Vous êtes sur la page 1sur 16
"Introduction à l'étude du droit", par Jules Cauvière Source gallica.bnf.fr / Bibliothèque nationale de
"Introduction à l'étude du droit", par Jules Cauvière Source gallica.bnf.fr / Bibliothèque nationale de

"Introduction à l'étude du droit", par Jules Cauvière

Source gallica.bnf.fr / Bibliothèque nationale de France

Cauvière, Jules. "Introduction à l'étude du droit", par Jules Cauvière. 1/ Les contenus accessibles sur

Cauvière, Jules. "Introduction à l'étude du droit", par Jules Cauvière.

à l'étude du droit", par Jules Cauvière. 1/ Les contenus accessibles sur le site Gallica sont

1/ Les contenus accessibles sur le site Gallica sont pour la plupart des reproductions numériques d'oeuvres tombées dans le domaine public provenant des collections de la BnF.Leur réutilisation s'inscrit dans le cadre de la loi n°78-753 du 17 juillet 1978 :

*La réutilisation non commerciale de ces contenus est libre et gratuite dans le respect de la législation en vigueur et notamment du maintien de la mention de source. *La réutilisation commerciale de ces contenus est payante et fait l'objet d'une licence. Est entendue par réutilisation commerciale la revente de contenus sous forme de produits élaborés ou de fourniture de service.

2/ Les contenus de Gallica sont la propriété de la BnF au sens de l'article L.2112-1 du code général de la propriété des personnes publiques.

3/ Quelques contenus sont soumis à un régime de réutilisation particulier. Il s'agit :

*des reproductions de documents protégés par un droit d'auteur appartenant à un tiers. Ces documents ne peuvent être réutilisés, sauf dans le cadre de la copie privée, sans l'autorisation préalable du titulaire des droits.

*des reproductions de documents conservés dans les bibliothèques ou autres institutions partenaires. Ceux-ci sont signalés par la mention Source gallica.BnF.fr / Bibliothèque

municipale de

(ou autre partenaire). L'utilisateur est invité à s'informer auprès de ces bibliothèques de leurs conditions de réutilisation.

4/ Gallica constitue une base de données, dont la BnF est le producteur, protégée au sens des articles L341-1 et suivants du code de la propriété intellectuelle.

5/ Les présentes conditions d'utilisation des contenus de Gallica sont régies par la loi française. En cas de réutilisation prévue dans un autre pays, il appartient à chaque utilisateur de vérifier la conformité de son projet avec le droit de ce pays.

6/ L'utilisateur s'engage à respecter les présentes conditions d'utilisation ainsi que la législation en vigueur, notamment en matière de propriété intellectuelle. En cas de non respect de ces dispositions, il est notamment passible d'une amende prévue par la loi du 17 juillet 1978.

7/ Pour obtenir un document de Gallica en haute définition, contacter reutilisation@bnf.fr.

INTRODUCTION

L'ÉTUDE

A

DU DROir

PAR JULES CAUVIÈHE

Le titre

de l'ouvrage

nous annonçons

une amu-

y a quel-

que

involontairement

Lorsqu'on

nous

rappelle

sante anecdote.

ques

d'introduction

créa, il

années, à la Faculté de Paris, ce cours

à l'histoire et

qu'il

du droit

est

qui fut

maintenant

je de désobli- du nouvel

supprimé

de

Bravard

qui n'en con-

ne

ne sais

rétablir,

pas fort nettement "le

l'appeler

qui

Le mot, le

un fours

n'avait

programmé,

de

lien

professeur ne mériterait

chargé

pas d'être cité,

bien l'em-

les

plus

caractéristique.

appelé

de

la

11 peint à résoudre

science sociale, en

problèmes

bientôt

question

cevait

cessait de

quoi.

geant pour

enseignement,

s'il n'était

barras du maître hauts

Par

M. Lucien

Brun,

sénateur,

docteur

(I)

en

droit,

fesseur

— Librairie parte .; Lyon,

ancien

bâtonnier,

de l'ordre

des avocats, pro-

de Lyon.

Bona-

rue

de droit

à l'Université

Lecofïre,

rue

catholique

90,

Victor

2,

Pari?,

Bellecour.

