Vous êtes sur la page 1sur 6

le petit guide cinéma pour la classe

sortie en salle
10 décembre

Réalisateur Pour prolonger le film


Jacques-Rémy Girerd Aux éditions Milan : album du film,
Scénario romans pour petits et grands, coloriage
Jacques-Rémy Girerd, Antoine Lanciaux, et livre documentaire (parution en novembre 2008).
Iouri Tcherenkov et Benoît Chieux Aux éditions Bayard: la revue J’aime Lire de décembre 2008
Création graphique et scénarimage contiendra une pré-histoire de Mia (avant le film).
Benoît Chieux Le site de Folimage : www.folimage.com
Musique
Serge Besset
Voix Le Centre national de documentation pédagogique et
Garance Lagraa (Mia), Dany Boon (le Migou), le réseau SCÉRÉN [CNDP-CRDP] proposent de nombreu-
Laurent Gamelon (Jekhide), Pierre Richard (Pedro), ses ressources dans le domaine de l’éducation à l’image :
Miou-Miou (Juliette), Yolande Moreau (les tantines ressources en ligne, en libre accès sur www.sceren.fr, et
et la sorcière), Charlie Girerd (Aldrin), également ouvrages, cédéroms, DVD vidéo libres de droits
et aussi Jean-Pierre Coffe, Romain Bouteille, pour la classe, etc., en vente sur www.sceren.com.
Jean-François Derec, Line Weblé… Le CNDP édite Cinédoc, les petits guides cinéma pour la
Studios de fabrication classe : des dossiers d’accompagnement diffusés dans les
Folimage (Valence), Enarmonia (Turin) établissements scolaires et en ligne sur le site du CNDP.
et Gertie-Colourland (Milan) Pour tout contact : cinedoc@cndp.fr
Coproduction
Folimage, Enanimation, Gertie, France 3 Cinéma,
Rhône-Alpes Cinéma, Sayers Studios et Bayard Presse Ce dossier a été rédigé par Pierre Lecarme,
Distribution animateur à l’oral et à l’écrit, auteur de 1001 activités
Gebeka Films autour du cinéma (éditions Casterman).
Durée 1 h 31 min www.pierre-lecarme.net

Coordination Loïc Joffredo


Le site officiel du film Édition Anne Peeters
Crédits photo © Folimage
www.miaetlemigou.fr Maquette Catherine Villoutreix
Le blog du film Imprimeur Vincent Imprimeries [ CNDP – CR DP ]
12 www.myspace.com/miaetlemigou Réf.: 00008104 1
Objectifs
Comme le dit son réalisateur Jacques-
Mia est une fillette qui décide de quitter
Rémy Girerd : « C’est un film person- son village natal quelque part en Amérique
nel, soit ! Mais c’est aussi un film du Sud pour partir à la recherche de son
collectif. » Il raconte une histoire
inventée par un et plusieurs créateurs
père. Ce dernier travaille sur un chantier
du studio Folimage. Ceux-ci ont mis gigantesque dans une forêt paradisiaque
en route un processus de création qu’un promoteur cynique veut transformer
visuelle et sonore avec des impéra-
tifs de temps et de finance. Une tech-
en luxueuse résidence hôtelière.
nique précise du cinéma d’animation La route est longue et passe par
a été choisie : celle du dessin animé
une montagne énigmatique peuplée d’êtres
en deux dimensions.
Le premier objectif d’un cinéaste est mystérieux. Au cœur de ce monde
de nous faire ressentir des émotions de légende, la fillette découvre un arbre
et de nous donner à réfléchir. Parler
ensemble d’une œuvre, c’est se l’ap-
hors du commun et se confronte
proprier en favorisant les échanges aux véritables forces de la nature.
entre jeunes spectateurs. Il n’y a
aucune obligation à tout vouloir jus-
tifier, expliquer, rationaliser ou fournir Avec ce deuxième long métrage, l’équipe
des réponses types. Chaque spectateur de Jacques-Rémy Girerd et des studios de
s’approprie une situation avec ce qu’il
est, ce qu’il ressent. Donnons aux
Folimage, après La Prophétie des grenouilles,
enfants l’occasion d’écouter comment confirme qu’elle garde une belle énergie
chacun perçoit et défend son point de dans l’artisanat des films d’animation,
vue pour les aider à se construire et à
grandir. Incitons-les à devenir, tout
avec une patte, une identité spécifique
simplement, des spectateurs actifs ! et collégiale immédiatement reconnaissable.
Des questions
Ce dossier est la mise à plat subjective
de différents éléments composant le
récit : les personnages, les objets et ce
qui concerne la nature et le surnaturel.
À vous de choisir habilement les
quelques informations qu’il vous sem-
ble important de mettre en avant lors
de votre présentation aux enfants,
pour qu’ils ne butent pas aux détours
du récit.
