpie

Relation de Mayer pour les gaz parfaits :

On obtient alors les expressions de Cv et Cp en fonction de n, R et de :

𝐶𝑝
Avec : =
𝐶𝑣

H.SALHI 22
Thermodynamique GMI/ESTC Pr. H. SALHI

5-Bilan des grandeurs énergétiques pour les différentes transformations :

5.1. Transformation isochore V = Cte, P et T varient

Pour une transformation isochore on a alors ΔU = Q12 + 0 et ΔU = m.cV. ΔT


⇒Q =m.cV.ΔT (on le savait déjà : voir cours n°1), ainsi :

5.2. Transformation isobare P = Cte, V et T varient :

On a alors ΔU = Q12 + W12⇒m.cV. ΔT = m.cP. ΔT - P. ΔV

5.3 Transformation isotherme T = Cte, P et V varient (PV=Cte)

5.4. Transformation adiabatique P, V et T varient (avec γ = Cp/Cv)

H.SALHI 23
Thermodynamique GMI/ESTC Pr. H. SALHI

Série de TD du chapitre 4
Exercice 1. Un gaz parfait à 356 K est chauffé à pression constante jusqu'à ce
que son volume augmente de 182%. Quel est, en Kelvin, la température atteinte
par le gaz ? Rép : T2 =647K
Exercice 2. Un gaz parfait subit une compression isotherme qui réduit son
volume de 67%. La pression est alors de 8 bars. Quelle était la pression du gaz
au départ (en Pa) ? Rép : P1=2.64 bars
Exercice 3. (Détente adiabatique) Une bouteille de gaz contient de l'azote à
25°C sous une pression de 50 bar(s). Quelle température en Kelvin peut
atteindre théoriquement le gaz lorsqu'il s'échappe de la bouteille à la pression
atmosphérique. On prendra γ= 7/5 pour un gaz diatomique. Rép : T2=97.47K
Exercice 4 : Sachant que 22.4 L d'air a une masse de 29g à 0°C et à la pression
atmosphérique, calculer, en gL-1, la masse volumique de l'air à 14 °C et 1.4
atmosphères. Rép : V2=16l, ρ2=1.7g/l
Exercice 5 : On effectue une compression de 1 bar à 10 bars d'un litre d'air
(G.P.) pris initialement à la température ambiante (20°C). Cette compression est
suffisamment rapide pour que le récipient renfermant l'air n'ait pas le temps
d'évacuer la chaleur pendant la compression. On donne 1,40 ; r 287 J. K-
1
.kg-1 et cv720 J. K-1.kg-1 pour l'air.
1. Calculer la température finale de la masse d'air.
2. Déduisez en son volume final et sa variation d'énergie interne.
Rép : 1 : 293 °C ; 2 : 0,2 L ; 236 J.

Exercice 6 : On comprime isothermiquement jusqu'à la pression de 20 bars 1m3


d'air se trouvant initialement dans les conditions normales (rappel : To273 K,
Po1013,25 hPa). On admet que l'air se comporte comme un gaz parfait (R
8,32 J.K-1.mol-1)
1. Quel est le volume final de l'air ?
2. Calculez le travail de compression et la quantité de chaleur cédée par le gaz
au milieu extérieur.

La masse d'air est ramenée à la pression P21 bar par une détente adiabatique
(PV= Cte avec 1,42 pour l'air).
3. Déterminez le volume V2 et la température T2 du gaz après la détente.
4. Calculez le travail fourni au milieu extérieur et comparez- le au travail fourni
au gaz pendant la compression isotherme. Interprétez les résultats en utilisant le
diagramme de Clapeyron. Rép : 1 :50 L ; 2 : 304 kJ ; -304 kJ ; 3 : 412 L ; 113
K 4 : -142 kJ.

H.SALHI 24
Thermodynamique GMI/ESTC Pr. H. SALHI

Exercice 7 : Un récipient fermé par un piston mobile renferme 2 g d'hélium (gaz


parfait monoatomique) dans les conditions (p1 v1). On opère une compression
adiabatique de façon réversible qui amène le gaz dans les conditions (p2 V2).
Sachant que p1=1 atm ; V1= 10L ; p2=3 atm déterminer :

- le volume final V2
- le travail échangé par le gaz avec le milieu extérieur
- la variation d'énergie interne du gaz
- déduire la variation de température du gaz sans calculer sa température
initiale on donne : γ=Cp/Cv=5/3 ; R=8,32.

