Vous êtes sur la page 1sur 24

VOLLEY-BALL

DOUANES :

Lancement fin janvier d'un nouveau programme de lutte contre la corruption

P. 3

AVIS AUX LECTEURS Le quotidien national d’information DK News informe ses fidèles lecteurs du changement
AVIS AUX LECTEURS
Le quotidien national
d’information DK News
informe ses fidèles lecteurs
du changement de ses
numéros de téléphone et de
fax comme suit :
Tél : 023.38.49.95/023.38.48.00
Fax : 023.38.47.95.
www.dknews-dz.com

DK NEWS

QUOTIDIEN NATIONAL D’INFORMATION

Jeudi 7 janvier 2016 - 26 rabie al awal 1436 - N° 1186 - 3 e année - Prix : Algérie : 10 DA. France : 1€

M. LAKSACI L’A ANNONCÉ HIER :

Le matelas de devises à 152,7 mds dollars à fin septembre 2015

P. 3

devises à 152,7 mds dollars à fin septembre 2015 P. 3 l La Banque d'Algérie va

l La Banque d'Algérie va refinancer les banques

dès février

prochain

P. 7

COMMERCE

La CACI veut davantage de mesures pour lutter contre le marché informel

P. 7

M. BEDOUI L’A AFFIRMÉ À TÉBESSA :

2016

sera l'année

du développement local

Le ministre de l'Intérieur et des Collectivités locales Noureddine Bedoui a affirmé mardi à Tébessa que 2016 sera «l'année du développement local par excellence». Dans une allocution devant les cadres et les élus de la wilaya, le ministre a affirmé que l'année 2016 portera le slogan «le développement local, outil de croissance économique» relevant que ce slogan «marquera notre action future par un programme spécial et diversifié que nous concrétiserons à travers la dynamisation du rôle économique des collectivités locales qui passe, a-t-il dit, par l'exploitation optimale des atouts de ces régions (agriculture, tourisme et services) ».

P. 3

ces régions (agriculture, tourisme et services) ». P. 3 COMMUNICATION M. GRINE CONFIRME : Emissions

COMMUNICATION

M. GRINE CONFIRME :

Emissions radiophoniques : résorption de la totalité des zones d'ombre en décembre 2016

P.4

HABITAT

BATNA

Programme AADL :

AVANT-PROJET

DE

RÉVISION

11.242 dossiers de postulants acceptés

   

DE

LA

P. 8

CONSTITUTION P. 6

SANTÉ
SANTÉ

P. 9

Sûreté nationale LUTTE CONTRE LA CRIMINALITÉ Batna: démantèlement d'un réseau de faussaires de billets
Sûreté nationale
LUTTE CONTRE
LA CRIMINALITÉ
Batna:
démantèlement
d'un réseau
de faussaires
de billets
de banque
P.5
d'un réseau de faussaires de billets de banque P.5 PROTECTION CIVILE JO-2016 (TOURNOI QUALIFICATIF):

PROTECTION CIVILE

JO-2016 (TOURNOI QUALIFICATIF): L'Algérie rêve d'une deuxième qualification de son histoire P. 21
JO-2016 (TOURNOI
QUALIFICATIF):
L'Algérie rêve
d'une deuxième
qualification
de son histoire
P. 21
LA SOLITUDE AUSSI NÉFASTE POUR LA SANTÉ QUE LE DIABÈTE Pages 12-13
LA SOLITUDE
AUSSI
NÉFASTE
POUR LA SANTÉ
QUE
LE DIABÈTE
Pages 12-13

2.343

interventions, en 24 heures

P. 10

2 DK NEWS D’ EIL Jeudi 7 janvier 2016 Horaires des prières CLINCLIN Max Min
2
DK NEWS
D’
EIL
Jeudi 7 janvier 2016
Horaires des prières
CLINCLIN
Max
Min
Fajr
06:21
Alger
13°
08°
Dohr
12:54
Oran
17°
08°
Asr
15:28
Annaba
23°
11°
Maghreb
17:52
Béjaïa
14°
09°
Isha
19:16
Tamanrasset
25°
14°
Météo

ARTISANAT

M

Isha 19:16 Tamanrasset 25° 14° Météo ARTISANAT M VENDREDI ET SAMEDI À ORAN, BATNA ET BOUIRA
VENDREDI ET SAMEDI À ORAN, BATNA ET BOUIRA Manœuvres au profit des détachements de renforts
VENDREDI ET SAMEDI À
ORAN, BATNA ET BOUIRA
Manœuvres au profit
des détachements de
renforts aux premières
interventions
Dans le cadre de
l’exécution du plan
d’action relatif aux ac-
tivités opérationnelles,
la Direction générale
de la Protection civile
organise vendredi 8 et
samedi 9 janvier 2016
au niveau des wilayas
d’Oran, Bouira et
Batna, 3 manœuvres
au profit des détache-
ments de renforts aux
premières interven-
tions DRPI. Ces ma-
nœuvres ont pour ob-
jectif de tester le de-
gré de préparation des
DRPI lors de la surve-
nue d’événements
dommageables.
OUED SOUF
4
SANTÉ
L’association Cannes
blanches et la Forem
auprès des enfants
malvoyants
Sous le patronage du wali de Oued Souf, et en col-
laboration avec la Fondation nationale pour la
promotion de la santé et le développement de la re-
cherche (FOREM), l’Association d'aide et d'assis-
tance dans la vie courante aux aveugles et mal-
voyants, la canne blanche, a organisé dernièrement
une cérémonie au profit des enfants malvoyants de
la wilaya d’El Oued, au cours de laquelle un lot de
montres et de cannes de marche ainsi que plusieurs
cadeaux leur ont été remis. L’initiative qui a eu un
écho favorable auprès de la population locale sera
rééditée prochainement dans la wilaya de Biskra.
4

SAMEDI AU SIÈGE DE L’ANR

Conférence du D r Belkacem Sahli

Le secrétaire général de l’Al- liance nationale républicaine, le Dr Belkacem Sahli, animera une conférence de presse, sa- medi 9 janvier à 11h, au siège na- tional du parti.

sa- medi 9 janvier à 11h, au siège na- tional du parti. CE MATIN AU SIÈGE

CE MATIN AU SIÈGE DU FJD

Conférence de Abdallah Djaballah

CE MATIN AU SIÈGE DU FJD Conférence de Abdallah Djaballah Le président du Front de la

Le président du Front de la justice et du développement (FJD), M. Abdallah Djaballah, animera une conférence de presse, ce matin à partir de 11h, au siège national du parti.

CENTRE CULTUREL DE OUED KORICHE

Soirée chaâbi avec Mourad Djaafri

L’Etablissement Arts et Culture de la wilaya d’Alger, organise ce soir à partir de 20h30 au Centre culturel de Oued Koriche, une soirée chaâbi animée par l’ar- tiste Mourad Djaafri.

soirée chaâbi animée par l’ar- tiste Mourad Djaafri. Consultations et interventions chirurgicales en faveur des

Consultations et interventions chirurgicales en faveur des enfants d’Ain El Melh

Des consultations et des inter- ventions chirurgicales en faveur des enfants de la commune d’Ain El Melh (M’sila) sont assurées de- puis mardi dernier par des mé- decins spécialistes du Centre hospitalo-universitaire (CHU) de Sétif. L’opération organisée à l’hôpital de la même commune, est inscrite dans le cadre de la convention de jumelage signée entre ces deux établis- sements de santé. L’initiative vise à renforcer les soins mé- dicaux en zones rurales, assurer une formation continue et élever le niveau de qualification des médecins.

et élever le niveau de qualification des médecins. LE 11 JANVIER À TÉBESSA Célébration du Nouvel

LE 11 JANVIER À TÉBESSA

Célébration du Nouvel An amazigh

La wilaya de Tébessa abritera les 11 et 12 janvier 2016, les traditionnelles festivités marquant la célébration du Nou- vel An amazigh «Yennayer» 2966.

me Tagabou à M’sila

An amazigh «Yennayer» 2966. m e Tagabou à M’sila La ministre déléguée auprès du ministre de

La ministre déléguée auprès du ministre de l’Aménagement du ter- ritoire, du Tourisme, et de l’Artisa- nat, chargée de l’Artisanat, Mme Aï- cha Tagabou, effectuera aujourd’hui, une visite de travail et d’inspection dans la wilaya de M’sila. Au cours de cette visite, la ministre présidera l’ouverture officielle de la fête du ber- nouss dans la ville de Boussaâda.

CE MATIN À BEN AKNOUN Journée d’information sur la protection sociale des agriculteurs

Le SG du ministère du Travail, de l’Emploi et de la Sécurité sociale, M. Mohamed Khiat, présidera ce matin à 8h au Centre familial de la CNAS de Ben Aknoun, la cérémonie d’ouverture des travaux de la journée nationale d’information sur le nouveau dispositif de la protection sociale des agriculteurs.

«LI AMNIKOUM» Emission sur le rôle des instruments de signalisation et d'éclairage

L’importance des instruments de signa- lisation et d'éclairage du véhicule sera au menu cet après-midi de 16h à 17h de l’émission «Li Amnikoum» de la Sûreté nationale, diffu- sée chaque jeudi sur les ondes de la Chaîne 1.

diffu- sée chaque jeudi sur les ondes de la Chaîne 1. 4 LES 28 ET 29

4

LES 28 ET 29 JANVIER À BLIDA

Formation sur les troubles du spectre autistique

Le Centre de la petite enfance «Les coccinelles» de Blida (Ben Merad), organise les 28 et 29 jan- vier 2016, une formation pratique sur les troubles du spectre autis- tique. L’objectif de cette formation est d’actualiser les connaissances des praticiens sur l’autisme et les Troubles du Spectre Autistique, ce qui leur permettra d’établir des diagnostics fiables et de mieux prendre en charge les sujets concernés.

et de mieux prendre en charge les sujets concernés. 4 DU 16 AU 18 JANVIER, AU

4 DU 16 AU 18 JANVIER, AU PALAIS DE LA CULTURE

Salon de la Formation Continue, de la Formation par Apprentissage et du Recrutement en Alternance

La 3ème édition du Salon de la Formation Continue, de la Formation par Apprentissage et du Recrutement en Alternance 2016, se déroulera du 16 au 18 janvier, au Palais de la Culture Moufdi-Zakaria.

Jeudi 7 janvier 2016

ACTUALITÉ

DK NEWS

3

M. LAKSACI L’A ANNONCÉ HIER

Le matelas de devises à 152,7 mds dollars à fin septembre 2015

Les réserves de change de l’Algérie ont baissé à 152,7 milliards de dollars (mds usd) à fin septembre 2015 contre 159,03 mds usd à fin juin 2015, soit une baisse de 6,33 mds usd entre juin et septembre, a indiqué, hier à Alger, le gouverneur de la Banque d’Algérie, Mohamed Laksaci.

Entre septembre 2014 et sep- tembre 2015, la contraction des réserves de change a été de 32,57 mds usd, a-t-il précisé. Par ailleurs, le déficit de la balance des paiements s’est établi à 20,8 mds usd au cours des neuf premiers mois 2015 contre un défi- cit de 3,02 mds usd durant la même période de 2014, a souligné le gou- verneur dans sa présentation du rapport de la conjoncture écono- mique et financière en présence des P-dg des banques et établisse- ments financiers en activité en Algérie. La contraction des réserves offi- cielles est induite par le creuse- ment du déficit de la balance des paiements sous l'effet du choc externe, résultat d'une baisse dras- tique et surtout continue des cours mondiaux du pétrole, a expliqué M. Laksaci estimant que la situa- tion actuelle est différente de celle de 2009 où les prix du pétrole s'étaient rapidement relevés. Sous l'effet de ce choc, le compte courant de la balance des paie- ments a affiché un important défi- cit de 20,05 mds usd au cours des neuf premiers mois de 2015. A fin décembre 2014, la valeur du matelas en devises de l’Algérie était estimée à 178,94 mds usd, rap- pelle-t-on.

Les finances publiques fortement détériorées par le choc externe Par ailleurs, "l’impact du choc externe de grande ampleur sur les fondamentaux a induit une dépré- ciation de 19,57% du cours moyen du dinar contre l dollar américain entre janvier et septembre 2015, et de 2,16% par rapport à l’euro", note le rapport présenté par M. Laksaci. Cependant, "le taux de change effectif réel du dinar reste apprécié par rapport à son niveau d’équili- bre de moyen terme, en situation d’élargissement du différentiel d’inflation et de tensions sur les marchés des changes", indique la Banque d'Algérie précisant que ses interventions visent justement "à prévenir toute appréciation du taux effectif réel dommageable pour la stabilité macroécono- mique à moyen terme". Cette dépréciation s’est réper- cutée sur le renchérissement des prix à l’importation des biens. Sur ce point, le gouverneur de la

l’importation des biens. Sur ce point, le gouverneur de la Banque centrale a annoncé que son

Banque centrale a annoncé que son institution envisageait d’intro- duire de nouvelles mesures pour la couverture du risque, sans donner plus de détails. "L’impact du choc externe sur les finances publiques, fortement tributaires de la fiscalité pétro- lière, se reflète dans le creusement du déficit budgétaire et l’érosion des ressources du Fonds de régula- tion des recettes (FRR)", lit-on dans le rapport de la Banque cen- trale. Ainsi, les recettes de la fiscalité pétrolière ont atteint 1.834,14 mil- liards de dinars (mds DA) à fin sep- tembre 2015 contre 2.603,4 mds DA à la même période de 2014. Ainsi, le solde global du Trésor s’est détérioré davantage pour atteindre un déficit de 1.653,6 mds DA au cours des neuf premiers mois de 2015 contre un déficit de 789,6 mds DA à la même période de 2014. En conséquence, le stock d'épargne financière du Trésor a chuté à 2.913,3 mds DA à fin sep- tembre dernier contre 3.521 mds DA trois mois auparavant. "Au total, les ressources du Trésor ont subi une érosion dras- tique de l'ordre de 1.972,8 mds DA entre fin septembre 2014 et fin sep- tembre 2015, soit une réduction de 40,4% en l'espace de douze mois seulement, après plusieurs années d'efforts soutenus d'épargne bud- gétaire", explicite la même source qui souligne, cependant, les avan- tages de la politique budgétaire "prudente" poursuivie pendant la période où les prix du pétrole étaient élevés. Concernant la situa-

tion monétaire du pays, la BA constate une "très faible" progres- sion de la masse monétaire M2 (+0,8%) entre janvier et septembre 2015, après une contraction au pre- mier semestre de la même année (-

0,13%).

"Cela contraste avec le fort rythme de croissance en la matière, réalisé au cours des neuf premiers mois de l'année passée (12,6%)", souligne la BA expliquant la faible progression des liquidités monétaires et quasi-monétaires par la forte baisse des dépôts à vue au niveau des banques (-11,96%) qui est, à son tour, due par la chute des dépôts du secteur des hydro- carbures (-39,1%). Dans cette conjoncture de choc, l'évolution de la structure de la masse monétaire M2 montre une augmentation de la part relative de monnaie fiduciaire à 29,9% en sep- tembre 2015 contre 26,7% à fin 2014, selon la même source qui souligne que cette composante de l'épargne financière des ménages et entreprises constitue une "opportunité" pour les banques en terme de renforcement de l'inter- médiation financière. Quant aux crédits à l'économie, ils ont poursuivi leur progression au cours des neuf premiers mois de 2015 de 13,35% contre 19,91% à fin septembre 2014. Par ailleurs, la moyenne annuelle de l'inflation a été de 4,2% à septembre 2015, indique la BA qui recommande d'en chercher les causes "profondes" des dysfonc- tionnement du marché, à l'origine de cette inflation.

M. BEDOUI :

«2016 sera l'année du développement local»

Le ministre de l'Intérieur et des Collectivités locales Noureddine Bedoui a affirmé mardi à Tébessa que 2016 sera «l'année du développement local par excellence». Dans une allocution devant les cadres et les élus de la wilaya, le minis- tre a affirmé que l'année 2016 portera le slogan «le développement local, outil de croissance économique» relevant que ce slogan «marquera notre action future par un programme spécial et diversifié que nous concrétiserons à travers la dynamisa- tion du rôle économique des collectivités locales qui passe, a-t-il dit, par « l'exploitation optimale des atouts de ces régions (agriculture, tourisme et services) . «La wilaya de Tébessa dispose de ces atouts en plus de sa position straté- gique de région frontalière qui lui permet de jouer un rôle important dans la dynamisation des échanges commer- ciaux». Dans le même contexte, le ministre a souligné l'im- portance de la lutte contre le phénomène de contrebande «sur la base d'une approche qui offre aux jeunes des régions frontalières l'opportunité de participer au dévelop- pement de leurs régions». Par ailleurs, le ministre a rappelé que l'année 2015 a été consacrée à la modernisation de l'ad- ministration citant dans ce cadre le passeport biométrique et le registre d'état civil électronique. 2016 verra le lance- ment du permis de conduire biométrique et de la plaque d'immatriculation électronique, a-t-il ajouté. M. Bedoui a affirmé, dans un autre contexte, que son département se penchait sur plusieurs dossiers, notamment ceux de «la prise en charge de la violence sociale» qui est devenue une «des priorités» du secteur et «des accidents de la route» qui tuent 4000 personnes par an.

accidents de la route» qui tuent 4000 personnes par an. LUTTE CONTRE LA CONTREBANDE Tentative de

LUTTE CONTRE LA CONTREBANDE

Tentative de colportage de 300 kg de kif traité déjouée à Aïn Temouchent (MDN)

Une tentative de colportage de 299,6 kilogrammes de kif traité et 5 150 comprimés psychotropes a été déjouée mardi à Aïn Temouchent par des éléments de la Gendarmerie nationale, a indiqué hier un communiqué du ministère de la Défense nationale (MDN). «Dans le cadre de la lutte contre la contrebande et la criminalité organisée, des élé- ments de la Gendarmerie nationale d'Aïn Témouchent (2ème Région militaire) ont déjoué, le 5 janvier 2015, une tentative de colportage de 299,6 kilogrammes de kif traité et 5 150 comprimés psychotropes dissimulés à bord d'un véhi- cule tout-terrain", relève la même source "Aussi, des élé- ments des garde-frontières ont saisi, à Tlemcen, 2520 litres de carburant et un véhicule touristique". Par ailleurs et au niveau de la 6e Région militaire, des détachements relevant des secteurs opérationnels de Tamanrasset et d'In Guezzam "ont intercepté quatre (4) contrebandiers et ont saisi un véhicule tout-terrain, six (6) motos, quatre (4) détecteurs de métaux et 470 boites de cigarettes", ajoute le communiqué du MDN.

DOUANES

Lancement fin janvier d'un nouveau programme de lutte contre la corruption

Un nouveau programme d’action visant le développement et la modernisa- tion des Douanes et, par conséquent, la lutte contre la corruption sera lancé le 26 janvier courant, a-t-on appris hier d’un responsable central de la Direction géné- rale des Douanes (DGD). Des groupes thématiques de travail oeuvrent d’arrache-pied sur plusieurs axes qui constitueront la base de ce nou- veau programme d’action, a indiqué M. Fellah Nacer à la presse, en marge d’une communication sur "La législation algé- rienne en matière de lutte contre la cor- ruption". Le nouveau programme sera axé essen- tiellement sur l’amélioration des condi- tions de travail des douaniers, la réorgani- sation des services, le renforcement des contrôles, la facilitation des procédures, la communication et l’informatisation des

services, a-t-il souligné. La DGD agit, par ce programme, dans le sens d’introduire les moyens modernes dans la gestion de l’activité douanière pour faciliter le travail du douanier et aussi le contrôle de son travail, a-t-il ajouté. "L'élargissement de l’informatique et la modernisation de la gestion de la res- source humaine permettront inéluctable- ment de mieux gérer cette profession pour mieux faire face au fléau de corrup- tion", a soutenu M. Fellah, tout en affirmant que ce nou- veau programme, "très ambitieux", aura des impacts positifs, aussi bien sur le plan économique que sur le corps douanier. Le directeur de la formation à la DGD, Brika Djamel, a insisté, pour sa part, sur l’importance du volet de la formation des douaniers dans ce nouveau plan d’action. "Un volet auquel la DGD accorde énor-

mément d’importance dans sa lutte anti- corruption", a-t-il souligné. A ce titre, quatre conférences sur la lutte contre la corruption sont program- mées au profit des stagiaires sortants. La première concernant la législation algérienne en matière de lutte contre la corruption est programmée mercredi à l’Ecole nationale des Douanes d’Oran, la deuxième à Tlemcen, la troisième à Ouargla et la quatrième à Annaba. "La lutte contre la corruption demeure une action très difficile", a toutefois déclaré M. Brika, insistant sur l'introduc- tion et le renforcement de l'utilisation des technologies de l'information et de la communication pour réduire l'interven- tion humaine dans les opérations de contrôle, de même que la simplification et l'allègement des procédures et le dévelop- pement du partenariat avec le secteur

privé. Le directeur régional des Douanes d’Oran, Abbès Hadi, qui a rappelé que la corruption "n’est pas un phénomène nou- veau dans la société algérienne", trouve que les textes concernant la corruption sont toujours ambigus. "Nous voulons plus de clarté là dessus", a-t-il déclaré à l’APS. Pour M. Abbès Hadi, la lutte contre la corruption commencera par la modernisation des services et des instruments de l’administration et en parallèle, la communication avec l’envi- ronnement économique et social. Dans le même sillage, le directeur régional des Douanes d’Oran a estimé qu’une très bonne prise en charge de l’ac- tivité du douanier est nécessaire, en modernisant l’action pour laisser un minimum d’appréciation aux agents.