En fonction des premières réactions
Entretien avec Jacques-Rémy Girerd,
spontanées des enfants pendant et à auteur, réalisateur et producteur
l’issue de la séance, laissez-les expri-
mer leurs émotions et interrogations. Point de départ Tous les trois sont des graphistes narrateurs. J’aime partager Destruction spectaculaire de l’arbre
Revenez un temps sur ce document Il faut revenir six ans en arrière. Je commence à voir le bout de La Prophétie des le travail d’auteur, mélanger différents univers personnels, Chaque histoire doit trouver ses phases de paroxysme.
pour organiser un peu plus tard votre grenouilles. Le film ne dévore plus tout mon temps. Sans que je m’en rende compte, multiplier les sources créatives. L’écriture se transforme alors Un film, c’est comme une symphonie, avec ses moments
séance d’échanges et la mise en place mon esprit commence à vadrouiller ailleurs, du côté d’une nouvelle histoire. en aventure humaine. de palpitation, ses chocs émotionnels, suivis d’apaisements
d’activités. Reprenez nos propositions Je me laisse un peu aller au plaisir. C’est un moment excitant, avec un futur grand ou de libération, comme la scène des retrouvailles
avec votre propre vocabulaire et en évi- défi à la clef. Bientôt, il n’est plus possible de retenir ce bouillon intérieur. De l’énergie sur six ans entre pères et enfants. On comprend à ce moment-là
tant d’induire des réponses. Vos ques- Les premiers nœuds se libèrent. J’aime construire à partir de quatre images Six ans, c’est long ! Chacun cherche la meilleure façon de tenir, que le conte de fée va se réaliser. La pluie peut alors
tions permettront de vérifier que fondatrices : une petite fille avec son apparente faiblesse et sa candeur conquérante, sans perdre sa fraîcheur. Pour ma part, j’essaie de toujours me tomber sur les personnages du film et les rassembler.
toutes les informations ont bien été un géant tout puissant mais capable de chanceler, l’esprit d’un road-movie et l’instinct placer à la bonne distance du film, sans trop me focaliser. Pour
comprises et feront ressortir les irréductible de parler de cette planète qui ne va pas bien, des liens complexes entre cela, je me rends disponible, libre, à l’écoute et concentré. Loin Les traces souhaitées pour les enfants
impressions des enfants et celles des parents et enfants, des relations entre les hommes, bref, de la vie, quoi ! et près à la fois. C’est un plaisir de susciter un scénario, de J’aimerais qu’ils gardent l’idée que, dans la vie, tout n’est
adultes qui les accompagnent ! Elles mettre des talents multiples au service d’une œuvre, de sentir pas figé, qu’on a le droit de se tromper, que tout un
seront multiples et diverses. Le film Premier acte d’écriture la force créatrice de ses compagnons de travail. Avec la volonté, chacun est perfectible, que les choses peuvent jouer
est à la fois l’objet et le support de la Avant d’être un scénario, l’histoire prend une forme littéraire, à la manière d’un conte. malgré des sujets graves, de rester dans le registre de la autrement. Un peu comme le petit coin de l’arbre
prise de parole. À ce stade, les mots font la loi. Ça pourrait même devenir un roman. Je m’entoure comédie, de la poésie, de l’humour décalé. Ceci dit, je garde qui n’a pas été touché par la roquette de Jekhide.
Bonne séance et belles rencontres autour alors de quelques camarades pour écrire le scénario : Antoine Lanciaux, Iouri la main sur la direction des comédiens, le jeu des animateurs et Il reste toujours de l’espoir, même dans les situations
2 de Mia, du Migou et de leur univers. Tcherenkov, présents déjà dans La Prophétie des grenouilles, puis Benoît Chieux. la musique. Je tiens à maîtriser tous les ressorts de l’émotion. les plus désespérées. 3
Un réseau de personnages La sorcière dans la cabane
est sans doute l’esprit
il détruit l’Arbre à coup de bazooka : « Le problème, c’est
l’autre!» C’est pourtant lorsqu’il accepte enfin d’être aidé
de ces trois tantines, puis- par les autres et de les respecter qu’il commence à gran-
L’histoire de Mia et le Migou, particulièrement Fraternellement, il va consoler Jekhide, le soigner et le qu’elles ont la même voix ! dir, à découvrir qu’il aime toujours sa femme, qu’il est
riche, est construite en arborescence. Il paraît faire renaître à une nouvelle vie. plutôt minable face à son fils et que l’ouvrier qu’il mépri-
indispensable de repérer les personnages et les JEKHIDE sait peut lui apprendre son métier de père.
différents groupes auxquels ils appartiennent. Dès le départ du film, il est clair que la mère de Mia est AU DOUBLE VISAGE Après avoir évoqué les rapports avec son fils, il est utile
Mia est le personnage central du récit, l’héroïne bien morte, mais Mia sait la retrouver dans ses rêves. Jekhide est l’un des per- d’aborder rapidement le fait que Jekhide est aussi un
qui n’a pas peur d’affronter des épreuves Elle la garde bien présente dans son cœur, soutenue par sonnages les plus forts patron ambitieux et cynique. Mais quelles sont ses inten-
pour accomplir la mission qu’elle s’est donnée : son message de confiance, «Si tu crois très fort en toi…», du film et sans doute tions quand il construit en pleine nature ce projet immo-
rejoindre son père. que l’on découvre sous la forme d’une courte chanson. celui qui suscitera le bilier réservé à un public fortuné ? Quelles en sont les
plus d’interroga- incidences écologiques ? Quel est son principal souci ?
