Vous êtes sur la page 1sur 3

Directeur de la publication : Edwy Plenel

www.mediapart.fr
1

Friedrich Merz et a mis le paquet pour l’aider. Mais


cela n’a pas marché. À la place, ils ont Armin Laschet.
Allemagne : la dérive de « Bild », symbole
Mais Laschet, c’est encore la ligne Merkel, ennemie
du malaise des conservateurs de Bild depuis des années », glisse Moritz Tschermak.
PAR THOMAS SCHNEE
ARTICLE PUBLIÉ LE MARDI 21 SEPTEMBRE 2021

Pour contrer sa perte d’influence et le positionnement


jugé centriste d’Angela Merkel, le journal allemand
le plus lu a choisi de polariser en adoptant une
ligne ultraconservatrice et antisystème. Ce faisant, il
accentue la profonde division de la CDU, à l’aube de
la bataille pour l’héritage de la chancelière.
Les candidats à la chancellerie Armin Laschet (CDU) et Olaf Scholz (SPD) invités
Berlin (Allemagne).– Le 30 août dernier, Julian de Bild TV, le 22 août. © Michael Kappeler / dpa Picture-Alliance via AFP
Reichelt, rédacteur en chef du quotidien conservateur
L’histoire de Bild a toujours été étroitement liée
Bild, le plus gros tirage de la presse allemande avec 1,2
à l’histoire politique de l’Allemagne d’après-guerre.
million d’exemplaires vendus tous les jours, démarre
Dès sa première parution, le 24 juin 1952, le journal
sa nouvelle émission de télévision en colère. La
a fait fureur. Son titre est court comme un cri. La une
veille, lors du premier débat télévisé de la campagne
fait la part belle aux photos. Le tout est agrémenté
électorale, les mots « migration » et surtout «migration
d’une bonne dose de provocation, d’agressivité et de
et criminalité »n’ont pas été prononcés une seule fois,
mauvaise foi. Sept ans après la défaite nazie, tout cela
s’insurge-t-il, en se demandant comment les candidats
tranche dans un paysage médiatique très contrôlé et
des grands partis, le candidat conservateur compris,
qui renaît timidement.
peuvent être crédibles auprès des citoyens.
Pour Axel Springer, son créateur, Bild est bien sûr
Trois débats plus tard, Bild en est certain : les «
la réponse écrite à l’apparition de la télévision (Bild
politicards » font tout pour éviter le sujet de l’élection
signifie «image » en allemand). Mais c’est aussi un
et préfèrent parler de la protection du climat. « La
instrument de propagande au service de l’Occident
question migratoire est le sujet n° 1 de l’agenda
capitaliste. Le journal suit très officiellement les
politique du journal. Malheureusement pour lui, cette
principes suivants : il est pro-américain, pro-Otan,
thématique arrive loin derrière les trois thèmes qui
pro-israélien, pro-orthodoxie budgétaire, pro-capital,
préoccupent le plus les Allemands. À savoir la
antirusse et antichinois.
transition énergétique, l’emploi et la lutte contre le
Covid », commente Moritz Tschermak, rédacteur en Dès 1953, le quotidien atteint le million d’exemplaires
chef du Bildblog, un site né en 2004 pour dénoncer les vendus. Il passe à 4 millions en 1965 puis à 5 millions
mensonges du quotidien. en 1982. Dans les années 1960, Axel Springer lance
une violente campagne anticommuniste qui vise aussi
La colère de Julian Reichelt n’est pas seulement
les manifestations de 68. La tentative d’assassinat du
provoquée par la difficulté à imposer un thème qui
leader étudiant Rudi Dutschke par un lecteur assidu
a porté le journal pendant de longs mois. Bild doit
de Bild fait du quotidien un symbole de la réaction
aussi gérer le lancement de Bild TV, une chaîne de
conservatrice.
télévision en streaming qui émet en continu depuis le
22 août. Quelques années plus tard, les ouvrages du journaliste
Günter Wallraff et un roman de Heinrich Böll
Il doit enfin faire face à une campagne électorale qui
(L’Honneur perdu de Katharina Blum) discréditent
ne se déroule pas du tout comme prévu. « Le journal
les méthodes d’un journal qui n’hésite pas à déformer
a un problème : il n’a pas de candidat aux élections.
l’information pour créer une « bonne » histoire.
Bild aurait souhaité l’élection du libéral-conservateur