APS

4 DK NEWS

NATION

Jeudi 7 janvier 2016

Valoriser le produit artisanal en le faisant sortir du local vers le national

artisanal en le faisant sortir du local vers le national Le ministre de l’Aménagement du terri-

Le ministre de l’Aménagement du terri- toire, du Tourisme et de l’Artisanat, Amar Ghoul, a affirmé mardi à Mila que son dépar- tement oeuvre à valoriser le produit artisa- nal en le faisant sortir du local vers le natio- nal pour lui permettre ultérieurement d’ac- céder au marché international. La wilaya de Mila dispose de grandes po- tentialités dans le domaine de l’artisanat tra- ditionnel et des métiers qui compte 9.000 ar- tisans inscrits et emploie 18.000 travail- leurs, a souligné le ministre qui a effectué une visite dans cette wilaya assurant que de mul- tiples produits artisanaux reflétant toute la richesse du patrimoine culturel du pays sont susceptibles d’être valorisés et placés sur le marché mondial. Amar Ghoul a visité à l’occasion une ex- position de produits artisanaux locaux tenue au siège de la chambre de l’artisanat et des métiers (CAM). Auparavant, M. Ghoul a inauguré à Ferd- jioua un hôtel 3 étoiles de 27 chambres et 60 lits. Il a qualifié cet investissement privé d’ac- quis sur la voie du développement des infra- structures de base du secteur touristique pour faire la wilaya de Mila ‘‘un pôle’’ de ce secteur. Le ministre a fait état à ce propos de 20 projets au niveau local devant augmenter l’of- fre d’accueil de 2.000 lits supplémentaires et d’ouvrir de multiples postes d’emploi. Parmi ces projets, M. Ghoul a visité celui d’un hô- tel de 9 étages et 140 lits en cours de réalisa- tion à la cité Laarbi Benredjem à Mila avec un taux d’avancement des travaux de 50 %. Cet établissement devra être partielle- ment réceptionné vers fin 2016, selon les pro- moteurs du projet. Le ministre a présidé au terme de sa visite une séance de travail consacrée à la présen- tation d’une étude sur les orientations d’aménagement territorial de la wilaya de Mila à horizon 2030 et 2050 réalisée par l’Agence nationale d’aménagement du ter- ritoire. L’étude préconise la valorisation des res- sources locales dans les secteurs de l’agricul- ture, du tourisme et de l’agroalimentaire. Mettant l’accent sur la richesse du patri- moine culturel et historique de Mila, le mi- nistre a appelé à la valorisation des 23 sources thermales de la wilaya ainsi que ses 8 zones d’expansion touristique dont les études techniques touchent à leur fin. M. Ghoul a exhorté les opérateurs du secteur à améliorer les ‘‘services d’accueil, sanitaires et sportifs’’ proposés par les éta- blissements hôteliers et touristiques et à développer l’offre en direction ‘‘des trois ca- tégories de clientèles des nationaux, des membres de la communauté nationale rési- dant à l’étranger et des touristes étrangers’’ dans une perspective de promotion de la des- tination Algérie.

APS

LE MINISTRE DE LA COMMUNICATION, HAMID GRINE A ORAN :

Le quotidien «El Djoumhouria»

est un grand journal au passé élogieux

Le ministre de la Communication, Hamid Grine, a indiqué mardi à Oran que le quotidien «El Djoumhouria» paraissant dans la capitale de l’ouest du pays est un «grand journal au passé élogieux.»

Dans une allocution, lors d’une cérémonie de célébra- tion du 40ème anniversaire de l’arabisation du quotidien «El Djoumhouria» organisée en son siège en présence des autorités locales et d'anciens journalistes de cet organe de presse, M. Grine a affirmé que ce journal dispose de potentialités en mesure de faire face aux défis. Pour sa part, le président de l’association «Ahbab El Djoumhouria», Souali Mo- hamed a abordé l’historique de ce quotidien, arabisé le 5 janvier 1976, rappelant les étapes de sa parution et les ac- quis réalisés et appelant à consacrer un musée à ce quo- tidien. De son côté, le wali d’Oran, Abdelghani Zaalane a indi- qué que le quotidien d’El Djoumhouria est un grand acquis médiatique et un mo- dèle en matière d’informa- tion objective. La cérémonie, à laquelle ont pris part des journalistes, des hommes de culture et

ont pris part des journalistes, des hommes de culture et des universitaires, a été mar- quée

des universitaires, a été mar- quée par des témoignages d'anciens journalistes du quotidien et un hommage rendu à ses anciens direc- teurs. Le ministre de la Com-

munication a présidé, aupa- ravant à la salle des confé- rences de la grande mosquée «Abdelhamid Ibn Badis» d’Oran, une session de for- mation sous le thème

«Connaître les médias: le ci- toyen a le droit à une infor- mation fiable» dans le cadre du cycle de formation mis en oeuvre au profit des jour- nalistes et du grand public.

M. GRINE CONFIRME

Emissions radiophoniques : résorption de la totalité des zones d'ombre en décembre 2016

Les zones d'ombre des émissions radiophoniques seront totalement résor- bées en décembre 2016, a in- diqué mardi à Oran le mi- nistre de la Communica- tion, Hamid Grine. De nouveaux équipe-

mettra d'améliorer l'accès à l'information à tous les ci- toyens", a souligné M. Grine, invité par la radio locale à l'issue d'une session de for- mation au profit des journa- listes et de la société civile, tenue à la salle de confé-

naliser les acteurs de l'infor- mation et de la communica- tion", a rappelé M. Grine. "La formation est le vec- teur par excellence de la professionnalisation et, par voie de conséquence, de la crédibilité de l'information

jugé important de partici- pants (plus de 600 per- sonnes) à la session tenue dans la matinée à Oran sous le thème "Connaître les mé- dias: le citoyen a le droit à une information fiable". Animée par le directeur

ments acquis par Télé Dif-

rences de la Grande mos-

à

laquelle a droit le citoyen",

général du quotidien "El-

fusion d'Algérie (TDA) per- mettront d'éradiquer, à cette échéance, la totalité des zones d'ombre signa- lées, a précisé le ministre dans une déclaration faite à la station radiophonique d'Oran. "L'opération per-

quée "Ibn Badis". "L'association du citoyen à ce cycle de formation pro- grammé dans toutes les wi- layas du pays intervient en application des orientations du président de la Répu- blique visant à profession-

fait valoir le ministre en rappelant que des experts de haut niveau, nationaux et étrangers, animent béné- volement ces cycles de for- mation. M. Grine s'est félicité dans ce contexte du nombre

a

Djoumhouria", Bouziane Benachour, cette rencon- tre coïncide avec le 40ème anniversaire de la transi- tion du contenu d'El- Djoumhouria (ex-La Répu- blique) vers la langue natio- nale.

BÉJAÏA :

La culture entrepreneuriale et les start-up au cœur d'une rencontre algéro-française

La culture entrepreneuriale et la création de start-up, notamment dans

le secteur des nouvelles technologies, ont polarisé l’ouverture d’une première rencontre algéro-française, intitulée "Algerian leadership", organisée hier

à l’université de Béjaïa. Des participants, dont des étudiants porteurs d’idées ou de projets, des chefs d’entreprise et des auteurs "d’aventures

à succès", à l’instar du patron du groupe

agro-industriel Cevital, Isaad Rebrab, ainsi que des enseignants-chercheurs, ont longuement insisté sur la nécessité d’aller vite, en réunissant les condi- tions à même de susciter des dyna- miques à la fois au sein de ces structures, de même que dans leur environne- ment. Le maître mot à ce titre reste l’inno- vation à tous les échelons allant du lan- cement de l’idée à la création de produits jusqu'à sa commercialisation. Autant d'étapes qui imposent de nouvelles mé- thodes de gestion, d’organisation, de fonctionnement et de management, a- t-on soutenu. Isaad Rebrab a tenu à

et de management, a- t-on soutenu. Isaad Rebrab a tenu à rappeler le parcours du groupe

rappeler le parcours du groupe qu’il di- rige et les étapes qui l’ont conduit à de- venir un acteur économique internatio- nal qui compte. "Il faut avoir de l’ambi- tion et du rêve", a-t-il recommandé, exhortant les étudiants à plus d’audace pour réussir leur projet économique. Une idée du reste reprise au vol par Farid Arab, expert en accompagnement de start-up en France, pour qui la base de tout success-story demeure l’innova- tion comme démarche individuelle. Cette rencontre que d’aucuns souhai- tent voir pérenniser entend donner un

espace pour les étudiants porteurs de projets en vue de "créer un écosystème entrepreneurial, favoriser le dialogue et la communication de projets de start-up mais surtout susciter chez les étudiants l'esprit de l'entrepreneuriat et de la connaissance du leadership en cha- cun", a expliqué le recteur de l'univer- sité de Béjaia, Boualem Saidani, qui inscrit l’événement dans une stratégie d’ensemble, qui intègre la création en son sein de la maison de l'entrepre- neuriat et l’organisation cyclique de Webdays ( journées du Net).

Jeudi 7 janvier 2016

NATION

DK NEWS

5

17 E SEMAINE NATIONALE DU SAINT CORAN

Rassemblement des énergies et mobilisation des ressources naturelles

nécessaires pour gérer toute crise

La gestion de toute crise passe nécessairement par "l’élaboration d’une stratégie de rassemblement des énergies de chacun pour le bien de tous et de mobilisation des ressources naturelles", ont estimé hier à Constantine des participants aux travaux de la 17ème Semaine nationale du Coran.

"Le contexte économique actuel exige de diriger les efforts, d’aligner les actions et de rivaliser d’efficacité dans le cadre d’un plan d’action clair et concrétisable", a précisé le docteur Khaled Babeker de l’université de Constantine. Il a, dans le même contexte, ajouté que la responsabilité partagée contribue de façon "utile et valorisante" à réussir un plan d’action inscrit dans le cadre d’une stratégie de gestion d’une crise. M. Babeker a souligné que le Saint Coran a relaté une des plus belles expé- riences dans la gestion des crises, pré- cisant que la sourate de Youcef est "un guide de prospection de clairvoyance et de stratégie". Il a détaillé que le prophète Youcef (QLSSL) a su gérer une crise de famine de 15 ans à travers "une mobilisation gé- nérale, une production abondante, une rationalisation dans la consommation et une épargne pour des années de di- sette". Transposant un fait lointain sur une situation actuelle, le conférencier a af- firmé que la valorisation du travail de la terre demeure la "plus grande richesse, et le rempart contre les crises". Faisant une comparaison, M. Babe- ker a avancé que les 6 millions d’hec- tares de terres agricoles aux Etats-Unis rapportent une valeur de 200 millions de dollars de produits affirmant que les

de 200 millions de dollars de produits affirmant que les terres agricoles algériennes sont en mesure

terres agricoles algériennes sont en mesure de "relever le défi" et d’être "l’autre garant de la stabilité écono- mique et sociale". Au cours des débats, les présents, uni- versitaires, chouyoukhs des zaouias, imams et représentants de la société ci- vile ont évoqué "l’abondance théorique" des projets d’investissements et le résul- tat jugé "mitigé" par rapport aux budgets alloués. D’autres ont évoqué le poids impo- sant des petites et moyennes entre- prises (PME) dans l’économie de cer- tains pays et se sont interrogés sur les mécanismes à adopter pour une meil- leure visibilité des PME algériennes dans l’économie nationale. Placée sous le slogan "le travail, une valeur coranique", la 17ème Semaine na-

tionale du Saint Coran a été ouverte lundi dernier en présence du ministre des Affaires religieuses et des Wakfs, Mo- hamed Aissa. Des sujets portant sur les méca- nismes de la Sunna dans la lutte contre la corruption, le rôle des valeurs dans la réussite de l’acte économique et les expériences de gestion des crises éco- nomiques ont été débattus au cours des ces travaux. Des recommandations sanctionne- ront les travaux de cette 17ème semaine nationale du Coran. Les noms des lauréats parmi les 45 candidas participant au concours natio- nal de récitation, psalmodie et interpré- tation du Saint Coran, organisé en marge des travaux, seront connus dans la soirée.

LUTTE CONTRE L’ALPHABÉTISATION

Souk Ahras: 99 % des 12.093 inscrits en classes d’alphabétisation sont des femmes

Les femmes représentent la majorité (99 %) des 12.093 inscrits dans les classes d’alphabétisation ouvertes dans la wi- laya de Souk Ahras, a indiqué hier à l’APS, le directeur de l’annexe locale de l’Office national d’alphabétisation et d’enseignement pour adultes (ONAEA), Khemissi Zeghdani. Pas moins de 11.718 femmes fréquen- tent ces classes contre 375 messieurs, a précisé ce cadre qui a relevé que ce constat est valable en villes comme en campagnes y compris dans les com-

munes frontalières de Sidi Fredj, Ouled Moumène, Ain Aana, Ouled Driss et Khedhara. Certaines de ces femmes âgées entre 20 et 65 ans n’ont suivi aucune ins- truction, a indiqué la même source qui

a noté que les formations en couture,

cuisine et pâtisseries proposées paral- lèlement au cours d’alphabétisation ont été à l’origine de la motivation d’un nombre important des inscrites. L’ONAEA prévoit pour 2016 l’ouver- ture de nouvelles classes de concert

avec les assemblées populaires commu- nales et les associations culturelles ac- tives. L’encadrement pédagogique est as- suré par 486 enseignants dont 205 recru- tés dans le cadre des contrats de

l’ONAEA. Des expositions de photographies et des concours seront organisés ven- dredi à Souk Ahras et Sedrata à l’occa- sion de la journée arabe d’alphabétisa- tion avec le concours de l’association Hassane Hassani.

L’ANCIEN CHEF DU GOUVERNEMENT TUNISIEN :

«Aït Ahmed fut l'un des artisans des mouvements de libération maghrébins»

Le défunt Hocine Aït Ahmed était l'un "des artisans des mouvements de libé- ration maghrébins" et un "des diri- geants fondateurs du Front de libération nationale (FLN), ayant réuni les condi- tions nécessaires au déclenchement de la glorieuse Guerre de libération et garanti les facteurs de son aboutisse- ment", a indiqué l'ancien Chef du gou- vernement tunisien, El-Hadi Bekkouche

(1997-1998).

Le défunt "était une référence pour nous durant notre jeunesse, lorsqu'il a fait face en 1945 à la répression coloniale barbare qui a ciblé la wilaya de Sétif et les régions avoisinantes et qui a fait des dizaines de milliers de victimes parmi les citoyens, sortis manifester pour la liberté et l'indépendance", a souligné M. Bekkouche dans un article publié dans le quotidien tunisien "Es-

sarih" dans son numéro paru hier. Après avoir évoqué le parcours mili- tant du moudjahid Aït Ahmed, depuis sa tendre jeunesse, contre l'occupa- tion française et "ses positions nationales nobles qui lui ont valu, autant l'admira- tion de ses amis que celle de ses enne- mis, pour la gloire et la souveraineté de

l'Algérie", il a dit que le défunt "est resté tout au long de sa vie un fervent oppo- sant qui appelait à un pouvoir ouvert et démocratique, soucieux de la protection des droits de l'homme, fidèle au serment fait lors de la guerre de libération natio- nale pour préserver la dignité, les droits

et la justice". Aït Ahmed "était un Algérien dans le

sang, qui a appris l'histoire de son pays

et qui était fier de son amazighité, résis-

tant, avant et après la révolution natio- nale, aux conflits dont certains étaient

mus par des parties étrangères en vue d'exploiter l'amazighité pour semer la discorde", a-t-il estimé. L'ancien Chef de gouvernement a qualifié le moudjahid défunt "de Ma- ghrébin par excellence", car "n'ayant ja- mais été contre l'Union maghrébine et n'ayant jamais soutenu les thèses appelant à l'interruption de l'édification d'un Maghreb uni". Le défunt "fut de son vivant, un mo- dèle de patriotisme, de sacrifice et de courage et il est resté, après sa mort, un exemple du révolutionnarisme constant dans ses positions, défendant les valeurs

de la démocratie et des droits de l'homme". "Des valeurs qu'il considérait comme

celles de la Révolution au déclenche- ment de laquelle il a contribué", a-t-il conclu.

LUTTE CONTRE LA CRIMINALITÉ

Batna:

démantèlement d'un réseau de faussaires de billets de banque (Sûreté nationale)

La brigade économique et financière de la po- lice judiciaire relevant de la Sûreté de la wilaya de Batna a démantelé un réseau de faussaires

et saisi 996 faux billets en coupure de 2000 DA,

a révélé mardi le chef de la brigade, le commis- saire Djamel Bouali. Les faits remontent au 2 janvier courant

lorsqu’un individu suspect (25 ans) a été arrêté

à la cité de Kechida dans la ville de Batna suite

à des informations faisant état de la mise en cir- culation de faux billets de banque en coupure de 2000 da, a indiqué le commissaire Bouali dans une conférence de presse. Les investigations ont permis, à l'appui d'une extension de compétence, l'arrestation de cinq autres personnes impliquées dans la

même affaire et la saisie du matériel utilisé dans

la falsification et de deux motocycles. Les six mis

en cause (âgés entre 25 et 35 ans) seront présen-

tés devant la justice demain mercredi, ajoute la même.

Naâma : saisie de plus de 1,75 tonne de kif traité en 2015 (gendarmerie)

Une saisie globale de 1.758 kilogrammes de kif traité a été opérée en 2015 à travers la wilaya de Naâma, par les éléments de la gendarmerie nationale (GN), dans le cadre de la lutte anti- drogue, selon un bilan rendu public hier par ce corps sécuritaire. Les gendarmes ont opéré ces saisies de drogues acheminées du pays voisin, dans 12 affaires s’étant soldées aussi par l’arres- tation de 26 personnes, dont 15 ont été placés en détention préventive, a indiqué le commandant du groupement territorial de la wilaya. Ces af- faires sont en baisse de 21,82 pourcent par rap- port à celles traitées durant 2014 dans cette wi- laya, a précisé le colonel Ferhat Belkacem.

Quant aux activités de lutte contre le crime or- ganisé, les services de la GN ont traité 54 affaires, ayant donné lieu à l’arrestation de 95 individus dont 77 ont été placés en détention préventive, selon le même officier supérieur qui signale que ces affaires avaient trait à la contrebande du cheptel (563 têtes) et l’immigration clandestine (35 affaires et 64 ressortissants de différentes na- tionalités). Les services de la police judiciaires de la GN de Naâma ont traité, par ailleurs, 372 affaires, dont 13 crimes, 332 délits, 26 décisions de jus- tice, et ont appréhendé 702 personnes, dont 153 ont été placées en détention préventive et 543 autres remises en liberté, est il ajouté dans ce bilan qui fait état, là aussi, d’une baisse de 3,39 pourcent des affaires traitées par rapport

à l’année 2014. Les crimes et délits contre les

biens ont représenté 48 pourcent des affaires traitées en 2015, et les atteintes contre les per- sonnes 38,99 pourcent, sachant que les at- teintes à la famille et aux m£urs étaient, par contre en hausse de 62,5 pourcent par compa- raison à 2014. L’exécution de 88 interventions par les sec- tions d’intervention et de sécurité ont permis l’an dernier de démanteler plusieurs foyers de criminalité et, ainsi, de faire baisser le taux d’at- teintes contre les personnes et les biens et de renforcer le climat et de sécurité et de quiétude du citoyen, a souligné le colonel Ferhat Belka-

cem.

APS

6 DK NEWS

NATION

Jeudi 7 janvier 2016

L’AVANT-PROJET

DE

RÉVISION

DE

LA

CONSTITUTION

Le FLN satisfait de la prise en considération de ses propositions

Le secrétaire général du parti du Front de libéra- tion nationale (FLN), Amar Saadani, a exprimé hier

à Alger sa satisfaction de la prise en considération des propositions avancées par son parti dans l'avant- projet de révision constitutionnelle. "Le FLN a formulé 40 propositions, 20 d'entre elles ont été intégrées dans l'avant-projet dont 17 concer- nent des amendements fondamentaux", a indiqué Saa- dani lors d'une conférence de presse animée au siège du parti. Parmi ces propositions contenues dans l'avant-pro-

jet, il a cité celle de la nomination du Premier minis- tre par le Président de la République après consulta- tion de la majorité parlementaire. Saadani a relevé, à ce propos, que la proposition du FLN a été "partiellement acceptée dans la mesure où le parti (FLN) est présent dans la désignation du Pre- mier ministre". Le SG a évoqué aussi l'amendement portant limi- tation des mandats du président de la République, rap- pelant qu'il "s'agit d'une revendication du FLN". S'agissant de l'officialisation de la langue amazighe, il a rappelé que "le FLN était parmi les premiers à l'avoir demandée, avant que d'autres partis ne le re- joignent". Le SG du FLN s'est également réjoui du fait que l'avant-projet consacre la promotion de la langue arabe.

