Vous êtes sur la page 1sur 13

Petits conseils de guérilla urbaine : qui es-tu pour dire que ça ... http://www.article11.info/spip/spip.php?

article540

Rechercher Rechercher
En Sueur
Entretiens
Inactualités
Invités
La France-des-Cavernes
Le Charançon Libéré
Le Cri du Gonze
Littérature
Médias
Sur le terrain

Accueil du site > Le Charançon Libéré > Petits conseils de guérilla urbaine
: qui es-tu pour dire que ça ne servira (...)
T’as ta cagoule ? Un pavé et un lance-pierre dans ton sac ?
"Le Manuel du guérillero urbain" dans ta poche arrière de
pantalon ? Comment ? T’as tout le reste, mais pas
l’ouvrage ? Et bien, ça ne va pas du tout : je serais toi, je
me bouquinerais vite fait le livre rédigé par Carlos
Marighella à l’intention de tous les insurgés avant de repointer le bout de mon nez
ici. Hop, exécution !

Petits conseils de guérilla urbaine : qui es-tu pour


dire que ça ne servira jamais ?
mercredi 16 septembre 2009, par JBB

Je sais : il est loin le temps où une certaine partie de la gauche radicale


s’est posée la question de la lutte armée. Je sais aussi : ceux qui ont
vraiment envisagé la chose, puis l’ont appliquée, se sont souvent
royalement plantés. Sang, tripes et boyaux, dévoiement et errements,
manipulations diverses et incompréhension des opinions publiques,
isolement absolu et jusqu’au-boutisme meurtrier, ce pan de l’histoire de
l’extrême-gauche n’est pas le plus reluisant.

Ce préalable posé - parce que ça va mieux en le disant - , il serait tout


aussi idiot de tresser d’absurdes louanges aux combattants des années 70
que de jeter le bébé (de l’action directe) avec l’eau du bain.
Parce que celle-ci - l’action directe, donc - recouvre des réalités différentes
et des méthodes d’action disparates : entre la confection de bombes et
l’affrontement avec les forces de l’ordre lors des manifestations,
l’enlèvement de figures économiques ou politiques et l’occupation d’usines,
la résistance légitime à une dictature et l’emballement d’une contestation

1 sur 13 18/09/09 15:40


Petits conseils de guérilla urbaine : qui es-tu pour dire que ça ... http://www.article11.info/spip/spip.php?article540

au système, il est autant de points communs que d’essentielles


distinctions.
Parce que - aussi - il est difficile de ne pas se poser aujourd’hui la question
de la légitimité de la violence (au sens large, encore une fois) face à un
régime sans cesse plus dégueulasse, un système plus abêtissant, un
pouvoir plus asservissant : la pensée trotte dans de nombreuses têtes,
celle de savoir quand il importe de se lever pour dire "non", de marquer
brutalement son refus de l’évolution d’un monde, de ne pas accepter que
les choses empirent encore et encore, ad vitam eternam et jusqu’à la
nausée définitive.
Parce que - enfin - on aime l’histoire à Article11, et que Le Manuel du
guérillero urbain en fait partie, à l’évidence. Retour, donc, sur un livre à
part, en tentant de ne tomber ni dans l’imbécile mythification d’un passé
sanglant (encore plus idiote quand elle est fait d’un rédacteur
bourgeoisement installé devant son ordinateur [1]), ni dans le discrédit
tout aussi idiot de l’action directe. De la mesure, les enfants, de la
mesure…

Guérilla urbaine : il y a un manuel pour ça ?