Exercice 8 : Dans un compresseur à parois non adiabatiques, on comprime de


l'air par apport de travail interne égal à 10 MJ. L'enthalpie de l'air ne change
pendant ce processus de compression. Quelle quantité de chaleur est fournie ou
cédée au système pendant cette compression

Rép : Q12 = - 10 MJ, expliquer le signe

Exercice 9 : Une bouteille d'hydrogène de volume 100 l contient à 20 °C un gaz


comprimé sous 200 bars. Calculer le nombre de moles, la masse du gaz et sa
pression à 500 °C. Faites un schéma de la bouteille de gaz.

Rép : a) n = 820 moles b) m = 1,64 kg c) 527 bar

H.SALHI 25
Thermodynamique GMI/ESTC Pr. H. SALHI

Chapitre 5

Le second principe de la Thermodynamique


1- Insuffisance du 1er Principe de la Thermodynamique
Le 1er principe de la thermodynamique stipule la conservation de l'énergie et
permet de faire le bilan d'énergie des systèmes, sans imposer de conditions sur
les types d'échanges possibles. On peut fournir du travail sur un cycle en
absorbant de la chaleur d'une seule source.

Ucycle = 0 et Ucycle = Wcycle + Qcycle = 0 Wcycle = -Qcycle :


En d'autres termes il permet de prévoir la quantité de chaleur ou de travail que
l'on peut extraire d'un gaz lors d'un cycle de transformations donné…mais il ne
permet pas de savoir comment réaliser le cycle en pratique.
2- 2nd principe de la thermodynamique (de Carnot):

Le 2ème Principe (appelé Carnot) est né, au début de l’ère industrielle grâce aux
réflexions menées sur le fonctionnement des machines thermiques.

Le deuxième principe va définir le sens privilégié suivant lequel les


transformations peuvent se dérouler et préciser les conditions d'équilibre du
système. C'est un postulat basé sur des observations expérimentales.

Sur un cycle de moteur thermique, il faut au moins 2 sources de chaleur pour


extraire un travail.

3- Définitions :
1. Un moteur thermique est une machine qui fonctionne sur un cycle et qui
produit du travail uniquement à partir de sources de chaleur.
2. Une source de chaleur est tout milieu extérieur capable d’échanger de
l’énergie thermique avec le système.
3. La transformation réversible est une transformation susceptible d'être
inversée à la suite d'une modification progressive des contraintes extérieures, en
permettant au système de retrouver les états antérieurs successifs. La

H.SALHI 26
Thermodynamique GMI/ESTC Pr. H. SALHI

transformation réversible est idéale sans dissipation d'énergie (frottements,


réaction chimique), qui est facilement calculable. En réalité, toutes les
transformations réelles sont irréversibles.
4- Entropie :
On s'aperçoit que, lors d'une transformation cyclique réversible réalisée avec
deux thermostats (T2=Cte et T1Cte) une quantité reste constante, intégralement
transférée de la source chaude vers la source froide. Cette quantité qui reste
constante est le rapport Q2/T2, ou Q1/T1 (égalité au signe près). Cette constante
est nommée : Entropie.
𝑄2
(𝑆𝑟𝑒ç𝑢𝑒 = ) ≥ 0 𝑐𝑎𝑟 𝑄2 ≥ 0
𝑇2 𝑟é𝑣𝑒𝑟𝑠𝑖𝑏𝑙𝑒

La fonction d'état entropie S est considérée comme une mesure de désordre. Son
unité légale est le Joule/Kelvin (J/K). Au cours d’une transformation d’un
système fermé la variation d’entropie est égale à :

ΔScréée =ΔSext +ΔSsyst≥ 0


 Sextest l’entropie échangée avec le milieu extérieur : est positive si elle est
reçue par le système et négative dans le cas contraire.

