Vous êtes sur la page 1sur 12

L'CRITURE DE L'ESPACE CREUX FMININ

Monique Schneider ERES | Analyse Freudienne Presse


2004/2 - no 10 pages 49 59

Article disponible en ligne l'adresse:

-------------------------------------------------------------------------------------------------------------------http://www.cairn.info/revue-analyse-freudienne-presse-2004-2-page-49.htm

--------------------------------------------------------------------------------------------------------------------

Pour citer cet article :

-------------------------------------------------------------------------------------------------------------------Schneider Monique, L'criture de l' espace creux fminin, Analyse Freudienne Presse, 2004/2 no 10, p. 49-59. DOI : 10.3917/afp.010.59

--------------------------------------------------------------------------------------------------------------------

Distribution ectronique Cairn.info pour ERES. ERES. Tous droits rerv pour tous pays.

La reproduction ou reprentation de cet article, notamment par photocopie, n'est autoris que dans les limites des conditions gales d'utilisation du site ou, le cas hnt, des conditions gales de la licence souscrite par votre ablissement. Toute autre reproduction ou reprentation, en tout ou partie, sous quelque forme et de quelque manie que ce soit, est interdite sauf accord prlable et rit de l'iteur, en dehors des cas prus par la lislation en vigueur en France. Il est prisque son stockage dans une base de donns est alement interdit.

Document téléchargé depuis www.cairn.info - Universit de Paris 7 - - 81.194.22.198 - 18/02/2014 23h39. © ERES

ISSN 1253-1472

Document téléchargé depuis www.cairn.info - Universit de Paris 7 - - 81.194.22.198 - 18/02/2014 23h39. © ERES

Lcriture de l espace creux fminin

De linvestigation freudienne sur le fminin on a essentiellement retenu le verdict mettant laccent sur le manque. Verdict que rpte le texte rcapitulatif, lAbrg, en attribuant la femme un appareil gnital auquel manque rellement le morceau estim par dessus tout (ein Genitale, dem dies ber alles geschtzte Stcck wirklich fehlt 1). Linsistance sur cette dimension, effectivement prsente dans luvre de Freud, risque docculter une investigation, seffectuant la drobe, provoquant un effet de surprise. On pourrait en effet parler dune topique de la thorisation. Ds les tudes sur lhystrie, une stratgie de refoulement est voque, stratgie ayant recours un dplacement dans lespace, une mise de ct des thmes insolites. Si on tient compte de cette gographie scripturaire, on peut dceler, dans luvre de Freud, plusieurs lieux, vous les uns les autres un certain style dcriture. Lieux qui semblent signorer rciproquement.
1. Abrg de psychanalyse, Paris, PUF, 1967, p. 62. GW XVII, p. 117.
AFP - 10/2005

Document téléchargé depuis www.cairn.info - Universit de Paris 7 - - 81.194.22.198 - 18/02/2014 23h39. © ERES

Monique Schneider

Document téléchargé depuis www.cairn.info - Universit de Paris 7 - - 81.194.22.198 - 18/02/2014 23h39. © ERES