Un peu qu’il existe un guide de la guérilla urbaine ! Il doit même en exister


plein, mais il en est un seul - avec, dans une moindre mesure, l’ouvrage de
théorisation de Che Guevara, La Guerre de guérilla - à avoir connu une si
grande diffusion et exercé une telle influence. Le Manuel du guérillero
urbain, œuvre du militant communiste brésilien Carlos Marighella et conçu
comme un véritable guide pratique et technique pour ceux qui pratiquent
la lutte armée, a servi à nombre de mouvements, dont la Fraction Armée
rouge, qui a réutilisé le mode d’organisation en cellules indépendantes
prôné par l’auteur, les Brigades Rouges, l’IRA ou l’ETA. Plus largement, il
faisait partie du vade-mecum de base du militant dans nombre
d’organisations clandestines des années 1970, en Europe, en Amérique
Latine ou au Proche Orient.

2 sur 13 18/09/09 15:40


Petits conseils de guérilla urbaine : qui es-tu pour dire que ça ... http://www.article11.info/spip/spip.php?article540

Publié en 1969, l’ouvrage a été diffusé un peu partout dans le monde, plus
ou moins officiellement. En France, l’ignoble Raymond-la-matraque
(Marcellin), alors ministre de l’Intérieur, en avait interdit la publication en
1970. Qu’importe : il fut aussitôt réédité par un collectif de 23 éditeurs,
dont Flammarion, Robert Laffont, Minuit, Maspero, Gallimard ou Grasset -
oui : à l’époque, ces maisons avaient encore une certaine conception de
l’honneur et une très vague envie d’insoumission…
Après quarante ans sans réimpression, les éditions Libertalia ont eu la
bonne idée de le resortir, avec une préface de Mathieu Rigouste. De cette
dernière, qui revient sur la circulation paradoxale d’un livre ayant aussi
inspiré les théoriciens de la contre-guérilla, je ne peux vous parler : je n’ai
lu que le texte brut de Marighella, disponible en de nombreux lieux sur le
net. Entre autres, ici [http://etoilerouge.chez-alice.fr/docrevinter
/bresil1.html], là [http://www.robin-woodard.eu/spip.php?article158] ou
aussi ici [http://www.terrorisme.net/doc/gauche/003_marighella.htm] [2].

Qui était Carlos Marighella ?

D’abord, le contexte : après une brève période plus ou moins


démocratique, le Brésil retombe en 1964 dans un de ses vieux travers, la
dictature. Comme un rappel du coup d’Etat de 1930 et surtout de
l’instauration du très autoritaire Estado Novo par Getúlio Vargas en 1937,

3 sur 13 18/09/09 15:40


Petits conseils de guérilla urbaine : qui es-tu pour dire que ça ... http://www.article11.info/spip/spip.php?article540

le régime militaire qui s’instaure en 1967, à la faveur d’un nouveau coup


d’Etat, ne fait pas vraiment dans la dentelle. Soutenue par les Etats-Unis,
reposant sur cet anticommunisme-même qui va progressivement jeter
presque tout le continent sud-américain dans la nuit et le brouillard, la
dictature militaire donne un rôle central à l’armée, pratique la guerre
contre-révolutionnaire, traque l’opposition à grand renfort d’escadrons de
la mort et - de façon générale - règle leur compte aux libertés publiques.

Face à la dictature, il est des citoyens courageux pour prendre les armes.
Parmi eux, Carlos Marighella, ancien député et figure historique du Parti
communiste brésilien, dont il est exclu en 1967 pour avoir défendu la
guérilla comme seul moyen de mettre bas l’impérialisme et de permettre
aux masses d’accéder au pouvoir. L’homme créé alors - en 1968 - l’Açao
Libertadora Nacional (ALN), groupe clandestin qui prône la lutte armée
dans tout le Brésil, et particulièrement en ville. Le temps d’une première
action - l’enlèvement en septembre 69 de l’ambassadeur des Etats-Unis au
Brésil, Charles Burke Elbrick, qui sera échangé contre la libération de
quinze prisonniers politiques et contre la publication par la presse d’un
communiqué précisant qu’il s’agit là d’un « acte de plus dans la guerre
révolutionnaire qui progresse chaque jour » - , le temps aussi de la
rédaction du Manuel du guérillero urbain - publié en juin 1969, soit six
mois avant sa mort - , et Carlos Marighella tombe, lors d’une embuscade,
sous les balles de la police politique du régime, le 4 novembre 1969.
L’organisation qu’il a créée, l’ALN, et ceux qu’il a sans doute largement
inspirés - dont le MR-8, mais il en existait une palanquée d’autres - ne lui
survivent que de peu : les mouvements de lutte armée brésiliens
disparaissent tous au début des années 1970, ratiboisés par la répression
ou gagnés par l’inactivité.