MIA ET SA FAMILLE Les trois tantines, aux grands chapeaux des trois bri- tion de la part des D’arriver à boucler ce projet pharaonique qui doit lui rap-
C’est une famille très classique avec le père, la mère, la gands de Tomi Ungerer, veillent sur Mia séparée momen- enfants. Il appar- porter un maximum d’argent. Pour cela il a besoin des
fille et les tantines. Mais la mort de la mère et l’éloi- tanément de son père : « On est responsable de toi. » tient à deux grou- autres : d’une part des financeurs et des politiques (hom-
gnement du père permettent à l’histoire de démarrer et Elles sont surtout décontenancées devant le choix de pes, celui de la galaxie d’Aldrin mes d’affaires, ministres corrompus et réseaux militaires
à chaque protagoniste de se repositionner. Mia : « C’est décidé, je vais retrouver mon père ! » Elles et celui des hommes autour du ou de contrebande) ; d’autre part des ouvriers du chan-
Mia est une fillette d’à peine dix ans qui vit aujourd’hui n’ont pas de noms dans le film et on ne les retrouve qu’au chantier. tier. Lorsque Jekhide apprend
dans un pays sud-américain. Elle a perdu sa mère et générique final devant les deux familles recomposées. Il est d’abord le père d’Aldrin. Les qu’un ouvrier, Pedro, est sans Avec la classe
décide de rejoindre son père Pedro qui travaille à jeunes spectateurs ne parleront doute englouti sous les décom- Ne pas oublier qu’un enfant a tout à
l’autre bout du pays. Elle affronte les montagnes et la sans doute pas spontanément de ses bres du chantier, il demande fait le droit de ne pas exprimer devant
nature pour arriver à ses fins. Elle en sort victorieuse rapports avec son fils. Il est plus facile simplement que l’on envoie une ses camarades un sentiment trop per-
parce qu’elle est déterminée : « Ça ne me fait pas et confortable pour un enfant de pro- couronne de chrysanthèmes à sonnel pour lequel il a du mal à pren-
peur », et qu’elle sait s’enrichir de toutes les rencontres jeter l’image de son propre père sur la femme du disparu. Quand il a dre du recul. Laisser le travail se faire
de ce long périple. Elle a confiance dans la magie de ceux Pedro que sur celle de cet homme besoin de Mia, il tente de en lui. Et veiller toujours à revenir uni-
qui la protègent, tout particulièrement le Migou. Son ambitieux, destructeur, amoral… et pour- l’amadouer pour se débarrasser quement aux descriptifs des person-
voyage est un rite de passage, une quête initiatique pour tant attachant. « Jekhide est la contraction de Jekyll, du Migou et n’hésite pas à lui nages du film, en étant bien conscient
grandir et bientôt devenir une femme. le brave docteur, et Hyde, le terrible démon », annonce annoncer brutalement la des images personnelles que chacun
Jacques-Rémy Girerd. Et Benoît Chieux, qui lui a donné mort de Pedro. Son fils projette dans cette analyse.
Après l’Arbre à l’envers, Pedro est le premier personnage figure humaine, précise: «Pour moi, Jekhide est une vraie lui reproche d’aller trop
que l’on voit dans le film. Appuyé sur une barrière en caricature, une grande gueule avec sa part d’inconscience loin et lui assène un
pleine nuit, le père de Mia regarde les étoiles et, tan- totale. C’est un enfant gâté. » La clé du caractère de ce « Papa, arrête ton
dis que l’on entend la voix de celle-ci chantant, il l’a- personnage tient aussi dans la phrase qu’il profère quand cinéma ! »
perçoit en songe. Pour ajouter au drame, c’est lui
qui disparaît sous les décombres du tunnel
quand les grues s’effondrent, renversées par Entretien avec Benoît Chieux, scénariste et créateur graphique
le Migou. Enseveli, Pedro survit quelques
jours et rencontre son Naissance des personnages Le tracé de contour des personnages est ouvert, là où je place ma caméra. Je joue
patron destructeur. Le Migou n’est ni animal, ni végétal, ni minéral, c’est légèrement coloré et aléatoire d’un dessin à l’autre. avec les montées, les descentes :
un personnage fantastique qui n’existe pas, c’est pour Cela me plaît qu’il y ait un peu de maladresse, toutes les scènes en montagne
cela que je l’ai dessiné avec une bouche irréelle sans parfois la beauté du résultat vient de l’imprévu. Les m’en donnent la possibilité.
