Vous êtes sur la page 1sur 24

DK NEWS

QUOTIDIEN NATIONAL D’INFORMATION

MÉTÉO 19° : ALGER 26° : TAMANRASSET p. 2
MÉTÉO
19°
: ALGER
26° : TAMANRASSET
p. 2

Mercredi 30 novembre 2016 - 30 Safar 1438 - N° 1468 - 4 e année - Prix : Algérie : 10 DA. France : 1€

www.dknews-dz.com

ALGÉRIE-TUNISIE

ALGÉRIE-AFRIQUE

ALGÉRIE-ETATS UNIS

ALGÉRIE-PORTUGAL

M. Sellal

Lamamra appelle à la solidarité des peuples africains pour la décolonisation du Sahara occidental

P. 5

Un livre de référence sur l’Algérie à paraître prochainement à Washington

P. 24

M.Hamel : «Nécessité d'élargir les domaines de coopération entre la police algérienne et portugaise»

P. 24

reçu par

le président

tunisien Béji

Caïd Essebsi

P. 7

Le Président Bouteflika reçoit l'émir du Qatar

Le président de la République, Abdelaziz Bouteflika, a reçu hier, mardi, à Alger l'émir du Qatar, Cheikh Tamim Ben Hamad Al Thani, en visite de fraternité en Algérie. L'audience s'est dérou- lée en présence du président de l'Assemblée populaire natio- nale (APN), Mohamed-Larbi Ould Khelifa, du Premier ministre, Abdelmalek Sellal, du ministre d'Etat, directeur de Cabinet à la présidence de la République, Ahmed Ouyahia, du ministre d'Etat, ministre des Affaires étrangères et de la Coopération internationale, Ramtane Lamamra, du minis- tre des Affaires maghrébines, de l'Union africaine et de la Ligue des Etats arabes, Abdelkader Messahel, et du ministre de l'Industrie et des Mines, Abdeslem Bouchouareb. Les entretiens entre le prési- dent Bouteflika et l'émir du Qatar se sont articulés autour des relations de coopération et de partenariat entre les deux pays, les défis auxquels fait face la nation arabe, la situation du marché pétrolier ainsi que les questions régionales et inter- nationales d'intérêt commun.

P. 24

et inter- nationales d'intérêt commun. P. 24 ARMÉE Séminaire sur les enjeux de la communication au

ARMÉE

Séminaire sur les enjeux de la communication au sein de l'ANP

 

M.BEDOUI À PARTIR D’EL-BAYADH :

EXPORTATIONS:

COMMUNICATION

«Réfléchir sur une stratégie d’approvisionnement des collectivités du Sud en énergie solaire»

P. 3

Un nouveau

L'ARAV met en garde les chaînes TV contre les programmes alimentant toute forme de radicalisme

 

régime

douanier en

cours d’examen

P. 4

(DGD)

P. 5

P. 3

SANTÉ Sommeil POUR FAIRE DORMIR VOTRE ENFANT, DORMEZ ! P.p 12-13 ENERGIE
SANTÉ
Sommeil
POUR FAIRE
DORMIR VOTRE
ENFANT,
DORMEZ !
P.p 12-13
ENERGIE

L'Opep

se penchera à Vienne sur la proposition algérienne de baisse de la production

F TBALL LIGUE 1 MOBILIS (MISE À JOUR/8 E JOURNÉE) : MOB-MCA le mardi 6
F
TBALL
LIGUE 1 MOBILIS (MISE
À JOUR/8 E JOURNÉE) :
MOB-MCA
le mardi 6 décembre
au stade de Sétif
P. 21

P. 6

MDN
MDN
30 contrebandiers et 1.125 immigrants clandestins arrêtés dans le sud du pays P . 3

30

contrebandiers et 1.125 immigrants clandestins arrêtés dans le sud du pays P. 3

30 contrebandiers et 1.125 immigrants clandestins arrêtés dans le sud du pays P . 3

CLINCLIN

CLIN CLIN 2 DK NEWS Mercredi 30 novembre 2016 D’ EIL Horaires des prières Mercredi 30

2 DK NEWS

Mercredi 30 novembre 2016

D’ EIL

Horaires des prières

Mercredi 30 Safar

Mercredi 30 Safar
Mercredi 30 Safar
Fajr 06:02 Dohr 12:37 Asr 15:14 Maghreb 17:38 Isha 19:01
Fajr
06:02
Dohr
12:37
Asr
15:14
Maghreb
17:38
Isha
19:01

CE MATIN À LA DIRECTION DE LA PÊCHE D'ALGER Rencontre consacrée à l’évaluation des projets de l’immersion des récifs artificiels sur le littoral

En coordination avec le réseau ProBioM, l'as- sociation Hippone sub Annaba et l'association Marenostrum Cher- chell, le Direction de la Pêche de la wilaya d'Al- ger, organise ce matin à

partir de 8h30 à Aïn Be- nian, une rencontre consacrée à l'état d'avancement des pro- jets expérimentaux de l'immersion des récifs artificiels sur le litto- ral.

l'immersion des récifs artificiels sur le litto- ral. 4 DEMAIN AU TNA Lancement du programme «Rendez-vous

4

DEMAIN AU TNA Lancement du programme «Rendez-vous théâtre»

AU TNA Lancement du programme «Rendez-vous théâtre» CE MATIN À 10H Le président du SNEL invité
AU TNA Lancement du programme «Rendez-vous théâtre» CE MATIN À 10H Le président du SNEL invité
CE MATIN À 10H Le président du SNEL invité du café littéraire de la radio
CE MATIN À 10H
Le président du
SNEL invité du café
littéraire de la radio
Le président du Syn-
dicat national des édi-
teurs du livre (SNEL),
M. Ahmed Madi, sera
l'invité ce matin à 10h, de
la nouvelle édition du
café littéraire de la radio
algérienne, au niveau
du Centre culturel Aïssa
Messaoudi. Le président
du SNEL abordera diffé-
rentes questions liées à
l'industrie du livre en
Algérie ainsi que d'au-
tres questions d'actua-
lité.
Météo
Max
Min
Alger
19°
11°
Oran
21°
13°
Annaba
17°
05°
Béjaïa
20°
10°
Tamanrasset
26°
13°
LE 15 DÉCEMBRE
À L'USTO-MB
Rencontre sur le rôle
de la physique dans
la lutte contre le cancer
4
Une rencontre interna-
tionale réunissant des phy-
siciens et des radiothéra-
peutes sous le thème "La
physique médicale au pro-
fit de la lutte contre le can-
cer" se tiendra le 15 décem-
bre prochain à l'Université
des sciences et de la technologie (USTO-MB)
d'Oran. Plusieurs spécialistes nationaux et étran-
gers ont confirmé leur participation à cette ren-
contre entrant dans le cadre de la célébration de
la journée internationale de physique médicale.
La manifestation scientifique sera axée essentiel-
lement sur l'apport de la physique en médecine
et en particulier dans le traitement des patholo-
gies cancéreuses. Les travaux de cette journée se-
ront enrichis par la contribution du coordinateur
du Plan national cancer 2015-2019, Pr Messaoud
Zitouni. "La radiothérapie constitue depuis plus
d'un siècle l'un des traitements les plus effi-
caces contre le cancer. Les progrès technologiques
de la discipline ont imposé au fil de la pratique une
culture de la qualité et de la sûreté des traitements.

LI AMNIKOUM

Emission dédiée à la sécurité routière

A l’occasion de la célébration de la journée mondiale des personnes à besoins spécifiques, l’émission radio de la Sûreté nationale «Li Amni- koum», sera consacrée demain jeudi 1er décembre de 16h à 17h sur les ondes de la chaine1, à la sensibilisa- tion sur les accidents de la route.

En marge de la 11e édition du festival national du théâtre profes- sionnel, Le ministre de la Cul- ture, M. Azzedine Mihoubi, prési- dera aujourd’hui au club Ahmed- Benguettaf du Théâtre national algérien (TNA), le lancement du programme culturel «Rendez- vous théâtre».

lancement du programme culturel «Rendez- vous théâtre». LE 10 DÉCEMBRE À MÉDÉA Formation sur les gestes

LE 10 DÉCEMBRE À MÉDÉA

Formation sur les gestes qui sauvent

La Direction de la protection civile de la wilaya de Médéa, or- ganise samedi 10 décembre de 13h à 18h, une session de forma- tion au profit des citoyens sur les gestes qui sauvent. Cette for- mation permettra aux participants d’apprendre les premiers secours mais aussi comment réagir en cas d'urgences.

secours mais aussi comment réagir en cas d'urgences. LES 2 ET 3 DÉCEMBRE AU HILTON Congrès

LES 2 ET 3 DÉCEMBRE AU HILTON Congrès de l'UMPA

LES 2 ET 3 DÉCEMBRE AU HILTON Congrès de l'UMPA Le Mouvement populaire algé- rien (MPA),

Le Mouvement populaire algé- rien (MPA), tiendra son premier congrès les 02 et 03 novembre à l'hôtel Hilton.

DU 30 NOVEMBRE AU 3 DÉCEMBRE À L'ESE D'ORAN 25 ème édition des webdays

La 25ème édition des "webdays aura lieu du 30 novembre au 3 décembre à l'Ecole supérieure d'Eco- nomie (ESE) d'Oran. Orga- nisée à l'occasion de la 3ème édition de la semaine mon- diale del'entreprenariat, cette édition traitera des thèmes : "Communication à 360°" et "Création d'entreprise". Cette manifestation sera riche en événements scientifiques et technologiques. "Par leur contenu et objectifs, les webdays offrent des pro- grammes rares et exceptionnels, avec une logistique ap- propriée aux besoins des étudiants et participants, ce qui représente une aubaine pour le club estudiantin de l'ESE d'Oran. Cette édition est organisée en collaboration avec des spécialistes, des enseignants et du personnel admi- nistratif de l'ESE d'Oran, dans le but de contribuer au dé- veloppement économique du pays par la création et l'in- novation. Cette manifestation vise à voir les étudiants ve- nir avec une idée et repartir avec un projet, car l'ESE œu- vre à éveiller l'esprit d'entreprenariat chez les étu- diants. Plusieurs tables rondes au programme seront consacrées notamment aux thèmes "l'Ecosystème au Ma- ghreb, "La communication et les start-up" et "Rien ne sert d'avoir un projet si on ne sait pas le communiquer".

d'avoir un projet si on ne sait pas le communiquer". DEMAIN AU CRASC D’ORAN Journée d’étude

DEMAIN AU CRASC D’ORAN Journée d’étude sur «l’état du droit en Algérie»

Le Centre de recherche en anthropologie sociale et cultu- relle (Crasc) d’Oran, organise demain jeudi 1er décembre à partir de 9h, une journée d’étude en l’honneur du professeur Ahmed Mahiou, sur «l’état du droit en Algérie».

LE 30 NOVEMBRE À L’OPÉRA D’ALGER

Festival international de musique symphonique

L’opéra d’Alger Boualem Bessaïh, abritera du 30 no- vembre au 4 décem- bre 2016, la 8e édi- tion du festival inter- national de musique symphonique.

tion du festival inter- national de musique symphonique. SAMEDI 3 DÉCEMBRE À ORAN Lancement d’une caravane

SAMEDI 3 DÉCEMBRE À ORAN

Lancement d’une caravane médicale pour le dépistage des maladies chroniques

médicale pour le dépistage des maladies chroniques Une caravane médicale pour le dépistage des maladies chro-

Une caravane médicale pour le dépistage des maladies chro- niques sera lancée, samedi prochain à Oran, pour proposer des consultations gratuites aux personnes vulnérables essen- tiellement. Cette caravane, qui s'installera au niveau de la pla- cette de Haï El Wiam, au centre-ville d'Oran, touchera essen- tiellement les personnes âgées pour leur proposer des consultations gratuites et des dépistages de plusieurs mala- dies chroniques. Il s'agit de faire des tests de dépistage de l'hy- pertension artérielle(HTA), du diabète et des problèmes cardiaques entre autres, afin de détecter à temps ces maladies chroniques pour une meilleure prise en charge.

Mercredi 30 novembre 2016

ACTUALITÉ

DK NEWS

3

COLLECTIVITÉS LOCALES

Bedoui : réfléchir sur une stratégie

d’approvisionnement des collectivités du Sud en énergie solaire

Le ministre de l’Intérieur et des Collectivités locales, Noureddine Bedoui, a mis l’accent lundi soir dans la wilaya d’El-Bayadh, sur la nécessité de réfléchir à une stratégie d’approvisionnement des collectivités locales au Sud du pays en énergie solaire et réduire les dépenses de l’Etat en matière de consommation d’électricité.

S’exprimant lors de l’inspection du projet d’une centrale solaire dans la commune de Labiodh Sidi Cheikh (110 km d’El-Bayadh), le ministre a indi- qué que les projets d’exploitation de l’énergie solaire permettront de ré- duire les dépenses de l’Etat en ce qui concerne plusieurs autres opérations de développement, à l’instar du pompage des eaux de forages en zones éloignées et de l’accompagnement des projets d’investissement agricole au Sud. M.Bedoui a, en outre, insisté sur l’utilisation des nouvelles technologies dans le domaine de l’Energie, de sorte

à garantir plus de rationalité dans les dé-

penses publiques, avant de rappeler les énormes potentialités de l’Algérie en matière d’énergie solaire qui ne de- mandent qu’à être exploitées de façon optimale. Il a, dans ce cadre, exhorté les experts de l’entreprise allemande char- gée de la réalisation de la centrale solaire de Labiodh Sidi-Cheikh à explorer les possibilités de partenariat dans le do- maine avec les collectivités locales dans le Sud du pays. Lancé en 2014 sur une superficie de 39,2 hectares, le projet de centrale solaire de Labiodh Sidi-Cheikh a nécessité un financement de 4,75 milliards DA, et of-

a nécessité un financement de 4,75 milliards DA, et of- frira une capacité de production de

frira une capacité de production de 24 mégawatts. Première du genre à travers la wilaya d’El-Bayadh et dont les travaux ont été achevés, elle devra être mise en exploitation prochainement avec l’ins- tallation de lignes de 60 kilovolts connec- tés au réseau national. Lors de son inspection du projet d’aménagement de la zone d’activités de Labiodh Sidi-Cheikh, le ministre a mis en avant l’importance de ce genre d’in- frastructures dans l’impulsion de la

dynamique économique et la création d’emplois dans la région. Cette zone, première du genre au niveau de cette collectivité, couvre une superficie de 30 hectares répartie en 154 lots destinés à accueillir des projets d’investissement. L’opération, pour laquelle a été al- louée une enveloppe de 280 millions DA, est actuellement à quelque 95% d’avan- cement de ses travaux et devra être ré- ceptionnée avant la fin de l’année en cours avec pour objectif d’impulser la dy- namique de développement écono- mique dans la région, selon les explica- tions fournies à la délégation ministé- rielle. Le ministre de l’Intérieur et des Col- lectivités locales a également inspecté, dans la même commune, le projet d’une piscine semi-olympique, dont le taux de réalisation avoisine les 72%, où il a ap- pelé les responsables concernés à veil- ler à sa (projet) livraison dans les délais impartis pour le mettre à la disposition des clubs sport ifs locaux et des jeunes de la région. M. Bedoui a, par ailleurs, effectué une visite de courtoisie au siège de la zaouia de la tariqa (confrérie) Chikhia ainsi que le mausolée du saint patron Sidi Abdel- kader Ben Mohamed.

Bedoui appelle à l’exploitation optimale des installations sportives

Le ministre de l’Intérieur et des Collectivités locales, Noureddine Bedoui a appelé, mardi à Bougtob (110 km d’El-Bayadh), à l’exploita- tion optimale des installa- tions sportives et à la dynami- sation du rôle des conseils communaux de la Jeunesse et des Sports. S’exprimant lors de l’inau- guration d’une salle omni- sports, dans le cadre de la deuxième journée de sa visite de travail dans la wilaya, le ministre a mis l’accent sur la nécessité d’exploiter de façon optimale les installations sportives de la wilaya et a ap- pelé à la dynamisation du rôle des conseils commu- naux de la jeunesse et des Sports pour promouvoir la pratique sportive. M. Bedoui a, dans ce cadre, appelé à éviter la gestion pu- rement administrative de ce

type d’installations sportives pour leur permettre de jouer entièrement leur rôle, à plein temps, de sorte à attirer les jeunes talents et à diversi- fier la pratique sportive, qu’elle soit exercée à titre individuelle ou collective. Une enveloppe de 168 mil- lions DA a été consacrée à la réalisation de cette salle om- nisports d’une capacité de 500 places. Le ministre a appelé à une réflexion sur la création d’ac- tivités liées à l’élevage de bé- tails et à l’engraissement, ainsi qu’à la mise en place d’un cadre de coordination entre les éleveurs et les ma- quignons, sous forme de coo- pératives, et à l’impulsion des activités des fermes pi- lotes d’élevage afin d’assurer un approvisionnement ré- gulier de cet abattoir régio- nal, premier du genre dans

l’Ouest du pays, et troisième à l’échelle nationale. Le pro- jet, fruit d’un partenariat al- géro-espagnol et dont les travaux de réalisation sont à 80%, couvre une superficie de 13 hectares, dont deux (2) hectares bâtis, selon sa fiche technique. Sa capacité de production est de quelque 2.400 tonnes de viandes de bovins (12.000 têtes) et 12.000 tonnes de viandes d’ovins (480.000 têtes), est-il signalé. M. Noureddine Bedoui a, par la suite, lancé le projet d’un institut national spé- cialisé de la formation profes- sionnelle, ou il exhorté les parties concernées à veiller à l’adéquation des filières de formation avec les spécifici- tés de la région, surtout qu’elle abritera un abattoir régional qui va avoir grande- ment besoin d’une main

d’£uvre qualifiée. Le projet de cet institut, second du genre dans la wilaya après ce- lui d’El-Bayadh, a nécessité un financement de 232 mil- lions DA et devra être récep- tionné en novembre 2018, selon les responsables du secteur. Le ministre a égale- ment inspecté, dans la com- mune de Bougtob, le projet d’un lycée de 800 places es- timé à 277 millions DA. Cette structure éducative, dont les travaux avoisinent les 80% d’avancement, est ap- pelé à soulager la pression sur l’unique lycée existant actuellement au niveau de la commune. Le ministre de l’Intérieur et des Collectivités locales poursuit sa tournée de travail par l’inauguration et l’inspec- tion d’autres projets relevant de divers secteur, au niveau du chef lieu de la wilaya.

COMMUNICATION

L'ARAV met en garde les chaînes TV contre les

programmes alimentant toute forme de radicalisme

L'Autorité de régulation de l'Audio-

visuel (ARAV) a mis en garde les chaînes de télévision, publiques et privées, contre la diffusion de programmes, de contenu religieux notamment, de nature

à semer et alimenter toute forme de ra-

dicalisme, appelant ces médias à la «vi- gilance» pour bannir «l'intolérance et la haine». Dans un communiqué rendu pu- blic mardi, l'ARAV indique qu'«il est fortement conseillé aux institutions au- diovisuelles, publiques et privées, sous peine de sanctions, d'observer une vigi- lance à toute épreuve pour bannir l'in- tolérance et la haine dans la diffusion des programmes locaux ou d'importation, susceptibles de semer et d'alimenter toute forme de radicalisme». Après avoir observé que «le paysage

audiovisuel dans le domaine religieux

donne à voir des dérives obscurantistes,

à entendre des discours dont la vio-

lence incite à l'instabilité, à la discorde

et à la fracture sociales, ce qui représente

un réel danger pour notre pays», l'ARAV note qu'«il arrive trop souvent que ce dis- cours s'accompagne de fatwas décrétées par des prédicateurs autoproclamés, sans formation adaptée à leur action et

à leur responsabilité, souvent mal inten-

tionnés, parfois instrumentalisés». L'Autorité relève, à cet égard, que «conformément à ses missions, elle a jugé utile d'initier, ces dernières se- maines, des rencontres avec les res- ponsables des plus hautes institutions du pays, ayant une autorité incontesta- ble dans le domaine de la spiritualité et de la religion, en l'occurrence le prési-

dent du Haut Conseil islamique et le mi- nistre des Affaires religieuses et des

Wakfs, ainsi que d'autres personnalités religieuses». Au terme de ces rencontres «riches en enseignement», l'ARAV «a mis en place à son niveau une plateforme de réflexion qui lui a permis de dégager un ensemble de principes directeurs, à même de faire valoir cette volonté com- mune de défense d'un islam en harmo-

nie avec notre histoire et notre culture, au nom de la cohésion sociale et de l'unité nationale». «Ce sont ces principes qui animeront les actions de l'ARAV dans le cadre de la loi, en accord avec ses missions légitimes en matière de régulation du secteur de l'audiovisuel, et dans le respect du droit imprescriptible à la liberté d'expres- sion», conclut la même source.

JUSTICE :

M. LOUH L’A AFFIRMÉ :

La carte professionnelle biométrique facilitera

la mission des fonctionnaires de justice

Le ministre de la Justice, Garde des Sceaux, Tayeb Louh a affirmé lundi à Alger que l'élaboration d'une carte professionnelle biométrique faciliterait la mis- sion des fonctionnaires de justice et des magistrats no- tamment pour le retrait des documents administra-

tifs. Le projet d'élaboration d'une carte professionnelle biométrique «est à un stade avancé» et permettra de «faciliter la mission des fonctionnaires du secteur»,

a indiqué M. Louh dans une déclaration, en marge de

l'adoption par l'Assemblée populaire nationale (APN) du projet de loi fixant la liste des hautes responsabi-

lités de l'Etat et des fonctions politiques dont l'accès requiert la nationalité algérienne exclusive et du projet de loi relatif à l'état civil. La carte professionnelle biométrique permettra «le retrait de tous les documents personnels du fonction- naire de justice ou du magistrat» dont la fiche de paie

et les documents professionnels dont le certificat de

travail et d'autres qui seront délivrées, via la signature électronique des données, dans le cadre de l'institu- tion de la signature électronique au niveau du minis- tère de la justice. A une question sur l'arrestation di- manche de deux syndicalistes et de représentants de partis par des agents de police, lors d'un sit-in orga- nisé à la place de la Grande Poste, en protestation contre le projet de loi relatif à la retraite, le ministre

a rappelé que toute personne ayant été agressée

avait le droit «de déposer plainte auprès du procureur

de la République», affirmant que «jusqu'à présent, au- cun procureur de la République n'a reçu de plainte

à cet effet et toute personne ayant subi des préjudices peut recourir à la justice». Concernant la levée du contrôle judiciaire d'anciens membres du parti dis- sous du Front Islamique du Salut (ex-FIS), M. Louh

a précisé que cette décision n'émanait pas du minis-

tre de la justice mais il s'agit d'une décision de justice. Si le parquet juge que le contrôle judicaire n'est

plus nécessaire, il requiert du magistrat concerné et chargé du dossier la levée de ce contrôle. C'est le cas dans cette affaire, a indiqué le ministre, estimant qu'il s'agit de procédures ordinaires prévues dans le code de procédures pénales. Il s'agit d'Ahmed Ben Mohamed, de Kamel Guemazi

et d'Abdelakder Boukhemkhem qui ont été placés sous

contrôle judiciaire en 2009, «pour participation à une marche non autorisée» à Alger.