Pour terminer ce petit rappel historique, je ne résiste pas au plaisir de vous

4 sur 13 18/09/09 15:40


Petits conseils de guérilla urbaine : qui es-tu pour dire que ça ... http://www.article11.info/spip/spip.php?article540

citer ce bref passage de l’Anthologie de la subversion carabinée, dans


lequel le gouleyant Noël Godin évoque l’éphémère effervescence de la lutte
armée au Brésil :

Dégivrés par le brulot de Marighella se constituent en bloc et en blac des


groupes d’action essentiellement mao-guevaristes ou castro-giapiens
auxquels se rallient forces déserteurs rallégeant souvent au volant de
bétaillères militaires et d’avions de chasse bourrés d’armes et de munitions.
En coordination ou non avec des pistoleros tout à fait autonomes, eux, nos
"ferlandiers", entre septembre 1968 et octobre 1969, brûlent la gueule au
capitaine Charles Chandler de la CIA, se rendent maîtres de stations-radios
pour y carillonner des proclamations révolutionnaires, relaxent des
companeros de la prison de Rio, chantent la gamme à l’ambassadeur des
States Elbrick qu’ils échangent contre quinze des leurs et contre une lecture
radio-télévisée mettant la barrabile dans le pays, ratatinent mainte et
mainte pagodes ’d’adorateurs de la marchandise’ et donnent un nez de
terre dans une centaine de banques.

Et alors, la guérilla ?

Une précision, d’emblée : Le Manuel de la guérilla urbaine est vu comme


une réfutation de la Théorie du foco de Che Guevara, développée dans La
Guerre de guérilla, ouvrage rédigé de 1959 à 1960. Le Che s’y est planté
dans les grandes largeurs, avançant que les révolutionnaires ne doivent
pas attendre l’existence de conditions objectives à l’insurrection pour
prendre les armes et que leur mobilisation suffira d’elle-même à emporter
la paysannerie dans la lutte [3]. À l’inverse, Carlos Marighella touche juste,
pressentant le développement exponentiel des centres urbains en
Amérique latine durant les années 70 et posant que le guérillero moderne
ne doit pas se couper de ses bases, le plus souvent urbaines, mais se
battre dans son élément "naturel", la ville. C’est au cœur du système qu’il
faut porter la lutte, une vision des choses très largement reprise par les
membres de la Rote Armee Fraktion.

Pour le reste ? Pour être franc, Le Manuel de la guérilla urbaine n’est pas
une lecture très excitante (et même plutôt ennuyeuse ; disons qu’il faut se
forcer pour le terminer et qu’il est heureux que le bouquin ne soit pas très
long). Foin de grandes envolées ou d’anecdotes, l’ouvrage se veut simple,
basique, pratique, un peu comme une manuel des Castors juniors façon
lutte armée. Il mélange des évidences absolues, de vraies fulgurances

5 sur 13 18/09/09 15:40


Petits conseils de guérilla urbaine : qui es-tu pour dire que ça ... http://www.article11.info/spip/spip.php?article540

stratégiques et des considérations datées. Mais il convient d’en retenir


quelques points, comme autant de passages obligés pour celui qui
songeraient à l’action clandestine :

Une organisation lâche et autonome. Ce point est d’autant plus


intéressant qu’il ne vaut pas que pour la lutte armée, mais pour tout
mouvement prétendant résister efficacement à un régime qu’il abhorre et
qui ne lui cédera rien. Carlos Marighella théorise une organisation en
petites cellules, dits « groupes de feu » et ne comprenant pas plus de
quatre à cinq personnes. Pour relier ces cellules rigoureusement
compartimentées, des coordinateurs, dont le nombre est réduit au strict
minimum. Une ambition : que ce réseau lâche de cellules soit le plus
« vaste et indestructible » possible. Et que la liberté d’action soit presque
totale :