M. Saadani a déclaré, en outre, que son parti de-

mande l'amendement de l'article 51 contenu dans l'avant-projet qui exige la nationalité algérienne ex- clusive pour l'accès aux hautes responsabilités de l'Etat et aux fonctions politiques, estimant que cette dispo- sition prive les membres de la communauté algérienne établie à l'étranger de participer dans la vie politique nationale.

Le RND se félicite de l'avant-projet de révision constitutionnelle

Le Rassemblement national démocratique (RND) s'est "félicité" hier de l'avant-projet de révision de la Constitution, affirmant sa détermination à oeuvrer à son aboutissement. Le projet "répond aux aspirations de toutes les Al- gériennes et Algériens car hissant la démocratie en Algérie au rang des démocraties développées", a dé- claré à l'APS le porte-parole du parti, Sedik Chihab. Il a précisé que l'avant-projet de révision constitu- tionnelle offrait à l'opposition politique "tous les moyens matériels et moraux pour assurer leur rôle de contre-pouvoir". Il renforce également le rôle de l'opposition parlementaire, notamment à travers la saisine du Conseil constitutionnel et l'organisation de rencontres pour débattre des questions intéressant le pays, a-t-il ajouté.

M. Chihab a en outre souligné que le projet confère

au Parlement toutes les "prérogatives en matière de législation, de contrôle, d'interpellation du gouver- nement et de consultation concernant la nomination du Premier ministre". Il a également salué la création d'une haute instance indépendante de surveillance des élections traduisant la "volonté du président de la République, Abdelaziz

Bouteflika de réhabiliter l'acte électoral et de veiller

à l'organisation d'élections régulières et transpa- rentes".

M. Chihab a salué le principe de séparation des pou-

voirs mentionnée dans le document et la constitution- nalisation de la lutte contre la corruption, la récon- ciliation nationale, l'indépendance de la justice et la liberté de manifestation pacifique. Selon le porte-parole du RND, les garanties rela- tives à la liberté de la presse, au respect des droits de l'homme, aux droits des justiciables, au droit à la cul- ture et à un environnement propre "consacrent la dé- mocratie véritable". Il a précisé que son parti ne "ménagera aucun ef- fort pour assurer l'aboutissement de l'avant-projet de cette révision constitutionnelle" à travers la représen- tativité des deux chambres du Parlement et les cam- pagnes d'explication et de sensibilisation.

L'avant-projet de révision

constitutionnelle largement repris par la presse nationale

La majorité des quotidiens de la presse nationale ont consacré hier leur «Une» à l'avant-projet de révision de la Constitution, rendu public la veille, et commenté, chacun selon sa ligne éditoriale, les divers amendements proposés, en accordant un intérêt particulier à la promotion de tamazight en langue officielle et à la limitation des mandats présidentiels.

Les explications données mardi par le ministre d'Etat, directeur de ca- binet de la Présidence de la Répu- blique, Ahmed Ouyahia, lors d'une conférence de presse consacrée à la présentation de l'avant-projet, fruit de larges consultations, ont été dissé- quées dans les colonnes des jour- naux d'expressions française et arabe. Dans un article intitulé: «A défaut de révolution, une belle évolution», le quotidien national Reporters a af- firmé que la nouvelle Constitution était en fait un «Contrat social», qui permettra, une fois concrétisé, «des

avancées certaines» et «des mobilisa-

tions futures». Concernant l'officialisation de la lange amazighe, le quotidien a indi- qué, dans sa page quatre (4), que l'avant-projet vient consacrer la consé- cration d'une revendication portée par plusieurs générations d'Algériens. Pour le quotidien La Tribune, l'avant-projet de révision inscrit, dés- ormais dans «le marbre constitution- nel», «des avancées démocratiques réelles», affirmant que grâce à la nou- velle loi fondamentale, l'Algérie se dirigera vers un régime semi-prési- dentiel «équilibré» et un champ des li- bertés «élargi». L'Expression a, lui aussi, estimé que la révision constitu- tionnelle, proposée par le président de la République, Abdelaziz Bouteflika, constituait un progrès. En affichant en Une le titre: «Le projet de révision l'Al-

en Une le titre: «Le projet de révision l'Al- gérie qui ose», ce quotidien a souligné

gérie qui ose», ce quotidien a souligné le renforcement du rôle de l'opposition et l'élargissement des libertés que propose l'avant-projet. Le Soir d'Algé- rie a estimé que l'officialisation de la langue nationale amazighe constitue «la surprise» contenue dans l'avant- projet de révision constitutionnelle. Dans un compte rendu sur la confé- rence de presse animée par M. Ouya- hia à la résidence El-Mithak, le Soir d'Algérie met en exergue les divers ajouts proposés dans l'avant-projet et son ossature. En faisant réagir des «observa- teurs», le Jeune Indépendant a indi- qué, quant à lui, que l'avant-projet de révision de la Constitution ambition- nait de donner «un coup double: inter- peller la société dans son ensemble au- tour d'un projet consensuel et la mo- biliser derrière de nouveaux prin- cipes pour un Contrat national rénové et moderne». Le quotidien, en langue arabe Ennahar a estimé, pour sa part, que la nouvelle Constitution était une «gifle du président Bouteflika à ceux qui doutaient de sa gouvernance de l'Algérie vers le progrès». Pour ce journal, la révision de la Constitu-

tion, une des prérogatives du chef de l'Etat, est un «impératif» imposé par la conjoncture politique et écono- mique du pays. Echourouk a préféré, de son côté, rapporter des déclarations d'univer- sitaires et de quelques chefs de partis politiques qui ont commenté, en dé- tracteurs ou en partisans, le contenu de l'avant-projet, selon leurs convic- tions. El Watan a estimé, dans les nombreux articles qu'il a consacrés au sujet, que l'avant-projet de révision constitutionnelle annonçait des nou- veautés telle que la promotion de la langue amazighe au rang de langue of- ficielle, même si, a-t-on relevé, il «n'a pas apporté le changement attendu». Liberté, un autre quotidien d'expres- sion française, a lui aussi consacré tout un dossier à la révision constitution- nelle, jugeant que «l'avant-projet de ré- vision a révélé une Constitution aux apparences d'une Charte». Le même quotidien a estimé que la création d'une instance de surveillance des élections ne constituait en rien une «garantie» pour le bon déroulement et la transparence des rendez-vous électoraux à venir.

L’amazighité renforce l’unité nationale

Le projet de révision de la Constitution sur l’amazi- ghité prévoit le renforce- ment de l’unité nationale et les constantes de la nation, ont estimé mardi à Batna des intellectuels et per- sonnes intéressées par l’amazighité approchés par l’APS. «L’officialisation de ta- mazight, qui est une dimen- sion fondamentale de l’identité nationale, est un pas important qui barrera la route aux surenchères de certaines parties et groupes politiques», a estimé l’ar- tiste et commissaire du fes- tival culturel national du théâtre amazigh organisé

annuellement à Batna, Sa- lim Souhali. L’amazighité avec l’is- lam et l’arabe composent les fondements de l’identité du pays, a ajouté Souhali qui espère voir tout un cha- cun contribuer à l’édifica- tion d’une société réconci- liée avec elle-même garan- tissant la liberté d’expres- sion et les valeurs démo- cratiques. Le président de l’asso- ciation Aurès El Kahina, Ba- chir Aguerabi, joint par té-

ciation Aurès El Kahina, Ba- chir Aguerabi, joint par té- léphone, a indiqué à l’APS que

léphone, a indiqué à l’APS que l’amazighité «est un plus pour l’Algérie, et n'al- tère en rien la langue arabe, puisque toutes les deux sont les langues des Algériens». L’intégration de tamazight comme langue nationale officielle par le projet de la nouvelle Constitution «est dans l’intérêt de l’Algérie et permettra d’éradiquer le problème de discrimina- tion entre les deux langues légué par le colonisateur, a-t-il ajouté, espérant que les moyens nécessaires seront mis en place pour la promo- tion, sur le terrain, de la langue amazighe. «Ce pas sera mis à l’actif du président de la Répu- blique Abdelaziz Bouteflika

et l’histoire retiendra que c’est lui qui a réhabilité la langue amazighe et ren- forcé ses assises constitu- tionnelles», a ajouté M. Ba- chir Aguerabi. Le chef du département de la langue et la culture amazighes de l’université Batna1, et chercheur en langue amazighe Djamel Nehali, a estimé que ce que contient l’avant-projet de révision constitutionnelle est «une réconciliation avec soi-même.» Dr. Leïla Be- naïcha, chercheure en langue et culture amazighes de l’université de Sétif 2 a dé- claré à l’APS n’avoir jamais douté que le président Ab- delaziz Bouteflika engagera l’officialisation de la langue

amazighe qui est le fruit ar- rivé à temps des efforts de

tous. Cette initiative contri- bue à la consolidation de l’unité nationale et à la mo- bilisation de tous autour des lois de la République algérienne au moment où certains tentent de frapper

la stabilité du pays, a ajouté

la même universitaire. Par ce pas, le président de la République, a-t-elle ajouté, a fermé la porte de- vant les prédicateurs de la

«fitna» et ouvert celle d’une Algérie véritablement dé- mocratique où se concréti- sent les plus importantes constantes de la nation dont

la langue amazighe. L’intel-

lectuel et chercheur en cul- ture amazigh, Djamel Noui,

a de son côté salué «cette dé-

cision courageuse que nous attendions et qui a réhabilité un élément fondamental de l’identité nationale et un affluent majeur de la culture de la nation. L’amazighité, a-t-il dit, «est un bien com- mun à tous les Algériens sans exception et constitue

à la fois un facteur d’unité et une soupape de sécurité de la société».

APS

Jeudi 7 janvier 2016

ÉCONOMIE

DK NEWS

7

La CACI veut davantage de mesures pour lutter contre le marché informel

Le président de la Chambre algérienne de commerce et d'industrie (CACI), Mohamed Laid Benamor a déploré, mardi à Alger, "l'absence de mesures relatives à la lutte contre le marché informel" dans la loi de finances 2016.

"Nous relevons avec regret l'absence de mesures de lutte contre le marché informel, pourtant décrié tant par les pouvoirs publics que par les opérateurs économiques et les experts, dans un contexte où l'amélioration de la ressource fiscale ordinaire constitue désormais une priorité de l'action des ins- titutions", a-t-il déclaré lors d'une journée d'information sur la loi de finances 2016, te- nue en présence du ministre de Finances, Ab- derrahmane Benkhalfa. M. Benamor a également exprimé son souhait de voir des actions menées en vue de lutter contre le marché informel dans le ca- dre de la loi de finances 2017 "en plus de me- sures de défiscalisation au profit des entre- prises algériennes". Le président de la CACI a salué, néan- moins, les mesures contenues dans la loi de

finances 2016 et dont " l'objectif est de stimu- ler l'investissement". La possibilité donnée aux opérateurs de créer, d'aménager et de gérer des zones d'activité ou des zones industrielles, l'ouver- ture du capital des entreprises publiques aux privés, l'autorisation accordée pour le recours aux financements extérieurs ou encore la li- mitation à 30% des montants des bénéfices

à réinvestir par les entreprises sont des me- sures considérées comme "encourageantes" par M. Benamor. De son côté, le ministre des Finances a

rappelé l'importance d'une "action concer- tée entre les acteurs de la croissance incluant les opérateurs économiques et les pouvoirs publics afin de développer l'économie natio- nale. "Cette cohésion serait à même de faire de l'Algérie, à l'horizon 2018, un pays émergent

et moderne à un certain niveau", selon lui.

A court terme et dès 2016, trois objectifs majeurs ont été fixés, dira encore le minis- tre. Il s'agit d'axer les efforts sur de nouveaux

tre. Il s'agit d'axer les efforts sur de nouveaux textes réglementaires, de diversifier les res- sources

textes réglementaires, de diversifier les res- sources financières du pays et d'améliorer son image à l'international, a-t-il détaillé. "L'Etat social est resté le même, mais c'est l'Etat économique qui est appelé à changer",

a ajouté le ministre précisant que les actions

à venir ne modifieraient en rien la volonté

de l'Algérie à soutenir les couches les plus vul- nérables de la société. Il a souligné, en outre, la volonté de l'Etat de maintenir sa politique d'investissement

dans le secteur du BTPH, en dépit de la baisse du prix du pétrole et parallèlement, maîtri- ser les importations. "Nous allons également faire des efforts pour améliorer l'investissement dans le do- maine des services à travers des mesures fis- cales et sur le plan du foncier", a-t-il pour- suivi. Lors de la séance de débat, le directeur de

la réglementation douanière à la direction

générale des Douanes, M. Sid El Arbi a attiré

l'attention sur le fait que l'une des mesures les plus importantes de la loi de finances 2016 sur le plan pratique est la mise en place d'un système de déclaration douanière com-

mune pour l'ensemble des composants né- cessaires au montage d'un produit en Algé- rie. "Auparavant, le producteur avait besoin d'une autorisation pour chaque compo-

sant. Aujourd'hui, une seule déclaration

couvre l'ensemble des pièces nécessaires au montage d'un produit. C'est tout le proces- sus de production qui est couvert par cette même autorisation", a-t-il expliqué.

Pour sa part, M. Mustapha Zikara, direc- teur de la législation fiscale à la direction gé- nérale des Impôts (DGI) a indiqué que l'ar- ticle 62 (ex-article 66) de la loi de finances

2016 ne consacrait pas la privatisation mais

encadrait plutôt la procédure la concer- nant. "La privatisation des entreprises pu- bliques n'est pas une mesure instaurée par la loi de finances 2016, puisque cette mesure

existait depuis l'année 2001. En revanche, la dernière loi de finances définit simplement le taux que pourrait conserver les entreprises publiques qui est de 34%. Un taux minimal qui empêche légalement la dissolution de l'entreprise par le repreneur", a-t-il soutenu.

POMME DE TERRE

Un dispositif pour stabiliser le marché

Plusieurs mesures ont été récemment

prises par le gouvernement pour la filière de

la pomme de terre, afin de stabiliser le mar-

ché et soutenir les agriculteurs qui ven- dent à perte leur production, a appris l'APS auprès du ministère de l'Agriculture, du Dé- veloppement rural et de la Pêche. Réuni il y a une dizaine de jours, un

Conseil interministériel a arrêté des mesures "urgentes" et d'autres de long terme visant

à sécuriser les agriculteurs et à réunir les

conditions favorables au lancement de la pro- chaine saison, précise un conseiller au mi- nistère de l'Agriculture, Chérif Omari. Ainsi, le gouvernement a dégagé une enveloppe de 1,3 milliard DA pour payer im- médiatement les agriculteurs qui ont parti- cipé à l'opération de stockage de leur produc- tion de pomme de terre de saison (juin 2015), livrée à l'entreprise publique d'entre- pôts frigorifiques Frigomedit qui devait, à l'origine, assurer ce payement. En effet, 149 producteurs ont livré leur

production à Frigomedit, chargée de consti- tuer des stocks de sécurité, qui devait les payer à raison de 27 DA/kg (prix de référence). Mais cette entreprise, qui a absorbé un ex- cédent important de l'ordre de 123.000 tonnes de pomme de terre de saison, n'a pas pu payer les agriculteurs-fournisseurs du fait qu'elle n'a écoulé qu'une partie de ce stock et, de surcroît, à un prix moins cher que le prix d'achat. "La pomme de terre fraîche qui a inondé

le

marché dès la mi-septembre a détourné

le

consommateur du produit stocké. Ce qui

a

fait chuter le prix de la pomme de terre

stockée, causant des pertes à Frigomedit", ex- plique M. Omari. Les agriculteurs ont alors essuyé des pertes importantes en raison de l'effondre- ment des prix de ce produit à la sortie de l'ex- ploitation, chutant en dessous du prix de ré- férence (27DA/kg) appliqué depuis juin der- nier dans le cadre du Système de régulation

des produits agricoles de large consom- mation (Syrpalac).

Cette situation est due, selon M. Omari,

"à la jonction entre l'abondance de la produc-

tion de saison et le manque de pluies durant

la période d'arrière saison (15 septembre au

15 novembre), ce qui a poussé à l'arrachage massif de la récolte notamment au nord du pays". "Habituellement, durant cette pé- riode, les pluies font décaler les récoltes et

empêchent les agriculteurs d'accéder à leurs parcelles de terres. L'arrachage de la production d'arrière saison se fait donc es- sentiellement à partir de la région d’Oued Souf et ne commence qu'en début de janvier au nord du pays. On peut dire qu'il n'y a pas eu de période de soudure cette année", ex- plique-t-il. Ainsi, pour soutenir les prix à la produc- tion et sécuriser les revenus des producteurs, le gouvernement a décidé de suspendre l'opération de déstockage et de constituer, pour la première fois en cette période, un stock de 40.000 tonnes à partir de la récolte d'arrière saison en cours.

Sécuriser le marché de la semence

Le gouvernement a aussi décidé de sécu- riser le marché de la semence de pomme de terre en prévision de la saison prochaine. Ainsi, 170.000 tonnes de semences dont 70.000 tonnes produites localement sont dis- ponibles, alors que d'autres achats de cer- taines variétés spécifiques peuvent êtres

programmées prochainement pour cer-

taines zones tardives ciblées.

C'est dans ce sens que le ministre en charge du secteur, Sid Ahmed Ferroukhi, a réuni, lundi dernier, le Conseil national interprofessionnel de la filière pomme de terre (Cnifp) pour informer les profession- nels des mesures prises par le Conseil inter- ministériel ainsi que des modalités de leur mise en oeuvre. Les deux parties ont égale- ment discuté de la nécessité d'encourager

l'exportation de l'excédent de production de pomme de terre et d'inciter la mise en place d'une industrie de transformation en colla-

boration avec le secteur de l'industrie. Un groupe de travail regroupant des

responsables du ministère et des membres du conseil interprofessionnel a été installé pour proposer un plan d'action 2016/2019 et une feuille de route à l'effet de moderniser et de relancer durablement la filière. Le plan d'action doit être conçu autour

d'objectifs bien précis pour atteindre, d'ici

à 2019, une production de six (6) millions de

quintaux et devenir autosuffisant, notam- ment en semences de pomme de terre en passant par l'amélioration des techniques de production et l'encouragement de la méca- nisation. Dans l'objectif de modernisation de la fi- lière, le secteur va procéder incessamment

à l'assainissement, avec l’interprofession, des

établissements de production de semence, sachant que plus de 300 producteurs de se- mence sont inscrits dans cette activité alors que 170 seulement y activent. Le groupe de travail devra également éva- luer le dispositif de régulation (Syrpalac) en collaboration avec les ministères concernés, en vue d'améliorer ce dispositif en se basant sur l'expérience acquise depuis sa mis en £uvre en 2008. Le Syrpalac fait partie d'un ensemble de mesures prises par l'Etat en vue d'encou- rager la production, de sécuriser les revenus des agriculteurs et d'éviter le recours systé- matique aux importations. Ces actions ont permis de passer d'une su-

perficie de 105.000 ha en 2009 à 150.000 ha actuellement et d'une production de 2,5 millions de tonnes de pommes de terre en

2009 à 4,5 millions de tonnes en 2015.

L'autosuffisance a encouragé certains opérateurs d'El Oued, première wilaya pro- ductrice de ce tubercule, à exporter vers l'étranger.

La Banque d'Algérie va refinancer les banques dès février prochain

va refinancer les banques dès février prochain La Banque d'Algérie compte injecter, à par- tir de

La Banque d'Algérie compte injecter, à par- tir de février prochain, des liquidités pour re- financer les banques dont les ressources se sont contractées en 2015 après un excédent enregistré durant plusieurs années, a fait sa- voir, hier à Alger, le gouverneur de la Banque d'Algérie, Mohamed Laksaci. "La Banque centrale a commencé à réduire graduellement les reprises de liquidité. Il est attendu un retour des banques et établisse- ments financiers au refinancement auprès de la Banque d'Algérie, notamment via le rées-

compte, à partir de février", a-t-il indiqué lors la présentation du rapport de conjoncture économique des neuf premiers mois de 2015 lors d'une réunion qui l'a regroupé avec les P-dg des banques et établissements financiers en activité en Algérie. Les banques n'ont pas eu recours à la Banque centrale pour se refinancer depuis 2001, a-t-il observé. Cette mesure vise non seulement à faire face à l'amenuisement de l'excès de liquidi- tés mais aussi à dynamiser le marché moné- taire interbancaire, indique le rapport de la Banque centrale présenté par M. Laksaci. A fin septembre 2015, la liquidité globale des banques s'est établie à 1.828 milliards de dinars (mds DA) contre 2.730,88 mds DA à fin septembre 2014. "La forte baisse des dépôts du secteur des hydrocarbures en est la principale cause, en contexte de persistance du choc externe", ex- plique le document qui souligne que "sous cet effet, le marché monétaire interbancaire a en- registré une augmentation des montants échangés, soit 370,5 mds DA à fin juin 2015 contre 96,5 mds DA à fin décembre 2014". "Eu égard au choc externe violent, le rythme d'expansion des crédits à l'économie ne semble pas être soutenable sans recours de certaines banques au refinancement au- près de la Banque d'Algérie", relève le rapport. Dans ce même contexte, le gouverneur de la Banque centrale a indiqué que son insti-

tution travaillait à sensibiliser les banques

pour jouer pleinement leur rôle de "collec- teurs" de ressources à travers l'offre de pro- duits attractifs, en vue de mieux contribuer

à la croissance économique du pays. De janvier à septembre 2015, les crédits à l'économie ont poursuivi leur progression de 13,35% contre 19,91% à fin septembre 2014.

