Vous êtes sur la page 1sur 11

Résistance des matériaux

Hypothèses – Sollicitations - Contraintes

Exercice 1
Soit une poutre droite  E  de section constante, de longueur l, encastrée à son
extrémité A et supportant à son extrémité B un effort concentré  F .
Soit R 0= A , x 0 , z 0  le repère lié à la poutre, tel que l'axe  A ,
y0 ,  x 0  est confondu
avec la ligne moyenne.
On effectue une section droite fictive de la poutre par un plan  P  . Soit G, d'abscisse x
dans R 0 , le centre de surface de cette section droite.

y0 y
1
 E 1  E 2

x B x0

x P 
l 
F

1- Isoler la poutre  E  et déterminer, au point A, les éléments de réduction du torseur


associé à la liaison encastrement : {T 1  E } .

2- En utilisant successivement les deux écritures du torseur de cohésion (en fonction des
efforts extérieurs sur  E 1  et  E 2  ), déterminer les éléments de réduction en G du
torseur de cohésion dans la section droite d'abscisse x.

3- Donner l'expression des composantes algébriques


N  x , T y  x , T z  x , M t  x , M fy  x , M fz  x dans le repère R=G , x , y , z  .

4- Représenter la variation de ces composantes algébriques en fonction de l'abscisse x du


centre de surface G de la section droite fictive.

RdM : Hypothèses – Sollicitations - Contraintes TD - Page 1


STS Productique – Conception des outillages – Mécanique 09/2003 – jgb - rdm1.sxw
Exercice 2

La figure ci-dessous représente la modélisation de l'arbre porte-mandrin d'une tête


d'usinage multibroche. Cet arbre reçoit le mandrin porte-outil 4 à son extrémité A ; à son
autre extrémité, en O , un pignon arbré de rayon primitif R=12 mm reçoit la puissance
mécanique d'un autre pignon 2 non représenté. L'arbre 1 est guidé en rotation dans un
carter repéré 0 par l'intermédiaire de deux roulements à billes placés en B et C .
(unités : m et N)

Une étude statique préalable a permis de calculer la totalité des actions mécanique sur 1.
On en donne les composantes algébriques dans le repère R 0=G 0 , x 0 , z0 :
y 0 ,

{ }
−625 −2,4
– Action du mandrin 4 en A : {T  4 1 }= 0 0
A 0 0  x0 , y0 , z0 

{ }
0 0
– Action du mandrin 2 en D : {T 2  1 }= 65 0
D −200 0  x0 , y0 , z0 

{ }
625 0
– Action du carter 0 en B : {T 0  1 }= 20 1,2
B −40 0,075  x0 , y0 , z0 

{ }
0 0
– Action du carter 0 en C : {T 2  1 }= −85 0
C 240 0  x0 , y0 , z0 

Question

Définir le torseur de cohésion dans les sections droites de 1 entre O et A et


construire les diagrammes des composantes algébriques des éléments de réduction en
G des efforts de cohésion dans 1.

RdM : Hypothèses – Sollicitations - Contraintes TD - Page 2


STS Productique – Conception des outillages – Mécanique 09/2003 – jgb - rdm1.sxw
Exercice 3

La figure ci-dessous représente le crochet d'un pont roulant supportant une charge verticale
F .

0
1

Hypothèses :

– Le centre de surface G 1 de la section droite fictive S 1  définie sur la figure est tel
que OG 1=15 mm
– Le centre de surface G 2 de la section droite fictive S 2  définie sur la figure est tel
que OG 2=15 mm
– On donne : ∥ F∥=5000 N
– On désigne par  E 1  le tronçon de crochet situé à droite de la section fictive/

Unités : N et m

Question :

1- Déterminer dans le repère R1=G 1 , 


x 1 , z 1  lié à  S 1  les composantes
y1 , 
algébriques des éléments de réduction en G 1 du torseur des forces de cohésion dans
S 1  . Quelles sont les sollicitations simples qui apparaissent dans S 1  ?

2- Déterminer dans le repère R 2=G 2 , x , y , z  lié à  S 2  les composantes


algébriques des éléments de réduction en G 2 du torseur des forces de cohésion dans
S 2  . Quelles sont les sollicitations simples qui apparaissent dans S 2  ?

RdM : Hypothèses – Sollicitations - Contraintes TD - Page 3


STS Productique – Conception des outillages – Mécanique 09/2003 – jgb - rdm1.sxw
Exercice 4
La figure ci-dessous représente la bride 2 d'un système de serrage d'un montage
d'usinage. L'effort de serrage de la pièce est obtenu par deux boulons repérés 3 qui
passent dans les trous de la bride A et B . L'effort de la pièce 4 sur la bride s'exerce
en C .

Les trois forces concentrées qui s'exercent sur la bride 2 sont représentées sur la figure et
valent :

∥A3  2∥=800 N - ∥B 3  2∥=800 N - ∥


C 4  2∥=1600 N

Déterminer les équations qui définissent le long de la ligne moyenne AB les projections sur
R=G , x , y , z  des éléments de réduction en G du torseur de cohésion.