50

Analyse freudienne presse 10

La rencontre avec la posture et le discours fminins constitue la premire tape du parcours freudien. Dans les tudes sur lhystrie, la femme est apprhende, non dans ses attributs prsents ou manquants, mais dans la violence qui est cense lui tre inflige. Violence qui atteint en premier un espace et partir de laquelle Freud donne la premire dfinition du pathologique : lhystrie serait due, non une dficience propre la patiente, comme dans la version de lpoque, mais une effraction perptre par un corps tranger (Fremdkrper). Signalons au passage que ce terme de Fremdkrper dsigne le juif dans la propagande antismite. Le traumatisme responsable de la maladie est donc assimil demble cette effraction dorigine externe. Au dpart, la femme souffre donc, non dun manque, mais dun excs dinvasion. Lhypothse ayant trait ltiologie de lhystrie va dailleurs se trouver mise en scne dans lespace clinique ; la scne deffraction est donc aussi bien agissante au niveau du fantasme quau niveau dun scnario faisant corps avec le lieu o se dit et se joue leffraction : cest la pice o a lieu la sance qui se trouve soudain violente par louverture inopine de la porte, cette porte qui va devenir une mtaphore importante renvoyant aussi bien louverture-fermeture de lespace fminin qu celle de lespace psychique. Freud souligne leffroi qui sempare de Mme Emmy : Je suis frapp de la voir violemment saisie deffroi chaque fois que la porte souvre inopinment (unerwartet). Je demande alors aux mdecins de ltablissement de frapper fort et de ne pntrer dans la pice que lorsquelle aura dit dentrer. Malgr cela, elle fait la grimace et tressaille encore toutes les fois que quelquun entre 2.
2. tudes sur lhystrie, Paris, PUF, 1967, p. 37. Traduction modifie comme le seront la plupart des renvois aux traductions du texte de Freud.

Document téléchargé depuis www.cairn.info - Universit de Paris 7 - - 81.194.22.198 - 18/02/2014 23h39. © ERES

LE PARCOURS INITIATIQUE FREUDIEN

Document téléchargé depuis www.cairn.info - Universit de Paris 7 - - 81.194.22.198 - 18/02/2014 23h39. © ERES

Lcriture de l espace creux fminin

51

3. Ibid., p. 38. 4. Ibid., p. 40.

Document téléchargé depuis www.cairn.info - Universit de Paris 7 - - 81.194.22.198 - 18/02/2014 23h39. © ERES

Cette scne deffraction va se rpercuter sur plusieurs registres ; elle concerne aussi bien ce qui se passe dans le cadre cest le lieu o se rencontrent thrapeute et patiente qui est alors effract que ce qui structure les vnements voqus. Le corps tranger menaant en vient occuper plusieurs places ; il est reprsent par le personnel entrant limproviste, mais il est aussi bien figur par les personnages habitant les scnes voques : Elle vient de lire [] quun apprenti, aprs avoir ligot un jeune garon, lui avait fourr une souris blanche dans la bouche ; le jeune garon en serait mort de terreur. Le Dr. K. avait dit la malade quil avait expdi Tiflis une caisse pleine de rats blancs. Surgissent alors tous les signes de lpouvante (Grausen) rendus sur un mode hautement plastique. Elle se tord plusieurs fois convulsivement les mains. Ne bougez pas, ne dites rien, ne me touchez pas ! Ah ! Si un pareil animal se trouvait dans mon lit ! (Frisson dhorreur). Imaginez un peu louverture de la caisse ! Il sy trouve un rat crev, un rat clou 3. Il est curieux que ce qui est ici fantasm comme danger la pntration, lintrieur de soi, dun corps tranger quil sagira dexpulser grce la thrapie cathartique corresponde prcisment ce qui, dans la progression ultrieure, sera considr comme rparateur du manque fminin, donc comme minemment dsirable. Ltonnement devant la violence mise en scne par ces femmes est dailleurs port son comble si on prend acte de ce qui est redout par Mme Emmy ; voquant des images reprsentant des Indiens dguiss en animaux , elle sexclame : Pensez donc, sils prenaient vie 4. Devenir soi-mme le lieu o va sinstaller, sur le mode unerwwartet (inattendu), un nouveau vivant, devient, pour ces patientes, lquivalent dune menace radi-

Document téléchargé depuis www.cairn.info - Universit de Paris 7 - - 81.194.22.198 - 18/02/2014 23h39. © ERES

