Vous êtes sur la page 1sur 95

UNIVERSITE ABDEL MALEK ESSAÂDI

Faculté des Sciences et Techniques à Tanger


Département de Génie Mécanique

Cour d’:
Hydraulique, Module P 232
MST Maintenance

Préparé par :
Z. EL FELSOUFI,

Enseignant chercheur au département de Génie Mécanique

____________________________________________________________________________________________________ page 1 /42


Cours d'Hydraulique , FST Tanger elfelsoufi_zoubir@yahoo.fr
1- Titre du module : Mécanique II
2- Intitulé du cour : Hydraulique
3- Objectif :
¾ Connaître les lois générales de l’hydrostatique et de l’hydrodynamique,
¾ Connaître les différentes composantes d’un circuit hydraulique,
¾ Lire un schéma hydraulique,
¾ Concevoir un circuit hydraulique,
¾ Dimensionner une composante hydraulique,
¾ Calculer un circuit hydraulique,
¾ Etude de cas pratique : Irrigation, Eau potable, circuits Industriels, traitement des eaux usées,
Incendie, …
4- Contenu :
¾ Introduction :
¾ Partie I : Hydraulique de débit
- Généralité et définitions sur les machines hydrauliques
- Mode d’action et choix d’une pompe centrifuge
- Calcul d’un réseau hydraulique
- Etablissement d’un projet de pompage
- Etude cas : eau potable, adduction, traitement des eau usées, incendie, irrigation
¾ Partie II : Hydraulique industrielle :
- Notions fondamentales d’hydrostatique et d’hydrodynamique
- Constitution des circuits hydrauliques, groupe générateur de puissance
- Le fluide hydraulique (huile)
- Les pompes volumétriques
- La filtration, les limiteurs de pression
- Les distributeurs
- Les clapets anti-retour
- Vérin VDE, VSE, VR, VT et VP
- Moteurs hydrauliques, régulateurs de débit
- Les accumulateurs, les tuyauteries et raccords
- La maintenance de circuit hydraulique
- Conception et calcul d’un circuit hydraulique
5- Travaux pratiques associés :
- Etude des performances des pompes centrifuges,
- Pompe en parallèle et en série,
- Similitude des pompes centrifuge,
- Mesure de débit,
- Mesure des pertes de charge

____________________________________________________________________________________________________ page 2 /42


Cours d'Hydraulique , FST Tanger elfelsoufi_zoubir@yahoo.fr
Introduction Générale

L’Hydraulique a pour mot d’origine Hudor. Hudor=Eau. Cela veut dire que les hommes
d’auparavant ont très bien compris que l’eau peut très bien être une source d’énergie. Actuellement l’eau
est remplacée par les fluides d’une manière générale. Toutefois la manière avec laquelle on traite cette
énergie à un petit peu évoluée et a été élargie.

Pourquoi l’hydraulique ? ? ?
L’hydraulique a pour objectif :

¾ Transporter un fluide

¾ Convertir une énergie en utilisant un fluide,

¾ Stoker une énergie en utilisant un fluide,

¾ Transmettre ou Transporter une énergie en utilisant un fluide

Ces objectifs peuvent être répartis en deux fonctions principales. La première fonction qui va
faire l’objet de la première partie de ce cour ( hydraulique de débit ) a pour but principale de transporter
un fluide, convertir ou stoker une énergie hydraulique. Ce domaine est caractériser par :

- Fluide : généralement l’eau ou parfois des fluides plus visqueux ( produits pétroliers, alcools, … )

- Débit :

• unité utilisée : m3/h

• grand débit

• plage de débit : dizaine de m3/h et plus

- Pression :

• unité utilisée : mce par fois le bar

• moyenne ou faible pression

• plage de pression : dizaine de mce

- Moyen utilisés : Pompe centrifuge ( axe horizontal, axe vertical, verticalisée, immergée,
submersible, vide-cave, vide-fût, …), ventilateurs, turbines, vannes, crépines,
clapets anti-retour, ballons hydrophore, conduites, pressostats/, …

- Domaines :
____________________________________________________________________________________________________ page 3 /42
Cours d'Hydraulique , FST Tanger elfelsoufi_zoubir@yahoo.fr
• Adduction,

• Irrigation,

• Eau potable,

• Incendie

• Barrage : turbinage, pompage, …

La deuxième fonction qui va faire l’objet de la deuxième partie de ce cour ( hydraulique


Industrielle ) a pour but principale de transporter une énergie hydraulique. Ce domaine est caractériser
par :

- Fluide : les huiles industrielles

- Débit :

• unité utilisée : l/min

• faible débit

• plage de débit : dizaines de l/min

- Pression :

• unité utilisée : bar

• Grande pression

• plage de pression : centaine de bars

- Moyen utilisés : Pompe volumétrique ( à vis, a palettes, à pistons axiaux et radiaux, …), vérins,
moteur hydraulique, multiplicateurs de pression, régulateurs de débit, filtres,
tubes, limiteurs de pression, limiteurs de débit, …

- Domaine :

• Travaux public : nivelage, terrassement, ….

• Manutention : chariot élévateur, ….

• Machine outil ; tours, faiseuses, presses a forger ou a estamper, …

• Machine industrielle

____________________________________________________________________________________________________ page 4 /42


Cours d'Hydraulique , FST Tanger elfelsoufi_zoubir@yahoo.fr
Généralités
1 : Définitions :

Ecoulement permanent :

Ecoulement dont toutes les caractéristiques et les propriétés sont indépendantes du temps. Ces
caractéristiques sont variables dans l’espace, mais en un point donné elles sont fixes. Un observateur qui
regarde l’écoulement à des instants différents voit donc toujours le même spectacle.

La notion de temps est en générale associée à une échelle de durée. En effet un écoulement pourra
être déclaré permanent pour une échelle de temps et non permanent pour une autre échelle de temps, soit
plus grande ou plus petite. Par exemple, à l’échelle de la journée, l’écoulement de l’Oued Oum Arrabî
peut être qualifié le plus souvent de permanent. Mais à l’échelle du mois ou de l’année, il est non
permanent. Il en est de même à l’échelle de la seconde, l’écoulement est en effet le siège de fluctuations à
courtes périodes.

Ecoulement uniforme :

Ecoulement dans toute les caractéristiques et les propriétés sont indépendantes en tout points de
l’espace. Ces caractéristiques peuvent variées au cour du temps. Un observateur qui balaye rapidement
l’écoulement du regard voit partout le même spectacle.

Comme précédemment la notion de l’espace est relative. Un écoulement pourra être déclaré
uniforme dans une zone donnée mais non uniforme à une échelle d’espace plus grande ou plus petite. Par
exemple, un écoulement en canal prismatique est uniforme si l’on considère une partie de longueur
modérée; au-delà apparaissent des variations de la géométrie qui détruisent l’uniformité. A l’inverse si
l’on examine ‘à la loupe’ une zone très réduite de l’espace on observe en générale un écoulement très
chaotique.

Amont, Aval :

Au sens propre, l’amont désigne la partie d’une rivière qui est du côté de la montagne. A l’opposé
l’aval désigne la partie de la rivière situé du côté de la vallée. Le fluide s’écoule de l’amont à l’aval. Par
analogie en hydraulique, on utilisera fréquemment ces termes pour situer un point de l’écoulement par
rapport à un autre en faisant référence au sens de l’écoulement.

Fluide réel, fluide parfait :

Les fluides se présentent comme un ensemble de particules douées d’une certaine mobilité les unes
par rapport aux autres. Cette mobilités n’est pas parfaite et quand deux particules voisines se déplacent a

____________________________________________________________________________________________________ page 5 /42


Cours d'Hydraulique , FST Tanger elfelsoufi_zoubir@yahoo.fr
des vitesse différentes, il existe un effort d’entraînement de la plus lente par la plus rapide et inversement
de ralentissement de la plus rapide par la plus lente. Ces forces qui ne se manifestent que dans un fluide
en mouvement portent le nom de forces de viscosités. La viscosité dépend de nombreux paramètres dont
les principaux sont la nature du fluide et sa température.

Comme toujours en physique, on est conduit à simplifier et à négliger les facteurs les moins
significatifs des phénomènes. Un fluide en mouvement est soumis à un certain nombre de forces et
d’accélération. On appel fluide parfait un fluide dans des conditions telles que les forces de viscosités sont
négligeables devant les autres forces appliquées au fluide. Le fluide réel est placé dans des conditions où
les forces de viscosité ne peuvent pas être négligeable.

Bien que la nature du fluide ait un rôle très important, les autres paramètres qui conditionnent
l’écoulement interviennent pour classer l’écoulement dans la catégorie des fluides parfaits ou celles des
fluides réels. Par exemple l’eau, considéré souvent comme un fluide parfait doit être classé comme un
fluide visqueux pour certaines conditions d’écoulements. Quelque soit sa nature, un fluide au repos est un
fluide parfait, puisque l’absence de mouvement implique qu’il y a pas de contrainte de viscosités.

Circuit hydraulique :

C’est une installation composée de machines et de composantes hydrauliques. Il a pour but la


conversion de l’énergie et/ou le transport du fluide. Il est composé de trois parties. Centrale hydraulique,
système d’aiguillage et l’actionneur ( partie active ).

Centrale hydraulique :

Son but est la conversion de l’énergie mécanique en énergie hydraulique. Elle est composée de
filtres ou crépine, pompe et d’un réservoir d’aspiration.

Système d’aiguillage :

C’est la deuxième partie du circuit hydraulique. Il a pour objet le cheminement et l’aiguillage en


fonction du sens d’utilisation du fluide transporté. Elle est principalement composée de conduites et de
composantes hydrauliques ( aiguillage, régulation, … ).

Composante hydraulique :

Système mécanique ( ou électromécanique ) travaillant dans un milieu fluide sans conversion de son
énergie. Toutefois, l’énergie peut diminuer en passant par une composante hydraulique du faite de son
rendement ( ≈ 95 % ) généralement négligé.

Exemple : vanne, clapet, crépine, distributeur, vérin, …

Actionneur hydraulique :
____________________________________________________________________________________________________ page 6 /42
Cours d'Hydraulique , FST Tanger elfelsoufi_zoubir@yahoo.fr
Système mécanique travaillant dans un milieu fluide ayant pour but le développement d’une force
mécanique à partir de l’énergie hydraulique ( vérin, … ) ou l’utilisation de cette énergie hydraulique pour
le fonctionnement de la composante ( asperseur, … ). L’énergie peut diminuer en passant dans un
actionneur hydraulique du faite de son rendement ( ≈ 90 % ) généralement négligé.

Exemple : vérin, moteur hydraulique, asperseur, lance RIA, vanne, clapet, crépine, …

Hydrostatique : Caractéristiques d’un fluide au repos,

Pascal, p = ρgz + Cst , p : pression en un point de cote z (1)

Comme il est d’usage courant, quand on exprime la pression relative dans un fluide à surface
libre ( la surface du fluide prise comme origine des côtes est la surface atmosphérique. Cette équation
montre bien que les surfaces d’isobare sont des plans horizontaux.

Hydrodynamique : Caractéristiques d’un fluide en mouvement,

V2 p
Bernoulli, z+ + = Cst , p : pression en un point de cote z (2-1)
2g ρg
r ur ur r
( )
ur
Euler, F = ρ Q V 2 − V1 , F : somme des forces, Q : débit V : vitesse (2-2)

r ur r ur
Conservation de mouvement, S2 V 2 = S1V1 , (2-3)

Machine hydraulique :

C’est une machine qui réalise un transfert d’énergie dans un milieu fluide. Il y a deux types de
machines hydrauliques :

- machine motrice : récupère l’énergie du fluide ( turbine hydraulique, turbine à gaz, les éoliennes, …)

- machine réceptrice : donne l’énergie au fluide ( pompe, compresseur, ventilateurs, … )

De point de vu fonctionnel ces machines se divise en :

- machine volumétriques : ils opèrent par variation de volume ( pompe à piston , … )

- turbomachines : c’est l’effet dynamique qui entraîne le déplacement du fluide ( rotation d’un
élément solide appelé rotor )

____________________________________________________________________________________________________ page 7 /42


Cours d'Hydraulique , FST Tanger elfelsoufi_zoubir@yahoo.fr
Machine motrice
Ds Sortie (s)
ps
Vs
Ts

Entrée(e)
pe
Ve
Te De

flux de fluide

si De = Ds alors Ve=Vs

Calcul d’énergie :

* Fluide incompressible : Eau, les huiles, l’air ( à faible vitesse ), produits pétrolières, …

1
. p0 = p + ρV² : pression d’arrêt ou pression totale
2

. ∆p0 = p0s − p0e , dans ce cas : ∆p0 ≥ 0 ⇒ p0s ≥ p0e

* Fluide compressible : l’air ( à grande vitesse ), gaz de combustion, vapeur d’eau, …

1
. h 0 = h + ρV² : enthalpie d’arrêt ou enthalpie totale
2

. ∆h 0 = h 0s − h 0e , dans ce cas : ∆p0 ≥ 0 ⇒ p0s ≥ p0e

En générale, si la pression total p0 augmente, alors que V reste constante, l’augmentation de


l’énergie communiqué au fluide se traduit une augmentation de la pression.

Domaines d’utilisation :

- Station de pompage,

- centrale électrique : turbines hydraulique, turbines à vapeur,

- propulsion navale et terrestre

- Aérage, ….

