Vous êtes sur la page 1sur 38

Cours de construction métallique I

IV.1. Assemblages boulonnés en


construction métallique

Enseignant: Sami MONTASSAR


(email: montassar@lmsgc.enpc.fr)
1
École Nationale d’Ingénieurs de Tunis, 2008-2009
Les boulons

2
 Les boulons employés dans la construction métallique sont
constitués d'une vis (tige filetée sur une partie de sa longueur + tête
généralement de forme hexagonale) et d'un écrou, et éventuellement
d'une ou deux rondelles.

 Les boulons peuvent être classés selon leur mode de mise


en œuvre qui conditionne également le mode de transmission
des efforts.

 Un boulon est défini par des caractéristiques géométriques


et mécaniques.

 On distingue les boulons ordinaires, mis en place par un


serrage sans spécification particulière, et les boulons
précontraints pour lesquels le serrage est contrôlé.
3
Boulon ordinaire Boulon précontraint

4
Caractéristiques géométriques
(valeurs normalisées)

d (mm) 12 14 16 18 20 22 24 27 30 33
A (mm2) 113,1 153,9 201 254,5 314 380 452 572 707 855
As (mm2) 84,3 115 157 192 245 303 353 459 561 694

 d : diamètre nominal (diamètre de la partie lisse) de la vis.


 A : section du fût de la vis (A = π.d2/4).
 As : section résistante de la vis (partie filetée).

5
Caractéristiques mécaniques

 Elles sont pour les vis définies par une «classe de qualité»
indiquée par deux nombres séparés par un point.

Classe 4.6 4.8 5.6 5.8 6.8 8.8 10.9


fyb (MPa) 240 320 300 400 480 640 900
fub (MPa) 400 400 500 500 600 800 1000

 Le premier nombre représente 1/10ème de la résistance


nominale à la traction en daN/mm2 (contrainte minimale de
rupture) notée fub.

 Le produit du premier nombre par le deuxième donne la


limite d’élasticité nominale, en daN/mm2, notée fyb.
6
 Exemple : classe 6.8
Résistance nominale à la traction : 60 daN/mm2 = 600 MPa.
Limité d’élasticité nominale : 6 × 8 = 48 daN/mm2 = 480 MPa.

 La classe de qualité pour les écrous est indiquée par un


nombre (exp. 6) qui représente 1/10ème de la résistance
nominale à la traction en daN/mm2.

 Les allongements minimaux à la rupture (a en %) :

Classe 4.6 5.6 4.8 5.8 6.8 8.8 10.9 12.9


a (%) 22 20 14 10 8 12 8 ou 9 8

 La classe de qualité doit être indiquée sur les vis et les


écrous, par marquage en creux ou en relief.
7
Positionnement des trous de boulons
(selon l’EUROCODE 3)

8
9
d diamètre nominal d’un boulon,
d0 diamètre nominal du trou ou diamètre d’un rivet,
p1 entraxe des fixations dans une rangée dans la direction de la transmission
des efforts,
p2 entraxe, mesurée perpendiculairement à la direction de la transmission
des efforts, entre des rangées de fixations adjacentes,
P1,0 entraxe des fixations dans une rangée de rive d’une pièce tendue avec
trous en quinconce dans la direction de la transmission des efforts,
p1,i entraxe des fixations dans une rangée intérieure d’une pièce tendue avec
trous en quinconce dans la direction de la transmission des efforts,
e1 pince longitudinale entre le centre d’un trou de fixation et le bord adjacent
d’une pièce quelconque, mesurée dans la direction de l’effort transmis,
e2 pince transversale entre le centre d’un trou de fixation et le bord adjacent
d’une pièce quelconque, perpendiculairement à la direction de l’effort
transmis,
e3 distance entre l’axe d’un trou oblong et l’extrémité ou bord adjacent d’une
pièce quelconque,
e4 distance entre le centre de l’arrondi d’extrémité d’un trou oblong et
l’extrémité ou bord adjacent d’une pièce quelconque,
t épaisseur de la pièce attachée extérieure la plus mince.
10
 Pour les entraxes : 2,2 d0 ≤ p1 ≤ Min (14 t ou 200 mm)
2,4 d0 ≤ p2 ≤ Min (14 t ou 200 mm)
p1,0 ≤ Min (14 t ou 200 mm)
p1,i ≤ Min (28 t ou 400 mm)
 Pour les rangées de fixations en quinconce, un espacement
minimal entre rangées p2 = 1,2 d0 peut être utilisé , à condition que
la distance minimale L entre deux fixations quelconques soit telle
que L ≥ 2,4 d0.
 Pinces pour des pièces non exposées aux intempéries :
1,2 d0 ≤ (e1 ou e2)
 Pinces pour des pièces exposées aux intempéries ou à d’autres
influences corrosives :
1,2 d0 ≤ ( e1 ou e2) ≤ 4 t + 40 mm
 Pinces pour trous oblongs :
1,5 d0 (e3 ou e4)
11
 Pour éviter des difficultés au montage (dues aux tolérances sur le
perçage des pièces à assembler), le diamètre des trous d0 est égal au
diamètre nominal des vis d augmenté de :
 1 mm pour les vis de diamètres 12 et 14 mm
 2 mm pour les vis de diamètres 16 et 24 mm
 3 mm pour les vis de diamètres 27 mm et plus