2

d'un

dont

de

auditoire

les

éveillées la vérité

présence

lité

vaguement spiritua-

révélée.

et

seraient

ca-

n'est

susceptibilités

par

l'affirmation

Telle

promptement

tégorique

pas

Il a

la situation

un

qui

de M. Brun dans sa chaire.

à

l'enseigne l'accepter. la solution

à

public

Il cherche, des

un

foi,

ques-

antérieurement

à toute

positif,

à

l'examen

des

de la

politi-

delà

puis-

droit

de

Credo, il

pleinement à la lumière

tions

disposé de la

se posent,

étude

d'un

texte

: existence d'un droit naturel

civile,

et fin

origine

du

la

pouvoir propriété, des deux

jurisconsultes

supérieur

dans

à la loi

droits et limites

la

société,

que famille, sances ,

punir

ces

avec une critérium il

toute

tage,

part, fluence constante et le vif mouvement

térêt

de

sphère de l'Etat,

spirituelle

le

sont

plus

relations

et

séculière,

redoutable de (ous.Tous

notre à l'aide

auteur

d'un

avan-

bien,

l'af-

d'in-

enfin,

élucidés

points

par sûre* et

et

méthode

qui

pas. Grand

qui justifie

à

le

ne trompe

faut

en convenir,

considération

qu'a

excités,

de talent

à

Lyon,

développe-

ment oral de ces conférences.

Le

d'hui

vaste

résumé

la

donne

nous en n'est

«

aujour-

que

le professeur programme

le début d'un

que

Ces conférences, dit-il,

ou doctri-

à l'histoire

forment

nale

partie philosophique

d'introduction

d'un cours

du droit.

Elles seront

de

si

le

suivies,

tout

temps mon dessein, où je démon- des

principes

leçons,

la loi

4e

t>

m'est donné

d'une introduction

trerai;

remplir

historique la vérité

par les exposés

parles

faits,

sont

dans les

qui

premières

respect

humains.

et la nécessité

divine

sociale

du

législateurs

3

Prenons acte de cette

mais ne

de faire con^

promesse,

négligeons pas dès aujourd'hui

naître

le

profit

:

l'on

que donnés par

enseignements Son livre

points

les Facultés

parcourt

suivants

peut retirer?des M. Brun.

successivement

les

dans

droit

Enseignement du droit

droit

naturel,

catholiques,

de

des gens, mariage,

testaments, droit

un

fraîchi

propriété,

punir,

fort

successions et social. En-

raT

orire

fin,

termine c'est le

dice,

nent

d'une loi de finances

document

opporluriémeat,

ce livre

discours

le

en manière d'appen-

prononcé

l'émi-

par à l'occasion

était

glis-

de crédit,,

25 mars 4878,

orateur,

dans laquelle suppression

sée, sous forme d'une

la question grégations

de

la condition

légale des con-

débat

qui

non autorisées. Le

va

a

s'ouvrir

ceau d'une si belle allure,

au Sénat est en germe dans ce mor-

et

sobre,

d'élévation.

éloquent,

L'auteur

de

inspiration

de

l'accompagner

accroîtront

notes

qui

par sa vigoureuse dé-

Une

de force

et

plein

eu l'excellente

de citations Timpression

produite

monstration. Revenons aux

frappera

leçons t

conférences.

chose

idées

à

dans ces courtes

la

sage

rare

et substantielles

des

c'est

une

Brun

tel

modération

unie

à

distinction

retrouve

de

langage. ou au

la

Tel

barreau,

M.

à la tribune

la

apparaît

le

on

net

plume

très

mation des

et très

résolu

dans

l'affir-

main,

courtois dans et

ironique

incisif

et

principes,

même

Son

toujours

L'art

la forme,

mordant. délicat le trait, guent,

est

animé,

lorsqu'il

est

style

afféterie

des nuances, le distin-

sans

la cdncision

élégante qui

révèlent

une main

depuis longtemps

4

exercée à écrire. L'érudition

toujours

en les

de l'auteur

Dans un

est

réglée par le goût.

il

ne pouvait

si

cadre ne au coin si net-

il

du

fort

de

pas être neuf,

frappant

et

limité,

pouvait que répéter,

sa personnalité

sympathique

tement accusée,

pées teut au

Taparelli,

il

les considérations

dans

les

Ch. Périn,

dévelop-

P

auxquels

long

ouvrages

etc.,

de M.

renvoie modestement.