1/3
Directeur de la publication : Edwy Plenel
www.mediapart.fr
2

Pourtant, 20 ans plus tard, Bild joue toujours de son il dans les pages de l’hebdomadaire ultraconservateur
influence politique et aime à reprendre la phrase de suisse Weltwoche, où il stigmatise aussi la perte des
Gerhard Schröder qui a expliqué un jour que, pour valeurs et des normes : « On a de la compréhension
gouverner, il lui suffisait de lire Bild et de regarder la pour chaque délinquant sexuel, chaque fraudeur
télévision. d’asile, chaque dealer africain », critique-t-il.
Le malaise entre Bild et le pouvoir fédéral démarre Le « démon réactionnaire » de Bild, qui a fort à faire
avec l’arrivée d’Angela Merkel au pouvoir en 2005. avec la concurrence de réseaux sociaux, eux-mêmes
La discrète héritière politique d’Helmut Kohl n’est peu avares en dérives diverses, se réveille en 2018
pas vraiment le genre de la maison et son alliance lorsque Julian Reichelt arrive à la tête de la rédaction
de longue durée avec les sociaux-démocrates au sein centrale. Il succède à Tanit Koch, qui a accompagné
d’une grande coalition déplaît à la maison mère de l’accueil des réfugiés en Allemagne de manière assez
Bild, l’éditeur Axel Springer Verlag (ASV), le plus bienveillante pour Angela Merkel et est actuellement
gros d’Europe avec 7 milliards d’euros de chiffre directrice de campagne d’Armin Laschet.
d’affaires. « Rien ne nous a fait autant de tort économiquement en
Entre la chancelière CDU et le groupe, la rupture termes d’audience que notre position claire, humaine
semble consommée quand, en 2007, le gouvernement et empathique dans la crise des réfugiés », explique
fédéral vote en faveur d’un salaire minimum sectoriel rapidement le nouveau rédacteur en chef de Bild,
dans les services postaux. L’ASV et son chef Mathias qui pense que la société doit se repolitiser et se
Döpfner ont en effet investi des centaines de millions repolariser. Le journal professionnel Kress Pro résume
dans la société PIN AG qui transporte lettres et paquets à sa manière le tournant opéré : « Avec Reichelt, Bild
à des prix défiant toute concurrence, et aux salaires très est revenu à la discipline reine du journalisme de
bas. boulevard : fouiller la merde. »
En dépit de la campagne de Bild, qui accumule les « Depuis, Bild développe son propre agenda politique,
unes anti-salaire minimum, le projet gouvernemental proche des orientations du chancelier autrichien
poussé par la société Deutsche Post et les syndicats Sebastian Kurz, un grand ami de Reichelt, connu pour
passe. Ce qui constitue un échec cuisant pour le groupe sa politique migratoire restrictive et sa coalition avec
Springer qui se désengage et n’oublie pas. l’extrême droite», rappelle Moritz Tschermak.
Par la suite, Bild perd rarement une occasion de Parmi les thèmes importants, on retrouve bien sûr les
critiquer cette chancelière qui pactise avec la gauche, migrants, la criminalité des étrangers et la nécessité
soutient l’intégration des étrangers, prête de l’argent d’expulser et de fermer les frontières. Vient ensuite
allemand à la Grèce ou décide sans crier gare la transition énergétique proposée par les écologistes,
d’accélérer la sortie du nucléaire. Entre autres. Mais présentée comme chaotique et destructrice d’emplois.
pendant longtemps, le journal retient ses attaques à Enfin, en bonne place, figurent aussi la gestion
cause de la popularité persistante d’Angela Merkel. fédérale de la pandémie et les cercles scientifiques qui
Dans un pamphlet contre l’esprit de 68, publié en conseillent la chancelière, en premier lieu Christian
2007, Kai Diekmann, le rédacteur en chef, laisse Drosten, le virologue le plus connu d’Allemagne.
cependant apparaître l’état d’esprit général qui règne Bien sûr, les représentants les plus libéraux et les
à la tête du journal. « Je décris 1968 comme plus conservateurs de la démocratie chrétienne, tous
une rupture d’époque de la société allemande vers disposés à enterrer l’ère Merkel dès que possible, sont
l'égocentrisme, la paresse, la médiocrité… 1968 régulièrement présents dans les pages du journal et sur
détermine nos vies jusque dans les moindres détails : Bild TV. « Les seuls qui ne sont pas invités sont les
foi en l’État, systèmes d'approvisionnement crypto- gens de l’AfD, le parti d’extrême droite. Reichelt est
socialistes, haine de soi, perte d'identité », explique-t- absolument contre », précise l’expert du Bildblog qui