L'analyse de la structure de ces crédits par

secteur juridique montre que 52,43% des crédits ont été accordés au secteur public contre 47,57% au secteur privé dont 6,09% aux ménages. En terme de valeur, les crédits accordés au

secteur public ont été de l'ordre de 3.865,3 mds DA à fin septembre 2015 contre 3.382,3 mds DA

à fin décembre 2014, soit une hausse de

14,28%.

Le montant des crédits contractés par le privé s'est établi à 3.058 mds DA à fin septem- bre 2015 contre 2.717,7 mds DA à fin décembre 2014, soit une croissance de 12,5%. Par ailleurs, la structure des crédits par maturité indique qu'à la fin septembre 2015, les crédits octroyés à court terme représen- tent 24,76% du total des crédits contre 75,21% pour les crédits à moyen et long terme. M. Laksaci a indiqué, par ailleurs, qu'une opération d'audit des banques serait lancée prochainement afin d'évaluer la résilience des banques et leur capacité à faire face au choc externe.

APS

8 DK NEWS

RÉGIONS

Jeudi 7 janvier 2016

NAÂMA

Aménagement de trois nouveaux centres urbains des grandes villes de la wilaya

Trois nouvelles concentrations d’habitants dans les zones d’extension urbaine au niveau des grandes villes de la wilaya de Naâma connaissent des opérations d’aménagement, dans le cadre du schéma directeur arrêté par les autorités locales, a-t-on appris hier auprès de la direction locale de l’urbanisme, de la construc- tion et de l’architecture (DUAC). Visant la modernisation du milieu urbain et l’équipement des cités et quartiers, ces opéra- tions d’aménagement visent également l’ex- ploitation rationnelle de l’espace pour l’intérêt public, en plus de l’occupation des assiettes devant accueillir des projets de construction de façon harmonieuse et structurée à long terme et la protection du foncier local, a-t-on précisé. Confiés à plusieurs entreprises de réalisa- tion, les travaux d’aménagement, qui devront générer près de 400 emplois, portent sur l’ou- verture de nouvelles routes, l’extension du réseau d’assainissement ainsi que ceux d’élec- tricité et de gaz naturel. Occupant une superficie globale de 120 hec- tares, dont 10 ha devant abriter des structures administratives, socio-éducatives et de ser- vices, ces nouveaux centres urbains accueillent également des projets d’habitat consistant en une tranche de près de 4.000 logements, toutes formules de construction confondues, ainsi que des installations d’amélioration du cadre urbain, des espaces verts, des aires de jeux, en plus de locaux commerciaux, selon la fiche technique. Les services techniques ont suggéré, dans le but de promouvoir le cadre urbain, d’autres projets portant aménagement de routes par la réalisation de carrefours, de voies de désencla- vement des quartiers, des espaces boisés, l’em- bellissement des rues par la réalisation de fresques et de panneaux aux effigies de person- nalités historiques, ont indiqué les services de la DUAC.

EL-BAYADH

Plusieurs opérations de lutte contre la désertification et de développement rural réalisées

Une série d’opérations liées à la lutte contre le phénomène de désertification et au dévelop- pement rural, ont été réalisées, ces dernières années, dans la wilaya de El-Bayadh, a-t-on appris hier de la conservation locale des forêts. Ces opérations, qui ont nécessité une enve- loppe globale de 810 millions DA, au titre du programme quinquennal 2010-2014, ont porté notamment sur la plantation d’arbres sur 2.400 hectares, la réhabilitation de 900 ha d’espaces forestiers, en plus d’actions de boisement et de réalisation de brise-vents sur 300 ha, a précisé le conservateur des forêts, Djedid Akkazi. Dans le cadre de ce programme de dévelop- pement touchant l’ensemble des 22 communes que compte la wilaya de El-Bayadh, figure éga- lement la réhabilitation de 315 km de pistes d’accès, l’ouverture de nouveaux chemins forestiers et l’aménagement de trois sources d’eau, en vue de contribuer à l’amélioration du cadre de vie du citoyen dans milieu rural, a-t-il ajouté. Diverses actions de boisement ont été réalisées, en parallèle, avec le concours de diffé- rents acteurs sociaux, dont des associations locales activant dans le domaine de la protec- tion de l’environnement, a-t-il aussi fait savoir. Ces actions de bénévolat ont donné lieu à la mise en terre de 36.750 arbustes et l’attribution de plus de 9.200 autres, durant l’année 2015, selon le responsable.

DJELFA

Réception attendue en 2016

de 6.000 logements publics locatifs

Plus de 6.000 logements de type public locatif (LPL) devront être réceptionnés courant 2016 dans la wilaya de Djelfa, a-t-on appris hier auprès des services de la wilaya.

Près de 4.500 unités de ce pro-

gramme, actuellement en réalisation,

a atteint un taux d’avancement de ses

travaux à 60 %, a-t-on ajouté de même source. La wilaya de Djelfa connaît actuellement la réalisation de 10.000 unités, tous types confondus, a indiqué le wali, Abdelkader Djelaoui, dans une déclaration à l’APS, signa-

lant la réception, en 2014, de plus de

4000 LPL, alors que l’année 2015 a vu

la réception de plus de 6000 autres logements. Par ailleurs, un nouveau

quota de logements de 8000 unités a été notifié aux services des daïras de

la wilaya, en 2015, en vue de l’entame

de l'opération d'attribution, par notamment la publication prélimi- naire des listes des bénéficiaires. A ce jour, cette opération a touché quelque 1.112 unités au niveau des communes de Dar Chioukh, Hassi Bahbah et Ain Mabed, en plus de la zone urbaine de Mouileh, est-il signalé. S’exprimant sur le pro- gramme de logements AADL, le wali a

fait état de la réalisation en cours de

1500 unités dont les travaux sont exé-

cutés à un "rythme encourageant", au moment où des efforts sont consa-

encourageant", au moment où des efforts sont consa- crés, par les services concernés, en vue de

crés, par les services concernés, en vue de la prise en charge progressive de la demande (5000 demandes exprimée en la matière. Par ailleurs, un autre programme de 2.150 logements promotionnels aidés (LPA) est également en cours de concrétisation à travers la wilaya, a ajouté le chef de l’exécutif, signalant l’enregistrement d’un "retard" dans certains lots de ce programme, exception faite des projets confiés à

certaines entreprises et l’Office de promotion et gestion immobilière de la wilaya. Dans le volet de l’habitat rural, ayant une grande importance à Djelfa au regard de sa contribution à la fixa- tion des populations rurales dans leurs régions et l’amélioration de leur niveau de vie, la wilaya a réceptionné prés de 2.238 habitations rurales en 2015, au moment où 2.337 unités de même type ont été mises en chantier.

BATNA

Programme AADL: 11.242 dossiers de postulants acceptés

Pas moins de 11.242 dossiers de postulants à un loge- ment dans le cadre de la formule location-vente ont été

acceptés, à Batna, par l’Agence nationale d’amélioration

et de développement du logement (AADL), a indiqué hier

à l’APS le directeur de cet organisme, Ibrahim Mekaoussi. Ces souscripteurs ont retiré les ordres de versement de la première tranche équivalant à 10 % de la valeur glo- bale du logement, a ajouté M. Mekaoussi, faisant état d’un engouement sans précédent pour cette formule d’habitat dans la wilaya de Batna. Selon ce responsable, quelque 14.000 dossiers ont été déposés dans le cadre du programme AADL-2 attribué à la wilaya de Batna, fort de 3.000 unités entre apparte- ments F3 et F4, doté de toutes les commodités (parkings, aires de jeux, espaces verts). Le directeur de l’ADDL de Batna a également rappelé que 2.800 sur les 3.000 logements AADL attribués à la wilaya de Batna, sont déjà en chantier, dont 2000 unités à

Batna, (400) à Barika, et (400) à Aïn-Touta. Les travaux avancent de manière très "satisfaisante" et seront ache- vés "dans les délais contractuels impartis", a assuré le même responsable faisant savoir encore que deux entre- prises (une chinoise et une autre turque) sont à pied d’œuvre pour ce lot devant être réceptionné d’ici fin

2016.

Les 200 logements restants n’attendent plus que l’identification de l’assiette foncière à la daïra de Ras El Ayoune, où ils seront implantés, a encore indiqué M. Mekaoussi, affirmant que les services de l’AADL "y tra- vaillent de concert avec les responsables de cette loca- lité". Le responsable a rappelé, que cette opération pour l'accès au logement via la formule location-vente organi- sée via Internet a eu un tel succès que les serveurs de l'AADL ont été au début saturés, invitant par l’occasion les postulants à ce programme de consulter et suivre leur

dossiers, en introduisant leur code et leur mot de passe confidentiel sur le site de l’organisme.

TISSEMSILT

2790 ha de terres agricoles réservés aux jeunes

Plus de 2790 hectares de terres agricoles de la wilaya de Tissemsilt ont été réser- vés aux jeunes en vue de créer des exploitations agricoles et d’élevage, a-t- on appris mardi du direc- teur des services agricoles (DSA). Ces terres délimitées et approuvées dernièrement par la commission de wilaya d’orientation et de réalisation du programme de développement agricole et rural se répartissent sur les communes de Layoune, Theniet El Had, Sidi Boutouchent et Bordj Emir Abdelkader. Douze 12 périmètres de mise en valeur des biens de l’Etat ont été délimités dans le cadre de la circu- laire 108 portant élargisse- ment de la base productive

Djakboub lors d'une réu- nion de l’exécutif. La com- mission de wilaya s’attèlera à la distribution de ces terres agricoles qui sont soumises à une étude tech- nique confiée au bureau national d’études de déve- loppement rural "BNE- DER" relevant du ministère de tutelle. La DSA a initié, au début de la saison agricole en cours, une opération de sensibilisation de large envergure en collaboration avec la chambre agricole et l’union de wilaya de l'Union nationale des pay- sans algériens (UNPA) et de la radio de Tissemsilt pour informer les jeunes du contenu de la circulaire ministérielle conjointe (no 108) et des modalités de création d’exploitations

des potentialités produc- tives de la wilaya dans le cadre des objectifs de la politique du renouveau rural et agricole, l'exploita- tion des terres en jachère dans la région et la création d'emplois permanents. Le wali de Tissemsilt a insisté, pour sa part, sur la néces- sité d’adopter la nouvelle stratégie visant le dévelop- pement des différentes filières agricoles, surtout dans le domaine de la diversification des produits agricoles hors céréales. Abdelhamid Ghazi a égale- ment instruit les responsa- bles du secteur agricole à mener une opération d’as- sainissement des exploita- tions agricoles indivi- duelles (EAI) et collectives (EAC) portant sur l'enlève- ment des déchêts des chan-

Par ailleurs, le respon- sable a appelé les prési- dents d’Assemblées popu- laires communales à accé- lérer la mise en œuvre des conventions qui les lient aux transporteurs privés, en vue de réserver des bus pour le ramassage scolaire, ajoutant que chaque com- mune a la possibilité de présenter une demande de subventions des services de la wilaya pour l’acquisition et la maintenance des bus de transport scolaire. Il a également mis l'ac- cent sur les travaux de réfection des établisse- ments scolaires des trois paliers à partir du 25 juin prochain pour être prêts à la prochaine rentrée sco- laire. Le conseil de l’exécu- tif de wilaya a examiné aussi le dossier de prépara-

à

travers la création d’ex-

agricoles.

tiers de bâtiment et l'éradi-

tion de la rentrée scolaire

ploitations agricoles nou- velles, a indiqué Mustapha

Cette opération vise l’ex- tension et la valorisation

cation de constructions dans des terres agricoles.

et universitaire 2016-2017. APS

Jeudi 7 janvier 2016

SOCIÉTÉ

DK NEWS 9

GENDARMERIE NATIONALE

Ain Temouchent :

les appels reçus sur le numéro vert ont presque doublé en 2015

reçus sur le numéro vert ont presque doublé en 2015 Les appels reçus sur le numéro

Les appels reçus sur le numéro vert (10-55) du Groupement de la Gendarmerie nationale d’Ain Temouchent ont presque doublé, durant l’année 2015, par rapport à ceux enregistrés l’année d’avant, a-t-on appris du Commandant de ce Groupement. Ces appels sont passés de 4.825 en 2014, à 7.130 l’année dernière, soit une augmentation de 2.305 appels, à la faveur des actions de sensibilisation menées par le Groupement en direction des citoyens dans le domaine de la lutte contre la cri- minalité, a précisé mardi le lieutenant-colonel Beloula Yazid, au cours d' une conférence de presse consacrée au bilan du Groupement au titre de l’année écoulée. Ces appels ont permis aux éléments de ce corps d’effectuer pas moins de 2.459 interven- tions dont 46 ont été positives et ont permis l’ar- restation des auteurs de différents délits. Toujours par le biais du 10-55, les gendarmes d’Ain Temouchent ont pu aider et assister 1.376 citoyens. Suite à ces appels, les éléments de ce corps sont intervenus, immédiatement, pour répondre aux différents besoins de citoyens ou arrêter des individus coupables de délits ou crimes en fla- grant délit, a souligné l'officier, ajoutant que les actions de prévention contre la criminalité ont permis, par ailleurs, d’éviter des agressions et des vols de maisons ou commerces, entre autres. Dans ce contexte, le même conférencier a mis l’accent sur l’importance de ce numéro vert dans la lutte contre la criminalité, sensibilisant le citoyen pour son utilisation. Il a également rappelé l’importance du site Internet "PPGN.MDN.DZ mis en ligne récem- ment et destiné au dépôt de pré-plaintes et la demande de renseignements à distance. "Depuis sa mise en ligne, nous avons reçu deux pré-plaintes et cinq demandes de rensei- gnements à distance", a-t-il indiqué.

AIN ARNAT (SÉTIF)

Arrestation d'une bande de malfaiteurs

et récupération de 500 millions d'objets volés

Les éléments de la brigade territoriale de la Gendarmerie nationale d’Ain Arnat sont parvenus à mettre fin aux agissements d’une bande de malfaiteurs avec l’arrestation des individus M.D., A.Dj., D.H. et H.H., dont l’âge varie entre 20 et 27 ans accusés de vols qualifiés et de dissimulation d’objets volés. Ces arrestations ont été opérées suite aux plaintes déposées par des victimes de cette association de malfaiteurs.

A. Tiouri

Les faits remontent au week-end dernier, lorsqu’une des victimes, en rentrant chez elle avec sa famille, fut surprise du vol de tous ses bijoux et d’une somme d’argent de 80 millions de centimes. Sur les lieux du forfait, les enquê- teurs ont constaté de la casse au niveau du toit de la maison. L’enquête diligen- tée par les gendarmes a permis grâce à certains indices de rechercher et identifier les auteurs du délit impli- quée dans cette affaire. Une fois la bande arrêtée, il s’est avéré que les malfaiteurs, après avoir repéré les lieux se sont mis d’accord au préalable entre eux pour mettre en œuvre leur plan criminel en escaladant la maison et en rentrant par le toit. Après l’obtention de l’autorisation de perquisition, les enquêteurs ont dé- couvert et récupéré dans l’un des do-

ont dé- couvert et récupéré dans l’un des do- miciles des malfaiteurs, l’ensemble des objets volés

miciles des malfaiteurs, l’ensemble des objets volés estimés à une valeur finan- cière de plus de 500 millions de cen- times. Présentés devant le procureur

de la République près le tribunal de Sé- tif, trois des mis en cause ont été pla- cés sous mandat de dépôt, et le qua- trième, H.H., en citation directe.

POLICE DE PROXIMITÉ

31.000 appels recencés en 2015 par la Sûreté de wilaya de Sétif

Pour une sécurisation optimale et afin d’atteindre les ob- jectifs principaux dont la devise reste toujours ‘’ la police au service du citoyen’’, les différents services de la Sûreté de wilaya de Sétif ont reçu durant l’année écoulée, un flux important d’appels téléphoniques par le biais du numéro vert 15.48 et le numéro 17 de police secours. Mis gratuitement en place à la disposition du citoyen par le haut commandement de la DGSN, ces numéros verts ont été un outil précieux de communication et de relation per- manente entre la police et les citoyens. Selon la cellule de communication de l’institution policière de la wilaya, plus de 31.000 appels téléphoniques ont été reçus et recen- sés par le centre opérationnel de la Sûreté de wilaya de Sé- tif durant l’année écoulée. Ces appels ont porté sur des de- mandes d’intervention pour différents motifs, des dé- nonciations à juste titre de certains dépassements et autres accidents de la circulation, des orientations ou pour divers autres motifs ayant trait à ces services. Tous ces appels, nous signale-t-on, ont contribué à met- tre fin à différentes formes de criminalité par la mise hors d’état de nuire d’un nombre important de délinquants ainsi

que plusieurs interventions qui ont pu éviter de commet- tre certains délits et crimes. Ce bilan exhaustif, ajoute-t-on, montre combien ces numéros ont eu un impact considé- rable au sein des citoyens par leur efficacité sur la sécurité des personnes et des biens, principal objectif de la mission des forces de police. Cette culture qui commence à germer dans l’esprit du citoyen prenant conscience de son importance et de son uti- lité et qui n’hésite plus à dénoncer certains faits de nature à porter atteinte à la paix et à la sécurité publique, contri- bue à coup sûr indirectement à aider les services de police dans leurs missions. Par ces différentes activités de sensibilisation et les cam- pagnes d’orientation programmées tout au long de l’année, les services de police s’efforcent toujours d’assurer une sé- curité optimale et équitable des citoyens en tous lieux, mis- sion entrant dans le cadre de la police de proximité tout en invitant les citoyens à coopérer davantage à travers ses dif- férents canaux de communication des deux numéros verts 15.48 et le 17.

A.T

BOUMERDÈS

Bonne production de poisson en 2015, mais des prix toujours à la hausse

La production de poisson a connu une amélioration en 2015 à Boumerdès avec

des conditions de travail des pêcheurs et les conditions climatiques favorables

situation qui n’a pas fait long feu, puisque la sardine a repris son "envol"

une prise de plus de 8.500 tonnes, contre

ayant régné durant presque toute l’an-

pour se vendre actuellement entre 350 et

7.500

T en 2013 et 8000 T en 2014, a indi-

née, qui ont encouragé les marins

450 Da le kg.

qué hier le directeur de la Pêche et de l’Aquaculture de la wilaya. La grande partie de cette production (soit 90%) est représentée par la sardine et l’anchois, poissons très répandus sur les côtes de la wilaya, a précisé à l’APS

pêcheurs à intensifier leurs sorties en mer, parallèlement à la bonne exploita- tion de leurs moyens de production. Aucune infraction notable à la législa- tion interdisant l’usage de chaluts péla- giques, durant la période de repos biolo-

La hausse des prix du poisson, en dépit de la bonne production, est due, selon M.Kadri, à la "grande demande" exprimée sur ce produit dans différentes localités de la wilaya. "Il est également la conséquence

Kadri Cherif, soulignant que la plus grande partie de cette prise (soit plus de

gique allant du 1er mai au 31 août, n’a été enregistrée, a encore assuré le même

500

Da, atteignant parfois des pics de

directe de la commercialisation de près de 70% de la production locale dans

2.500

tonnes) a été réalisée durant sep-

responsable.

d’autres wilayas, notamment Alger, Tizi

tembre et octobre derniers avec une moyenne de production quotidienne ayant fluctué entre 70 et 90 tonnes de poisson. Des prises respectives de 2000 et 1000 tonnes de poisson ont été réalisées en juin et mai 2015 au moment où le reste de

Toutefois, cette abondance de la pro- duction n’a pas eu l’effet positif escompté sur les prix du poisson bleu (sardine et anchois) sur le marché local où le kg de sardine s’est écoulé, début 2015, dans une fourchette entre 400 et

Ouzou et Bouira, ce qui engendre natu- rellement un manque de l’offre de ce produit sur les marchés de Boumerdès", a-t-il encore expliqué. Long de 90 km, le littoral de Boumerdès s’étend de Afir, à l’est, jusqu’à Boudouaou El Bahri, à l’ouest.

la production a été réalisé durant les

600

Da. Un fléchissement du prix avait

Il compte neuf (9) plages d’échouage

autres mois de l’année, a-t-il ajouté. Selon M. Kadri, cette hausse de la pro- duction a pour origine l’amélioration

été enregistré, durant l’été, en descen- dant à 100 Da le kg, suite au constat de très bons indices de production. Une

et trois (3) ports principaux de pêche d'une capacité globale de 409 embarca- tions. Le secteur compte, en outre, plus

de 409 embarca- tions. Le secteur compte, en outre, plus de 4.000 marins pêcheurs et artisans,

de 4.000 marins pêcheurs et artisans, dont plus de 3.700 pêcheurs immatricu- lés.

