Vous êtes sur la page 1sur 26

CONSEIL MUNICIPAL

Mercredi 28 MAI 2008

RAPPORTS

1 - APPROBATION DU PROCÈS-VERBAL DE LA SÉANCE DU 14 AVRIL 2008

Il vous est proposé d’approuver le procès-verbal de la séance du 14 avril 2008.

Nous avons demandé la modification de la question n° 10 (abstention de notre Groupe sur le BP


2008 et non vote contre comme indiqué dans le compte-rendu) et avons approuvé le procès
verbal.

Déclaration du Groupe faite par J. HENRION


Chères Collègues, chers collègues,
Monsieur le Maire,

A intervalles réguliers depuis votre élection, la presse se fait l’écho d’orientations – ou


de décisions du Maire ? - concernant notre Ville et ses habitants sans que notre Conseil
Municipal ou les Commissions compétentes n’aient encore eu à en débattre.

Ainsi a-t-on pu lire dans le Républicain Lorrain :

 le 6 avril sur les grands projets de la Commune et les nouvelles appellations de nos
quartiers ;
 le 9 avril sur la politique culturelle ;
 le 12 avril sur le renouveau de Gouraincourt, oh pardon du Village ;
 le 20 avril quant à l’évolution de la piscine ;
 le 21 avril sur le déménagement de la mairie de Longwy Bas transformée en hôtel ;
 le 13 mai sur le marché couvert dans l’enceinte du groupe scolaire Albert 1er ;
 le 23 mai sur le devenir du bâtiment de la Banque de France ;
 et que dire aussi des rumeurs qui circulent en ville sur :
1. le devenir des écoles et l’inquiétude légitime des familles qui en découlent,
2. les doutes des associations quant à leur condition matérielle,
3. le devenir de la crèche « les p’tits loups »,
4. la vente de bâtiments ou leur destination incertaine,
5. et la liste serait encore longue.

1
« … le fait du prince ne peut constituer ni une méthode de concertation ni une politique
durable et cohérente … » vous ont dit en substance les Organisations Syndicales du 132
rue de Metz inquiètes de leur devenir dans ce bâtiment. Notre Groupe partage
pleinement ce point de vue.

Nous avons déclaré être prêts à travailler dans un esprit constructif au développement
de notre Ville et pour le bien être de ses habitants. Cependant, dans les faits point de
concertation : les conditions normales d’un fonctionnement démocratique, où chacun
trouve sa place, ne sont, aujourd’hui, pas réunies.

Alors, Monsieur le Maire, éclairez nous : dites nous votre méthode, dites nous votre
façon de travailler, dites nous le rôle et la fonction des Commissions Municipales et de
notre Conseil Municipal.

En réponse, Jean Luc ANDRE d’abord et Edouard JACQUE ensuite ont fait valoir « les
difficultés financières de la ville », l’ampleur du travail de la nouvelle équipe et leur
volonté d’aller vite pour justifier ce manque criant de démocratie.

2 - SYNDICAT INTERCOMMUNAL D’AMÉNAGEMENT DE LA CHIERS –


DÉSIGNATION D’UN REPRÉSENTANT SUPPLÉANT

Lors de la séance du 3 avril dernier, vous avez désigné M. Edouard JACQUE et Mlle
Morgane PITEL pour représenter la Ville auprès du Syndicat Intercommunal d’Aménagement
de la Chiers.

Les statuts de cette structure prévoient la possibilité de désigner un suppléant pour chaque
titulaire.
Il vous sera donc proposé de désigner deux représentants suppléants.

La Majorité a proposé Mrs RUDONI et FORDOXEL.

Nous n’avons pas présenté de candidat et nous sommes abstenus (es).

3 - AGENCE DE L’URBANISME DE L’AGGLOMÉRATION DU POLE EUROPÉEN DE


DÉVELOPPEMENT – DÉSIGNATION D’UN REPRÉSENTANT

Il convient de procéder à la désignation d’un représentant de la Ville au sein de l’AGAPE en


lieu et place de M. Jean-Luc ANDRÉ, représentant par ailleurs de la Ville à la CCAL.

La Majorité a proposé Mme KIEFFER.

Nous n’avons pas présenté de candidat et nous sommes abstenus (es).

4 - OFFICE DU TOURISME – DÉSIGNATION D’UN REPRÉSENTANT DE LA VILLE

Le Président de l’Office du Tourisme nous a informés de la modification des statuts de


l’Office du Tourisme. Il convient de ne nommer non pas trois mais un seul représentant de
la Ville, le Maire étant représentant de droit. Il vous est donc proposé de désigner un
représentant de la Ville.

La Majorité a proposé M. ROUSSEAU (de la liste d’Irma PALA). Cette désignation est la
preuve d’une relation ambiguë entre la Majorité et ce Groupe d’Opposition.
2
Nous n’avons pas présenté de candidat et nous sommes abstenus (es) ainsi que le Groupe
d’I.PALA alors qu’il était concerné (???).

5 - ASSOCATION DES VILLES FORTIFIÉES DE LA GRANDE RÉGION –


DÉSIGNATION DES REPRÉSENTANTS DE LA VILLE

Conformément à la délibération n° 174/07 du Conseil municipal du 15 novembre 2007


autorisant l’adhésion de la Ville de Longwy à l’Association des Villes fortifiées de la Grande
Région, le Maire de Longwy a signé les statuts de l’Association lors de sa création le 26
novembre 2007. La Ville de Longwy en est ainsi devenue l’un des membres fondateurs, avec
les Villes de Bitche, Luxembourg, Marsal, Rodemack, Sarrelouis, Montmédy, Toul, et les
Communautés de Communes de Bitche et Environs et de Cattenom et Environs.

- Il convient de désigner deux représentants de la Ville de Longwy au sein de


l’Association des Villes fortifiées de la Grande Région, il vous est proposé de
désigner :
. Mme Anne Valérie FELKAR en qualité de représentante titulaire
. M. Joël SORO en qualité de représentant suppléant

Nous n’avons pas présenté de candidat et nous sommes abstenus (es).

6 - CONSEIL D’ARCHITECTURE, D’URBANISME ET DE L’ENVIRONNEMENT


(C.A.U.E.)

Il vous est proposé de désigner un représentant de la Ville au sein du Conseil


d’Administration du C.A.U.E.
Je vous propose la candidature de Joël VITALI.

Nous n’avons pas présenté de candidat et nous sommes abstenus (es).

7 - COMITÉ D’AMÉNAGEMENT, DE PROMOTION ET D’EXPANSION DE MEURTHE-


ET-MOSELLE (CAPEMM)

Il vous est proposé de désigner un représentant de la Ville au sein du Comité


d’Aménagement, de Promotion et d’Expansion de Meurthe-et-Moselle.
Je vous propose la candidature d’Henri PAGET

Nous n’avons pas présenté de candidat et nous sommes abstenus (es).

Jean Marc FOURNEL est intervenu pour rappeler le courrier adressé au Maire le 9
avril dernier, resté sans réponse à ce jour, et ne prenant aucunement en compte les
demandes faites par notre Groupe de désigner des représentants dans plusieurs groupes
de travail et/ou comités de pilotage au sein desquels l’opposition étaient représentée lors
de la précédente mandature :
• Quartier Gare-Senelle ;
• Révision du Plan Local de l’Urbanisme ;
• Création d’une Zone de Protection du Patrimoine Architectural Urbain et
Paysager (ZPPAUP inscrite dans le plan de gestion pour le classement au
Patrimoine Mondial de l’Humanité) ;
• Banque de France ;

3
• Stationnement payant.

En outre, Jean Marc FOURNEL s’est étonné qu’aucun représentant n’ait été nommé au
sein de l’Association « ADEVAS » composée des Communes de Herserange et Longwy
ainsi que AREF (branche immobilière de Meetal Steel), association chargée de la
cohérence du développement des projets urbains de la vallée de Senelle ainsi que de sa
promotion globale.

En réponse, Edouard JACQUE indique « que nous ne sommes plus aux affaires » et
qu’il entend mener les projets à sa manière. En substance, il répètera que la mise en
place de Commissions, Groupes de travail ou Comité de Pilotage ne ferait que de
retarder la concrétisation des dossiers et donc, n’en voyait pas la nécessité.

8- OUVERTURE D’UN POSTE DE DIRECTEUR DE CABINET

Monsieur le Maire souhaite intégrer à son équipe un Directeur de Cabinet.

Aux termes de l’article 110 de la loi n° 84-53 du 26 janvier 1984 modifiée, l’autorité territoriale
peut librement recruter un collaborateur pour former son cabinet, pour la durée de son
mandat.

Rattaché directement à Mr Le Maire, le Directeur de Cabinet aura pour missions principales


de :

 veiller, en étroite collaboration avec les services, à la mise en œuvre des décisions
politiques.
 Intervenir sur la communication et la coordination de l’ensemble des dossiers
concernant la mandature
 Intervenir sur l’emploi du temps de Mr Le Maire et la préparation de ses
interventions : préparation des dossiers, recherche documentaire, rédaction de
discours…)
 Porter attention aux enjeux locaux afin d’apporter aux élus des conseils et des
propositions de solutions pertinentes.

