Vous êtes sur la page 1sur 6

Module MS3 UE 2 .

1 Portique d’essai page 1/6

IUT Génie Civil 1ère année


TP de résistance des matériaux – MS3

PORTIQUE d’ESSAI
-Portique isostatique et hyperstatique-

& Objectifs du TP :
Il s’agit de déterminer les éléments de réduction du torseur de cohésion dans une structure
courante en construction métallique de type portique. (Exemple : structure porteuse
métallique de la halle d’essais)
L’étude sera faite dans un cas ISOSTATIQUE puis dans un cas HYPERSTATIQUE
(Modélisation sur le logiciel RDM LE MANS), de manière pratique et de manière théorique.
Il vous est ensuite demandé de comparer les résultats pratiques et théoriques puis de conclure
sur l’influence des liaisons en pied de portique..

Rappels théoriques :

Pour déterminer les contraintes régnant à l’intérieur d’une section Σ d’une structure, on
effectue une coupure fictive au niveau de cette section Σ. On remplace ensuite de manière
fictive, la partie de droite de la structure par un torseur de COHESION.

L’étude des éléments de réduction de ce torseur (NGx, VGy et MGz) permet alors de tracer en
fonction de l’abscisse selon l’axe neutre, les diagrammes des sollicitations qui indiquent les
valeurs maximales et les valeurs caractéristiques dans la structure.

Année universitaire 2007-2008 IUT St Pierre – Département génie civil-


Module MS3 UE 2 .1 Portique d’essai page 2/6

Le calcul des contraintes (σ = normales ; τ = tangentielles) est ensuite fait au niveau d’une
fibre de la poutre (valeur de v), soit avec les valeurs maximales des sollicitations (cas le plus
défavorable), soit au point caractéristique souhaité.

N : Effort normal à l’abscisse x de la section Σ


N Mz MGz : Moment fléchissant à l’abscisse x de la section Σ
σx = − ×y
A I Gz A :Aire de la section Σ
I Gz : Moment quadratique de la section Σ

Enfin, la comparaison de ces contraintes avec la limite élastique du matériau permet de


valider ou non les dimensions de la structure.

Nota : Dans le cas d’un portique, il est nécessaire de lier des repères locaux d’étude des
éléments de réduction à la structure (1 repère local par barre):
Repère LOCAL: à utiliser pour le torseur de COHESION
y

Attention : la détermination
y

des inconnues de liaisons doit


x

être faite dans le repère


x

Y
global.
y

X
Repère GLOBAL: à utiliser pour le P.F.S.

⌦ Matériels utilisés :
Année universitaire 2007-2008 IUT St Pierre – Département génie civil-
Module MS3 UE 2 .1 Portique d’essai page 3/6

- 1 portique d’essai.
- 2 types de liaisons (articulation, appui simple)
- 1 jeu de poids pour la mise en charge avec les poulies.
- 10 jauges de déformations avec 2 ponts P 3500 + boîtiers SB 10.
- 1 comparateur en pied de portique

Mode opératoire : partie expérimentale


I- Etude du portique ISOSTATIQUE :

Fig. 1 : Liaison rotule (articulation) Fig. 2 : Liaison appui simple

1- Mettre en place le portique avec une articulation et un appui simple.


2- Mesurer les dimensions du portique et sa section.
Dimensions du portique :
Hauteur en mm Longueur en mm Section
Largeur en mm épaisseur en mm

Tableau 1
3- Sur des schémas cotés, relever la position des 10 jauges : définition des repères
locaux, position en abscisse x pour la valeur des sollicitations, et position en ordonnée
y de la fibre pour déterminer la contrainte.
4- Effectuer le réglage et la mise à zéro des jauges d’extensométrie et du comparateur.
5- Appliquer une charge horizontale de 20 N au sommet du poteau lié à l’appui simple,
à l’aide de la poulie de renvoi supérieure gauche (modélisation de l’action d’une
charge de vent Wk). Proposer un schéma mécanique complet du portique.
6- Mesurer le déplacement horizontal au niveau de l’appui simple à l’aide du
comparateur.

