Vous êtes sur la page 1sur 21

MINISTÈRE DE L’ENSEIGNEMENT SUPÉRIEUR

ET DE LA RECHERCHE SCIENTIFIQUE
ISET — Nabeul
Département Génie mécanique

CORRIGÉ
CARACTÉRISATION DES MATÉRIAUX
ET
MATÉRIAUX MÉTALLIQUES

Adnene TLILI

A.U. : 2014 / 2015


ISET Nabeul, Département de Génie Mécanique TD Matériaux métalliques

TD N°1 : Diagrammes binaires


Exercice N°2 :
1. L’axe horizontal du diagramme étant gradué en % molaire, il est aisé d’en déduire que
le composé MgxPby contient 33,3 % mol. de plomb et 66,4 % mol. de Mg., donc il
contient 2 fois plus d’atomes de Mg que d’atomes de Pb. Sa formule chimique est
donc Mg2Pb. De plus, ce composé n’accepte pas de variation de sa composition en
fonction de la température (ligne verticale sur le diagramme d’équilibre). C’est donc
un composé parfaitement stœchiométrique.
2. domaine 1 : α et Mg2Pb
domaine 2 : liquide et Mg2Pb
3. T=466°C
4.

5.

6. Il y a précipitation de phase MgxPby dans la phase α.


La phase α s’appauvrit en plomb (Pb).

Exercice N°3 :
1. Transformation péritectique.
2. P : (42,4% Ag ; T=1186°C)
3. Voir diagramme
4. Voir diagramme
5. Le comportement au refroidissement à vitesse lente de l’alliage 60% en masse de Ag.
 T >Tc : L’alliage à l’état liquide de composition homogène (X = 60% en masse
de Ag).
TLILI A. 1
ISET Nabeul, Département de Génie Mécanique TD Matériaux métalliques

 Tp< T < Tc : L’alliage est biphasé (  + liq )


 T =1187°C X (  )  10% Ag et X (L) =66,1%Ag.
 T =1186°C : la transformation péritectique a lieu : L (N) +  (M)   ( P)
X (  ) = 42,4% Ag.
X (L) =66,3% Ag : non transformé .

 T =1185°C : X (  ) = 42,5% Ag.


X ( L) =66,4% Ag
 TA< T < TB : Présence de phase  (alliage monophasé)
 T < TA : Présence de phase  et phase  (alliage biphasé)
 T = 400°C : X (  ) =2% Ag
X (  ) = 90% Ag.

TLILI A. 2
ISET Nabeul, Département de Génie Mécanique TD Matériaux métalliques

TD N°2 : Diagramme Fer-Carbone


Exercice N°1:

Exercice N°2:
f ( ferrite)  20% et f ( perlite)  80%
1. L’acier est hypoeutectoïde.
Appliquons la règle de segment inverse :
Ferrite Perlite

X0 % C 0,77% C
0,008% C
0,77  X 0
f ( ferrite)   0,2  X 0  0,61%C  La nuance de l’acier est C60
0,77  0,008

2. X()= 0,008% de carbone


0,77  0,60
f ( ferrite)   22,3%
0,77  0,008
X(Perlite)= 0,77% de carbone

TLILI A. 3
ISET Nabeul, Département de Génie Mécanique TD Matériaux métalliques

0,60  0,008
f ( Perlite)   77,7%
0,77  0,008
Exercice N°3:
1- Diagramme d’équilibre métastable.
3- Point E’ (0,77%C ; T = 727 °C), point eutectoïde.
 Transformation eutectoïde.
[077 %C]  Perlite ([0,022 %C] + Fe3C[6,67 %C]
Point E (4,3 %C ; T =1148 °C), point eutectique.
 Transformation eutectique.
L [4,3%C]  Lédéburite ( [2,ll %C] +Fe3C[6,67%C]
4- Alliage à 1,5 % de carbone.
On a la présence de deux phases [¨Perlite + Cimentite].
 Appliquons la règle de segment inverse pour calculer la proportion de chacune
phase.
Perlite Fe3C

6,67% C
0,77% C X0 = 1,5 % C

6,67  1,5
f ( Perlite)   87,62%
6,67  0,77
1,5  0,77
f ( Fe3c )   12,38%
6,67  0,77

 Le nom de l’alliage : acier hypereutectoïde.