52

Analyse freudienne presse 10

5. Ibid., p. 235.

Document téléchargé depuis www.cairn.info - Universit de Paris 7 - - 81.194.22.198 - 18/02/2014 23h39. © ERES

cale. Freud, se faisant porte-parole des hystriques, malmne srieusement un thme culturel qui fonctionne comme mirage oblig : Lorsque lenfant parat . Dans LInterprtation des rves, on sera dailleurs confront une srie de rves infanticides, linfanticide tant pos par Freud comme crime spcifiquement fminin . Dans la clinique actuelle, on peut rencontrer des dfenses analogues chez des femmes qui disent leur intention de recourir une IVG, situation rarement envisage par le discours psychanalytique. Le passage par cette accentuation des ractions dfensives fminines femmes voulant prioritairement dfendre lintgrit de leur espace interne contre la menace de lexplosion dune vie qui sy installerait permet Freud, par la mme occasion, de livrer une premire interprtation des processus psychiques. La finalit qui leur est attribue en premier nest pas lavidit ou le dsir de combler le manque, mais bien le maintien dun protectionnisme prt riger une barrire contre tout ce qui a le visage de ltranger. Sinterrogeant sur la dfense fminine, Freud se penche donc du mme coup sur une dfense caractristique de tout psychisme. Il nommera Selbstherrlichkeit (souverainet de soi-mme ou autarcie) ce refus quil considre, dans Traitement psychique , comme lun des principaux obstacles au traitement. La lecture protectionniste nest dailleurs pas amene se fossiliser, elle va elle-mme se trouver malmene par le constat dchec auquel se heurte la premire finalit attribue au traitement : expulser le corps tranger par le recours une catharsis. la fin des tudes, Freud pratique lui-mme une ouverture, une brche, dans sa premire thorisation : La thrapeutique ne consiste pas extirper, ce quaujourdhui encore elle ne saurait raliser, mais sefforce de faire cesser la rsistance pour permettre ainsi la libre circulation dans une voie jusqualors barre 5.

Document téléchargé depuis www.cairn.info - Universit de Paris 7 - - 81.194.22.198 - 18/02/2014 23h39. © ERES

Lcriture de l espace creux fminin

53

6. Paris, Aubier, 2004. 7. tudes, p. 235.

Document téléchargé depuis www.cairn.info - Universit de Paris 7 - - 81.194.22.198 - 18/02/2014 23h39. © ERES

Cest alors quun processus psychique dont il ntait pas question au dpart de litinraire ouvrir la porte pour laisser entrer lhte imprvu , processus que Freud caractrisera comme Aufnahme (admission avec soulignement de louverture, auf ) ou Annahme, se trouve promu pour caractriser ce moment par lequel ce qui tait autrefois laiss dehors va se trouver inclus lintrieur de soi. Je laisse de ct, question travaille dans Le Paradigme fminin 6, ce qui a trait au retour de ces signifiants Aufnahme et Annahme dans toute luvre de Freud, signifiants qui entreront en travail pour dire ce qui se joue autour de la leve du refoulement. Je mattache ici au nouage qui sopre entre une mtamorphose de lattitude fminine et lune des premires reprsentations de la topique psychique et de son fonctionnement. Le revirement freudien advient la fin des tudes ; une situation est campe, dans laquelle on aurait expliquer une tierce personne le processus psychique auquel est attribue une efficacit thrapeutique : admission lintrieur de la conscience de ce qui stait trouv pralablement expuls : Celle-ci (la tierce personne) ne manquerait pas de se demander juste titre comment pareil chameau (souvenonsnous de la raction de Mme Emmy : Ah ! Si pareil animal se trouvait dans mon lit) a pu passer par ce trou daiguille. On parle, non sans raison, dune troitesse de la conscience 7. Pour se loger lintrieur de la conscience, le chameau en question devra donc passer par une fente troite (enge Spalte) afin de faire lobjet dune opration dAufnahme. Notons au passage que ce signifiant rapparatra dans Sur les thories sexuelles infantiles , pour dsigner lopration dvolue au vagin qui admet (aufnimmt) le pnis dans son Hohlraum (espace creux). Une surimpression se dessine : la tche du vagin vis--vis de lagent pntratif qui participera

Document téléchargé depuis www.cairn.info - Universit de Paris 7 - - 81.194.22.198 - 18/02/2014 23h39. © ERES