Il vous est demandé d’autoriser Monsieur le Maire à recruter un Directeur de Cabinet dans
les conditions fixées par l’article 100 de la loi n° 84-53 du 26 janvier 1984 modifiée.

Tout en rappelant la possibilité pour les communes de moins de 20 000 habitants de


créer (ouverture d’un poste signifie création) un emploi de cabinet, Christian ARIES, au
nom du Groupe, a fait valoir son étonnement sur cette proposition quand, dans le même
temps, Edouard JACQUE ne cesse de mettre en avant « la situation financière
catastrophique de la commune ». Il y aurait donc deux poids deux mesures avec la non
reconduction de postes de petites catégories (et la mise au chômage) et l’embauche de
deux cadres A au cabinet du Maire. De plus, Christian ARIES a contesté le principe de
cette embauche due principalement au cumul de fonction du nouveau Maire (Président
de la CCAL, Président du SITRAL, Président de la Mission Locale, …) que les seuls
longoviciens n’ont pas à payer. Il a enfin précisé l’obligation de faire figurer le coût
global de ce poste dans la délibération, coût que nous estimons à environ 60 000 € (des
chiffres ont été annoncés en séance sans que nous les ayons à cet instant).

Notre Groupe a voté contre cette délibération ainsi que celui d’I.PALA.
Nb : en 2002, Jean Paul DURIEUX a également eu recours à un emploi de cabinet. Il s’agissait de Jean Marie GISQUET, recruté
pour 3 ans comme Directeur de la communication de la ville et non comme collaborateur politique du Maire. A la fin de sa période, il
a rejoint le Conseil Régional de Lorraine.

4
9- OUVERTURE D’UN POSTE DE SECRÉTAIRE DE CABINET

Monsieur le Maire souhaite intégrer à son équipe une Secrétaire de Cabinet.

Aux termes de l’article 3, alinéa 4 du titre Ier du statut général de la loi n° 84-53 du 26 janvier
1984 modifiée, des emplois permanents peuvent être occupés par des agents contractuels
lorsqu’il n’existe pas de cadre d’emplois de fonctionnaires susceptibles d’assurer les
fonctions correspondantes au poste de Secrétaire de Cabinet ;

Conformément à l’alinéa 4 de l’article précité, les agents contractuels sont engagés par des
contrats à durée déterminée, d’une durée maximale de trois ans.
Ces contrats sont renouvelables, par reconduction expresse et ne peuvent excéder six ans.

Rattaché directement au Directeur de Cabinet, et à Mr le Maire, la secrétaire de Cabinet


aura pour missions principales de :

 Assurer le secrétariat du Directeur de cabinet et l’assister dans l’organisation de ses


activités.
 Tenue de l’agenda, prise de rendez-vous et secrétariat du Directeur de Cabinet.
 Préparation et suivi des réunions, participation à certaines réunions.
 Rédaction de courriers et compte-rendu.
 Gestion des relations fonctionnelles avec les services internes et les partenaires
externes du Directeur de Cabinet.
 Remplacement en son absence de la secrétaire du Maire…

Il est demandé au Conseil Municipal d’autoriser Monsieur le Maire à recruter une secrétaire
de cabinet à temps complet dans les conditions fixées par la loi n° 84-53 du 26 janvier 1984
modifiée.

Jean Marc FOURNEL est intervenu sur cette seconde création de poste en demandant
au Maire s’il s’agissait d’un emploi de cabinet. Après hésitation de sa part, il a confirmé
être bien le cas, ce à quoi le représentant de notre Groupe lui a signifié l’illégalité de la
délibération. Panique dans la Majorité, conseil du Directeur Général des Services et,
après une seconde sollicitation de notre Groupe, Edouard JACQUE s’est ravisé.
Jean Marc FOURNEL a alors tenté de poursuivre ses questionnements. Sentant le
danger car la délibération présentée est toujours illégale, Edouard JACQUE a souhaité
passé cette question en force, refusant à l’ensemble de l’opposition le droit à s’exprimer.
Nos protestations se sont poursuivies jusqu’à l’acceptation d’une suspension de séance.
Au retour de la suspension de séance et au nom de l’ensemble de l’opposition, Irma
PALA a demandé au Maire de retirer cette question de l’ordre du jour, ce qu’il a refusé
et a fait voter favorablement sa Majorité.

Notre Groupe a voté contre cette délibération ainsi que celui d’I.PALA.

Nous allons contester cette délibération auprès du contrôle de légalité et probablement


déposer un recours au Tribunal Administratif.

10 - CRÉATION D’UN EMPLOI « ÉDUCATEUR DES ACTIVITÉS PHYSIQUES ET


SPORTIVES »

Un poste d’éducateur des activités physiques et sportives de 2ème classe pour les fonctions
de Maître Nageur Sauveteur est vacant à la piscine municipale.

5
Aux termes de l’Article 3, alinéa 1, de la loi n° 84-53 du 26 janvier modifiée, les collectivités
peuvent recruter des agents non titulaires, pour une durée maximum d’un an, sur des
emplois permanents vacants qui ne peuvent être immédiatement pourvus dans les
conditions prévues par la loi. Toutefois, ce n’est qu’après la déclaration de vacance, après
une publicité suffisante et en l’absence de candidats fonctionnaires répondant au profil du
poste qu’une collectivité peut recruter sur la base de l’article précité.

Compte tenu de l’absence de candidats titulaires de la Fonction Publique Territoriale ou


inscrits sur liste d’aptitude correspondant au profil recherché et,

Considérant la nécessité de disposer d’un nombre d’agents suffisants pour assurer la


sécurité autour du bassin de la Piscine Municipale et,

Il vous est demandé d’autoriser Monsieur le Maire à recruter un Éducateur des APS 2éme
classe non titulaires dans les conditions fixées par l’Article 3 Al. 1.

La rémunération de cet agent non titulaire sera calculée sur la base du 1er échelon du grade
d’ÉDUCATEUR des APS de 2ème classe, complétée par le régime indemnitaire en vigueur,
l’Indemnité d’Exercice des Missions et la prime de fin d’année.

Nous avons voté cette délibération.

11 - CLASSEMENT D’UN LOGEMENT COMMUNAL EN CONCIERGERIE

Monsieur Enzo BONI qui assurait la conciergerie de l’Hôtel de Ville de Longwy-Bas a fait
valoir ses droits à la retraite à compter du 1er janvier 2008. Compte tenu de ce départ, il
convient de réaffecter, le logement de type F4 précédemment occupé par M. BONI, à usage
de bureaux pour les agents municipaux.

Pour permettre d’assurer un meilleur service, il apparaît nécessaire de mettre en place


temporairement, une conciergerie regroupant l’Hôtel de Ville de Longwy-Bas et le
bâtiment de la Banque de France.

Pour assurer le logement de Monsieur Sylvain HASIUK, qui assure la conciergerie de l’Hôtel
de Ville de Longwy-Bas et du bâtiment de la Banque de France, il convient de dégager un
nouveau local à usage d’habitation. De ce fait, un nouveau logement sera concédé par
nécessité absolue de service sis 2 avenue de la Grande Duchesse Charlotte.

Nous avons voté cette délibération.

12 - INDEMNITÉ DE SUJÉTIONS SPÉCIALES ATTRIBUÉE AUX AGENTS DE LA


FILIÈRE SPORTIVE TITULAIRES DU GRADE DE CONSEILLER DES ACTIVITÉS
PHYSIQUES ET SPORTIVES

Monsieur Michel GAUNARD a bénéficié d’une promotion interne au grade de Conseiller des
Activités Physiques et Sportives au 1er avril 2008.

Une indemnité de sujétions spéciales peut être attribuée aux conseillers d’éducation
populaire et de jeunesse relevant du ministère de la jeunesse, des sports et de la vie
associative par le décret n° 2004 –1055 du 1er octobre 2004.

6
Monsieur le Maire propose d’attribuer l’indemnité de sujétions spéciales prévue par le décret
précité aux agents de la filière sportive titulaire du grade de conseiller des activités
physiques et sportives,

Il vous est précisé que le taux de référence annuel au 1er mars 2008 est de 4 215 € et, que
les attributions individuelles sont fixées dans la limite de 120 % du taux de référence annuel.

Il vous est également précisé que cette indemnité sera versée aux agents titulaires.

Les crédits nécessaires figurent au budget 2008 de la Ville.

Nous avons voté cette délibération.

13 - PARTICIPATION DE LA COMMUNE AUX COTISATIONS MUTUALISTES DES


AGENTS DE LA VILLE – VERSEMENT D’UNE SUBVENTION À LA MUTUELLE
NATIONALE TERRITORIALE

La commune intervient dans la prise en charge d’une partie des cotisations mutuelles des
ses agents depuis le 1er janvier 1997 (Délibération n° 98/96 du Conseil municipal du
18/12/1996 puis délibération n° 26 du Conseil municipal du 1er mars 2007).

Le dernier contrôle URSSAF a mis en lumière un dysfonctionnement dans les modalités de


cette prise en charge qui peuvent légalement prendre deux formes différentes :

- Paiement de cotisations à l’URSSAF : CSG-CRDS (8%) acquittées par l’agent et


cotisation Prévoyance (8%) acquittée par la commune,

- Allègement de la cotisation de l’agent au moyen d’une subvention versée directement


à la MNT.

