Vous êtes sur la page 1sur 8

LE FL A GR A N T DÉ L I T

OCTOBRE 2009 VOLUME 3 NO. 1

Été zambien et respect des droits humains

Photo: Jeremy Sculnick
Photo: Jeremy Sculnick

Jeremy Sculnick et Jason Benovoy entourés des autres participants du programme Initiative un Monde à Partager - Shared World Initiative

Félix-Antoine Pelletier Lesage

fpell095@uottawa.ca

L’été dernier, des étudiants de la Section de droit civil se sont engagés avec d’autres étudiants de l’Université d’Ottawa dans des projets visant à pro- mouvoir le respect des droits humains. Deux étudiants de troisième année, Jason Benovoy et Jeremy Sculnick, ont participé au programme «Initiative un Monde à Partager - Shared World Initiative» (IMP). Ils se sont rendus en Zambie afin de se concentrer sur les droits des populations vulnérables. À titre de directeur et membre fondateur de ce programme qui existe depuis 5

ans, Jason Benovoy s’est entretenu avec le Flagrant délit sur leurs réalisa- tions estivales. Le groupe d’IMP est composé de 12 étudiants volontaires de l’Université d’Ottawa qui ont séjourné durant deux mois et demi en Zambie. Ils y ont mis sur pied six projets de « réadaptation en vase communautaire » basés sur les besoins exprimés par la population de Chazanga, un quartier défavorisé de la Capitale zambienne Lusaka. Parmi leurs réalisations, on peut compter un programme d’ateliers visant l’amélioration des capacités d’un grou- pe de femmes handicapées, un système d’évaluation de programmes de coopé-

ration communautaire, des analyses pour un groupe s’occupant des droits des personnes handicapées, l’aménagement d’un espace sécuritaire pour accueillir les enfants après l’école et l’organisation d’activités de musique et de sport axées sur la pré- vention du sida. Enfin, le groupe a mis en place un programme éducatif visant à sensibiliser les enfants au respect de leurs propres droits fondamentaux. Le programme de sensibilisation des enfants à leurs propres droits prend toute sa pertinence, alors qu’en Zambie le sida a décimé une généra- tion entière de parents. Les orphelins de cette épidémie meurtrière se retro-

uvent abandonnés ou pris en charge par des proches ou moins proches. Ils sont très souvent victimes d’abus de droit de toutes sortes. Les violations peuvent aller d’abus physiques ou sexuels à la prostitution ou au travail forcé. En cela, le programme vise à éduquer les enfants sur ce que consti- tue une violation de leurs droits. On leur apprend ce qu’ils sont en droit de refuser ou au contraire d’exiger. Pour mener à bien ses projets, IMP avait pour partenaire un organisme de Chazanga s’appelant Bwafwano qui s’occupe d’environ 16 500 enfants orphelins ou vulnérables.

Suite en page 6

MENTOR 2009/2010 VOUS VOYEZ-VOUS CHEZ NOUS? M e Michèle Denis Directrice des programmes étudiants STIKEMAN
MENTOR 2009/2010
VOUS VOYEZ-VOUS
CHEZ NOUS?
M e Michèle Denis
Directrice des programmes étudiants
STIKEMAN ELLIOTT S.E.N.C.R.L., s.r.l.
AVOCATS

Page 2

Le Flagrant Délit

Octobre, 2009

Nouvelles

Starting and Ending Law School at the Bar:

A Journey Through Semaine 101

Carla Korzinstone

ckorz049@uottawa.ca

Before we traded our beers for books, the Civil Law Student Association (AEEDCO), most commonly known as the “ASSO”, planned one more week of wild adventures, popu- larly known as “Semaine 101”. From bungee jumping to binge drinking on the beach, the first- year students got a little taste about how hard it is to survive in our program from their more experienced party-savvy stu- dent peers. For most, the return to school is usually accompanied with bittersweet sentiments. Registering for interesting courses means having to carry unbearably heavy legal text- books from class to class and spending time with old friends is usually limited to studying together in the library. The back-to-school period also marks a difficult transition from lazy, hot summer days to a structured schedule and the monotony of three-hour lectu- res in windowless classrooms. Despite the rhythm of early morning classes, late-night study sessions and stressful exam periods, the faculty and student association help ensure that the transi- tion to law school is not only a smooth one, but also an enjoyable one. From September 7th through the 11th, the Civil Law Student Association organized a week of stu- dent-led activities that kick started the new school year. In a city where wild partying is hard to find, the members of the ASSO showed the newcomers that law students still know how to kick back and have a good time. On the first day of activities, the new students lined up to register for the events and, in the process, were supplied with a ‘Droit Civil’ T-shirt, promotional materials supplied by various law firms, and most important-

ly, a bracelet--their all-access pass to the week’s events. “The level of parti- cipation was particularly high this year,” remarked Alik Angaladian, VP External of the AEEDCO. “Approximately 170 students took part, which doubled from last year.” This show of enthusiasm allowed for a

event!” After starting their second full day at school with a lesson about basic legal research in an immersion class, the new students had the opportunity to sample something a little more tas- teful at the Dean’s barbecue lunch. The students mingled with professors,

nelle” and the Dean’s cocktail. They watched as, one by one, academic merit awards were presented to some truly outstanding students. The fun resumed for the duration of the weekend with non-stop activities from Thursday through Saturday. The surprise event turned out to be a priva- te party for Civil Law students at Tila Tequila, one of Ottawa’s top nightclubs located in the Byward market. After intense late night partying and a rough stumble home, the ASSO plan- ned what could possibly be the best cure for a hangover: bun- gee jumping! Once again the troops gathered at the Fauteux building and headed to the Morisson Quarry for a thrilling adventure. The evening culmi- nated in a light dinner and a bonfire, where everyone was given the opportunity to warm up to one another. “I had such a great time and met a bunch of

new people,” Chloe Roche, a first year student from out of town who did not know many people upon starting the pro- gram, said. “All the events got me really excited for the upco- ming year!” Semaine 101 concluded on

Saturday with a picnic on Parliament Hill, organized by Amnesty International. This event allowed the students to unwind after a week of fes- tivities. “All in all, Semaine 101 was a great success! It really exceeded all expectations,” Angaladian, said. “The students really surprised us with their positive energy, enthusiasm and parti- cipation level!” For first-year students, entry into the University of Ottawa’s Faculty of Law represents a significant milestone in the path to becoming a lawyer. Many challenges and setbacks are sure to be encountered along the journey, but with the help of the Civil Law Faculty and the ASSO, the new stu- dents can be proud of the fact that they overcame their first hurdle: surviving Semaine 101!