54

Analyse freudienne presse 10

INACTUALIT DE LHYMEN Puisquil est question, aujourdhui, de sinterroger sur les nouvelles critures du fantasme, nous ne pouvons que prendre la mesure de lcart entre lamplification de l effroi (Schreck) que donne voir Mme Emmy et les allusions plus discrtes qui peuvent tre recueillies par la clinique actuelle. Le changement advenu concerne-t-il dailleurs la scne du fantasme bien des rves apports par des femmes reconstruisent des thmatiques deffraction lies lapproche de quelque tranger ou ne concerne-t-il pas plutt lidologie libertaire qui prescrit au jeu sexuel un impratif de libration systmatique et daccs non entrav au plaisir ? Pour soutenir un tel programme, on fera disparatre de la scne ce qui sera dcod comme li la rpression exerce sur la sexualit. Freud parlait par exemple de la dfloration en la dsignant, dans Le tabou de la virginit comme destruction dun organe . partir du moment o seul est avouable laccs un plaisir libr, lvocation de la dfloration est renvoye au magasin des antiquits. Lancienne obligation socialise de se prsenter vierge pour la crmonie nuptiale va sinverser, la virginit tant dcode comme symptme dinhibition sexuelle, rserve celles qui seront dites coinces . Il convient donc, pour veiller le dsir, de se prsenter

Document téléchargé depuis www.cairn.info - Universit de Paris 7 - - 81.194.22.198 - 18/02/2014 23h39. © ERES

la gestation est donc superposable celle que Freud, dans les tudes, attribue la conscience dans le processus cens mettre un terme au refoulement. Le tournant mthodologique qui prend place la fin des tudes consiste dans linstauration dune superposition et tout la fois dun transfert mtaphorique entre lopration confie l espace creux fminin et celle qui deviendra celle de la conscience, dans le travail thrapeutique. La topique fminine a donc servi de paradigme pour poser les bases dune premire topique de lappareil psychique.

Document téléchargé depuis www.cairn.info - Universit de Paris 7 - - 81.194.22.198 - 18/02/2014 23h39. © ERES

Lcriture de l espace creux fminin

55

Document téléchargé depuis www.cairn.info - Universit de Paris 7 - - 81.194.22.198 - 18/02/2014 23h39. © ERES

lhomme non afflige de ce qui peut tre dcod comme un stigmate darchasme. Des analysantes rvleront les moyens employs pour effacer ce stigmate invalidant. Tampax ou dautres marques seront chargs deffectuer prventivement la pntration dfloratrice ; des partenaires de passage se verront ventuellement chargs de cette mission de modernisation. Ce remaniement de limage naffecte pas seulement les femmes. Plusieurs rflexions masculines, relates sur le mode de lhumour, tmoignent du caractre invraisemblable dune femme portant sur elle un organe pour reprendre le terme freudien inadquat. Aprs avoir mnag un coin de fort, un homme stonne devant la raction un peu inquite de sa future partenaire : Tes au moins pucelle, lui lancet-il, alors remballe tout a. Autre raction analogue dun homme qui dcouvre ltat des lieux : Tes encore vierge ! Je mattendais tout sauf a. Ce changement affectant la constitution anatomique, telle que la redessine le discours se voulant libr, est perceptible au niveau de la thorisation elle-mme. La fantasmatique freudienne, quant elle, accorde une importance capitale ce qui, dans lanatomie, peut figurer la fermeture du seuil ; les associations entrant dans le rseau tiss autour du rve dIrma font en effet surgir lpisode du chaudron prt intact et rendu perc, trou , ce qui fait du partenaire masculin celui qui a dtrior lustensile fminin. Toute LInterprtation des rves est traverse par cette reprsentation de lunique sclrat qui est attache lagent masculin. Est-ce parce que la fantasmatique revue et corrige par la modernit impose une autre reprsentation que, dans le texte de Lacan, le sexe fminin est demble assimil un trou ? Lagent masculin se trouve du mme coup blanchi par rapport au forfait que lui imputait Freud. Dans cette lecture qui nest pas dicte par lanatomie, mais par les dcoupages quimpose le ramnagement culturel, lune des raisons du Schreck freudien, cet effroi mis en scne par Mme Emmy, a disparu ; la femme est cen-

Document téléchargé depuis www.cairn.info - Universit de Paris 7 - - 81.194.22.198 - 18/02/2014 23h39. © ERES

56

Analyse freudienne presse 10

8. Diane Watteau, Regarde-moi : les appels muets des femmes dans lart contemporain , dans Savoir et clinique, n 4. Lenfant devant la Loi, Toulouse, rs, p. 113 et 111.