Sous cette réser-

dire

l'Introduction

séduit

On y trouve

heu-

des documents

rebattus.

C'est

par

plus

du comte de Bre-

Ribbe,

nous

que

sont mises à con-

ve,: on

par

reusement

récents

peut

que

une forme

les

les

originale.

renouvelés

sujets

le

ainsi

que dà, celles n'avons tribution

discours de^Pertalis. Esprit

philosophique,

ditation,

publications

Ch.

de

de M.

à louer ici,

plus

comme les oeuvres de Domat et les

le

éminemment

porté de sa

qu'il

le

nature

à la

mé-

dans

savant

professeur apporte

a

traitées avee une

sa

grande

trésor\de

bien des matières

prédilection

visible

et de ses fécondes observations.

pour

preuve que

la

expérience

Nous n'en voulons

tion du mariage

ques-

et celle des successions sur

il nous semble bon de nous arrê-

peu plus longuement

à la

pure

ce

sur

et saine

su-

grave M. Brun

loi

au

ro-

lesquelles à son

ter,

que On ne

exemple, un

sur les

autres points.

peut qu'adhérer

émise

doctrine

jet

de

l'auteur

par conjugale. s'étendre est notre religieux

à

point

part,

l'union

pu

qui

de vue l'est au

Peut-être

aurait-il

mosaïque

point

main

considération

ment

la

de départ

sur

davantage

point , comme

le droit

de vue il

Cette

juridique.

admirable-

expose

les vains efforts tentés pour concilier

le

mariage civil,

envisagé

comme un contrat

avec la chrétienne

époux.

Il

montre

distinct

conception

et ^éuilansé,

de

l'union

la liberté

de

des

comment

de conscience qu'on in-

la

législation

existante

voque à l'appui est

à l'égard

faire,

douloureux veau s'ouvrir

y

violée dans bien des cas

On

catholique.

peut

le même retour

Laissons de nou-

loi

cette

qu'on

ins-

outrageusement

de la femme

entre autres réflexions,

sur le divorce.

à

nos codes à la fatale

insérer.

Relevons

dont

redemande

titution

a été

pendant

le malheur

ce fléau que

polygamie

plus menaçant

de

honnie , décriée,

pour

temps

l'expérience

publiques

honteuse

tout

M

les moeurs

que

;

le

la France

a eu

à

de la subir

Sauzet

livrons

la famille

si bien

appelait

»

;

à

et

a une

successive (1)

.qu'il

fléau

d'autant

se lie

(2)

un vaste plan

qu'il

nous est

le

foyer,

des

de

réformes

radicales

ramené, sous couleur

les

par

unions

mille

présenter

entraîner

mariage,

de

partisans

libres.

On

autres,

un

appui,

de moraliser

nettement

déclarés à côté vont

qui

peut prévoir, des malheurs

se se laisse

femme séduite

et à conclure

conscience

: qu'une à divorcer

un second

où seront les partisans de la liberté

pour

lui donner de celte

rejoin-

séculier

liens

com-

conscience, où seront-ils

jour

premier

la

le

épouse infidèle

dre son

interviendra de l'adultère

mune, le nouveau

lui fera un devoirde

mari

? Le

pouvoir

la retenir et, selon

dans les

1 opinion

pour

légal

venu qui la possède pour-

Rome

les lois romaines

devant l'Europe.

code

fil

(Le

Napoléon

) récente de M. Naquet.

(2) Voir

la lettre

et

6

etiam

I

ra

la

faire

de

et

manu militari.

a vu

ramener

Liberté

conscience

les

On

naguère

qui

Le

comment l'entendent les

s'en font à travers la France les orateurs de

tréteaux

plus

les

droits

philanthropes

ambulants.

prédicateurs

d'entr'eux

Ferry

trouvait

sans doute

des

n'a

à

sé-

c'est

connu

projets

trop

respectueux

de la conscience

proposée

de

par

car il

paternelle,

de

son

pas hésité à appuyer

vation

vote l'aggra-

fond,

qui

M. Madier de

Au

Monljau

ce

du divorce ,

que

loi

une

proscription.