Photo: Marie-Pier D. Dallaire
Photo: Marie-Pier D. Dallaire

fantastic kickoff event at a nearby beach where the new students got to know one another through icebreakers, various games, sports activities and a barbecue. “The weather was great and there were lots of activities,” Stephane Cohen, a first-year student who atten- ded the Beach Party, said. A native of Montreal who enrolled in the program directly from CEGEP, Cohen felt that the event allowed him to meet new people from different backgrounds and to get a feel for law school from second and third year students who were also present to answer questions. “Moving to Ottawa and starting law school is definitely an adjustment and at first I felt a little bit out of place,” Cohen admitted, “but everyone was so friendly and kind. It was a great

administrative staff, and fellow stu- dents before returning to class. In the afternoon, they attended the more for- mal Dean’s welcome event, where they were presented with the quintessential legal document that will eventually guide them for the next three years: the Civil Code of Quebec. Later that night, they celebrated this honor, of sorts, with a “pubcrawl” around four of Ottawa’s hottest bars. On the third day, the rigors of law school finally started to set in as clas- ses for all students began. In the after- noon, the members of the AEEDCO executive introduced themselves and announced the exciting events and pro- jects planned for the upcoming year. It was then time for the new students to look their best for the “rentrée solen-

le flagrant délit

Journal étudiant de la Faculté de droit Section de droit civil

Rédacteur en chef

Maquettiste

SectionVieCampus

Section Sports

Correcteurs

GABRIEL QUERRY

MERISSA LICHTSZTRAL

SIMONLABAT

ISAAM BAKHTI

GEORGE BALABANIAN HAYDEN BERNSTEIN

Rédacteur en chef adjoint PHILIPPE CORDISCO

Section Nouvelles GABRIELLE FORTIER-COFSKY

Section Arts et Culture MARIKA BOYKO

CARLA KORZINSTONE SELINA SFORZA

Pour nous contacter: flagrant@uottawa.ca

Octobre, 2009

Le Flagrant Délit

Page 3

Nouvelles

Nouvelle année : entre changement et continuité

Catherine Blanchard

cblan016@uottawa.ca

Le 1er juillet dernier, Sébastien Grammond prenait officiellement les rênes de la Section de droit civil de la Faculté de droit de l’Université d’Ottawa. Après avoir occupé les postes de doyen à titre intérimaire après le départ de Nathalie Desrosiers en décembre der- nier et de vice-doyen à la recherche de 2005 à 2008, M. Grammond entrevoit son man- dat avec confiance. Lorsqu’on lui demande ce que la Section de droit civil représente pour lui, Sébastien Grammond souligne d’emblée le caractère distinct de l’enseignement qui y est dispensé. « Nous préparons les étudiants à œuvrer en droit civil, dit-il lors d’une entrevue accordée au Flagrant délit. Ce n’est pas un enseignement strictement basé sur un trans- fert de connaissances, mais aussi sur les aptitudes à rai-

sonner. » Le nouveau doyen mentionne aussi la portée de la formation octroyée. « Nous tentons de donner une formation la plus large possible. Nous misons sur le droit international, autant

par d’échanges internatio- naux que par des cours axés sur le domaine. Nous met- tons aussi l’accent sur l’interdisciplinarité, des façons non tradi- tionnelles de voir le droit. » Et c’est entre autres par la recherche que M. Grammond voit le développement de cet enseignement. « Il s’agit d’un volet très important à appuyer, poursuit-il puisque c’est elle qui nourrit l’enseignement. Le droit est un domaine qui se transforme sans arrêt, donc nous devons nous adapter aux changements, sinon nous répé- terions les mêmes choses qui

étaient enseignées 30 ou 50 ans passés ». C’est pourquoi il en fera une de ses priorités.

épaulés pour qu’ils puissent prendre de la maturité, explique-t-il. C’est le cas de la mineure en droit ou du programme de droit canadien, tous deux ayant débuté en septem- bre 2008. Il y a aussi le programme de doctorat qui a commencé tout récemment en septemb- re 2009. Et nous tra- vaillons aussi sur la mineure qui sera dispensée en anglais dès septembre 2010. » Nouveau visage pour le pavillon Fauteux L’automne dernier, la communauté universi- taire était mise au cou- rant des projets d’agrandissement de la Faculté de droit. Il avait entre autres été question d’un financement de ces réno- vations par le cabinet privé d’avocats Ogilvy Renaud. « On ne peut rien annoncer de définitif pour le moment, explique M. Grammond. L’université travaille encore

explique M. Grammond. L’université travaille encore Autres objectifs ? M. Grammond envisage aussi se consacrer

Autres objectifs ? M. Grammond envisage aussi se consacrer au dévelop- pement de nouveaux program- mes offerts par la Faculté. « Plusieurs projets nouvelle- ment implantés doivent être

le biais

sur des possibilités d’optimisation des ressources, des projets moins coûteux. » Cependant, le nouveau doyen affirme qu’il s’agit effectivement d’un objectif à moyen terme. « Nous voulons pouvoir accommoder le nomb- re croissant d’étudiants, autant en Common law qu’en Droit civil, mais aussi le nombre de professeurs. C’est un sujet qui préoccupe beaucoup les deux doyens. » Désir de continuité Une ligne directrice guide les projets de M. Grammond à titre de nouveau doyen : celui de la continuité avec les pro- jets entrepris par l’ex-doyen- ne, Nathalie Desrosiers. « C’est sûr que je vais continuer dans la même lignée. J’ai beaucoup d’admiration pour le travail que Mme Desrosiers a accom- pli. Nous avons souvent tra- vaillé ensemble et je compte continuer et consolider ce qu’elle avait entrepris. »

Retrouvailles 2009 : des révélations surprenantes!