Cette deuxième solution vous est proposée car elle implique un moindre coût tant pour
l’agent que pour la collectivité.

Vu les textes en vigueur, à savoir :

- Loi du 83-634 du 13 juillet 1983 article 9 dans sa rédaction issue de la loi Sapin du 3
janvier 2001 qui institue l’action sociale au sein des collectivités territoriales,
- Article R523.2 du Code de la Mutualité,
- Arrêté ministériel du 19 septembre 1962,

Il vous est proposé de maintenir le principe de la participation de la commune aux cotisations


mutualistes de ses agents et de la porter à 25% des 40 premiers Euros de la cotisation de
l’agent.

Cette participation de la commune interviendra par le versement d’une subvention à la


MNT après signature d’une convention. Son montant est estimé à 15 000 Euros pour l’année
2006 soit 10e/agent/mois. Il sera procédé à une régularisation annuelle compte tenu des
mouvements survenus dans l’année.

Nous avons voté cette délibération

14 - OPÉRATION VILLE VIE VACANCES

7
La Ville de Longwy participe à l’opération Ville Vie Vacances, laquelle correspond au
dispositif inscrit au Ministère de la Ville et coordonné par la Mission de la Délégation
Interministérielle de la Ville. Ce dispositif recouvre divers champs d’intervention parmi
lesquels la prévention de la délinquance, la prévention des exclusions, l’action sociale de
proximité, l’accès aux activités culturelles, sportives et de loisirs au bénéfice des jeunes
présentant des risques de marginalisation.

Au titre de l’exercice 2008, la Ville entend poursuivre l’action entreprise dans les quartiers,
notamment durant les petites et grandes vacances scolaires et ce, en collaboration avec le
tissu associatif local.

Cette opération bénéficie de l’aide de la Direction Départementale des Affaires Sanitaires et


Sociales, du Conseil Général de Meurthe-et-Moselle, de la Direction Départementale de la
Protection Judiciaire de la Jeunesse et de la Direction Régionale et Départementale de la
Jeunesse et des Sports.

Afin d’assurer le financement de cette action, il vous est demandé d’autoriser Monsieur le
Maire à solliciter dans ce cadre, auprès des services décentralisés de l’Etat, une subvention
aussi importante que possible.

Lesdites subventions seront créditées au Budget de la Ville 2008, Fonction 4, Sous-fonction


422, Article 7478.

Nous avons voté cette délibération.

15 - TARIFS DES SÉJOURS DE VACANCES 2008 ET CONDITIONS GÉNÉRALES

La Ville organise, dans le cadre de sa politique en faveur de la jeunesse, différents séjours


de vacances durant la période estivale.

Prenant en compte le bilan de fréquentation 2007, il est proposé de reconduire cette année
les modalités d'organisation pour 2008, lesquelles se définissent comme suit :

 7/13 ans : réservation de 4 séjours avec 10 places pour chacun d'entre eux
 14/16 ans : 15 places dans des camps d'adolescents programmés parmi 9
propositions

Le choix des séjours a été opéré de manière à ne pas pénaliser les familles et plus
particulièrement celles ayant les quotients familiaux les plus faibles.

Par ailleurs, la CAF a modifié ses modalités d'aides en matière de séjours. De ce fait, la
participation financière de la Ville reste constante.

En ce qui concerne les conditions générales de participation votées l'an dernier, aucune
difficulté n'est intervenue dans leur application. Il vous est donc proposé de les maintenir en
l'état.

Les crédits nécessaires figurent au budget de la Ville, fonction 11, sous-fonction 423, article
6288.

Nous avons voté cette délibération.

16 - CONTRAT EDUCATIF LOCAL 2008

8
La Ville de Longwy participe au contrat éducatif local, lequel bénéficie d’un financement de
différents partenaires dont le Ministère de la Jeunesse et des Sports, le Conseil Général et
l'Etat dans le cadre du Contrat Urbain de Cohésion Sociale.

Suite aux bilans établis, les dispositions du Contrat Educatif Local ont déjà été renouvelées
deux fois par la Direction Régionale et Départementale de la Jeunesse et des Sports.
L’avenant en vigueur prend en compte la période 2007-2009.

Le contrat éducatif local de Longwy concerne ce qui touche aux loisirs des jeunes
appartenant aux tranches d’âge de 6 à 18 ans, qu’il s’agisse des activités sportives,
culturelles et socio-éducatives. Il est à préciser qu’à travers l’ensemble de ces activités,
l’aspect éducatif est recherché.

Il vous est demandé d’approuver le budget de cette opération au titre de l’exercice 2008 et
d’autoriser Monsieur le Maire à solliciter auprès des différents financeurs les subventions
nécessaires.

Les dépenses et recettes figurent au budget de la Ville.

Nous avons voté cette délibération.

17 - CAISSE D’ALLOCATIONS FAMILIALES 54 – CONVENTION D’OBJECTIFS ET DE


FINANCEMENT – PRESTATIONS DE SERVICE

La Ville de Longwy organise des accueils de loisir pendant les vacances scolaires, qui
intéressent les différentes tranches d'âge de la jeunesse Longovicienne.

Les garderies périscolaires et l'accueil du mercredi à DARTEIN bénéficient du même


dispositif.

Dans ce cadre, la Ville a signé des conventions avec la Caisse d'Allocations Familiales 54,
accompagnant ainsi l'action de la Ville dans sa politique Petite Enfance et Jeunesse, dont
une relative à la formule "prestation de services". Celle-ci a pour objet d'aider au
développement et au fonctionnement des accueils sans hébergement déclarés aux services
départementaux de la Jeunesse et des Sports.

Aujourd'hui, la Caisse d'Allocations Familiales 54 a défini de nouvelles modalités


d'intervention et de versement de la prestation précitée.

Elles se traduisent donc par une nouvelle convention à signer avec cet organisme,
remplaçant celle validée en 2005 et ayant fait l'objet d'un Avenant N° 1 en 2006. Cette
nouvelle convention a une durée de 3 ans, à compter du 1er janvier 2008.

Il vous est demandé d’approuver ledit projet de convention établie par la Caisse d'Allocations
Familiales 54 et d’autoriser Monsieur le Maire à la signer.

Les recettes correspondantes versées par la Caisse d'Allocations Familiales 54 figureront au


budget de la Ville.

Nous avons voté cette délibération.

18 - INSTALLATION D’UNE ANTENNE DE RÉCEPTION GPS SUR LE TOIT DE LA


MAIRIE – AUTORISATION AU MAIRE À SIGNER UNE CONVENTION
D’OCCUPATION TEMPORAIRE

9
La société ORPHEON spécialisée dans le géo positionnement par satellite se propose
d’installer sur le toit de la mairie au droit du local informatique une antenne de réception GPS
de moins d’un mètre de hauteur de hauteur afin de renforcer son réseau national de stations
GPS.

En contrepartie, une redevance annuelle sera versée à la commune d’un montant de 300
euros et la ligne ADSL pour connecter le récepteur pourra être utilisée gracieusement par le
service informatique.

La société procèdera à l’installation du matériel et assumera à sa charge de frais d’entretien.

Pour cela, il vous est proposé d’autoriser Monsieur le Maire à signer une convention
d’occupation temporaire.

Nous avons voté cette délibération.

19 - ACCUEIL D’UN SPECTACLE DE THÉATRE DE RUE DÉAMBULATOIRE DANS LE


CADRE DE LA MANIFESTATION « AU PIED DES CITADELLES »

Fin 2007, la Ville a adhéré à l’Association des Villes Fortifiées de la Grande Région qui a vu
le jour à l’issue de la manifestation des « Citadelles de Feu » dans le but de valoriser le
patrimoine des Villes Fortifiées de la Grande Région par l’organisation, notamment, de
grands évènements populaires, avec le soutien financier du Conseil Régional et des fonds
européens.

Sur proposition de la Région Lorraine, il est proposé de reconduire un grand événement


intitulé « Au Pied des Citadelles » dès cette année. La Compagnie OPOSITO a été choisie
pour mener cette opération dans six villes (Rodemack, Bitche, Longwy, Saarlouis, Toul et
Marsal). Le spectacle accueilli à Longwy le 26 juillet prochain, est un spectacle théâtral
déambulatoire qui s’intitule « Les Trottoirs de Jo’Burg…Mirage » qui clôturera les animations
estivales organisées par la Ville.

D’ores et déjà, la Région Lorraine a prévu de pérenniser cette opération tous les deux ans.
La prochaine édition aura donc lieu en 2010.

Le budget total de la manifestation, pour l’ensemble des villes lorraines, s’élève à 750 000 €
(6 spectacles, frais techniques et d’organisation, communication ) financés à hauteur de
300 000 € par la Région, 300 000 € par des crédits européens, 120 000 € par les collectivités
participantes et 30 000 € par du mécénat.