RdM : Hypothèses – Sollicitations - Contraintes TD - Page 4


STS Productique – Conception des outillages – Mécanique 09/2003 – jgb - rdm1.sxw
Exercice 5 - Extrait BTS 2000

Vérification de la bride repérée 3 à la contrainte de flexion

Voir document B2 et extrait document DT9

Hypothèses :

La bride 3 représentée sur ce document est réalisée d'un seul bloc, mais elle possède le
même comportement à la flexion que l'ensemble constitué par 3+8.
Le matériau C45 est conservé.
Les dimensions sont identiques.
Cette bride est disposée horizontalement avec son système de repérage : l'axe des X est
confondu avec l'axe moyen de la poutre.

Le poids de la bride est négligé, le chargement extérieur est défini par les torseurs :
(unités : composantes des forces en N, composantes des moments en mmN)

{ ∣ ∣} { ∣ ∣}
−274 0

O 2/3 5712 P 7/3 −9355
{T 2 /3 }= {T 9 /3 }=
0 0

O M 2/3= 0
 
x , z
y ,

P M 7/3= 0
 
x , z
y ,
0 P

{ ∣ ∣}
274

Q pièce /3 3643
{T pièce/3 }=
0
 
Q M pièce/3= 0 
x , z
y ,
Q

La résistance élastique de la bride a pour valeur Re=420 Mpa


Le coefficient de sécurité s=2,5

Travail demandé :
(A traiter sur feuille de copie)

1- Ecrire pour la section de ligne moyenne comprise entre O et Q les équations du moment
fléchissant.

2- Représenter le diagramme de ce moment fléchissant.

3- Vérifier dans la section droite passant par P la condition de résistance à la flexion de


cette bride.

RdM : Hypothèses – Sollicitations - Contraintes TD - Page 5


STS Productique – Conception des outillages – Mécanique 09/2003 – jgb - rdm1.sxw
RdM : Hypothèses – Sollicitations - Contraintes TD - Page 6
STS Productique – Conception des outillages – Mécanique 09/2003 – jgb - rdm1.sxw
Document DT9 (Extrait)

RdM : Hypothèses – Sollicitations - Contraintes TD - Page 7


STS Productique – Conception des outillages – Mécanique 09/2003 – jgb - rdm1.sxw
Correction – Exercice N°1
1- Equilibre de la poutre : {T F }{T 1  E }=0

{ }
F.sin 0
{T F }= −F.cos  0 
M A 
F =
M B 
F 
AB∧
F
B 0 0 
x 0 , z0
y 0 ,

∣∣ ∣∣ ∣ ∣∣ ∣
0 l F.sin 00
soit :  ∧
0 0 −F.cos  = 00 donc :
0 0 0 0−l.F.cos 

{ }
−F.sin 0
{T 1  E }=−{T F }= F.cos  0
A 0 l.F.cos  
x 0 , z0
y 0 ,
2-
{T E  E 1 }={T 1  E } {T E  E 2 }={T F }

{ } { }
−Fsin  0 F.sin 0
{T 1  F }= Fcos  0 {T F }= −F.cos  0
A 0 lFcos  
x , z 
y , 0 0 0 B 0 0 x , z 
y , 0 0 0

   
M 1  F = M 1  F GA∧R 1  F      
M  F = M  F GB∧F 
G A G B

N= T y= T z= M t= M fy = M fz =

t t t

RdM : Hypothèses – Sollicitations - Contraintes TD - Page 8


STS Productique – Conception des outillages – Mécanique 09/2003 – jgb - rdm1.sxw
Correction – Exercice N°4

On utilise les unités suivantes : N (newtons) et Nm (newtons mètres)


On désigne par le E1 tronçon de poutre compris entre A et G.
– Dans la zone AC pour laquelle 0 x0,015 on choisit d'utiliser une des relations
définissant le torseur de cohésion : {T coh }=−{T  E  E 1 } .
Les actions de  E  E 1  sont celles du boulon 3 sur la bride 2 (en A) donc :

{ }
0 0
{T E  E 1 }={T 3 A  2 } avec {T 3 A  2 }= 800 0
A 0 0 x ,y ,z 
on calcule :  M A 3 A  2
M G 3 A  2= GA∧R 3 A  2=−800 x z

∣∣ ∣ ∣ ∣ ∣ ∣ ∣ { }
0 −x 0 00 0 0
car : 0  0 ∧ 800 = 00 donc {T 3 A  2 }= 800 0
0 0 0 0−800 x G 0 −800 x x ,y ,z 
On en déduit que sur AC ( 0 x0,015 )

{ }
0 0
{T coh }=−{T E  E 1 }=−{T 3 A  2 }= −800 0
G 0 800 x x ,y ,z 
donc : N=0 T y =−800 N T z =0 M t =0 M fy =0 M fz =800 x Nm
– Dans la zone CB pour laquelle 0,015 x0,030 on choisit d'utiliser une des
relations définissant le torseur de cohésion : {T coh }={T  E  E 2 } (ceci permet de
simplifier un peu les calculs)
Les actions de  E  E 2  sont celles du boulon 3 sur la bride 2 en B donc :