____________________________________________________________________________________________________ page 8 /42


Cours d'Hydraulique , FST Tanger elfelsoufi_zoubir@yahoo.fr
Différents types de pompes :

a- Machines volumétrique : procèdent par variation de volume

* machine à piston :

Refoulement

Aspiration

Liquide Piston

. haute pression : 100 à 400 bar

. faible débit

• machine rotatives : à engrenage, à palette à vis à piston, …

• Pompe à une seule vis :

• Pompe à deux vis : moteur et entraînée

____________________________________________________________________________________________________ page 9 /42


Cours d'Hydraulique , FST Tanger elfelsoufi_zoubir@yahoo.fr
• Pompe à engrenage : moteur et entraînée, interne et externe

• Pompe à palette : régulation de débit, 4, 8, 12 palettes, …

____________________________________________________________________________________________________ page 10 /42


Cours d'Hydraulique , FST Tanger elfelsoufi_zoubir@yahoo.fr
b- Turbopompes ou machines centrifuges : effet centrifuge

Une pompe centrifuge se compose de :

- distributeur : sorte de tubulure profilé qui comme son nom l’indique, sert à conduire l’eau à une
vitesse et une direction convenable dans l’axe de la pompe ou ce qu’on appel « Ouie ou Ouillard »
de la roue.

Le distributeur est généralement constitué par un cône convergent qui permet de réaliser une
meilleure disposition des filets liquides ( lignes de courant ) en améliorant le parallélisme et l’égalité
des vitesses. Il est précédé à l’amont par la canalisation d’aspiration

- d’une roue, turbine, rotor ou mobile. Elle constituée d’un noyau menu d’aubes tournants à
l’intérieur de deux coquilles formant le corps de la pompe, les aubes peuvent être fixé, sur un ou
deux côtés, à des disques.

Ainsi, on distingue les rotors ouverts, rotors demi-ouverts et les rotors fermés

. Rotor ouvert : Eaux chargées ( boue, béton, eau d’oued trop chargés, …)

. Rotor demi-ouvert : Eaux un petit peu chargées (eaux pluie, … )

. Rotor fermé : Eaux claire ( eau potable, … )

- d’un diffuseur : la théorie des pompe centrifuges montre qu’entre l’entrée et la sortie de la roue,
l’énergie mécanique total du fluide augmente. Cette augmentation provient :

• d’une part, d’un accroissement de l’énergie de pression ( énergie potentiel )

• d’autre part, d’un acroissement de l’énergie cinétique

Cette dernière se transforme en énergie de pression par un ralentissement progressive qui est
obtenu dans une pièce placée à l’extérieur de la roue et qui suivent le cas peut être un diffuseur
lisse, d’un diffuseur à ailettes ou d’une volute. Dans tout les cas cette pièce se termine par un cône
divergent qui contribue encore à ralentir la vitesse du fluide et à récupérer sous forme de pression
l’énergie cinétique correspondant.

En définitive, dans le type de pompe le plus courant, l’eau entre par le centre de la roue et sort
par la périphérie, décrivant une trajectoire centrifuge d’où le nom donné à ces machines. En faite
ce nom est mal choisi, puisqu’ils existe des pompes de même type dont le fonctionnement obéit au
même loi et dont les quelles la trajectoire générale des filets liquides est parallèles à l’axe de la
machine. D’où le nom des turbopompes correspondant aux plus part des machines.

____________________________________________________________________________________________________ page 11 /42


Cours d'Hydraulique , FST Tanger elfelsoufi_zoubir@yahoo.fr
h

Centrifuge hélico - centrifuge axiale

c- Caractéristiques des différents types de roue :


Turbine

Turbine ouverte Turbine semi - ouverte Turbine fermée

Fluides trop chargés fluides moyennement chargés fluides claires

Centrifuge hélico - centrifuge axiale

H élevés et Q faible H et Q modérés H faible et Q élevés


p0
H : Hauteur énergique, H = (m), Q : débit délivré par la pompe
ρg
d- Groupement des pompes :

- montage en série : Si on désire augmenter H, on fait un groupement de plusieurs rotor (pompes


multicellulaires) ou plusieurs pompe en série. H eq = H1 + H 2 et Qeq = Q1 = Q 2 . Pour une seule
pompe : H ≈ 100 m

Pompe multicellulaire

____________________________________________________________________________________________________ page 12 /42


Cours d'Hydraulique , FST Tanger elfelsoufi_zoubir@yahoo.fr
- montage en parallèle :Si on désire augmenter Q, on fait un groupement de plusieurs pompes en
parallèle. Qeq = Q1 + Q2 et Heq = H1 = H 2

____________________________________________________________________________________________________ page 13 /42


Cours d'Hydraulique , FST Tanger elfelsoufi_zoubir@yahoo.fr
Partie I : Hydraulique de débit
I-1 : Introduction
Jusqu'à la révolution industrielle, le bois et la force animale fournissaient l'essentiel de l'énergie
utilisée par l'homme. Mais, utilisée depuis longtemps pour entraîner des machines, l'énergie hydraulique
fournissait la plus grande partie de l'énergie mécanique. Aujourd'hui, l'énergie hydraulique représente 6 à
7 % de l'énergie consommée mondialement, mais près de 20 % de l'électricité.

L'énergie hydraulique est une énergie peu concentrée : pour produire 1 kWh électrique dans
une usine ayant un rendement de 85 %, il faut faire chuter 10 tonnes d'eau d'une hauteur de 40 m. Il en
résulte que, pour produire des quantités importantes d'électricité, il faut soit disposer de gros débits ( se
comptant en milliers de m3 par seconde), soit disposer d'une grande hauteur de chute ( se comptant en
centaines de mètres), soit les deux. Il faut en outre que l'eau soit disponible en quantités suffisantes, ce
qui dépend du bassin versant et de la pluviométrie.

Lorsque ces conditions sont réunies, on parle de la grande hydraulique : la majeure partie du
débit des grands fleuves est turbinée dans des chutes d'environ 10 m de hauteur, sans retenue), alors que
sur les rivières moins importantes on a construit des barrages qui retiennent l'eau et permettent de
produire de l'électricité quand on en a le plus besoin. Au Maroc les hauteur de chute peuvent atteindre
parfois des dizaines de mètre, les débits sont variables en fonction de l’importance du barrage ( qcq m3
par seconde).

Dans de nombreux cas, cependant, ces conditions ne sont pas réunies, et on ne dispose que de
petites quantités d'eau, parfois mais pas toujours associées à de grandes hauteurs de chute. On parle alors
de "petite hydraulique"; la puissance de ces unités va de quelques kW à quelques MW. On en recense
plus de 1500 en France par exemple qui, à elles toutes, représentent environ 10 % de l'énergie
hydraulique.

Il faut noter aussi que de nombreux ouvrages hydrauliques ne servent qu'à la production
d'électricité : beaucoup constituent des réserves d'eau exploitées pour l'irrigation, d'autres ont pour objet
principal la maîtrise des crues. De très nombreux barrages ne sont pas équipés de turbines.

Les caractéristiques, les avantages et les inconvénients, l'économie même, de la "grande" et de


la "petite" hydraulique, ont assez peu de choses en commun.

____________________________________________________________________________________________________ page 14 /42


Cours d'Hydraulique , FST Tanger elfelsoufi_zoubir@yahoo.fr
I-1-1. Les différents types d'ouvrages hydrauliques

I-1-1.1 Les bassins versants et le stockage naturel de l'eau

L'énergie hydraulique est une énergie d'origine solaire. L'eau évaporée par la chaleur solaire,
pour la plus grande partie sur les grandes étendues d'eau (océans, mers, grands lacs) mais également sur
les terres, par évapotranspiration, se condense sous forme de précipitations, et ceci de préférence sur les
montagnes. Grâce à ce mécanisme, l'eau gagne une énergie potentielle directement proportionnelle à
l'altitude de son point de chute.

Une partie de cette eau s'infiltre dans le sol, alimente des nappes phréatiques et réapparaît plus
ou moins bas. Une autre partie est stockée sous forme de neige ou de glace, et est susceptible d'être
déstockée au moment de la fonte des neiges. Le reste s'écoule vers les rivières.

Le bassin versant d’une rivière désigne l'ensemble des zones dont l'eau de pluie s'écoule vers la
rivière. Plus il est grand, et plus il reçoit de précipitation, stockée ou pas sous forme de glace, plus le
"potentiel hydraulique" de la rivière sera important.

I-1-1.2 Les différents types d'aménagements hydrauliques

Chaque site possède ses propres caractéristiques, hydrologiques, géologiques, topographiques,


et sera aménagé en fonction de ses caractéristiques et des objectifs poursuivis : fourniture quasi
permanente d'électricité, fourniture en période de pointe uniquement, stockage temporaire, etc. Bien que
chaque aménagement hydraulique soit très spécifique du site choisi, les différents aménagements
peuvent être classés en quelques grandes familles.

a- les aménagements avec retenue

De nombreuses rivières ont un débit très variable au cours de l'année, notamment du fait de la
variation saisonnière des précipitations et du stockage naturel de la neige en hiver, et ceci d'autant plus
que leur bassin versant est limité. C'est le cas de la plupart des rivières en altitude. Lorsque l'on veut
exploiter leur potentiel hydraulique, on est amené à construire des barrages qui vont eux-mêmes stocker
l'eau lorsqu'elles arrive en abondance, et permettre de la restituer et de la turbiner lorsqu'on en a besoin.
Ces barrages ont des hauteurs variables entre quelques dizaines de mètres et largement plus de 100
mètres en fonction de la topographie des lieux et des quantités d'eau à stocker. Ces quantités sont
elles-mêmes très variables, de quelques centaines de millions à quelques milliards de m3 voire beaucoup
plus (barrage Nasser sur le Nil en Egypte ou Kariba sur le Zambèze).

b- les aménagements "au fil de l'eau"

____________________________________________________________________________________________________ page 15 /42


Cours d'Hydraulique , FST Tanger elfelsoufi_zoubir@yahoo.fr
Lorsque le débit d'une rivière ne varie pas trop au cours de l'année, on choisit généralement de
l'équiper "au fil de l'eau", sans créer de retenue. C'est le cas de la plupart des fleuves une fois qu'ils sont
arrivés en plaine, avec un débit important mais une faible pente. L'eau que l'on veut turbiner est en
général dérivée dans un canal latéral, sur une distance suffisante pour obtenir une hauteur de chute
suffisante (de l'ordre de 10 m.). En turbinant environ 1000 m3/s sur une hauteur de 10 à 15 m, nous
aurons une capacité de 80 à 120 MW ; la pente générale du fleuve permet d'installer une usine de ce type
tous les 30 km environ.

c- les stations de transfert d'énergie par pompage (STEP)

L'électricité ne peut pas être stockée, aussi cherche-t-on les moyens de stocker de l'énergie sous
diverses formes. Une des plus efficaces est de la stocker sous forme d'énergie potentielle de l'eau. En
heures creuses, alors que l'on dispose d'une production d'électricité excédentaire, on pompe de l'eau entre
un bassin bas et un bassin haut; en période de pointe, cette eau est turbinée pour fournir de l'électricité.
Les hauteurs de chute sont en général très élevées (800 à 1000 m), les capacités des réservoirs
(généralement artificiels) étant adaptées aux objectifs poursuivis ( plus que 1000 MW ).

d- Les différents types de turbines

La turbine va permettre de transformer l’eau qui s’échappe de la conduite en énergie de rotation.


La forme et les caractéristiques des turbines dépendent des catégories d’installations hydroélectriques
dans lesquelles elles sont employées :

9 La turbine Pelton, généralement réservée aux usines de haute chute (de 300 à 1800 mètres), a été mis
au point par Pelton au XIXe siècle. Cette turbine est constituée d’une roue, sur la périphérie de
laquelle sont fixés des séries de cuillères doubles métalliques appelées augets. L’eau sort de la
conduite forcée à grande vitesse et vient percuter avec force les augets de la roue par l’intermédiaire
des injecteurs. La puissance maximale unitaire atteinte est de 400 MW.

9 La turbine Francis est utilisée pour les moyennes chutes (entre 30 et 750 mètres). Elle ressemble à un
cylindre évasé, divisé sur sa longueur par une série de cloisons longitudinales incurvées. Le pourtour
élargi de la turbine est cerclé par une couronne percée d’une vingtaine d’ouvertures par lesquelles
pénètre l’eau sous pression venant de la conduite forcée. Cette eau glisse sur les pales de la turbine et
se dirige vers son cœur, d’où elle est évacuée. Lorsque l’eau s’écoule par les canaux de la turbine,
elle abandonne sa pression aux pales de la turbine. C’est cette différence de pression qui est à
l’origine de rotation de la turbine. La puissance maximale atteinte est de 800 MW par unité..

9 La turbine Kaplan sert dans les usines de basse chute (10 à 80 m) . L’eau est canalisée par des puits
ou des conduites en acier ou en béton de cinq à dix mètres de diamètres vers une chambre dont le

____________________________________________________________________________________________________ page 16 /42


Cours d'Hydraulique , FST Tanger elfelsoufi_zoubir@yahoo.fr
tracé en colimaçon permet à l’eau d’arriver sur la turbine avec la meilleure efficacité. Les turbines
Kaplan ont une forme d’hélices de navire. Leurs pales sont généralement orientables et permettent,
par simple variation de leur inclinaison, d’ajuster la vitesse de rotation des turbines aux conditions de
niveau. La puissance maximale atteinte est de 200 MW. Une variante des turbines Kaplan est celle
des ‘groupes bulbes', pour les très basses chutes (5 à 20 m) dont la technique a été développée en
France pour l’usine marémotrice de la Rance. L’alternateur est accolé à la turbine. Grâce à un
système de protection étanche, ces groupes peuvent être complètement immergés dans l’eau. La
puissance maximale atteinte est de 60 MW.

9 Pour les STEP, on emploie soit des groupes ternaires (dont la ligne d’arbre comporte la turbine,
l’alternateur et la pompe) soit des groupes avec pompes-turbines réversibles capables d’assurer
turbinage et pompage (de type Francis).

