Vous êtes sur la page 1sur 17

Chapitre_5

Guidage en rotation

Chapitre 6

GUIDAGE EN ROTATION

1. Généralités

La solution constructive qui réalise une liaison pivot est appelée guidage en rotation. Le guidage

en rotation est nécessaire dans de nombreux cas (moteurs, roues de véhicules, hélices d’avion ou de

turbine…). On appelle arbre le contenu, logement ou alésage le contenant.

Représentation

normalisée

en

   

projection orthogonale

Représentation spatiale

Degrés de liberté

  y z x 0 Tr 0 Rot 0 Rx
 
y z x
y
z
x
  y z x 0 Tr 0 Rot 0 Rx
0 Tr 0 Rot 0
0
Tr
0
Rot
0

Rx

0

 

0

Le guidage en rotation en phase d’utilisation doit assurer les fonctions suivantes :

Positionner l’arbre et le logement : notions de jeu et de précision de guidage ;

Permettre un mouvement relatif (rotation) : notions de rendement et de vitesse de

rotation ;

Transmettre les efforts : dimensionnement des pièces et durée de vie du montage ;

Résister au milieu environnant : fiabilité, matériaux, étanchéité, protection, etc…

Etre d’un encombrement adapté (voire minimal) ;

Minimiser les niveaux de bruit et de vibrations.

2. Typologie des solutions

Il existe 4 solutions principales permettant de

réaliser guidage en rotation :

- par contact direct

- par interposition d'une bague de frottement

- par interposition d'éléments roulants

- par interposition d'un film d'huile

Une dernière solution, le palier fluide (exemple ci- contre : la roulette de dentiste) ne sera pas étudiée dans

le cadres de ce cours.

dentiste) ne sera pas étudiée dans le cadres de ce cours. Type de guidage en rotation

Type de guidage en rotation

Contraintes

précision

Vitesse de rotation

Efforts à transmettre

par contact direct

-

--

-

par interposition de bague de frottement

+

+

+

par interposition d'éléments roulants

++

++

+++

par interposition d'un film d'huile

+++

+++

++

Tableau 1 : Différents types de guidage

Chapitre_5

Guidage en rotation

3. Précision du guidage

3.1. Jeu axial, jeu radial

rotation 3. Précision du guidage 3.1. Jeu axial, jeu radial Jeu axial jeu radial 3.2. Rotulage

Jeu axial

Précision du guidage 3.1. Jeu axial, jeu radial Jeu axial jeu radial 3.2. Rotulage La présence

jeu radial

3.2. Rotulage

La présence de jeu radial entraîne un phénomène de rotulage. (jeu angulaire )

3.3. Modélisation cinématique d’un guidage en rotation

Du fait du rotulage on considère généralement :

- si l / d  1,5 : liaison pivot ou pivot glissant (le rotulage
-
si l / d  1,5 : liaison pivot ou pivot glissant (le rotulage est faible)
-
si l / d  0,5 : liaison rotule ou linéaire annulaire (le rotulage est trop important pour pouvoir
être négligé)
3.4.
Solutions adoptées pour limiter le rotulage

Afin d’augmenter la longueur de guidage, la liaison pivot est souvent réalisée par l’intermédiaire de deux paliers.

souvent réalisée par l’intermédiaire de deux paliers. Montage A (hyperstatique) Montage B (isostatique) Nota : Le

Montage A (hyperstatique)

de deux paliers. Montage A (hyperstatique) Montage B (isostatique) Nota : Le rotulage au niveau

Montage B (isostatique)

Nota : Le rotulage au niveau d’un palier est bénéfique car il supprime la présence d’un moment destructeur pour la liaison en cas de fléchissement de l’arbre.

3.5. Articulation en chape : en porte à faux

de l’arbre. 3.5. Articulation en chape : en porte à faux Cours de Conception II_Licence appliquée
de l’arbre. 3.5. Articulation en chape : en porte à faux Cours de Conception II_Licence appliquée

Chapitre_5

Guidage en rotation

4. Guidage en rotation par contact direct

Le guidage en rotation est obtenu par contact direct des surfaces cylindriques arbre/logement. Des arrêts suppriment les degrés de liberté en translation. Ce guidage est peu précis, mais le coût est très faible. Son utilisation est limitée à des vitesses de rotation faibles et des efforts faibles.