{ }
0 0
{T E  E 1 }={T 3B  2 } avec {T 3B  2 }= 800 0
B 0 0 x , y , z 
on calcule : M G 3B  2=M B 3B  2
GB∧
R 3B  2=8000,03−x  z car :

∣∣ ∣ ∣ ∣ ∣ ∣ ∣ { }
0 0,03−x 0 0 0 0
0  0 ∧ 800 = 0 soit {T 3B  2 }= 800 0
0 0 0 8000,03−x  G 0 8000,03−x  x ,y ,z 
On en déduit que sur CB ( 0,015 x0,030 )

{ }
0 0
{T coh }={T E  E 2 }={T 3B  2 }= 800 0
G 0 800 0,03−x  x ,y , z 
donc : N=0 T y =800 N T z =0 M t =0 M fy =0 M fz =8000,03−x Nm
T y N  M fz Nm
800 15
x(m) x(m)
A C B A C B
0 0,015 0,03 0 0,015 0,03

-800

RdM : Hypothèses – Sollicitations - Contraintes TD - Page 9


STS Productique – Conception des outillages – Mécanique 09/2003 – jgb - rdm1.sxw
Correction – Exercice N°5
On utilise les unités suivantes : N (newtons) et Nmm (newtons millimètres)
On désigne par le E1 tronçon de poutre compris entre O et G.
– Dans la zone AP pour laquelle 0 x37,5 on choisit d'utiliser une des relations
définissant le torseur de cohésion : {T coh }=−{T  E  E 1 } .
Les actions de  E  E 1  sont celles de 2 sur la bride 3 (en O) donc :

{ }
−274 0
{T E  E 1 }={T 2  3 } avec {T 2  3 }=5712 0
O 0 0 x , y , z 
on calcule :  M O 2  3
M G 2  3= GO∧
R 2  3=−5712 x z

∣∣ ∣ ∣ ∣ ∣ ∣ ∣ { }
0 −x −274 0 −274 0
car : 0  0 ∧ 5712 = 0 donc {T 3 A  2 }= 5712 0
0 0 0 −5712 x G 0 −5712 x x , y , z 
On en déduit que sur AC ( 0 x37,5 )

{ }
274 0
{T coh }=−{T E  E 1 }=−{T 2  3 }= −5712 0
G 0 5712 x x , y , z 
donc : M fy =0 M fz =5712 x Nmm
– Dans la zone PQ pour laquelle 37,5 x96,3 on choisit d'utiliser une des relations
définissant le torseur de cohésion : {T coh }={T  E  E 2 } (ceci permet de simplifier un
peu les calculs)
Les actions de  E  E 2  sont celles de la pièce sur la bride 3 en Q donc :

{ }
274 0
{T E  E 1 }={T  pièce  3 } avec {T  pièce  3 }= 3643 0
Q 0 0 x ,y ,z 
on calcule :    
M G  pièce  3=M Q  pièce  3GQ∧R  pièce  3=3643 96,3−x  z
car :

∣∣ ∣ ∣ ∣ ∣ ∣ ∣
0 96,3−x 274 0
0 0 ∧ 3643 = 0 soit
0 0 0 364396,3−x 

{ }
274 0
{T  pièce  3 }= 3643 0
G 0 364396,3−x  x ,y ,z 
On en déduit que sur PQ ( 37,5 x96,3 )

{ }
274 0
{T coh }={T E  E 2 }={T  pièce  3 }= 3643 0
G 0 364396,3−x  
x , z
y ,

donc : M fy =0 M fz =364396,3−x Nmm

214200
x(m)
O P Q
0 37,5 96,3

RdM : Hypothèses – Sollicitations - Contraintes TD - Page 10


STS Productique – Conception des outillages – Mécanique 09/2003 – jgb - rdm1.sxw
Correction – Exercice N°5 (complément)

E1 E2

Compléter le tableau :

0 x37,5 37,5 x96,3

Actions exercées sur E1 


O 2/3 
P 7/3 
G Pièce /3 
O 2/3 
P 7/3 
G Pièce /3

Actions exercées sur E2 


O 2/3 
P 7/3 
G Pièce /3 
O 2/3 
P 7/3 
G Pièce /3

{T 2  3 }. {T 2  3 }.


{T coh }={T E  E 1 }=. {T 7  3 }. {T 7  3 }.
{T  pièce  3 } {T  pièce  3 }

{T 2  3 }. {T 2  3 }.


{T coh }={T E  E 2 }=. {T 7  3 }. {T 7  3 }.
{T  pièce  3 } {T  pièce  3 }


OG  x


GO  
x


GQ  x

QG  
x

RdM : Hypothèses – Sollicitations - Contraintes TD - Page 11


STS Productique – Conception des outillages – Mécanique 09/2003 – jgb - rdm1.sxw