I-1-2. La grande hydraulique

I-1-2.1 Situation en 2000

La puissance installée et l'énergie produite par les installations hydrauliques dans le monde sont
présentées dans le tableau 1. Ces chiffres incluent également la "petite hydraulique", mais la part de
celui-ci ne dépasse pas quelques %. Figurent également dans le tableau les puissances des installations en
cours de construction.

La production hydraulique représente plus de 50 % de l'électricité générée dans 61 pays, plus de 80 %


dans 31 pays et près de 100 % dans 13 pays. En Europe, l'hydraulique fournit environ 13 % de l'électricité,
et en France près de 15%. Les grands pays qui ont une stratégie hydroélectrique forte sont notamment la
Chine, l'Inde, le Brésil, l'Iran et la Turquie.

Tableau 1
Amérique Nord Amérique Europe Afrique Asie Océanie
et Centrale Sud (ouest & est)
Puissance installée (GW) 157 108 171 20 225 11
Electricité produite (TWh) 700 512 567 75 750 42
Puissance en cours de 1,2 14,8 2,2 2,3 84 -
construction (GW)
Les grands pays qui ont une stratégie hydroélectrique forte sont notamment la Chine, l'Inde, le Brésil,
l'Iran et la Turquie.

I-1-2.2 Avantages et inconvénients

____________________________________________________________________________________________________ page 17 /42


Cours d'Hydraulique , FST Tanger elfelsoufi_zoubir@yahoo.fr
Comme la plupart des activités humaines et industrielles, l'exploitation de l'énergie hydraulique
présente des avantages et des inconvénients, tant pour l'environnement, que pour la santé et pour les
aspects sociaux.

a- pour l'environnement

Les grands aménagements hydrauliques modifient par définition les écosystèmes. Beaucoup de
rivières françaises ont été aménagées, souvent dès le Moyen âge par des digues et des moulins, ou par des
ouvrages d'art destinés à favoriser la navigation. Peut-on parler d'atteinte à l'environnement ?
Probablement pas quand les précautions nécessaires sont prises, par exemple en sauvegardant les zones de
frayage, en permettant aux poissons de remonter la rivière jusqu'à eux, et en laissant une quantité
suffisante d'eau emprunter le cours normal de la rivière. Il est également essentiel que l'eau qui est
turbinée poursuive sa route vers son exutoire normal : les modifications de l'environnement proviennent
plutôt de prélèvements importants effectués pour d'autres usages que la production d'électricité,
notamment l'irrigation; l'exemple le plus connu est celui des fleuves qui débouchent dans la mer d'Aral et
y arrivent pratiquement exsangues, ce qui a eu pour effet de provoquer un assèchement de cette mer
intérieure. Ceci est d'autant plus absurde que le mauvais drainage des terres agricoles a conduit à gâcher
l'eau d'irrigation sans bénéfice agricole.

Un des principaux avantages de l'énergie hydraulique, énergie renouvelable, est que, dans la
plupart des cas, elle ne rejette pas de gaz à effet de serre dans l'atmosphère. Si les 20 % d'électricité
d'origine hydraulique étaient produits dans des centrales à charbon, les rejets de CO² dans l'atmosphère
seraient majorés de 500 à 600 mégatonnes de carbone contenu (600 MtC), alors qu'ils sont déjà beaucoup
trop élevés. Dans certains cas, cet avantage risque d'être compensé, au moins de façon transitoire, par des
rejets de méthane, gaz à effet de serre plus ‘efficace’ que le CO², mais à durée de vie plus courte. Lorsque
la retenue de l'aménagement hydraulique couvre une importante zone à forte végétation, la décomposition
des matières végétales produit du méthane rejeté dans l'atmosphère et, consomme l'oxygène contenu dans
l'eau qui peut devenir impropre à la vie aquatique. Ce genre de situation est susceptible de se rencontrer
dans les zones tropicales avec des retenues de faible profondeur et nécessite des mesures particulières de
protection de l'environnement. Ces problèmes ont en général un caractère transitoire

b- pour la santé

L'énergie hydraulique a été dans de nombreux pays, et notamment en Europe, le premier moyen
de produire des quantités importantes d'électricité. C'est dire que l'énergie hydraulique a très fortement
contribué au redressement économique des pays et, par là même, à l'amélioration de la santé.

____________________________________________________________________________________________________ page 18 /42


Cours d'Hydraulique , FST Tanger elfelsoufi_zoubir@yahoo.fr
Dans les pays à climat tempéré, on ne connaît pas d'effet nocif pour la santé de l'énergie
hydraulique. Dans les pays tropicaux, certains aménagements hydrauliques mal conçus conduisent à la
diffusion de maladies hydriques, et notamment du paludisme et de la bilharziose (ou schistosomiase). Les
problèmes rencontrés sont cependant au moins autant imputables aux réseaux d'irrigation qu'aux retenues
des barrages et les traitements préventifs et curatifs existent même s’ils ne sont pas souvent mis à la
disposition des populations concernées.

c- sociaux

Un des principaux griefs fait à l'énergie hydraulique est qu'il nécessite souvent des déplacements
de population. De tout temps, en effet, les rivières et les fleuves ont été des lieux privilégiés d'habitat.

Dans les zones de montagne, il s'agit le plus souvent de hameaux ou de terres à usages
agropastoraux. Bien que traumatisant pour les quelques familles affectées, le changement peut être
accompagné et il est possible de proposer à ces familles un cadre de vie peu différent que celui qu'elles
connaissaient avant, confort en plus ou de les accompagner dans un changement qu’elles peuvent
souhaiter ou accepter.

En plaine, les conséquences peuvent être beaucoup plus importantes, et l'impact social plus
difficile à maîtriser. La mise en eau du barrage des Trois-Gorges, en Chine, s'accompagne du
déplacement de près de 2 millions de personnes. Il s'agît là d'un bouleversement. Mais d'un autre côté, ce
barrage permet de maîtriser les crues dévastatrices du Fleuve Jaune, qui bon an mal an, font des milliers
de victimes, sans parler des dégâts matériels. Les autorités chinoises ont jugé que le bilan était
globalement positif; mais une des difficultés évidentes est que ceux qui subissent les inconvénients de ce
projet ne sont pas les mêmes que ceux qui en bénéficient comme cela arrive souvent pour les grands
projets d’infrastructures (aéroports, TGV..).

I-1-3. La petite hydraulique

Le terme de ‘petite hydraulique’ désigne communément des installations de capacité inférieure


ou égale à 10 MW (petites centrales hydroélectriques; PCH). Ce seuil, lié à des considérations
administratives ou juridiques, diffère selon les pays: au Brésil ou en Chine, ces limites peuvent atteindre
50 MW.

La petite hydraulique appartient à la famille des énergies renouvelables. La commission


européenne, dans sa directive du 27 septembre 2001 traitant de l’électricité produite à partir de sources
d’énergie renouvelables, entend ainsi par source d’énergie renouvelable l’énergie hydraulique sans
distinction de puissance.

____________________________________________________________________________________________________ page 19 /42


Cours d'Hydraulique , FST Tanger elfelsoufi_zoubir@yahoo.fr
En France, les catégories d’installation qui peuvent bénéficier de l’obligation d’achat en
application des directives européennes, concernent néanmoins les installations d’une puissance installée
inférieure ou égale à 12 MW.

I-1-3.1 Situation en 2000

Au niveau européen, les puissances installées en 1998 sont données dans le tableau 3 suivant :
Pays Puissance installée en MW
Italie 2200
France 2000
Espagne 1548
Allemagne 1380
Suède 970
Autriche 820
Finlande 305
Portugal 245
Royaume-Uni 165
Belgique 60
Irlande 55
Grèce 44
Pays-Bas 40
Luxembourg 35
Danemark 11
Total UE 9878
I-1-3.2 Avantages et inconvénients

a- Les avantages et inconvénients pour l’environnement

Les petites centrales hydrauliques ne rejettent aucun déchet dans l’eau, n’affectent pas la qualité
de l’eau (centrales ‘fil de l’eau’) et n’émettent aucun gaz à effet de serre. Le CIDFER (Centre
d’Information sur l’Energie et l’Environnement) estime qu’une centrale de 1 MW produisant 5 GWh
évite chaque année l’émission d’environ 5000 tonnes de CO2 (1300 tonnes de C contenu) par rapport à
une centrale à combustion classique (sans parler des émissions d’oxydes de soufre et d’azote). Leur
développement participe donc à la lutte contre l’effet de serre et va dans le sens d’un développement
durable.

Au niveau local, les impacts visuels et les nuisances sonores constituent des aspects à surveiller.
Les équipements actuels permettent de limiter ces nuisances.

La perturbation des cours d’eau et de la vie aquatique constitue un autre impact qui impose des
mesures adaptées : maintien d’un débit permettant la vie, la circulation et la reproduction des espèces;
dispositifs de franchissement le cas échéant pour les poissons migrateurs ; respect des pratiques et des
usages sur le cours d’eau.

____________________________________________________________________________________________________ page 20 /42


Cours d'Hydraulique , FST Tanger elfelsoufi_zoubir@yahoo.fr
b- Les avantages sociaux

La petite hydroélectricité maintient ou créée une activité économique dans les zones rurales. Elle
constitue une source de revenus pour les communes, une fois les installations amorties.

L’industrie européenne de la petite hydraulique représente environ 10000 emplois pour un


chiffre d’affaires de l’ordre de 400 millions d’euros (EurObserv’ER). En ce qui concerne le poids
économique des exploitants, le CIDFER le situe en France à environ 300 millions d’euros et 2500
emplois.

I-1-4 Perspectives de développement

Les perspectives de développement de la petite hydraulique en Europe sont étroitement liées au


contexte réglementaire constitué par la directive européenne 2001/77/CE du 27 septembre 2001 qui
constitue le texte de référence en matière d’énergie renouvelable. La directive comprend notamment les
points suivants :

9 La directive fixe un objectif global de 22 % pour la part d’électricité renouvelable consommée dans
l’Union en 2010. En France par exemple, cet objectif est de 21% ( tableau 4), alors que la part
d’électricité renouvelable atteint 15% en 1999 ;

9 Un régime de soutien pour le développement des sources d’énergie renouvelables sera appliqué dans
chacun des états membres, pour compenser le fait que les énergies « classiques » n’internalisent pas
les coûts externes liés aux effets sur la santé et l’environnement.

9 Un mécanisme de garantie d’origine de l’électricité produite à partir de sources d’énergies


renouvelables sera appliqué au plus tard le 27 octobre 2003. La garantie d’origine ne garantit pas
forcement l’accès au régime de soutien ;

9 Les états membres prennent les mesures nécessaires pour faire en sorte que les opérateurs de systèmes
de transport et de distribution présents sur le territoire garantissent le transport et la distribution de
l’électricité produite à partir de sources d’énergie renouvelables.

I-1-4. Conclusions

L'énergie hydraulique a joué dans le passé un rôle essentiel dans le développement industriel de
nombreux pays. L'essentiel de ce potentiel hydraulique correspond à la grande hydraulique, bien adaptée
à une production d'électricité de masse, mais nécessitant des investissements élevés. Ce potentiel se
trouve en grande majorité dans des pays pauvres ou émergents, et ne pourra être réalisé que moyennant
l'aide financière des grandes institutions internationales (Banque Mondiale, Agences de crédit à
l’exportation…). Or celle-ci est de plus en plus difficile à obtenir du fait d'interrogations sur les effets

____________________________________________________________________________________________________ page 21 /42


Cours d'Hydraulique , FST Tanger elfelsoufi_zoubir@yahoo.fr
relatifs à l'environnement et sur les populations déplacées et de la difficulté de trouver un accord entre la
volonté de développement durable des pays émergents et la manière dont les pays riches projettent leurs
préoccupations environnementales et sociales dans ces mêmes pays.

La petite hydraulique est, quantitativement, beaucoup moins importante. Mais elle permet une
production décentralisée et bien adaptée aux besoins de développement des économies rurales,
notamment dans les pays pauvres ne disposant pas de réseaux de transport d'électricité.

Energie renouvelable, l'énergie hydraulique ne rejette pas de gaz à effet de serre. Aujourd'hui, avec
une production annuelle de 2600 TWh, elle permet d'éviter de rejeter sous forme de CO² environ 0,5 Gt
de Carbone, dont 90 % grâce à la grande hydraulique. Il est surprenant que cet atout de la grande
hydraulique ne soit reconnu ni par les grandes institutions internationales, ni par le protocole de Kyoto sur
les effets climatiques.