Chaque groupe planifiera et exécutera les opérations qu’il aura décidées,


gardera des armes, discutera et corrigera les tactiques employées, écrit
Carlos Marighella. Le groupe agit de sa propre initiative, sauf dans
l’accomplissement des tâches décidées par le commandement général de la
guérilla (cellule centrale ou comité central). Pour donner libre cours à cet
esprit d’initiative, on évitera toute rigidité à l’intérieur de l’organisation.
C’est d’ailleurs pour cela que la hiérarchisation caractéristique de la gauche
traditionnelle n’existe pas chez nous.

La tactique du caméléon. Pas question, pour Marighella, de se couper


de ses bases, de ses éventuels soutiens. Loin de la tactique de Guevara,
laquelle le conduit finalement à fuir - avec tout juste une dizaine de
guérilleros - dans un territoire inconnu et sans aucun soutien populaire,
loin - aussi - de la pratique de la Rote Armee Fraktion, qui s’est très
rapidement coupée de la majeure partie de ses soutiens-sympathisants
éventuels et de l’infrastructure afférente [4], il s’agit de rester au cœur de
la ville, le mieux dissimulé possible, de se couler dans le système, de faire
mine de rien, bref : de se montrer le plus malin. « Le guérillero urbain doit
savoir vivre au milieu du peuple et veiller à ne se distinguer en rien du
citoyen ordinaire », écrit Carlos, qui souligne aussi : « Le guérillero urbain
doit vivre de travail, de son activité professionnelle. » C’est seulement s’il
« est recherché par la police ou connu d’elle, s’il est condamné ou fait
l’objet d’une mesure de prison préventive » que le guérillero « doit entrer
dans la clandestinité ».

6 sur 13 18/09/09 15:40


Petits conseils de guérilla urbaine : qui es-tu pour dire que ça ... http://www.article11.info/spip/spip.php?article540

Le renversement de la dissymétrie. Pour isolé qu’il soit, confronté à


des forces infiniment mieux armées et plus puissantes, le guérillero urbain
ne part pas perdant. Bien au contraire : de ces faiblesses, il convient de
faire des forces. Il faut se montrer créatif, profiter de l’effet de surprise et
d’une connaissance parfaite du terrain, faire preuve d’une plus grande
mobilité et d’une rapidité supérieure à celles des forces de l’ordre, et
surtout s’appuyer sur la partie de la population qui voit le régime d’un
mauvais œil.

L’appui de toute contestation. Carlos Marighella ne joue pas au pur et


dur, façon guerrier en arme qui regarderait avec mépris ceux qui ont choisi
des modes d’action (manifestation, agit-prop…) moins radicaux que la lutte
armée. Bien au contraire, il souligne leur nécessité, donnant des conseils
stratégiques pour les manifestations - « Il faut aussi savoir répondre aux
attaques de l’ennemi. Lorsque la police avance, armée de boucliers, il faut
se scinder en deux groupes, l’un attaquant par devant et l’autre par
derrière, l’un se retirant quand l’autre lance ses projectiles. » - , de
communication - « Les "mass médias" d’aujourd’hui, par le simple fait de
divulguer ce que font les révolutionnaires, sont d’importants instruments
de propagande. Leur existence ne dispense cependant pas les militants
d’organiser leur propre presse clandestine, de posséder leurs propres
imprimantes qu’ils auront "expropriées" s’ils n’ont pas de quoi les
acheter. » - ou même de guerre des nerfs - par exemple, par l’envoi de
lettres, « on informera la police sur la prétendue localisation de bombes à
retardement, sur des projets d’enlèvement ou d’assassinat de certaines
personnalités, ce qui obligera les forces de répression à se mobiliser pour
rien, à perdre du temps, à douter de tout » [5]

Je vais m’arrêter là. Juste…

Et aujourd’hui ?