La quote-part inhérente à la Ville s’élève à 20 000 € auxquels il convient d’ajouter, outre


l’intervention du personnel municipal, la prise en charge des repas des artistes le jour du
spectacle, la sécurité, le gardiennage, l’achat de matériel pour un coût estimé à 15 000 €.

Il vous est donc proposé :

- D’AUTORISER Monsieur le Maire à signer la convention à intervenir avec


l’Association des Villes Fortifiées de la Grande Région, convention qui précise
notamment les modalités pratiques et financières de ce projet ;

- DE VERSER à ladite association d’une somme de 20 000 €, correspondant à la


quote-part de la Ville, dépense ayant fait l’objet d’une inscription au budget 2008 ;

10
- De SOLLICITER, au titre de cette opération, une subvention auprès du Conseil
Général de Meurthe-et-Moselle.

Nous avons voté cette délibération.

20 - BIBLIOTHÈQUE ANDRÉ CHÉNIER – RECTIFICATION D’UN TARIF

Suite à une erreur de traitement, le tarif de l’amende de retard pour livre non-rendu à la
bibliothèque à la date de la première lettre de rappel a été fixé par délibération du Conseil
municipal du 21 décembre 2007 à 9 €, à compter de 2008, au lieu des 1,80 € appliqués en
2007.

Il vous est proposé de maintenir pour 2008, le tarif de 2007.

Nous avons voté cette délibération.

21 - MODIFICATION DE CERTAINS TARIFS APPLICABLES AU MUSÉE MUNICIPAL


DES EMAUX

Par délibération du 21 décembre 2007, le Conseil Municipal a fixé les tarifs des ventes
diverses effectuées au Musée Municipal des Emaux de Longwy.
Quelques erreurs se sont glissées dans le texte qu’il y a lieu de modifier comme suit :

Tarifs à supprimer :

- livre (l’unité) : 32,00€


- livre « Etude » (l’unité) : 8,20€
- fascicule (l’unité) : 3,10€

Tarifs à créer :

- livre « Les Fers d’Autrefois » (l’unité) :


- livre « Musée Extraordinaire » n° 6 (l’unité) : 15,00 €
- livre « Les Marques et les Signatures de LONGWY » (l’unité) : 22,50 €

- Coupelle en émaux (l’unité) : 45,00€

- Coupelle en faïence (l’unité) : 35,00€


- Petite coupe en émaux (l’unité) : 35,00€

Il vous est proposé de vous prononcer sur les modifications ci-dessus à apporter aux tarifs
des livres et objets en vente au Musée Municipal.

Nous avons voté cette délibération.

22 - DON D’UNE SOUPIÈRE ET D’UNE BOITE AVEC COUVERCLE AU MUSEE

Monsieur Jean BALDELLI, décédé le 19 février 2006, a fait un legs au Musée de Longwy de
deux pièces en émaux, à savoir une soupière avec plat assorti et une boîte avec couvercle.

11
Il vous est proposé d’accepter cette donation qui figurera ainsi dans les collections du
Musée.

Nous avons voté cette délibération.

23 - DON D’UN TABLEAU AU PROFIT DU MUSÉE MUNICIPAL

Dans la perspective d’un don de 13 œuvres pour le Musée municipal, Monsieur et Madame
GUALTIERI ont offert à la Ville, courant 2007, une peinture encadrée intitulée : « Les Emaux
de LONGWY » par Fernando GUALTIERI (huile sur toile de 89 x 1126 cm).

Il vous est proposé d’accepter cette donation et d’exposer cette toile au Musée selon les
règles de l’art.

Il vous est précisé que cette délibération annule et remplace la délibération n° 143 du 21
septembre 2006 où il était question d’un don de 26 peintures.

En fait, à terme la donation ne devrait porter que sur 13 toiles et pas forcément les mêmes
que celles mentionnées précédemment.

Nous avons voté cette délibération.

24 - EXAMEN DE L’OPPORTUNITÉ DE L’ACQUISITION DU MUSÉE DES FERS À


REPASSER

Dans le cadre de la succession de M. Jean-Pierre ZUCCALI, décédé, le Musée des fers à


repasser est en vente. Il convient de rappeler que cette collection est l’une des plus
prestigieuses de France et qu’elle constitue un atout pour l’image et l’attractivité de la Ville.
Cette collection a été évaluée à 320 000 € et il convient d’en étudier les opportunités
d’acquisition.

A ce titre, le Conseil Général de Meurthe-et-Moselle, le Conseil Régional et la DRAC seront


sollicités pour évaluer les possibilités de subventionnement.

Déclaration du Groupe faite par Edith COLIN


Chères Collègues, chers Collègues,
Monsieur le Maire,

Vous nous proposez ce soir de nous prononcer sur " ... l'opportunité d'acquisition
du musée des fers à repasser ..." au prix de 320 000 €. Avant de revenir précisément sur
ce sujet, permettez moi de souligner :

- le regret, comme l'a rappelé il y a quelques minutes notre Collègue Jean


HENRION, de ne pouvoir nous exprimer, débattre et proposer au sein de
la Commission Culture qui ne s'est toujours pas réunie à ce jour. Elle
aurait pu, même dû, aborder cette question, nous permettant ainsi de
connaître tous les tenants et aboutissants de ce dossier. Nous aurions ainsi
pu nous prononcer en toute connaissance de cause, ce qui n'est, vous en
conviendrez, pas le cas ce soir;
- l'étonnement ensuite d'une telle délibération quand, dans l'édition du
Républicain Lorrain du ... avril 2008, l'interrogation de ce soir est, par

12
anticipation, une affirmation puisque cette collection intègrerait « ...le
bâtiment de la Banque de France au second étage ... » selon vos propres
dires ! Chacun appréciera l'espace démocratique laissé aux élus de notre
Ville.

Je ferai une seconde remarque pour dire qu'un Musée -en l'occurrence la Banque
de France-, dont vous ambitionnez qu'il ait " ....une attractivité régionale .... ", ne
connaîtra pas nécessairement la réussite attendue parce que vous avez décidé d'y
amalgamer des collections diverses et variées, fussent elles de qualité ! La poursuite
d'une réflexion rigoureuse s'impose donc avec nos partenaires, lesquels semblent
aujourd'hui être écartés de ce projet :

- l'Etat à travers la Direction Régionale des Affaires Culturelles,


- le Conseil Général de Meurthe et Moselle,
- la Chambre de Commerce et d'Industrie,
- l'Association "Ville et Métiers d'Art",
- l'Office du Tourisme du Pays de Longwy, pour ne citer que les
principaux.

Aussi je réitère la demande formulée par notre Collègue Jean Marc FOURNEL
d'une réunion rapide du Comité de Pilotage de l'aménagement de la Banque de France
au sein duquel notre Groupe souhaite être représenté par deux membres.

Quant au bien-fondé de l'acquisition de cette collection privée, chacun s'accorde à


reconnaître son originalité et la rareté de certaines pièces exposées. Elle constitue donc
un attrait indéniable pour notre territoire.

Le Maire précédent, conscient de cet intérêt, avait reçu M. Jean Pierre


ZUCALLI, aujourd'hui décédé et propriétaire de cette collection ainsi que Mme
HENRY, la responsable du Musée, pour étudier d'une part la relocalisation de cette
exposition et d'autre part les conditions renouvelées d'un partenariat avec la Ville. Au
décès de M. ZUCALLI, cet échange s'est poursuivi avec la famille.

Notre Groupe a quelques interrogations auxquelles il aimerait avoir des


réponses:

• Comment cette collection a-t-elle été évaluée ? Par qui ? A-t-on la


possibilité de procéder à une contre-expertise ?
• N'existe-t-il aucune autre formule juridique d'accueillir cette collection
(mise en dépôt contre rémunération, etc...) ?
• De combien de temps la ville dispose-t-elle pour répondre, la vente de
cette collection ayant déjà été annoncée sur Internet ? Cette question a-
t-elle été débattue avec la famille ?

Enfin, et ce n'est pas l'aspect le moins négligeable de cette question, le prix


d'achat. Il est pour le moins singulier en cette période, de nous inviter à acheter une
collection à un tel prix quand, dans le même temps et à chaque coin de rue, vous ne
cessez de parler des soit disantes difficultés financières de la ville, allant même, à ce
motif, jusqu'au retrait probable de l'association "J'aime le cinéma" !

Notre Groupe constate également que nos partenaires éventuels n'ont pas encore
été consultés. La ville pourrait alors, dans le pire des cas, supporter seule l'acquisition de
ce bien.

13
De plus, et pour vérifier l'intérêt de nos concitoyens à voir cette collection
demeurer à Longwy, ne pourrait il être envisagée une souscription, comme l'évoque le
représentant d'une Chambre Consulaire ?

Devant ces trop lourdes incertitudes qui pèsent notamment sur la contribution
exacte de la ville, le Groupe "Longwy pour tous !" vous demande :

 l'ajournement de cette question,


 la sollicitation des partenaires évoqués (Etat, Conseils Régional et
Général),
 le retour devant le Conseil dès lors que nous disposerons du plan de
financement complet.

En réponse, Edouard JACQUE a développé sa stratégie pour le nouvel aménagement de


la Banque de France (« nous n’avons pas besoin de conseils extérieurs pour faire la
politique de la ville ») et suggéré un plan de financement en 3/3 (1/3 ville, 1/3 Conseil
Général et 1/3 Conseil Régional).