langue ni dents : un trou qui lui traverse le visage. décors sont peints à la gouache en format réduit C’est beaucoup plus facile
Dans Mia et le Migou, les adultes sont beaucoup plus puis agrandis ensuite au format des personnages que de faire vivre les scènes à
enfantins que les enfants qu’ils côtoient. Pour dessiner pour garder cette impression de taches de couleurs. l’intérieur de l’hélicoptère, plus
des enfants, le travail est toujours plus difficile parce Nous avons eu recours au travail sur ordinateur et figées. Mon boulot, c’est de donner
que la caricature n’est pas possible, ils s’expriment parfois à la 3D pour les hélicoptères, les flammes, vie à chaque personnage et de
peu avec le visage, leur langage est plus corporel. l’eau ou la fumée, mais avec le souci de respecter le rendre crédibles leurs relations,
Les enfants ont une place centrale très importante qui style très « manuel » du graphisme en deux leurs évolutions. De longs
fait contrepoids avec des personnages plus loufoques dimensions, pour conserver une unité. échanges avec Jacques-Rémy
Avec la classe comme Nénesse ou la sorcière presque animale. sont nécessaires pour être
Proposer aux enfants d’éta- Je cherche toujours à dessiner des personnages avec Faire vivre une séquence sûr d’avancer dans la même
blir une galerie de portraits un minimum de traits. Le vêtement reflète le caractère Mon travail n’est pas seulement de dessiner le direction. Je suis très heureux
décrivant l’aspect physique et les général du personnage et évolue avec lui. Regardez la portrait précis de chacun des personnages, il est de faire des films pour
actions principales de chaque person- transformation du costume de Jekhide, par exemple. aussi de créer un mouvement à l’intérieur de chaque les enfants, j’ai mis
nage. En tirer ensuite ensemble quelques qua- séquence. Je construis la mise en scène comme une plus de quinze ans
lificatifs de caractère pour mieux les définir. Le Les contraintes d’un dessin que l’on anime musique parfois rapide, parfois lente. L’émotion est pour arriver au plaisir de dessiner, pour inclure dans ma vie
travail est bénéfique en petit groupe, puis retour au Je suis très sensible au dessin, les personnages ne aussi créée par le rythme des plans qui s’enchaînent. le plaisir d’apprendre. Aujourd’hui, j’aimerais savoir dessiner
4 grand groupe avec confrontation des perceptions. sont pas seulement des formes mais aussi des lignes. Je me pose toujours la question du point de vue, de un personnage représentant la sagesse. 5
LA GALAXIE D’ALDRIN des financeurs, leur permet de Mizoguchi, ainsi que, pour le cinéma d’animation,
La famille d’Aldrin est beaucoup moins classique que On découvre Maggy, la mamie d’Aldrin, élégante et rose, contester les choix de leur celui de Starevitch, cinéaste russe passé maître dans
celle de Mia et plus proche des tribus actuelles et de leur dans l’appartement de son fils Jekhide, qu’elle appelle patron et de mettre toute l’art des marionnettes animées.
jeu de reconstruction évolutif. Aldrin est un enfant unique « mon poussin, mon bébé ». Elle refuse pour cette fois leur énergie à retrouver
solide et responsable qui souffre du manque de dispo- de garder Aldrin. Elle a décidé, à sa façon, de lutter leur collègue Pedro. Ils Pour Jekhide, l’argent n’a pas d’odeur. On le comprend
nibilité de son père Jekhide, de sa mère Juliette et de contre la canicule en se payant une cure en thalasso- seront les témoins de la mieux lorsqu’il fait ses achats d’armes avec Aldrin dans
sa mamie Maggy. Trois adultes, qui à l’opposé de ceux thérapie. Elle est accompagnée par un sympathique rap- renaissance de leur ce sous-sol dont les murs sont couverts d’armes des-
de Mia ne sont pas mis en avant par leur statut de peur, Charlemagne, typé par son accoutrement, son patron et de leur copain, tructrices en proclamant : « Je me sens bien ici, la pou-
père, mère ou grand-mère. Il construira avec Mia une fra- langage et son attitude. On les retrouvera tous les et surtout des retrou- dre, la force, le courage… » Ce à quoi son fils Aldrin
ternité qui leur fait défaut. deux dans les images du générique de fin menant leur vailles entre les deux répond : « Tu parles, ça pue ! » Il faut sans doute aussi
petite barque. La grand-mère s’est visiblement émanci- enfants et leurs pères respectifs. expliciter la présence des militaires qui l’escortent et
Aldrin est un petit garçon d’une dizaine d’années qui pée de son petit-fils et de son fils « qui n’a pas su gar- celle des liasses de billets qui circulent. À la fin du film,
vit au cœur d’une grande ville riche. Parce que son père der sa femme ». Costumes noirs et lunettes rendent si tous les protagonistes semblent réunis joyeusement
Jekhide se trouve dans l’obligation de l’emmener avec identifiables les hommes d’affaires. par la pluie, le marchand d’armes reste seul, aban-
lui lors de la visite du vaste chantier, Aldrin va ren- LES HOMMES AUTOUR DU CHANTIER Leur seul intérêt est d’être certains donné dans son local inondé. Comme dans les aventu-
contrer Mia, découvrir la nature de cette nouvelle région À côté des rapports familiaux, le film parle à sa façon de la fiabilité du projet de res de Tintin, à la fin, les bandits sont punis ou
et juger son père. Il croise une première fois Mia quand des rapports professionnels et du monde des affaires construction qu’ils regardent repentants !