Une dernière citation de Marighella pour la route :

« Toute personne hostile à la dictature militaire et désireuse de la


combattre peut faire quelque chose, pour modeste que soit son action.
Ceux qui, après avoir lu ce manuel, auront conclu qu’ils ne peuvent rester
passifs, je les invite à suivre les instructions que je propose et à s’engager
tout de suite dans la lutte. Car en toute hypothèse et dans toutes les
circonstances, le devoir du révolutionnaire est de faire la révolution. »

Notes

[1] Même - figure-toi - j’écoute Robert Johnson en ce moment, le billet de Lémi m’ayant

7 sur 13 18/09/09 15:40


Petits conseils de guérilla urbaine : qui es-tu pour dire que ça ... http://www.article11.info/spip/spip.php?article540

donné envie d’une petite infusion de blues [http://www.article11.info


/spip/spip.php?article531], et je ne crois guère qu’on puisse réellement causer guérilla
urbaine en se tapant une troisième audition consécutive de Me and the Devil Blue…

[2] Mention spéciale à cette dernière version, québécoise, qui comprend une assez
fantastique préface. Je ne résiste pas au plaisir de vous en livrer un petit extrait : « Ce que
les militants québécois doivent savoir dès aujourd’hui, c’est la véritable dimension de la
lutte qu’ils entendent mener, soit une organisation révolutionnaire québécoise dans
l’objectif d’une libération mondiale. Ce que chacun de nous doit déterminer
immédiatement, c’est s’ils veulent vraiment la libération totale des exploitéEs de l’emprise
du capitalisme mondiale en vue de l’instauration d’une Masse véritablement libre où 7
milliards de personnes libérées pourront s’autogérer dans les structures les plus
démocratiques, à la lumière des expériences socialistes, anarchistes et autogestionnaires
qu’ont vécues certains pays à un moment ou l’autre des 80 dernières années. »
Finalement, la Masse des sept milliards de personnes en autogestion, ça ne s’est pas fait…

[3] Une erreur stratégique que Guevara payera au prix fort, avec la désastreuse équipée
bolivienne…

[4] Voir l’excellent ouvrage d’Anne Steiner et Loïc Debray, RAF, Guérilla urbaine en Europe
occidentale, récemment réédité.

[5] Croa-croa, fait le corbeau…

13 Messages de forum

Petits conseils de guérilla urbaine : qui es-tu pour dire que ça ne servira
jamais ?
16 septembre 15:16, par CaptainObvious

Il doit même en exister plein,

Me semble qu’il y en avait eu un écrit par le PCF dans les année 20 ou 30. Je me
demande bien ce que ça pouvait donner.

Une organisation lâche et autonome. Ce point est d’autant plus intéressant qu’il ne vaut
pas que pour la lutte armée, mais pour tout mouvement prétendant résister efficacement à
un régime qu’il abhorre et qui ne lui cédera rien.

Je suis pas bien convaincu. A part si le mouvement est clandestin, trop d’autonomie et
de cloisonnement au sein du mouvement réduit la possibilité de controle de chaque
élément par les autres, au risque d’une distanciation entre chaque élément aboutissant
à la rupture de l’ensemble.

8 sur 13 18/09/09 15:40


Petits conseils de guérilla urbaine : qui es-tu pour dire que ça ... http://www.article11.info/spip/spip.php?article540

Répondre à ce message

Petits conseils de guérilla urbaine : qui es-tu pour dire que ça ne servira
jamais ?
17 septembre 10:31, par JBB

"au risque d’une distanciation"

C’est clair qu’il y a ce danger. Après, est-ce qu’il ne vaut pas mieux quelques
divergences dans les faits plutôt qu’un organisme trop centralisé, plus facile à
décapiter et beaucoup moins réactif ? Je n’ai vraiment - mais alors vraiment - aucune
expérience en ce domaine ni aucune légitimité pour en parler, mais je pencherais pour
la première alternative.

