Vous êtes sur la page 1sur 31

ETUDE THERMIQUE ET DIMENSIONNEMENT

D’UN CONDENSEUR A AIR

Présenter par:
CHAACHOUA Madani.

06/29/2013
INTRODUCTION
L’augmentation du prix de la consommation d’énergie notamment l’énergie
thermique est reliée à la demande excessive sur l’énergie elle-même, et
quelque soit sa nature fossile ou renouvelable, produite ou recueillie,
l’utilisation d’un échangeur de chaleur est indispensable.

Les échangeurs de chaleurs (évaporateurs, condenseurs…, etc.) sont des


éléments très important dans une installation frigorifique, et le succès final de
cette installation dépend largement de la bonne étude, conception et
réalisation de ces échangeurs.
En effet, le fait de disposer d’un échangeur de chaleur bien adapté, bien
dimensionné, bien réalisé et bien utilisé donne un bon rendement et permet un
gain d’énergie.
Plan de travail
Chapitre I : ANALYSE DU TRANSFERT DE CHALEUR

Chapitre II : ETUDE ET RECHERCHE BIBLIOGRAPHIQUE

Chapitre III : SIMULATION DU FONCTIONNEMENT DU


CONDENSEUR

Chapitre IV : RESULTATS ET DISCUSSIONS

Conclusion
CHAPITRE I :
ANALYSE DU TRANSFERT DE CHALEUR
Chapitre I ANALYSE DU TRANSFERT DE CHALEUR

1 - Modes de transfert thermique:


Le transfert thermique c’est la transmission de l’énergie d’une région
à une autre sous l’influence d’une différance de température.
Il existe trois modes de transmission :
1. la conduction
2. la convection
3. le rayonnement

2 - Transfert de chaleur lors de la condensation:


A une pression donnée la température d’un corps reste constante aussi
longtemps que dure le changement d’état.
Les changements de phase qui peuvent être rencontrés sont présentés dans
la Courbes de changement d’états d’un corps pur
Chapitre I ANALYSE DU TRANSFERT DE CHALEUR

Fig. I.01 - Courbes de changement d’états d’un corps pur


Chapitre I ANALYSE DU TRANSFERT DE CHALEUR

la condensation de la vapeur sur une paroi refroidie donne naissance à deux types de
phénomènes qui se caractérisent par l’aspect visuel du condensât formé.

• Dans le premier cas le condensât recouvre la surface sous la forme d’un film continu et
on parle de
• Dans le second cas les gouttelettes liquides se forment sur la surface et on parle de

Condensation en film Condensation en gouttes


Chapitre I ANALYSE DU TRANSFERT DE CHALEUR

L’échange thermique lors de la condensation en gouttes est plus élevé que celui
pour la condensation en film, mais la condensation en gouttes est difficile à maintenir
sur un long terme.

Et on peut distinguer quatre types de condensation en film

1 - Condensation en film à l’extérieur des tubes verticaux

2-Condensation en film à l’extérieur des tubes horizontaux

3-Condensation en film à l’intérieur des tubes verticaux

4-Condensation en film à l’intérieur des tubes horizontaux


CHAPITRE II :
ETUDE ET RECHERCHE BIBLIOGRAPHIQUE
Chapitre II ETUDE ET RECHERCHE BIBLIOGRAPHIQUE

1-État de l’art sur les phénomènes de condensation


Dans cette étude on se base sur les travaux théoriques et expérimentaux relatifs aux
calculs des coefficients de transfert de chaleur lors de la condensation.

1-1- Condensation à l’extérieur des tubes verticaux


NUSSELT a établi en 1916, les relations théoriques pour le calcul des
coefficients d’échanges de chaleur, dans le cas de la condensation des vapeurs
pures en couche mince, sur des tubes ou sur des plaques. Et il a montré que la
conductance par unité de surface, décroît lorsque la distance compté à partir du
sommet de la plaque ou tube, et par conséquent l’épaisseur du film augmente. Il
a aussi remarqué qu’une augmentation de la différence de température entraîne
une diminution de la conductance par unité de surface.

Nusselt est le premier auteur qui a donné les formules qui permet le calcul du
coefficient d’échange moyen.
Chapitre II ETUDE ET RECHERCHE BIBLIOGRAPHIQUE

1-2 Condensation à l’extérieur des tubes horizontaux


Le coefficient moyen d'échange thermique lors de la condensation d'une vapeur
stagnante sur un cylindre lisse de diamètre D suivant la théorie de
NUSSELT-ROHSENOW est donné par :

1-3 Condensation à l’intérieur des tubes verticaux :


BORISHANSKI et AL ont proposé la formule suivante pour le coefficient
d'échange moyen (h m)lors de la condensation complète de la vapeur d'eau à
l'intérieur d'un tube verticale :

1-4 Condensation à l’intérieur des tubes horizontaux :


CHATO a développé aussi une corrélation qui permet de calculer le coefficient de
transfert de chaleur lors la condensation à l’intérieur des tubes horizontaux :
Chapitre II ETUDE ET RECHERCHE BIBLIOGRAPHIQUE

2 - Les condenseurs

2 -1 Principe général d’un condenseur :


Le principe le plus général consiste à faire circuler deux fluides à travers des
conduits qui les mettent en contact thermique.