 Ssystest l’entropie créée au sein du système. Ssyst>0 pour les transformations


irréversibles, Ssyst= 0 pour les transformations réversibles.
Si δQ est la quantité de chaleur échangée par le système avec une source à
température TS, l’entropie δSext échangée sera :
𝛿𝑄
𝛿𝑆𝑒𝑥𝑡 =
𝑇𝑠𝑜𝑢𝑟𝑐𝑒
 Cas d’une source de chaleur à température constante : Sext = Q / Tsource.
 Cas de n sources de chaleur à température constante l’entropie échangée est :
𝛿𝑄𝑖
𝑆𝑒𝑥𝑡 = ∑
𝑇𝑖
𝑓 𝛿𝑄
 Cas d’une transformation réversible∆𝑆 = ∫𝑖
𝑇
 L’entropie S du système croît si le système tend vers son équilibre : Δ S > 0
 L’entropie S est maximale si le système est à l'équilibre.
 La variation d'entropie d'un système ne peut être que positive ou nulle
 ΔScycle =Sreçue + Sperdue = 0

H.SALHI 27
Thermodynamique GMI/ESTC Pr. H. SALHI

5- 2nd principe de la thermodynamique (énoncé mathématique) : pour une


transformation 1 2 quelconque on aura toujours:S12Ssource

𝐐
∆𝑺 ≥
𝑻𝑺𝒐𝒖𝒓𝒄𝒆
Le second principe est un principe d'évolution qui stipule que toute
transformation réelle s'effectue avec création d'entropie, usuellement assimilée à
la notion de désordre qui croît au cours d'une transformation réelle.
« La variation d'entropie d'un système thermodynamique ne peut être que
positive ou nulle »
6-Calcul des variations d'entropie :

Au cours d'une transformation élémentaire et réversible, l'entropie est :

dS = dQ/T = (dU + pdV)/T


 Transformation isochore (V = cte) : S = mcvlnT2/T1
 Transformation isobare (p = cte) : S = mcplnT2/T1
 Transformation isotherme (T = cte) :  S = nRlnV2/V1
 Transformation isentrope ou adiabatique (S = cte) : dS = 0 et S2 =S1
7-Inégalité de Clausius.
Prenons un cycle ditherme réalisé entre 2 températures extrêmes T1< T2 fournies
par 2 sources (thermostats). L’inégalité de Clausius est :
𝑄1 𝑄2
( − ) ≤0
𝑇1 𝑇2 𝑐𝑦𝑐𝑙𝑒

7- Rendement maximal d'un moteur thermique.

La transformation de chaleur en travail à partir d'une source chaude n'est possible


qu'à la condition de rejeter une partie de la chaleur à une autre source froide
(cycle ditherme). Cette chaleur rejetée est donc perdue et influera sur les
performances de la machine thermique : d'où la notion de rendement thermique.
Un moteur thermique rejette toujours de la chaleur : son rendement η n’est
jamais égal à 100 % : il s'échauffe donc toujours. On démontre que :
𝑻𝒇𝒓𝒐𝒊𝒅
(𝜼𝒎𝒂𝒙 = 𝟏 − )
𝑻𝒄𝒉𝒂𝒖𝒅 𝒄𝒚𝒄𝒍𝒆 𝒓é𝒗𝒆𝒓𝒔𝒊𝒃𝒍𝒆 𝒅𝒊𝒕𝒉𝒆𝒓𝒎𝒆

H.SALHI 28
Thermodynamique GMI/ESTC Pr. H. SALHI

Chapitre 6

Machines thermiques
1-Définition :

Les machines thermodynamiques fonctionnent avec plusieurs transformations


successives et répétitives formant un cycle. Dans la pratique, ces transformations
ne sont pas réversibles. On remplace alors ces processus irréversibles par des
transformations réversibles plus facilement calculables.
2- Applications pratiques du 1er et 2ndprincipe :
D’après le 1er principe, ces machines permettent de produire du froid
(réfrigérateur), du chaud (pompe à chaleur) ou du travail (moteur thermique) à
partir de sources de chaleur uniquement. D’après le 2nd principe, les moteurs
dithermes prennent obligatoirement de la chaleur Q2 d’un corps chaud pour la
convertir en énergie motrice W. Ils en perdent une partie Q1 qu'ils rejettent à la
source froide.
2-Machines thermodynamiques : sont des machines thermiques motrices
produisant du travail. Le cycle est moteur (sens horaire). C’est le cas :
 Des machines à vapeur (locomotives à vapeur, bateaux à vapeur...)
 Des moteurs à combustion à essence ou diesel
 Des centrales thermiques ou nucléaires (production d'électricité)