HABITAT - LPP :

Livraison de 3%

seulement du programme prévu pour 2016

L'Entreprise nationale de promotion immobi- lière (ENPI) a livré jusqu'à présent 785 logements pro- motionnels publics (LPP), soit 3 % de son programme prévu pour 2016, selon un bilan du ministère de l'Ha-

bitat, de l'Urbanisme et de la Ville présenté lundi lors d'une rencontre d'évaluation du secteur. Conformément aux objectifs fixés par le ministère,

le nombre des logements que l'entreprise doit livrer

dans le cadre du programme promotionnel public pour l'année 2016 est de près de 23.000 unités, sauf qu'elle n'en a livré que 785. Le programme du secteur pour l'année 2016 prévoit le lancement des travaux de réalisation de 12.000 nouvelles unités, seulement l'en- treprise n'en a lancé que 770 cette année, soit 6 % seu- lement des objectifs fixés. Le ministre de l'Habitat, Ab- delmadjid Tebboune a imputé ces résultats à la fai- ble performance de cette entreprise qui a été créée dans le cadre d'une opération de structuration qui a touché les Entreprises de promotion du logement fa- milial (EPLF). De son côté, le directeur général du lo- gement au ministère, Kamel Nasri a qualifié ces ré- sultats de médiocres, se disant toutefois optimiste quant à la relance du programme LPP notamment après la désignation d'un nouveau directeur général de l'ENPI. «La nouvelle équipe de l'administration maî- trise actuellement la situation», a-t-il affirmé. De façon globale, l'Entreprise a lancé des projets de réalisation de 38.584 logements promotionnels pu- blics dans le cadre de son programme visant à réali- ser 50.000 unités, ce qui signifie que les travaux de 11.416 unités n'ont pas encore été lancés. 30.268 souscripteurs au programme promotion- nel public ont versé les première et deuxième tranches, selon les chiffres du ministère.

APS

4 DK NEWS

ACTUALITÉ

Mercredi 30 novembre 2016

Séminaire sur les enjeux de la communication au sein de l'ANP

Un séminaire sur «les enjeux de la communication au sein de l'Armée nationale populaire» a été organisé mardi à Alger par la direction de la communication, de l'information et de l'orienta- tion de l'Etat-Major de l'ANP, indique un communiqué du minis- tère de la Défense nationale (MDN). Tenu sous l’égide du Général de Corps d'Armée, Ahmed Gaïd Salah, Vice-ministre de la Défense nationale, chef d'Etat-Major de l'ANP, l’ouverture des travaux a été donnée par le Général-Ma- jor, Maddi Boualem, directeur de la communication, de l'infor- mation et de l'orientation de l'Etat-Major de l'ANP. Inscrit dans le cadre de la concrétisation du plan annuel de com- munication de l’ANP, ce séminaire vise à «mettre en exergue les enjeux de la communication au sein de l’ANP selon les objectifs assignés par le Haut Commandement de l’ANP, en mettant l’ac- cent sur les axes de développement du processus communication- nel dans l’optique d’atteindre de meilleurs résultats». Le séminaire vise également à «faire ressortir les méca- nismes modernes de la communication interne et les efforts à four- nir pour consolider les relations avec les médias».

Des objectifs mageurs

Cette orientation a été confirmée par le Général-Major dans son allocution en déclarant que l’ANP «a toujours veillé à mettre en place une stratégie communicationnelle solide basée sur la pros- pective des événements et le développement de méthodes de tra- vail à même de traiter les problématiques imposées par la situa-

tion instable prévalant sur nos frontières, avec ce que cela exige en termes de savoir-faire, de vigilance, de maîtrise et d’efficacité à la hauteur des objectifs majeurs auxquels fait face notre pays». Réitérant l’importance des enjeux de la communication à tra- vers une «formation qualitative et continue» des cadres, il a in- diqué que les enjeux de la communication au sein de l’ANP «se basent sur la ressource humaine qualifiée, composée d’officiers de communication expérimentés, conscients de l’ampleur des mis- sions qui leur sont assignées et qui maîtrisent les techniques mo- dernes dans leurs domaines de compétence». Lors de ce séminaire, plusieurs conférences ont été animées par des cadres de la communication, de l’information et de l’orien- tation autour des mécanismes modernes de la communication, des axes de son développement au sein de l’ANP, de l’état des re- lations avec les médias et des enjeux de la communication élec- tronique. Les débats qui ont suivi chaque conférence «ont enrichi les tra- vaux du séminaire, qui s'est déroulé en présence de cadres supé- rieurs relevant des différentes structures du MDN, de l’Etat-Ma- jor de l’ANP et d’officiers de la communication représentant les différentes Régions militaires, des structures et des écoles de l’ANP», note le communiqué du MDN.

A la clôture des travaux de ce séminaire, le Général-Major, Maddi

Boualem a mis en valeur «l’intérêt et la grande importance qu’accorde le Haut Commandement de l’ANP à ce secteur sen- sible, notamment à la formation dans ce domaine et la maîtrise des mécanismes modernes de l’activité de l’information et de la communication».

LUTTE CONTRE LA CRIMINALITÉ

30 contrebandiers et 1.125 immigrants clandestins arrêtés dans le sud du pays (MDN)

Trente (30) contrebandiers et 1.125 immigrants clandestins de différentes nationalités africaines ont été arrêtés et 07 véhicules tout-terrain et 19 détecteurs de métaux ont été saisis lundi dans le sud du pays, a indiqué mardi un communiqué du ministère de la Défense nationale (MDN). «Dans le cadre de la sécurisation des frontières et de la lutte contre la criminalité organisée, des détachements de l'Armée na- tionale populaire, de la Gendarmerie nationale et en coordina- tion avec les éléments des Douanes algériennes ont arrêté, le 28 novembre 2016 à Tamanrasset et In Guezzam/6°RM trente (30) contrebandiers, 1.125 immigrants clandestins de différentes na-

tionalités africaines et saisi 7 véhicules tout-terrain, 19 détecteurs de métaux, 11 groupes électrogènes et 5 marteaux piqueurs», a précisé la même source.

A Oran, dans la 2°RM, un détachement de l’ANP a intercepté

un narcotrafiquant à bord d’un véhicule touristique, en posses- sion de 430 grammes de cocaïne, a ajouté la même source. De même, des éléments de la Gendarmerie nationale et des Gardes-frontières ont saisi, à Tlemcen, 31 kilogrammes de kif traité et arrêté 12 immigrants clandestins de différentes nationalités africaines.

A Annaba, dans la 5°RM, une unité des Gardes-côtes a déjoué

une tentative d'émigration clandestine de 26 personnes à bord d’une embarcation de construction artisanale.

Lamamra appelle à la solidarité des peuples africains pour la décolonisation du Sahara occidental

Le ministre d'Etat, ministre des Affaires étrangères et de la Coopération internationale, Ramtane Lamamra, a indiqué mardi à Alger que le parachèvement de la décolonisation en Afrique était tributaire de la solidarité et du soutien des peuples du continent à la cause sahraouie.

Dans une allocution à l'ouver- ture du colloque international sur le thème «Contribution de l'Algérie à la décolonisation en Afrique», M. Lamamra s'est dit convaincu que «le parachèvement du proces- sus de la décolonisation en Afrique et la pleine consécration du droit des peuples à l'autodétermination sont tributaires de la solidarité en- tre les peuples africains et de leur soutien à la cause sahraouie confor- mément aux fondements et réfé- rences de lutte et à la légalité inter- nationale». «Fidèle à ses principes constants et à ses convictions ancrées quant au soutien au droit des peuples à l'autodétermination, l'Algérie a ap- porté l'appui nécessaire à nombre d'Etats africains pour le recouvre- ment de leur souveraineté et leur li- berté», a-t-il rappelé, soulignant que cet appui «s'est matérialisé sur les plans politique, diploma- tique, militaire, financier, mais aussi de la formation des dirigeants révolutionnaires de ces pays frères qui ont joué un rôle crucial dans l'indépendance de leurs pays». Parmi les «principes authen- tiques» de la diplomatie algérienne sous la direction du président de la République, Abdelaziz Bouteflika, le ministre a évoqué son attache- ment «constant» à répandre les principes de paix et de stabilité entre les peuples et sa contribution au règlement des conflits par la voie pacifique conformément aux va- leurs de Novembre. Il a affirmé que «l'Algérie est demeurée fidèle à son apparte- nance africaine, s'employant à pro- mouvoir la coopération et à renfor- cer ses relations avec les différents Etats africains et consentant d'im-

avec les différents Etats africains et consentant d'im- portants efforts pour réunir les conditions propices au

portants efforts pour réunir les conditions propices au dévelop- pement durable et l'éradication de la pauvreté, l'analphabétisme et les maladies». Le ministre a mis en avant, dans ce sens, l'initiative du président de la République consistant en l'annulation de la dette de nombre d'Etats africains. Pour M. Lamamra, la manifes- tation économique qui se tiendra dans les prochains jours à Alger permettra de passer en revue les moyens à même de promouvoir la coopération entre les hommes d'af- faires africains, d'explorer les op- portunités d'investissement et de partenariat, et de développer les échanges commerciaux «au ser- vice d'une plus grande coopération et des intérêts communs des peu- ples africains». La grandeur de la révolution algérienne, la justesse et la no- blesse de sa cause «ont en fait une source d'inspiration pour tous les peuples et nations épris de liberté et un phare pour tous les mouve- ments de libération à travers le monde» a-t-il insisté. «Quand le continent africain était le plus exposé aux affres du co- lonialisme et de la discrimination raciale sous toutes ses formes, c'est tout naturellement que l'Algérie a été le point de chute des grandes fi- gures africaines de la résistance comme Nelson Mandela de l'Afrique du Sud, Robert Mugabé du Zimbabwe, Samora Machel du Mo- zambique, Amilcar Cabral de Gui- née-Bissau, Sam Nujoma de Nami- bie et Agostinho Neto de l'Angola»,

a encore dit le chef de la diploma-

tie algérienne M. Lamamra a rap- pelé par ailleurs»la contribution importante» et «le rôle exception- nel» du président Bouteflika lors de sa présidence de l'Assemblée géné- rale de l'ONU en 1974 notamment

l'exclusion de la délégation sud-afri- caine de l'apartheid. Il mis l'ac- cent en outre sur l'occasion donnée, pour la première fois, au prési- dent de l'organisation de libération palestinienne (OLP), feu Yasser Arafat, de participer aux travaux de l'Assemblée générale et de prendre

la parole, faisant de lui premier lea-

der d'un mouvement de libération

à monter à la tribune des nations

unies. M. Lamamra a réaffirmé à cette occasion «le soutien de l'Algérie au peuple palestinien pour le re- couvrement de ses droits légitimes et l'instauration d'un Etat indé- pendant avec Al-Qods pour capi- tale». Pour sa part, le ministre des Moudjahidine, Tayeb Zitouni a in- diqué que la guerre de libération nationale qui a mis fin à 132 ans de colonialisme, grâce à son parcours jalonné de résistances populaires, de luttes de libération, et de posi- tions fermes, est devenue une «ré- férence» pour les mouvements de libération en Afrique, et a ouvert les bras aux chefs de ces mouvements dans le domaine de l'instruction et des enseignements. L'Algérie poursuivra résolu- ment ses efforts pour la consolida- tion de ses relations de coopération avec les pays africains et la création d'un cadre adéquat pour exprimer sa solidarité avec les peuples du continent et le soutien aux causes justes, notamment le parachève- ment du processus de décolonisa- tion au Sahara Occidental, a-t-il encore affirmé. Le ministre des Moudjahidine a appelé les pays africains «au resser- rement des rangs et à l'unification des positions», et à s'adapter aux nouvelles données stratégiques, politiques, économiques et sociales pour éviter la marginalisation et l'exclusion du processus de prise de décision sur la scène internatio- nale».

ALGÉRIE-CANADA

Poursuite des travaux de la 4 e session plénière du GCTF sur le renforcement des capacités au Sahel

Les travaux de la 4ème session plénière du Groupe de travail du Fo- rum Global de lutte contre le Ter- rorisme (GCTF) sur le renforce- ment des capacités au Sahel (GTS), se poursuivent mardi à huis clos à Alger, afin de promouvoir la mise en oeuvre des bonnes pratiques du GCTF pour la prévention de l'extrémisme violent et du terro- risme. Au deuxième jour de cette ses- sion d'experts co-présidée par l'Al- gérie et le Canada, les travaux se consacreront au «renforcement de la coopération juridique et judi- ciaire formelle ou informelle au Sa- hel», et aborderont la «mise en oeuvre du Mémorandum de Rabat» sur les bonnes pratiques pour des actions efficaces de lutte contre le terrorisme dans le secteur de la jus- tice pénale. Les discussions porteront no- tamment sur la «facilitation du partage des informations» entre fonctionnaires de la justice des pays du Sahel, sur «l'amélioration

de la coordination et l'identifica- tion» des priorités communes concernant les enquêtes et pour- suites transfrontalières, ainsi que sur «l'amélioration du soutien de la coordination en matière d'extradi- tion». Il est également prévu de discu- ter sur la façon d'améliorer la coo- pération policière, et permettre d'envisager «comment renforcer les capacités des forces de maintien de l'ordre en vue de contrer les activi- tés terroristes et d'identifier les éventuelles bonnes pratiques de l'intervention policière auprès de la société civile» ainsi qu'au «ren- forcement des capacités de lutte contre le financement du terro- risme», et de lutte contre le blanchi- ment d'argent aux niveaux national et régional. La réunion sera aussi l'occa- sion pour les pays de «partager leurs expériences» et de s'infor- mer sur les activités en cours et pré- vues en vue de «mettre en oeuvre le Mémorandum d'Alger» sur les

bonne pratiques en matière de prévention des enlèvements contre rançon par des terroristes. A l'issue de ces travaux, le pro- gramme de travail du GTS sera ac- tualisé pour l'année 2017, visant à

soutenir la mise en oeuvre effective de la Résolution 2178 du Conseil de sécurité des Nations unies axée sur le phénomène des «combat- tants terroristes étrangers». Participent à cette réunion, des pays de la région du Sahel ainsi que les membres du Conseil de sécurité des Nations unies et des organisa- tions internationales, régionales

et sous régionales dont l'ONU et ses

institutions en charge dans la lutte contre le terrorisme, l'Union afri- caine (UA), le CAERT, Afripol, CE- DEAO. L'Algérie est membre fonda- teur du GCTF qui constitue une plate-forme informelle et multila- térale de lutte contre le terrorisme regroupant une trentaine de mem- bres.

APS

Mercredi 30 novembre 2016

ÉCONOMIE

DK NEWS 5

EXPORTATIONS

Un nouveau régime douanier en cours d’examen (DGD)

Un nouveau régime douanier favorisant les exportations hors hydrocarbures est en cours d’examen par le secrétariat général du gouvernement, a indiqué mardi à Alger le Directeur général des Douanes M. Kaddour Bentahar.

Appelé «Drawback», ce ré- gime douanier, prévu par le projet du code des douanes qui sera présenté en décembre pro- chain à l’APN, permet à l'expor- tateur de produits manufactu- rés d'être remboursé pour les droits de douane payés à l'im-

portation des matières pre- mières ayant servi à fabriquer ses produits exportés, a-t-il ex- pliqué lors d’une rencontre avec les opérateurs écono- miques en présence du minis- tre du Commerce, Bakhti Be- laib.

Le remboursement, qui peut

porter sur la totalité des droits payés, se fera «dans des délais très raisonnables, voire dans le mois qui suit l’opération

d’exportation», a indiqué pour sa part le directeur de la régle- mentation à la DGD, M. Larbi Sid.

A noter que le Drawback,

pratiqué à l'échelle internatio- nale, avait été instauré en Algé- rie par la loi de finances de 2013 sans qu’il ne soit réelle- ment appliqué sur le terrain. Par ailleurs, concernant la mise en place d’un guichet unique au niveau des Douanes pour faciliter les procédures aux opérateurs, M. Bentahar a souligné que ce point avait été inscrit parmi les priorités de la DGD.

point avait été inscrit parmi les priorités de la DGD. «Il ne faut pas concevoir ce

«Il ne faut pas concevoir ce guichet comme un rassemble- ment de plusieurs administra- tions au même endroit. C’est un guichet virtuel auquel toutes ces entités seront connectées et cela nécessite une plateforme informatique adéquate», a-t-il relevé. M. Bentahar a rappelé que le plan stratégique de la DGD pour 2016-2019 accordait un intérêt

particulier à la promotion des exportations hors hydrocar- bures à travers la maturation d’une stratégie intégrée qui implique tous les maillons de la chaîne d’exportation. Il a aussi indiqué que parmi les autres «incohérences» qui seront réglées dans ce cadre, fi-

gure la révision à la hausse du plafond autorisé pour le «ré- gime des échantillons» qui per- met à l’exportateur de faire une déclaration douanière sim- plifiée pour des échantillons de sa marchandises qu’il expose à l’étranger en vue de faire du marketing mais dont la valeur ne doit pas dépasser les 100.000 DA actuellement. La refonte de la déclaration en douane de façon à la rendre unique pour tous les régimes,

et la redynamisation des cel- lules d’écoute au profit des opé- rateurs constituent d’autres mesures de facilitations envisa- gées par la DGD.

D’éventuelles nouvelles me- sures de protection de la pro- duction nationale

De son côté, le ministre du Commerce a fait savoir que son département pourrait étudier d’éventuelles nouvelles facilita- tions à mettre en £uvre pour en- courager la production natio- nale en général et les exporta- tions hors hydrocarbures en particulier. «Nous menons des discus- sions pour voir la forme de pro- tection qui mériterait d’être prise en charge au profit de la production nationale», a-t-il avancé. Lors de cette réunion, M. Belaib a été interpellé par les opérateurs pour prendre des mesures qui visent la protection de la production nationale et une facilitation des exporta- tions hors hydrocarbures sur- tout pour la chaîne logistique. Il leur a ainsi promis d’étu- dier les formes possibles d’une telle protection et de régler les

incohérences réglementaires qui défavorisent la production nationale comme par exemple l’imposition de certaines ma- tières premières à des droits de douanes plus élevés que ceux pratiqués pour des produits fi- nis. Le ministre a dans ce cadre rappelé que l’application de l’Accord d’Association Algérie- Union européenne n’avait pro- fité qu’aux exportations euro- péennes vers l’Algérie les- quelles sont passées de 9 mil- liards de dollars (mds usd) en 2005, année de signature de l’accord, à plus de 30 mds usd actuellement. «Les promesses euro- péennes n’ont pas été tenues», a-t-il observé, et ce, au regard du faible niveau des investisse- ments européens hors secteur pétrolier en Algérie, après plus de dix ans d’association. Il a aussi déploré le fait que «les Européens ont plus de 8.000 commerçants qui expor- tent vers l’Algérie et qui font le marketing de la production eu- ropéenne alors que l’Algérie continue, à travers des impor- tations qui nuisent parfois à la santé du consommateur, à faire la promotion de produits étran- gers». Dans ce sillage, il a avancé qu'un éventuel accord de li- bre-échange entre l'Algérie et l'Afrique est celui sur lequel le pays mise le plus pour diversi- fier ses exportations hors hy- drocarbures. «Nous allons £uvrer pour accélérer la mise en £uvre de cette zone continentale. Il y a une commission qui travaille sur cela et qui devrait parache- ver son travail dans moins d’un mois», a-t-il fait savoir.

L'intersyndicale appelle au dialogue pour la réforme de la retraite

Plusieurs syndicats autonomes du col- lectif de l'intersyndicale ont appelé mardi au dialogue pour la recherche de solutions

à même de permettre la réforme de la re- traite.

A ce égard, le Président du Syndicat na-

tional autonome des praticiens de santé publique (SNPSP), Lyes Merabet a dé- claré à l'APS, qu'«il faut ouvrir les canaux du dialogue avec les syndicats autonomes pour parvenir aux solutions permettant la réforme du système de retraite», déplorant «l'exclusion des syndicats autonomes des commissions ayant élaboré les projets de décisions issues de la tripartie de mars der- nier».

Selon M. Merabet,»il n'est pas trop tard pour corriger le tir» lançant un appel au gouvernement pour «ouvrir la voie à tous

les syndicats nationaux afin d'aboutir à une solution commune et concertée sur la

question de la retraite». Pour sa part, le Chargé de communica- tion au Conseil national autonome du personnel enseignant du secteur tertiaire de l'éducation (CNAPEST), Messaoud Bou- diba, a appelé au «dialogue en tant que meilleur moyen pour la réforme du sys- tème de la retraite et la préservation des acquis des travailleurs». Il a affirmé que les syndicats auto- nomes «continueront à revendiquer le

retrait du projet de loi sur le retraite», qui sera soumis demain (mercredi) au vote par les députés de l'Assemblé populaire natio- nale (APN). L'intersyndicale tiendra lundi pro- chain une réunion pour débattre des der- niers développements concernant le dos- sier de la retraite et décider des actions à entreprendre par la suite, a-t-il précisé. L'intersyndicale autonome estime, dans un communiqué, que le sit-in organisé à Alger était «un message fort en direction des autorités concer- nées pour l'ouverture des portes du dia- logue et la discussions avec les syndicats autonomes».