Marie-Pier D. Dallaire

mdufr057@uottawa.ca

C’est samedi le 26 septembre dernier qu’avait lieu la journée « Retrouvailles » de la Section de droit civil de l’Université d’Ottawa. Voilà qui était une occa- sion parfaite pour se rappeler les bons souvenirs qui ont rendu le passage de ces étudiants à la licence en droit civil inoubliable. À l’ordre du jour étaient annoncés un souper ainsi qu’une soirée dansante au Pavillon Tabaret. C’est à ce moment que les anciens et anciennes ont replongé dans leurs souvenirs respectifs. Plusieurs se sont livrés au jeu et ont confié au Flagrant délit des anecdotes et faits cocasses qui démontrent que malgré les années qui nous séparent, les étudiants en droit civil de l’Université d’Ottawa ont beaucoup de points en commun, du moins plus qu’on pourrait le penser… « On a perdu la coupe?!?! » - Me Pascal Lauzon, pro- motion 1999. L’ancien Vice-président aux affaires spor- tives, Pascal Lauzon, avoue avoir perdu le trophée de la Coupe des Sports (Sports Cup) lors des Jeux ridiques (Law Games) à Montréal en 1998. « Nous avions gagné la coupe, raconte Me Lauzon. Je tenais le trophée dans mes mains et puis le lendemain, il avait disparu. Mais je soupçonne encore aujourd’hui les autres équipes ». Les étudiants présents cette année-là se sou- viendront toute leur vie de cet évènement qui s’est déroulé en plein cœur de la crise du verglas. Certains affirment que l’Université de Montréal était un des seuls endroits où il y avait alors de l’électricité. Le Fauteux vedette, ancêtre du Flagrant délit Lors de sa création, le Flagrant délit portait le nom de

Fauteux vedette. Alors que le journal étudiant de la Section de droit civil portait ce nom, les lecteurs avaient la chance de lire de magnifiques poèmes écrits par nul autre que notre doyen adjoint M. Thibault! Ce dernier a confirmé qu’aucun exemplaire du Fauteux vedette avaient été retrouvés dans les archives de l’école…dossier à suivre! Me Catherine Patry, qui a occupé le poste de rédactri- ce en chef du Flagrant délit lors de son passage à l’Université d’Ottawa, s’est dite surprise que le Flagrant délit ait été dénudé de sa section Potins. « C’était de loin la section du journal la plus lue, affirme l’ancienne rédactrice en chef de la promotion 1999. Je me faisais un malin plaisir à écrire cette section

à chaque mois. Mon but n’était pas

de dévoiler des choses humiliantes,

mais bien de faire jaser les gens et surtout de les faire rire ». Kidnappings insensés Hélène Cossette, diplômée de la Section de droit civil en 1969 avoue avoir été témoin de plusieurs kidnappings durant ses trois années

à la licence. « Une journée où nous

avions un cocktail au 3e étage, des étudiants sont arrivés avec une chèvre, raconte Mme Cossette. Notre invitée surprise a passé la soirée sur la terrasse où nous allions la nourrir avec les sandwi- ches offerts pour l’évènement ».

Il semble donc que la capture de La Poule À Max soit du déjà vu

entre les murs du Pavillon Fauteux. Mme Martine St- Louis a aussi avoué qu’un certain professeur s’est déjà retrouvé dans la vitrine du magasin La Baie après s’être fait enlever par des étudiants. Une demande en mariage lors du PBH Le concours du Plus bel homme (PBH) célèbrera cette année son 35e anniversaire. Cette tradition bien établie a donné lieu à plusieurs évènements inoubliables. Catherine Patry se rappelle que lors de sa dernière année en droit civil un des candidats au titre de plus bel homme avait demandé sa femme en mariage lors de son « talent show »! « C’était vraiment surprenant!! Un très beau moment qui doit rester dans les anales de la Faculté », s’est exclamée Mme Patry.