des

veulent la

c'est

plupart

partisans

loi

plus

avant

la

l'abîme

creuser

la loi civile

de

religieuse,

pare

susciter entre les intérêts sociaux et l'obser-

vation de

la

morale

nisme

insurmontable,

catholique

créer un

un

antago-

un

conflit,

qui ne puissent se résoudre

joug imposé

la

la foi.

par Révolution pervers ,

et la

imbroglio

le

rejet

but

que par

C.est le

du

que poursuivait

calculateur

clergé

avec son lorsqu'elle

génie

créait par la

et

spoliation

vente des biens

à

faire

du

sont

du

éternellement

culte

des situations

échec

Le

des

intéressées

au rétablissement

adopté est aujour-

identiques

catholique.

le

même,

plan

d'hui

moyens

mis en jeu pour,

avec quelque secte; on verra

le faire

aboutir

Qu'on lise

de

la

attention

que

n'est

les

journaux

à

pour eux le

qu'un

arriver

rétablisse-

acheminement

ment du divorce

et une lution

étape

de

la

Ils

la disso-

pensent

famille

chrétienne

par ce pre-

signa- Brun

civil.

mier relâchement

Ne

ler

le

quittons

du lien

conjugal.

pas cetie matière

par M.

sans

moyen proposé

la

Lucien

pour résoudre

Il voudrait

du mariage

question

une réforme

l'accord

opérée par

des deux puissances,

tervenu

un

concordat

in-

par

entre l'Eglise poserait,

et l'Etat.

en vertu de sa

L'Eglise

juridic-

tion sur le Sacrement du mariage,

cas de nullité.

vention

L'Etal

marquerait

en tirant

telles

les

il

lui

plairait

qu

ment contractée.Telles

de

tent les circonstances

tes à

des cultes

qui

l'égard

une conciliation

tous les

esprits

les divers son inter- civi-

régulière-

conséquences

l'union

réserves que

compor-

fai-

seraient

présentes

dissidents.

être

acceptée par

C'est

doit

sages. Cette idée, cette tran-

été par un

il

proposées,

des

a

y

représentants

plu-

les

l'enseignement

et

ami,

M.

juridique,

Terrât,

dans

à Paris.

applaudie libres font moins

ne veu-

que disposés par

saction ont déjà

sieurs années,

plus autorisés de

par

une conférence

notre

collègue

justement

On voit

que bon marché des droits de l'Etal

les Universités

lent bien haine ou Nous ne

le dire

des hommes

calcul à les calomnier.

paà

par nous arrêterons

aux considé- relativement

du

contrat

ce dernier

Lu-

rations au droit

de vente endroit

point, cien Brun

le

présentées par l'auteur

de

propriété

et au

romain.

sujet

Sur

si

net de M.

langage toujours inadvertance la trace de

porte par

confusion.

Passons également

prescription,

montrée

sur

dite

comme

douteuse aux Plusieurs

de

les'

à

quelque

les pages consacrées à la

acquisitive, un moyen

yeux en effet ne

la

droits

qui

nous

d'acquérir,

des

de bien

loi

est

opinion

jurisconsultes.

voient dans les

présomption

dispositions

qui

laisse

et

qu'une

à

leur place primitive

propriétaire

se borne revendi- des su-

refuser au

cation.

l'action

en

Arrivons

sans tarder à l'un

8

sur

jets les luttes

de

lesquels

les

de

s'engagent

vives,

nos

jours

la réforme des lois

une des remar-

de

M.

Le

plus de succession.

parties les plus étudiées ei les plus

quables

C'est

là d'ailleurs

l'ouvrage.

Partisan déclaré des doctrines

M. Lucien

Brun

a soin d'indiquer

l'éminent

Play,

que

ce

chef

ne fait

pas suffisamment

décote,

moins dans

la fidèle observation des

le remède au mal social est bien

la refonte

de nos lois préceptes

que dans de

l'Egli-

lui-même

ne suffît

pas. est dans la pleine res-

catholique.

au.s>i

dit

M.

que

graves,

dangereux

vous laisser

et

la

tes-

que

se. Le

Décalogue

La véritable

tauration

Brun,

panacée

de la

morale

« Dans des questions

rien

n'est

et

que la

je

plus ne veux

les illusions,

croire

proclamation

pas du code civil absolue des

restaurer

réforme

de la liberté

à

taments

ment le respect, l'autorité,

suffiraient

la

prompte-

la moralité

dans

famille,

et l'agriculture,

la

dans le commerce

du

travail

»

dans la

cette

déclaration,

prospérité

1amour

et la paix dans l'Etat.