Répondre à ce message

Petits conseils de guérilla urbaine : qui es-tu pour dire que ça ne servira
jamais ?
16 septembre 18:20, par SL

Ca peut déjà servir (Pas besoin de dictature pour que nos libertés et nos existences
soient menacées) :

http://editions-hache.com/essais/kaczynski/kaczynski1.html

Répondre à ce message

Petits conseils de guérilla urbaine : qui es-tu pour dire que ça ne servira
jamais ?
17 septembre 10:27, par JBB

Tout d’accord, la menace est déjà là.

Par contre, faut bien que j’avoue que je suis moins fan de Kaczynski que de Marighella
(Mais si ça te dit, Lémi en avait parlé ici [http://www.article11.info
/spip/spip.php?article491])

Répondre à ce message

9 sur 13 18/09/09 15:40


Petits conseils de guérilla urbaine : qui es-tu pour dire que ça ... http://www.article11.info/spip/spip.php?article540

Petits conseils de guérilla urbaine : qui es-tu pour dire que ça ne servira
jamais ?
16 septembre 20:54, par wuwei
Toujours chez Libertalia( rien que du bon chez eux décidément) Pirates de tous les
pays de Markus Rediker, pourra faire un appoint historique utile sur la façon dont les
"gentilshommes de fortunes et d’infortunes " n’ont eu guère d’autre choix que celui de
faire "la course" pour survivre. L’auteur montre qu’il y avait souvent plus de noblesse
parmi les flibustiers que chez ceux qui les firent juger et pendre.

Répondre à ce message

Petits conseils de guérilla urbaine : qui es-tu pour dire que ça ne servira
jamais ?
17 septembre 10:32, par JBB
Dès que j’ai fini la colonne de livres qui repose dans un coin de ma chambre,
attendant que je tienne mes bonnes résolutions de lecture, je m’y attèle. Dans six
mois, quoi… :-)

Répondre à ce message

Petits conseils de guérilla urbaine : qui es-tu pour dire que ça ne servira
jamais ?
17 septembre 13:36, par wuwei
J’en ai aussi sous le lit n’ayant plus de place ailleurs. Ce qui m’a permis justement
lors d’une vaine tentative de classement de retrouver dernièrement la petite perle
dont j’ai faite la pub précédemment.

Répondre à ce message

Petits conseils de guérilla urbaine : qui es-tu pour dire que ça ne servira
jamais ?
16 septembre 21:34, par Guy M.

Allons donc, la rentrée littéraire n’est pas si triste que ça.

C’est une réédition, d’accord, mais on ne peut faire qu’avec ce que l’on a... (Judicieuse
remarque sur les grands éditeurs des années Marcellin).

Merci pour le tuyau.

Voir en ligne : http://escalbibli.blogspot.com [http://escalbibli.blogspot.com]

Répondre à ce message

Petits conseils de guérilla urbaine : qui es-tu pour dire que ça ne servira
jamais ?
17 septembre 10:33, par JBB

10 sur 13 18/09/09 15:40


Petits conseils de guérilla urbaine : qui es-tu pour dire que ça ... http://www.article11.info/spip/spip.php?article540

"la rentrée littéraire n’est pas si triste que ça."

Tu as raison, il y a au moins Beigbeder pour nous faire rigoler.

"Merci pour le tuyau. "

Tout le plaisir est pour moi.

Répondre à ce message

à propos de la préface justement


17 septembre 06:45, par loloster

Salut JBB

La préface de Mathieu Rigouste est à lire pour mettre à jour ses connaissances sur :

1 - les armes utilisées par la contre-insurrection après les premières parutions de ce


bouquin (plan Condor, etc..)

2 - le complexe de Marighela qui s’est développé pour faire face à cette contre-
insurrection (de la contre-contre-insurrection quoi...)