Une première station service fonctionnant au solaire projetée à Naâma

Une grande station service fonctionnant

à l’énergie solaire (station pilote en Algé-

rie) sera réalisée sur le territoire de la wi- laya de Naâma, a annoncé mardi le prési- dent directeur général de l’Entreprise nationale de commercialisation des pro- duits pétroliers (Naftal), Hocine Rizou. Une superficie de 15 hectares sera ré- servée, à l’entrée Nord de la ville de Naâma, à ce projet dont le chantier démar- rera au début de l’année prochaine avec un délai de réalisation de 18 mois, a-t-il indi- qué, avant de préciser que cette station sera dotée de panneaux photovoltaïques qui as- sureront quelque 30% de ses besoins en électricité. La future station, qui sera équipée de façon moderne, comprendra aussi un

centre de transformation des moteurs

pour fonctionner au gaz propane com- primé, en plus d’équipements de récupé- ration des huiles usagées, selon les expli- cations fournies lors de la pose de la pre- mière pierre du projet. L’entreprise Naftal réalise actuelle- ment 153 grandes stations de distribu- tion de carburants et produits pétroliers à travers le pays, dans le cadre de son plan de développement visant à moderniser ses prestations, en plus d’accroître ses capa- cités de stockage de carburant et de trans- port des produits pétroliers par canalisa- tions, de sorte à réduire les coûts de trans- ports par route, et porter sa moyenne de stockage à 30 jours à l’horizon 2019, a fait savoir M.Rizou.

Le PDG de Naftal a visité plusieurs ins- tallations de distribution de produits énergétiques à travers la wilaya de Naâma qui a bénéficié aussi d’un projet de station mobile de distribution de carburant, à af- fecter dans la région de Djeniène Bou- rezgue, et qui sera appelé à offrir ses prestations aux concentrations de popu- lations nomades dans le Sud de la wi- laya. Concernant les potentialités de la wilaya en matière d’approvisionnement en gaz butane, les dépôts de Naftal disposent d’une capacité de stockage de 11.667 bon- bonnes de gaz, en plus d’un centre de stockage de carburants à Ain-Sefra d’une capacité globale de 500 tonnes de produits pétroliers, a-t-on fait savoir.

PROJET DE LOI SUR LA CIRCULATION ROUTIÈRE

Durcir les sanctions pour les contrevenants

ROUTIÈRE Durcir les sanctions pour les contrevenants La commission des transports et des té- lécommunications

La commission des transports et des té- lécommunications de l'assemblée popu- laire nationale (APN) a proposé le durcisse- ment des sanctions et des pénalités pour les contrevenants à la loi sur la sécurité et la po- lice de la circulation routière. Dans le cadre de l'examen du projet de loi amendant la loi 14-01 du 19 août 2001 rela- tive à 'organisation, la sécurité et la police de la circulation routière, la commission ad-hoc de l'APN a proposé des peines de prison al- lant jusqu'à trois ans et une amende pécu- niaire de 200.000DA pour les conducteurs de véhicules de transport de marchandise qui contreviennent à la loi et pour les chauf- feurs qui provoquent des accidents de la route. Lors d'une séance de débat du projet de loi, en présence du ministre du ministre des transports Boudjemaa Talai et la ministre des relations avec le parlement Ghania Ed- dalia, les membres de la commission ont dé- cliné mardi la teneur des amendements pro- posés et qui portent notamment sur le dur- cissement des sanctions pour les conduc- teurs de véhicules de transport de marchan- dise qui ne respectent pas le temps de pause. Pour cette infraction la commission pro- pose une peine de prison allant jusqu'à trois années de prison et une amende entre 50.000 et 200.000 DA pour le conducteur de véhicule de transport de marchandise dont le poids total dépasse 3500 Kg ou de trans- port de voyageurs d'une capacité de plus de 9 personnes. Il a également été proposé d'amender l'ar- ticle 11 portant «obligation de port de la cein- ture de sécurité pour les véhicules équipés de cet accessoire à l'exception des véhi- cules de transport urbain». La commis- sion a fait état de statistiques démontrant que la ceinture de sécurité réduisait les dégâts des accidents de 25 à 50 %. L'article 11 prévoit que «le port de la ceinture de sécurité est obligatoire pour tous les passagers avant et arrière des véhicules qui en sont équipés. Cet article porte égale- ment sur l'obligation de mise en place d'un dispositif de retenue de siège pour les enfants de moins de 6 ans sur les sièges arrière du véhicule. Au titre de l'article 62 bis amendé, les membres de la commission ont suggéré un classement spécial des infractions qui doi- vent entraîner une défalcation de points se- lon leur degré.Ils ont ainsi proposé de dé- falquer 1 point pour les infractions de 1er de- gré, 2 pour celles du second degré, 4 pour le 3e degré et 6 points pour les infractions de 4e degré. Pour certains délits, jusqu'à 10 points peuvent être défalqués selon l'amen- dement proposé. A défaut de paiement de la contravention passés trente jours après sa date de constat, deux autres points seront défalqués d'office selon le nouveau texte.

Un amendement a été proposé pour l'article 66. Il prévoit le transfert des contra- ventions aux dispositions concernant l'éclai- rage, la signalisation et le freinage du 1er au 2eme degré. La commission a amendé l'article 98 introduisant la possibilité pour la juridiction compétente saisie d'un procès verbal consta- tant une infraction de procéder à la suspen- sion du permis de conduite pour une durée de 4 années selon les délits. En cas de réci- dive, elle procède à l'annulation du permis

l'intéressé ne pourra pas pos-

de conduire (

tuler pour l'obtention d'un nouveau permis de conduire pendant cinq ans.

APS

)

6 DK NEWS

COOPÉRATION

Mercredi 30 novembre 2016

Boudiaf plaide pour un organisme technique en charge des questions de la population et du développement arabes

Le ministre de la Santé, de la Population et de la Réforme hospitalière, Abdelmalek Boudiaf a appelé, mardi à Alger, les pays arabes à la mise en place d'un organisme technique pour la prise en charge des questions de la population et du développement à l'instar de l'Union Africaine (UA).

à l'instar de l'Union Africaine (UA). Cet organisme technique aura pour mission le transfert des

Cet organisme technique aura pour mission le transfert des nouvelles connaissances, l'échange des expériences, l'orientation en matière de choix stratégiques à développer et de décisions à prendre, a indiqué le ministre de la Santé dans une al- locution lue en son nom par son chef de cabinet, M. Ali Rezki, à l'ouverture du forum régional de haut niveau sur le dividende démographique dans la région MENA, organisé à l'initiative du Fond des Nations Unies pour la Population (FNUAP). Ce forum constitue une au- baine pour mieux appréhender le dividende démographique et definir des choix pratiques pour son exploitation, a estimé le mi- nistre, ajoutant qu'une telle com- préhension permettra l'adop- tion d'une position commune au niveau de la Ligue des Etats Arabes et des fora y afférent au ni- veau régional et international, notamment au sein de la com- mission de la population et du dé- veloppement et de l'Assemblée Générale de l'ONU. Cette rencontre permettra en outre d'informer et d'accompa- gner les pays de la région en ma-

tière de détermination des prio- rités concernant le dividende démographique et d'approches

matière d'étude des questions démographiques dans leur rap- port au développement.

De même, la dernière révision de la Constitution est venue ren- forcer l'Etat de droit, garantir

2013).

Ces deux plateformes qui ont

et outils les plus adaptés, a encore ajouté le ministre. Les études ont fait ressortir que le développement social et économique ne peut se réaliser sans une baisse du taux de nais- sances en parallèle, a-t-il précisé. Pour le premier responsable du secteur, la croissance démo- graphique ne peut être assimilée

Evoquant les réalisations no- tables au profit des populations, le même responsable a cité le sec- teur de la santé à la faveur de la baisse du taux de mortalité infan- tile et maternelle ainsi que l'aug- mentation de l'espérance de vie à la naissance, qui tourne ac- tuellement autour de 77 ans (76.7 ans pour les hommes et 78 ans

les droits individuels et collectifs et anticiper l'avenir du peuple al- gérien en terme de besoins de dé- veloppement durable, et ce en plaçant l'être humain en tant que valeur et la qualité de ses conditions de vie au coeur des as- pirations légitimes auxquelles l'Algérie aspire tant pour elle que pour l'humanité tout en-

à

un dividende démographique

pour les femmes en 2015).

tière. Le ministre a souligné,

qu'en garantissant une santé et un enseignement de qualité aux jeunes en âge de travailler et un accès à des emplois à même de leur permettre de réaliser un long processus productif. L'année 2017 a été placée en

Il a mis l'accent, en outre, sur l'accès aux prestations de la santé reproductive, la planification fa- miliale, les médicaments essen- tiels, la lutte contre le SIDA, ainsi que l'amélioration notable des conditions d'habitat notamment

dans ce sens, que le prix des Na- tions unis décerné en 2007 au Co- mité national de la population (CNP), se veut un couronnement des efforts consentis en vue de concilier les droits élémentaires de l'homme et les principes cul-

Afrique sous le thème «exploiter le dividende démographique en

le raccordement aux réseaux d'alimentation en eau potable

turels et religieux de la société. Sur un autre registre, le mi-

investissant sur les jeunes» a-t-il rappelé. Le ministre a estimé que les Etats et gouvernements sont ap- pelés à mettre en place une feuille de route pour accélérer l'applica- tion effective d'une initiative continentale en matière de divi- dende démographique, affir- mant que cette rencontre sera également l'occasion de tracer la voie pour des mesures concrètes

et de l'assainissement et l'éradi- cation de l'habitat précaire. L'Algérie a connu, au cours de cette période, la mise en place de législations consacrant l'égalité homme-femme en matière des droits, l'amélioration continue de la condition féminine, traduite par une parité homme-femme dans les secteurs de l'éducation, de la santé et de la justice, a-t-il ajouté.

nistre de la santé a réitéré le soutien et l'adhésion de l'Algérie aux déclarations du Caire ( juin 2013) et d'Addis-Abeba (octobre

été adaptées aux réalités sociales, culturelles et religieuses, doi- vent constituer, a-t-il dit, «des ré- férences essentielles dans l'éla- boration de la feuille de route à mettre en place en vue de tirer

à

prendre sur le plan national et

Il a rappelé également la mise

profit de dividende démogra-

régional à partir de 2017. Abordant les questions dé- mographiques en Algérie, le mi- nistre a affirmé que l'Etat y ac- corde un intérêt tout particulier depuis 1983, année du lance- ment du Programme national de maîtrise de la croissance dé- mographique et la tenue, en 1994, de la Conférence interna- tionale sur la population et le développement qui a impulsé les procédures et approches en

en oeuvre d'une politique vo- lontariste accordant aux femmes un quota de sièges au sein des as- semblées élues, ce qui a aug- menté la représentation fémi- nine au sein du parlement. Par ailleurs, M. Boudiaf, a précisé que le plan d'action du gouvernement algérien pour la période 2014-2019 s'inscrit dans une optique de consolidation des acquis sociaux et écono- miques.

phique». Pour ce qui est des questions relatives aux besoins des ado- lescents (les 10-24 ans), le même responsable a révélé qu'elles fi- gurent parmi les priorités tout autant que d'autres qui ne sont pas de moindre importance, no- tamment l'emploi et le chômage des jeunes, la formation et l'en- seignement de qualité ainsi que la lutte contre les multiples fléaux sociaux.

L'Opep se penchera à Vienne sur la proposition algérienne de baisse de la production

L’Organisation des pays exportateurs de pé- trole (Opep) tiendra, mercredi à Vienne, sa 171ème réunion ministérielle avec comme point principal l’examen de la proposition al- gérienne visant la baisse de la production tout en tenant compte des préoccupations de toutes les parties. Lors de cette réunion, les 14 pays membres de l’organisation doivent débat- tre de la proposition de l'Algérie retenue pour servir de base de travail afin d'aboutir à un ac- cord final concrétisant l’accord d’Alger qui porte sur la limitation de la production au sein de l’organisation dans une fourchette entre 32,5 et 33 millions de barils/jour. La proposition algérienne que le Comité d'experts de l'Opep a retenue pour être soumise à la conférence ministérielle de cette organi- sation est basée globalement sur une réduc- tion d’environ 1,1 million de barils par jour par l'Opep et une baisse de 600.000 barils/jour pour les pays hors Opep. L’Opep, qui avait réussi en septembre dernier à Alger à parvenir à un ac- cord historique de baisse de la production, doit

aborder à Vienne les détails et la répartition de ces volumes de réduction entre les pays concernés de façon à garantir un accord consensuel, juste et équilibré. Dans cette perspective, l’Algérie a multiplié depuis plu- sieurs semaines les négociations et consulta- tions au sein de l’organisation pétrolière mais également avec les pays non membres, la Russie en tête. «L’Algérie a mis sur la table une proposition. Nous estimons que c’est une bonne proposition. Elle est équilibrée et elle tient compte des préoccupations de toutes les parties», avait déclaré récemment à l’APS le mi- nistre de l'Energie, Noureddine Boutarfa. La proposition algérienne tend, avec des ef- forts des pays Opep et non-Opep, à endiguer le déséquilibre entre une offre mondiale sur- abondante et une demande en progression mo- dérée qui devrait perdurer jusqu'au premier semestre 2017. Après avoir rencontré plu- sieurs de ses homologues de pays Opep, M. Boutarfa s'était rendu lundi dernier à Moscou, en compagnie du ministre vénézuélien du Pé-

trole, Eulogio del Pino, où il avait eu des entre- tiens avec le ministre russe de l'Energie, Alexander Novak. L’objectif étant d’obtenir de pays non-Opep (notamment la Russie, premier producteur mondial de pétrole) une coopéra- tion et un engagement à soutenir l’accord d’Al- ger en ajustant leur production en faveur d’une stabilisation durable des marchés pétro- liers. Même si un optimisme quant à la réus- site de la prochaine réunion de l'Opep se dé- gage à l’issue des récentes rencontres entre M. Boutarfa et ses homologues de l’organisa-

le minis-

tion (Arabie saoudite, Qatar, Iran

tre a avisé qu'un éventuel échec pourrait affai- blir davantage les cours qui peinent actuelle- ment d'atteindre le seuil psychologique des 50 dollars le baril. Ce sera, a averti le ministre, une sanction du marché qui pourrait conduire les

prix à chuter en dessous du seuil des 40 dol- lars. En revanche, a-t-il avancé, un bon accord conduira «à stabiliser le marché et les prix au- tour d’une fourchette comprise entre 50 et 55 dollars» voire 60 dollars vers la fin de l’année.

),

Soutenir les Palestiniens dans leur combat libérateur et les aider à stopper la judaïsation de leurs territoires (diplomate)

Le représentant de l'ambassadeur de l'Etat de Palestine à Alger Haithem Amairi a appelé les mardi les pays amis et épris de paix à sou- tenir le peuple palestinien dans sa lutte juste pour la liberté et l'indépendance et à oeuvrer pour stopper la judaïsation et la confiscation de ses territoires par l'occupant israélien. Le diplomate palestinien qui s'exprimait lors du forum de la mémoire organisé par l'as- sociation «Machaal EChahid» et le journal «El Moudjahid» avec le concours de l'ambas- sade de Palestine à Alger à l'occasion de la 69e

journée internationale de solidarité avec le peu- ple palestinien, a rappelé le soutien indéfec- tible de l'Algérie à la cause palestinienne. Il a appelé les pays amis à prêter main forte à la résistance légitime du peuple pales- tinien contre l'occupant israélien et à soutenir

le droit de retour des Palestiniens de la dias-

pora conformément aux décisions y afférentes de la légalité internationale.

M. Amairi qui lisait une allocution au nom de l'ambassadeur palestinien à Alger devant un parterre constitué de représentants du Premier ministre Abdelmalek Sellal et du ministre d'Etat ministre des Affaires étrangères et de la coopération internationale Ramtane La- mamra, de personnalités nationales d'organi- sations et de la société civile a mis en avant l'im- pératif d'oeuvrer à stopper la confiscation et la judaïsation des territoires palestiniens no- tamment à El Qods, et à mettre un terme au ter- rorisme d'Etat et aux agressions israéliennes contre le peuple palestinien. La communauté internationale doit agir pour dénoncer l'occu- pation et amener l'occupant à libérer les déte- nus palestiniens et à se conformer aux accords de Genève, a soutenu le diplomate rappelant que la Palestine qui est encore sous occupation avait maintenant le statut d'observateur aux na- tions unies et qu'elle siégeait dans plusieurs ins- titutions internationales. La journée internationale de solidarité avec le peuple palestinien coïncide cette année avec la tenue à Ramallah, du 7e congrès du mouvement Fatah, pilier du combat national,

a encore rappelé M. Amairi précisant que de

grands espoirs sont fondés sur cette rencon- tre qui devra ouvrir de nouvelles perspec-

tives «pour faire de 2017 l'année de la fin de l'oc- cupation et celle de l'Etat palestinien indépen- dant» comme prévu par le président palesti- nien Mahmoud Abbas. Les représentants d'or- ganisations nationales et de la société civile al- gérienne ont réitéré le soutien de l'Algérie, peu- ple et direction, a la lutte du peuple palestinien pour le recouvrement de ses territoires spoliés. La présidente du croissant rouge algérien, Saida Benhabilès a affirmé qu' «en Algérie, nous n'attendons pas la journée internationale de solidarité avec le peuple palestinien pour ap- porter notre appui et notre soutien à la cause juste des Palestiniens». Les représentants du secrétaire général de l'UGTA, de l'UNPA , de l'UGEL ont réaffirmé le soutien constant de l'Al- gérie au peuple palestinien pour l'instauration de son Etat indépendant. La journée internationale de solidarité avec le peuple palestinien est célébrée le 29 no- vembre de chaque année en référence à la même journée de l'année 1947 lorsque les nations unies ont consacré par la décision 181

le

partage de la Palestine en deux Etats, l'un juif

et

l'autre arabe.

Le Canada «disposé» à partager son expertise avec l'Algérie dans le domaine de l'Education

L'ambassadeur du Canada en Algé- rie, Mme Isabelle Roy, a fait part mardi à Alger, de la disposition de son pays à partager son expertise avec l'Algérie dans le domaine de l'Education. Dans une déclaration à l'APS en marge de l'ouverture du 4ème Salon de l'Education au Canada, Mme Roy a re- levé que la participation de 12 établisse- ments d'enseignement supérieur et collèges post-secondaires «témoigne de la volonté de partager l'expertise du sys-

tème éducatif canadien avec l'Algérie et, aussi, de la vigueur et du dynamisme des relations entre les deux pays». Elle a précisé que l'objectif de cette manifes- tation est d'«accompagner et orienter de manière bien ciblée les personnes dé- sirant mener des études au Canada», ajoutant que «les opportunités d'études sont ouvertes à diverses spécialités et à d'autres catégories que l'université». La diplomate s'est réjouie, à cette occasion, du nombre croissant des personnes

inscrites à ce salon qui a atteint «4.800 dans cette quatrième édition, alors qu'il était de quelque 3.000 lors de la précédente, d'où l'engouement des Al- gériens à poursuivre des études au Ca- nada», a-t-elle dit, en notant, égale- ment, la «hausse constante du nombre d'étudiants en provenance d'Algérie, qui est de l'ordre de 1.055». Douze établissements canadiens d'enseignement supérieur et collèges post-secondaires seront présents à ce

salon de deux jours, à savoir, l'univer- sité de Saint-Boniface, l'université du Québec à Montréal (UQAM), l'université du Québec à Rimouski (UQAR), l'univer- sité Laval, l'université Sainte-Anne, le Collège Boréal d'arts appliqués et tech- nologie, le Collège Canada, le Cégep Li- moilou, le Consortium Avantage Onta- rio, le HEC Montréal, le Collège La Salle et La cité. Les représentants des établissements participants répon- dront aux questions des intéressés sur

leurs différents programmes, les condi- tions d'admission et le coût des études. Des séances d'information sur les pro- grammes d'études seront offertes par les institutions et collèges post-secon- daires en marge du salon. Des rensei- gnements seront également fournis sur les permis d'études et autres exi- gences en matière de séjours d'études au Canada par le personnel de l'ambas- sade.

APS

Mercredi 30 novembre 2016

COOPÉRATION

DK NEWS 7

M. Sellal s’entretient

à Tunis avec son

homologue tunisien

Le Premier ministre Abdelmalek Sellal, représentant du pré- sident de la République Abdelaziz Bouteflika à la conférence internationale sur l’investissement en Tunisie, s’est entretenu mardi à Tunis avec le Chef du gouvernement tunisien Yous- sef Chahed. Cet entretien, qui a eu lieu peu avant le lancement des tra- vaux de cette conférence internationale, s’est tenu en présence du ministre des Affaires maghrébines, de l'Union africaine et de la Ligue des Etats arabes, Abdelkader Messahel, du minis- tre de l'Industrie et des Mines, Abdeslem Bouchouareb, et de l’ambassadeur d'Algérie à Tunis, Abdelkader Hadjar. Placé sous le thème «la relance de l’économie, un impéra- tif pour la consécration du processus démocratique», cette conférence de deux jours regroupe plus de 2.000 participants d’une quarantaine de pays.

M. Sellal s’entretient

à Tunis avec Manuel

Valls

Le Premier ministre Abdelmalek Sellal a eu un entretien mardi à Tunis avec son homologue français Manuel Valls. Cette rencontre, tenue à la demande de M. Valls, a eu lieu en marge de la conférence internationale sur l’investissement en Tunisie «Tunisia 2020» qui regroupe mardi et mercredi plus de 2.000 participants d’une quaran- taine de pays. Les discussions entre MM. Sellal et Valls se sont déroulées en présence, notamment du ministre des Affaires maghrébines, de l'Union africaine et de la Ligue des Etats arabes, Abdelka- der Messahel, et du ministre de l'Industrie et des Mines, Ab- deslem Bouchouareb. Cette rencontre a permis d'aborder les relations bilatérales et les questions d'intérêt commun.