5. Guidage en rotation par paliers lisses (coussinets)

On interpose entre l'arbre et l'alésage un coussinet. Le principe du contact direct est amélioré en interposant des bagues de frottement qui vont :

en interposant des bagues de frottement qui vont :  Diminuer le coefficient de frottement ;

Diminuer le coefficient de frottement ;

Augmenter

la

durée

de

vie

de

l’arbre

et

du

logement ;

Diminuer le bruit ;

et du logement ;  Diminuer le bruit ;  Reporter l’usure sur les bagues. 5.1

Reporter l’usure sur les bagues. 5.1 Types de coussinets

5.1.1. Coussinets nécessitant une lubrification continue (en bronze, fonte, …)

Il est nécessaire de prévoir un dispositif de graissage afin d’assurer une présence continue de lubrifiant pendant le fonctionnement 5.1.2. Coussinets sans graissage (carbone-graphite, nylon, PTFE) Ils sont très pratiques mais sont constitué de matériaux peu résistants. Ils ne supportent que des efforts très faibles.

5.1.3. Coussinets auto-lubrifiants

Il est constitué de poudre de bronze (cuivre + étain) ou encore d'alliages ferreux (fer + cuivre +plomb) compactée. Cette poudre est dans un premier temps comprimée dans un moule, puis chauffée dans un four pour rendre le coussinet poreux. Cette opération de fabrication s'appelle le frittage. Avant le montage, on imprègne le coussinet d'huile (environ 25 % du volume de métal), lors du fonctionnement, la rotation de l'arbre crée une aspiration de l'huile, et la création d'un film d'huile entre le coussinet et l'arbre. A l'arrêt, la porosité du coussinet permet une réabsorption de l'huile.

du coussinet permet une réabsorption de l'huile. Cours de Conception II_Licence appliquée en Génie

Chapitre_5

Guidage en rotation

5.1.3. Coussinets en tôle roulée

Il s’agit d’une bague constituée d'une tôle roulée recouverte de

bronze fritté et d'une couche de résine PTFE imprégnée du lubrifiant solide

(graphite ou plomb) dont le coefficient de frottement avec l'acier est très

faible (0.01 à 0.05).

5.2. Montage des coussinets

est très faible (0.01 à 0.05). 5.2. Montage des coussinets Le coussinet est monté serré dans

Le coussinet est monté serré dans l'alésage et glissant sur l'arbre. Lorsque l'effort à

transmettre n'est par purement radial, il est conseillé d'utiliser un coussinet à collerette.

il est conseillé d'utiliser un coussinet à collerette. 5.3 Avantages et limites d'utilisation des coussinets

5.3 Avantages et limites d'utilisation des coussinets

Avantages :

réduction du coefficient de frottement et fonctionnement sans lubrification

augmentation de la durée de vie des pièces par report de l'usure sur le coussinet

fonctionnement silencieux

encombrement radial réduit

coût réduit

Limites d'utilisation :

encombrement en longueur

sensibilité aux défauts d'alignement

capacité de charge inversement proportionnelle à la vitesse

5.4. Dimensionnement des coussinets :

Pour choisir un coussinet (palier lisse), il faut déterminer trois paramètres :

d : Diamètre intérieur,

L : Longueur du coussinet,

le Type de coussinet.

En général, le diamètre intérieur du coussinet d, est fixé par le diamètre de l’arbre utilisé

dans la liaison pivot. Une fois que ce diamètre d est connu, il est possible de connaître la vitesse

périphérique V au niveau du contact coussinet-arbre :

En fonction de leur « type », un coussinet support une Vitesse maximale admissible (tableau

5.2). Il nous est alors possible de choisir un type de coussinet compatible avec la valeur de V.

Chapitre_5

Guidage en rotation

 

Tableau 5.2 : Performances comparatives des coussinets usuels

 

Type

de

Vitesse maxi

Températures limites de fonctionnement (°C)

Pression diamétrale admissible en fonctionnement (N/mm 2 )

Produit P.V Admissible (N/mm 2 ).(m/s)

coussinet

admissible (m/s)

Glacier acétal

2

à 3

-40 à 100

14

0,5 à 0,9

Glacier PTFE

3

-200 à 280

20

0,9 à 1,5

Graphite

13

400

5

0,5

Bronze-étain

7

à 8

>250

7

à 35

1,7

Bronze-Plomb

7

à 8

250

20 à 30

1,8 à 2,1

Nylon

2

à 3

-80 à 120

7

à 10

0,1 à 0,3

Acétal

2

à 3

-40 à 100

7

à 10

0,1

La longueur L du coussinet est déterminée par rapport aux efforts transmis par la liaison. Ce

calcul fait intervenir la notion de Pression diamétrale p.