Document téléchargé depuis www.cairn.info - Universit de Paris 7 - - 81.194.22.198 - 18/02/2014 23h39. © ERES

se se prsenter comme demble esprit ouvert et sexe ouvert. Une reprsentation centrale dans lchange sexuel freudien a sombr, celle du seuil auquel peut tre attribue la fonction dune garde de lintime. Comment va alors sexprimer ce que Freud met au compte de la dfense ? Dans un colloque consacr Lintime sous tension , plusieurs interventions ont concern les nouvelles stratgies fminines mises en place. Diane Watteau se penche sur plusieurs performances fminines, celles de Chantal Michel, de la Ribot (?) et de Barbara Caveng et met au premier plan labsence jai envie de dire l interdit de leffroi : Il ny a pas deffroi possible dans ces trois cas []. On ne peut pas tout faire ces femmes. Elles ninvitent pas laction de lautre. Elles larrtent [], comme rduites dans une glaciation par une Mduse invisible. . Et aussi : Chantal Michel parle de linanim et de lautomate. Michel (?) est vivante, mais fige comme un accessoire, dpersonnalise, inhabite, de sorte quelle participe de lUnheimliche 8. Il sagit certes de performances exhibant dlibrment une figure parmi dautres. Nanmoins, le mode de dfense ainsi mis en scne ne rejoint-il pas celui que Freud attribuait aux femmes mettant une protestation muette contre la morale sexuelle civilise et recourant une apparente anesthsie ? La libert oblige aurait-elle des effets analogues ceux que provoquait une rpression que dnonait Freud ? Corinne Rondeau, analysant certains tableaux contemporains offrant des nus entre autres lOlympia de Manet et Lorigine du monde de Courbet met au premier plan de son tude la disparition de la chambre et de la porte ventuellement munie dune serrure. Le tableau de Courbet va jusqu abolir ce qui, dans le modle, est porteur de regard : L o le modle disparat, crit C. Rondeau, la chambre, puis le lit,

Document téléchargé depuis www.cairn.info - Universit de Paris 7 - - 81.194.22.198 - 18/02/2014 23h39. © ERES

Lcriture de l espace creux fminin

57

LENTRE FMININE ET LE REGARD DU PRE Une corrlation samorce entre une dimension de lespace fminin laccent tant mis sur le seuil et la prsence ncessaire de ce qui peut constituer un interdit ou une limite. W. Granoff se rfre dailleurs cette figure de linterdit, dans La pense et le fminin, en remarquant que ce qui spcifie le pre est prcisment de navoir pas eu accs cette zone de lanatomie de sa fille quest lhymen. Prcisons que linterdit auquel se rfre W. Granoff est effectivement en rapport avec linterdit de linceste, mais quil se rfre, non seulement la fonction de coupure venant sparer mre et enfant, mais, comme dans loptique de Lvi-Strauss, une interdiction adresse au pre : ne pas garder pour lui sa fille. Or cette dimension de linterdit nest peut-tre pas sans rapport avec la mtaphore employe par Freud pour rendre compte de ce que reprsente le pre pour sa fille : un port (Hafen). Nest-ce pas prcisment cet interdit enveloppant rfrence un espace courbe qui peut faire dfaut dans lidologie de la libert oblige et laisser la femme confronte, dans la mise en

