Vous êtes sur la page 1sur 17

EVALUATION DES POLITIQUES

PUBLIQUES:
ENJEUX ET PERSPECTIVES
Master: EVALUATION DES POLITIQUES PUBLIQUES

PRÉPARÉ PAR ENCADRÉ PAR


Asmae LATIFI Mr.ABDOUH
Chaymae ZOGHLAL Mr.Anass ABOULAAGUIG
INTRODUCTION

• l’évaluation est, aujourd’hui, justifiées par le besoin


croissant de la collectivité de se procurer
l’opportunité de voir et de dire si les responsables
de la gestion des organisations publiques ont utilisé
les ressources disponibles de façon à en tirer le
meilleur avantage possible et s’ils se sont donnés les
moyens pour évaluer leurs performances.
• Au Maroc les pratiques évaluatives sont
plutôt récentes et nécessite un grand effort
par l’ensemble des acteurs de la société a fin
de l’institutionnaliser et de la rendre plus
pratique,
Dans quelles mesures donc le MAROC capable
d’adopter cet outil afin d’améliorer la
performance de l’action public?
PLAN DU THEME
• INTRODUCTION
• Le contexte de création et d’évolution des
pratiques évaluatives
• L’institutionnalisation d’EPP au Maroc
• Les enjeux et les perspectives
• CONCLUSION
LE CONTEXTE DE CRÉATION ET D’ÉVOLUTION
DES PRATIQUES ÉVALUATIVES

Des énoncés politiques favorisant l’émergence


de l’évaluation au Maroc :
 Les différents énoncés politiques de l’État exprimés par SM le Roi Mohamed VI
dans plusieurs discours royaux, particulièrement de la Fête du Trône.

 Le rapport du cinquantenaire du développement du Maroc constatant que « Les


politiques publiques des gouvernants et des élus n’ont pas toujours été évaluées,
ni réajustées, à l’aune de leur impact sur le bien-être des populations ».

 Le programme de l’action gouvernementale du 30 juin 2008 annonçant la mise en


place de mécanismes de suivi, de contrôle et d’évaluation dans le cadre de
la bonne gouvernance .
LES INITIATIVES ET LES INSTITUTIONS
ACCOMPAGNANT L’EMERGENCE D’EPP
 L’Observatoire Nationale du Développement Humain (ONDH) chargé de
l’évaluations des réalisation de l’Initiative Nationale de Développement
Humain.
 La pratique de l’évaluation de plus en plus au sein de la Cour des
comptes au Maroc
 Des programmes nationaux de recherches avec un intérêt particulier
pour l’évaluation
 Des structures dédiées à l’évaluation au sein de certaines
administrations publiques (Éducation Nationale, Haut Commissariat au
Plan, etc.)
 Des formations en évaluation à partir de 2000
 Des évaluations réalisées au sein du SNU ou d’autres organisations de la
coopérations internationales
 L’Association Marocaine de l’Évaluation (AME)
LES CONDITIONS FAVORISANT
L’INSTITUTIONALISATION D’EVALUATION
La constitutionnalisation de l’évaluation au
niveau du pays (institutionnalisation légale de
l’évaluation à l’instar d’autre pays dans le
monde)
L’institutionnalisation de l’évaluation
territoriale au niveau local et régional en
dotant les collectivités territoriales des
dispositions similaires à celles du pays
L’intégration de l’évaluation dans un
programme annuel et une planification
régulière de travail, particulièrement pour les
institutions en charge du suivi, contrôle et de
l’évaluation (Cour des comptes, ONDH, INE,
SNU, etc).

Une stratégie de communication publique sur


les résultats des évaluations réalisées .
L’INSTITUTIONNALISATION DES
POLITIQUES PUBLIQUES AU MAROC

La constitution de 2011 a posé les principaux jalons de l’institutionnalisation de


l’évaluation au Maroc. Son Article 13 dispose que « les pouvoirs publics œuvrent à la
création d’instances de concertation en vue d’associer les différents acteurs sociaux
à l’élaboration, la mise en œuvre et l’évaluation des politiques publiques.

L’existence de L’évaluation des politiques publiques devient une nécessité au sein


des différents institutions publiques que se soit au niveau du Parlement, des
administrations, des collectivités locales..qui permet de clarifier les mandats et
prérogatives de ces instances.