Pour un type donné de coussinet, il correspond une pression diamétrale admissible P adm

(tableau 5.2). On montre que, pour qu’un coussinet remplisse sa fonction, l’inéquation suivante

doit être vérifiée :

Avec

F :

effort dans la liaison (en N)

d : diamètre intérieur du coussinet (en mm) L : Longueur du coussinet (en mm)
d
:
diamètre intérieur du coussinet (en mm)
L
:
Longueur du coussinet (en mm)
Pression diamétrale admissible (en MPa ou N/mm 2 )
P adm :

De plus, le critère p.V permet de mesurer la capacité du matériau à supporter l’énergie

engendrée par le frottement. En cas de dépassement de la valeur admissible, la température du

coussinet augmente et sa destruction est rapide. Il faut, également, que l’équation suivante soit

vérifiée :

Avec

V :

P :

(P.V)adm :

Vitesse périphérique au contact (en m/s)

Pression diamétrale réelle (en MPa ou N/mm 2 ) Produit P.V admissible (en (N/mm 2 ).(m/s)

6. Guidage par roulements

6.1 Avantage du roulement

Le guidage par palier lisse (coussinets) présente les inconvénients suivants : Usure,

Echauffement, Perte de puissance par frottement. Pour éviter ces inconvénients, une solution

consiste à interposer des éléments roulants entre les pièces mobiles (arbre et alésage)

Chapitre_5

Guidage en rotation

6.2. Constitution des roulements

Bague extérieure qui se positionne dans le logement,

Bague intérieure qui s’ajuste sur l’arbre,

Eléments roulants billes ou rouleaux qui roulent sur le chemin des bagues,

Cage qui maintient les éléments roulants à intervalles réguliers.

maintient les éléments roulants à intervalles réguliers. Bague extérieure Bague intérieure Cage Eléments roulants

Bague extérieure

Bague intérieure

Cage

Eléments roulants (billes)

6.3. Charges supportées par les roulements

Les actions mécaniques de contact exercées par les éléments roulants sur l’une ou l’autre des

bagues sont en général schématisées par des

forces ou charges :

Radiale Fr,

Axiale Fa,

Combinée c’est la combinaison de Fr et Fa.

6.4.

Phénomène de résistance au roulement

Fr Fa F= Fr + Fa
Fr
Fa
F= Fr + Fa

Sous charge, la zone de contact entre chemin et élément roulant se comprime, puis se

détend après passage, comme un ressort. En mouvement, il en résulte, devant l’élément roulant, la

formation d’un bourrelet métallique s’opposant au mouvement. C’est le phénomène de résistance

au roulement.

A ce phénomène, s’ajoute parfois des phénomènes parasites supplémentaires entre éléments roulants et certaines parties des chemins.

entre éléments roulants et certaines parties des chemins. Cours de Conception II_Licence appliquée en Génie

Chapitre_5

Guidage en rotation

Couple de résistance au roulement (Cf) Cf = f.Fr.Rm

Avec :

f : frottement interne du roulement, F r : charge radiale exercée, C f : couple résistant, R m : rayon moyen.

Roulements à billes :

Roulements à rouleaux : f = 0.002

Roulements à aiguilles :

Ces valeurs sont à comparer avec le frottement interne des coussinets variant entre 0.05 et 0.15.

f = 0.0015

f = 0.004

6.5. Différents types de roulements Les roulements peuvent être classés suivant différents critères :

en fonction de la forme de l’élément roulant : Billes ; Rouleaux (cylindriques, coniques, tonneaux) ; Aiguilles.

en fonction du mouvement relatif possible entre les bagues : Aucun (roulements rigides) ; Rotulage (roulements à rotule).

en fonction de la direction de la charge principale supportée : Radiale ; Radiale + Axiale ; Axiale seule

Roulements à une rangée de billes à contact radial (type BC)

Roulements à une rangée de billes à contact radial (type BC)

Charges : radiales et axiales modérées à moyennes. Rotulage : de 2 à 16’

Roulements à une rangée de billes à contact oblique (type BT)