2-1- Moteur réversible ditherme : Cycle de Carnot

La machine de Carnot (1796-1832) est l'idéalisation d'un moteur thermique, sans


frottement, pas de dispersion. Le cycle de Carnot est un cycle idéal et c'est pour
cette raison qu’il sert de référence à laquelle tous les autres cycles réels sont
comparés. Un cycle de Carnot est un cycle ditherme moteur réversible :
 Évoluant entre deux sources de température T2 et T1 (avec T2> T1)
 Formé de deux transformations isothermes (ab et cd) et de deux
transformations adiabatiques (bc et da)

H.SALHI 29
Thermodynamique GMI/ESTC Pr. H. SALHI

On réalise un tel moteur en enfermant une certaine masse m de gaz dans un


cylindre fermé par un piston coulissant sans frottement. Au cours de ce cycle
abcda, le gaz revient à son état initial après avoir :
 Reçu une quantité de chaleur Qch à la température Tch
 Fourni une quantité de chaleur QF à la température TF
 Fourni un certain travail W

Le cycle de Carnot est le cycle qui a le rendement maximal. Aucun autre cycle
d'une machine thermodynamique ne peut avoir un rendement plus grand.
𝑾 𝑸𝒄𝒉 + 𝑸𝑭 𝑸𝑭 𝑻𝑭
𝜼𝒓é𝒆𝒍 = ⃒ ⃒=⃒ ⃒= 𝟏−⃒ ⃒ < 𝜼𝑪𝒂𝒓𝒏𝒐𝒕 = 𝟏 −
𝑸𝒄𝒉 𝑸𝒄𝒉 𝑸𝒄𝒉 𝑻𝒄𝒉

2-2-Exemples d’un moteur ditherme réel :


Un moteur de Carnot est très compliqué (donc très cher) à réaliser, pour des
raisons techniques et non théoriques. On fabrique donc des moteurs plus simples
(moins cher) mais non réversibles (donc avec un rendement plus faible ou bien
un travail perdu plus faible).

 2 adiabatiques et 2 isochores : cycle de Beau de Rochas (essence)


 2 isothermes et 2 isochores : cycle de Stirling (souvent avec de l'hydrogène).
 2 adiabatiques, 1 isochore, 1 isobare : cycle Diesel.

Cycle de Beau De Rochas (essence) :

Le cycle du moteur vu ici est constitué de 4 temps : un "temps" correspondant à


une course totale du piston et non à un type de transformation sur le diagramme
P(V). Le fluide utilisé est un mélange air - essence (4).
• ADMISSION : la phase d'admission permet à l'air d'entrer, toutefois,
l'essence est injectée en même temps. Le cylindre se remplit du mélange.
• COMPRESSION : le piston remonte et comprime l'air car les deux soupapes
sont fermées. La compression n'est pas trop forte car sinon le mélange pourrait
exploser avant et abimer le moteur (l'essence contient un antidétonant).

H.SALHI 30
Thermodynamique GMI/ESTC Pr. H. SALHI

• EXPLOSION : les soupapes sont fermées. Une étincelle est alors produite, le
mélange explose créant une surpression qui pousse le piston vers le bas (et fait
tourner le vilebrequin). La température instantanée des gaz peut atteindre 2000
à 3000°C.
• ECHAPPEMENT : le piston remonte et la soupape d'échappement s'ouvre
(enfoncée par la came correspondante). L'air brulé précédemment est éjecté vers
le pot d'échappement.
On peut alors observer le cycle dans le plan P(V) :

0 1 : admission du mélange air-essence sous 20°C

1 2 : compression adiabatique (course des pistons très rapide : 6m/s à 3000
tr/min) à 330 °C – 12 bars

2 3 : explosion très rapide (compression isochore) de 800 °C à 4000 °C

3 4 : détente adiabatique avec production de travail.


4 1 : baisse de pression lors de l'ouverture de la soupape d'échappement.

1 0 : échappement.
Lors de l'ouverture de la soupape d'échappement, la pression est égale à la
pression extérieure.

Comme deux transformations sur les 4 sont adiabatiques, l'échange de chaleur


s'effectuera uniquement sur les trajets 2-3 (Q2) et 4-1 (Q1).