elle emprunte un car pour rejoindre son et de l’argent. Jekhide en est l’élément fédérateur, mais d’abord sous la forme d’une
père Pedro. Il la retrouve plus tard lors- nullement le maître, que ce soit avec les ouvriers du maquette. Prudents, ils exigent ET D’AUTRES PERSONNAGES…
qu’elle monte avec lui dans l’héli- chantier ou les investisseurs potentiels. Petite leçon de survoler le chantier pour Il existe d’autres personnages qui font avancer le récit
coptère, alors qu’elle a déjà sur l’importance de la qualité des rapports humains dans constater l’état des lieux. Johnson, et apportent des touches de solidarité et de gentillesse.
rencontré le Migou. Aldrin est une entreprise, quelles que soient ses finalités de secrétaire de Jekhide, leur sert On n’oubliera pas ce groupe de petites filles sur la
passionné par les étoiles, sa lunette production. d’intermédiaire et les accompagne. jetée à l’ombre de leurs trois ombrelles, pas plus que
astronomique lui permet de les Nous apprenons plus tard par Pablo qui se laisse diriger par Mia quand il s’agit de des-
observer la nuit… Et de recevoir une La bande à Nénesse réunit cinq ouvriers, Pedro, téléphone qu’ils se retirent du cendre un précipice à la verticale et à bord d’un radeau.
petite météorite qu’il offrira plus Nénesse, Baklava, Jojo la frite et Malakof, éloignés de chantier, ce qui fait éclater de On retiendra la bonhomie tranquille du père Mabœuf à
tard à Mia. Sa mère Juliette est leurs familles à cause de leur profession. Quand ils ne rire le secrétaire de Jekhide. vélo suivant la ligne électrique, tout juste après le
à l’autre bout du monde. Son travaillent pas, ils tuent le temps en jouant aux cartes Jacques-Rémy Girerd s’est amusé plan sur l’avion traversant le ciel. On reconnaît, là encore,
père n’a guère pris le temps jus- et en trichant entre eux. L’arrêt de leur chantier, par à leur donner les noms de grands cette affection pour un monde des transports plus respec-
qu’à maintenant de s’occuper de l’intervention du Migou puis par le désengagement réalisateurs : Huston, Bergman, tueux du rythme des hommes. Maïté, la forte femme qui
lui. Aldrin se rebelle contre protège Mia sous sa robe, reste
Jekhide, refuse ses choix tout aussi un personnage truculent
en quémandant la part d’affection qui n’hésite pas à mettre sa
dont il se sent redevable. C’est ce père transpiration à contribution pour
qui au finale demande à son fils de que le car puisse poursuivre sa
lui pardonner. route. Tous les personnages de
ce récit ont une existence propre
Juliette, la maman d’Aldrin, est encore qui dépasse le cadre du film, mais
une mère absente physiquement, et qui certains disparaissent et ne bou-
fait passer son travail de scientifique clent pas l’histoire. Cela enlève
en priorité. Jekhide dit à son fils qu’il à cette œuvre la qualité de conte
ne sait plus trop si sa mère est « une dans lequel tout élément apporté
scientifique ou un pingouin ». Grâce doit être ensuite réinvesti pour
à son téléphone, elle tente de rester conclure l’histoire. Elle donne
en contact avec son fils Aldrin en l’envie au spectateur de laisser
lui redisant combien elle l’aime. pousser lui-même quelques-unes
C’est de l’Antarctique qu’elle dit de ces branches.
aussi son inquiétude devant l’état
de la banquise. En cela elle
Avec la classe défend une conscience écolo- Avec la classe
Représenter chaque membre de cette gique et sa mission se trouve en Dessiner ou reproduire les hommes
galaxie par une planète dans le ciel totale opposition à celle de son autour du chantier. Les identifier par
qui porte son nom. Les rapprocher ou époux qui « ne voit la nature que leur nom. Attribuer à chacun un objet
les éloigner en fonction des liens qu’ils comme un moyen de faire du qui le représente. Doter chacun d’une
ont entre eux. Inventer des météori- fric ». Juliette reste optimiste première bulle pour retranscrire un
tes porteuses de messages entre les puisqu’elle avoue que « cette extrait de leur dialogue, puis d’une
uns et les autres pour améliorer leurs nature nous offre parfois des sur- deuxième en forme de nuage cor-
6 relations. prises tellement sublimes ». respondant à ce qu’il pourrait penser. 7
Objets inanimés et animés
Les enfants ont rarement conscience que
reproche cette
tout ce que l’on voit et entend dans un film
intrusion
a volontairement été placé là par son
dans son
réalisateur : rien n’est là par hasard et tout a
local, mais
un sens. Cela est d’autant plus vrai dans un
lui confie
dessin animé où rien de ce qui a été tracé,
une dernière
mis en couleurs ou décrit n’arrive
pomme que
par hasard. Chaque trait, chaque seconde
Mia offre ensuite
répond à une question et coûte de l’argent.
gentiment au Migou.