APS

10 DK NEWS

SOCIÉTÉ

Jeudi 7 janvier 2016

SELON LA PROTECTION CIVILE

2.343

interventions,

en 24 heures

SELON LA PROTECTION CIVILE 2.343 interventions, en 24 heures Durant la période du 05 au 06

Durant la période du 05 au 06 Janvier 2016 arrêt ce matin à 08H00, Les unités de la pro- tection civile ont enregistré 2343 interven- tions, dans les différents types d’interventions pour répondre aux appels de secours, suite à des accidents de la circulation, accidents domes- tique, évacuation sanitaire extinction d’in-

cendies, Dispositif de sécurité … etc. Plusieurs accidents de la circulation ont été enregistrés durant cette période dont 04 les plus mortelles ayant causé le décès à 07 personnes sur les lieux d’accidents, évacuées vers les structures hospitalières. Le bilan le plus lourd a été enregistré au ni- veau de la wilaya d’Ain Defla avec 04 per- sonnes décédées suite à une collision entre un véhicule léger et un camion semi remorque, survenue sur sur l’autoroute Est –Ouest au lieu dit Sidi Abed commune d’Ain Soltane. Par ailleurs, les secours de la protection ci- vile de la wilaya d’el Bayadh sont intervenus pour prodiguer des soins de première ur- gence a 04 personnes incommodées par le mo- noxyde de carbone co émanant d’un chauffage

a l’intérieur de leurs domicile , sis a la cité Laa- mari Mohamed commune d’el Bayadh, les vic- times ont été pris en charge puis évacuées dans un état satisfaisant vers l’hôpital local.

A souligner aussi, l’intervention des éléments

de la protection civile de la wilaya de Tlemcen pour l’évacuation vers l’hôpital de Maghnia d’un enfant âgé de 05 ans décédé noyé dans une piscine située au centre ville de la commune et daira de Maghnia.

ORAN

Regroupement régional des détachements de renforts aux premières interventions

Un regroupement régional des détache- ments de renforts aux premières interven- tions (DPRI) de la protection civile de 15 wilayas de l’ouest du pays, sera organisé du 7 au 10 jan- vier en cours à Oran, a-t-on appris mercredi du chargé de communication à la direction de la protection civile de la wilaya d’Oran. Ce regroupement régional de quatre jours, décidé en application du programme d’ac- tion de la Direction générale de la Protection civile au titre de l’année 2016, s'inscrit dans le cadre de la préparation et le renforcement des capacités opérationnelles DPRI et l’améliora- tion des performances du potentiel humain, a indiqué le lieutenant Mohamed Bentabet. Des équipes de trois mille (3.000) per- sonnes composant les détachements de renforts des 15 wilayas de l’ouest du pays seront à l'épreuve jeudi à Oran pour tester leurs capa- cités, à travers des exercices de simulation et des manoeuvres programmés, a-t-on ajouté. Les man£uvres et exercices de simulation au- ront lieu notamment à Bir El Djir, à proximité de l’unité de la protection civile de Bir El Djir

au niveau de haï Es-sanaouber (ex Planteurs),

a-t-on indiqué dans un communiqué.

et

GENDARMERIE NATIONALE

Ain Temouchent : saisie de près de trois quintaux de kif à Sidi Ben Adda

Une quantité de 2,996 quintaux de kif traité et 5.150 comprimés anxiolytiques a été saisie, mardi soir, à Sidi Ben Adda (6 km d’Ain Temouchent), par les éléments de la Gendarmerie nationale d’Ain Temouchent, a-t-on appris mercredi du commandement du groupement de wilaya de ce corps.

La drogue a été découverte soi- gneusement dissimulée à bord d’un vé- hicule utilitaire intercepté sur la RN 35 reliant Ain Temouchent à Tlemcen, a indiqué le commandant Boudouda Salaheddine, responsable du centre opérationnel du groupement, souli- gnant que cette saisie s'est opérée en étroite collaboration avec les services de l’ANP de la deuxième région mili- taire. L’enquête est en cours pour l’arres- tation des membres de ce réseau de tra- fiquants de stupéfiants en collabora- tion avec les services judiciaires terri- torialement compétents, a-t-on ajouté. Les éléments du groupement de la Gendarmerie d’Ain Temouchent ont saisi, à la mi-décembre écoulé, en

Temouchent ont saisi, à la mi-décembre écoulé, en collaboration avec les mêmes services de l’ANP, 14

collaboration avec les mêmes services de l’ANP, 14 quintaux de kif traité à

bord de deux véhicules touristiques à Ain Tolba, sur la RN 35, a-t-on rappelé.

SELON LA SÛRETÉ NATIONALE

169 morts dans des accidents de la circulation durant le troisième trimestre 2015

Cent soixante-neuf (169) personnes ont trouvé la mort et 4.283 autres ont été blessées dans 3.734 accidents de la route dans les régions urbaines durant le troisième tri- mestre 2015, a indiqué hier un bilan de la Direction géné- rale de la Sûreté nationale (DGSN). Le nombre des accidents de la circulation a augmenté de 30 cas par rapport aux statistiques enregistrées durant la même période de l'année 2014, alors que le nombre des

blessés a baissé (-88 cas) et celui des morts de également

(-8 cas), selon la même source. Le facteur humain

demeure la principale cause des accidents de la circulation avec un taux de 98,42 % suivi des facteurs liés au véhicule et à l'environnement, a indiqué la même source. Durant la même période, les mêmes services ont établi 18.920 contraventions, enregistré 4.967 infractions, mis 6.030 véhicules en fourrière, dressé 223.795 amendes for- faitaires et retiré 58.850 permis de conduire, selon la même source. La DGSN a appelé les usagers à faire preuve de vigilance et de prudence, à respecter le code de la route et à éviter l'excès de vitesse.

MÉDÉA

Une centaine d'habitations du village de Draa-et-Taga raccordées au gaz naturel

Au total 93 habitations situées dans le village de Draa- et-Taga, dans la commune de Boghar (67 km au sud-ouest de Médéa), ont été raccordées hier au réseau de distribu- tion de gaz naturel, a-t-on appris auprès des services de la wilaya. Initié dans le cadre de la 2è tranche du programme de raccordement des quartiers et lotissements sociaux (Pqls) 2010-2014, cette opération, qui intervient en plein période de froid, annonce la fin d’une longue quête d’une hypothé- tique bonbonne de gaz pour les habitants de ce village, perché à plus de 1000 mètres d’altitude, au c£ur du massif forestier de Boghar, région montagneuse connue pour son froid glacial, a précisé la même source. La mise en service du poste de distribution publique

(Dp) de Draa-Et-Taga met un terme aux souffrances de ces villageois, contraints, en période de tension sur le gaz butane, de recourir au bois de chauffe pour faire face à la rigueur de l’hiver. D’autres habitations relevant de différentes zones éparses et quartiers périphériques des principaux centre semi-urbain de la wilaya devraient bénéficier "dans les toutes prochaines semaines" de ce type d’énergie, a-t-on annoncé de même source, précisant que la 2è tranche du programme (Pqls) prévoit le raccordement de pas moins de 1227 foyers. Le taux de couverture en gaz naturel dans la wilaya a atteint, à fin 2015, un taux de 53 %, totalisant 72662 abonnés, alors que ce taux n’excédait pas, au début de l’an- née 2000, les 5 %, a-t-on ajouté de même source.

TRAMWAY D'ORAN

L’amélioration de la qualité des services et la lutte

contre la fraude, défis à relever par SETRAM en 2016

L’amélioration de la qualité des services et la lutte contre la fraude représentent les défis à relever en 2016 par la Société d’exploitation du tramway d’Oran (SETRAM), ont annoncé mardi ses responsables. Lors d’une conférence de presse, le directeur d’exploitation, Clément Lévrino et le directeur de communi- cation et de marketing, Ryad Fehim ont souligné que plusieurs objectifs ont été tracés par la Direction géné- rale de la Setram, dans le but d’amé- liorer la qualité des services fournis et lutter contre la fraude, une pratique fréquente chez les usagers du tram- way. A ce titre, M. Clément Lévrino a indiqué que plusieurs actions ont été entreprises dans le but d’offrir de meilleurs prestations, notamment avec l’augmentation de la vitesse des

rames. "Actuellement le temps de par-

cours d’un terminus à l’autre est de 1heure 4 minutes. Nous essayons de

réduire ce temps de quelques secondes voir minutes. Si nous parve- nons, ça sera un vrai exploit", a-t-il déclaré dans ce sens. Toutefois, il a reconnu la difficulté de cette tâche compte tenu de la vitesse du tramway qui ne peut dépas- ser 20 kilomètres/heure, tout en signalant que la Setram est parvenue à réduire l’intervalle entre navette de 8 à 6 minutes. De son coté, le direc- teur de communication et de marke- ting, a fait part d'actions visant à lutter contre la fraude dans ce moyen de transport, la première commencera le 10 janvier prochain avec l’inhibition des appareils valideurs de billets à l’intérieur des rames à la montée des contrôleurs. "Le phénomène de fraude molle est très important au Tramway d’Oran est caractérisé par la non validation des billets sauf à la vue de contrôleurs, ce qui permet aux fraudeurs d’utiliser un seul billet

pour plusieurs voyages", a-t-il fait remarquer. Pour le 1er février pro- chain, il sera question de prévalida- tion des billets dans les Kiosques par les agents de la Setram. Des valideurs sont en phase d’installation au niveau des kiosques de vente de billets, a-t-il ajouté, déclarant qu' "il existe 31 Kiosques de vente de billets et nous sommes arrivés à un taux de plus de 32% d’installation de ces valideurs". Pour ce qui de sanctions, M. Fehim a mis en exergue la difficulté du tra- vail des agents de contrôle qui ren- contrent des violences aussi bien cor- porels que verbales, soulignant qu’une moyenne de 120 bulletins de régularisation de voyage (BRV) d’un montant de 100 DA sont infligés quoti- diennement aux fraudeurs. Une moyenne de 28.000 voyageurs/jour utilisent ce moyen de transport255 urbain.

APS

Jeudi 7 janvier 2016

SOCIÉTÉ

DK NEWS 11

LE NUMÉRIQUE AU SECOURS DE L’EMPLOI EN FRANCE 20 recommandations pour anticiper les mutations

EN FRANCE 20 recommandations pour anticiper les mutations Le Conseil national du numérique (CNNum) a préconisé

Le Conseil national du numérique (CNNum) a préconisé hier à Paris, dans un rapport remis au gouvernement, une vingtaine de recommandations pour faire face au chômage, qui avait atteint en fin d’année en France un taux inédit depuis 1997, et an- ticiper les mutations économiques du pays. Ce rapport portant sur "Travail, emploi, numé- rique : les nouvelles trajectoires", fruit d’une cin- quantaine d’auditions de spécialistes et d’experts, le CNNum vient clôturer une séquence de ré- flexion sur le futur du travail et de l’emploi à l’heure du numérique. De nombreux sujets sont mis en perspective dans ce document remis à Myriam El Khomri, ministre du Travail, de l’Emploi, de la Formation profession- nelle et du Dialogue social, dont notamment la fin ou non du salariat, les effets de la révolution numé- rique sur la segmentation du marché du travail, sur les conditions de travail. Les recommandations, qui couvrent l’action pu- blique, la formation, le dialogue social, les organi- sations et relations de travail, la transformation de l’industrie, prolongent plusieurs chantiers enga- gés par le gouvernement Manuel Valls autour de la transformation du travail et de l’emploi. Le président français, lors de ses vœux pour le nouvel an, a inscrit la lutte contre le chômage dans ses priorités pour 2016 en lançant un plan massif de formation de 500 000 personnes dans les "mé- tiers de demain". Même si ce plan n’a pas encore été détaillé, il sus- cite déjà des critiques de la classe politique qui fait remarquer que des plans similaires sur la forma- tion n’ont pas réussi à inverser la courbe du chô- mage en France. Face à cette situation au niveau de l’emploi et aux risques de paupérisation et de fracture sociale, le rapport CNNum, qui devra alimenter les projets du gouvernement, recommande de s'appuyer sur les expériences actuellement menées en France et en Europe (Finlande, Pays-Bas) autour du "revenu de base". "Les acteurs publics doivent anticiper l'éventua- lité d'un chômage structurel persistant et d'une montée des inégalités" en trouvant "une nouvelle manière de penser la relation entre le travail et la distribution des richesses", recommande le docu- ment. Il prône de "valoriser l'alternance entre les dif- férentes formes d'emploi", en favorisant "le travail en temps partagé" et la pluriactivité, qui concerne 2,5 millions de personnes. Dans un document de 2011, intitulé "France numérique 2012-2020. Bilan et Perspectives", l’éco- nomie numérique, qui représente plus 5% du PIB et plus de 4% de l’emploi, est considérée comme un des secteurs les "plus dynamiques" de l’économie française. Représentant presque un tiers de la croissance du pays, le développement du numérique a créé en 15 ans 700 000 emplois nets et quelque 450 000 em- plois supplémentaires ont été créés de 2011 à 2015. Par ailleurs, le président du CNNum, Benoît Thieulin, s’est montré prudent en remettant hier le document au gouvernement. "Pour le moment, la révolution numérique n’est pas soutenable et il n’est pas impossible qu’elle entraîne un accroisse- ment des inégalités et une paupérisation mas- sive", a-t-il affirmé, selon un communiqué du conseil, expliquant que "c’est pour cela que nous avons formulé des propositions de méthode plu- tôt qu’un dispositif précis autour du revenu de base".

FESTIVAL DE LA BANDE DESSINÉE D’ANGOULÊME

Erreur de casting !

Prévu du 28 au 31 janvier prochains, le Festival d’Angoulême est sous les projecteurs des médias pour une actualité dont les organisateurs auraient certainement bien voulu se passer.

organisateurs auraient certainement bien voulu se passer. Cherbal E.-M. Les trente noms retenus pour être nominés

Cherbal E.-M.

Les trente noms retenus pour être nominés au festival sont tous des hommes, ce qui a créé un mouve- ment de protestation et une série de boycotts, notamment parmi les nomi- nés dont sept ont déjà demandé à re- tirer leurs noms de cette liste. «À l'ori- gine de cette mauvaise publicité, une sélection pour le Grand prix de la BD dévoilée le 5 janvier qui fait la part belle à 30 auteurs dont aucune femme », ré- sume le site lefigaro.fr, qui rejoint les autres medias français qui se sont tous fait l’écho de cette campagne d’indignation qui a suivi cette publi- cation. L’artiste dessinateur français Riad Sattouf, a été le premier à réagir à la liste en notant sur son compte Face- book qu’il a découvert avec un grand plaisir son nom sur la liste des nomi- nés, en ajoutant : « Mais, il se trouve que cette liste ne comprend que des hommes. Cela me gêne, car il y a beaucoup de grandes artistes qui mériteraient d'y

être. Je préfère donc céder ma place à, par exemple, Rumiko Takahashi, Ju- lie Doucet, Anouk Ricard, Marjane

Je de-

mande à être retiré de cette liste, en es- pérant toutefois pouvoir la réintégrer le jour où elle sera plus paritaire», peut-on lire dans ce passage repris sur le site lepoint.fr. Un autre artiste, Joan Sfar lui em- boîte le pas et annonce qu’il ‘’ soutient à mille pour cent Riad’’ et s’en va dire toute sa déception dans les co- lonnes du journal Huffington Post en soulignant que «trente noms sans aucune femme, c'est une gifle à celles qui consacrent leur vie à créer ou à ai- mer les bandes dessinées». De leur côté, « les auteurs américains Daniel Clowes et Charles Burns demandent aussi sur Twitter via leur maison d'édition Cornélius à être retirés de la sélection des prétendants au Grand Prix», rapporte lepoint.fr. Les poli- tiques ses ont également invités au dé- bat avec notamment les positions de la ministre de la culture Fleur Pelle- rin et de la secrétaire d'État aux droits des femmes, Pascale Boistard. « C'est quand même un peu éton-

Satrapi, Catherine Meurisse

nant même si probablement les femmes sont sous-représentées parmi les auteurs de bandes dessinées qu'on n'ait pas trouvé sur trente noms, un seul nom de femme à honorer», a dé- claré la ministre de la Culture, tandis que Pascale Boistard faisait savoir avoir «reçu en décembre le collectif des créatrices de BD contre le sexisme. Leur demande de reconnaissance est légitime #womendoBD #Angoulême», dans un message envoyé sur Twitter. Les organisateurs du festival ont at- tendu quelques heures, histoire d’ac- cuser le coup, avant de monter au créneau pour défendre le choix des trente artistes pressentis. Le délégué général du festival Franck Bondoux, a d’abord souligné que les lauréats accèdent à un «prix ré- troviseur» destiné à récompenser toute l’œuvre d’un artiste avant d’ajou- ter , repris par lefigaro.fr : «Le festival ne peut pas tordre cette réalité, même si je concède que la liste aurait pu contenir un ou deux noms féminins, que nous aurions dû être vigilants sachant que le festival est une caisse de résonance médiatique pour de nombreuses causes».

INDE

La justice demande aux autorités de prouver l'efficacité des dispositifs de lutte contre la pollution

La justice indienne a demandé hier aux autorités de Delhi de prouver que la circulation alter- née, expérimentée depuis le 1 janvier, améliore la qualité de l'air de la capitale la plus pol- luée de la planète, selon des mé- dias. La Haute-Cour de Delhi a es- timé que cette expérience, qui in- terdit à la plupart des particuliers de circuler en voiture un jour sur deux, pose des difficultés au grand public en raison d'un sys- tème de transport public défi- cient. Au moment où les niveaux de pollution à Delhi sont toujours dix fois supérieurs aux recommanda- tions internationales, le tribu- nal a demandé aux autorités de la capitale de soumettre d'ici ven- dredi un bilan de cette expé- rience sur la période du 1er au 7 janvier. "Au cours de ces six jours, vous avez dû récolter des données sur les niveaux de pollution, nous pensons que c'est suffisant pour

vous", ont dit les juges à la Cour, cités par l'agence Press Trust of India (PTI). "Vous devez évaluer la gêne oc- casionnée au public", ont ajouté les juges qui étudiaient une série de requêtes à ce sujet. La qualité de l'air, qui se dété- riore chaque hiver puisque l'air froid prend au piège les gaz pol- luants et ue les feux se multi- plient dans la ville, reste très mauvaise depuis le 1 janvier en dépit de cette expérience de cir- culation alternée prévue jusqu'au 15 janvier. Les défenseurs de l'environne- ment soulignent qu'il n'est pas réaliste d'espérer une améliora- tion rapide de la situation et no- tent que la faiblesse des vents empêche le recul de la pollution. "Nous avons accru la fré- quence des métros, multiplié le nombre de bus, les gens font du covoiturage. Tout Delhi soutient cette campagne", a dit le ministre des Transports de Delhi, Gopal Rai, après l'audience.

GLISSEMENT DE TERRAIN EN CHINE

58 morts

et de nombreux disparus

Le glissement de terrain qui s'est produit fin décembre dans la métropole de Shenz- hen, dans le sud de la Chine a fait 58 morts et de nombreuses personnes sont encore disparues, ont annoncé hier les autorités dans un vouveau bilan. Le précédent bilan faisait état de douze morts, mais les autorités de Shenzhen ont déclaré que 58 corps avaient été retrouvés jusqu'à présent, et que les recherches se poursuivaient. Au moins 25 personnes sont encore disparues. La catastrophe est arri- vée à la suite de l'éboulement d'une vérita- ble montagne de terre issue de travaux de construction et accumulée illégalement. De la terre avait été amassée dans une an- cienne carrière, jusqu'à former une monu- mentale colline de 100 mètres de haut, qui s'est transformée en torrent de boue le 20 décembre après des pluies diluviennes, avaient expliqué les médias chinois. Plus de 10.600 sauveteurs et près de 2.200 engins de chantier ont déjà été mo- bilisés et plus de 2 millions de mètres cubes de terre retirés, selon les autorités. Onze personnes ont été arrêtées pour leur responsabilité dans ce glissement de terrain. APS

12 DK NEWS

SAN

Jeudi 7 jan

LA SOLITUDE AUSSI NÉFASTE POUR LA SANTÉ QUE LE DIABÈTE

Etre entouré de sa famille et de ses amis est important pour rester en bonne santé plus longtemps confirme une étude.

Il ne fait pas bon vivre isolé. De- puis une vingtaine d'années les études mettent en évidence les fortes corrélations entre les rela- tions sociales et la santé et la longé- vité. Alors que l'isolement a déjà été associé à une plus grande vulnéra- bilité du système immunitaire, une nouvelle étude américaine confirme le poison que constitue l'isolement sur la condition phy- sique. Parue dans la revue Procee- dings of the National Academy of Sciences (PNAS), elle confirme que la solitude est aussi nocive sur la santé que l'est l'inactivité physique chez l'adolescent ou le diabète chez les personnes âgées. Les chercheurs de la Northwes- tern University et de la Princeton University, aux Etats-Unis, ont ana- lysé les associations entre les rela- tions et la santé à tous les stades de la vie en prenant en compte diffé- rents facteurs comme l'Indice de masse corporelle (IMC). Ils ont dé- couvert qu'à l'adolescence le fait de

manquer d'amis augmente le risque d'être en surpoids (IMC au- delà de 25). L'impact de la solitude est aussi pernicieux que le manque de sport à un jeune âge. Chez les personnes âgées, la solitude est aussi risquée que le diabète. «A l'adolescence l'isolement social augmente le risque d'inflammation dans la même proportion que l'inactivité physique. Et l'effet de la solitude sur l'hypertension chez les personnes âgées dépasse l'impact des facteurs de risque comme le diabète à un âge avancé», constate l'étude. En revanche, il ressort que les personnes les plus entourées de leurs proches ont moins de risques de tomber malade et allongent ainsi leur espérance de vie en bonne santé.