H.SALHI 31
Thermodynamique GMI/ESTC Pr. H. SALHI

Les températures extrêmes sont T3 (800°C) et T1 (20°C): on peut donc


assimiler ce cycle à un cycle ditherme s'effectuant entre les températures T1 et
T3 :

Q2/T3 + Q1/T10 et donc reél< max1-T1/T372%


3- Machines dynamo-thermiques : Ce sont par contre des machines de transfert
de chaleur. Le cycle est récepteur (sens trigonométrique). Exemples :
 Les machines frigorifiques ou climatiseurs;
 Les pompes à chaleur ;

3-1 Réfrigérateurs (ou climatiseurs):

Un réfrigérateur a pour fonction de soustraire de la chaleur à un réservoir pour


le refroidir. Ils pompent de la chaleur d’un corps (qui se refroidit) et la
transmettent à un autre corps (qui s'échauffe) grâce à un compresseur et à un
détendeur qui permettent cette opération. Le réfrigérateur est constitué d’un
circuit fermé dans lequel circule un fluide de travail (fluide frigorigène). Ce
circuit est composé de quatre éléments principaux : un compresseur, un
détendeur et deux échangeurs de chaleur (le condenseur et l’évaporateur). Le but
de cette machine thermodynamique est de transférer l'énergie d'un milieu froid
(source froide) à un milieu chaud (source chaude) :
1. Compression : A l’entrée du compresseur, le fluide frigorigène est à l’état
vapeur et à basse pression. Le compresseur comprime le fluide pour augmenter
sa pression et sa température. A la sortie du compresseur, le fluide frigorigène
est à l’état vapeur et à haute pression.
2. Condensation : A l’entrée du condenseur, le fluide frigorigène est à l’état
vapeur et à haute pression. En passant dans le condenseur, le fluide cède son
énergie thermique, se condense et passe à l’état liquide.
3. Détente : A l’entrée du détendeur, le fluide frigorigène est à l’état liquide
et à haute pression. Lorsque le fluide traverse le détendeur, sa pression ainsi que
sa température diminuent. A la sortie du détendeur, le fluide frigorigène est à
l’état liquide et à basse pression.

H.SALHI 32
Thermodynamique GMI/ESTC Pr. H. SALHI

4. Evaporation : A l’entrée de l’évaporateur, le fluide frigorigène est à l’état


liquide et à basse pression. En passant dans l'évaporateur, le fluide capte
l’énergie thermique, et passe à l’état vapeur à basse pression.

Le fluide frigorifique reçoit de la chaleur de la source froide (QF >0) et fournit


de la chaleur à la source chaude (Qch <0) et reçoit aussi du travail de l’extérieur
(W >0) : W = -QF – Qch (1er principe) et QF/TF + Qch/Tch = 0 (2nd principe)
(QF et Qch sont de signe opposé et Tch> TF par définition.)

L’efficacité d’un réfrigérateur est définie par le rapport :


𝑸𝑭 𝑸𝑭 𝑻𝑭
𝒆𝒓é𝒆𝒍 = ⃒ ⃒=⃒ ⃒ < 𝒆𝒎𝒂𝒙 =
𝑾𝒄𝒚𝒄𝒍𝒆 𝑸𝒄𝒉 + 𝑸𝑭 𝑻𝒄𝒉 − 𝑻𝑭

3.2. Pompes à chaleur :


Le principe est d’absorber de l'énergie thermique (QF> 0) de l'extérieur de la
pièce pour la rejeter à l'intérieur (Qch<0) pour chauffer la pièce (circuit ouvert).
Ce cycle nécessite de l'énergie motrice (W > 0 absorption de travail). L’efficacité
d’une pompe à chaleur est définie par :
𝑸𝒄𝒉 𝑸𝒄𝒉 𝑻𝒄𝒉
𝒆𝒓é𝒆𝒍 = ⃒ ⃒=⃒ ⃒ < 𝒆𝒎𝒂𝒙 =
𝑾𝒄𝒚𝒄𝒍𝒆 𝑸𝒄𝒉 + 𝑸𝑭 𝑻𝒄𝒉 − 𝑻𝑭