Photo: Marie-Pier D. Dallaire
Photo: Marie-Pier D. Dallaire

Promotion de 1999 et fiers de l’être

Page 4

Le Flagrant Délit

Octobre, 2009

É d i t o r i a l

Mot du président

Pour les étudiants de première année, l’excitation des premiers jours s’est proba- blement déjà transformée en découragement devant la pile de jurisprudences à lire ! Pour ceux de deuxième et troisième année, ce qui retient l’attention, c’est probablement le défi de revenir à la vie scolaire et à son stress après un été de liberté. Quoi qu’il en soit, même si nous ne voulons pas nous l’avouer, il y a toujours une petite partie de nous qui trépide à la vue de ce cher pavillon Fauteux et qui nous pousse inexorablement à y revenir chaque jour. Comment expliquer cela? Eh bien, selon moi, ce qui crée cette sensation, c’est un sentiment d’appartenir et de participer à quelque chose de plus grand que nous. L’analyse de ce senti- ment m’amène à penser que cette sensation ne pourrait se développer que par une certaine implication au sein de la faculté. C’est pourquoi, en ce début d’année, je profite de cette tribune pour vous inciter à vous impliquer. IMPLI- QUEZ-VOUS !!! Mais qu’est-ce que cette fameuse implication dont on parle si souvent ? Ne vous méprenez pas, plusieurs vous répéteront que c’est ce qui embellit votre C.V. Bien que cette affirmation soit vraie, l’implication est à mon sens bien plus que cela : c’est en fait un facteur de réussite incontournable. Toutefois, un mythe constant semble perdurer selon lequel les activités paras- colaires nuisent au rendement académique. Il est évident que l’excès n’est jamais souhaitable, même dans ce domaine. Toutefois, on peut s’apercevoir qu’au contraire, une participation active à la vie facultaire donne un maximum de chan- ces de réussir votre licence. C’est entre autres avec les amis que vous vous ferez à travers ce type d’activité que vous pourrez chercher de l’aide pour étudier et mieux réussir vos cours. C’est ce même réseau de contacts, que vous créerez au fil des prochains mois, qui vous sera utile plus tard, dans votre vie professionnel- le. Ce sont ces personnes qui pourront vous aider dans la recherche d’un emploi ou vous assister dans une cause et non pas les centaines de jugements que vous pourrez lire lors de votre licence. Votre participation active à la vie de la faculté sera très certainement l’héritage le plus important que vous retirerez de vos étu- des. Je vous en conjure donc saisissez les opportunités qui vous sont offertes. L’AÉÉDCO s’efforcera, tout au long de l’année, de mettre à votre disposition plusieurs activités ; quelles soient d’ordre académique, culturel ou bien social, tous peuvent y trouver leur compte. Aucune activité ne semble vous convenir ? Proposez-en une et aidez-nous à la mettre sur pied ! Par exemple, si vous êtes passionnés par un domaine particulier du droit, démarrez un club, invitez des conférenciers, organisez des débats ; vous pourrez ainsi mettre votre pierre à l’édifice. Je ne saurais le répéter assez, je suis extrêmement fier du travail déjà accompli par les membres du conseil exécutif de cette année. Elles et ils mettent temps et efforts afin de vous assurer la mise en place des meilleurs outils pour faire de

Photo: Philippe Cordisco
Photo: Philippe Cordisco

votre licence une expérience extrêmement enrichissante et positive. Semaine carrière, cocktails, law games, souper étiquette, party… c’est notre rôle en tant qu’exécutif de votre association étudiante de vous fournir les oppor- tunités de vous impliquer. Toutefois, le choix reste le vôtre et personne ne vous tordra un bras pour vous voir à ces activités (Charte des droits et libertés oblige)! Demandez-vous seulement : que vous restera-t-il de votre passage à la faculté de droit, dans ce pavillon complètement UNIQUE qu’est Fauteux?

Bruno Gélinas-Faucher Président AÉÉDCO

La voix vers la réussite :

Entre compétition et coopération, optique critique comparée du succès en droit civil de première année

Philippe Cordisco

pcord080@uottawa.ca

« Regardez celui à votre droite, regardez celle à votre gauche, d’ici la fin de l’année, il ne restera qu’un de vous trois. » Selon la légende, ce sont les dernières paroles d’un professeur qui aurait maudit les étudiants de la Section de droit civil il y a mainte- nant 36 ans, avant de périr par les flammes du bucher allumé en son honneur devant le pavillon Fauteux. Même après de nombreuses années, les malédictions du prophète de malheur n’ont jamais réussi à atteind- re les étudiants de la deuxième meilleure Faculté de droit civil du Canada selon le magasine Maclean’s du 18 septembre. Qui n’a jamais entendu parler du nombre d’échec avant d’arriver en droit ? Voici les chiffres. L’an passé, seulement 6% des étudiants ont échoué leur première année. Sur les

226 inscrits, cinq personnes recommencent entière- ment les cours de première année pour obtenir de meilleures notes, alors que 14 sont exclues pour cause de moyenne trop faible (moins de 4 sur 10) pour passer en deuxième année. 94% des étudiants peuvent donc poursuivre leurs brillantes études sans trop avoir à redouter la compétition puisque nous sommes visiblement tous minimalement perfor- mants. Évidemment, certains apparaissent sur le palmarès du doyen, mais l’important, après les résultats, c’est de se démarquer par sa personnalité et son esprit de groupe. Comme le souligne le professeur Denis Nadeau, « c’est le travail d’équipe qui est révélateur de nos capacités. » À son avis, sur le marché du tra- vail, « plus rien ne se fait seul » et l’étudiant aurait tendance à déformer la réalité coopérative au profit de la représentation ultime qui est la plaidoirie indi- viduelle. L’approche individualiste, « ce n’est pas la

réalité » soutient le professeur Nadeau. Il reste à sou- haiter que cette optique visionnaire contamine le corps professoral et ensuite la Faculté au grand com- plet pour faire des étudiants des praticiens mieux adaptés au milieu de travail et disons-le, des gens plus agréables, souriants, détendus et sociables. Un des nouveaux professeurs, nul besoin de le nommer, a déclaré, dans un élan de volubilité, une énormité au premier cours de l’année. « Je donne des examens qui ont pour objectif de me permettre de distinguer les étudiants intelligents des étudiants médiocres. » Par indulgence ou par gêne, les étu- diants n’ont pas cru bon d’aggraver les choses en répliquant que tous les admis sont intelligents et que personne n’est médiocre en deuxième année de droit ! Quoi qu’il en soit, cette anecdote est révélatrice de la mentalité compétitive qui attend bientôt les finis- sants. Combien seront atteints de ce mal ?

Octobre, 2009

Le Flagrant Délit

Page 5

Nouvelles

Entrevue avec le Professeur Pierre Foucher

Un spécialiste en droit linguistique

Gabrielle Fortier-Cofsky

gfort099@uottawa.ca

Professeur à la Faculté de droit civil, Pierre Foucher s’est récemment vu attribuer le Programme d’appui aux droits linguistiques du gouvernement fédéral en collaboration avec l’Institut des langues officielles et du bilinguisme. Il donne également un cours en droit linguistique à la session d’automne et un cours de litige en droit linguistique à la session de janvier. Le Flagrant délit lui a posé quelques questions concernant le Programme et son domaine de prédilection.