à dessein

jeunesse

Nous citons

de nature

de

à répri-

publi-

liberté

parce qu'elle

mer le zèle

qui de tester le et

cistes

nous

paraît

de certains

la

intempestif

feraient le drapeau

volontiers

de la restauration

l'abolition

énormes

socia-

partisan forcé, nous

Personnellement

du

partage

à

des

religieuse.

la

adhérons

longtemps

de

suppression

entièrement

réclamée

judiciaire,

et

depuis

de

frais

liquidation

me

l'apportionnement

eu nature

nous voudrions,

com-

que

M.

Brun

non moins vivement,

des héritiers

de biens

et

être fait

que

pût

surtout

diverse

la

règle

contraire

cessât d'être étendue aux

partages d'ascendants,

coup plus

jurisprudence nos yeux qu'à

que

conseiller

beau-

ceux de

douteuse

à

l'auteir

lui-même

et

nous avons essayé

d'un

jurisconsul-

à

la cour

de combattre

te éminent,

à la

suiie

aujourd'hui

de cassation, M. Nous voudrions, chef de famille

que

Réquier.

pût

pour

quitte

le

conclure,

que

laisser à l'un

à lotir

quelcon-

de ses fils,

le manoir

les autres

en

ou en rentes garanties

héréditaire,

argent

par hypothè-

le

des

champ créés par

aux

ques,

aïeux,

l'initiative

le commerce

l'industrie,

paternelle.

liberté

Une telle

donnerait

de l'élan

.

Elles

seraieal

désor-

plus

vie

en

grandes

mais

mesurées d homme

quelque sorte périodique à l'avènement de

chaque

entreprises.

de

assurées

leur

durée

et

non

à

une

comme

aujourd'hui

à une

et soumises

La

liquidation

des tradi- ce nouvel économi-

place

ou

famille

publi-

de

successeur.

foyer

perpétuité

tions du

serait

garantie

par

seraient,

élat de choses. Les biens

quement

p%r

magistrat,

que

mis à leur meilleure

de

parlant,

du

l'auteur

partage, père

et en définitive

au meilleur

la fortune

gagnerait

aménagement

la fortune

confondre dure et du code

disponible

tinn.

Gardons-nous

toutefois de

de procé-

832

826 et

quotité

un

pas

privée.

la diminution

des frais

des articles

l'abrogation

civil

avec l'extension

de la

et la faculté

absolue d'exhéréia-

il

y

a

Entre ces deux

innovations

abîme, et cet abîme tout

le monde n'est

disposé à le franchir.

pas

,

des

loin

encore

Ce n'est

de

fassions

doctrines

nous

,

que

d'égalité

nous

un

10 —

idéal

tout, comme nos révolutionnaires

au

hiérarchie

ne, voyons

part,

à les patronner

véritable,

du bien public.

pour

le

chimérique,

prêt

par-

modernes,

de

la

Nous

notre

père

de l'équité

et

préjudice

à

régulière

d'inconvénient, le cercle dans

pas

élargir

lequel

de famille vienne à la

diquait

M

peut se mouvoir, soit

réserve Juslinienne,

Sauzet (1),

soit

Lucien

l'on re-

que comme l'in- demande l'extension

qu'on

même

en toute occurrence de la quotité

comme M.

C'est

mais

paraît

comme

il

Brun

disponible

que

de

à la moitié. le chiffre, ment nous

même les cas

Remarquons

moralisée

à discuter

une question le

principe

Que

bon.

de'l'accroisse-

multiplie

l'on

d'exhérédation, rien de mieux. seulement que, la famille dé-

elle

faut

est

bien

au

témoignage,

garde

parlons

prendre

Ne

de tester.

rare,

où le

père Ne prévoit- d'intrigants

dés

aux abus de

statistiques,

la liberté

du cas, heureusement

une partialité

pas

cédera à

on

gné

gueurs

pourront

Vo;là

injuste.

souvent encore

contre

pas que trop

Ju

héritiers circonviendront sa vieillesse, exci-

éloi-

teront

ses préventions

lui

pas

l'enfant

ceux

arracheroat

contre

garde

enfin des ri-

qui

ne

foyer,

inconscientes

monter la

à son chevet ?

le danger qui frappera

pris.