H.SALHI 33
Thermodynamique GMI/ESTC Pr. H. SALHI

Série de TD du chapitre 6
Méthodologie de travail: Pour résoudre des problèmes sur les machines
thermiques, il convient :
 De savoir établir les différents états et les transformations qui les lient ;
 De savoir traiter les transformations adiabatiques, isobares, isochores ou
isothermes
 Savoir calculer les différents paramètres P, V et T de chaque état ;
 De savoir écrire le premier principe et le second principe pour un cycle de
transformations ;
 De savoir reconnaître la nature de la machine (moteur ou effet
frigorifique/pompe à chaleur) suivant le sens de description du cycle dans le
diagramme PV et aussi selon les signes des travaux et chaleurs ;
 De savoir écrire rendement d’un moteur, efficacité frigorifique ou efficacité
de la pompe à chaleur réel et théorique ;
Moteurs :
𝑾 𝑸𝒄𝒉 + 𝑸𝑭 𝑸𝑭 𝑻𝑭
𝜼𝒓é𝒆𝒍 = ⃒ ⃒=⃒ ⃒= 𝟏−⃒ ⃒ < 𝜼𝑪𝒂𝒓𝒏𝒐𝒕 = 𝟏 −
𝑸𝒄𝒉 𝑸𝒄𝒉 𝑸𝒄𝒉 𝑻𝒄𝒉

Récepteurs :
Le circuit d’un réfrigérateur est fermé, son efficacité est définie par :
𝑸𝑭 𝑸𝑭 𝑻𝑭
𝒓é𝒆𝒍 = ⃒ ⃒=⃒ ⃒ < 𝒎𝒂𝒙 =
𝑾𝒄𝒚𝒄𝒍𝒆 𝑸𝒄𝒉 + 𝑸𝑭 𝑻𝒄𝒉 − 𝑻𝑭

Le circuit d’une pompe à chaleur est ouvert, son efficacité est définie par :
𝑸𝒄𝒉 𝑸𝒄𝒉 𝑻𝒄𝒉
𝒓é𝒆𝒍 = ⃒ ⃒=⃒ ⃒ < 𝒎𝒂𝒙 =
𝑾𝒄𝒚𝒄𝒍𝒆 𝑸𝒄𝒉 + 𝑸𝑭 𝑻𝒄𝒉 − 𝑻𝑭

Pompe à Machine
Moteur
chaleur frigorifique
W<0 W>0 W>0
Signes QC > 0 QC < 0 QC < 0
QF < 0 QF > 0 QF > 0
Grandeur énergétique
W QC QF
désiré
Grandeur énergétique
QC W W
dépensée

H.SALHI 34
Thermodynamique GMI/ESTC Pr. H. SALHI

Rendement / efficacité Rendement r Efficacité e Efficacité e


réels 𝛏réel W QC QF
r e e
QC W W
Valeur de Carnot (max) 1 1
Tf e e
𝒓é𝒆𝒍 < 𝒄𝒂𝒓𝒏𝒐𝒕 r  1 T Tc
1
Tc 1 f
Tc Tf
Problème1 : cycle de Stirling
On étudie une machine ditherme fonctionnant suivant le cycle de Stirling
représenté sur la figure 1. On distingue dans ce cycle :
- deux transformations réversibles isochores ;
- deux transformations isothermes aux températures T1 et T2 (T1< T2) ;
Le fluide décrivant ce cycle dans le sens ABCDA est assimilé à un gaz parfait.
On rappelle que pour une évolution élémentaire d’une mole de gaz parfait, la
variation d'énergie interne ΔU est liée à la variation de température ΔT par la
relation ΔU = Cv ΔT où Cv est la capacité calorifique molaire à volume constant
du fluide.

On donne :
o Température de la source froide T1 = 276K
o Température de la source chaude T2 =293K
𝑽
o Rapport volumétrique 𝒎𝒂𝒙 = 𝟑
𝑽𝒎𝒊𝒏
o Constante du gaz parfait R = 8,32 J.mol-1. K-1
o Cv= 21 J.mol-1. K-1
1- Quelle est la nature de chacune des transformations A-B, B-C, C-D et D-A ?
2- Pour une mole de fluide :
a- Exprimer pour chacune des transformations le travail et la quantité de chaleur
échangés par le fluide avec le milieu extérieur.
b- Calculer les valeurs numériques des grandeurs exprimées ci-dessus pour les
transformations A-B et B-C.