Oser plus pour rompre la solitude

Pour briser sa solitude, il im- porte de s'extraire de sa zone de confort en faisant preuve de plus

de sa zone de confort en faisant preuve de plus grande ouverture aux autres. En osant

grande ouverture aux autres. En osant plus, on multiplie les oppor- tunités de rencontre. Par exemple, cela peut passer par faire du béné-

volat, par accepter des invitations ou par se rendre à des manifesta- tions organisées par sa ville ou ses collègues. Aussi on sourit à ses voi-

sins, aux gens qu'on croise et on fait

preuve d'optimisme. Il va alors se

mettre en place un cercle vertueux.

LA SOLITUDE, UN DÉSASTRE POUR NOTRE SANTÉ ?

En plus des conséquences psy- chologiques, l'isolement pourrait avoir des effets néfastes sur la santé physiologique, ce qui aug- menterait le risque d'infections et de maladies chroniques. Il ne fait pas bon vivre seul. Alors que l'isolement était déjà connu pour jouer un rôle négatif sur l'état psychologique, il pour- rait aussi endommager la santé de nos cellules, selon des chercheurs en hématologie, en psychologie et en neurosciences des universités de Californie et de Chicago (Etats- Unis). Leur étude est publiée dans la revue scientifique Pnas. De précédentes études avaient déjà établi un lien entre senti- ment de solitude et douleur, dé- prime ou fatigue. Mais ces nouveaux travaux vont plus loin :

prime ou fatigue. Mais ces nouveaux travaux vont plus loin : pour réaliser cette recherche, les

pour réaliser cette recherche, les scientifiques ont mesuré la concentration de molécules liées aux réactions inflammatoires dans des échantillons de sang de macaques et d'humains. Résul- tat : lorsque l'individu était isolé ou exprimait des sentiments de solitude, le sang contenait une plus grande quantité de molé- cules inflammatoires. La solitude pourrait donc avoir un effet sur la santé car ces molécules altèrent sur le long terme le fonctionne- ment des cellules, augmentant le risque de maladies chroniques et de mortalité précoce.

Un lien entre solitude et globules blancs

Les observations vont même plus loin puisqu'il semble que le

sentiment d'exclusion modifie l'expression de certains gènes, notamment ceux qui codent pour la fabrication des globules blancs. Ces cellules jouent un rôle pri- mordial de défense de l'orga- nisme et leur altération entraînerait donc un bouleverse- ment des réponses du système immunitaire. En conséquence, le corps se défend moins bien contre les bactéries et les virus qu'il peut rencontrer. Les personnes qui souffrent de solitude auront ainsi un risque plus élevé de déclarer des infec- tions, pouvant aller du simple rhume à des infections chro- niques plus graves. Ces résultats sont préoccupants car en France, plus de cinq millions de per- sonnes souffrent d'isolement.

ELLE SERAIT DEUX FOIS PLUS DANGEREUSE QUE L'OBÉSITÉ

Des chercheurs américains se sont inté- ressés à l'impact du sentiment de soli- tude chez les personnes âgées de plus de 50 ans. Se sentir isolé augmenterait la pression artérielle, affaiblirait le système immunitaire et perturberait le sommeil. Le poids de la solitude causerait plus de dégâts que l'obésité, selon des cher- cheurs de l'université de Chicago, aux Etats-Unis. Le professeur de psychologie John Cacioppo, qui s'intéresse à l'impact de la solitude depuis près de 20 ans, et son équipe, ont mené une étude sur une durée de six ans auprès de 2 000 hommes et femmes âgés de plus de 50 ans. Les scientifiques ont présenté les résultats lors de la conférence annuelle de l'asso- ciation américaine pour l'avancement des sciences.

Se sentir coupés des autres peut faire monter la pression artérielle à des ni- veaux dangereux, augmentant les risques de crises cardiaques et d'acci- dents vasculaire cérébraux, tout en affai- blissant le système immunitaire et augmentant les risques de dépression. Le sentiment de solitude peut également perturber le sommeil, donnant une sen- sation de léthargie au réveil et entrainant souvent une prise de somnifères, ont ajouté les auteurs de l'étude. La quantité du sommeil reste la même, mais les ré- veils sont beaucoup plus fréquents car le corps des personnes qui se sentent iso- lées est en alerte pendant la nuit. Les personnes qui se sentent seules ont presque deux fois plus de risques de mourir que ceux qui se sentent utiles et

entourés. «Une autre étude révèle que la solitude peut être deux fois plus mortelle que l'obésité», rapporte le site du quoti- dien britannique Daily Mail. D'après John Cacioppo, «nous avons des notions my- thiques de la retraite. Nous pensons qu'en cette période, il faut quitter ses amis et sa famille pour déménager dans un endroit chaud et vivre heureux pour toujours. Mais ce n'est pas la meilleure des idées.» Lors de la conférence, les chercheurs ont précisé que ce n'est pas l'isolement en soi qui est dangereux, mais le sentiment d'être seul. Il est donc possible de ressen- tir les effets néfastes de la solitude même lorsqu'on est entouré par sa fa- mille.

Il est donc possible de ressen- tir les effets néfastes de la solitude même lorsqu'on est

In topsanté.fr

vier 2016

DK NEWS 13

UNE NOUVELLE EXPLICATION POUR LE SYNDROME DU CŒUR BRISÉ

UNE NOUVELLE EXPLICATION POUR LE SYNDROME DU CŒUR BRISÉ Une nouvelle étude américaine semble avoir trouvé

Une nouvelle étude américaine semble avoir trouvé la cause de ce syndrome qui ressemble à une crise cardiaque mais qui n’est pas une maladie coronarienne. Cela ressemble à un infarctus mais ce n’en est pas un. Le syn- drome du coeur brisé (ou cardio- myopathie) désigne une pathologie liée à un stress émo- tionnel ou physique pouvant pro- voquer une défaillance cardiaque et mener au décès, dans certains cas. Une nouvelle étude menée par les chercheurs de l’Université Langone de New-York (Etats- Unis) semble avoir trouvé la cause de ce syndrome qui ressemble à la crise cardiaque mais qui n’est pas une maladie coronarienne. En cherchant un dénominateur commun parmi 10 femmes ayant été victimes d’un syndrome du cœur brisé ces dernières années, le D r Harmony Reynolds, cardio- logue au Centre universitaire de Langone, et ses collègues ont dé- couvert qu’elles souffraient d’un dysfonctionnement du système nerveux parasympathique, la par- tie du système nerveux qui est res- ponsable des fonctions automatiques de l’organisme et qui aide le corps à se calmer en cas de stress. Une explication nouvelle puisque jusqu’à présent, les cher- cheurs envisageaient plutôt des causes hormonales ou une sur- charge des glandes surrénales. Le principal élément déclen- cheur de ce syndrome qui touche essentiellement les femmes de plus de 60 ans demeure un choc émotionnel provoquant tristesse, colère, anxiété ou encore, à l’in- verse, joie intense ou excitation. La grande majorité des femmes guérissent sans séquelles mais quelques-unes décèdent à la suite de complications. Selon le D r Reynolds, la respira- tion, la méditation, le yoga et toutes les techniques de relaxation pourraient être des pistes pour prévenir le syndrome du coeur brisé chez les femmes.

COMMENT VENIR À BOUT DE SES PENSÉES NÉGATIVES

Un psychologue américain livre ses astuces pour briser la spirale de pensées négatives qui peut nous assaillir.

Les

graines de la pensée négative peuvent rapidement germer dans l'esprit et le gangrener. Quelques situations suffisent :

une querelle avec notre conjoint(e), un dossier qu'on n'arrive pas à finir au bureau, une file d'attente interminable au su- permarché, un mail qui nous met de mauvaise humeur, etc. Quelles qu'elles soient, l'accu- mulation de petites contrariétés peut vite avoir un effet boule- neige et nous faire ruminer et broyer du noir. Pour casser cette spirale infer- nale de négativisme, Elisha Gold- stein, un psychologue américain, auteur de «Uncovering happi- ness» (découvrir le bonheur), glisse de bonnes astuces. Il les dé- voile sur le site du Huffington Post américain. Pour briser ce cercle de pensées, d'attitudes et/ ou de sensations toxiques, l'au- teur suggère de réaliser cet exer- cice. Dès que l'on se met à ruminer ou à ressentir une frustration ou toute émotion négative, on note

Râler, se plaindre, pester

émotion négative, on note Râler, se plaindre, pester sur un papier : la ou les pensées

sur un papier :

la ou les pensées négative(s) qui nous assaillent les émotions associées à cette pensée négative les sensations physiques que cela engendre les attitudes qui en dé- coulent (peu dormir, mal man- ger, boire beaucoup). Une autre méthode qui a fait

ses preuves pour laisser couler ses pensées négatives est de les accueillir en respirant profondé- ment. Inspirez et expirez en ima- ginant quelque chose d'agréable par exemple un endroit que vous aimez ou un moment heureux que vous avez vécu. Se recentrer sur sa respiration

favorise le recentrage sur soi et l'instant présent et permet d'ob- server ses émotions sans juge- ment et sans filtre. C'est ce que font d'ailleurs les adeptes de la méditation de pleine conscience (mindfulness).

OPTIMISME : 4 SECRETS POUR POSITIVER

Comment voir la vie en rose en période de crise et quand ce n’est pas dans sa nature ? En redécouvrant ses talents (si, si, on en a forcé- ment), on peut toutes ensoleiller notre quoti- dien.

On cultive l’enthousiasme

Pour Émilie Devienne*, coach en dévelop- pement personnel, il faut d’abord admettre qu’on a tendance à ne voir que le mauvais côté des choses. On peut ensuite se demander ce que ça nous apporte. À part des soucis sup- plémentaires, de l’amertume, on n’a rien à gagner à faire preuve de pessimisme. Il ne s’agit pas d’être dans le déni de nos pro- blèmes, mais plutôt d’accepter nos émotions pour mieux nous ressaisir et… rebondir en adoptant une attitude plus optimiste, plus constructive.

On arrête un peu de râler

On bannit les tournures de phrases néga- tives, qu’on a trop souvent l’habitude de pro- noncer au quotidien. On troque les «Je n’y arriverai jamais…» contre des «Je vais es-

sayer…». En raisonnant de manière positive, on conditionne peu à peu son cerveau à voir le bon côté des choses. Après un peu d’entraî- nement, les sourires remplaceront bientôt les jérémiades.

On se fait des fleurs

Pour avoir une image positive de soi, on dresse une liste de ses qualités. Émilie De- vienne suggère de la garder et de la relire, dans les moments de doute. À éviter : culpa- biliser à tout va et se comparer aux autres (sauf pour s’inspirer des personnes posi- tives). Autres moyens de voir le verre à moitié plein : se concentrer sur ce qu’on a (plutôt que sur ce qui nous manque) et prendre du recul par rapport à la notion de bonheur que la société impose. Ce qui est important, c’est notre manière à nous de vivre les événe- ments, précise notre spécialiste.

On jouit des petits bonheurs

À trop courir, on en oublie tous les mo- ments de joie qui s’offrent à nous au quoti- dien. Le sourire d’un commerçant, un soleil

au quoti- dien. Le sourire d’un commerçant, un soleil matinal, une nouvelle pousse sur une plante…

matinal, une nouvelle pousse sur une plante… autant de petits événements suscep- tibles d’insuffler des ondes positives dans notre vie. Le soir venu, repenser à 2 ou 3 choses plaisantes de la journée aide à prendre conscience de l’importance de ces détails. Et quoi de mieux que de s’endormir avec des pensées agréables et de se réveiller avec des pensées positives ?

BONHEUR : 6 ASTUCES POUR VOIR SA VIE EN ROSE

Il y a des jours où on a envie de changer de vie, d'être quelqu'un d'autre. Plutôt que de broyer du noir, si on essayait de savourer le mo- ment présent ? Allez, il suffit d'un rien… Petits exercices de plaisir pour penser la vie autre- ment.

On tient un journal de plaisir

Dans un carnet, on note chaque soir les choses qui ont égayé notre journée. Avec cette compilation de plaisirs quotidiens, on se blinde de pensées positives qui nous donnent du baume au cœur à chaque baisse de moral. Qu'est-ce qu'on y met ? Toutes les choses posi- tives qui nous traversent l'esprit : sensations, émotions, attentes. On se focalise sur chaque (nouvelle) expérience et le bénéfice qu'elle nous a apporté. Au bout d'une semaine, ce journal

modifiera notre attitude intérieure. Il nous fera prendre conscience de cette fâcheuse tendance qui nous pousse à voir le verre à moitié vide en ne retenant que le négatif.

On revisite la douche écossaise

Inventée en Ecosse au XIX e siècle, la douche écossaise est réputée pour donner un coup de fouet à l'organisme : l'alternance d'eau froide et d'eau brûlante réactive la circulation sanguine. Elle est aussi un bon stimulant qui nous aide à sortir de la torpeur matinale. A lire aussi : les bons réflexes pour démarrer la journée du bon pied. On peut goûter aux bienfaits du chaud- froid sans être sous sa douche notamment en profitant intensément du contraste produit par

l'alternance entre une course à pied et le temps de repos qui suit. La douche écossaise mentale est aussi efficace : on pense à un souvenir très agréable puis un souvenir angoissant. C'est étonnant comme le passage d'une émotion à une autre nous rend vivant.

On désobéit à son horoscope

Consulter notre horoscope fait partie des ri- tuels du matin avant de partir au travail ? Pro- blème, notre bonne humeur tangue au gré de ces prévisions astrologiques parfois douteuses. Pour nous épargner des contrariétés inutiles, on sort du diktat de l'horoscope et on mène sa vie selon ses propres jugements sans influence. On se coupe des avis extérieurs. Soudain, on se sent plus léger et investi d'une liberté nouvelle.

14 DK NEWS

AFRIQUE

Jeudi 7 janvier 2016

RD CONGO

Quelque 7.000 réfugiés venus du Soudan du Sud enregistrés dans une région du nord-est

Une région du nord-est de la République démocratique du Congo a enregistré mardi un total de 7.000 réfugiés en pro- venance du Soudan du Sud, déchiré depuis deux ans par la guerre civile, selon une source locale. «A Dungu, 7.000 personnes ayant traversé la frontière du Soudan du sud vers la RDC» en moins d'un mois ont été «en- registrées» mardi selon les statistiques officielles, a déclaré Ismaël Arama Ziama, commissaire spécial adjoint de la pro- vince du Haut-Uélé. «Ces personnes fuient le climat d'insécurité qui règne dans les provinces (sud-soudanaises) frontalières avec la RDC», a-t-il ajouté, à Isiro, capitale du Haut-Uélé où se trouve le ville de Dungu, à environ 80 km de la frontière avec le Soudan du Sud. Selon M. Arama Ziama, les réfugiés sont «majoritaire- ment des Soudanais du sud» en plus de quelques Congolais et autres ressortissants étrangers. Le Soudan du Sud est déchiré depuis deux ans par une guerre dans laquelle s'affrontent les forces gouvernemen- tales du président Salva Kiir et les rebelles conduits par l'an- cien vice-président Riek Machar. Le conflit a fait des dizaines de milliers de morts et chassé plus de 2,2 millions de per- sonnes de chez elles. Un accord de paix avait été signé le 26 août 2015, mais les combats n'ont jamais vraiment cessé en dépit de ce texte. Le 15 décembre, le Conseil de sécurité de l'ONU avait renouvelé le mandat de sa mission au Soudan du Sud (Minuss), le prolongeant jusqu'au 31 juillet 2016, en ren- forçant quelque peu ses effectifs et ses moyens d'action afin de protéger les civils. Le secrétaire général de l'ONU, Ban Ki- moon devra présenter un plan d'action au Conseil d'ici le 15 janvier pour ramener la paix au Soudan du Sud.

Ban Ki-moon recommande de réduire encore les effectifs de sa mission en RD Congo

Le secrétaire général de l'ONU Ban Ki-moon a recom- mandé de réduire de 1.700 hommes les effectifs de la force des Nations unies en République démocratique du Congo

(Monusco), dans un rapport transmis au Conseil de sécurité.

M. Ban estime dans le rapport publié mardi qu'une telle

réduction, la deuxième en deux ans, est possible sans com- promettre le mandat de la Monusco si des progrès sont faits dans la lutte contre les groupes armés actifs dans l'est du pays. Il propose aussi de réorienter davantage le Monusco vers des tâches de police dans la perspective des élections de novem- bre prochain. Ces propositions doivent être discutées la semaine pro- chaine au Conseil, qui doit renouveler le mandat de la Mission avant fin mars. La RDC réclame depuis longtemps un retrait progressif des Casques bleus dans le cadre d'une «stratégie de sortie». En mars, l'ONU avait déjà réduit de 2.000 soldats l'effectif de la Monusco, qui comptait quelque 20.000 hommes. Ces réductions sur le terrain ne changent pas le plafond des effectifs, fixé à 21.000 soldats et policiers, ce qui laisse à l'ONU la possibilité de réaugmenter ces effectifs en cas de besoin.

M. Ban se dit «profondément troublé par la montée des

tensions politiques dans le contexte du processus électoral, par l'augmentation du nombre d'incidents en matière de sé- curité et par les violations des droits de l'homme qui risquent de déboucher sur des troubles civils et des violences géné- ralisées si des mesures ne sont pas prises pour apaiser les tensions».

Il encourage le président Joseph Kabila «à engager un dia- logue national visant à instaurer un consensus sur le pro- cessus électoral en cours». Il estime encore «qu'une nouvelle réduction du personnel militaire de la Monusco pourrait être envisagée sans compromettre la capacité de la Mission de s'acquitter de son mandat de protection des civils, notam- ment par la neutralisation des groupes armés». Par conséquent, il recommande «une nouvelle réduction de 1.700 membres du personnel militaire de la Monusco ( ) compte tenu des progrès accomplis dans l'élaboration d'une stratégie conjointe de sortie et en réduisant la menace que constituent les groupes armés». Dans le même temps, ajoute le rapport, «la Monusco va également revoir sa structure, en particulier pour ce qui est de la composante de police, afin de disposer des capacités nécessaires pour s'acquitter de son mandat de protection des civils».

APS

LIBYE:

Un réservoir de pétrole brut détruit lors d'un échange de tirs entre gardes et éléments de Daech

Un réservoir de pétrole brut a été détruit par le feu, dans un échange de tirs entre les gardes des installations pétrolières et éléments de l'organisation terroriste autoproclamée Etat islamique (EI/Daech), près d’al-Sedra en Libye, a indiqué l'agence de presse libyenne.

Le porte-parole de la Compagnie nationale du pétrole (NOC, branche dé- pendant de l'Est) Mohamad al-Manfi a indiqué qu'un réservoir avait été «en- tièrement détruit par le feu», l'éva- luant à «environ 420.000 barils de pé- trole». Un réservoir avait déjà pris feu lundi à Ras Lanouf lors des combats et les pompiers n'avaient pas pu l'étein- dre. Un porte-parole des gardes des ins- tallations pétrolières, Ali al-Hassi, a confirmé la poursuite des combats. «Les affrontements se déroulent dans une zone à 20 km au sud-ouest d'al-Sedra et nous avons perdu sept de nos hommes», a-t-il précisé. Lundi, un colonel des forces loyales au gouverne- ment libyen basé dans l'Est avait indi- qué que ses forces avaient été «atta- quées par un convoi d'une dizaine de véhicules de l'EI» dans la région d'al-Se- dra et Ras Lanouf. Un responsable de l’armée de l’air de la base aérienne de Misrata (à l'ouest de Syrte) avait dit que des raids aériens avaient été menés contre les positions des terroristes dans la journée, en soutien aux gardes. Les affrontements se sont pour- suivis mardi dans le nord de la Libye pour la deuxième journée consécutive entre Daech et les forces libyennes près des principaux terminaux pétro- liers du pays. Situés dans la région du «Crois- sant pétrolier», sur la côte, les termi- naux d'al-Sedra, de Ras Lanouf et de Brega sont les plus importants de Libye et sont donc cruciaux pour l'exporta- tion du pétrole libyen. Daech avait mené lundi des at- taques visant les installations pétro- lières d'al-Sedra et de Ras Lanouf, en-

pétro- lières d'al-Sedra et de Ras Lanouf, en- traînant des combats avec les gardes de ces

traînant des combats avec les gardes de ces sites, selon des sources de sécu- rité. Le groupe extrémiste a tiré profit du chaos en Libye, après la chute de l'an- cien régime en 2011, pour s'implanter dans le pays, et contrôle depuis juin la grande ville de Syrte, un peu plus à l'ouest du «Croissant pétrolier». La base de Misrata est contrôlée par lesautoritéslibyennesbaséesàTripoli, proches de la coalition de milices Fajr Libya. La NOC a appelé lundi dans un communiqué le gouvernement (basé dans l'Est du pays à Tobrouk, à aider les gardes des installations pétrolières en leur fournissant «armes, munitions et matériels». Selon des médias, Daech a pris lundi le contrôle de Ben Jawad, une ville située sur la côte, entre Syrte et al-Se- dra, mais aucune source officielle ou militaire libyenne n'a pu confirmer

cette information. Pour Ludovico Carlino, analyste au cabinet de conseil IHS Country Risk, les attaques de Daech font partie d'une «stratégie déclarée d'isoler et

contrôler les biens énergétiques en Li- bye».