En appui de l’intervention de E.COLIN, Christian ARIES a tenté de convaincre la


Majorité, malgré l’intérêt de cette question, du caractère précipité de cette délibération,
n’ayant à ce moment aucune assurance de financements complémentaires. En vain !

Ces interventions ont été confortées par celles de Robert ROUSSEAU au nom du
Groupe d’I.PALA.

La Majorité s’est prononcée favorablement sur cette question, notre Groupe s’abstenant
ainsi que celui d’I.PALA.

25 - CAISSE D’ALLOCATIONS FAMILIALES – SIGNATURE D’UNE CONVENTION


ENCADRANT LES MODALITÉS D’INTERVENTION ET DE VERSEMENT DE LA
PRESTATION DE SERVICE UNIQUE (PSU) CONCERNANT LA STRUCTURE
MULTI ACCUEIL « LES P’TITS LOUPS »

Dans un objectif de sécurisation et d’unification des engagements des Caisses avec leurs
partenaires sur le territoire national, la Caisse Nationale d’Allocations Familiales a élaboré
une convention nationale type applicable à l’ensemble des prestations de service ordinaires
à partir de 2008.

Il vous est proposé d’autoriser Monsieur le Maire à signer la convention d’objectifs et de


financement concernant la Prestation de Service Unique pour les établissements d’accueil
jeunes enfants (0-4 ans). Cette convention définit et encadre les modalités d’intervention et
de versement de la prestation de service unique. Elle a pour objet de :

- prendre en compte les besoins des usagers,


- déterminer l’offre de service et les conditions de mise en œuvre,
- fixer les engagements réciproques entre les co-signataires

Elle concerne le service Multi Accueil « Les P’tits Loups ».

Nous avons voté cette délibération.

14
26 - CAISSE D’ALLOCATIONS FAMILIALES – SIGNATURE D’UNE CONVENTION
ENCADRANT LES CONDITIONS D’INTERVENTION ET DE VERSEMENT DE LA
PRESTATION DE SERVICE ACCUEIL TEMPORAIRE (Psat) POUR LA
STRUCTURE MULTI ACCUEIL « LES P’TITS LOUPS »

De même que ci-dessus, il vous est proposé d’autoriser Monsieur le Maire à signer la
convention d’objectifs et de financement à intervenir avec la CAF concernant la Prestation de
Service Accueil Temporaire pour les établissements d’accueil jeunes enfants (4-6 ans).

Ladite convention intéresse également le service Multi Accueil « Les P’tits Loups ».

Nous avons voté cette délibération.

27 - CAISSE D’ALLOCATIONS FAMILIALES – CONVENTION PLURIPARTENARIALE


CENTRES SOCIAUX – PROROGATION DE LA CONVENTION DE BASE SIGNÉE
LE 14 MAI 2002 –AVENANT N° 3

Par courrier en date du 5 décembre 2007, la CAF proposait de proroger par avenant pour
l’année 2008, la convention multi partenariale concernant le Centre social « Blanche
Haye ». Par courrier en date du 20 février dernier, la CAF a fait connaître que le Conseil
d’administration a donné son accord en date du 20 décembre 2007 pour prolonger d’un an
ladite convention, du 1er janvier au 31 décembre 2008. Il vous est donc proposé d’autoriser
Monsieur le Maire à signer l’avenant concernant le Centre social « Blanche Haye » jusqu’au
31 décembre 2008.

Nous avons voté cette délibération.

28 - MINISTÈRE DE L’ÉDUCATION NATIONALE – SIGNATURE D’UNE CONVENTION


RELATIVE À LA MISE EN PLACE D’UN SERVICE MINIMUM D’ACCUEIL DANS
LES ÉCOLES MATERNELLES ET ÉLÉMENTAIRES

Dans le cadre du respect du droit de grève reconnu au personnel de l’éducation nationale, et


afin que les familles puissent bénéficier d’un service d’accueil des enfants scolarisés dans
les écoles maternelles et élémentaires durant les heures normales d’enseignement, il est
proposé par le Ministre de l’éducation nationale de répondre aux souhaits légitimes des
parents de bénéficier lors des mouvements sociaux de conditions d’accueil des enfants et de
la préservation de leur activité professionnelle. Dans les communes volontaires, le ministère
financera ce service qui s’élève à hauteur de 90 € par jour pour 1 à 15 élèves accueillis, à
180 € par jour pour 16 à 30 élèves accueillis et au-delà à 90 € par tranche de 15 élèves.

En contrepartie de ce financement, les collectivités devront fixer les modalités de mise en


œuvre du dispositif d’accueil. Ce financement repose sur une convention entre l’Etat et la
commune à conclure avec l’Inspection d’Académie du Département.

Déclaration du Groupe faite par Jean HENRION


A propos de cette convention, par ailleurs identique à celle proposée en janvier dernier à
la précédente municipalité, deux types de réflexion s’imposent :

15
1 – il y a tromperie manifeste dans la proposition de loi : en effet, si le Service Minimum
dans les transports sert à transporter, si le Service Minimum dans les hôpitaux sert à
soigner, dans nos écoles le Service Minimum est simplement une garderie gérée par les
collectivités locales qui ne remplit pas ce jour là la mission d’éducation de nos enfants.
Or c’est bien à l’Etat qu’incombe cette responsabilité et non aux communes ; d’ailleurs
le personnel communal est-il en capacité de remplacer les enseignants ?

2 – le principal n’est pas intégré dans ce projet : la convention qui nous est proposée ne
s’inscrit que dans le domaine financier et occulte l’essentiel :
- la sécurité des élèves,
- la responsabilité du personnel.

Des questions sans réponses restent en suspens :


- cet accueil doit-il être déclaré comme loisirs ?
- quel taux d’encadrement assurer ?
- en cas d’accident, la commune verra-t-elle sa responsabilité engagée ?

Il existe un vrai problème juridique et c’est certainement l’une des raisons pour
lesquelles 10% des communes seulement –toutes sensibilités politiques confondues- ont
assuré ce Service Minimum dans des conditions pas toujours très qualitatives.

Il doit être également souligné que l’Association des Maires de France, présidée par un
Maire UMP, a recommandé à ses communes adhérentes de ne pas appliquer cette
directive, ce que sagement l’ancien Maire avait fait lors du précédent conflit dans
l’Education Nationale en janvier dernier.

Dans ces conditions et en attente de réponses, notre groupe votera contre.

Nous avons contre cette délibération ainsi que celui d’I.PALA

29 - DIRECTION DÉPARTEMENTALE DE L’EQUIPEMENT – DEMANDE


D’AUTORISATION D’ALIÉNER PRÉSENTÉE PAR BATIGÈRE NORD-EST
CONCERNANT LA VENTE D’UN LOGEMENT SIS 4 RUE DE LA CHAPELLE – AVIS
DU CONSEIL MUNICIPAL

Conformément aux articles L 443-7 du Code de la construction et de l’habitation qui traitent


des modalités de cession des logements HLM, la SA D’HLM BATIGÈRE NORD-EST a
sollicité, auprès des services de la Direction Départementale de l’Equipement, l’autorisation
de céder un appartement (lots n° 1 n° 6, n° 9, n° 10 et n° 11 du règlement de copropriété) ,
cadastré commune de Longwy, section AS, parcelle n° 177, d’une contenance de 1 a 36 sis
dans l’immeuble n° 4 rue de la Chapelle à Longwy.

En application des dispositions susvisées, la Direction Départementale de l’Equipement –


Service de l’Habitat- sollicite l’avis de la commune sur cette cession. Il vous est proposé
d’émettre un avis favorable à la demande de BATIGÈRE NORD-EST.

Nous avons pour cette délibération.

30 - DIRECTION DÉPARTEMENTALE DE L’EQUIPEMENT – DEMANDE


D’AUTORISATION D’ALIÉNER PRÉSENTÉE PAR BATIGÈRE NORD-EST
CONCERNANT LA VENTE D’UN APPARTEMENT EN COPROPRIÉTÉ 19 RUE
MARGAINE À LONGWY – AVIS DU CONSEIL MUNICIPAL

16
Lors de sa séance du 4 octobre 2006, le Conseil d’Administration de la SA d’HLM Batigère
Nord-Est a décidé la cession d’une maison d’habitation au 19 rue Margaine à Longwy.

Par courrier en date du 30 janvier dernier, Batigère Nord-Est a sollicité auprès de la Direction
Départementale de l’Equipement l’autorisation d’aliéner ce bien, conformément aux articles L
443-7 du Code de la construction et de l’habitation qui traitent des modalités de cession des
logements HLM.

Cette cession interviendrait au profit de M. BEN MERAR Mustapha, non locataire de


l’organisme, pour un prix de 70 000 €.

Aussi, en application des dispositions susvisées, et conformément à l’article L 443-7 du code


de la construction et de l’habitation, la Direction Départementale de l’Equipement sollicite
l’avis de la commune sur cette cession. Il vous est proposé d’émettre un avis favorable à la
demande de Batigère Nord-Est.