Roulements à une rangée de billes à contact oblique (type BT)

Charges : radiales, axiales élevées dans un seul sens. Rotulage : de 1 à 2’

Roulements à deux rangées de billes à contact oblique (type BE)

Roulements à deux rangées de billes à contact oblique (type BE)

Charges : radiales assez importantes, axiales alternées. Rotulage : 0 Emplois : palier pour arbre en porte à faux (grande rigidité du roulement)

Roulements à deux rangées de billes à rotule dans la bague extérieure (type BS)

Roulements à deux rangées de billes à rotule dans la bague extérieure (type BS)

Charges : radiales moyennes et axiales faibles. Rotulage : de 2 à 4’ Emplois : alignement précis des paliers.

Chapitre_5

Guidage en rotation

Roulements à rouleaux cylindriques (type RU)

Roulements à rouleaux cylindriques (type RU)

Charges : radiales très importantes, aucune charge axiale.

Rotulage : de 1 à 7’

Emplois : charges radiales importantes avec chocs.

Roulements à deux rangées de rouleaux à rotule dans la bague extérieure (type SC)

Roulements à deux rangées de rouleaux à rotule dans la bague extérieure (type SC)

Charges : radiales très importantes et axiales moyennes. Rotulage : de 0.5 à 2’ Emplois : alignement précis des paliers.

Roulements à rouleaux coniques (type KB)

Roulements à rouleaux coniques (type KB)

Charges : axiales élevées dans un seul sens, radiales très importantes.

Rotulage : de 1 à 4’.

Roulements à aiguilles (type NEA, NES)

Roulements à aiguilles (type NEA, NES)

Charges : radiales très importantes, aucune charge axiale. Rotulage : 0. Emplois : paliers de petites dimensions avec charges radiales importantes.

Butées à billes simple effet (type TA) et double effet (type, TDC)

 

Charges : axiales très importantes (simple effet : un seul sens, double effet :

Charges : axiales très importantes (simple effet : un seul sens, double effet :

alternées) Rotulage : 0. Emplois : arbres verticaux fortement chargés axialement et tournant lentement. Remarque : les butées à billes ne sont pas conçues pour guider un arbre en rotation. Ce guidage doit être assuré par d’autres types de roulements

Tableau 3: Différents types des roulements

6.6. Désignation des roulements (iso/afnor)

Type de roulement

Désignation des roulements (iso/afnor) Type de roulement 60 BC 02 Diamètre de l’arbre Série des

60

BC

02

roulements (iso/afnor) Type de roulement 60 BC 02 Diamètre de l’arbre Série des dimensions (Largueur B

Diamètre de l’arbre

Type de roulement 60 BC 02 Diamètre de l’arbre Série des dimensions (Largueur B et diamètre

Série des dimensions

(Largueur B et diamètre de l’alésage

6.7. Matériaux

Les nuances d’aciers utilisées pour la fabrication des roulements sont aussi normalisées par l’AFNOR. Le Tableau 5.4 regroupe les principaux matériaux employés dans la réalisation des roulements. Les cages des roulements sont fabriquées en acier, en polyamide, en bronze…

Groupes d’aciers

Principales nuances normalisées NF EN IS0683-17

trempe à cœur

100 Cr6 ; 100 CrMnSi6-4 ; 100 CrMo7 ; 100 CrMo7-4

cémentation

20 Cr3 ; 20 Cr4 ; 20 Cr4-2 ; 19 MnCr5 ; 20 CrMo4 ; 20 NiCrMo7

trempe par induction

C56E3 ; 56 Mn4 ; 70 Mn4 ; 43 CrMo4

aciers inoxydables

X47Crl4 ; X65Crl4 ; Xl08CrMol7 ; X89CrMoV18-1

résistant à chaud

80MoCrV42-16 ; 13MoCrNi42-16-14 ; X75WCrV18-4-1

Tableau 5.4 : Principales nuances d’aciers employés dans la fabrication des roulements

 

Chapitre_5

Guidage en rotation

6.8. Critères de choix d’un type de roulement

Il est plus judicieux d’envisager au préalable une solution utilisant les roulements les plus

économiques : billes à contact radial, rouleaux cylindriques et aiguilles. A eux seuls ils représentent

plus de 80% des roulements vendus.

Un roulement plus coûteux au départ peut parfois simplifier le montage, les opérations de

maintenance et diminuer le coût global d’un appareil.