M. Sellal reçu à Tunis

par l'émir du Qatar

Le Premier ministre Abdelmalek Sellal a été reçu mardi à Tunis par l'émir du Qatar, cheikh Tamim Ben Hamad Al-Thani. L’audience s’est tenue en marge de la conférence interna- tionale sur l’investissement en Tunisie «Tunisia 2020» qui re- groupe mardi et mercredi plus de 2.000 participants d’une qua- rantaine de pays. Les discussions entre M. Sellal et l'émir du Qatar se sont dé- roulées en présence du ministre des Affaires maghrébines, de l'Union africaine et de la Ligue des Etats arabes, Abdelkader Messahel, et du ministre de l'Industrie et des Mines, Abdes- lem Bouchouareb.

Sellal: l'Algérie et la Tunisie renforceront leur coopération économique

Le Premier ministre, Abdelmalek Sellal, a affirmé mardi à Tunis, que l'Algérie et la Tunisie oeuvreront à l'avenir au renforcement de la coopération économique génératrice de richesses à travers l'encouragement du partenariat et de l'investissement direct dans les deux pays.

«A l'avenir, l'Algérie et la Tunisie concentreront leurs efforts sur la coopé- ration économique géné- ratrice de richesses à tra- vers l'encouragement du partenariat et de l'investis- sement direct entre les opérateurs économiques et hommes d'affaires des deux pays en vue d'exploi- ter les opportunités de complémentarité et de compétitivité ainsi que d'autres domaines comme l'énergie, les matières pre- mières, le système de pro- duction, le marketing, les capacités du marché lo- cal et la main d'oeuvre», a indiqué M. Sellal dans une allocution lors de la Confé- rence internationale sur l'investissement en Tuni- sie «Tunisie 2020». M. Sellal qui représen- tait le président de la Répu- blique à cette conférence, a précisé que «l'Algérie n'a

jamais failli à son devoir de solidarité avec la Tunisie par la conjugaison des ef- forts pour relever les défis de sécurité et de stabilité et l'appui du domaine écono- mique et social à travers plusieurs mesures dont le maintien du flux touris- tique, la poursuite du dé- veloppement dans les ré- gions frontalières et la conclusion d'un accord préférentiel commercial». Il a estimé en outre, que la Tunisie «a ébahi le monde avec le succès de son processus pour la li- berté et le développement tout en demeurant atta- chée aux valeurs de la so- ciété et aux principes des droits de l'Homme», sou- lignant que «ce qui a conféré davantage de cré- dibilité à ce processus est le sens de responsabilité du peuple tunisien et sa prise de conscience quant

à la néces- sité de pré- server les acquis et les intérêts du pays». «Il est na- turel que l'Algérie s'adapte aux mutations qu'a connues la région et à l'évolution de la situation dans les pays voi- sins», a poursuivi le Pre- mier ministre avant d'ajouter que «cette étape est décisive dans l'histoire de la Tunisie et c'est pour- quoi l'Algérie soutient le peuple et le gouvernement tunisiens au regard des liens culturels et histo- riques et de la commu- nauté du destin qui les lient». Il a rappelé également que «la Tunisie est en me-

Il a rappelé également que «la Tunisie est en me- sure de surmonter les dif- ficultés

sure de surmonter les dif- ficultés conjoncturelles pour contribuer ensem- ble, à l'édification de l'Union du Maghreb arabe (UMA)». Mardi matin, M. Sellal est arrivé à Tunis où il prend part à la Conférence accompagné du ministre des Affaires maghrébines, de l'Union africaine (UA) et de la Ligue des Etats arabes, Abdelkader Messa- hel, et du ministre de l'In- dustrie et des mines, Ab- desslem Bouchouareb.

Sellal : de grands pas ont été franchis dans la préservation de la stabilité de l'Algérie et de la Tunisie

Le Premier ministre Abdelma- lek Sellal a affirmé mardi à Tunis que l'Algérie et la Tunisie avaient franchi de «grands pas» dans la préservation de leur stabilité sous la «direction éclairée» des présidents des deux pays. «L'Algérie et la Tunisie ont fran- chi de grands pas dans la préserva- tion de la stabilité sous la direction éclairée des présidents des deux

pays, une fierté pour nous», a déclaré M. Sellal à l'issue de l'audience que lui a accordée le président tunisien Béji Caïd Essebsi. Représentant le président de la République Abdelaziz Bouteflika aux travaux de la conférence inter- nationale sur l'investissement en Tunisie, le premier ministre a indi- qué qu'il était porteur d'un mes- sage «d'espoir et de paix» exprimant

sont souhait de voir cette rencontre sanctionnée par des résultats posi- tifs. Le Premier ministre Abdelma- lek Sellal est arrivé mardi matin à Tu- nis accompagné du ministre des Af- faires maghrébines, de l'Union afri- caine et de la Ligue des Etats arabes, Abdelkader Messahel, et du ministre de l'Industrie et des Mines, Abdeslem Bouchouareb.

CONFÉRENCE SUR L’INVESTISSEMENT EN TUNISIE:

Le monde se mobilise pour relancer l’économie tunisienne

Plusieurs pays ont dévoilé mardi, à la conférence internationale sur l’investisse- ment en Tunisie, d’importants soutiens fi- nanciers pour accompagner ce pays maghré- bin dans la relance de son économie qui a été durement affectée suite aux bouleverse- ments politiques survenus dès fin 2010. Chefs d’Etats ou de gouvernements ainsi que les représentants d’organisations régio- nales et mondiales ont convenu à Tunis de soutenir et d'accompagner la Tunisie pour relancer son économie et atteindre les ob- jectifs fixés par son plan de développement

2016-2020.

C’est ainsi que le Premier ministre Abdel- malek Sellal, représentant du Président de la République Abdelaziz Bouteflika à cette conférence, a souligné dans son intervention que l'Algérie et la Tunisie oeuvreraient da- vantage au renforcement de la coopéra- tion économique génératrice de richesses à travers l'encouragement du partenariat et de l'investissement direct entre les deux pays. «A l'avenir, l'Algérie et la Tunisie concen- treront leurs efforts sur la coopération éco- nomique génératrice de richesses à tra- vers l'encouragement du partenariat et de l'investissement direct entre les opérateurs économiques et hommes d'affaires des deux pays en vue d'exploiter les opportuni- tés de complémentarité et de compétiti- vité ainsi que d'autres domaines comme l'énergie, les matières premières, le sys- tème de production, le commerce, les capa- cités du marché local et la main d'oeuvre»,

a-t-il précisé. Il a aussi tenu à rappeler que «l'Algérie n'a jamais failli à son devoir de so- lidarité avec la Tunisie par la conjugaison des efforts aux fins de relever les défis de sécu- rité et de stabilité et de l'appui du domaine économique et social à travers plusieurs me- sures dont le maintien du flux touristique, la poursuite du développement dans les régions frontalières et la conclusion d'un ac- cord préférentiel commercial». Par ailleurs, les représentants d’autres pays à cette conférence se sont engagés à in- jecter d’importantes aides financières sous forme de dons, d’investissements dans les projets du plan quinquennale 2016-2020 ou encore sous forme de crédits. La plus importante aide a été annoncée par l’émir du Qatar, cheikh Tamim Ben Hamad Al-Thani, pour un montant de 1,25 milliard de dollars pour soutenir l’économie tunisienne et consolider son processus de dé- veloppement. «Nous allons poursuivre notre soutien à la Tunisie pour qu’elle réussisse sa transi- tion économique et la réalisation de ses objectifs de développement», a-t-il promis. L’Arabie saoudite, via le représentant du Fonds d’investissement saoudien, a in- diqué qu’elle débourserait 800 millions de dollars répartis entre crédits d’investisse- ments à hauteur de 500 millions de dollars et 200 millions pour promouvoir les expor- tations auxquels s'ajoutent 100 millions de dollars au titre de dons. En outre, des crédits avantageux d’une va-

leur de 500 millions de dollars seront accor- dés par le Fonds koweïtien pour le dévelop- pement économique arabe (FKDEA) sur une période de cinq ans. De son côté, le Premier ministre français Manuel Valls a annoncé un investissement de l’Agence française de développement pour un montant minimal de 250 millions d’euros chaque année ainsi que la mise en £uvre d'opérations de conversion de la dette tunisienne en projets de développement. «Nous voulons nous aussi que la Tunisie réussisse. La réussite de la Tunisie sera non seule- ment la vôtre mais sera celle de toute la ré- gion, celle de la méditerranée et celle de l’Eu- rope également», a-t-il avancé Concernant les institutions financières régionales et mondiales, la Banque européenne d’inves- tissement (BEI) a fait part de la signature, en marge de cette conférence de deux jours, de plusieurs accords de partenariat avec la Tunisie pour une valeur de 400 millions d’euros. Elle a aussi annoncé une aide excep- tionnelle pouvant atteindre les 2,5 milliards d'euros à la Tunisie d'ici 2020, Présent éga- lement à cette rencontre internationale, le président du Fonds arabe pour le dévelop- pement économique et social (FADES), Ab- dellatif Youssef Al-Hamad, a fait part d'un en- gagement de cette institution à financer des projets du secteur public à hauteur de 1,5 milliard de dollars. «Nous sommes prêts à financer des pro-

jets du secteur public proposés par la confé- rence internationale sur l’investissement à hauteur de 1,5 milliard de dollars, soit 10% des projets publics proposés par la Tunisie», selon lui. Quant à la Banque mondiale (BM), son vice-président pour la région Moyen-Orient et Afrique du Nord (MENA), Hafez Gha- nem, a indiqué que la nouvelle stratégie de partenariat entre la Tunisie et la BM pour les années 2016-2020 avait pour objectif d’ap- porter un financement d'un (1) milliard de dollars par an. Il a, en outre, fait savoir que cette institu- tion de Bretton Woods allait bientôt finan- cer des projets privés pour une valeur de 300 millions de dollars en Tunisie. Le groupe de la BM «s’engage pleinement aux objectifs visés par ce plan et ses orien- tations pour une croissance forte, durable, équitable et partagée», a-t-il relevé en met- tant en exergue les réformes mises en place par la Tunisie qui sont à même d'intéresser les investisseurs privés tels le nouveau code d’investissement, la loi sur le partenariat privé-privé, la loi bancaire et la loi sur la concurrence. La conférence «Tunisia 2020» propose aux investisseurs étrangers plus de 140 pro- jets qui touchent une vingtaine de secteurs économiques dont 68 projets publics qui s’inscrivent dans le cadre du plan de déve- loppement quinquennal 2016-2020.

APS

8 DK NEWS

RÉGIONS

Mercredi 30 novembre 2016

TIZI-OUZOU

Création de quatre nouvelles zones d'activité

Le comité interministériel a donné son aval à la wilaya de Tizi Ouzou pour la création de quatre nouvelles zones d'ac- tivité qui permettront d'augmenter son portefeuille foncier industriel, a an- noncé lundile wali Mohamed Bouder- bali. Le chef de l'exécutif de la wilaya qui a effectué une visite de travail dans les quatre communes de la daïra de Draa El Mizan dans le but de s'enquérir de la si- tuation du développement dans cette région du sud de la wilaya, a indiqué que l'une de ces zones est créée au pro- fit de la commune de Draa El Mizan et occupera une superficie de 21 hectares. Les trois autres zones concernent Fréha, d'une superficie de 57 ha, Timi- zart, de 36 ha, et Tizi Gheniff d'une sur- face de 27 ha, a précisé à l'APS le direc- teur local de l'industrie et des mines Abderrahim Belbaki. Les deux zones d'activités de Draâ El Mizan et de Tizi Gheniff ont été créées en remplacement du parc industriel qui devait occuper une superficie de 111 ha chevauchant ces deux localités. «Cette décision a été prise afin de préserver les terres à haute valeur agricole sur lesquelles était projeté le parc industriel», a pré- cisé M. Belbaki. La nouvelle zone d'activité de Draâ El Mizan s'ajoutera à celle déjà existante d'une superficie cessible de plus de 57 ha répartie en 35 lots, dont 15 affectés à des investisseurs, et 14 non attribués, les six lots restants étant réservés à l'équipement de la zone (4 lots) ou clas- sés non cessible (2 lots), a-t-on appris sur place. S'agissant de la situation des investisse- ments dans cette même zone, créée en 1983, un total de 13 projets ont été loca- lisés dont six (6) sont en activité, cinq (5) en cours de réalisation et deux (2) non encore lancés. Le wali a donné instruction au autorités locales, à leur tête le président d'APC, pour tenir dès la semaine prochaine une réunion afin de lancer l'opération d'assainissement de cette zone dans la perspective de la dynamiser et d'attri- buer les 14 lots restants au profit d'in- vestisseurs. Pour sa part, le Directeur de l'industrie et des mines a indiqué à l'APS que cette zone ne détient pas de permis de lotir. «Celui ci a été déposé et nous allons agir afin d'accélérer la procédure pour son obtention ce qui nous permettra d'attri- buer les lots non encore affectés» a-t-il ajouté. Revenant sur la question de l'in- vestissement au niveau de la wilaya, le chef de l'exécutif a rappelé que «toutes les communes sont encouragées à prendre des initiatives destinées à pro- mouvoir l'investissement privé en déve- loppant l'attractivité de leur commune dans le but de créer de la richesse et de l'emploi et des ressources pour les col- lectivités». Lors de sa visite de travail, M. Bouderbali a inspecté des projets en souffrance relevant des secteurs de la Jeunesse et des sports et de l'habitat. Parmi ces projets, certains chantiers de construction de logements, en cours de réalisation dans les communes de Ain Zaouïa de Frikat et de Draa El Mizan inscrits sur d'anciens programmes, ne sont pas encore réceptionnés ou sont li- vrés sans la réalisation des branche- ments aux différents réseaux. C'est le cas notamment pour les 24 loge- ments de la commune de Frikat desti- nés à la résorption de l'habitat précaire, attribués sans raccordement à l'électri- cité ni au gaz naturel. Le wali a indiqué que ces problèmes urgents seront pris en charge en priorité.

APS

LE LOGEMENT À TIPASA :

Des programmes ambitieux et des espoirs en suspens

Le logement à Tipasa fait partie des secteurs les plus actifs en terme de volume de programmes en réalisation, ces dernières années, au moment où les espoirs des citoyens en un logement décent demeurent tributaires du rythme de concrétisation, généralement «lent», à constaté l’APS.

Ce constat est partagé par l'exécutif et de nombreux citoyens de la wilaya, aspirant de- puis des années à un logement au niveau de l’un des nombreux chantiers «inache- vés», de la région. Le projet des 660 logements publics lo- catifs (LPL) de la ville de Tipasa, achevé de- puis trois ans, en fait partie, et pour cause, ces logements ne peuvent pas être attribués

à leurs bénéficiaires «faute d’aménage- ments nécessités pour leur viabilisation». Nabil D, un père de trois enfants, fait par- tie de ces «bénéficiaires potentiels», dont l’at- tente dure depuis des années. Une attente qu’il tente d’adoucir, a-t-il indiqué à l’APS, par des visites régulières au chantier de ces 660 LPL, en vue de constater de visu le taux d’avancement de leurs travaux. «Parfois, je prends toute ma petite famille avec moi, et on y effectue un tour, histoire de raviver l’espoir d’habiter un jour dans l’un de ces logements», a-t-il ajouté. Cet espoir «en suspens» est le lot d’un au- tre citoyen, bénéficiaire d’un logement promotionnel public, dans la ville de Tipasa, dont le taux d’avancement est «extrême- ment lent», selon l’interlocuteur, en dépit du fait que «l’unité coûte plus de 10 millions DA, et qu’aucun problème d’argent ne se pose, à ce titre», a-t-il déploré. Selon les données fournies par la wilaya, Tipasa compte prés de 13.000 logements pa- rachevés, et attendus à la distribution en

2017.

Cependant, ces logements repartis sur tout le territoire de la wilaya, sont «non via- bles, car manquant de travaux d’aména- gement». Le manque de foncier constructible est à l’origine du non lancement de prés de 18.000 unites de logements, de différentes formules à Tipasa, selon le directeur du Lo- gement Mohamed Merdjani, qui a, néan- moins, signalé le règlement, par les services concernés, des dossiers de nombreuses as- siettes foncières affectées à l’implantation de ces logements. Selon M. Merdjani, les services conjoints du logement, des services agricoles et des domaines sont parvenus au règlement

agricoles et des domaines sont parvenus au règlement des dossiers relatifs aux assiettes d’im- plantation de

des dossiers relatifs aux assiettes d’im- plantation de 9.730 logements, dont les dos- siers de 2.110 unités ont été introduits au- près de la commission interministérielle, chargée du reclassement des terres agri- coles en terres constructibles. Sur un programme global de 75.219 lo- gements affectés à Tipasa, au titre des deux derniers quinquennaux, un taux de 34% est représenté par des unités LPP. Depuis fin 2015, les services concernés de la wilaya ont introduit les dossiers de

9.730 logements en manque de foncier, au-

près de la dite commission. Sur ce total de logements, dont le pro- blème de foncier a été réglé, le responsa-

ble a cité le programme AADL de 2013 (en- globant 5.400 unités), dont seules 600 unités ont été lancées en travaux sur un site à Chaàbia (Koléa), alors que 2.350 autres viennent de voir leur problème de foncier réglé. Un autre programme AADL/CNEP de

5.925 unités, pris en charge au titre de la for-

mule Assur-Immo, depuis 2003, et non lancé à ce jour, est en cours d’aplanisse-

ment, est-il signalé de même source.

Par ailleurs, la wilaya accuse un retard dans le lancement d’un programme de 2.278 logements promotionnels publics, à cause d’un manque dans la demande ex- primée sur cette formule d’habitat. Selon M. Merdjani, le programme de 75.219 logements affectés à Tipasa, au titre des deux derniers quinquennaux, englobe également un taux de 25% d’aides à la construction rurale, dont un certain nom- bre n’a pas été encore consommé par quelque communes. Néanmoins, plus de 45.000 unités de lo- gement sur le total sus cité ont été réalisées, au moment où des travaux sont en cours pour le parachèvement de prés de 9000 au- tres. Parallèlement, la distribution de prés de 13.000 LPP est prévue début 2017. Selon les services de la wilaya, il sera at- tribué, aux bénéficiaires, des décisions de pré-affectation, dans l’attente de la fin des travaux d’aménagement de leurs loge- ments, en plus de la mise en place d’une commission afin de coordonner l’action en- tre toutes les parties concernées par cette opération.

M’SILA

Le MSAN sera généralisé avant fin 2016

La généralisation du sys- tème MSAN, ou n£uds d’accès multiservices de nouvelle gé- nération, à travers la wilaya de M’sila se fera avant la fin de l’année en cours, a-t-on ap- pris, mardi, des services d’Al- gérie télécom (AT) de la wi- laya. La migration de l’ancien système, vers le MSAN, ser- vant à la téléphonie et l’Inter- net, notamment, s’est faite

graduellement a précisé la même source détaillant que 70% des abonnées d’Algérie télécom dans la capitale du Hodna accèdent actuellement aux différents services des technologies de l’informa- tion et de la communication (TIC), à travers le système MSAN. La même source a égale- ment détaillé que plus de 120 stations MSAN ont été instal-

lées au profit de 58 400 abon- nés d’AT, répartis à travers les 38 communes des 47 que compte la wilaya de M’sila. La direction locale d’Al- gérie télécom a, d’autre part, indiqué qu’au cours des qua- tre (4) dernières années, pas moins de 1700 km de fibres optiques ont été installés pour consolider cette nouvelle tech- nologie liée à la téléphonie et l’internet.

Des stations de 4 G pour la téléphonie fixe et l'Inter- net de très haut débit ont été également installées dans plusieurs régions enclavées de la capitale du Hodna, a-t- on encore noté faisant part de l’impact de ses équipe- ments dans l’amélioration substantielle de la qualité du réseau des télécommuni- cations au niveau des zones ciblées.

CONSTANTINE

Ouverture de 2 nouvelles sûretés urbaines à Ali Mendjeli

Le maillage sécuritaire dans la ville nouvelle Ali Mendjeli, dans la wilaya de Constantine a été renforcé récemment par l’ouverture de deux nouvelle sûretés urbaines implantées dans les unités de voisinages (UV) 8 et 19, a indiqué lundi le chef de sûreté de wilaya, Abdelkrim Ouabri. S’exprimant en marge de la cérémo- nie de sorite d’une promotion de 250 lieu- tenants de police, le responsable a indi- qué que ces «deux infrastructures de sécurité font partie d’un lot de 11 struc- tures de police en cours de réalisation à Ali Mendjeli et dont l’avancement des tra- vaux a atteint des taux allant de 60% à

95%». Le chef de sûreté de wilaya qui a fait part de l’importance de ces infrastruc- tures dans la protection des citoyens et de leurs biens, a indiqué que leur mise en service permettra également d’amé- liorer les conditions de travail des élé- ments de police. Dans ce sens, le responsable a indi- qué que l’ouverture de nouvelles infra- structures de sécurité constitue «un prolongement» aux efforts de formation prévue par la Direction générale de la sûreté nationale (DGSN) au profit de ses éléments. Organisée à l’Ecole de police Amar Djeffal, la cérémonie de sortie de cette

promotion comprenant 250 éléments, dont 84 officiers femmes a été présidée par l’Inspecteur général de police, le contrôleur de police Mohamed- Taher Hachichi et a vu la présence des autori- tés civile et militaires. La promotion sortante a bénéficié d’une formation théorique et appli- quée de 24 mois dans différents modules de droit et technique, des libertés géné- rales et des droits de l’homme, entre au- tres a-t-on souligné sur place. Des exhi- bitions de techniques de combat et du self défense ont été organisées dans le cadre de la cérémonie de sortie de cette promotion.

Mercredi 30 novembre 2016

SOCIÉTÉ

DK NEWS 9

CONTANTINE

Une campagne de prévention des risques d’asphyxie liés à la mauvaise utilisation du gaz a été lancée lundi à Constantine conjointement par la direction de la protection civile et la société de distribution de l’électricité du gaz de l’Est (SDE).