Tout doit donc être au service du récit,
Celui-là en est ravi et
du propos ou des sentiments que l’on veut
l’expédie à travers le trou
provoquer chez le spectateur.
qui lui sert de bouche. Les
enfants ne manqueront pas
Les trois grigris apparaissent posés devant la de se souvenir d’un autre conte dans lequel
tombe de la mère de Mia. Elle les tient dans sa une sorcière donne une pomme à une jeune fille :
main ou les porte contre son cœur dans le fou- Blanche-neige, bien sûr! Où l’on retrouve aussi cet amour
lard qu’elle a joliment noué sur sa poitrine. Elle partagé de la forêt si pleine d’animaux affectueux et D’autres objets, outils, instruments et moyens de Enfin, de nombreux moyens de Avec la classe
les perd dans la cabane de la sorcière. Ils se paisibles ! Et Jekhide est pourchassé par les animaux transport parsèment l’histoire. Le petit ventilateur transport permettent d’accomplir Partir des objets est un autre moyen
composent d’une plume que l’on voit à la main de après avoir détruit l’Arbre, comme la fameuse sorcière portatif est l’outil de confort personnel que porte près ces périples pleins de dangers : d’entrer dans le film par une multitude
Mia quand Pedro pense à elle, d’un petit cube d’onyx, est poursuivie, elle, par les sept nains de Disney. de son visage l’un des hommes d’affaires. Les télépho- radeau, autocar bondé et pous- de petites ouvertures. Cela permet de
et d’un coquillage d’escargot. nes portables sont souvent des objets qui font avancer sif, bicyclette à voiles, hélicop- vérifier ce qui a été réellement vu sur
Le mobile des Migous est une manière très graphique le récit (le secrétaire de Jekhide fait le relais avec les tère dans lequel embarque, l’image, entendu grâce à la bande-son
Le foulard permet à Mia de se protéger des autres quand d’annoncer ce drôle de personnage et sa démultiplica- financeurs, la maman d’Aldrin reste en contact avec contrainte, Mia qui n’hésite pas et de le distinguer de nos différentes
elle veut s’isoler devant la tombe de sa mère, de se tion, au nombre de sept comme les nains du conte, les son fils depuis la banquise, le portable du père d’Aldrin cependant à faire confiance à la interprétations. Rien n’empêche chaque
prémunir du froid après la neige et la glace, de retenir sept jours de la semaine, les sept jours de la création… se déclenche pour une offre de fidélité alors que l’héli- magie pour voler dans les airs… spectateur de se faire son propre film
sa tignasse. On fera ici le parallèle avec la petite prin- Les enfants pourront prendre du plaisir à recopier ce gra- coptère est sur le point de s’écraser). Ailleurs, ce sont à condition que cela reste plausible et
cesse dans Azur et Asmar de Michel Ocelot qui retire son phisme et en faire l’objet de différentes décorations. des armes, des billets de banque, des cartes à jouer… cohérent. Poursuivre cette visite à
foulard et laisse s’épanouir sa partir d’indices ouvre aux intentions
Avec la classe belle crinière en signe de reven- du réalisateur : ce qu’il a voulu dire, ce
Expliquer ce qu’est un grigri: une amu- dication féminine. Le foulard qu’il souhaite transmettre.
lette, un fétiche, un talisman. apparaît quand Mia sort de sa Entretien avec Serge Besset, compositeur de la musique
Demander aux enfants en quoi ces maison pour remonter la colline
porte-bonheur aident Mia. Imaginer et prendre sa décision. Elle le Au cinéma, normalement, le compositeur intervient Pour Mia, la musique est arrivée avec les premières était important qu’une musique énergique l’accompagne,
avec eux ce qu’ils peuvent symboliser perd quand elle saute de l’héli- quand le film est fini, monté, définitif à 98 % ; et il images. Souvent le réalisateur propose des musiques c’est le rythme de l’aventure d’un long métrage, j’utilise
plus précisément. Par exemple : la coptère avec Aldrin pour voler à a quatre mois pour faire son travail. Dans le cinéma qu’il connaît. C’est difficile parce qu’il y a toujours des cordes frottées rapides, énergiques. À d’autres moments,
plume fait référence à la nature et à nouveau. Le foulard amène une d’animation et avec Jacques-Rémy surtout, ça ne se pour le compositeur l’impression d’avoir à copier, j’épure, comme à sa première apparition quand elle monte
l’envie de voler, le cube est un dé qui discussion autour de la chevelure passe jamais comme ça ! C’est lui mon référent, il mais en même temps le compositeur sait vraiment ce vers la tombe de sa mère : je mets en avant une guitare
laisse sa place au hasard, le coquillage de Mia, la couper est un moyen faut qu’il soit content, le film, c’est son bébé. Il dit que le réalisateur aime. La musique permet de classique sans vibrato. Avec Jacques-
d’escargot symbolise la maison que l’on de nous montrer qu’elle est déjà que la musique c’est 50 % d’un film ! Le compositeur transcender, de sortir le sentiment. On peut être Rémy, je ne négocie pas, il me dit oui Avec la classe
porte sur son dos ou le nécessaire physiquement en train de se doit être caméléon, il doit rentrer dans le film, être ému par une musique. J’écoute les souhaits, je fais ou non. Il doute rarement, ajoute Faire aussi marcher sa mémoire audi-
retour sur soi. transformer. Cela découvre ses proche du réalisateur. Certains disent que le des propositions, on réajuste. Il faut trouver un quelquefois une intention tive. Repérer dans le film des séquen-
