Vous êtes sur la page 1sur 1

La République et l’Islam : Entre crainte et aveuglement

Michèle Tribalat et Jeanne-Hélène Kaltenbach, Editions Gallimard, 348 p.,


Paris 2002

La querelle sur le voile « islamique » à l’école rebondit. Les islamistes, qui en ont fait
leur étendard, n’hésitent pas à huer le ministre de l’intérieur lorsqu’il rappelle que les
femmes doivent être tête nue sur les photos d’identité. A l’heure où la République
balance entre fermeté et tolérance, certains diraient laxisme, il est urgent de lire
ou pour certains de relire le livre de Michèle Tribalat et Jeanne-Hélène Kaltenbach,
paru en septembre dernier et passé relativement inaperçu. Que disent-elles ? Que le
modèle français d’intégration est entré, depuis quelques années, en crise. Pourquoi ?
Exaltation des droits de l’individu et des différences, tentation du communautarisme
à l’anglo-saxonne et affaiblissement du sentiment d’appartenance à la nation
notamment concourent, selon les auteurs, à la perte du sens de l’intérêt général.
Pour Michèle Tribalat, directrice de recherches à l’Institut national d’études
démographiques et anciennement membre du Haut Conseil à l’Intégration et Jeanne-
Hélène Kaltenbach, membre du Haut Conseil à l’Intégration, cette crise s’est surtout
manifestée dans les rapports de la République avec l’islam. De concessions en
compromis, la laïcité s’est trouvée mise à mal. Ce faisant, elles confondent parfois
l’islam tel que vécu par la majorité des musulmans de France et l’islam militant
(fondamentaliste), minoritaire mais qui, à coup de foulard, occupe la scène
médiatique. L’islam (l’intégrisme ?), assurent-elles, nous questionne sur le modèle de
société que nous voulons défendre. Et elles concluent, avec raison, que le visage qu’il
prendra dépendra d’abord de nos choix. Nous serions tentés d’ajouter : l’islam de
France aussi.

Meriem Sidhoum Delahaye

Copyright © Club des Vigilants. Tous droits réservés.