Nous avons pour cette délibération.

31 - RENFORCEMENT DU RÉSEAU D’ADDUCTION D’EAU POTABLE DU QUARTIER


SAINT LOUIS – AUTORISATION AU MAIRE À SIGNER LE MARCHÉ

Suite à une procédure d’appel d’offres engagée en 2007, la Ville de Longwy a confié à la
Société THYCEA un marché de travaux de renforcement du réseau d’adduction d’eau
potable du quartier Saint Louis.

Ce marché visait à assurer l’alimentation du quartier par le Chemin de Senelle et à procéder


au remplacement des canalisations et des branchements des rues des Émaux, Thionville et
Verdun pour une durée de 17 semaines à compter de la date fixée par l’ordre de service qui
prescrivait de les commencer.

Il s’agit d’un marché à prix ferme et actualisable suivant les modalités fixées au cahier des
charges.

Le marché avait été attribué pour un montant de 213 835 € HT soit 255 746,66 € TTC.

Le programme 2008 vise à poursuivre la réalisation des travaux de renforcement du réseau


d’adduction d’eau potable au sein du quartier Saint Louis.

Il convient d’organiser un nouvel appel d’offres pour ce marché, afin de procéder au


remplacement des canalisations et des branchements des rues Saint Louis, Couronné, de la
Marne, du Moulin et impasse de la Chapelle.

Ce marché sera exécuté dans un délai global de 16 semaines à compter de la date fixée par
l’ordre de service qui prescrira de les commencer.

Il s’agit d’un marché à prix ferme et actualisable suivant les modalités fixées au cahier des
charges.

Ce marché est estimé à 344 388,84€ HT. Le marché est financé conjointement par la ville de
Longwy et VÉOLIA, qui prend à sa charge le remplacement de 75 branchements en plomb
pour un montant de 102 734 € HT.

En application de l’article L 2122-21-1 du Code Général des Collectivités, il vous est


demandé d’autoriser dores et déjà le Maire à signer le marché à venir avec le ou les
candidat(s) qui seront retenus par la Commission d’Appel d’Offres, afin de faciliter le
déroulement de la procédure, de permettre une notification rapide du marché à venir et donc
permettre au(x) futur(s) titulaire(s) de bénéficier d’un délai d’exécution le plus long possible.

17
Il vous est également proposé d’autoriser Monsieur le Maire à solliciter les subventions les
plus élevées possibles auprès du Conseil Général de Meurthe-et-Moselle et de l’Agence de
l’Eau Rhin-Meuse.

Nous avons voté pour cette délibération.

A noter que ces travaux sont la reprise conforme des propositions faites par l'ancienne
Commissions des Travaux.

32 - MARCHÉ D’AMÉNAGEMENT DU CENTRE TECHNIQUE MUNICIPAL N° 18/07 -


RÉSILIATION DU MARCHÉ – LOT n° 2 – ENTREPRISE HERVÉ THERMIQUE

Par délibération n° 100/07 du 28 juin 2007, le Conseil municipal a autorisé la passation du


marché d’aménagement du Centre Technique Municipal, qui devait être implanté rue de
Boismont à Longwy Haut. Le marché a été lancé sous forme d’appel d’offres ouvert.

Celui-ci comportait 3 lots :


- lot n° 1 : Electricité / Courants faibles
- lot n° 2 : Chauffage / Ventilation
- lot n° 3 : Maçonnerie

Lors de sa réunion en date du 19 octobre 2007, la Commission d’Appel d’Offres a


désigné l’entreprise HERVÉ THERMIQUE attributaire du lot n° 2, pour un montant global de
452 333,66 € TTC.
Elle a prononcé l’appel d’offres infructueux pour les lots n° 1 et 3.

Le lot n° 2 a été notifié à l’entreprise HERVÉ THERMIQUE par lettre recommandée avec
accusé de réception le 2 janvier 2008.

Les lots n° 1 et 3 ont ensuite fait l’objet d’une procédure de marché négocié après publicité
préalable et mise en concurrence, en application des articles 26.I.2°, 34, 35-I-1°, 40-IV, 65 et
66 du Code des Marchés Publics.

Lors de sa réunion du 4 mars 2008, la Commission d’Appel d’Offres a procédé au choix des
entreprises retenues pour ces deux lots, qui n’ont pas été notifiés par la suite.

Par décision n° 26/2008 du 14 avril 2008, il a été décidé de déclarer sans suite ces deux lots
pour des motifs d’intérêt général liés au changement d’orientation de la politique menée par
la municipalité, remettant en cause le projet d’aménagement d’un Centre Technique
Municipal.

Dans la continuité de cette décision, il convient de résilier le lot n° 2 avec l’entreprise HERVÉ
THERMIQUE, sans qu’il y ait faute de celui-ci, et conformément aux dispositions du marché,
de lui verser une indemnisation sur la base d’une demande dûment justifiée et dans les
délais prescrits par le CCAG TRAVAUX.

Il vous est donc demandé :

- d’approuver la résiliation du lot n° 2 du marché d’aménagement du Centre Technique


Municipal avec l’entreprise HERVÉ THERMIQUE ;

- d’autoriser Monsieur le Maire à signer l’ensemble des actes administratifs


nécessaires à l’exécution de cette résiliation

Nous nous sommes abstenus (es) sur cette délibération.


18
A noter que, lors de la discussion, le Maire a annoncé qu’une solution alternative moins
coûteuse serait mise en œuvre en transférant le Centre technique dans le bâtiment de la
Communauté de Communes (anciennement K Kontainer), sur la zone du Petit Breuil à
Gouraincourt. Affaire à suivre….

33 - RÉFECTION DE L’ÉTANCHÉITÉ DE LA PISCINE – AUTORISATION AU MAIRE À


SIGNER L’AVENANT N° 1 AVEC LA SOCIÉTÉ ZILLHARDT STAUB

Le marché de réfection de l’étanchéité du toit de la piscine a fait l’objet en fin d’année 2007
d’un appel d’offres.
Le marché a été attribué à la société ZILLHARDT STAUB.

Objet de l’avenant n° 1 :

Afin de ne pas retarder l’exécution des travaux et suite à des problèmes


d’approvisionnement, la Ville de Longwy a décidé de modifier le choix de l’épaisseur de
l’isolation thermique. L’épaisseur initiale de l’isolation, qui était de 140 mm de FOAMGLASS,
passe à 120 mm. Ces travaux sont entrepris pour un montant en moins value de 24 030 €
HT soit 28 739,88 € TTC.

Ces modifications entraînent une moins value de 9,06 %.

ZILLHARDT STAUB
MONTANT HT MONTANT TVA MONTANT TTC
Montant initial du 265 144,40 € 51 968,30 € 317 112,70 €
marché
Montant de l’avenant 24 030 € 4 709,88 € 28 739,88 €
1
Nouveau montant du 241 114,40 € 47 258,42 € 288 372,82 €
marché

La commission d’appel d’offres lors de sa réunion en date du 4 mars 2008 s’est prononcée
favorablement sur la passation de cet avenant.

Il vous est donc demandé d’autoriser le maire à signer :

- l’avenant n° 1 au marché de réfection de l’étanchéité de la piscine avec la société


ZILLHARDT STAUB.
-
Nous avons pour cette délibération.

34 - EXPLOITATION ET MAINTENANCE DES INSTALLATIONS THERMIQUES ET


AÉRAULIQUES DES BATIMENTS COMMUNAUX – AVENANT N° 4

Le marché d’exploitation et de maintenance des installations thermiques et aérauliques des


bâtiments communaux a fait l’objet en 2005 d’un appel d’offre.

Par délibération n° 25/06 du 2 février 2006 le Maire a été autorisé à signer le marché avec la
société IDEX.
Le marché a été visé par la sous préfecture le 17 février 2006 et notifié le 7 mars 2006.

Le montant global du marché est estimé à 580 646,43 € HT soit 694 453,13 € TTC.

19
Le maire a été autorisé par le conseil municipal de juin 2006 à signer un premier avenant
avec la société IDEX qui avait pour objet de suspendre l’exploitation et la maintenance de la
chaudière de l’école primaire du Pulventeux suite à l’incendie de l’école et de supprimer
l’exploitation et la maintenance de la chaudière du foyer Saint Louis suite à son
remplacement par une chaudière inférieure à 30 kw. Cet avenant représentait une moins
value de 2,6 % par rapport au montant initial du marché.

Le maire a été autorisé par le conseil municipal du 1er mars 2007 à signer un deuxième
avenant au vu d’intégrer au marché de base la chaufferie du bâtiment de l’ancienne Banque
de France (P2 – P3) et de modifier les consommations de référence et les redevances P1
suite aux résultats obtenus la 1ère année de contrat.

Le maire a été autorisé par le conseil municipal du 15 novembre 2007 à signer un troisième
avenant avec la société IDEX, qui avait pour objet de mettre à jour les redevances (P1-P2-
P3) suite à diverses modifications.

L’avenant n° 4 présenté ce jour a pour objet de :

• Point 1 : De modifier les consommations de référence (NB) et les redevances P1


suite aux résultats de l’année 2008, conformément à l’article 10 du CCAP.