Le début de la préface commence comme ça (cryptique à souhait) :

« L’ennemi est notre propre remise en question personnifiée »

« Le Manuel du guérilléro urbain est une arme, un objet paradoxal, un poignard dans le
reflet duquel, celui qui se regarde, contemple son ennemi.

Le Manuel du guérilléro urbain est une lame où jadis fut inscrite, cette question de fer, de
feu et de sang que le philosophe nazi, nommait “problème du partisan”.

La mort de Carlos Marigela est un drame écrit et mis en scène par l’Internationale de la
contre-révolution qui croyait pouvoir dévorer, même le désir d’insoumission.

Tandis que l’insurgé s’interrogeait sur le moment et le lieu où finit l’impérialisme, c’est,
par son corps déchiqueté sous les balles de la contre-insurrection, qu’à l’ensemble des
forces en présence il pose la question radicale :

Où et quand recommence l’État ? »

Et pour avancer encore un peu sur le sujet "Histoire des courants armés de la
révolution dans les années 70/80" on trouvera une mine d’info ici : « La violence
révolutionnaire [http://www.decitre.fr/livres/La-violence-revolutionnaire.aspx
/9782724610628] » d’Isabelle Sommier dans la série "Contester" des éditions
"SciencesPo. Les Presses"

Répondre à ce message

11 sur 13 18/09/09 15:40


Petits conseils de guérilla urbaine : qui es-tu pour dire que ça ... http://www.article11.info/spip/spip.php?article540

à propos de la préface justement


17 septembre 10:36, par JBB

Clair que ça a pas l’air d’être de la gnognote, comme départ en fanfare… :-)

Merci pour les infos complémentaires, faudrait que je la lise, cette préface. Le côté
historique et analyse de la façon dont le bouquin a été réutilisé part les impérialistes
(ce qui rejoint le thème de L’ennemi intérieur) m’intéresse tout particulièrement.

Répondre à ce message

à propos de la préface justement


17 septembre 12:04, par loloster
Voilà. Me semblait bien qu’y’avait des chances que ça [http://www.mediapart.fr
/journal/france/290309/mathieu-rigouste-ennemi-interieur-et-menace-globale] te
parle aussi :)

Répondre à ce message

à propos de la préface justement


17 septembre 23:23, par vincent
Oui,et puis le des fois lourd et roboratif :"Les guerres irrégulières" de Gérard
Chaliand (Folio Histoire)sur insurrection/contre-insurrection.Une mine d’informations
sur les tentatives révolutionnaires en Afrique et Amérique du Sud,et le pourquoi de
leurs echecs (ou réussite,Cuba).

Répondre à ce message

Dans la même rubrique

- Eh, BHL, regarde : Hitler s’est caché dans le tagine !

- Petits conseils de guérilla urbaine : qui es-tu pour dire que ça ne


servira jamais ?

- Canonisé, sanctifié et même pas mort : Brice Hortefeux a vraiment la


classe !

- B. Thibault, qui n’est pas coupé de sa base, appelle à une nouvelle


JDM. B. Péret rigole.

- Pourquoi s’emmerder à le "changer" ? Le monde n’existe pas

- Dialogue police - jeunesse : et maintenant, tu vas fermer ta gueule,

12 sur 13 18/09/09 15:40


Petits conseils de guérilla urbaine : qui es-tu pour dire que ça ... http://www.article11.info/spip/spip.php?article540

hein…

- Modeler le monde à sa mesure, et puis se goinfrer, se goinfrer, se


goinfrer…

- Les 1 500 FFI morts pour la Libération de Paris voteraient Sarkozy. Si,
si…

- Dénoncer les "groupes de caïds minables" sans citer la police ? Hortefeux


fait fort !

- Quand l’extrême-droite mue : petite plongée dans la galaxie des fachos


"antisionistes et anti-impéralistes"

À l'affiche !

RSS 2.0 | Espace privé | | squelette

13 sur 13 18/09/09 15:40