Exercice N°4:
X0= 0,45 % de carbone.
 T 1495 °C : présence de phase liquide contenant 0,45% de carbone.
 T= 1495°C : apparition du premier germe d’austénite ().
 1450 T 1495°C : Liq + (solide).
 T= 1450°C : fin de solidification de l’austénite.
 740 T 1450°C : unique solution solide (austénite).
 727 T 740°C : présence de deux phases (austénite + ferrite).
 T= 727°C : présence de trois phases (ferrite + austénite + Perlite [eut + Fe3C]).
 T 727 °C : présence de deux phases (ferrite + Perlite).

TLILI A. 4
ISET Nabeul, Département de Génie Mécanique TD Matériaux métalliques

TD N°3 : Diagramme TTT


Exercice N°2 :
1. Ac3=790°C donc Ta=790°C + 50 = 840°C
2. T = 650°C
3. La ferrite
4. 550 secondes
5. Ferrite + perlite
6. Ferrite + martensite

Exercice N°3 :
Traitements Microstructures
thermiques Martensite A. résiduelle Perlite Bainite
a 100%
b 75% 25%
c 37,5% 12,5% 50%
d 50% 50%
e 100%
f 37,5% 12,5% 50%

Exercice N°4 :
1. La température d’austénitisation, le temps de maintien, le milieu de refroidissement
(vitesse de refroidissement (TRC) ou température de maintien en dessous d'Ac1
(TTT)) ;
2. La nuance 38Cr4 est acier faiblement allié à 0.38% de carbone et 1% de chrome, la
nuance C42 est un acier non allié (acier au carbone) à 0.42% de carbone ;
3. D’une façon générale la forme et la position du diagramme TTT est fortement
dépendante de la teneur des éléments d’alliages et des conditions d’austénitisation ;
4. Pour la nuance C42 les domaines ferritique, perlitique et bainitique sont très proche de
l’axe des ordonnées ce qui offre des temps d’incubations très très courts, le domaine
bainitique et réduit. Pour la nuance 38Cr4 les différents domaines sont très décalés
vers la droite ce qui facilite le passage au domaine martensitique, le domaine
bainitique est large.
5.
a. à 400°C l’austénite se transforme en bainite avec une dureté 37HRC
b. à 700°C l’austénite se transforme en ferrite et perlite avec une dureté 83HRB

Exercice N°5 :
1. Ferrite + perlite
2. ≈16 HRC (la transformation est terminée à 100 s donc un retour à la température 20°C
ne change pas la microstructure)
3. T = 350°C, t ≥ 200 s, le constituant est la bainite

TLILI A. 5
ISET Nabeul, Département de Génie Mécanique TD Matériaux métalliques

TD N°4 : Diagramme TRC


Exercice N°1 :
1. Ac1 : la limite minimale d’existence de l’austénite ;
Ac3 : la limite maximale d’existence de la ferrite ;
Ms : le début de la transformation martensitique ;
M50 : 50% d’austénite se sont transformée en martensite ;
M90 : 90% d’austénite se sont transformée en martensite ;
2.
a. 2% ferrite + 80% bainite +18% martensite ;
b. Pourcentage massique d’austénite transformée respectivement en ferrite et en
bainite ;

Exercice N°2 :
1. La composition chimique est :