petites boucles d’oreille et laisse compositeur fait le style d’un réalisateur. Le film thème, et ensuite l’orchestrer correctement. Cela supplémentaire. La retranscription pour ces où la musique prend une grande
la place au pendentif météorite d’animation est très spécifique. À Folimage, j’ai passe par beaucoup de doutes, d’incertitudes. l’orchestre est un moment très lourd, importance, rechercher les couleurs ou
que lui offre à la fin Aldrin. travaillé sur des courts, des moyens et des longs Le travail d’orchestration est très long, très solitaire. nous avons travaillé avec l’orchestre de le rythme qu’elle apporte. Identifier
métrages. C’est un peu comme une recette de cuisine, il faut Sofia qui réunit de très bons musiciens, les chansons et l’information supplé-
Mia n’hésite pas C’est toujours très difficile de se caler sur des empiler des instruments différents. J’écoute, je teste notamment de bonnes cordes, qui ont mentaire ou complémentaire que don-
à rentrer dans images, de coller à elles tout en apportant une autre avec toutes mes machines. Je suis devant mes trois l’habitude des musiques pour les films. nent leurs paroles. Observer que tous
la cabane de humeur. Il ne faut pas être dans la redondance, dans écrans : le premier correspond à mon logiciel et avec Chaque instrumentiste porte un casque les bruitages pour ce film ont été
la montagne le contre-pied, il faut souligner l’affaire. Une mon clavier piano je peux simuler tous les sur les oreilles avec un métronome recréés ou enregistrés sur le terrain.
et à se préci- musique peut détourner une image, changer instruments, le deuxième présente ma partition et le intégré. Ils parlent peu, ils jouent ! Le En citer quelques-uns. Demander aux
piter sur le complètement son atmosphère. Il faut aller troisième les images du film. Il faut toujours tomber cinéma d’animation exige de la rigueur à enfants s’ils ont reconnu la voix de
saladier rempli dans le sens de l’image. Dans un film, la synchrone avec les images, tenir compte de la tous les niveaux. Pour la musique, il faut l’un ou l’autre des interprètes (voir la
de pommes qu’elle musique, c’est la même histoire que les images bande-son, des bruitages… toujours très précis chez être juste, précis, pas question de liste page 12) et susciter leur avis sur
8 dévore. La sorcière lui que l’on fait vivre différemment. Folimage ! Puisque Mia est le personnage central, il chuinter à la fin d’une phrase musicale. ces choix. 9
Du naturel et du surnaturel trou qui lui traverse le visage, et du coup un autre trou
dans le ventre ! » La première de ses excentricités tient
d’un homme dépassé par ses ambitions ; lui qui provoque
la glace puis la pluie ; lui qui bascule l’équilibre des-
dans ses possibilités de transformation en nombre et en cendance-ascendance… Voilà une autre qualité narra-
taille. Il peut être amusant de questionner les enfants tive et graphique de ce dessin animé, celle de nous
Depuis la série pédagogique Ma petite planète un petit Migou au fond sur le pourquoi et de lui trouver d’autres capacités permettre d’y faire pousser notre petite graine de folie.
chérie jusqu’au précédent long métrage de nous. La grande magiques qui n’apparaissent pas dans le film. L’Arbre à l’envers est peut-être aussi le narrateur de cette
La Prophétie des grenouilles en passant par expérience [étant] d’ar- On observera avec eux la façon avec laquelle il nous histoire, le créateur de ce monde, celui qui transmet son
Patate et le Jardin potager, un thème récurrent river à entrer en réso- est peu à peu présenté : par la rumeur sur « des monstres, pouvoir à son fils le Migou. Il est le vrai sage du film.
parcourt les productions de Folimage : celui de la nance avec lui ». On peut des démons », par les dégâts causés au chantier, par Les enfants auront sans doute grand plaisir à dire ce que
nature et de sa protection. S’y ajoute la présence le rapprocher de l’ours en ses yeux brillant dans l’obscurité, puis par l’empreinte leur inspirent ses racines qui se cherchent dans le ciel
de personnages relevant du fantastique ou de la peluche de notre enfance, de son pas : « Trouver l’ordure qui chausse du 98 et et cette végétation luxuriante sous la terre. Laissons-
poésie, ce qui permet de parler de surnaturel. de King Kong tenant sa l’abattre ! » Le mobile les repré- leur aussi leurs propres réponses à la présence
Encore une autre façon d’appréhender ce film. précieuse protégée au sente de manière stylisée. On de cette fleur ou fruit qui se déploie pour
creux de la main et du Yéti Avec la classe repérera dans leur langage en donner vie à une nouvelle branche ou
LE MIGOU que Tintin découvre au À chacun le choix de représenter par grommelot quelques phrases qui un nouveau tronc. Sa silhouette peut
Pour Jacques-Rémy Girerd, le Tibet. C’est sous ce nom de le dessin ou de toute autre manière font mouche comme «Impossible aussi être le point de départ de nom-
Migou est « ni un géant, ni Migou que les lamas dési- le Migou qui est en lui et l’Arbre à voir avec les yeux » que ne renie- breux dessins d’autres arbres réels
[d]
un monstre, ni un golem, ni gnent entre eux l’abomina- l’envers qui fait rêver et tout de même rait pas Saint-Exupéry et on s’in- ou symboliques dans la même pré-
un esprit et pourtant un ble homme-des-neiges. « un p’tit peu peur ! » Les créateurs du terrogera sur le trou provoqué sentation cul par-dessus tête !