Le Programme d’appui aux droits linguistiques Quel est l’objectif du Programme d’appui aux droits linguistiques? Le Programme d’appui aux droits linguistiques a été octroyé à l’université par un contrat renouvela- ble de 4,5 millions de dollars sur 3 ans. Son objectif premier comporte trois volets: sensibiliser, informer et diffuser de l’information sur les droits linguis- tiques, mais il a également pour but de régler les litiges en droit linguistique. Pour se faire, il y aura d’abord des séances de médiation obligatoires. En cas d’échec, le Programme financera les poursuites qui seront cependant limitées aux litiges linguis-

tiques touchant la Constitution canadienne.

Est-ce que les étudiants peuvent s’impliquer, et si oui, comment? Le Programme est avantageux pour les étudiants sur plusieurs points. Celui-ci leur offre la possibili- té de faire de la recherche et éventuellement des thèses de maîtrise ou de doctorat en droit linguis- tique. De plus, des stages d’été et de Coop seront offerts au sein du Programme.

Le droit linguistique au Canada Quelle est d’après vous la province qui accommode le plus aisément ses minorités linguistiques? Il est difficile de dire qu’une province accommode plus aisément qu’une autre ses minorités étant donné que chaque province en est à des stades dif- férents. Par exemple, le Nouveau-Brunswick est officiellement bilingue malgré que l’application de ce bilinguisme laisse à désirer. Pour ce qui est du Québec, il protège bien ses minorités anglaises, mais limite l’usage de l’anglais. C’est la même chose pour l’Ontario, mais là encore l’application du bilinguisme laisse à désirer.

Est-ce que l’aspect fédératif du système politique canadien facilite ou complexifie les revendications

linguistiques? Cet aspect complexifie les revendications linguis- tiques, car il est difficile d’harmoniser les régimes du fédéral et du provincial. De plus, il peut y avoir des différences entre les points de vue de ces deux paliers de gouvernement.

Quelle est la question la plus importante en droit linguistique aujourd’hui? Encore et toujours l’éducation. C’est à l’école que se joue la survie du français au Canada. L’instruction doit être de qualité égale en français et en anglais et, pour cela, les ressources nécessaires doivent être mises de l’avant, ce qui n’est pas le cas. Il y a également place à l’amélioration des services gouvernementaux concernant les groupes linguis- tiques minoritaires. Il est important que ces services soient offerts dans les deux langues, mais aussi que la langue de travail soit la langue de la minorité. Du côté du secteur privé, il y a là aussi beaucoup de travail à faire. Plusieurs entreprises, multinationa- les, ou autres ne sont pas au courant qu’il y a des minorités au Canada. C’est le cas au Nouveau- Brunswick où l’affichage dans les deux langues est optionnel. Plusieurs entreprises décident alors de n’afficher qu’en anglais.

décident alors de n’afficher qu’en anglais. Vie Campus L’Union de fait : Le Québec ancré dans
décident alors de n’afficher qu’en anglais. Vie Campus L’Union de fait : Le Québec ancré dans

Vie Campus

décident alors de n’afficher qu’en anglais. Vie Campus L’Union de fait : Le Québec ancré dans
décident alors de n’afficher qu’en anglais. Vie Campus L’Union de fait : Le Québec ancré dans

L’Union de fait :

Le Québec ancré dans les mœurs d’antan Une conférence de Me Anne-France Goldwater

Selina Sforza

ssfor037@uottawa.ca

À l’occasion du premier midi-conférence de l’année scolaire 2009-2010, la section de droit civil a eu l’honneur de recevoir Me Anne-France Goldwater. L’avocate se retrouve présentement plongée dans un dossier hautement médiatisé sur les conjoints de fait alors qu’elle défend l’ex- conjointe d’un riche homme d’affaires québécois. Cette cause pourrait bien faire changer la donne pour tous les conjoints de fait du Québec si elle se conclut favo- rablement pour celle que l’on surnomme « Lola ». Le Québec, la capitale des enfants nés hors mariage Me Goldwater avance qu’au Québec environ 40% des jeunes femmes vivent dans une union de fait et qu’en moyenne 52% des enfants sont issus d’une relation hors mariage. En effet, les couples mariés se retrouvent maintenant en minorité au sein de la province. Toutefois, aux dires de Me Goldwater le droit québécois est

loin d’être au diapason de la société. Le droit ne semble pas avoir évolué avec cette nouvelle façon de vivre chez les couples du Québec. Le fédéral définit le mariage dans la Loi sur le mariage civil comme étant une union légitime entre deux personnes de même sexe ou de sexe opposé. Si on suit la logique, un enfant né hors mariage est un enfant illégitime. Au 21 e siècle, est-il juste de dire que plus de la moitié des enfants québécois sont illégitimes? Me Goldwater invite à se questionner sur l’institution du mariage qui serait peut- être en voie de devenir désuète. La mythologie des relations de couple L’avocate spécialiste en droit de la famille s’est empressée d’affirmer que l’amour, ce n’est pas le mariage. Que l’on soit marié ou non, c’est à nous que revient la décision de choisir la personne que l’on désire avoir à nos côtés. Donc, pourquoi les conjoints de fait n’auraient pas les mêmes droits que les couples mariés? La question semble bien simple pour Me Goldwater alors qu’elle se retro-