C% Mn% Si% S% P% Ni% Cr% Mo% Cu%


0,15 0,55 0,3 <0,01 0,013 1,38 0,82 0,09 0,11

Ta = 900°C
Ta = 30 min
2. VCT = 400 / (4 – 1) = 133.33 °C/s
3.
a. V1 = 18.18 °C/s
b. V2 = 1.57 °C/s
c. V3 = 0.80 °C/s
d. V4 = 0.08 °C/s
4.
e. Courbe 1 : 80% bainite + 20% martensite, 31 HRC
f. Courbe 2 : 40% ferrite + 60% bainite, 236 HV
g. Courbe 3 : 60% (ferrite+perlite) + 40% bainite, 213 HV
h. Courbe 4 : 90% (ferrite+perlite) + 10% bainite, 139 HV
5. La dernière courbe correspond à une structure 100% (ferrite + perlite) ;

Exercice N°3 :
1.
a. Le diagramme TRC de la nuance C30E ne présente pas un domaine bainitique
ni un domaine martensitique, pour toute les vitesses de refroidissement la
structure est de type ferrite + perlite.
b. Pour la nuance 50CrMo4 on voit les domaines ferritique, perlitique et
bainitique décalés vers la droite en dessous des quels se trouve le domaine
martensitique qui débute à la température Ms=290°C ;

TLILI A. 6
ISET Nabeul, Département de Génie Mécanique TD Matériaux métalliques

c. L’acier fortement allié X8Ni9 possède uniquement un domaine bainitique très


décalé vers la droite et un domaine martensitique (Ms=340°C) ;
Visiblement on peut constater aisément que le X8Ni9 possède la meilleure trempabilité en
suite on approuve aussi la bonne trempabilité du 50CrMo4. Le C30E est de très mauvaise
trempabilité au point qu’on peut le classer non trempant.
La très bonne trempabilité du X8Ni9 est manifestement due à la présence du 9% de nickel
aussi la présence du chrome et du molybdène dans le 50CrMo4 on favorisées sa trempabilité.
La mauvaise trempabilité du C30E est nécessairement due à l’absence des éléments d’alliage
et la teneur faible en carbone.
2.
a. VCT (X8Ni9) = 2.22 °C/s
b. VCT (50CrMo4) = 19.05 °C/s
c. Le diagramme TRC du C30E ne nous permet pas de calculer la VCT puisque
elle tend vers l’infini
En se basant sur les vitesses critiques de trempe des trois nuances on peut faire le classement
suivant en termes de trempabilité décroissance X8Ni9 > 50CrMo4 > C30E
Ce résultat vient consolider notre constatation faite à la question précédente.

Exercice N°4 :
1. Selon la désignation normalisée
a. 21CrMoV5-7 est un acier faiblement allié à 0.21% de carbone, 1.25% de
chrome, 0.8% de molybdène et quelque trace de vanadium ;
b. 16MnCr5 est un acier faiblement allié à 0.16% de carbone, 1.25% de
manganèse et quelque trace de chrome ;
2.
c. 21CrMoV5-7 : Ta= 975 °C, tm = 30 min
d. 16MnCr5 : Ta= 850 °C, tm = 30 min
3. La courbe conduisant à une dureté de 30 HRC pour le 16MnCr5 donne une structure
finale composée de :
35% ferrite + 47% bainite + 18% martensite
e. La courbe conduisant à une dureté de 20 HRC pour le 21CrMoV5-7 donne
une structure finale composée de :
60% ferrite + 40% bainite
4.
300
f. 21CrMoV5-7 : V700 = 0.08 °C/s
300
g. 16MnCr5 : V700 = 5.26 °C/s
5.
h. 21CrMoV5-7 : VCT = 266.66 °C/s
i. 16MnCr5 : VCT = 133.33 °C/s
6. La nuance 16MnCr5 à une trempabilité meilleure que celle de la nuance 21CrMoV5-7
parce que la première à une vitesse critique de trempe plus lente

TLILI A. 7
ISET Nabeul, Département de Génie Mécanique TD Caractérisation des
matériaux

TD N°1 : Cristallographie
Exercice N°1:
1. Système cristallin : a = b = c et α = β = γ = 90° donc système CUBIQUE.
Réseau de Bravais : Atomes uniquement situés aux sommets de la maille donc Réseau
cubique simple.
Compacité : les atomes se touchant le long des arêtes du cube, leur rayon R est égal à a/2.
Il y a 1 atome en propre (8 x 1/8 = 1) appartenant à la maille.
Volume des atomes en propre :