L’évacuation de la chaleur dans un condenseur s’effectue en trois étapes


1 - La désurchauffe des vapeurs de fluide frigorigène (tronçon 1–2)
2 - La condensation des vapeurs (tronçon 2.3)
3 - Le sous refroidissement du fluide frigorigène liquide (tronçon 3-4)

Fig.II.01 - Evacuation de la chaleur d’un condenseur


Chapitre II ETUDE ET RECHERCHE BIBLIOGRAPHIQUE

2-2 Les condenseurs à air

1 Condenseur à circulation d’air naturelle

2 Condenseur à circulation d’air forcée :


2.2 Condenseurs à air à convection forcée horizontaux
2.3 Condenseurs à air à convection forcée verticaux

Fig. II.03 - Condenseur à air a convection Fig.II.04 - Condenseur à air a convection


forcée horizontale forcée vertical
CHAPITRE III :
SIMULATION DU FONCTIONNEMENT DU CONDENSEUR
Chapitre III SIMULATION DU FONCTIONNEMENT DU CONDENSEUR

1-Logique de la phase de dimensionnement

Sélection d’un type


de condenseur

Choix d’un ensemble de


données géométriques

Calcul thermique Modification des


du condenseur Paramètres
de conception

Puissance, pertes de pression Non


acceptables

Oui

Coût du condenseur
Calcul mécanique
Chapitre III SIMULATION DU FONCTIONNEMENT DU CONDENSEUR

2- Méthodes de calculs
Pour le calcul d’un condenseur on a des méthodes analytiques et des méthodes
numériques

2-1 Méthode analytique :


Deux types de calcul thermique sont envisageables pour la caractérisation de
l’échangeur
La méthode DMLT La méthode de NUT :
Détermination de la température
moyenne caractéristique à partir Estimation des températures
des températures entrée/sortie TS1 et TS2

Calcul du ΔTLM Calcul du coefficient d’échange


Et du facteur de correctif F global K

Calcul de la puissance échangée : Détermination du NUT et de


Φ  C1  Te1 -Ts1   C2  Ts2 -Te2  l’efficacité

Calcul des températures sortie
TS1etTS2
Recherche de la surface :
Φ
A Itération
FUΔTML
Chapitre III SIMULATION DU FONCTIONNEMENT DU CONDENSEUR

2-2 Méthodes numériques


Elles essaient d’améliorer la précision du calcul en décomposant les phénomènes
physiques mis en jeu, et en prenant en compte la nature de l’écoulement, telles que la
méthode des volumes finis.

3-Calcul Fortran
3-1 Présentation du programme
Le programme de calcul est constitué d’un programme principal et d’un sous
programme.
Le programme principal fait appel au sous programme

3.1.1 Le sous-programme :
Condenseur à air: il concerne le dimensionnement du condenseur refroidi à air
Quand l’un de ce sous-programme est appelé, il demande à l’utilisateur de
faire entrer les données géométriques et physiques indiquées pour le condenseur
concerné.
Après avoir entré toutes les données, le programme va faire tous les calculs et
ensuite il va présenter les résultats sous forme d’un tableau.
Chapitre IV :
RESULTATS ET DISCUSSIONS
Chapitre IV : RESULTATS ET DISCUSSIONS

• Dans ce chapitre, les résultats de calcul, les commentaires et les analyses


nécessaires sont présentés sous formes graphiques.

• L’étude de l’ influences de la température d’entrée de fluides de


refroidissement, de l’échauffement de fluide de refroidissement, du
pincement, de la vitesse du fluide de refroidissement sur la surface
d’échange, les coefficients d’échange global et local , l’efficacité du
condenseur, en utilisent deux fluides frigorigènes différents (R22, R134a)
et le fluide de refroidissement (air) ce qui permet de faire une comparaison
entre ces deux fluides.
Chapitre IV : RESULTATS ET DISCUSSIONS
Courbes et discussions

Fig.IV.02 - Surface d’échange en fonction


Fig.IV.01 - Surface d’échange en fonction de de l’échauffement de l’air
la température d’entrée de l’air