I-2 : Similitude des machines hydrauliques

I-2-1 Similitude des turbopompes :


L′
Similitude entre machines géométriquement semblables. On définit le rapport de similitude : λ =
L
b’

Ds’

Ds α
β

De’ γ

De’

Les deux rotors sont semblables ssi :

____________________________________________________________________________________________________ page 22 /42


Cours d'Hydraulique , FST Tanger elfelsoufi_zoubir@yahoo.fr
b′ Ds ′ De ′
= = =λ : pour les dimensions
b Ds De

α = α′, β = β′ et γ = γ ′ : pour les angles

a- But :

- Transporter les résultats d’essais entre la modélisation d’essai ( labo. ) et le modèle réel

- Changement des conditions et paramètres d’utilisation

• variation des conditions de fonctionnement ( viscosité, vitesse rotation, … )

• variation des caractéristiques géométrique : diamètres, largeur, …

Unités : M L T : 3 unités
Temps (s)
Longueur ( m)
Masse ( Kg )

Refoulement

R : Rayon du rotor ( L)
ω : Vitesse de rotation ( T-1)
P : puissance fournie sous l’arbre de la machine
( M L2T-3) P : puissance fournie sous l’arbre
de la machine ( M L2T-3)
H : Hauteur énergique créer par la machine, e=g H
(L2T-2)
Aspiration Q : Débit massique ou volumique (L3T-1)
Fluide : * ρ masse volumique (ML-3)
* µ viscosité ( M L-1 T-1)

L’énergie par unité de masse du fluide : e = fct (Q, ω, R, ρ, µ ). De la même manière :

P = fct (Q, ω, R, ρ, µ ).

b- Caractéristique de l’énergie

e = ∑ ξi Qai ωbi R ciρdi µfi


i

au niveau des dimensions :

____________________________________________________________________________________________________ page 23 /42


Cours d'Hydraulique , FST Tanger elfelsoufi_zoubir@yahoo.fr
e ∝ Qa i ωbi R ci ρdi µ fi

( ) (T ) ( M L ) ( ML )
a b d f
(L)
c
L2 T −2 ∝ L3T −1 −1 −3 −1 −1
T
⎧M : 0 = d + f

⎨L : 2 = 3a + c − 3d − f
⎪T : − 2 = −a − b − f

C’est un système de 3 équations à 5 inconnues. Pour le résoudre, on fixera deux inconnus, par
exemple a et d, et on écrit :

e ∝ Q a ω (2− a + d ) R (2−3a + 2 d ) ρ d µ − d

2 d
⎛ Q ⎞ ⎛ ω R2 ρ ⎞
e∝ω R ⎜ 2
3 ⎟
2
⎜ ⎟
⎝ ωR ⎠ ⎝ µ ⎠

e ⎛ Q ω R2 ρ ⎞
Alors : = fct ⎜ , ⎟
ω 2 R2 ⎝ ωR
3
µ ⎠
U (m / s)
Comme : ω R = U , vitesse tangentielle
R ω

e ⎛ Q ρUR ⎞
Donc = fct ⎜ ,
U 2
⎝ UR
2
µ ⎟⎠
Q
On pose : δ= : coefficient de débit
UR 2
e
ψ= : coefficient d’énergie
U2
ρUR
Re = : nombre de Rynold
µ

Alors e = fct (Q, ω , R, e,υ ) ⇔ ψ = fct (δ , Re )

c- Caractéristique de la puissance

P = fct (Q, ω, R, ρ, µ ).

De la même manière, l’analyse adimensionnelle nous donnera :

Ρ ⎛ Q ρω R 2 ⎞
= fct ⎜ , ⎟
ρω 3 R 5 ⎝ ωR
3
µ ⎠

Ρ
On pose : τ= : coefficient de puissance
ρω 3 R 5
____________________________________________________________________________________________________ page 24 /42
Cours d'Hydraulique , FST Tanger elfelsoufi_zoubir@yahoo.fr
Alors e = fct (Q, ω , R, e,υ ) ⇔ τ = fct (δ , Re )

d- Caractéristique du rendement

De la même manière, l’analyse adimensionnelle nous donnera :

η = fct (δ , Re )
ψ τ η

Cœfficients qui nous servent pour avoir une référence de :

Énergie Puissance Rendement


Q Ρ e
( ) ( ) ( )
UR 2 ρω R3 5
R ω2
2

Machine 1 machine 2
P, Q, e, ω, R, ρ, υ P’, Q’, e’, ω’, R’, ρ’, υ’
Les fonctions ψ, δ, τ s’appelle les coefficients de RATEAU

Ces paramètres restent constants pour un fonctionnement en similitudes
e- Conclusion :

⎪δ = Q
⎪ ω R3
⎪⎪ gH
⎨ψ = , restent constants pour un fonctionnement en SIMILITUDE
(ω R )
2


⎪τ = P3 5
⎪⎩ µω R
f- Cas particulier : Similitude d’une même machine
____________________________________________________________________________________________________ page 25 /42
Cours d'Hydraulique , FST Tanger elfelsoufi_zoubir@yahoo.fr
Une pompe est semblable à lui-même de rapport de similitude λ=1


⎧Q ∝ ω

à R = C , ⎨H ∝ ω 2
st

⎪P ∝ ω3

Pour un même fluide nous aurons :

⎧ Q Q′
⎪ N D3 = N ′ C 3

⎪ H H′
⎨ 2 2 = 2 2
⎪N D N ′ D′
⎪ P P′
⎪ 3 5 = 3 5
⎪⎩ N D N ′ D′

g- Application : Essai d’une pompe centrifuge à l’air et à l’eau. Neau=1200 tr/min, Nair=3800 tr/min

HMTe=60m HMTa= ?

Qe= 150 l/h Qa= ?

Pe=100 kW Pa= ?

Conclure ?

I-3. : Phénomène de cavitation

Dépression interne provoquée par la diminution de pression au-dessous de la pression des vapeurs
saturées. La cohésion interne du fluide est alors rompue, il y a formation de cavités, de bulles de vapeur
contenant de l'air et de l'huile évaporée. Lorsque la pression retrouve sa valeur, les cavités se referment
subitement en produisant, en ces endroits, une augmentation énorme de la pression et de la température.
Le mélange correct du carbone de l'huile et de l'oxygène de l'air favorise une combustion interne
explosive. Les parties métalliques les plus proches du phénomène seront soumises à des chocs entraînant
une détérioration prématurée. De plus, la lubrification de ces cavités n'est plus assurée. Au démontage, on
constate cette détérioration sous la forme de piqûres, en forme de cratère, dans le matériau. Les particules
métalliques détachées ont été entraînées dans le circuit.

La cavitation se produit généralement dans :

- les pompes lorsque les conditions d'aspiration correcte ne sont pas remplies.

____________________________________________________________________________________________________ page 26 /42


Cours d'Hydraulique , FST Tanger elfelsoufi_zoubir@yahoo.fr
- les autres appareils du circuit ( vérins, soupapes ) lorsque la vitesse de l'huile augmente à un tel point
qu'elle crée la dépression décrite précédemment.

La cavitation se remarque de façon sonore :

- sur une pompe lorsque celle-ci est bruyante.

- sur un vérin lorsque, suite à un déplacement rapide, on entend un son sifflant.

Lorsqu'une pompe devient bruyante, il faut intervenir rapidement pour éviter une détérioration
prématurée. Les causes sont:

- vitesse de rotation élevée.


- - mauvaise aspiration de l'huile.
- - aspiration de l'air provoquant une émulsion de l'huile.
- - viscosité du fluide ( huile ) trop élevée.
Nota : La cavitation par émulsion est le résultat d'une entrée d'air dans le circuit ( raccord défectueux,.. ).
On observe alors une formation de mousse sur le niveau d'huile et le bruit de la pompe augmentant
progressivement. Cette émulsion est très longue à se dissiper dans le réservoir et on sera amené à
remplacer le fluide.

I-4 : Définitions
I-4-1 : Débit : exprimé en m3/h ou en l/s

C’est la quantité d’eau recueillie au refoulement de la pompe pendant l’unité de temps. En effet il y
a le débit d’aspiration et le débit de refoulement de la pompe.

I-4-2 : Vitesse du liquide dans une tuyauterie : m /s

C’est la vitesse linéaire moyenne du liquide à l’intérieur de la conduite a travers une section. Elle est
exprimée en m/s

I-4-3 : Hauteur géométrique d’aspiration : Hga

____________________________________________________________________________________________________ page 27 /42


Cours d'Hydraulique , FST Tanger elfelsoufi_zoubir@yahoo.fr
C’est la distance verticale séparent le niveau d’eau dans la capacité d’aspiration et l’axe de la pompe
centrifuge. Dans le cas d’une pompe a axe vertical, cette distance est a mesurée par rapport au plan
moyen d’entrée de la première roue.

Hga < 0 si la pompe est au dessus du niveau d’eau

Hga > 0 si la pompe est au dessous du niveau d’eau

I-4-4 : Hauteur géométrique de refoulement : Hgr

C’est la distance verticale séparent le niveau d’eau dans la bâche de refoulement et l’axe de la
pompe centrifuge. Dans le cas d’une pompe a axe vertical, cette distance est a mesurée par rapport au
plan moyen d’entrée de la première roue.

I-4-5 : Hauteur géométrique totale : Hgt

C’est la distance verticale séparent le niveau d’eau dans la capacité d’aspiration et le niveau d’eau
dans la bâche de refoulement.
Hgt=Hga + Hgr
I-4-6 : Pertes de charges :

____________________________________________________________________________________________________ page 28 /42


Cours d'Hydraulique , FST Tanger elfelsoufi_zoubir@yahoo.fr
Les pertes de charges peuvent être classées en deux catégories principales; d’une part celle qui
sont dues à un accident (singularité) sur la trajectoire et d’autres part celle qui sont dues à des frottements
internes ou sur les parois tout au de l’écoulement dans une conduite.

Les premiers sont appelés ‘pertes de charges singulière’. Ils apparaissent par exemple lors d’un
changement de section ou d’un changement de direction dans une conduite, au passage d’une vanne, etc …
elles produisent des tourbillons qui dissipent localement l’énergie par frottement internes.

Les secondes sont appelées ‘perte de charge linéaire ou régulières’ et représentent la perte
d’énergie causée par le frottement entre le fluide et la paroi interne d’un tube.

La perte de charge ∆HAB entre deux points A et B est exprimé en m (mce) pour des raisons de

clarté. Cette perte de charge est créer seulement par la vitesse du fluide ( si V= 0 , ∆HAB =0). On écrira

donc : ∆HAB = f (V) . ou encore pour des considération dimensionnel les :


∆H AB = f ( ) .
2g

• Perte de charge singulière :

Si l’écoulement au tour de la perte de charge peut être caractérisé par une seule vitesse V ( vitesse

en amont ou en aval de la perte de charge ) on pourra écrire : ∆H AB = k . k est un coefficient sans
2g
dimension. Il caractérise la singularité et s’appelle le coefficient de perte de charge.

Exemple de coefficient de perte de charge :

Coude à 90° de rayon de courbure moyen R dans un tuyau de diamètre D


R/D 1 2 4 10
k 0.2 à 0.5 0.15 à 0.4 0.1 à 0.25 0.1 à 0.2
Contraction brusque ( passage d’une section S1 à une section S2 ) :
S2 / S1 0.01 0.1 0.25 0.5 0.8 1
k 0.45 à 0.5 0.4 à 0.45 0.35 à 0.4 0.25 à 0.3 0.1 à 0.15 0
• Perte de charge linéaire :

Dans le cas d’une conduite, il est légitime d’exprimer la perte de charge comme étant

proportionnelle à la longueur L de la conduite. Or le produit L n’est plus homogène à une longueur.
2g

____________________________________________________________________________________________________ page 29 /42


Cours d'Hydraulique , FST Tanger elfelsoufi_zoubir@yahoo.fr
L V²
C’est la raison pour laquelle on écrira : ∆H AB = λ . Le coefficient λ est sans dimension et dépend
D 2g
de la nature de la conduite, viscosité, régime d’écoulement, …

I-4-7 : Longueur développée a l’aspiration : Lda ( m )

C’est la longueur totale développée mesurée à partir de la crépine d’aspiration jusqu'à l’orifice
d’aspiration de la pompe.

I-4-8 : Longueur développée au refoulement : Ldr ( m )

C’est la longueur totale développée mesurée à partir de l’orifice de refoulement de la pompe jusqu'à
le point (s) de refoulement.

I-4-9 : Hauteur manométrique d’aspiration : HMa

____________________________________________________________________________________________________ page 30 /42


Cours d'Hydraulique , FST Tanger elfelsoufi_zoubir@yahoo.fr
Les hauteurs définis ci-dessus ne correspondent pas aux hauteurs ( ou charges ) réelles aux quelles
la pompe doit faire face. Il faut ajouter aux hauteurs géométriques d’aspiration et de refoulement, la
valeur des résistances que le liquide trouve au cour de son déplacement et qu’elle faut compenser, c'est-à-
dire les perte de charge :
Ve2
HMa = Hga + ∆Ha +
2g
En général Ve=0 m/s. Cette hauteur manométrique, c’est ce que mesure un manomètre placé juste
avant l’orifice d’aspiration.

I-4-10 : NPSH : m

Net Positive Section Head ( NPSH), c’est la hauteur de charge Net absolu. Il caractérise les
conditions d’aspiration de la pompe et de l’installation. Autrefois il était courant d’indiquer le pouvoir
d’aspiration de la pompe et de le comparer directement avec la hauteur d’aspiration qu’elle fallait assurer
dans l’installation. Ce système avait l’inconvénient de passer sous silence des facteurs tels que la pression
barométrique, la nature et la température du fluide et de ce faite conduisait facilement a des erreurs
grossières. C’est en tenant compte de toute les variables entrant en jeu dans le phénomène d’aspiration
( cavitation ) qu’on est amené a cette notion de NPSH. Il y a :

• NPSH requis : caractérise le pouvoir d’aspiration de la pompe

• NPSH disponible : caractérise les condition d’aspiration de l’installation

D’une manière plus simple, le NPSH disponible est la charge nécessaire, donc la quantité d’énergie
présente, a l’entrée de la roue au dessus de la quelle la pompe ne va pas bien fonctionner et donnera
naissance a ce qu’on appel : la cavitation. La condition de non cavitation est :

CNC : NPSHrequis < NPSHdisponible

Dans la pratique, on prendra une marge de sécurité de 0.5 m et donc la CNC devient :

NPSHrequis < NPSHdisponible – 0.5 m

Estimation du NPSH :

P0 + Pb − Pv
NPSH = - Hga + − ∆H a
ρg

P0 : pression effective régnant a la surface libre du bassin d’aspiration ou du réservoir ferme d’aspiration

Pb : pression atmosphérique mesurée par rapport au vide absolu

Pv : pression de la vapeur saturante mesurée par rapport au vide absolu ( Tab thermique )

ρ : masse volumique
____________________________________________________________________________________________________ page 31 /42
Cours d'Hydraulique , FST Tanger elfelsoufi_zoubir@yahoo.fr
g : pesanteur

Pour une aspiration à l’air libre, altitude =0, température ambiante, eau clair :

NPSH = 10 - Hga − ∆H a

Le NPSH vari celons l’altitude et la température comme suit :

Si l’altitude est de : 500m 1000m 1500m 2000m 2500m 3000m 3500m


La capacité d’aspiration
calculée pour une altitude 0.6m 1.2m 1.7m 2.2m 2.7m 3.2m 3.6m
de 0 est à diminuer de

Ha
Si un Une ute
constructeur capacité
donne pour 10° pratique 9m 8m 7m 6m 5m 4m 3m 2m ur
une pompe à d’aspiration ma
la T° de : de
no
20° 8.8 7.8 6.8 5.8 4.8 3.8 2.8 1.8
30° 8.6 7.6 6.6 5.6 4.6 3.6 2.6 1.6 mé
40° Qu’une 8.3 7.3 6.3 5.3 4.3 3.3 2.3 1.3
tri
Cette pompe 50° capacité 7.8 6.8 5.8 4.8 3.8 2.8 1.8 0.8
n’aura aux 60° pratique 7.0 6.1 5.1 4.1 3.1 2.1 1.1 0.1 qu
températures 70° d’aspiration 5.9 4.9 3.9 2.9 1.9 0.9 -0.1 -1.1 e
de 80° de 4.3 3.3 2.3 1.3 0.3 -0.7 -1.7 -2.7
90° 1.9 0.9 -0.1 -1.1 -2.1 -3.1 -4.1 -5.1 de
100° -1.3 -2.3 -3.3 -4.3 -5.3 -6.3 -7.3 -8.3 ref
oulement : HMr

Vs2
HMr = Hgr + ∆Hr + Ps ( Ps ou + ). Ps :pression de sortie
2g

Cette hauteur manométrique, c’est ce que mesure un manomètre placer juste après l’orifice de
refoulement.