Volume de la maille :

Compacité

2. Le site est défini par les 8 atomes qui l’entourent. Ces atomes étant aux sommets d’un
cube, le site est donc CUBIQUE.
Il appartient en totalité à la maille et il n’y en a aucun autre du même type sur les faces ou les
arêtes de la maille. Il y a donc 1 site cubique en propre par maille.
3. Le diamètre d = 2r de l’atome qui peut se loger dans le site cubique est égal à :

Le rayon r du site est donc égal à :

4. Puisque l’atome en insertion dans le site cubique aura un diamètre égal à 0,732 fois le
diamètre des atomes de polonium, ce sera un atome d’un élément autre que le
polonium. Le réseau de Bravais étant défini avec des atomes de même nature (ceux de
polonium), le réseau reste donc CUBIQUE SIMPLE
5. [-2 -1 2]

6.

7. La maille plane élémentaire du plan est représentée ci-dessous.

TLILI A. 8
ISET Nabeul, Département de Génie Mécanique TD Caractérisation des
matériaux

Elle contient 1 atome en propre et sa surface est égale à :

Après simplification, on obtient :


La densité surfacique est donc égale à
Masse des atomes en propre de la maille (1 seul) : M = APo/NA
3
Volume de la maille : V = a
3 3
8. Masse volumique théorique : ρ = M/V = APo/(a .NA)= 9,20 g/cm

Exercice N°3:
1- 2-
(110) (210)
Z Z
[1 1 1] [011]
[111]

Y
[100]
X
(111)
(100)

Exercice N°4:
1- On a 4.r = a  2
2
2. d = a  2 a= .d  a = 2 d
2
A.N : a= 2  0,2492

a= 0,352 nm =0,352 10-9 m  a = 3.52 Ǻ


2- mNi = 58,71 g/mole

TLILI A. 9
ISET Nabeul, Département de Génie Mécanique TD Caractérisation des
matériaux

n  m Ni
 Ni =
 V
Avec n = (8  1/8) + (6  1/2) = 4 atomes/maille élémentaire et V = a3
4  58,71
 Ni 
6,02210  (0,35210 7 ) 3
23

 Ni = 8,941 g/cm 3

Exercice N°5:
1-

Atome
de cuivre

Plan dense

a
Maille cubique à faces centrées du cuivre

2-
a 2
Ra 
4
Pour calculer le rayon atomique Ra, on doit trouver la valeur du paramètre de la maille « a »
pour cela, on va utiliser l’expression de la masse volumique.
m m
 , or V  a 3  a  3
V 
4  MCu 4  MCu
m  a3
NA NA  
4  63.5  10 3
AN. : a  3 ≈ 361 Pm
6.02  10 23  8920

361 2
Ra  ≈ 127 Pm
4

TLILI A. 10
ISET Nabeul, Département de Génie Mécanique TD Caractérisation des
matériaux

3-

Atome
d’argent
Atome
de cuivre

a'
Maille cubique à faces centrées de l’alliage
cuivre-argent

3-a-
On sait que : a  2  2  RCu  R Ag 

Ag Cu Ag

a 2

2  RCu  R Ag 
 a 
2
AN. :
2  127  144
a  = 383 Pm.
2

Soit une augmentation d’à peu prêt 6% par rapport à la maille du cuivre pure

3-b-
Le nombre des atomes de cuivre en propre dans la maille est : 6  21  = 3.
3
D’où: dv Cu 
(a )3
AN :
3
dv Cu   5.34  10 8 at/Pm3
(383)3

TLILI A. 11
ISET Nabeul, Département de Génie Mécanique TD Caractérisation des
matériaux

3-c-
 
Le nombre des atomes d’argent en propre dans la maille est : 8  81 = 1.
1
D’où : dv Ag 
(a )3
AN :
1
dv Ag  3
 1.78  10 8 at/Pm3
(383)