H.SALHI 35
Thermodynamique GMI/ESTC Pr. H. SALHI

c- Exprimer le travail total W échangé par cycle entre le fluide et le milieu


extérieur.
d- Le fonctionnement du cycle est –il moteur ou récepteur ? Justifier la réponse.
3-On appelle Q1 la quantité de chaleur prise à la source froide par une mole de
fluide au cours d’un cycle. En utilisant les Résultats de la question 2, donner la
valeur numérique de Q1. Citer une application possible de cette machine.

Problème 2 : cycle Diesel.


On considère un moteur à combustion interne fonctionnant suivant le cycle
Diesel représenté en annexe.
o A1A2: compression adiabatique réversible de l'air caractérisée par le rapport
𝑽𝟏
volumétrique :𝒙 =
𝑽𝟐
o A2A3: injection du carburant finement pulvérisé dans l'air comprimé et chaud
provoquant son inflammation. La combustion se produit à pression constante.
o A3A4 : détente adiabatique réversible des gaz.
o A4A1 : ouverture de la soupape d'échappement, ramenant instantanément la
pression à P1, les gaz subissant un refroidissement isochore.
On assimile les gaz à un gaz parfait de constante R = 8,32 J.K -1.mol-1, de
capacité thermique molaire à pression constante Cp = 29 J.K-1.mol–1.
𝑪𝑷
On donne : 𝜸 = = 𝟏, 𝟒𝟎
𝑪𝑽

La quantité de carburant injecté étant faible devant la quantité d'air aspiré, on


considérera que le nombre total de moles n'est pas modifié par la combustion.
On étudie les transformations subies par une mole de gaz parfait.
1 - Ce gaz est admis dans les cylindres à la pression P1 = 1 bar = 1,0 x 105 Pa et
à la température T1 = 330 K.
a - Calculer le volume V1

H.SALHI 36
Thermodynamique GMI/ESTC Pr. H. SALHI

b - Calculer la pression P2et la température T2en fin de compression sachant que


x = 14.
2 - En fin de combustion, la température du gaz est T3 = 2 260 K. Calculer le
volume V3et la chaleur Q23reçue par ce gaz au cours de la transformation A2A3.
3- Calculer la pression P4et la température T4en fin de détente.
4-Calculer la quantité de chaleur Q41reçue par le gaz au cours de la
transformation isochore.
5 - En appliquant le premier principe, calculer le travail fourni par le moteur au
cours d’un cycle.
6 - Calculer le rendement η de ce moteur thermique.
Problème 3 : Un gaz parfait subit les transformations réversibles représentées
sur le diagramme ci -dessous :

AB : détente adiabatique telle que VB = 2 VA


CA : compression isotherme
On donne :
o PA = 1 bar = 105 Pa
o VA = 10-2 m3
o Température du gaz au point A TA = 300 K
o Constante des gaz parfaits : R = 8,31 J.mol-1.K-1
o Capacité thermique molaire à pression constante : Cp = 29 J.mol-1.K-1
𝑪
o Rapport des capacités calorifiques de ce gaz : 𝜸 = 𝑷 = 𝟏, 𝟒𝟎
𝑪𝑽

1 - Comment appelle-t-on la transformation BC ?


2 - Calculer le nombre de moles n de ce gaz.
3 - Calculer :
a) la pression PB et la température TB du gaz au point B.
b) la pression PC du gaz au point C.

H.SALHI 37
Thermodynamique GMI/ESTC Pr. H. SALHI

4 - Calculer la quantité de chaleur QBC et le travail WBC reçus par le système


pour la transformation qui fait passer le système de l'état B à l'état C.
5 - Pourquoi la variation d'énergie in terne ΔUCA du gaz est-elle nulle lors de la
transformation CA ?
6- Appliquer le premier principe au cycle ABCA et en déduire le travail WAB
reçu par le gaz lors de la détente adiabatique AB.
7- Interpréter le signe de WAB.
Problème 4 : pompe à chaleur
Une machine thermique fonctionne entre deux sources : une nappe souterraine
qui constitue la source froide et l’eau du circuit de chauffage qui constitue la
source chaude. Le fluide utilisé est de l’air assimilable à un gaz parfait de
constante R = 8.32 K-1.mol-1. Le rapport des capacités thermiques molaires Cp/Cv
= γ = 1.4. On effectuera les calculs relatifs à une mole d'air décrivant le cycle de
transformations réversibles suivant :

 Passage de l’état initial A à B par une compression adiabatique état A : PA =


1,0 x 105 Pa, volume VA, TA = 298 K ; état B : PB = 2,2 x 105 Pa, volume VB,
température TB.