12
Exemples d’assemblages
boulonnés

13
Boulons ordinaires

 Ils sont aussi appelés boulons normaux et boulons non


précontraints.

Mise en œuvre

 Pour ce type de boulons, il n’y a aucun contrôle de l’effort de


serrage (qui est obtenu avec une clé ordinaire). Il faut toutefois
veiller à ce que les pièces assemblées soient bien mises en
contact.

 En général, aucune rondelle n’est nécessaire.

14
Calcul et dimensionnement des
boulons ordinaires :
assemblages sollicités au cisaillement

 Deux vérifications doivent être faites simultanément :

 résistance au cisaillement des boulons,

 résistance à la pression diamétrale des pièces.

15
Résistance au cisaillement

Une section cisaillée (m = 1)

deux sections cisaillées (m = 2)


16
 Pour les classes de qualité 4.6, 5.6 et 8.8 :
Effort de cisaillement de Résistance de calcul au Nombre de surfaces
calcul par boulon à l’ELU cisaillement par boulon de cisaillement

= A : aire de la section brute du boulon


m. Ab
Fv ,Ed ≤ Fv ,Rd = 0,6. f ub . si le plan de cisaillement passe par la
γ Mb partie non filetée du boulon;
= As : aire de la section résistance en
Résistance à la traction du boulon si le plan de
traction des boulons cisaillement passe par la partie filetée
du boulon.

Coefficient partiel de sécurité pour la résistance


des boulons au cisaillement = 1,25

 Pour les classes de qualité 4.8, 5.8, 6.8 et 10.9 :

m. Ab
Fv ,Ed ≤ Fv ,Rd = 0,5. f ub .
γ Mb 17
Résistance à la pression diamétrale

C’est la pression exercée par les assembleurs sur les parois


des trous dans lesquels ils sont logés. Elle se développe pour
des efforts perpendiculaires à l’axe des organes d’assemblage.

18
 e1 P1 1 f ub 
Résistance à la pression diamétrale
α = min  ; − ; ;1
des pièces assemblées  3d 0 3d 0 4 f u 

t
Fv ,Ed ≤ FB ,Rd = 2,5.α . f u .d .
γ Mb

19
Calcul et dimensionnement des
boulons ordinaires :
assemblages sollicités à la traction

Coefficient partiel de sécurité pour la résistance


des boulons au cisaillement = 1,5

As
Ft ,Ed ≤ Ft ,Rd = 0,9. f ub .
γ Mb
20
 Valeur de la section résistante As des boulons à la traction :

Diamètre nominal du 14 16 18 20 22 24 27 30
boulon d (mm)
Section résistante As 115 157 192 245 303 353 459 561
(mm2)

21
Calcul et dimensionnement des
boulons ordinaires :
assemblages sollicités simultanément
au cisaillement et à la traction

C’est le cas d’un effort oblique où un boulon est soumis


simultanément à un effort axial de traction et à un effort de
cisaillement.

Fv ,Ed Ft ,Ed
+ ≤1
Fv ,Rd 1,4 Ft ,Rd

22
Application 1: assemblage de
deux cornières sur un gousset
F/2
F
F/2

F F

23
Boulons précontraints

 Ils sont aussi appelés boulons à haute résistance (HR) et à


serrage contrôlé.

Principe et mise en œuvre


 Un assemblage par boulons précontraint est destiné à
mobiliser le frottement entre les pièces assemblées.
 Les boulons à haute résistance et à serrage contrôlé sont
soumis à une précontrainte mise en place lors du serrage qui
représente environ 70% de la résistance en traction du boulon.