3-d-
Une maille de cet alliage contient l’équivalent de trois atomes de cuivre et d’un atome
m
d’argent. La masse volumique est calculée ainsi :  
V
V  a
3

3  MCu   1 M Ag 
m
NA
3  MCu   1 M Ag 
 
NA  a
3

AN. :


3  63.5  10   1 108  10   8825.75 Kg/m3
3 3

6.02  10  383  10 
23 12 3

Soit une diminution d’à peu prêt 1% par rapport à la masse volumique du cuivre pure

Exercice N°6:

1- Le pourcentage de volume occupé par les atomes, c.à.d. la compacité.

Vmatière
compacité 
Vmaille

Vmatière : c’est le volume des atomes en propre dans la maille


Vmaille : c’est le volume total de la maille
Pour le cuivre (structure CFC).
4
On a 4.r  a 2  a  r
2
Or il y a 4 atomes en propre par maille élémentaire

TLILI A. 12
ISET Nabeul, Département de Génie Mécanique TD Caractérisation des
matériaux

4 4
4  r 3 4  r 3
Compacité  3  3
3
a 4
( )3  r 3
2
Compacité  0,74  74%

Pour le magnésium (structure H.C).

La surface de base est la plus chargé.


Nombre d’atomes/maille élémentaire.
1 1
n  (12  )  (2  )  3  6
6 2

TLILI A. 13
ISET Nabeul, Département de Génie Mécanique TD Caractérisation des
matériaux

4
Voccupé  6   .r 3
3
Vtotal  S (base)  c avec c = 1,63.a
ha
S (base)  6( )  3a.h
2
a2 a a 3 3 2
a2   h2  h  3  S (base)  3  a  3 a
4 2 2 2
3 3 2
 Vtotal  a  1,63.a  4,23.a 3 Or a = 2r
2
4
6   .r 3
Compacité  3  0,74  74%
4,23  8.r 3
nm nm
2- Masse volumique:   V  , avec N le nombre d’Avogadro
N V N
Pour le cuivre

4  63,54
V  4,71.10 23 cm 3  4,71.10 29 m 3
6,022.10  8,96
23

V  a 3  a  3,61.10 10 m  a = 3,61Ǻ

Pour le magnésium

6  24,32
V  1,39.10 22 cm 3  1,39.10 28 m 3
6,022.10  1,74
23

V  4,23a 3  a  3,2.10 10 m a = 3,2 Ǻ or c = 1,63 a  c = 5,21 Ǻ

Exercice N°7:
Données : r(Fer c.c) = 0,124 nm.; r(Fer c.f.c) = 0,127 nm et MFe = 55,85 g/mole.
1- Structure CC on a :
4
4r  a 3  a  r
3
4 3 4
V  a3  V  ( r)  V  (  0,124.10 9 ) 3  V  2,34.10  29 m 3
3 3
Pour la structure CFC on a :
4
4r  a 2  a  r
2
4 4
V  a 3  V  ( r)3  V  (  0,127.10 9 ) 3  V  4,63.10  29 m 3
2 3
 V  2,29.10  29 m 3

TLILI A. 14
ISET Nabeul, Département de Génie Mécanique TD Caractérisation des
matériaux

n  m Fe
2- masse volumique:  
N V
ρFer(CC) = 7,92g/cm3.
ρFer(CFC) = 8,01g/cm

Exercice N°8:

Données: rc = 0,062 nm et rFe = 0.127 nm.

On a : a = 2.(Rsite + rFer)
Rsite = (a/2)- rFer
4.r  a 2  a  (4 2 ).r (C.F.C)
2 2
 Rsite  (2 2 ) rFe  rFe  Rsite   rFe
2
 Rsite  0,052
On a Rsite  rc, si l’atome de carbone est inséré dans la maille, il provoque alors un défaut
cristallin.