Critères de choix :

Nature des charges : axiale, radiale ou combinée,

Importance des charges (intensité)

Vitesse de rotation,

Chocs,

Rigidité exigée,

encombrement,

durée de vie,

condition ambiante : température, lubrification,…

Remarques :

les roulements à billes à contact radial conviennent parfaitement aux petits paliers fonctionnant à grande vitesse.

Pour les gros paliers fortement chargés, les roulements à rouleaux sont les seuls possibles.

S’il y a des défauts d’alignement appréciables, les roulements à rotule sont à choisir.

Certains roulements ne supportent qu’un type de charge : axiale pour les butées, radiales pour les aiguilles et rouleaux cylindriques.

Les roulements à rouleaux coniques supportent, à dimensions égales, des charges combinées plus élevées que les billes à contact radial.

6.9. Montage des roulements

Nota : Le roulement ne doit pas être coté, il est fabriqué avec des tolérances spécifiques aux

fabricants de roulements.

6.9.1 Règles de montage

- La bague du roulement qui tourne par rapport à la direction de la charge doit être ajustée avec

serrage.

Exemple : Arbre à la tolérance k6, m6 ou p6 suivant l’intensité de la charge ; Alésage à la tolérance M7 ou N7.

- La bague du roulement qui est fixe par rapport à la direction de la charge doit être ajustée

glissante

Exemple : Arbre à la tolérance g6 ; Alésage à la tolérance H7.

Chapitre_5

Guidage en rotation

6.9.1.1. Direction de la charge fixe par rapport à la bague extérieure

Bague intérieure SERREE

Arbre : k6 /m6 Alésage : J7 / H7

 

Arbre

Arbre
Arbre
Arbre

tournant

Charge et

alésage

rotule + linéaire annulaire (Isostatique : h=0)

fixe

 
 
 
 

Arbre fixe

Charge et

rotule

+

rotule

(Hyperstatique d’ordre 1 : h=1)

alésage

alésage
alésage

tournants

6.9.1.2. Direction de la charge fixe par rapport à la bague intérieure

Bague extérieure SERREE

Arbre : g6 / j6 Alésage : M7 / N7

 

Alésage

Alésage
Alésage
Alésage

tournant

Charge et

arbre

rotule + linéaire annulaire

fixes

 
 
 
 

Alésage fixe

rotule

+

rotule

Charge

et

(Hyperstatique d’ordre 1 : h=1)

arbre

 

tournants

 
tournants  
tournants  

Chapitre_5

Guidage en rotation

6.9.2. Réalisation matérielle des arrêts axiaux des bagues

Réalisation matérielle des arrêts axiaux des bagues Arrêts axiaux usinés (a) Arrêt axial par épaulement

Arrêts axiaux usinés

(a) Arrêt axial par épaulement usiné dans le logement.

(b) (c) (d)

(a) Arrêt axial usiné sur l’arbre.

(c) (d)

Arrêts axiaux rapportés pour Bague Extérieure

(a)

Arrêt axial de la bague extérieure par chapeau centré maintenu par des vis. Cette solution est recommandée dans le cas d’un alésage tournant pour éviter les phénomènes de balourd. Une cale de réglage, placée sous le chapeau, permet d ‘éliminer le jeu J tout en assurant son appui.

(b)

Arrêt axial de la bague extérieure par rondelle maintenue par des vis.

(c)

Arrêt axial de la bague extérieure par anneau élastique.

(d)

Arrêt axial de la bague extérieure par anneau élastique chanfreiné. Cette solution permet d ‘éliminer le jeu axial entre le roulement et l’alésage.

(e)

Arrêt axial de la bague extérieure par segment prévu sur la bague extérieure du roulement. Arrêts axiaux rapportés pour Bague Intérieure

(a)

Arrêt axial de la bague intérieure par écrou à encoches.

(b)

Arrêt axial de la bague intérieure par rondelle maintenue par une vis en bout d’arbre. Dans le cas d’un arbre tournant, il est recommandé de centrer la rondelle pour éviter les phénomènes de balourd. Pour des arbres de diamètre important, la rondelle peut être fixée par plusieurs vis réparties sur une circonférence. Arrêt axial de la bague intérieure par entretoise. Cette solution est aussi applicable pour la bague extérieure.

Chapitre_5

Guidage en rotation

(c)

Arrêt axial de la bague intérieure par anneau élastique.