• Point 2 : D’acter la prise en charge de la piscine au marché d’exploitation des


installations thermiques et aérauliques des bâtiments communaux.

Ces deux points représentent une moins value de 1 912,73 € HT soit – 0,36 % du montant
du marché, après les avenants n° 1, 2 et 3.

Montant annuel HT TVA TTC

Montant initial 580 646,43 € 113 806,70 € 694 453,13 €

Avenant n°1, 2 et 3 - 50 935,56 € - 9 983,37 € - 60 918,93 €

Montant après avenant n° 1, 2 et 529 710,87 € 103 823,33 € 633 534,20 €


3

Avenant n°4 -1 912,73 € - 374,89 € - 2 287,62 €

Montant après avenants n° 4 527 798,14 € 103 448,44 € 631 246,58 €

Il vous est demandé d’autoriser le maire à signer l’avenant n° 4 avec la société IDEX et de
porter ainsi le montant du marché à 527 798,14 € HT soit 631 246,58 € TTC.

Nous avons pour cette délibération.

35 - PRESTATIONS D’ASSURANCES IARD – AVENANT N° 3 AU LOT 6 « BRIS DE


MACHINE ET RISQUES ANNEXES »

Le marché des Assurances IARD a fait l’objet en 2004 d’un appel d’offre européen.

Au terme de la procédure le cabinet RABNER a été retenu sur l’ensemble des 7 lots à
savoir :

20
LOT 1 : responsabilité civile et risques annexes de la commune
LOT 2 : protection juridique et pénale et responsabilité civile des agents
LOT 3 : protection juridique de la Commune
LOT 4 : flotte automobile et risques annexes
LOT 5 : dommages aux biens et risques annexes
LOT 6 : bris de machines et risques annexes
LOT 7 : multirisque exposition

Objet de l’avenant n° 3 :

La durée du marché est de 4 ans.

L’avenant n° 3, en plus value, au lot n° 6 a pour objet la revalorisation du contrat de garantie


forfaitaire qui couvre le matériel informatique et bureautique appartenant à la ville de
Longwy.

En effet, suite à l’acquisition de matériels informatiques et à l’achat d’ordinateurs portables,


qui ont fait l’objet d’un marché n° 08/07 notifié le 10 mai 2007 suivi d’un avenant n° 1 notifié
le 5 novembre 2007, la valeur du parc informatique et bureautique à couvrir dans le cadre du
contrat HISCOX RSP 0091868 augmente de 28 754,80 euros TTC . Aussi, la valeur du parc
informatique et bureautique appartenant à la ville de Longwy s’élève désormais à 395 644,18
euros TTC.

L’avenant n° 3 régularise cette situation en reportant la valeur des matériels informatiques à


assurer dans l’avenant de régularisation du contrat HISCOX RSP 0091868.

Le complément de prime s’y rapportant pour la période du 9 novembre au 31 décembre


2007 s’élève à 53,57 € TTC, ce qui représente une hausse de 0,97 % du montant du lot.
En conséquence, le montant de la prime annuelle est porté à 5 548,29 € TTC.

L’avenant représente donc une plus value de 0,97 % du montant du marché après les
avenants n° 1 et 2.

Le montant cumulé des avenants représente une hausse de près de 410,98% par rapport au
montant initial du marché.

Montant initial Montant des Montant du Montant Nouveau


de la prime avenants n° 1 et marché après avenant n° 3 montant
TTC 2 TTC avenants n° 1 et TTC de la prime TTC
2 TTC

1350 € 4 144,72 € 5494,72 € 53,57 € 5 548,29 €

Le montant global annuel de l’opération était initialement de 108 831,48 € TTC.

Le montant global de l’opération, après les avenants n° 1, 2 et 3 au lot 1, les avenants n° 1 et


2 au lot 4, les avenants n° 1, 2 et 3 au lot 5, les avenants n° 1 et 2 au lot 6 et l’avenant n° 1
au lot 7 était de 161 323,90 € TTC.

Le nouveau montant de l’opération après l’avenant n° 3 est de 161 377,47 € TTC.

Il vous est donc demandé d’autoriser Monsieur le Maire à signer :

21
- l’avenant n° 3 au lot n° 6 avec le cabinet RABNER.

Nous avons pour cette délibération.

36 - PRESTATIONS D’ASSURANCES IARD – AVENANT N° 3 AU LOT 4 « FLOTTE


AUTOMOBILE ET MARCHANDISES TRANSPORTÉES »

Le marché des Assurances IARD a fait l’objet en 2004 d’un appel d’offre européen.

Au terme de la procédure le cabinet RABNER a été retenu sur l’ensemble des 7 lots à
savoir :

LOT 1 : responsabilité civile et risques annexes de la commune


LOT 2 : protection juridique et pénale et responsabilité civile des agents
LOT 3 : protection juridique de la Commune
LOT 4 : flotte automobile et risques annexes
LOT 5 : dommages aux biens et risques annexes
LOT 6 : bris de machines et risques annexes
LOT 7 : multirisque exposition

Le marché visé par la sous préfecture le 17 décembre 2004 et notifié le 24 décembre 2004 a
pris effet le 1er janvier 2005.

Le montant global annuel du marché est estimé à 108 831,48 €.

AVENANT N° 3 AU LOT N° 4 :

L’avenant n° 3 au lot n° 4 flotte automobile a pour objet de mettre à jour le parc automobile
de la ville de Longwy, concernant la garantie forfaitaire marchandises transportées.

Cette mise à jour n’intègre pas le retrait de deux véhicules dans le décompte des véhicules
agréés au contrat pour servir au transport des marchandises assurées :

- une RENAULT immatriculée 875 ADW 54 a été retirée au 1er avril 2007
- une PEUGEOT immatriculée 4723 YE 54 a été retirée au 30 mai 2007

Cet avenant de régularisation n’induit aucune incidence financière sur le contrat.

Il vous est donc demandé d’autoriser le maire à signer l’avenant n°3 au lot 4 avec la
compagnie AXA via le cabinet RABNER ASSURANCES.

Nous avons pour cette délibération.

37 - PRESTATIONS D’ASSURANCES IARD – AVENANT N° 1 AU LOT 7


« MULTIRISQUE EXPOSITION »

Le marché des Assurances IARD a fait l’objet en 2004 d’un appel d’offre européen.

Au terme de la procédure le cabinet RABNER a été retenu sur l’ensemble des 7 lots à
savoir :

LOT 1 : responsabilité civile et risques annexes de la commune

22
LOT 2 : protection juridique et pénale et responsabilité civile des agents
LOT 3 : protection juridique de la Commune
LOT 4 : flotte automobile et risques annexes
LOT 5 : dommages aux biens et risques annexes
LOT 6 : bris de machines et risques annexes
LOT 7 : multirisque exposition

Objet de l’avenant n° 1 au lot 7 :

La durée du marché est de 4 ans.

L’avenant n° 1, en plus value, au lot n° 7 constitue une extension de la prime provisionnelle


qui couvre la garantie annuelle 1er risque du musée municipal.

Il a pour objet de revaloriser le contrat de garantie forfaitaire qui couvre les expositions
temporaires déclarées au titre de l’année 2007 par la ville de Longwy dans le cadre du
contrat HISCOX RSP 0091853, à savoir :

- L’exposition « Les marges de la nuit » au Carré Vauban (du 17/01/07 au 17/02/07)


- L’exposition de gourdes, pichets et cruches (du 09/05/07 au 06/08/07)
- L’exposition de gravures (du 31/03/07 au 31/03/07)
- L’exposition « velickovic » (du 06/03/07 au 12/04/07)
- L’exposition « Lionel Ferrer » (du 30/04/07 au 30/05/07)
- La manifestation « Lire en fête » 2007 (du 06/09/07 au 18/10/07)
- L’exposition « Jean ENNARD » (du 06/09/07 au 18/10/07)
- L’exposition « Objets publicitaires et dessous de plats » (du 13/11/07 au 26/02/08)
- L’exposition « snif snif snif » (du 21/11/07 au 18/12/07)

Le montant de la prime provisionnelle pour le lot n° 7 était de 1 360 € TTC.


Le complément de prime s’y rapportant pour la période du 1er janvier au 31 décembre 2007
s’élève à 1 887,90 € TTC, ce qui représente une hausse de 138,82 % du montant du lot.

Montant annuel initial de


la prime Montant avenant n°1 Nouveau montant
TTC TTC de la prime TTC
(cotisation provisionnelle)

1 360,00 € 1 887,90 € 3 247,90 €

Le nouveau montant du lot 7, et consécutivement de la prime annuelle, après l’avenant n°1


est de 3 247,90 € TTC.

La CAO s’est prononcé favorablement à la passation de cet avenant le 4 mars 2008.

Il vous est donc demandé d’autoriser le maire à signer :

- l’avenant n° 1 au lot n° 7 avec le cabinet RABNER.

Nous avons pour cette délibération.