Fig.IV.03 - Surface d’échange du condenseur à air


en fonction du pincement
Analyse des courbes :
Il est clair dans la figure que l’influence du pincement sur la surface d’échange est
la plus importante, car elle à une pente descendante importante, grâce à la grande
influence du pincement sur DTLM et par conséquent sur la surface, puis l’influence
de l’échauffement qui a aussi une pente descendante, par contre l’influence de la
température d’entrée du fluide de refroidissement à une pente montante
On remarque aussi que l’utilisation de fluide frigorigène (R134a) donne des
surfaces moins encombrantes. Contrairement au R22 qui donne une grande surface,
due à ses propriétés physiques élevées
Chapitre IV : RESULTATS ET DISCUSSIONS

Fig.IV.04 - Coefficient d’échange global en fonction de la


température d’entrée de l’air Fig. IV.05 - Coefficient d’échange global
en fonction de l’échauffement de l’air

Fig.IV.06 - Coefficient d’échange


global en fonction du pincement
On remarque dans les figures que l’influence du pincement sur le
coefficient d’échange est la plus importante, car elle à une pente descendante
importante, grâce à la grande influence du pincement sur
DTLM et par conséquent sur le coefficient d’échange global,
puis l’influence de l’échauffement, de la température d’entrée qui a aussi une
pente descendante

L’utilisation de différents fluides frigorigènes (R22, R134a) donne des


résultats différents , R22 qui donne un mauvais coefficient d’échange global,
due à ses propriétés physiques élevés par rapport a R134a.
Chapitre IV : RESULTATS ET DISCUSSIONS

Fig.IV.07 - Coefficient de condensation en fonction de la


température d’entrée de l’air

Fig.IV.09 - Coefficient d’échange par condensation


en fonction du pincement
• D’après les figures on remarque que l’augmentation de la température
d’entrée du fluide de refroidissement ou de l’échauffement ou bien du
pincement donne une diminution du coefficient d’échange par
condensation, mais cette diminution est différente d’une courbe à une autre,
on voit que la courbe du pincement a une pente importante, donc il a la
grande influence par rapport à l’échauffement et la température d’entré du
fluide de refroidissement.
Chapitre IV : RESULTATS ET DISCUSSIONS

Fig.IV.10 : L’efficacité du condenseur en fonction de Fig.IV.11 - L’efficacité du condenseur en


la température d’entrée de l’air fonction de l’échauffement de l’air

Fig.IV.12 - L’efficacité du condenseur en f


onction du pincement
• Dans la figure on remarque que l’augmentation du pincement donne une
mauvaise efficacité du condenseur, contrairement à l’augmentation de
l’échauffement qui donne une bonne efficacité. Il est clair aussi que la
température d’entré du fluide de refroidissement n’a aucune influence sur
l’efficacité du condenseur
Chapitre IV : RESULTATS ET DISCUSSIONS

Fig.IV.13 - Surface d’échange en fonction de la vitesse de l’air Fig. IV.14 : Coefficient d’échange global en
fonction de la vitesse de l’air

On remarque dans les figures (IV.13) et (IV.14) que l’augmentation de la


vitesse du fluide de refroidissement améliore l’échange et donne un bon
coefficient d’échange global et par conséquent une surface d’échange
compacte
En réalité, l’augmentation de la vitesse du fluide de refroidissement
augmente la turbulence donc l’augmentation de l’intensité du transfert par
convection et par conséquent l’augmentation du coefficient d’échange
global qui nous donne une surface plus compacte
CONCLUSION
• Les condenseurs sont d’une importance primordiale dans le domaine
industriel notamment les installations frigorifiques. Leurs technologies,
leurs conceptions, et leurs développements influent directement sur les
performances de ces installations.
• D’après les résultats obtenus après l’étude de condenseur, on remarque que
• l’utilisation du fluide frigorigène R134a donne les meilleurs résultats par
rapport à R22
• On a remarqué aussi que le coefficient d’échange par condensation à une
allure descendante dans tous les cas, due à l’augmentation de la
température de condensation en fonction de ces paramètres

• La viscosité dynamique ( ) de l’air augmente en fonction de la température


d’entrée en diminuant le coefficient d’échange par convection et le
coefficient d’échange global et par conséquent on obtient une surface
encombrante et couteuse.
• L’augmentation de la vitesse du fluide de refroidissement entraine des
turbulences qui améliorent l’intensité du transfert de chaleur par convection
et on obtient par conséquent des surfaces d’échanges compactes et
économiques.

• L’utilisation de l’air comme fluide de refroidissement donne des surfaces


encombrantes et couteuses. Malgré cela l’air est toujours utilisé grâce aux
grands avantages qu’il possède par rapport à l’eau surtout la disponibilité
illimitée et gratuite, contrairement à l’eau qui devient de plus en plus chère,
elle nécessite un traitement spécial et la mise en place d’un système de
refroidissement.

Comme perspectives, nous proposons ce qui suit :


comparaison entre deux condenseurs (condenseur à air et condenseur à eau)
en utilisant quatre fluides frigorigènes ou plus avec simulation numérique en
fortran.
Simulation numérique avec FLUENT 3D ou 2D