(d)

Arrêt axial de la bague intérieure par anneau élastique chanfreiné. Cette solution permet d’éliminer le jeu axial entre le roulement et sa portée sur l’arbre.

(e)

Arrêt axial de la bague intérieure par anneau élastique.

(f)

Arrêt axial de la bague intérieure par manchon conique. Cette solution permet d’éviter l’usinage d’un épaulement sur un arbre long.

6.9.3. Exemple de montage

5.9.3.1. Arbre tournant 5.9.3.1. Moyeu tournant 6.9.3.3. Montage des roulements à contacts obliques et à
5.9.3.1.
Arbre tournant
5.9.3.1.
Moyeu tournant
6.9.3.3.
Montage des roulements à contacts obliques et à rouleaux coniques

Ces roulements doivent être montés en paire et en opposition. On distingue deux configurations de montage : le montage en « X » et le montage en « O ».

Montage en « X » Montage en « O »
Montage en « X »
Montage en « O »

Chapitre_5

Guidage en rotation

6.10. Durée de vie d’un roulement

Afin de pouvoir comparer leur produits, les constructeurs de roulement ont établi des normes telles

que :

La durée d’un roulement « L » : c’est la durée d’un roulement soumis à une charge et à

une vitesse constante avant la faillite.

La durée nominale (normalisée) « L10 » : la durée de vie L20 d’une série de roulements

soumis à la même charge est égale au nombre de tours, ou de révolution, réalisés par 90%

des roulements de la série (à tester) avant qu’apparaissent les premiers signes de fatigue.

Prenons deux groupes de roulements soumis à des conditions de charge différentes P 1 et P 2 . Leurs

duretés respectives L 1 et L 2 peuvent être calculées par l’équation suivante :

L

1

L

2

P

 

1

P

2

k

Où k = 3 pour les roulements à bille et 10/3 pour les roulements à rouleaux.

La durée de vie se calcule en millions de tours, parfois par commodité en heures de fonctionnement.

La relation liant la durée de vie L 10 et la charge est donnée comme suit :

L 10 : durée de vie en millions de tours,

L

10

C

P

 

k

C

: capacité de charge dynamique de base en N,

P

: charge équivalente exercée sur le roulement en N.

La durée de vie en heures de fonctionnement notée L 10H est exprimée en fonction de L 10 comme

suit :

L 10 H

10 . L

6

10

60.

N

Avec N : vitesse de rotation du roulement en tours/min.

Durées de vie indicatives de quelques paliers à roulements

Mode d’emploi

Exemples d’emploi

   

Durée de vie L 10H

Usages intermittents

Electroménager, outillages, électroportatifs, automobiles, appareils de manutention et de levage, moteurs d’avions…

1000 à 1500

Fonctionnement 8 heures par

Véhicules industriels, machines outils, machines agricoles, machines de production

 

jour

15

000 à 35 000

Service en continu 24

heures/24

Convoyeurs,

certaines

compresseurs,

de

machines

35

000 à 60 000

production,

ventilateurs,

 

moteurs stationnaires

 

Machines dont la fiabilité est très importante

Machines à papier, machines textiles, services des eaux, barrages…

100 000 à 200 000

Lorsqu’un ensemble de roulements (E) comprend plusieurs roulements fonctionnant en même

temps (arbre avec plusieurs roulements), la durée de vie L E10 de l’ensemble de la durée de vie L i10

de chacun des n roulements. Elle est définie par la relation suivante :

Chapitre_5

Guidage en rotation

L

E

10

   

 

 

1

L

110

  

  L

1.5

1

 

210

    

1.5

1

L

n

10

1.5

 

1

1.5

6.11. Exemples de calcul des roulements : démarche de calcul du roulement à bille à contact radial soumis aux charges Fr et Fa

Afin de pouvoir choisir un roulement, on doit calculer la capacité de charge dynamique de

. Ceci revient à calculer la valeur de la charge

base C en appliquant la relation

C P. L

10

1/3

équivalente exercée sur le roulement. En général

P X.F Y.F

r

a

. Les couples

(X, Y)

dépend du rapport

F a et du rapport

C

F a comparé à la valeur de e (voir tableau).

0 F

r

Soit la première hypothèse

F a

F

r

e

, dans ce cas P = Fr (c'est-à-dire X = 1 et Y = 0).