Cas général : Vs=0 m/s et Ps = 0 bar

Cas particulières : * incendie : Ps = 2.5 – 4.5 bars

* Irrigation par aspersion : Ps = 1.5 bars

* Irrigation par goût a goût : Ps = 1 bar

* Eau potable : Ps = 2- 3 bars

____________________________________________________________________________________________________ page 32 /42


Cours d'Hydraulique , FST Tanger elfelsoufi_zoubir@yahoo.fr
* Lavage : Ps > 1 bars

I-4-11 : Hauteur manométrique total : HMT

C’est la somme de la Hauteur manométrique à l’aspiration et au refoulement :

HMT = HMa + HMr

I-4-12 : calcul de puissance

Qr
Pu Pa Pac Pn Pc

Qa

Puissance hydraulique Utile d’un groupe électropompe : Pu

La puissance utile correspond au travail a effectué pendant l’unité de temps pour élevée un volume
de liquide a la hauteur manométrique total :

HMT (m) Q (m3 / h)


Pu ( KW ) =
367

Puissance mécanique absorbée par une pompe : Pa

Pu
C’est la puissance mécanique transmise au niveau de l’arbre de la pompe. Pa =
ηp

ηp : rendement de la pompe. Les pertes au nivaux de la pompe sont de deux types : hydraulique et
volumétrique. La première caractérise les frottements hydrauliques à l’intérieur de la pompe et est
matérialisée par le rendement hydraulique ηh. La deuxième caractérise les pertes volumétriques à
l’intérieur de la pompe et est matérialisée par le rendement volumétrique ηv. η p = η h .ηv
____________________________________________________________________________________________________ page 33 /42
Cours d'Hydraulique , FST Tanger elfelsoufi_zoubir@yahoo.fr
Q
ηv = a , Qa : débit aspiré et Qr : débit refoulé
Qr

Puissance mécanique au niveau de l’accouplement Pac

Elle caractérise les frottements mécanique dans l’accouplement généralement semi élastique :

Pa
Pac =
ηa

ηa : rendement de l’accouplement

Puissance électrique consommée d’un groupe électropompe : Pc

Pac
Elle caractérise les pertes électriques au niveau du moteur : Pc =
ηe

ηe : rendement électrique du moteur

Puissance nominale d’un groupe électropompe : Pn

C’est la puissance fournie par le moteur et donnant un rendement du moteur électrique ηe maximal.

Pn = Pac majorée de α puis standardisée

o = 20 % pour une puissance Pac < 5 kW

o = 10 % pour une puissance 5 kW < Pac =< 15 kW

o = 5 % pour une puissance Pac > = 15 kW

Les puissances standards : 0.5, 1, 1.5, 3, 5, 7, 9, 11, 15, 21, 30, 45, 75, 100, 150 kW, ....

A défaut de données, on peut prendre pour les rendements : ηh = 0.8 et ηv =1 pour une pompe
centrifuge ( ηh =1, ηv =0.9 pour une pompe volumétrique ). ηa =1, ηe =0.9.

I-4-13 : Mesure :
Débit :
Pour les petites installations, il est possible de mesurer le débit en mesurant le temps nécessaire pour
remplir une capacité déterminée préalablement jaugée.

Il existe bien sûr d’autres méthodes plus modernes dans lesquelles on utilise les compteurs
volumétriques, les rotamètres, les diaphragmes, les flotteurs, les débitmètres électromagnétiques, les
ultrasons, etc.

Pression :

____________________________________________________________________________________________________ page 34 /42


Cours d'Hydraulique , FST Tanger elfelsoufi_zoubir@yahoo.fr
Mesurée par les manomètres de pression, ils sont gradués en mce (mètre colonne d’eau, Kg/cm2 ou
en bar on peut passer d’une unité à l’autre en remarquant que :

ƒ 1 bar = 10.2 m.c.e = 1.02 Kg/cm2

ƒ 1 m.c.e = 0.0981 bar = 0.1 Kg/cm2

ƒ 1 Kg/cm2 = 0.981 bar = 10 m.c.e

ƒ 1 m.c.e = 13.6 cm de mercure

Il est indispensable pour avoir des lectures correctes, que le manomètre soit muni ‘un robinet à trois
voies. Avant la lecture, on purgera le tuyau de liaison à la conduite jusqu'à ce qu’il sort un petit jet de
liquide bien régulier et sans aucune bulle d’air. Une fois le robinet est fermé, on ne doit constater aucune
fuite.

Dépression :

Mesurée par les manomètres de dépression (vaccumètre), ils sont gradués en cm ou mm de mercure,
Kg/cm2, bar ou en mbar. Tous ces manomètres mesurent soit une dépression effective à partir de la
pression atmosphérique, soit une pression absolue à partir du vide parfait (0 bar)

Application 1 : 3

Le manomètre indique : calculer la pression en mce. p= . . . ? . . . mce


bar

15

Le manomètre indique : calculer la pression en bar. p= . . . ? . . . bar


cm mercure
cm mercure

4
Le Vaccumètre indique : calculer la pression en bar. p= . . . ? . . . bar
Kg/cm2

Application 2 : le vaccumetre indique 0.4 m

NPSHd = ?, NPSHr = ? et Hmax d’aspiration ( pour ne pas avoir de la cavitation ) si NPSHr = 2.5 m et
∆Ha=0.2m ?

Solution :
NPSHd = 10 - Hga – ∆Ha = 6 m. NPSHr < 5.5 m
NPSH = 2.5 m NPSHd > NPSHr 10- Hg > 2.5 + 0.2 Hg < 7 m

____________________________________________________________________________________________________ page 35 /42


Cours d'Hydraulique , FST Tanger elfelsoufi_zoubir@yahoo.fr
I-5 : Courbes caractéristiques HMT/Q

I-5-1 : Courbe caractéristique HMT/Q de l’installation


HMT

∆H ( singulières et régulières )

Hg
Q
I-5-2 : Courbes caractéristiques HMT/Q de la pompe

____________________________________________________________________________________________________ page 36 /42


Cours d'Hydraulique , FST Tanger elfelsoufi_zoubir@yahoo.fr
____________________________________________________________________________________________________ page 37 /42
Cours d'Hydraulique , FST Tanger elfelsoufi_zoubir@yahoo.fr
I-6: Chois d’un groupe électropompe

I-6-1 : Choix de la pompe :

Une pompe est caractérisée par son débit, sa pression et son NPSHrequis. Se sont ces paramètres qui
figurent dans la plaque signalétique de la pompe. Lorsqu’on installe une pompe dans une installation nous
aurons :
⎧Q = Qinstalation
⎪ pompe

⎨ HMT pompe = HMTinstalation

⎪⎩ NPSH requis = NPSH disponible

Pour une installation donnée et des conditions de fonctionnement précises ( débit, NPSH, HMT ),
faire un bon choix de la pompe c’est un équivalent a :

⎧Q pompe = Qinstalation

⎪⎪ HMT pompe = HMTinstalation

⎪ NPSH requis < NPSH disponible − 0.5 m

⎪⎩η = η maximal

Ceci veut dire que le point de fonctionnement de la pompe est sur le point de l’installation. Dans la
réalité ceci n’est pas toujours possible. Dans la pratique, on essayera de rapprocher ces deux points le plus
possibles. Plus ces deux point sont proche,plus l’énergie consommée par la pompe est minimum et
meilleur est le choix de la pompe. Inversement, plus ces deux point sont loin,plus on augment l’énergie

____________________________________________________________________________________________________ page 38 /42


Cours d'Hydraulique , FST Tanger elfelsoufi_zoubir@yahoo.fr
consommée et la pompe e choisie n’est pas bien adaptée aux conditions de fonctionnement de
l’installation.

Point de fonctionnement

Courbe caractéristique Courbe caractéristique


installation pompe

I-6-2 : Choix du moteur :

Choisir le moteur consiste à choisir sa vitesse de rotation et sa puissance nominale ( généralement


en chevaux dans le cas d’un moteur diesel, en KW dans le cas d’un moteur électrique). La vitesse de
rotation doit être calibrée on mesurant le débit fournier par la pompe. Pour un moteur électrique les
vitesses possibles sont : 2900 tr/mm, 1450 tr/mm ou 725 tr/mm. en générale pour les grosses pompes la
vitesse est inférieure a 725 tr/mm, pour les petites pompes la vitesse= 2900 tr/mm. Pour une pompe
moyenne N= 1450 ou 2900 tr/mm. Le choix entre ces deux valeurs est faite sur d’autres paramètres liés a
la vibration et au bruit.

Remarque : Pour une même installation, plus on augmente la vitesse de rotation du moteur plus la taille
de la pompe sera réduits.

I-6-3 : Rognage des pompes

Si on veut réduire définitivement le débit d’une pompe centrifuge avec une vitesse constante (ω =
cst), il faut réduire son diamètre de roue. Les fournisseurs donnent des courbes pour différents diamètres
de rognage exprimés en mm.

Pour les roues radiales on peut appliquer au rognage la formule suivante entre Ø, Q et H.

____________________________________________________________________________________________________ page 39 /42


Cours d'Hydraulique , FST Tanger elfelsoufi_zoubir@yahoo.fr
2
⎛φ2 ⎞ ⎛ Q2 ⎞ ⎛ H 2 ⎞
⎜⎜ ⎟⎟ = ⎜⎜ ⎟⎟ = ⎜ ⎟
⎝ φ1 ⎠ ⎝ Q1 ⎠ ⎝ H 1 ⎠
NB : le rognage n’est pas une diminution géométrique homothétique de la roue car la longueur de sortie
reste la plupart du temps inchangée.

Le diamètre de rognage peut être défini comme suit :

Dans le diagramme (Q, H) (arithmétique) en trace une droite passant par l’origine et les nouveaux
points de fonctionnements souhaite B2 et coupant la courbe caractéristique existant pour le diamètre de la
roue Ø1 en B1.

De cette façon on obtient les valeurs Q et H de la roue rognée.

HMT

B1

B2 Courbes pour Ø=Ø1

Courbes pour Ø=Ø2

I-6-4 : changement de la vitesse d’entraînement

La courbe caractéristique d’une pompe est sous la forme ( fig. 5-1-2 ).La même pompe centrifuge
tournant à différentes vitesses de rotation a des courbes différentes. Ces courbes caractéristiques sont relie
par la loi de similitude. Si pour une vitesse de rotation n1 les valeurs Q1, H1 et P1 sont connus, alors les
nouvelles valeurs pour une vitesse n2 deviendront :

3 2

P2=P1 × ⎛⎜ n 2 ⎞⎟ ; Q2= Q1 × ⎛⎜ n 2 ⎞⎟ ; H2= H1 × ⎛⎜ n 2 ⎞⎟


⎝ n1 ⎠ ⎝ n1 ⎠ ⎝ n1 ⎠

____________________________________________________________________________________________________ page 40 /42


Cours d'Hydraulique , FST Tanger elfelsoufi_zoubir@yahoo.fr
La variation de la vitesse entraîne aussi le déplacement du point de fonctionnement de la pompe
(point à rendement maximal ).La figure 5-1-2 montre que pour chaque vitesse, la courbe HMT/Q de la
pompe ayant un point d’intersection P avec la courbe du réseau. Lorsque la vitesse est modifiée, le point
de fonctionnement P se déplace avec la courbe de réseau HMT/Q.

I-6-5 : changement du fluide pompé ( Pompage des liquides visqueux )

Lorsque la viscosité du liquide véhiculé augmente et N reste constante, la hauteur HMT, le débit Q
et le rendement η fournis par la pompe baissent. Le rendement optimal se déplace vers les débits les plus
faibles et le point de fonctionnement Bw se déplace en un point Bz. le point de fonctionnement Bw pour
l’eau avec Hw , Qw et ηw est convertis pour les liquides visqueux à l’aide des facteurs de conversion : fa, fH
et fη (voir abaque).

Cette méthode de conversion permet :

¾ de calculer en partant de point de fonctionnement Bw, le Bz point de fonctionnement recherché au


moyen des abaques.

¾ de déterminer la taille du point approprie en partant de point de fonctionnement Bz par


l’intermédiaire Bw (point de fonctionnement) et au moyen des abaques.