TLILI A. 15
ISET Nabeul, Département de Génie Mécanique TD Caractérisation des
matériaux

TD N°2 : Essais mécaniques


Exercice N°2:
1. Module d’Young E de l’inox 304.
Sous la force F1, l’éprouvette est en régime de déformation élastique.
Allongement élastique : εél = ΔL/L0 = (0,141/150) = 9,4x10-4
Contrainte : σél = 4F1/πD02 = 178,3 MPa
Module d’Young : E = σél / εél = 189,6 GPa == 190 GPa
2. Coefficient de Poisson ν de l’inox 304
-4
Contraction relative élastique radiale : εr = ΔD/D0 = - (2,81x10-3/10) = - 2,81x10
Coefficient de Poisson : ν = - εr /εél = - (2,81/9,4) = 0, 2989 ≅ 0,30
3. Module de Coulomb G de l’inox 304.
Relation entre E, G et ν : G = E/[2(1 + ν)]
G = 190/[2(1 + 0,3)] = 73,08 ≅ 73 GPa
4. Limite conventionnelle d’élasticité Re0,2 de l’inox 304.
La limite conventionnelle d’élasticité Re0,2 correspond à la force F2, puisque l’éprouvette se
retrouve déformée plastiquement de 0,2 % quand F2 est supprimée.
2
Re0,2 = 4F2/πD0 = 260 MPa
5. Résistance à la traction Rm de l’inox 304.
Par définition, la résistance à la traction Rm correspond à la force maximale Fmax puisque
atteinte durant l’essai de traction
2
Rm = 4Fmax/πD0 = 585 MPa
6. Allongement permanent A après rupture de l’inox 304.
L’allongement permanent A après rupture est donné par la relation suivante :
A = (εt – εélu)
où : εt = allongement total juste avant la rupture = (223,5 -150)/150 = 0,49 = 49 %
εélu = retour élastique après la rupture = σu/E
2 -3
εél = σu/E = (4Fu/πD0 )/E = 2,107x10 = 0,21 %
Donc: A = (εt – εél) = 49 – 0,21 = 48,79 %

7. Énergie élastique wél emmagasinée dans le volume de référence de l’éprouvette


juste avant sa rupture.
L’énergie élastique Wél, emmagasinée par unité de volume du matériau à l’instant de la
2
rupture, est donnée par la relation : Wél = ½ σuεélu = ½ σu /E
L’énergie élastique wél, emmagasinée dans le volume de référence Vde l’éprouvette est égale
2 2
à : wél = (½σuεélu)V = (½σu /E)(L0πD0 /4)
Avec les valeurs trouvées ci-dessus pour E, εélu et σu, on obtient ainsi: wél = 4,96 J

TLILI A. 16
ISET Nabeul, Département de Génie Mécanique TD Caractérisation des
matériaux

Exercice N°3:
1. E=208 GPa
2. Re= 354 MPa
3. Re0.2 = 442 MPa
4. Rm= 778 MPa
5. A= 23,6 %
6.

Exercice N°7:
1. L’acier qui requiert le plus d’énergie pour être rompu au cours d’un essai de résilience
Charpy est celui qui est le plus tenace : B
2. Si l’on estime semi-quantitativement la ténacité en utilisant l’aire sous la courbe de
traction, on en déduit que l’acier B aura un allongement final à la rupture plus élevé
que l’acier A, car il présente une limite conventionnelle d’élasticité et une résistance à
la traction légèrement plus faible que celles de l’acier A. Par conséquent, sa ductilité,
caractérisée par l’allongement final à la rupture A (%), sera plus élevée. B

Exercice N°8 :
Données : d = 2,5 mm ; L = 3 m ; M = 500 Kg ; E = 210 GPa.
F 4.M .g
On a F = M.g et  = E. or   donc  
S0 d 2 .E
4  500  9,81
A-N :    0.0047  = 0,47 %
  (2,5) 2  2,1.10 5
l
  l    l 0 A-N : l  0,0047  3.103  14,1mm l  14,1mm
l0
Exercice N°9 :
Données : Rm = 300 MPa ; Z (%) = 77.
F F
On a :  r  et  Rm 
S S0