uve au sein d’un grand débat de société. En questionnant la foule présente lors de la conférence, Me Goldwater deman- de, y a-t-il une différence entre les cou- ples en union de fait et ceux qui sont mariés? Elle répond en affirmant avec fougue que ce n’est pas parce que les gens ne sont pas mariés qu’ils ne ressen- tent pas les mêmes sentiments qu’un cou- ple marié. La relation des conjoints de fait n’est pas moins « sérieuse ». Elle soutient qu’il est faux d’affirmer que les conjoints choisissent la liberté plutôt que la protection puisqu’il y a confusion entre les divers états civils. Selon l’avocate, les Québécois ne comprennent pas les différen- ces légales entre ces situa- tions alors qu’elles sont très importantes puisqu’elles

mettent en jeu le bien-être financier des parents ainsi que celui des enfants impli- qués. Quoi qu’il en soit, Me Anne-France Goldwater a donné tout un spectacle devant une salle comble qu’elle a su gar- der en haleine avec ses propos souvent crus et choquants. On peut dire que le caractère peu conventionnel de cette avo- cate rend cette grande cause encore plus excitante. On devra alors suivre avec attention la suite des développements dans cette affaire qui pourrait faire chan- ger le droit québécois.

suivre avec attention la suite des développements dans cette affaire qui pourrait faire chan- ger le

Page 6

Le Flagrant Délit

Octobre, 2009

Arts & Culture

Aïd Moubarak

Bakhti Issam

ibakh042@uottawa.ca

ع ـ ـ ي ـ ـ ـ ـ ـ ـ ـ د م ــ بـ ـــ ـــا ر ك ع َـ ا شَ ا لع َا ل َم ُ ا ل إ ِس ْلا م ِي ف ِي ا ل ع ِش ر ُون م ِن َ ا لش َّه ْرِ ال فَا رِط ْ أَس ْع َدَ يَو ْم ٍ ف ِي ال س َّن َة ب َع ْدَ ش َهْرٍ ك َا م ِل ٍ م ِن َ ا ل ص ِّي َا م ِ و َ ا ل ح ِر ْم ا ن ِ مِن ْ ك ُل ِّ ش َه َوَا ت ِ ا ل ح َي َا ة ح َي ْث ُ ك َا ن َ ع َل َى ك ُل ِّ م ُؤ ْم ِن إ ن ي َج ْت َن ِب َ ج ُل َّ م َا يُلْه ِي هِ ع َن ْ ذ ِك ْر ِ ا ل له و َ ك ْس ْب ِ ا ل ح َسَن َا ت ِ مَا ا س ْت َط َا ع ل إ تمام أح د ال فر وض ال خ مس ٠ ا لص ي ا م ل م ن ل ا ي ع ر ف مع ن ا ه ف هو م ن ا لن ا ح ي ة ا ل وظ يف ي ّة ال فيزيو ل و ج ية ع ل اج ا ل ت ن ق ي ة ا ل جس م م ن ا ل ر و ا س ب و ا ل ف ض ل ا ت ا ل م ت ر ا ك م ة خ لا ل ا ل س ن ة ح ت ى أ ن ه ف ي ك ث ي ر م ن ا ل م جت مع ا ت

غ ي ر ال إ س ل ا م ية ي نص ح ا ل أط ب ة ب ص ي ا م ت خ ت ل ف مدت ه ب اخ ت ل اف ا ل م رض ف ي م ح اول ة ل ت ن ظ يم ا ل ع م ل ي ة ا ل غ ذ ا ئ ية ف ي ع م ل ي ة ت و ل ي د ا ل ط ا قة ح ف ا ظ ا ع ل ى ص حة ا ل ج س م ل ت خ ل ي ص ه من ك ل

ا ل ت و ك س ين ا ت ا لمت ر ا كمة د ا خ ل ا ل أ ن سج ة و ا لأ و ع ية ا لدمو ي ة٠ أَم َّا ا ل ج َا ل ِيَة ا ل إ ِس ْلا َم ِيَّة ا ل م ُقِي مَة ب ِأ ُط َوَا ف َبَع ْض ُه ُم أق ام م َو ْع ِدًا م َع َ ص َل ا ة ِ ا ل ع ِـ يـد ا ل ّتِي أ ُق ِيمَت ك َك ُل ِّ س َن َة ف ي " س ِي ڤ ِي ك ْ س َا ن ْت َر ". و ب ع د ص ل ا ة خ ش ع ت ف ي ه ا ا ل قل و ب هَن َّأ َ ا ل مس ل م ون

ب ع ض هم ا ل بع ض بخ ت ا م شه ر ر م ض ا ن ا لك ري م الذ ي ق ي ل عن ش أن ه ف ي ال ح ديث ال ق دس ي: ق ا ل ا ل ل ه س ب ح ا ن ه و ت ع ا ل ى : "ك ُل ُّ ع َم َل ِ ا ب ْن ِ آ د َم َ ل َه ُ إ ِلا َّ ا ل ص ِّي َا م َ ف َإ ِن َّه ُ لِي و َأ َن َا أ َجْز ِي ب ِه ِ و َا ل ص ِّي َا م ُ

ج

ل ِل ص َّا ئ ِم ِ ف ر ح ت ي ن ي َف ْر َحُهُم َا:إ ِذ َا أ َف َْطَر َ ف َر ِح َ و َإ ِذ َا

ل

َق ِي َ ر َب َّهُ ف َر ِح َ ب ِص َو ْمِه"ِ ب خ تي ع ص ا م

ُن َّةٌ و َإ ِذ َا ك َا ن َ يَو ْمُ ص َو ْم ِ أ َحَد ِك ُم ْ ف َلا َ ي َر ْفُث ْ و َل ا َ يَص ْخَب ْ ف َإِن ْ س َابَّه ُ أَح َدٌ أ َو ْ ق َات َل َه ُ ف َل ْي َق ُل ْ إ ِنِّي ا م ْر ُؤ ٌ ص َا ئ ِم ٌ و َا ل َّذ ِي ن َف ْس ُ م ُح َم َّد ٍ ب ِي َد ِه ِ [