Lesterroristesattaquentlessitespé-

troliers depuis un an mais n'en contrô- lentactuellementaucun,indiquepour sa part Mattia Toaldo, chercheur au Eu- ropean Council on Foreign Relations. S'ilsarriventàs'enemparer,«cen'est pas sûr qu'ils parviennent à vendre le pétrole» en raison notamment de la concurrence «avec les trafiquants lo- caux», a-t-il ajouté. La Libye dispose des réserves pétrolières importantes esti- mées à 48 milliards de barils. Sa pro- duction était estimée à 1,6 million b/j en 2011, mais a chuté depuis.

KOBLER:

Chaque jour qui passe sans entériner l'accord politique en Libye «est un jour gagné pour Daech»

L'émissaire de l'ONU pour la Libye, Martin Ko- bler, a estimé hier que chaque jour qui passe sans entériner l'accord poli- tique libyen «est un jour de gagné» pour le groupe au- toproclamé «Etat isla- mique» (EI/Daech) qui a mené lundi des attaques contre les instalations pé- trolières du pays. «Chaque jour qui passe sans que l'accord (politique) ne soit entériné, est un jour de

TURQUIE

gagné pour l'EI», a déclaré le chef de la mission des Nations unies pour la Li- bye, dans un communi- qué reproduit par les mé- dias. Un accord politique a été signé sous l'égide de l'ONU le 17 décembre entre des membres des deux Parlements rivaux et re- présentants de la société civile libyenne. Il prévoit notamment la formation d'un gouvernement d'en- tente nationale basé à Tri-

poli. Ces déclarations de Kobler interviennent au lendemain d'attaques me- nées par Daech lundi contre les installations pé- trolières d'al-Sedra et de Ras Lanouf, entraînant des affrontements avec les gardes de ces sites, selon des sources de sécurité li- byennes. «Ces ressources (pétrolières) appartien- nent au peuple libyen et à ses générations futures», a dit M. Kobler, exhortant

«toutes les parties li- byennes à n'épargner au- cun effort pour bloquer toute tentative de la part de l'organisation EI de s'em- parer du pétrole libyen». L'attaque de Deach vi- sant les installations pétro- lières «doit rappeler à tous les Libyens la nécessité de mettre immédiatement en application l'accord poli- tique et de former le gou- vernement d'union natio- nale», a-t-il ajouté.

Les forces de sécurité turques mettent la main sur une importante quantité de drogue au large de la Libye

Les forces de sécurité turques ont saisi 13 tonnes de drogue sous forme de marijuana à bord d'un na- vire battant pavillon bolivien au large de la Libye, une opération inédite dans les eaux internationales, a an- noncé hier le ministère de l'Inté- rieur turc. Cette saisie, conduite par les gardes-côtes turcs, s'est déroulée mardi soir au large de la ville de To-

brouk (est de la Libye) à la suite d'un renseignement de la police, a précisé le ministère turc cité par l'agence de presse Anatolie. Les forces de sécurité turques ont arraisonné le navire après avoir obtenu le feu vert du ministère turc des Affaires étrangères et du gouver- nement de La Paz, conformément à la convention des Nations unies de 1988 sur le trafic illicite des stupé-

fiants, selon Ankara. A bord, elles ont découvert 13 tonnes de marijuana. Le navire bolivien doit désormais être acheminé jusqu'en Turquie pour la suite de la procédure. Cette opération antidrogue turque est inédite dans les eaux internatio- nales, a souligné le ministère, et la quantité saisie la plus importante ja- mais réalisée en un seul coup de fi- let.

Jeudi 7 janvier 2016

MONDE

DK NEWS

15

LE CONSEIL DE SÉCURITÉ MOBILISÉ

Pyongyang procède à un essai de

bombe H

Le Conseil de sécurité des Nations unies s’est réunit en urgence hier pour des consultations sur de nouvelles sanctions contre la Corée du Nord suite à l'annonce de son premier essai "réussi" de bombe H.

La réunion a été demandée par les Etats-Unis et le Japon et elle a pris la forme de consultations à huis clos entre les 15 pays membres, a précisé la porte- parole de la mission américaine au- près de l'ONU, Hagar Chemali. La porte-parole n'a pas précisé l'ho- raire de la séance du Conseil, qui com- mence généralement ses travaux à par- tir de 10h00 (14h00 GMT). La Corée du Nord a affirmé avoir mené hier son premier essai "réussi" de

bombe H, une revendication qui décu- plerait, si elle était vérifiée, les enjeux au- tour du programme nucléaire nord- coréen. S'il est confirmé que la Corée du Nord a effectué un essai de bombe à hy- drogène, il s'agira d'une "violation évi- dente" des résolutions de l'ONU et d'un acte "profondément regrettable", selon Yukiya Amano, directeur de l'Agence in- ternationale de l'énergie atomique (AIEA). L'agence spécialisée de l'ONU exhorte Pyongyang à "mettre en œuvre dans leur totalité toutes les résolutions du Conseil de sécurité de l'ONU et de l'AIEA". Plusieurs résolutions de l'organisa- tion internationale avaient interdit à Pyongyang toute activité nucléaire ou liée

à la technologie des missiles balistiques.

Large condametion d'une "violation" des résolutions onusiennes Les condamnations internationales ne se sont pas faites attendre. La Corée du Sud et le Japon voisins ont dénoncé une "violation" flagrante des résolu- tions du Conseil de sécurité de l'ONU. Le ministre britannique des Affaires étrangères, Philip Hammond, a lui ex- primé la condamnation du Royaume Uni "sans réserve", à ce qu'il a considéré

comme "une provocation". La Russie, pour sa part, a dénoncé une "violation flagrante" du droit internatio- nal, selon un communiqué du ministère

desAffairesétrangères.Moscouavaitau-

paravant qualifié les sanctions de contre

paravant qualifié les sanctions de contre productives. Même la Chine, fidèle alliée de la Corée du

productives. Même la Chine, fidèle alliée de la Corée du Nord, s'est dite "ferme- ment opposée" à cet essai, et "exhorté ins- tamment" Pyongyang "à tenir son enga- gement de dénucléarisation, et à s'abs- tenir de toute action qui aggraverait la si- tuation". La France "condamne" l'essai réalisé par la Corée du Nord, une "viola- tion inacceptable des résolutions du Conseil de sécurité" de l'ONU, selon la présidence.

L'Union européenne a également

dénoncé "une violation inacceptable" et une "menace" envers la sécurité de l'Asie du Nord-est, selon la chef de la diploma- tie européenne, Federica Mogherini. Les Etats unis ont promis une réac- tion "appropriée" aux "provocations" de Pyongyang, tout en se disant incapa- ble de confirmer qu'il s'agissait bien d'une bombe à hydrogène. Le président américain Barack Obama avait qualifié en 2014 la Corée du Nord "d'Etat paria" et promis des sanctions plus fermes en cas de nouvel essai.

Un pied de nez à la communauté in- térnationale S'il s'averait vrai, le premier test "réussi" de bombe à hydrogène ou bombe thermonucléaire de la Corée

du Nord est intervenu un mois après que

le dirigeant nord-coréen Kim Jong- Un, ait laissé entendre que son pays avait mis au point une bombe H.

"Le premier essai de bombe à hydro- gène de la République a été mené avec succès à 10h00" (1h30 GMT), a annoncé

la télévision officielle nord-coréenne,

précisant que l'engin était "miniatu-

risé".

"Avec le succès parfait de notre bombe

H historique, nous rejoignons les rangs

des Etats nucléaires avancés", a souligné

la télévision qui a montré des images de

l'ordre signé de la main du dirigeant nord-coréen Kim Jong-Un, daté du 15 dé- cembre, donnant le feu vert au test et ac- compagné d'une exhortation à enta- mer l'année 2016 au "son exaltant de la première explosion d'une bombe à hy- drogène". La bombe thermonucléaire utilise la technique de la fusion nucléaire et pro- duit une explosion beaucoup plus puis-

sante qu'une déflagration due à la fission, générée par les seuls uranium ou pluto- nium. Pyongyang a testé trois fois la bombe atomique A, qui utilise la seule fission, en 2006, 2009 et 2013, ce qui lui

a valu plusieurs séries de sanctions de l'ONU.

Arabie Saoudite:

Un bus incendié dans la région d'origine du cheikh Nimr al-Nimr

Un bus a été incendié mardi dans la Province orien- tale, région d'origine du dignitaire chiite Nimr al-

Nimr, exécuté ce week-end, a annoncé la police saou- dienne qui ajoute que l'incident n'a pas fait de victimes. Selon un porte-parole de la police de cette province, place forte de lminorité chiite du royaume, quatre «fauteurs de troubles» ont intercepté mardi après- midi sous la menace d'armes un bus transportant des employés d'une compagnie publique opérant à Qatif, au coeur de la Province orientale et l'ont incendié. Le porte-parole, cité par l'agence officielle saou- dienne SPA, n'a pas fait état de blessé. Le bus appartient

à la compagnie pétrolière saoudienne Aramco selon des sites sociaux.

C'est le deuxième incident dans cette province riche en pétrole depuis l'annonce de l'exécution de Nimr al- Nimr après sa condamnation à mort samedi pour «ter- rorisme». Dimanche soir, la police avait essuyé des «tirs nourris» qui ont fait un mort dans le village natal du dignitaire chiite. Cheikh Nimr, virulent critique du régime saoudien, était vénéré dans la Province orientale. Son exécution a provoqué des manifestations dans plusieurs pays musulmans et une crise avec l'Iran, grand rival de l'Arabie au Moyen-Orient. RyadH a rompu ses relations diplomatiques avec Téhéran suivi par Bahreïn, le Sou-

dan tandis que les Emirats arabes unis et le Koweït ont rappelé leur ambassadeur à Téhéran.

La crise irano-saoudienne au cœur d'une visite à Téhéran du chef de la diplomatie irakienne

La crise entre l'Arabie Saoudite et l'Iran a été au cœur d'une visite à Téhéran du ministre irakien des Af- faires étrangères, Ibrahim al-Jaafari. Le chef de la diplomatie irakienne devait rencon-

conférence de presse, se- lon les agences. L'Irak et l'Iran, deux pays voisins et alliés, ont été le théâtre de manifestations parfois violentes en réac- tion à l'exécution samedi en Arabie Saoudite du digni-

sade d'Arabie saoudite à Té- héran et de son consulat à Machhad (nord-est) par des centaines de manifestants en colère. Ryadh a dans la foulée décidé de rompre ses rela- tions diplomatiques avec

Téhéran, et le Koweït a rap- pelé son ambassadeur en Iran. La communauté inter- nationale craint que cette escalade n'accentue encore les conflits du Moyen- Orient. Washington, Mos- cou et les pays européens

trer plusieurs responsables

taire religieux chiite, Nimr

l'Iran, décision suivie par

ont appelé les deux puis-

à

Téhéran, dont son homo-

al-Nimr.

Bahreïn et le Soudan. Les

sances régionales - l'Iran

logue Mohammad Javad Za- rif. Il est prévu que les deux ministres donnent une

Cette exécution a notam- ment provoqué la destruc- tion partielle de l'ambas-

Emirats arabes unis ont eux décidé de réduire leurs re- lations diplomatiques avec

et l'Arabie Saoudite- au calme.

TURQUIE:

Près de trois cents rebelles du PKK tués

Un total de 296 rebelles du Parti des travail- leurs du Kurdistan (PKK) ont été tués, depuis la mi-décembre, lors des opérations sécuri- taires d'envergure lancées dans trois districts du sud-est de la Turquie, selon l'état-major des forces armées turques (TSK). Sur ce nombre, 203 membres du PKK ont été

éliminés à Cizre et 33 autres à Silopi, deux villes considérés comme des bastions du PKK dans

la province de Sirnak, et 60 rebelles à Sur, cen-

tre historique de Diyarbakir, selon la même source.

Plus de 3.100 membres du PKK ont été tués, depuis le début de l'année, lors d'opérations des forces de sécurité à l'intérieur et à l'extérieur du pays (nord de l'Irak) et plus de 200 membres des forces de l'ordre ont péri dans les attaques de l'organisation. Près de 10.000 éléments des forces de sécu- rité (armée, gendarmerie et police), équipés d'armes lourdes, participent à ces opérations

lancées contre le PKK dans les provinces de Diyarbakir, Sirnak et Mardin et où plus de 200 000 habitants ont fui les affrontements. Plus de 200 policiers ou soldats ont été tués lors de ces combats, ainsi que des civils,

a déploré chef de l'Etat turc. Après plus de deux ans de cessez-le-feu, des

combats meurtriers ont repris à l'été dernier entre Ankara et le PKK, faisant voler en éclats les pourparlers de paix engagés en 2012 pour mettre un terme à un conflit qui a fait plus de

40.000 morts depuis 1984. Les attaques du mouvement rebelle contre

les forces de l'ordre avaient repris depuis l'at-

tentat-suicide de Suruç, le 20 juillet dernier, qui

a fait 34 morts.

En plus des attaques «classiques» menées par le PKK contre les forces de sécurité, de très violents affrontements opposent l'armée et la police à des jeunes partisans des rebelles dans des villes, placées sous couvre-feu, du sud-est

à majorité kurde de la Turquie (Cizre, Silopi,

Sur, Dargecit, Diyarbakir et Nusaybin). Le Parti démocratique des peuples (HDP, prokurde), dénonce les excès de ces opérations et affirme qu'elles ont causé la mort de 56 ci- vils depuis le début du mois.

Ouverture du procès du prédicateur Fethullah Gülen

Le procès du prédicateur Fethullah Gülen, poursuivi, avec plusieurs dizaines d'anciens po-

liciers, pour avoir constitué une "organisation terroriste" et "allégations de corruption" visant

le gouvernement, s'est ouvert hier en son ab-

sence, devant un tribunal d'Istanbul, ont rap- porté des médias. M. Gülen est poursuivi, avec plusieurs di- zaines d'anciens policiers, pour avoir consti- tué une "organisation terroriste" et fabriqué de toutes pièces les allégations de corruption

qui ont fait tanguer le gouvernement de M. Er- dogan en décembre 2013. La première audience a débuté par l'appel des principaux accusés présents, dont deux an- ciens hauts responsables de la police incarcé- rés depuis dix-sept mois, selon les médias. Dans son réquisitoire, le procureur d'Istan- bul a demandé la prison à vie contre M. Gülen

et les deux ex-chefs de la police, ainsi que des

peines de 7 à 330 ans de réclusion contre les 66 autres accusés.

A plusieurs reprises, le prédicateur (installé depuis plus de quinze ans aux Etats-Unis) et ses proches ont catégoriquement nié les accusa- tions de conspiration lancées contre lui par le pouvoir. Gülen, 74 ans, dirige un vaste réseau d'écoles, d'ONG, d'entreprises et de médias. Il est accusé d'avoir piloté des enquêtes anticorruption ou- vertes contre des ministres et proches d'Erdo- gan, dont le parti est arrivé au pouvoir en

2002.

16 DK NEWS

CULTURE

Jeudi 7 janvier 2016

Des milliers de livres stockés sans être disponibles pour le lecteur

de livres stockés sans être disponibles pour le lecteur Quelque 7.000 titres ont été édités en

Quelque 7.000 titres ont été édités en Algérie entre 2003

et 2015 dont de nombreuses copies sont stockées à la Bi-

bliothèque nationale sans être disponibles pour le lecteur dans les bibliothèques publiques, les universités, les écoles, voire les établissements pénitentiaires et les mos-

quées, a indiqué lundi à Alger le ministre de la Culture, Az- zedine Mihoubi. "Il y a des milliers de titres édités à l’occasion des dif- férentes "manifestations organisées par le ministère de la Culture grâce à des subventions accordées à l’initiative du président de la République mais ils sont stockés à la Biblio- thèque nationale sans être disponibles pour le lecteur", a souligné le ministre à l’ouverture d’un colloque sur la lec- ture et le livre d’enfant. Lors de la rencontre organisée par l’Assemblée popu- laire de wilaya (APW) d’Alger et la bibliothèque nationale,

le ministre a indiqué qu’il espère rapprocher le livre des

lecteurs notamment les enfants. "On a instruit les directeurs des bibliothèques pu- bliques dans toutes les wilayas afin que des cartes d’adhé- rents gratuites soient accordées à tous les enfants scola- risés pour les inciter à la lecture notamment les après-midi lorsque les classes sont fermées afin qu’ils découvrent un nouvel environnement culturel autre que l’écran de télé- vision à la maison", insiste le ministre. D’autres activités peuvent être prévues comme les conférences et les débats avec les écrivains, a-t-il ajouté avant de proposer l’organisation d’un sondage dans de nombreuses wilayas pour connaître les habitudes de lec- ture des Algériens et de savoir quels ouvrages ils lisent et dans quelles langues. "Il faut aussi savoir si ce sont les recueils de poésie, les

livres sur la religion ou les ouvrages sur l’histoire qui at- tirent le lecteur afin de déterminer les moyens d’amélio- rer les habitudes de lecture", recommande le ministre.

M. Mihoubi a estimé que malgré de nombreux handi-

caps, l’Algérien est un lecteur assidu et il avance pour

preuve l’affluence enregistrée chaque année au Salon in- ternational du livre d’Alger qui attire, selon lui, "beaucoup de visiteurs". Pour ancrer davantage la culture de la lecture chez les jeunes, le ministre a souligné que chacun des 8,5 millions d’enfants scolarisés doivent disposer d’un livre en plus du livre scolaire.

M. Mihoubi a invité les institutions et les entreprises à

contribuer à la disponibilité du livre pour enfants. "Les éditeurs, les APC ainsi que les ministères en charge des secteurs de la culture et de l’éducation et d’au-

tres organismes comme les institutions et les entreprises

doivent contribuer à la disponibilité du livre pour enfants",

a souligné le ministre. Il a souligné qu’il accorde un grand intérêt à cette opé-

ration car "la lecture est un moyen d’éduquer les généra- tions futures qui doivent disposer du livre aussi bien à l’école qu’à la maison". Selon le ministre, l’enfant doit être initié à la lecture par le biais des enseignants qui doivent leur suggérer des livres à lire "car c’est la première source de la connaissance".

M. Mihoubi a déploré le fait que les 8,5 millions d’en-

fants scolarisés soient attachés quasi exclusivement au li- vre scolaire et il ajoute que d’autres livres doivent être dis- ponibles pour "accéder à d’autres connaissances". "Il faut un plan incluant une initiative afin que le livre devienne une priorité dans la vie de l’enfant et l’Etat a déjà financé l’activité de l’édition pour que le nombre d’éditeurs atteigne 1.200 professionnels qui "participent à l’édifica- tion de la société de la connaissance", a ajouté M. Mihoubi. Les participants à la rencontre ont souligné que la lec- ture chez l’enfant doit être encouragée aussi bien à l’in- térieur de la famille qu’à l’école. Ainsi, Fatma-Zohra Boufedjline, enseignante à l’université d’Alger a indiqué que toute la société doit participer à cette action. D’autres experts ont mis l’accent sur le rôle du livre dans

la socialisation de l’enfant ne serait-ce que "pour éviter qu’il

ne prenne les armes contre sa patrie une fois adulte", comme l’a souligné Dr Kamel Boukerza, de l’université de Constantine. De son côté, Mohamed Teldji, chef de service de lecture publique de la Bibliothèque nationale ,a souli- gné qu’environ 23.000 adhérents sont enregistrés en 2015 contre 16000 en 2014.

Décès du compositeur français Pierre Boulez

Le compositeur et chef d'orchestre français Pierre Boulez, considéré comme une des plus importantes figures de la musique contemporaine, est décédé mardi soir à Baden-Baden (Allemagne) à l'âge de 90 ans, a annoncé hier sa famille.

Compositeur joué dans le monde entier, théoricien et initiateur d'ins- titutions culturelles dont la Philhar- monie de Paris et la Cité de la mu- sique de la capitale française, Pierre Boulez était une des personnalités les plus influentes du monde musi- cal depuis les années 1950. Pédagogue et défenseur de la place de la musique contemporaine dans les concerts, il a dirigé plu- sieurs orchestres en Europe et aux Etats-Unis comme l'Orchestre de

en Europe et aux Etats-Unis comme l'Orchestre de Cleveland (1967-1972), le Sympho- nique de la BBC

Cleveland (1967-1972), le Sympho- nique de la BBC (1971-1975) et le Philharmonique de New York. Ce compositeur avant-gardiste s'était exilé à Baden-Baden à l'aube des années 1960 en réaction à l'at- titude conservatrice du monde mu- sical français. Il rentra en France 1974 pour fonder, à la demande du président

français de l'époque, l'Ircam (Insti- tut de recherche et de coordina- tion acoustique/musique) et l'En- semble intercontemporain. Pierre Boulez lègue à la postérité plus d'une trentaine de composi- tions dont les célèbres "le Marteau sans maître" et "Répons", ainsi que de nombreux essais sur la musique contemporaine.