Campagne de prévention des risques d’asphyxie

(SDE). Campagne de prévention des risques d’asphyxie Entamée depuis la cité Sakiet Sidi Youcef (ex-Bum), la

Entamée depuis la cité Sakiet Sidi Youcef (ex-Bum), la campagne frappera aux portes des maisons, des cliniques, des banques et des bureaux de poste et sillon- nera les marchés couverts notamment des zones nouvellement raccordées au réseau de distribution de gaz naturel, a indiqué Abderahmane Legraâ, chef du service prévention à la direction de la protection civile. La négligence, le manque d’entretien et de vérification des appareils de chauf- fage et la mauvaise installation constituent les principales causes aux asphyxies, a es- timé de son côté le chargé de communi- cation à la SDE, Kheireddine Bahri. Le programme de sensibilisation pré- voit cible également les écoliers, les sta-

giaires des établissements de formation professionnelle et les étudiants dans les cités universitaires afin de diffuser le plus largement possible les actes qui sauvent et éviter les risques d’asphyxie au monoxyde de carbone qui tue annuelle- ment plusieurs dizaines de personnes, a ajouté le même cadre. Les familles approchées à la cité ‘‘Sa- kiet Sidi Youcef’’ ont cordialement accepté de recevoir les agents qui vérifient les ap- pareils de chauffage et leur mode d’ins- tallation, a-t-on constaté. Des dépliants appelant à la vigilance et à la vérification périodiques des appareils utilisant le gaz de ville notamment les chauffe-bains leur ont été remis à l’occa- sion.

Pour Slimane dont la maison a été vi- sitée durant la campagne, ce contact di- rect avec les agents de la SDE et de la pro- tection civile lui a permis de découvrir ‘‘des choses’’ sur les modes sécurisés d’installation des appareils de chauffage et l’aération qu’il ignorait jusque-là. Un père et sa fillette ont été dimanche victimes d’une asphyxie due à l’inhalation de gaz brulés que l’appareil de chauffage ne dégageait pas à l’extérieur après l’obs- truction de la cheminée par des nids d’oiseaux. C’est le premier cas enregistré à Constantine depuis la réinstallation du froid, selon la protection civile qui font état de trois (3) explosions de gaz signa- lées dans les cités El Gamas, Emir Abdel- kader et Djebel El Ouahch.

ASSURANCES

Croissance de 10 % du chiffre d’affaires de la CAAT aux neuf premiers mois de l’année 2016

Le chiffre d’affaires de la compagnie algérienne des as- surances de dommages et de personnes (CAAT) a enregistré au cours des neuf premiers mois de l’année 2016, une croissance d’environ 10% contre 5 % à la même période de l’année dernière, a indi- qué, lundi, à Batna, son prési- dent directeur général, Youcef Benmicia. S’exprimant en marge d’une rencontre régionale sur les risques Industriels, M. Ben- micia a révélé que la CAAT

prévoit pour l’année 2016 un chiffre d’affaires supérieur aux 21 milliards de dinars (mds DA) enregistrés lors du précé- dent exercice. Le montant des indemnisa- tions a atteint 12 mds DA au quatrième trimestre 2016, contre 13 mds DA pour tout l’exercice 2015, selon la même source qui a affirmé que cette rencontre vise à rapprocher les opérateurs économiques de la CAAT et les sensibiliser sur l’importance d’assurer leurs biens.

Ce responsable a égale- ment fait état du renforce- ment prochain du maillage de la CAAT, avec l’ouverture début 2017 de cinq nouvelles agences à travers le territoire national, en plus d’une direc- tion régionale dans la wilaya de Sétif. L’année 2017 verra aussi le lancement de nouveaux produits et de services, comme le paiement des primes d'assu- rance par Carte interbancaire et par internet, ou encore la ré- paration des dommages subis par les entreprises, les locaux

commerciaux et les ménages, a-t-il ajouté. L’impact du marché des hydrocarbures sur la crois- sance du secteur, les risques industriels et techniques, les services offerts par la CAAT aux entreprises publiques, privées et étrangères sont au- tant de thèmes débattus au cours de cette rencontre à la- quelle ont pris part des ca- dres de la compagnie venus des wilayas de l’Est du pays et des opérateurs économiques de différents secteur.

BORDJ BOU ARRERIDJ Près de 30 millions DA pour prévenir les risques d’inondation

Un montant de 29 millions DA a été mobilisé par le comité de gestion de la cité pour prévenir les risques d’inondation de la ville de Bordj Bou Arre- ridj, apprend-on lundi auprès des services de la com- mune. Selon la même source, 9 millions DA de ce montant dégagé du budget de la commune servi- ront au curage et nettoiement de l’oued Bordj Bou Arreridj alors que 20 millions DA seront consacrés à la requalification des canalisations d’évacuation des eaux pluviales notamment des "points noirs" re- levés dans la cité. L’objectif de l’opération est d’évi- ter l’inondation de la trémie près du lycée Saïd Ze- rouki et de la trémie de la cité 500 logements ainsi que des routes de la cité Abdelmoumène et celle al- lant de l’hôtel de ville jusqu’à l’ancien siège de la wi- laya. Les actions retenues cibleront les parties du ré- seau d’évacuation des eaux pluviales dont les insuf- fisances ont été révélées par les récentes chutes de pluies, est-il noté. Une précédente action a porté sur l’affectation de 60 millions DA du budget de la com- mune à la rénovation du réseau d’assainissement notamment des vieux quartiers de la ville.

MOSTAGANEM 15 cas de disparition d’enfants enregistrés cette année n'ayant aucun lien avec le kidnaping

Les services de la sûreté de wi- laya de Mostaganem ont enregis- tré, cette année, 15 cas de dispari- tion d’enfants n'ayant aucun lien avec un quelconque kidnapping, a-t-on appris lundi du chef de service de la police judiciaire. Le commissaire de police, Allal Chenaf, a indiqué, lors d'une conférence de presse au siège de la sûreté de wilaya pour expli- quer les nouveaux mécanismes adoptés par la Direction générale de la Sûreté nationale en matière de lutte contre la disparition et rapt d'enfants, que ses services ont traité ces cas en un temps court, soulignant qu'il ne s'agissait que "de scénarios d’enlèvement rele- vant de l'imagination des enfants en question", affirmant que la wi- laya de Mostaganem n’a enregis- tré aucun enlèvement d'enfants.

Les fugues de mineurs sont dus à plusieurs raisons dont l'échec scolaire et la violence au sein de la famille, a-t-il précisé à ce propos. Une moyenne de 80 appels té- léphoniques ont été enregistrés dans la wilaya de Mostaganem par jour via le numéro vert 104 pour signaler des cas de dispari- tion d’enfants du 9 au 25 novem- bre en cours, a-t-il fait savoir ajou- tant que "90% de ces appels vou- laient uniquement tester cette nouvelle ligne et 10 autres pour avoir des explications sur cette ligne." Le commissaire de police Allal Chenaf a appelé à sensibiliser les familles et les parents sur l’impor- tance du numéro vert "104" per- mettant de lancer une alerte et une intervention rapide.

PROTECTION CIVILE

19278 appels de secours en une semaine

Durant la période du 20 au 26 Novem- bre 2016, Les unités d’interventions de la protection civile ont enregistré 19 278 appels de secours dans les différents sec- teurs d’interventions pour répondre aux appels de détresses émis par les citoyens, suite à des accidents de la circulation, ac- cidents domestiques, évacuation sani- taire, extinction d’incendies et dispositif de sécurité … etc. Concernant le secours à personnes 11867 interventions ont été effectuées avec la prise en charge de 1308 blessés trai- tés par nos secours médicalisés, 10270 éva- cuations sanitaires. 1465 Interventions effectuées suite à 814 accidents de la circulation ayant causé le décès de 20 personnes et 935 autres bles- sés, traités et évacués vers les structures hospitalières. Le bilan le plus lourd a été enregistré au niveau de la wilaya de Djelfa avec 02 personnes décédés et 32 autres blessés pris en charge par nos secours puis évacuées vers les structures hospitalières suite à 12 accidents de la route. En outre, nos secours ont effectué 1131 interventions pour procéder à l'extinction de 787 incendies urbains, industriels et incendies divers. Par ailleurs 4815 interventions ont été effectuées durant la même période pour la couverture de 4235 opérations divers et l’assistance aux personnes en danger.

ACCIDENTS DE LA CIRCULATION :

20 morts 935 blessés en une semaine

Vingt (20) personnes ont trouvé la mort et 935 autres ont été blessées dans 814 accidents de la circulation, enregistrés en une semaine (20-26 novembre) au ni- veau national, selon un bilan établi mardi par les services de la Protection civile. Le bilan le plus lourd a été enregistré dans la wilaya de Djelfa avec deux morts et 32 blessés dans 12 accidents de la route, selon la même source. Durant la même pé- riode, les éléments de la Protection civile ont effectué un total de 11 867 interventions pour secourir des personnes et 1 131 autres interventions pour procéder à l'extinction de 787 incendies urbains, industriels et in- cendies divers.

TIARET

4 morts et six blessés dans deux accidents de la route

Quatre personnes sont mortes et six autres ont été blessées à des degrés diffé- rents de gravité, dans deux accidents de la circulation survenus lundi à Tiaret, a-t-on appris du chargé d’information de la direc- tion de la protection civile de la wilaya. Le capitaine Boukhari a indiqué que le premier accident s'est produit au niveau du tronçon de la RN 14 reliant la commune de Takh- mert à la frontière de la wilaya de Mascara, suite à une collision entre un taxi et un ca- mion faisant trois morts sur le coup et quatre blessés graves qui étaient à bord du taxi. Les blessés ont été transférés au ser- vice des urgences médicales de l’EPH de Takhmert. L'autre accident, une collision entre deux véhicules touristiques a eu lieu au niveau de la RN 40 entre les communes d'Ain Bouchekif et Tiaret faisant un mort sur place et deux blessés.

APS

10 DK NEWS

SOCIÉTÉ

Mardi 29 novembre 2016

PORTUGAL:

2 ouvriers tués dans l'effondrement d'un bâtiment à Lisbonne

tués dans l'effondrement d'un bâtiment à Lisbonne Deux hommes ont trouvé la mort après qu'une partie

Deux hommes ont trouvé la mort après qu'une partie d'un bâtiment dans le centre de Lisbonne s'est effondré lundi, a annoncé l'Autorité portugaise pour les conditions de travail. Les victimes, deux ressortissants portugais, étaient des ouvriers de la construction qui tra- vaillaient sur le bâtiment. La zone autour du bâtiment, qui n'était pas habité et situé près de l'Avenida de Liberdade de Lisbonne, a été bouclée par la police après l'incident. La cause de l'effondrement du bâtiment n'a pas été révélée. Les autorités n'ont pas encore pu accéder au bâtiment en raison de me- sures de sécurité.

ALLEMAGNE

Reprise de la grève chez Lufthansa, plus de 800 vols annulés mardi

de la grève chez Lufthansa, plus de 800 vols annulés mardi Les pilotes de Lufthansa, en

Les pilotes de Lufthansa, en conflit avec la direction sur les salaires, ont repris leur grève mardi perturbant fortement le trafic de

la compagnie aérienne allemande qui a dû an-

nuler plus de 800 vols intérieurs. Environ 82.000 passagers sont affectés par les débrayages, a précisé Lufthansa. Le mouvement est appelé à se poursuivre au moins jusqu'à mercredi. La compagnie va devoir renoncer à assu- rer quelque 890 liaisons.

Le syndicat n'a pas exclu une poursuite du mouvement, entamé mercredi dernier et qui

a repris mardi après une pause de deux jours

dimanche et lundi. "Il peut toujours y avoir des grèves tant que nous n'obtenons pas d'offre sur laquelle nous pouvons négocier", a déclaré un dirigeant du syndicat Jörg Handwerg dans un entretien au quotidien Süddeutsche Zeitung. Mettant en avant l'absence d'augmentations salariales depuis plus de cinq ans, alors même que l'entreprise faisait des bénéfices, Cockpit réclame rétroactivement une revalo- risation moyenne de 3,66% par an sur cette pé- riode. Lufthansa rejette catégoriquement cette re- vendication. Le groupe a proposé une prime représentant 1,8 mois de salaire pour compen- ser l'absence de revalorisations depuis 2012, ainsi qu'une augmentation salariale de 4,4% sur deux ans, ce qu'a refusé Cockpit. Lufthansa affirme payer ses pilotes large- ment mieux que la concurrence. Selon la di- rection, un co-pilote en début de carrière gagne 6.550 euros bruts par mois, un com- mandant en fin de carrière plus de 22.000 eu- ros.

APS

CRASH D'UN AVION TRANSPORTANT UNE ÉQUIPE DE FOOTBALL BRÉSILIENNE EN COLOMBIE

81 personnes à bord, six survivants

Un avion, avec à son bord 72 passagers, dont l'équipe brésilienne de football Chapecoense, et neuf membres d'équipage s'est écrasé lundi soir en Colombie, près de Medellin (nord-ouest), ont annoncé les autorités aéroportuaires en faisant état de six survivants.

"La police nationale est arrivée sur place et déploie toute l'aide possible, étant donné qu'il est fait état de six sur- vivants", a indiqué dans un communi- qué l'aéroport José Maria Cordova de Rionegro, qui dessert Medellin. Un peu plus tôt, l'aéroport avait in- diqué sur son compte Twitter que "l'avion immatriculé CP2933 transpor- tait l'équipe du ChapecoenseReal" et qu'il était en provenance de Bolivie avec 72 passagers, dont les footbal- leurs, et neuf membres d'équipage. Il s'est écrasé à Cerro Gordo, dans la commune de La Union. "Selon le rapport que nous avons, l'avion a été porté disparu à 21h30 (01H30 GMT mardi) et l'accident a été enregistré à 22H34 (03H34 GMT mardi)", a indiqué un porte-parole de l'aéronautique civile, cité par l'AFP, soulignant que ce dernier a mis en place un poste de commandement unifié à l'aéroport de Medellin pour gé- rer la situation. L'accès au site du crash, situé à en- viron 50 km de Medellin, n'est possible que par voie terrestre en raison des "conditions climatiques", a ajouté l'aé- roport. "Apparemment, l'avion est tombé en panne sèche", a de son côté indiqué El- kin Ospina, maire de La Ceja, une commune voisine de La Union. D'après lui, les secours sont déjà sur place et les centres médicaux de la région se pré- parent à recevoir les blessés. Le club de football de Chapecoense n'avait pas réagi dans l'immédiat. Ses joueurs se rendaient à Medellin pour y affronter l'Atletico Nacional dans le match aller de la finale de la Copa Su- damericana. L'appareil de la compagnie Lamia était parti du Brésil et avait fait une es- cale à Santa Cruz de la Sierra, en Boli- vie, avant de mettre le cap sur Rionegro, a précisé la direction des pompiers de Colombie dans un message posté sur les réseau sociaux. De son côté, la municipalité de Me- dellin a activé le réseau d'urgence hos- pitalier et dépêché sur les lieux de l'accident des agents de son service de gestion des risques, a indiqué le maire Federico Gutierrez sur Twitter.

Le club Atletico Nacional a exprimé sa "solidarité avec àchapecoensereal suite à l'accident qui est arrivé", sur son compte Twitter.

25 corps récupérés, cinq rescapés Les corps de 25 personnes ont été récupérés et cinq survivants retrouvés, en Colombie après l'accident lundi soir

d'un avion qui transportait 81 per-

JAPON

lundi soir d'un avion qui transportait 81 per- JAPON sonnes, dont une équipe de football brésilienne,

sonnes, dont une équipe de football brésilienne, a annoncé le maire de la commune de La Ceja. Cinq personnes ont été secourues et 25 corps récupérés dans une "zone d'accès très difficile", a déclaré Elkin Osorio, maire de La Ceja, commune voisine du lieu de l'accident, à Blu

COPA SUDAMERICANA :

Radio. L'avion de LAMIA Airlines transpor- tait 81 personnes, dont des membres de l'équipe de Chapecoense qui devait affronter mercredi l'Atlético de Colom- bie en finale aller de la Coupe d'Amé- rique du Sud, la deuxième compétition de clubs du continent.

La finale suspendue après le crash

La finale de la Copa Sudamericana a été sus- pendue après le crash, près de Medellin (Co- lombie), de l'avion trans- portant l'équipe brési- lienne de Chapecoense qui devait affronter l'At- lético de Colombie, a an- noncé mardi la Confédé- ration sud-américaine de football (Conmebol).

"Toutes les activités de la Confédération sont sus- pendues jusqu'à nouvel ordre", a déclaré la Conmebol, dont le congrès devait se tenir mercredi à Montevideo. Le président de la Conmebol, le Paraguayen Alejandro Dominguez, s'est immédiatement rendu à Medellin.

L'avion de LAMIA Air- lines transportait 81 per- sonnes, dont des mem- bres de l'équipe de Chape- coense qui devait affron- ter mercredi l'Atlético de Colombie en finale aller de la Coupe d'Amérique du Sud, la deuxième compé- tition de clubs du conti- nent. Six personnes ont survécu.

BRÉSIL:

3 jours de deuil après l'accident d'avion en Colombie

Le Brésil a décrété mardi un deuil national de trois jours après la mort dans l'accident d'avion, survenu lundi soir en Colombie, de 75 personnes, dont une grande partie des footbal- leurs du club brésilien de Chape- coense. "Le président Michel Temer a décrété une période de deuil de trois jours", a indiqué la présidence sur Twitter, après que l'avion, qui était

parti de Sao Paulo et avait fait une es- cale en Bolivie, s'est écrasé lundi soir près de Medellin (nord-ouest) avec 81 personnes à bord, dont seulement six ont survécu. L'avion s'est écrasé suite à des "pannes électriques", a-t-on précisé. Quatre joueurs de Chapecoense fi- gurent parmi les rescapés de l'acci- dent.

Cas de grippe aviaire au Japon, abattage de plus de 330.000 poulets et canards d'élevage

Des cas de grippe aviaire ont été enregistrés mardi au Japon, dans deux pré-

d'une ferme de la préfec- ture de Niigata (nord- ouest) et 16.500 canards

habituelles dans ce type de circonstances, ont indiqué le ministère et le porte-

lieux devraient être termi- nés d'ici au 2 décembre, et celui des "canards fran-

fectures différentes, obli- geant les autorités à déci- der d'abattre plus de

d'un élevage d'Aomori (nord), selon le gouverne- ment.

parole du gouvernement. Les paysans concernés se sont vu ordonner de ne

çais" (selon la dénomina- tion japonaise) d'ici à la fin de la journée de mardi.

330.000

poulets et canards

Il se peut que d'autres

pas déplacer leurs volailles

Il s'agit des premiers

d'élevage, selon des com- muniqués du ministère de l'Agriculture. Il s'agit de la souche H5, ont précisé les autorités, qui ne sont pas encore en

cas apparaissent dans d'au- tres régions, a indiqué le porte-parole du gouverne- ment, Yoshihide Suga, lors d'une conférence de presse.

dès la découverte de cas de morts suspectes d'ani- maux dans leurs élevages respectifs. Les tests pratiqués ont révélé la présence de la

cas relevés en élevage au Ja- pon depuis janvier 2015, selon le ministère de l'Agri- culture. "Il n'y a pas eu au Japon de cas recensé jusqu'à présent de trans-

mesure de dire s'il s'agit du virus H5N6 ou H5N8. Sont touchés entre

Le Premier ministre Shinzo Abe a immédiate- ment ordonné de prendre

maladie chez les poulets et canards incriminés. L'abattage des poulets

mission à l'homme via la consommation de viande de volaille ou d'oeufs", a

310.000

et 320.000 poulets

les dispositions sanitaires

et l'assainissement des

souligné la même source.

Mercredi 30 novembre 2016

SANTÉ

DK NEWS 11

SIDA:

Appel au dépistage précoce chez les catégories à risque

Des responsables de plusieurs associations activant dans le domaine de la lutte contre le SIDA (Syndrome d'immunodéficience acquise) ont lancé un appel aux pouvoirs publics pour l'intensification des efforts dans le dépistage précoce chez les populations à risque.

Le plus grand défi de la prise en charge

à risque. Le plus grand défi de la prise en charge signes cliniques apparaissent longtemps après

signes cliniques apparaissent longtemps après la contamination, a-t-il précisé, ap- pelant à intensifier les campagnes de sen- sibilisation tout au long de l'année et à ne pas attendre la Journée mondiale de lutte contre le sida pour le faire. Concernant la prise en charge des ma- lades, M. Boufenissa a salué les efforts consentis dans ce domaine, mettant en garde contre les risques de propaga- tion de la maladie que peut entraîner l'in- terruption du traitement par les ma-

lades qui se sentent mieux.