De même, la réforme de la loi organique relative à la loi de finances, organise


progressivement la programmation pluriannuelle des dépenses et la gestion
budgétaire axée sur les résultats. Elle développe l’association aux budgets
d’indicateurs de résultat comme instrument de mesure de la performance de
l’action publique et exige la production par ministère de rapports de performance.
LES ÉVALUATIONS DES POLITIQUES PUBLIQUES DANS LE CADRE
DE MODERNISATION DE L’ACTION PUBLIQUE

Le gouvernement a lancé en décembre


2012 une démarche d’évaluation ex
post de l’ensemble des politiques
publiques dans le cadre de la
modernisation de l’action publique
(MAP). Affaires sociales, éducation
nationale, justice, écologie, logement,
territorial… de nombreuses politiques
ministérielles, interministérielles et
partagées avec les collectivités locales
sont couvertes. En mars 2015, sur les
59 évaluations lancées, 58 sont
achevées.
1. AIDE A LA 2. PARTICIPATION ET
DECISION TRANSPARENCE

LA DÉMARCHE
D’ÉVALUATION DES
POLITIQUES
PUBLIQUES DANS LE
CADRE DE LA MAP

3. ANALYSE 4. LA METHODE
MULTICRITERE
LES ACTEURS D’EVALUATION D’UNE POLITIQUE PUBLIQUE :

POUVOIR EXECUTIF POUVOIR LEGISLATIF

-le ministère : -le parlement à la capacité technique de coordonner


le corps d’inspection IGF réellement la mise en place de l’évaluation, son
les observatoires ministériels et institutionnels appréciation et sa diffusion auprès des parlementaires
-haut commissariat au plan HCP et du grand public.

-Les administrations concernées: apporter leur -La Cour des comptes avec suffisamment de poids
expertise institutionnelle en collaboration avec les institutionnel est chargée de commanditer des
évaluateurs faciliter la réalisation de l’évaluation évaluations indépendantes .
indépendante, notamment en ouvrant un accès
complet et éclairé aux données .

-Les experts: apporter leur compétence scientifique


en tant qu’évaluateurs. Leur indépendance doit être
assurée, entre autres, par leur rotation, de manière à
éviter toute captation en fonction des résultats passés
d’évaluations
LES INDICATEURS MISENT EN
PLACE POUR UNE EVOLUTION
DE L’EPP
-L’Indice Nationale pour le Développement Humain (INDH) : chargé d’analyser et évaluer
l’impact des programmes de développement humain mis en œuvre et de proposer des
mesures et des actions qui contribuent l’élaboration d’une stratégie nationale de
développement humain.
-L’observatoire Nationale du Développement Humain(ONDH) : se trouve par son texte en
position non seulement d’évaluer les politique sectorielles du gouvernement mais
également d’analyser et d’évaluer leur cohérence et leur capacité à élever le
développement du pays.
Dés à présent en peut dire que ces
outils complétés par des études et enquêtes
thématiques ciblées donnent à notre pays des
possibilités d’anticipation et d’aide à la
décision mais également constituent des
outils fondamentaux de bonne gouvernance,
par la transparence des résultats, la solidarité
des indicateurs et par des évaluations
indépendantes à même de contribuer à la
reddition des comptes.
LES ENJEUX
 La pluralité des référentiels dans un contexte de stratégies
concurrentielles
 La méconnaissance des spécificités de la démarche évaluative
 La pratique de l’évaluation porte sur des projets et des
programmes (exemples : INDH, SNU, BM, etc.) et fortement
centrée sur la mise n œuvre et l’efficience
 Les évaluations ont peu d’incidence sur la redéfinition de
l’action publique
 Les difficultés d’accès aux données pour réaliser les
évaluations indépendantes
 L’insuffisance de recherche dans le domaine de l’évaluation
PERSPECTIVES POUR UNE
INSTITUTIONNALISATION DE L’EVALUATION DES
POLITIQUES PUBLIQUES AU MAROC
Aujourd’hui, des éléments favorables à un portage politique à très haut
niveau de l’évaluation semblent exister. D’abord, la Constitution, l’y a
inscrite à la fois au regard du Parlement, des régions, du gouvernement
et de la société civile. Le Roi a cité la nécessité de la reddition des
comptes et de l’évaluation dans plusieurs de ses derniers discours.
-différencier reddition des comptes et évaluation :
-la mise en place d’un cadre de référence pour l’évaluation des politiques
publiques en région
-la nécessité de dispositifs et de structures d’évaluation autonomes au
niveau décentralisé
-L’organisation notamment des séminaires pour qu’on aboutisse un modèle
fiables et une culture de l’efficacité et de la reddition des comptes et le
développement de la capacité du Parlement.
CONCLUSION

L’évaluation des politiques publiques nécessite


de combiner une expertise techniques, une
expertise administrative et une organisation
rigoureuse garantissant (indépendance et
pluralisme). Il faut cependant souligner trois
conditions de réussite et de crédibilité de
l’évaluation : l’accès aux données, le temps de
l’expertise, la publication des résultats
Ces conditions ne doivent pas être considérées
comme des contraintes, mais plutôt comme les
ingrédients clés d’une évaluation crédible, sur
laquelle le processus de décision pourra
réellement s’appuyer en toute transparence.
MERCI POUR VOTRE
ATTENTION