38 - GAZ DE France – REDEVANCE POUR OCCUPATION DU DOMAINE PUBLIC PAR


LES OUVRAGES DE DISTRIBUTION DE GAZ

23
Le décret n° 2007-606 du 25 avril 2007 portant modification du régime des redevances pour
occupation du domaine public des communes et des départements par les ouvrages de
transport et de distribution de gaz et par les canalisation particulières de gaz et modifiant le
Code Général des Collectivités Territoriales, il vous est donc proposé :

- DE FIXER le taux de la redevance pour occupation du domaine public à hauteur de


100 % (maximum possible) du plafond de 0,035 €/mètre de canalisation prévu au
décret visé ci-dessus.

Nous avons pour cette délibération.

♦♦♦

DECISIONS PRISES PAR LE MAIRE EN APPLICATION DE L’ARTICLE L 2122-22


DU CGCT

Le 21 janvier 2008, Monsieur FOURNEL, Maire, a signé avec le quotidien « Le Républicain


Lorrain », un contrat de partenariat pour la parution des événement organisés par la Ville
durant l’année 2008 moyennant un prix forfaitaire de 7 775,45 € TTC ;

Le 23 janvier, Monsieur FOURNEL, Maire, a retenu l’offre économiquement la plus


avantageuse proposée par la SARL CASTELLANI d’un montant de 30 598,46 € TTC
concernant le remplacement des clôtures des écoles Porte de Bourgogne et Chadelle ;

Le 24 janvier, Monsieur FOURNEL, Maire, a accepté la proposition de mission de


coordination SPS classée de niveau 2, présentée par le Cabinet LABRIET (domicilié à
Longlaville) dans le cadre des travaux d’aménagement du Centre Technique Municipal, pour
un montant hors taxes de 4 646 € ;

Le 24 janvier, Monsieur FOURNEL a signé avec la société AIR LIQUIDE une nouvelle
convention d’un montant de 330 € TTC concernant la fourniture et l’entretien de deux
bouteilles de gaz (oxygène et acétylène) destinées au poste de soudage du service des
sports ; a rapatrier aux services techniques.

Le 28 janvier, Monsieur FOURNEL a signé avec la société ISMENE (Informatique Sur


Mesure Et Négoce Electronique) à 62380 NIELLES-LES-BLEQUIN, deux contrats :

 Le premier qui concerne la maintenance des logiciels informatiques de la piscine


(opérations de caisse ainsi que la gestion électronique des vestiaires individuels et
collectifs) s’élève à un montant HT de 1 980 € ;
 Le second qui concernant la maintenance du matériel informatique de la piscine
(calculateur central, calculateur de caisse, onduleurs, imprimantes, modules
électroniques Entrées Sorties des tourniquets, modules électroniques des casiers
vestiaires) s’élève à un montant HTde 5 940 € ;

Le 4 février, Monsieur FOURNEL a retenu l’offre de la société LGA CONCEPT d’un


montant de 3 588 € TTC concernant l’étude de faisabilité pour le passage d’une fibre
optique ;

Le 21 février, Monsieur FOURNEL a accepté la proposition de l’entreprise AUGIAS


PROPRETÉ d’un montant HT de 2 295 € concernant la campagne de dératisation 2008 ;

Le 4 mars, Monsieur FOURNEL a signé avec le Centre Permanent d’Initiatives pour


l’Environnement « Moyenne Montagne Vosgienne » à LUSSE (Vosges) deux conventions
concernant l’accueil dans son centre de deux groupes de 48 élèves par groupe des écoles
24
Dreux et Porte de Bourgogne durant la période du 2 au 6 juin prochains. Le prix de la
pension complète s’élève à 41,50 € par enfant/par jour ;

Le 4 mars, Monsieur FOURNEL a signé avec la Société PORTIS un contrat d’un montant
hors taxes de 412,09 € pour la maintenance de la porte automatique de la crèche « Les
P’tits Loups » ;

Le 14 mars, Monsieur FOURNEL a retenu l’offre économiquement la plus avantageuse de


l’Office National des Forêts d’un montant de 9 927,46 € TTC pour procéder aux travaux de
réaménagement du parcours de santé rue de la Forêt ;

Le 17 mars, Monsieur FOURNEL a signé avec la société PORTIS un contrat d’un montant
hors taxes de 381,04 € pour la maintenance de la porte automatique de l’hôtel de ville de
Longwy-Bas ;

Le 20 mars, Monsieur FOURNEL a accepté les propositions de la Caisse d’Epargne de


Lorraine pour le financement ses besoins de trésorerie de la Ville en contractant une
ouverture de ligne de trésorerie d’un montant maximum de 760 000 € ;

Le 9 avril, Monsieur JACQUE, Maire, a signé avec la Société SOCOTEC INDUSTRIES à


WOIPPY, une convention relative à la vérification technique des points d’ancrage de la
fixation des banderoles installées rue Mercy. Le montant de chaque vérification s’élève à 210
€ hors taxes ;

Le 9 avril, Monsieur JACQUE, Maire, a signé avec la Fédération des Œuvres Laïques de
Meurthe-et-Moselle une convention relative à l’organisation d’une formation BAFA (Brevet
d’Aptitude aux Fonctions d’Animateur) du samedi 12 avril au samedi 19 avril inclus ;

Le 14 avril, considérant qu’il importe de renoncer au projet d’aménagement du Centre


Technique Municipal au regard des nouvelles orientations retenues par l’équipe municipale
pour le développement de la Ville, Monsieur JACQUE, Maire, a déclaré sans suite les lots n°
1 et 3 du marché d’aménagement du Centre Technique Municipal ;

Le 14 avril, considérant qu’il importe de procéder à des études relatives à une mission
d’accompagnement de conseil auprès de la Ville dans le cadre d’une politique concertée en
faveur de l’enfance et de la jeunesse, j’ai décidé de retenir l’offre économiquement la plus
avantageuse présentée par la société GUIDFI d’un montant hors taxes de 25 050 € ;

CONCESSIONS

Depuis la séance du 21 janvier 2008, il a été procédé à la vente de :

- 4 concessions de 2 places,
- 3 columbariums
- 1 tombe cinéraire
DIA

Depuis la séance du 21 janvier dernier, 39 D.I.A. ont été instruites :

Du numéro 323.08.0005 au numéro 44

Toutes ces D.I.A. sont classées sans suite.

INFORMATIONS

- CHAMBRE RÉGIONALE DES COMPTES – AVIS BUDGÉTAIRE

25
Information relative quant à un avis de la CRC relatif au supplément familial d’un agent de la
Ville.

- AFFAIRE VAGUENEZ c/VILLE DE LONGWY

Mademoiselle Catherine VAGUENEZ a exercé successivement les fonctions d’animatrice,


puis d’économe au Centre du Lac Blanc à Orbey et, cela depuis le 17 août 1989.

À la suite de la décision de vendre le Centre du Lac Blanc, la Ville de Longwy a proposé à


Mlle VAGUENEZ d’intégrer un poste d’agent d’entretien à Longwy. Cependant, celle – ci a
refusé la proposition au motif qu’elle souhaitait continuer à demeurer dans son département
d’origine.

Mlle VAGUENEZ estime qu’elle aurait dû faire l’objet d’une simple procédure de licenciement
pour cause de suppression de poste. Elle considère qu’en ne procédant pas au versement
de sa rémunération au delà du mois d’octobre 2002, et en ne procédant pas à son
licenciement, la Commune de Longwy a commis une faute de nature à engager sa
responsabilité.

Mlle Catherine VAGUENEZ a alors saisi le Tribunal Administratif de Nancy afin d’obtenir la
condamnation de la Ville de Longwy à lui verser la somme de 40 000 € en réparation du
préjudice subi.

La Ville de Longwy a alors répliqué que la suppression du poste de l’agent ne pouvait être
contestée, que du fait que Mlle VAGUENEZ ayant refusé son reclassement, son
licenciement était inévitable et que, pour finir, elle a cessé de travailler le 11 septembre 2002
et n’a donné aucune indication sur sa situation postérieurement à cette date.

Le Tribunal Administratif de Nancy a rejeté la requête de Mlle VAGUENEZ par un jugement


en date du 3 juillet 2007. Celle – ci a alors déposé un recours contre ce jugement devant la
Cour Administratif d’Appel de Nancy.

Cependant, avant que le jugement du Tribunal Administratif ne soit rendu, un accord est
intervenu entre les avocats des deux parties afin de mettre un terme au litige opposant la
Commune de Longwy et Catherine VAGUENEZ. Cet accord ne peut être remis en question
puisqu’il résulte de courriers échangés entre avocats concrétisant une transaction.

Par cet accord, la Ville de Longwy s’est engagée à verser à Catherine VAGUENEZ la
somme nette de 18 000 €, correspondant aux salaires non versés et, ce à titre de solde de
tout compte. En contrepartie, Mlle VAGUENEZ accepte de se désister de toute action
intentée contre la Ville de Longwy et renonce de manière irrévocable à demander des
dommages et intérêts.

Cet accord a été signé en novembre 2007 par les deux parties.

La somme de 18 000 € a été mandatée le 7 avril 2008 (par mandat n° 600 – bordereau 86 –
retour de la Trésorerie Principale le 15 avril 2008).

Le règlement de la somme de 18 000 € à Mademoiselle VAGUENEZ met donc un terme à


cette affaire.

26