Ces associations ont également salué les efforts déployés par l'Etat pour assu- rer la disponibilité de tous les traite- ments, la bonne prise en charge des

malades déclarés à travers les différents

centres et l'utilisation des techniques mo- dernes pour limiter la transmission de

la maladie de la mère séropositive à son enfant. S'agissant des cas déclarés par le la- boratoire de référence de l'Institut Pas- teur d'Algérie qui a recensé depuis l'ap- parition de la maladie en 1985 plus de 1.700 malades déclarés et 8.600 séropo- sitifs, les associations ont estimé que ces chiffres «ne reflètent pas la réalité de la situation épidémiologique». Le plus grand nombre de cas (298 ma- lades) est enregistré chez les 35-39 ans. Les 30-34 ans arrivent en deuxième po- sition avec 269 malades puis les 25-29 ans avec 238 cas. Quant aux modes de transmission, la transmission par voie sexuelle arrive en tête avec 832 cas. 105 cas de contami- nation par seringues chez les toxico- manes ont également été enregistrés.

du SIDA en Algérie est «le dépistage pré- coce chez certaines catégories successi- bles d'être porteuses du virus notam- ment les homosexuels et les toxicomanes»

a indiqué M. Othmane Bourouba, prési-

dent de l'Association «Aids Algérie» dans une déclaration à l'APS à la veille de la Journée mondiale de lutte contre le Sida (1er décembre). Le taux de prévalence annoncé, qui «est

inférieur à 0.1% ne reflète pas la véritable situation épidémiologique en Algérie», a soutenu le même responsable, appelant dans ce sens les services sanitaires et les associations activant dans ce domaine à une révision de la stratégie de dépistage

à travers de nouvelles approches mieux

adaptées à ces milieux. De son côté, le président de l'associa-

tion «Aids Solidarité», Ahcen Boufenissa

a déploré la vision de la société algé-

rienne vis-à-vis des personnes atteintes su Sida, reconnaissant la difficulté d'en- trer en contact avec ces milieux. Les associations activant dans le do- maine de la solidarité et de la lutte contre le sida «n'ont pas les techniques néces- saires pour encourager les populations

fragiles à venir vers elles et partant, les in- citer à se soumettre au dépistage», a-t-il ajouté. Pour sa part, le Dr. Rabah Touaibia, chargé de la communication au sein de

la même association, a estimé que l'ap-

proche de dépistage volontaire demeure «insuffisante», mettant en exergue la

nécessité d'adopter de nouvelles ap-

proches de dépistage chez les personnes

à risque. Le virus de l'immunodéficience hu- maine (VIH) progresse lentement et ses

FRANCE

Un cas de grippe aviaire détecté parmi des canards sauvages

Un cas de grippe aviaire «hautement pathogène» H5N8, a été détecté puis confirmé dans le nord de la France, parmi 20 canards sauvages, a annoncé lundi le ministère de l'Agricul- ture. «Aucun cas humain lié à ce virus n'a été si- gnalé dans le monde à ce jour», assure le ministère

dans un communiqué. Les canards en ques- tion étaient «utilisés comme appelants pour la chasse au gibier d'eau», précise le communiqué, c'est-à-dire qu'il s'agissait d'animaux dont se servent des chasseurs pour atti- rer des animaux de même espèce, qui ne faisaient

pas partie d'un élevage à vocation commerciale. Une surveillance ren- forcée dans cette région du Pas de Calais a été mise en place, avec des visites systématiques de vétéri- naires chargés de vérifier des mesures de confine- ment et de biosécurité des élevages qui avaient été

mises en place mi-novem- bre, selon le ministère. Une autre épizootie s'était déclarée dans le Sud-Ouest de la France fin 2015, entraînant un confi- nement des oies et canards de la région, levé mi-sep- tembre, qui a durement touché les professionnels du foie gras.

ZIKA

Premier cas au Texas transmis localement par un moustique

Un premier cas de trans- mission locale du virus Zika par un mous- tique a été identifié au Texas, ont an- noncé lundi les autorités sani- taires de cet Etat du sud des Etats-Unis. C'est le se- cond Etat amé- ricain, après la Floride (sud- est), à constater une transmission autoch- tone de cette infection qui peut provoquer des malformations cérébrales irréversibles chez les nourrissons, dont la microcépha- lie foetale. La personne infectée est une femme, qui n'est pas enceinte, et n'a pas voyagé ré- cemment dans un pays ou un territoire où l'infection est active. Elle ne présente pas non plus d'autres facteurs de risque de transmis- sion, notamment par voie sexuelle, ont pré- cisé les services de santé du Texas dans un communiqué. Il s'agit ainsi probablement d'un cas de transmission locale, ont conclu les autori- tés. Le moustique est le principal vecteur de cette infection dans le monde. «Nous savions que c'était une question de temps avant de voir un cas de Zika transmis par un moustique au Texas», a relevé John Hellerstedt, responsable du département texan des services de santé. «Nous continuons de penser que le virus ne se propagera pas au Texas mais il pour- rait y avoir d'autres cas», a-t-il estimé, encou- rageant le public à se protéger contre les pi- qûres de moustiques, surtout dans les ré- gions de l'Etat restant relativement chaudes en automne et en hiver. La Floride a été le premier Etat à signa- ler un cas de transmission locale du Zika via moustique au début de l'été et en compte à ce jour 238 sur les plus de 1.200 infections qui y ont été enregistrées. Depuis 2015, 73 pays sont touchés par le virus Zika, surtout en Amérique latine --en particulier le Brésil-- et dans les Caraïbes. Vingt-trois pays ont annoncé des cas de microcéphalie et de syndrome de Guillain- Barré, une atteinte neurologique peut-être aussi liée à ce virus. L'Organisation mondiale de la santé (OMS) a annoncé le 18 novembre que le Zika n'était plus «une urgence de santé publique de portée mondiale», suscitant l'inquié- tude dans les régions les plus concernées.

l'inquié- tude dans les régions les plus concernées. USA De longs séjours dans l'espace altèrent la

USA

De longs séjours dans l'espace altèrent la vision de près de 75% des astronautes

La vision de près de 75% des astronautes ayant effectué de longs séjours dans l'espace est altérée en raison de changements dans la pression du fluide cérébrospinal résultant de la microgravité, ont relevé des scientifiques dont l'étude a été dévoilée lundi. Ces dix dernières années alors qu'un nombre grandissant d'équipages passent des mois dans la Station spatiale internatio- nale (ISS), les médecins de la Nasa ont com- mencé à observer des troubles de la vision chez les astronautes restant longtemps sur orbite.Leur vision était trouble et des examens plus approfondis ont montré plusieurs chan- gements structurels, dont notamment un aplatissement du globe oculaire et une inflam- mation de l'extrémité des nerfs optiques.

Ce syndrome, appelé «Trouble de la vue ré- sultant du changement de pression intracrâ- nienne», a fait l'objet d'une présentation à la conférence annuelle de la Société Nord Amé- ricaine de Radiologie (RSNA) qui se tient cette semaine à Chicago (Illinois, nord). Initialement, les scientifiques pensaient que les problèmes de vision résultaient de la manière dont le sang circulait dans le corps en microgravité, notamment en se concen- trant davantage dans la tête, explique Noam Alperin, professeur de radiologie et d'ingénie- rie biomédicale à la faculté de médecine de l'université de Miami (Floride), le principal au- teur. Pour cette étude, ils ont comparé les scan- ners du cerveau de sept astronautes qui

avaient passé plusieurs mois dans l'ISS à ceux de neuf de leurs collègues qui n'y avaient fait que de brefs séjours. Ils ont constaté que les astronautes ayant séjourné de longs mois dans l'avant-poste orbital avaient une plus grande quantité de fluide cérébrospinal dans le cerveau. Ce liquide protège le cerveau et la moelle épinière, achemine les nutriments et retire les déchets. Sur la Terre, ce fluide per- met une adaptation du corps aux différentes positions, debout, allongé ou assis. Mais en apesanteur ce mécanisme hydraulique est «perturbé par l'absence des changements de pression en fonction des différentes posi- tions du corps», explique le Dr Alperin, sou- lignant que c'est la première fois qu'est établi un lien quantitatif direct entre la pression du

fluide cérébro-spinal et ce trouble de la vision. La Nasa effectue des recherches pour trouver un remède à ce problème oculaire en vue de missions habitées de très longue du- rée dans l'espace, notamment l'envoi d'astro- nautes vers Mars à l'horizon des années 2030. De son côté, l'astronaute retraité de la Nasa Clayton Anderson a indiqué ne pas avoir connu ces problèmes de vision après avoir passé cinq mois sur orbite en 2007. Des recherches effectuées par l'agence spatiale américaine ont montré qu'une pro- téine produite par son organisme a permis d'empêcher cette perturbation de la pression du fluide cérébrospinal, a expliqué l'ancien astronaute.

APS

12 DK NEWS

SAN

Mercredi 30 n

BÉGAIEMENT :

COMMENT L'AIDER ?

Le bégaiement concerne près de 5 % des enfants. Si ce trouble est le plus souvent transitoire, l'erreur serait de le négliger. Car il est souvent le signe de difficultés rencontrées par l'enfant.

Quand s'agit-il

vraiment de

bégaiement?

Lorsque l'enfant donne le sen-

timent de lutter contre les mots, de faire des efforts pour parler. Il répète de façon très marquée les

gâteau) ou la première

syllabe d'un mot (mamama maman), allonge anormalement les sons (éééééécole). Il évite le re- gard de son interlocuteur, parfois fronce les sourcils, tape du pied. Dans 70 % des cas, ce trouble ap- paraît entre 2 et 5 ans. Mais il peut se manifester chez des enfants plus grands qui jusque-là par- laient très bien, et plus rarement à l'adolescence.

sons (ggg

À quel moment consulter?

Dans 3 cas sur 4, le bégaiement est transitoire et disparaît au bout de quelques mois. Mais c'est aussi le signe de difficultés passagères rencontrées par l'enfant : on lui en demande trop lors de ses appren- tissages, son rythme de vie est trop rapide, l'entourage est moins dis- ponible après l'arrivée d'un bébé Si aucune aide ne lui est proposée, il risque de se replier sur lui- même. Et le bégaiement, de s'ins- taller durablement. Plus le trouble sera repéré tôt, avant 6 ans, plus il sera facile de le corriger, en raison de la grande plasticité du cerveau

à cet âge.

Vers qui se tourner?

Lorsque ces accidents de la pa- role se répètent depuis plusieurs semaines, à la maison ou à l'école, il ne faut pas hésiter à en parler au médecin traitant ou au pédiatre. Si nécessaire, il pourra prescrire un bilan orthophonique. Attention, tous les orthophonistes ne sont pas spécifiquement formés à ce type de trouble. On peut poser la question à un praticien proche de chez soi ou contacter l'association Parole Bégaiement.

Est-il facile de corriger ce trouble?

Selon l'âge et la durée du bé- gaiement, différentes approches

sont proposées : programmes Lid- combe, PCI (Parent Child Inter-

vention)

temps, l'orthophoniste travaille avec la famille sur les facteurs sus- ceptibles d'intervenir dans le bé- gaiement. Il suffit parfois d'accorder plus de temps à l'en- fant pour que tout rentre dans l'ordre. Si les troubles persistent, un suivi régulier (chaque se- maine) est nécessaire. Le travail est alors centré sur l'analyse de la parole, sur le contrôle de sa vitesse et de la fluidité. On lui apprend aussi à dédramatiser.

premier

Dans

un

On lui apprend aussi à dédramatiser. premier Dans un Comment le soutenir au quotidien? Il faut

Comment le soutenir au quotidien?

Il faut avant tout relâcher toute pression autour de lui et prendre le temps de l'écouter. S'il bloque sur un mot ou la fin d'une phrase, on lui fait une proposition pour l'aider. On essaie de reformuler sa pensée en lui demandant : « Est-ce bien cela que tu voulais dire? » Il aura alors le sentiment d'avoir été compris. Au quotidien, on lui pose des questions précises, et une seule à la fois, qui l'aideront à

structurer

parle aussi à sa maîtresse pour qu'elle en tienne compte.

en

sa

pensée.

Et

on

À quel âge les enfants parlent-ils bien?

Tous les enfants apprennent à leur rythme, mais le plus souvent par étapes Entre 6 et 8 mois, ils commen- cent à babiller (mamama, da- dada Entre 12 et 16 mois, ils formu- lent leurs premiers mots (dodo).

Puis, entre 20 et 26 mois, leurs premières phrases (papa pati). Durant la 3 année, ils doivent maîtriser les mouvements de la langue, des lèvres et de la mâ- choire. Les sons « r », « ch » et le « s » étant les plus difficiles à acqué- rir. À 5 ans, la plupart sont capables de prononcer correctement les mots. Notre expert: Élisabeth Vin- cent, orthophoniste à Paris, mem- bre de l'association Parole bégaiement

D'OÙ ÇA VIENT ET COMMENT LE SOIGNER ?

Le bégaiement toucherait 600 000 personnes en France, prin- cipalement des hommes. Vérita- ble handicap social au quotidien, il peut heureusement être soi- gné. Voyons comment avec ce sujet.

Le bégaiement, qu'est-ce que c'est ?

Le bégaiement est lié à un problème d'élocution et de lan- gage mais aussi de communica- tion. Il se caractérise par l'interruption de la parole ou la répétition de syllabes empêchant de dire ce que l'on souhaite ex- primer : une phrase, un mot ou une partie de celui-ci. La parole est ainsi bloquée avant d'être fi- nalement expulsée. Parce qu'il est souvent handicapant et fac- teur de honte pour la personne qui en souffre, le bégaiement est souvent difficile à vivre et à ac- cepter. Selon les jours, les pé- riodes et l'environnement, il se manifeste de façon plus ou moins visible. La manifestation de ce trouble est ainsi variable selon les individus.

Quelles sont les causes du bégaiement ?

Le plus souvent, le bégaie- ment apparaît dans l'enfance, entre l'âge de 3 et 7 ans. Ses causes sont encore relativement mal connues bien que l'on consi- dère que différents facteurs puissent en être à l'origine :

parmi eux, des problèmes neu- romusculaires sont évoqués. Des facteurs psychologiques comme l'anxiété ou l'hyperémotivité peuvent également être à l'ori- gine du bégaiement. Un climat tendu ou un choc émotionnel peuvent provoquer un bégaie- ment. Des adultes peuvent ainsi en souffrir après un accident ou un évènement traumatisant, alors qu'ils n'avaient jamais bé- gayés auparavant. Il semblerait enfin que le facteur génétique puisse également être lié au dé- veloppement du bégaiement.

Comment soigner le bégaiement ?

Malheureusement ni les médi- caments ni la chirurgie ne per-

mettent de soigner le bégaiement. Les traitements qui existent per- mettent néanmoins de le traiter. Pour autant, on ne devient pas non-bègue, mais il est possible de parler sans bégayer. Pour cela, dif- férentes méthodes peuvent être utilisées : dès lors que vous vous inquiétez des facultés de commu- nication de votre enfant, n'hésitez pas à consulter un orthophoniste, thérapeute habilité à traiter ce handicap. Plusieurs exercices, basés par exemple sur la respira- tion, l'élocution, la prise de pa- role, etc… permettront ainsi, séance après séance, de faire di- minuer le bégaiement. Si besoin, les séances chez l'orthophoniste peuvent être complétées par des psychothérapies tel que les théra- pies cognitivo-comportemen- tales, qui donnent également de bons résultats. Les activités qui font disparaitre temporairement le bégaiement comme le théâtre, le chant ou encore la lecture à voix haute sont également à privilé- gier. Il est en effet intéressant de noter que la plupart du temps, une personne qui bégaie le fait ra- rement lorsqu'elle chante , mur- mure, lit, etc…

noter que la plupart du temps, une personne qui bégaie le fait ra- rement lorsqu'elle chante

www.topsante.comSource:*

TÉ

DK NEWS 13

ovembre 2016

Je vais voir qui ?

Le film "Le discours d'un roi", inspiré de l'histoire vraie du roi Georges VI, qui réussit à surmonter son bégaiement grâce à l'indéfecti- ble soutien de son orthophoniste, évoque la relation thérapeutique nécessaire au traitement du bégaie- ment. Aujourd'hui, si je bégaie, je vais voir qui ?

Quelles sont les causes ?

Le bégaiement est un trouble

dans la séquence et le déroulement

de la parole

vraiment définie et chaque cas est particulier. Comme le souligne l'As- sociation Vaincre le bégaiement, "son origine serait d'ordre psy- chique bien que des facteurs géné- tiques peuvent être avancés." Partout dans le monde on bégaie. En France, on estime à 650 000 le nombre de personnes concernées. Souvent, le père et la mère le re- marquent très tôt, mais ils sont en plein désarroi. Car cette "lutte avec les mots" est fréquemment perçue comme liée à un manque d'intelli- gence, combiné à une extrême timi- dité ou à des problèmes psychologiques. Il est donc essentiel d'amener la famille à parler et à bri- ser le tabou que représente ce trou- ble de la parole.

Il n'a pas d'origine

Comment le surmonter ?

Il est possible de traiter le bé- gaiement en prenant rendez-vous chez l'orthophoniste. Lors de votre première visite assurez-vous qu'il a une bonne expérience du traite- ment du bégaiement et qu'il utili- sera une approche globale. L'orthophoniste va vous amener à identifier vos symptômes : répéti- tions, blocages, voix monotone, pa- roles a minima, réponses imprécises, perte du contact vi-

suel

et va proposer des exercices

visant à faciliter la "fluence" de la parole.

Des stages dans un centre spécialisé

Aller chez l'orthophoniste peut être long. Aussi, plusieurs centres spécialisés proposent des stages in- tensifs de thérapie du bégaiement. Les stages portent sur le com- portement (évitement de mots ou de

situations), mais aussi sur les senti- ments et les croyances. Diverses ap- proches thérapeutiques sont proposées : jeux de rôle, discussions sur le comportement et les senti-

Pour

en finir avec sa peur, la personne qui bégaie va reconstruire sa rela- tion à l'autre. Mais d'autres méthodes peuvent aussi avoir leur utilité : relaxation, psychothérapie, sophrologie

ments, partage d'expérience

SOMMEIL : POUR FAIRE DORMIR VOTRE ENFANT, DORMEZ !

Coucher ses enfants est souvent un vrai cauchemar pour les parents. Pourtant le sommeil est nécessaire à leur développement - et à votre propre tranquillité. La solution : ne perdez pas confiance, et montrez-leur l'exemple.

Que ce soit quand ils jouent à faire les grands, ou quand ils apprennent les règles sociales, les enfants imitent souvent les adultes. Et la manière dont ils dorment n'échappe pas à la règle. Le comportement des parents en matière de sommeil influence celui de leurs enfants . C'est ce que suggère une étude parue dans Journal of Clinical Sleep Medicine. Les chercheurs américains ont interrogé 790 parents d'enfants âgés de 6 à 12 ans sur la durée de leur sommeil et de celui de leurs enfants. Les parents devaient aussi évaluer leur confiance dans leur capacité à faire dormir leurs enfants suffisamment. 57% d'entre eux ont notifié qu'ils étaient très ou extrêmement confiants vis-à-vis de cette tâche.

Un parent qui dort, c'est un enfant qui dort

En moyenne, les parents sondés dormaient 6,9 heures et leurs enfants 9,2 heures chaque nuit. Mais les différences individuelles révèlent l'impact des parents sur le sommeil de leur progéniture. Les enfants de parents confiants dorment 0,67 heures de plus que les autres, soit 40 minutes de gagnées. Et plus les parents dorment, plus leurs enfants sont susceptibles de faire de longues nuits : chaque heure de sommeil parental supplémentaire fait ronfler les enfants un quart d'heure de plus. Pour s'assurer que ces résultats ne proviennent pas d'autres causes, les chercheurs ont pris en compte l'âge et le genre des enfants, et l'éducation des parents. Ils ont aussi analysé les comportements des adultes en matière de consommation d'écran, d' activité physique et de restriction d'accès à la télévision imposée aux enfants. Tous ces facteurs

à la télévision imposée aux enfants. Tous ces facteurs n'ont pas montré d'influence significative sur la

n'ont pas montré d'influence significative sur la durée de sommeil des fils et filles.

Inclure la famille dans le traitement des troubles du sommeil

L'Académie Américaine de Médecine du Sommeil recommande 9 à 12 heures de repos chaque nuit pour les enfants de 6 à 12 ans. Elle rappelle que le manque de

sommeil peut mener à des problèmes d'attention, d'apprentissage et de comportements, et accroît les risques pour la santé. Ces résultats pourraient aider à orienter la prise en charge des troubles du sommeil chez les plus jeunes. Selon les auteurs de l'étude, il faudrait impliquer toute la famille et renforcer la confiance des parents dans leur capacité à accompagner leurs enfants vers des habitudes saines en matière de sommeil.

Bien dormir : 2 heures de sommeil en moins, ça se voit vraiment !

Oui, il existe bel et bien une différence entre une (belle) nuit de 8 heures et une (petite) nuit de 6 heures : d'après une récente étude britannique, 2 heures de sommeil en moins se verraient très nettement au niveau de la qualité de la peau. On le sait : bien dormir, c'est absolument essentiel pour rester en bonne santé. Des études menées dans le monde entier ont déjà montré qu'il existait un lien entre le manque de sommeil et la maladie d'Alzheimer, mais aussi avec l'obésité et le surpoids, le diabète de type 2 , le vieillissement cutané, la mémoire et même l' hypertension ou l'addiction aux réseaux sociaux . Cette fois, une étude britannique (commandée par la marque de literie Benson for beds, implantée au Royaume- Uni) s'est intéressée aux effets du manque de sommeil sur la qualité de la peau. Pour ce faire, des chercheurs de la Sleep School ont travaillé avec 30 participantes - des femmes britanniques aux âges et aux

profils variés. Le principe de l'expérience était simple : la première nuit, les volontaires pouvaient dormir 8 heures d'affilée. La seconde, leur temps de sommeil était amputé de 2 heures : 6 heures de sommeil, pas une de plus. Les chercheurs ont pris des photos des femmes après chaque nuit, afin de comparer l'état de leur peau. Sur la photo : à gauche, une femme après 8 heures de sommeil, à droite, après 6 heures de sommeil seulement.

Au programme :

des boutons et des imperfections

Le verdict est édifiant. Après la nuit de 6 heures, les scientifiques ont observé une augmentation des imperfections de 45 % environ (ridules, rougeurs , zones

grasses, cernes

et une

)

hausse du nombre de boutons de 13 %. Chez certaines participantes, on constatait même + 127 % (!) de boutons et + 68 % de rougeurs ! L'impact

+ 127 % (!) de boutons et + 68 % de rougeurs ! L'impact du manque

du manque de sommeil est aussi psychologique : ainsi, 20 % des volontaires ressentaient une baisse de leur confiance en elles, et 33 % avouaient se sentir « moins sexy » « Le sommeil permet au corps de guérir, de se renouveler et

d'éliminer les toxines de la peau. Quand les heures de sommeil sont réduites, la capacité de l'organisme à remplir ces fonctions l'est également » analyse le Dr Gy Meadows, principal coordinateur de cette étude ( source ). Aller hop, au dodo !