En

l'état

tous les esprits de nos moeurs,

dans le tes- C'est un une source

sans

parti la liberté tament

champ

intarissable

absolue esta craindre

partout

comme

de

ailleurs.

c'est

ouvert

des

à la brigue,

procès en

En

captation.

pré-

craintes

sence

légitimes

qu'éprou-

(.') Op.

citë.

—11

vent

n'aurions

placer

les adversaires d'une

pas voulu sous le

réforme,

nous

voir M. en

Lucien Brun

patronage

quelque

les idées

sorte,

très

de la

mesurées

philosophie

catholique

mais

On

sans doute,

encore contesta- n'est

trop

des doctrines de

bles, qu'il

disposé

Le

bres. Le

la

soutient au dehors

(1).

que

à faire

M

le mot d'ordre des Universités li-

lesarliclesde

foi.

Il

doit

changement d'in-

de

s'appuyer

Play

rapport de M. Spuller, en font

française

d un

Répub'iquX

de

suffire aux

voquer

sur

partisans

sérieuses raisons,

d'éminents

M.

Claudio

ne

l'oublie

l'autorité

Brun,

M.

Jannet par exem-

professeurs,

Lucien

ple.

Mais

ce sont là

pas,

ce

fort

que

Brun

l'heure

qu'on

pas, ce ne sont

des suffrages •ne peuvent Nous

individuels,

pas être des opinions de corps.

niarquer

ces réserves,

un

M

motif

Lucien

de

pour

que

dangers

tenionsji

inoffensives

nul

d'ailleurs,

mieux face des

il

un

n'appréciera

En

lui-même.

nous

présente, en présence des

qui

nous, fuir

exagération.

ger en

ennemis acharnés

croyons-

plus

petite
d'éri-

à

la

épient,

nous faut, la

piège

comme

Résistons à la

tentation

dogme ce qui

appartient

encore

controverse,

article

coup

Nous

honneur

de

sûr,

ne promulguons

des

opinions

comme un

à

pas

foi

soutenables

mais encore

libres et

le

à

débattues.

arriverions

qu'à

moins

les mettre

 

en

à

la

ébranler

respect

vérité

au-dessus

qui ne saurait

religieuse,

des

planer

d'école et des

trop

que-

d'at-

disputes

relles de parti.

C'est celte

correction

(1) Page 216.

12 —

.

titude

jour,

des msnaces d'un des Universités

travaillé

de montrer peu ombrageux

a

tant

qui

la

fait,

en dépit

force et la vitalité

M. Brun,"qui

nous

catholiques.

pour elles,

leur

et jaloux.

pardonnera

a

égard un souci quelque

manifestant

cette

En

sollicitude

nous

,

ne. faisons

que ment qui animait

prenait

de

bune, toute

quence,

chaire du

conformer

senti-

la loi

la

tri-

la

nous

au

de

l'éminent

orateur au vole

lorsqu'il

de

une glorieuse

il

part est descendu

1875. Depuis;

pour

retentissante

monter

encore de son élo-

dans

modestement

Il

a tenu à démontrer

de cette loi d'éman-

il avait réclamé

Dieu

son

pays. : sous

l'action

de

il

ce

a

professeur.

l'utilité

par l'expérience et de

cipation avec ardeur

cet

a béni

d'une des il

éclairé

temps,

progrès dont

pour

le bienfait

effort

généreux

les

paroles a fait

plus éloquentes

de

lever des fruits

et

réchauffé

vie,

les

les coeurs.

Lucien

qu'une

exem-

Le beau

est

un

le sou-

esprits

Ce sera une

date dans la vie

dire

il

qu'il

de M. plus

Brun.

profession.de

Il pourra foi:

a fait

donné un grand un acte de

a

courage.

donne aujourd'hui

à en perpétuer

ple et accompli

livre

monument

qu'il

venir.

nous

destiné

Marseille.

—Typographie

Marlus

Olive.