 Passage de l'état B à C par une transformation isobare pendant laquelle l'air


reçoit de la source chaude une quantité de chaleur Q1. État C : PC=PB,
température TC = 340 K.

 Passage de l'état C à D par une détente adiabatique. État D : PD = PA,


température TD

 Passage de l'état D à A par une transformation isobare pendant laquelle l'air


reçoit de la source froide une quantité de chaleur Q2.
1. Calculer CP et CV
2. Calculer les paramètres VA, VB, TB et TD ;
3. Tracer le diagramme Clapeyron préciser la nature de la machine ;
4. Les quantités de chaleur Q1 et Q2 et le travail W reçu au cours de la totalité
du cycle.
5. Exprimer l’efficacité de la machine en fonction de Q1 et W ;
6. Calculer l’efficacité maximale et comparer à celle réel.
Problème 5 : Réfrigération
On effectue l'étude d’un système destiné à réfrigérer de l'eau. Le schéma de
principe est donné à la figure ci -dessous.

H.SALHI 38
Thermodynamique GMI/ESTC Pr. H. SALHI

 Le fluide subissant le cycle thermodynamique est du fréon.


 Le circuit est représenté en trait épais.
 1, 2, 3, 4 sont les points du circuit correspondants aux entrées et sorties de
chaque élément.
 Un ventilateur soufflant de l'air sur le condenseur assure le refroidissement du
dispositif.
 L'évaporateur et le circuit d'eau sont mis en contact thermique par un
échangeur de chaleur, représenté en pointillé.
 Le circuit d'eau est représenté en trait fin :

La vapeur de fréon sera considérée comme un gaz parfait. On désigne


respectivement par P et T sa pression et sa température.
Les caractéristiques thermodynamiques du fréon sont les suivantes :

 Masse molaire du fréon : M = 121 g.


 Chaleur latente massique de vaporisation du fréon : L = 130 kJ.kg -1 à 310 K.
 Capacité thermique molaire à pression constante du fréon gazeux : Cp = 49,9
J.K-1.mol-1
 Rapport des capacités thermiques molaires à pression constante et à volume
𝑪
constant du fréon gazeux : 𝜸 = 𝑷 = 𝟏, 𝟐
𝑪𝑽
 Capacité thermique massique de l'eau : ceau= 4180 J.K-1.kg-1
 Constante d'état des gaz parfaits : R = 8,32 J.K-1.mol-1
 Au point 1 le fréon est totalement gazeux : P1= 1,9 105 Pa ; T1= 272 K.
 Au point 2 le fréon est totalement gazeux : P2= 8,5 105 Pa ; T2.
 Au point 3 le fréon est totalement liquide : P3= P2;T3= 310 K.
 Au point 4 le fréon est partiellement gazeux : P4 = P1 ; T4.

1) La masse de fréon circulant par minute est m = 2,25 kg.

a) En déduire le nombre de moles de fréon passant par un point du circuit en une


minute.

b) Quel volume V1(en litres) ces n moles de fréon occupent-elles à l'état gazeux
sous la pression P1 = 1,9 105Pa et à la température de T1 = 272 K ?

H.SALHI 39
Thermodynamique GMI/ESTC Pr. H. SALHI

2) La transformation réalisée dans le compresseur est adiabatique et réversible.


Calculer, en litres, le volume V2 occupé par ces n moles de fréon à la pression
P2. En déduire que T2 est égal à 349 K. On rappelle que pour une transformation
adiabatique réversible d’un G.P: PVγ=Cte

3) Dans le condenseur (P=Cte)., le fréon subit un refroidissement à l'état gazeux


de T2 à T3, puis une liquéfaction à la température T3

a) Calculer la quantité de chaleur Qa échangée par le fréon gazeux, en une


minute, lors de son refroidissement de T2 à T3. (Préciser le signe de Qa)

b) Calculer la quantité de chaleur Qb échangée par le fréon, en une minute, lors


de sa liquéfaction totale (rejet de chaleur). (Préciser le signe de Qb).

c) En déduire la quantité de chaleur Q23 échangée par le fréon, en une minute,


dans le condenseur pour son refroidissement et sa liquéfaction.

d) Quel est le signe de Q23 ? Que représente ce signe ?

H.SALHI 40