م

ُت َف َق ٌ ع َلَيْه ف هن يء ل ِك ُل ِّ م ُسْلِم ٍ ص ِيَا مَه ُ و َ ت َق َب َّل ََ ال ل ه ص َل ا تَه ُ و َ قِي َا م َه ٠

]

Le monde islamique a vécu au 20 e jour du mois de septembre le plus beau jour de l'année après un mois de jeûne et de négation de tous les plaisirs de la vie. Un mois où chaque musulman devait être le plus proche de la perfection morale, afin d’accomplir l’un des cinq piliers de l’islam. Du point de vue fonctionnel, le jeûne est un traitement physiologique visant la purification du corps des sédiments et des déchets accumulés pendant l'année. De sorte que, même dans certaines sociétés non-musulmanes, il est souvent recommandé de jeûner pour des périodes X et cela dans une tentative d'organiser le proces- sus alimentaire et de brûler les graisses pour préserver une bonne santé et pour se débarrasser de toutes les toxines accumulées dans les tissus et les vaisseaux san- guins. Certains membres de la communauté musulmane de l'Outaouais se sont donné rendez-vous lors de la prière de l'Aïd qui, cette année, a eu lieu au «Civic center». Après la cérémonie, les fidèles ont célébré la fin du mois sacré du Ramadan, un mois dont Dieu a dit: «toutes les œuvres du fils d'Adam sont pour lui sauf le jeûne, qui est pour moi et je récompense ceux qui le pratiquent. Si une personne d'entre vous pratiquera le jeûne, qu'il ne commette pas d'obscénité, et si quelqu'un l'insulte ou veut se bagarrer avec lui, qu'il dise : je fais le jeûne (je m’abstiens de répondre). […]Pour la personne qui fait le jeune deux joies l’attendent : 1- manger après avoir jeûné, et 2- le jour où il rejoindra son créateur » '. Hadith koudoussi. Agréé. Qu’heureux soient donc ceux qui ont jeûné, et que vos prières soient exhaucées.

« J’accuse ! »

On veut toujours avoir gain de cause, mais par quels moyens ?

George Balabanian

gbala021@uottawa.ca

Causa est bien sûr à l’origine du mot cause. La cause, c’est encore chez nous le procès et ce notamment quand on « plaide une cause ». Toutefois, lorsqu’on plaide, surtout en position d’accusé, il faut donner la raison, l’explication de sa conduite. Il en était de même

à Rome, si bien que causa y

avait déjà pris le sens de

« raison d’un évènement »,

« motif ». Le verbe causare signifiait

« plaider dans un procès ».

Le parler populaire employait le verbe, par plai- santerie, au sens de « parler abondamment, bavarder », d’où l’un des sens de causer, c’est-à-dire « être la cause

de », qui n’existait pas en latin classique. Le latin vul- gaire utilisait, lui, causa
de », qui n’existait pas en
latin classique. Le latin vul-
gaire utilisait, lui, causa
dans le sens très général
peu
et
il
n
é t a
i t
plus utilisé
exclusive-
d’« affaire », puis « objet » :
ment dans
ainsi aboutit-il en français à
chose. En ancien français, le
verbe choser avait plusieurs
sens, tels que « disputer avec
quelqu’un, blâmer, injurier,
accuser, contester ».
Dans les verbes compo-
sés, -causare devenait –cusa-
retirer » du latin recusando
« nier, rejeter, opposer » de
re + causari « plaider comme
une raison, soulever des
objections, alléguer », dont
le sens premier est « rejeter
comme non conforme à la
loi ou la jurisprudence ».
Cependant, très tôt au
Moyen-Âge, le mot ruser
avait acquis une connotation
négative et s’utilisait plutôt
comme « se débarrasser d’un
agresseur, d’un ennemi » et
se verbe s’est spécialisé dans
le
domaine
de
la chas-
se,
d’où,
a
p
r
è
s
1625,
sa
significa-
t
i
o
n
m o d e r n e
re, d’où accusare « intenter
un procès à », excusare
« moyen,
p r o c é d é
« mettre hors de cause » qui
l’idée d’un succès acquis
sans affronter l’ennemie en
face, mais en employant des
subterfuges.
Le mot ruse a été introduit
en anglais en 1410 et signi-
fiait « mouvements afin
d’esquiver un animal tra-
qué ». Son champ séman-
h a
b
i
l
e
est à l’origine de notre excu-
se et recusare « repousser un
dont on se
sert
pour
procès ou une accusation ».
Ce dernier terme a été fré-
quemment employé par la
population et s’est transfor-
t r o m p e r,
pour abu-
ser,
pour
mé en ancien français en
reüser et ensuite ruser
dissimuler ».
Donc, il n’est pas difficile
de pouvoir soulever que
dissimuler, à abuser, ait pro-
bablement été très utile
durant l’histoire.

« esquiver, repousser, se

tique s’est élargi quelque

cette habileté à tromper, à

Suite de la page 1

Étudiante à la Section de common law, Giulia Reinhart

a été l’initiatrice du projet sur

les droits des enfants. Pour éla- borer son programme, elle s’est inspirée de la méthode

participative d’Équitas International. L’approche est

participative, parce que les enfants apprennent leurs droits à travers des jeux. De plus, elle autonomise le processus de

sensibilisation au respect des droits de l’enfant en formant des moniteurs qui, à leur tour, en formeront de nouveaux. L’objectif est de faire naître au sein la population, chez les

adultes et surtout chez les enfants, un respect des droits humains fondamentaux dépas- sant la portée d’une simple loi. Espérons qu’avec tous ces efforts, le respect des droits

humains devienne une préoc- cupation familière ne s’appuyant non pas sur la crainte de la sanction, mais bien sur le respect de la dignité humaine.