Cette méthode de conversion est valable pour :

¾ les pompes a volute, mono étage et à roue radiale.

¾ les vitesses spécifiques NQ= 6 à 45 tr/min

¾ pour des viscosités cinématiques de (1 à 4.103) 10-6 m2/s (viscosité cinématique inférieure 22.10-6
m2/s n’est pas très souvent prise en considération dans la pratique).

I-6-6 : vitesse de dévirage :

Il s’agit d’un phénomène qui se produit lorsqu’une pompe ne comporte pas un clapet de retenue
reçoit un arrêt la totalité de la pression de refoulement, ce qui a tendance a la faire fonctionner en turbine.
C’est-à-dire a tourner à l’envers et donc a déviré il y a toujours un danger mécanique à laisser déviré une
pompe (desserrage possible, déblocage interne, distraction mécanique diverses notamment l’étanchéité
etc…).

I-7 : Détermination d’un ballon hydrophore :

____________________________________________________________________________________________________ page 41 /42


Cours d'Hydraulique , FST Tanger elfelsoufi_zoubir@yahoo.fr
Ballon hydrophore = réservoir + vessie

Montage : par dérivation

Intérêt : Stoker pour éviter les enclenchements et les déclanchement simultanés du groupe électropompe
qui aurait pour conséquence la défaillance du groupe.

Caractéristique d’un réservoir :

¾ Pression de service Ps : pression au dessus de laquelle, il y a risque de la rupture du ballon,

¾ Pression de prégonflage Pg : pression à l’intérieur de la vessie initiale,

¾ Pression de déclanchement Pd : pression qui provoquera le déclanchement de la pompe,

¾ Pression d’enclenchement Pe : pression qui provoquera l’enclenchement de la pompe,

¾ Pression différentielle, ∆P : ∆P = Pd - Pe,

¾ Capacité du réservoir : Il y a deux volumes :

Volume brute Vb Volume utile Vu

V u < Vb

Si Q augmente alors V augmente

Exemple de calcul d’un réservoir

En général : ∆P=1.5 bar

____________________________________________________________________________________________________ page 42 /42


Cours d'Hydraulique , FST Tanger elfelsoufi_zoubir@yahoo.fr
Pe = HMT (bar)

Pd=Pe + ∆P

Pg=Pe - 0.5 bar

Ps : 10 bar, 16 bar, 25 bar, …

V: catalogue fournisseurs

____________________________________________________________________________________________________ page 43 /42


Cours d'Hydraulique , FST Tanger elfelsoufi_zoubir@yahoo.fr
II- Etablissement d’un projet de pompage
L’établissement d’un projet de pompage a pour but de définir le réseau dans lequel on veut débiter
la quantité de liquide demander, de choisir la pompe la mieux adapter et d’étudier son installation.
I-1 Définition d’un réseau :
Définir un réseau consiste a :
1) déterminer le débit d’eau qui doit le traverser.
2) choisir les diamètres d’aspiration et de refoulement.
3) préciser le niveau d’aspiration et la pression en ce point.
4) préciser le niveau de refoulement et la pression en ce point HMr.
5) estimer la hauteur manométrique totale du réseau HMTréseau et de la pompe HMTpompe.
ére
1 étape : ? Qd ⇒ tableaux et abaques consommation journalière de l’annexe ou cahier de charge, …
2éme étape : ? Da et Dr⇒ tableaux et abaques des diamètres économique de annexe
3éme étape : ? HMa et NPSHd
éme
4 étape : ? HMr
éme
3 étape : choisir la pompe et le moteur adéquats.

Débit :
En m3/h ou m3/s, il devra toujours être évalué largement. En le sous-estimant on risque de prendre
une pompe très faible, qui si on l’entente de lui faire débiter plus qu’il ne le peut normalement s’usera
rapidement et surchargera le moteur.

Aspiration :
Le cas que nous allons étudier supposera que la pompe aspire dans un seul collecteur où bassin et
qu’elle refoule dans une seule conduite. Pour le cas de plusieurs aspiration ou plusieurs refoulement des
précautions spéciales sont à prendre en compte dans l’étude.
Emplacement de la pompe :
La tuyauterie de l’aspiration doit autant que possible répondre aux conditions suivantes :
¾ petite longueur d’aspiration.
¾ faible hauteur géométrique d’aspiration.
Donc l’emplacement de la pompe doit être proche de la prise d’eau avec un niveau bas.
Choix de diamètre de la tuyauterie d’aspiration :
Ce choix est très important (cavitation), ce serait une erreur de mettre systématiquement une
tuyauterie d’aspiration avec un diamètre égale a celui de l’orifice de la pompe. En première
approximation, on pourra utiliser le tableau I ou l’abaque A7 (sur la base de 5% de perde de charge).
Niveau et pression à l’aspiration. :

____________________________________________________________________________________________________ page 44 /42


Cours d'Hydraulique , FST Tanger elfelsoufi_zoubir@yahoo.fr
Le diamètre à l’aspiration ayant été choisit, en première approximation, on déterminera la hauteur
manométrique ‘aspiration’ correspondant, on remarquant que :
HMa = Hga + ∆HLa + nca.∆Hco + ∆Hcr
Hga : hauteur géométrique d’aspiration.
∆HLa : perte de charge linéaire (régulière) dans l’aspiration.
∆Hco : perte de charge dans le coude.
nca : nombre des coudes à l’aspiration.
∆Hcr : perte de charge dans la crépine.
calcul de NPSH :
Le NPSHdisponible dit être toujours supérieur de NPSHrequis. Si non, il faut augmenter le diamètre
d’aspiration et refaire les calculs. On peux aussi faire diminuer la hauteur géométrique d’aspiration on
abaissant le plan de pose de pompe. Si malgré ces changement on a toujours NPSHrequit> NPSHdispo,
consulté le constructeur qui donnera une pompe avec un NPSHrequis plus faible ou une pompe à axe
verticale ou carrément immergée.
Remarque :
¾ dans la pratique il ne faut pas dépasser 10m de longueur développée à l’aspiration.
¾ Le NPSHrequis est essentiellement variable en fonction de débit par exemple une pompe pouvant
aspirer à 5m à faible débit ne peut plus aspirer que 2m pour un débit plus important.
Refoulement :
Dans un premier temps on choisit le diamètre de refoulement on utilisant le tableau J ou l’abaque
9.9 (sur la base de 10% de perte de charge). Après on détermine la perte de charge régulière ou les pertes
de charge singulières on remarquant que :
HMr = Hgr + ∆HLr + ncr.∆Hco + ∆Hcl + nvr.∆Hv + Ps
Hgr : hauteur géométrique de refoulement.
∆HLr : perte de charge linéaire.
∆Hco : perte de charge dans le coude
∆Hcl : perte de charge dans le clapet
∆Hv : perte de charge dans la vanne
ncr : nombre de coudes au refoulement
nvr : nombre de vannes au refoulement
Ps : pression de sortie
Détermination de la hauteur manométrique totale :
HMT = HMa + HMr

____________________________________________________________________________________________________ page 45 /42


Cours d'Hydraulique , FST Tanger elfelsoufi_zoubir@yahoo.fr
____________________________________________________________________________________________________ page 46 /42
Cours d'Hydraulique , FST Tanger elfelsoufi_zoubir@yahoo.fr
Partie II : Hydraulique industrielle
II-1 : Introduction

L'énergie hydraulique est une technologie employée


dans de nombreux secteurs industriels comme :
- La sidérurgie
- La transformation des matériaux
- La plasturgie
- La papèterie
- L'automobile
- Etc...
Avantages :
- Grande souplesse d'utilisation : facilité de réglage
de la pression (force) et du débit (vitesse).
- Pas de nécessité de lubrifier les ensembles
mécaniques.
- Grande puissance massique : une très grande
puissance de travail dans un faible encombrement.
- Grande résistence mécanique des appareils.

Inconvénients :
____________________________________________________________________________________________________ page 47 /42
Cours d'Hydraulique , FST Tanger elfelsoufi_zoubir@yahoo.fr
- Nécessité de deux énergies : électrique et
hydraulique
- Sensible à la pollution
- Inflammable
- Prix de l'huile

Le circuit hydraulique de base se compose :

____________________________________________________________________________________________________ page 48 /42


Cours d'Hydraulique , FST Tanger elfelsoufi_zoubir@yahoo.fr
Le bac
Du réservoir : permet
de stocker l'huile à La trappe de visite
pression
La chicane
atmosphérique.
C'est une réserve de Le couvercle
fluide.
La tuyauterie
Il doit protéger l'huile d'aspiration
contre la pollution
La tuyauterie de
mais il reste l'un des
refoulement
éléments les plus en
contact avec l'air
ambiant donc avec les
Cliquer sur l'image pour
polluants extérieures. identifier certains composants
accessoires

De la pompe :
génératrice de débit.
Pompe à engrenage
Elle fournie le débit
d'huile sur Pompe à palette
l'installation. Il en
Pompe à piston
éxiste différentes
technologies : à
engrenage, à palette, à
pistons,...

D'un limiteur de
pression : c'est une
soupape de sureté qui Limiteur de pression
protège l'installation à action directe
contre les sur Limiteur de pression
pressions ou les à action pilotée
surcharges
Limiteur de pression
C'est le fusible de électropiloté
l'installation
hydraulique.

D'un distributeur : il
permet d'aiguiller
l'huile vers les Distributeur 4/2 à
actionneurs, vérins ou commande électrique
moteurs hydrauliques directe
____________________________________________________________________________________________________ page49 /42
Cours d'Hydraulique , FST Tanger elfelsoufi_zoubir@yahoo.fr

Les distributeurs les Distributeur 4/3 à


plus couramment commande électrique
directe
http://perso.orange.fr/laurent.stemart/Site_hydraulique/Le%20circuit%20hydraulique%20de%20base/Circuit
%20de%20base.htm

____________________________________________________________________________________________________ page50 /42


Cours d'Hydraulique , FST Tanger elfelsoufi_zoubir@yahoo.fr
____________________________________________________________________________________________________ page51 /42
Cours d'Hydraulique , FST Tanger elfelsoufi_zoubir@yahoo.fr
____________________________________________________________________________________________________ page52 /42
Cours d'Hydraulique , FST Tanger elfelsoufi_zoubir@yahoo.fr
____________________________________________________________________________________________________ page53 /42
Cours d'Hydraulique , FST Tanger elfelsoufi_zoubir@yahoo.fr
les pompes à palettes

____________________________________________________________________________________________________ page54 /42


Cours d'Hydraulique , FST Tanger elfelsoufi_zoubir@yahoo.fr
Pièces principales

Rotation
Les pompes à pistons

____________________________________________________________________________________________________ page55 /42


Cours d'Hydraulique , FST Tanger elfelsoufi_zoubir@yahoo.fr
Les actionneurs

____________________________________________________________________________________________________ page56 /42


Cours d'Hydraulique , FST Tanger elfelsoufi_zoubir@yahoo.fr
Rôle les actionneurs ont pour rôle de transformer l'énergie hydraulique en énergie
mécanique. Ils créent soit un mouvement de translation (vérin), soit un
mouvement de rotation (moteur).

Lorsque
l'huile arrive
soit sur le
côté fond
soit sur le
côté tige du
vérin, elle
Les vérins : pousse sur
le piston et
permet de
créer un
effort et un
mouvement
de
translation.

ils utilisent
les même
techniques
que celles
des pompes.
A
engrenage, à
palette, à
piston, sous
l'effet de
Les moteurs : l'énergie
hydraulique,
l'arbre de
transmission
du moteur
se met à
tourner
comme la
roue d'un
moulin à
eau.

Technologie

____________________________________________________________________________________________________ page57 /42


Cours d'Hydraulique , FST Tanger elfelsoufi_zoubir@yahoo.fr
Amortissements
Composition

Les actionneurs
Les différentes technologies d'actionneurs

Vérin
double
effet

Vérin
Vérin
télescopique
double
tige

Vérin
oscillant

____________________________________________________________________________________________________ page58 /42


Cours d'Hydraulique , FST Tanger elfelsoufi_zoubir@yahoo.fr
Les appareils de pression
Limiteur de pression
Réducteur de pression
Valve d'équilibrage
Valve de séquence
Limiteur d'effort
Limiteur de couple

____________________________________________________________________________________________________ page59 /42


Cours d'Hydraulique , FST Tanger elfelsoufi_zoubir@yahoo.fr
Limiteur de pression
Rôle : limite la pression maximume admissible sur un circuit hydraulique. Il protège le circuit
en aval de la pompe contre les surcharges ou les surpressions. C'est une soupape de sureté de
l'installation.
Il éxiste différent type d'appareils de pression
Le limiteur de pression à action directe
Le limiteur de pression à action pilotée
Le limiteur de pression électro-piloté

Limiteur de pression à action directe :

La pression arrive par la canalisation P sur le clapet


conique.
La compression du ressort prétaré à l'aide de la vis de
réglage détermine la pression de travail.
Lorsque la pression sous le clapet développe un effort
hydraulique égale ou supèrieur pour vaincre l'effort
mécanique du ressort, le clapet se soulève et le trop de
pression retourne au réservoir par la canalisation T de
droite.
Lorsque la pression devient légèrement inférieure à la
force de tarage, le clapet se referme.
Il se crée un phénomène de battement entre le clapet et le
siège. Un bruit de sifflement caractérise le laminage de
l'huile dans l'appareil de pression

____________________________________________________________________________________________________ page60 /42


Cours d'Hydraulique , FST Tanger elfelsoufi_zoubir@yahoo.fr
Limiteur de pression à action pilotée
Le limiteur de pression à action pilotée est utilisé lorsque le débit de passage de l'huile dans
les composants atteint une valeur qui nécessite le dimensionnement des appareils à partir
du calibre 10 (>120, 130 litres/minutes).
Il permet d'évacuer un débit d'huile vers le réservoir sans surdimensionner la taille du
ressort de tarage.
Il evite également une bonne partie des problèmes liés à l'utilsation des limiteurs de
pression à action directe : laminage sous forte puissance, battement du clapet et marquage
du siège.