C

calculée

F . L

r

10

1/3

. D’après le tableau ou le catalogue du constructeur, on doit choisir

C

choisie

C

calculée

.

Dans cette étape, on doit vérifier la première l’hypothèse

F a

F

r

e

. Ceci nous mène à calculer

le rapport

F

a

C 0 choisie

.

Calculer e par interpolation linéaire.

Comparer

F

a

F

r

à

e

: si

F a

F

r

e

alors l’hypothèse est vérifiée et le choix est bon. Sinon, on

doit adopter la deuxième hypothèse

F

a e

F

r

. Dans ce cas

Calculer Y par interpolation linéaire.

Calculer

C

corrigée

P. L

10

1/3

et choisir

C

corrigée

C

calculée

.

P X.F Y.F

r

a

avec X = 0.56.

Si

F

a

F

r

e

; P = Fr

Si

F

F

a e

r

;

P X.F Y.F

r

a

 

F a

 

0.015

0.028

0.056

0.084

0.11

0.17

0.28

0.42

0.56

C

0

X

0.56

Y

2.3

1.99

1.71

1.55

1.45

1.31

1.15

1.04

1

e

0.19

0.22

0.26

0.28

0.30

0.34

0.38

0.42

0.44

Application :

Fa =150 daN, Fr = 245 daN, N = 3000 tr/mn, L H = 10 4 heures, dmin = 30mm, série 02.

1. Calculer L 10 en Mtr,

2. Choisir un roulement type BC adéquat,

Chapitre_5

Guidage en rotation

Chapitre_5 Guidage en rotation 6.12. Lubrification des roulements 6.12.1. Lubrification à la graisse En version «

6.12. Lubrification des roulements

6.12.1. Lubrification à la graisse

des roulements 6.12.1. Lubrification à la graisse En version « étanche », les roulements sont lubrifiés

En version « étanche », les roulements sont lubrifiés à vie.

En version « non étanche » et dans le cas de vitesses de rotation élevées, les roulements sont lubrifiés au montage en respectant la quantité de graisse préconisée par le constructeur (risque d’échauffement). Dans le cas de vitesses de rotation basses où l’excès de graisse ne provoquera pas

d’échauffement, on peut prévoir un graisseur qui permettra d’injecter de la graisse neuve, celle-ci

poussant la graisse usagée vers l’extérieur (figure a).

Pour des vitesses de rotations élevées, la graisse sera maintenue au voisinage du roulement,

par des déflecteurs placés de chaque côté du roulement (figure b).

Chapitre_5

Guidage en rotation

6.12.2. Lubrification à l’huile

Guidage en rotation 6.12.2. Lubrification à l’huile 6.12.3. Par bain d’huile Le niveau d’huile ne doit

6.12.3. Par bain d’huile Le niveau d’huile ne doit pas dépasser le centre de la bille la plus basse. Pour les roulements

qui ne se situent pas en partie basse du mécanisme, il faudra prévoir des récupérateurs appelés

larmiers (figure a) qui seront remplis par projection, ou assurer une circulation d’huile par

pompage (figure c). Si les projections d’huile sont trop importantes, elles pourront être limitées par

un déflecteur (figure b).

5.12.4. Par brouillard d’huile

Ce type de lubrification nécessite une installation importante (pulvérisation d’un mélange

air+huile). Il est réservé aux broches de machines outils tournant à grande vitesse.

7. Différents types de paliers :

7.1. Paliers hydrodynamiques :

Ils sont constitués de coussinets comportant une rainure permettant l’arrivée d’un lubrifiant

sous pression. La formation d’un film d’huile n’est possible qu’à partir d’une certaine vitesse

relative arbre/logement.

7.2. Paliers hydrostatiques :

L’arbre est en suspension au centre du mécanisme sous l’effet d’un fluide envoyé sous

pression. Le coefficient de frottement devient alors très faible. Le coût élevé de ce type de montage

le réserve à des systèmes particuliers.

Chapitre_5

Guidage en rotation

8. Exercice d’application

Chapitre_5 Guidage en rotation 8 . Exercice d’application Pour chaque guidage en rotation du mécanisme ci-contre

Pour chaque guidage en rotation du mécanisme ci-contre :

- Identifier les solutions

- Donner le schéma cinématique minimal de ce système

- définir les ajustements radiaux, les jeux axiaux

- Le mode de lubrification adopté