14 DK NEWS

AFRIQUE

Mercredi 30 novermbre 2016

NIGERIA

Près de 240.000 déplacés nigérians réfugiés dans le bassin du lac Tchad

Le porte-parole de l'Agence nationale de ges- tion des situations d'urgence (NEMA), Sani Datti a déclaré lundi que près de 240.000 Nigérians étaient actuellement réfugiés au

Cameroun, au Tchad et au Niger, trois pays voi- sins qui sont également des pays du bassin du lac Tchad, comme le Nigeria. M. Datti a indiqué dans un communiqué que

le nombre de réfugiés nigérians dans les pays

susmentionnés avait atteint un total de 239.834. Les Nigérians ont fui leurs communautés locales dans les Etats d'Adamawa, de Borno et de Yobe dans la région nord-est du pays, en conséquence des attaques du groupe terroriste Boko Haram, a indiqué le responsable. «Les Nigérians déplacés ont reçu un soutien humanitaire des pays hôtes, du Haut commis- sariat des Nations unies pour les réfugiés, des communautés hôtes et de ressortissants nigé- rians vivant dans ces trois pays hôtes», a indi- qué M. Datti. Selon lui, un rapport sur l'intervention humanitaire publié par le NEMA montre qu'en 2015, quelque 29.581 Nigérians ayant fui leur communauté locale sont retournés dans leur pays de manière volontaire. En mai 2015, 13.046 réfugiés nigérians de retour du Niger ont été accueillis dans l'Etat de Yobe dans le nord-est du pays, tandis qu'entre avril et décembre 2015, les autorités nigérianes ont reçu 15.595 réfugiés de retour du Cameroun, selon ce communiqué. «Certains des Nigérians qui avaient fui vers les pays voisins ont reçu une aide humanitaire du gouvernement fédéral du Nigeria, par le biais du NEMA, pour atténuer leur souffrance», a-t-il ajouté.

CENTRAFRIQUE Ban Ki-moon condamne les affrontements entre groupes de l'ex-Séléka

Le secrétaire général de l'ONU, Ban Ki-moon

a condamné lundi les récents affrontements

ayant opposé les membres de l'ex-rébellion Séléka en République centrafricaine (RCA) et a appelé «les groupes armés à mettre fin immé- diatement à la violence». Ces affrontements entre des groupes armés

issus de l'ex-Séléka à Bria, à 400 km au nord-est de Bangui, ont fait 85 morts et déplacé près de 11.000 personnes, selon l'ONU. Dans un communiqué, M. Ban a exprimé l'espoir que le prochain sommet extraordinaire

de la Communauté des Etats d'Afrique centrale

prévu à Livreville le 30 novembre «va soutenir les efforts entrepris par le gouvernement de RCA et le président (Faustin-Archange) Touadéra pour consolider la paix» et assurer le redressement du pays. Les affrontements de Bria ont opposé deux factions armées de l'ex-Séléka, qui prétend défendre la minorité musulmane, le Front populaire pour la renaissance de la Centrafrique (FPRC) de Nourredine Adam et l'Union pour la paix en Centrafrique (UPC) d'Ali Darass, réputé proche des bergers peuls nomades.

SAHARA OCCIDENTAL

La France soutient la recherche d'une solution «juste, durable et mutuellement agréée»

La France soutient la recherche d'une solution «juste, durable et mutuellement agréée» au conflit du Sahara occidental, a réaffirmé mardi le porte-parole du ministère français des Affaires étrangères.

«La position de la France sur ce sujet est connue et constante. La France soutient la recherche d'une solution juste, durable et mutuelle- ment agréée, sous l'égide des Nations unies et conformément aux résolu- tions du Conseil de sécurité», a indi- qué le porte-parole, Romain Nadal

dans le point de presse électronique. A une question sur l’accueil au ministère français des Affaires étran- gères d’une délégation de militants sahraouis des droits de l’homme, information rapportée lundi par l’APS, le porte-parole a confirmé que des représentants d’associations se sont entretenus au Quai d’Orsay au sujet du Sahara occidental. «A leur demande, des représen- tants d'associations se sont entrete- nus le 23 novembre avec les services compétents du ministère des Affaires étrangères et du Développement international au sujet du Sahara occi- dental», a-t-il précisé, soulignant que ces échanges «font partie du dialogue que la diplomatie française entre- tient de manière régulière avec la société civile dans sa diversité». Lundi, des sources sahraouies à Paris avaient indiqué à l’APS que des militants sahraouis ont été reçus par des responsables des services char- gés de l’Afrique du Nord, des droits de l’homme, de la liberté d’expres- sion et de la presse, ainsi que des relations avec l’Onu. Au cours de leurs entretiens au Quai d’Orsay, les militants sahraouis ont évoqué la situation de droits de

militants sahraouis ont évoqué la situation de droits de l’homme dans les territoires occupés par le

l’homme dans les territoires occupés par le Maroc. L’un des membres de la déléga- tion, Hasna Ba Moulay Eddahi, a fait état aux responsables français des atteintes aux droits de l’homme des manifestants sahraouis dans les ter- ritoires occupés, ainsi que de la répression qui s’abat quotidienne- ment sur les militants des droits de l’homme. Dans son exposé, il a dénoncé la blocus médiatique imposé par les militaires et la police marocains dans les territoires occupés. Pour sa part, a-t-on ajouté, la mili- tante Abida Ahmed Bouzid, a souli- gné au ministère français des Affaires étrangères la nécessité de maintenir la pression sur le Maroc pour le res-

pect des droits de l’homme et du plan de paix pour le règlement du conflit du Sahara occidental, citant en exem- ple la pénétration, l’été dernier, des forces marocaines dans une zone tampon dans la région de Karkarat, (province d’Ouad Dahab, avec des équipements de transport et mili- taires et d’une reconnaissance aérienne. Inscrit depuis 1966 sur la liste des territoires non-autonomes, donc éli- gible à l'application de la résolution 1514 de l'Assemblée générale de l'ONU portant déclaration sur l'octroi de l'indépendance aux pays et peu- ples coloniaux, le Sahara occidental est la dernière colonie en Afrique, occupée depuis 1975 par le Maroc, soutenu par la France.

AFRIQUE-GABON

Libreville accueille mercredi un sommet

régional sur la situation sécuritaire et politique

en Afrique centrale

Un sommet régional sur la situation politique et sécuritaire dans une dizaine de pays d'Afrique centrale se tient mercredi à Libreville, a annoncé mardi la Communauté économique des Etats

d'Afrique centrale (CEEAC). La lutte contre les terro- ristes de Boko Haram au Cameroun et au Tchad, les affrontements entre groupes armés en Centrafrique, l'instabilité politique en RD Congo et au Burundi devraient être au menu de ce «sommet extraordinaire» de la CEEAC. La situation et les tensions post-électorales au Gabon, au Congo et au

et les tensions post-électorales au Gabon, au Congo et au Tchad devraient aussi être évoquées, a

Tchad devraient aussi être évoquées, a indiqué le secrétaire général de la CEEAC, Ahmad Allam-Mi, cité par plusieurs sites d'information africains. Le représentant spécial

des Nations unies en Centrafrique, Parfait Onanga, doit participer à la rencontre alors que l'ONU a condamné les dernières violences entre factions armées rivales qui ont fait

des dizaines de morts selon les Nations unies. Le premier vice-président du Burundi, Gaston Sindimwo, représentera son pays pour «que les chefs d'Etat et de gouver-

nement de la sous-région africaine puissent être nos ambassadeurs auprès de

Nous

en profiterons pour vendre une bonne image de marque du Burundi», a-t-il déclaré au site burundais bujumburanewsblog. La CEEAC regroupe onze pays (Angola, Burundi, Cameroun, Centrafrique, Congo, Gabon, Guinée- Equatoriale, RD Congo, Rwanda, Sao Tomé et Principe, Tchad).

nos détracteurs (

).

AFRIQUE DU SUD

L'ANC rejette l'appel à la démission du président Zuma

rejette l'appel à la démission du président Zuma Le Congrès national africain (ANC, au pouvoir) a

Le Congrès national africain (ANC, au pouvoir) a rejeté l'appel de plusieurs de ses membres à la démission du chef de l'Etat Jacob Zuma pour plusieurs affaires de corruption, a annoncé mardi le secrétaire général de l'ANC, Gwede Mantashe. La direction de l'ANC, réunie de samedi à lundi, «n'a pas sou- tenu l'appel à la démission du président», a déclaré M. Mantashe, lors d'une conférence de presse à Johannesburg.

Des médias sud-africains ont rapporté lundi que trois minis- tres du gouvernement sud-afri- cain --le ministre du Tourisme Derek Hanekom et ses collègues de la Santé Aaron Motsoaledi et des Travaux publics Thulas Nxesi -- avaient appelé à la démission du président Zuma, lors d'une réunion de la direction de l'ANC qui s'est achevé hier. L'ANC traverse une crise pro- voquée par le revers historique du parti aux municipales d'août

et les affaires qui visent M. Zuma, âgé de 74 ans. Le président a dû rembourser cette année près de 500.000 euros à l'Etat dans une affaire d'abus de biens sociaux liés à la rénovation de sa résidence pri- vée de Nkandla (est). Il est également sous la menace de la réouverture de 783 charges de corruption dans une vieille affaire de contrat d'arme- ment.

APS

Mercredi 30 novembre 2016 MONDE DK NEWS 15
Mercredi 30 novembre 2016
MONDE
DK NEWS
15

PALESTINE

Mahmoud Abbas réélu à la tête du mouvement Fatah

Le président palestinien Mahmoud Abbas a été réélu à la présidence du mouvement de libération de la Palestine (Fatah) mardi à l'ouverture du septième Congrès du parti, a annoncé le porte-parole de ce rassemblement.

M. Abbas, 81 ans, a été reconduit à la tête du Fatah lors d'un vote «par consen- sus», a expliqué Mahmoud Abou al-Hija, lors d'une conférence de presse. Le Fatah est la principale composante de l'Organisation de libération de la Palestine (OLP), créée en 1964 à El Qods occupée, regroupant alors les princi- paux mouvements nationa- listes palestiniens et recon- nue en 1974 par l'Assemblée générale de l'ONU et la Ligue arabe comme «l'unique représentant légitime du peuple palestinien». Le comité exécutif de l'OLP est la seule instance habilitée à prendre les déci- sions engageant les Palestiniens, notamment dans le cadre du processus de paix avec l'occupant israé- lien. Mahmoud Abbas dirige l'OLP depuis novembre 2004, après la mort du leader historique des Palestiniens Yassser Arafat.

mort du leader historique des Palestiniens Yassser Arafat. L'OLP chapeaute l'ANP (Conseil législatif ), qui

L'OLP chapeaute l'ANP (Conseil législatif ), qui siège à Ramallah et a été instaurée le 1er juillet 1994 au retour d'Arafat dans la bande de Ghaza, après 27 ans d'exil, aux termes des accords d'Oslo (1993). Le parti du président palestinien Mahmoud Abbas, le Fatah, réunit mardi son premier congrès depuis sept ans, pour évoquer notamment les différentes initiatives de paix face à la

colonisation israélienne qui se poursuit dans les terri- toires occupés. Le point d'orgue du Congrès sera l'élection à par- tir de vendredi de ses ins- tances dirigeantes, le Conseil révolutionnaire -- 80 mem- bres élus et une quarantaine nommés -- et le Comité cen- tral -- 18 membres élus et quatre nommés par le prési- dent. L'objectif du Congrès, explique Mahmoud Abou al-

Hija, porte-parole du Fatah, est d'élaborer un pro- gramme politique et voir ce qu'il y a à faire face à l'im- passe des négociations de paix israélo-palestiniennes. Le Fatah évoquera ainsi, assure-t-il, les différentes initiatives de paix de la France ou des pays arabes et la possible saisie du Conseil de sécurité de l'ONU face à la colonisation israélienne qui se poursuit dans les terri- toires occupés.

SYRIE

«La Russie menacée de sanctions par l'Occident pour avoir libéré les habitants d'Alep»

Les autorités militaires russes ont déploré, mardi, l'attitude des pays occiden- taux qui «envisagent d'im- poser des sanctions à la Russie, après la libération de milliers de civils bloqués dans la ville syrienne d'Alep». «Les Occidentaux cher- chent à imposer des sanc- tions à la Russie, après la libération, durant les der- nières 24 heures, par l'ar- mée syrienne, de la moitié des 80.000 civils qui étaient bloqués dans les quartiers Est d'Alep par les groupes armées», a souligné le porte-parole du ministère russe de la Défense Igor Konashenkov. Maintenant, il s'est avéré que la libé- ration de ces habitants d'Alep, détenus en otage par des hommes armés, ne fai- sait pas partie des plans des ministères des Affaires étrangères britannique et français, du département d'Etat améri- cain et du Bundestag allemand», a déclaré le porte-parole dans un com- muniqué transmis à la presse. Selon Konashenkov, des milliers d'enfants se trouvent à présent dans les régions libérées. «Beaucoup d'entre eux ont reçu, pour la première fois et pour une longue période de temps, des pro- duits alimentaires, de l'eau et une assis-

des pro- duits alimentaires, de l'eau et une assis- tance médicale au niveau des centres humanitaires

tance médicale au niveau des centres humanitaires installés par la Russie». «Durant les quelques dernières années, ces Syriens étaient utilisés comme boucliers humains à Alep par des terroristes de différentes couleurs et tendances. Ce sont ceux là même (ndlr, les civils) qui auraient été proté- gés par l'ensemble des hommes poli- tiques occidentaux», a-t-il ajouté. Un autre son de cloche est venu ce mardi du ministre français des Affaires étrangères Jean-Marc Ayrault qui a demandé que le Conseil de sécurité de l'ONU se réunisse «immédiatement» afin «d'examiner la situation à Alep en Syrie et les moyens d'apporter secours à sa population».

«Plus que jamais, il y a urgence à mettre en £uvre une cessation des hostilités et à permettre un accès sans entrave de l'aide humanitaire», a estimé Ayrault dans un communi- qué. Lundi, l'ONU s'était déjà dite «extrêmement inquiète» pour les plus de 250.000 civils qui vivent «dans des conditions horri- bles». «Nous demandons ins- tamment à tous les belligé- rants de cesser leurs bom-

et de laisser

entrer l'assistance humanitaire urgente comme l'exige le droit international humanitaire», avait déclaré son porte- parole Stéphane Dujarric. Près de 16.000 civils ont fui Alep-Est dans le nord de la Syrie «au cours des derniers jours» vers d'autres parties de la ville, a annoncé mardi un haut res- ponsable de l'ONU qui parle d'une situation «alarmante et effrayante». «Je suis extrêmement préoccupé par le sort des civils en raison de la situation alarmante et effrayante dans la ville d'Alep», a déclaré le responsable des opérations humanitaires de l'ONU, Stephen O'Brien, dans une déclaration écrite.

bardements aveugles (

)

MOSSOUL

Les forces irakiennes gagnent du terrain au prix de violents combats avec Daech

Les forces irakiennes ont continué lundi à livrer bataille aux éléments du groupe terroriste autoproclamé «Etat islamique» (EI/Daech), et ont gagné du terrain dans et autour de la ville de Mossoul, près de six semaines après le début d'une vaste offensive destinée à chasser les extrémistes de leur dernier grand bastion dans le pays, a déclaré l'armée irakienne. Dans l'est de Mossoul, les commandos du Service contre-terroriste (CTS) ont livré de vio- lents combats avec les éléments de l'EI, et ont réussi à les expulser entièrement des districts d'al-Qahira, de Masarif et d'Amin, selon un com- muniqué du Commandement conjoint des opé- rations irakien. Au total, 23 districts ont pour le moment été entièrement libérés par les unités du CTS, a déclaré le communiqué. L'armée irakienne a également libéré les vil- lages d'al-Gaser et d'al-Egiedat, à une quinzaine de kilomètres au sud-est de Mossoul, après que les terroristes ont abandonné leurs positions et pris la fuite, selon le communiqué. Le même jour, les Hashd Shaabi, des unités paramilitaires majoritairement chiites, ont libéré les villages d'al-Salam, Tal Mfeilka et al- Turkomaniya, près de Tal Afar, une ville encore tenue par l'EI à quelque 70 km à l'ouest de Mossoul. La présence des Hashd Shaabi près de Tal Afar a permis de couper les voies de ravitail- lement de l'EI à l'ouest de Mossoul, conduisant ainsi à un encerclement complet de la ville de Mossoul par les unités paramilitaires et par les troupes kurdes et irakiennes. Cette position stratégique leur permet égale- ment de sécuriser la frontière entre l'Irak et la Syrie voisine, coupant ainsi toute circulation entre Mossoul et la ville syrienne de Raqqa.

ITALIE

L'Italie aura toujours un gouvernement même si le «non» l'emporte au référendum, selon le Premier ministre

Le Premier ministre italien, Matteo Renzi a déclaré lundi que l'Italie aura toujours un gou- vernement même si le «non» l'emporte au cours du référendum du 4 décembre sur la réforme de la Constitution. «Le système institutionnel ita- lien possède un grand nombre de garde-fous, et il y aura toujours un gouvernement, qu'il soit politique, technocratique, hyper-politique ou hyper-technocratique», a-t-il dit. «Nous allons faire tout notre possible pour garantir que l'Italie puisse relever les défis aux- quels elle est confrontée. Naturellement, nous pensons que le pays sera plus fort si l'Italie approuve la réforme institutionnelle», a-t-il ajouté. L'Organisation de coopération et de développement économiques (OCDE), une organisation internationale qui réunit 35 pays, a semblé du même avis que M. Renzi, déclarant notamment que la loi portant sur la réforme constitutionnelle du gouvernement italien «serait un pas en avant dans le processus de réforme et permettrait de renforcer la gouver- nance politique et économique». Les législateurs italiens doivent continuer à mettre en place des réformes structurelles des- tinées à «améliorer le niveau de vie de tous les Italiens», a estimé l'OCDE dans son rapport de novembre, publié lundi.

YÉMEN

Le président Hadi accuse les Houthis de détruire toute chance de paix

Le président yéménite Abd Rabbo Mansour Hadi a accusé mardi les Houthis d'avoir détruit toute chance de paix en procédant unilatéralement à la nomina- tion d'un «gouvernement» à Sanaa, occu- pée par le mouvement armé. Cette mesure «détruit toute chance de dialogue et de paix», a souligné le prési- dent Hadi depuis Aden, grande ville du sud du Yémen où il est arrivé récemment de son exil en Arabie saoudite. Elle confirme que les «miliciens (Houthis et

leurs alliés, les partisans de l'ancien pré- sident Ali Abdallah Saleh) persistent à vouloir répandre le chaos et les destruc- tions». Il a appelé, par la voix d'un porte- parole cité par l'agence de presse offi- cielle Saba, la communauté internatio- nale à «condamner cette démarche et à faire endosser aux miliciens la responsa- bilité de l'effondrement des efforts de paix». Les Houthis ont annoncé lundi avoir unilatéralement formé un «gouver-

nement de Salut national» au moment où le médiateur de l'ONU tentait de relancer ses efforts de paix dans ce pays, en proie à un conflit armé depuis 20 mois. L'ONU tente d'obtenir un cessez-le-feu et de former un gouvernement d'union nationale incluant toutes les parties au conflit. La crise au Yémen a fait en 20 mois plus de 7.000 morts et près de 37.000 bles- sés, selon les chiffres de l'ONU.

APS

crise au Yémen a fait en 20 mois plus de 7.000 morts et près de 37.000

16 DK NEWS

CULTURE

Mercredi 30 novembre 2016

PATRIMOINE CULTUREL IMMATÉRIEL Le Comité de sauvegarde va examiner une trentaine de demandes d'inscription

Le Comité intergouvernemental de sauvegarde

du patrimoine culturel immatériel, qui a entamé di- manche sa onzième session à Addis-Abeba, en Ethio- pie, va étudier une trentaine de demandes d'inscription sur la Liste du patrimoine culturel im- matériel, a indiqué l'Organisation des Nations unies pour l'éducation, la science et la culture (UNESCO). A l'ordre du jour de cette session, qui va durer jusqu'au 2 décembre, figure l'examen de cinq de- mandes d'inscription sur la Liste du patrimoine cul- turel immatériel nécessitant une sauvegarde urgente ainsi que 37 demandes d'inscription sur la Liste représentative du patrimoine culturel immaté- riel de l'humanité, a précisé l'UNESCO dans un com- muniqué. Le Comité abordera également la question

du patrimoine culturel immatériel dans les situa- tions d'urgence, qu'elles soient liées à des conflits ou des catastrophes naturelles.

Le Comité discutera notamment des mesures à

prendre pour sauvegarder le patrimoine immatériel

dans de telles situations et sur le rôle que peut jouer ce patrimoine pour restaurer la cohésion sociale et encourager la réconciliation.

Dix ans après l'entrée en vigueur de la Convention

pour la sauvegarde du patrimoine culturel immaté- riel, le Comité étudiera aussi la création d'un méca- nisme pour mesurer son impact et les progrès accomplis. «Nous considérons le patrimoine comme un héritage de nos ancêtres que nous devons trans- mettre aux générations à venir. Le gouvernement éthiopien s'est engagé à le pré- server et le sauvegarder et l'UNESCO a toujours sou- tenu cet effort», a déclaré le Président éthiopien, Mulatu Teshome, dans un discours à l'ouverture de cette session. Le directeur général adjoint de l'UNESCO, Getachew Engida, a pour sa part souligné les «énormes avancées» réalisées depuis l'entrée en vigueur de la Convention. A l'avenir, l'accent sera mis sur l'appui aux politiques publiques, de façon à «faire en sorte que le patrimoine culturel immatériel bé- néficie d'une attention suffisante dans les plans na- tionaux de développement», a-t-il ajouté.

BECHAR

La fête des expressions culturelles et artistiques de la Saoura les 1 er et 2 décembre à Abadla

La première fête des expressions culturelles et ar- tistiques de la Saoura se déroulera le 1er et 2 décem- bre prochain à Abadla (Bechar), à l’initiative de l’association culturelle locale Oued-Guir pour le pa- trimoine culturel, a-t-on appris mardi auprès des or- ganisateurs. Initiée dans le but mettre en valeur les différentes facettes des expressions culturelles et artistiques des différentes localités de la Saoura, cette manifesta- tion, à laquelle la direction locale de la culture ap- porte aide et assistance, vise, à travers plusieurs représentations des danses populaires et tradition- nelles «Houbi»,»Haidouss»,»Danse du baroud» et de la troupe de fantasia «Houari Boumediene» de la commune frontalière de Béni-Ounif, à insuffler un nouveau rythme aux festivités traditionnelles perpé- tuées la mémoire culturelle de la Saoura, a indiqué la présidente de l’association, Rabiaa Benyoucef. «Elle est organisée à Abadla (88 km au sud de Be- char), une zone à vocation agricole et hautement cul- turelle et touristique tourné vers l'avenir, mais qui n'a pas perdu pour autant ses valeurs patrimoniales et ses racines identitaire, et qui est connue par ses différentes traditions culturelles et par ses nom- breux poètes, hommes et femmes, qui font d’elle une référence en matière de poésie populaire (genre Melhoun) dans le Sud-ouest du pays», a-t-elle souli- gné. En marge des représentations, une conférence- débat sur les différentes expressions culturelles et artistiques ainsi que sur le patrimoine culturel est également au menu de cette manifestation, suivie d’une matinée artistique de musique et chant «Maya» de Béni-Abbès (250 km au sud de Bechar).