Les deux sous-ensembles qui composent l'appareil ont leur rôle bien défini

____________________________________________________________________________________________________ page61 /42


Cours d'Hydraulique , FST Tanger elfelsoufi_zoubir@yahoo.fr
Etage de pilotage : tarage de la pression et pilotage du clapet principal sous un faible débit.
Etage de puissance : évacuation du débit max. de la pompe sous une faible pression
d'ouverture du clapet principal.

Limiteur de pression à action électropilotée

Etage de commande électrique :


permet la mise à vide ou la mise sous
pression du limiteur
Etage de pilotage : tarage de la
pression et pilotage du clapet
principal sous un faible débit.
Etage de puissance : évacuation du
débit max. de la pompe sous une
faible pression d'ouverture du clapet
principal.

____________________________________________________________________________________________________ page62 /42


Cours d'Hydraulique , FST Tanger elfelsoufi_zoubir@yahoo.fr
____________________________________________________________________________________________________ page63 /42
Cours d'Hydraulique , FST Tanger elfelsoufi_zoubir@yahoo.fr
____________________________________________________________________________________________________ page64 /42
Cours d'Hydraulique , FST Tanger elfelsoufi_zoubir@yahoo.fr
Le réducteur de pression

____________________________________________________________________________________________________ page65 /42


Cours d'Hydraulique , FST Tanger elfelsoufi_zoubir@yahoo.fr
Son rôle est d'abaisser la pression de fonctionnement
en aval du circuit à réguler. La pression sur le circuit
de sortie est contrôlées par une canalisation de
pilotage qui régule la position du tiroir. Le tiroir
déterminer l'ouverture qui générera la perte de
charge en aval du composant.
Animation

Les pièces

____________________________________________________________________________________________________ page66 /42


Cours d'Hydraulique , FST Tanger elfelsoufi_zoubir@yahoo.fr
Les distributeur
Rôle : aiguiller le fluide vers les actionneurs, les
vérins ou les moteurs

Technologie
____________________________________________________________________________________________________ page 67 /42
Cours d'Hydraulique , FST Tanger elfelsoufi_zoubir@yahoo.fr
Le tiroir, pièce
principale du
distributeur, permet
d'aiguiller le fluide de
Distributeur à la canalisation
tiroir d'alimentation vers les
canalisations
d'admission ou de
retour au réservoir

Le clapet obture le
Distributeur à passage du fluide d'une
clapet canalisation sur l'autre

Les appareils de débit


Le rôle d'un appareil de débit est de pouvoir
modifier le débit d'alimentation d'un actionneur et
ainsi de faire varier la vitesse de rotation ou de
translation de celui-ci.
Il existe

____________________________________________________________________________________________________ page68 /42


Cours d'Hydraulique , FST Tanger elfelsoufi_zoubir@yahoo.fr
des étranglements calibrés à paroi longue ou paroi
mince
des limiteurs de débit bidirectionnels à paroi longue
ou paroi mince
des régulateurs de débit à paroi longue ou paroi
mince

____________________________________________________________________________________________________ page69 /42


Cours d'Hydraulique , FST Tanger elfelsoufi_zoubir@yahoo.fr
Les appareils de blocage

Le clapet anti-retour Le clapet anti-retour


simple piloté

Le clapet simple
____________________________________________________________________________________________________ page 70 /42
Cours d'Hydraulique , FST Tanger elfelsoufi_zoubir@yahoo.fr
Le clapet anti-retour simple permet de bloquer le
fluide dans un sens et laisser passer librement l'huile
dans l'autre sens

Le clapet anti-retour piloté


Il a pour rôle de bloquer le fluide dans un sens (de B
vers A), de laisser passer l'huile librement (de A vers
B) et de pouvoir être déverrouillé lors du passage de
B vers A par une pression de pilotage X.

____________________________________________________________________________________________________ page 71 /42


Cours d'Hydraulique , FST Tanger elfelsoufi_zoubir@yahoo.fr
L'huile passe
librement de
A vers B.
Sous l'effet
de la
pression, le
clapet se
soulève et
comprime le
ressort de
rappel

Lorsque
l'huile arrive
de B, la
pression
pousse le
clapet sur
son siège. Le
passage ne
peut pas se
faire.

____________________________________________________________________________________________________ page 72 /42


Cours d'Hydraulique , FST Tanger elfelsoufi_zoubir@yahoo.fr
Pour
déverrouiller
le clapet, il
faut qu'une
pression
d'huile
suffisante
pilote en X
le piston.
Celui-ci
pousse le
clapet,
comprime le
ressort de
rappel.
L'huile peut
circuler de B
vers A

Les accumulateurs
Rôle
Technologie
Fonctionnement
____________________________________________________________________________________________________ page 73 /42
Cours d'Hydraulique , FST Tanger elfelsoufi_zoubir@yahoo.fr
Rôle
Ils emmagasinent de l'énergie sous forme de
pression et la restituent au moment voulu. Ils
peuvent servir en temps que :
• Compensation de puissance
• Compensation de fuites
• Restitution d'énergie lors d'un arrêt d'urgence
• Ammortissement des coups de bélier
• Amortisseur hydraulique
...

Technologie

____________________________________________________________________________________________________ page 74 /42


Cours d'Hydraulique , FST Tanger elfelsoufi_zoubir@yahoo.fr
Il existe trois technologie d'accumulateurs :
• A vessie
• A membrane
• A piston

Fonctionnement
Cliquer sur l'accumulateur pour voir son
fonctionnement

____________________________________________________________________________________________________ page75 /42


Cours d'Hydraulique , FST Tanger elfelsoufi_zoubir@yahoo.fr
Le réservoir
Son rôle principal est de stocker l'huile. Sa capacité dépend généralement du débit de la
pompe. La proportion se situe entre trois à cinq fois le débit de la pompe. La condition qui
détermine également la taille du réservoir est le milieu ambiant où fonctionne le groupe
hydraulique : si la centrale hydraulique fonctionne dans une usine ou la température est
importante, il faudra dimensionner la capacité du réservoir afin qu'il puisse y avoir une
régénération et un refroidissement de l'huile plus importante.
Car le réservoir sert également à :
• compenser les fuites externes.
• Refroidir l'huile.
• Condenser les vapeurs d'huiles dues à l'échauffement.
• Décanteur les impuretés contenue dans l'huile.
• Désaérer l'huile.
Il comporte également certains accessoires

____________________________________________________________________________________________________ page 76 /42


Cours d'Hydraulique , FST Tanger elfelsoufi_zoubir@yahoo.fr
Le groupe moto-pompe

Reniflard et bouchon de
remplissage

Filtre au retour

Soupape de sureté

Le groupe moto-pompe
Le groupe moto-pompe génère la puissance du circuit hydraulique. La puissance du groupe
moto-pompe dépend de la pression de travail de l'installation et du débit maximum consommé
pendant le cycle de fonctionnement de la machine automatisée.

Phydr = pression x
débit
P=pxQ
P en Watt
p en Pascal
Q en m3/s

____________________________________________________________________________________________________ page77 /42


Cours d'Hydraulique , FST Tanger elfelsoufi_zoubir@yahoo.fr
Reniflard et bouchon de remplissage
Le reniflard maintient le réservoir à la pression atmosphérique. Le bouchon de remplissage
équipé d'un filtre à air permet de faire l'appoint d'huile ou de vidanger le réservoir lors d'un
opération de maintenance préventive

Le filtre au retour
Le filtre permet de retenir les impuretés solides lors du retour de l'huile à la bâche. Il est
généralement facilement accessible et peut être contrôler, nettoyé ou chnagé assez facilement.

La soupape de sureté
Elle protège le circuit contre les surpression. Elle est situé directement après la pompe et la
protège contre les surcharge. L'appareil peut être taré à la pression voulu à l'aide d'une molette
de réglage. Lorsque le tarage est effectué par la société qui vous livre la centrale clé en main,
le tarage de la soupape est protégé par un plombage.

La filtration
Ce n'est que depuis une dizaine d'années seulement que la lutte contre la pollution est devenue
le cheval de bataille de certaines services de maintenance dont les entreprises sont équipées de
matériel hydraulique. Jusque maintenant, le besoin de rajouter sur certaines installations, lors
de la conception, un groupe de filtration ne dépendait que du bon vouloir du client. Ce besoin
de conditionner l'huile paraissait superflu et inutile.
Mais depuis que les machines automatisées se sont vues équipées de composants hydrauliques
de plus en plus précis au niveau de l'ajustement et des tolérances, "les petits grains de sables"
que sont les particules en suspension dans l'huile ont pris de l'importance dans les causes de
pannes des appareils. Lorsque l'on sait maintenant par expérience qu'une particule de 5 micron
peut déjà engendrer des pannes, on comprend mieux le besoin de se protéger contre la
pollution solide.
La technologie de la filtration fait partie de ce premier moyen de lutte contre ces polluants.
Rôle des filtres
Technologie de filtration
Implantation des filtres
Choix des filtres

Technologie de filtration
Filtre en surface

____________________________________________________________________________________________________ page78 /42


Cours d'Hydraulique , FST Tanger elfelsoufi_zoubir@yahoo.fr
Filtre en profondeur

La filtration en surface

Les particules solides supèrieurs à la section de maillage du filtre sont retenues à la surface de
l'élément filtrant.
Avantage :
Le filtre peut être réutilisé après avoir été nettoyé car les particules ne sont pas toute retenues
dans l'épaisseur du filtre.

____________________________________________________________________________________________________ page 79 /42


Cours d'Hydraulique , FST Tanger elfelsoufi_zoubir@yahoo.fr
Il peut être utilisé pour être monté à l'aspiration ou retour d'un circuit
De part son pouvoir de filtration, il ne génère pas une trop grandes perte de charge
Inconvénients :
Les particules retenues sont d'une taille assez grosse

La filtration en profondeur

Les particules solides supèrieurs à la section de maillage du filtre sont retenues dans la
profondeur de l'élément filtrant.
Avantage :
Plus le filtre est colmaté, plus il filtre fin ; les particules qui ont été retenues à l'intérieur du
filtre obturent une partie du passage. La partie restée libre, non obturée, permet de retenir des
particules encore plus petites
Inconvénients :
Les particules retenues sont bloquées dans l'élément filtrant ne peuvent pas être retirées. Le
filtre ne peut à être nettoyé facilement.
Le filtre, de par sa constitution, crée des pertes de charges plus importante lors du passage de
l'huile.

MAINTENANCE HYDRAULIQUE

FLUIDES HYDRAULIQUES SOUS PRESSION


Risques Généraux
Mesures de prévention à respecter lors de l'utilisation et de l'entretien des circuits
hydrauliques sous pression.
Document issu de la Fiche pratique de sécurité ED 018 de l'INRS

____________________________________________________________________________________________________ page 80 /42


Cours d'Hydraulique , FST Tanger elfelsoufi_zoubir@yahoo.fr
CAUSES DE PANNES SUR LES COMPOSANTS HYDRAULIQUE

FLUIDES HYDRAULIQUES SOUS PRESSION


Risques Généraux
Mesures de prévention à respecter lors de l'utilisation et de l'entretien des circuits
hydrauliques sous pression.
Document issu de la Fiche pratique de sécurité ED 018 de l'INRS
1. Quelques rappels
2. Réglementation - directives officielles - normes
3. Prévention
4. Rappel de quelques mesures de prévention

1. Quelques rappels
1.1. Caractéristiques des circuits hydrauliques

Les pression de travail des installations sont décomposées de la façon


suivante :
Basse pression 30 et 100 bars - 3 et 10 Mpa
Moyenne pression 100 et 300 bars - 10 et 30 Mpa
Haute pression entre 300 et 500 bars - 30 et 50 Mpa
Très haute pression > à 500 bars - 50 Mpa
Ex : découpe au jet d'eau, hydro - démolition , Pasteurisation de
produit alimentaire entre 3000 et 4000 bars

1.2. Avantages

____________________________________________________________________________________________________ page 81 /42


Cours d'Hydraulique , FST Tanger elfelsoufi_zoubir@yahoo.fr
Transmission de puissances élevées à l'aide de composants peu encombrants et
nécessitant un entretien limité : grande puissance massique.
Energie véhiculée dans des tuyauteries rigides ou flexibles, ce qui permet
d'éliminer des transmission mécaniques encombrantes et complexes.
Transformation aisée d'un mouvement de rotation en mouvement de translation.
Vitesse de commutation élevée due à la faible inertie des moteurs et des pompes.
Incompressibilité de l'huile qui rend la transmission de l'énergie immédiate de la
pompe vers les actionneurs.
Surveillance facile du fonctionnement à l'aide des appareils de contrôle :
manomètre, débitmètre, indicateur de niveau, indicateur de température,
indicateur de colmatage des filtres…
Sécurité assurée de manière simple et efficace par les soupapes de charges
(limiteur de pression ou clapet de surpression).

1.3. Inconvénients

Pertes de charges dans les tuyauteries et fuites


internes des composants (moteur, pompe,
distributeurs...) diminuant le rendement et créant
des échauffements.
Influence de la variation de la viscosité de l'huile
en fonction de la température et de la pression
du fluide qui modifie les performances du
procédé de fabrication.
Maintien difficile des vitesses constantes lors de
la variation de la charge ou de la viscosité qui
influencent le réglage des appareils de limitation
de débit.
Sensibilité de l'huile aux polluants solide (joint,
limaille, papier, chiffons…), liquide (eau,
produit chimiques…) et gazeux (air) qui
détériorent les conditions de fonctionnement de
l'installation, diminue son temps de vie et qui
obligent à une maintenance plus approfondie.