La précontrainte
Fp = 0,7. f ub . As
24
Axe du boulon

Effort de précontrainte axial Fp


dans un boulon
Fs

Fp Effort de cisaillement transmis par


l’assemblage et sollicitant le boulon

 Il faut vérifier que l’interface des pièces en contact puisse


transmettre l’effort tangent sans glissement :

Fs ≤ µ .Fp
Coefficient de frottement
des pièces en contact
25
26
27
 Un bon assemblage par boulons HR nécessite la prise des
précautions suivantes :

 la tête du boulon ne doit pas poinçonner les pièces


assemblées (d’où l’interposition d’une rondelle),

 la force de précontrainte doit bien être appliquée à sa


valeur de calcul (d’où l’importance du couple de serrage
et la nécessité d’utiliser des clés dynamométriques ou
pneumatiques),

 le coefficient de frottement doit correspondre à sa


valeur de calcul. Cela peut nécessiter une préparation
des surfaces (par brossage ou grenaillage) pour éliminer
toute trace de rouille, de graisse …

28
 4 classes de surfaces sont définies selon l’EC3, et on a :

 2 classes de boulons HR existent :


 les boulons HR1 ou HR 10.9,
 les boulons HR2 ou HR 8.8.
29
Calcul et dimensionnement des boulons HR :
assemblages résistant au glissement
Effort de Nombre Coefficient fonction de la dimension des
cisaillement de d’interfaces de trous de perçage qui vaut :
calcul par frottement = 1,0 : pour les trous à tolérances normales;
boulon à l’ELU = 0,85 : pour les trous circulaires
surdimensionnés et pour les trous oblongs
courts;
k s mµ = 0,7 : pour les trous oblongs longs.
Fv ,Ed ≤ FS ,Rd = Fp
γ MS
Coefficient de frottement des pièces
Effort de précontrainte

Coefficient partiel de sécurité qui vaut :


Résistance de = 1,25 : pour les trous à tolérances normales, ainsi que
calcul au glissement pour les trous oblongs dont le grand axe est
par boulon HR perpendiculaire à l’axe de l’effort;
= 1,4 : pour les trous surdimensionnés, ainsi que pour
les trous oblongs dont le grand axe est parallèle à l’axe
de l’effort. 30
Calcul et dimensionnement des boulons HR :
assemblages sollicités simultanément au
cisaillement et à la traction

Effort de cisaillement de calcul Effort de traction de calcul par


par boulon à l’ELU boulon à l’ELU

k s mµ
Fv ,Ed ≤ FS ,Rd = (F − 0,8 Ft ,Ed )
γ MS p

31
Assemblage poutre-poteau
par platine
V

Nbre des boulons


beff=p
m×n
N1 N1
N2 N2 a1
N3 N3 a2
N4 M N4 a3
N5 N5 a5 a4
×
G

32
 Sous l’action du moment M, on suppose que la poutre
tourne par rapport au centre de gravité de sa semelle
inférieure G.
 L’assemblage transmet le moment qui va donner les efforts
normaux Ni (i=1..m).

M = n ∑ N i ai 
 m

 i=1  N max  m 2 
⇒M =n  ∑ ai 
N1 N 2 N 3
= = = ... amax  i=1 
a1 a2 a3

33
 Résistance de l’assemblage à l’effort tranchant V :

V
Fv ,Ed = ≤ F.,Rd
m×n
 Résistance de l’assemblage au moment fléchissant M :

Mamax
Ft ,Ed = N max = m
≤ Ft ,Rd
n ∑ ai2
i =1

 Il convient aussi de vérifier la résistance de l’âme du poteau

Zone tendue
Zone cisaillée M
Zone comprimée
34
 Résistance de l’âme du poteau dans la zone tendue :
Epaisseur de
l’âme du poteau f y t wc beff Entraxe rangées boulons
FV ≤
γM0
 Résistance de l’âme du poteau dans la zone
comprimée (âme non raidie) :
Contrainte normale de compression dans l’âme du poteau
due à l’effort de compression et au moment fléchissant

 σ  beff
FV ≤ f y t wc 1,25 − 0,5γ M 0 
n

 fy γ M0

= t fb + 2t p + 5(t fc + rc )
tfb : épaisseur semelle poutre
tfc : épaisseur semelle poteau b
tp : épaisseur platine eff
rc : rayon de raccordement âme/semelle du poteau
35
 Résistance de l’âme du poteau dans la zone
comprimée (âme raidie) : aucune vérification n’est
nécessaire (épaisseur du raidisseur égale à celles des
semelles

 Résistance de l’âme du poteau dans la zone cisaillée


(âme non raidie) :
f y t wc h
FV ≤ 0,58
γM0 36
Si la résistance s’avère insuffisante, il faut raidir l’âme.

37
Application
 Sollicitations : M = 320 kN.m et V = 80 kN
240
 Boulons HR 10.9 et µ = 0,3
Nbre des boulons
 tplatine = 28 mm 80
5×2
 Poutre IPE 360 et poteau IPE 400
410
290
210
130
50

38