Déplacement horizontal au niveau de l’appui simple :


u= mm

7- Mesurer les valeurs des déformations au niveau des jauges d’extensométrie puis en
déduire les contraintes normales expérimentales. Compléter le tableau 2.
Jauge Position ε exp σ exp σ théorique

Année universitaire 2007-2008 IUT St Pierre – Département génie civil-


Module MS3 UE 2 .1 Portique d’essai page 4/6

s x y en μm/m en N/mm² en N/mm²


en mm en mm
J1g
J2g
J3g
J4g
J5
J6
J7
J8
J1d
J2d
J3d
J4d
Tableau 2
Remarque : les indices d et g signifient respectivement droite et gauche. La position x est donnée par rapport au
repère local de la barre

8- A l’aide de la poulie de renvoi inférieure, ramener l’appui simple à sa position de


départ en ajoutant des poids jusqu’à ce que le comparateur revienne à sa position de
départ : Noter la valeur du poids correspondant.

Valeur du poids pour la poulie de rappel : P = N

9- Mesurer alors les valeurs des déformations au niveau des jauges d’extensométrie. En
déduire les contraintes normales expérimentales. Compléter le tableau 3.
Jauge Position ε exp σ exp
s x y en μm/m en N/mm²
en mm en mm
J1g
J2g
J3g
J4g
J5
J6
J7
J8
J1d
J2d
J3d
J4d
Tableau 3

Année universitaire 2007-2008 IUT St Pierre – Département génie civil-


Module MS3 UE 2 .1 Portique d’essai page 5/6

10- Enlever le comparateur.

11- Déterminer expérimentalement la charge de vent qui provoque le basculement du


portique.

Charge de vent provoquant le basculement du portique: Wk = N

Pour cela appliquer une charge horizontale de 15 N au sommet du poteau lié à l’articulation
à l’aide de la poulie de renvoie supérieure droite puis augmenter progressivement cette
charge jusqu’à obtenir le basculement du portique.
12- Proposer une solution pour éviter le basculement du portique sous l’effet du vent. En
déduire le sens et l’intensité de la réaction de liaison au droit de l’appui simple. Quel
est alors le rôle de la fondation en pied de poteau ?

II- Etude du portique HYPERSTATIQUE :


1- Mettre en place le portique avec 2 articulations. Quel est son degré d’hyperstaticité ?
2- Reprendre les étapes 2 à 5 du portique isostatique.
3- Mesurer les valeurs des déformations au niveau des jauges d’extensométrie. En
déduire les contraintes normales expérimentales. Compléter le tableau 4.
Jauge Position ε exp σ exp σ théorique
s x y en μm/m en N/mm² en N/mm²
J1g
J2g
J3g
J4g
J5
J6
J7
J8
J1d
J2d
J3d
J4d
Tableau 4

Année universitaire 2007-2008 IUT St Pierre – Département génie civil-


Module MS3 UE 2 .1 Portique d’essai page 6/6

Travail demandé : partie théorique

I-portique ISOSTATIQUE (appui simple libre).


1. Déterminer les actions de liaisons externes de la structure par application du PFS.
2. Calculer puis tracer les diagrammes des éléments de réduction du torseur de cohésion
(NGx, VGy et MGz) pour le cas de charge étudié (indiquer les échelles).
3. Calculer (compléter le tableau 2) puis tracer le diagramme de la contrainte normale σ
théorique pour la fibre ou se situent les jauges (préciser l’échelle choisie).
4. Positionner les valeurs des contraintes normales σ expérimentales sur ce diagramme
théorique. Conclusion.

II-portique HYPERSTATIQUE avec 2 articulations.


1. Déterminer les actions de liaisons externes de la structure à l’aide du logiciel RDM le
Mans.
2. Déterminer les diagrammes des éléments de réduction du torseur de cohésion (NGx, VGy
et MGz) pour le cas de charge étudié (indiquer les échelles).
3. Calculer (compléter le tableau 4) puis tracer le diagramme de la contrainte normale σ
théorique pour la fibre ou se situent les jauges (préciser l’échelle choisie).
4. Positionner les valeurs des contraintes normales σ expérimentales sur ce diagramme
théorique. Conclusion.

Conclusion

• Comparer la valeur du poids nécessaire pour ramener l’appui simple en position initiale à
la valeur de la réaction de liaison verticale du portique hyperstatique.

• Tracer la répartition des contraintes suivant toutes les positions des fibres (valeur de y)
dans la section de la jauge 3 (poteau) et de la jauge 6 (traverse) : portique isostatique et
hyperstatique.

• Comparer les contraintes obtenues dans le portique isostatique et hyperstatique pour le cas
de charge étudié.

• Quels sont les avantages et les inconvénients d’avoir une structure hyperstatique ?

Année universitaire 2007-2008 IUT St Pierre – Département génie civil-