Vous êtes sur la page 1sur 1

Source: Le Soir

Source:

Le Soir

Thème: Emploi

Date: 30/06/2011

Date:

30/06/2011

Localisation: Belgique

Thème:

Emploi

Localisation:

Belgique

Le ev anonyme, c'est joli, mais pas efficace

E n Belgique, les personnes étrangè- res ou d'origine étrangère ont nette-

ment moins de chances de trouver un boulot que les Belges. Le jugement Adecco a remis la question au centre de l'actualité, et divers rapports (Université de Louvain, Bureau international du tra- vail) ont apporté la preuve qu'elle exis- tait chez nous. L'office flamand de l'Em- ploi a même constaté sur base de ses don- nées informatiques que trois quarts des ev des personnes d'origine étrangère ne sont même pas consultés !

chances de s'insérer sur le marché de l'em- ploi. » L'expérience a mis au jour d'autres fai- blesses. La procédure est longue, coûteu- se et fastidieuse pour les entreprises. Et pour s'assurer que l'anonymat est bien respecté, il faut un contrôle externe. L'entreprise ne peut donc plus publier ses offres sur son site ou passer par des agences. Elle doit se limiter à un canal d'embauche. « Et cela ralentitfortement le recrutement, dit le ministre. C'est par- ticulièrement nifaste lorsque l'em-

Dans une ville comme Bruxelles, où ployeur a un besoin urgent d'un nou-

un chômeur sur quatre est étranger, des mesures s'imposaient. Le ministre bru- xellois de l'Emploi, Benoît Cerexhe (CD H), a mené un test grandeur nature. En marge de la mission économique aux

Etats-Unis, terre d'immigration par ex- cellence, le ministre nous a livré les résul- tats de son test, rapport à l'appui. Depuis la mi-201O, plusieurs grandes entreprises et communes bruxelloises

ont transmis des offres à Actiris,

l'office

bruxellois de l'Emploi. Ce dernier

a trou-

vé des candidats, et a transmis aux em- ployeurs des ev, avec pour seule men- tion les aptitudes du candidat et sa for- mation. Exit donc le nom (pour éviter le rejet sur base de la consonance), l'adres- se (pour éviter d'identifier les quartiers à forte immigration), l'âge (pour éviter la discrimination sur base de l'âge), le sexe, les établissements scolaires, la durée de la formation et le type de formation

(cours du soir ou de jour). Résultat: le ev anonyme est loin d'être la solution miracle. Les entrepri- ses ont estimé dans l'ensemble que sélec- tionner sur base de renseignements aus- si parcellaires était inefficace. «Par exemple la mention de l'adresse permet

d'éviter d'éventuels problèmes de mobili- té du candidat », indique le ministre. Les entreprises estiment aussi qu'il est très important pour un recruteur de con- naître la durée de la formation (pour me- surer le sérieux du candidat), le nom de l'école (pour apprécier la qualité de l'en- seignement) ou encore les hobbies. « Nous avons constaté que le ev anony- me pouvait se retourner contre le candi- dat, poursuit Benoît Cerexhe. Si une per- sonne a de très faibles qualifications, la mention de ses hobbies etjobs d'étudiant est fondamentale pour permettre aux recruteurs d'apprécier les qualités per- sonnelles du postulant, et lui donner les

veau travailleur, ce qui arrive sou- vent. » Enfin, le test a été limité à la Région de Bruxelles-Capitale. «Et cela n'est pas très productif non plus, car beaucoup d'entreprises bruxelloises recrutent dans les autres Régions. » Sachant que l'em- ploi est régionalisé, en Belgique, une tel- le extension ne serait pas simple à met- tre en œuvre. Enfin, signalons aussi que des études à l'étranger ont démontré que, même après la procédure de ev anonyme, la L discrimination pouvait encore jouer au moment de l'entretien d'embauche. Pas

de raison que cet écueil épargne la Belgi- .

que. Le ministre a donc décidé de ne pas im- poser le ev anonyme. Le test n'aurait donc servi à rien? « Si, il a été très utile. D'abord pour démon- trer les limites du système. Ensuite, je pense qu'il a sensibilisé beaucoup d'en- treprises participantes aux risques de discrimination. Plusieurs employeurs nous ont indiqué qu 'ilsformuleraient dé- sormais leurs offres autrement. » La Région de Bruxelles-Capitale ne laisse pas pour autant la porte ouverte à la discrimination. Des lois répressives existent, et de très nombreuses entrepri- ses ont signé la charte de diversité dans le recrutement. Le ministre va égale- ment mettre au point un formulaire de recrutement standardisé. «Je n'aban- donne pas, mon objectif reste très clair:

je veux que la diversité des Bruxellois se retrouve également dans les entrepri- ses. » •

BERNARD DEMONTY

D'autres pays ont mené des tests ou utilisen tle ev anonyme. Les ré- 1 sultats ne sont généralement pas concluants.

La France Le pôle emploi (servi- ce public de l'emploi). et des scien- tifiques ont mené une expérience sur mille offres il ya deux ans. Ré- sultat : les personnes d'origine étrangère ou. habitant un quartier défavorisé ont moins de chances qu'avec un ev contenant leur nom! Une hypothèse: le fait de savoir qu'ils sont étrangers per- met aussi à l'employeur de com- prendre pourquoi ces candidats ont moins d'expérience. Il peut prendre en compte le fait que les étrangers ont souvent moins de chances de s'insérer, et cela peut le pousser à leur pardonner des faiblesses et les recruter. Le test a aussi démontré que, souvent, on recrute ses semblabtés : un hom- me recrutera plus facilement un can,.didat et une femme engagera plus vite une femme.

Les Pays-Bas La Ville de Nimè-

gue a mené un test, puis a aban-

donné le ev anonyme. ment pour une raison:

ie ev ne mentionne pas de nom ne change presque rien par rap- port à une procédure nominative.

Essentielle- le fait que

le ev anonyme, lourd à mettre en œuvre, ne servirait pas à grand-

chose.

B. DY