CÔTE D'IVOIRE

Démission du Premier ministre et du gouvernement

Le président ivoirien Alassane Ouattara a ac- cepté hier la démission du Premier ministre Da- niel Kablan Duncan et de son gouvernement, deux mois après le début de son second mandat. "je voudrais comme le veut la tradition, vous présenter ma démission en qualité de Premier ministre ( ) ainsi que la démission du gouvernement", a déclaré M. Kablan Duncan. Re- cevant la démission de M.

Kablan Duncan avant le début de ce qui devait être

de M. Kablan Duncan avant le début de ce qui devait être le premier conseil des

le premier conseil des mi- nistres de l'année, M. Ouattara a déclaré pour sa part qu'il "prend acte (de la démission). La mise en place du nouveau gouver- nement aura comme ob-

jectif une plus grande co- hésion pour plus d'effi- cacité dans l'action gou- vernementale". M. Ouattara a "félicité" le Premier ministre sor- tant pour "sa (votre) com-

pétence, son (votre) lea- dership et son (votre) ac- tion à la tête du gouverne- ment" et les autres mem- bres du gouvernement "pour la bonne conduite des affaires de l'Etat" qui ont permis "le plébiscite" de l'élection présidentielle où il a obtenu plus de 83% des voix. Un remaniement gou- vernemental était attendu depuis plusieurs se- maines en côte d'Ivoire, selon la presse et les ob- servateurs.

CATASTROPHES NATURELLES

23.000 morts et 90 milliards de dollars de dommages en 2015

Les catastrophes natu- relles ont coûté la vie à 23.000 personnes dans le monde et provoqué des dommages évalués à 90 mil- liards de dollars en 2015, a indiqué lundi le réassureur allemand Munich Re, qui compile chaque année un rapport qui fait référence

lutions. "Les scientifiques partent du principe qu'à la phase actuelle d'El Niño pourrait succéder dans les années à venir le contraire, à savoir une phase de La Niña, qui à l'inverse favori- serait par exemple la forma- tion d'ouragans", a expli- qué dans le communiqué

sur le sujet. Plusieurs cyclones tro- picaux en 2015 se sont dé- chaînés dans des régions peu peuplées, et dans l'At- lantique Nord le phéno- mène naturel El Niño a fait barrage aux grosses tem- pêtes, explique le groupe dans un communiqué. Sur les 90 milliards de dom- mages recensés, 27 milliards de dollars étaient assurés, précise Munich Re. Mais "le montant de dommages contenu en comparaison ne doit aucu- nement inciter à relâcher la vigilance", prévient le réas- sureur, dont la division d'études sur les risques cli- matiques et géologiques analyse au plus près les évo-

Peter Höppe, chef de la divi- sion Geo Risks Research. L'an dernier, la catas- trophe la plus coûteuse et la plus létale a été le tremble- ment de terre qui a secoué le Népal en avril. Il a coûté la vie à 9.000 personnes et en- traîné un dommage finan- cier de 4,8 milliards de dol- lars. Au total, ce sont 23.000 personnes qui ont péri du fait de catastrophes natu- relles, nettement plus que l'année précédente (7.700 décès) mais beaucoup moins que la moyenne des 30 dernières années (54.000 par an). La quasi-totalité des ca- tastrophes de 2015 (94%) ont été des événements mé- téorologiques.

Décès de l'acteur égyptien Mamdouh Abdelalim à 59 ans

Décès de l'acteur égyptien Mamdouh Abdelalim à 59 ans L'acteur égyptien Mamdouh Abdelalim est décédé mardi

L'acteur égyptien Mamdouh Abdelalim est décédé mardi au Caire à l'âge de 59 ans suite à une attaque cardiaque survenue en plein exer- cice physique dans une salle de sport, a annoncé le syndicat égyptien des artistes cité par l'agence Mena. «Mamdouh Abdelalim était dans une salle de sport du club El-Jazira où il a eu une attaque cardiaque l'ayant achevé», a indiqué le président du syndicat, Achraf Zaki, affirmant ignorer encore la date de l'enterrement. Né le 10 novembre 1956 dans la province de Manoufia, Mamdouh Abdelalim est diplômé de la Faculté des sciences économiques et poli- tiques en 1980. Il a commencé sa carrière dans des pro- grammes pour enfants à la radio et la télévision en 1969 avec les réalisateurs Ibrahim Abdelja- lil et Nour Damardache, notamment. Il a joué dans plusieurs feuilletons télévisés dont «Akhou al-Banaat», «Zeinab» et «Layali El Hilmia». Parmi ses films à succès, figurent «El adra wa cha'ar el abyad», «El Harafiche», «Ba- tal min warak» et «El Khadima».

APS

Jeudi 7 janvier 2016

PUBLICITÉ

DK NEWS 17

RÉPUBLIQUE ALGÉRIENNE DÉMOCRATIQUE ET POPULAIRE 1-Filière (génie civil toutes spécialités) 2-Filière (urbanisme)
RÉPUBLIQUE ALGÉRIENNE DÉMOCRATIQUE ET POPULAIRE
1-Filière (génie civil toutes spécialités)
2-Filière (urbanisme)
3- Filière (aménagement- Urbanisme
et aménagement urbain- gestion des villes
et développement durable)
4- Filière (aménagement du territoire)
- aménagement du territoire et gestion des
risques majeurs- aménagement et
développement des territoires ruraux –
cartographique ; topographie et système
d’information géographique –risques
naturels – aménagement et urbanismes,
5- Filière (géographie et aménagement du
territoire) – aménagement des villes –
aménagement et urbanisme –aménagement
des territoires ruraux et développement
durable, 6- Filière (gestion des techniques
urbains)- Eco-gestion et développement
durable ; -gestion des villes ; gestion des
risques naturels dans le milieu urbain ; ville
et trafic urbain ; gestion des villes et
développement durable ; 7- Filière
(aménagement urbain) ; ville et projet
urbain 8- Filière (environnement), 9- Filière
(science de la terre), aménagement régional
et développement durable ; -géo-
environnement ; -hydrogéologie ; -
aménagement du territoire
Mètre et vérification- organisation et
méthode- construction métallique- voirie et
réseaux divers- dessin de projection en
architecture- dessin de projection en voirie
et réseaux divers- dessin de projection en
structures- urbanisme- Equipements
techniques –conduite de travaux –
géotechnique –géomètre topographe –
méteur vérificateur et étude de prix –dessin
de projection armé –installation sanitaire ;
chauffage et climatisation –maquettiste en
bâtiments et travaux publics –architecture
d’intérieur –réhabilitation et rénovation de
l’habitat –méthode et organisation de
chantier –étude et économie de la
construction –hygiène ; sécurité et
environnement –dessin et ingénierie de
conception –aménagement du territoire –
conducteur de travaux bâtiments 3 –diplôme
d’études universitaires appliquées ; -
architecture ; -génie civil.
-marketing- publique
-droit des affaires –
-le droit des relations économiques
-le commerce international
-marketing
-gestion des ressources humaines
-la psychologie
DK NEWS
Anep : 400 305 du 07/01/2016
RÉPUBLIQUE ALGÉRIENNE DÉMOCRATIQUE ET POPULAIRE DK NEWS Anep : 400 980 du 07/01/2016
RÉPUBLIQUE ALGÉRIENNE DÉMOCRATIQUE ET POPULAIRE
DK NEWS
Anep : 400 980 du 07/01/2016
RÉPUBLIQUE ALGÉRIENNE DÉMOCRATIQUE ET POPULAIRE DK NEWS Anep : 400 965 du 07/01/2016
RÉPUBLIQUE ALGÉRIENNE DÉMOCRATIQUE ET POPULAIRE
DK NEWS
Anep : 400 965 du 07/01/2016
RÉPUBLIQUE ALGÉRIENNE DÉMOCRATIQUE ET POPULAIRE DK NEWS Anep : 400 999 du 07/01/2016
RÉPUBLIQUE ALGÉRIENNE DÉMOCRATIQUE ET POPULAIRE
DK NEWS
Anep : 400 999 du 07/01/2016

18

DK NEWS

TÉLÉ

Jeudi 7 janvier 2016

PROGRAMME DU JOUR

PROGRAMME

DU

JOUR

PROGRAMME DU JOUR
T É L É Jeudi 7 janvier 2016 PROGRAMME DU JOUR 06:30 : TFou 08:25 :

06:30 : TFou 08:25 : Météo 08:30 : Téléshopping 09:20 : Météo

09:25 : Au nom de la vérité 09:55 : Au nom de la vérité 10:25 : Petits secrets entre voisins 10:55 : Petits secrets entre voisins 11:20 : Petits secrets entre voisins 11:55 : Petits plats en équilibre 12:00 : Les douze coups de midi 12:50 : L'affiche du jour 13:00 : Journal 13:35 : Petits plats en équilibre 13:45 : Au coeur des Restos du coeur 13:50 : Météo

13:55

: Les feux de l'amour

15:15

: L'engrenage de l'anorexie

17:00 : L'addition, s'il vous plaît 18:00 : Bienvenue chez nous 19:00 : Wish List, la liste de vos envies 19:55 : Météo 20:00 : Journal 20:55 : Instinct 21:55 : Instinct 23:00 : New York, section criminelle 23:50 : New York, section criminelle

section criminelle 23:50 : New York, section criminelle 06:00 : Les Z'amours 06:25 : Point route

06:00 : Les Z'amours 06:25 : Point route 06:30 : Journal 06:35 : Télématin 06:57 : Météo 2 07:00 : Journal 07:10 : Télématin (suite) 08:00 : Journal 08:10 : Télématin (suite) 09:25 : Dans quelle éta-gère 09:35 : Amour, gloire et beauté 09:55 : C'est au programme 10:45 : Météo outremer 10:50 : Motus 11:25 : Les Z'amours 11:55 : Tout le monde veut prendre sa place 12:55 : Météo 2 13:00 : Journal 13:50 : Météo 2 13:51 : Consomag 14:00 : Toute une histoire 15:05 : L'histoire continue 15:35 : Comment ça va bien ! 16:25 : Comment ça va bien ! 17:15 : Dans la peau d'un chef 18:15 : Joker 18:55 : N'oubliez pas les paroles 19:25 : N'oubliez pas les paroles 20:00 : Météo 2 20:05 : Journal 20:40 : Parents mode d'emploi 20:41 : Vestiaires 20:45 : Image du jour du Dakar 20:46 : Alcaline l'instant 20:50 : Météo 2 20:51 : Météo des neiges 20:55 : Envoyé spécial 22:40 : Complément d'enquête 23:50 : Dans quelle éta-gère 23:51 : Météo outremer 23:55 : Attentats 2015 : dans le secret des cellules de crise

: Attentats 2015 : dans le secret des cellules de crise 06:00 : EuroNews 06:31 :

06:00 : EuroNews

06:31

: Garfield & Cie

06:42

: Garfield & Cie

06:54

: Garfield & Cie

07:07 : Ninjago 07:34 : Ninjago

08:01

: Les lapins crétins : invasion

08:07

: Les lapins crétins : invasion

08:14

: Les lapins crétins : invasion

08:20

: Les lapins crétins : invasion

08:32 : Inspecteur Gadget

08:43

08:50 : Dans votre région (1ère partie) 09:50 : Dans votre région (2e partie) 10:45 : Consomag

10:50 : Midi en France 11:50 : Météo 12:00 : 12/13 : Journal régional 12:25 : 12/13 : Journal national 12:55 : Météo à la carte 13:55 : Un cas pour deux 15:05 : Un cas pour deux 16:05 : Un livre, un jour

16:15 : Des chiffres et des lettres 16:55 : Harry 17:30 : Slam 18:10 : Questions pour un champion 18:50 : Météo des neiges 19:00 : 19/20 : Journal régional 19:18 : 19/20 : Edition locale 19:30 : 19/20 : Journal national 19:58 : Météo 20:00 : Tout le sport

: Peanuts

20:10

: Le journal du Dakar

20:20 : Météo régionale

20:25

: Plus belle la vie

20:55 Cinéma : Haute voltige 22:40 : Météo 22:45 : Grand Soir 3

23:20 Cinéma : Le viager

: Météo 22:45 : Grand Soir 3 23:20 Cinéma : Le viager 06:55 : Le JT

06:55 : Le JT du Grand Journal 07:15 : Le grand journal 08:05 : Les Simpson 08:30 Cinéma : Invincible 10:40 : Album de la semaine 10:50 Cinéma : Bébé Tigre 12:15 : Casting(s) 12:18 : The Big Bang Theory 12:39 : Importantissime, les coulisses de l'émission 12:45 : La nouvelle édition 14:05 Cinéma : The Homesman 16:05 Cinéma : Playing With Balls 16:10 Cinéma : Night Call 18:05 : The Big Bang Theory 18:25 : Album de la semaine 18:35 : Importantissime, les coulisses de l'émission 18:41 : Carte blanche 18:45 : Le JT du Grand Journal 19:10 : Le grand journal 20:10 : Le petit journal 20:50 : Les Guignols 21:00 : False Flag 21:35 : False Flag 22:20 : Strike Back 23:05 : Strike Back 23:50 Cinéma : The Search

Strike Back 23:05 : Strike Back 23:50 Cinéma : The Search 06:00 : M6 Music 07:10

06:00 : M6 Music

07:10

: Les blagues de Toto

07:20

: Princesse Sofia

07:40 : Miles dans l'espace

08:10 : K3

08:25

: Alvinnn !!! et les Chipmunks

08:35

: Les p'tits cuistots

08:40

: Les p'tits cuistots

09:00 : M6 boutique 10:10 : Drop Dead Diva 11:00 : Drop Dead Diva 11:45 : Drop Dead Diva 12:40 : Météo 12:45 : Le 12.45

13:10 : Scènes de ménages 13:40 : Météo

13:45

: Nounou malgre elle

15:45

: Mon amant, son père et moi

16:50 : Body of Proof 17:25 : Les reines du shopping

18:35 : Chasseurs d'appart' 19:40 : Météo 19:45 : Le 19.45 20:10 : Scènes de ménages 20:55 : Once Upon a Time 21:45 : Once Upon a Time 22:35 : Once Upon a Time 23:20 : Bones

La sélection

20h55 Instinct Résumé Mathieu Kowalski, joueur de poker, doit remplacer pour quelques jours, et au
20h55
Instinct
Résumé
Mathieu Kowalski, joueur de
poker, doit remplacer pour
quelques jours, et au pied levé,
son jumeau Thomas, flic pari-
sien. Pas évident de mener une
enquête ni de donner le change
à Sybille, sa coéquipière
20h55 Envoyé spécial Résumé Il y a un an jour pour jour, plusieurs terroristes lourdement
20h55
Envoyé spécial
Résumé
Il y a un an jour pour
jour, plusieurs terroristes
lourdement armés atta-
quaient le journal sati-
rique Charlie Hebdo puis
l'Hyper Cacher de la porte
de Vincennes. Le 13 no-
vembre dernier, de nou-
veaux attentats ont frappé
Paris, faisant 130 morts et
des centaines de blessés.
L'année 2015 a été endeuil-
lée et la population profon-
dément marquée par ces
attaques, qui ont suscité un sursaut républicain. «Envoyé spécial» propose une
émission spéciale, composée de reportages sur les victimes du terrorisme, sur
la mobilisation des Français, ainsi que sur les voix discordantes qui voient dans
ces attentats les signes d'un complot.
20h50 Haute voltige Résumé Après le vol d'un Rembrandt, la meilleure enquêtrice d'une compa- gnie
20h50
Haute voltige
Résumé
Après le vol d'un Rembrandt, la
meilleure enquêtrice d'une compa-
gnie d'assurances est chargée de pié-
ger un audacieux gentleman cam-
brioleur.
20h55 False Flag Résumé Cinq citoyens israéliens décou- vrent un matin dans les médias qu'ils
20h55
False Flag
Résumé
Cinq citoyens israéliens décou-
vrent un matin dans les médias qu'ils
sont les principaux suspects de l'en-
lèvement d'un politicien iranien,
pendant sa visite à Moscou. À quels ni-
veaux sont-ils impliqués ou pas ?
20h55 Once Upon a Time Résumé Envoyée à Storybrooke après avoir été victime d'un piège,
20h55
Once Upon a Time
Résumé
Envoyée à Storybrooke après
avoir été victime d'un piège,
Elsa décide de créer un puis-
sant monstre des neiges, afin
d'assurer sa protection. La
jeune femme entreprend de
retrouver sa soeur, Anna. Pour
ce faire, elle érige un mur de
glace aux frontières de la ville.
Emma et sa famille lui viennent
en aide, mais la Reine des
glaces, la rivale d'Elsa, parvient
à prendre le contrôle de sa bar-
rière magique. La jeune captive, qui ne sait plus comment échapper aux
griffes de cette créature diabolique, apprend, en outre, que sa propre soeur se-
rait impliquée dans son emprisonnement. Elle refuse pourtant d'y croire

Jeudi 7 janvier 2016

DÉTENTE

DK NEWS

19

Mots fléchés n°1175 Citations “L'histoire des peuples est l'histoire de la trahison de l'unité.”
Mots fléchés n°1175
Citations
“L'histoire des
peuples est
l'histoire de la
trahison de
l'unité.”
* Antonin Artaud
C’est arrivé un 7 janvier
1972 : l'Inde noue des relations diplomatiques
avec la République populaire de Chine.
1979 : le gouvernement Pol Pot est renversé au
Cambodge par des rebelles soutenus par le
Viêt Nam.
1992 : la Serbie abat un hélicoptère de la CEE
transportant cinq observateurs européens.
1996 : victoire d’Álvaro Arzú Irigoyen à l'élec-
tion présidentielle du Guatemala.
2007 : Ban Ki-moon demande la suspension de l'exécu-
tion des deux coaccusés de Saddam Hussein.
2010 : au Népal, accord entre les maoïstes, le
gouvernement et l'Organisation des Nations
unies sur les combattants mineurs et fin du
blocage du Parlement.
Célébrations :
- Angleterre : Distaff Day (en) ou Roc Day (Fête
de la quenouille), ainsi que ses variantes
locales, telle que lei fieloua en Provence,
honore les fileuses et célèbre le retour de la
lumière après la longue nuit hivernale.
- Cambodge : Victoire sur le régime de géno-
cide, commémore la fin du régime Khmer
rouge après sa défaite contre les Vietnamiens
en 1979.
- Italie : Festa del Tricolore (Fête du drapeau).
- Japon : Nanakusa-no-sekku (Fête des sept
herbes), très ancienne coutume japonaise qui
consiste à manger un okayu aux sept-herbes et
Usokae, échange de bouvreuils (Dazaifu).
Mots croisés n°1175
Mots croisés n°776
Samouraï-Sudoku n°1175

Les problèmes de sudoku samouraï se composent de cinq grilles de sudoku entrelacées. Les règles standard du sudoku s'appliquent à chacune de ces cinq grilles. Placez les chiffres de 1 à 9 dans les cases vides de chaque grille. Chaque ligne, chaque colonne, et chaque région 3 x 3 doit contenir une fois les chiffres de 1 à 9.

Chaque sudoku samouraï a une solution unique et peut être résolu par la logique pure.

solution unique et peut être résolu par la logique pure. 4 Horizontalement: 1.Ch.- 1. de c.

4 Horizontalement:

1.Ch.- 1. de c. du Cher 2.Impuissance - Imitation des premiers sons émis

6.FI. de Russie, en Sibérie orientale - Tel quel 7.Tour - Prénom féminin

par un bébé 3.Qui tiennent de la bête - Américium

8.Ch.-1. de c. de la Haute- Garonne - Approbation- Préposition 9.Atomes - Arme

4.Indium - Fou

10.Contrôleur

5.Se dit d'une foule qui

11.

Petit de l'oie - Revenu

manifeste une joie débor-

minimum d'insertion

dante - Souffles

12.

Basques

4

Verticalement :

1.Permis

2.Arbres des régions équa- toriales - Conjonction

Oui 7.Juge et grand prêtre des Hébreux - Qui n'éprouve aucune gêne

de

3. Adjectif possessif - Ad- verbe de lieu - Urine

8.Tourmentée par l'envie 9.Gros bout d'une queue

4.Glucoside

extrait

de billard - Du verbe

nombreux

végétaux-

rire - Canton suisse

10.Conjonction

Fortifié

Baie -

Lente

5.Rivière de l'Asie - Police

-

nazie - Tes biens

11. Eliminer - Préfixe

6.Agence centrale de ren-

12. Gonflem

ent d'un or-

seignem ents

- Orient -

gane

Préfixe 6.Agence centrale de ren- 12. Gonflem ent d'un or- seignem ents - Orient - gane
7 erreurs
7 erreurs

20

DK NEWS

SPORTS

Jeudi 7 janvier 2016