peu tout cela ! Il est l’ex- Pour Benoît Chieux, il a fallu trouver la vraie identité personnage ont imaginé divers croquis, dans l’arbre qui se retrouve dans
pression des forces de la graphique du Migou : « Le premier croquis était plus comme on peut le voir sur ces pages le ventre des Migous. Ils dispa-
nature, à la fois miné- sérieux, plus impressionnant, avec un visage inspiré d’un [a, b, c,], et le processus a été long raissent après avoir prononcé le Avec la classe
ral, végétal et animal». masque africain et puis j’ai décidé de prendre le contre- pour aboutir au Migou définitif [d]. mot : « Papa ! » et les plus Des échanges et activités sont
Il ajoute, comme dans pied de le rendre plus loufoque, plus proche d’un gros D’après les enfants, pourquoi chacun observateurs les reconnaîtront aussi possibles autour d’autres
le texte de la chanson bébé. Créer en dessin permet d’apporter des différences, des autres Migous a-t-il été aban- sous la forme de nuages au éléments entre rêves et
finale, que « nous avons tous c’est pour cela que le Migou a une bouche irréelle : un donné ? moment où arrive la pluie… sciences : les chutes de
[a] météorites, la destruc-
L’ARBRE À L’ENVERS tion de l’arbre, les
C’est le premier personnage qui ouvre le film ; lui qui fait incidences proches
le lien entre la nature et la poésie, le concret et le spi- d’une guerre nucléaire,
L’image, le son et la passion ! rituel ; lui qui relie la terre à l’espace peuplé d’étoiles ; la neige, la pluie, les étoiles
lui qui est au centre de l’eau, du végétal de la forêt, dans la nuit, mais aussi tout ce qui se
Pour fabriquer un long métrage, à Folimage, il faut enregistrent avant les images avec leur personnalité, des animaux qui y cohabitent, du minéral des monta- rapporte aux multiples animaux et à [c]
d’abord inventer une histoire : une suite d’idées leurs propositions d’interprétation. Le plus difficile gnes qui l’entourent ; lui qui résiste à la folie incendiaire toute la richesse végétale de la forêt.
autour d’une intention forte. Ensuite, il faut est de jongler avec la disponibilité et l’agenda de chacun.
l’organiser dans sa tête et en discuter un peu autour Il y a les bruitages toujours très précis et la musique qui
de soi. Après, il faut l’écrire pour tout mettre à plat doivent harmoniser le tout et apporter leurs propres univers.
comme on le ferait pour un roman pour les enfants. Et pendant ce temps, il faut déjà mettre en route le prochain
À partir de là, on réunit un petit groupe de long métrage d’animation, sans parler de tous les courts
personnes que l’on connaît et reconnaît pour leurs métrages que l’on fabrique sur place depuis plus
compétences de raconteurs d’histoires en images. On de 25 ans. Et cerise sur le gâteau :
dessine beaucoup et discute encore plus ! Le à l’automne 2008, Folimage quitte ses
découpage peut commencer. C’est là que se construit locaux d’origine pour s’installer dans
le scénarimage : une succession de dessins sans l’ancienne Cartoucherie de Valence. Mais
paroles, avec quelquefois des flèches pour indiquer ça, c’est une autre histoire…
les futurs mouvements. Et on s’aperçoit que déjà
près de deux ans sont passés… Bien entendu, il faut
quelqu’un pour trouver l’argent destiné à ceux qui Quelques chiffres
vont travailler sur ce dessin animé pendant trois 15 nationalités différentes
années encore… On fait aussi appel à des collègues 84 taille-crayons électriques
italiens pour donner un coup de pouce. Il y a ceux 216 salariés
qui se chargent de dessiner et d’animer un 1 218 plans
personnage, ceux qui s’occupent des décors, des 15 760 boulettes de papier volantes
mises en couleurs, ceux qui prennent chaque image 22 500 crayons HB
en photo avec une caméra, ceux qui s’occupent des 90 000 journées de travail
effets spéciaux, sans parler de ceux qui créent la 178 960 tasses de café
[b]
bande-son du film. Il y a les dialogues avec un 365 800 feuilles de papier d’animation
10 comédien pour chaque personnage. Eux, ils 8 400 000 euros de budget 11