Octobre, 2009

Le Flagrant Délit

Page 7

Arts & Culture

Critique culinaire

Bakhti Issam

ibakh042@uottawa.ca

En avez-vous marre de cuisiner chaque jour? Marre de passer des heures

dans la cuisine pour un repas qui ne dure même pas un quart d’heure? Ou

avez-vous juste besoin d’un petit changement d’ambiance?

Flagrant délit a pour mission de vous faire découvrir les restaurants les plus chics comme les moins dispendieux. Voici donc les restaurants qui ont attiré mon intention et ma gourmandise :

Restaurant pour amoureux : L’Italie est connue depuis toujours pour son romantisme et ses traditions qui en sont empreintes. Il était donc normal que, dans ma quête d’un restaurant pour amoureux, même si j’étais seul, je me dirige vers des restaurants italiens. Voici celui sur lequel je me suis arrêté :

Canal Ritz Restaurant : Situé au bord du canal Rideau au 375 Queen Elizabeth, on y retrouve une ambiance conviviale, malgré le manque de couleur à l’intérieur. Ce dernier détail reste comme une fausse note au milieu de la plus parfaite des musiques de Vivaldi. Fausse note, c’est vrai, mais qui se fait vite oublier avec un service exceptionnel, un goût exquis et des prix qui en valent la peine ( environs 80$ pour un repas complet pour deux personnes) en plus d’une vu imprenable sur le canal. Coup de cœur : la tarte au chocolat Sabayan (6$) Note : 8/10

L’équipe du

Pizzeria : Avez-vous remarqué que, de nos jours, toutes les pizzas ont plus ou moins le même goût?, moi si… Et c’est en quête de nouvelles saveurs que je suis tombé sur une pizza qui n’est vraiment pas comme les autres :

Forno Antico - 683 Bronson : En passant à côté de ce restaurant, ce fut comme si l’odeur de la bonne pizza m’avait attrapé par les narines pour me tirer vers l’intérieur. Je dois avouer que la décoration n’était pas à la hauteur et le sourire était un ingrédient presqu’introuvable, mais ‘’DIO MIO’’ que la pizza était bonne!!! Un voyage dans le temps à chaque bouchée… Coup de cœur : la Primavera (11.95 – 17.95) Note : 7/10

de cœur : la Primavera (11.95 – 17.95) Note : 7/10 S p o r ts

S p o r ts

Catherine Scott, athlète de la semaine

Une future juriste au sommet de sa forme

Photo: Laetitia Angba
Photo: Laetitia Angba

Laetitia Angba

langb064@upttawa.ca

Catherine Scott, étudiante en droit civil, a été sélectionnée athlète de la semaine pour son esprit d’équipe et la qualité de son jeu. Sur le terrain tapissé de vert, la silhouette du numéro six se lance à la conquête du ballon de soc- cer. Entrevue avec une jeune femme à l’énergie contagieuse.

Si tu devais te décrire en quelques mots, quels seraient-ils ? Au début de l’année, avec l’équipe, on fait une affiche sur laquelle on inscrit nos qualités dans la vie et sur le ter- rain. Sur mon affiche, on peut lire que je joue bien, je chante bien, j’ai une attitude positive, une très bonne vision du jeu, j’envoie de bonnes balles et que je suis toujours souriante !

Avoir une passion, une flamme pour le soccer, provient souvent d’une expérience passée qui a été source d’inspiration. À quand remonte tes premières étincelles ? Mon premier contact, c’est avec mes frères qui jouaient et moi je les regardais assise sur le banc. Je faisais du ballet et de la gymnas- tique et des choses comme ça. Je les ai vu jouer et j’ai dit maman, moi je veux jouer au soccer, et puis c’est à peu près cela qui est arrivé. J’ai commencé à jouer au soccer à cinq ans, pour les Strawberries.

Comment as-tu réagi à ta nomination d’athlète de la semaine ? Pour moi, être athlète de la semaine, ça veut dire que quelqu’un reconnaît que ce que je fais sur le terrain est bien. Mais je ne recherche pas les honneurs personnels, je préfère que mon équipe réussisse bien. Si quelqu’un me demande ce que je préfère entre être

nommée l’athlète de la semaine pour le Canada au complet ou voir mon équipe gagner un match, ce serait que mon équipe gagne un match.

Quels seraient les conseils que tu don- nerais aux étudiants qui aimeraient pratiquer un sport, mais qui n’ont pas la motivation constante ou même, qui ont peur de s’engager dans le domaine sportif ? Il y a plusieurs différents niveaux de sport à l’université. Les sports intra- muraux donnent l’opportunité de faire de l’activité physique même si tu n’as pas forcément trop de temps. Si tu n’es pas sûr d’être capable de gérer tes étu- des et le sport que tu auras choisi, je te recommande juste d’avoir confiance en toi-même et tu vas en être capable. Cela te demande plus d’efforts, mais c’est tellement bénéfique. Il n’y a rien de mieux que de représenter ton uni- versité. Par exemple, la semaine der- nière, on a joué un match. Il y a des gens qui sont venus de partout pour nous encourager. Quand tu représentes ton université, tu as une certaine fierté. Si nous marquons un but, nous mar- quons un but pour les gens dans les estrades également et ils en sont fiers. Représenter ton université, cela met ton expérience universitaire à un autre niveau.

Le Flagrant Délit

VOUS VOYEZ-VOUS CHEZ NOUS? M e Michèle Denis Directrice des programmes étudiants 514 397-3073 mdenis@stikeman.com
VOUS
VOYEZ-VOUS
CHEZ NOUS?
M e Michèle Denis
Directrice des programmes étudiants
514 397-3073
mdenis@stikeman.com
STIKEMAN ELLIOTT S.E.N.C.R.L., s.r.l.
AVOCATS
www.stikeman.com