____________________________________________________________________________________________________ page82 /42


Cours d'Hydraulique , FST Tanger elfelsoufi_zoubir@yahoo.fr
RETOUR

2. Réglementation - directives officielles - normes

Il n'existe pas de réglementation spécifique relative à


la mise en œuvre des composants hydrauliques.
Toutefois, les normes suivantes doivent être prises en
considération :
NF E 04-056 - Transmission hydrauliques et
pneumatiques - représentation symbolique
fonctionnelle des appareils et accessoires.
NF E 48-350 - Recommandation pour la mise en
service, l'utilisation et l'entretien des pompes,
moteurs et variateurs hydrauliques.
NF E 48-201 - Transmissions hydrauliques - Règles à
l'usage des constructeurs et des utilisateurs.

RETOUR

3. Prévention
3.1. Principales causes d'accidents
Les principales causes d'accidents sont les suivantes
Défauts d'entretien des installations

____________________________________________________________________________________________________ page 83 /42


Cours d'Hydraulique , FST Tanger elfelsoufi_zoubir@yahoo.fr
Les installations hydrauliques dans l'industrie ont toujours été considérées comme des sous-
ensembles fiables et robustes ne nécessitant qu'une maintenance réduite. Beaucoup de ces
process ont vieilli. Les systèmes deviennent

Réservoir
Visuel :
Niveau d'huile

Trop bas : fuite externe

Trop élevé : risque de débordement, le volume d'huile contenu


dans les actionneurs ou les tuyauteries peut être supérieure au
volume du réservoir et peut générer un baisse importante dans
celui-ci : ne pas remplir le réservoir lorsque l'installation est en
fonctionnement ou lorsque les actionneurs de forte cylindrée
sont actionnés.

Fuite externe

____________________________________________________________________________________________________ page 84 /42


Cours d'Hydraulique , FST Tanger elfelsoufi_zoubir@yahoo.fr
Moussage de l'huile

- Prise d'air sur canalisation d'aspiration

- Huile trop visqueuse ; nécessité d'un additif anti-mousse ou


ajouter un additif de désaération
- Huile trop fluide : désaération trop rapide, il faut utiliser un
additif qui ralentisse et atténue le moussage

Sur élément de raccordement


- Tuyauterie rigide
- Tuyauterie flexible

Pression sur manomètre


Limiteur de pression sur centrale
- Pas de pression
- Pression trop haute
- Pression trop basse
- Pression irrégulière : vibrations, etc.
- Chute de pression progressive lors du démarrage
- Chute de pression immédiate lors du démarrage
Couleur de l'huile
Foncée : huile brûlée
____________________________________________________________________________________________________ page 85 /42
Cours d'Hydraulique , FST Tanger elfelsoufi_zoubir@yahoo.fr
Couleur mayonnaise : pollution par l'eau
Etat du ou des filtres
Couleur de la cartouche filtrante
Type de particules retenues sur la cartouche
- Grosseur des particules
- Forme des particules
- Texture des particules
Température de l'huile
Echauffement anormal de l'huile sur le thermomètre
- Viscosité de l'huile trop élevée
- Usure ou avarie d'un composant générateur d'un laminage du fluide entraînant son
échauffement
- Insuffisance ou mauvais réglage du circuit de refroidissement
- Mauvais réglage de la distribution
Auditif :
Bruit de la pompe
Cavitation
Surcharge moteur
Craquements
Bruit sur les appareils de pression
Limiteur de pression
- Laminage : sifflement dû à la surpression de l'appareil et à l'écoulement de l'huile à travers
une paroi mince.
- Vibration et coup de bélier sur l'installation dû à d'autres appareils
Bruit du moteur
Surcharge : augmentation du bruit dû à une surcharge du moteur
Mécanique
- Contrôler l'état des roulements ou des éléments de guidage
- Contrôler l'alignement mécanique moteur / pompe
____________________________________________________________________________________________________ page 86 /42
Cours d'Hydraulique , FST Tanger elfelsoufi_zoubir@yahoo.fr
Olfactif :
Odeur d'huile brûlée
Laminage : échauffement de l'huile
Echauffement dû au contact avec des éléments ou pièces extérieure chaudes
Fatigue mécanique de l'huile dû à son vieillissement prématuré ou normal
Odeur sur moteur
Echauffement des enroulements : défaut d'isolement, cour circuit
Tactile :
Température sur bobine :
Echauffement de la bobine par un maintien de la tension de commande lors de l'utilisation
d'un limiteur de pression électro-piloté
Cours circuit sur la bobine, défaut d'isolement du solénoïde
Température sur appareils de pression :
Laminage de l'appareils de pression : échauffement dû à l'écoulement de l'huile à travers une
restriction, déperdition de chaleur
Lors de l'utilisation du limiteur de pression électro-piloté : transmission de la chaleur dû à
l'échauffement des bobines vers le limiteur de pression
Température sur réservoir :
Réservoir sous dimensionné
Pas assez d'huile dans le réservoir
Elévation de la température de l'huile dû au laminage
Mauvaise dissipation des calories emmagasinées
Etat de fonctionnement des échangeurs thermique
Mauvais choix des additifs pour l'utilisation de l'huile en haute température
Combustion de l'huile à l'intérieur du réservoir
RETOUR

Pompe
Visuel :
Fuite sur la pompe
____________________________________________________________________________________________________ page 87 /42
Cours d'Hydraulique , FST Tanger elfelsoufi_zoubir@yahoo.fr
Vérifier son montage
Vérifier les joints d'étanchéités
Fuite sur les canalisations de raccordement
Mauvais raccordement des colliers de raccordement des tuyauterie
Mauvais sertissage des tuyauteries flexibles
Mauvais état des flexibles
Forçage sur les olives de montage
Mauvais raccordement des manchons de dilation ou de vibrations
Mauvais alignement de la pompe et du moteur
Vibrations importante du banc moteur
Mauvais alignement de la pompe et du moteur
Absence de silentbloc
Fuites sur le joint d'arbre
Surpression sur le joint d'arbre
- Mauvais sens de rotation
- Dépassement de la limite de pression du joint
Absence de tuyauterie de drainage
Drain bouché
Détérioration du joint d'arbre :
Fatigue mécanique
Pollution extérieure
Arbre de transmission cassé
Surcharge
Grippé
Mauvais sens de rotation
Branchement moteur
Branchement de la pompe ; inversion de l'aspiration et du refoulement
Pompe grippée
____________________________________________________________________________________________________ page 88 /42
Cours d'Hydraulique , FST Tanger elfelsoufi_zoubir@yahoo.fr
Pollution solide importante
Absence de lubrification
Surcharge de la pompe, échauffement des pièces mécaniques qui se dilatent et grippent
Auditif :
Bruit dû à la cavitation : sifflement, craquement comparable au bruit d'une machine à moudre
le café
Prise d'air sur l'aspiration
Présence importante d'air dans la tuyauterie
Bruit dû à l'état des roulements
Mauvais état des roulements par le vieillissement normal
Surcharge et déformation des roulements du à la surcharge
Défaut d'alignement des éléments d'accouplement
Olfactif :
Odeur d'huile brûlée
Tactile :
Echauffement de la pompe
Dû à l'huile
Dû au surcharge
Dû au grippage ou aux frottements mécaniques
Vibrations du carter
RETOUR

Distributeur
Visuel :
Utiliser la commande de secours et vérifier l'état de déplacement du tiroir
Utiliser un tournevis et pousser la commande
Tiroir grippé
- Pollution
- Fonctionnement à sec
____________________________________________________________________________________________________ page 89 /42
Cours d'Hydraulique , FST Tanger elfelsoufi_zoubir@yahoo.fr
- Gommage du tiroir après un arrêt prolongé
Noyau de commande grippé
- Pollution
- Fonctionnement à sec
- Gommage
Pas de commande électrique
Défaut sur le bobinage
Vérifier à l'aide d'un tournevis l'état de magnétisation de la bobine
Fuite sur les canalisations de raccordement
Mauvais sertissage des tuyauteries flexibles
Mauvais serrage des raccords
Fuite sur l'embase de raccordement
Etat des joint de raccordement
Etat de la plaque embase
Compatibilité de la plaque et du distributeur
Auditif :
Sifflement dans le distributeur
Vibration de la bobine
Grippage du tiroir
Olfactif :
Odeur provenant de l'état de la bobine
Echauffement
Court circuit
Tactile :
Vibration de la bobine
Etat de la commande électrique
Mouvement oscillatoire du tiroir
Distributeur chaud
____________________________________________________________________________________________________ page 90 /42
Cours d'Hydraulique , FST Tanger elfelsoufi_zoubir@yahoo.fr
Laminage de l'huile dans le tiroir
Elévation de température dû à l'échauffement de la bobine qui se transmet dans le corps du
distributeur
Vibration du tiroir
Tiroir grippé ou bloqué à mis course
- Pollution
- Effort de commande trop faible
- Ressort cassé
- Contre-pression sur le tiroir
RETOUR

Appareils de pression
Visuel :
Fuite sur les canalisations de raccordement
Mauvais sertissage des tuyauteries flexibles
Mauvais serrage des raccords
Fuite sur l'embase de raccordement
Etat des joint de raccordement
Etat de la plaque embase
Compatibilité de la plaque et de l'appareil de distribution
A la lecture du manomètre
Pas de pression
Clapet ouvert, chute de pression
Pas de commande pour les appareils élèctropilotés
Pression trop faible
Pression trop grande
Pression irrégulière
Auditif :

____________________________________________________________________________________________________ page 91 /42


Cours d'Hydraulique , FST Tanger elfelsoufi_zoubir@yahoo.fr
Laminage : sifflement dû à la surpression de l'appareil et à l'écoulement de l'huile à travers
une paroi mince.
Vibration et coup de bélier sur l'installation dû à d'autres appareils ou au réglage de l'appareil
de pression
Tactile :
Echauffement de l'appareil de pression dû au laminage de l'huile
Vibration de l'appareil de pression
RETOUR

Appareils de débit
Visuel :
Fuite sur les canalisations de raccordement
Mauvais sertissage des tuyauteries flexibles
Mauvais serrage des raccords
Fuite sur l'embase de raccordement
Etat des joint de raccordement
Etat de la plaque embase
Compatibilité de la plaque et de l'appareil de débit
Auditif :
Laminage de l'appareil
Réglage trop fin de l'appareil : laminage de l'huile dans l'étranglement
Tactile :
Echauffement de l'appareil
Réglage trop fin de l'appareil : laminage de l'huile dans l'étranglement
RETOUR

Appareils de blocage
Visuel :
Fuite sur les canalisations de raccordement
Mauvais sertissage des tuyauteries flexibles
____________________________________________________________________________________________________ page 92 /42
Cours d'Hydraulique , FST Tanger elfelsoufi_zoubir@yahoo.fr
Mauvais serrage des raccords
Fuite sur l'embase de raccordement
Etat des joint de raccordement
Etat de la plaque embase
Compatibilité de la plaque et de l'appareil de blocage
Pas de maintien de la charge ou de la pression
Le clapet de blocage reste ouvert
Pas de déblocage
Pas de pilotage pour les appareils pilotés
Pas assez de pression de pilotage
Auditif :
Vibration de l'appareil
Appareil sous dimensionné
Mauvais choix du type de clapet anti-retour en fonction de l'utilisation
Tactile :
Echauffement de l'appareil
Laminage de l'huile dans l'élément de blocage
Vibration dû au mauvais dimensionnement ou au mauvais choix de l'appareil
RETOUR

Actionneurs
Visuel :
Fuite sur le vérin
Fuite sur le corps
Fuite sur la tige du vérin
Etat du joint racleur
Fuite sur les canalisations de raccordement
Mauvais sertissage des tuyauteries flexibles
Mauvais serrage des raccords
____________________________________________________________________________________________________ page 93 /42
Cours d'Hydraulique , FST Tanger elfelsoufi_zoubir@yahoo.fr
Fuite sur l'embase de raccordement
Etat des joint de raccordement
Etat de la plaque embase
Compatibilité de la plaque et de l'appareil de blocage
Mouvement de l'actionneur
Pas de mouvement
Panne sur les appareils de distributions
Problème mécanique
Etat de la tige du vérin
Etat des guidages
Etat du corps du vérin
Etat du sous ensemble de guidage
Mouvement trop faible
Réglage des appareils de débit
Effort mécanique de frottement anormal
Mouvement trop rapide
Réglage des appareils de débit
Entraînement du vérin par la charge
Mouvement irrégulier ou par saccades
Auditif :
Sifflement
Laminage de l'huile dans le vérin
Cavitation
Mouvement du vérin plus rapide que le débit admis sur les canalisations ; l'huile rentre en
cavitation
Tactile :
Vibration du vérin
Mouvement irrégulier ou par saccades

____________________________________________________________________________________________________ page 94 /42


Cours d'Hydraulique , FST Tanger elfelsoufi_zoubir@yahoo.fr
Cavitation
Mouvement du vérin plus rapide que le débit admis sur les canalisations ; l'huile rentre en
cavitation
RETOUR

Les appareils de conditionnement


Echangeur de température
Visuel
Fuite sur les canalisation d'eau ou d'huile ; rupture d'un raccordement, mauvais sertissage
Couleur de l'huile ; mélange de l'eau du refroidisseur avec l'huile du réservoir
Vérification d'une élévation de la température sur l'indicateur ; mauvais fonctionnement du
refroidisseur par manque d'eau ou mauvais fonctionnement de la vanne thermostatique
Tactile
Elévation de la température sur le réservoir ou sur l'échangeur ; échauffement de l'huile
Pressostat
Visuel
Pas de détection du contact électrique lorsque la pression atteint la valeur préréglée
RETOUR

____________________________________________________________________________________________________ page 95 /42


Cours d'Hydraulique , FST Tanger elfelsoufi_zoubir@yahoo.fr