LE MINISTRE DE LA CULTURE AZZEDINE MIHOUBI :

« Des projets lancés dans le domaine des services et de l'industrie culturels »

Le ministre de la Culture Azzedine Mihoubi a fait savoir lundi à Naama que plusieurs projets de services et d'industrie culturels étaient en phase de lancement et pouvaient constituer un moyen de croissance du PIB.

En marge d'une visite d'inspection dans plusieurs monuments et sites cul-

turels de la wilaya, le ministre a indiqué

que «plusieurs projets en phase de lan- cement dans le domaine de l'industrie et des services culturels peuvent consti- tuer un autre moyen de croissance du PIB et une opportunité pour les hommes d'affaires et les entreprises privées, de découvrir et d'investir le champ culturel et concrétiser des ré- sultats au profit de l'économie natio- nale». Il s'agit, selon le ministre, «des pro- jets de studios et de laboratoires ciné- matographiques, de groupes d'impression, de musées, de maisons d'édition et autres. Des contacts ont lieu avec les wilayas pour faciliter les mécanismes de

concrétisation de ces projets «.

M. Mihoubi a insisté sur l'impor- tance de protéger et réhabiliter les mo- numents historiques afin de les sécuriser et les transformer en monu- ments à même de contribuer à la pro- motion du tourisme culturel. Dans ce contexte le ministre a souli- gné la nécessité pour «les associations d'intervenir sur le terrain et de s'enga- ger à protéger et gérer ces monuments historiques selon un cahier des charges défini en collaboration avec des institu- tions relevant de l'Etat». La société civile est un support im- portant pour les institutions du secteur en matière de valorisation des vieux Ksours, a-t-il fait valoir. Le ministre a affirmé que les gra- vures rupestres de Naama nécessi- taient un «travail d'entretien exceptionnel et de réhabilitation à tra- vers des recherches complémentaires, et davantage de lectures académiques de ces gravures rupestres qui prouvent la présence de l'homme». Il a mis l'ac-

prouvent la présence de l'homme». Il a mis l'ac- cent sur la nécessité de préserver et

cent sur la nécessité de préserver et de protéger le patrimoine culturel algé- rien, qu'il soit matériel ou immatériel, à l'instar des vestiges de Naama qui fe- ront l'objet d'une recherche approfon- die par le biais du centre national de recherches préhistoriques, anthropo- logiques et historiques (CNRPAH). Une carte nationale regroupant tous les sites archéologiques et historiques à travers le territoire national sera éta- blie. Le Ksar Maghrar Tahtani (construit depuis plus de 6 siècles) a été la première station de la visite de M. Mi- houbi qui s'est également rendu dans la Zaouia de cheikh leader de la résis- tance dans le sud, Cheikh Bouamama, construite en 1881. M. Mihoubi a annoncé que le palais Tiout, construit au 15e siècle et qui a fait l'objet de plusieurs opérations de res- tauration en 2003, 2008 et 2013 sera bientôt classé patrimoine national. Lors d'une halte à la salle de cinéma Imzi, à Ain Sefra, le ministre a jugé im- pératif d'inscrire cette structure parmi

celles gérées par l'office national de la culture et de l'information (ONCI). Ainsi Naama sera porté sur la liste des wilaya où seront projetées les nou- velles productions cinématogra- phiques, a-t-il soutenu. Le gouvernement envisage de pro- mouvoir le rôle du cinéma dans la vie sociale et dans le cadre de cette dé- marche, des avancées ont été réalisées dans le processus de récupération et d'aménagement des salles de projec- tion outre la révision du financement des oeuvres cinématographiques qui sera dirigé à l'avenir vers les produc- tions à coût moindre tels les courts mé- trages et les films documentaires, a poursuivi M. Mihoubi. Le ministre s'est enfin rendu à la bi- bliothèque municipale de la commune de Mechria où il a exprimé sa disposi- tion a apporter l'aide nécessaire à ces structures pour les doter de nouveaux titres insistant sur l'impératif de les ou- vrir au public hors des horaires de tra- vail.

FESTIVAL INTERNATIONAL DU CINÉMA D'ALGER

La qualité prime en dépit des difficultés financières

La 7e édition du festival international du cinéma d'Alger (FICA), dédiée au film engagé sera marquée par la projection de 17 films, en sus de deux films hors compétition choisis pour leur qualité et le thème traité, et ce en dépit des dif- ficultés financières rencon- trés, ont affirmé, lundi à Alger, les organisateurs du festival. Organisée du 1 au 8 dé- cembre, la 7e édition du FICA verra la projection d'autres films ayant connu un franc succès lors de ren- dez-vous culturels interna- tionaux pour les thèmes traités. Au programme de cette édition, le film franco-bri- tannique «I, Daniel Blake» du réalisateur Ken Loach qui a remporté la palme d'or lors de la dernière session du festival de Cannes. Il est prévu également la projection des films «Cartas de guerra» (lettres de la guerre) du réalisateur por- tugais Ivo Ferreira sur l'émi- gration et «Mercenaire» (2016) du réalisateur fran- çais Sacha Wolff. Cette 7e édition dédiée à la mémoire du leader cu- bain, Fidel Castro décédé vendredi, et considéré

cu- bain, Fidel Castro décédé vendredi, et considéré comme un symbole d'enga- gement et d'ouverture sur

comme un symbole d'enga- gement et d'ouverture sur la culture sera marquée par la projection en avant pre- mière du film «Ouled Mo- krane» du réalisateur Amor Hakkar, seul film algérien participant à la compétition officielle dans la catégorie fiction. La commissaire du festi- val, Zahira Yahi a expliqué la faible participation algé- rienne à ce rendez-vous en raison du niveau des films proposés qui était, selon elle, en deçà du niveau requis. Les amateurs du 7e art se- ront au rendez-vous avec la réalisatrice Yamina Salami qui présentera son film «I am Nojoom, Age 10 and di- vorced» (fiction) qui sera

présente lors du festival. Dans la case des films do- cumentaires sont inscrits «Fuocoammare» (par delà Lampedusa), d'Italie et «Ledjouad» du Sahara occi- dental. Deux fictions seront pro- jetées hors compétition. il s'agit du film américain «The birth of a nation» (nais- sance d'une nation) qui inaugurera le festival et «Le professeur de violon», du Brésil, qui lui clôturera la manifestation. Les réalisateurs algérien Ameur Hakkar, yéménite Khadija Al Salami et colom- bienne Camila Rodriguez prendront part au Fica. Lors de cette édition qui rendra hommage à la réali-

satrice sahraouie Djamila Sahraoui, le critique de ci- néma Ahmed Bejaoui ani- mera deux ateliers le premier sur «l'engagement dans le cinéma entre appels

et défis» et le second intitulé «Comment favoriser l'émer- gence d'un cinéma jeune en Algérie».

Le réalisateur Abdelkrim

Bahloul présidera le jury des films fiction. Fatima Zaamoum prési- dera le jury des films docu- mentaires.

La commissaire du festi-

val a évoqué dans une confé- rence de presse les difficultés financières aux- quelles elle s'est confrontée durant la préparation de l'évènement. Faute d'aide du ministère de la culture, les organisateurs ont dû recher- cher le sponsor auprès des entreprises publiques. Cer- tains cinématographes ont été solidaires et offerts leur

production à titre gratuit, a- t-elle dit.

la question de savoir

pourquoi seules les salles El Mouggar et la cinémathèque d'Alger abritaient les projec- tions du Fica, elle a répondu que les autres structures n'étaient pas dotées du DCP (digital cinéma package). APS

A

Mercredi 30 novembre 2016

HISTOIRE

DK NEWS 17

Un ouvrage sur l'Emir Abdelkader de l'écrivain américain John Kaiser bientôt traduit vers l'arabe

Un ouvrage sur l'Emir Abdelkader de l'écrivain américain John Kaiser sera bientôt traduit vers l'arabe sur décision du ministère de la Culture, a-t-on appris mardi du directeur du secteur dans la wilaya de Mascara.

En marge de l’ouver- ture d'un 4ème colloque national sur les biblio- thèques, Sahnoun Mo- hamed a indiqué que le ministre de la Culture a eu, dimanche dernier, l’accord de l’écrivain lui- même pour traduire son ouvrage "Emir des croyants, vie de l’Emir Abdelkader, histoire d’un véritable djihad" vers la langue arabe. Le ministère de la Culture se chargera pro- chainement des frais d'impression de l'exem- plaire en arabe et de sa distribution gratuite- ment à différentes bi- bliothèques au niveau national, a-t-il ajouté. Cet ouvrage parais- sant en langue anglaise depuis des années aux Etats unis d’Amérique, traite des aspects de la

aux Etats unis d’Amérique, traite des aspects de la personnalité de l’Emir Abdelkader, humains surtout

personnalité de l’Emir Abdelkader, humains surtout ayant fait d'elle un modèle universel, comme l'a souligné l'écrivain américain lors d'une réception samedi dernier au siège de la wi-

laya de Mascara. John Kaiser, qui vit dans la ville "El Kader" dans l’Etat américain de l’Iowa, baptisée du nom de l’Emir Abdelkader depuis 1846, a ajouté que la publication de ce livre

et l'organisation d’un concours de lecture pour des lycéens ont changé la "vision néga- tive" de plusieurs Améri- cains envers l’Islam. Les participants au 4ème colloque national sur les bibliothèques de deux jours, organisé par la bibliothèque princi- pale de lecture publique de Mascara, abordent le rôle de ces infrastruc- tures culturelles au sein des établissements péni- tentiaires et leur contri- bution à la politique de réinsertion sociale des détenus. Des centaines d’ou- vrages ont été remis par la direction de la culture aux six établissements pénitentiaires que compte la wilaya pour inciter les détenus à la lecture.

Remise du Prix Emir

Abdelkader de la pensée et de la culture à la famille du regretté Boualem Bessaih

Le Prix Emir Abdelkader de la pensée et de la culture a été remis, dimanche à Mascara, à la famille du regretté Boualem Bessaih, en reconnaissance de sa contribution à mettre en exergue le patrimoine du fondateur de l’Etat algérien moderne. La cérémonie de remise de ce Prix, décerné par l’association «Sur les pas de l’Emir», s'est déroulée au niveau du site his- torique «Derdara» (frêne) dans la commune de Ghriss, en pré- sence des représentants de la famille du regretté Boualem Bes- saih (1930-2016), du ministre de la Culture, Azzeddine Mihoubi, des autorités de wilaya et d'invités du pays et de l’étranger, et ce à l’occasion de la commémoration du 184ème anniversaire de l’allégeance à l’Emir Abdelkader. Dans une déclaration à

l’APS, le président de l’association «Sur les pas de l’Emir», Ab- delmalek Sahraoui a rappelé que dans sa première édition,

le Prix a été décerné l'an dernier au président de la République

Abdelaziz Bouteflika, soulignant que cette année il a été at- tribué à la famille de Boualem Bessaih en guise de reconnais-

sance des efforts consentis au service du pays et du patrimoine de l’Emir Abdelkader à travers des ouvrages. Le ministre de

la Culture Azzedine Mihoubi a souligné, dans une allocution

devant l’assistance autour du frêne (Derdara), lieu où a été faite allégeance à l’Emir Abdelkader, le 27 novembre 1832, qu'«il est

temps de perfectionner l'écriture de l’histoire de l’Algérie comme l’ont fait ses héros à leur tête l’Emir Abdelkader», avant d'ajouter «il faut porter cette histoire avec tous les supports possibles: livres, films, réseaux sociaux, pour inspirer les gé- nérations». «Le 27 novembre est le jour de la première allé- geance à l’Emir Abdelkader qui représente une référence dans l’histoire nationale et la résistance populaire. Sa commémo- ration est un signe de fierté et de reconnaissance envers l’Emir

et les chefs de la résistance populaire dont se sont inspirés les

Algériens dans leur révolution contre le colonisateur et pour

l'indépendance et la vie dans la dignité et la fierté», a déclaré

M. Mihoubi. Le maire de la ville «El Kader» (USA), Joshua Bob,

a tenu à remercier, au nom de la délégation américaine par-

ticipante aux festivités de commémoration de cet anniversaire historique, les autorités algériennes d'avoir donné l’occasion aux descendants de ceux qui ont baptisé leur ville au nom de l’Emir Abdelkader à participer à la commémoration de son allégeance.

APS

Publicité

RÉPUBLIQUE ALGÉRIENNE DÉMOCRATIQUE ET POPULAIRE DK NEWS Anep : 435 645 du 30/11/2016
RÉPUBLIQUE ALGÉRIENNE DÉMOCRATIQUE ET POPULAIRE
DK NEWS
Anep : 435 645 du 30/11/2016
RÉPUBLIQUE ALGÉRIENNE DÉMOCRATIQUE ET POPULAIRE DK NEWS Anep : 435 836 du 30/11/2016
RÉPUBLIQUE ALGÉRIENNE DÉMOCRATIQUE ET POPULAIRE
DK NEWS
Anep : 435 836 du 30/11/2016

Verticalement :

Horizontalement:

18 DK NEWS

DÉTENTE

Mercredi 30 Novembre 2016

Programme de la soirée

DÉTENTE Mercredi 30 Novembre 2016 Programme de la soirée 20:55 21:00 Chefs Créée par : Arnaud

20:55

Mercredi 30 Novembre 2016 Programme de la soirée 20:55 21:00 Chefs Créée par : Arnaud Malherbe
Mercredi 30 Novembre 2016 Programme de la soirée 20:55 21:00 Chefs Créée par : Arnaud Malherbe

21:00

Chefs

Créée par : Arnaud Malherbe Avec : Clovis Cornillac, Hugo Becker

par : Arnaud Malherbe Avec : Clovis Cornillac, Hugo B ecker Epaulé par ses recrues, Cindy,

Epaulé par ses recrues, Cindy, Aziz et Yann, le Chef tente de convaincre Phi- lippe Gauthier, le patron de Delphine, de racheter Le Paris. Les tensions s'exacer- bent entre Romain et Char- lène qui voit d'un mauvais œil l'arrivée de Clara, la jo- lie sommelière. Edouard exige que Romain cuisine pour un émir et s'installe plusieurs jours dans son château. Il est surveillé

comme le lait sur le feu.

19:55son château. Il est surveillé comme le lait sur le feu. 21:00 Football / Championnat de

château. Il est surveillé comme le lait sur le feu. 19:55 21:00 Football / Championnat de
château. Il est surveillé comme le lait sur le feu. 19:55 21:00 Football / Championnat de
château. Il est surveillé comme le lait sur le feu. 19:55 21:00 Football / Championnat de

21:00

Football / Championnat de France Ligue 1

PARIS-SG / ANGERS

/ Championnat de F rance Ligue 1 PARI S-SG / A N GE RS Capables de

Capables de faire un coup face aux cadors de la Ligue 1, les An- gevins viennent au Parc des Princes avec l'ambition de ra- mener le point du match nul. Les joueurs de Stéphane Moulin devront livrer un match de haut niveau pour résister à une équipe parisienne qui veut se montrer intraitable devant son public. Les champions de France, emmenés notamment par Maxwell, ne visent pas au- tre chose que la victoire face à un candidat au maintien. Pour rester au contact de Nice et de Monaco, les joueurs d'Unai Emery auront à coeur d'impo- ser le même rythme qui leur a

permis de battre Rennes (4-0) il

le même rythme qui leur a permis de battre Rennes (4-0) il 21:00 Esprits criminels Créée

le même rythme qui leur a permis de battre Rennes (4-0) il 21:00 Esprits criminels Créée

21:00

Esprits

criminels

Créée par : Tawnia McKiernan Avec : Joe Mantegna, Matthew Gray Gubler

: Tawnia McKiernan Avec : Joe Mantegna, Matthew Gray Gubler Emily Prentiss, qui travaille désormais pour

Emily Prentiss, qui travaille désormais pour Interpol, fait appel à ses ex-collègues du BAU pour l'aider à traquer un tueur en série qui, après avoir sévi dans plusieurs pays d'Europe, se trouverait à New York. Un cadavre a en effet été retrouvé et le mode opératoire est identique. Les enquêteurs suivent la piste d'une escort girl qui aurait rencontré le tueur très récemment. Bientôt, un nouveau couple est assassiné.

récemment. Bientôt, un nouveau couple est assassiné. Jeux Le meilleur pâtissier PREMIÈR E DEM I-F INALE

Jeux

Le meilleur

pâtissier

PREMIÈRE DEMI-FINALE

Faut pas rêver

EN ACADIE, CHEZ NOS COUSINS D'AMÉRIQUE

EN ACAD I E, CHE Z NO S COU S IN S D'AM É RIQU E

Le globe-trotteur Philippe Gou- gler se rend dans cette région du sud-est du Canada, peuplée de descendants des colons français installés sur ces terres au XVIIe siècle. Francophones irréducti- bles, ils défendent fièrement leurs origines et traditions. Le grand tintamarre. Tous les 15 août, plus de 20 000 Acadiens cé- lèbrent leur « fête nationale » dans la ville de Caraquet en fai-

sant

Grande marée en baie de Fundy. Ce joyau écologique détient le re- cord du monde des plus grandes marées. Un phénomène qui at- tire des millions d'oiseaux mi- grateurs et révèle chaque jour des fossiles datant de plus de 300 millions d'années • Le réveil des îles. Découverte des îles de la Ma- deleine quand arrive le prin-

un maximum de bruit ! •

temps. Ma- deleine quand arrive le prin- un maximum de bruit ! • Citation Aux portes de

Citation

arrive le prin- un maximum de bruit ! • temps. Citation Aux portes de la finale,

Aux portes de la finale, ils ne sont plus que cinq pâtissiers amateurs encore en lice. Pour les départager, Cyril Lignac leur demande d’abord de revisiter le baba au rhum. L’épreuve technique de Mercotte les met ensuite au défi de réaliser un puits d’amour. Ce gâteau du XVIIIe siècle, créé pour la marquise de Pompadour, se compose de pâte à choux, de pâte feuilletée et de crème pâtissière. Mais les candidats devront d’abord déchiffrer la lecture de la recette écrite dans le français de l’époque. Enfin, les participants terminent cette huitième semaine avec la réalisation d’un croquembouche sur le thème : le cirque. Lors de cette dernière épreuve, Cyril et Mercotte accueillent Grégory

Cohen, roi de la pâte à choux. dernière épreuve, Cyril et Mercotte accueillent Grégory y a trois semaines. 8.Cale en forme de V

y a trois semaines.
y a trois semaines.

8.Cale en forme de V - Or - Ruinés 9.En les - Met qqch en mouve- ment 10.Garçon d'écurie - Du- rillons "

11. Ile allongée près de Venise -

12. Relatif au palais de l'Elysée

–Dirige

“Jouer, c'est vivre.”

Samouraï-Sudoku n°1449

Les problèmes de sudoku samouraï se composent de cinq grilles de sudoku entrelacées. Les règles standard du sudoku s'appliquent à chacune de ces cinq grilles. Placez les chiffres de 1 à 9 dans les cases vides de chaque grille. Chaque ligne, chaque colonne, et chaque région 3 x 3 doit contenir une fois les chiffres de 1 à 9.

Chaque sudoku samouraï a une solution unique et peut être résolu par la logique pure.

solution unique et peut être résolu par la logique pure. * Michel Duchaussoy Mots croisés n°1449

* Michel Duchaussoy

Mots croisés n°1449

1.Pique-niquer

2.Machine - Hardi 3.Cuites de manière à prendre unecouleurdorée-Historique

4.Eclore

5.Halte - Pleurer 6.Aumône - Sigle de l'angl. Hu-

manImmuno-DeficiencyVi- Pierre

rus - Note 7.Boîte - Harem

manImmuno-DeficiencyVi- Pierre rus - Note 7.Boîte - Harem l. Ch.-l. de c. des Yvelines 2.Petite pomme

l. Ch.-l. de c. des Yvelines 2.Petite pomme - FI. d'Espagne - Plante potagère à bulbe 3.Vingtième lettre de l'al- phabet grec - Fondatrice américaine du mouvement Science chré- tienne 4. Circonstance - Hasards - Osmium

5.Sarcasme

6.Chlorure de sodium - Enfant

7.Ce qui est à lui - Toute par- ticule subatomique de masse supérieure à celle du proton

8.Oléifiante

9.Unité de mesure d'équiva- lent de dose d'une radiation ionisante - Lumen 10.Drame japonais - Thulium - Cadmium -. Atoll

11.

indéfini

12.

Mammifère équidé

Fleurettiste - Pronom

Etat de distraction (pl.) -

- Cadmium -. Atoll 11. indéfini 12. Mammifère équidé Fleurettiste - Pronom Etat de distraction (pl.)

Mercredi 30 Novembre 2016

DÉTENTE

DK NEWS

19

Grille géante n°149

30 Novembre 2016 DÉTENTE DK NEWS 19 Grille géante n°149 Solution Sudoku n°1448 Mots Croisés n

Solution

Sudoku n°1448
Sudoku n°1448

Mots Croisés n°1448

DAMASQUINAGE ECUMEUXnAMES STEATOMESnNS HInRnIAXARTE OFFREnLARCIN UnRETSnCD nL n LIASnESTELLE ILInFRAISIER EnCREDITnESE REHEnETUDESn EDENTA nDOSER SEnEMULESnSA

C’est arrivé un

1700

: bataille de Narva.

1808

: bataille de Somosierra.

1853

: bataille de Sinope.