TLILI A. 17
ISET Nabeul, Département de Génie Mécanique TD Caractérisation des
matériaux

F
Rm S 0 S S0  S S S R R
  Or Z  1   1 Z  m  1 Z   r  m
r F S0 S0 S0 S0 r 1 Z
S
300
A-N  r   1304 N r  1304 N
Exercice N°10 : 1  0,77
1- Données : Éprouvette en alliage Cuivre-Nickel avec d = 12,5 mm et l0= 50 mm.
a) Courbe  = f (), voir (fig.1).
Contrainte conventionnelle [MPa] Déformation  (%)
40,74 0,03
122,23 0,009
211,86 1
285,20 2,6
396,66 14
321,87 37,4

b)
 Module d’Young E.
La courbe représente une zone élastique ou on à  = E. (Loi de Hooke).
Or E : pente de (OA)
211,86
E=  210 GPa .
0,01
 Limite élastique conventionnelle R0,2
R0,2 = 220 MPa.
 La résistance à la rupture Rm.
Rm = 396,66 MPa.
 La déformation à la rupture R.
R = 36 %
F
2- La courbe conventionnelle représente la variation de  = (F : charge ; S0 : section
S0
l
initiale) en fonction de la déformation conventionnelle   .
l0
La courbe rationnelle de traction représente l'évolution de la contrainte réelle (vrai)
F
r  (F : charge ; S : section instantanée) en fonction de la déformation rationnelle
S
r = ln (1 + ).
3- La courbe rationnelle r = f(r), avec r = (1 +) et r = ln (1 +). Voir (Fig.1).

TLILI A. 18
ISET Nabeul, Département de Génie Mécanique TD Caractérisation des
matériaux

Contrainte réelle r[MPa] Déformation r (%)


40,75 0,029
122,34 0,089
213,97 0,99
292,61 2,56
452,19 13,1
442,25 31,77

La déformation rationnelle est utile pour montrer la différence avec la déformation


conventionnelle. En effet les courbes montrent que cette différence devient notable au
niveau du domaine plastique.

TLILI A. 19
ISET Nabeul, Département de Génie Mécanique TD Caractérisation des
matériaux

TD N°3 : Désignation
Exercice 1:
1-
 X5 Cr Ni Mo 17-12 : c’est un acier fortement allié à 0,5% C + 17% Cr + 12% Ni +
quelques traces de Mo.
 42 Cr Mo 4: c’est un acier faiblement allié à 0,42% C + 1% Cr + quelques traces de
Mo.
 E 335: c’est un acier de construction mécanique ayant Re = 335 MPa.
 S 275: c’est un acier d’usage général ayant Re = 275 MPa.
 EN-GJS-600-3 : c’est une fonte à graphite sphéroïdal ayant Rr = 600 MPa
et A% = 3%.
 EN-GJMB-500-5: c’est une fonte malléable à coeur noir ayant Rr = 500 MPa
et A % = 5%.
 EN-GJL 250: c’est une fonte à graphite lamellaire dont Rr = 250 MPa.
2- La désignation normalisée de la fonte est EN-GJMW-700-2
3- Les aciers de la question 1/ sont hypoeutectoïdes.
4- Compléter les informations manquantes du tableau suivant.

Designation %C %Cr %Mo %Ni %Si %Ti Type du matériau


36 Cr Ni 3-1 0,36 0,75 0,25 Acier faiblement allié
6 Si 4 0,6 1 Acier faiblement allié
25 Mo Cr 20-4 0,25 1 2 Acier faiblement allié
Fonte à graphite
EN-GJL 200
lamellaire
16 Cr Ni 6 0,16 1,5 Acier faiblement allié
C 45 0,45 Acier non allié
X6 Cr Ni Mo Ti 17-12 0,6 17 12 Acier fortement allié

TLILI A. 20