2/3
Directeur de la publication : Edwy Plenel
www.mediapart.fr
3

souligne en même temps la proximité souvent extrême tout comme sa lecture, sont incontournables », avance
de l’agenda politique du quotidien avec le programme Moritz Tschermak. Sur ce point, la candidate des Verts
de l’AfD. Annalena Baerbock a rompu avec la tradition et a
Pendant cette campagne des élections législatives, refusé d’être interviewée dans l’édition dominicale du
prévues le 26 septembre, Bild a eu d’autant plus journal, qui n’a eu de cesse d’attaquer son parti. Ce à
de mal à prendre le leadership de la propagande quoi Bild a rétorqué par une page blanche.
conservatrice qu’il ne sait pas sur quel pied danser. Le tournant politique ultraconservateur de Bild
Par ailleurs, son chef a été mis en cause dans une sur ces trois dernières années n’est bien sûr pas
affaire qui a failli lui coûter sa place : en mars 2021, qu’idéologique. Lors de ses 50 ans, en 2002, le
l’hebdomadaire Der Spiegel révélait qu’une enquête journal tirait encore à 4 millions d’exemplaires. Début
pour abus de pouvoir et comportements répréhensibles 2021, il n’était plus qu’à 1,2 million. Chiffre auquel
envers plusieurs collaboratrices était sur le point d’être s’ajoutent près de 600 000 abonnés en ligne. Même
déclenchée contre Julian Reichelt. si Bild est encore largement rentable, la chute est
Temporairement suspendu de ses fonctions, le impressionnante.
journaliste a finalement été maintenu mais il a perdu La réussite du projet de Bild TV est donc essentielle
le poste de directeur général du groupe Bild et pour ce journal qui, à l’image de la galaxie
une co-rédactrice en chef, Alexandra Würzbach, a conservatrice, est en perte de vitesse. Le vaisseau
été nommée à ses côtés. Cette affaire semble avoir amiral du groupe Springer ne manquera pas d’être
nettement calmé les ardeurs de Julian Reichelt, qui a au rendez-vous pour la constitution du premier
plutôt fait profil bas pendant l’été. gouvernement de l’ère post-Merkel, mais aussi lors
« Bild a perdu en influence en Allemagne, sauf des règlements de comptes qui risquent de déchirer le
auprès des journalistes et des hommes politiques qui grand parti conservateur. Quitte à aggraver un peu plus
continuent à penser qu’un passage dans ses colonnes, le malaise de la droite allemande.

Directeur de la publication : Edwy Plenel Rédaction et administration : 8 passage Brulon 75012 Paris
Direction éditoriale : Carine Fouteau et Stéphane Alliès Courriel : contact@mediapart.fr
Le journal MEDIAPART est édité par la Société Editrice de Mediapart (SAS). Téléphone : + 33 (0) 1 44 68 99 08
Durée de la société : quatre-vingt-dix-neuf ans à compter du 24 octobre 2007. Télécopie : + 33 (0) 1 44 68 01 90
Capital social : 24 864,88€. Propriétaire, éditeur, imprimeur : la Société Editrice de Mediapart, Société par actions
Immatriculée sous le numéro 500 631 932 RCS PARIS. Numéro de Commission paritaire des simplifiée au capital de 24 864,88€, immatriculée sous le numéro 500 631 932 RCS PARIS,
publications et agences de presse : 1214Y90071 et 1219Y90071. dont le siège social est situé au 8 passage Brulon, 75012 Paris.
Conseil d'administration : François Bonnet, Michel Broué, Laurent Mauduit, Edwy Plenel Abonnement : pour toute information, question ou conseil, le service abonné de Mediapart
(Président), Sébastien Sassolas, Marie-Hélène Smiéjan, François Vitrani. Actionnaires directs peut être contacté par courriel à l’adresse : serviceabonnement@mediapart.fr. ou par courrier
et indirects : Godefroy Beauvallet, François Bonnet, Laurent Mauduit, Edwy Plenel, Marie- à l'adresse : Service abonnés Mediapart, 4, rue Saint Hilaire 86000 Poitiers. Vous pouvez
Hélène Smiéjan ; Laurent Chemla, F. Vitrani ; Société Ecofinance, Société Doxa, Société des également adresser vos courriers à Société Editrice de Mediapart, 8 passage Brulon, 75012
Amis de Mediapart, Société des salariés de Mediapart. Paris.

3/3