9. Corinne Rondeau, Le simulacre de la mise nu , paratre dans les Actes du colloque Lintime sous tension , Nmes, 2004.

Document téléchargé depuis www.cairn.info - Universit de Paris 7 - - 81.194.22.198 - 18/02/2014 23h39. © ERES

disparaissent leur tour, ne laissant au regard quun corps sans le soutien dun espace environnant. Avec cette clipse de ce qui a fonction de soutien, cest une autre dimension de la disparition quon se trouve confront. La chambre, poursuit C. Rondeau, est le lieu des fantasmes, voire des fantmes []. Et si la porte na pas t seulement pousse (mouvement sans doute le mieux appropri la modernit), mais supprime [], alors on a enlev avec elle tous les repres, comme la scnographie contemporaine a supprim les illusions de la reprsentation thtrale 9.

Document téléchargé depuis www.cairn.info - Universit de Paris 7 - - 81.194.22.198 - 18/02/2014 23h39. © ERES

58

Analyse freudienne presse 10

10. Une chambre soi, Paris, Denol, 1977, p. 157.

Document téléchargé depuis www.cairn.info - Universit de Paris 7 - - 81.194.22.198 - 18/02/2014 23h39. © ERES

scne de ses fantasmes, non plus un creux, mais un espaceplan souvrant perte de vue. Une tonnante rencontre se produit dailleurs entre le cadre spatial la chambre, la porte dont Freud a fait au dpart la condition permettant lapparition et la mise en travail dune thmatique fminine et la revendication, dcisive dans le fminisme, dun droit qui soit solidaire dun rapport lespace : Il est ncessaire, crit V. Woolf dans Une Chambre soi, davoir cinq cent livres de rente et une chambre dont la porte est pourvue dune serrure, si lon veut crire une uvre de fiction ou une uvre potique 10. La demande profre par V. Woolf ne peut pas ne pas faire rsonner toute cette topographie, indissolublement fantasmatique et anatomique, que Freud fait advenir dans son coute initiale des hystriques. Partant de cette chambre alloue, il sera possible, dans le travail clinique, daccder une cration onirique qui se situe dans le sillage de cette tentative dinscription spatiale. Je pense une configuration onirique qui advient essentiellement dans des analyses de femmes, du moins daprs les squences que jai pu rassembler, et que je nommerai : rve de la chambre supplmentaire. La rveuse, situe dans un espace initialement familier, quelle croyait avoir explor, dcouvre la prsence dune porte qui donne sur une extension inattendue de lespace, sur une chambre supplmentaire. Chambre que le rve met en rapport avec dventuels visiteurs. Or cet accs au rgime du supplmentaire marque une ouverture souvent accompagne du sentiment de limpossible dans laccs la jouissance. Un remaniement fantasmatique sopre ainsi, permettant, non pas de faire lconomie du thme de la castration, mais de mettre en place un rseau dinscriptions autres.

Document téléchargé depuis www.cairn.info - Universit de Paris 7 - - 81.194.22.198 - 18/02/2014 23h39. © ERES

Lcriture de l espace creux fminin

59

11. Le Sminaire. Livre III, Paris, Le Seuil, p. 198-199.

Document téléchargé depuis www.cairn.info - Universit de Paris 7 - - 81.194.22.198 - 18/02/2014 23h39. © ERES

Un tel mode de travail spcifique de la dimension du supplmentaire peut dailleurs tre dcouvert dans ce qui fait suite lassertion fameuse de Lacan : Il ny a pas proprement parler, dirons-nous, de symbolisation du sexe de la femme comme tel. Si on isole cette dcision , on se livre une annulation de la suite du texte. La phrase suivante dit en effet : En tous les cas, la symbolisation nest pas la mme, na pas la mme source, na pas le mme mode daccs que la symbolisation du sexe de lhomme 11. Ces restrictions tant acceptes, il est possible de faire travailler le jeu de la ngation et dentendre quon peut aussi parler de symbolisation la symbolisation na pas la mme source , mais de symbolisation autre.

Document téléchargé depuis www.cairn.info - Universit de Paris 7 - - 81.194.22.198 - 18/02/2014 23h39. © ERES